Vous êtes sur la page 1sur 56

Chapitre II : Montages Redresseurs

I / Introduction
I.1/ Valeurs caractérisant une grandeur périodique
Soit X(t) une grandeur périodique de période T.

 Valeur efficace : 1
Xeff  0 X²(t)dt
T

T
 Valeur moyenne : 1 T
X  0 X (t )dt
T X eff
 Facteur de forme :
Ff 
X Fourier
I.2/ Développement en série de
n
X(t)Xo Xpsin( pwtjp)
p 1
 Xo : La composante continue qui n’est que la valeur moyenne de X(t)
 X1sin(wt+j1) : le fondamental
 Xksin(kwt+jk) : l’harmonique d’ordre k
2
w  : pulsation
T
1
Chapitre II : Montages Redresseurs
Pour faciliter le calcul des harmoniques, on préfère écrire X(t) sous la forme suivante :
n
X (t )  X o   ( Ap sin( pwt )  B p cos( pwt ))
p 1
Les différents éléments de la série sont déterminés par :

X0  1 0 X(t)dt Ap  0 X(t)sin( pwt)dt Bp  0 X(t)cos(pwt)dt


2 2
T T T

T T T
Xp  Ap Bp tg jp  Bp
2 2

Ap
I.3/ Puissances électriques
Soit un récepteur parcouru par un courant i(t) et soumis à une tension v(t). i(t) et
v(t) sont deux grandeurs périodiques.
i(t)
Récepteur

v(t)
2
Chapitre II : Montages Redresseurs
a/ Puissance active (utile)
La puissance active P est la valeur moyenne de la puissance instantanée.
1
P 0 v(t)i(t)dt
T

T
T : la plus grande valeur des périodes respectives de v(t) et i(t).
L’unité de P est le Watt (W).
b/ Puissance apparente
La puissance apparente S est le produit des valeurs efficaces de v(t) et i(t).

SVeff Ieff
L’unité de S est le volt*ampère (V.A).
c/ Facteur de puissance Fp
Le facteur de puissance est défini comme étant le quotient de la puissance utile par
la puissance apparente.
Fp  P
S
3
Chapitre II : Montages Redresseurs

Le facteur de puissance est toujours inférieur à 1. Ceci est dû


à la différence entre les formes d’onde de tension et de courant,
au déphasage entre la tension et le courant.
Dans le dimensionnement d’une installation électrique, il faut tenir compte
de la puissance apparente S
du facteur de puissance Fp.

II/ Redresseurs monophasés simple voie (alternance)


Les redresseurs monophasés simple voie sont les montages redresseurs les plus
simples qui existent. Ils n’ont d’utilisation pratique qu’en très faible puissance.
Leur étude nous permettra d’aborder les lois régissant le fonctionnement de
montages plus élaborés et de bien comprendre le principe des conversions AC-
DC et DC-AC.

4
Chapitre II : Montages Redresseurs
II.1/Redresseur monophasé à diode
Vo(t)
II.1.1/ Montage de base
io(t)
Hypothèses : Charge
source de tension sinusoïdale parfaite :
D VD
Vi = Vm sin(wt)
Vi(t)
Diode parfaite
  wt
II.1.2/ Etude du fonctionnement du redresseur
a/ Cas d’une charge purement résistive R

 0,
La diode est conductrice
Vd  0
Vo  Vi  Vm sin 
io Vo  Vm sin
R R
5
Chapitre II : Montages Redresseurs

   ,2 
La diode est bloquée
io  0
Vo  0
Vd  Vi  Vm sin 
Caractéristiques de la tension de sortie :

(Vo)moy Vm

(Vo)eff Vm
2
Ff  1,57
2
6
Chapitre II : Montages Redresseurs

b/ Cas d’une charge inductive et résistive (R,L) R L


io(t)
Equation de la charge
dio
Rio  Lw  Vo
 0,e d Vo(t)
e : angle d'exctinctio n du courant dans la diode
La diode est conductrice
Vd  0
Rio Lwdio Vmsin 
Vo  Vi  Vm sin  d
On en déduit que :
 θ
io  Vm (sin( j)sin( j)e ωτ )
R²Lw²
avec ; tgj  Lw et τ  L
R R
7
Chapitre II : Montages Redresseurs
L’angle d’extinction de courant dans la diode peut être déterminé en résolvant
l’équation suivante :
 θe
sin( θe j)sin( j)e ωτ 0
   e ,2 
La diode est bloquée

io  0
Vo  0
Vd  Vi  Vm sin 
Caractéristiques de la tension de sortie :
f o = fi

(Vo)moy  Vm (1cose) Vm cos²( )
2  2
  eπ : angle de prolongatio n de courant

8
Chapitre II : Montages Redresseurs
II.2/Redresseur monophasé à thyristor Vo(t)

II.2.2/ Angle de retard à l’amorçage 0 io(t)


Charge
L’angle de retard à l’amorçage 0 est défini comme
VT
étant le déphasage entre l’instant de passage par Th
zéro de Vi dans le sens croissant et l’instant de Vi(t)

l’envoi des impulsions vers la gâchette du thyristor.


Pour que le thyristor puisse s’amorcer on doit
avoir : 00 io(t)
R L E

II.2.2/ Etude d’un redresseur alimentant un moteur à


VT Vo(t)
courant continu Th
Conditions de fonctionnement Vi(t)

   0    et E  Vm
E
avec ; sin   a
Vm
9
Chapitre II : Montages Redresseurs
  0,  0    e ,2 
θe : angle d'exctinctio n du courant dans le thyristor
Le thyristor est bloqué
io  0
Vo  E
VT  Vi  E  Vm sin   E
 o,e
Le thyristor est conducteur
VT 0; VoVi Vmsin 
Rio Lwdi o Vmsin( )  E
d  (θθ0) 
V   
On en déduit : io  m (cosjsin(θj)a)(acosj*sin(θ0 j)e ωτ )
R  
 

avec ; tgj  Lw, τ  L et a  E


R R Vm

10
Chapitre II : Montages Redresseurs
Valeurs moyennes :
(Vo)moy Vm (cos0 cose a(0 e))E
2
(Vo)moyE Vm
(io)moy  (cos0 cose a(0 e))
R 2R
Angle d’extinction
L’angle d’extinction de courant peut être déterminé en résolvant l’équation suivante :

θe θ0
(cosjsin(θe j)a)e ωτ (cosj*sin(θ0 j)ae ωτ )
Etant donnée la complexité de cette équation, Il existe un abaque appelé
“abaque de Puschlowski“ qui permet de déterminer l’un quelconque des
quatre paramètres E, j, 0 ou e connaissant les trois autres.

11
Chapitre II : Montages Redresseurs
Abaque de Puschlowski

12
Chapitre II : Montages Redresseurs

R L E
II.2.3/ Fonctionnement en onduleur non autonome io(t)

Conditions de fonctionnement
VT Vo(t)
Th
   0    et E  Vm Vi(t)

E
avec ; sin   a
Vm
  0, 0    e ,2 
θe : angle d'exctinctio n du courant dans le thyristor
Le thyristor est bloqué
io  0
Vo   E
VT  Vi  E  Vm sin   E
13
Chapitre II : Montages Redresseurs

 o,e
Le thyristor est conducteur

VT 0; VoVi Vmsin 


dio
Rio  Lw  Vm sin( )  E
d

On en déduit :
 (θ  θ0 ) 
V   
i  m
( cosj  sin (θ  j)  a)  (a  cosj* sin (θ0  j)e ωτ )
o R
 
 

avec ; tgj  Lw, τ  L et a  E


R R Vm
14
Chapitre II : Montages Redresseurs
Valeurs moyennes :

Vm
(Vo ) moy  (cos  0  cos  e  a ( 0   e ))  E
2
(Vo ) moy  E Vm
(io ) moy   (cos 0  cos e  a( 0   e ))
R 2R

(io)moy étant toujours positif, nous avons toujours : (Vo)moy > - E.


Si R est faible et E élevée, on aura (Vo)moy < 0. (Vo)moy se comportera comme une
f.c.e.m et E comme une f.e.m. Ce qui caractérise le fonctionnement en onduleur non
autonome. La puissance active transmise du coté continu vers la source alternative est
donnée par : P = -E*(io)moy.

15
Chapitre II : Montages Redresseurs

III/ Redresseurs monophasés double voie (en pont)


Les redresseurs monophasés en pont sont très répandus dans les circuits de
puissance. Ils sont employés en pratique :
• pour le réglage de la vitesse des moteurs à courant continu de puissance
relativement faible pouvant atteindre 10 KW ;
• en traction lorsque le caténaire est alimenté sous tension monophasé. Dans
ce cas la puissance peut atteindre plusieurs milliers de KW ;
• pour la charge des batteries.
III.1/Pont de diodes
III.1.1/ Montage de base
Hypothèses :
source de tension sinusoïdale parfaite :
Vi= Vm sin() ;   wt
Diodes parfaites
16
Chapitre II : Montages Redresseurs

III.1.2/ Etude du fonctionnement du redresseur


a/ Cas d’une charge purement résistive R

 0,
Les diodes D1 et D2’ sont conductrices tandis
que les diodes D1’ et D2 sont bloquées

Vo Vi Vmsin ; io  Vo  Vm sin


R R
   ,2 
Les diodes D1’ et D2 sont conductrices tandis
que les diodes D1 et D2’ sont bloquées
Vo Vm
Vo  Vi  Vm sin  ; io    sin 
R R
17
Chapitre II : Montages Redresseurs
Caractéristiques de la tension de sortie :

Fréquence de la tension de sortie fo : fo 2fi  w



2Vm
Valeur moyenne Udc : U dc 

Vm
Valeur efficace Ueff de la tension de sortie : Ueff 
2

Facteur de forme : Ff   1,11
2 2
Harmoniques de tension :
La tension de sortie étant une fonction paire et ayant une fréquence 2*fi, son
développement en série de Fourier peut se mettre sous la forme suivante :

UoVm(A0 A2ncos(2n) A0 Udc  2 0,6366 A2n  4
n1 Vm  (4n²1)
18
Chapitre II : Montages Redresseurs
On en déduit que :
Uo 0,63660,4244cos(2)0,08488cos(4)...
Remarque Vm
Nous remarquons que l’importance des premières harmoniques est loin d’être
négligeable. Il faudra, de ce fait, en tenir compte dans des applications dont le
comportement risque de se voir influencé par la présence des harmoniques.

19
Chapitre II : Montages Redresseurs
III.2/Pont tous thyristors
III.2.1/ Montage de base
Le schéma du montage est absolument identique à celui du pont de diodes.
La différence réside dans l’utilisation des thyristors à la place des diodes, ce
qui permet de choisir l’instant d’amorçage des différents composants semi-
conducteurs.

Hypothèses :
0 est l’angle de retard à l’amorçage des thyristors
Th1 et Th2’
Th1 et Th2’ s’amorcent en même temps à  = 0 et
restent conducteurs jusqu’à leur blocage.
Th2 et Th1’ s’amorcent en même temps  = 0 + 
et restent conducteurs jusqu’à leur blocage.

20
Chapitre II : Montages Redresseurs
III.1.2/ Etude du fonctionnement du redresseur
a/ Cas d’une charge purement résistive R
 0,o
Les thyristors Th1 et Th2’ sont polarisés en direct mais ils sont
bloqués tandis que les thyristors Th2 et Th1’ sont polarisés en io 0; Vo 0
inverse et sont bloqués .
   0 ,  
Les thyristors Th1 et Th2’ sont conducteurs tandis que les thyristors
Th1’ et Th2 sont bloquées
   ,    o  Vo Vi Vmsin ; io  Vo Vm  sin
R R
Les thyristors Th1 et Th2’ sont polarisés en inverse et sont
bloqués tandis que les thyristors Th2 et Th1’ sont polarisés en direct o i  0; Vo 0
mais ils sont bloqués.
     0 ,2 
Les thyristors Th2 et Th1’ sont conducteurs tandis que les thyristors
Vo Vm
Th2’ et Th1 sont bloquées Vo  Vi  Vm sin  ; io    sin 
R R
21
Chapitre II : Montages Redresseurs
Caractéristiques de la tension de sortie :

Fréquence de la tension de sortie fo : fo 2fi  w



2Vm 0
Valeur moyenne Udc :
U dc  cos ( ) 2

 2
Lorsque q0 varie de 0 à , Udc varie de (2Vm/ ) à 0.

b/ Cas d’une charge résistive et inductive (R, L)


Dans ce cas, le courant traversant la charge, aura tendance à se prolonger
et s’annulera après le passage par zéro de la tension de sortie.
En appelant e l’angle d’extinction de courant. Trois régimes de
fonctionnement sont possibles suivant la valeur de e.

22
Chapitre II : Montages Redresseurs

Régime de conduction discontinu :  < e <  + 0

   e   , o    e , o   
Les thyristors Th1 , Th2’ ,Th2 et Th1’ sont bloqués . io 0; Vo 0
   0 , e 
Th1 et Th2’ sont conducteurs . Th1’ et Th2 sont bloquées Vo  Vi  Vm sin 
(θ-0)

io  Vm (sin( j)sin( j0)e ωτ )
R²Lw²
     0 ,    e 
Th2 et Th1’ sont conducteurs .Th2’ et Th1 sont bloquées Vo  Vi  Vm sin 
(θ-(0)

io   Vm (sin( j)sin( j0)e ωτ )
R²Lw²
23
Chapitre II : Montages Redresseurs

Caractéristiques de la tension de sortie :

Fréquence de la tension de sortie : fo 2fi  w


Vm 
Valeur moyenne : Udc  [cos( 0 )  cos( e )]

24
Chapitre II : Montages Redresseurs
Régime de conduction critique : e =  + 0
   0 , e 
Th1 et Th2’ sont conducteurs . Th1’ et Th2 sont bloquées

Vo  Vi  Vm sin  (θ-0)

io  Vm (sin( j)sin( j0)e ωτ )
R²Lw²
     0 ,    e 
Th2 et Th1’ sont conducteurs .Th2’ et Th1 sont bloquées

Vo  Vi  Vm sin  (θ-(0)



io   Vm (sin( j)sin( j0)e ωτ )
R²Lw²

25
Chapitre II : Montages Redresseurs

Caractéristiques de la tension de sortie :


Fréquence de la tension de sortie fo :
fo2fi  w
Valeur moyenne Udc:
2Vm
Udc  cos( 0 )

Régime de conduction continue : e >  + 0
Dans ce régime l’envoie d’impulsion d’amorçage se fait avant l’annulation du
courant dans la charge. L’angle d’extinction n’a plus maintenant de réalité
physique.
Après les premières périodes, un régime permanent s’établit et le courant
traversant la charge oscillera entre des valeurs positifs Imin et Imax

26
Chapitre II : Montages Redresseurs
   0 , e 
Th1 et Th2’ sont conducteurs . Th1’ et Th2 sont bloquées Vo  Vi  Vm sin 
     0 ,    e 
Th2 et Th1’ sont conducteurs .Th2’ et Th1 sont bloquées Vo  Vi  Vm sin 
Inductance de lissage
Le régime de conduction continue étant le plus intéressant, une inductance de
valeur élevée est mise en série avec le redresseur pour garantir un fonctionnement
continu quel que soit la charge.

Caractéristiques de la tension de sortie :


w
Fréquence de la tension de sortie : f o  2  f i 
2Vm 
Valeur moyenne : Udc  cos( 0 )

Vm
Valeur efficace : Ueff 
2
Facteur de forme :  1,11
Ff  
2 2 cos  0 cos  0

27
Chapitre II : Montages Redresseurs

Décomposition en série de Fourier



UoVm(A0  [A2n cos(2n)B2n sin( 2n)]
n 1
A0 Udc  2 cos(0)0,6366 cos(0)
Vm 
cos((2n1)0) cos((2n1)0)
A2n 2(1)n [ - ]
 2n1 2n1
sin(( 2n1)0) sin(( 2n1)0)
B2n 2(1)n [ - ]
 2n1 2n1
On en déduit que : X2n 4 (4n²1) sin ²01
(4n²1)

28
Chapitre II : Montages Redresseurs
c/ Exercice d’application : Etudier le régime de fonctionnement
continu d’un moteur à courant continue alimentant par un pont
redresseur monophasé.

III/ Redresseurs triphasés simple voie (alternance)


Les redresseurs triphasés simple voie utilisent 3 cellules
redresseuses ayant leurs cathodes connectées entre elles, et leurs
anodes connectées aux trois phases d’une source de tension
triphasée sinusoïdale (ou bien anodes connectées entre elles et
cathodes reliées à la source triphasée).
La charge est mise entre le neutre de la source et la borne de
connexion des trois cathodes.
Si on n’a pas accès au neutre, ce type de montage nécessite l’utilisation d’un transformateur
dont le secondaire est en étoile. Il est surtout utilisé pour des puissances moyennes lorsque
les tensions redressées sont relativement faibles.

Dans ce paragraphe, nous nous limitons à l’étude du régime de conduction continue et


nous supposons que le courant dans la charge est presque constant.

29
Chapitre II : Montages Redresseurs
III.1/Redresseur triphasé à diode
II.1.1/ Montage de base
Hypothèses :
Source de tension triphasée sinusoïdale
parfaite et équilibrée :

V  Vm sin ( )
1

2
V  Vm sin (  )
2 3
4
V  Vm sin (  )
3 3
  wt
Diodes parfaites

30
Chapitre II : Montages Redresseurs

uc

vD1

D1
D2
D3

Redressement P3 31
Chapitre II : Montages Redresseurs
Caractéristiques de la tension de sortie :

Fréquence de la tension de sortie fo : fo 3fi  3w



2

U dc  3 3 Vm cos()d  3 3Vm
Valeur moyenne Udc : 2   2
3

Valeur efficace Ueff : Ueff  2
3  3 (Vm cos())²d  Vm
 2
1 3 3
4
Facteur de forme : Ff  1,01016 3

Harmoniques de tension :
En prenant comme origine des phases le maximum de Vo, la tension de sortie

peut s’écrire sous la forme : UoVm(A0  
n 1
A3n cos(3n)

3 3 (-1) n
A0  Udc  3 3  0,827 A3n 
Vm 2 (9n²1)
32
Chapitre II : Montages Redresseurs
III.2/Redresseur triphasé à thyristors
II.1.1/ Montage de base
Les diodes sont remplacées par des thyristors
Hypothèses :

à   0  onamorçe T1
6
5
à   0  onamorçe T2
6
9
à   0  onamorçe T3
6
  wt
 0 : angle de retard à l' amorçage par
rapport à la commtation naturelle
Thyristors parfaits parfaites

33
Chapitre II : Montages Redresseurs

uc
0

T1
T2
T3

Redressement P3 34
Chapitre II : Montages Redresseurs

uc

vT1

T1
T2
T3

Redressement P3 35
Chapitre II : Montages Redresseurs
Caractéristiques de la tension de sortie :

fo 3fi  3w
Fréquence de la tension de sortie fo :
2
5 0
Valeur moyenne Udc : Udc  6 Vmsin( )d  3 3Vm cos(0)
3
2 6 0 2
 0  5
Valeur efficace Ueff :Ueff  3

2 0  
6
6 (Vmsin())²d  Vm 1 3 3 cos(20)
2 4
Harmoniques de tension :
En prenant comme origine des phases le maximum de Vo, la tension de sortie peut


s’écrire sous la forme : UoVm(A0  [A3n cos(3n)B3n sin(3n)]
n 1
A0  U dc  3 3 cos(0)
Vm 2
3 3 cos((3n1)0) cos((3n1)0)
A3n (1) [n - ]
2 3n1 3n1
sin(( 3n1)0) sin(( 3n1)0)
B3n3 3 (1)n [ - ]
2 3n1 3n1
36
Chapitre II : Montages Redresseurs
IV/ Redresseurs monophasés double voie (en pont).

Le redresseur triphasé double voie utilise 6


cellules redresseuses de telle sorte que
chaque groupe de trois forme un redresseur
triphasé simple voie. L’un est un montage à
anodes réunies l’autre est à cathodes réunies

Le pont triphasé double voie est en effet identique à deux redresseurs


triphasés simple voie mis en série et respectivement alimentés par des
tensions triphasées déphasées de 180° les unes par rapport aux autres.

La valeur moyenne de la tension de sortie du pont triphasé double voie sera le


double de la valeur moyenne de la tension de sortie d’un redresseur triphasé.

Le pont triphasé double voie ne nécessite pas l’utilisation d’un transformateur ayant un
secondaire monté en étoile car nous n’avons pas besoin du neutre.
37
Chapitre II : Montages Redresseurs
VI.1/Redresseur triphasé à diode
VI.1.1/ Montage de base
Hypothèses :
Source de tension triphasée sinusoïdale
parfaite et équilibrée :

V  Vm sin ( )
1

2
V  Vm sin (  )
2 3
4
V  Vm sin (  )
3 3
  wt
Diodes parfaites

38
Chapitre II : Montages Redresseurs

uc

vD1

D1
D2
D3
D’1
D’2
D’3
39
Chapitre II : Montages Redresseurs
Caractéristiques de la tension de sortie :
3w
fo  6  fi 
Fréquence de la tension de sortie fo :

3 6  3 3V
Valeur moyenne Udc :U dc   V
 m cos(  ) d   m
 6
 
3Vm 3 3
Valeur efficace Ueff : Ueff  1
2 2
Facteur de forme : Ff  1,00088
Harmoniques de tension :
En prenant comme origine des phases le maximum de Uo, la tension de sortie

peut s’écrire sous la forme : Uo  Vm ( A0   A6 n cos(6n )
n 1

U dc 3 3 6 3 (-1)n
A0    1,654 A6 n 
Vm  (36n ²  1)
40
Chapitre II : Montages Redresseurs

VI.2/Redresseur triphasé à thyristors


VI.2.1/ Montage de base
Hypothèses :

à   0  onamorçe T1
6
5
à   0  onamorçe T2
6
9
à   0  onamorçe T3
6
  wt
 0 : angle de retard à l' amorçage par
rapport à la commtation naturelle
1
Les thyristor s Tk' sont amorcés période aprés Tk
2
Thyristors parfaits parfaites
41
Chapitre II : Montages Redresseurs

uc

T1
T2
T3
T’1
T’2
T’3
42
Chapitre II : Montages Redresseurs
Caractéristiques de la tension de sortie :
3w
Fréquence de la tension de sortie : fo  6  fi 

3 3Vm
Valeur moyenne : Udc  cos( 0 )

Ueff  3Vm 1 3 3 cos( 20)
Valeur efficace : 2
2

Harmoniques de tension :
En prenant comme origine des phases le maximum de Uo, la tension de sortie peut s’écrire
sous la forme : 
UoVm(A0  [A6n cos(6n)B6n sin( 3n)]
n 1
A0  Udc  3 3 cos(0)
Vm 
cos((6n1)0) cos((6n1)0)
A6n 3 3 [ - ]
 6n1 6n1
sin(( 6n1)0) sin(( 6n1)0)
B6n 3 3 [ - ]
 6n1 6n1
On en déduit que :

X6n  6 3 (36 n²1) sin ²0 1


(36 n²1)
43
Chapitre II : Montages Redresseurs
V/ Interactions entre les redresseurs et le réseau d’alimentation
V.1/ Zone d’utilisation des redresseurs commandés
La zone d’utilisation des redresseurs commandés est déterminée par les limites de la
tension moyenne redressée en fonction de l’angle de retard à l’amorçage 0.
La tension réellement utilisable est inférieure à Udc = Uco cos 0. Il faut en effet tenir
compte des différentes chutes de tension inhérentes au système :
U dc  U co cos( 0 )  U R  U SC  U 
UR est a chute de tension résistive donnée par : UR = R Idc (R : résistance galvanique )

USC est la chute de tension due aux semi-conducteurs donnée par : USC = 2n-1 nsc Vsc
n : nombre de voies du redresseur;
nsc : nombre de composants mis en série dans une cellule semi-conductrice;
Usc : chute de tension directe aux bornes d’un semi-conducteur à l’état passant.
m
U est la chute de tension anodique donnée par : U    wI dc
2
m : indice de pulsation de la tension redressée
: inductance anodique
44
Chapitre II : Montages Redresseurs

Représentation graphique de la tension d’utilisation

45
Chapitre II : Montages Redresseurs

V.2/ Etude des transformateurs alimentant les convertisseurs


V.2.1 Relations de base
Les enroulements des transformateurs étant parcourus par des courants non sinusoïdaux, Il
est donc nécessaire d’étudier les phénomènes électriques engendrés dans le réseau
d’alimentation. Dans notre étude nous nous limitons au cas des transformateurs triphasés

Soit un transformateur triphasé composé de 3 noyaux dans lesquels circulent les flux f1, f2 et
f3.

Dans le cas où le courant secondaire possède une composante continue, un flux


homopolaire f0 apparaît entre les culasses. Il se ferme dans l’air et
éventuellement par la cuve du transformateur.
46
Chapitre II : Montages Redresseurs
En utilisant, le schéma équivalent du circuit magnétique, nous en déduisons les relations

f1m f0m0 F1


suivantes :

f2m f0m0  F2
f3m f0m0 F3
f1f2 f3 f0

où F1, F2 et F3 sont les force magnétomotrices ;  et  sont les reluctances


m mo
En résolvant le système d’équations ci-dessus, nous obtenons :
3

m 3m0  fk  1 (Fk  m0 Fi ) 1 (Fk 1Fi ) 1f0


3 3
f. 0  1 Fi
i 1 m m 3m0 i1 m 3 i1 3
Si le circuit magnétique n’est pas saturé, nous avons : m  0
3
Nous en déduisons que : f 0  1 Fi
3m0 i1
3
Pour fk, reste fini il faut que : Fk  1 Fi
3 i 1
47
Chapitre II : Montages Redresseurs
Pour un transformateur triphasé ayant un rapport de transformation égal à 1, nous
avons : : Fj n(ipj isj)
n représente à la fois le nombre de spires de l’enroulement primaire et le nombre de spires
de l’enroulement secondaire.
ipj et isj représentent respectivement les courants circulant dans les primaires et
les secondaires.
En tenant compte de cette dernière équation, dans les relations précédentes,
3
nous obtenons : ipk isk  1 (ipj isj)
3 j1
V.2.2/ Transformateur étoile-étoile alimentant un redresseur triphasé simple voie
3
.
ipj 0
3

j1
i j1
sjIch

En tenant compte des différentes relations de courant, nous obtenons : ipk isk  3Ich
1

L’utilisation d’un transformateur en couplage étoile-étoile n’est pas


recommandable pour l’alimentation d’un redresseur triphasé à simple voie car il
engendre des pertes supplémentaires non négligeables.
48
Chapitre II : Montages Redresseurs
V.2.3/ Transformateur triangle-étoile alimentant un redresseur triphasé simple voie
3
 V pj  0
j 1
df j
On sait que : V pj  n
dt
On en déduit que :
3 df j dfo
  0
j 1 dt dt
.
En intégrant cette équation et en utilisant les relations de base précédentes on
trouve que :
3
(i
j1
pj isj)C
ipk isk  C
3
49
Chapitre II : Montages Redresseurs
Pour déterminer C, on impose une valeur moyenne nulle au courant primaire :
2 2
 ipkd iskd 2C 0
0 0 3
2

2 0
On en déduit que : C  3 iskd Idc
Idc est la valeur moyenne du courant redressé Ich.

Nous avons alors comme relation entre les courants :


Courant de phase : ipk isk  1Idc
3
Courant de ligne : iR ip1 ip3

50
Chapitre II : Montages Redresseurs
Caractéristiques des courants :
Valeurs efficaces:

2  2 2  2
Iseff  1
 Idc d  Idc Ipeff 
2 0 9
1 ( Idc )d 2 Idc d  Idc
3 4 1
2 2 2
2 0 3 3
9  3
 23 2 2  2
2 0 43
IReff  1 dc d dc d 
2
I I  3 Idc

Harmoniques du courant de ligne :

iR Ak sin(kwt)
k 1

A1 3 Idc 0,955 Idc



A3p 0
A3p1 3 Idc
(3p1)

51
Chapitre II : Montages Redresseurs
Les différentes puissances mises en jeu :
 Puissance fournie à la charge : Pc = Udc* Idc
 Puissance apparente secondaire : Pas = 3*Vseff* Iseff
 Puissance apparente primaire : Pap = 3*Vpeff* Ipeff
Pap  Pas
 Puissance typique du transformateur : Pt 
2
Dans notre cas : Vpeff = Vseff

Les facteur d’utilisation : 3 3


Vseff I dc
 2
Pc 3
 Pour le secondaire : FuS    0,675
Pas I
3Vseff dc
 2
3
3 3
Vseff I dc
 2
Pc 3 3
 Pour le primaire : Fup    0,827
Pap 2I dc 2
3V peff
 3 
Pc
Pt   1  1   1,35 Pc
2  
On en déduit que :
F
 up Fus 
52
Chapitre II : Montages Redresseurs

Remarques
Le transformateur doit être surdimensionné d’environ 30 % par rapport à la puissance
continue fournie à la charge.
Dans le calcul du transformateur alimentant un convertisseur, il faut aussi tenir compte des
pertes supplémentaires engendrées par les harmoniques.

V.2.4/ Transformateur alimentant un redresseur triphasé double voie


L’alimentation d’un pont redresseur triphasé ne nécessite pas un point neutre. Il en résulte
que le flux homopolaire f0 est inexistant.
L’utilisation d’un transformateur d’alimentation n’est pas obligatoire.
Si on utilise un transformateur d’alimentation ayant un rapport de transformation unitaire, les
courants qui traversent les enroulements primaires et secondaires sont égaux : iSk = iPk

53
Chapitre II : Montages Redresseurs

Ip= is

. Idc

-Idc

54
Chapitre II : Montages Redresseurs

Valeurs efficaces des courants secondaire et primaire ::

1  23 
2
 2
I peff  I seff    I
2
d   3 I
2
d   I dc
2  
dc dc

0
3
Les facteurs d’utilisation primaire et secondaire :
3 3
2Vseff I dc
 
Pc 3
Fup  Fus    0,955
Pas 2 
3Vseff I dc
3
Pc  1 1 
Pt     1,05 Pc
On en déduit que :
2 F  F 
 up us 

Remarque
Le transformateur doit alors être dimensionné pour une puissance légèrement
supérieure à la puissance continue fournie à la charge.

55
Chapitre II : Montages Redresseurs

Caractéristiques des courants de ligne dans le cas d’un transfo étoile-étoile :

2
Valeur efficace : I Re ff  I peff  I dc
3

Harmoniques du courant : iR Ak sin(kwt)
k 1
2 3
A1 
2 3
I dc  1,103 I dc A6 p  0 A6 p 1  I dc
 (6 p  1)

56

Vous aimerez peut-être aussi