Vous êtes sur la page 1sur 4

ACQUISITION DES DONNEES AEROMAGNETIQUES

1. PRINCIPE DE LA METHODE AEROMAGNETIQUE


La méthode aéromagnétique consiste à mesurer à partir d’un mobile (avion ou
hélicoptère) les anomalies du  champ magnétique terrestre provoquées par des
hétérogénéités d’aimantation ou de susceptibilité magnétique du sous-sol. L’acquisition
de ces données repose donc non seulement sur la quantification du champ magnétique
terrestre dans une zone mais aussi sur la détection du magnétisme des roches.
Le champ magnétique terrestre est la somme de trois composantes :

 le champ géomagnétique, ou champ magnétique normal, ou champ


magnétique principal, qui résulte des mouvements de convection au sein
du noyau métallique . C'est essentiellement lui qui oriente l'aiguille de la boussole.
 le champ induit par l'aimantation de certaines roches de la croûte et du
manteau,
 le champ rémanent, dû au fait que certaines roches qui ont été aimantées
dans le passé conservent en partie leur aimantation
Des trois composantes, c'est toujours le champ géomagnétique qui domine, les deux autres
se traduisant par des anomalies plus ou moins localisées.
a) Le magnétisme des roches
Le magnétisme d’une roche peut avoir été acquis lors de sa création ou des évolutions
qu’elle a subie sous l’influence d’un champ magnétique ancien (aimantation rémanente) ou
être induit par le champ actuel.
La forme et l’amplitude de l’anomalie magnétique créée par un corps aimanté donné varient
selon :
 La géométrie du corps (forme, orientation, pendage)
 La latitude magnétique du lieu de mesure

2. MISE EN ŒUVRE DE LA METHODE AEROMAGNETIQUE


 Domaine d’application :
A l’échelle régionale, on définit le contexte structural (mise en évidence d’intrusions, failles,
bassins, etc.)A une échelle plus locale, on détecte les zones altérées et /ou fracturées
(démagnétisation).
 Conditions d’application :
Présence d’un contraste magnétique entre les unités géologiques ou entre cible et
encaissant.
 Interdits d’application :
Absence de contraste magnétique ou encore orages magnétiques.
 Profondeur d’investigation :
La profondeur d’investigation est limitée par la profondeur de Curie qui est la profondeur à
partir de laquelle les aimantations des minéraux sont détruites par effet thermique.
 hauteur et trajectoire de vol :
Dans le cas d'un avion, la hauteur de vol est comprise entre 60 mètres et quelques
centaines de mètres ; dans le cas de l'hélicoptère, elle varie du "rase-motte" à quelques
dizaines de mètres. Les levés se font toujours le long de lignes de vol parallèles entre elles,
recoupées par des lignes de contrôle perpendiculaires.
 Matériels utilisés :
magnétomètre, un avion ou un hélicoptère, systèmes d’acquisition et de compensation, le
GPS , l’altimètre radar, les senseurs de pression et de température, un système de
navigation et caméras vidéos

 Personnel en place :
Un gestionnaire de projet, un gestionnaire de terrain, un géophysicien de terrain, un
contrôleur de qualité, un pilote.

I. TRAITEMENT DES DONNEES AEROMAGNETIQUES


a) Les types de données recueillies
o Les données de positionnement : fournies par le GPS
o Les données altimétriques et modèle numérique de terrain 
o Les données aéromagnétiques
Cependant elles peuvent être sujettes à des erreurs. En particulier liées à des défauts
d’instrumentation, la couverture, les déviations horizontales ou verticales, l’activité
diurne, le niveau de bruit sur les données magnétiques et les défis opérationnels (tel que
le manque de données de la station de base magnétométrique rattachée à la zone
étudiée).
Néanmoins plusieurs mesures sont prises pour traiter ces données.
b) Traitement des données
Le traitement des données aéromagnétiques se fait de façon préventive et corrective.
Méthode préventive
En effet, des mesures préliminaires sont prises pour réduire les erreurs liées à
l’instrumentation : Avant de débuter l’acquisition des données magnétiques, les tests et
calibrations sont exécutés :
• Figure of Merit (FOM)
• Étalonnage du magnétomètre (Test de Bourget)
• Étalonnage des altimètres
• Test de parallaxe (lag)
Méthode corrective
Un traitement post mission est effectué sur les différents types de données enregistrées :

i. Les données de positionnement fournies par le GPS


Il est effectué au moyen de divers logiciels comme Grafnav, Grafnet, Inertial Explorer qui
permettent de maximiser la précision de la solution par la transformation ajoutée ou le
système mondial de navigation par satellite(GNSS).
ii. Les données altimétriques et modèle numérique de terrain
L’édition et la correction des profils radar incluent principalement l’élimination de données
ponctuelles erronées (spikes), suivi de l’élimination du bruit résiduel avec l’application d’un
filtre non-linéaire et d’un filtre passe-bas (≤ 0.6 sec), ainsi que la correction des changements
d’altitude abrupts généralement observés au-dessus des plans d’eau.
iii. Les données aéromagnétiques

 Précautions sur la station de contrôle au sol


Toutes les précautions doivent être prises afin d’installer la station de base dans une zone
magnétiquement calme.

 Traitement
Plusieurs corrections sont effectuées sur les données aéromagnétiques recueillies :
- La correction du signal magnétique dû à la direction et aux manœuvres de l’avion :
chaque vol peut être post-compensé avec des logiciels comme PEIView de Pico
Envirotec, et tel qu’approuvé par l’autorité scientifique.
- La correction dû au niveau de bruit 
- Correction d’altitude : une correction d’altitude, ou IGRF partiel, est ensuite
appliquée, basée sur la différence des champs IGRF calculés sur les surfaces de vol
réelle et théorique.
- Correction diurne 
- Le nivellement : La prochaine étape de traitement champ magnétique total est le
nivellement, qui consiste en la distribution statistique correcte des lignes de traverse
contre les erreurs d’intersection des lignes de contrôle, afin d’obtenir le modèle de
correction le plus lisse possible sur chaque ligne.
NB : le champ géomagnétique de référence (IGRF)
Domaine d’application:

Fort est donc de constater que l’aéromagnétisme trouve son application dans le
domaine du génie civil notamment en cartographie géologique ainsi que pour l’exploitation
minière et pétrolière.

Vous aimerez peut-être aussi