Vous êtes sur la page 1sur 11

TD: Dimensionnement des culées Soltani Mohamed Rédha

Exemple d’application
Vérifier la stabilité externe en situations durable et accidentelle de la culée d’un pont à poutres
représentée sur la figure ci-dessous en utilisant la norme du fascicule 62 titre V, la norme
RPOA et le guide parasismique pour le calcul sismique.

1
TD: Dimensionnement des culées Soltani Mohamed Rédha

1. Prédimensionnement
1.1. Mur de front
L’épaisseur du mur garde grève varie couramment entre 0.8 et 1.2 m. On adopte e = 1 m.

1.2. Mur garde grève


e = max (0.30 m, h/8)
h est la hauteur totale du mur
e = max (0.30 m, 1.6/8 = 0.2 m)
On adopte e = 0.3 m

1.3. Dalle de transition


La dalle de transition a une épaisseur minimale h de 30 cm.
On adopte h = 35 cm
La dalle de transition doit avoir une longueur L égale à :
L = min{6m, max (3 m, 0.6h)}= min{6 m, max (3 m, 0.65.35=3.21 m)}
h : hauteur du remblai
On adopte L = 3.5 m.

1.4. Corbeau
Le corbeau possède une longueur égale à la largeur de la dalle de transition, soit L= 8.7 m. Il
possède une hauteur minimale égale à celle de la dalle de transition, soit 30 cm et une hauteur
maximale prise dans le cas présent égale à 75 cm. La largeur du corbeau est prise égale à 30
cm.

1.5. Mur en retour


30  e  45 cm
On adopte e = 50 cm

2. Justification en situation durable


La stabilité de la culée est justifiée à l’état limite ultime après la mise en service du pont.

2.2. Détermination des efforts appliqués à la base de la fondation


2.2.1. Réactions provenant du tablier
Ces données sont obtenues à partir de l’étude du tablier

Charges Réaction verticale [kN] Force de freinage [kN]


Gmax 872 -
Gmin 793 -
Système A + Trottoirs 900 47
Système Bc + Trottoirs 804 150

2
TD: Dimensionnement des culées Soltani Mohamed Rédha

On effectue les vérifications en considérant les surcharges du système Bc.


804 kN

Réactions transmises par le tablier dues au système Bc


2.2.2. Composantes verticales et moments au niveau inférieur de la semelle

Composantes verticales Bras de Moments


[kN] levier [m] [kN.m]
Mur garde-grève 0.31.69.725 = 116 0 0
Mur de front 13.759.725 = 909 - 0.35 - 318
0.5(0.75+0.3) 0.38.725 =
Corbeau 0.28 10
34
Mur en retour① 4.951.60.5252 = 198 2.625 520
Mur en retour② 0.51.752.60.5252 = 57 3.367 192
Mur en retour③ 2.353.750.5252 = 220 1.325 292
Dalle de transition 0.353. 58.725 = 266 1.9 506
Semelle 511025 = 1250 0 0
Total (1) 3050 1202
Poids des terres sur
2.3595.3518= 2037 1.325 2700
la semelle (2)
(1) + (2) 5086 3901
Réaction du tablier
872 - 0.55 - 480
sous Gmax (3)
Réaction du tablier
793 - 0.55 - 436
sous Gmin (4)
Réaction du tablier
sous Bc 804 - 0.55 - 442
Gkmax = (1) + (2) + (3) 5958 3421
Gkmin = (1) + (2) + (4) 5879 3465
1.35 Gkmax+1.5Qk (Bc) 1.35  5958 + 1.5804 = 9249 3955
Gkmin+1.5Qk 5879 +1.5804 = 7085 2802
Gkmax + 0.2Qk 5958 + 0.2  804 = 6119 3333
Gkmin + 0.2Qk 5879 + 0.2  804 = 6040 3377
Gkmax+ Qk 5958 + 804 = 6762 2979
Gkmin+ Qk 6065 + 804 = 6683 3023

3
TD: Dimensionnement des culées Soltani Mohamed Rédha

N.B.
Concernant les charges permanentes, une distinction est faite entre les poids propres des
poutres de la poutraison et de la dalle de couverture, d’une part, et des équipements non-
structuraux, d’autre part.
La valeur nominale de la couche d'étanchéité est pondérée par +/20% et la valeur nominale
de la couche d'asphalte par + 40% / 20%, pour toutes les travées (EN1991-1-1, 5.2.3).
A titre d’exemple, nous effectuons les vérifications concernant les combinaisons comportant
Gkmax.

2.2.3. Composantes horizontales et moments au niveau inférieur de la semelle


Le tablier s’oppose au déplacement du sommet de la culée, on applique donc le coefficient
des terres au repos k0 pour calculer la poussée horizontale des terres :
K0 = 1 – sin 30° = 0.5
Surcharges sur remblai = 10 kN/m2

Composante horizontale Bras de levier Moment


[kN] [m] [kN.m]
Poussée des 0.5 0.5  18  6.352  8.7 = 1579 - 6.35/3 = - 2.12 - 3347
terres (Gkmax ou
Gkmin)
Surcharges sur 0.5 10  6.35  8.7 = 276 - 6.35/2 = - 3.175 - 876
remblai (Qk)
Freinage Bc(Qk) 150 - 5.15 - 772
1.35 Gkmax+1.5Qk 1.35  1579 + 1.5 (276 + 150) - 6992
= 2771
Gkmin +1.5Qk 1579 + 1.5 (276 + 150) - 5818
= 2218
Gkmax + 0.2Qk 1579 + 0.2 (276 + 150) - 3676
Gkmin + 0.2Qk
= 1664
Gkmax + Qk 1579 + 276 + 150 - 4994
Gkmin + Qk
= 2005

2.2.4. Efforts résultants au niveau inférieur de la semelle

Etat limite Moment [kN.m] Q [kN] H [kN]


1.35 Gkmax+1.5Qk 3955– 6992 = - 3037 9249 2771
Gkmin+1.5Qk 2802 – 5818 = -3016 7085 2218
Gkmax + 0.2Qk 3333 – 3676 = - 343 6119 1664
Gkmin + 0.2Qk 3377 – 3676 = -299 6040 1664
Gkmax + Qk 2979 – 4994 = - 2015 6762 2005
Gkmin + Qk 3023 – 4994 = - 1971 6683 2005

4
TD: Dimensionnement des culées Soltani Mohamed Rédha

2.2.5. État limite de mobilisation de la capacité portante


2.2.5.1. État limite ultime

3037 B 5
e  0.33m    0.83
9249 6 6
La contrainte de référence selon la répartition de Navier vaut :

5  9249  6  3037
qmax   258kN / m2  0.258MPa
5  10
2

5  9249-6  3037
qmin   112kN / m2  0.112MPa
52  10
3  0.258  0.112
qref   0.221MPa
4
La contrainte de référence selon la répartition de Meyerhof vaut :

9249
qref   213kN / m2  0.213MPa
5  2  0.33  10

Pour les calculs de la capacité portante de la fondation, on considère les paramètres dans les
conditions drainées (c = c et  = ).

   25   tan 25


N q  tan 2    e  tan   tan 2  45  e  10.66
4 2  2 
N c  cot   N q  1  cot 25 10.66  1  20.71
N   1.85tan   N q  1  1.85tan 25  10.66  1  8.33

 2  0.33  5  18  2  0.33 
2

qu   1   8.33   1    20  20.71  18  110.66 


 5  2  5 
 808 kN / m2  0.808 MPa

5
TD: Dimensionnement des culées Soltani Mohamed Rédha

H 2771
tan     0.30    17
Q 9249
2
 17 
Dans le cas d´une fondation sur un sol horizontal cohérent : i    1    0.66
 90 
qref  0.221MPa   qu  q0  i   q0   0.808  18  103   0.66  18  103  0.27MPa
1 1
Q 2
L’état limite ultime vis-à-vis la capacité portante de la fondation est justifié.

2.2.5.2. Etat limite de service


Les sollicitations de calcul à considérer sont celles relatives à la combinaison rare.

1971
e  0.29 m  0.83
6683
La contrainte de référence selon la répartition de Navier vaut :

5  6683  6  1971
qmax   181kN / m2  0.181MPa
5  10
2

5  6683  6  1971
qmin   86.4kN / m2  0.0864 MPa
5  10
2

3  0.181  0.0864
qref   0.157 MPa
4
La contrainte de référence selon la répartition de Meyerhof vaut :

6683
qref   151kN / m2  0.151MPa
 5  2  0.29   10

 2  0.29  5  18  2  0.29 
2

qu   1   8.33   1    20  20.71  18  110.66 


 5  2  5 
 829 kN / m2  0.829 MPa

H 2005
tan     0.3    17
Q 6762

Dans le cas d´une fondation sur un sol horizontal cohérent :

2
 17 
i    1    0.66
 90 
qref  0.158 MPa   qu  q0  i   q0   0.829  18  103   0.66  18  103  0.196MPa
1 1
Q 3
L’état limite de service vis-à-vis la capacité portante de la fondation est justifié.

6
TD: Dimensionnement des culées Soltani Mohamed Rédha

2.2.6. Etat limite ultime de renversement


Sous la combinaison fondamentale (ELU), on doit vérifier
e = 0.33 m < 0.45 B = 2.25, la condition de non renversement est vérifiée.

2.2.7. État-limite de service de décompression du sol

Combinaison rare : e = 0.29 m < 0.125B = 0.625 m, condition vérifiée.


Combinaisons fréquentes : e = 343/6119 = 0.056 m < B/6 = 0.83 m, condition vérifiée.
e = 299/6040 = 0.049 m < B/6 = 0.83 m, condition vérifiée.

2.2.8. Justification vis-à-vis du glissement (Combinaison fondamentale)


Les sollicitations de calcul à considérer sont celles relatives à la combinaison fondamentale de
l’ELU.
e = 0.33 m < B/6 = 0.83 m, la semelle est entièrement comprimée, d’où : A= 50 m2.
Selon le fascicule 62 titre V, la mobilisation totale de la cohésion étant incertaine, il est
prudent de limiter la cohésion drainée c' à 0.075 MPa. c = 0.02 MPa < 0.075 MPa

9249000 tan 25 0.02  50  106


H d  2771000N    4260732 N
1.2 1.5
L’état limite ultime de glissement est donc vérifié.

3. Justification en situation sismique


Les vérifications dans les deux directions pouvant être effectuées de manière indépendante,
seule la vérification dans le sens longitudinal est présentée dans cet exemple, la vérification
dans le sens transversal étant similaire.

3.1. Calcul des efforts sismiques inertiels sur la culée proprement dite
Pour ce calcul on décompose la culée en volumes élémentaires sur lesquels on applique
l'accélération horizontale h.
Selon les règles RPOA, pour un pont construit en zone de moyenne séismicité (zone IIa)
d’importance moyenne, h = 0.2.
Pour les efforts verticaux, on prend v = 0. 3 h = 0.06.

0 X

7
TD: Dimensionnement des culées Soltani Mohamed Rédha

Composantes horizontales
F = Q  0.2 Z M
[kN] [m] [kN.m]
Mur garde-grève 23 5.55 129
Mur de front 182 2.875 523
Corbeau 7 4.47 31
Mur en retour① 40 5.55 222
Mur en retour② 11 4.16 46
Mur en retour③ 44 2.875 126
Dalle de transition 53 4.925 261
Semelle 250 0.5 125
Total Fhc = 610 Mhc = 1463

Composantes verticales
F X M
[kN] [m] [kN.m]
Mur garde-grève 7 0 0
Mur de front 55 - 0.35 -19
Corbeau 2 0.28 1
Mur en retour① 12 2.625 31
Mur en retour② 3 3.367 11
Mur en retour③ 13 1.325 17
Dalle de transition 16 1.9 30
Semelle 75 0 0
Total descendant Fvc = 183 Mvc = 72
Total ascendant Fvc = -183 Mvc = -72

3.2. Calcul des efforts inertiels sur le sol


La masse des terres à accélérer avec le mur est délimitée par une surface verticale fictive qui
passe par l’arrière de la semelle et de même largeur que cette dernière. L’effet de la dalle de
transition peut être négligé.

X Z Poids propre Fhe Fve Mhe Mve


[kN] [kN] [kN.m] [kN.m]
1.325 3.675 2037 407 122 1497 161
(+) Descendant (-) Ascendant

3.3. Effets des efforts sismiques provenant du tablier


8
TD: Dimensionnement des culées Soltani Mohamed Rédha

Fht Fvt X Z Mht Mvt


[kN] [kN] [kN.m] [kN.m]
970 485 - 0.55 5.3 5141 267
Force : (+) Descendant (-) Ascendant
Moments (-) Descendant (+) Ascendant

3.4. Effet de l'effort sismique de rupture du sol derrière la culée


Séisme descendant :

0.2
  arctan  10.68  0.186 rad
- 1  0.06

Séisme ascendant :

0.2
  arctan  12  0.21 rad
1  0.06

cos2  0.523  0.186 


K ad  2
 0.654
 sin 0.523sin  0.523  0.186  
cos2 0.186 1  
 cos0.186 
cos2  0.523  0.21
K ad  2
 0.678
 sin 0.523sin  0.523  0.21 
cos2 0.21 1  
 cos0.21 

On obtient l'incrément dynamique de poussée active en soustrayant la poussée active statique


des terres (KaH2 /2) à la poussée dynamique Fad = ½ H2 (1  v)Kad :

 30 
K a  tan 2  45    0.333
 2 

1
Fad     H 2 1   v   K ad  K a 
2
1
Fad   18  6.352 1  0.06   0.654  0.333  131kN / m
2

1
Fad   18  6.352 1  0.06   0.678  0.333  110 kN / m
2

9
TD: Dimensionnement des culées Soltani Mohamed Rédha

Pour la stabilité de la semelle, on considère les efforts suivants :

6.35
FS  131  10  1310 kN M s 1310   4159 kN.m
2
6.35
FS  110  10  1100 kN M s 1100   3492 kN.m
2

3.5. Combinaison des actions inertielles


Les actions inertielles se cumulent directement : F = Fhc + Fhe + Fs

 Composante horizontale du séisme concomitant avec la composante descendante du


séisme

Fhc Fhe Fs Mhc Mhe Ms Fhi = F Mhi= M


[kN] [kN] [kN] [kN.m] [kN.m] [kN.m] [kN] [kN.m]

610 407 1310 1463 1497 4159 2327 7119


Composante verticale nulle

 Composante horizontale du séisme concomitant avec la composante ascendante du


séisme
Fhc Fhe Fs Mhc Mhe Ms Fhi=F Mhi= M
[kN] [kN] [kN] [kN.m] [kN.m] [kN.m] [kN] [kN.m]
610 407 1100 1463 1497 3492 2117 6452

 Composante verticale du séisme (Mononobé-Okabé s’exerce uniquement


horizontalement)

Fvc Fve Mvc Mve Fvi=F Mvi= M


[kN] [kN] [kN.m] [kN.m] [kN] [kN.m]
Descendant 183 122 72 161 305 233
Ascendant - 183 - 122 - 72 - 161 - 305 - 233

3.6. Combinaison des actions par direction


Si le tablier n’est pas fixé sur la culée, les pratiques anciennes (PS92) consistaient à les
cumuler quadratiquement avec les sollicitations créées par Fhc, Fvc, Fhe, Fve et Fs :

F  Fhi2  Fht2

L’EC8-2 (§6.7.2) préconise désormais de supposer que ces actions agissent en phase, ce qui
revient à un cumul direct.

10
TD: Dimensionnement des culées Soltani Mohamed Rédha

 Composante horizontale concomitante à la composante descendante du séisme

Fhi Fht Mhi Mht Fh Mh


[kN] [kN] [kN.m] [kN.m] [kN] [kN.m]
2327 970 7119 5141 3297 12260

Composante verticale nulle

 Composante horizontale concomitante à la composante ascendante du séisme

Fhi Fht Mhi Mht Fh Mh


[kN] [kN] [kN.m] [kN.m] [kN] [kN.m]
2117 970 6452 5141 3087 11593
Composante verticale nulle

 Composante verticale

Fvi Fvt Mvi Mvt Fv Mv


[kN] [kN] [kN.m] [kN.m] [kN] [kN.m]
Descendant 305 485 233 - 267 790 - 34
Ascendant - 305 - 485 - 233 267 -790 + 34
Composante horizontale nulle

11

Vous aimerez peut-être aussi