Vous êtes sur la page 1sur 71

Ville Kuitunen

SYSTÈME D'INFORMATION GISGRO PRO


LA VALEUR AJOUTÉE DU PROJET
DANS LE PORT

Thèse
Gestion de projet et des ventes, YAMK

2019
Facteur Examen Temps

Ville Kuitunen Ingénieur (YAMK) Octobre 2019


Titre de la thèse
69 pages
Valeur ajoutée du projet de système d'information Gisgro dans le port de HaminaKotka 1 page annexe

Principal

HaminaKotka Satama Oy
Superviseur

Juhani Heikkinen
Résumé
La numérisation est une tendance croissante dans les ports. Cependant, la spécificité a jusqu'à présent été observée dans un
environnement portuaire légèrement conservateur. HaminaKotka Satama Oy investit dans la modélisation 3D de la zone portuaire et,
avec VRT Finland Oy, développe le système d'information Gisgro, qui créera un jumeau numérique depuis le port de HaminaKotka.
Lorsque le système d'information sera terminé, il contiendra toutes les informations pertinentes sur les structures et les zones du port.
Le modèle BIM comprend, entre autres. jetées, voies ferrées, pipelines, mâts légers, zones de chargement, capacité de simulation
pour l'attribution des navires et station météorologique.

Dans cette thèse, des opportunités sont recherchées pour générer autant de valeur ajoutée que possible pour les clients et les
parties prenantes de Gisgro, ainsi que pour le port lui-même d'un point de vue commercial. Une partie importante de l'étude est de
savoir si Gisgro peut être transformé en un produit pour le port qui vaut la peine d'être vendu aux clients et aux parties prenantes.
Les différents domaines sont revus avec les clients et les propres usages du port dans les ventes et le marketing sont évalués.
L'utilisation des activités opérationnelles et de la maintenance est évaluée à travers l'orientation client. En outre, le projet de
développement Gisgro est évalué de manière critique du point de vue de la gestion de projet et les questions de droits d'auteur sont
examinées.

L'étude a été menée selon une méthode qualitative. Une grande partie des informations a été obtenue grâce à des
entretiens avec des clients et des parties prenantes. En outre, le personnel de HaminaKotka Satama Oy a été
interrogé. L'étude a révélé un grand nombre de fonctionnalités qui, lorsqu'elles sont ajoutées à Gisgro, ajoutent de la
valeur non seulement au port lui-même, mais également aux clients du port. En particulier, l'accélération des travaux
de maintenance permet aux clients de se concentrer sur le travail productif proprement dit. Cela permettra également
de libérer les ressources propres du port pour mieux servir les clients. En termes de ventes et de marketing, Gisgroon
a pu intégrer des fonctionnalités qui facilitent grandement les opérations commerciales du port. La direction
opérationnelle fera de Gisgro une entité qui facilitera considérablement la gestion du trafic maritime,

Gisgro est une acquisition très rentable pour le port de HaminaKotka. Il permettra aux services du port d'être portés à un
nouveau niveau sans qu'il soit nécessaire d'augmenter les ressources humaines. Gisgro ne reçoit pas directement une
importante source de revenus, mais les effets indirects via les clients et les avantages marketing sont très importants.

Mots clés

logistique, utilisation commerciale, services portuaires, système d'information


Auteur Diplôme Temps

Ville Kuitunen Master en ingénierie Octobre 2019


bague
Titre de thèse
69 pages
Valeur ajoutée du système d'information Gisgro pour le port de HaminaKotka 1 page annexe

Commandée par

Port de HaminaKotka
Superviseur

Juhani Heikkinen
Abstrait

La numérisation est une tendance de plus en plus forte dans l'industrie portuaire. Il n'y a pas eu beaucoup de développement
concret dans l'environnement portuaire conservateur. Le port de HaminaKotka investit dans la modélisation 3D du port et développe
un nouveau système d'information Gisgro en collaboration avec VRT Finland Oy. Gisgro sera un jumeau numérique du port. Une
fois le système terminé, toutes les informations pertinentes concernant l'infrastructure portuaire seront incluses. Dans le modèle
BIM, il y aura du matériel lié aux zones de quai, aux voies ferrées, aux pipelines, aux systèmes d'éclairage, au travail du sol, à la
simulation d'allocation des navires et à une station météorologique.

L'objectif de cette thèse était de trouver des opportunités d'utilisation de Gisgro pour créer autant de valeur ajoutée que
possible pour les clients et l'organisation portuaire elle-même. Une partie intégrante de l'étude consistait à examiner si
Gisgro pouvait être vendu aux clients en tant que produit logiciel indépendant. Différentes catégories et caractéristiques de
Gisgro ont été étudiées et évaluées en collaboration avec les clients. L'utilisation de Gisgro dans la maintenance et les
opérations portuaires a été évaluée en pensant au client. De plus, une vision critique du développement de Gisgro a été
maintenue en termes de gestion de projet. En outre, un examen des questions pertinentes sur le droit d'auteur a été
effectué.

Cette thèse a été réalisée selon une méthode qualitative. Les principales sources d'information étaient les entretiens avec
les clients et les parties prenantes. En outre, les employés du port de HaminaKotka ont été interrogés.

Les principales conclusions ont été plusieurs idées de développement pour Gisgro, augmentant la valeur du système pour les
clients et l'organisation portuaire. L'idée que l'augmentation de l'efficacité de la maintenance et des opérations portuaires
permettra aux clients de se concentrer sur des activités plus productives était particulièrement importante. Gisgro bénéficiera
également de la gestion commerciale et marketing du port. Il est peu probable que Gisgro devienne un logiciel indépendant
rentable au sein de la communauté portuaire de HaminaKotka, mais il aura un impact significatif sur l'amélioration des services
portuaires et la perception des clients du port en tant que fournisseur de services fiable.

Mots clés

logistique, utilisation commerciale, services portuaires, système d'information


CONTENU

1 INTRODUCTION................................................. .................................................. ............... 6

2 CADRE THÉORIQUE ................................................ .................................... 8

2.1 Les investissements de la société ............................................... ............................................... 8

2.1.1 Évaluation des besoins d'investissement, de la rentabilité et des risques ........................................... 9

2.1.2 Investissement dans le système d'information .............................................. ................................. 11

2.2 Copyright des programmes informatiques ............................................... ........................ 12

2.2.1 Programme d'ordinateur en tant qu'œuvre et copyright du créateur ........................................... 12

2.2.2 Octroi de licences et utilisation d'un programme informatique sur un réseau ............... 13

2.3 Contrat logiciel ................................................ ............................................... 14

2.3.1 Termes et conditions .............................................. .................................................. .14

2.3.2 Contrat d'assistance et de maintenance ........................................... ........................................ 15

2.3.3 Contrat de copyright dans le cadre du contrat de logiciel ............................. 16

2.4 Aperçu des travaux du projet ............................................... ............................... 16

2.4.1 Définition, classification et organisation du projet ......................................... ....... 16

2.4.2 Plan de projet .............................................. .......................................... 17

2.4.3 Évaluation des risques du projet ............................................ ..................................... 18

2.4.4 Contrôle des horaires, partitionnement et mise en phase .......................................... .................... 20

2.4.5 Contrôle des coûts .............................................. .............................................. 21

2.4.6 Domaines problématiques possibles dans le travail du projet ............................................ .23

2.4.7 Évaluation du succès du projet ............................................ .......................... 24

2.5 Questions commerciales ............................................... .......................................... 25

2.5.1 Orientation client .............................................. ............................................. 26

2.5.2 Satisfaction du client .............................................. .......................................... 26

2.5.3 Le produit comme facteur marketing ............................................. ................................. 27

2.5.4 Cartographie des acheteurs potentiels ............................................ ........................ 29

2.5.5 Modèle de rémunération et tarification ............................................ ................................. 29


3 OBJECTIF ET MÉTHODES DE LA RECHERCHE .............................................. ............. 31

3.1 Objectif de la recherche ............................................... ............................................... 31

3.2 Méthode de recherche qualitative ............................................. .... 31

4 DÉVELOPPEMENT ET MISE EN ŒUVRE DU LOGICIEL GISGRO ....................................... 34

4.1 Le plus grand port d'exportation et général de Finlande ........................................... ........................ 34

4.2 Qu'est-ce que Gisgro? ............................................. .................................................. ..... 35

4.3 Valeur ajoutée du port .............................................. ........................................ 37

4.3.1 Gisgro comme outil de maintenance ............................................ ................... 37

4.3.2 Dans l'utilisation opérationnelle du port de Gisgro ........................................... ............ 41

4.3.3 Ventes et marketing ............................................ .......................................... 44

4.4 Valeur ajoutée pour les parties prenantes .............................................. ............................ 46

4.4.1 Cartographie des utilisateurs internes et externes .......................................... .............. 46

4.4.2 Attentes des parties prenantes vis-à-vis du système ........................................... ........ 48

4.4.3 Discussion approfondie avec les clients ........................................... .......... 51

4.4.4 Flux de revenus et tarification ............................................ ......................................... 53

4.5 Gisgro comme acquisition de logiciel ............................................... ................................. 56

5 RÉSULTATS DE RECHERCHE ................................................ ...................................... 57

5.1 La rentabilité de Gisgro en tant qu'investissement .............................................. ........................ 57

5.2 Développement de Gisgro du point de vue de la gestion de projet ............................................. ... 61

5.3 Réflexions et conclusions .............................................. .................................... 64

SOURCES ................................................. .................................................. ........................ 68

LISTE DES IMAGES

ANNEXES

Annexe 1. Formulaire d'évaluation des besoins


6

1. INTRODUCTION

L'importance de la numérisation augmente partout. Pour suivre le développement et l'exploiter

commercialement, les entreprises doivent se familiariser, se systématiser et avoir le courage d'investir.

Le client de ces travaux, HaminaKotka Satama Oy, a décidé d'investir dans un nouveau système

d'information portuaire innovant. Le système sera construit dans le cadre d'un projet de coopération

avec VRT Finland Oy de Jyväskylä.

Le nouveau système est basé sur la plate-forme en ligne Gisgro développée par VRT Finlande, dont les

fonctionnalités ont déjà été utilisées par HaminaKotka Satama Oy. Jusqu'à présent, l'utilisation du système

Gisgro s'est limitée principalement aux inspections structurelles sous-marines, mais avec le nouveau

système, les fonctions seront étendues pour couvrir toute la zone portuaire, incl. les structures hors sol telles

que les jetées, les voies d'accès et les infrastructures CVC. À un stade ultérieur, les propriétés du port seront

également incluses.

Gisgro est un service en ligne qui, une fois connecté, ouvre une vue du port de HaminaKotka dans un

environnement 3D. Mis en œuvre avec la technologie du nuage de points et des techniques de sonar et de

balayage laser, ainsi que des orthophotographies, l'ensemble est un jumeau numérique des structures

existantes du port, ainsi qu'un instantané en temps réel, entre autres. réparations d'entretien, exemptions de

trafic, zones louées, trafic maritime et conditions météorologiques portuaires.

Grâce à ces fonctionnalités, les ventes et le marketing bénéficient également largement de l'utilisation

du programme. Bien que Gisgro soit le premier et le premier à utiliser le port lui-même, il n'y a pas

d'obstacle fondamental à l'attribution des droits d'accès aux opérateurs portuaires, aux clients et aux

parties prenantes. Le port a décidé de cartographier les besoins, les souhaits et les idées des

différents acteurs du système afin d'envisager un éventuel transfert vers d'autres acteurs portuaires.

La valeur ajoutée pour les clients et les parties prenantes est le thème principal de cette étude.

Le motif de l'expansion possible de la base d'utilisateurs et même de la commercialisation des droits d'accès est

la volonté d'améliorer le niveau de service du port. Obtenez le port


7

Les commentaires des clients sont largement positifs, mais la performance est parfois extérieurement

rigide ou lente. Le port a pris conscience de l'importance de la numérisation et a saisi l'opportunité de

faire quelque chose de concret à ce sujet. La justification économique du système est solide, mais

nous voulons en même temps tirer le meilleur parti des opportunités qu'il offre. Le système a également

besoin que les utilisateurs soient activement développés après le déploiement.

Les sujets d'intérêt pour la thèse comprennent les questions liées au partage des coûts et des revenus entre

le client et le fournisseur, ainsi que les questions de droits de propriété intellectuelle et de gestion des

risques. Ce sont des questions très importantes liées à la tarification des droits d'accès au programme, à la

cartographie des utilisateurs potentiels et à la poursuite du développement possible du programme. Le

développement de Gisgron et la réalisation de cette étude sont étroitement liés l'un à l'autre, car j'ai inclus

un projet de programme visant à orienter davantage le travail de pain ordinaire (les ventes de l'entreprise

portuaire). C'est une bonne opportunité de faire entrer les perspectives des clients et l'organisation

commerciale du port dès la réalisation du programme.

La partie théorique de l'étude traite, entre autres, des investissements dans les systèmes d'information et de

leurs problèmes du point de vue du droit d'auteur. En outre, les aspects commerciaux tels que l'orientation

client, la production et la tarification seront explorés le cas échéant. Un aperçu de la gestion de projet est

également créé, mettant l'accent sur les questions pertinentes pour la recherche (l'étude évalue également la

mise en œuvre de Gisgro du point de vue de la gestion de projet). La recherche, menée avec une approche

qualitative, est basée sur des entretiens menés à la fois avec l'abonné et les clients potentiels. Le contenu

quantitatif de la recherche a été obtenu en évaluant les avantages en ressources de l'acquisition de logiciels.
8

2 CADRE THÉORIQUE

Ce chapitre présente la littérature relative au projet de développement Gisgro et à la recherche de valeur

ajoutée. Il est possible d'en savoir plus sur l'acquisition de Gisgro en créant un aperçu des investissements

et de la rentabilité. En revanche, l'investissement dans le système d'information, bien que, selon la

littérature, soit au moins modérément comparable à d'autres investissements en équipement, diffère à

certains égards des marchés publics conventionnels, par exemple en matière de droit d'auteur. Celles-ci

seront clarifiées dans la mesure appropriée à Gisgro. De plus, les bases de la gestion de projet sont

discutées, la prospection est introduite, et les caractéristiques du produit en tant que facteur marketing sont

évaluées, sans oublier les principes de base de la tarification.

2.1 Les investissements de l'entreprise

Une décision d'investissement a été prise lors de l'acquisition de Gisgro. Un investissement système précieux doit être basé sur

une bonne compréhension du système en tant que facteur de production. La modélisation d'un port dans un environnement 3D

n'est pas une mise à niveau de l'ancien, mais le début d'un tout nouveau type de modèle d'exploitation.

Toutes les entreprises ont des coûts. Pour qu'une entreprise puisse générer des revenus, elle doit payer des

dépenses. À la différence, par exemple, des dépenses courantes, un investissement est considéré comme une

grande somme d'argent dépensée pour les opérations de l'entreprise, où la période d'attente pour le revenu est

longue (Haverila et al. 2005, 195). Selon Puolamäki et Ruusunen (2009, 23), «l'investissement est l'utilisation de

l'argent dans le but de générer des revenus».

Les investissements peuvent être divisés en investissements financiers et réels. Les investissements financiers

investissent de l'argent dans les opérations de l'entreprise sous forme de capitaux propres ou de dette, tandis que les

investissements réels investissent de l'argent dans des facteurs de production pour générer un rendement. (Puolamäki

et Ruusunen 2009, 23.)

Le véritable investissement peut être l’acquisition d’équipements et de locaux ou, par exemple, un investissement

dans la formation du personnel. Quelle que soit la nature de l'investissement, il doit être rentable. Le

réinvestissement augmente le capital réel existant d'une entreprise lorsqu'un investissement de remplacement ou

de remplacement renouvelle ou répare, par exemple, un capital réel obsolète pour améliorer sa rentabilité et son

rendement.
9

pour améliorer ou restaurer. Le cadre des opérations de l'entreprise est créé par les

investissements, et ils lient les opérations de l'entreprise à long terme. (Haverila et al. 2005, 195.)

2.1.1 Évaluation des besoins d'investissement, de la rentabilité et des risques

L’investissement doit être soigneusement planifié et cohérent avec la stratégie de l’entreprise. Un

investissement mal planifié et mis en œuvre peut être dévastateur pour l’avenir d’une entreprise et

même mettre son avenir en péril. Le financement des investissements doit également être sur des

bases solides. (Haverila et al. 2005 195–196.)

Les investissements peuvent être classés en différents types. Puolamäki et Ruusunen (2009, 23-24) parlent

d'investissements stratégiques et opérationnels, dont les premiers incluent des investissements en recherche

et développement, où, par exemple, «les investissements informatiques sont la pierre angulaire d'une

entreprise leader dans leur secteur». Haverila et al. (2005, 197), d'autre part, classent comme suit:

investissements obligatoires (législation), investissements de nécessité (réparations et investissements de

fiabilité), investissements stratégiques (création de politiques à long terme, y compris marketing et

développement de produits), investissements de productivité (compétitivité et efficacité) , ainsi que des

investissements d'expansion (expansion significative des opérations). En ce sens, Gisgro est un

investissement de développement, de productivité et stratégique.

Les investissements sont généralement basés sur des projets. Cela ne signifie pas nécessairement

une entreprise de projet, mais un investissement peut être une solution à un problème limité qui peut

être résolu par un projet et un plan de coûts. Le plan de coûts peut varier d'un secteur à l'autre et il n'y

a pas de modèle approprié pour chaque secteur. Pendant le projet, il est possible d'influencer le

résultat. Cela nécessite une mise à jour active et des mesures correctives doivent être prises si

nécessaire. (Haverila et al. 2005, 196–197.)

Il existe de nombreuses méthodes de calcul des investissements et vous pouvez choisir celle qui convient à chaque

investissement. Les plus connues sont la méthode de la valeur actuelle, la méthode de la rente, la méthode du taux

de rendement interne, la méthode du taux de rendement interne simplifié et la méthode de la période de

récupération. Les deux derniers


dix

sont les soi-disant. méthodes simplifiées, décrites plus en détail ci-dessous. (Haverila et al.

2005, 197.)

Le taux de rendement interne indique le taux d'intérêt auquel la valeur actuelle nette de l'investissement est

nulle, c'est-à-dire que la valeur actuelle du rendement net de l'investissement correspond au coût de base. Un

investissement peut être considéré comme rentable lorsque le taux d'intérêt interne est égal ou supérieur au

rendement cible du capital. Il vaut la peine de simplifier la méthode, par exemple, dans une situation où les

valeurs initiales sont incertaines. Dans ce cas, le retour sur investissement (ROI) est calculé en divisant le

rendement net d'une année typique par l'investissement moyen, mais les différences typiques pour le calcul du

taux de rendement interne sont exclues des calculs. Ils seront remplacés par une dépréciation de

l'investissement. (Haverila et coll.

2005, 204–205.)

La méthode de remboursement est très simple, c'est pourquoi elle est largement utilisée en comptabilité

d'investissement. C'est une méthode particulièrement adaptée dans une situation où il est difficile

d'estimer avec précision l'accumulation de revenus à long terme. Le principe de base de la méthode est

de savoir dans quel délai le retour net sur investissement dépasse les coûts d'acquisition de base. Selon

la méthode, il vaut la peine de faire les investissements dont on peut estimer que le capital investi se

récupère rapidement. Sa faiblesse est la difficulté d'estimer l'impact de l'investissement après la période

de retour sur investissement, mais la méthode reste un bon outil à utiliser avec d'autres calculs. (Haverila

et al. 2005, 205–

206.)

Les investissements doivent toujours faire l'objet d'une évaluation des risques et des incertitudes. L'incertitude est toujours

impliquée dans les opérations d'une entreprise. L’incertitude mesurable liée à l’activité d’une entreprise est appelée risque.

Les risques financiers ne sont pas manifestement négatifs (entraînant des pertes), mais ils génèrent également des

bénéfices. Les risques peuvent être subdivisés en risques stratégiques et opérationnels. Les risques stratégiques

constituent une menace pour la stratégie d'une entreprise lorsque les risques opérationnels menacent les activités

commerciales normales de l'entreprise. En outre, il peut y avoir un certain nombre de risques propres à l'entreprise qui

doivent être évalués séparément. Il peut s'agir, par exemple, de risques pour le personnel. Les investissements impliquent

toujours des risques contractuels et souvent différents types de chevauchements de risques. (Puolamäki et Ruusunen

2009, 25-28.)
11

2.1.2 Investissement dans le système d'information

Selon Kettunen (2002, 23), les investissements dans les logiciels ou les systèmes d'information, comme celui de Gisgrok, ne sont

pas significativement différents des autres investissements des entreprises. Pour cette raison, ils devraient être traités de la

même manière fondamentale que, par exemple, les investissements en équipements industriels.

Lorsqu'une entreprise décide d'investir dans un système d'information ou un logiciel, la justification

de l'investissement est souvent le désir de sauvegarder, simplifier, automatiser et éviter le coût de

l'erreur humaine. Chaque entreprise a ses propres motivations, mais il y a souvent des avantages

concrets à investir, comme l'amélioration du service client, la garantie de la compétitivité, la gestion

de l'information, la réduction des coûts et l'augmentation des flux de revenus. (Kettunen 2002, 27)

Lors de l'examen d'un investissement logiciel, il faut décider s'il faut obtenir une application prête à

l'emploi sur le marché ou commencer à développer un nouveau projet personnalisé avec le fournisseur

du système. En pratique, le choix d'un logiciel nécessite souvent un certain degré de personnalisation

pour fonctionner de manière optimale dans l'environnement de l'entreprise. Il n'y a pas de réponse sans

équivoque quant à l'approche à utiliser, d'autant plus qu'un progiciel personnalisé consiste souvent en

une partie de composants ou de fonctionnalités prêts à l'emploi. Tout dépend de l'entreprise et de

l'objectif du logiciel. Un projet logiciel entièrement personnalisé est remis en question à son meilleur

lorsqu'il aide à résoudre un problème propre à une entreprise elle-même pour laquelle un programme

prêt à l'emploi n'est pas disponible. (Kettunen 2002, 37–39.)

Un investissement dans les systèmes d'information, comme les autres investissements, comporte toujours des

risques, auxquels il faut se préparer le plus tôt possible. Les risques potentiels doivent être identifiés et

l'incertitude associée aux travaux de développement doit être reconnue dans le cadre du plan de projet.

(Kettunen 2002, 146.)

Les fusions et acquisitions en cours sont une activité typique de l'industrie informatique. Au début d'un projet, l'éditeur du

logiciel peut être une entreprise différente de celle du programme terminé


12

comme une acquisition. Les faillites, fermetures ou prises de contrôle sont autant de risques

auxquels il faut se préparer. (Forselius 2013, 65.)

2.2 Droits d'auteur sur les programmes informatiques

Ce chapitre donne un aperçu des problèmes de droits d'auteur et de propriété intellectuelle liés à

l'utilisation du programme Gisgro. Pour cette raison, par exemple, l'open source, la protection des

consommateurs et la responsabilité sont exclus de l'examen.

2.2.1 Programme d'ordinateur en tant qu'œuvre et copyright du créateur

La Communauté européenne a harmonisé ses règles de droit d'auteur. La directive sur le droit d'auteur

des logiciels informatiques a été adoptée en 1991. Les normes utilisées en Finlande ont dû être

modifiées de temps à autre depuis lors, mais la Finlande a une base normative européenne. (Välimäki

2009, 11.)

Le droit d'auteur n'est pas éternel, ni n'est en fait un droit de propriété, mais plutôt un droit de monopole limité. Il est

important de définir la protection du droit d'auteur au bon niveau pour optimiser le volume de la production créative.

Pour cette raison, le droit d'auteur a été restreint, entre autres. à l'heure. L'étendue de la protection est également

limitée. Il convient de noter dans les programmes informatiques que la protection ne s'applique pas à toutes les

utilisations, mais uniquement à certaines situations, telles que la copie, la distribution et la modification. De plus, le droit

d'auteur ne s'applique pas à l'ensemble du programme, mais uniquement à la partie immédiatement visible, telle que le

code, les graphiques d'interface et le progiciel. Les algorithmes ou la logique de l'interface utilisateur ne sont

généralement pas couverts par le droit d'auteur. (Välimäki 2009, 13-15.)

Selon Välimäki (2009, 17), «la directive sur le droit d'auteur des logiciels informatiques part du point de vue d'un programmeur

et d'un code». Une question pertinente est également de savoir si un programme informatique est une œuvre. En effet,

l'application du concept d'une œuvre à des programmes informatiques a été un sujet largement débattu. Il est de pratique

établie que le code source, le langage machine compilé et leurs formes intermédiaires sont protégés. La deuxième façon de

penser définit le travail et le code source original comme la même chose. Pour obtenir le droit d'auteur, un programme doit

dépasser un seuil de travail, c'est-à-dire que le programme doit être une création indépendante de son auteur. Ceci est

également défini dans la directive sur le droit d'auteur.


13

(Välimäki 2009, 17-18.)

En principe, le droit d'auteur appartient au créateur de l'œuvre. Le créateur d'un programme informatique est un

programmeur, et c'est également le cas pour un projet logiciel. Le titulaire du droit est celui qui crée concrètement le

code source, bien que l'auteur puisse transférer ses droits à une personne morale, telle qu'une société anonyme. Le

droit d'auteur est transféré à l'entreprise par accord séparé, ou à l'employeur automatiquement lorsque le programme

informatique est créé pendant que le codeur exerce son travail ou ses fonctions officielles. Dans ce cas, l'employeur n'a

pas à payer de compensation spéciale pour la réalisation du programme. (Välimäki 2009, 26–31.)

L'utilisation d'un programme informatique n'est généralement pas couverte par le droit d'auteur. Vous pouvez également

faire des copies pour votre propre usage, et dans le cas de programmes informatiques, cela est même nécessaire, par

exemple, pour les sauvegardes. Ce droit ne peut être révoqué même d'un commun accord. (Loi sur le droit d'auteur du 8

juillet 1961/404.)

Lors du téléchargement, de l'enregistrement, etc., le programme crée également des copies intermédiaires qui ne

peuvent être évitées. Il convient de noter que si un programme est utilisé par une personne autre que son utilisateur légal,

tel que son client, le contrat de licence peut restreindre cette utilisation si des copies sont faites en relation avec lui. Une

telle utilisation doit toujours être convenue séparément. (Välimäki 2009, 50–51.)

2.2.2 Licence et utilisation d'un programme informatique sur un réseau

Le détenteur du droit d'auteur du programme peut échanger son programme en attribuant ou en

octroyant une licence aux droits. La vente de droits est idéale pour les projets logiciels conçus sur

mesure pour l'utilisation d'une entreprise moyennant des frais préalablement convenus. Dans ce cas,

il peut être indiqué dans le contrat que tous les droits seront transférés au client après l'achèvement

du projet. (Välimäki 2009, 150.)

Licence signifie accepter les conditions d'utilisation d'un programme informatique. Souvent, le titulaire du droit

d'auteur accorde une licence limitée au produit logiciel, mais ne cède pas le droit d'auteur lui-même.

L'utilisateur ou l'abonné peut ainsi utiliser le programme, mais uniquement dans les limites fixées par les lois

et accords. (Välimäki 2009, 151–152.)


14

Si la licence du programme est vendue en tant que service en ligne pour une utilisation en ligne, l'application

des droits de propriété intellectuelle ne va pas de soi. Le développeur du logiciel détient toujours le droit

d'auteur sur sa création, mais si l'utilisateur ou l'abonné n'a pas le contrôle sur la pièce, l'utilisation n'est pas

pertinente au droit d'auteur. Dans ce cas, nous pourrions parler d'un accord de service plutôt que d'un accord

de licence. Un produit logiciel vendu dans le cadre d'un contrat de service peut toujours avoir une forte

perspective de propriété intellectuelle, en particulier lorsqu'un programme de connexion distinct doit être installé

pour utiliser le programme. (Välimäki 2009, 153–

154.)

2.3 Contrat de logiciel

Le type de contrat utilisé est très important. Si le programme de connexion existe et est installé

sur la machine du client, la situation équivaut au transfert de biens meubles. Ceci est prévu

séparément dans le Code de commerce. Au lieu de cela, dans un service réseau, les règles du

droit des contrats sont assimilées à la location. Cela vaut également pour les licences, en

particulier si la durée de l'accord est limitée. Les accords entre entreprises sont souvent négociés

individuellement, avec une interprétation flexible. (Välimäki 2009, 154–155.)

Le contrat de service peut convenir entre le développeur du programme et l'acheteur sur tout autre

élément que ceux régis par des normes obligatoires. Ces normes obligatoires incluent, sans s'y

limiter, le droit de sauvegarde et de rétro-ingénierie ou certaines normes énoncées dans le droit de

la concurrence et le droit de la protection des consommateurs. En principe, l'accord a la liberté de

forme. (Välimäki 2009, 156.)

2.3.1 Termes et conditions

Un accord écrit doit être rédigé pour tous les achats et projets de logiciels. De cette manière, les intérêts des

deux parties peuvent être protégés, ainsi que les conditions juridiques de l'acquisition peuvent être garanties. Les

termes du contrat doivent être mentionnés au stade de l'appel d'offres. (Forselius 2013, 79.)
15

Dans le secteur informatique, les propres conditions générales de l'industrie sont largement utilisées, dont la dernière version est

les conditions générales IT2018. En plus des conditions générales, les conditions générales IT2018 comprennent, entre autres,

des conditions particulières pour la livraison de logiciels par des méthodes agiles, ainsi que des conditions particulières pour les

services de maintenance logicielle. (Conditions générales IT2018, 2018.)

2.3.2 Contrat d'assistance et de maintenance

Outre les coûts de base de l'investissement, les coûts du système d'information acquis comprennent également la maintenance

et d'éventuels développements ultérieurs. Selon la pratique courante, les services de support sont achetés dans le cadre de

l'acquisition d'un système d'information, de sorte qu'un support est certainement disponible en cas de problème. D'autres besoins

de développement sont souvent connus dans les entreprises déjà en phase de mise en œuvre et de conception, mais ils peuvent

ne pas avoir été implémentés dans la première version du logiciel. Des idées de développement sont également générées en

relation avec l'utilisation du programme, auquel cas le travail de développement ne se termine pas à la fin du projet de mise en

œuvre. (Kettunen 2002, 46–47.)

La tarification de la maintenance peut être problématique, une attention particulière doit donc y être accordée à un

stade précoce. Ceci afin d'éviter une situation où la maintenance du logiciel serait soudainement surévaluée pour

le compte du fournisseur lorsqu'il est convenu trop tard. Il peut également y avoir d'autres situations qui

augmentent de manière inattendue les coûts, comme la hausse des coûts de main-d'œuvre. En acceptant à

l'avance, une telle situation peut être évitée, et il serait plus clair de conclure un accord séparé pour la maintenance

du logiciel. Dans ce cas, la correction d'erreurs et l'adaptation du programme aux évolutions de l'environnement

technique peuvent être séparées des autres modifications, là aussi les conditions générales peuvent être prises en

charge. (Forselius 2013, 79–

80.)

De même, le soi-disant une section d'entiercement qui garantit la disponibilité du code source dans

une situation où, pour une raison ou une autre, l'éditeur de logiciel est incapable de poursuivre le

travail de développement (par exemple, faillite). Le code source est donné dans ce cas possession

d'un dépôt tiers. Cela garantit la possibilité de poursuivre le développement logiciel quelle que soit la

situation du fournisseur. (Forselius 2013, 79.)


16

2.3.3 Contrat de copyright dans le cadre du contrat de logiciel

S'accorder sur les droits sur le travail effectué est un thème important lors du démarrage d'un projet logiciel. Il doit être

convenu si et dans quelle mesure le client acquerra le droit d'auteur sur le programme. Les droits qui restent au

fournisseur doivent également être mentionnés. (Kettunen 2002, 132-133.)

Outre les questions de propriété, il est possible de s'entendre sur les droits des parties de transférer les résultats

d'un projet ou d'une acquisition à un tiers. Cela peut inclure, par exemple, des redevances ou d'autres paiements.

Il est également important de s'entendre sur la portée de la licence. Lors d'un accord sur la propriété et les droits

d'auteur du nouveau logiciel à développer, les droits d'auteur, par exemple, des composants finis et des modules

standard ne peuvent pas être annulés. Ils devraient donc être énumérés et mentionnés séparément. (Forselius

2013, 79.)

2.4 Aperçu des travaux du projet

Cette thèse fait partie de la formation en vente et en gestion de projet. Le but de l'étude était de

refléter la mise en œuvre de Gisgro dans la littérature de gestion de projet et les pratiques générales.

Ensuite, les concepts clés de la gestion de projet sont définis, ainsi que les pratiques générales de

gestion de projet. La partie empirique de l'étude compare ces aspects avec les expériences pratiques

du projet Gisgro (p. 60).

2.4.1 Définition, classification et organisation du projet

Ruuska (2007, 19) définit un projet comme «un groupe de personnes et d'autres ressources qui sont

temporairement réunis pour effectuer une tâche spécifique». Selon Pelin (2009, 25), un projet est

«un ensemble de travaux effectués pour atteindre un résultat ponctuel défini».

Ruuska (2007, 24) divise les projets selon leur nature en deux catégories de base: les projets

nouveaux ou en développement et les projets d'entretien ou de rénovation. Les nouveaux projets

développent un produit ou un système complètement nouveau, tandis que les projets de maintenance

apportent des modifications à un produit ou système existant, par exemple pour prolonger son cycle de

vie.
17

Il n'est pas conseillé d'organiser le travail qui est toujours fait dans un projet. Il est nécessaire de déterminer si le lot de

travaux est si vaste et complexe que sa gestion dépasse les tâches et les limites de base de l'organisation. La gestion

de petites tâches dans un projet n'est pas rentable, mais peut être effectuée dans des groupes de travail ou comme

travail en ligne régulier. (Ruuska 2007, 25-26.)

Le travail n'est pas un vrai projet juste s'il s'appelle un projet, c'est un système de gestion. En tant que personne clé,

le chef de projet est chargé de mener à bien le projet conformément aux objectifs, mais toutes les personnes

impliquées dans le projet n'ont pas besoin d'être directement subordonnées à lui. Par exemple, le travail des

employés de l'organisation hiérarchique peut être utilisé à titre temporaire, et des sous-traitants ou des consultants

peuvent également être impliqués. Le projet et le chef de projet ont également un pouvoir de décision, ce qui signifie

que chaque décision n'a pas à être prise par le supérieur hiérarchique. Si le projet a un soi-disant. «L'autonomie

gouvernementale» est suffisante lorsqu'une anomalie est signalée à l'organisation, et le plan de projet sert de

référence pour le chef de projet. Pelin 2009, 25-29.)

2.4.2 Plan de projet

Le plan de projet est établi au début du projet. Il définit les mesures par lesquelles les objectifs de performance

fixés pour le projet seront atteints, qui sera responsable de quel domaine, comment le projet sera planifié et

comment les ressources seront allouées. (Je joue

2009, 89.) Un plan de projet et des conseils continus pour sa mise en œuvre peuvent garantir la

réalisation des objectifs du projet (Pelin 2009, 85).

Lors d'un travail de conception, la meilleure façon de mettre en œuvre un projet est recherchée, car il existe souvent

de nombreuses options. Au cours de la phase de planification, le temps et les solutions économiques entre les

différentes options sont évalués, et les problèmes potentiels sont cartographiés à l'avance. Le résultat de la phase de

conception est un plan de projet qui est approuvé par le groupe de pilotage. La supervision et le contrôle du projet

reposent également sur un plan de projet préparé et approuvé. (Pelin 2009, 89.)

Le plan de projet doit inclure la définition du résultat souhaité, la délimitation du projet et l'organisation, au

moins en plus, le plan de mise en œuvre (partitionnement, phasage, calendrier), le budget, les orientations

nécessaires, la cartographie des risques et la définition du suivi, des rapports et des orientations. (Pelin 2009,

90.)
18

2.4.3 Évaluation des risques du projet

Il y a toujours des incertitudes et des conditions variables associées à un projet. Grâce à une gestion

réussie des risques, il est possible de réduire l'incertitude. Se préparer à des situations imprévues fait

partie du travail du projet. La nature du travail de projet implique l'apparition d'éléments dans une chaîne,

et en cas de situation critique, cette chaîne d'événements peut être affectée au moins en réduisant

l'impact des dommages, même si une prévention complète des dommages n'est pas possible. (Ruuska

2007, 248.)

La gestion des risques commence par l'identification, la liste et l'évaluation de leur ampleur. Avec l'analyse

des risques, il est possible de trouver des facteurs critiques qui menacent considérablement la mise en

œuvre réussie d'un projet. Il n’est donc pas logique d’énumérer tous les risques. Les risques doivent donc

être quantifiés en fonction des dommages qu'ils pourraient causer. En pratique, il vaut la peine d'évaluer les

risques sur la base des coûts, car si la réalisation d'un risque n'entraîne pas de coûts supplémentaires, il

peut même être discutable de parler du risque réel. (Ruuska

2007, 248-251.)

Pelin (2009, 238–240) rappelle la cartographie des risques en tant que processus continu dans le cadre

d'un projet en cours. Afin de gérer les risques, un plan de gestion des risques doit être élaboré. Dans un

projet par étapes, il est judicieux de toujours évaluer les risques avant de passer à une nouvelle phase

afin que le plan de gestion puisse être mis à jour.

Ruuska (2007, 252–257) propose avant tout la gestion des plus grands risques. Il entend par là

des risques dont la probabilité de réalisation et l'impact sont élevés, par opposition aux risques qui,

s'ils sont réalisés, pourraient être importants mais qui ne se matérialiseront probablement jamais. Il

est possible d'illustrer la situation avec une grille de risque (Figure 1):
19

Risque
probabilité de réalisation

4
grand 2 Éliminer au prix de quoi
peu importe

1
petit 3
Pas de mesures spéciales

Impact du risque
petit grand

Figure 1. Grille des risques (Ruuska 2007, 253)

Pour évaluer les risques, vous pouvez parcourir les risques identifiés et rechercher une case appropriée dans les

quatre champs de la grille des risques. Tous les risques ne peuvent pas être importants en termes d'impacts et

de probabilités de matérialisation, mais la case pour le moindre risque et impact peut être facilement remplie.

Cependant, il n'est pas toujours nécessaire de les éliminer, car certains problèmes imprévus surviendront au fur

et à mesure de l'avancement du projet. Cependant, il est bon d'être également conscient des risques moindres,

car dans certains cas, s'ils ne sont pas traités, ils peuvent entraîner des problèmes plus graves. (Ruuska 2007,

252–253.)

Dans le cadre du projet informatique, Myllymäki et al. (2011, 41–42) soulignent le choix du fournisseur et de

l'entité contractante comme un facteur d'incertitude possible. Le fournisseur doit avoir la bonne taille et avoir

le bon type d'expérience crédible pour minimiser les risques. Le contrat, en revanche, doit prendre en

compte non seulement le produit à livrer, mais également la phase de mise en œuvre et de maintenance du

projet. Les contrats ne doivent pas comporter de responsabilités ou de risques excessifs, et si un ensemble

de contrats préparé par un fournisseur est utilisé, il doit toujours être examiné par un expert des projets de

système d'information et du droit des contrats.


20

2.4.4 Contrôle des horaires, partitionnement et mise en phase

Il existe une variété de pratiques pour estimer et planifier les charges de travail. Parfois, l'expérience d'un chef de

projet suffit comme base d'évaluation, mais il est préférable pour ceux qui l'exécutent d'estimer la charge de travail. Il

serait bon de les utiliser comme ressource dès la phase de planification du projet. De plus, il y a toujours des

incertitudes impliquées, de sorte que l'estimation de la charge de travail n'est en réalité qu'une estimation. (Ruuska

2007, 189-190.)

Lors de la planification d'un calendrier, en fonction de la nature du projet, il est judicieux d'utiliser

une sorte de base de calcul ou d'analyse de réseau, telle que la technique d'évaluation et de

revue de programme (PERT), qui évalue la situation la plus optimiste, pessimiste et la plus

probable. (Ruuska 2007, 191). La méthode PERT, ou un autre outil d'analyse de réseau, peut non

seulement gérer et surveiller l'interdépendance des tâches de travail, mais aussi les

interdépendances des tâches du projet. (Ruuska 2007,

194.)

Dans la méthode de diagramme de partage (Gantt), un diagramme est créé dans lequel chaque tâche a sa

propre ligne. La ligne de tâche comporte un segment qui indique le temps estimé pour terminer la tâche. Une

fois les dates de début et de fin marquées sur le graphique, il est facile de suivre les différentes phases du

projet. Les segments peuvent également se chevaucher si l'une des phases du projet commence avant la fin

de l'autre. (Pelin 2009, 129.)

La structure de répartition du travail (WBS) fait référence à la division d'un projet en parties qui sont

conçues et mises en œuvre indépendamment. De cette manière, le projet peut être divisé en

sous-ensembles et calendriers clairs, qui montrent les interdépendances des différents

sous-ensembles. Cela crée également la base du suivi et du contrôle des coûts. (Pelin 2009, 97–98.)

Il n'existe pas de modèle unique pour WBS, tout dépend de la façon dont vous souhaitez

implémenter le contrôle de projet. Si, par exemple, le projet est


21

à l'aide d'une cloison coulée, l'ensemble est divisé en étapes successives dans le temps. Les pièces sont limitées dans le

temps et indépendantes les unes des autres. En règle générale, les étapes comprennent l'étude de faisabilité, la

conception, la mise en œuvre et le déploiement. (Je joue

2009, 99.)

Dans les phases, le projet peut être divisé en parties parallèles plus petites. À la fin des phases, un résultat

clairement mesurable est créé et la composition de l'équipe de projet peut varier entre les phases. En règle

générale, les projets de développement de produits font l'objet d'un examen de phase à la fin de la phase, auquel

cas les résultats de la phase sont examinés et l'avancement général du projet peut être évalué sur la base de

ceux-ci. Dans le même temps, une décision peut être prise pour lancer la phase suivante du projet et apporter les

modifications nécessaires, ainsi qu'une éventuelle réévaluation du calendrier. (Pelin 2009, 103-104.)

Il devrait également y avoir une marge de manœuvre dans les horaires. Tout ne se passe pas toujours comme prévu.

Les horaires peuvent devoir être modifiés, et parfois les tâches de travail peuvent même devoir être coupées en

dehors du projet. Si la tâche à accomplir est claire, bien maîtrisée et que les ressources sont optimales, la marge de

jeu (marge de sécurité) peut être petite. Au lieu de cela, dans les situations comportant beaucoup de risques et

d'incertitudes, une marge de manœuvre suffisante doit être envisagée. Cependant, il ne doit pas y avoir trop de

marge de manœuvre et il doit également être possible de resserrer le calendrier si nécessaire s'il y a un bénéfice

clair pour l'ensemble. (Ruuska 2007, 205–208.)

2.4.5 Contrôle des coûts

En tant que projet géré de manière indépendante, le projet a ses propres objectifs financiers, dont la

réalisation est évaluée lorsque le projet dans son ensemble est achevé. Un contrat à prix fixe est une

pratique courante dans les projets de livraison, auquel cas l'entreprise exécutant les tâches du projet en

particulier doit être éveillée en termes de suivi des coûts. Habituellement, le projet ne produit que lorsqu'il

est terminé, ce qui peut pousser le projet à se précipiter. Un projet rapidement achevé est généralement

coûteux, tandis que des coûts minimaux peuvent être atteints en prolongeant le calendrier. Trouver le

niveau optimal est important pour le projet dans son ensemble. (Pelin 2009, 169.)
22

Dans les projets de livraison, la forme du contrat a un effet significatif sur la formation des coûts. Il existe

deux types de base: le contrat total (forfait) et la facturation en fonction des travaux. Dans le contrat global, le

prix est précisément déterminé lors de la rédaction du contrat, et le fournisseur prend le risque d'évaluer la

charge de travail et les ressources. Cela se reflète généralement dans le prix du projet, mais d'un autre côté,

la prévisibilité et une bonne planification permettent à un contrat à prix fixe d'être généralement le meilleur

pour le client et le fournisseur. (Pelin 2009, 172.) Lors de la facturation, le fournisseur facture le client sur la

base du travail effectué, auquel cas le risque est faible, mais d'un autre côté, le profit est généralement

faible. (Jeu 2009,

173.)

Il est également possible de mettre en œuvre le projet conformément à d'autres formes de contrat. Par exemple,

«contrat fixe + facturation» fonctionne comme une combinaison des deux ci-dessus, une partie du projet étant

réalisée à un prix fixe convenu et une partie étant facturée séparément. (Pelin 2009, 174.)

La minimisation des coûts n'est pas l'objectif du projet, mais un résultat final de haute qualité et

attendu. Le contrôle des coûts et le contrôle des coûts font toujours partie des opérations normales du

projet, et les coûts du projet doivent être activement influencés. La clé est la relation entre les coûts et

les avantages à obtenir, et au lieu d'être trop précis, les avantages pour le résultat et le projet dans

son ensemble devraient être considérés. (Ruuska 2007, 208–209.)

La meilleure façon d'influencer le coût d'un projet est au stade de la conception. Après cela, il y a généralement

peu de pouvoir de négociation. Cependant, les coûts peuvent s'échapper dans la mauvaise direction si des

erreurs sont commises lors de la phase de conception ou s'il y a trop de problèmes imprévus devant le projet.

(Ruuska 2007, 209-210.)

Un contrôle efficace des coûts repose sur des informations fiables de suivi et de planification. Si ceux-ci ne sont

pas disponibles en temps opportun, des problèmes peuvent survenir. Parce que le contrôle des coûts nécessite

de la prévoyance, ses actions ne peuvent être aussi efficaces et réussies que le permettent les données

d'entrée. La maîtrise active des coûts n'est pas possible avec un retard, mais d'un autre côté, un reporting trop

lourd ne sert pas forcément l'ensemble. (Ruuska 2007, 210.)


23

2.4.6 Domaines problématiques possibles dans le travail du projet

Pelin (2009, 38–40) énumère les pièges et les problèmes qui surviennent souvent dans les activités de projet.

Entre autres, il n'est pas toujours possible d'utiliser un projet comme un concept de la bonne manière. Cela se

traduit par le fait que les opportunités offertes par la gestion de projet ne peuvent pas être utilisées alors qu'elles

seraient certainement utiles. Il est également courant de retarder l'horaire et de dépasser le budget, tout en

essayant de rattraper les retards, par exemple en faisant des heures supplémentaires. Parfois, en revanche, la

qualité du résultat final est compromise pour garantir que le projet est achevé dans les délais.

Selon Ruuska (2007, 41), les problèmes sont rarement dus à des raisons techniques ou de fond,

mais le plus souvent il s'agit d'une gestion de projet inadéquate et de la négligence des

méthodes de projet. L'équipe de projet a peut-être une expertise, mais l'organisation et la

planification ont fait défaut.

Dans les activités de projet, il est courant que les détails soient affinés à mesure que le projet progresse. Cependant, cela

peut entraîner des problèmes de délimitation de projet. Toutes les choses ne font pas partie du projet, et il est courant que le

client fasse des demandes supplémentaires et des suggestions de changements au fur et à mesure de l'avancement du

projet, ce qui entraîne des coûts supplémentaires et complique le fonctionnement du projet. Par conséquent, les principales

lignes directrices du projet doivent être convenues sans ambiguïté au début du projet. Les erreurs doivent être corrigées, mais

l'inclusion de tâches entièrement nouvelles dans un projet déjà en cours n'est pas souhaitable et ne devrait pas être effectuée

sans raisons très impérieuses. (Ruuska 2007, 42–43.)

Le projet doit bénéficier d'un soutien hiérarchique. L'organisation doit s'engager à réaliser le projet. Ce n'est pas

toujours le cas, mais par exemple, l'intérêt de la direction pour le projet peut diminuer. Il se peut qu'il n'y ait toujours

pas de demande pour le produit final, ou des problèmes plus urgents et plus importants sont apparus. Si cela se

produit, le projet doit être arrêté immédiatement et réévalué. Des divergences d'opinions peuvent également se

développer entre les organisations de ligne et de projet, ce qui crée facilement des problèmes. L'organisation

hiérarchique peut ne pas vouloir donner au chef de projet l'autorité nécessaire, ou le chef de projet sera tenu de

rendre compte non seulement à l'équipe de gestion de projet, mais également à l'organisation hiérarchique. Dans ce

cas, les rapports inutiles prennent du temps et des ressources. (Ruuska 2007, 44–46.)
24

En plus de ceux-ci, le projet peut avoir des objectifs irréalistes en termes de résultat final. Le rapport entre le

calendrier et les ressources et les besoins peut être erroné, auquel cas le projet n'a pas le bon type de

conditions d'exploitation. Il est également possible de faire des erreurs de conception, ce qui rend la gestion

de projet difficile. Si le plan de projet n'est pas fait correctement, le projet n'a pas de très grandes chances

de succès. (Ruuska 2007, 48–50.)

Ruuska (2007, 52-53) mentionne spécifiquement que le projet doit avoir un point de départ et un point d'arrivée clairs.

Au début du projet, il devrait être possible de commencer à travailler immédiatement à pleine capacité. Souvent, les

projets se poursuivent également même si l'objectif initialement fixé a déjà été atteint. Cela implique également de

fixer des jalons appropriés. Si le projet est de grande envergure, il est pratiquement obligé de le décomposer en

parties plus petites pour gérer l'ensemble. Lors des jalons ou des jalons, il est possible de reprendre son souffle, de

noter l'état d'avancement de la situation et d'apporter d'éventuelles corrections au fur et à mesure de l'avancement du

projet.

2.4.7 Évaluation du succès du projet

Ruuska (2007, 275) estime qu '«un projet réussi atteint les objectifs fixés pour le produit final selon

le calendrier prévu et aux coûts convenus». Si le projet est considéré comme un investissement, les

avantages du résultat final doivent également être pris en compte.

Il est difficile de mesurer sans ambiguïté le succès. En plus du produit final, il est également judicieux d'évaluer

le projet du point de vue du processus. En se concentrant sur la qualité du contenu, le calendrier et les coûts du

projet deviennent facilement incontrôlables, et le succès du processus de contrôle compte également en fin de

compte en termes de qualité. (Ruuska 2007, 276). Pelin (2009, 37) ignore le même thème et demande: «Le

projet a-t-il également réussi en termes de gestion du personnel et de satisfaction au travail?»

Evaluer la réussite d'un projet est aussi une question d'opinion. Le calendrier et le budget sont des facteurs

qui peuvent être mesurés avec précision et fiabilité, mais il peut y avoir plusieurs points de vue sur la

signification du résultat. Un produit livré entièrement selon la spécification initiale peut ne pas satisfaire le

client si la spécification
25

a été mal fait. Il est important pour le succès qualitatif et son évaluation que les critères soient clairs

pour toutes les parties dès le début du projet. Dans ce cas, il est également encore possible

d'influencer considérablement le résultat et la direction du projet. (Ruuska 2007, 277.)

Un projet a échoué lorsque les attentes qui lui sont imposées ne sont pas satisfaites et est généralement

la somme de nombreux facteurs différents. L'échec peut impliquer des défauts de conception, des

attentes irréalistes ou même l'accent mis sur des choses négatives. Dans ce cas, le projet est considéré

comme un échec. La planification est toujours anticipée et sujette à l'incertitude. De même, les attentes

contradictoires des parties peuvent amener une partie à percevoir le projet comme un succès et l'autre

comme un échec. (Ruuska 2007, 279-283.)

Si les objectifs sont fixés sans ambiguïté, il n'y aura pas de place pour du joss à la fin du projet. Ils doivent être

convenus entre l'auteur et l'abonné, sans dictée. Une fois que les objectifs ont été convenus ensemble, ils sont

également engagés. (Pelin 2009, 37.)

Myllymäki et al. (2011, 53-54) ont envisagé d'évaluer les avantages des projets de systèmes d'information.

L'avantage est conceptuellement contradictoire et imprécis, mais les avantages immédiats devraient être

mesurables en termes monétaires. Au lieu de cela, le projet peut également se traduire par d'autres types

d'avantages plus difficiles à quantifier, tels qu'une satisfaction client améliorée ou une image d'entreprise

améliorée. L'objectif du projet de système d'information est de développer l'entreprise et ses conditions de

fonctionnement dans la pratique.

2.5 Problèmes commerciaux

Les dimensions commerciales de Gisgro sont un thème central de cette étude. Le client est

particulièrement intéressé par l'utilisation de Gisgro dans les ventes et le marketing, ainsi que par la

possibilité de couvrir les coûts d'investissement de Gisgro grâce à des frais perçus auprès des clients et

des parties prenantes. D'autre part, il est important de reconnaître l'importance de Gisgro en général à

travers le point de vue du client. Cette partie de l'étude explore le cadre théorique des enjeux

commerciaux pour soutenir la commercialisation éventuelle de Gisgro.


26

2.5.1 Orientation client

L'orientation client est le fondement d'une vision marketing moderne. Haverila et al. (2005, 226)

définissent l'orientation client comme suit:

L’orientation client peut être définie comme la collecte d’informations sur le marché liées aux besoins
actuels et futurs des clients dans toute l’organisation, la diffusion d’informations sur les clients à tous les
départements de l’entreprise et la réponse à l’ensemble de l’organisation.

La capacité à créer un avantage concurrentiel durable sur le marché est essentielle au succès d'une entreprise.

Les clients doivent ajouter de la valeur aux services et produits de l'entreprise que les concurrents n'ont pas à

offrir. La coordination entre les différentes organisations de l'entreprise est importante dans la mise en œuvre

d'une stratégie centrée sur le client. Il ne doit pas y avoir d'objectifs contradictoires au sein de l'organisation et

chacun doit viser un client satisfait. Chaque membre de l'organisation peut contribuer à la création de cette

valeur ajoutée. (Haverila et al. 2005, 227-228.)

Des études ont montré qu'il existe un lien clair entre les opérations orientées client et la rentabilité

d'une entreprise. Un facteur influent est l'importance de la technologie dans l'industrie. Des études

montrent que plus la technologie est importante sur le marché, plus l’impact de l’orientation client sur

la rentabilité est faible. (Haverila et al. 2005, 228-229.)

2.5.2 Satisfaction du client

L'un des concepts les plus importants de la réflexion sur la qualité est ce que l'on appelle la qualité centrée sur le client. Par

définition, la qualité est la capacité à répondre aux besoins des clients. Parallèlement à l'orientation client, la réflexion sur la

qualité fait donc également partie des tâches marketing. De ce point de vue, la satisfaction du client est une mesure de la

qualité d'un produit ou d'un service. (Corde 2005, 555.)

Il est possible de mesurer la satisfaction client et ses effets. La qualité du client affecte directement ou

indirectement l'image de l'entreprise, la durée des relations avec les clients, la conquête de nouveaux clients

grâce à une image d'entreprise positive et le maintien de la rentabilité grâce à de bonnes relations clients.

(Corde 2005, 556.)


27

Rope (2005, 558) répertorie les facteurs de satisfaction les plus importants, qui incluent un service client

personnalisé exceptionnellement bon, une gestion des problèmes client spécifiques à la situation, la

fourniture d'un élément étonnamment positif avec le produit, etc. Les facteurs d'insatisfaction comprennent

le fait de ne pas s'entendre sur des choses (par exemple, le calendrier), les suppléments de prix n'ont pas

été conscients des attentes en matière d'image ou ne les ont pas satisfaits.

Le nombre et la qualité des facteurs de satisfaction dans chaque situation ne pèsent pas autant sur la relation

client que les facteurs d'insatisfaction. Même un grand nombre de facteurs de satisfaction ne compensent pas

nécessairement les facteurs d'insatisfaction et ne sont pas des images en miroir les uns des autres. Il existe des

facteurs de satisfaction distinctifs, tels que le traitement rapide et élégant d'une question spécifique au client.

Cependant, la chose la plus importante dans la satisfaction des clients est d'assurer des opérations cohérentes,

de minimiser l'insatisfaction et de corriger autant que possible les causes potentielles d'insatisfaction en fonction

des commentaires des clients. Il ne faut pas non plus sous-estimer l’importance des petits facteurs de surprise

positifs qui laissent le client de bonne humeur. (Rope 2005, 559–560.)

2.5.3 Le produit comme facteur marketing

Le produit en tant que facteur marketing est l'un des moyens classiques de concurrence dans le marketing et

le produit lui-même est la base de tout marketing. On dit que le produit est le cœur des affaires. Cependant, le

produit ne doit pas être laissé seul en tant que facteur décisif de la concurrence, mais doit être un moyen par

lequel une entreprise peut produire un bon résultat commercial grâce à son savoir-faire et son activité.

Lorsque l'orientation client et un bon produit vont de pair, une entreprise peut obtenir le plus grand avantage

concurrentiel possible. (Rope 2005, 206–208.)

Le produit est une entité visible dans les opérations de l'entreprise. En tant que bien échangeable, un produit

peut être un service, un bien, une personne ou même un établissement. Ce qui est important pour le vendeur,

c'est que le produit soit rendu désirable. (Rope 2005, 208–209.)

Le marketing crée une entité à partir d'un produit ou d'un service manufacturé que le client souhaite acheter. Le

client n'achète généralement pas seulement le produit, mais le bénéfice et l'image que le produit, lorsqu'il est

correctement commercialisé, lui offre.


28

(Bergström et Leppänen 2011, 194.)

«Le produit de base, comme son nom l'indique, est au cœur du concept de produit», décrit Rope (2005,

210). Le client achète un produit ou un service uniquement pour un besoin spécifique. À mesure que la concurrence

s'intensifie, une solution de produit de base à elle seule peut ne plus réussir, car les concurrents auront toujours la

possibilité de fabriquer un produit similaire ou meilleur. En effet, de nombreuses entreprises se concentrent sur des

avantages supplémentaires au-delà du produit principal (ou du service principal). Il peut s’agir de biens ou de services qui,

associés au produit de base, abaissent le seuil de transaction du point de vue du client et, d’autre part, peuvent différencier

l’entreprise de ses concurrents. La combinaison d'un produit de base et d'avantages supplémentaires est appelée un

produit fonctionnel. (Corde 2005, 210-211.)

Pour que le vendeur ait quelque chose à échanger, il doit y avoir des offres concrètes au client.

Cela doit également être capable de dire ouvert afin que le client sache quoi acheter. Un package

d'offre est une entité composée du nom du produit, du contenu concret et du prix. Lorsque ceux-ci

sont remplis, le vendeur a un produit que le client peut acheter. Le produit doit être suffisamment

standardisé pour être qualifié de productisé. L'application et la modification spécifiques au client

sont possibles lorsque le produit a atteint un niveau suffisamment concret. (Rope 2005, 214-216.)

Lorsqu'une entreprise a une combinaison de plusieurs besoins clients pour satisfaire les produits

créés, on parle d'offre. L'offre peut également signifier un produit individuel qui répond aux besoins

du client. (Bergström et Leppänen

2011, 200.)

Selon Bergström et Leppänen (2011, 218), «la productisation dans le développement de produit signifie toutes les

mesures par lesquelles une préforme de produit devient un produit commercialisable». L'objectif est de créer une entité

compétitive et attractive qui répond aux besoins du client. Dans ce cas, le développement du produit doit se faire de

manière judicieuse et mettre en valeur les différents composants de manière à ce que l'offre soit vraiment différente de

celle des concurrents.


29

2.5.4 Identification des acheteurs potentiels

Afin de vendre un produit, vous devez trouver des clients potentiels. Le bon contact dans une

organisation cliente potentielle est dans une position où il a le pouvoir de prendre une décision

d'achat, ou au moins d'influencer la décision d'achat. La direction extérieure, par exemple, l'acheteur

d'une entreprise peut être une telle entité. Bergström et Leppänen (2011, 145) parlent de «gardiens»

qui filtrent les informations en direction de la direction de l'entreprise ou des acheteurs. Ces gardiens

peuvent être, par exemple, des secrétaires ou du personnel technique. Ils doivent être passés pour

que le commerce soit possible.

La cartographie des clients potentiels est parfois appelée prospection, et en plus de vos propres compétences

professionnelles, vous pouvez utiliser diverses sources. En règle générale, ces sources comprennent, par exemple, les

réseaux personnels, les nouvelles de l'industrie, celles recommandées par ses propres clients satisfaits, les foires

commerciales, les services de recherche électronique et les bases de données, et diverses enquêtes. (Bergström et

Leppänen

2011, 423.)

2.5.5 Modèle de rémunération et tarification

Le modèle de revenus d'une entreprise fait référence à la manière dont une entreprise génère des revenus. Les modes de

fonctionnement varient d'une entreprise à l'autre et d'un secteur à l'autre. Habituellement, les revenus sont obtenus en vendant

des produits, des services ou diverses combinaisons de ceux-ci. Les biens et services peuvent être produits par vous-même, ou

être négociés, loués ou vendus par quelqu'un d'autre. Il est essentiel de trouver un modèle de revenus spécifique au produit ou

au service adapté à chaque entreprise. L'idée d'entreprise, en revanche, fait référence à un modèle de bénéfices à l'échelle de

l'entreprise. Le modèle de bénéfices contrôle les prix de l'entreprise. (Bergström & Leppänen 2011, 258–259.)

La littérature marketing parle du prix comme moyen de concurrence pour assurer la rentabilité d’une

entreprise et assurer le succès commercial. Le prix peut être basé sur le coût, mais d'autres facteurs

doivent également être pris en compte. Il s'agit notamment de la valeur ressentie par les clients, des

objectifs commerciaux de l'entreprise et de la situation concurrentielle. (Bergström et Leppänen

2011, 257.)
30

La tarification est également affectée par le marché sur lequel elle opère. Cela signifie à la fois la

concurrence et la relation entre l'offre et la demande. Dans certains cas, les autorités publiques peuvent

être impliquées dans la détermination des prix par la législation (y compris les médicaments). Les propres

objectifs de l’entreprise constituent finalement la base de tous les prix. La tarification peut affecter l’image

d’une entreprise. Le produit à vendre doit, bien entendu, également être pris en compte lors de la

détermination du prix, ainsi que le groupe cible à cibler. Habituellement, le coût d'un produit ou d'un

service est également inclus dans la détermination du prix. Le prix peut également affecter la position de

l'entreprise et du produit sur le marché. Lors des premières étapes du lancement d'un produit ou d'un

service, par exemple, le soi-disant prix de pénétration, qui est bon marché, et vise donc à entrer sur le

marché du tout. En revanche, on peut parler de tarification d'image, lorsqu'un prix ferme est fixé pour un

produit dès le départ, et qu'une image de qualité positive est recherchée. (Bergström & Leppänen 2011,

261-264.)

Lorsqu'elle envisage le bon prix, une entreprise peut choisir d'utiliser deux options: la tarification

basée sur les coûts ou la tarification basée sur le marché. Lorsque le prix est calculé sur la base des

coûts, on parle du calcul traditionnel des coûts et des marges. La tarification de la situation du

marché tient compte de la relation entre l'offre et la demande. Dans la pensée moderne, le bon prix

n'est plus celui qui suffit à couvrir les coûts et sur lequel une marge appropriée a été calculée. Le bon

prix est ce que le client accepte de payer pour le produit et estime qu'il en a pour son argent.

(Bergström & Leppänen 2011, 265-270.)

Rope (2005, 223) rappelle que le prix est toujours soit moins cher, soit plus cher que les concurrents,

selon la situation qui prévaut sur le marché, et finalement le client accepte ou refuse le prix. Il ne vaut

donc pas la peine de fixer un prix sur la seule base du coût. Cependant, le prix peut être estimé de

manière plus flexible lorsque le produit est très spécial et distinctif.

La tarification basée sur la valeur augmente également. Dans celui-ci, le prix est déterminé par les avantages reçus par le

client. La valeur reçue par le client peut être une valeur d'usage, une valeur d'échange ou une valeur symbole. Ce qui rend

la tarification basée sur la valeur difficile, c'est que différents clients bénéficient des avantages et de la valeur de différentes

manières. Les valeurs des différents clients doivent donc être déterminées avec soin et au cas par cas. Le consommateur
31

être sensible aux prix, ce qui rend le produit moins cher attrayant. D'autres clients, en revanche,

sont prudents et veulent faire leurs achats à coup sûr. Dans ce cas, il peut être possible d'obtenir

un prix encore meilleur pour le produit. L'évaluation du prix est donc un processus holistique qui

implique bien plus que de simples coûts. (Bergström & Leppänen 2011, 271-272.)

3 OBJECTIF ET MÉTHODES DE LA RECHERCHE

3.1 Objectif de la recherche

La question centrale de l'étude est: comment le système Gisgro pourrait-il être utilisé et développé

pour maximiser la valeur ajoutée pour les clients et les parties prenantes, ainsi que pour le client

lui-même?

D'autre part, il est essentiel de savoir comment la disponibilité des informations techniques

portuaires permet au client de valoriser ses opérations et comment la situation opérationnelle en

temps réel aide le port à servir ses clients. Et Gisgro a-t-il utilisé des méthodes de gestion de

projet efficaces? Que peut-on apprendre de la réalisation du projet? En quoi Gisgro est-il un

projet rentable pour le port de HaminaKotka?

Lorsque l'on examine le travail de développement de Gisgro en termes d'application commerciale, des perspectives

supplémentaires s'ensuivent automatiquement, telles que le type d'alternatives logiques de gains au service qui peuvent

être envisagées à court et à long terme. Quels autres avantages pour l'entreprise portuaire et la communauté, tels que

l'amélioration de la qualité du service ou de l'image de marque, devraient être pris en compte lors de l'expansion de

l'utilisation et de la tarification du service? Quels types d'aspirations en matière de développement de services les parties

prenantes ont-elles par rapport au service rendu possible par le système actuel? Quels sont les obstacles et les risques

liés à l'utilisation du service? Comment le port peut-il utiliser le programme de sa propre perspective commerciale?

3.2 Méthode de recherche qualitative

Cette étude a été réalisée principalement en utilisant une méthode de recherche qualitative. Dans une

méthode de recherche qualitative, on est proche de l'objet à étudier. Lors de la collecte du matériel, le but

est de connaître les points de vue des sujets


32

sur le sujet. Une manière typique de rassembler du matériel est une entrevue. Contrairement aux méthodes

statistiques, la recherche qualitative ne se concentre pas sur un échantillonnage aléatoire, mais plutôt sur des

échantillons et des exemples bien réfléchis, auquel cas le sujet ou le phénomène lui-même peut être étudié en

profondeur. Lors de l'analyse du matériel, le but de la recherche est de comprendre en relation avec son

contexte et les spécificités des événements étudiés. (Kiviniemi 2001, 68.)

L'entrevue a été choisie comme méthode de recherche et comme méthode de collecte de données, car c'était

pratiquement le seul moyen d'obtenir une image suffisamment précise d'un sujet complexe. En revanche, lors de

l'introduction de Gisgro, il était nécessaire de passer en revue les problèmes avec les clients en profondeur et en détail.

Cela n'aurait pas été possible, par exemple, en utilisant une enquête en ligne. De plus, chaque représentant des clients

et des parties prenantes contacté a été invité à participer soit en tant qu'utilisateur Gisgro, soit au moins à exprimer ses

propres opinions sur le plan. Les personnes interrogées avaient été soigneusement sélectionnées et on craignait que

l'utilisation d'une enquête en ligne n'entraîne un faible taux de réponse.

Dans la recherche qualitative, l'outil de collecte de données est le chercheur lui-même. Dans ce cas, les perspectives

et les interprétations dans l'esprit du chercheur peuvent se développer à mesure que le processus de recherche

progresse. Le but est d'utiliser ce développement, par exemple, pour affiner la tâche de recherche. Le chercheur doit

être conscient de l'évolution de sa propre vision et être prêt à réaligner ses recherches si nécessaire. La recherche

qualitative est donc une sorte de processus d'apprentissage. (Kiviniemi 2001, 68–69.)

Au fur et à mesure que l'étude progressait, il a été constaté que Gisgro se développait à certains égards dans une direction

différente de ce que l'on pensait initialement. Cela a conduit à un affinement de la perspective de la recherche, à la plus grande

valeur ajoutée de Gisgro plutôt qu'à la commercialisation du pur. Lors des discussions avec les parties prenantes des clients,

beaucoup de nouvelles choses ont été apprises et il a été possible d'orienter le travail de développement de Gisgro dans une

direction plus orientée client.

La familiarisation intensive du chercheur avec le sujet de la recherche et le domaine d'étude, ainsi que la réflexion sur

la recherche du point de vue des sujets de recherche, «de l'intérieur», est caractéristique de la recherche qualitative. À

cet égard, la recherche qualitative a toujours une interprétabilité. (Kiviniemi 2001, 74–75.)
33

Le chercheur doit décider dans quel but le matériel est collecté. Les tests d'hypothèses traditionnels, la question

préliminaire à laquelle le chercheur cherche une réponse, peuvent ne pas convenir à la réflexion qualitative. Au lieu de

vérifier des hypothèses, nous pouvons parler de créer des hypothèses, un processus qui inspire de nouvelles

perspectives au lieu d'évaluer les anciennes. Cela est également vrai pour Gisgro, car les plans originaux d'utilisation

limitée par les clients se sont rapidement développés à mesure que les clients ont présenté leurs propres

perspectives. La recherche qualitative fonctionne de telle manière que, par exemple, pour les entretiens, les

personnes interrogées produisent leur propre point de vue sur le phénomène en discussion. Le chercheur doit donc

découvrir ce qui est recherché dans le matériel et pourquoi il a été collecté. Le matériel collecté pour cette étude visait

spécifiquement à apporter une valeur ajoutée aux clients. (Eskola 2001, 136.)

À ce stade de l'étude, il convient de mentionner que la partie ventes et marketing est fortement basée sur les

propres opinions de l'auteur non seulement en tant que membre du groupe de pilotage du Gisgroprojekt, mais aussi

en tant que directeur des ventes de la société portuaire. Étant donné que la méthode qualitative repose fortement

sur l'ouverture et le type de nature de processus de la conception de la recherche, et qu'il existe des variations dans

la collecte et la mesure des données, la méthode qualitative a été considérée en partie comme problématique.

Lorsque cette variation est reconnue et comprise par le chercheur comme un moyen de collecte de données, ce

n'est pas forcément un défaut mais une caractéristique inhérente à la méthode. Il est important de mettre également

en évidence ces éléments dans le reporting, afin que les tiers aient également la possibilité d'évaluer de manière

fiable l'entité de recherche. Même si la recherche elle-même est un processus, aucun rapport ne doit suivre la même

formule. La description du processus de recherche n'est alors pas seulement un moyen stylistique, mais un choix clé

en termes de crédibilité. (Kiviniemi

2001, 79–81.)

Ainsi, la principale méthode de collecte de données de cette étude est des entretiens avec les clients, les parties

prenantes et les personnes impliquées dans le projet, ainsi que les travaux du groupe de pilotage du projet. Le

groupe de pilotage a travaillé tout au long de l'étude et le projet se poursuivra une fois l'étude terminée. La figure

2 explique la structure du processus de recherche de manière à peu près échelonnée.


34

Démarrage de projet logiciel, questions de recherche


naissance

Travaux préparatoires, lecture de littérature et autres sources

Première série d'entretiens et de présentations, collecte d'informations préliminaires auprès des parties
prenantes

Cartographie et analyse des besoins de l'organisation portuaire, deuxième cycle


d'entretiens clients avec un groupe cible plus restreint, analyse des résultats

Résultats de recherche et conclusions

Figure 2. Processus de recherche

4 DÉVELOPPEMENT ET DÉPLOIEMENT DU LOGICIEL GISGRO

Ce chapitre présente brièvement le client, HaminaKotka Satama Oy, et décrit le travail de développement et

l'implémentation de Gisgro. En outre, les besoins des principaux groupes d'utilisateurs sont examinés, ainsi

que la manière dont Gisgro répond à ces besoins. Les discussions avec les clients et les parties prenantes ont

été menées de manière anonyme sur demande.

4.1 Le plus grand port d'exportation et général de Finlande

Le port de HaminaKotka est le plus grand port d'exportation et général de Finlande, avec un volume total

d'environ 16,1 millions de tonnes en 2018. Le plus grand terminal à conteneurs de Finlande opère dans le port, à

travers lequel un total de 653443 unités EVP ont été traitées en 2018 (Figure 3). Une part très importante du

trafic d'exportation est constituée de produits de l'industrie forestière finlandaise, tels que la pâte, le papier et le

bois scié. En outre, le port traite, entre autres, des produits en vrac liquides et secs, du gaz, des cargaisons

roulières et divers projets. En plus des importations et des exportations nationales, le port a un trafic de transit

important. Une grande partie du trafic de transit est constituée d'engrais et de diverses cargaisons liquides en

vrac. (HaminaKotka Satama 2018b; Fairway 2019.)


35

Le port de HaminaKotka comprend plusieurs sections portuaires, dont les plus importantes sont Hamina,

Mussalo et Hietanen, qui se concentrent sur le trafic roulier. En outre, Sunila et Halla ont des sections

portuaires plus petites, et le port de Kotka a une section portuaire qui sert principalement le trafic de

passagers. Le port possède un total de 1 100 ha de terres, largement distribués dans les zones de Hamina

et de Kotka. En plus de cela, la zone maritime appartenant au port est de 1400 ha. Une voie navigable

profonde mène à Hamina et Kotka. HaminaKotka a un total de 9 km de jetées avec 76 places. Il y a un total

d'environ 80 km de voies ferrées dans le port. Le port dispose également de ses propres grues et

équipements horizontaux. (HaminaKotka Satama 2019c.)

Les propriétaires de HaminaKotka Satama Oy sont la ville de Hamina (40%) et la ville de Kotka

(60%) (HaminaKotka Satama Oy 2019e, 7.).

Figure 3. Terminal à conteneurs du terminal portuaire de Mussalo

4.2 Qu'est-ce que Gisgro?

VRT Finland a été créé en 2010 pour effectuer des inspections des structures sous-marines à l'aide

de la technologie sonar. Le sondage par écho est particulièrement utile dans des conditions de

mauvaise visibilité sous-marine. L'entreprise


36

environ 20 personnes. Gisgro est une création de VRT Finland, dont les fonctionnalités liées au

port ont été développées avec HaminaKotka Satama, entre autres.

Gisgro est un programme en ligne permettant de créer un jumeau numérique en trois dimensions à partir d'un

environnement portuaire. Dans le cas de HaminaKotka, toutes les zones portuaires sont modélisées en utilisant à la

fois un sonar (zones sous-marines) et un balayage laser (zones de surface). En plus de cela, des orthophotographies

de toute la zone portuaire sont photographiées avec un équipement de drone. L'échosondage est effectué à partir

d'un bateau en mouvement à l'aide du sonar R2Sonic et du système de positionnement Trimble GNSS. Le matériau

résultant crée un matériau de nuage de points 3D que l'utilisateur peut visualiser à l'aide de Gisgro. Un scanner laser

Leica P20 est utilisé pour scanner les zones au-dessus du sol, et les données mesurées sont liées au système

d'altitude N2000 et au système de coordonnées ETRS-GK27 (Figure 4).

Le matériau de nuage de points écho-sondé permet d'inspecter l'état des structures sous-marines, soit sans

plongeur, soit en examinant uniquement certains objets qui nécessitent une inspection spéciale en plongée.

Par exemple, Gisgro peut être utilisé pour afficher une base entière ou une zone de quai, et peut être

visualisé en toute sécurité à partir d'un ordinateur sans les inconvénients des conditions météorologiques.

Équipé de structures hors-sol tridimensionnelles, d'égouts, de lignes électriques et de voies de circulation,

HaminaKotka La version de production du Port de Gisgro est en pratique un modèle BIM des structures et

caractéristiques essentielles du port.


37

Figure 4. Coupe du port de Halla à Gisgro

4.3 Valeur ajoutée du port

Comme il est difficile de mesurer en chiffres exacts toute la valeur ajoutée générée par Gisgro, les

bénéfices pour l'ensemble doivent être plus largement identifiés. Ce qui suit est un examen des

avantages que Gisgo fournit à la maintenance, au service de transport et aux activités de vente et de

marketing.

4.3.1 Gisgro comme outil de maintenance

La partie maintenance de l'étude est basée sur des discussions entre le groupe de pilotage du projet

Gisgro et un entretien avec Saana Vuorinen, responsable maintenance de HaminaKotka Satama Oy

(Vuorinen 2019). VRT Finlande avait précédemment fait des descriptions des structures sous-marines

pour le port, et l'idée de développer un service plus large est née des discussions entre la maintenance

de HaminaKotka Satama et VRT Finlande sur les besoins futurs.

Les surfaces terrestres du port à elles seules sont vastes, plus de 1 100 hectares. En plus de cela, le port comprend de

grandes étendues d'eau. Certaines des structures du port sont anciennes et mises en œuvre avec des techniques de

construction d'époques différentes. Le port est également un environnement en constante expansion, évoluant

progressivement vers de nouvelles zones. L'entretien doit suivre le rythme des changements et être en mesure de surveiller

l'état des structures


38

en conséquence. La surveillance en temps réel du travail sur une vaste zone est importante pour le

contrôle des travaux et l'allocation des ressources. Identifier les besoins de réparation, anticiper les

futures réparations potentielles, visualiser les éléments à réparer chez les sous-traitants et diriger

efficacement les ressources sont les besoins que Gisgro était à l'origine et principalement destiné à

répondre. Les zones sont décrites tous les deux ans, de sorte que d'éventuels changements structurels

puissent être observés avec une efficacité suffisante (Figure 5).

Figure 5. Matériel de bowling sous-marin, section du port de Mussalo

Gisgro est un système BIM. Le BIM (Building Information Model) signifie l'imagerie numérique d'une structure

physique, dans ce cas un port. Dès le début, Gisgro a voulu inclure les informations sur l'infrastructure physique de

manière aussi complète que possible. Ces informations comprennent, mais sans s'y limiter, les données sur la

capacité des postes d'amarrage, ainsi que les données de localisation pour l'électricité, les égouts et les chemins de

fer (Figure

6).
39

Figure 6. Données techniques de la zone portuaire de Hietanen dans l'environnement BIM

Le responsable de la maintenance du port, qui est chargé d'attribuer et de prioriser les travaux de maintenance, peut

déterminer le besoin de réparations sur des sites spécifiques à partir de son propre poste de travail (Figure 7), et passer un bon

de travail électronique auprès de l'entrepreneur. Le besoin de réparations, le calendrier et les autres instructions nécessaires

avec des images possibles sont enregistrés dans le bon de travail. Un message à l'entrepreneur est automatiquement envoyé à

la commande. L'entrepreneur a également accès à Gisgro et l'avancement des travaux est enregistré directement dans le

système. Une fois le travail terminé, l'entrée de réparation est transférée dans l'archive avec l'approbation du responsable de la

maintenance. Si nécessaire, le travail peut également être gelé et commenté pour fournir des instructions supplémentaires ou

d'autres informations nécessaires.

Il est possible de prendre en charge l'éclairage des espaces extérieurs du port via Gisgro. Tous les nouveaux

mâts d'éclairage sont équipés de la technologie LED. Les luminaires existants seront également progressivement

renouvelés. Il est possible d'inclure une fonctionnalité dans Gisgro qui permet de contrôler de nouveaux mâts

d'éclairage. Cela nécessite que chaque mât soit équipé d'un dispositif de commande. La télécommande

combinée à un éclairage intelligent, où les lumières ne sont allumées qu'en cas de besoin, permet des

économies de coûts significatives et réduit également la pollution lumineuse. La réduction de l'énergie requise

pour le luminaire réduit l'empreinte carbone des opérations du port.


40

Figure 7. Vue d'entretien de Gisgro, section du port de Mussalo

Les structures du port de HaminaKotka ne sont pas achevées d'un seul coup, mais à Hamina et à Kotka, le

complexe portuaire est le résultat de décennies d'évolution. Des solutions technologiques de construction de

différentes époques ont été utilisées dans différentes parties du port, et la surveillance et la prévision de leur

cycle de vie sont une partie importante des opérations portuaires durables. Gisgro offre une grande aide à cet

égard, car les structures sous-marines et hors sol peuvent être surveillées et leurs besoins de réparation et

d'entretien peuvent être évalués à long terme. Une conception fiable et précise prolonge le cycle de vie des

structures, et Gisgro crée une valeur ajoutée significative pour le port dans cette perspective. (Montagne 2019.)

La comptabilité numérique gisgro du travail effectué réduit le besoin d'autres communications. Le

suivi en temps réel réduit les déplacements entre les destinations, réduisant ainsi les coûts. La

valeur ajoutée totale en termes de réduction des coûts des véhicules et de libération de ressources

en temps est estimée à environ 1 à 2 années-personnes, compte tenu de la variation des besoins

d'entretien entre les différentes années. De plus, l'outil de marquage de réparation de Gisgro

accélère considérablement le lancement des actions correctives, permettant ainsi un service client

plus rapide. La visualisation des besoins de maintenance permet de percevoir le lot de travaux et de

hiérarchiser les différentes mesures. (Montagne 2019.)


41

4.3.2 Dans l'utilisation opérationnelle du port de Gisgro

La partie de l'étude traitant des services de trafic et des activités opérationnelles du port est basée sur un

entretien avec Tapani Pasanen (Pasanen 2019), le responsable du trafic de HaminaKotka Satama Oy, et

les discussions au sein du groupe de pilotage Gisgro lors du développement du système.

L'offre de services de HaminaKotka comprend les opérations de services de transport. Entre autres, le service

de la circulation s'occupe de l'amarrage et du détachement des navires, utilise des grues portuaires, planifie et

dirige le trafic des navires et sert de canal d'information sur les questions opérationnelles du port.

Gisgro est connecté au service Marine Traffic AIS, dont les données permettent la surveillance en temps réel de la position des

navires dans le port (Figure 8). Une fois que les informations sur le navire sont disponibles dans Gisgro, vous n'avez plus besoin

d'ouvrir le service AIS séparément. Sur la base des données AIS, l'heure d'arrivée estimée du navire au port peut également être

calculée. Gisgro vous permet également de personnaliser les données du navire exactement comme le souhaite le service de

trafic. Les données inutiles sont filtrées et seules les informations pertinentes pour l'utilisateur sont obtenues à partir de la situation

du navire Gisgro, telles que les informations d'arrivée et de départ du navire, l'emplacement du poste d'amarrage, les informations

d'identification du navire et les informations sur la compagnie maritime et l'agent (Figure 8).

Les inspecteurs des navires et diverses parties dépendantes des mouvements de navires, telles que les entreprises de logistique

portuaire, sont très intéressés par un service d'information sur les navires à jour. Les informations sur l'arrivée des navires

intéressent en particulier presque tous les opérateurs portuaires. Actuellement, le service est basé sur le téléphone et les

informations sont nécessaires 24 heures sur 24. Lorsque les estimations d'arrivée des navires, ainsi que d'autres informations

nécessaires, sont obtenues directement de Gisgro, les appels inutiles sont réduits et les opérateurs portuaires peuvent extraire

eux-mêmes les informations nécessaires du système. Dans le cas de la navigation, il se peut même que 2-3 entreprises

différentes soient intéressées par les mouvements du même navire, qui appellent toutes la même chose en alternance,

encombrant le fonctionnement du service des navires.

En plus de la surveillance en temps réel, Gisgro facilite l'attribution des navires dans la zone portuaire. En utilisant la fonction de

recherche, il est possible de rechercher des informations sur le navire dans le registre des navires, et en déplaçant l'image du

navire créée par Gisgro pour simuler, par exemple,


42

la situation des couchettes. Ceci est particulièrement utile lorsqu'il y a beaucoup de trafic maritime et peu

d'espace libre aux jetées. Gisgro peut également être utilisé pour créer un tout nouveau navire, un «navire

personnalisé», qui peut être utilisé pour simuler, par exemple, l'effet d'un navire particulièrement grand sur

la situation à quai. Des informations de localisation précises des structures, telles que les emplacements

des bornes et les formes des structures sous-marines, peuvent être prises en compte, ce qui rend la

simulation fiable. Cela accélère considérablement la réponse aux demandes des clients, mais contribue

également à dissiper l'incertitude et les préoccupations liées à la congestion.

Figure 8. Situation des navires dans le port à conteneurs de Mussalo

La propre station météorologique du port reliée à Gisgro est un ajout très important au service des navires. Les

informations météorologiques locales varient considérablement et la station météo de Mussalo aide toute la région de

HaminaKotka à obtenir des informations météorologiques à jour. L'expédition est une activité sensible aux conditions

météorologiques, et obtenir une station météo à Hamina pourrait également être un investissement rentable. En plus de

la météo, le niveau d'eau est un élément critique à l'arrivée au port, et il est possible de se connecter à Gisgro depuis la

station de niveau d'eau Hamina de l'Institut météorologique finlandais.


43

Les outils de profondeur de Gisgro sont utilisés en permanence par le service des navires (figures 9 et 10). En plus

de la profondeur indiquée sur la carte, à Gisgro, il est possible de simuler différentes situations en termes de

niveau d'eau, ce qui aide à planifier les activités opérationnelles.

Figure 9. Outil Profondeur, profondeur cible

Les utilisateurs potentiels des outils de profondeur comprennent au moins les compagnies de navigation, les géomètres

et les pilotes. Il est à noter que les mesures de profondeur Gisgro ne se limitent pas à la zone portuaire réelle, mais les

voies d'accès sont également modélisées dans le système.


44

Figure 10. Outil Profondeur, carte de profondeur

4.3.3 Ventes et marketing

Le marketing du port utilise Gisgro comme brochure numérique et outil d'observation. L'environnement

portuaire modélisé en 3D est facile à emporter avec vous, par exemple lors de visites de clients ou de salons,

où il est souvent nécessaire de présenter les services et la capacité portuaire non seulement en nombre mais

aussi visuellement. Lorsque le modèle portuaire est constamment impliqué, il peut être utilisé pour simuler

différents trafics et environnements d'exploitation avec un client potentiel de manière illustrative et concrète.

Le travail de vente du port est souvent la location et la gestion de zones et de propriétés, ce qui est grandement

facilité par l'inclusion de cartes des zones de location et leur conception dans Gisgro (Figure 11). Il est également

possible d'inclure dans le programme des informations sur la propriété, l'historique des rénovations et des

caractéristiques structurelles, ce qui facilite non seulement les ventes propres du port, mais également les ventes et le

marketing de la filiale Kotkan Satamatalot Oy.


45

Gisgro accélère la réponse aux demandes des clients. Les fonctionnalités des jetées et des zones sont

également disponibles dans Gisgro via l'application mobile, ce qui facilite grandement la vérification rapide

des choses. Toutes les données étaient disponibles avant l'introduction de Gisgro, mais en grande partie sur

des dossiers ou des serveurs. Gisgroon peut également réaliser divers esquisses et contours régionaux, en

tenant compte des contraintes des différentes régions, ou, par exemple, des opportunités offertes par les

liaisons de transport.

Figure 11. Projet de zone de location créée par Gisgro, partie portuaire de Hietanen

En règle générale, un client qui envisage un emplacement portuaire a besoin de données techniques différentes en

plus des informations relatives au trafic. L'emplacement des zones de location possibles en termes de voies d'accès,

de drainage, d'électricité, de structures d'eaux pluviales, de connexion ferroviaire, de distance aux jetées, de

capacité de charge et d'options de surface peut tous être simulés à l'aide de Gisgro et stockés électroniquement

dans le système. L'histoire des différentes zones peut également être marquée si vous le souhaitez. Une personne

travaillant dans la vente peut faire une offre préliminaire en quelques


46

par minute sans avoir à trouver les informations de plusieurs parties par téléphone ou par e-mail.

4.4 Valeur ajoutée pour les parties prenantes

Ajouter de la valeur aux parties prenantes est l'un des principaux objectifs de l'approvisionnement du système

Gisgro. La valeur ajoutée que le port reçoit pour lui-même est également au moins indirectement au profit des

autres, car en tant qu'organisation de services, les activités de maintenance, de vente et d'exploitation du port

visent à mieux servir les clients. Les besoins des clients traversent l 'organisation portuaire comme une idée

directrice, et en ce sens les opérations sont purement orientées client (Haverila et al.

2005, 227-228).

En plus de cela, il est également possible d'apporter une valeur ajoutée directe aux clients si Gisgro se retrouve

directement pour leur propre usage. Avec une variété de fonctionnalités qui facilitent le fonctionnement quotidien

des clients, Gisgro est en mesure de libérer les ressources des clients pour d'autres utilisations. Par exemple, le

temps passé à rechercher des données, à prendre des mesures et à planifier peut être utilisé pour des activités

productives lorsque les données du port sont facilement disponibles à partir d'un seul emplacement.

4.4.1 Cartographie des utilisateurs internes et externes

Au début du projet logiciel, l'implication de la maintenance et du service des navires de la compagnie portuaire en

tant qu'utilisateurs de Gisgro était claire. Aucune cartographie plus spécifique n'était nécessaire pour cela, car ces

deux groupes d'utilisateurs de base étaient déjà mis en mouvement lors de la conception du programme. Il était

également dans l’intérêt du service commercial de Satama (ventes et marketing) de devenir utilisateur, car la valeur

marketing du nouveau logiciel était comprise dès le départ. En revanche, les véritables outils de vente et de

marketing du programme n'avaient pas encore été clarifiés au début des travaux.

Lors de l'examen de la valeur ajoutée à générer par la propre organisation de Satama, il a d'abord fallu se demander

à qui le programme pourrait être réellement bénéfique. Gisgro modélise l'environnement portuaire en trois dimensions

et produit diverses données sur la situation portuaire, telles que des données météorologiques et des informations sur

l'utilisation des postes d'amarrage. Ce sont des informations nécessaires à bien des égards, car le port reçoit
47

demandes fréquentes de diverses parties concernant l'adéquation des postes d'amarrage à l'utilisation de certains navires et

grues, mais aussi des demandes concernant les caractéristiques structurelles des zones. Les informations sur la capacité de

charge des zones d'amarrage sont essentielles lors de la planification de la mise en place de convoyeurs lourds, d'équipement

de grue ou, par exemple, de cargaisons en vrac sec à haute densité dans la zone portuaire. Les informations sur les

caractéristiques et l'état des différentes voies sont également importantes pour les opérateurs portuaires.

Sur la base de ces idées, il a été décidé de cartographier les besoins et les intérêts des clients et des opérateurs

portuaires dans les propriétés de Gisgro en leur demandant directement. L'enquête a été menée dans le cadre de

visites personnelles de clients sous forme d'entretiens et de discussions. La décision de mettre en œuvre la collecte

de données à un stade précoce était donc basée sur la nécessité de démontrer les fonctionnalités de Gisgro (à ce

stade mineur) dans la pratique, ainsi que sur les commentaires précédents des clients sur l'importance des

réunions en face à face dans le développement et le maintien des relations avec les clients. (HaminaKotka Satama

Oy 2018a).

Bergström et Leppänen (2011, 245) font référence à des «gardiens», des entités qui agissent comme des

filtres d'information dans une entreprise ou une communauté vers la direction et leur propre organisation.

Les personnes qui gèrent les questions opérationnelles quotidiennes dans l'environnement portuaire ont

une grande responsabilité pour le bon déroulement des travaux et la fonctionnalité de l'ensemble du port.

Ils jouent un rôle clé en tant que «portiers» dans la transmission des informations sur la fonctionnalité des

ports. Un outil de modélisation en trois dimensions pour un port tel que Gisgro a été considéré comme un

avantage majeur pour ce groupe particulier, et d'autre part, il y avait un désir de stimuler la discussion sur

la possibilité d'attribuer l'accès Gisgro à une organisation en dehors du port. En raison d'un large éventail

de points de vue, les armateurs, les transitaires, les opérateurs portuaires, les douanes, Finnpilot, un pilote

et des experts en navigation. Au total, 17 représentants de différentes organisations ont participé à

l'enquête préliminaire.

En outre, les entreprises et organisations utilisatrices potentielles ont été identifiées à l'aide du

registre des clients du port, ainsi que des réseaux personnels du service commercial. Afin

d'attirer les clients intéressés, des discours publics ont été utilisés lors de divers événements à

l'automne 2018 et au printemps 2019.


48

4.4.2 Attentes des parties prenantes à l'égard du système

Toutes les entreprises et organisations initialement contactées pour explorer le potentiel d’utilisateurs de

Gisgro souhaitaient en savoir plus et partager leurs propres points de vue. Dans l'enquête de satisfaction

client de Satama (HaminaKotka Satama 2018a), les visites personnelles des clients étaient

particulièrement importantes dans les méthodes de contact souhaitées, et les clients étaient satisfaits

d'avoir eu la possibilité de participer au développement de Gisgro dès le début. Tous les clients ont

accepté d'être traités de manière anonyme pour protéger les secrets commerciaux. Le même

questionnaire a été utilisé pour s'adresser à tous les clients (voir annexe 1).

Les opérateurs portuaires, c'est-à-dire les entreprises manutentionnant des marchandises dans la zone

portuaire, ont convenu qu'ils bénéficieraient certainement du système. Les caractéristiques particulièrement

importantes étaient les caractéristiques de la piste telles que les commutateurs et les interfaces de piste. Il y

a des dizaines de kilomètres de rails dans le port et l'utilisation d'une carte ferroviaire traditionnelle est

compliquée et lourde pour beaucoup. Encouragé par ces commentaires, Gisgroon conçoit une fonctionnalité

qui vous permet de localiser facilement et sans complication les traces sur la carte. Il est possible d'ajouter

des informations aux données de piste pour une utilisation ultérieure.

Une caractéristique supplémentaire que les opérateurs seraient heureux de voir lorsqu'on leur a demandé est la

capacité de charge des zones et des quais. Les caractéristiques des différentes parties du port varient

considérablement et la capacité de charge des anciennes zones en particulier n'est pas toujours aussi bonne que

celle des nouvelles. D'autre part, certaines zones plus récentes sont également plus légères que d'autres, en

fonction, par exemple, du matériau de remplissage ou des conditions locales. Les informations sur la capacité de

charge sont essentielles, par exemple, lorsque des marchandises sont manutentionnées dans des zones mobiles

avec des grues mobiles ou des convoyeurs lourds. D'autre part, des charges parfois lourdes telles que des

minerais, d'autres cargaisons en vrac et de grosses machines sont stockées dans les zones, de sorte que les

données de capacité de charge correctes garantissent un travail en toute sécurité. Il est également important pour

le cycle de vie des structures que les zones soient utilisées d'une manière qui leur convient.
49

La disponibilité des dimensions de la plate-forme ainsi que de divers outils de mesure a également été généralement

considérée comme nécessaire. En particulier, une mesure précise des zones et des distances au lieu d'une évaluation

visuelle et l'utilisation d'une carte et d'une règle traditionnelles étaient une option bienvenue.

Les besoins des compagnies maritimes étaient largement adaptés aux opérateurs portuaires. La possibilité de surveiller les

données météorologiques en temps réel, ainsi que de vérifier les données météorologiques laissées dans le journal par la suite

dans d'éventuelles situations de plainte, s'est avérée particulièrement utile. C'était aussi le souhait de certains opérateurs, quoique

secondaire. La vitesse et la direction du vent, en particulier, jouent un rôle majeur dans la manutention des navires, mais la

cargaison peut également être sensible aux conditions. Toutes les cargaisons sèches en vrac ne peuvent pas résister à la pluie et

les piles de conteneurs, par exemple, sont sensibles aux vents violents. Les compagnies maritimes étaient également très

intéressées par les données sur les navires que Gisgro tire du système officiel d'identification automatique (AIS). Ces informations

sont accessibles à tous sans Gisgroak, mais combiné à la situation portuaire et aux données d'arrivée et de départ propres au

navire, cette caractéristique a été jugée importante. Les compagnies maritimes souhaitaient également voir les informations sur

l'état de chargement des navires directement de Gisgro, ainsi que des informations spécifiques aux postes d'amarrage sur les

prochains navires arrivant. En surveillant l'utilisation des jetées, il est possible pour les compagnies de navigation d'instruire les

navires à naviguer plus lentement ou plus vite, optimisant ainsi l'heure d'arrivée en fonction des capacités opérationnelles. Même

une petite baisse de vitesse en mer peut entraîner de grandes économies de carburant. et optimisez ainsi l'heure d'arrivée en

fonction des possibilités opérationnelles. Même une petite baisse de vitesse en mer peut entraîner de grandes économies de

carburant. et optimisez ainsi l'heure d'arrivée en fonction des possibilités opérationnelles. Même une petite baisse de vitesse en

mer peut entraîner de grandes économies de carburant.

Les inspecteurs des navires agissent souvent en tant que représentants de la compagnie maritime dans le port et gèrent, entre

autres, les notifications des navires, la gestion des déchets, les commandes de remorqueurs, les changements d'équipage et, en

général, tout ce qui concerne les escales des navires au port. Souvent, ils assurent également la liaison entre l'opérateur portuaire

et la compagnie maritime, rationalisant les visites des navires et s'assurant que tout se passe comme prévu. Les inspecteurs des

navires ont également été identifiés comme des utilisateurs potentiels de Gisgro. Pour eux, les informations sur la capacité de

charge, les informations sur la station de déchets et les informations sur la profondeur sont importantes lors de la planification des

visites de navires et également lors de la revente de vos propres services. Cependant, les géomètres en particulier bénéficieraient

des données météorologiques ainsi que de la transmission de données liées à l'utilisation des postes d'amarrage. À l'instar des

armateurs, il serait utile que les experts en navigation sachent quel navire à quelle couchette vient ensuite, et quelle est la

situation dans les jours suivants. Tout cela facilite les choses
50

l'anticipation et donc la planification des jours à venir. L'un des experts en navigation a suggéré une version

allégée de Gisgro qui aurait tout au plus une carte et des bulletins de circulation en plus de certaines informations

clés (par exemple, la météo et l'état des postes d'amarrage). Cela abaisserait le seuil d'utilisation du programme

et pourrait être disponible, par exemple, sur le site Web du port. La saisie des données des opérateurs navire par

navire a été jugée trop lourde à mettre en œuvre.

Pour les opérateurs liquides, les besoins sont similaires aux autres, à la différence que pour eux, la connaissance des structures

des piles est particulièrement importante. Dans le trafic de camions-citernes, les clients ont besoin que certaines informations

structurelles soient disponibles pour les audits, et ici les données sous-marines de Gisgro pourraient être d'une très grande aide.

En revanche, les opérateurs liquides, ainsi que les autres entreprises portuaires, ont besoin d'informations sur les voies, les

conditions météorologiques et d'éventuelles informations sur la situation portuaire.

Toutes les personnes interrogées étaient intéressées par la possibilité de faire des demandes de réparation ou

des rapports de dommages à la maintenance du port. Accélérer la communication et la réponse du port, ainsi que

la possibilité de conserver des enregistrements des mesures de maintenance, est dans l'intérêt commun des

clients et du port lui-même. Toutes les restrictions de trafic et les informations sur le port sont de la responsabilité

du port, qui sont gérées malgré Gisgro, mais Gisgro pourrait fournir un tout nouveau moyen de communication

comme celui-ci. Dans l'enquête de satisfaction client de Satama (HaminaKotka Satama 2018a), la communication

est devenue l'un des objectifs de développement les plus importants.

Les pilotes s'intéressent à l'utilisation des matériaux sous-marins de Gisgro. Le sonar scanne visuellement et

affiche avec précision les informations de profondeur des zones portuaires ainsi que d'éventuelles inégalités sur le

fond marin. Il est à noter que les données de profondeur de Gisgro ne se limitent pas aux zones d'amarrage mais

aussi aux entrées portuaires, ce qui rend les données plus utiles aux pilotes. Une autre caractéristique importante

pour les pilotes est la station météo, qui fournit des informations en temps réel sur, entre autres, la force et la

direction du vent. Les informations sur les postes d'amarrage sont également intéressantes, en particulier pour les

navires capturés et à l'arrivée.

La discussion avec les douanes s'est concentrée sur les possibilités d'observation visuelle ainsi que

sur les caractéristiques potentielles liées au contrôle territorial.


51

La douane n'a aucun intérêt direct à surveiller les activités portuaires en soi, mais il y a un intérêt

à la possibilité d'utiliser Gisgro et ses informations, par exemple dans le cadre de diverses

inspections et audits.

Résumé des principaux résultats du cycle d'entretiens et souhaits pour les fonctionnalités de

Gisgro:

• Capacité de charge et autres informations techniques sur les plates-formes

• Cartographie des pistes et caractéristiques à l'écran Données météorologiques

• incl. histoire météorologique

• Informations sur les restrictions de circulation et autres problèmes aigus Disponibilité de


• matériel sous-marin selon les besoins Accélération du flux d'informations

Tous ces souhaits ont été portés à l'attention du groupe de pilotage Gisgro et la plupart ont été immédiatement ajoutés à la

liste des fonctionnalités à développer.

4.4.3 Discussion approfondie avec les clients

Le premier cycle de discussions avec les clients et les parties prenantes a eu lieu à un moment où les fonctionnalités

de Gisgro étaient encore en phase de cartographie. Une grande partie des commentaires reçus était anticipée, mais

les informations sur les files d'attente des navires, les informations sur diverses contraintes et certains problèmes

spécifiques aux opérateurs, par exemple, étaient des problèmes qui n'avaient pas été largement pris en compte, du

moins dans la conception de Gisgro. Les fonctionnalités souhaitées profiteront également aux utilisateurs de Gisgro

travaillant dans l'organisation portuaire. Les informations recueillies à ce stade de l'étude sont très importantes pour

l'utilisation finale du programme.

Afin de faire ressortir toutes les informations possibles et le potentiel de Gisgro, il a été décidé de poursuivre la

discussion avec quelques clients plus en profondeur. Sur la base des discussions précédentes, ces clients ont été

sélectionnés de telle manière que les commentaires et les idées de développement ont été obtenus de manière aussi

complète que possible dans différents domaines des opérations portuaires. Gisgro complétera la section portuaire à

la fois, ce calendrier a donc également influencé la sélection des clients. À ce stade, les travaux de développement

voulaient mettre un accent particulier sur la partie portuaire de Hietanen, car Gisgro était presque prêt pour Hietanen.

Hietanen est séparé du reste du port, il y a relativement peu d'acteurs par rapport au périmètre d'activité, la superficie

du terrain est importante et les structures de Hietanen emploient régulièrement la maintenance du port.
52

Des discussions ont été engagées avec une compagnie maritime et un opérateur portuaire avec l'idée qu'ils

pourraient agir en tant qu'utilisateurs expérimentaux pour Gisgro. Une expérience pilote avec quelques

clients pourrait ainsi servir de laboratoire d'essais avant d'attirer une clientèle plus large. Cela fournirait des

informations précieuses sur les opérations de Gisgro du point de vue du client, tout en orientant

d'éventuelles activités de développement ultérieures dans la bonne direction.

Lors de la première conversation, Gisgro en était encore à ses balbutiements et il n'y avait pas grand-chose

à montrer. Dans le cycle de discussions approfondies, la situation était différente. Le modèle 3D du port a

été complété pour les matériaux aériens et sous-marins. De même, une grande partie du matériel BIM était

soit complètement achevée, soit à un stade qui pouvait clairement illustrer aux clients ce que le programme

pouvait permettre non seulement pour le port lui-même, mais aussi pour les opérations des clients.

Lors des discussions avec la compagnie maritime, le programme a été jugé intéressant et plusieurs clarifications ont été

apportées aux vues et aux souhaits exprimés précédemment. Telle était, entre autres, la nécessité d'obtenir des

informations sur la disponibilité de l'électricité au port de Gisgroo, car des unités de fret arrivent occasionnellement à

Hietanen, par exemple diverses remorques qui doivent être rapidement connectées au réseau électrique. Les prises 230

V standard ne sont pas toujours suffisantes, mais une alimentation doit également être disponible. La cartographie de la

disponibilité de l'électricité est simple avec Gisgro, lorsque les poteaux d'éclairage et leurs armoires électriques

connectées peuvent être introduits dans le système. La compagnie maritime espère également que les informations sur

la capacité des postes d'amarrage seront visibles, ainsi que d'éventuelles restrictions spécifiques aux postes d'amarrage

pour diverses grues. De plus, les largeurs des rampes et des portails sont en haut de la liste de souhaits. Tout cela est

possible avec les outils de gestion d'actifs de Gisgro. La compagnie maritime est également intéressée par les

informations de profondeur des zones de quai.

La partie terrestre du matériau 3D a été perçue comme une fonctionnalité supplémentaire intéressante, mais aucune

utilisation directe n'a été constatée. Des outils de mesure et une station météo connectée à Gisgro sont définitivement

inclus. La simulation des navires n’était guère nécessaire, mais son utilité pour le port a été identifiée.

Les opinions de l'opérateur portuaire ne différaient pas de manière significative de celles de la compagnie maritime, mais la

perspective était naturellement un peu différente. L'opérateur décharge et


53

pour charger les navires dans le port et pour gérer la manutention des unités de fret au terminal. L'opérateur ayant loué de

vastes zones de terrain au port pour son propre usage, les problèmes et les perturbations liés à la maintenance sont

également plus fréquents qu'avec les compagnies maritimes. La partie maintenance de Gisgro a été considérée comme très

utile en termes de gain de temps tant pour le port que pour l'opérateur lui-même. Lorsque les notifications correctives

peuvent être faites par voie électronique, il est moins nécessaire de se soucier de savoir si le problème a été reçu et

l'opérateur peut également suivre à distance l'avancement des mesures correctives.

Tant la compagnie maritime que l'opérateur portuaire ont exprimé leur intérêt pour les utilisateurs expérimentaux de

Gisgro et ont noté le potentiel du système à apporter une forte valeur ajoutée, notamment en termes de maintenance et

de cartographie des services portuaires. Une vision simple et claire des caractéristiques techniques de Hietanen peut

aider dans une certaine mesure dans la planification des travaux, mais surtout en cas de perturbations, l'accès à

l'assistance est accéléré. La conservation des journaux des activités de maintenance a également été jugée importante.

En plus de l'opérateur portuaire et de la compagnie maritime, il serait important de s'entendre sur un inspecteur / agent de

navire volontaire comme utilisateur test pour Gisgro. Cela n'a pas encore été possible, car les caractéristiques de la

navigation sont encore largement en cours de développement.

Les clients n'ont pas accès à toutes les fonctionnalités de Gisgro. Par exemple, les images structurelles qui sont

importantes pour le port peuvent ne pas du tout intéresser tous les clients. D'autre part, Gisgro dispose également

d'informations que le port ne veut pas ou ne peut pas fournir aux clients. Par exemple, certains matériaux

sous-marins sont de tels matériaux, tout comme les chartes de la zone louée et les marques de réparation de

certains ports. Il a donc été décidé de limiter la quantité d'informations fournies aux parties prenantes externes avec

des contraintes spécifiques aux utilisateurs. Le moyen le plus simple de le faire est de créer des noms d'utilisateur

lors de la définition des droits du nouvel utilisateur.

4.4.4 Flux de revenus et tarification

Le port de HaminaKotka perçoit divers frais de location, de bateau et de fret, qui constituent la

base principale du chiffre d'affaires. Ce sont les services et


54

produits pour lesquels le port génère un profit en tant qu'entreprise. Cela crée un modèle de revenus pour

l'entreprise, comme le décrivent Bergström et Leppänen (2011, 258–259).

S'il est décidé de mettre Gisgro à la disposition des clients ou des parties prenantes, un modèle de revenus

différent doit être créé afin d'obtenir un avantage commercial immédiat. L'activité logicielle n'est pas une activité

portuaire traditionnelle, une attention particulière doit donc être portée à sa tarification et aux bases de la logique

des gains.

Bergström et Leppänen (2011, 261-264) soulignent que les prix sont toujours influencés par le marché.

Gisgro n'a pas de produit concurrent, la tarification doit donc être basée sur les propres besoins du port. Le

coût d'un produit est souvent inclus dans la détermination du prix, mais dans le cas de Gisgro, une telle

tarification est difficile. Les coûts de développement et d'exploitation du programme sont calculés en

centaines de milliers d'euros, alors qu'il n'y a que des entreprises opérant dans le port de HaminaKotka.

environ 170 et seulement une fraction d'entre eux sont des utilisateurs potentiels. La granulation des prix par

utilisateur en fonction du coût est exclue comme une option irréaliste, même si le port lui-même, en tant

qu'utilisateur principal, est également le plus gros payeur.

Il serait donc logique de créer un prix basé sur la situation du marché et non sur le coût. Bergström et

Leppänen (265-270) appellent à une étude de la relation entre l'offre et la demande. Pour Gisgro, le

juste prix est celui que le client s'engage à payer tout en bénéficiant d'un avantage égal au prix.

L'environnement de fonctionnement hétérogène du port signifie qu'aucun opérateur ne peut être mis

dans le même moule qu'avec une simplification grossière. Chaque opérateur portuaire, transitaire et

compagnie maritime a son propre type d'activité et son propre type de clientèle. L'exemple de Rope

(2005, 223) de tarification basée sur la valeur, où le prix est déterminé directement sur la base des

avantages reçus par le client, peut être difficile à mettre en œuvre dans la pratique dans ce sens.

Gisgro peut se voir attribuer des «frais de connexion» spécifiques à l'entreprise, tels que ceux utilisés dans le

système Portbase du port de Rotterdam (Buck 2019). Les frais seraient facturés à l'entreprise utilisatrice à l'avance,

après quoi il n'y aurait pas de frais supplémentaires. L'avantage d'une telle disposition serait sa facilité. Le client

pourrait décider lui-même si l'utilisation du système vaut les frais de connexion, et il ne serait pas nécessaire de

revenir sur la question. La facturation serait également simple. Le client peut également décider lui-même
55

la distribution de l'identifiant spécifique à l'entreprise au sein de l'organisation et la gestion des identifiants ne

nécessiteraient pratiquement aucune ressource portuaire.

Au lieu d'un paiement unique, le principe de tarification à considérer serait également un paiement annuel ou mensuel. Dans ce

cas, le client commanderait la licence à Gisgro pour une certaine période de temps, après quoi l'abonnement serait résilié ou

repris comme convenu.

Une option possible serait une redevance par utilisateur. Tout le monde paierait le même prix quelle que soit

l'organisation et l'entreprise cliente pouvait décider elle-même du nombre d'utilisateurs que Gisgro souhaiterait.

Cela pourrait également être plus avantageux pour le client qu'un nom d'utilisateur spécifique à l'entreprise et,

d'autre part, permettrait une utilisation simultanée du programme plus facilement qu'un modèle de nom

d'utilisateur spécifique à l'entreprise.

Lors de la détermination du prix final, il est possible de prendre en compte les caractéristiques spécifiques au client

du programme. La version complète, qui comprend également l'interface de maintenance et de service des navires

et les structures sous-marines dans leur ensemble, ne sera pas disponible gratuitement, de sorte que d'autres

délimitations pourraient également être envisagées. En général, les opérateurs ne sont pas intéressés par les

structures et le trafic des parties du port où ils n'opèrent pas eux-mêmes. Gisgro ne dispose pas d'informations

confidentielles spécifiques aux clients, il ne semble donc pas nécessaire de faire des démarcations pour les secrets

commerciaux.

Une approche complètement différente de la tarification est le principe dit «payez ce que vous voulez»

(PWYW). Dholakia (2007) décrit le modèle PWYW comme un modèle pratique mais pas totalement

inoffensif dans certaines situations. Dans le modèle PWYW, le client décide lui-même du prix du service.

L'arrangement peut attirer beaucoup de clients et encourager l'utilisation du service, mais peut s'avérer

contre-productif si un trop grand nombre ne paie pas du tout. D'un autre côté, un client qui est prêt à payer

peut trouver la situation embarrassante lorsqu'il n'est pas sûr du prix approprié et qu'il n'essaye même pas

le service pour cette raison. Dans le cas des logiciels gérés par les ports, la situation serait plus sûre, car le

chiffre d'affaires direct du programme ne serait pas une activité principale, mais au mieux un service

supplémentaire lié aux opérations portuaires.


56

4.5 Gisgro comme acquisition de logiciel

Cette thèse ne traite pas des questions contractuelles en détail afin de préserver les secrets commerciaux.

Gisgro en tant qu'acquisition de logiciel, ainsi que certains aspects du droit d'auteur, doivent encore être ouverts.

Gisgro est un projet commun dans lequel HaminaKotka participe activement aux travaux de développement et

reçoit une licence à long terme à Gisgro en échange de ces travaux et d'un financement approprié. Cela inclut

également des fonctionnalités qui viendront sur Gisgro plus tard.

Comme l'écrit Välimäki (2009, 26–31), le droit d'auteur appartient toujours en principe au créateur de

l'œuvre. Dans le cas de Gisgro, le titulaire du droit d'auteur est VRT Finland Oy. Le but du projet

conjoint est d'adapter le programme à l'utilisation du port, mais la propriété n'est pas incluse. D'après

Välimäki (2009, 153–

(154) Un service en ligne comme celui de Gisgrok est moins clair en termes de droits de

propriété intellectuelle, surtout s'il n'y a pas de programme d'accès distinct. Cependant, ces

questions ont fait l’objet d’un accord bilatéral.

HaminaKotka Satama Oy possède tout le matériel utilisé dans le Gisgro commandé par le port. Cela

signifie, par exemple, des images prises depuis le port, du matériel de bowling, des marquages

BIM, etc. Lorsqu'un autre port adopte Gisgro, il n'a pas accès au matériel de HaminaKotka.

Naturellement, il existe également de solides raisons pour cela afin de préserver les secrets

d'affaires. VRT Finlande ne peut pas non plus utiliser les matériaux de HaminaKotka dans ses autres

activités, par exemple dans les efforts de marketing de Gisgro, sans autorisation séparée.

Le droit d'auteur, l'utilisation de matériel et d'autres questions pertinentes ont été convenus dans un accord

bilatéral entre VRT Finlande et HaminaKotka. Dans le même temps, la maintenance de Gisgro a été dûment

convenue. Les termes du contrat sont les termes IT2018 largement utilisés dans l'industrie.

Il est important de noter que le droit d'auteur n'empêche pas le système d'être mis à la disposition des

clients du port. Cela a été convenu séparément, comme le suggère Välimäki (2009, 50–51). Cependant,

les droits d'auteur ne sont pas transférés dans ce contexte, mais Gisgro est toujours la propriété de VRT

Finland et Gisgro
57

Le matériel utilisé, dans la mesure où il opère dans la zone HaminaKotka et avec des logos, appartient au port

de HaminaKotka.

Outre l'accord de développement, le port de HaminaKotka et VRT Finlande ont conclu un accord de support et de

maintenance approprié. Il y a aussi une section de dépôt à ce sujet. En outre, d'autres développements sont

prévus. Selon Kettunen (2002, 46–47), il est courant que des idées de développement ultérieures et divers

besoins soient déjà identifiés pendant la mise en œuvre du programme, mais ils ne sont pas toujours mis en

œuvre dans la première version. C'est également le cas avec Gisgro.

5 RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE

L'étude était basée sur un certain nombre de questions pertinentes, auxquelles des réponses ont été recherchées. Entre

autres choses, le développement de Gisgro a recherché la plus grande valeur ajoutée possible pour le port et les clients

du port, a examiné la logique des gains, les avantages de la société portuaire et de la communauté depuis l'introduction

du système et a examiné comment le port pourrait utiliser Gisgro lui-même commercialement. En plus de cela, l'objectif

était d'évaluer le travail de développement de Gisgro en termes de développement et d'apprentissage du personnel

portuaire du projet. Les résultats de l'étude sont présentés ci-dessous et on constate que les réponses aux questions

posées ont été trouvées.

5.1 La rentabilité de Gisgro en tant qu'investissement

Lors de l'évaluation ex post de la rentabilité d'un investissement et de la réussite d'un projet Gisgro, outre les

objectifs et les résultats fixés au départ, les avantages directs et indirects de la mise en œuvre du

programme doivent également être évalués (figure 12). La réalisation d'un projet produirait des avantages

du point de vue de l'apprentissage, même sans résultats.


58

Figure 12. Avantages estimés de Gisgro au début du projet

Lorsque l’on envisageait de démarrer le travail de développement de Gisgro, il n’y avait pas de calcul

exact des investissements qui montrerait tous les avantages en termes de coûts qui pourraient être

réalisés. Cela a été perçu comme une tâche trop abstraite et incertaine car il ne serait pas possible

de quantifier tous les avantages. Cependant, parmi les méthodes de calcul des investissements

directs évoquées dans Haverila (2005, 197), la méthode de remboursement peut également être

appliquée dans une certaine mesure à l'acquisition de Gisgro. Le coût total du projet est connu, et

avec les seuls coûts de maintenance économisés, Gisgro se remboursera plusieurs fois. Il est très

difficile d'utiliser la méthode du taux de rendement interne dans ce contexte, car le rendement net de

Gisgro devrait rester faible. Tout au plus, les revenus des frais d'utilisation de Gisgro ne sont pas

aussi élevés que

Dans le cas de Gisgro et HaminaKotka, le principal avantage de l'élargissement de la base d'utilisateurs ne serait

pas un avantage économique direct, mais l'accélération et l'amélioration des services portuaires et des idées de

développement découlant d'une utilisation active. Comme l'affirme Kettunen (2002, 27), derrière l'investissement

logiciel d'une entreprise se cache souvent le désir de faire des économies et de simplifier les opérations. En plus

de ceux-ci, l'acquisition de Gisgro pour HaminaKotka vise à améliorer le service client. Il est également possible

d'augmenter les flux de revenus, ainsi que de faciliter et de rationaliser la gestion de l'information.
59

Lors de l'examen d'une analyse de risque importante liée aux investissements, une analyse SWOT a été réalisée

(Figure 13) pour aider à structurer les choses. Il existe peu de menaces externes directes. En pratique, le risque

de sécurité ne se matérialise que si des informations sensibles sont enregistrées dans Gisgro. Sinon, un service

en ligne externe qui ne nécessite l'installation de rien ne pose pas de risque de sécurité majeur. Les incertitudes

dans l'infrastructure réseau sont également principalement liées au fait que les serveurs de Gisgro tombent en

panne pour une raison ou une autre. Changer la législation pour inclure des changements restrictifs dans

l'utilisation des drones, par exemple, rendrait beaucoup plus difficile la mise à jour de Gisgro. Le risque des

éditeurs de logiciels a été réduit, entre autres, grâce à la section séquestre.

Parmi les possibilités externes, le développement de la technologie est le seul qui soit pratiquement

indépendant de HaminaKotka. Les développements technologiques liés à la modélisation 3D et aux

dispositifs derrière Gisgro peuvent apporter au programme de nouvelles dimensions encore inconnues,

mais aussi des développements qui existent déjà au niveau de l'idée, comme les applications de réalité

virtuelle, augmentée ou mixte. La numérisation et l'imagerie en interne sont déjà possibles, et le

développement des équipements et des sociétés d'imagerie est rapide. À d'autres égards, HaminaKotka

peut être elle-même active et obtenir des idées de développement de ses clients et parties prenantes, par

exemple d'autres ports en Finlande et à l'étranger.


60

FORCES FAIBLESSES

COMMUNICATION RAPIDE
SITUATION ACTUELLE
RESSOURCES POUR UNE MISE À JOUR CONTINUE
SÉCURITÉ ACCRUE
COÛTS DE MAINTENANCE
INTERNE

UN NOUVEAU TYPE D'ENTREPRISE


RESPONSABILITÉ POSSIBLE POUR LES ERREURS
AUGMENTATION DU FLUX DE REVENU
PROGRAMME VIEILLISSEMENT
SUR LE MARCHÉ DES AVANTAGES DE L'IMAGE
CONFIDENTIALITÉ DE LA VIE PRIVÉE
OPTIMISATION DES RESSOURCES

ENREGISTREMENT DES TRAVAUX ET OBSERVATIONS

POTENTIEL DES MENACES


EXTERNE

DÉVELOPPEMENT TECHNOLOGIQUE RISQUES DE SÉCURITÉ

IDÉES DE DÉVELOPPEMENT DES PORTS INCERTITUDES CONCERNANT L'INFRASTRUCTURE DE RÉSEAU

IDÉES DE DÉVELOPPEMENT DES CLIENTS DU PORT AMENDEMENTS À LA LOI

Figure 13. Analyse SWOT de Gisgro en tant qu'investissement dans le port

Il n'y a pas de faiblesses évidentes dans la mise en œuvre du système, mais à un certain niveau, il met néanmoins une

pression sur les ressources. VRT Finlande met à jour techniquement le programme, mais les utilisateurs saisissent les

données dans le système. Cela prend du temps et est indirectement coûteux, mais une fois que les données initiales

sont entrées, les avantages du programme l'emportent largement sur les sacrifices de temps. La responsabilité pour

erreurs doit être prise en compte, en particulier si le programme est également utilisé par des parties autres que le port

lui-même. De même, Gisgro deviendra obsolète au fil des ans à mesure que la technologie et les activités portuaires

évolueront. Les systèmes d'information sont toujours soumis à la protection des données.

Lors de l'analyse des points forts de l'investissement, l'un des plus grands avantages a été identifié comme

une communication accélérée et un enregistrement à jour des travaux et des résultats. Surtout au sein de

l'organisation portuaire, il est nécessaire de rationaliser la diversité des clients et le caractère parfois

trépidant du travail.
61

en raison de. Une approche systématique facilite également l'optimisation des emplois, en particulier des

ressources limitées. D'autre part, en plus des facteurs opérationnels, le système a une grande valeur

commerciale et marketing. Gisgro peut générer un nouveau type de flux de revenus par lui-même lorsque des

licences et des informations sont vendues à l'usage du client. En outre, l'avantage d'image du nouveau

système sur le marché est clair, car la numérisation peut démontrer des actions concrètes au profit de la

communauté portuaire dans son ensemble à l'appui des discours publicitaires.

5.2 Développement de Gisgo du point de vue de la gestion de projet

Il convient de noter que le travail de développement de Gisgro n’a pas été basé sur des projets à tous

égards, du moins en termes de définition du travail de projet dans la littérature. Il s'agit d'un système de

gestion, un moyen d'atteindre le résultat souhaité grâce à la gestion de projet (Pelin 2009, 25-29). Au sens

strict ou littéral, ce n'est pas du tout un projet, mais une sorte de projet commun. Bien que le groupe de

pilotage composé de représentants de VRT Finlande et HaminaKotka ait pris des décisions et fortement

guidé la direction du développement, par exemple, les outils proprement dits du projet, tels que le

diagramme de Gantt ou la méthode PERT, n'ont pas été utilisés par le groupe de pilotage. Il est à noter

qu'il s'agit de la gestion du projet Gisgro dans son ensemble. Les méthodes internes de VRT Finlande

sont très solides et professionnelles.

Le plan de projet a été établi dans le cadre du contrat et enregistrait la division des travaux en sprints de trois

mois, dont le contenu serait convenu au préalable par le groupe de pilotage. Le groupe de pilotage est

également intervenu activement dans l'avancement du projet, comme ses tâches comprennent (Pelin 2009, 85).

Cependant, le plan de projet était principalement un calendrier approximatif et un accord conjoint sur les travaux

du groupe de pilotage. Les principaux objectifs ont été définis et un calendrier a été fixé pour eux, dans lequel le

projet se déroulerait. La marge a également été dûment prise en compte. La définition du reporting et du

contrôle demandée par Pelin (2009, 90) a été incluse dans le plan de projet, mais aucune évaluation séparée

des risques n'a été enregistrée. Le résultat n'a pas non plus été enregistré séparément dans le plan de projet,

bien que toutes les questions mentionnées se trouvent dans l'accord de projet.

Pour l'avenir (si des projets similaires sont prévus), il serait souhaitable de procéder à une évaluation minutieuse des

risques conformément aux lignes directrices de la documentation du projet.


62

Un bon moyen serait une grille des risques, par exemple. Les incertitudes des opérations portuaires sont familières

aux parties impliquées, mais la mise en œuvre du projet est un processus si complexe qu'un certain type de plan de

gestion apporterait une sécurité supplémentaire au travail du groupe de pilotage du projet. Cela profiterait à la fois au

client du projet et au fournisseur. Pelin (2009, 238-240) mentionne la cartographie des risques comme une activité

continue pendant le projet, et c'est ainsi que Gisgro a été livré. Les risques les plus importants que Ruuska (2007,

252–257) veut mettre en avant principalement ont été principalement pris en compte dans la phase contractuelle.

Aucune organisation de projet à plein temps n'a été créée pour le développement de Gisgro et cela n'aurait même

pas eu de sens étant donné la nature des opérations du port et la taille de l'organisation. Cependant, les

personnes impliquées dans le projet ont reçu une autorité considérable et des ressources en temps pour assurer

le succès du projet. Les membres du groupe de pilotage du projet ont été impliqués dans le développement de

Gisgro, entre autres tâches. Ce sont les tâches (ventes, maintenance et opérations) que Gisgro souhaite

améliorer et ces informations ont été constamment collectées au fur et à mesure de l'avancement du projet.

Un prix forfaitaire a été défini pour le développement de Gisgro, comme cela est typique pour les projets

(Pelin 2009, 169) et recommandé. Cela inclut les services définis dans le plan de projet et le contrat de

maintenance. Des services supplémentaires ou des fonctionnalités futures pour Gisgro ont été convenus

séparément.

Au fur et à mesure de l'avancement du projet, des problèmes de travail typiques du projet ont

également été rencontrés. Gisgro est un système complètement nouveau que les autres ports n'ont

pas jusqu'à présent et il nécessite beaucoup de travail manuel pour le personnaliser. L'environnement

d'exploitation étendu du port et les différentes exigences des utilisateurs ont parfois causé des

problèmes de communication, qui ont empêché le client de concrétiser pleinement ses souhaits de telle

sorte que le développeur aurait compris ce qui était souhaité. Le fournisseur a dû rappeler au moins

une fois l'ordre d'exécution convenu dans la situation initiale du projet, afin que les travaux de

développement ne débordent pas trop. Au fur et à mesure que Gisgro progressait jusqu'à son

achèvement, le client a suscité de nouveaux espoirs d'inclusion dans le projet. Ruuska (2007,
63

Malgré les discussions, les grandes lignes n'ont plus été modifiées après le démarrage du projet, et

des préparatifs avaient été faits à l'avance pour la belle vie du programme, par exemple en laissant

délibérément certains détails du plan de projet (Vuorinen 2019).

Ruuska (2007, 44–46) mentionne spécifiquement l'importance du soutien de la direction pour la réussite du projet. À cet égard, le

travail de développement de Gisgro s’est déroulé conformément au manuel, car le groupe de pilotage avait dès le départ une

grande autorité non seulement pour utiliser le temps, mais aussi pour concevoir le contenu de Gisgro de manière indépendante.

Cette recherche est également essentiellement liée au travail de conception de Gisgro. Il n'est pas possible d'évaluer pleinement

les résultats du projet lors de la conduite de la recherche, car son développement est toujours en cours.

Le risque de retards du projet s'est matérialisé en ce sens qu'environ trois mois avant le transfert

prévu du programme et la fin du projet de coopération, il a été noté que le tournage et la

conversion matérielle des grandes zones portuaires (Hamina et Mussalo) étaient clairement plus

lents que prévu. La manipulation de grandes surfaces nécessite beaucoup de travail manuel afin

de faire ressortir le matériel et les images collectés sur le drone avec la meilleure qualité possible.

Ainsi, l'achèvement du projet dans les délais n'a pas été entièrement réussi, mais d'un autre côté,

le client et le fournisseur conviennent que pour assurer le meilleur résultat final possible, le temps

est utilisé autant que le travail l'exige. Le retard n'a pas causé de dommage au client, car le

système a pu être largement utilisé dès la phase de développement.

Il vaudrait la peine de considérer que des projets similaires seraient mis en œuvre plus strictement sous la forme

de projets à l'avenir. Chaque projet est un individu et chaque projet a ses propres exigences, mais surtout une

cartographie des risques ainsi qu'une planification et une division plus précises avec des jalons aideraient à la

mise en œuvre du projet. Il serait hautement souhaitable d'enregistrer les étapes critiques, et il n'y aurait aucun

mal à esquisser un diagramme de Gantt, par exemple. La mise en œuvre d'une toute nouvelle application comme

Gisgro dans un tout nouveau type d'environnement est fondamentalement un projet qui doit être particulièrement

prudent en termes d'estimation des coûts et de respect du calendrier. Le projet est resté bien maîtrisé, mais

l'utilisation des outils


64

éventuellement éviter au moins certains malentendus et donner à l'équipe de développement une

meilleure opportunité de se concentrer sur l'essentiel.

Cependant, même en cours, Gisgro remplit l'évaluation de Ruuska (2007, 275) d'un projet réussi. Les objectifs

fixés pour le produit final sont atteints et même dépassés, et les coûts n'augmentent pas sensiblement au-delà

de ce qui a été convenu. Le résultat final présente également de très grands avantages pour l'abonné. Seuls les

paramètres prédéfinis dans le calendrier ne tenaient pas entièrement.

5.3 Réflexions et conclusions

HaminaKotka Satama Oy mène des activités rentables au profit de ses propriétaires. C'est normal pour toutes les

entreprises, mais en tant qu'entreprise détenue par deux villes, le port a également une importance régionale. Par

exemple, les effets directs et indirects sur l'emploi de HaminaKotka sont de plusieurs milliers d'emplois. Les tâches

principales du port ne sont pas seulement de permettre et de promouvoir les activités des entreprises opérant dans

le port, mais également d'attirer de nouvelles entreprises dans la région. Toutes les activités qui favorisent

l'exploitation du port peuvent donc également être considérées comme une valeur ajoutée pour la région. Les

bénéfices des travaux de numérisation et de développement favorisent les conditions de fonctionnement de la

communauté portuaire et le développement collectif de la région. (Rossi 2019.)

Avec Gisgro, il est possible pour HaminaKotka de créer un avantage concurrentiel par rapport aux

autres ports. Le programme crée une valeur ajoutée que, du moins pour le moment, d'autres acteurs

n'ont pas à offrir. Ceci, comme le soulignent Haverila et al. (2005, 227–228), est absolument essentiel

au succès d'une entreprise. Satama vit avec ses clients et réussit dans ses opérations lorsque le client

en est satisfait, ce qui a un lien clair avec la rentabilité (Haverila et al. 2005, 228–

229).

Rope (2005, 206–208) mentionne qu'un produit en tant que facteur de marketing est l'un des moyens classiques de

compétitionner et au cœur d'une entreprise et de ses opérations. Le principal produit du port de HaminaKotka est une

infrastructure de haute qualité et une large gamme de services, dont peuvent bénéficier, entre autres, l'industrie

d'exportation finlandaise et au sein desquelles les entreprises du port opèrent. Bien que les opérations et les services du

port soient au moins d'un bon niveau selon les commentaires des clients (HaminaKotka Satama
65

2018a), peut toujours se permettre de s'améliorer. Le feedback est également parfois critique, notamment en termes de

communication et de rapidité.

Même si les 170 entreprises opérant dans le port de HaminaKotka s'enregistraient en tant qu'utilisateurs de Gisgro, les

revenus de Gisgro à eux seuls ne permettraient pas de faire des affaires importantes. La base portuaire du port de

Rotterdam compte 4000 entreprises en tant qu'utilisateurs, mais la majeure partie du coût du système est toujours à la

charge du port (Buck, 2019). Les bénéfices de Gisgro doivent donc être perçus plus largement. En plus du produit de base,

une entreprise prospère peut également fournir des services supplémentaires qui offrent des avantages supplémentaires

aux clients. Cette combinaison est représentée par Rope (2005, 210–211) en tant que produit fonctionnel.

Si une version payante de Gisgro est conçue pour les clients, HaminaKotka doit également investir dans le support

client. Le support technique pourrait certainement être assuré par VRT Finlande, mais il y a aussi beaucoup

d'informations dans les données qui sont de la responsabilité du port. Pour ceux-ci, il devrait être possible de répondre

rapidement, par exemple, aux demandes de mise à jour d'informations obsolètes. Cela exigerait des ressources

supplémentaires pour le port, et il ne serait pas évident que les redevances imposées aux clients puissent justifier ces

ressources supplémentaires.

Il semble évident que le port ne devrait pas facturer de frais d'utilisation élevés pour l'utilisation de Gisgro, du

moins dans la phase initiale, car les clients ne sont pas prêts à les payer. Sur la base des conversations des

clients, Gisgro voit du potentiel, mais il y a peu d'avantages directs critiques. La plus grande valeur ajoutée

pour les clients tient probablement au fait que le port lui-même utilise Gisgro le plus activement possible dans

sa propre organisation, et accélère et améliore ainsi progressivement son service client. Surtout, nous

recevrons une aide rapide pour les défis techniques spécifiques de nos clients à l'avenir. C'est un gros

avantage par rapport à l'ancien modèle d'exploitation, où les informations existaient, mais assez dispersées et

même dans des dossiers d'archives.

L'utilisation de Gisgro augmente la qualité des services du port à mesure que la satisfaction des clients

augmente, et à travers elle a un effet positif sur l'image de l'entreprise, ainsi que permet non seulement un

support de haute qualité pour les opérations des clients existants, mais aussi l'acquisition de nouveaux clients.

Rope (2005, 555–560) signifie simplement que lorsque vous écrivez sur l'orientation client, l'offre et la qualité

client, et
66

facteurs clés de satisfaction. La mise à disposition de Gisgro pour les clients sans contrepartie mérite au

moins d’être envisagée, car cela rehausserait certainement le profil du port sur le marché. Outre

l'infrastructure physique, l'offre de services d'un port de haute qualité comprendrait également des services

d'assistance numérique.

L'un des principes de base de HaminaKotka est l'égalité de traitement des clients. Si Gisgro devient disponible

pour les clients, la même opportunité doit être donnée à tous. L'opération d'essai et le pilotage sont une question

distincte, mais une fois que le système est opérationnel, un utilisateur peut avoir un avantage concurrentiel tel

qu'au moins tout le monde doit avoir accès au système. Différents groupes de clients doivent également bénéficier

de la même qualité de service, c'est-à-dire qu'il n'est pas possible de restreindre unilatéralement les droits d'accès

de n'importe quel opérateur.

La réponse finale à la question de savoir si Gisgro peut être commercialisé auprès des entreprises

clientes de HaminaKotka ne sera obtenue qu'après que le programme aura été utilisé par le port

lui-même depuis un certain temps. L'opération pilote, initialement prévue avec quelques clients,

doit également être envisagée sereinement. Une sorte de version légère de Gisro, basée sur la

collaboration avec des utilisateurs pilotes, pourrait être la première étape dans l'extension du

service à l'utilisation par le client. Dans ce cas, les clients auraient la possibilité d'introduire le

système, par exemple, moyennant des frais de connexion minimes, mais avec des fonctionnalités

simplifiées. L'ensemble de base pourrait comprendre, par exemple, un outil de marquage de

correction, un environnement portuaire tridimensionnel, des outils de mesure et des données de

station météorologique et AIS.

Les établissements d'enseignement, tels que l'Université des sciences appliquées du sud-est de la Finlande, où

les ingénieurs en logistique sont formés et où les opérations du port sont par ailleurs fortement représentées,

pourraient constituer un groupe d'utilisateurs potentiel à explorer. Des cours liés aux TIC et à l'économie de la

production pourraient également être utiles pour voir comment le port a implémenté le jumeau numérique avec sa

modélisation 3D, et quel potentiel de nouvelles applications numériques peuvent avoir. Comme avantage

supplémentaire, les étudiants pourraient avoir de bonnes pensées et des idées pour un développement ultérieur.

Impliquer les étudiants peut aussi être une responsabilité sociale, qui est une valeur très importante pour une

entreprise appartenant à la ville comme le port.


67

Gisgro n'intéressera guère n'importe quel client ou partie prenante. Il peut être intéressant de jouer au Gisgro

dans des contextes appropriés, tels que des foires commerciales et des conférences, chaque fois que

l'occasion se présente. En conséquence, la conscience du potentiel du logiciel et de son existence en général

augmente, et de nouveaux utilisateurs surprenants peuvent être trouvés pour Gisgro. Si VRT Finland parvient

également à vendre le système à d'autres ports, HaminaKotka risque de perdre une partie de son avance en

tant qu'utilisateur du jumeau numérique dans l'environnement portuaire, mais d'un autre côté, le système

gagnera plus d'utilisateurs et de fonctionnalités. Cela profiterait à toutes les parties.

L'image de Satama est forte, et comme la numérisation imprègne toutes les activités sociales, il est clair

que les entités de service et les modèles tels que Gisgro s'inscrivent dans l'image du développement

continu et de la modernisation des opérations. Au pire, la numérisation n'est qu'un mot à la mode dans

les documents d'entreprise. Au mieux, les applications et solutions numériques sont créées par la

demande naturelle et peuvent être adaptées aux besoins du fournisseur de services afin qu'elles

deviennent une partie naturelle de l'entreprise de services. Gisgro répond à ce besoin dans le port de

HaminaKotka.
68

SOURCES

Bergström, S. & Leppänen, A. 2011. Le marketing client de l'entreprise. 13-14 édition. Helsinki:
Edita.

Buck, W. 2019. Gestionnaire de proposition. Discussion par courriel le 4 juillet 2019. Port de Rotterdam.

Dholakia, U. 2017. Quand paie-t-il ce que vous voulez? Blogs. Disponible: https://www.psychologytoday.com/us
[référencé 1/1/2019].

Eskola, J. 2001. Midsummer art de la recherche qualitative. Analyse étape par étape des données
qualitatives. Dans Aaltola, J. & Valli, R. (eds.) Windows to Research Methods. Perspectives pour le
chercheur novice sur les points de départ théoriques et les méthodes d'analyse de la recherche.
Jyväskylä: PS-Kustannus, 133–157.

Forselius, P. 2013. Acquisition réussie d'un système d'information. 3e édition révisée. Helsinki: Talent.

HaminaKotka Satama Oy. 2018a. Sondage sur la satisfaction de la clientèle.

HaminaKotka Satama Oy. 2018b. Traffic Statistics, décembre 2018. Document PDF. Disponible: https://www.hamin
[référencé le 19.7.2019].

HaminaKotka Satama Oy. 2019c. Pièces de port. Document Web. Disponible: https://www.haminakotka.com/fi/ti
[renvoyé à
19/07/2019].

HaminaKotka Satama Oy. 2019d. Le plus grand port public de Finlande. Document Web.
Disponible: https://www.haminakotka.com/fi/tietoa-satamasta/suurin-yleissatama-suomessa [référencé
le 19.7.2019].

HaminaKotka Satama Oy. 2019e. Rapport du conseil d'administration et états financiers 2018.
Document WWW. Disponible: https://www.haminakotka.com/sites/default/files/attachment/Accountof_s%20318
[renvoyé à
29/09/2019].

Haverila, M., Uusi-Rauva, E., Kouri, I. & Miettinen, A. 2005. Économie industrielle.
5e édition. Tampere: Infacs Oy.

Conditions IT2018. 2018. Teknologiainfo Teknova Oy. Document Web. Disponible: http://www.it-hdot.fi/tutustu-ingimihi
[référencé le 5 mai 2019].

Kettunen, S. 2002. Achat d'un système d'information - un guide pratique pour les entreprises. Porvoo: WS
Bookwell Oy.
69

Kiviniemi, K. 2001. La recherche qualitative en tant que processus. Dans Aaltola, J. & Valli, R. (eds.)
Windows to Research Methods. Perspectives pour le chercheur novice sur les points de départ théoriques et
les méthodes d'analyse de la recherche. Jyväskylä: PS-Kustannus, 68–84.

Myllymäki, R., Hinkka, T., Hirvensalo, J. & Hämäläinen, J. 2011. Projet de système d'information réussi. Partie 1:
Conseil à la personne acquérant le système d'information. Helsinki: CxO Mentor Oy.

Pasanen, S. 2019. Gestionnaire de trafic. Entretien le 7 octobre 2019. HaminaKotka Satama Oy.

Pelin, R. 2009. Manuel de gestion de projet. 6e édition révisée. Helsinki: Gestion de projet Oy
Risto Pelin.

Puolamäki, E. & Ruusunen, P. 2009. Investissements stratégiques. Porvoo: Message d'information.

Rope, T. 2005. Un grand livre de marketing. 2e édition. Helsinki: Talent.

Rossi, E. 2019. Directeur commercial. Entretien le 23 juillet 2019. HaminaKotka Satama Oy.

Vuorinen, né en 2019. Responsable de la maintenance. Entretien le 22 juillet 2019. HaminaKotka Satama Oy.

Ruuska, K. 2007. Gardez le projet sous contrôle. 6e édition révisée. Helsinki: Talentum Media Oy.

Loi sur le droit d'auteur du 8 juillet 1961/404.

Välimäki, M. 2009. Droits sur les logiciels informatiques. 3e édition. Helsinki: Talent.

Façon. 2019. Importations et exportations par port en 2015-2017. Document Web.


Disponible: https://vayla.fi/docu-
ments / 20473/23870 / Tableau + 4_2017 / 3e7f9f23-a725-4b09-b445-15a4e401bd26
[référencé le 19.7.2019].
70

LISTE DES IMAGES

Figure 1. Grille des risques (Ruuska 2007, 253) ........................................ ........... 19

Figure 2. Processus de recherche .............................................. ................................ 34

Figure 3. Terminal à conteneurs du port de Mussalo (archives de photos HaminaKotka Satama Oy 2019)

................................... .................................................. ..... 35

Figure 4. Coupe du port de Halla à Gisgro. Capture d'écran sur Gisgro. HaminaKotka Satama Oy.

[référencé le 8.10.2019] ............................................ .... 37

Figure 5. Matériel de bowling sous-marin, section du port de Mussalo. (Capture d'écran dans le

système Gisgro. HaminaKotka Satama Oy. [Référencé

8/8/2019] .............................................. .................................................. ...... 38

Figure 6. Données techniques de la zone portuaire de Hietanen dans l'environnement BIM. Capture

d'écran sur Gisgro. HaminaKotka Satama Oy. [renvoyé à

8/8/2019] .............................................. .................................................. ...... 39

Figure 7. Vue d'entretien de Gisgro, section du port de Mussalo. Capture d'écran sur

Gisgro. HaminaKotka Satama Oy. [renvoyé à

8/8/2019] .............................................. .................................................. ...... 40

Figure 8. Situation des navires dans le port à conteneurs de Mussalo. Capture d'écran sur Gisgro.

HaminaKotka Satama Oy. [renvoyé au 8.10.2019] ....................... 42

Figure 9. Outil de profondeur, profondeur cible "profondeur cible". Capture d'écran sur Gisgro.

HaminaKotka Satama Oy. [renvoyé au 8.10.2019] ....................... 43

Figure 10. Outil de profondeur, carte de profondeur. Capture d'écran sur Gisgro. HaminaKotka Satama

Oy. [référencé le 8.10.2019] ............................................ .... 44

Figure 11. Projet de zone de location créée par Gisgro, partie portuaire de Hietanen. Capture

d'écran sur Gisgro. HaminaKotka Satama Oy. [renvoyé à

8/8/2019] .............................................. .................................................. ...... 45

Figure 12. Bénéfices estimés de Gisgro au début du projet .................................... 58

Figure 13. Analyse SWOT de Gisgro en tant qu'investissement dans le port ........................ 60
71

pièce jointe 1

Formulaire d'évaluation des besoins

Quelles fonctionnalités doivent être incluses dans le logiciel pour la fonctionnalité globale du port?

Quelles fonctionnalités spécifiques aux opérateurs le programme pourrait-il avoir?

Voyez-vous des risques pour l'opérateur lors de l'utilisation ou du déploiement du programme?

Laquelle des fonctionnalités suivantes du logiciel utiliseriez-vous ou pourriez-vous utiliser dans votre travail?

• consignes de sécurité

• contrôle de la circulation

• les informations météorologiques et les restrictions de circulation imposées par

• la commande d'éclairage du port

• gestion de la zone de location

• simulation de trafic
• audit des structures
• alerte de maintenance
• asphaltage ou autres travaux de conception de pavage sur neige

• modélisation intérieure des bâtiments d'entrepôt

• stockage de marchandises dangereuses

• commercialiser vos propres activités

• utilisation de la formation interne

• données numériques de profondeur

• position des navires

• informations sur l'opérateur du navire

Vous aimerez peut-être aussi