Vous êtes sur la page 1sur 75

N°d’ordre : 11/L3/TCO Année Universitaire : 2006 /2007

UNIVERSITE D’ANTANANARIVO
….……………………
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE
……………………….
DEPARTEMENT TELECOMMUNICATION

MEMOIRE DE FIN D’ETUDES

En vue de l’obtention

Du DIPLOME de LICENCE ES SCIENCES


TECHNIQUES

en TÉLÉCOMMUNICATION
Par : RABEARISON Heritiana René Jean Philippe

MODELE SIMULINK DES MODULATEURS


NUMERIQUES QPSK ET GMSK

Soutenu le 20 février 2008 devant la Commission d’examen composée de :

Président :
M. RATSIMBAZAFY Andriamanga
Examinateurs :

Mme. RABEHERIMANANA Lyliane Irène

Mlle. ANDRIANTSILAVO Haja Samiarivonjy

M. RAMORASATA Joseph Raphaël

Directeur de mémoire : M. RAKOTOMALALA Mamy Alain.


REMERCIEMENTS

Je rends grâce à Dieu tout puissant pour Son Amour et Sa Bonté, de m’avoir donné la
force et la santé durant la réalisation de ce mémoire de fin d’étude.
Je tiens également à adresser mes vifs remerciements aux personnes suivantes sans qui
ce travail de mémoire n’aurait pas pu être réalisé :
Monsieur RAMANANTSIZEHENA Pascal, Directeur de l’Ecole Supérieure
Polytechnique d’Antananarivo (ESPA), d’avoir voulu m’accueillir durant mes trois années
d’études.
Monsieur RANDRIAMITANTSOA Paul Auguste, Chef de Département
Télécommunication, pour ses efforts pour le bon déroulement de mon étude au sein du
Département.
Monsieur RAKOTOMALALA Mamy Alain, Assistant, Enseignant chercheur à
l’ESPA, Directeur de ce mémoire qui malgré ses lourdes responsabilités m’a toujours
prodigué ses conseils et ses critiques constructifs durant l’élaboration de ce travail. Je tiens à
lui adresser toute ma gratitude.
Monsieur, RATSIMBAZAFY Andriamanga, Enseignant chercheur au sein du
département Télécommunication Vontovorona, qui me fait l’honneur de présider ce
mémoire ;
Les membres du jury, Enseignants au sein du Département Télécommunication qui ont
accepté de juger mon travail :
Madame, RABEHERIMANANA Lyliane Irène
Mademoiselle, ANDRIANTSILAVO Haja Samiarivonjy
Monsieur, RAMORASATA Joseph Raphaël
Mes vifs remerciements s’adressent également à tous les enseignants et personnels de
l’Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo en général et ceux du Département
Télécommunication en particulier : sans leurs efforts, notre formation n’aurait pas pu atteindre
ce stade.
Je n’oublierai pas ma famille pour leurs soutiens bienveillants et leurs
encouragements, pour ce mémoire, comme en toutes circonstances.
Plus particulièrement, à mes parents pour leurs sacrifices durant ces longues années
afin que je puisse arriver à ce niveau et pour tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à
l’élaboration de ce mémoire.
A mes amis qui m’ont épaulé à l’élaboration de ce travail.
TABLE DES MATIERES
TABLE DES MATIERES ................................................................................................................... i
NOTATIONS ET ABREVIATONS .................................................................................................. iv
INTRODUCTION ............................................................................................................................... 1
CHAPITRE 1 : BASES DE TRANSMISSIONS NUMERIQUES

1.1 Représentation d’une chaîne de transmission numérique ............................................................................. 2


1.1.1 Codage de source .......................................................................................................................................2
1.1.2 Codage de canal ........................................................................................................................................ 2
1.1.3 L’émetteur .................................................................................................................................................3
1.1.4 Le canal de transmission ..........................................................................................................................4
1.1.5 Le récepteur .............................................................................................................................................. 5
1.2 La qualité d’une transmission numérique ...................................................................................................... 6
1.3 Les différents types de chaîne de transmission numérique ............................................................................ 7
1.3.1 La transmission numérique en bande de base ........................................................................................7
1.3.2 La modulation numérique sur onde porteuse .........................................................................................8
CHAPITRE 2 : LES MODULATIONS NUMERIQUES

2.1 Généralité ........................................................................................................................................................ 9


2.2 Définitions et appellations ............................................................................................................................... 9
2.3 Principes de modulations numériques .......................................................................................................... 10
2.3.1 Les critères de choix d'une modulation .................................................................................................13
2.3.2 La densité spectrale du signal modulé m(t) ...........................................................................................13
2.4 Modulation par déplacement d’amplitude (MDP) ....................................................................................... 13
2.4.1 Modulation par tout ou rien OOK .........................................................................................................14
2.4.2 Modulation à "M ETATS" ......................................................................................................................15
2.4.2.1 Les constellations "MDA M Symétrique" .............................................................................................. 15
2.4.2.2 Chronogramme de "MDA 4 Symétrique" .............................................................................................. 15
2.4.2.3 Le spectre de la "MDA M Symétrique" ..................................................................................................16
2.4.2.4 Les performances des "MDA M" .......................................................................................................... 16
2.4.3 Conclusion sur la MDA ...........................................................................................................................16
2.5 Modulation par déplacement de phase (MDP) .............................................................................................. 17
2.5.1 La modulation "MDP-2" .........................................................................................................................18
2.5.1.1 Chronogramme de LA "MDP-2" ......................................................................................................... 19
2.5.1.2 Modulation et démodulation .................................................................................................................19
2.5.1.3 Le spectre de la "MDP-2" .................................................................................................................. 20
2.5.2 Généralisation aux MDP-M ................................................................................................................... 20

i
2.5.2.1 Modulation et démodulation .................................................................................................................20
2.5.2.2 Spectre et efficacité spectrale ................................................................................................................21
2.5.2.3 Les performances ........................................................................................................................21
2.5.3 Conclusion sur la MDP .......................................................................................................................... 22
2.6. Modulation d’amplitude sur deux porteuses en quadrature MAQ............................................................... 22
2.6.1 Les constellations MAQ-M ..................................................................................................................... 23
2.6.2 Modulation et démodulation .................................................................................................................. 23
2.6.3 Efficacité spectrale ................................................................................................................................... 23
2.6.4 "MAQ" : une généralisation de la MDA et de la MDP ....................................................................... 24
2.7. Modulation par déplacement de fréquence (MDF) ...................................................................................... 24
2.7.1 La modulation MDF à phase discontinue ............................................................................................. 24
2.7.2 La modulation MDF à phase continue MDF-PC ................................................................................. 25
2.7.2.1 MDF binaire à phase continue ..............................................................................................................25
2.7.2.2 Les performances ................................................................................................................................. 26
2.7.3 Conclusion sur la MDF ........................................................................................................................... 26
CHAPITRE 3 : LA MODULATION QPSK ET SES APPLICATIONS

3.1 Le modulateur numérique QPSK .................................................................................................................. 27


3.1.1 Généralités .............................................................................................................................................. 27
3.1.2 Principe de modulation QPSK .............................................................................................................. 27
3.1.3 Modèle mathématique ............................................................................................................................29
3.1.4 La constellation "MDP-4" .....................................................................................................................30
3.1.5 Chronogramme de "MDP-4" .................................................................................................................31
3.1.6 Le Démodulateur QPSK ........................................................................................................................ 32
3.1.7 Probabilité d’erreur ................................................................................................................................ 33
3.2 Utilisation de la modulation QPSK .............................................................................................................. 33
3.2.1 La transmission par satellite ................................................................................................... 33
3.2.2 Utilisation dans la communication avec les mobiles .............................................................................35
3.2.3 Les faisceaux hertziens .............................................................................................................................36
CHAPITRE 4 : LA MODULATION GMSK ET SES APPLICATIONS

4.1 Le modulateur numérique GMSK ................................................................................................................. 38


4.1.1 Généralité sur le GMSK ......................................................................................................................... 38
4.1.2 Principe de la modulation GMSK ..........................................................................................................38
4.1.3 Présentation de la modulation GMSK ...................................................................................................38
4.1.4 Modèle mathématique .............................................................................................................................39
4.1.5 Importance du filtre passe bas Gaussien ou LPF ................................................................................39
4.1.6 Caractéristiques du récepteur optimal ................................................................................................40

ii
4.1.7 Probabilité d’erreur Pe ou BER (Bit Error Rate) ................................................................................. 40
4.2 Application du GMSK dans le système GSM ................................................................................................ 41
4.2.1 Introduction au système GSM ................................................................................................................41
4.2.2 Architecture du GSM ...............................................................................................................................41
4.2.3 Principe de fonctionnement ....................................................................................................................42
4.2.4 Les mobiles ..............................................................................................................................................43
4.2.4.1 Présentation ...................................................................................................................................... 43
4.2.4.2 Architecture fonctionnelle d’un terminal ............................................................................................ 43
4.2.4.3 Le modulateur GMSK d’un mobile .................................................................................................... 43
4.2.4.4 Le démodulateur GMSK d’un mobile ................................................................................................ 45
CHAPITRE 5 : MODELE SIMULINK DE MODULATEUR QPSK ET GMSK

5.1 Présentation Simulink Matlab 7.0 ............................................................................................................. 46


5.2 Modèle Simulink de QPSK et GMSK ......................................................................................................... 47
5.2.1 Représentation de la simulation ............................................................................................................47
5.2.2 Fonctionnement des boutons ..................................................................................................................48
5.2.3 Schémas blocs de la QPSK et de la GMSK .......................................................................................... 49
5.2.4 Fonctionnement de chaque bloc .............................................................................................................. 50
5.3 Lancement de la simulation ............................................................................................................. 53
5.3.1 Modèle QPSK .......................................................................................................................................... 53
5.3.1.1 Signal binaire à l’émission et à la réception ..................................................................................54
5.3.1.2 La constellation ...................................................................................................................................54
5.3.1.3 Spectre du signal modulé en QPSK .......................................................................................................55
5.3.1.4 Diagramme de l’œil ............................................................................................................................. 56

5.3.2 Modèle GMSK .........................................................................................................................................57


5.3 .2.1 Signal binaire à l’émission et à la réception ..................................................................................... 57

5.3.2.2 La constellation ..................................................................................................................................58

5.3.2.3 Spectre du signal modulé en GMSK .....................................................................................................58

5.3.2.4 Diagramme de l’œil ............................................................................................................................ 59

CONCLUSION................................................................................................................................... 60
ANNEXES 1 : La modulation analogique ....................................................................................... 61
ANNEXES 2 : les dérivées de la modulation QPSK.......................................................................
.............................................................................................................................................................. 62
BIBLIOGRAPHIE.........................................................................................................................
.............................................................................................................................................................. 63
RENSEIGNEMENTS
RESUME
ABSTRACT

iii
NOTATIONS ET ABREVIATIONS

Symbole

Signaux élémentaires

La somme des signaux élémentaires

Symbole

Signaux élémentaires

La somme des signaux élémentaires

Fréquence maximale du signal s(t)

La fréquence de la porteuse

g(t) La forme de l'onde

m(t) Le signal modulé

p(t) Le signal porteuse

r(t) Le signal reçu

s(t) Signal d’origine analogique

s*(t) Signal échantillonné

A L’amplitude du signal porteuse

B(t) Bruits additifs stationnaires

Largeur de bande du filtre gaussien LPF

Largeur de la bande normalisée

Le signal modulant en bande de base

iv
D Débit binaire

La distance minimale entre tous les symboles

Probabilité d’erreur

R Rapidité de modulation

S(f) Le spectre du signal s(t)

Le spectre du signal

T La période

L’élément binaire émis à l’instant

L’erreur systématique

Densité spectrale de puissance bilatérale

La phase de la porteuse

L'efficacité spectrale d'une modulation

Rapport signal-sur-bruit instantané

La différence de la fréquence instantanée

µ L’indice de modulation

Taux d’erreur par élément binaire

Train binaries

ASK Amplitude Shift Keying

AUC Authentication Center

BPSK Binary Phase shift Keying

v
BSC Base Station Controller

BTS Base Transceiver Station

CAN Convertisseur numérique analogique

CDMA Code Division Multiple Access

DSP Densité spectrale de puissance

DSSS Direct Sequence Spread Spectrum

FSK Frequency Shift Keying

GMSK Gaussian Minimum Shift Keying

GPS Global Positioning System

GSM Global System for Mobile Communication

HLR Home Location Register

i-i-d Indépendants et identiquement distribués

MSK Minimum Shift Keying

MSC Mobile Switching Center

N.I.C.A.M Near Instantaneous Compouding Audio Multiplexer

OOK On Off Keying

OQPSK Differential QPSK

OMC Operation and Maintenance Center

PSK Phase Shift Keying

QAM Quadrature Amplitude modulation

vi
QPSK Quadrature Phase shift Keying

Taux d’erreur par bit

TDMA Time Division Multiple Access

VLR Visitor Location Register

vii
INTRODUCTION GENERALE

Le terme "télécommunications" désigne l'ensemble des moyens techniques permettant


l'acheminement fidèle et fiable d'informations entre deux points quelconques. Les
télécommunications utilisent deux techniques inséparables : d’abord, la transmission qui
assure le transport de l'information à distance, ensuite, la mise en relation de deux usagers
quelconques.
De nos jours, la plupart des nouveaux systèmes de transmission sont numériques pour
des raisons essentiellement historiques mais aussi technologiques. Il n’exige que l’information
à transmettre soit une suite de nombre binaire « 0 » ou « 1 », or si notre source délivre de
l’information analogique, alors on passe dans l’étape de numérisation.
Dans le système de transmission numérique, cette grandeur binaire n’est pas capable
de transmettre sur le canal de transmission, c’est la raison pour laquelle nous sommes en
présence des différentes techniques de modulations. De plus c’est l’un des paramètres les plus
importants qui définit la performance d’un système de transmission numérique.
Ce mémoire intitule « Modèle simulink des modulateurs numériques QPSK et
GMSK », met en œuvre le fonctionnement et les champs d’applications de ces deux
modulation numériques. Ce mémoire est divisé en cinq chapitres :
 Le premier chapitre parlera de la notion de base de la transmission numérique, les
rôles de chaque bloc qui constitue la chaîne de transmission.

 Le second chapitre sera axé sur, l’étude des différentes techniques de modulation
numérique mais surtout les techniques le plus répandue.

 Le troisième chapitre sera réservé à l’étude de la modulation QPSK et ses domaines


d’utilisation.

 De même pour le quatrième chapitre, nous nous consacrerons à l’étude de la


modulation numérique GMSK et de leur utilisation dans le système GSM.

 Dans le dernier chapitre, nous terminerons cette étude par la représentation des
modèles simulink de la modulation QPSK et GMSK sous le logiciel MATLAB
version 7.0.
1

CHAPITRE 1 : BASES DE TRANSMISSIONS NUMERIQUES

1.1 Représentation d’une chaîne de transmission numérique [1] [2] [3]


Le but d’une transmission numérique est de transmettre un message numérique venant d’une
source de message vers le destinataire. Cependant les données numériques doivent subir un
certain nombre de transformations avant d'être transmises, et une autre série de
transformations est effectuée dans le récepteur pour obtenir à nouveau les données
numériques envoyées. Les différentes étapes seront explicitées successivement dans le
schéma ci-dessous :

Source Codage de Codage de


Emetteur
Numérique source canal

Milieu de transmission

Décodage Décodage
Destinataire Récepteur
de source de canal

Figure 1.01 : Schéma de principe d’une chaîne de transmission numérique

1.1.1 Codage de source


Il est utilisé uniquement pour les transmissions numériques, permet de supprimer toute
redondance dans le message issu de la source d’information. Après codage de source, le
message est sous forme concise c'est-à-dire qu’il est représenté à l’aide d’un nombre minimal
de symboles. Et chacun de ces symboles doit être fidèlement transmis, cela vient du fait que le
message est constitué par une suite d’éléments binaires mutuellement indépendants et prenant
les valeurs 0 et 1, avec des probabilités p0 et p1.
Caractérisons cette source codée par le sigle i-i-d, qui signifie source à éléments binaires
indépendants et identiquement distribués sur l’alphabet {0,1}.

1.1.2 Codage de canal


C’est aussi une fonction spécifique aux transmissions numériques, qui introduit de nouveau de
la redondance dans le message issu du codeur de source suivant une loi donnée. Cette
redondance, connue du décodeur de canal, permet de détecter, voire corriger les erreurs de
2
transmission. Le principe est comme suit, si la loi imposée est respectée, on considère qu’il
n’a pas eu d’erreurs de transmission. Dans le cas contraire, on détecte la présence d’erreurs
que l’on peut éventuellement corriger. Le codage de canal n’a pas véritablement son
équivalent en transmission analogique.
Les codes cycliques et les codes convolutifs sont quelques exemples de ce code.

1.1.3 L’émetteur
Puisque la suite d’éléments binaires représentant le message numérique est une grandeur qui
ne se déplace jamais et qu’on ne peut pas émettre, on l’appelle aussi grandeur abstraite, il est
nécessaire de lui associer une représentation physique, sous forme d’un signal électrique.
C’est la première fonction de l’émetteur, connu en général opération de modulation.
Cette opération consiste à associer à chaque mot de n éléments binaires (n - uplet) issu du
message, un signal Si(t), i = 1, …, M, de durée T = nTb, choisi parmi M = 2n signaux, en
fonction de la réalisation du n – uplet.
Le message binaire de débit D est donc représenté par un signal, dont on définit alors la
rapidité de modulation R exprimé en Bauds, comme le nombre des signaux émis par le
modulateur par unité de temps :

Dans le cas de la transmission M-aire, la rapidité de modulation R peut s’exprimer en fonction


du débit binaire D par la relation :

L’opération de modulation est illustrée sur la figure 1.02 lorsque n = 1, c’est à dire
transmission binaire. Dans cet exemple deux signaux sinusoïdaux S0(t) et S1(t), de même
fréquence et déphasés de Π, sont respectivement associés aux éléments binaires 0 et 1.

α0 = 0 α1 = 0 α2 = 1 α3 = 1

S0(t)
S0(t - T) S1(t – 2T) S1(t - 3T)
Figure 1.02 : Illustration de l’opération de modulation

3
A part l’opération de modulation, il ne faut pas oublier que l’émetteur se charge aussi :
 D’une fonction d’adaptation du signal modulé au milieu de transmission ; le filtrage
du signal modulé pour limiter sa bande,
 De permettre à plusieurs utilisateurs de partager un même milieu de transmission
sans risque d’interférence,
 Et enfin lorsque la bande allouée à la transmission est centrée autour d’une fréquence
f0 élevée, le modulateur élabore parfois un signal dont le spectre est centré autour
d’une fréquence dite intermédiaire et plus basse que la fréquence f0 ; l’émetteur assure
alors une fonction de changement de fréquence qui permet de centrer le signal modulé
autour de la fréquence f0 souhaitée.

1.1.4 Le canal de transmission


Le canal de transmission est un élément de la chaine de communication toujours délicat à
définir puisqu’il n’a pas la même signification selon que l’on se place du point de vue de la
propagation, de la théorie de l’information ou de la théorie des communications.

Emetteur Filtre Milieu de Récepteur


d’émission transmission

Canal de transmission Bruit


Bruit

Figure 1.03 : Le canal de transmission

Pour ce qui nous concerne, c'est-à-dire au sens de la théorie des communications, le canal de
transmission peut inclure le milieu de transmission, le bruit, mais aussi, éventuellement, le
filtre d’émission placé physiquement dans l’émetteur, ainsi que les antennes d’émission et de
réception pour les transmissions en espace libre.
Cette représentation du canal de transmission, illustrée sur la figure 1.03, revêt un caractère
plutôt symbolique mais est bien adaptée à l’analyse que nous ferons de la chaîne de
transmission.
 Le milieu de transmission représente le lien physique entre l’émetteur et le récepteur ;
il est pratiquement constitué par l’un des supports suivants :
– un câble bifilaire, dont la bande passante est faible et qui est en général réservé
aux transmissions à bas débit (inférieur à 2Mbps sur le réseau téléphonique),
4

– un câble coaxial, qui possède une bande passante plus importante que le câble
bifilaire. Ce câble est utilisé pour connecter les centraux téléphoniques avec un
grand nombre de communications.
– une fibre optique avec une bande passante très élevée et sa faible atténuation. Les
fibres sont utilisées pour les réseaux terrestres à grande capacité (plusieurs Gbps).
– l’espace libre, qui utilise la propagation d’une onde électromagnétique dans
l’atmosphère.
 Le bruit est une perturbation aléatoire dont les origines sont le milieu de transmission
(bruit externe), ou les composants électroniques utilisés dans le récepteur (bruit
interne). Les contributions du bruit interne et externe seront prises en compte dans
une source unique de bruit B(t) située en amont du récepteur. Les dispositifs
électroniques du récepteur seront alors supposés idéaux, c'est-à-dire nuls,
stationnaires, indépendants du signal émis et de densité spectrale de puissance non
générateur de bruit. Ce bruit peut être modélisé par un processus, aléatoire gaussien, à
moyenne bilatérale uniforme :

1.1.5 Le récepteur
Le principal rôle du récepteur est de retrouver l’information émise par la source à partir du
signal reçu. Les blocs qui sont responsables de cette opération comprennent des circuits
d’amplification, de changement de fréquence, de démodulation pour la transmission sur onde
porteuse, de filtrage puis d’échantillonnage et le circuit de prise de décision.

Amplifi Changement Démodul Echantill


cation fréquence ation onnage Décision
Signal
reçu
Message
reconstitué

Figure 1.04 : Principe d’un récepteur pour transmission sur onde porteuse

Le changement de fréquence et le démodulateur permettent de ramener le signal modulé en


bande de base. Pour minimiser l’influence de bruit, source incontournable des erreurs de
transmission, le signal en bande de base est ensuite filtré puis échantillonné à des instants
caractéristiques. Finalement le circuit de décision identifie la valeur des éléments binaires
5
transmis à partir des échantillons reçus. Le choix effectué par le circuit de décision est binaire,
décision 0 ou 1, ce qui correspond à une opération dite de détection.

1.2 La qualité d’une transmission numérique [1] [2] [3]


La qualité d’une transmission dépend de la fidélité avec laquelle les éléments binaires du
message sont restitués au destinataire. Elle se mesure en général en évaluant la probabilité
d’erreur par élément binaire, notée , définie comme la probabilité de prendre une décision
erronée sur un élément binaire.
Cette probabilité d’erreur n’est jamais strictement nulle, mais cela ne signifie pas pour autant
que la transmission est de mauvaise qualité ; en effet, il suffit qu’elle prenne une valeur
suffisamment faible pour satisfaire à un certain critère de fidélité, cette valeur dépendant du
type d’information transmise (parole, son, image, données,…) et du niveau de fidélité exigé ;
une probabilité d’erreur de 10-6 par exemple peut être jugée tout à fait satisfaisante pour la
transmission de la parole en téléphonie.
Désignons par l’élément binaire émis à l’instant . En tenant compte du fait que les
éléments binaires issus de la source sont i-i-d sur l’alphabet {0,1}, la probabilité d’erreur
par l’élément binaire Peb est égal à :

Où représente le résultat de la décision prise sur l’élément binaire .

Pour un canal perturbé par un bruit additif B(t) stationnaire, cette probabilité d’erreur par
l’élément binaire ne dépend pas de l’indice k considéré.

Mesure du taux d’erreur


La mesure en laboratoire de cette probabilité d’erreur est réalisée en émettant une séquence de
N éléments binaires connue du destinataire, puis en évaluant en réception le rapport entre le
nombre n d’éléments erronés et le nombre N d’éléments binaires émis. Ce rapport est appelé
taux d’erreur par élément binaire , est sous certaines conditions, une bonne estimation de
la probabilité d’erreur .
On peut écrire :

Où est une variable aléatoire discrète qui prend la valeur 1 avec la probabilité P eb si
l’élément binaire est mal décodé et la valeur 0 avec la probabilité (1 - Peb) dans le cas
contraire ; il s’agit donc d’une variable aléatoire qui suit une loi de Bernoulli de paramètre Peb
6
Le taux d’erreur par élément binaire est donc aussi une variable aléatoire que l’on peut
caractériser au second ordre par sa moyenne et sa variance στ2 :

La grandeur est appelée le biais de l’estimateur; elle mesure en


quelque sorte l’erreur systématique, la variance de l’estimateur mesurant quant à elle la
précision de la mesure. Un bon estimateur a bien entendu un biais nul et une variance faible.
En tenant compte du fait que l’espérance de la variable , est égale à , et ceci quelque soit
l’indice k considéré, la valeur moyenne du taux d’erreur est égale à la probabilité d’erreur :

L’estimateur est donc sans biais. Si les erreurs de transmission sont indépendantes, les
variables sont aussi indépendantes et la variance στ2 est égale à :

L’estimation de la probabilité d’erreur Peb à partir de la mesure du taux d’erreur est donc
entachée d’une erreur de mesure qui est fonction du nombre N d’éléments binaires utilisés et
de la probabilité d’erreur considérée. Cette erreur peut être évaluée à partir de l’erreur
2
quadratique relative , égale à :

Cette expression permet de déterminer le nombre N d’éléments binaires nécessaires pour


mesurer un taux d’erreur avec une erreur de mesure ε donnée.

1.3 Les différents types de chaîne de transmission numérique


1.3.1 La transmission numérique en bande de base
La bande de fréquence B allouée à la transmission du message numérique est comprise entre
une fréquence égale ou proche de zéro et une fréquence f, la transmission est dite en bande de
base. Les transmissions en bande de base utilisent des câbles comme milieu de transmission.
Les transmissions en bande de base utilisent aussi ce qu’on appelle codes en ligne pour
pouvoir déplacer les grandeurs abstraites dont le principe est comme suit : ces codes
consistent à associer, à chaque élément binaire du message, un signal Si(t) de durée Tb
choisi parmi un ensemble de deux signaux en fonction de la valeur de l’élément binaire :

7
L’opération réalisée par le codeur en ligne est alors la suivante :
– Si émission du signal
– Si émission du signal
Ainsi, à la suite des éléments binaires { }, le codeur en ligne associe le signal e(t) :

Dans le cas de transmission M-aire, l’opération précédente peut être généralisée en associant
à chaque mot de n éléments binaires ou n-uplet issu du message, un signal Si(t) de durée
T = nTb, choisi parmi M = 2n signaux, en fonction de la valeur du n-uplet.
En effet l’expression précédente devient :

Voici quelques exemples des codes en ligne :

Code en ligne à symboles Code en ligne à symboles


indépendants dépendants
Code NRZ binaire Code bipolaire
Code NRZ M-aire Code HDBn
Code RZ binaire
Code biphase binaire ou
code Manchester

Tableau 1.01 : Exemples des codes en ligne

1.3.2 La transmission numérique sur onde porteuse


Si la bande de fréquence B allouée à la transmission est centrée autour d’une fréquence f0, on
parle alors de transmission sur onde porteuse ou simplement sur porteuse, le milieu de
transmission est constitué principalement par l’espace libre. Toutefois, les transmissions sur
onde porteuse sont aussi utilisées sur câble à chaque fois que le signal modulé doit occuper
une sous bande donnée du câble, centrée autour d’une fréquence . Notons enfin que l’on
réserve plutôt le terme de modulation pour les transmissions sur onde porteuse, et que l’on
préfère parler de codage en ligne pour les transmissions en bande de base.

8
CHAPITRE 2 : LES MODULATIONS NUMERIQUES

2.1 Généralité [4] [8]


La modulation a pour objectif d’adapter le signal à émettre au canal de transmission. Cette
opération consiste à modifier un ou plusieurs paramètres d’une onde porteuse centrée sur la
bande de fréquence du canal.

Les paramètres modifiables sont :


 L’amplitude : A
 La fréquence :
 La phase :
Dans les procédés de modulation binaire, l’information est transmise à l’aide d’un paramètre
qui ne prend que deux valeurs possibles.
Dans les procédés de modulation M-aire, l’information est transmise à l’aide d’un paramètre
qui prend M valeurs. Ceci permet d’associer à un état de modulation un mot de n digits
binaires. Le nombre d’états est donc . Ces n digits proviennent du découpage en
paquets de n digits du train binaire issu du codeur.

2.2 Définitions et appellations [4] [5]


 Un symbole est un élément d’un alphabet. Si M est la taille de l’alphabet, le symbole
est alors dit M – aire. Lorsque M=2, le symbole est dit binaire. En groupant, sous
forme d’un bloc, n symboles binaires indépendants, on obtient un alphabet de
symboles M – aires. Ainsi un symbole M-aire véhicule l’équivalent de .
 La rapidité de modulation R se définit comme étant le nombre de changements d’états
par seconde d’un ou de plusieurs paramètres modifiés simultanément. Un changement
de phase du signal porteur, une excursion de fréquence ou une variation d’amplitude
sont par définition des changements d’états.

 Taux d’erreur par bit :


La qualité d’une liaison est liée au taux d’erreur par bit, on a :

9
On notera la différence entre et TEB. Au sens statistique, on a . TEB tend
vers Pe si le nombre de bits transmis tend vers l’infini.
 L’efficacité spectrale d’une modulation se définit par le paramètre s’exprime en

« bit/seconde/Hz ». Elle caractérise la capacité d’une modulation à « passer » un débit


maximum dans une largeur de canal minimum. Elle est comprise entre 2 et 8 pour des
modulations dites performantes. La valeur D est le « débit binaire » et B est la largeur
de la bande occupée par le signal modulé.
 Pour un signal utilisant des symboles M – aire, on aura : en (bit/sec/Hz).
L’efficacité spectrale augmente, comme on pouvait s’y attendre, avec le nombre de
bit/symbole . C’est en effet la raison d’être de la modulation M – aire.

2.3 Principes de modulations numériques [4] [6] [8]


Le message à transmettre est issu d’une source binaire. Le signal modulant, obtenu après
codage, est un signal en bande de base, éventuellement complexe, qui s’écrit sous la forme :

Avec :

La fonction g(t) est une forme d’onde qui est prise en considération dans l’intervalle
puisque t doit vérifier la relation :
Dans les modulations ASK (Amplitude Shift Keying), PSK (Phase Shift Keying) et QAM
(Quadrature Amplitude Modulation), la modulation transforme ce signal C(t) en un signal
modulé m(t) tel que :

La fréquence et la phase caractérisent la sinusoïde porteuse utilisée pour la


modulation.
Si les sont réels , la modulation est dite unidimensionnelle,
et s'ils sont complexes la modulation est dite bidimensionnelle.
Le signal modulé s'écrit aussi plus simplement :

10
Ou encore :

En posant : module en amplitude la porteuse en phase et le

signal module en amplitude la porteuse en quadrature


Dans la plupart des cas les signaux élémentaires et sont identiques à un coefficient
près et ils utilisent la même forme d'impulsion g(t) appelée aussi "formant".

Les deux signaux a(t) et b(t) sont aussi appelés "trains modulants" et s'écrivent :

Les symboles et prennent respectivement leurs valeurs dans l'alphabet (A1, A2,… AM)
et dans l'alphabet (B1, B2,… BM).
Le schéma théorique du modulateur est représenté sur la figure 2.01.

Figure 2.01 : Forme générale du modulateur

Les différents types de modulations sont définis par les alphabets décrits ci-dessus et par la
fonction g(t).
A chaque symbole émis correspond un signal élémentaire de la forme :

m(t) peut être représenté sur la figure 2.02 dans un espace à deux dimensions dont les vecteurs
de base sont :

11
Figure 2.02 : Position d'un symbole dans le plan de Fresnel

Le signal modulé m(t) véhicule des informations distinctes à travers et qui sont
deux signaux en bande de base appelés respectivement composante en phase (I en anglais) et
composante en quadrature (Q en anglais). La récupération de et sera possible
uniquement si ces deux signaux sont de bande limitée à l'intervalle avec
(Condition de Rayleigh).
Une représentation dans le plan complexe qui fait correspondre à chaque signal élémentaire
un point permet de différencier chaque type de modulation. L'ensemble de
ces points associés aux symboles porte le nom de constellation.

Figure 2.03 : Définition d'une constellation numérique

Le choix de la répartition des points dépend des critères suivants :


 Pour pouvoir distinguer deux symboles, il faut respecter une distance minimale ,
entre les points représentatifs de ces symboles. Plus cette distance est grande, plus la
probabilité d'erreur sera faible. La distance minimale entre tous les symboles est :

Ceci est à rapprocher avec la définition de la distance de Hamming.


 A chaque symbole émis correspond un signal élémentaire et par là même une
énergie nécessaire à la transmission de ce symbole. Dans la constellation, la distance
entre un point et l'origine est proportionnelle à la racine carrée de l'énergie qu'il faut
fournir pendant

12
l'intervalle de temps pour émettre ce symbole. La puissance moyenne
d'émission des symboles est assimilable à et la puissance crête à .
Les deux critères évoqués ci-dessus sont antagonistes puisque l'on serait tenté d'une part
d'éloigner les symboles au maximum pour diminuer la probabilité d'erreur et d'autre part, de
les rapprocher de l'origine pour minimiser l'énergie nécessaire à la transmission.

2.3.1 Les critères de choix d'une modulation sont :


 La constellation qui, suivant les applications, mettra en évidence une faible énergie
nécessaire à la transmission des symboles ou une faible probabilité d'erreur.
 L'occupation spectrale du signal modulé.
 La simplicité de réalisation (avec éventuellement une symétrie entre les points de la
constellation).

2.3.2 La densité spectrale du signal modulé m(t)


On a :

Figure 2.04 : Densité spectrale de puissance

La DSP du signal modulé m(t) est aussi liée à la forme de l'onde g(t), (qui sera souvent
rectangulaire) par sa transformée de Fourier G(f).

2.4 Modulation par déplacement d’amplitude (ASK ou MDA) [5] [8] [9]
Les Modulations par Déplacement d'amplitude sont aussi appelées par leur abréviation
anglaise : ASK pour "Amplitude Shift Keying".
Dans ce cas, la modulation ne s'effectue que sur la porteuse en phase . Il n'y a
pas de porteuse en quadrature. Cette modulation est parfois dite monodimensionnelle. Le
signal modulé s'écrit alors :

13
La forme de l'onde g(t) est rectangulaire, de durée T et d'amplitude égale à 1 si t appartient à
l'intervalle et égale à 0 ailleurs.
Rappelons que le symbole prend sa valeur dans l'alphabet (A1, A2,… AM). Autrement dit,
cet alphabet met en évidence les amplitudes possibles du signal, la valeur n désignant
les groupements de n bits ou symboles à émettre. Les changements d'amplitude de la porteuse
se produiront au rythme R de la transmission des symboles.

2.4.1 Modulation par tout ou rien OOK


Un exemple de modulation d'amplitude est la modulation (binaire) par tout ou rien encore
appelée par son abréviation anglaise : OOK pour "On Off Keying".
Dans ce cas, un seul bit est transmis par période T, et par conséquent et . Le
symbole prend sa valeur dans l'alphabet . On observe donc sur un chronogramme
des extinctions de porteuse quand (figure 3.05).

Figure 2.05 : Modulation d'amplitude par tout ou rien (OOK)

Figure 2.06 : Constellation de la modulation d'amplitude par tout ou rien (OOK)

A la réception, cette modulation d'amplitude est souvent démodulée par une détection
d'enveloppe. En l'absence de bruit, l'élévation au carré du signal m(t) donne un terme à la
fréquence qui sera éliminé par filtrage et un terme en bande de base proportionnel à
qui est porteur de l'information puisqu'il contient .

14
Le spectre du signal en bande de base est donné par :

Le spectre du signal modulé est le même décalé de et comporte donc une raie aux
fréquences .

2.4.2 Modulation à "M ETATS"


Dans ce cas on utilise plutôt la modulation symétrique.

2.4.2.1 Les constellations "MDA M Symétrique"


On a toujours amplitudes possibles du signal, mais ici les valeurs de l'alphabet sont
telles que :

La constellation de la modulation à M états symétriques est donnée sur la figure 2.07 pour M
prenant comme valeurs 2, 4 et 8.

Figure 2.07 : Constellation de la modulation d'amplitude à M états

On remarquera que la disposition des symboles met en œuvre un code de Gray de telle sorte
qu'un seul bit change lorsque l'on passe d'un point à un autre.

2.4.2.2 Chronogramme de "MDA 4 Symétrique"

Figure 2.08 : Modulation d'amplitude MDA 4 Symétrique

15
La figure 2.08 met en évidence que deux bits sont transmis simultanément à chaque période.
Elle met aussi en évidence qu'il n'est pas question ici de pratiquer une détection d'enveloppe à
la réception.

2.4.2.3 Le spectre de la "MDA M Symétrique"


Le spectre du signal en bande de base ne présente pas de raie et s'écrit :

Le spectre du signal modulé est le même décalé de .

2.4.2.4 Les performances des "MDA M"


Pour pouvoir comparer les différentes modulations entre elles, il est d'usage d'exprimer la
probabilité d'erreur en fonction du rapport dont représente l'énergie émise par bit
et représente la densité spectrale de puissance de bruit.
En fonction de ce rapport, on trouve que la probabilité d'erreur par symbole est donnée par la
relation :

Si on néglige la probabilité d'erreur entre symboles non voisins et si deux symboles voisins ne
diffèrent que d'un bit (Code de Gray), alors la probabilité d'erreur par bit peut s'écrire :

Car avec un symbole erroné, seulement un bit sur est erroné.

2.4.3 Conclusion sur la MDA


 La tentation d'augmenter M (c'est à dire le nombre de bits transmis par symbole) est
grande mais présente les avantages et les inconvénients suivants :
L'efficacité spectrale augmente, (pour une largeur de la bande B donnée).

 Malheureusement, la probabilité d'erreur par symbole augmente aussi, et, pour


ne pas la dégrader, il sera nécessaire d'augmenter l'énergie émise par bit .
Finalement, ce type de modulation est simple à réaliser mais est assez peu employé pour M>2
car ses performances sont moins bonnes que celles d'autres modulations, notamment pour sa
résistance au bruit.

16
2.5 Modulation par déplacement de phase (MDP) [4] [5] [7] [8] [9]
Les Modulations par Déplacement de phase (MDP) sont aussi souvent appelées par leur
abréviation anglaise : PSK pour "Phase Shift Keying". Les signaux élémentaires et
utilisent la même forme d'onde g(t) qui est ici une impulsion rectangulaire, de durée T
et d'amplitude égale à A si t appartient à l'intervalle [0, T [et égale à 0 ailleurs.
On sait que :

Or

Donc

Dans le cas présent, les symboles sont répartis sur un cercle, et par conséquent :

D’où :

Et :

On pourrait imaginer plusieurs MDP-M pour la même valeur de M où les symboles seraient
disposés de façon quelconque sur le cercle. Pour améliorer les performances par rapport au
bruit, on impose aux symboles d'être répartis régulièrement sur le cercle (il sera ainsi plus
facile de les discerner en moyenne). L'ensemble des phases possibles se traduit alors par les

expressions suivantes : lorsque M > 2 et = 0 ou π lorsque M = 2.

Les symboles prennent leurs valeurs dans un alphabet de M >2 éléments { } où est
défini ci-dessus avec k = 0,1,…M-1. On peut aussi considérer que et prennent
simultanément leurs valeurs dans l'alphabet et .
Le signal modulé devient :

Soit, plus simplement, en ne considérant que l'intervalle de temps [kT, (k+1)T[ :

17
Cette dernière expression montre que la phase de la porteuse est modulée par l'argument
de chaque symbole, ce qui explique le nom donné à la MDP. Remarquons aussi que la
porteuse en phase est modulée en amplitude par le signal et que la
porteuse en quadrature est modulée en amplitude par le signal .
On appelle "MDP-M" une modulation par déplacement de phase (MDP) correspondant à des
symboles M – aires.

2.5.1 La modulation "MDP-2"


Un exemple de modulation MDP-M est la modulation MDP-2 encore appelée par son
abréviation anglaise : BPSK pour "Binary Phase shift Keying". C'est une modulation binaire
(un seul bit est transmis par période T) :

Le symbole prend donc sa valeur dans l'alphabet {-1, 1}.


Ici, la modulation ne s'effectue que sur la porteuse en phase . C'est une
modulation monodimensionnelle. Le signal modulé s'écrit alors pour t appartenant à
l'intervalle [0, T[ :

La constellation MDP-2 est représentée figure 2.09. On remarquera que cette modulation est
strictement identique à la modulation MDA-2 symétrique.

Figure 2.09 : Constellation de la modulation de phase MDP-2 et MDP-8

18
2.5.1.1 Chronogramme de LA "MDP-2"

Figure 2.10 : Chronogramme de la modulation de phase MDP-2

2.5.1.2 Modulation et démodulation


Le modulateur représenté sur la figure 2.11 est constitué d'un multiplicateur qui effectue le
changement de fréquence sur un train numérique codé en NRZ.

Train
binaire ∑ak(t)

Codeur NRZ m(t)

Cos(ω0t+φ0)

Figure 2.11 : Modulateur MDP-2

Le récepteur requiert l'utilisation d'une démodulation cohérente : (voir figure 2.12 le


synoptique simplifié du démodulateur MDP-2).

s1(t) s2(t)
r(t)
ak
Filtre
Passe-bas Echantillonnage
(Période T)

Cos(ω0t + φ0)

Comparateur à seuil

Figure 2.12 : Démodulateur MDP-2

Soit le signal non bruité reçu par le récepteur dans l'intervalle


de temps . Après multiplication avec la porteuse récupérée, on obtient :

19
Soit, après filtrage pour éliminer la composante à la fréquence :

Le récepteur doit encore récupérer le rythme des symboles transmis, puis échantillonner le
signal au milieu de chaque période. Suivant le symbole émis –1ou 1, prend la valeur
π ou 0 et le signe de devient négatif ou positif mettant en évidence la donnée binaire
reçue "0" ou "1".

2.5.1.3 Le spectre de la "MDP-2" :


Le spectre du signal en bande de base est le spectre de puissance de g(t) qui est ici une
impulsion rectangulaire :

Le spectre du signal modulé est décalé de

2.5.2 Généralisation aux MDP-M


2.5.2.1 Modulation et démodulation
Le schéma du modulateur MDP-4 ne se généralise pas aux modulateurs MDP-M pour M > 4.
Les bits du train entrant sont groupés par bits pour former des symboles qui
sont répartis sur un cercle et vérifient :

Une solution générale pour générer les et les à partir du train entrant est de faire
intervenir deux convertisseurs N/A ainsi qu'une logique de contrôle dans le modulateur (Voir
figure 2.13).

Figure 2.13 : Modulateur MDP-M

20
De même le démodulateur fait intervenir deux convertisseurs A/N ainsi qu'une logique de
décodage pour déterminer les symboles puis régénérer le train de bits reçus.

2.5.2.2 Spectre et efficacité spectrale :


Pour une même rapidité de modulation, le spectre du signal modulé de la MDP-M est
identique à celui du signal MDP-2.
Toujours pour une même rapidité de modulation, le débit binaire, de la MDP-M est multiplié
par rapport à celui de la MDP-2. Autrement dit, pour un spectre identique (et donc largeur de
bande B constante), l'efficacité spectrale est multipliée par η.

M Modulation D Efficacité spectrale η


2 MDP-2 2.D η
4 MDP-4 3.D 2.η
6 MDP-8 4.D 4.η

Tableau 2.01 : Spectre et efficacité spectrale de PSK

2.5.2.3 Les performances


L'augmentation de M réduit la distance entre symboles adjacents sur la constellation et cela
dégrade naturellement les performances.
Comme nous l'avions fait pour les MDA, il est possible de comparer les MDP entre elles, en
utilisant la probabilité d'erreur par symbole en fonction du rapport . En fonction de
ce rapport, on trouve que la probabilité d'erreur par symbole est donnée par la relation :

On constate que pour conserver une probabilité d'erreur par symbole constante lorsque M
augmente, il faut aussi augmenter le rapport . Autrement dit, il faut augmenter l'énergie
émise par bit .
Pour M = 8, le rapport nécessaire à une probabilité d'erreur donnée est 4 dB plus grand
que pour M = 4. Pour M grand, le rapport doit être augmenté de 6 dB chaque fois que
l'on double M c'est-à-dire chaque fois que l'on ajoute un bit par symbole émis.
Dans le cas de l'utilisation d'un code de Gray et en négligeant la probabilité d'erreur entre
symboles non voisins, alors la probabilité d'erreur par bit peut s'écrire :

21
2.5.3 Conclusion sur la MDP
La tentation d'augmenter M (c'est à dire le nombre de bits transmis par symbole) est grande et
présente les avantages et les inconvénients suivants :

L'efficacité spectrale augmente, (pour une largeur de la bande B donnée).

La probabilité d'erreur par symbole augmente aussi, et, pour ne pas la dégrader il est

nécessaire d'augmenter le rapport signal sur bruit, cette augmentation restant raisonnable
jusqu’à M = 16.
Nous avons vu que la complexité de l'ensemble émission/réception de la MDP augmente avec
M. Cependant cette complexité n'est pas très élevée et fait de la MDP une modulation
fréquemment utilisée pour M allant de 2 à 16 avec de bonnes performances.
Dans les inconvénients de la MDP, citons l'existence de sauts de phase importants de
radians qui font apparaître des discontinuités d'amplitude. Les modulations décalée sont une
solution à ce problème.

2.6 Modulation d’amplitude sur deux porteuses en quadratures (MAQ) [4] [8] [9]
Les modulations d'amplitude sur deux porteuses en quadrature (MAQ) sont aussi appelées par
leur abréviation anglaise : QAM pour "Quadrature Amplitude modulation".
C'est une modulation dite bidimensionnelle. La MDA et la MDP ne constituent pas une
solution satisfaisante pour utiliser efficacement l'énergie émise lorsque le nombre de points M
est grand. En effet, dans la MDA les points de la constellation sont sur une droite, et dans la
MDP les points sont sur un cercle. Or, la probabilité d'erreur est fonction de la distance
minimale entre les points de la constellation, et la meilleure modulation est celle qui maximise
cette distance pour une puissance moyenne donnée. Un choix plus rationnel est alors une
modulation qui répartit les points uniformément dans le plan.
Pour faire cela, nous avons vu que le signal modulé m(t) peut s'écrire :

Et que les deux signaux a(t) et b(t) ont pour expression :

22
Le signal modulé m(t) est donc la somme de deux porteuses en quadrature, modulées en
amplitude par les deux signaux a(t) et b(t).

2.6.1 Les constellations MAQ-M


Les symboles et prennent respectivement leurs valeurs dans deux alphabets à M
éléments (A1, A2,… AM) et (B1, B2,… BM) donnant ainsi naissance à une modulation
2
possédant un nombre E = M états. Chaque état est donc représenté par un couple ou
ce qui revient au même par un symbole complexe

Figure 2.14 : Constellations MAQ-16

2.6.2 Modulation et démodulation


Lorsque le signal m(t) est obtenu par une combinaison de deux porteuses en quadrature
modulées en amplitude par des symboles et indépendants, cela simplifie le modulateur
et le démodulateur.
La réception d'un signal MAQ fait appel à une démodulation cohérente et par conséquent
nécessite l'extraction d'une porteuse synchronisée en phase et en fréquence avec la porteuse à
l'émission.

2.6.3 Efficacité spectrale

M Modulation D η
2 MAQ-2 D η
4 MAQ-4 2. D 2.η
16 MAQ-16 4. D 4.η

Tableau 2.02 : Efficacité spectrale de la modulation QAM


La valeur limite de M est de 256 avec n = 8. Au-dessus de cette valeur, la modulation n’est
plus performante.

23

2.6.4 "MAQ" : une généralisation de la MDA et de la MDP


En ne considérant le signal m(t) que pendant une période T, on a :

En posant :

Le signal m(t) s'écrit alors :

Cette écriture montre que la modulation MAQ peut être considérée comme une modulation
simultanée de la phase et de l'amplitude :
 Ainsi la modulation de phase MDP peut être considérée comme une modulation
MAQ où est constant.
 De même, la modulation d'amplitude MDA peut être considérée comme une
modulation MAQ où les sont nuls.

2.7 Modulation par déplacement de fréquence (MDF) [4] [8] [9]


Les Modulations par Déplacement de fréquence (MDF) sont aussi souvent appelées par leur
abréviation anglaise : FSK pour "Frequency Shift Keying".
Le signal modulé m(t) peut s'écrire :

Cette expression peut s’écrire aussi par :

Où : la différence de la fréquence instantanée correspondant à l'émission de deux symboles


adjacents.
On peut aussi définir l'indice de modulation qui conditionne la forme de la densité
spectrale du signal modulé.

2.7.1 La modulation MDF à phase discontinue


Dans les Modulations par Déplacement de fréquence, on trouve les MDF à phase discontinue
pour lesquelles la phase aux instants de transition kT peut sauter brusquement.

24
Dans le cas d'une MDF binaire à phase discontinue, prend sa valeur dans l'alphabet
en fonction de la donnée "0" ou "1" à transmettre. Un chronogramme est présenté figure 2.15
où l'on observera les discontinuités de phase.

Figure 2.15 : Chronogramme MDF binaire à phase discontinue

Dans un intervalle de temps donné , la fréquence instantanée :

La fréquence centrale s'écrit : et l'excursion de fréquence est :

L'expression du signal modulé est :

2.7.2 La modulation MDF à phase continue MDF-PC


Dans les Modulations par Déplacement de fréquence, on trouve les MDF avec continuité de
phase pour lesquelles la phase varie de façon continue aux instants de transition kT.
Reprenons l'expression de la phase où est la constante
d'intégration, pour qu'il y ait continuité de phase entre la fin de l'émission du symbole et
le début de l'émission du symbole :

Cette condition de continuité est réalisée quand on utilise un oscillateur unique dont on
module la fréquence.

2.7.2.1 MDF binaire à phase continue


Le cas d'une MDF binaire à phase continue (MDF-2-PC) où prend sa valeur dans l'alphabet
{-1, 1} en fonction de la donnée "0" ou "1" à transmettre, est présenté figure 2.16.
On remarquera la continuité de phase.

25
Figure 2.16 : Chronogramme d'une MDF binaire à phase continue

2.7.2.2 Les performances


Il est possible de comparer les MDF-M entre elles, en utilisant la probabilité d'erreur par bit
en fonction du rapport .
Les performances sont améliorées lorsqu'on augmente M. Cependant l'augmentation de M
entraîne aussi l'augmentation de l'occupation spectrale.

2.7.3 Conclusion sur la MDF


Nous avons trouvé deux types de Modulation par Déplacement de fréquence, chacun ayant
présenté des avantages et des inconvénients :
La MDF à phase discontinue :
 Elle est simple de réalisation.
 Son principal défaut est la grande bande passante dont elle a besoin pour pouvoir
transmettre les sauts de phase.
La MDF avec continuité de phase :
 Elle est plus complexe à réaliser.
 Elle requiert une bande passante plus étroite.
Elles ont en commun l’inconvénient d'avoir une densité spectrale de puissance compliquée à
calculer en raison du caractère non linéaire de la MDF.

26
CHAPITRE 3 : LA MODULATION QPSK ET SES APPLICATIONS

3.1 Le modulateur numérique QPSK [5] [8] [9] [18]


3.1.1 Généralités
La modulation MDP-4 encore appelée par son abréviation anglaise : QPSK pour "Quadrature
Phase shift Keying" est un exemple de la modulation MDP-M, c’est une modulation à 4 états
de phase, correspondant à et .
Les 4 états de phase sont donnés par :

On peut donc coder des symboles de 2 bits. La phase du signal modulé peut ainsi changer de

0, ou π, en passant d'un symbole à l'autre. La modulation QPSK s'obtient par une double
modulation de 2 porteuses en quadrature par un groupe de 2 bits. Elle permet donc de
transmettre, dans une bande passante donnée, 2 fois plus d'information que BPSK.

3.1.2 Principe de modulation QPSK

Figure 3.01 : Schéma de principe de modulateur MDP-4 ou QPSK

D’après la figure 3.01, le modulateur MDP-4 est composé d’un modulateur en bande de base
et d’un modulateur en quadrature.

27
 Modulateur en bande de base :
– Train binaire : C’est la première entrée du modulateur QPSK, il représente le
message à transmettre. Cette entrée doit être numérisée, soit d’origine numérique,
soit via d’un convertisseur analogique numérique.
– L’horloge : c’est l’horloge de synchronisation de la séparation du train binaire.
– Le séparateur série - parallèle : Le séparateur bit pair/impair ou série/parallèle
sépare le train binaire en deux trains binaires et . Le train binaire
ou pair entre vers la voie I ou phase et l’autre vers la voie Q ou en
quadrature. Cette opération est commandée par une horloge de synchronisation
illustrée sur la figure 3.02 :

Figure 3.02 : Le séparateur série / parallèle

– Codage NRZ : C’est le code en ligne le plus utilisé en transmission numérique, il


charge de la conversion de train de bit à son entrée en signaux électriques.
– Le filtre cosinus surélevé : Sans filtrage des trains et , le spectre en sinus
cardinal s’étend en théorie à l’infini.
Pour réduire la bande passante occupée, ces trains sont filtrés avant d’attaquer les
multiplieurs : le "rognage des coins" permet de rendre le train plus "rond" donc moins riche
en harmonique.
Un filtre de « bessel amélioré » à phase linéaire dont les réponses sont très voisines de celle
d’un gaussien est plus facilement synthétisable analogiquement. Ces filtres étant peu sélectifs
par rapport aux butterwoth, chebytcheff etc, il est nécessaire de travailler avec des ordres
élevés supérieurs à 6.
On peut également utiliser un filtre gaussien, synthétisé numériquement par DSP, est en
général utilisé. Il transforme une impulsion carrée en impulsion gaussienne dont le spectre est
lui même gaussien. Ainsi, les lobes secondaires sont pratiquement supprimés tout en assurant

28
un temps de propagation de groupe constant (phase linéaire en fonction de f dans la bande
passante).
Seuls ces types de filtres permettent de réduire la bande occupée tout en minimisant
l’interférence inter symbole.
 Modulateur en quadrature :
Un modulateur en quadrature est réalisé à partir d’un déphaseur, de deux mélangeurs et d’un
additionneur. Un oscillateur produit le signal porteur ; cette porteuse est
divisée en deux, l’une est déphasée de 900 par rapport à l’autre. Les résultat seront multipliés
au signal modulant, lui aussi converti en deux signaux et . Après ces deux signaux
sont additionnés l’un à l’autre pour donner le signal modulé m(t) en QPSK.

3.1.3 Modèle mathématique


C'est une modulation d'amplitude à deux niveaux sur chacune des porteuses en quadrature
donc :

Les bits du train binaire entrant sont groupés par deux pour former des symboles
correspondant aux qui prennent alors leurs valeurs dans un alphabet de 4 éléments

successifs:

On peut aussi considérer que et prennent simultanément leurs valeurs dans l'alphabet
et .

Bit pair Bit Symbole


impair
0 0 00 1 1

1 0 01 -1 1

1 1 11 -1 -1

0 1 10 1 -1

Tableau 3.01 : Les différentes valeurs en fonction du symbole à transmettre

29

Le tableau précédant précise les différentes valeurs en fonction du symbole à transmettre. Il


met en évidence la relation simple qui existe entre les bits pairs et les , et entre les bits
impairs et les A une homothétie près et en désignant par la suite des valeurs du train

binaire au rythme de .

On obtient :

Ou encore :

Soit, en ne considérant que l'intervalle de temps :

Ou encore :

De façon imagée, nous pouvons dire que le train binaire entrant est aiguillé en un train
binaire sur la voie en phase pour les bits pairs, et un train binaire sur la voie en
quadrature pour les bits impairs. La vitesse des trains binaires et est deux fois plus
lente que la vitesse du train binaire entrant

3.1.4 La constellation "MDP-4"


Cette modulation utilise un diagramme de constellation à quatre points, à équidistants autour
d'un cercle. Avec quatre phases, QPSK peut coder deux bits par symbole, il se fait en général
selon un codage de Gray. Cela permet soit de multiplier le débit binaire par deux comparés à
un système BPSK tout en maintenant la bande passante du signal soit de maintenir le débit en
réduisant la bande passante utilisée par deux.

30
Figure 3.03 : Constellation de la modulation de phase MDP-4

3.1.5 Chronogramme de "MDP-4"


La figure 4.04 représente un chronogramme de la modulation de phase MDP-4. Elle met en
évidence la distribution des bits numérotés du train binaire entrant vers les trains binaires
et ainsi que le retard à introduire sur la voie en phase pour réaligner les deux flux de

bits. On observe aussi que la phase du signal modulé m(t) peut changer de 0, ou π radians
lors du passage d'un symbole à un autre ce qui n'a, bien entendu, rien de surprenant lorsque
l'on regarde la constellation de la MDP-4.

Figure 3.04 : Chronogramme de la modulation de phase MDP-4

31
3.1.6 Le Démodulateur QPSK
La démodulation cohérente est applicable lorsque le récepteur a une connaissance exacte de la
fréquence et de la phase de la porteuse. Le schéma synoptique d'un démodulateur cohérent
pour la MDP-4 est présenté à la figure 3.05.

Figure 3.05 : Démodulateur cohérent MDP-4

Le démodulateur MDP-4 est essentiellement constitué de deux démodulateurs MDP-2. En


effet, le signal reçu (après un filtrage passe-bande éventuel) est démodulé dans deux voies
parallèles par deux porteuses en quadrature. Certaines techniques permettent de synchroniser
l'oscillateur local avec la porteuse à l'émission. Le signal en quadrature est généré à partir de

l'oscillateur local et d'un déphaseur de .

Soit le signal non bruité reçu par le récepteur dans l'intervalle de temps . Pour
la voie A et après multiplication avec la porteuse récupérée, on obtient :

Donc, après filtrage pour éliminer la composante à la fréquence :

De la même manière on obtient pour la voie B:

Le récepteur doit encore récupérer le rythme des symboles transmis, puis échantillonner les
signaux et et au milieu de chaque période. Les trains binaires et ainsi
récupérés sont alors multiplexés pour obtenir le train binaire .

32
3.1.7 Probabilité d’erreur
On a :

La probabilité d'une erreur de bit en QPSK est la même qu'en BPSK, donc pour une puissance
donnée, on a la même performance pour les deux modulations. L’avantage du QPSK réside
dans le fait que la rapidité de modulation, donc l’occupation spectrale est deux fois plus
réduite.

3.2 Utilisation de la modulation QPSK [10] [11] [12] [13] [14]


En générale la famille des modulations QPSK peut offrir un débit acceptable pour un rapport
signal à bruit élevé dans la communication à longue distance, parce que le débit est un facteur
plus important dans le modem.

3.2.1 La transmission par satellite


Les transmissions par satellite sont caractérisées par une forte atténuation de l'espace et une
puissance limitée de l'émetteur à bord du satellite. Ces considérations privilégient l'efficacité
en puissance (l'immunité au bruit) contre l'efficacité spectrale des liaisons. Les modulations
les plus souvent utilisées sont la MDP-2, la MDP-4 et la MDP-8. Avec ces modulations,
l'amplificateur de puissance à bord du satellite peut être utilisé proche de sa saturation, ce qui
permet d'employer efficacement la puissance disponible.
La transmission par satellite peut être regroupée en deux catégories :
 La télévision numérique
 la transmission de données par satellite

 La télévision numérique par satellite


La télévision numérique n’est utilisée pour le moment que sur des deux supports de
transmission : le câble et le satellite. Avec ces deux supports de transmission, on cherche
surtout à augmenter la bande passante de l’information, donc le débit. On serait donc tenté de
choisir des modulations à plusieurs états, mais on a vu que plus ce nombre d’état augmente ;
plus, pour une transmission sur une distance de quelques centaines ou de quelques milliers de
kilomètres, l’atténuation causée par le trajet (environ-200dB) peut noyer à la réception les
signaux au-dessous du seuil de bruit.

33
Il faut donc toujours chercher un compromis entre le débit et la probabilité d’erreur pour de
telles transmissions : dans le cas de diffusion par satellite, les modulations choisies sont de la
famille QPSK. La bande passante de l’information est typiquement de 36 Mhz et le débit
binaire est de 40 Mbit/s.

 La transmission de données par satellite


Le principe de la transmission de données par satellite est la même que celle utilisée par la
télévision par satellite. Cela est évident car dans les deux cas, les informations sont
numériques ; les différences ne se trouvent qu’au niveau du codage ou décodage des sources.
Ces deux transmissions peuvent ainsi cohabiter dans un même équipement d’émission.
PHASE / FREQUENCE

DEMODULATEUR
RECUPERATION

Desembrouilleur
Decodeur Read-
QPSK

Entrée I

Solomon /
Filtre
Nyquist
α = 0,35
Termin-
Synchr
aison Décodeur
analogi Viterbi onisati
que Filtre on
Nyquist
α = 0,35

Entrée Q
Sortie
donnés et
Boucle d’acquisition contrôles
Poursuite et génération
d’horloge

Figure 3.06 : Réception Modem satellite

A tout cela s’ajoutent trois blocs principaux aux communications par satellites.
 Le décodeur Viterbi, décodant les signaux de données selon le même algorithme de
Viterbi appliqué à l’entrée.
 Le circuit de synchronisation est pour enlever l’entrelacement.
 Le décodeur Reed Solomon et désembrouilleur.
La modulation utilisée dans de nombreuses liaisons par satellites pour la transmission de
données est une variante de la modulation OQPSK : IJF-OQPSK (Interference and Jitter Free
OQPSK), remarquée pour sa constance d’enveloppe par rapport aux autres modulations
QPSK.
34

 L’émetteur utilisant le système de son NICAM


Le N.I.C.A.M (Near Instantaneous Compouding Audio Multiplexer) est adopté pour le
multiplexage, compression et expansion (quasi-instantanés) du son. C’est un système de
traitement et de transmission du son numérisé.
Il comprend tous les modules de numérisation de son tels l’échantillonneur, le quantificateur
et le codeur mentionné sur la figure 3.07.

Canal son Filtre CAN 14 Compression Encodage


gauche 15 KHZ bits 14 en 10 bits parité

Canal son Filtre CAN 14 Compression Encodage


droite 15 KHZ bits 14 en 10 bits parité

Ajout bit d’entrée et


Embrouilleur
synchronisation Multiplexage

Modulateur
Emission
QPSK

Figure 3.07 : Emetteur utilisant le système de son NICAM

La fréquence du signal sonore est de 15 kHz, la limite minimale de la fréquence


d’échantillonnage est de 30 KHz pour garder la qualité du signal (théorème de Shannon);
mais prenant des marges, l’échantillonnage en NICAM s’effectue sur 32 KHZ. La
quantification se fait sur de 14 bits. Le codage utilisé est le complément à deux.
La compression consiste à découper les mots formés en 14 branches (448 KHz) puis à
enlever 4 bits d’entête et de synchronisation aux trames formées.
L’embrouilleur permet de lutter contre les perturbations, le bit interleaving permet de corriger
certaines erreurs de transmission.
L’émission du signal est assurée par un modulateur QPSK ainsi que par des amplificateurs en
fréquences et haute fréquence.

3.2.2 Utilisation dans la communication avec les mobiles


Les systèmes numériques de communication avec les mobiles se distinguent par le type
d’accès qu’ils utilisent. Les types TDMA et CDMA sont les plus utilisés.
35
Dans l’émetteur DSSS (Direct sequence spread spectrum) - CDMA (séquence directe à
spectre étalé), le signal numérique est multiplié directement au signal codé PN, le résultat
module la porteuse.
Les modulations de phase sont très utilisées dans les communications à spectre étalé DSSS-
CDMA. La famille des modulations QPSK est évidemment la plus commune. En effet, en
comparant la constante de l’enveloppe de l’onde modulée en OQPSK aux autres modulations
numériques, seule la GMSK tient la route, mais cette dernière perd beaucoup en matière de
BER ; quant à la BPSK, on sait qu’elle n’offre que la moitié du débit de QPSK.
Des générateurs de signal QPSK à spectre étalé sont produits sur le marché, on les utilise dans
les systèmes cellulaires numériques, le test et la conception de réseau LAN sans fil, le système
de positionnement par satellite GPS,….

Figure 3.08 : Modulateur QPSK utilisé en CDMA

En réception, on effectue une modulation cohérente pour enlever l’étalement du signal


(modulation du code). Le récepteur doit savoir non seulement la séquence de code utiliser
pour étaler le signal, mais aussi la synchroniser avec celle générée localement. Cette
synchronisation doit être maintenue depuis le début de la réception jusqu’à la réception de la
totalité du signal.

3.2.3 Les faisceaux hertziens


On distingue deux types de transmissions utilisant les faisceaux hertziens terrestres :
 FH analogique : exploité principalement par la télévision et les opérateurs en
télécommunication.
 FH numérique : utilisé jusqu’à maintenant dans les transmissions de données et en
téléphonie.

36
Les bandes FHN utilisée par QPSK sont montrées par le tableau suivant :

Bande (GHz) Débit (Mbit/s) Puissance (mW)

2,1 – 2,3 2 / 8 / 34 250

3,8 – 4,2 2 34

7,4 – 7,7 2 / 8 / 34 0,1 – 0,4

12,75 – 13,25 34 10 -160

Tableau 3.02 : Les bandes d’utilisation de QPSK

Au début de la numérisation, les faisceaux hertziens faisaient usage de modulations simples


comme la MDP-4 mais l'utilisation efficace du spectre radioélectrique disponible a nécessité
le développement de faisceaux hertziens utilisant des modulations à grand nombre d'états
comme la MAQ-16 et la MAQ-64.
Le problème principal dans les faisceaux hertziens numériques est la propagation par trajets
multiples qui dégrade sérieusement la qualité et limite la possibilité de liaisons à grande
capacité. Ce phénomène s'accentue lorsque le nombre d'états de la modulation augmente.
A l'opposé des faisceaux hertziens à grande capacité se trouvent les faisceaux à faible débit (2
Mbit/s) et à faible coût dans lesquels l'efficacité spectrale n'est pas primordiale. Les
modulations utilisées sont en général des MDF-PC à deux ou à quatre états qui permettent
d'utiliser une amplification non linéaire dans l'émetteur.

37
CHAPITRE 4 : LA MODULATION GMSK ET SES APPLICATIONS

4.1 Le modulateur numérique GMSK [15] [16] [17] [18]


4.1.1 Généralité sur la GMSK
La modulation GMSK (Gaussian Minimum Shift Keying), est une modulation de fréquence à
enveloppe constante, ce qui la rend plutôt intéressante lorsqu'on travaille sur un canal qui
affecte l'amplitude du message. La modulation GMSK est le résultat du filtrage par un filtre
gaussien d'une modulation MSK. Dans ce type de modulation, les données passent en premier
lieu dans un filtre Gaussien. La fréquence de la porteuse est ensuite modulée par ce signal
avec un taux de . L’écart phase du signal entre deux intervalles de temps élémentaire ne
dépasse pas . Le débit numérique est de , soit environ 270,833 Kbps.

4.1.2 Principe de la modulation GMSK


Le principe de la modulation GMSK est de filtrer le signal binaire au lieu du signal modulé
dans le cas de la modulation MSK. Car lorsqu’on module une porteuse par un signal binaire,
l’encombrement spectral du signal RF obtenu est toujours très important à cause des fronts du
signal binaire.

4.1.3 Présentation de la modulation GMSK


Une manière d’effectuer le filtrage du MSK pour avoir un spectre plus compact, est d’utiliser
un filtre gaussien passe-bas ou LPF sur le train NRZ afin de diminuer les lobes secondaires, et
un filtre gaussien passe-bande ou BPF à la réception, comme la montre la figure ci-dessous :

Figure 4.01 : Chaîne de transmission de la modulation GMSK

Le canal Rice caractérise le milieu de propagation où règnent les défauts par trajets multiples
ou fading de Rayleigh.

38
Le filtre Gaussien a une réponse :

4.1.4 Modèle mathématique


GMSK est l’une des modulations à phase continue CPM. Le signal GMSK a la forme
suivante :

Où l’information à transmettre est contenue dans la phase :

Le paramètre µ est appelé indice de modulation qui est égal à pour la GMSK.
Dans la formule prend les valeurs où M = 2n, avec n un entier positif
et dénote la séquence de symboles envoyés vers le modulateur
CPM.
Pour la GMSK, la forme d’onde g(t) peut être définie comme suit :

Avec :
 : Largeur de bande du filtre gaussien LPF ;
 : Largeur de la bande normalisée ;
 g(t) vaut 0 en dehors de

4.1.5 Importance du filtre passe bas Gaussien ou LPF


Une petite valeur de BN donne un spectre de puissance dont le lobe principal est étroit et les
lobes secondaires ont des valeurs très faibles comme la montre la figure :

39
Figure 4.02 : DSP du signal MSK

BbT = 0.5 BbT = 0.25


Figure 4.03 : DSP du signal GMSK

La norme GSM assure BN = 0,3 pour que la forme d’onde g(t) mesure approximativement 3T b
d’où L = 3. Pour BN tend vers ∞, la réponse d’un signal MSK est obtenue.

4.1.6 Caractéristiques du récepteur optimal


Le signal GMSK peut être démodulé par un détecteur cohérent ou non cohérent. Dans la
détection cohérente, le problème se pose toujours dans la récupération de la porteuse surtout
dans un milieu de propagation où le fading de Rayleigh est très important ; par contre, le
détecteur non cohérent ou différentiel devrait affronter l’augmentation de l’IES causée par la
présence de filtre pré modulation à l’émission.

4.1.7 Probabilité d’erreur Pe ou BER (Bit Error Rate)


En considérant la symétrie du récepteur, il suffit d’évaluer le taux d’erreur ‘p’ dans l’un des
canaux en quadrature et on emploie la formule :

40
Le nombre N indique que l’IES produite par le filtrage du signal NRZ en bande de base est
considérée pour N bits avant et après l’instant de décision c'est-à-dire pour 2N bits au total.
Le calcul de p est très long et complexe c’est pourquoi nous nous contenterons de donner
directement le résultat :

Où indique respectivement la variance du bruit modélisant le fading de Rayleigh et


la variance du bruit additif gaussien.
Paramètre agit sur la largeur de bande B du récepteur et ϕ(t) la phase du signal
modulé GMSK.

4.2 Application de la GMSK dans le système GSM [17] [16] [23] [24]
Grâce à la l’enveloppe constante, le spectre compact et la bonne performance sur la
probabilité d’erreur, la modulation GMSK a été recommandée comme plan de modulation
utilisé dans le système GSM.

4.2.1 Introduction au système GSM


Le GSM ou Global System for Mobile communication est un système téléphonique cellulaire
entièrement numérique, et qui est une norme européenne, fruit du travail de nombreux
comités techniques. Il a été mis en service en 1991. Les bandes de fréquence utilisées se
situent autour de 900 MHz. La liaison entre les mobiles et les stations de base est numérique à
13 Kbits.

4.2.2 Architecture du GSM


L’architecture du GSM est représentée sur la figure 5.04, qui est constituée par la mise en
cascade de 3 principaux sous systèmes équipements tels que :
 Les mobiles,
 Le sous-système radio qui est composé de plusieurs stations de base (BTS) et un
contrôleur de station de base (BSC). Une ‘BTS’ est un groupement d’émetteurs et de
récepteurs fixes et elle échange des messages avec les mobiles ;
 Le sous-système réseau où se trouve le commutateur du réseau GSM (MSC) et les
bases de données des abonnés (VLR, HLR, AUC).

41
4.2.3 Principe de fonctionnement
Le système GSM adopte le concept cellulaire, le territoire à couvrir est divisé en cellules
hexagonales comportant chacune une station de base, couvrant chacune une zone de 200m à
30 Km, et utilisant chacune ses propres fréquences. Ces fréquences peuvent être réutilisées
d’une cellule à l’autre. La diminution de la taille des cellules augmente les possibilités de la
réutilisation de fréquences et donc le nombre de canaux disponibles. Elle a permis de
diminuer la puissance des émetteurs embarqués, puis la mise au point des systèmes portables.
Pour chaque station de base, 8 canaux se partagent la même fréquence porteuse, par accès
multiples à répartition dans le temps ou AMRT, ce qui augmente encore la capacité du réseau.
Un canal de recherche commun permet aux mobiles d’appeler et d’être informé d’un appel.

Figure 4.04 : Architecture du GSM

42
4.2.4 Les mobiles
4.2.4.1 Présentation
Un terminal se compose de deux entités physiques : l’équipement mobile qui est la partie
banalisée du terminal, et le module d’identité d’abonnés qui distingue un abonné d’un autre. Il
doit aussi offrir les mêmes qualités qu’un téléphone domestique sur les points suivants :
l’acoustique, l’esthétique et la facilité d’emploi.

4.2.4.2 Architecture fonctionnelle d’un terminal


Un terminal est composé de cinq sous-ensembles : radio, synthétiseur, contrôle et l’interface
utilisateur.

Amplificateur

Module radio
Modulateur
GMSK Filtrage

Démodulateur
GMSK
Module de
traitement Vocodeur GSM

CAN

Afficheurs clavier
Interface
utilisateur
SIM
micro

Figure 4.05 : Architecture fonctionnelle d’un terminal

4.2.4.3 Le modulateur GMSK d’un mobile


On sait que, le mobile GSM émet une porteuse de fréquence

43
Pendant la durée d’un bit, la phase évolue linéairement avec une pente positive ou négative
suivant la valeur du bit, et prend à la fin de la transmission du bit la valeur très particulière de
. Si on développe l’expression ci-dessus on trouve :

Qui peut s’écrire :

La structure produisant le signal modulé est directement inspirée du résultat précédent et


comporte 4 fonctions :
 Le signal binaire est intégré par un intégrateur numérique pour obtenir le signal de
phase :

 le processeur calcule le cosinus et le sinus de cet angle :

 les signaux I(t) et Q(t) sont multipliés respectivement par la porteuse à et à la


porteuse déphasée de .
 Les signaux résultants sont additionnés et donnent la porteuse modulée :

Signal
numérique

Filtre
passe bas TXI(t)
gaussien
Phase φ(t)
CNA
Signal GMSK
Intégrateur Calculateur
numérique numérique
pente π/2
CNA

TXI(t)
Déphaseur
π/2
Signal de référence cos (ω0t)

Figure 4.06 : Modulateur GMSK

44
Le principal avantage de cette structure par rapport à l’utilisation d’un VCO est qu’elle
produit un signal modulé en fréquence (et donc en phase puisque la phase est l’intégrale de la
fréquence) à partir du signal issu d’un oscillateur à fréquence fixe.
On pourra donc obtenir une excellente stabilité de la porteuse qui vient d’un étage
synthétiseur de fréquence stabilisée par l’oscillateur à quartz 13 MHZ de référence.

4.2.4.4 Le démodulateur GMSK d’un mobile


Le récepteur du mobile a une structure du récepteur à changement de fréquence comme la
montre la figure ci-dessous :

Ampli
Ampli FI Démodulateur
RF

Oscillateur Accord
local

Figure 4.07 : Structure du récepteur à changement de fréquence

Par conséquent, en sortie de l’amplificateur de fréquence intermédiaire, on dispose donc,


quelque soit le canal reçu d’une porteuse à modulée en GMSK par le signal
numérique. Pour extraire les composantes RXI(t) et RXQ(t) du signal numérique, on utilise
un procédé symétrique à celui utilisé à l’émission :

Multiplieur et
Signal CNA
passe-bas
démodulé
Calculateur
numérique

Multiplieur et Signal numérique


CNA
passe-bas

cos (ω0t+π/2)=sin (ω0t)

Déphaseur Signal de référence cos (ω0t)


π/2

Figure 4.08 : Démodulateur GMSK


Pour une récupération correcte des signaux RXI(t) et RXQ(t), il est important d’avoir un
signal de référence ayant exactement la même fréquence que le signal à démoduler.

45
CHAPITRE 5 : MODELE SIMULINK DE MODULATEUR QPSK ET GMSK

5.1 Présentation Simulink Matlab 7.0


Simulink est un logiciel pour modéliser, simuler, et analyser les systèmes dynamiques. Le
Toolbox Simulink est une fonction lancée depuis Matlab qui donne accès à une description
graphique des problèmes avec application au traitement du signal, l’automatique classique, la
logique floue...
La base est une description en schéma-bloc hiérarchique, chaque bloc étant une fonction
décrite en langage Matlab ou à partir d’autres blocs. Pour l’utilisateur, la description et
l’exécution de Matlab sont transparentes dans les problèmes usuels. Il ne se préoccupe que de
la construction graphique de son problème avec éventuellement création de nouveaux blocs
pour les problèmes avancés. La sauvegarde des applications Simulink est un fichier texte
d'extension m.
Il soutient les systèmes linéaires et non-linéaires, modèle dans le temps continu, prélevé le
temps, ou un hybride des deux.
Les systèmes peuvent également être multirates, c.-à-d., avoir de différentes pièces qui sont
prélevées ou mises à jour à différents taux. Les simulations sont interactives, ainsi on peut
changer des paramètres en marche et immédiatement voir ce qui se produit. Avec Simulink,
on peut vous déplacer au delà des modèles linéaires idéalisés pour explorer des modèles non-
linéaires plus réalistes, factorisant dans le frottement, la résistance d'air, le patinage de vitesse,
les arrêts durs, et les autres choses qui décrivent des phénomènes réels.
Pour modeler, Simulink fournit une interface utilisateur graphique (GUI) pour des modèles de
bâtiment comme schémas fonctionnels, employant déclic-et-traînent des opérations de souris.
Simulink inclut une bibliothèque complète de bloc des éviers, les sources, les composants
linéaires et non-linéaires, et les connecteurs.
Les modèles sont hiérarchiques, ainsi on peut établir des modèles en utilisant des approches
de haut en bas et ascendantes. On peut regarder le système à un niveau élevé, alors blocs de
double-déclic pour passer vers le bas par les niveaux pour voir les niveaux croissants du détail
modèle. Cette approche fournit la perspicacité dans la façon dont un modèle est organisé et
dans la manière dont ses pièces agissent l'une sur l'autre. Après qu’on définit un modèle, on
peut le simuler, en utilisant un choix des méthodes d'intégration, de Simulink les menus ou en
entrant les menus dans la fenêtre de commande.
En utilisant des portées et d'autres blocs d'affichage, on peut voir les résultats de simulation
tandis que la simulation fonctionne. En outre, on peut changer des paramètres et

46
immédiatement voir ce qui se produit. Les résultats de simulation peuvent être mis dans la
zone de travail de MATLAB pour le post-traitement et la visualisation. Les outils modèles
d'analyse incluent les outils de linéarisation et de réglage, qui peut être consultés dans la ligne
de commande de MATLAB, plus les nombreux outils dans MATLAB et de ses boîtes à outils
d'application. Et parce que MATLAB et Simulink sont intégrés, on peut simuler, analyser, et
mettre à jour les modèles dans l'un ou l'autre environnement à un point quelconque.

5.2 Modèle simulink de QPSK et GMSK


5.2.1 Représentation de la simulation
Pour commencer la simulation, on fait un double clic sur l’icône nommé modulation
numérique et on a par la suite la fenêtre principale représentée par la figure (5.01).

Figure 5.01 : Fenêtre principale

Dans l’interface principale, trois boutons sont présents dont les fonctionnements sont
représentés dans le paragraphe suivants.

47
5.2.2 Fonctionnement des boutons
 Quitter : ouvre une boite de dialogue qui demande une confirmation de la fermeture
de l’interface.
 A propos : présente des explications concernant toute la simulation.
 Commencer : permet d’accéder à une nouvelle fenêtre nommée model.
En cliquant sur le bouton Commencer, on accède à une fenêtre représentée à la figure (5.02).
Cette fenêtre nous permet de choisir le type de modulation qu’on veut simuler : la modulation
QPSK ou la modulation GMSK.

Figure 5.02 : Choix de type de simulation

 Le bouton QPSK permet d’accéder à la fenêtre dénommée QPSK, qui représente le


schéma bloc d’une transmission utilisant cette modulation.
 Le bouton GMSK permet d’accéder à la fenêtre dénommée GMSK, qui représente le
schéma bloc d’une transmission utilisant cette modulation.
 Le bouton Retour permet d’accéder à la première fenêtre nommé accueil.
 Quitter : ouvre une boite de dialogue qui demande une confirmation de la fermeture
de la simulation.

48
5.2.3 Schémas blocs de la QPSK et de la GMSK

Figure 5.03 : Schéma bloc de la QPSK

Figure 5.04 : Schéma bloc de la GMSK

49
La figure 5.03 et la figure 5.04 représentent le schéma bloc de la modulation QPSK et de la
GMSK dont le fonctionnement de chaque bloc qui le constitue se trouve dans le paragraphe
suivant.

5.2.4 Fonctionnement de chaque bloc


 Le bloc Random Integer Generator:
Le bloc Random Integer Generator produit des nombres entiers aléatoires uniformément
distribués dans la gamme [0, M-1], où M est le nombre de Mary défini dans la zone de
dialogue. Le nombre de Mary peut être une grandeur scalaire ou un vecteur. S'il est un
scalaire, alors tout produit des variables aléatoires est indépendant et identiquement distribué
(i.i.d.).
Si le nombre de Mary est un vecteur, alors sa longueur doit égaler la longueur de la graine
initiale ; dans ce cas chaque rendement a sa propre gamme de rendement. Si le paramètre
initial de graine est un constant, alors le bruit résultant est qu'on peut répéter. Les attributs du
signal de sortie de Signal The de rendement peuvent être une matrice armature-basée, un
vecteur échantillon-basé de rangée ou de colonne, ou une rangée unidimensionnelle
échantillon-basé. Ces attributs sont commandés par les sorties Armature-basé, échantillons
par armature, et interprètent des paramètres de vecteur en tant que paramètres 1-D. Voir le
signal, attribuer des paramètres pour des sources aléatoires en employant les communications
Blockset pour plus de détails. Le nombre d'éléments dans le paramètre initial de graine
devient le nombre de colonnes dans un résultat armature-basé ou le nombre d'éléments dans
un résultat échantillon-basé de vecteur. En outre, la forme (rangée ou colonne) du paramètre
initial de graine devient la forme d'un signal de sortie bidimensionnelle échantillon-basé.

 Le bloc QPSK Modulator Basebande :


Ce bloc est responsable de la modulation du signal d’entrée en signal modulé dont
l’information est contenue dans la phase du signal. L’entré du modulateur peut être des
nombres binaires ou des nombres entiers.

 Le bloc GMSK Modulator Baseband :


Le bloc GMSK Modulator Base band module en utilisant le décalage minimum gaussien
verrouillant la méthode. Le rendement est une représentation de bande de base du signal
modulé. Le paramètre de produit de BT représente la largeur de bande multipliée par temps.

50
Ce paramètre est d’une grandeur scalaire non négative. Il est employé pour réduire la largeur
de bande au dépens de l'interférence intersymbole accrue. Le paramètre de longueur
d'impulsion mesure la longueur de la forme d'impulsion gaussienne, dans des intervalles de
symbole. Pour les définitions exactes de la forme d'impulsion, voir le travail par Anderson,
Aulin, et Sundberg énuméré dans les références. Le paramètre de préhistoire de symbole est
une grandeur scalaire ou un vecteur qui indique les symboles de données utilisés avant le
début de la simulation, dans l'ordre chronologique renversé. Si c'est un vecteur, alors sa
longueur doit être moins un que le paramètre de longueur d'impulsion. Dans ce bloc, un
symbole de 1 cause de déphasage Л/2 radians. Le paramètre excentré de phase est la phase
initiale de la forme d'onde de rendement, mesurée en radians.
L’entrée peut être une grandeur scalaire ou un vecteur armature-basé de colonne. Si le type
paramètre d'entrée est placé au nombre entier, alors le bloc accepte des valeurs de 1 et de -1.
Si le type paramètre d'entrée est placé au peu, alors le bloc accepte des valeurs de 0 et de 1.

 Le bloc AWGN Channel :


Le bloc AWGN Channel ajoute le bruit gaussien blanc à un vrai ou complexe signal d'entrée.
Quand le signal d'entrée est vrai, ce bloc ajoute le vrai bruit gaussien et produit un vrai signal
de sortie. Quand le signal d'entrée est complexe, ce bloc ajoute le bruit gaussien complexe et
produit un signal de sortie complexe. Ce bloc hérite de son temps d'échantillon du signal
d'entrée. Ce bloc emploie le bloc aléatoire de source de traitement des signaux le Blockset
pour produire du bruit. Le paramètre initial de graine dans ce bloc initialise le générateur de
bruit. La graine initiale peut être une grandeur scalaire ou un vecteur dont la longueur assortit
le nombre de canaux dans le signal d'entrée. Pour des détails sur la graine initiale, voir la page
aléatoire de référence de bloc de source dans l'ensemble de documentation de traitement des
signaux Blockset.

 Le bloc Display :
Le bloc Display montre la valeur de son entrée sur son icône.

 Le bloc Error Rate Calculation :


Le bloc Error Rate Calculation compare des données d'entrée d'un émetteur aux données
d'entrée d'un récepteur. Il calcule le taux d'erreur comme statistique courante, en divisant tout
le nombre de paires inégales d'éléments d'informations par tout le nombre d'éléments
d'informations d'entrée d'une source. On peut employer ce bloc pour calculer le symbole ou le

51
taux d'erreurs sur les bits, parce qu'il ne considère pas l'importance de la différence entre les
éléments d'informations d'entrée. Si les entrées sont faibles, alors le bloc calcule le taux
d'erreurs sur les bits. Si les entrées sont des symboles, alors il calcule le taux d'erreur de
symbole. Ce bloc hérite de la période d'échantillon de ses entrées.

 Le bloc Discrete-Time Signal Trajectory Scope:


Le bloc Discrete-Time Signal Trajectory montre la trajectoire d'un signal modulé dans son
espace de signal en traçant son composant in-phase contre son composant de quadrature. Le
bloc de portée de trajectoire de signal de Discret-Temps a un port d’entrée. Le signal d'entrée
doit être complexe. Le signal d'entrée doit être une grandeur scalaire échantillon-basé en
mode échantillon-basé. L'entrée doit être un vecteur armature-basé de colonne ou une
grandeur scalaire en mode armature-basé.

 Le bloc Discrete-Time Eye Diagram Scope:


Le bloc Discrete-Time Eye Diagram Scope montre les traces multiples d'un signal modulé
pour produire un diagramme d'œil. On peut employer le bloc pour indiquer les
caractéristiques de modulation du signal, telles que des déformations de formation
d'impulsion ou de canal. Le bloc de portée de diagramme d'œil de Discret-Temps a un port
entré. Le signal d'entrée peut être vrai ou complexe. Le signal d'entrée doit être une grandeur
scalaire échantillon-basé en mode échantillon-basé. L'entrée doit être un vecteur armature-
basé de colonne ou une grandeur scalaire en mode armature-basé.

 Discrete-Time Scatter Plot Scope:


Le bloc Discrete-Time Scatter Plot Scope indique la caractéristique de modulation, il
représente la représentation graphique des symboles c'est-à-dire la constellation du type de
modulation.

 Bernoulli Binary Generator :


Le bloc binaire de générateur de Bernoulli produit des nombres binaires aléatoires en utilisant
une distribution de Bernoulli. La distribution de Bernoulli avec le paramètre p produit 0 avec
la probabilité p et 1 avec la probabilité 1-p. La distribution de Bernoulli a la valeur moyenne
1-p et le désaccord p(1-p). La probabilité d'un paramètre zéro indique p, et peut être
n'importe quel vrai nombre entre zéro et un.

52
 Raised Cosine Transmit Filter :
Ce bloc consiste à filtrer le signal modulé en QPSK pour diminuer la largeur du spectre
occupé par le signal. En simulink, le signal d'entrée doit être une grandeur scalaire ou un
vecteur armature-basé de colonne.

5.3 Lancement de la simulation


Une fois que le bloc est apparu après le choix des modèles simulink (model QPSK ou
GMSK), alors il suffit de cliquer sur le bouton Start qui est dans le menu Simulation\ Start et
on a le résultat suivant :

5.3.1 Modèle QPSK

Figure 5.05 : Modèle simulink de QPSK après le lancement

La figure 5.05 représente le schéma bloc de la modulation QPSK après le lancement de la


simulation. Pour améliorer le taux d’erreur, il faut ajouter un codeur de canal par exemple le
codeur de Viterbi pour corriger l’erreur de transmission.

53
5.3.1.1 Signal binaire à l’émission et à la réception

Figure 5.06 : Signal binaire à émettre Figure 5.07 : Signal binaire à la réception

La figure ci-dessus montre le signal binaire générer par notre source (Random integer
Generator) à l’émission et le signal reçu à la réception.

5.3.1.2 La constellation

Figure 5.08 : Constellation avant et après le canal de transmission

54
On a vu sur la figure 5.08, la répartition de signal élémentaire de la modulation QPSK associé
à chaque symbole, il est représenté sur 4 points.
Si on fait la comparaison de ces deux figures, on constate que les quatre points sur la
deuxième figure se rapprochent de l’origine de l’axe. Cela s’explique du fait que le bruit
provoqué par le canal de transmission provoque l’augmentation de la probabilité d’erreur.

5.3.1.3 Spectre du signal modulé en QPSK

Figure 5.09 : Spectre du signal QPSK

Le lobe principale du spectre du signal modulé en QPSK est plus étroite comparent au spectre
du signal GMSK et les lobes secondaires décroissent plus lentement. L’encombrement
spectral et réduit suivant le choix du filtre utilisé par les signaux en bande de base.
L’emplacement du filtre est ici contraire par rapport à la modulation GMSK, le filtrage est
réalisé sur les signaux I et Q tendasque le filtrage en GMSK est directement réalisé sur le train
binaire à fin de diminuer les lobes secondaires.

55
5.3.1.4 Diagramme de l’œil

Figure 5.10 : Diagramme de l’œil

C’est le diagramme de l’œil du signal modulé en QPSK en présence de l’IES ou interférence


entre symboles. Le diagramme de l’œil est une représentation particulière du signal
numérique avant échantillonnage, et qui visualise le phénomène de recouvrement des signaux
élémentaires successifs observable sur l’écran d’un oscilloscope. L’ouverture verticale de
l’œil caractérise sa résistance au bruit, et son ouverture horizontale sa sensibilité à
l’imprécision de l’instant d’échantillonnage.
La constellation, le spectre, le diagramme de l’œil sont des paramètres à évaluer la qualité de
la transmission numérique.

56
5.3.2 Modèle GMSK

Figure 5.11 : Modèle simulink GMSK après le lancement

Elle représente le schéma bloc de la modulation QPSK après le lancement de la simulation.


De même, pour améliorer le taux d’erreur de la modulation GMSK, il faut aussi ajouter un
codeur de canal pour corriger l’erreur de transmission.

5.3.2.1 Signal binaire à l’émission et à la réception

Figure 5.12 : Signal binaire à l’émission et à la réception

57
La figure 5.13 le signal binaire générer par notre source à l’émission et le signal reçu à la
réception.

5.3.2.2 La constellation

Figure 5.13 : Représentation de la constellation avant et après le canal AWGN


La représentation des symboles sous cette forme permet d’évaluer la relation entre l’énergie
nécessaire pour l’émission des symboles et la probabilité d’erreur. La distance de chaque

symbole est égale à , plus cette distance est grande, plus la probabilité d’erreur est faible.

5.3.2.3 Spectre du signal modulé en GMSK

Figure 5.14 : Spectre du signal GMSK

58
La figure ci-dessus représente le spectre du signal modulé en GMSK tel que la largeur de
bande de la lobe principale est supérieure à celle de la QPSK et les lobes secondaires décroit à
de faible valeur, grâce à l’utilisation d’une filtre passe-bas Gaussien.

5.3.2.4 Diagramme de l’œil

Figure 5.15 : Diagramme de l’œil

La figure 5.16 démontre la présence d’une interférence entre symbole connu sous
l’appellation IES. Il est inférieur par rapport à celle de la QPSK, c’est pourquoi on a ici une
valeur inférieur de la probabilité d’erreur à la réception. La condition d’absence d’IES est le
critère de Nyquist.

La nécessité d’une modulation plus complexe que la modulation QPSK a deux raisons : d’une
part, pour supprimer les transitions de phase de p qui conduisent à des passages par zéro du
signal RF et qui rendent difficile la récupération de la porteuse en réception par PLL
modulations p/4-QPSK ou CPFSK (Continuous Phase Frequency Shift Keying), d’autre part
tenant compte de l’impossibilité de récupérer la phase absolue de la porteuse en réception par
PLL, c’est pour recourir à des modulations différentielles.

59
CONCLUSION

D’une part la modulation QPSK a été proposée comme celle qui offre un débit très
important dans un canal de transmission à longue distance par rapport aux autres modulations,
tout en gardant la fiabilité.
D’autre part, devant l’évolution de la nouvelle technologie de la modulation, non
seulement celle de la famille de la modulation QPSK tient une place plus importante dans les
communications sans fils mais elle reste aussi la plus utilisée dans les communications
filaires, telles la modulation OQPSK et la modulation pi/4-QPSK. Cette dernière est utilisée
par une demi-douzaine de normes internationales de communication mobile, tout en sachant
que la norme CDMA mettant en œuvre la QPSK est devenue la norme du système de
téléphonie cellulaire de troisième génération. Mais, en général on trouve largement
l’application du QPSK dans la communication par satellite.
Par contre, d’après notre étude et d’après le résultat de notre simulation, leurs
principaux défauts sont la présence de saut de phase lors du passage de symbole 00 vers 11 et
l’impossibilité de récupérer la phase absolue de la porteuse en réception par PLL, d’où la
nécessité des modulations différentielles p/4-DQPSK ou GMSK.
La modulation GMSK a été proposée comme type de modulation convenable à la
transmission radio électrique mobile. C’est une modulation numérique à efficace largeur de
bande, de spectre compact grâce à l’utilisation du filtre Gaussien et il y a aussi un bon taux
d’erreur par bit. De plus la modulation recommandée par la norme GSM est la modulation
GMSK avec une largeur de bande normalisée BN = BbT = 0.3.
Paradoxalement d’après le résultat de simulation on constate que le lobe principal en
GMSK est plus large qu’en QPSK mais les lobes secondaires décroissent plus rapidement, de
plus l’utilisation de filtrage en GMSK conduit à des interférences entre les symboles et par
rapport à la modulation MSK, la diminution de l’encombrement spectral s’accompagne donc
d’une augmentation du taux d’erreur pour un rapport signal sur bruit constant en réception.

Enfin le taux d’erreur par bit de la modulation QPSK est supérieur à celle de la
GMSK : d’après la simulation, la QPSK possède une réduction de l’encombrement spectral et
elle est plus facile à mettre en œuvre par rapport à l’autre modulation.

60
ANNEXES

ANNEXE 1 : Modulation analogique


1.1. Généralité
On parle d’une modulation analogique quand le signal modulant est un signal analogique. La
modulation analogique consiste à faire varier l’une des caractéristiques d’un signal appelée
porteuse en fonction du signal modulant pour adapter ce signal sur le canal de transmission.
L’expression du signal porteuse est donnée comme suit :

1.2. Technique de modulation analogique


On peut distinguer deux familles de techniques de modulation analogique :
1.2.1. La modulation d’amplitude
Lorsque A(t) dépend de façon linéaire du signal modulant, on a une modulation d’amplitude.
Il se résume à une transposition du spectre du signal utile, la bande passante de la
transmission n’excède jamais deux fois de ce signal.
Les différents types de modulation d’amplitude sont la modulation à bande latérale double ou
BLD, la modulation d’amplitude ordinaire ou AM, la modulation à bande latérale unique ou
BLU et la modulation à bande latérale résiduelle ou BLR.

1.2.2 La modulation d’argument


On regroupe sous le terme modulation d’argument, la modulation de fréquence et la
modulation de phase. Ce procédé consiste à faire varier l’argument d’une onde porteuse
sinusoïdale ou sa dérivée dépend linéairement du signal modulant.
Dans la modulation d’argument, il n’y a plus de relation simple entre les composantes
spectrales du signal modulant et la bande de fréquence occupée par le signal modulé. De plus,
le principe de superposition ne s’applique plus et la bande passante du signal modulé dépasse
largement celle du signal modulant.

61
ANNEXE 2 : Les dérivées de la modulation QPSK

2.1. Généralité
Il existe plusieurs variantes de la modulation QPSK. On note tel que les modulations OQPSK
(ou Offset QPSK) et le (ou shifted Differential QPSK). Ce dernier
possède d’autres dérivées plus optimisées dans les domaines où elles sont appliquées.

2.2. La modulation OQPSK


C’est la première dérivée de la modulation QPSK. On l’appel parfois par SQPSK (Staggered
QPSK) ou QPSK basculée ou décalée. Le problème avec le QPSK réside dans le fait que la
0
transition de 00 vers 11 avec codage de Gray entraine un saut de phase de 180 . Cela a pour
effet de basculer inversement l’onde porteuse, variant fortement l’enveloppe du signal
modulé, et peut conduire à des erreurs de détection à la réception.
Le principe est que l’entrée des deux mélangeurs reçoit les deux flots de bits I et Q. Ces deux
flots décalent l’un à l’autre de la durée d’un demi-symbole. Le résultat donne une transition
0
de 90 entre les états successifs. Cela conduit donc à une modulation plus linéaire au niveau
de l’enveloppe.

2.3. La modulation shifted Differential QPSK


C’est une technique de modulation à déplacement de phase à 4 états, avec un nombre limité
de transition de phase. C’est une version de la modulation DPSK à laquelle la constellation est
0
tournée de 45 à chaque intervalle de symbole. Elle a ainsi 8 phases possibles. Ses avantages
par rapport à la QPSK sont d’une part qu’elle réduit la modulation d’amplitude du signal
modulé en évitant le passage à zéro dans la constellation, l’enveloppe est donc plus constante,
0
ceci pour une variation maximale de phase de 135 . D’autre part comme toute modulation
différentielle, elle peut être détectée de manière non-cohérente. Elle constitue ainsi un
0
compromis entre la modulation OQPSK permettant des sauts de phase de 90 et QPSK avec
0
des sauts de phase de 180 .

2.4. La modulation DQPSK (Differential Quadrature Phase Shift Keying)


La DQPSK est une réalisation modifiée de la QPSK. Elle utilise la technique d’encodage
différentielle pour éviter les problèmes d’ambigüité de phase. Le changement de phase se fait
d’un symbole à l’autre, plutôt que par rapport à la porteuse. L’information est donc contenue
dans cette différence de phase. Elle possède presque les mêmes caractéristiques que la QPSK.

62
BIBLIOGRAPHIE

[1] A.W.M.Van Den Enden and N. Verhoeckx, Traitement numérique du signal, Dunod,
Paris, 2003.

[2] A. Glavieux, Ingénieur civil des Télécommunications, Codage de l’information et


modulation des signaux, Dunod, Paris, 1998.

[3] A. Glavieux, Michel Joindot, Communications numériques, Masson, Paris, 1996.

[4] J.C. Bic, D. Duponteil, J.C. Imbeaux, Eléments de communications numériques,


Transmission sur fréquence porteuses, Dunod, Paris, 1986.

[5] F.de Coulon, Théorie et traitement des signaux, Dunod, Paris, 1984.

[6] L.E.Larson, RF and Microwave Circuit Design for Wireless Communications, Artech
House, Boston London, 1996.

[7] J. G. Proakis, Digital communications, McGraw-Hill, USA, 1989

[8] M. Degauque, Transmission numérique sur porteuse : ASK, FSK et PSK. Probatoire du
CNAM, Bordeaux, juillet 1998.

[9] P.Z Fraisse, R.A. Protière, D.S Marty-Dessus, Télécommunication, Transmission de


l’information, Ellipses, Paris, 2003

[10] G. Lebègue, satellite de communication,


http://fr.wikipedia.org/wiki/Satellite_de_communication#Internet_et_donn.C3.A9es_par_satel
lite

[11] S. Bathi, Lecture notes for M.Sc, Data Communication Networks and Distributed
Systems D51, 2004, http://www-dept.cs.ucl.ac.uk/staff/S.Bhatti/D51-notes/notes.html

63
[12] P. Lecoy, Réseaux et télécommunications, Technologie des Télécoms, Hermès, Paris,
1995.
[13] P. Magne, Technique de l’ingénieur – Télécommunication, Les faisceaux hertziens
numériques, E7 540, 1989

[14] K. Murota, K. Hirade, GMSK Modulation for digital mobile telephony, IEEE transactions
on communications, Volume: 29, pp. 1044-1050, 1981

[15] B. C. R. Diblasio G, Modelling GMSK binary, Proceedings Second IEEE Symposium


Computors Communications Alexan Dria, 1997

[16] L. M Reygiannini, Performance evaluation adaptive, International Journal of Digital


and Analog Communication Systems, 1993

[17] J. Dupraz, Théorie de signal et transmission de l’information, EYROLLES, Paris, 1989

[18] C. Demoulin, M.V. Droogenbroeck, Principes de base du fonctionnement du réseau


GSM, Revue de l'AIM, N04, 2004.

64
RENSEIGNEMENTS

Nom : RABEARISON

Prénom : Heritiana René Jean Philippe

Adresse de l’auteur : LOT 41B Amboropotsy Talatamaty Ambohidratrimo CP : 105


-101 - Antananarivo Madagascar

Tél : 032 40 776 65

Titre du mémoire : MODELE SIMULINK DES MODULATEURS NUMERIQUES


QPSK ET GMSK

Nombre de pages : 64

Nombre de tableaux : 5

Nombre de figures : 49

Mots clés :
Modulation numérique, QPSK, GMSK, transmission numérique.

Key-Word : Numerique modulation ; QPSK ; GMSK ; Numerique transmission

Directeur de mémoire : Monsieur RAKOTOMALALA Mamy Alain.


RESUME

Cet ouvrage présente en premier lieu une notion de base de la transmission numérique, en
particulier les techniques de modulations numériques QPSK et GMSK suivie de leurs
applications et utilisations les plus courantes dans les systèmes de transmission numériques.
En second lieu, à son terme, avec l’appui du logiciel MATLAB version 7.0, on peut visualiser
des modèles de simulations de ces deux modulateurs numériques. Il démontre le taux
d’erreurs de transmission, la largeur de spectre, l’allure de signal modulé en QPSK et GMSK,
la constellation et le diagramme de l’œil.
On peut dire aussi que, le simulink est un bon outil pour la simulation des transmissions
numériques.

ABSTRACT

This piece of work shows first the notion of numeric transmission, in particular the
modulations skills QPSK and GMSK followed by their applications and more current uses in
the numeric transmission systems.
Then, thanks to MATLAB version 7.0 it will finish, we can visualize the model of simulations
of these two numeric modulations. It demonstrates the bit error of transmission, the width of
spectrum, the modulated signal in QPSK and GMSK, the constellation and the eye diagram.
We can also say that, the simulink is a good tool for the simulation numeric transmission

Vous aimerez peut-être aussi