Vous êtes sur la page 1sur 39

CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET

METIERS

CHAIRE DE TRAVAUX PUBLICS ET BATIMENT

___________

" BETON ARME "


Chapitre 14
Déformation – limitation des flèches

(Code CCV226)

Enseignant: Joseph PAIS 2016 - 2017


CNAM CCV226 – Béton armé avancé 2

Sommaire
14. DEFORMATIONS ET LIMITATIONS DES FLECHES .............................................................. 3
14.1. INTRODUCTION ......................................................................................................................... 3
14.1.1. Généralités et limites admissibles ................................................................................. 3
14.1.2. Influence de la fissuration sur la flèche ......................................................................... 4
14.1.3. Notion de flèche nuisible ............................................................................................... 7
14.1.4. Influence de la durée d’application des charges ........................................................... 8
14.2. RAPPELS RDM ........................................................................................................................ 8
14.2.1. Rappel sur la notion de courbure. ................................................................................. 8
14.2.2. Opérateurs de Dirac et Heaviside ................................................................................. 9
14.2.3. Equation générale des poutres planes droites ............................................................ 10
14.2.4. Exemples ..................................................................................................................... 13
14.3. LIMITATION DU RAPPORT PORTEE/HAUTEUR ............................................................................. 19
14.1. VERIFICATION DE LA FLECHE TOTALE PAR CALCUL .................................................................... 21
14.1.1. Cas des sections non fissurées ................................................................................... 21
14.1.2. Rappels sur la méthode d’intégration des courbures .................................................. 21
14.1.3. Prise en compte du fluage ........................................................................................... 21
14.1.4. Prise en compte du retrait ........................................................................................... 23
14.1.5. Interpolation état fissuré / état non-fissuré .................................................................. 23
14.1.6. Calcul de la flèche totale ............................................................................................. 24
14.2. METHODE SIMPLIFIEE POUR LE CALCUL DES FLECHES NUISIBLES ............................................... 25
14.2.1. Principes généraux et hypothèses de la méthode ...................................................... 25
14.2.2. Calcul de la flèche nuisible .......................................................................................... 27
14.3. VARIANTE DE LA METHODE SIMPLIFIEE : « METHODE GENERALE » ............................................. 30
14.3.1. Principes ...................................................................................................................... 30
14.3.2. Calcul de la flèche totale - Méthode générale ............................................................. 31
14.3.3. Calcul de la flèche à déduire - Méthode générale ....................................................... 32
14.4. EXERCICE 1 : VERIFICATION DE LA FLECHE PAR LE RAPPORT L/D ............................................... 33
14.5. EXERCICE 2 : CALCUL DE LA FLECHE NUISIBLE PAR LA METHODE SIMPLIFIEE .............................. 35
14.5.1. Estimation de l’inertie non-fissurée ............................................................................. 36
14.5.2. Estimation de l’inertie fissurée ..................................................................................... 36
14.5.3. Calcul de la flèche totale ............................................................................................. 37

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 3

14. Déformations et limitations des flèches

14.1. Introduction
14.1.1. Généralités et limites admissibles

L’état limite de déformation (ELS) est abordé au chapitre 7.4 de l’EN1992-1-1.

Selon l’Eurocode, l’état limite de déformation peut être vérifié de deux façons différentes :
 Soit en limitant le rapport portée/hauteur de l’élément concerné (§7.4.2 de l’EN1992-1-1).
 Soit en faisant un calcul exact de la déformée et en comparant la valeur obtenue à une valeur
admissible (§7.4.3 de l’EN1992-1-1). Cet article 7.4.3 de l’EC2 permet d’estimer la flèche totale
d’un élément en béton armé.

Reprenons les objectifs de l’état limite de déformations tels qu’ils sont décrit dans l’article 7.4.1 de
l’EC2 :
 La déformation d’un élément ou d’une structure ne doit pas être préjudiciable à leur bon
fonctionnement ou à leur aspect.
 Il convient de fixer des valeurs limites appropriées des flèches, en tenant compte de la nature
de l’ouvrage, des finitions, des cloisons et accessoires, et de sa destination.
 Il convient de limiter les déformations aux valeurs compatibles avec les déformations des autres
éléments liés à la structure tels que cloisons, vitrages, bardages, réseaux ou finitions. Dans
certains cas, une limitation des déformations peut être nécessaire afin d'assurer le bon
fonctionnement de machines ou d'appareils supportés par la structure, ou pour éviter la
formation de flaques sur les toitures terrasses.
 L'aspect et la fonctionnalité générale de la structure sont susceptibles d'être altérés lorsque la
flèche calculée d'une poutre, d'une dalle ou d'une console soumise à des charges quasi-
permanentes est supérieure à l/250, où l représente la portée. La flèche est évaluée par rapport
aux appuis à proximité. Une contre-flèche peut être prévue pour compenser en partie ou en
totalité la déformation ; toutefois, il convient de ne pas dépasser généralement une limite
supérieure de l/250.
 Il convient de limiter les déformations susceptibles d'endommager les éléments de la structure
avoisinants l'élément considéré. Pour la déformation après construction, l/500 représente
normalement une limite adéquate pour les charges quasi-permanentes. D'autres limites
peuvent être envisagées, en fonction de la sensibilité de ces éléments avoisinants.

En d’autres termes, l’EC2 préconise de limiter la flèche des éléments structuraux à L/250 dans les cas
courants et L/500 dans le cas d’éléments fragiles (cloisons fragiles, étanchéité…). Cette limite s’applique
généralement à des portées inférieures à 7m.

Dans le cas des portées supérieures à 7m, il convient d’appliquer des limites plus sévères. On peut
appliquer les principes suivants :
 Si pas d’élément fragile, on conserve la limite de L/250.
 Si élément fragile, on peut appliquer une limite de 1.4 + (L-7)/1000 avec une portée L exprimée
en cm.

Dans les deux cas, ces valeurs de déformations sont à calculer sous combinaisons quasi-
permanentes, en tenant compte des effets de fluage éventuels.

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 4

14.1.2. Influence de la fissuration sur la flèche

Nous avons vu au chapitre sur les vérifications ELS (du cours CCV109) que le béton, après fissuration,
se comporte comme un matériau hétérogène, dans lequel on néglige la résistance en traction.

Lors du cours de CCV109 (chapitre 11), nous avons abordé le calcul de l’inertie fissurée et de l’inertie
non-fissurée d’une section rectangulaire en béton armé. La distinction entre les deux états (inertie
fissurée et inertie non-fissurée) se fait en comparant les sollicitations appliquées aux sollicitations
provoquant la fissuration. Comme nous l’avons déjà défini, ces sollicitations critiques sont déterminées
en considérant que la contrainte maximale du béton tendue atteint la limite définie par :
 f ctm  0.30 f ck2 / 3 pour une valeur de f ck  50MPa
 f 
 f ctm  2,12 ln 1  cm  pour une valeur de f ck  50MPa
 10 

Ce qui nous donne par exemple en flexion simple :


f ctm .I
 M cr 
v
 M ser M cr => on est dans le cas d’une section non-fissurée.
 M ser  M cr => on est dans le cas d’une section entièrement fissurée.

Conformément à l’article 3.1.8 de l’EN 1992-1-1, en flexion simple, on peut remplacer le terme f ctm par
la valeur f ctm, fl qui correspond à la résistance moyenne à la traction en flexion. On obtient alors les
formules suivantes :
 f ctm, fl  max 1,6  h / 1000. f ctm ; f ctm 

f ctm, fl .I
 M cr 
(h  v)

La flèche réelle « y » aura donc, par conséquent, une valeur intermédiaire entre :
 La flèche « yI » correspondant à l’inertie non-fissurée dans laquelle l’acier et le béton fonctionne
ensemble de manière élastique en traction et en compression.
 La flèche « yII » correspondant à l’inertie entièrement fissurée dans laquelle la résistance du
béton en traction est négligée.

Nous verrons un peu plus loin dans


ce cours que l’EC2 donne une
méthode pour interpoler les flèches
ou les inerties, entre l’état
entièrement fissuré et l’état bon-
fissuré.

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 5

14.1.2.1. Inertie d’une section rectangulaire


Il s’agit ici d’un rappel du cours CCV109 (chapitre 11) concernant le calcul des inerties fissurées et non-
fissurées pour une section rectangulaire.

d’
Asc
x1
A.N
d
h

Ast

bw
Contraintes

Section entièrement fissurée

Dans le cas d’une section entièrement fissurée :


  e .( Asc  Ast )   e2 .( Asc  Ast )²  2.bw . e .(d '.Asc  d . Ast )
 x1 
bw
 b .x 3 
 I   w 1  Ast . e .(d  x1 )²  Asc . e .( x1  d ' )² 
 3 
M ser
 c  .x1
I
d  x1
  st   e . c .
x1

Section non-fissurée

Dans le cas d’une section non-fissurée :


bw .h²
  e .( Ast .d  Asc .d ' )
 x1  2
bw .h   e .( Ast  Asc )
bw .x1 bw (h  x1 )3
3
 I    e . Ast (d  x1 )²   e . Asc ( x1  d ' )²
3 3

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 6

14.1.2.1. Inertie d’une section en T


La détermination des inerties fissurées et non fissurées sur une section en T a également été abordée
au chapitre 11 du cours CCV109.

beff

d’
Asc hf

h d A.N

Ast

bw

Section entièrement fissurée

Dans le cas d’une section en T entièrement fissurée, on a :

 L’axe neutre est solution de l’équation :


 
bw .x12
  h 2f
 (beff  bw )h f   e .( Ast  Asc ) x1  (beff  bw )   e . Ast .d   e . Asc .d '
2  2 
beff .x13 ( x1  h f ) 3
 Inertie : I1   (beff  bw )   e . Asc .( x1  d ' ) 2   e . Ast .(d  x1 )²
3 3
M ser
On pose ensuite K 
I1
Et on vérifie:
  c  K  x1   c
  sc   e .K .( x1  d ' )
  s   e .K .(d  x1 )

Section non-fissurée

Pour les sections en Té, en inertie non-fissurée, on applique les formules suivantes :
bw h ² (beff  bw )h 2f
   e .( Ast .d  Asc .d ' )
 Position de l'axe neutre: v  2 2
bw .h  (beff  bw )h f   e .( Ast  Asc )
 Le moment d'inertie vaut:
bw .v 3 (beff  bw )(v  h f ) bw (h  v) 3
3

I     e . Ast .(d  v)²   e . Asc .(v  d ' )²


3 3 3

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 7

14.1.3. Notion de flèche nuisible

L’article 7.4.3 de l’EC2 définie une méthode pour le calcul de la flèche totale, en considérant une
interpolation entre un état fissurée et un état non-fissuré.

Le BAEL91, ancienne norme de dimensionnement en béton armé applicable en France, faisait intervenir
la notion de flèche nuisible en complément à la notion de flèche totale. La flèche nuisible est déterminée
en considérant l’historique de chargement de l’élément et importante dans le cas de support d’éléments
fragiles.

Prenons l’exemple de cloisons fragiles (cloisons coulissantes en verre) reposant sur un plancher béton
armé, pour lesquels le fournisseur indique une flèche maximale de 1.5cm à ne pas dépasser afin de ne
pas empêcher le coulissement des cloisons ou de les détériorer.

Il serait beaucoup trop défavorable de comparer la flèche totale du plancher et cette flèche admissible
sans tenir compte de la séquence de chargement :
 Dans un 1er temps, on coule le plancher en béton, on met en place les revêtements => on
applique donc une 1ère partie des charges permanentes qui vont provoquer une 1ère flèche.
 On pose ensuite les cloisons (élément fragile) => au moment de la pose, le plancher a déjà subi
une déformation qui est composée par le joint de pose.
 Après la pose de cet élément fragile, on applique les surcharges d’exploitation et on obtient au
final la flèche totale.
 Cependant, le fournisseur de cloisons ne s’intéresse qu’à la partie de la flèche qui se produit
après l’application de ces cloisons. On faudra donc retrancher à la flèche totale, la flèche qui a
déjà eu lieu avant la pose de ces cloisons (élément fragile) => c’est ce que l’on appelle la flèche
nuisible.

Flèche

Flèche après
cloisonnement =
flèche nuisible

Flèche totale

Flèche avant
cloisonnement

Temps

Sur le diagramme ci-dessous, la partie verticale représente la flèche « immédiate » sous chargement
et la partie courbe représente le fluage.

Le guide d’application de l’EC2 FD P18-717 (ex recommandations professionnelles) propose une


méthode simplifiée pour estimer cette flèche nuisible. Nous détaillerons cette méthode un peu plus loin
dans ce cours.

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 8

14.1.4. Influence de la durée d’application des charges

Les flèches obtenues sous charges de longue durée sont plus importantes que celles obtenues sous
charges de courte durée. Ceci est dû au phénomène de fluage qui a déjà été abordé dans les chapitres
précédents.

Nous verrons un peu plus loin dans ce cours comment prendre en compte le fluage dans le calcul des
déformations.

14.2. Rappels RDM


14.2.1. Rappel sur la notion de courbure.

On part de la relation suivante entre la courbure (qui dépend de l’état de déformation de la section) et
le moment fléchissant :

1 M

r EI
Connaissant la courbure, on peut en déduire la flèche en tout point, à partir des formules suivantes:
1 M ( x)
 Courbure : 
r EI
x
1
 Rotation :  ( x )   dX
0
r
x
 Flèche : v( x)   .dX
0


y
q(x) V+dV
M d
M+dM
x
V
v(x) d

ds
dxds

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 9

14.2.2. Opérateurs de Dirac et Heaviside

Pour établir les équations de déformée, on peut utilisateur deux notions mathématiques qui sont:
 L'opérateur de Dirac.
 L'opérateur de Heaviside.
14.2.2.1. Opérateur de Dirac
La notion de charge concentrée étant virtuelle, il est tout à fait possible d’assimiler une charge ponctuelle
P à une charge répartie d’intensité P/ appliquée sur un intervalle infiniment petit . Considérant
maintenant comme point d’application, le point d’abscisse d sur la fibre moyenne, on peut établir
l’équivalence suivante :

P 

P
q

O O

x x
d

 d 
d d
2 2
En posant que la fonction f(x) est définie par :

La fonction P.f(x) correspond donc à la densité de charge q


 ε ε
f ( x)  0 si x  d- ; d   relative à la charge ponctuelle P appliquée sur un intervalle 
 2 2 centrée sur d. Par ailleurs et comme q tend vers P quand  tend
1  ε ε vers 0, on déduit que lim f(x)  1 .
f ( x)  si x  d- ; d    0
  2 2

On appelle donc opérateur de Dirac au point d’abscisse d, la limite de la fonction f(x) lorsque  tend vers
0. On a donc   x  d   lim f(x)
 0

La densité de charge associée à une charge concentrée appliquée en un point d’abscisse d de la fibre
moyenne s’écrit donc :

 x  d   1 si x  d
qx   P   x  d  avec 
 x  d   0 si x  d

 x  d 

O x
d

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 10

14.2.2.2. Opérateur de Heaviside


On appelle opérateur de Heaviside au point d’abscisse d, la primitive de l’opérateur de Dirac soit :

x
 H x  d   1 si x  d
x0  d H x  d     u  d du avec 
x0  H x  d   0 si x  d

H x  d 

O x
d

L'intégration de l'opérateur de Heaviside s'écrit:

x
 f ( x).H ( x  d ).dx  H ( x  d )
d
f ( x).dx

Pour intégrer plusieurs fois l'opérateur de Heaviside, il suffit d'intégrer plusieurs fois f(x).

14.2.3. Equation générale des poutres planes droites

14.2.3.1. Représentation des charges


a°) Charge ponctuelle

Pour représenter une charge ponctuelle, on utilise donc l'opérateur de Dirac.

y P

Charge répartie équivalente : px   P   x  d 

O x
d

Cela se traduit par le fait que:


 La charge vaut P si x=d
 La charge vaut 0 si x  d

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 11

b°) Charge répartie

q q  H x  a 

O x

a b  q  H  x  b

qx   q  H x  a   H x  b

Cela se traduit par le fait que:


 Si x < a => H(x – a)=0 et H(x – b)=0 car x<a veut dire x<b
 Si a < x < b => H(x – a)=1 et H(x – b)=0
 Si x > b => H(x – a)=1 et H(x – b)=1 , on a donc la charge q qui s'annule.

14.2.3.2. Equation d’équilibre des poutres droites planes

y
q(x) V+dV
M
M+dM
x
v(x)
V

A la section d’abscisse x et sous l’effet des charges extérieures, le point correspondant situé sur la fibre
moyenne subira un déplacement vertical v(x) et une rotation (x). L’ensemble des points formant la
fonction v(x) est appelé en RdM, la ligne élastique.

1 M d M
De plus et de part la relation de moment - courbure  , on peut déduire la relation 
r EI dx EI
en posant que la variation de longueur dx de la section est égale au rayon de courbure  facteur de la
variation d’angle ( dx    d  .

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 12

Enfin et sachant que :


 Le moment fléchissant et l’effort tranchant sont liés à la charge répartie appliquée par les
relations différentielles suivantes:

d 2 M dV
   q( x )
dx 2 dx
dv
 
dx
On peut déduire que :

d 2v
 EI  M ( x) ,
dx 2

d 3v
 EI 3  V ( x ) ,
dx

d 4v
 EI   q( x ) .
dx 4

14.2.3.3. Méthode de la quadruple quadrature

d 4v
 EI   q( x ) ,
dx 4
d 3v
 EI 3  q1 ( x )  A  V ( x ) ,
dx
d 2v
 EI 2  q2 ( x )  Ax  B  M ( x ) ,
dx
dv 1
 EI   q3 ( x )  Ax 2  Bx  C  EI ( x ) ,
dx 2
1 1
 EIv ( x )   q3 ( x )  Ax 3  Bx 2  Cx  D  EIv ( x )
6 2

14.2.3.4. Conditions aux limites

Appui simple

M ( 0)  0
v ( 0)  0

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 13

Encastrement

 ( 0)  0
v ( 0)  0

14.2.4. Exemples

14.2.4.1. Poutre soumise à une charge ponctuelle centrée

+ P
y
a=l/2

x
GO GE
l

RO
RE

Utilisation de l'opérateur de Dirac

d 4v  l
 EI   q( x )   P    x   ,
 2
4
dx
d 3v  l
 EI  P  H  x    A  V ( x) ,
 2
3
dx
d 2v  l  l  l
EI 2   P.x l / 2 .H  x    Ax  B   P   x    H  x    Ax  B  M ( x) ,
x

dx  2  2  2
2
dv 1  l  l 1
 EI   P    x    H  x    Ax 2  Bx  C  EI ( x ) ,
dx 2  2  2 2
3
1  l  l 1 1
 EIv ( x )   P    x    H  x    Ax 3  Bx 2  Cx  D  EIv ( x )
6  2  2 6 2

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 14

Introduction des conditions aux limites

En introduisant les conditions aux limites, on obtient :

 en x = 0,

M x  0  0  B  0
v x  0  0  D  0

 en x = l,

M x  l   
Pl P
 Al  0  A 
2 2
3 3
Pl 3 Pl 3 Pl 2
v x  l   0   
1 Pl 1 Pl
   Cl  0     Cl  0  C  
6 8 6 2 48 12 16

Effort tranchant

 P
 V ( 0) 
 l P 2
V ( x)  P  H  x     
 2 2 V (l )  
P
 2

Moment fléchissant

 l  l P l  l l  P l Pl
M ( x )   P   x    H  x    x  M     P     
 2  2 2 2 2 2 2 2 4

Rotation sur appuis

2
1  l  l  1 P 2 Pl 2
EI ( x )    P   x    H  x    x  
2  2  2 2 2 16
  Pl 2
 0  16 EI
 1  Pl 2 Pl 2 Pl 2  Pl 2
 l      
 EI  8 4 16  16 EI

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 15

Flèche à mi-portée

l 1  Pl 3 Pl 3 
3
1  l  l  1 P 3 Pl 2 Pl 3
EIv( x )    P   x    H  x    x  x  v   0  96  32    48EI  f
6  2  2 6 2 16  2  EI  

+
y

x
GO GE
f
Remarques :
 Les moments fléchissant et effort tranchant sont identiques à ceux trouvés précédemment,
 Le déplacement est maxi à mi-portée, donc sous la charge. Ceci n’est cependant pas
systématique,
 La ligne élastique est un polynôme de degré 3.

Ecriture analytique des équations

Si on ne veut pas utiliser l'opérateur de Dirac, on distinguer la partie de poutre avant et après la charge
ponctuelle.

Cas où 0  x  l/2

Dans ce cas, on a:
P
M ( x)  RO  x  x
2
P
V ( x)  RO 
2

d 4v
 EI  q ( x)  0 ,
dx 4
d 3v P
 EI 3  A  V ( x)  ,
dx 2
2
d v P
 EI 2  x  B  M ( x) , => B=0
dx 2
dv 1 2
 EI  Px  C  EI ( x) , en x=l/2, on a =0 => C=-Pl²/16
dx 4
1 pl ²
 EIv( x)  Px3  xD
12 16
 En x=0, on a v=0 => D=0

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 16

Cas où l/2  x  l :

 l P
M ( x)  RO  x  P x    (l  x)
 2 2
P
V ( x )   RE  
2

d 4v
 EI  q ( x)  0
dx 4
d 3v P
 EI 3    V ( x) ,
dx 2
2
d v P Pl
 EI 2   x  B  M ( x) , => B 
dx 2 2
dv 1 Pl
 EI   Px 2  x  C  EI ( x) , en x=l/2, on a =0 => C=3Pl²/16
dx 4 2
1 Pl 2 3Pl ²
 EIv( x)   Px3  x  xD
12 4 16

 En x=l, on a v=0 => D= -17Pl3/48

14.2.4.2. Poutre soumise à une charge répartie

y +
q

x
GO l GE

RO
RE

d 4v
 EI   q   q( x )  H  x  ,
dx 4
d 3v
 EI 3  q  x  H x   A  V ( x ) ,
dx
d 2v x2
 EI 2  q   H x   Ax  B  M ( x ) ,
dx 2
3
 q   H x   Ax 2  Bx  C  EI ( x ) ,
dv x 1
 EI
dx 6 2
4
EIv( x )  q   H x   Ax 3  Bx 2  Cx  D  EIv( x )
x 1 1

24 6 2

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 17

Introduction des conditions aux limites

En introduisant les conditions aux limites, on obtient :

 en x = 0,

M x  0  0  B  0
v x  0  0  D  0

 en x = l,

ql 2
M x  l   
ql
 Al  0  A 
2 2
4 4
ql 3
v x  l   0  
ql ql
  Cl  0  C  
24 12 24

Effort tranchant
 ql
 V (0)  2
V ( x )  q  x  H x    
ql
2 ql
V (l )  
 2

Moment fléchissant
x2 l ql 2 ql 2 ql 2
 H x   x  M    
ql
M ( x)  q   
2 2 2 8 4 8

Rotations aux appuis

x3 ql 3
 H x   x 2 
ql
EI ( x )   q  
6 4 24
  ql 3
  0  
24 EI
 1  ql 3 ql 3 ql 3  ql 3
 l      
 EI  6 4 24  24 EI

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 18

Flèche à mi-portée
x4 ql 3 ql 3  l  1  ql ql 4 ql 4 
4
5ql 4
EIv( x)  q   H  x   x  x  v        f
24 12 24  2  EI  384 96 48  384 EI

+
y

x
GO GE

f
Remarques :
 Les moments fléchissant et effort tranchant sont identiques à ceux trouvés précédemment,
 La ligne élastique est un polynôme de degré 4.

Ecriture analytique des équations

Dans le cas d'une poutre soumise à une charge uniformément répartie, on connaît les équations du
moment et de l'effort tranchant :

 qx  l  x 
M ( x)  2
  l 
V ( x)  q  x 
 2 

On peut donc en déduire les rotations et la flèche par intégration multiple selon la méthode de la
quadrature:
d 4v
 EI  q ,
dx 4
d 3v
 EI 3  q  x  A  V ( x) , => en x=0, V=ql/2 => A=ql/2
dx
d 2v x 2 ql
 EI 2  q   x  B  M ( x) , => en x=0, M=0 => B=0
dx 2 2
3
dv x ql
 EI  q   x 2  C  EI ( x) , => en x=l/2, =0 => C=-ql3/24
dx 6 4
x 4 ql ql 3
 EIv( x)  q   x 3  x  D  EIv( x) => en x=0, v=0 => D=0
24 12 24

En calculant la flèche max (à l/2) à partir de la formule précédente, on retrouve bien:

5ql 4
f 
384 EI

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 19

14.3. Limitation du rapport portée/hauteur


Comme nous venons de le voir, l’article 7.4.2 de l’EC2 propose de limiter le rapport portée/hauteur de
l’élément afin de se dispenser d’un calcul exact de la flèche.

Selon l’EC2 :
As
 Un élément dont le béton est faiblement sollicité est tel que   0.5%
bw.d
A
 Un élément dont le béton est fortement sollicité est tel que   s  1.5%
bw.d

Par conséquent, l’article 7.4.2 de l’EC2 admet que la flèche des poutres ou des dalles ne dépasse pas
les limites définies précédemment si le rapport portée/hauteur utile vérifie les conditions ci-dessous,
fonction notamment du pourcentage d’armatures de traction à mi-portée (ou sur un appui pour une
console):

L    0  2 
3

  K .11  1,5 f ck 0
 3,2 f ck   1  si    0
d      

L  0 1 ' 
  K .11  1,5 f ck  f ck .  si    0
d     ' 12 0 

Où :
 L/d est la valeur limite du rapport portée/hauteur utile.
 K est un coefficient qui tient compte des différents systèmes structuraux (voir tableau ci-après).
 0 : représente le pourcentage d’armatures de référence =>  0  f ck 103
 : pourcentage d’armatures de traction à mi-travée (ou sur appui pour une console) =>
As

bw .d
 ’ : pourcentage d’armatures de compression à mi-travée (ou sur appui pour une console) =>
A's
'
bw .d

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 20

Le coefficient K peut être modifié dans l’annexe nationale de chaque pays. Le tableau suivant indique
les valeurs du coefficient K retenues par la France ainsi que les valeurs limites du rapport L/d fonction
du pourcentage mécanique d’armatures :

On peut donc établir le rapport L/d limite, soit à partir de formules précédentes ou à partir des valeurs
simplifiées du tableau.

ATTENTION, les formules précédentes ont été établies en considérant certaines hypothèses. Il convient
donc de modifier le rapport L/d lorsque les hypothèses diffèrent de ces hypothèses initiales :
 Les valeurs précédentes ont été établies pour une contrainte de traction sur l’acier de
310MPa. Lorsque la contrainte calculée s est très différente de cette valeur, il convient de
multiplier le rapport L/d par 310/s.
 Pour les sections en Té dont beff  3bw , il faut multiplier le rapport L/d par 0,8.
 Dans le cas des poutres ou des dalles de portée supérieure à 7m, il faut multiplier le rapport
L/d par « 7/Leff » si ces derniers supportent des cloisons susceptibles d’être endommagées
=> option à prévoir dans le logiciel.

Si le pourcentage d’armatures est connu, on peut interpoler entre les deux limites du tableau.

Les valeurs limites du rapport L/d sont en général conservatives et on arrive bien souvent à une limite
moins contraignante en faisant un calcul exact de la flèche.

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 21

14.1. Vérification de la flèche totale par calcul


14.1.1. Cas des sections non fissurées

Dans le cas de sections non fissurées, le béton et l’acier agissent de manière élastique et on peut donc
appliquer les formules classiques de la RDM que nous venons de voir en guise de rappels.

Cela peut être le cas par exemple des sections entièrement comprimées.

Dans le cas des sections fissurées (qui représentent la majorité des cas), l’EC2 impose de déterminer
un état intermédiaire entre le cas non-fissuré et le cas entièrement fissuré (voir §14.1.5).

14.1.2. Rappels sur la méthode d’intégration des courbures

Nous venons de voir dans ce cours, au paragraphe sur les rappels RDM, la méthode d’intégration des
courbures qui permet de calculer la flèche d’un élément par intégration.

Dans le cas d’un élément en béton armé, cette courbure est estimée à partir de l’état de déformation de
la section :
1 ( s   c )
 
r d
c M ( X ).x
 c : raccourcissement du béton comprimé => c   (x représente la position
Ecm Ec I
de l’axe neutre).
s s M ( X ).( d  x)
 s : allongement des aciers tendus => S    .
Es  e .Ecm Ecm .I

Après avoir calculé les courbures en chaque point de la poutre, on détermine les flèches par double
intégration :
x
1
 Rotation:  ( x)   dX
0
r
x
 Flèche: f ( x )  
0
w.dX

Bien entendu, ces équations font intervenir l’inertie de la pièce de béton, inertie qu’il convient d’interpoler
entre un état non-fissuré et un état entièrement fissuré.

14.1.3. Prise en compte du fluage

14.1.3.1. Rappels sur le calcul du coefficient de fluage


Comme il a été vu lors du cours CCV109, on peut estimer le coefficient de fluage à partir de l’annexe B
de l’Eurocode 2.

Valeur finale du fluage


La valeur finale du coefficient de fluage  (, t0 ) est déterminée à partir de la formule suivante :
  (, t0 )  RH  ( f cm ) (t0 )

Avec :
16.8
  ( f cm ) 
f cm
1
  (t0 ) 
0.1  t0
0.20

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 22

o (t0 : âge du béton au moment du chargement)


 1  RH / 100 
  RH  1  .1 . 2
 0.1 3 h0 
 
o 1  2  1 si fcm ≤ 35 Mpa
0.7 0.2
 35   35 
1     2   
 f cm   f cm 
o Sinon => et

o RH : taux d’humidité en %

En général, on considère les taux d’humidité suivants :


 En intérieur, RH= 50%
 En extérieur, RH= 80%

Valeur du fluage à un instant « t »

Si on veut estimer le coefficient de fluage à un instant « t », on applique la formule suivante :


  (t , t0 )   (, t0 ).c (t , t0 )
0.30
 t  t0 
  c (t , t0 )   
  H  t  t0 

Le coefficient  H est défini à partir des formules suivante (annexe B de l’EC2) :

Le terme h0 représente le rayon moyen de la pièce (h0=2.Ac/u) exprimé en mm et RH exprimé en %.

Pour un chargement à l’infini, on a :


 t  t0  
0.30
  
  c (, t0 )    1
 H   

14.1.3.2. Module effectif du béton


Comme nous l’avons indiqué précédemment, dans le cas des charges de longue durée, il convient de
tenir compte des effets du fluage.

Dans ce cas, conformément à l’article 7.4.3(5) de l’EC2, on tient compte des effets du fluage en
remplaçant le module d’élasticité moyen (à court-terme) du béton Ecm par le module effectif qui est
fonction du coefficient de fluage :
Ecm
 Ec ,eff 
1   , t0 

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 23

14.1.4. Prise en compte du retrait

Conformément à l’article 7.4.3 (6), les courbures dues aux effets du retrait peuvent être estimées à partir
de la formule suivante :
1 S E
   cs . e . avec  e  s
rcs I Ec , eff

Ou les termes sont définis ci-dessous :


  cs représente la déformation totale due au retrait. Cette déformation peut inclure le retrait sous
charges thermiques (.T), le retrait endogène ou le retrait de dessiccation.
 S : moment statique de la section d’armatures par rapport au centre de gravité de la section.
 I : moment d’inertie de la section.

Il convient donc de bien calculer les valeurs de S et de I, pour chaque cas de figure, en section fissurée
et non-fissurée. On cumulera ensuite les courbures ainsi trouvées aux courbures dues aux moments
de flexion.

14.1.5. Interpolation état fissuré / état non-fissuré

On a vu précédemment que la méthode des courbures nécessite de connaitre l’inertie de la poutre (qui
peut être fissurée ou non-fissurée) et le module d’Young du béton (qui peut être pris à court terme et à
long-terme).

L’EC2 ne précise pas comment déterminer la flèche nuisible à partir des charges court termes et des
charges long terme mais définit simplement une méthode par interpolation entre l’état non-fissurée et
l’état entièrement fissuré, qui se traduit par la formule suivante :
    II  (1   ). I (EN1992-1-1 / §7.4.3)

L’EC2 définit le terme  comme étant un paramètre qui peut être assimilé à :
 Une déformation.
 Une courbure
 Une rotation
 Une flèche.

Les paramètres  I et  II représentent respectivement les valeurs correspondant à un état non-fissurée


et un état entièrement fissuré.

Dans le cas des sections non-fissurée, on a  0


2 2
  M 
Pour le calcul en section fissurée, on a   1    sr   1    cr  .
 s   Ms 
 sr M cr
Comme on peut le voir ci-dessous, le rapport peut être remplacé par le rapport dans le cas
s Ms
d’un état de sollicitation en flexion simple.

Le coefficient  permet de tenir compte de l’influence de la durée du chargement ou de la répétition du


chargement :
 Dans le cas d’un chargement unique de courte durée =>   1
 Dans le cas d’un chargement prolongé ou d’un grand cycle de chargement =>   0.50

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 24

14.1.6. Calcul de la flèche totale

Pour déterminer la flèche totale, en tenant compte de tous les points indiqués précédemment, on
procèdera selon les étapes suivantes :
1. On détermine la courbure de l’élément en plusieurs points en considérant un état non-fissurée
(en incluant, le cas échéant, les effets du retrait).
2. On détermine ensuite la courbure de l’élément en ces mêmes points, en considérant un état
entièrement fissuré (en incluant, le cas échéant, les effets du retrait).
3. On en déduit ensuite la courbure interpolée en appliquant la formule vue précédemment :
1 1 1
     (1   ). 
r  r  II  r I
4. On détermine ensuite la flèche par double intégration des courbures interpolées.

On voit que ce calcul est long et fastidieux.

A titre d’illustration, voici une page de résultats issus du logiciel Arche Poutre :

On voit bien ici les différents résultats intermédiaires donnés par le logiciel :
 Flèche en état non-fissuré.
 Flèche en état entièrement fissuré.
 Valeur intermédiaire issue de l’interpolation EC2.

Une autre possibilité, donnée par la clause 7.4.3 (7), est la suivante :

Autrement dit, on peut déterminer directement la flèche pour un état fissuré et non-fissuré et déterminer
ensuite la valeur intermédiaire en interpolant directement sur les flèches.

C’est notamment grâce à cette clause que l’on pourra appliquer la méthode simplifiée décrite ci-après
pour les flèches nuisibles.

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 25

14.2. Méthode simplifiée pour le calcul des flèches nuisibles


Cette méthode est définie à l’article 7.4.3(7) du fascicule d’application FD P18-717 de l’EC2 :

14.2.1. Principes généraux et hypothèses de la méthode

14.2.1.1. Présentation et domaine d’application


La méthode simplifiée de calcul des flèches nuisibles est basée sur la formule (7.18) de la clause
7.4.3(3) de l’EC2, que l’on vient de voir précédemment, pour interpoler une valeur entre un état
entièrement fissuré et un état non-fissuré :
   II  (1   ). I
Lorsque l’on applique cette méthode, les hypothèses de départ à considérer sont les suivantes :
 Les inerties fissurées et non-fissurées sont calculées avec un coefficient d’équivalence constant
e  15 .
 Le coefficient de fluage  ,t0  est constant et vaut 2. On a donc le module court terme qui
Ecm
vaut Ecm (idem EC2) et le module différé qui vaut Ec , eff  .
3
 Les flèches provenant des gradients de déformations imposées (température, retrait) sont
négligés, excepté dans le cas de précontrainte et/ou de post contrainte, ce qui n’est pas l’objet
de ce cours.

14.2.1.2. Estimation de la flèche


Dans cette méthode, on choisit comme paramètre à interpoler la déformation à mi-portée de la travée
considérée => Cette déformation va être estimée de façon simplifié.

Cas de la travée isostatique uniformément chargée

Reprenons le cas d’une poutre isostatique soumise à une charge répartie (que nous avons vu dans les
rappels RDM) :

y +
q

x
GO l GE

RO
RE

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 26

On a démontré que la flèche à mi-portée vaut :


q.l ²
4 .l ²
5.q.l 5 1 M 0 .l ² 1 M 0 .l ²
f   . 8  .  .
384.E.I 48 E.I 9.6 E.I 10 E.I

On voit donc que l’on peut estimer simplement la flèche max en travée.

Cas de la travée continue uniformément chargée

Dans le cas d’une travée de poutre-continue, on peut appliquer par analogie :

Mi+1

Mi M0 q

GO GE
Mt L, E, I

M 0 .l ² M i .l ² M i 1 .l ² l²  5 M i  M i1 
 f     M 0  . 
10.E.I 16.E.I 16.E.I 10.E.I  4 2 

En considérant :

M i  M i1 5 M  M i1
 Mt  M0   M0  . i
2 4 2
On peut estimer la flèche par excès à partir de la formule suivante :
M t .l ²
 f 
10.E.I
Cas de la console uniformément chargée

Dans le cas d’une console, on peut estimer la flèche à l’extrémité libre à partir de la formule :
M .l ²
 f 
4 .E .I

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 27

14.2.2. Calcul de la flèche nuisible

Pour appliquer cette méthode, on utilise la convention suivante :


 f e : flèche calculée en considérant les inerties fissurées.
 f h : flèche en considérant les inerties non-fissurées.
 f t : flèche totale
 f d : flèche à déduire
 f nu : flèche nuisible.

On doit décomposer le chargement de la poutre, en fonction de l’instant de chargement de la durée


d’application. Pour cela, on considère les quatre types de charges suivants :
 Une charge « p » qui englobe le poids propre de la poutre + le poids propre des éléments portés
par la poutre « p0 » et les charges permanentes « p1 » appliquées avant pose du 1er élément
fragile.
 Une charge « c » représente la pose du 1er élément fragile.
 Une charge « r » qui représente les charges permanentes après la pose du 1er élément fragile.
 Une charge « q » d’exploitation.

Les principes de calcul sont les suivants :


 On doit déterminer les flèches en appliquant le principe d’interpolation décrit dans l’EC2, entre
inerties fissurée et inertie non-fissurée =>    II  (1   ). I
 Il faut décomposer le calcul des flèches en fonction de l’origine des charges :
o On calcul la flèche totale en considérant la totalité des charges. Attention, chaque
charge doit être prise en compte avec le module d’Young du béton correspondant
(module court terme ou long terme).
o On calcul ensuite la flèche à déduire qui correspond à celle qui se produit avant la mise
en œuvre des éléments fragiles.
o On en déduit enfin la flèche nuisible, en déduisant de la flèche totale la valeur de la
flèche nuisible.

a) Calcul de la flèche totale


Pour le calcul de la flèche totale, il faut considérer la totalité des charges avec les modules d’Young
correspondants :
 La courbure et la flèche des charges « p0 », « p1 », « c » et «r » sont à calculer avec un module
d’Young différé du béton.
 La courbure et la flèche des charges d’exploitations « q » sont à calculer avec un module
d’Young instantané.

On applique la formule de l’EC2 en interpolant directement sur les valeurs de flèches :


 ft   . f et  (1   ). f ht

Avec :
L ²  M p c  r Mq 
 f et    
10  Ec ,eff .I e Ecm .I e 
L ²  M p c  r Mq 
 f ht    
10  Ec ,eff .I h Ecm .I h 

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 28

Dans ces expressions, l’inertie des sections de béton est représentée par :
 I e : inertie élastique équivalente de la section de béton fissurée.
 I h : inertie de la section de béton non-fissurée, en considérant la hauteur totale de la section.

Et du fait des hypothèses simplificatrices vues précédemment :


 = 2
Ecm
 Ec , eff 
3

Le coefficient d’interpolation  est déterminé de la façon suivante :


M cr
 Si M p c  r  q  M cr => calcul en inertie fissurée =>  1 .
M pcr q
 Si M p  c  r  q  M cr => calcul en inertie non-fissurée =>  0

Ce coefficient d’interpolation est différent de la valeur vue précédemment afin de tenir compte d’une
rectification visant à supprimer la discontinuité qui existerait au voisinage de M= Mcr du fait que l’on
interpole directement sur les valeurs de flèche.

En effet, cette discontinuité n’existe pas lorsque l’on calcul la flèche par intégration des courbures du
fait de la prise en compte progressive de ces courbures.

Remarque très importante :

Il faut considérer, dans les charges permanentes, la part « quasi-permanente » de la surcharge


d’exploitation (qui doit être calculée avec un module d’Young à long terme) autrement dit 2*q.

Le terme Mq doit quant à lui être déterminé en considérant la partie de surcharge restante, non
quasi-permanente, correspondant donc à (1-2)*q.

b) Calcul de la flèche à déduire


La flèche à déduire représente donc la flèche qui se produit avant la pose de l’élément fragile. Le calcul
de cette flèche à déduire se fait de la même façon que la flèche totale en ne considérant que les charges
« p » et « c ».

Pour le calcul de cette flèche f d , il faut distinguer deux cas de figures :


 Le cas où la mise en œuvre intervient immédiatement après le décoffrage de l’élément => calcul
avec le module court terme :
o f dip   . f edip  (1   ). f hdip
L ²  M p c  L ²  M p c 
o f edip    et f hdip   
10  Ecm .I e  10  Ecm .I h 
 Le cas où la mise en œuvre intervient longtemps après le décoffrage de l’élément =>
décomposition du calcul court-terme et long-terme :
o f dvp   . f edvp  (1   ). f hdvp
L²  M p Mc  L²  M p Mc 
o f edvp     et f hdvp    
10  Ec ,eff .I e Ecm .I e  10  Ec ,eff .I h Ecm .I h 

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 29

L’instant « t » de mise en œuvre de l’élément fragile est un élément clef dans l’estimation de la flèche à
déduire. En effet, plus la mise en œuvre de l’élément fragile intervient longtemps après le décoffrage
de l’élément, et plus le fluage des charges permanentes déjà appliquées sera important.

Le fascicule d’application indique : « Selon le temps écoulé entre le décoffrage du gros œuvre et la
mise en œuvre des éléments fragiles, il appartient au concepteur de choisir la valeur convenable
comprise entre f di et f dv ».

Pour cela, on calcul la valeur finale de la flèche à déduire à partir de la formule suivante :
 f d  f dip   0 ( f dvp  f dip )

Le coefficient 0, avec une valeur comprise entre 0 et 1, traduit donc la part de fluage sous charges
permanentes, entre le décoffrage et la pose de l’élément fragile.

14.2.2.1. Valeur du coefficient 0.

On peut retenir pour ce coefficient  0  c (t , t0 ) qui est le terme de la loi de fluage (voir paragraphe
précédent) :
0.30
 t  t0 
  0   c (t , t0 )   
  H  t  t0 

Comme on peut le voir sur le schéma ci-dessous, cela revient à faire un ratio entre le fluage à l’infini et
le fluage à l’instant t donné :

Bien entendu, dans notre cas :


 Le terme « t0 » correspond à l’instant de décoffrage.
 Le terme « t » correspond à l’instant d’application de l’élément fragile.

c) Calcul de la flèche nuisible


La flèche nuisible se déduit directement des deux flèches précédemment calculée :
 f nu  f t  f d

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 30

14.3. Variante de la méthode simplifiée : « méthode générale »


14.3.1. Principes

Cette méthode, plus générale que la méthode simplifiée décrite précédemment, permet de déterminer
la flèche nuisible en ayant une décomposition des charges permanentes plus fines.

Les hypothèses seront différentes de celles issues de la méthode simplifiées :


 Le coefficient d’interpolation  sera considéré avec la valeur définie dans l’EC2 (voir ci-
dessous).
 Les coefficients d’équivalence et de fluage seront considérés avec leurs valeurs exactes (et non
pas e=15 et =2.
 Le module à long terme du béton sera considéré à partir de la valeur exacte du coefficient de
fluage.

Cette méthode peut d’ailleurs tout à fait être appliquée en considérant les différentes flèches estimées
à partir de l’intégration des courbures.

Une des principales différences entre cette méthode et la méthode simplifiée précédente est que l’on
utilise les deux composantes « p0 » (poids propre de la poutre et des éléments portés) et « p1 »
(charges permanentes supplémentaires appliquées avant la pose des éléments fragiles) des charges
permanentes, avec des parts de fluage différentes.

On décompose la flèche à déduire en plusieurs parties a, b, c, d et e.


 a  f dip0
 b   0  f dvp0  f dip0 
 c  f dip1
 d   1. f dvp1  f dip1 
 e  f dic

Avec
 f dic   . f edic  (1   ). f hdic
L²  M c  L²  M c 
 f edic    et f hdic   
10  Ecm .I e  10  Ecm .I h 
2
 M cr 
   1   
 M p  p c 
 0 1 

On obtient la flèche nuisible en écrivant : f nu  ft  f d  ft  (a  b  c  d  e)

On voit que cette méthode est caractérisée par deux coefficients , compris entre 0 et 1.

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 31

14.3.2. Calcul de la flèche totale - Méthode générale

Pour le calcul de la flèche totale, on applique la formule de l’EC2 en considérant la totalité des charges
avec les modules d’Young correspondants :
 La courbure et la flèche des charges « p0 », « p1 », « c » et «r » sont à calculer avec un module
d’Young différé du béton.
 La courbure et la flèche des charges d’exploitations « q » sont à calculer avec un module
d’Young instantané.

On applique la formule de l’EC2 :


 ft   . f et  (1   ). f ht

A cette étape du calcul, il faut déterminer si l’on est en inertie fissurée ou non fissurée. Cela peut se
faire en comparant le moment de calcul au moment critique :
2
 M cr 
 Si M p0  p1  c  r  q  M cr => calcul en inertie fissurée =>   1     .
 M p  p cr q 
 0 1 
 Si M p0  p1  c  r  q  M cr => calcul en inertie non-fissurée =>   0

Attention, comme nous l’avons vu précédemment, il faut bien considérer le module d’Young
correspondant aux charges longue durée ou courte durée :
 Pour le calcul de la flèche sous les charges « p0 » + « p1 » + « c »+ « r », on considère le
Ecm
module Ec , eff  (charges longue durée).
min 3;1   , t 0 
 Pour le calcul de la flèche sous charges « q », on considère le module Ecm .

M .L ²
En supposant toujours que la flèche peut s’écrire sous la forme f  , on décomposera le calcul
10.E.I
de la façon suivante :
L ²  M p 0 p1cr Mq 
 f et    
10  Ec ,eff .I e Ecm .I e 
L²  M p 0 p1cr Mq 
 f ht    
10  Ec ,eff .I h Ecm .I h 
 ft   . f et  (1   ). f ht

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 32

14.3.3. Calcul de la flèche à déduire - Méthode générale

Le calcul de la flèche à déduire se fait de la même façon que la flèche totale en ne considérant que les
charges « p0 », « P1 » et « c ».

Rappelons que cette flèche f d correspond à la flèche obtenue avant la pose de l’élément fragile, il faut
donc distinguer deux cas de figures :
 Le cas où la mise en œuvre intervient immédiatement après le décoffrage de l’élément => calcul
avec le module court terme (en décomposant le calcul avec p0 et p1) :
f dip0   . f edip0  (1   ). f hdip0 et f dip1   . f edip1  (1   ). f hdip1
L²  M p0  L ²  M p1 
f edip0    et f edip1   
10  Ecm .I e  10  Ecm .I e 
L²  M p0  L ²  M p1 
f hdip0    f hdip1   
10  Ecm .I h  10  Ecm .I h 
et
 Le cas où la mise en œuvre intervient longtemps après le décoffrage de l’élément =>
décomposition du calcul court-terme et long-terme :
f dvp0   . f edvp0  (1   ). f hdvp0 et f dvp1   . f edvp1  (1   ). f hdvp1
L²  M p 0  L ²  M p1 
f edvp 0    et f edvp1   
10  Ec , eff .I e  10  Ec ,eff .I e 
L²  M p 0  L²  M p1 
f hdvp0    et f hdvp1   
10  Ec , eff .I h  10  Ec , eff .I h 
Avec :
2
 M cr 
 Si M p 0 p1  M cr => calcul en inertie fissurée =>   1     .
M 
 p 0  p1 
 Si M p 0 p1  M cr => calcul en inertie non-fissurée =>   0

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 33

14.4. Exercice 1 : vérification de la flèche par le rapport L/d


Prenons l’exemple suivant d’une poutre béton armé :

Le calcul de cette poutre nous donne le ferraillage suivant :

On cherche à déterminer le rapport L/d limite en considérant les hypothèses suivantes :


 Qualité de béton C30/37 => fck= 30 Mpa
 Armatures tendues en travée => 8HA20 => As= 25.13cm²
 Armatures comprimées => aucune (les aciers supérieures du plan correspondent à des aciers
de montage non pris en compte dans le calcul).
 On considère une poutre sur appuis simples.
 Enrobage de la poutre : 2.50cm

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 34

Le calcul du rapport L/d limite nous donne :


 Portée de la poutre : L=6.40m (portée entre axes).
 Hauteur utile de la poutre => mesurée au centre de gravité des armatures tendues :

Dans notre cas, on a :


d=60-2.5-0.6-2= 54.9cm= 0.55m

 Le terme « 2.5 » correspond à


l’enrobage nominal.
 Le terme « 0.6 » représente le
diamètre de l’armature transversale.
 Le terme « 2 » représente un diamètre
d’armature longitudinale

 Pourcentage d’armature de référence : 0  fck 103  30103  0.005478


As 25.13
 Pourcentage mécanique d’armatures réelles :    0.0152
bd 30  55
L  0 1 ' 
 On a donc   0 =>  K .11  1,5 f ck  f ck . 
d     ' 12  0 
 Dans le cas d’une poutre sur appuis simples => K= 1

Ce qui nous donne :


L  0.005478 1 0 
  1,00.11  1,5 30  f ck .   13.96
d  0.0152  0 12 0.005478 

La poutre a un rapport L/d de 6.40/0.55= 11.63 => il n’est pas nécessaire sur cette poutre de faire un
calcul détaillé de la flèche.

Si on considère les aciers de montage (4HA8) dans le calcul, on a :


As ' 2.01
 Pourcentage mécanique d’armatures comprimées : '   0.00122
bd 30  55
L  0.005478 1 0.00122 
  1,00.11  1,5 30  f ck .   14.43
d  0.0152  0.00122 12 0.005478 

On voit l’influence des aciers supérieurs sur le rapport L/d qui ont pour effet de raidir la poutre et donc
d’augmenter le rapport L/d admissible.

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 35

14.5. Exercice 2 : calcul de la flèche nuisible par la méthode simplifiée


On souhaite déterminer la flèche nuisible sur la poutre suivante :

Les hypothèses de calcul sont les suivantes :


 h= 60cm, b= 18cm, d=55cm et d’=4.8cm.
 Largeur des appuis : 40cm
 Armatures en place :
o Armatures inférieures tendues => 4HA20 (sur 2 lits) => 12.57cm²
o Armatures comprimées => 2HA16 => 4.02cm²
 Classe d’exposition XD2 – Maitrise de la fissuration requise.
 Matériaux :
o Béton C25/30
o Acier B500A

Les hypothèses de chargement, y compris l’historique de chargement sont les suivantes :


 Charges totales appliquées :
o G= 27.25 KN/ml
o Q= 10 KN/ml (surcharge d’exploitation de bureau, 2= 0.30)
 La décomposition des charges est la suivante :
o Charges permanentes appliquées avant élément fragile : p= 22KN/ml
o Elément fragile (cloisons) : c= 4.00KN/ml
o Charges permanentes après élément fragile : r= 1.25 KN/ml
o Surcharge d’exploitation : q= 10 KN/ml
 Pour le calcul du coefficient de fluage, on considèrera les hypothèses :
o Instant « t0 » de mise en charge => t0= 7 jours.
o Instant « t » de la pose de l’élément fragile => t= 14 jours.
o Coefficient d’équivalence => e= 15.
o Coefficient de fluage => = 2.
o Taux d’humidité => RH= 50%

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 36

14.5.1. Estimation de l’inertie non-fissurée

14.5.1.1. Position de l’axe neutre

 Equation de l’axe neutre :


18  60²
 15.12,57  55  4,02  4,8
bw .h²
  e .( Ast .d  Asc .d ' )
x1  2  2  32,12cm
bw .h   e .( Ast  Asc ) 18  60  15.(12,57  4,8)

14.5.1.2. Inertie non-fissurée


Pour une poutre rectangulaire en flexion simple, l’inertie non-fissurée est calculée à partir de la formule
suivante :
bw .x1 bw (h  x1 )3
3
 I    e . Ast (d  x1 )²   e . Asc ( x1  d ' )²
3 3
18  32,123 18.(60  32,12)3
 I   15 12,57(55  32,12)²  15  4,02(32,12  4,8)²  472565.7cm4
3 3

 I  0,00472m4

14.5.2. Estimation de l’inertie fissurée

14.5.2.1. Position de l’axe neutre

1
 Equation de l'axe neutre: .bw .x1 ²  Ast . e .(d  x1 )  Asc . e .( x1  d ' )  0
2
  e ( Ast  Asc )   e ².( Ast  Asc )²  2.bw . e .(d . Ast  d '.Asc )
 x1 
b
 15(12,57  4,02)  15².(12,57  4,02)²  2  18  15.(55  12,57  4.8  4,02)
 x1   23,26cm
18

14.5.2.2. Inertie fissurée


Pour une poutre rectangulaire en flexion simple, l’inertie fissurée se calcule à partir de la formule
suivante :
 b .x 3 
 I   w 1  Ast . e .(d  x1 )²  Asc . e ( x1  d ' )² 
 3 
18  23,263 
 I   12,57  15(55  23,26)²  4,02  15(23,26  4.8)²   286004,8cm 4
 3 
 I  0,00286m4

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 37

14.5.3. Calcul de la flèche totale

14.5.3.1. Calcul des sollicitations


On doit intégrer une partie de la surcharge d’exploitation dans les charges permanentes :
 On intègre dans les charges permanentes => QP= 2*Q= 0.3*10=3KN/ml
 On conserve en surcharge => q= (1-2)= 0.7*10= 7KN/ml

Cette fraction quasi-permanente de la charge d’exploitation sera intégrée dans la composante r des
charges permanentes qui sont appliquées après la pose de l’élément fragile.

On a donc la décomposition suivante :


 Charges permanentes appliquées avant élément fragile : p= 22 KN/ml
 Elément fragile (cloisons) : c= 4.00KN/ml
 Charges permanentes après élément fragile : r= 1.25 + 3.00= 4.25 KN/ml
 Surcharge d’exploitation : q= 7 KN/ml

On a les valeurs suivantes pour les moments de flexion :


 Mp=22*6.2²/8= 105.71 KN.m
 Mc= 4*6.2²/8= 19.22 KN.m
 Mr= 4.25*6.2²/8= 20.42 KN.m
 Mq= 7*6.2²/8= 33.635 KN.m

14.5.3.2. Calcul de la flèche totale


Pour le calcul de la flèche totale, on applique la formule de l’EC2 en interpolant directement sur les
valeurs de flèches :
 ft   . f et  (1   ). f ht

Avec :
L ²  M p c  r Mq 
 f et    
10  Ec ,eff .I e Ecm .I e 
L ²  M p c  r Mq 
 f ht    
10  Ec ,eff .I h Ecm .I h 

Les inerties ont été calculées précédemment :


 I e : inertie fissurée => I e  0,00286m 4
 I h : inertie non-fissurée => I h  0,00472m 4

Les modules d’Young instantané et différé du béton sont les suivants :


0,3 0,3
f   33 
 Module intantané (court terme) => Ecm  22000. cm   22000.   31476Mpa
 10   10 
31475.8
 Module différé (long terme) => Ec ,eff   10492Mpa
3

Le coefficient d’interpolation  est déterminé de la façon suivante :


M cr
 Si M p c  r  q  M cr => calcul en inertie fissurée =>  1 .
M pcr q
 Si M p  c  r  q  M cr => calcul en inertie non-fissurée =>  0

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 38

Le moment critique vaut :


 f ctm  0.30 f ck2 / 3  0.30  252 / 3  2.56Mpa
 f ctm, fl  max 1,6  h / 1000. f ctm ; f ctm   max 1,6  600 / 1000. f ctm ; f ctm   2.56Mpa
f ctm, fl .I 2.56  0.00472
 M cr    0.0433MN .m  43.34 KN .m
(h  v) (0.60  0.3212)

On a M pcr q  105.71  19.22  20.42  33.635  178.98  M cr .

M cr 43.34
Le coefficient d’interpolation vaut donc  1  1  0.508
M p c  r  q 178.98

Le calcul de la flèche totale nous donne :


L ²  M p c  r M q  6.2²  0.145 0.034 
 f et       0.020m  2cm

10  Ec ,eff .I e Ecm .I e  10 10492  0,00286 31476  0,00286 

L ²  M p c  r M q  6.2²  0.145 0.034 


 f ht       0.012m  1.2cm

10  Ec ,eff .I h Ecm .I h  10 10492  0,00472 31476  0,00472 

 f t   . f et  (1   ). f ht  0.508  2  (1  0.508) 1.2  1.61cm

La flèche totale de cette poutre vaut donc 1.61cm.

d) Calcul de la flèche à déduire


La flèche à déduire est estimée à partir de la formule :
 f d  f dip   0 ( f dvp  f dip )

On calcule dans un 1er temps le coefficient de fluage :


0.30
 t  t0 
  0   c (t , t0 )   
  H  t  t0 
2. Ac 2  18  60
 h0    13.85cm  139mm
u 2.(18  60)
  
 H  1,5 1  0.012  50)18  .139  250  458.52  1500
14  7
0.30
 
 0    0.284
 458.52  14  7 

2016-2017
CNAM CCV226 – Béton armé avancé 39

On réalise ensuite le calcul à court terme :


L ²  M p  c  6 .2 ²  0.1249 
 f edip     0.00533m  0.533cm
10  Ecm .I e  10  31476  0,00286 

L ²  M pc  6.2²  0.1249 


 f hdip     0.00323m  0.323cm

10  Ecm .I h  10  31476  0,00472 
 f dip   . f edip  (1   ). f hdip  0.508  0.533  (1  0.508)  0.323  0.43m

Puis le calcul à court terme\long terme :


L²  M p M c  6.2²  0.106 0.019 
 f edvp       0.01439m  1.44cm

10  Ec ,eff .I e Ecm .I e  10 10492  0,00286 31476  0,00286 

L²  M p M c  6.2²  0.106 0.019 


 f hdvp       0.00872m  0.87cm

10  Ec ,eff .I h Ecm .I h  10 10492  0,00472 31476  0,00472 

 f dvp   . f edvp  (1   ). f hdvp  0.508  1.44  (1  0.508)  0.87  1.16cm

La valeur finale de la flèche à déduire vaut :


 f d  f dip  0 ( f dvp  f dip )  0.43  0.2841.16  0.43  0.637cm

e) Calcul de la flèche nuisible


La flèche nuisible se déduit directement des deux flèches précédemment calculée :
 f nu  f t  f d  1.61  0.637  0.973cm

Si on considère une flèche limite de L/500, on a 620/500= 1.24cm => la flèche nuisible est bien inférieure
à cette valeur.

2016-2017

Vous aimerez peut-être aussi