Vous êtes sur la page 1sur 19

Liquéfaction

Pr. Abdelhafid OUNIS


Département de Génie Civil et Hydraulique
Faculté des Sciences et de la technologie

Master I – Génie Civil


Option : Géotechnique

1
Liquefaction
Qu'est-ce que la liquéfaction ?
C’est la réduction de la résistance et de la rigidité d'un sol meuble, saturé et
sans cohésion par une secousse sismique ou par tout autre type de charge
rapide.

Que se passe-t-il pendant la liquéfaction ?


• L'augmentation de la pression de l'eau interstitielle pendant le
cisaillement non drainé entraîne une réduction de la contrainte effective
qui, à son tour, réduit la résistance au cisaillement.

• En raison de l'application d'une secousse sismique, le cisaillement se


produit rapidement ; c'est la condition de l'état non drainé.
Liquefaction… Dégats importants
Liquefaction… Dégats importants
Liquefaction… Description du phénomène

Considérons un sable meuble saturé ...

des pores existent entre grains

L'application d'une force de cisaillement entraîne le


déplacement et la reconfiguration des particules du sol.

Force de cisaillement
Liquefaction… Description du phénomène

• Dans des conditions non drainées

Force de cisaillement

Conditions non drainées


Donc l’eau n’a pas où aller

Les grains se déplacent vers le bas

• L'eau interstitielle NE PEUT PAS s'échapper.

• Les particules du sol " hydroplanent " et ont peu ou pas de résistance au
cisaillement.
Liquefaction… Ce qu’il faut retenir

• C’est un phénomène dans lequel la résistance au cisaillement d'un sol est


réduite par les secousses d'un séisme ou d’un autre chargement rapide.

• Les secousses d'un séisme peuvent causer une augmentation considérable


de la pression d’eau interstitielle jusqu'au point où les particules de sol
peuvent facilement se déplacer l'une par rapport à l'autre.

• La liquéfaction se produit dans les sols pulvérulents saturés d’eau ; la


présence d’eau provoque une pression interstitielle sur les particules de sol,
ce qui fait la diminution des contraintes effectives régnant dans le sol et
donc une diminution de sa résistance au cisaillement.
Liquefaction… Ce qu’il faut retenir

• La résistance et la rigidité d'un sol meuble, saturé et sans cohésion sont


réduites par les secousses sismiques (ou autres charges rapides).

• L'augmentation de la pression de l'eau interstitielle pendant le cisaillement


entraîne une réduction de la contrainte effective qui, à son tour, réduit la
résistance au cisaillement.

• La pression interstitielle est souvent libérée par l'ébullition du sable ou de


l'eau.

• Le sol se comporte davantage comme un fluide visqueux ; les structures


lourdes coulent et les structures légères flottent.
Liquefaction… Ce qu’il faut retenir

L'augmentation de la pression de l'eau interstitielle pendant le cisaillement


non drainé entraîne une réduction de la contrainte effective qui, à son tour,
réduit la résistance au cisaillement.

'
  v=0  u 

   0   v' tan 

La résistance d'un sol sans cohésion est fonction de la pression de la


surcharge et de l'angle de frottement interne, seulement

'
   v0 tan 
Liquefaction… Types généraux

Il y a 2 types généraux de liquéfaction

1) Écoulement par liquéfaction

Déformations soudaines et
généralement catastrophiques du sol.
Le sol ne peut pas " tenir sous son
propre poids ".
Liquefaction… Types généraux

Il y a 2 types généraux de liquéfaction

2) mobilité cyclique

Le sol se liquéfie et se déplace par à-coups,


comme un effet de cliquet.
Potentiel de Liquefaction… Rapport de la contrainte cyclique « CSR »

 amax   max   v0   amax 


 max   v0   
 g

  v0   v0   g 
 
Contrainte de Contrainte verticale
cisaillement max totale à la profondeur
due au séisme considérée

La contrainte de cisaillement cyclique du séisme à une profondeur considérée est :


 cyc  0, 65  max

 cyc  amax  v 
CSR   0, 65      rd
 v  g  v 
   z   1.012  1.126 sin  7  5.133 
rd  exp   z     z  M    11.73 

facteurs de réduction des contrainte    z   0.106  0.118sin  7  5.142 
  11.28 
Susceptibilité de Liquefaction

3) Critère compositionnel

• Les sols composés de particules qui sont toutes de tailles à peu près
identiques sont plus susceptibles à la liquéfaction que les sols avec un éventail
de dimensions particulières.

• Les sols fins sont susceptibles à la liquéfaction s’ils satisfont les critères suivants :
 Fraction des fines inférieurs à 0.005 mm <15%
 Limite de liquidité LL < 37%
 Teneur en eau normale > 0.85 LL

• Les dépôts de sol avec des particules arrondies, sont plus susceptibles à la
liquéfaction que les sols avec des particules angulaires.
Susceptibilité de Liquefaction

4) Critère d’état de sol


(prise en compte de la contrainte de confinement effective et de la densité)

• L’état initial d’un sol est défini par sa densité et sa contrainte effective
lorsqu’il est soumis à un chargement rapide.

• À un niveau donné de cette contrainte, les sols lâches sont plus


susceptibles à la liquéfaction que les sols denses.

• Pour une densité donnée, les sols à des contraintes effectives élevées sont
généralement moins susceptibles à la liquéfaction que les sols à de basses
contraintes effectives.
Potentiel de Liquefaction

L’évaluation du potentiel de liquéfaction est effectuée par la comparaison


de la contrainte de cisaillement induite par un séisme, avec la résistance à
la liquéfaction du sol.

Le potentiel de liquéfaction d’un sol est évalué en fonction de deux


paramètres : (Seed 1979)

• Paramètre de résistance mécanique


(donné par le SPT, Standard Penetration Test)

• Paramètre granulométrique
(classification des sols, pourcentage en fines)
Potentiel de Liquefaction… Rapport de la contrainte cyclique « CSR »

Les mouvements du sol dus aux séismes sont représentés


avec un seul paramètre - CSR (Cyclic Stress Ratio)

CSR est l'effort de cisaillement cyclique moyen dans une couche  av 


normalisé par rapport à la contrainte effective due au sol sus-jacent  v  .

Il est fonction de :
• l'accélération en surface maximale  amax 

• de la profondeur au point considéré (z),

• des contraintes verticales totales  v  et effectives  v 

 amax  peut être déterminé à partir de l’histoire de l'accélérograme ou bien


être estimé à partir des règlements sismique, pour une magnitude de
moment Mw = 7,5.
Potentiel de Liquefaction… Rapport de la contrainte cyclique « CSR »

 amax   max   v0   amax 


 max   v0   
 g

  v0   v0   g 
 
Contrainte de Contrainte verticale
cisaillement max totale à la profondeur
due au séisme considérée

La contrainte de cisaillement cyclique du séisme à une profondeur considérée est :


 cyc  0, 65  max

 cyc  amax  v 
CSR   0, 65      rd
 v  g  v 
   z   1.012  1.126 sin  7  5.133 
rd  exp   z     z  M    11.73 

facteurs de réduction des contrainte    z   0.106  0.118sin  7  5.142 
  11.28 
Potentiel de Liquefaction… Rapport de la résistance cyclique « CRR »
• Le CSR est une fonction du séisme.
• Le CRR représente la résistance à la liquéfaction de dépôt.

Une ligne de démarcation, connue sous le nom de CRR7.5, est générée


entre la liquéfaction et non- liquéfaction des sites
CSR
CRR7,5 
MSF

MSF est un facteur de magnitude = 1 pour le


moment de magnitude de séisme (Mw) de 7,5

.
Permet de calculer un facteur de sécurité contre
la liquéfaction FS, pour une couche de sol à une
profondeur donnée.

CRR7,5
FS I 
CSR
Courbe simplifiée pour le calcul du CRR à
Finalement, le potentiel de liquéfaction est partir des données SPT.
calculé en termes d'un facteur de sécurité
19

Vous aimerez peut-être aussi