Vous êtes sur la page 1sur 11

Disponible en ligne sur www.sciencedirect.

com

ScienceDirect

Énergie Procedia 54 (2014) 690 - 700

4e Conférence internationale sur les progrès de la recherche énergétique 2013, ICAER 2013

Influence du dépôt de poussière sur les performances des panneaux photovoltaïques

Abhishek Raoune, Rohit Pillaiune, Monto Maniune,*, Praveen Ramamurthyune


une Institut indien des sciences, Bangalore 560012, Inde

Abstrait

Les centrales solaires photovoltaïques sont idéalement situées dans les régions à fort taux d'insolation. Les performances photovoltaïques sont affectées par
les températures élevées des cellules, la saleté, l'inadéquation et d'autres pertes liées à l'équilibre des systèmes. Il est essentiel de comprendre l'importance
de chacune de ces pertes sur les performances du système. L'encrassement, fortement dépendant des conditions d'installation, est un problème de
performance complexe à quantifier avec précision. Le dépôt de poussière sur les surfaces des panneaux peut ou non être uniforme en fonction du terrain
local et des facteurs environnementaux tels que la température ambiante, le vent et les précipitations. Il est essentiel d'étudier l'influence du dépôt de
poussière sur les caractéristiques de fonctionnement des systèmes photovoltaïques pour mieux comprendre les pertes de performances attribuables aux
salissures. Le courant-tension (I-V) les caractéristiques des panneaux photovoltaïques révèlent de nombreuses informations pour soutenir l'analyse de la
dégradation des panneaux. Cet article tente de comprendre les pertes de performances dues à la poussière grâce à une étude dynamique du I-V
caractéristiques des panneaux dans des conditions de salissures variables dans un banc d'essai expérimental en plein air. En outre, les résultats d'une étude
en intérieur simulant les performances de panneaux photovoltaïques sous différents régimes de dépôt de poussière sont discutés dans cet article.

© evlsc'est à direervL
©22001144M
TohneàUNEMUtahunehnojer.sP.uPbulibslhjeesréilbréybEylsE c'est à diretrré.LTtdh.est un article en libre accès sous licence CC BY-NC-ND
(http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/). S
Seelleeccttjejeoonnuneunennrérépp iewnuréneuhderérsrpeosnpsoibnjeslijetbyiloilFyOorFGéorgieOnrizgjeunenngizCjeonm gm
Cjeottm
eeere-rr-ervejevew u eemojeFttjeeCeUNEoEFRIC2UNE 01E3R 2013.

Mots clés: Performance photovoltaïque; Dépôt de poussière; Banc d'essai expérimental; Simulation intérieure; Pertes de puissance.

1. Introduction

Au cours des deux dernières décennies, il y a eu une augmentation constante de la capacité installée des centrales solaires photovoltaïques
(PV) à travers le monde. Alors que l'augmentation de la contribution de l'énergie photovoltaïque à la production d'énergie et les améliorations
constantes de l'efficacité des matériaux photovoltaïques sont certainement encourageantes, il est essentiel que ces installations photovoltaïques
fonctionnent à leurs capacités de conception maximales pour assurer une alimentation électrique cohérente et fiable tout au long de la période.

* Auteur correspondant. Tél .: + 91-80-22933048; fax: + 91-80-23600683.


Adresse e-mail: monto@astra.iisc.ernet.in

1876-6102 © 2014 Monto Mani. Publié par Elsevier Ltd. Il s'agit d'un article en libre accès sous licence CC BY-NC-ND (http://
creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/3.0/).
Sélection et examen par les pairs sous la responsabilité du comité d'organisation de l'ICAER 2013
doi: 10.1016 / j.egypro.2014.07.310
Abhishek Rao et coll. / Énergie Procedia 54 (2014) 690 - 700 691

durée de vie de la plante. Les paramètres environnementaux tels que les températures ambiantes et les régimes locaux de
vent et de poussière peuvent affecter considérablement les performances du système. Les effets des températures ambiantes
et de la cellule sur les performances du système PV sont assez bien compris théoriquement et validés par des simulations en
soufflerie. Cependant, les pertes de performance attribuables au dépôt de poussière sont un problème qui n'a pas été traité
de manière exhaustive dans les études précédentes, car il est complexe à quantifier avec précision. Les études de Nahar et
Gupta [1] et Said [2] montrent que les performances peuvent diminuer jusqu'à 20% chaque mois par l'accumulation de
poussière sur des surfaces cellulaires sales. De plus, les expériences menées par Goossens et Van Kerschaever [3] indiquent
que des vitesses de vent élevées favorisent l'accumulation de poussière sur les surfaces.
Les régions tropicales telles que le sous-continent indien, le Moyen-Orient, l'Afrique saharienne et le sud-ouest des États-Unis sont particulièrement vulnérables à

l'accumulation de poussière sur les installations photovoltaïques. Mani et Pillai [4] rapportent que la dégradation des performances PV liée à la poussière est pire dans les

régions tropicales où les baies sont installées avec des angles d'inclinaison inférieurs. Le dépôt de poussière et de sable sur les surfaces des cellules peut être uniforme ou

non uniforme en fonction de la taille des panneaux photovoltaïques et du terrain de l'emplacement. Les panneaux plus petits peuvent avoir une accumulation de poussière

uniforme et les baisses de performances des panneaux peuvent être identiques pour plusieurs panneaux de la matrice. Cependant, le modèle d'accumulation de poussière

peut ne pas être uniforme pour les panneaux avec de plus grandes surfaces ou les panneaux qui sont positionnés à de grandes distances les uns des autres dans le module,

Par conséquent, les baisses de performances du panneau dues au dépôt de poussière peuvent ne pas être identiques sur l'ensemble de la matrice et donc plus difficiles à

prévoir pour une telle installation. On pense que le vent ambiant et les précipitations sont des nettoyants naturels de la poussière des surfaces photovoltaïques. Au

contraire, on constate que le vent et les précipitations favorisent souvent le dépôt de poussière sur les surfaces photovoltaïques. Rao et coll. [5] ont vérifié sur un banc

d'essai expérimental que des vitesses de vent élevées augmentent la tendance au dépôt de poussière sur les surfaces photovoltaïques et provoquent des baisses de la

puissance de sortie des panneaux. La pluie facilite le nettoyage des surfaces photovoltaïques lorsque l'eau facilite l'élimination des particules de poussière lorsqu'elle

s'écoule de la surface. Cependant, si l'eau de pluie s'évapore de la surface PV sans s'écouler, cela provoque une adhérence plus forte de la poussière sur la surface. Il est

essentiel d'étudier l'influence du dépôt de poussière sur les performances du système PV pour comprendre les pertes de performances attribuables à la saleté seule. Cela

aiderait à apprécier l'énormité du problème des dépôts de poussière en termes de pertes potentielles de fourniture d'énergie au réseau et à estimer les pertes

économiques de la centrale électrique. Une telle enquête faciliterait également les études de faisabilité des mécanismes de nettoyage et l'élaboration de programmes de

nettoyage appropriés.

L'impact direct du dépôt de poussière sur les performances du système PV peut être mesuré par une comparaison des
caractéristiques courant-tension (IV) des panneaux avec et sans dépôt de poussière sur leurs surfaces. Les caractéristiques IV
peut être considérée comme `` l'empreinte digitale '' du phoélément voltaïque à l'étude, car chaque élément PV produit une courbe IV unique
dont la forme dépend des conditions d'insolation, de la température ambiante, de la température de fonctionnement de la cellule, de l'incidence
du vent, des pertes de salissures et de désadaptation et d'autres pertes liées à l'équilibre du système au moment où il est tracé. Par conséquent,
la comparaison des caractéristiques IV de deux panneaux identiques en gardant tous les facteurs ambiants identiques mais en variant un, permet
d'isoler l'influence de ce facteur particulier sur les performances du système. Cette approche comparative a été adoptée dans la présente étude
pour étudier l'influence du dépôt de poussière sur les caractéristiques de fonctionnement du PV, tout en maintenant les panneaux exposés à des
paramètres ambiants identiques mais avec des quantités de dépôt de poussière différentes.

2. Méthodes et instrumentation

Une méthode à deux volets a été utilisée pour obtenir des courbes IV à partir de deux panneaux identiques, un panneau avec dépôt de poussière et
l'autre panneau sans poussière. Dans la première méthode, les lectures IV ont été enregistrées à partir de panneaux placés dans un environnement intérieur
et éclairés par des lampes halogènes simulant le soleil. La deuxième méthode consistait à enregistrer les caractéristiques IV à partir de panneaux identiques
installés sur un banc d'essai expérimental extérieur et exposés à la lumière naturelle du soleil. Les deux panneaux dans l'une ou l'autre configuration ont été
soumis à des conditions ambiantes identiques et ne différaient que par leurs dépôts de poussière. Ces deux configurations sont détaillées dans les sous-
sections suivantes.

Nomenclature

jesc courant de court-circuit


Voc tension en circuit ouvert
692 Abhishek Rao et coll. / Énergie Procedia 54 (2014) 690 - 700

2.1 Configuration du simulateur solaire intérieur

Les spécifications des panneaux photovoltaïques polycristallins utilisés pour cette étude sont énumérées dans le tableau 1 ci-dessous.

Tableau 1. Spécifications du panneau.

Dimensions

Dimensions du module (mm x mm) 675 x 485

Dimensions des cellules (mm x mm) 155 x 40

Cellules par module (unités) 36


Surface de cellule par module (m2) 0,2232

Spécifications électriques

Puissance maximale (W) 37,0


Tension à puissance maximale (V) 17,0
Tension en circuit ouvert (V) 21,0
Courant à puissance maximale (A) 2,17
Courant de court-circuit (A) 2,40

Pour la simulation solaire intérieure, deux panneaux identiques des valeurs spécifiées ont été installés côte
à côte parallèlement au sol. Les panneaux ont été placés dans une pièce sombre et le seul éclairage sur les
panneaux provenait d'une paire de lampes halogènes simulant le soleil dont l'intensité pouvait être variée,
suspendues verticalement au-dessus de chaque panneau, illustré à la figure 1. L'un des panneaux a été
maintenu libre de poussière pendant toute la durée des simulations solaires, alors que l'autre panneau avait
de la poussière déposée à sa surface. Sur la figure 1, le panneau de gauche a été nettoyé de la poussière tandis
que le panneau de droite ne l'était pas. Les caractéristiques IV ont été tracées et enregistrées à l'aide
d'analyseurs de modules solaires MECO.

Fig. 1. Configuration du simulateur solaire intérieur.


Abhishek Rao et coll. / Énergie Procedia 54 (2014) 690 - 700 693

Les caractéristiques IV pour la configuration du simulateur solaire intérieur ont été enregistrées en deux lots de lectures. Afin d'éliminer
l'effet de l'augmentation de la température de fonctionnement des cellules sur les performances des panneaux pendant le fonctionnement, le
premier ensemble de données a été enregistré en faisant varier l'intensité de la lumière incidente sur les panneaux à partir de 200 W / m.2 jusqu'à
800 W / m2tout en maintenant les températures des panneaux constantes. Les courbes IV ainsi obtenues dans ce premier ensemble sont donc
indépendantes de l'influence de la température de la cellule sur les performances des deux panneaux. Dans la deuxième série d'enregistrements,
l'intensité de la lumière incidente a de nouveau varié de 200 W / m2 jusqu'à 800 W / m2 par pas de 100 W / m2

tout en permettant aux surfaces des cellules d'atteindre leurs températures maximales à ces niveaux d'insolation. Les résultats du test
effectué sur la configuration du simulateur solaire intérieur ont été rapportés et discutés dans la section à venir.

2.2 Banc d'essai expérimental extérieur

Les lectures expérimentales de la deuxième phase de cette enquête ont été enregistrées sur un banc d'essai extérieur
installé sur le toit du Center for Sustainable Technologies de l'Indian Institute of Science, Bangalore (latitude 12,97 ° N,
longitude 77,56 ° E). Le banc d'essai était constitué de deux panneaux photovoltaïques en silicium polycristallin identiques
montés en rack, installés côte à côte et inclinés à 13 ° par rapport au sol, orientés vers le sud. Les deux panneaux ont subi les
mêmes niveaux d'ensoleillement instantanés, les mêmes températures ambiantes et l'incidence du vent. L'agencement de
l'expérimentation en extérieur est illustré à la Fig.2.
Les panneaux photovoltaïques utilisés pour l'expérimentation en extérieur étaient exactement identiques à ceux utilisés pour l'installation en
intérieur, dont les spécifications ont été répertoriées dans le tableau 1. Comme dans la situation précédente, les caractéristiques IV des panneaux
ont été tracées et enregistrées à l'aide de MECO solar analyseurs de modules et l'insolation du plan de réseau a été mesurée à l'aide du compteur
d'énergie solaire TENMARS. Les températures de surface des cellules ont été mesurées à l'aide de thermocouples de type K et enregistrées à
travers des modules IO de transduction BrainChild. Les capteurs de thermocouple ont été maintenus en contact avec les surfaces des panneaux
en utilisant une pâte conductrice de chaleur à base d'argent-époxy. Dans ce cas également, les caractéristiques IV ont été enregistrées en deux
lots. La première série de lectures a été prise lorsque les deux panneaux avaient des quantités équivalentes de poussière déposée sur leurs
surfaces, afin de caractériser les performances des deux panneaux dans des conditions ambiantes et des dépôts de poussières identiques. Pour
le deuxième lot de mesures, le panneau de gauche sur la figure 2 a été nettoyé et la poussière ainsi collectée a été pesée pour approximer la
quantité de poussière qui restait déposée sur le panneau poussiéreux, visible sur le côté droit de la figure 2. Le les résultats expérimentaux en
extérieur ont été décrits dans la section suivante.

Fig. 2. Banc d'essai expérimental extérieur.


694 Abhishek Rao et coll. / Énergie Procedia 54 (2014) 690 - 700

3. Résultats et discussions

La configuration intérieure a facilité un meilleur contrôle des conditions d'essai que le banc d'essai extérieur. Étant
donné que les essais en intérieur ont été effectués dans un espace sombre et fermé, la lumière incidente sur les
panneaux pouvait être ajustée aux valeurs souhaitées et maintenue constante pendant de longues périodes de
temps. De plus, en éteignant les lampes, les panneaux ont pu être ramenés à la température ambiante de la pièce, qui
est restée plus ou moins constante pendant la durée des études. Cela a permis un examen plus complet du
phénomène de poussière affectant les caractéristiques du panneau IV. La simulation solaire intérieure a été répétée
sur le banc d'essai expérimental extérieur afin de vérifier si un comportement similaire pouvait être observé dans des
conditions naturelles de rayonnement solaire et de températures ambiantes. Dans les deux situations,

3.1 Configuration du simulateur solaire intérieur

Des deux panneaux utilisés pour la configuration de la simulation en intérieur, un panneau a été complètement nettoyé de la poussière,
tandis que le second panneau avait une quantité visible de poussière déposée sur la surface. Les images microscopiques de la figure 3 révèlent le
dépôt de poussière sur les panneaux. On peut noter que près de 70% de la surface du deuxième panneau était recouverte de particules de
poussière. Dans le premier ensemble de lectures, les courbes IV ont été tracées à une intensité de 400 W / m2 à deux différents
les températures de surface cellulaire à savoir. 40 ° C et 50 ° C (Fig. 4), et dans le second cas, lorsque les températures des deux
panneaux étaient proches de la température ambiante de la pièce. L'intensité des lampes halogènes a été augmentée par paliers de
100 W / m2 à partir de 200 W / m2 allant jusqu'à 800 W / m2qui était l'intensité lumineuse maximale des lampes. Toutes les lectures ont
été enregistrées lorsque les températures du panneau avaient atteint 30 ° C. Les courbes IV obtenues à partir des deux panneaux à
200 W / m2, 400 W / m2, 600 W / m2 et 800 W / m2 ont été reproduits ici dans les Figs. 5-8 respectivement.

Fig. 3. Images microscopiques (150x) des surfaces des cellules sur le panneau propre (L) et le panneau poussiéreux (R).

Panneau poussiéreux (T = 40°C) Nettoyer le panneau (T = 40°C)

Panneau poussiéreux (T = 50°C) Nettoyer le panneau (T = 50°C)

0,18
0,16
0,14
0,12
Courant (A)

0,1
0,08
0,06
0,04
0,02
0
0 2 4 6 8 dix 12 14 16 18 20
Tension (V)

Fig. 4. Caractéristiques IV à 400 W / m2 et des températures de surface de cellule de 40 ° C et 50 ° C.


Abhishek Rao et coll. / Énergie Procedia 54 (2014) 690 - 700 695

Fig. 5. Caractéristiques IV à 200 W / m2 et des températures de surface de la cellule de 30 ° C.

Fig. 6. Caractéristiques IV à 400 W / m2 et des températures de surface de la cellule de 30 ° C.

Fig. 7. Caractéristiques IV à 600 W / m2 et des températures de surface de la cellule de 30 ° C.


696 Abhishek Rao et coll. / Énergie Procedia 54 (2014) 690 - 700

Fig. 8. Caractéristiques IV à 800 W / m2 et des températures de surface de la cellule de 30 ° C.

Tableau 2. Enregistrements de l'étude de simulation en intérieur.

Intensité Température de la cellule Puissance moyenne Courant de court-circuit Tension en circuit ouvert Isc (poussiéreux) Voc (poussiéreux)

(W / m2) (° C) production (W) (UNE) (V) / Isc (propre) / Voc (propre)

Faire le ménage Poussiéreux Faire le ménage Poussiéreux Faire le ménage Poussiéreux Faire le ménage Poussiéreux Moyenne (%) Moyenne (%)

200 40,68 42,32 0,84 0,58 0,073 0,048 17,72 17,64 67,05 99,57

300 41,30 42,57 0,98 0,64 0,082 0,054 17,86 17,69 66,12 99,05

400 49,84 50,90 1,84 1.11 0,157 0,097 18,26 18.07 62,09 98,91

500 51,22 52,27 2,83 1,69 0,233 0,136 18,59 18,33 58,49 98,58

600 52,60 54,88 3,31 1,96 0,269 0,158 18,63 18,38 59,13 98,67

700 54,99 56,37 3,86 2,33 0,312 0,181 18,62 18,39 58,09 98,81

800 62,42 64,65 3,97 2,47 0,339 0,195 18,36 18,13 57,37 98,75

Le tableau 2 ci-dessus répertorie les enregistrements à différentes intensités des sorties de puissance moyennes, des courants de court-circuit, des
tensions de circuit ouvert et des températures de cellule notées à cette intensité.

À partir des enregistrements et des graphiques, les observations suivantes peuvent être tirées: -

1. On peut noter d'après les graphiques que le dépôt de poussière n'a pas d'effet notable sur la tension en circuit ouvert des panneaux. La
tension en circuit ouvert du panneau poussiéreux n'est que légèrement inférieure à celle du panneau propre à toutes les intensités
d'incidence lumineuse. Ceci est confirmé par la dernière colonne du tableau 2 qui répertorie le rapport entre la tension de circuit ouvert du
panneau poussiéreux et la tension de circuit ouvert du panneau propre. Ce rapport reste proche de 100% pour toutes les intensités
d'incidence lumineuse. Il est donc postulé que la poussière n'affecte pas en grande partie la tension du système.

2. Cependant, la poussière a un effet significatif sur le courant de court-circuit produit par les panneaux. Le panneau propre a toujours produit
une sortie de courant plus élevée que le panneau poussiéreux. Cette différence dans les sorties de courant s'est élargie à mesure que
l'intensité de la lumière incidente augmentait de 200 W / m2 jusqu'à 800 W / m2, c'est-à-dire que la sortie de courant du panneau poussiéreux
a diminué avec une augmentation de l'intensité de la lumière incidente comme on peut le voir dans l'avant-dernière colonne du tableau 2 qui
répertorie le rapport du courant de court-circuit du panneau poussiéreux au courant de court-circuit du panneau propre. Le dépôt de
poussière a donc un effet significatif sur le rendement courant des systèmes photovoltaïques.

3. La poussière collectée sur le panneau nettoyé dans l'installation intérieure a été pesée à 1,846 grammes répartis sur une surface de
0,258 m2, soit une densité de poussière de 7,155 g / m2. Les pertes de puissance associées à cette densité de poussière
représentent 45 à 55% de la puissance maximale possible avec un système photovoltaïque sans poussière.
Abhishek Rao et coll. / Énergie Procedia 54 (2014) 690 - 700 697

4. Le dépôt de poussière sur les panneaux a une influence sur les températures de fonctionnement de la cellule. Il a été noté que le panneau poussiéreux
fonctionnait 1 à 2 ° C plus haut que le panneau propre pour la même incidence de lumière. Cette augmentation de la température de la cellule due à la
poussière réduit encore le rendement électrique du panneau.

5. Une élévation des températures de surface des cellules de 40 ° C à 50 ° C a conduit à une légère augmentation du courant de court-circuit des panneaux
propres et poussiéreux, qui s'est toutefois accompagnée d'une baisse plus importante de la tension en circuit ouvert entraînant une perte globale
puissance de sortie due à l'augmentation de la température de fonctionnement. L'effet combiné du dépôt de poussière et de l'augmentation des
températures de surface des cellules est donc de détériorer davantage les performances du système.

3.2 Banc d'essai expérimental extérieur

Les panneaux installés sur le banc d'essai expérimental extérieur ont été vérifiés pour comparer leurs performances sous des régimes de
dépôt de poussière identiques et leurs caractéristiques IV se sont avérées presque identiques comme le montre la figure 9. Nous pouvons
supposer sans risque que le dépôt de poussière sur les deux panneaux était identique. Après ce contrôle, l'un des panneaux a été nettoyé de la
poussière tandis que la poussière sur le deuxième panneau est restée intacte. Les caractéristiques IV des deux panneaux ont été enregistrées à
des intervalles de cinq minutes lors d'une journée typique de Bangalore en septembre. Les courbes IV obtenues à partir des panneaux pour trois
niveaux d'insolation, à savoir. 333 W / m2, 525 W / m2 et 925 W / m2 ont été tracés sur les Fig. 10-12 ci-dessous.

Fig. 9. Caractéristiques IV des deux panneaux avec dépôt de poussière identique sur leurs surfaces.

Fig. 10. Caractéristiques IV à une insolation de 333 W / m2.


698 Abhishek Rao et coll. / Énergie Procedia 54 (2014) 690 - 700

Fig. 11. Caractéristiques IV à une insolation de 525 W / m2.

Fig. 12. Caractéristiques IV à une insolation de 925 W / m2.

Le tableau 3 répertorie les enregistrements à différentes intensités des sorties de puissance moyennes, courants de court-circuit, ouvert
les tensions du circuit et les températures de cellule notées à cette intensité.

Tableau 3. Enregistrements de l'étude expérimentale en plein air.

Intensité Température de la cellule Puissance moyenne Courant de court-circuit Tension en circuit ouvert Isc (poussiéreux) Voc (poussiéreux)

(W / m2) (° C) production (W) (UNE) (V) / Isc (propre) / Voc (propre)

Faire le ménage Poussiéreux Faire le ménage Poussiéreux Faire le ménage Poussiéreux Faire le ménage Poussiéreux Moyenne (%) Moyenne (%)

264 34,0 34,0 7,00 6,49 0,516 0,484 19,51 19,40 93,80 99,44

290 33,1 33,1 8,34 7,81 0,579 0,547 19,78 19,69 94,47 99,54

333 34,0 34,0 9,43 8,86 0,643 0,606 19,81 19,73 94,25 99,60

335 35,6 35,7 9,48 8,83 0,661 0,618 19,69 19,61 93,49 99,59

525 45,8 46,4 14,94 12,69 1.116 1,048 19,22 19,14 93,91 99,58

870 51,6 52,4 21,54 20,90 1,486 1,397 19,18 19,14 94,01 99,79

900 43,8 43,9 23,91 28,39 1,694 1,574 20,40 20,29 92,92 99,46

920 57,1 57,0 30.02 28,67 2,135 1,999 19,59 19,52 93,63 99,64

925 54,5 54,0 33,80 32,93 2,188 2,053 19,85 19,79 93,83 99,70
Abhishek Rao et coll. / Énergie Procedia 54 (2014) 690 - 700 699

À partir des enregistrements et des graphiques, les observations suivantes peuvent être tirées: -

1. Il est à nouveau noté à partir des graphiques que le dépôt de poussière n'a pas d'effet notable sur la tension en circuit ouvert des panneaux. La
tension en circuit ouvert du panneau poussiéreux n'est que légèrement inférieure à celle du panneau propre à toutes les intensités
d'incidence lumineuse. Ceci est confirmé par la dernière colonne du tableau 3 qui répertorie le rapport entre la tension de circuit ouvert du
panneau poussiéreux et la tension de circuit ouvert du panneau propre. Ce rapport reste proche de 100% pour toutes les intensités
d'incidence lumineuse. Il est donc proposé que la poussière n'affecte pas largement la tension du système.

2. Sous la lumière naturelle du soleil, la poussière a un léger effet négatif sur le courant de court-circuit produit par les panneaux. Le panneau
propre a toujours produit une sortie de courant plus élevée que le panneau poussiéreux. Mais cette différence dans les sorties de courant
n'était pas aussi dramatique que celle observée dans la simulation en intérieur. Le rapport dans l'avant-dernière colonne du tableau 3 est
compris entre 92 et 94%. De plus, il n'y avait pas de relation claire entre la baisse de la sortie de courant due au dépôt de poussière, avec le
niveau d'insolation tel qu'observé dans la configuration intérieure. Cette différence de réduction de courant peut être due à la disparité du
spectre de la lumière émise par les lampes halogènes et du spectre solaire.

3. La poussière collectée sur le panneau nettoyé dans l'installation intérieure a été pesée à 0,363 grammes répartis sur une surface de
0,258 m2, soit une densité de poussière de 1,4 g / m2. Une baisse de 0,5-1,5 W de la puissance de sortie a été observée en raison du
dépôt de poussière. Les pertes de puissance associées à cette densité de poussière représentent 5 à 6% de la puissance maximale
possible avec un système photovoltaïque sans poussière. L'effet de la poussière sur la réduction de la puissance de sortie
deviendra plus important lors du passage d'un petit banc d'essai expérimental à une centrale photovoltaïque de grande taille.

4. On constate une corrélation entre la densité de dépôt de poussière et les pertes de puissance associées au dépôt de poussière sur les
panneaux photovoltaïques. Dans le cas de l'installation expérimentale en extérieur où la densité de la poussière s'est avérée être de 1,4 g / m
2, la perte de puissance due à la poussière était de 5 à 6% de la puissance de sortie maximale, alors que dans le cas de la configuration de
simulation en intérieur où la densité de la poussière était de 7,155 g / m2, la perte de puissance associée était de 45 à 55% de la puissance de
sortie maximale possible d'un panneau propre. Cette corrélation mérite un examen plus approfondi.

5. Aucune différence significative dans les températures de fonctionnement de la cellule n'a été observée en raison du dépôt de poussière sur le banc d'essai.

4. Conclusions

La présente étude a été menée pour obtenir un aperçu préliminaire de l'influence du dépôt de poussière sur les performances du système
photovoltaïque. L'étude impliquait des simulations sur des panneaux dans une configuration intérieure ainsi que des expérimentations sur des
panneaux dans un banc d'essai extérieur. L'effet de la poussière sur les performances des panneaux a été étudié en obtenant les caractéristiques
IV de panneaux identiques soumis aux mêmes conditions d'insolation et de température ambiante, tandis que l'un des panneaux retenait de la
poussière à sa surface tandis que l'autre était dépoussiéré. Une analyse comparative des courbes IV a permis de comprendre le phénomène de
perte de puissance due à l'accumulation de poussières sur les surfaces photovoltaïques.
Il a été observé que le dépôt de poussière n'altère pas de manière significative la tension en circuit ouvert des systèmes photovoltaïques. Cependant, le
courant de court-circuit est affecté par le dépôt de poussière, à hauteur de 30 à 40% dans la configuration intérieure et de 4 à 5% dans le banc d'essai
extérieur. Cette baisse de la production de courant et la baisse conséquente de la production de puissance due à la poussière est une immense perte
d'énergie électrique et une perte économique pour les centrales photovoltaïques compte tenu de l'échelle des centrales.

Remerciements

Ce travail est partiellement soutenu par le Robert Bosch Center for Cyber Physical Systems (RBCCPS) de l'Indian
Institute of Science, Bangalore.
En outre, ce travail est partiellement financé dans le cadre du Partenariat États-Unis-Inde pour faire progresser la recherche sur l'énergie propre
(PACE-R) pour l'Institut de recherche sur l'énergie solaire pour l'Inde et les États-Unis (SERIIUS), financé conjointement par le
Département américain de l'énergie (Office of Science, Office of Basic Energy Sciences, and Energy Efficiency and Renewable
Energy, Solar Energy Technology Program, dans le cadre du sous-contrat DE-AC36-08GO28308 au National Renewable Energy
Laboratory, Golden, Colorado) et le gouvernement de l'Inde , via le Département des Sciences et Technologies sous contrat de
sous-traitance IUSSTF / JCERDC-SERIIUS / 2012 du 22ndNovembre 2012.
700 Abhishek Rao et coll. / Énergie Procedia 54 (2014) 690 - 700

Les références

[1] Nahar NM, Gupta JP. Effet de la poussière sur la transmission des matériaux de vitrage pour les capteurs solaires dans les conditions de zone aride de l'Inde.
Technologie solaire et éolienne; 1990; 7: 237-243.
[2] Dit SAM. Effet de l'accumulation de poussières sur les performances des capteurs plats thermiques et photovoltaïques. Énergie appliquée; 1990; 37 (1): 73-84.
[3] Goossens D, Van Kerschaever E. Dépôt de poussière éolienne sur les cellules solaires photovoltaïques: les effets de la vitesse du vent et de la concentration de poussière en suspension
dans l'air sur les performances des cellules. Énergie solaire; 1999; 66 (4): 277-289.
[4] Mani M, Pillai R. Impact de la poussière sur les performances du solaire photovoltaïque (PV): état de la recherche, défis et recommandations. Examens énergétiques
renouvelables et durables; 2010; 14 (9): 3124-3131.
[5] Rao A, Pillai R, Mani M, Ramamurthy P. Une enquête expérimentale sur l'interaction du vent, de la poussière et de la température sur les performances
photovoltaïques en conditions tropicales. Actes de la 12e Conférence internationale sur les technologies énergétiques durables; 2013: 2303-2310.
[6] King DL, Boyson WE, Kratochvil JA. Modèle de performance des panneaux photovoltaïques. Rapport interne des laboratoires nationaux de Sandia; 2004; SAND2004-3535.

Vous aimerez peut-être aussi