Vous êtes sur la page 1sur 159

Système des Nations Unies

UN Multi-cluster Rapid Assessment Mechanism


McRAM

SITUATION SOCIOÉCONOMIQUE DES MÉNAGES DE LA


VILLE D’ANTANANARIVO ET IMPACT DE LA CRISE

SOCIOPOLITIQUE AU NIVEAU DES MENAGES

MCRAM – MAI 2010


MADAGASCAR

Juin 2010

i
AUTEURS DU RAPPORT

PATRICIA RAKOTONDRABE PHD, DEMOGRAPHE


CONSULTANTE, COORDONNATEUR DE L’ETUDE

avec:

BERTHINE RAZAFIARISOA Nutritionniste

Consultante, Formateur et Encadreur de l’équipe d’enquêteurs


et de superviseurs

OLGA RAMAROMANANA Spécialiste en Politique Sociale

UNICEF Madagascar

DOROTHÉE KLAUS Dr. Phil., Chef de la Politique Sociale

UNICEF Madagascar

MACOUMBA THIAM PhD, Conseiller Technique Principal, Recensement

UNFPA Madagascar

Citation recommandée :
Système des Nations Unies à Madagascar (2010) : Situation socioéconomique des ménages de la
ville d’Antananarivo et impact de la crise sociopolitique au niveau des ménages en mai 2010,
Madagascar. United Nations Multi-cluster Rapid Assessment Mechanism (McRAM III) Ŕ Antananarivo,
Juin 2010, 105 pages.

Avertissement
Le contenu de ce document ne reflète pas nécessairement la position officielle du Système des
Nations Unies sur les thèmes abordés. Les points de vue qui y sont exprimés sont ceux des auteurs
du rapport et n’engagent en rien le Système des Nations Unies.

i
SOMMAIRE
MCRAM – MAI 2010 ................................................................................................................................... i
ACRONYMES ........................................................................................................................................... v
LISTE DES TABLEAUX .......................................................................................................................... vi
LISTE DES GRAPHIQUES ................................................................................................................... viii
Résumé exécutif ...................................................................................................................................... 1
Chapitre 1. Contexte, Objectifs et méthodologie .............................................................................. 12
1.1. Contexte ................................................................................................................................ 12
1.2. Objectifs de l’étude ................................................................................................................ 13
1.3 Méthodologie d’échantillonnage ............................................................................................ 13
1.3.1 Définition des populations cibles ................................................................................... 13
1.3.2 Calcul de la taille de l’échantillon .................................................................................... 13
1.3.3 Procédure d’échantillonnage .......................................................................................... 15
1.4 Outils de collecte de données ............................................................................................... 15
1.5 Collecte, traitement et analyse de données .......................................................................... 16
Chapitre 2. Présentation des résultats .................................................................................................. 17
2.1. Caractéristiques de l’échantillon ................................................................................................. 17
2.1.1 Caractéristiques des ménages ...................................................................................... 17
2.1.2 Caractéristiques des membres des ménages .................................................................... 19
2.2. Emploi/activités ........................................................................................................................... 21
2.2.1. Activité ............................................................................................................................... 22
2.2.2. Profil du capital humain ..................................................................................................... 24
2.2.3. Branches d’activité et nature des revenus des travailleurs ............................................... 25
2.2.4. Chômage et sous emploi ................................................................................................... 27
a) Chômage ................................................................................................................................ 27
b) Situation de sous emploi ...................................................................................................... 28
2.3. Migration ..................................................................................................................................... 29
2.4. Transport .................................................................................................................................... 32
2.4.1 Fréquence et caractéristiques des déplacements de la population ................................... 32
2.4.2 Motifs et moyens de transports ........................................................................................... 34
2.4.3 Dépenses mensuelles des ménages en transport ............................................................. 37
2.5. Éducation .................................................................................................................................... 38
2. 5.1 Scolarisation de la population ............................................................................................ 39
a) Fréquentation scolaire et niveau d’instruction de la population ................................ 39
b) Inscription des enfants âgés de 6 à 17 ans à l’école ......................................................... 39
d) Type d’école fréquentée ....................................................................................................... 43
2.5.2 Absence et performance scolaire des enfants dans les ménages ..................................... 44
a) Absence à l’école................................................................................................................... 44
b) Performance scolaire ............................................................................................................ 44
2.5.3 Problèmes des ménages liés à la scolarisation des enfants .............................................. 45
ii
2.6. Revenus des ménages ............................................................................................................... 47
2.6.1 Niveau, nombre et stabilité des sources de revenus .......................................................... 47
2.6.2 Classification des ménages selon la stabilité des sources de revenu................................ 48
2.6.3 Variation du niveau de revenu selon les caractéristiques du chef de ménage .................. 49
2.7. Dépenses des ménages ............................................................................................................. 50
2.7.1 Structure de dépenses des ménages ................................................................................. 51
a) Part des dépenses consacrées à l’alimentation ................................................................. 51
b) Dépenses des ménages pour certains produits autres que l’alimentation ............... 52
2.7.2 Profil des ménages selon les dépenses alimentaires......................................................... 53
2.8. Sécurité alimentaire .................................................................................................................... 55
2.8.1 Sécurité alimentaire au niveau des ménages ..................................................................... 55
2.8.2 Profil de consommation alimentaire ............................................................................. 55
2.8.3 Accessibilité alimentaire des ménages ............................................................................... 57
2.8.4 Sécurité alimentaire des ménages ..................................................................................... 58
2.9. Agriculture urbaine ..................................................................................................................... 60
2.9.1. Pratique de l’Agriculture (agriculture, élevage) urbaine par les ménages ......................... 60
2.9.2. Types et destination des produits d’agriculture et d’élevage pratiqués ............................. 62
a) Type de cultures et élevage .................................................................................................. 62
b) Destination des produits ...................................................................................................... 63
c) Problèmes rencontrés dans la pratique de l’Agriculture .................................................. 63
2.10. Réseau social ........................................................................................................................... 63
2.11. Chocs et stratégies d’adaptation à la crise ............................................................................... 66
2.11.1. Chocs subis par les ménages du fait de la crise ............................................................. 67
2.11.2 Stratégies d’adaptation à la crise adoptée par les ménages ............................................ 68
2.11.3 Utilisation des services bancaires et mutuels d’épargne .................................................. 70
2.12 Eau, assainissement et hygiène ................................................................................................ 72
2.12.1 Source d’approvisionnement en eau ................................................................................ 72
2.12.2 Problèmes d’approvisionnement en eau .......................................................................... 73
2.12.3 Consommation et dépenses en eau ................................................................................. 74
a) Consommation en eau .................................................................................................... 74
b) Dépenses en eau ................................................................................................................... 75
c) Opinion sur le niveau de consommation et de dépenses en eau .................................... 76
2.12.4 Assainissement ................................................................................................................. 77
a) Utilisation de latrines ............................................................................................................ 77
b) Disponibilité d’une douche .................................................................................................. 79
c) Attitude vis-à-vis des eaux grises ........................................................................................ 79
2.12.5 Hygiène ............................................................................................................................. 80
2.13 SANTÉ ......................................................................................................................................... 80
2. 13.1 Morbidité .......................................................................................................................... 80
2.13.2 Recours aux soins ............................................................................................................ 83

iii
2.13.3 IST/VIH et sida .................................................................................................................. 84
2.13.4 Utilisation de préservatifs .................................................................................................. 86
2.14 Habitat ....................................................................................................................................... 87
2.14.1 Appréciation de la qualité des services publics rendus par les communes ..................... 87
2. 14.2 Appréciation de la qualité des services publics rendus par les fokontany ...................... 89
2.15 Protection de l’enfant, violence sur les enfants ......................................................................... 90
2.16 Violence à domicile .................................................................................................................... 92
2.17 État de droit, justice et médias .................................................................................................. 93
2.17.1 Insécurité des ménages et violence en milieu urbain ....................................................... 93
2.17.2 Rôle des médias ............................................................................................................... 94
2.19. Besoins prioritaires des ménages ............................................................................................ 99
CONCLUSION GENERALE ................................................................................................................ 102
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES........................................................................................................... 104
Annexes ………………………………………………………………………………………………………106

iv
ACRONYMES

BM Banque Mondiale
CUA Commune Urbaine d’Antananarivo
CSPro Census and Survey Processing System
DDSS Direction de la Démographie et des Statistiques Sociales
DSM Direction des Statistiques des Ménages
EDS Enquête Démographique et de Santé
EPM Enquête Périodique auprès des ménages
FAO Organisation pour l’Alimentation et l’Agriculture
FCS Food Consumption Score
FRAM Fikambanan'ny Ray Amandrenin'ny Mpianatra (Association malgache des parents
d’élèves)
IASC Inter-Agency Standing Committee
IDH Indice de Développement Humain
IFRC Fédération International de la Croix Rouge
INSTAT Institut National de la Statistique
McRAM Multi-cluster Rapid Assessment Mechanism
OMS Organisation Mondiale de la Santé
PAM Programme Alimentaire Mondial
PPN Produits de Première Nécessité
PNB Produit National Brut
PNUD Programme des Nations Unies pour le Développement
SNU Système des Nations Unies
SPSS Statistical Package for Social Sciences
UN-Habitat United Nations Human Settlements Programme
UNDP United Nations Development Program
UNESCO Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture
UNFPA Fonds des Nations Unies pour la Population
UNICEF Fonds des Nations Unies pour l’Enfance
VIH Virus de l’Immunodéficience Humaine

v
LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1.1 : Caractéristiques des ménages enquêtés………………………………….. 18


Tableau 1.1bis : Âge moyen des chefs des ménages et taille moyenne des ménages enquêtés 19
Tableau 1.2 : Caractéristiques des membres des ménages……………………………………… 20
Tableau 1.2bis : Âge moyen et médian des individus dans les ménages enquêtés………………. 21
Tableau 2.1 : Taux d'activité des 6-14 ans, 15-64 ans, 65 ans et plus, par sexe…….………… 23
Tableau 2.2 : Taux d'occupation des 6-14 ans, 15-64 ans, 65 ans et plus, par sexe………….. 23
Tableau 2.3 : Profil du capital humain de la ville d’Antananarivo ………………………………… 25
Tableau 2.4 : Branche d'activité et nature de revenu des populations actives………………….. 26
Tableau 2.5 : Variation du taux de chômage selon les caractéristiques sociodémographiques. 28
Tableau 3.1: Caractéristiques des migrants…....…………………………………………………… 29
Tableau 3 .2 : Lieu de provenance des migrants……………………………………….…………… 30
Tableau 3.3 : Principaux motifs de migration selon le sexe des migrants……………………….. 31
Tableau 3.4: Principaux motifs de migration selon le lieu de provenance………………………. 32
Tableau 4.1 : Fréquence de déplacements au cours du dernier jour ouvrable ayant précédé
l'enquête………………………………………………………………………………… 33
Tableau 4.2 : Motifs et moyens de déplacement des membres des ménages selon le sexe….. 36
Tableau 4.3 : Dépenses mensuelles en transport des ménages………………………………….. 38
Tableau 5.1 : Scolarisation des enfants âgés de 6 à 17 ans………………………………………. 41
Tableau 5.2 : Variation du taux d'inscription des enfants âgés de 6 à 17 ans selon les
caractéristiques des ménages………………………………………………………... 42
Tableau 5.3 : Type d'école fréquenté………………………………………………………………… 43
Tableau 5.4 : Taux d’absentéisme des enfants à l’école au cours des deux dernières
semaines…………………………………………………………………………………44
Tableau 5.5 : Principaux problèmes évoqués liés à la scolarisation des enfants……………….. 46
Tableau 6.1 : Sources de revenu des ménages…………………………………………………….. 48
Tableau 6.2 : Variation du niveau de revenu selon le nombre de sources………………………. 48
Tableau 6.3 : Stabilité des sources de revenu des ménages……………………………………… 49
Tableau 6.4 : Variation du niveau de revenu selon les caractéristiques des ménages…………. 50
Tableau 7.1 : Dépenses mensuelles des ménages pour certains produits……………………… 52
Tableau 7.2 : Dépenses mensuelles des ménages pour certains produits selon le niveau de
revenu…………………………………………………………………………………… 53
Tableau 7.3 : Profil des ménages et profil de consommation alimentaires selon les
quintiles de dépenses alimentaires par tête………………………………………… 54
Tableau 8.1: Profil de consommation alimentaire………………………………………………….. 56
Tableau 8.2 : Fréquence de la consommation des différents groupes d'aliments au cours
d’une semaine………………………………………………………………………….. 57
Tableau 8.3 : Classement des ménages selon le quintile de dépenses alimentaires par tête…. 58

vi
Tableau 8.4 : Niveau de sécurité alimentaire des ménages ……………………………………… 58
Tableau 8.5 : Variation du niveau de sécurité alimentaire selon les caractéristiques des
ménages………………………………………………………………………………… 59
Tableau 9.1 : Profil des ménages agricoles et de ceux qui pratiquent l'élevage………………… 61
Tableau 9.2 : Types de cultures et élevage pratiqués par les ménages…………………………. 62
Tableau 9.3 : Destination des produits d'Agriculture……………………………………………….. 63
Tableau 10.1 : Variation de l'ampleur des difficultés selon les caractéristiques des
ménages………………………………………………………………………………… 64
Tableau 10.2 : Type d'aides reçu par les ménages………………………………………………….. 66
Tableau 11.1 : Autres types de crédits………………………………………………………………… 71
Tableau 12.1 : Source d’approvisionnement en eau…………………………………………………. 73
Tableau 12.2 : Principaux problèmes rencontrés par les ménages pour l'approvisionnement
en eau ………………………………………………………………………………….. 74
Tableau 12.3a : Niveau de consommation en eau des ménages (en m3)…………………..……… 75
Tableau 12.3b : Niveau de consommation en eau des ménages (en litres)……………………….. 75
Tableau 12.4 : Opinion des ménages sur la quantité d’eau puisée et le niveau de dépenses en
eau………………………………………………………………………………………. 77
Tableau 12.5 : Mode d’utilisation des latrines ……………………………………………………… 78
Tableau 12.6 : Attitude des ménages relative aux eaux grises…………………………………… 79
Tableau 12.7 : Pratique de lavage des mains ……………………………………………………… 80
Tableau 13.1 : Taux de morbidité chez les enfants de moins de cinq ans et les personnes de
plus de cinq ans………………………………………………………………………... 81
Tableau 13.2 : Principales causes/Types des maladies……………………………………..…….. 82
Tableau 13.3 : Raison de non consultation médicale……………………………………………..…. 84
Tableau 13.4 : Utilisation de préservatifs...................................................................................... 86
Tableau 14.1 : Principales raisons de non satisfaction évoquées par les enquêtées
(services à la charge de la commune)…………………………………………….… 89
Tableau 14.2 : Principales raisons de non satisfaction évoquées par les enquêtées
(services des CSB, hôpitaux et services fonciers)…………………………….….. 89
Tableau 17.1 : Problème d'insécurité et de violence en milieu urbain……………………….……. 94
Tableau 18.1 : Opinion sur les principales menaces à la santé des jeunes filles et des jeunes
garçons…………………………………………………………………………………. 98
Tableau 19.1 : Opinion sur l'évolution de la situation des ménages……………………………….. 101

vii
LISTE DES GRAPHIQUES

Graphique 2.1 : Statut d'activité de la population âgée de 15 à 64 ans de la commune


urbaine d'Antananarivo……………………………………………………………… 22
Graphique 2.2 : Courbe de taux d'activité par groupe d'âge et par sexe………………………… 24
Graphique 2.3 : Courbe de taux de chômage par groupe d'âges et par sexe…………………… 27
Graphique 3.1 : Pourcentage des membres des ménages qui ont déjà vécu hors de leur
Fokontany de résidence pendant une période de plus de 6 mois, par sexe… 29
Graphique 4.1 : Pourcentage des membres qui se sont déplacés au moins une fois au
cours du dernier jour ouvrable selon le statut d'activité………………………… 33
Graphique 4.2 : Durée journalière moyenne passée pour le déplacement dans
la ville d'Antananarivo……………………………………………………………… 34
Graphique 4.3 : Distance journalière moyenne parcourue pour le déplacement dans
la ville d'Antananarivo……………………………………………………………… 34
Graphique 4.4 : Motifs de déplacements de la population urbaine d'Antananarivo…………… 39
Graphique 4.5 : Motifs de déplacement au cours du dernier jour ouvrable ayant précédé
l'enquête selon le statut d'activité des enquêtés………………………………… 35
Graphique 4.6 : Pourcentage des déplacements effectués au ours du dernier jour ouvrable
ayant précédé l'enquête selon les moyens de déplacement évoqués………… 36
Graphique 5.1 : Niveau d'instruction de la population âgée de 6 ans et plus de la commune
urbaine d'Antananarivo……………………………………………………………… 39
Graphique 5.2 : Situation des enfants en matière de scolarisation……………………………… 40
Graphique 5.3 : Taux d'inscription des enfants âgés de 6 à 17 ans, par sexe……………………40
Graphique 5.4 : Problèmes d'accès à l'éducation des enfants……………………………………. 45
Graphique 6.1 : Niveau de revenu des ménages de la commune urbaine Antananarivo……… 47
Graphique 7.1 : Part des revenus consacrée aux dépenses alimentaires selon le niveau de
revenu des ménages de la commune urbaine Antananarivo…………………… 51
Graphique 9.1 : Pourcentage des ménages qui ont déclaré pratiquer l'agriculture et l'élevage.. 60
Graphique 10.1 : Répartition des ménages selon qu'ils ont été confrontés à des difficultés
ou non depuis le mois de janvier 2010…………………………………………… 64
Graphique 10.2 : Personnes/groupes sollicités par les ménages en cas de difficultés………… 65
Graphique 11.1 : Pourcentage des ménages ayant déclaré avoir subi les différents chocs
depuis janvier 2010………………………………………………………………… 67
Graphique 11.2 : Évolution des prix du PPN à la consommation à Antananarivo………………… 68
Graphique 11.3 : Stratégies d'adaptation à la crise rapportées comme utilisées chaque jour ou
souvent par les ménages…………………………………………………………… 69
Graphique 11.4 : Stratégies de détresse rapportées comme utilisées souvent ou chaque jour
par les ménages…………………………………………………………………… 70

viii
Graphique 11.5 : Taux d'utilisation des services bancaires et mutuels d'épargne par les
ménages…... ……………………………………………………………………… 71
Graphique 12.1 : Dépenses mensuelles moyennes en eau selon le niveau de vie des ménages
et selon la disponibilité de branchement particulier dans le ménage…………. 76
Graphique 12.2 : Pourcentage des ménages utilisant une latrine et disposant d'une douche… 78
Graphique 12.3 : Pourcentage des enquêtés qui utilisent les latrines publiques et qui pensent
que les femmes s'y sentent en sécurité…………………………………………… 79
Graphique 13.1 : Pourcentage des malades qui ont été emmenés en consultation médiale
pendant l'épisode de maladie……………………………………………………… 83
Graphique 13.2 : Niveau de connaissance des enquêtés sur le VIH Sida, ses modes de
transmission et les moyens de prévention……………………………………… 84
Graphique 14.1 : Services publics qui sont déclarés les plus satisfaisants aux ménages………. 88
Graphique 14.2 : Services publics qui sont déclarés les moins satisfaisants aux ménages…… 88
Graphique 14.3 : Pourcentage des ménages touchés par les problèmes dans l'offre des
services dans la commune urbaine d'Antananarivo selon les
types de problèmes………………………………………………………… ……… 90
Graphique 15.1 : Pourcentage des ménages ayant déclaré avoir été confronté à des
problèmes d'agression /violence aux enfants depuis janvier 2010…………… 91
Graphique 15.2 : Types d'agression rapportés par les ménages qui ont été confronté
à des problèmes d’agression/violence aux enfants……………………………… 92
Graphique 16.1 : Types de violence domestique rapportés par les ménages comme
touchant couramment les femmes dans leur entourage……………………. 93
Graphique 17.1 : Type de médias utilisé pour le suivi des informations…………………………. 95
Graphique 17.2 : Rôle des médias dans le contexte actuel de la crise………………………….… 95
Graphique 18.1 : Pourcentage des enquêtés selon leur opinion sur le niveau d'engagement
des jeunes…………………………………………………………………………… 96
Graphique 18.2 : Pourcentage des enquêtés selon le degré de leur optimisme sur l'avenir
des jeunes…………………………………………………………………………… 97
Graphique 18.3 : Pourcentage des enquêtés qui ont cité les différentes occupations
des jeunes pendant leurs temps libres……………………………………………. 98
Graphique 19.1 : Besoins prioritaires exprimés par les ménages………………………………….100

ix
RÉSUMÉ EXÉCUTIF

Depuis 2009, les Nations Unies ont mis en place un mécanisme rapide d'évaluation multi-secteur
(McRAM) dans le pays qui permet d’évaluer l’impact de la crise sociopolitique au niveau des ménages
urbains. Ce mécanisme utilise une approche consolidée et cohérente aux évaluations rapides et est
adapté dans des évaluations d’urgence pour les réponses humanitaires. Il a déjà fait ses preuves
dans les pays de Sri Lanka et Pakistan. Elle permet d’éviter la duplication des efforts et de mettre en
commun les ressources dans l’évaluation de l’impact de la crise au niveau des ménages.

Trois séries de McRAM ont été conduites en 2009. Cette année, à la demande des membres du
groupe de travail inter-agence, l’évaluation porte sur l’ensemble de la commune urbaine
d’Antananarivo, à la différence de celles menées en 2009 qui sont représentatives au niveau de 11
1
Fokontany sélectionnés selon leur niveau de sécurité alimentaire . La méthodologie de l’enquête a été
ainsi ajustée afin d’obtenir des résultats représentatifs au niveau de la commune urbaine
d’Antananarivo. Cette enquête constitue ainsi, pour la ville d’Antananarivo, une enquête de base dont
les résultats serviront de référence pour suivre l’impact de la crise dans l’ensemble de la Capitale. De
plus, elle permet en même temps de comparer les résultats de McRAM avec les données EDS 2008-
2
2009 pour certains indicateurs comparables pour la capitale.

Les résultats ci-après décrivent les situations socio-économiques actuelles des ménages qui pourront
servir de base de programmation pour des actions humanitaires. Ils sont issus des informations
recueillies auprès de 503 ménages dans lesquels la collecte de données a été conduite avec succès.

1. Caractéristiques de l’échantillon

Les caractéristiques de l’échantillon sont quasi-identiques à celles qui ont été trouvées dans
les autres enquêtes dont les données sont comparables (EDS, EPM).

En moyenne, un ménage de la commune urbaine d’Antananarivo comporte 4,4 personnes. Les


ménages de la capitale sont majoritairement dirigés par un homme (81%), et presque un ménage sur
cinq (19%) sont dirigés par une femme. Les chefs de ménages sont en moyenne âgés de 44 ans.
D’une manière générale, les niveaux de revenus des ménages sont faibles. Environ 38% des
ménages ont un revenu mensuel inférieur à 100.000 Ariary. Seulement 1 ménage sur 10 (11%) a un
revenu supérieur à 500.000 Ariary.

1
Il s’agit de suivre la cohorte des 11 fokontany enquêtes par le PAM en novembre 2008 en matière de sécurité
alimentaire.

2
La collecte des données de l’’enquête EDS 2008-2009 dans la capitale a eu lieu en novembre 2008.

1
Les ménages enquêtés comportent au total 2194 individus dont 49% de sexe masculin et 51% de
sexe féminin. Les membres ont en moyenne 25,3 ans. Les enfants en âge de scolarisation (6 à 17
ans) représentent 28% de l’ensemble des membres des ménages et les jeunes de 15 à 24 ans de
21%.

2. Activités économiques

Le taux d’activité de la population âgée de 15 à 64 ans de la ville d’Antananarivo se situe à 73%, avec
un taux plus élevé chez les hommes (78%) que chez les femmes (68%). Le taux d’activité des enfants
de 6 à 14 ans est de 2% et celui des adultes âgés de 65 ans et plus de 22%. On note ainsi un
engagement (à ne pas négliger) dès le jeune âge et une sortie tardive de la population sur le marché
du travail. Pour les jeunes de 15 à 19 ans, le taux d’activité s’élève à 29%, ce qui traduit une
participation relativement importante des jeunes à l’activité économique, pendant la période où ils
devraient encore s’occuper de leurs études.

Le taux d’occupation de la population en âge de travailler (c’est-à-dire de 15 à 64 ans) est de 87%,


avec également un taux plus élevé chez les hommes que chez les femmes. Autrement dit, les femmes
ont plus de difficultés à s’intégrer effectivement dans le marché de travail comparativement aux
hommes. Avec un taux d’occupation de 68%, plus des deux tiers des jeunes de 15 à 19 ans qui se
déclarent prêts à participer à l’activité économique dans la commune urbaine d’Antananarivo
travaillent effectivement. Pour les personnes âgées de 65 ans et plus, le taux d’occupation est de
86%.

Les comparaisons des données sur l’occupation concernant les femmes et hommes de 15-49 ans
avec celles de l’EDS 2008-2009 et de McRAM 2010, traduirait l’effet de la crise sur l’activité
économique, notamment chez les femmes, qui ont été les plus victimes d’une perte d’emploi pendant
la crise. On a, en effet, enregistré une baisse de 10 points du pourcentage des femmes âgées de 15 à
49 ans qui travaillent entre novembre 2008 et mai 2010. La baisse est de l’ordre de 2% chez les
hommes.

Les rémunérations du travail se caractérisent par une certaine « instabilité » pour la majorité de la
population. Seule 40% de la population gagnent un salaire fixe, ayant ainsi une assurance
permanente de la disponibilité du revenu. Pour les restes, les travailleurs reçoivent leur rémunération
en fonction des ventes/prestation des services qu’ils ont rendus (46%) ou en fonction du nombre de
jours de travail effectués (12%). Les revenus des femmes travailleuses sont beaucoup plus en
fonction des honoraires et services fournis.
Le chômage touche 13% de la population âgée de 15 à 64 ans dans la commune urbaine
d’Antananarivo. Il affecte beaucoup plus les femmes que les hommes (17% chez les femmes contre
9% chez les hommes). Les jeunes de 15 à 24 ans, sans expériences, sont les plus confrontés à de
grandes difficultés pour s’insérer sur le marché de travail (27% d’entre eux sont en chômage). En
2
revanche, les personnes non instruites et ceux qui ont atteint le niveau d’instruction supérieur en sont
les moins affectés. En considérant le travail à temps partiel, une des manifestations visibles de sous
emploi, 14% des populations actives occupées sont sous employés. Le travail à temps partiel
s’observe surtout dans cinq branches, à savoir : l’activité informelle (46%), le bâtiment/construction
(41%), l’agriculture (26%), l’artisanat (27%) et le service personnel/domestique (21%).

3. Migration

La migration vers la capitale a un caractère essentiellement urbain. La première motivation des


migrations est le regroupement familial suivi des raisons économiques

La migration vers la capitale a touché 28% de l’ensemble des membres des ménages. La majorité des
migrants (78%) proviennent soit d’un autre fivondronana urbain soit d’un autre fokontany à l’intérieur
de la commune urbaine d’Antananarivo. L’exode rural concerne 22% des migrants. D’une manière
générale, la principale raison qui motive les migrants est le désir de rejoindre leur famille (cité dans
25% des cas). La raison économique occupe le deuxième rang (20%) et elle motive particulièrement
les hommes. On note, toutefois, des variations des motivations selon le lieu de provenance. L’exode
rural s’explique avant tout par les opportunités économiques (emploi ou activités génératrices de
revenu) que la capitale offre/peut offrir aux migrants. La migration d’un district urbain vers la capitale,
quant à elle, est motivée en premier lieu par le regroupement familial. Enfin, la migration interne (d’un
autre fokontany de la commune urbaine vers le fokontany de résidence actuelle) se caractérise par les
déménagements (suite à la construction de maison propre/la recherche de loyer moins cher/autre
problème dans le logement précédent).

Les migrants se caractérisent par une population relativement âgée (avec un âge moyen d’environ 30
ans) et par des niveaux d’instruction et de revenu plus élevés comparés à ceux de l’ensemble des
membres des ménages.

4. Déplacement/Transport

Chaque jour ouvrable de la semaine, les populations âgées de 6 ans ou plus qui effectuent des
déplacements passent en moyenne 1 heure 11 min de leur temps pour le déplacement et parcourent
en moyenne une distance de 5,7 km. La grande partie des déplacements de la population pendant la
journée (jour ouvrable) est liée aux études (45%) et au travail (37%). Les courses, citées pour 7% des
cas des déplacements, concernent surtout les femmes. La visite sociale a été citée dans moins de 2%
des cas. Mais les motifs de déplacement sont très variables selon le statut d’activité. On note une
prépondérance de la marche à pied comme moyen de déplacement à Antananarivo (72%). Vient
ensuite le transport en commun (utilisés pour environ le quart des cas de déplacements). L’utilisation
de voiture personnelle reste l’apanage d’une minorité de la population (2%).

3
Les dépenses moyennes mensuelles des ménages pour le transport s’élèvent à 25.000 Ariary (pour
eux qui en dépensent), avec une très forte variation (minimum de 600 Ariary et maximum de 600.000
3
Ariary) et une différence très marquée entre les ménages très pauvres et les ménages aisés . Les
dépenses dans ce dernier groupe sont dix fois plus élevées que celles du premier groupe.

5. Éducation

L’effet de la crise n’a pas pu être perçu directement à travers les indicateurs clés de
l’éducation. Toutefois, une analyse plus détaillée a permis de tirer que la situation socio-
économique et politique actuelle crée des conditions restrictives en matière d’éducation pour
les enfants vivant dans les ménages défavorisés.

Le taux d’inscription à l’école est de 92% chez les enfants âgés de 6 à 10 ans, 93% chez les enfants
de 11 à 14 ans et 68% chez les enfants âgés de 15 à 17 ans. Toutefois, il existe une forte disparité
entre les ménages. Les enfants vivant dans les ménages à revenu faible, de taille élevée et dont le
chef est marié coutumièrement sont les plus défavorisées. Les deux tiers des enfants fréquentent des
écoles privées et le tiers des écoles publiques. La fréquentation des écoles privées est presque
exclusivement réservée aux enfants issus des ménages aisés (95% d’enfants issus des ménages
ayant un revenu supérieur à 500.000 Ariary sont dans les écoles privées contre 45% chez les enfants
vivant dans les ménages à revenu de moins de 50.000 Ariary). Le taux d’absentéisme à l’école au
cours des deux dernières semaines ayant précédé l’enquête est faible (4%). Les difficultés financières
constituent la deuxième raison qui vient après les maladies pour justifier l’absence, ayant entraîné un
abandon des enfants de l’école.

Le taux de réussite aux examens de CEPE était satisfaisant : il s’élève à 96%. Les taux de réussite
aux examens de BEPC et au BAC, quant à eux sont beaucoup plus faibles (63% et 57%
respectivement).

La majorité des ménages (83%) a déclaré avoir rencontré des problèmes d’accès des enfants à
l’école. Le manque d’argent a été cité en premier lieu (représentant 50% des réponses des enquêtés)
comme obstacle à l’accès des enfants à l’école. Par ailleurs, plus du tiers des ménages (34%) ont
déclaré avoir eu des difficultés de paiement des frais liés à la scolarité au cours des 30 derniers jours
ayant précédé l’enquête. Enfin, l’augmentation des frais de scolarité par rapport à l’année dernière a
concerné plus de la moitié des ménages (51%).

Retirer les enfants de l’école occupe la première place des stratégies de détresse adoptées par les
ménages pour faire face à la crise. Autrement dit, en cas de difficultés, lorsque les ménages se

3
Les ménages très pauvres sont ceux qui ont un niveau de revenu inférieur à 50.000 Ariary. Ceux qui sont aisés ont un revenu
mensuel supérieur à 500.000 Ariary.

4
trouvent obligés de trouver des mesures plus sévères, ils choisissent de sacrifier les études de leurs
enfants.

6. Revenu et dépenses des ménages

Face à la crise, la majorité des ménages multiplie leurs sources de revenu pour chercher à
augmenter les ressources financières des ménages. Toutefois, ces sources de revenu
complémentaires sont généralement moins stables, une grande partie des ménages se trouve
toujours dans des conditions précaires avec un profil de consommation alimentaire pauvre en
qualité, résultant d’une simple adaptation à la crise.

A titre de rappel, d’une manière générale, les niveaux de revenus des ménages sont faibles. Environ
38% des ménages ont un revenu mensuel inférieur à 100.000 Ariary. Seulement 1 ménage sur 10
(11%) a un revenu supérieur à 500.000 Ariary.

La majorité des ménages ont de multiples sources de revenu : presque la moitié (49%) ont déclaré
avoir deux sources de revenu, un ménage sur dix (12%) en ont trois. La stabilité est fonction du rang
des sources de revenu. Aussi, presque la moitié (49%) des premières sources de revenu sont très
stables alors que ce pourcentage est de 37% pour les 3èmes sources. De même, les 3èmes sources
de revenu moins stables sont presque deux fois plus nombreuses que les 1ères sources qui le sont.

Le niveau de revenu des ménages varie selon les caractéristiques des ménages. Les ménages dirigés
par les femmes (56% ayant des revenus inférieur à 300.000 Ariary) ont des revenus beaucoup plus
faibles que ceux dirigés par les hommes (33% ayant le même niveau de revenu). De même, avec une
proportion beaucoup plus faible dans la catégorie à revenu supérieur à 300.000 Ariary, les ménages
dirigés par les veufs/divorcés (13%), en union libre (6%) ou par une personne mariée de façon
coutumière (5%) sont plus vulnérables comparativement à ceux dont le chef est marié légalement
(28%).

Les ménages de la commune urbaine d’Antananarivo consacrent une grande partie (65%) de leur
revenu en alimentation. Toutefois, la consommation alimentaire de 40% des ménages reste pauvre en
qualité, avec une rare consommation de viande et de lait/yaourt, et très peu de fruits. Le loyer et
l’éducation constituent les rubriques qui consomment le plus des revenus des ménages pour les
dépenses non alimentaires.

7. Sécurité alimentaire des ménages

Selon la définition du PAM, près des deux tiers des ménages (65%) sont en situation de sécurité
alimentaire. Environ trois ménages sur dix (29%) se trouvent en situation d’insécurité alimentaire
sévère et le reste (6%) en insécurité alimentaire modérée. Les ménages à taille élevée, dirigés par

5
une personne mariée coutumièrement et ayant un niveau de revenu faible sont les plus vulnérables
en matière de sécurité alimentaire.

8. Agriculture urbaine

Les problèmes d’insécurité répandus surtout pendant la période de crise constituent entre
autres des obstacles dans l’exercice des activités des ménages agricoles et éleveurs.

Sur l’ensemble des 503 ménages enquêtés, 85 (17%) pratiquent des activités dans l’Agriculture : 14
ménages (soit 3%) pratiquent l’agriculture exclusivement, 65 (soit 13%) pratiquent l’élevage de façon
exclusive et 7 (soit 1,4%) pratiquent les deux en même temps, ce qui permet de comptabiliser 21
ménages agricoles (4%) et 72 ménages éleveurs (14%) dans la commune urbaine d’Antananarivo.
Les cultures de riz et maraîchères sont les plus pratiquées (pratiquées respectivement par 50% et
41% des ménages agricoles). Quant à l’élevage, l’élevage de volailles est de loin le plus pratiqué par
les ménages. Il concerne presque 80% des ménages éleveurs, avec un nombre de têtes variant de 1
jusqu’à 500.

Que ce soit pour l’agriculture ou l’élevage, les produits sont en majorité destinés pour la
consommation familiale. Si aucun ménage ne consacre les produits de culture à une vente exclusive,
presque le quart des ménages le font pour les produits de l’élevage.

Au moins le quart des ménages agricoles et éleveurs sont confrontés à des problèmes dans l’exercice
de leurs activités. En dehors des problèmes classiques tels que la non disponibilité ou la cherté des
intrants, les maladies des plantes ou des animaux, l’insécurité constitue également un obstacle
évoqué par les ménages dans l’exercice de leurs activités.

9. Réseau social

La grande majorité des ménages (75%) a déclaré avoir été confronté à des difficultés financières et/ou
d’insuffisance de nourriture depuis janvier 2010. Le réseau social sur lequel les ménages s’appuient
en cas de difficultés est constitué principalement des groupes/personnes qui ont des relations de
proximité avec eux. Lorsque les ménages décident de faire recours à ce réseau social, le schéma
reste le même quel que soit le moment des difficultés : les familles proches/les parents en priorité, les
membres de voisinage et les amis après et enfin les collègues de travail. Les aides de type non
alimentaire sont les plus courantes.

10. Chocs et stratégies

La vulnérabilité des ménages se reflète à travers les chocs qu’ils ont subis et rapportés lors de
l’enquête. Les stratégies utilisées peuvent avoir des effets néfastes à long terme sur leur santé.

6
Les chocs les plus tragiques qui ont été rapportés avoir affecté les ménages depuis janvier 2010 sont,
par ordre d’importance : le prix élevé de la nourriture (cités par 85% des ménages), la diminution des
revenus (69%), les maladies chroniques/temporaires des membres du ménage (50%). Les autres
chocs évoqués par les ménages étaient l’endettement (41%), le problème d’insécurité sous toutes ses
formes (agression physique, cambriolage, vol) (38%), la perte d’emploi (21%) et le non accès au crédit
(20%). Il s’agit de chocs qui sont fort probablement liés à la crise économique qui a sévi et continue de
sévir dans le pays.

Les trois principales stratégies d’adaptation à la crise les plus utilisées par les ménages (chaque jour
ou souvent) consistent à réduire les coûts relatifs à l’alimentation, en modifiant soit la quantité soit la
qualité de la consommation. Les stratégies de détresse, quant à elle, sont rarement utilisées par les
ménages. Parmi les stratégies de détresse, ne plus envoyer un enfant à l’école, était celle qui a été la
plus utilisée mais n’a été citée que par 2,5% des ménages. Ainsi, face à la crise, les ménages
cherchent à trouver Ŕ autant que possible - des solutions adaptées sans mettre en danger ou porter
atteinte à la dignité de la vie de leur ménage. Ils mettent en avant les stratégies consistant à changer
leurs modes d’alimentation (soit en réduisant la quantité, soit en limitant la qualité). C’est ainsi que les
effets de la crise ne se font pas trop sentir sur les indicateurs clés tels que l’éducation.

Les services bancaires et mutuels d’épargne ont été utilisés respectivement par 22% et 15% des
ménages. Ces services intéressent surtout les ménages aisés. Seuls une minorité des ménages ont
utilisé leurs services d’emprunts (16 ménages au total), et ceci, pour faire des constructions
individuelles, un investissement dans le commerce ou immobilier, ou bien des achats de biens et
services.

11. Eau et assainissement

La possibilité d’approvisionnement en eau à la borne fontaine a nettement amélioré l’accès de la


population à l’eau. 93% des ménages ont accès à l’eau à partir d’une source améliorée, notamment
auprès d’une borne fontaine, tandis que 7% se procurent de l’eau de boisson à partir d’une source
non améliorée. D’une manière générale, la quantité d’eau est suffisante pour satisfaire aux besoins de
la majorité (89%) des ménages. Toutefois, il existe une forte variation de la consommation en eau par
les ménages : certains n’utilisent que 15 litres d’eau par jour pendant que d’autres en utilisent 300
litres. Par ailleurs, un peu moins de la moitié des ménages (49%) éprouvent des difficultés pour s’en
procurer, notamment à cause de la queue de plus en plus longue au niveau des bornes fontaines et
de la cherté de l’eau. Plus du tiers des ménages (37%) pensent que le niveau de leur dépense en eau
est élevé. Parmi les ménages qui paient l’eau, 3% ont eu de difficultés pour payer depuis janvier, pour
des raisons financières.

L’utilisation d’une latrine est quasi-universelle, selon les déclarations des enquêtés. Toutefois, seul le
quart des ménages (25%) ont leurs propres latrines. La disponibilité d’une douche est encore faible
(62%).
7
Le lavage des mains avec du savon n’est pas toujours systématique. 30% des ménages n’utilisent pas
toujours du savon pour se laver les mains. En dehors des problèmes d’ordre financier pour acheter du
savon, des questions d’habitude constituent également un obstacle à son utilisation.

12. Santé – morbidité

Le taux de morbidité au cours de la semaine qui a précédé l’enquête est de 7,5% pour l’ensemble des
membres des ménages de la commune urbaine d’Antananarivo. Il est nettement plus élevé chez les
enfants de moins de cinq ans (18%) que chez les personnes âgées de 5 ans ou plus (6%).

Abstraction faite des maladies dont la cause est non déclarée ou difficile à classifier, le paludisme
4
(19%) , la grippe (14%) et la toux (10%) sont les trois principales causes de maladies déclarées lors
de l’enquête et cela, quel que soit le groupe d’âges des membres du ménage.

La grande majorité des enfants de moins de 5 ans (83%) ont été emmenés en consultation pendant
l’épisode de maladie. Le recours à une consultation médicale est beaucoup plus faible lorsqu’il
s’agissait d’une maladie des personnes âgées de 5 ans ou plus (62%). Les raisons financières
priment sur la décision de non consultation chez les personnes âgées de 5 ans ou plus, alors que
chez les enfants de moins de 5 ans, c’est plutôt le caractère jugé bénin de la maladie qui tient la
première place pour justifier la non consultation. Aucun cas d’automédication n’a été signalé pour les
enfants de moins de 5 ans.

La connaissance du VIH Sida est quasi-universelle chez les membres enquêtés. Parmi les trois
principaux moyens de transmission du VIH, les rapports sexuels non protégés sont bien connus par
les enquêtés (97%), par contre, les produits sanguins infectés ont été cités par moins des deux tiers
d’entre eux. La transmission mère-enfant, quant à elle, est connue par 82% des enquêtés. Pour les
moyens de prévention, la fidélité est la mieux connue par les enquêtés (90%). L’utilisation
systématique de condoms, par contre, n’a été citée que par 54% des enquêtés. La limitation des
rapports sexuels avec les prostitués a été rarement mentionnée (6%). Très peu d’enquêtés ont
encore des idées erronées quant au moyen de prévention de l’infection au VIH.

5
Enfin, l’utilisation de préservatifs est élevée parmi les enquêtés (94,4%) : 83% des enquêtés l’utilisent
dans le but de prévenir à la fois la grossesse et le VIH/SIDA. Dans 8% des cas, le préservatif est
utilisé uniquement pour prévenir le VIH/SIDA.

4
Toutefois, comme il s’agit ici de déclaration qui n’a reçu aucun avis médical, le pourcentage de paludisme comme cela a été
indiqué par les enquêtés doit être interprété avec précaution. En effet, la présence de la fièvre à une personne malade est
souvent confondue au paludisme par une frange de la population. Ainsi, dans bien des cas le paludisme pourrait être qualifié de
« suspicion de paludisme ».
5
En fait, la question sur l’utilisation de préservatifs ici consiste surtout à connaître à quelles fins le préservatif est utilisé, lorsque
l’enquêté l’utilise. Pourtant, les études ont montré que l’utilisation de préservatifs lors des derniers rapports sexuels à haut

8
13. Habitat

Malgré des efforts notables dans l’amélioration des services offerts au niveau de la commune,
beaucoup reste à faire.

Parmi les 17 services offerts au niveau de la commune urbaine d’Antananarivo, l’approvisionnement


en eau et les services d’état civil sont les plus appréciés par les ménages : plus des deux tiers des
ménages en ont déclaré satisfaits (72% pour l’accès à l’eau potable et 70% pour l’état civil).

La sécurité, les ramassages des ordures, l’évacuation des eaux usées, l’éclairage public et les
hôpitaux sont des domaines pour lesquels les services doivent être nettement améliorés pour
satisfaire aux besoins de la population. Près de 40% (voire plus) des ménages ont déclaré non
satisfaits de ces services, avec une proportion assez élevée (avoisinant de 10%) de ménages qui
trouvent que ces services sont inacceptables.

La mauvaise gestion/organisation, la lenteur administrative, la qualité d’accueil et des services sont


essentiellement les raisons évoquées pour justifier la non satisfaction. Au niveau de l’hôpital, le coût
élevé des services (cité par 20% des ménages) occupe le deuxième rang des problèmes qui
préoccupent la population après la qualité d’accueil et de services (25%).

D’une manière générale, les ménages (81%) ont déclaré satisfaits des services au niveau des
Fokontany. Parmi les services offerts au niveau des Fokontany, les travaux communautaires sont les
plus cités comme non satisfaisants (cités par 8% des ménages).

14. Protection de l’enfant, violence sur les enfants, violence aux femmes

Les problèmes d’agression/violence aux enfants existent bel et bien dans la commune.

30 ménages (soit 6%) ont eu des enfants qui en sont victimes. Les agressions verbales/insultes et les
châtiments corporels sont les formes les plus courantes évoquées par les ménages. Certains
ménages (10% de ceux qui ont rapportés l’existence des cas de violence dans leur ménage) ont
également rapportés des peurs et traumatismes chez les enfants causées par la crise. Dans les 6
ménages qui ont rapportés le départ des enfants de moins de 18 ans pour vivre ailleurs, un cas de
départ lié au travail des enfants a été mentionné.

Pour les femmes, la violence conjugale est de loin la forme la plus courante des violences faites aux
femmes qui ont été rapportées par les ménages. Elle a été citée par les trois quarts des ménages.

risque, qui reflètent mieux l’utilisation de préservatifs au moment de l’enquête est encore faible à Madagascar et même dans la
capitale (22,1% chez les hommes âgés de 15-49 ans résidant dans la capitale, selon EDS 2008-2009).

9
6
Vient ensuite le harcèlement psychologique (39%) et les viols (18%). Les autres formes de violence
existent mais ont été mentionnées rarement par les ménages.

15. État de droit et justice

Le problème d’insécurité a une ampleur considérable au niveau de la Capitale dans le contexte


actuel.

Un peu plus d’un ménage sur deux (51%) éprouve un sentiment d’insécurité, 8% des ménages ont
évoqué des cas d’arrestation par les forces de l’ordre et pour diverses raisons d’un membre de famille
ou personne du voisinage. À ces problèmes s’ajoutent encore, mais avec une proportion relativement
moindre (7%), les cas relatifs aux actes de violence, de vandalisme et de vol par des groupes
identifiés et/ou des individus isolés. La télévision et la radio sont les médias les plus utilisé par les
ménages pour suivre les informations. Les journaux occupent la troisième position. Peu de ménages
ont déclaré ne s’intéresser aux informations.

16. Jeunes 15 à 24 ans

Les avis des enquêtés sur les jeunes sont divergents. Les situations actuelles ne sont pas très
favorables au bon développement et épanouissement des jeunes et peuvent jouer en défaveur
des jeunes au fur et à mesure que la crise perdure.

Un peu moins du tiers des répondants ont respectivement des avis favorables pour les jeunes quant
au niveau de leur engagement dans la vie communautaire et leur avenir. Les espaces de loisirs font
cruellement défaut selon les enquêtés : seuls 17% d’entre eux pensent qu’il y a suffisamment
d’espaces de loisirs disponibles pour les jeunes.

Les trois principales occupations des jeunes pendant leurs temps libres sont, par ordre d’importance,
le sport, les activités nécessitant de l’argent (casino, combat de coq, et) et regarder la télé. Le
deuxième semble pourtant nocif au bon développement et à l’épanouissement des jeunes. Les deux
autres, par contre, sont respectivement favorables à la santé et informatifs pour les jeunes.

Les trois principales menaces citées par les ménages enquêtés à la santé des garçons sont
constituées par les stupéfiants : alcool (80%), drogues (73%) et tabac (42%). Chez les filles, les trois
principales menaces évoquées sont par ordre d’importance : la grossesse précoce (52%), l’alcool
(35%) et le VIH/SIDA (34%).

6
Ils convient de noter qu’il ne s’agit pas ici du pourcentage des femmes qui sont victimes de viols, les cas de viols déclarés par
les ménages pouvant être les mêmes. Les problèmes de viols ont été évoqués surtout par les ménages situés dans les
arrondissements 2ème (25%), 3ème (37%) et 5ème (23%).

10
17. Besoins prioritaires

Les ménages expriment des souhaits variables selon leur niveau de vie, reflétant leurs
aspirations par rapport à leurs situations actuelles.

Tous les ménages aspirent avant tout au travail et à la fin de la crise. Les opinions divergent pour les
autres besoins prioritaires. Pour l’ensemble des ménages, l’alimentation vient en troisième position
des besoins dans l’immédiat exprimés par les ménages. La sécurité, bien qu’en quatrième position, a
été également citée par 17% des ménages doit être prise avec une bonne considération. En effet, en
se référant aux réponses des enquêtés sur les agressions et violences en milieu urbain, le problème
d’insécurité se pose avec acuité dans la capitale, et ceci, avec une ampleur assez alarmante. Pour les
ménages aisés, la sécurité figure parmi les trois premières priorités alors que pour les ménages les
plus pauvres, l’alimentation vient en troisième position après le travail et la fin de la crise.

Pour le long terme, les besoins exprimés par les ménages concernent avant tout l’habitat, il est suivi
du travail et de l’éducation des enfants.

Enfin, demandés à propos de leurs opinions quant à l’évolution de la situation de leurs ménages, 40%
des ménages se montrent optimistes, espérant une amélioration de leur situation. Environ 29%
expriment leur pessimisme et 25% pensent que la situation de leur ménage ne changerait pas . 6%
des ménages n’ont aucune idée sur l’évolution de leur situation qui reste tributaire de la situation qui
prévaut dans le pays.

11
CHAPITRE 1. CONTEXTE, OBJECTIFS ET MÉTHODOLOGIE

1.1. Contexte

Depuis son indépendance, Madagascar a connu une histoire politique assez instable qui a toujours
affecté les conditions de vie de la population. Ayant encore connu une crise socio-politique depuis
janvier 2009, le pays est toujours en quête d’une solution durable en vue d’une stabilisation politique
et d’une normalisation socio-économique.

Les différentes crises politiques, y comprise celle de 2009, ont engendré une désorganisation
économique et sociale, caractérisée par une aggravation du phénomène de pauvreté et de
ème
vulnérabilité. En 2009, le pays a été classé à la 145 place sur 180 pays, avec un indice de
Développement Humain (IDH) de 0,543. Tout laisse croire que les répercussions de ces différents
chocs ont entraîné l’émergence d’une nouvelle catégorie de pauvres en milieu urbain comme la
capitale et toutes sortes de déficits, notamment en termes d’alimentation, de revenu, d’emploi, de
sécurité/sérénité.

La ville d’Antananarivo, la capitale administrative du pays, est située au cœur des hauts plateaux
centraux, à une altitude de 1435 mètres. Elle s’étend sur une aire rectangulaire de 80 Km² et est
constituée de six arrondissements qui sont eux-mêmes divisés en 192 fokontany. D’après les chiffres
7
de la cartographie censitaire effectuée par l’INSTAT en 2009, environ 1 037 000 personnes résident
dans la capitale, soit une densité de l’ordre de 13 000 habitants/km², contrastant fortement avec la
moyenne nationale. Elle a toujours été le centre des différentes manifestations populaires s’inscrivant
dans le cadre des crises politiques et est susceptible de subir la lourde conséquence de la crise.

Afin de suivre l’évolution de la situation socio-économique au niveau des ménages, il a ainsi été
décidé de mettre en place un système de suivi à travers la méthode Multi Cluster Rapid Assessment
Mechanism (McRAM). Cette méthode utilise une approche multisectorielle et inter-agence dont les
Inter-Agency Standing Committee (IASC) clusters décident d’un commun accord les objectifs, la
méthodologie et les outils de collecte des données, adaptée dans des évaluations d’urgence pour les
réponses humanitaires. Elle a déjà fait ses preuves dans les pays de Sri Lanka et Pakistan. Les
secteurs qui ont contribué au McRAM de Madagascar sont : sécurité alimentaire (FAO) ; agriculture
urbaine (PAM) ; eau et assainissement (UNICEF) ; jeunes et éducation (UNESCO, UNICEF) ; santé,

7
Il ne s’agit pas encore ici de chiffres provenant d’un recensement, mais plutôt fournis par les autorités administratives (au
niveau des arrondissements et des fokontany) lors de la réalisation des travaux de la cartographie censitaire.

12
violence à domicile (OMS, UNFPA) ; protection y compris celle des enfants, état de droit, réseau
social, médias (PNUD) ; habitat (Un-habitat et IFRC) ; migration, activités économiques, transport et
besoins immédiats prioritaires des ménages (BM). C’est dans ce cadre que la présente étude est
menée.

1.2. Objectifs de l’étude

Les objectifs de l’étude McRAM de la ville d’Antananarivo sont de :

1. Suivre la situation des ménages de la ville selon les indicateurs clés qui ont été défini dans les
domaines suivants :

 Éducation, santé, habitat

 Transport, migration

 Sécurité alimentaire, activité économique, Agriculture

 État de droit et justice, protection des jeunes et des enfants, violence faite aux
femmes

2. Mesurer l’impact de la crise sociopolitique dans les ménages

1.3 Méthodologie d’échantillonnage

1.3.1 Définition des populations cibles

Les ménages et les enfants en âge scolaire (6 à 17 ans) constituent les principales cibles de
l’enquête, la scolarisation des enfants étant supposée la plus susceptible d’être affectée par la crise.
L’échantillon des ménages a été considéré de manière à assurer la représentativité de l’ensemble
des ménages dans la commune urbaine d’Antananarivo ainsi que les enfants de 6 à 17 ans, afin de
pourvoir mesurer les changements qui résulteraient de la crise dans les indicateurs liés à leurs
situations.

1.3.2 Calcul de la taille de l’échantillon

Le calcul de la taille de l’échantillon des ménages à enquêter s’est basé sur le calcul de la taille
minimale des enfants nécessaire pour permettre de faire une estimation de l’indicateur taux de
scolarisation des enfants de 6 à 17 ans. La taille des ménages a été déterminée à partir du nombre de
ménages nécessaires pour couvrir l’ensemble des enfants échantillons.

13
Pour déterminer la taille minimale de l’échantillon des enfants nécessaires, il a été considéré les deux
sous-populations cibles, à savoir :
Enfants de 6 à 10 ans (pour la scolarisation dans le cycle primaire)
Enfants de 11 à 17 ans (pour la scolarisation dans le cycle secondaire)
En fixant un niveau de confiance à 95%, la taille de l’échantillon des enfants en âge scolaire
nécessaire est donnée par la relation :
t² Pi (1-Pi)
ni = d* ---------------------
E2
Où : n = taille de l’échantillon
d = effet du plan d’échantillonnage (effet de grappe) dont la valeur maximale est égale à 2 ;
Pi= valeur estimée du taux de scolarisation pour le groupe d’âge correspondant ;
t = niveau de confiance déduit du taux de confiance (1,96 pour un taux de confiance de 95%)
E = marge d’erreur

La valeur de la marge d’erreur décrit la précision dans l’estimation de la proportion. Plus la marge
d’erreur est petite, plus on a une précision sur les résultats obtenus. En général, on prend une marge
d’erreur de 5% ou moins, la valeur maximale de la marge d’erreur acceptable est de 10%.

Pour chaque valeur de ni, le nombre de ménages nécessaires pour obtenir l’échantillon ni peut être
obtenu à partir de la formule suivante :
ni
mi = = --------------------------------------------------------------------------------------------------------------
taille moyenne de ménage dans le site * % enfants de la classe d’âges concernés

L’échantillon de ménages (m) correspond au nombre de ménages maximum afin de couvrir toutes les
sous populations cibles.

Pour tenir compte des taux de non réponse (estimé à 5%), le nombre total de ménages à enquêter a
été calculé à partir de la formule M= m + m * 5%.

Le calcul a pris en compte l’estimation des taux de scolarisation des enfants de 6 à 17 ans à
Antananarivo ville est estimé à 91% pour les enfants de 6 à 10 ans et 56% pour les enfants de 11 à
17 ans, la taille moyenne des ménages dans la capitale Antananarivo. En prenant une marge d’erreur
de 7,5% (pour tenir compte des contraintes budgétaires), la valeur de l’effet de grappe égale à 2 et
enfin, le taux de non réponse à 5%, la taille minimale de l’échantillon des ménages à enquêter a été
évaluée à 515 ménages.

14
1.3.3 Procédure d’échantillonnage

Le tirage de l’échantillon a été effectué à travers un sondage aléatoire par grappe à deux degrés.

8
Au premier degré, après avoir établi la liste exhaustive des zones de dénombrement (ZD) de la ville
d’Antananarivo, il a été procédé un tirage aléatoire des ZD. Les ZD-échantillons ont constitué les
unités primaires de sondage (UPS).

Comme il a été mentionné plus haut, au total, 515 ménages ont été prévus être enquêtés à
Antananarivo pour tenir compte des non réponses. En fixant un nombre de 25 ménages à enquêter
par ZD, 21 ZD sur le total de 901 que compte la commune ont été tirées.

Un dénombrement des ménages dans chaque ZD sélectionnée a été effectué afin d’obtenir une liste
de ménages. Cette liste a servi pour la sélection des ménages au deuxième degré.

Au deuxième degré, dans chacune des ZD tirées au premier degré (ZD échantillons), 25 ménages ont
été sélectionnés avec un tirage systématique à probabilité égale, à partir la liste obtenue lors du
dénombrement, soit un total de 525 ménages.

Les ménages absents, ou ayant refusé n’ont pas fait l’objet de remplacement. Ce qui ne fausse pas
l’échantillon parce qu’un taux de non réponse de 5% a été intégré dans le calcul de la taille de
l’échantillon. Le résultat de l’enquête dans le ménage a été inscrit sur la première page du
questionnaire.

1.4 Outils de collecte de données

La collecte de données a été effectuée à l’aide d’un questionnaire révisé, établi sur la base du
questionnaire qui a déjà été utilisé lors des précédentes McRAM. Des questions supplémentaires ont
été ajoutées en fonction des besoins des clusters. Il a été traduit en langue malagasy afin de
permettre aux enquêteurs de l’administrer correctement et de s’assurer que les questions soient
posées dans un langage compréhensible par les enquêtés.

Le questionnaire de l’enquête a été structuré en dix sept sections, à savoir :


Caractéristiques socio-démographiques ;
Emploi/activité ;
Migration ;

8
Une zone de dénombrement (ZD) est un groupe de logements délimité physiquement lors de la cartographie censitaire de
l’INSTAT. Les délimitations sont dans la plupart des cas, constituées des limites naturelles (cours d’eau, etc) ou des limites
facilement visibles. Il peut contenir une partie ou un ou plusieurs fokontany. Théoriquement, chaque ZD a une taille de 300
ménages.

15
Déplacement/Transport ;
Éducation ;
Sécurité alimentaire ;
Utilisation des services bancaires/mutuelles d’épargne ;
Agriculture urbaine ;
Réseau social ;
Eau et assainissement ;
Protection de l’enfant, violence sur les enfants ;
Habitat ;
Etat de droit et justice ;
Santé ;
Violence à domicile ;
Jeunes de 15-24 ans ;
Et enfin, besoins prioritaires des ménages.

1.5 Collecte, traitement et analyse de données

La collecte des données s’est déroulée du 26 avril au 11 mai 2010. Elle a été conduite par quatre
équipes, dirigées respectivement par un superviseur et comprenant trois enquêteurs. La collecte a été
précédée d’une formation et d’un pré-test du questionnaire.

Les données ont été saisies au moyen du logiciel CS-PRO et ont fait l’objet de vérification et d’un
apurement après vérification des contrôles de cohérence des données. Les données ont été par la
suite converties sous le logiciel SPSS pour l’analyse.

16
CHAPITRE 2. PRÉSENTATION DES RÉSULTATS

2.1. Caractéristiques de l’échantillon

Cette section traite des caractéristiques de l’échantillon de l’enquête. La connaissance de ces


caractéristiques est essentielle pour comprendre les situations des ménages et expliquer leurs
comportements dans les différents domaines. Les données recueillies fournissent des informations sur
l’âge, le niveau d’instruction, la situation matrimoniale des différents membres du ménage ainsi que
leurs liens de parenté avec les chefs de leurs ménages, la taille et le niveau de revenu des ménages.
Ces caractéristiques seront utilisées dans la suite de l’analyse comme variables de différenciation de
la plupart des indicateurs étudiées.

2.1.1 Caractéristiques des ménages

La taille moyenne est de 4,4 personnes par ménage, avec une prépondérance des ménages
constitués de 3 à 6 personnes (environ les trois quarts des ménages). Les ménages de la capitale
sont majoritairement dirigés par un homme (81%). Les ménages dirigés par un homme sont
généralement de taille plus importante que ceux dirigés par une femme (tableau 1.1bis).

Les chefs de ménages sont majoritairement mariés (56% mariés légalement et 15% coutumièrement).
D’une manière générale, les femmes occupent le poste de chef de ménage lorsqu’elles sont
célibataires ou quand leurs maris ne vivent plus dans le ménage (divorcée/séparée, veuve). Les chefs
de ménages sont en moyenne âgés de 44 ans. Environ 6% des ménages sont dirigés par un jeune de
moins de 25 ans et presque un ménage sur quatre est dirigé par un adulte à un âge assez élevé (plus
de 55 ans).

D’une manière générale, les niveaux de revenus des ménages sont faibles. Environ 38% des
ménages ont un revenu mensuel inférieur à 100.000 Ariary. Seulement 1 ménage sur 10 (11%) a un
revenu supérieur à 500.000 Ariary. Les ménages dirigés par les hommes ont en général un revenu
plus élevé que ceux dirigés par une femme.

17
Tableau 1.1 : Caractéristiques des ménages enquêtés

Répartition des ménages selon le sexe du Chef de Ménage (CM), la taille du ménage, l'âge du
CM, le statut matrimonial du CM, la composition des ménages et le niveau de revenu des
ménages, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Sexe du chef de ménage
Ménage dirigé par un Ménage dirigé par une
Caractéristiques Ensemble
homme femme
Effectif % Effectif % Effectif %
Sexe du chef de ménage (CM)
Ménage dirigé par un homme 406 0 406 80,8
Ménage dirigé par une femme 0 97 97 19,2
Ensemble 406 97 503 100
Groupe d'âge du CM
15-24 ans 23 5,6 7 6,9 30 5,9
25-34 ans 102 25,2 11 11,2 113 22,5
35-54 ans 207 51,0 36 37,6 243 48,4
55 ans et plus 74 18,2 43 44,3 117 23,2
Ensemble 406 100,0 97 100,0 503 100,0
Statut matrimonial du CM
Célibataire 25 6,2 9 9,5 34 6,8
Marié légalement 276 68,0 4 4,3 280 55,8
marié coutumièrement 75 18,6 1 1,0 76 15,2
Union libre 17 4,2 0 0,0 17 3,4
Veuf-Divorcé-Séparé 12 3,0 82 85,2 94 18,8
Ensemble 406 100,0 97 100,0 503 100,0
Niveau de revenu mensuel
< 50000 Ariary 20 5,0 19 19,3 39 7,7
50000 à 100000 Ariary 113 28,0 35 36,2 148 29,6
100000 à 300000 Ariary 183 45,3 28 29,1 211 42,2
300000 à 500000 Ariary 39 9,7 8 8,3 47 9,4
> 500000 Ariary 48 12,0 7 7,1 55 11,0
Ensemble 404 100,0 97 100,0 501 100,0
Taille du ménage
1 13 3,2 9 9,6 22 4,5
2 28 6,8 19 20,1 47 9,4
3 67 16,6 25 26,3 93 18,5
4 113 27,8 14 14,9 127 25,3
5 87 21,5 13 13,5 100 19,9
6 48 11,7 8 7,9 55 11,0
7 30 7,3 5 4,8 34 6,8
8 13 3,1 1 0,8 14 2,7
9 ou plus 8 1,9 2 2,0 10 1,9
Ensemble 406 100,0 97 100,0 503 100,0

18
Tableau 1.1 : Caractéristiques des ménages enquêtés

Répartition des ménages selon le sexe du Chef de Ménage (CM), la taille du ménage, l'âge du
CM, le statut matrimonial du CM, la composition des ménages et le niveau de revenu des
ménages, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Tableau 1.1bis : Caractéristiques des ménages

Âge moyen des chefs des ménages et taille moyenne des ménages enquêtés, par sexe des chefs des
ménages, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Caractéristiques Homme Femme Ensemble
Taille moyenne 4,5 3,8 4,4
Âge moyen du chef de ménage 42,3 50,2 43,8
Effectif 406 97 503

2.1.2 Caractéristiques des membres des ménages

Les ménages enquêtés comportent au total 2194 individus dont 49% de sexe masculin et 51% de
sexe féminin. Les membres ont en moyenne 25,3 ans. Les enfants en âge de scolarisation (6 à 17
ans) représentent 28% de l’ensemble des membres des ménages et les jeunes de 15 à 24 ans de
21%.

La majorité de la population âgée de 15 ans et plus a un niveau d’instruction secondaire, une infime
partie d’entre eux n’ont jamais été à l’école (2%) et plus de 15% ont atteint le niveau supérieur.
Presque la moitié des membres des ménages (49%) est mariée (légalement ou coutumièrement). Les
célibataires représentent environ 40% de l’ensemble.

Les hommes sont légèrement plus instruits que les femmes. La proportion des membres qui ont
atteint le niveau supérieur est plus élevée chez les hommes que chez les femmes (18% contre 13%),
et à l’inverse, les hommes sans instruction sont proportionnellement moins nombreux que les femmes
non instruites. Au moment de l’enquête, seulement 1% des membres ont été absents de leur
9
ménage .

9 Sont considérées comme absentes toutes personnes qui se sont déplacées pour vivre en dehors du ménage pour une
période de plus d’une semaine mais n’ayant pas l’intention d’y rester pendant plus de six mois.

L’effectif des absents est faible, néanmoins, les raisons d’absence évoquées sont diversifiées : des raisons économiques,
raisons sociales et études, emprisonnement et mariage temporaire.

19
Tableau 1.2 : Caractéristiques des membres des ménages

Répartition des individus dans les ménages enquêtés selon le groupe d'âges, le niveau d'instruction, le
statut matrimonial et le statut de résidence, et âge médian et âge moyen des membres des individus, par
sexe, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Homme Femme Ensemble
Caractéristiques
% N % N % N
Sexe

Masculin
48,6 1066-
Féminin
51,4 1128
Ensemble
100,0 2194
Groupe d'âge

<6 ans
13,5 144 11,6 131 12,6 275
6-10 ans
14,1 151 11,2 127 12,6 278
11-14 ans
9,1 97 9,0 101 9,0 198
15-17 ans
6,2 66 7,0 79 6,6 145
18-24 ans
11,8 126 16,2 182 14,0 308
25-34 ans
15,5 165 16,0 180 15,7 345
35-54 ans
22,4 239 20,8 235 21,6 474
55 ans et plus
7,4 79 8,2 93 7,8 171
Ensemble 100 100 100
1066 1128 2194
Niveau d'instruction (pour les personnes âgées de 15 ans et plus)

Sans instruction
1,8 12 2,6 20 2,2 32
Primaire incomplet
13,9 94 18,6 143 16,4 237
Primaire complet
11,5 78 11,5 88 11,5 166
Secondaire incomplet
42,9 289 44,5 342 43,7 631
Secondaire complet
11,4 77 8,8 68 10,0 144
Supérieur 18,1
122 13,1 101 15,4 223
NSP/ND 0,5
3 1,0 8 0,7 11
Ensemble 100 100
674 100 769 1443
Statut matrimonial (pour les personnes âgées de 12 ans et plus)

Célibataire
42,6 317 37,3 312 39,8 629
Marié légalement
39,4 294 35,1 293 37,1 587
Marié coutumièrement
12,2 91 11,1 93 11,6 184
Union libre
2,6 20 2,5 21 2,5 40
Divorcé/séparé Veuf/veuve
3,1 23 13,9 116 8,8 140
Ensemble 100
100,0 746 835 1580
Statut de résidence
Présent
98,4 1048 99,1 1118 98,8 2166
Absent
1,6 17 0,9 10 1,2 26
Ensemble 100 100
1065 1127 100,0 2192

20
Tableau 1.2bis : Caractéristiques des membres des ménages

Âge moyen et médian des individus dans les ménages enquêtés par sexe, Enquête McRAM 2010
Antananarivo.
Sexe
Age Homme Femme Ensemble
Âge moyen 24,9 25,7 25,3
Âge médian 21 22 22
Effectif 1 066 1 128 2 194

2.2. Emploi/activités

Les points à aborder ici permettent de mesurer le niveau de participation de la population en âge de
travailler de la commune urbaine d’Antananarivo dans la vie économique, les conditions de travail
et/ou les problèmes rencontrés par ceux qui sont engagés dans le marché du travail. Le chapitre
présentera également un résumé du profil du capital humain de la ville d’Antananarivo.

La recommandation du BIT définit l’âge de travail entre 15 et 64 ans, âge que nous allons retenir dans
l’analyse. Toutefois, pour faire face à la situation de la crise actuelle, et pour des raisons moins liées à
la crise, certains enfants de moins de 15 ans et des adultes ayant déjà dépassé cet âge de travailler
sont également obligés de s’engager dans le marché du travail dans une perspective de contribuer au
revenu des ménages. Aussi, le rapport fournit-il également les indicateurs permettant d’avoir une idée
sur la participation des enfants et des personnes âgées de 65 ans ou plus dans les activités
économiques.

Les questions posées relatives à l’activité économique consistaient avant tout à demander l’activité
principale de chaque individu. Pour ceux qui travaillent, il leur a été demandé de fournir la branche
d’activité dans laquelle il travaille, son régime de travail (à temps partiel ou à temps plein) et la nature
du revenu qu’il tire de son activité. Pour ceux qui ne travaillent pas, une question a été posée pour
savoir s’ils sont en quête d’un emploi ou non.

Avant de présenter les résultats proprement dits, il convient de préciser ici quelques définitions des
concepts utilisés :
• Population potentiellement active (en âge de travail) : Ensemble de la population âgée de 15 à
64 ans
• Population active : Ensemble de la population âgée de 15 à 64 ans qui travaillent ou qui
cherchent un emploi au moment de l’enquête
• Population active occupée : Population âgée de 15 à 64 ans qui travaillent
• Population active inoccupée (chômeur dans le sens large) : Population en âge de travailler (15
à 64 ans) dépourvu d’emploi et qui est à la recherche de travail (que ce soit le premier emploi
ou non)

21
• Population inactive : Population âgée de 15 à 64 ans qui n’est pas encore ou n’est plus sur le
marché du travail (étudiants, retraités, handicapés, femmes au foyer…)
Le taux d’activité se définit ainsi comme le rapport entre l’effectif total de la population active (occupée
ou non) et l’effectif de la population potentiellement active.
Le taux d’occupation se calcule par le rapport entre l’effectif total de la population active inoccupée et
l’effectif de la population active.
Le taux de chômage se définit comme l’effectif total de la population active inoccupée et l’effectif de la
population active.

2.2.1. Activité

Le graphique 2.1 montre que la population âgée de 15 à 64 ans de la commune urbaine


d’Antananarivo est composée de 63% de personnes actives occupées, 9% de personnes actives
inoccupées et de 27% de personnes inactives, avec une différence significative entre les hommes et
les femmes.

Graphique 2.1 : Statut d'activité de la population âgée de 15 à 64 ans de la commune urbaine


d'Antananarivo
80
71,7
70 63,4
60 56,1

50
%

40 32,3
27,3
30
21,7
20
11,6 9,3
6,7
10

0
Homme Femme Ensemble
Source : Enquête McRAM, 2010
Active occupée Active nond'activité
statut occupée (chômeur/en quête de premier emploi) Inactive

Le taux d’activité de la population âgée de 15 à 64 ans de la ville d’Antananarivo se situe ainsi à 73%
(tableau 2.1). Le taux d’activité des enfants de 6 à 14 ans est de 1,5% et celui des adultes âgés de 65
ans et plus de 22%. Ce taux d’activité des enfants n’est pas à négliger, car à un âge très jeune, ces
enfants veulent déjà (ou sont obligés de) participer à l’activité économique. De même, un peu plus du
cinquième des personnes qui n’ont plus l’âge de travailler sont encore sur le marché du travail.
Autrement dit, l’activité économique de la ville d’Antananarivo est caractérisée par une entrée
précoce et une sortie tardive de la population sur le marché du travail.

Ce taux global d’activités cache cependant d’importantes disparités selon le sexe. Celui des hommes
(78%) est beaucoup plus élevé que celui enregistré chez les femmes (68%). Bien que plus faible que
chez les hommes, le taux d’activité chez les femmes est assez élevé et traduirait la volonté de

22
nombreuses femmes - autant que les hommes - à contribuer à l’amélioration du pouvoir d’achat des
ménages, malgré leur rôle dans la prise en charge de la reproduction familiale. Il serait aussi un
indicateur de la volonté des femmes de la capitale de sortir du rôle traditionnel de ménagère qui leur
était dévolu.

Tableau 2.1 : Taux d'activité

Taux d'activité des 6-14 ans, 15-64 ans, 65 ans et plus et des 6 ans, par sexe, Enquête McRAM 2010
Antananarivo.
Homme Femme Ensemble
Taux Taux Taux
Groupe d'âge d'activité Effectif d'activité Effectif d'activité Effectif
6-14 ans 1,5 248 1,4 226 1,5 474
15-19 ans 32,3 104 25,5 132 28,5 236
15-64 ans 78,3 650 67,7 737 72,7 1 388
65-89 ans 18,8 23 24,7 32 22,2 54
6 ans et plus 56,2 921 51,3 995 53,7 1 916

Le taux d’occupation de la population âgée de 15 à 64 ans est de 87%. Autrement dit, environ 9
adultes sur 10 qui sont disponibles pour travailler (ils ont l’âge de travailler et sont engagés sur le
10
marché du travail) le font effectivement. Chez les adultes ayant dépassé l’âge de 65 ans, ce taux est
de 86%. Le taux d’occupation des femmes qui sont sur le marché du travail (87 %) est plus faible que
celui des hommes (91,5 %), traduisant leur plus grande difficulté à trouver du travail.

Tableau 2.2 : Taux d'occupation

Taux d'occupation des 6-14 ans, 15-64 ans, 65 ans et plus et des 6 ans, par sexe, Enquête McRAM
2010 Antananarivo.
Homme Femme Ensemble
Taux Taux Taux
Groupe d'âge d'occupation Effectif d'occupation Effectif d'occupation Effectif
6-14 ans * 4 * 3 * 7
15-19 ans 69,2 34 67,3 34 68,3 67
15-64 ans 91,5 509 82,8 500 87,2 1 009
65-89 ans * 4 * 8 85,8 12
6 ans et plus 91,4 518 82,6 510 87,0 1 028
* Effectif trop faible pour le calcul de taux

La courbe des taux d’activités par groupe d’âge et par sexe présentée dans le graphique 2.2 permet
de visualiser le calendrier d’entrée et de sortie du marché du travail et d’éventuelles disparités de
genre. L’examen de cette courbe révèle : i) une entrée précoce et progressive dans le marché du
travail à Antananarivo ; ii) une sortie tardive et progressive aussi du marché du travail ; iii) une forte
participation à l’activité économique entre 25 et 54 ans ; et enfin une moindre présence des femmes
dans le marché du travail entre 25 et 54 ans.

10
Pour les enfants de 6-14 ans, l’effectif est trop faible, ne permettant pas de calculer le pourcentage

23
Graphique 2.2 : Courbe de taux d'activité par groupe d'âges et par sexe

100
% personnes actives

75

50

25

0
6-9 10- 15- 20- 25- 30- 35- 40- 45- 50- 55- 60- 65- 70- 75- 80- 85
ans 14 19 24 29 34 39 44 49 54 59 64 69 74 79 85 ans
ans ans ans ans ans ans ans ans ans ans ans ans ans ans ans et
plus
groupe d'âges

Source : Enquête McRAM, 2010 Ensemble Homme Femme

L’enquête EDS 2008-2009 a également collecté les données sur les activités économiques des
femmes et des hommes âgés de 15 à 49 ans. Selon les résultats de cette enquête, le pourcentage
des femmes et des hommes de la capitale de cette tranche d’âges qui ont travaillé au moment de
l’enquête sont respectivement de 66% et de 72%. Pour les mêmes groupes d’âges, les pourcentages
enregistrés pour cette enquête sont de 56% pour les femmes et de 70% pour les hommes. Etant
donné que la collecte de donnée de l’EDS dans la capitale s’est déroulée en novembre 2008, juste
avant la crise politique, on peut en déduire une chute de 10 points de ce pourcentage chez les
femmes, et une légère baisse chez les hommes entre le début de la crise et le moment de cette
enquête. Cette chute traduirait ainsi l’effet de la crise sur l’activité économique, notamment chez les
femmes, qui ont été plus victimes d’une perte d’emploi pendant la crise.

2.2.2. Profil du capital humain


11
Le tableau 2.3 résume le profil du capital humain de la capitale Antananarivo .

Il révèle une différence de profil en termes d’âge, d’instruction et de statut matrimonial selon le statut
d’activité. Les actifs occupés sont en moyenne plus âgés (37 ans) et moins souvent célibataires
(18,5%) que les actifs inoccupés (29 ans en moyenne et 43% de célibataires) et les inactifs (27 ans et
72% de célibataires). Ils sont plus instruits que les inoccupés (16% ont atteint le secondaire contre
3%) mais le sont moins que les inactifs dont 20% ont le niveau secondaire. Ceci s’explique par le fait
que les inactifs sont majoritairement constitués d’élèves/étudiants. En somme il semblerait que

11
Pour plus de détail, voir tableau 2.2A en annexe

24
l’éducation constitue un atout majeur d’insertion/conservation de l’emploi pour ceux qui sont sur le
marché du travail à Antananarivo.

Tableau 2.3 : Profil du capital humain de la ville d’Antananarivo

Principales caractéristiques des populations potentiellement actives (âgées de 15 à 64 ans), selon le


statut d’activité, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Groupe de population Effectif % par rapport à Age % de la % des
l’ensemble de la moyen population de la célibataires (C),
population catégorie ayant mariés (M) et
potentiellement atteint le niveau divorcés/veufs
active supérieur (D)
Population active occupée 880 63,4 36,7 16,3 C : 18,5
M : 68,1
D : 10,2
Population active inoccupée 129 9,3 29,3 3,0 C : 42,9
M : 48,2
D : 5,3
Population inactive 379 27,3 26,9 19,9 C : 71,7
M : 22,2
D : 4,3
Ensemble de la population 1388 100 33,3 16,0 C : 35,3
potentiellement active M : 43,7
D : 8,1

2.2.3. Branches d’activité et nature des revenus des travailleurs

12
L’analyse des branches d’activité de la population âgée de 15 à 64 ans montre une grande diversité
de l’activité (tableau 2.4). On peut mentionner, à titre illustratif, que :
- 30% de la population exerce une activité dans le commerce
- 23% travaillent pour un service personnel ou des activités domestiques
- 7% travaillent dans le secteur transport
- Le service administratif public et l’entreprise privée concernent chacun 8% de la population .
13
- le travail informel déclaré touche environ 4% de la population.
On note une différence significative des branches d’activité selon le sexe. Les femmes sont largement
plus nombreuses à exercer des activités de commerce, d’artisanat, de services personnels et
domestiques, de développement social, de santé et d’éducation que les hommes. En revanche, les
activités dans le secteur du bâtiment, de la construction et du transport sont presque exclusivement
réservées aux hommes.

En ce qui concerne la nature des revenus, les résultats montrent une certaine « instabilité » des
revenus de la majorité de la population. Dans 46% des cas, les travailleurs reçoivent leur

12
La classification des activités déclarées a été effectuée sur la base de la liste internationale des branches d’activités

13
L’enquête ne permet pas de saisir toutes les activités informelles . Il faudra une étude plus spécifique pour mesurer l’ampleur

des activités informelles.

25
rémunération en fonction des ventes/prestation des services qu’ils ont rendus et, dans 12% des cas,
leurs salaires dépendent du nombre de jours de travail effectués et le paiement se fait de façon
journalière. Seul 40% de la population gagnent un salaire fixe, ayant ainsi une assurance permanente
de la disponibilité du revenu.

Tableau 2.4 : Branche d'activité et nature de revenu des populations actives

Répartition des membres des ménages âgés de 15 à 64 ans qui travaillent selon la branche d'activité et la
nature de revenu, par sexe, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Homme Femme Ensemble
Caractéristiques activités
% Effectif % Effectif % Effectif
Branche d'activité activité
Agriculture 3,6 17 * 3 2,3 20
Commerce 21,8 101 39,0 162 29,9 263
Artisanat 3,8 18 8,6 36 6,1 53
Service administratif/public 9,0 42 6,0 25 7,5 66
Industrie/entreprise
privée/manufacture 7,2 33 8,5 35 7,8 69
Service
4,1 19 3,1 13 3,6 32
informatique/financier
Transport 13,4 63 * 2 7,4 65
Services
personnels/privés/domestiq 20,2 94 26,0 107 22,9 202
ues
Activité informelle 4,9 23 2,0 8 3,5 31
Développement
social/éducation/santé 1,9 9 3,7 15 2,7 24
Bâtiment/construction 8,9 41 0,0 0 4,7 41
Non Déclaré 1,2 6 1,8 7 1,5 13
Ensemble 100,0 466 100,0 414 100,0 880
Nature du revenu
Salaire fixe 44,1 204 35,3 146 40,0 350
Salaire journalier 16,0 74 8,1 33 12,3 108
Honoraire en fonction des
ventes 39,4 183 54,3 224 46,4 407
Autres 0,4 2 2,3 10 1,3 12
Ensemble 100,0 463 100,0 413 100,0 876

Les hommes sont légèrement plus nombreux à exercer des activités qui génèrent des salaires fixes et
ils sont deux fois plus nombreux que les femmes à toucher des salaires journaliers. Par contre, les
revenus des femmes qui travaillent sont beaucoup plus fonction des honoraires et services fournis
(54% contre 40%).

Une analyse complémentaire sur la nature des revenus par branche d’activité permet de faire ressortir
que les salaires fixes concernent avant tout ceux qui travaillent dans les services informatiques,
financiers, administratifs publics et dans les industries et entreprises privées où les proportions des
travailleurs concernés sont de l’ordre de 90% contre moins de 10% dans l’agriculture, le commerce et
les activités informelles. C’est pour ces dernières branches en plus du bâtiment/construction que les
travailleurs sont les plus nombreux à toucher des salaires journaliers. Enfin, les salaires en fonction

26
des ventes/prestation de services rendus sont plus rencontrés dans le commerce (92%), suivi de
l’artisanat, l’activité informelle et l’agriculture (près de 63% des cas dans chaque branche).

2.2.4. Chômage et sous emploi

a) Chômage

Les résultats montrent un taux de chômage de 13% pour la population active âgée de 15 à 64 ans de
la commune urbaine d’Antananarivo. Le chômage affecte beaucoup plus les femmes (17%) que les
hommes (9%).

Elle varie également fortement en fonction de l’âge. Les jeunes actifs âgés de 15 à 24 ans, sans
expérience, sont les plus confrontés à de grandes difficultés pour s’insérer sur le marché de travail :
près du quart de ces jeunes actifs (27%) sont en effet en chômage. A partir de 25 ans, le taux diminue
fortement pour atteindre moins de 3% à 45 ans.

Graphique 2.3 : Courbe de taux de chômage par groupe d'âges et par sexe

30
% chômeurs

20

10

0
15-19 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 60-64 65-69
ans ans ans ans ans ans ans ans ans ans ans
groupe d'âges

Source : Enquête McRAM, 2010 Ensemble Homme Femme

Le niveau d’instruction et le statut matrimonial constituent des facteurs de différenciation importante


de la recherche d’emploi (tableau 2.5). Les personnes non instruites et celles ayant un haut niveau
d’instruction sont les moins affectés par le chômage. Le taux de chômage augmente ainsi avec le
niveau d’instruction et atteint son maximum dans le groupe des personnes ayant le niveau secondaire
premier cycle (17%), mais à partir de ce niveau, il diminue au fur et à mesure que le niveau
d’instruction augmente pour s’établir à moins de 3% dans le groupe des personnes ayant le niveau
supérieur. Ceux qui ont un niveau d’instruction moyen éprouvent plus de difficultés à s’insérer dans le
marché du travail.

27
Enfin, le chômage concerne beaucoup plus les célibataires que ceux qui sont mariés légalement et
ceux qui sont divorcés/séparés, probablement du fait de leur plus jeune âge et de leur manque
d’expérience.

Tableau 2.5 : Variation du taux de chômage selon les caractéristiques socio-démographiques

Pourcentage des membres des ménages âgés de 15 à 64 ans qui ne travaillent pas et qui sont en quête
d’un emploi selon le groupe d'âges, le niveau d'instruction et le statut matrimonial, par sexe, Enquête
McRAM 2010 Antananarivo.
Homme Femme Ensemble
Caractéristiques
% N % N % N
Groupe d'âge
<25 ans 21,1 95 23,9 138 22,7 53
25-34 ans 8,0 150 14,5 173 11,5 37
35-54 ans 3,8 235 11,2 232 7,7 36
55 ans et plus 2,2 46 2,0 49 3,1 3
Niveau d'instruction
Sans instruction 0,0 11 0,0 16 0,0 27
Primaire 6,2 146 10,4 201 8,6 347
Secondaire 1er cycle 12,4 177 21,9 210 17,4 386
Secondaire 2nd cycle 10,6 104 16,2 99 12,9 201
Supérieur 2,3 87 3,2 62 2,7 149
Statut matrimonial
Célibataire 22,2 135 22,1 113 22,5 248
Marié légalement 2,6 268 11,7 282 7,3 550
Marié coutumièrement 4,5 88 20,7 92 12,2 180
Union libre 0,0 19 25,0 20 12,8 39
Divorcé/séparé Veuf/veuve 11,1 18 4,7 85 6,7 104
Ensemble 8,2 527 14,5 593 11,5 1120

b) Situation de sous emploi

L’exercice d’un travail à temps partiel n’est qu’une forme parmi tant d’autres de sous emploi et la seule
que l’enquête a pu saisir. Selon les déclarations des enquêtés, 14% des populations actives occupées
travaillent à temps partiel (tableau 2.4A). Le travail à temps partiel s’observe surtout dans cinq
branches, à savoir : l’activité informelle (46%), le bâtiment/construction (41%), l’agriculture (26%),
l’artisanat (27%) et le service personnel/domestique (21%) (tableau 2.5A).

Il n’y a aucune différence entre hommes et femmes. Par contre, les travailleurs ayant le niveau
primaire sont plus concernés par le travail à temps partiel que les autres : la proportion de ceux de la
catégorie niveau primaire qui travaillent à temps partiel est deux fois plus élevée que celle des
femmes du niveau supérieur. Cet écart se creuse davantage chez les femmes alors qu’il n’est pas
observé chez les hommes.

28
2.3. Migration

Cette partie permet d’appréhender la mobilité de la population avant leur arrivée dans leur fokontany
de résidence au moment de l’enquête et de dégager les principales raisons à l’origine de cette
mobilité. La migration se définit ici par le fait de changer de fokontany résidence pour une période de
plus de six mois depuis la naissance.

L’analyse de l’origine (lieu de provenance) et du motif de migration concerne la migration la plus


récente (dernière migration).

Environ 28% de la population urbaine d’Antananarivo ont déjà migré au moins une fois dans leur vie.
La migration touche plus les femmes (30 %) que les hommes (26 %).

Graphique 3.1 : Pourcentage des membres des ménages qui ont déjà vécu hors de leur fokontany de
résidence actuelle pendant une période de plus de 6 mois, pas sexe

100

75

27,8
% 50 25,9 29,6

25

0
Hommes Femmes Ensemble
(N=1065) (N=1128) (N=2193)

sexe

Source : Enquête McRAM, 2010 Hommes Femmes Ensemble


(N=1065) (N=1128) (N=2193)

Les migrants ont un profil sociodémographique différent de celui de la population générale. Ils sont
plus âgés en moyenne (29,9 ans) que la population générale (25,3 ans), sont plus instruits et vivent
de manière générale dans des ménages plus aisés.

Tableau 3.1 : Caractéristiques des migrants

Principales caractéristiques des membres des ménages qui ont déjà vécu hors de leur fokontany de
résidence, par sexe, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
% par rapport à % migrant ayant % des migrants
Membres Effectif l’ensemble de la Age moyen atteint le niveau vivant dans un
population supérieur ménage aisé
Homme migrant 276 25,9 29,8 21,8 19,3
Femme migrante 334 29,6 30,0 13,9 17,7
Ensemble migrant 610 27,8 29,9 17,5 18,4

29
Le tableau 3.2 montre que la migration vers la capitale Antananarivo a un caractère urbain et
essentiellement une migration interne. En effet, plus des trois quarts des migrants (78%) proviennent
d’un milieu urbain dont 63% provenant d’un autre Fokontany situé dans la même commune urbaine
d’Antananarivo. Seuls 22% vivaient dans un milieu rural avant d’arriver dans le lieu de résidence
actuel.

On note par ailleurs une différence des lieux de provenance selon le sexe : la migration interne et
l’exode rural concernent plus les femmes que les hommes.

Tableau 3 .2 : Lieu de provenance des migrants

Répartition des migrants selon le lieu de provenance, par sexe, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Sexe
Homme Femme Ensemble
Lieu de provenance % Effectif % Effectif % Effectif
A l'étranger 0,0 0 0,0 0 0,0 0
Autre fokontany dans la
59,8 165 66,1 221 63,3 385
commune
Autre Fivondronana rural 20,1 55 22,9 76 21,6 132
Autre Fivondronana urbain 19,8 54 11,0 37 15,0 91
Autre 0,3 1 0,0 0 0,1 1
Ensemble 100,0 275 100,0 334 100,0 609

Plusieurs raisons ont motivé les dernières migrations. Cependant trois principales raisons se
dégagent : le regroupement familial cité par le quart des migrants, les raisons économiques
(recherche d’emploi) citées par 20 % des migrants et le mariage motif de 15 % des migrants. Les
autres raisons n’ont été citées respectivement que par 2 à 9 % des migrants. Les raisons scolaires par
exemple ne sont évoquées que par 7 % des migrants.

Les motifs de la migration varient très sensiblement selon le sexe. Les hommes évoquent plus les
raisons économiques que les femmes (24 vs 17 %). Par contre ces dernières sont plus concernées
que les hommes par les motifs familiaux (28 vs 21,5 %) et conjugaux (21 vs 9 %).

30
Tableau 3.3 : Principaux motifs de migration selon le sexe des migrants

Pourcentage des membres des ménages qui ont déjà vécu hors de leur fokontany de résidence pour
lesquelles les raisons suivantes ont été évoquées pour justifier pourquoi ils sont venus vivre dans le
fokontany, par sexe, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Motifs de migration Sexe
Homme Femme Ensemble
Retour à la famille 21,4 28,4 25,3
Économique 24,5 17,1 20,4
Mariage 8,3 20,7 15,1
Déménagement pour autre raison 11,3 7,5 9,2
Eloignenemt du lieu de travail /
séparation/problème familial/santé 8,7 6,3 7,4
Construction propre maison 6,5 7,5 7,1
Études 9,5 4,8 7,0
Recherche loyer moins cher 6,5 5,7 6,1
Confié à la famille 2,5 1,7 2,1
Total 100,0 100,0 100,0
Effectif 275 333 609

Les motifs de migration varient également selon le lieu de provenance (tableau 3.4) :

- L’exode rural s’explique avant tout par les opportunités économiques (emploi ou activités
génératrices de revenu) que la capitale offre/peut offrir aux migrants.
- La migration d’un district urbain vers la capitale, quant à elle, est motivée en premier lieu par
le regroupement familial.
- Enfin, la migration interne (d’un autre fokontany de la commune urbaine vers le fokontany de
résidence actuelle) se caractérise par les déménagements (suite à la construction de maison
propre/la recherche de loyer moins cher/autre problème dans le logement précédent).

31
Tableau 3.4: Principaux motifs de migration selon le lieu de provenance

Pourcentage des membres des ménages qui ont déjà vécu hors de leur fokontany de résidence pour
lesquelles les raisons suivantes ont été évoquées pour justifier pourquoi ils sont venus vivre dans le
fokontany, pour chaque lieu de provenance, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.

% des migrants pour lesquels les motifs ont été cités


Autre Autre
Motifs de migration Fokontany dans Tout lieu
fivondronana fivondronana
la commune confondu
rural urbain
(N=384) (N=607)
(N=132) (N=91)
Retour à la famille 23,7 21,2 38,3 25,3
Économique 12,1 39,7 28,2 20,5

Mariage 15,4 21 5,5 15,1


Déménagement pour autre
raison 13,7 0,9 2,7 9,2
Éloignement du lieu de
travail / séparation /
problème familial/santé 10,2 2 1,8 7,1
Construction maison propre 11,3 0 0 7,1

Études 2,0 10,4 22,1 7


Recherche loyer moins cher 9,6 0 0 6

Confié à la famille 1,4 4,7 1,4 2,1


Ensemble 100,0 100,0 100,0 100,0

2.4. Transport

Dans cette section, il est question d’étudier les déplacements de la population urbaine d’Antananarivo
durant les jours ouvrables : nombre, distance, durée et coûts journaliers des déplacements, le
transport utilisé, principal motif de chacun des déplacements.

Un déplacement est défini comme un parcours sur une distance de plus de 200 m pour un motif
bien précis. Une personne qui s’est déplacé sur une distance de moins de 200 est donc considérée
comme n’ayant effectué aucun déplacement. L’aller est compté en un déplacement et le retour en un
autre déplacement.

Les questions ont été posées pour chaque membre du ménage et ont porté sur les déplacements
effectués durant le dernier jour ayant précédé l’enquête.

2.4.1 Fréquence et caractéristiques des déplacements de la population

Le tableau 4.1 montre que 78 % de la population a effectué un déplacement de 200 mètres ou plus au
cours de la journée du dernier jour ouvrable qui a précédé l’enquête. Les hommes sont plus
nombreux à s’être déplacés (82 %) que les femmes (73 %). Dans la quasi-totalité des cas, les
32
personnes qui se sont déplacés ont effectué deux ou quatre déplacements. La moitié de l’ensemble
de la population a effectué deux déplacements (probablement un aller/retour) et le quart en ont
effectué quatre (probablement deux aller/retour). Le nombre moyen de déplacements effectués au
cours de cette journée est estimé à 2,7 (tableau 4.1A en annexe).

Tableau 4.1 : Fréquence de déplacements au cours du dernier jour ouvrable ayant précédé l'enquête

Répartition des membres des ménages selon le nombre de déplacements effectués au cours du dernier jour
ouvrable ayant précédant l'enquête, par sexe, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Sexe
Nombre de déplacements effectués
du dernier jour ouvrable ayant Homme Femme Ensemble
précédé l’enquête % N % N % N
0 17,7 162 26,6 263 22,3 425
1 0,7 7 0,2 2 0,5 9
2 51,7 473 47,1 466 49,3 938
3 1,2 11 0,3 3 0,7 14
4 27,9 255 24,5 242 26,1 497
5 0,1 1 0,0 0 0,1 1
6 0,7 6 0,3 3 0,5 9
8 0,1 1 1,0 10 0,6 11
Total 100,0 914 100,0 989 100,0 1 904

En plus du sexe, le nombre de déplacements effectués varie fortement selon le statut d’activité de la
population. Les actifs inoccupés se déplacent le moins (seule la moitié d’entre eux s’est déplacée au
cours de la dernière journée ouvrable qui a précédé l’enquête) contre 79,7% des actifs occupés et
78,5% des inactifs.

Chaque jour ouvrable de la semaine, les populations qui se déplacent passent en moyenne 1 heure
11 min de leur temps pour le déplacement, avec une durée légèrement plus longue pour les hommes
que pour les femmes. De même, la durée journalière de déplacement chez les populations actives
occupées et celles qui sont actives inoccupées est respectivement 1,4 fois et 1,6 fois plus longue que
celle des populations inactives (graphique 4.1).

Graphique 4.1 : Durée journalière moyenne pssée pour le déplacement dans la ville
d'Antananarivo
94,1

90 80,9
75,1 71,4
67,7
75
59,0
minutes

60

45

30

15

0
Homme Femme Ensemble Population Population Population
active active inactive
Source : Enquête McRAM, 2010 occupée inoccupée

33
Chaque jour ouvrable de la semaine, les personnes de Tana qui se déplacent parcourent en moyenne
une distance de 5,7 km. Comme pour la durée, la distance parcourue par les hommes est également
légèrement plus élevée que celle des femmes et presque deux fois plus longue chez les personnes
actives occupées que chez celles qui sont inoccupées (graphique 4.2).

Graphique 4.2 : Distance journalière moyenne parcourue pour le déplacement dans la ville
d'Antananarivo

10

7,30
6,61
6,29
5,70
5,11
en km

5 3,94

0
Homme Femme Ensemble Population Population Population
active active inactive
Source : Enquête McRAM, 2010 occupée inoccupée

2.4.2 Motifs et moyens de transports

Les motifs de déplacement analysés ici concernent les déplacements effectués au cours de la journée
(jour ouvrable) qui a précédé l’enquête. Etant donné qu’il s’agissait d’un jour ouvrable, la grande partie
des populations, quel que soit le sexe, se sont déplacées pour des raisons liées aux études (45%) et
au travail (37%). Les courses, qui ont été citées pour 7% des cas des déplacements, concernent
surtout les femmes. La visite sociale a été citée dans moins de 2% des cas.

Graphique 4.3 : Motifs de déplacements de la population urbaine d'Antananarivo

Services de santé 0,5

Démarches administratives 0,7

Visite sociale 1,8

Loisirs 2,3

Autres 5,7

Courses 6,5

Travail 37,2

Etudes 45,3

0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50

Source : Enquête McRAM, 2010


%

34
L’analyse montre en outre que dans la quasi-totalité des cas (99%), les personnes qui se sont
déplacées deux fois dans la journée évoquent les mêmes motifs de déplacement, soit donc un aller-
retour à l’endroit où ils se sont rendus. De même, dans 87% des cas, ceux qui ont effectué 4
déplacements ont rapporté les mêmes motifs pour tous les quatre déplacements, ce qui indique deux
aller-retour à l’endroit où ils sont allés se déplacer. De plus, il s’agit surtout des déplacements liés au
travail et aux études. Ceci caractérise les déplacements de la population urbaine d’Antananarivo : la
majorité des travailleurs/étudiants ne peuvent pas rentrer à midi et sont obligés de faire juste un aller-
retour, ce groupe représente la moitié de la population.

Lorsqu’on considère le statut d’activité, on note une différence significative des motifs de
déplacements. Les raisons sont très diversifiées pour les populations actives inoccupées : courses
citées dans 29% des cas, loisirs dans 17% des cas et visite sociale dans 5% des cas. En revanche,
pour les populations inactives, environ 85% de déplacements sont liés aux études. Enfin, pour les
populations actives occupées, on enregistre 80% des cas de déplacements liés au travail. Ces
résultats concordent bien avec les types d’activités attendus dans chaque catégorie de population.

Graphique 4.4 : Motifs de déplacement au cours du dernier jour ouvrable ayant précédé l'enquête selon le statut
d'activité des enquêtés

4,1
Travail 11,1
79,7
3,9
Courses 28,6
7,7
3,5
Autres 30
6,3
1,6
Visite sociale 5,3
1,8
2
Loisirs 17,3
1,4

84,5
Etudes 3,2
1,3

0,3
Démarches administratives 1,2
1,2
0
Services de santé 3,2
0,8

0 10 20 30 40 50 60 70 80 90
Source : Enquête McRAM, 2010 populations actives occupées Populations actives inoccupées Populations inactives

14
En ce qui concerne les moyens de déplacement , les résultats montrent une prépondérance de la
marche à pied (72%). Vient ensuite les transports en commun (utilisés par environ le quart des cas de
déplacement). L’utilisation de voiture personnelle reste l’apanage d’une minorité de la population
(2%).

14
A chaque déplacement, il a été demandé à l’enquêté de fournir le principal moyen de déplacement de l’individu concerné

35
Graphique 4.5 : Pourcentage des déplacements effectués au ours du dernier jour ouvrable ayant précédé l'enquête
selon les moyens de déplacement évoqués

a pied 71,5

transport en commun 24,3

voiture personnelle 2,1

bicyclette/moto 1,4

autres 0,7

0 10 20 30 40 50 60 70 80

Source : Enquête McRAM, 2010 %

Toutefois, ces résultats sont à utiliser avec prudence. Les questions portant sur le déplacement de
tous les membres des ménages ont été posées à une seule personne et à chaque déplacement, il
était question de demander les moyens de transport utilisés. Aussi, l’enquête a saisi le moyen de
déplacement principal et ne fournit pas des détails sur les combinaisons des moyens de
déplacements. Les résultats montrent simplement que dans 72% des cas, les déplacements effectués
comprennent au moins une marche à pied.

Comme pour les motifs de déplacement, on note également une différence très significative des
moyens de déplacement selon le statut d’activité des individus (tableau 4.3A). Les populations actives
occupées sont moins nombreux à marcher à pied comparativement aux autres groupes : 57% contre
70% et 84% respectivement chez les populations actives non occupées et les populations inactives.
Par contre, elles sont les plus nombreuses à utiliser des voitures personnelles (4% environ contre
moins de 1% dans les deux autres catégories de populations).

Une analyse des moyens de transport selon le niveau de revenu montre que la proportion des
déplacements effectués à pied diminue au fur et à mesure que le niveau de revenu augmente. Dans
les ménages à revenu très faible, presque 90% des déplacements ont été effectués à pied, cette
proportion diminue pour s’établir à 49% dans les ménages ayant un revenu > 500.000 Ariary (tableau
4.4A en annexe).

En revanche, l’utilisation de voiture personnelle reste un luxe qui est permis aux seuls ménages aisés.
Aucun déplacement des individus vivant dans un ménage ayant un revenu <50.000 Ar n’a été effectué
en voiture personnelle. La proportion correspondante reste très minime dans les ménages ayant un
revenu compris entre 50.000 Ariary et et 300.000 Ariary, et augmente avec le niveau de revenu.

36
Aussi, dans les ménages à un niveau de revenu supérieur à 500.000 Ariary, 8% des déplacements
effectués l’ont été en voiture personnelle (tableau 4.4A en annexe).

Tableau 4.2 : Motifs et moyens de déplacement des membres des ménages selon le sexe

Pourcentage des déplacements pour lesquels effectués les motifs et les moyens de transport ont été
évoqués par les membres des ménages qui se sont déplacés au cours du dernier jour ouvrable, par sexe
des membres des ménages, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Homme Femme Ensemble
(Effectif=754) (Effectif=725) (Effectif=1479)
N % N % N %
Motif de déplacement
Etudes 916 44,6 924 46,0 1 840 45,3
Travail 888 43,2 625 31,1 1 513 37,2
Visite sociale 34 1,7 40 2,0 75 1,8
Démarches administratives 18 0,9 11 0,5 29 0,7
Services de santé 4 0,2 14 0,7 18 0,5
Courses 57 2,8 207 10,3 264 6,5
Loisirs 60 2,9 33 1,7 93 2,3
Autres 77 3,7 154 7,7 231 5,7
Total 2 056 100,0 2 007 100,0 4 062 100,0
Moyen de déplacement
Transport en commun 521 25,4 465 23,2 986 24,3
Voiture personnelle 57 2,8 27 1,3 84 2,1
Bicyclette/Moto 54 2,7 2 0,1 57 1,4
A pied 1 407 68,7 1 491 74,5 2 898 71,5
Autres 10 0,5 17 0,9 27 0,7
Total 2 050 100,0 2 002 100,0 4 052 100,0
NB : le dénominateur pour les motifs et les moyens de déplacement est l'ensemble de tous les déplacements

2.4.3 Dépenses mensuelles des ménages en transport

Selon le tableau 4.3, la dépense moyenne mensuelle des ménages pour le transport s’élève à 25.000
Ariary, avec une très forte variation (minimum de 600 Ariary et maximum de 600.000 Ariary). On note
une différence très significative des dépenses mensuelles en transport, quelles que soient les
variables de caractéristiques des ménages. La différence est la plus marquée entre les ménages très
pauvres et les ménages aisés, ces derniers dépensant dix fois plus en transport que les premiers.
Comme on pouvait s’y attendre, les ménages à taille élevée dépensent plus en transport que les
autres.

37
Tableau 4.3 : Dépenses mensuelles en transport des ménages

Montant (en Ariary) des dépenses en transport effectuées par les ménages au cours des 30 jours ayant
précédé l'enquête selon les déclarations des enquêtés, selon certaines caractéristiques des ménages,
Enquête McRAM 2010 Antananarivo
Effectif Intervalle de
Caractéristiques Minimum Maximum Médiane Moyenne
ménage Confiance

Sexe du chef de ménage

Masculin 273 600 300 000 15 000 23 142,09 19 329,72 26 954,46

Féminin 57 600 600 000 12 000 33 266,28 10 287,01 56 245,55

Statut matrimonial du chef de ménage

Célibataire 20 2 000 80 000 13 000 22 396,87 11 740,78 33 052,97

Marié légalement 199 600 600 000 15 600 28 665,86 20 734,41 36 597,31
Marié
40 600 60 000 18 000 19 643,49 14 259,64 25 027,34
coutumièrement
Union libre 14 2 000 60 000 6 000 10 587,90 3 327,94 17 847,87
Veuf-Divorcé -
56 600 200 000 15 200 19 783,04 12 480,81 27 085,27
Séparé
Taille du chef de ménage

<=4 188 600 300 000 15 000 22 337,30 17 551,49 27 123,11

5-6 110 600 200 000 14 400 21 178,66 16 456,19 25 901,13

7 ou plus 32 800 600 000 20 000 52 719,93 12 470,91 92 968,95


Niveau de revenu du ménage
< 50000 Ariary 10 600 18 000 6 000 7 048,08 3 225,14 10 871,02
50000 à 100000
75 600 60 000 10 000 13 020,57 10 431,39 15 609,75
Ariary
100000 à 300000
152 600 80 000 14 400 17 272,39 14 923,34 19 621,43
Ariary
300000 à 500000
43 3 000 120 000 20 000 27 854,03 20 073,11 35 634,94
Ariary
> 500000 Ariary 48 800 600 000 40 000 69 048,14 39 257,22 98 839,05
Total 329 600 600000 15000 24889,21 19827,77 29950,65

2.5. Éducation

Madagascar a engagé depuis 2003 une vaste réforme de l’éducation fondamentale visant à améliorer
l’éducation des enfants aussi bien en termes de quantité que de qualité. Toutefois, il n’est pas exclu
que la crise qui a touché le pays depuis début 2009 ait eu un impact sur la scolarisation des enfants
compte tenu des dépenses que l’éducation engendre dans le ménage. Ce chapitre a pour objectif
d’analyser la situation actuelle des enfants en matière de scolarisation et de dégager les problèmes
rencontrés par les ménages dans la scolarisation de leurs enfants.

Les données ont été collectées à travers une série de questions portant sur la fréquentation scolaire
de chacun des membres des ménages et les niveaux d’instruction qu’ils ont atteints respectivement,

38
l’inscription de chaque enfant âgé de 6 à 17 ans à l’école au cours de l’année scolaire 2009-2010, les
réussites scolaires, et les types de problèmes rencontrés en matière d’accès des enfants à l’école.

2. 5.1 Scolarisation de la population

a) Fréquentation scolaire et niveau d’instruction de la population

Les résultats montrent que 2,5% de la population âgée de 6 ans et plus n’ont jamais fréquenté l’école.
Un peu plus d’un individu sur quatre (26,5%) a un niveau d’instruction primaire sans avoir pu achever
le cycle tandis que 11,5% l’a achevé. Plus des deux cinquièmes de la population (46%) a atteint un
niveau secondaire dont 8% avec un cycle complet. Les hommes ont un niveau un peu plus élevé que
les femmes et les jeunes générations mieux instruites que les anciennes (tableau 5.1A en annexe).

Graphique 5.1 : Niveau d'instruction de la population âgée de 6 ans et plus de la commune urbaine
d'Antananarivo

50

39,9
40 38,5
36,9

30 27,4
26,5
25,6

20
13,2
12,1 11,5 10,2 11,7
10,9
8,3 6,8
10 7,6
2,9
2,5 2,7 2,5 0,7
1,5
0
Aucune Prescolaire Primaire Primaire Secondaire Secondaire Supérieur
instruction incomplet complet incomplet complet
Source : Enquête McRAM, 2010 Niveau
Homme Femme Total

b) Inscription des enfants âgés de 6 à 17 ans à l’école

En ce qui concerne les enfants en âge de scolarisation (entre 6 et 17 ans), la proportion de ceux qui
n’ont jamais été à l’école est de 4%. La situation n’est donc pas loin du défi de la scolarisation de
100% des enfants. Il convient cependant de souligner la déscolarisation non négligeable des enfants :
près de 1 enfant sur 10 (9%) a été à l’école mais n’est plus inscrit pour l’année scolaire 2009-2010
malgré qu’il soit encore en âge de scolarisation. Au total, 87% des enfants âgés de 6 à 17 ans ont été
inscrits à l’école pour l’année scolaire 2009-2010, sans distinction selon le sexe.

39
Graphique 5.2 : Situation des enfants en matière de scolarisation

100
86,8 87,2 87
90

80

70
60
%

50
40

30

20
8,4 9,1 8,7
10 4,8 3,7 4,3

0
Actuellement inscrit Descolarisé Jamais été à l"école
situation

Source : Enquête McRAM, 2010


Homme Femme Total

Le taux d’inscription à l’école varie selon le groupe d’âges des enfants : il est de 92% chez les enfants
âgés de 6 à 10 ans, âge pour la fréquentation au cycle primaire. Le taux le plus faible est enregistré
chez les enfants âgés de 15 à 17 ans (68%), avec une différence significative entre les garçons et les
filles. Les garçons de cette tranche d’âges semblent moins privilégiés que les filles en matière de
scolarisation : le taux d’inscription est de 60% chez les garçons contre 75% chez les filles.

Graphique 5.3: Taux d'insription des enfants âgés de 6 à 17 ans, par sexe

100 96,5
91,5 92,8 92,1 93
89,7
86,8 87,2 87

80 74,7
68,4
60,9
60
%

40

20

0
6-10 ans 11-14 ans 15-17 ans Ensemble

groupe d'âges
Source : Enquête McRAM, 2010 Garçon Fille Ensemble

40
La déscolarisation concerne beaucoup plus les enfants âgés de 15 à 17 ans que les autres enfants, et
elle est assez élevée (tableau 5.1). Elle atteint 29% pour les enfants de ce groupe d’âges contre
15
moins de 1% chez les enfants de 6 à 10 ans. Ce qui correspond à un taux d’abandon scolaire global
de presque 30% chez les enfants de ce groupe d’âges. Pour les autres groupes d’enfants, le taux
d’abandon scolaire est beaucoup plus faible : moins de 1% chez les enfants de 6 à 10 ans et environ
7% chez les enfants de 11 à 14 ans.

Tableau 5.1 : Scolarisation des enfants âgés de 6 à 17 ans

Répartition des enfants âgés de 6 à 17 ans selon qu'ils sont actuellement scolarisés (inscrits à l'école
pour l'année scolaire 2009-2010) ou déscolarisés (ont déjà fréquenté l'école mais ne sont plus inscrits
à l'école pour l'année 2009-2010) ou encore n'ont jamais fréquenté l'école, par sexe et par groupe
d'âges, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Actuellement
déscolarisé jamais à l"école Total
inscrit
% % % % N
Sexe
Homme 86,8 8,4 4,8 100,0 309
Femme 87,2 9,1 3,7 100,0 299
Groupe d'âges
6-10 ans 92,1 0,3 7,5 100,0 275
11-14 ans 93,0 6,5 0,5 100,0 195
15-17 ans 68,4 28,6 3,0 100,0 138
Ensemble 87,0 8,7 4,3 100,0 608

Chez les enfants de 6 à 10 ans, le taux d’inscription varie significativement selon la taille, le revenu du
ménage ainsi que le statut matrimonial du chef de ménage. Les enfants de cette tranche d’âge vivant
dans les ménages de taille élevée (avec un taux d’inscription de 89%), ceux qui appartiennent à des
ménages très pauvres (71%) ainsi que ceux dont le chef de ménage est marié coutumièrement (79%)
sont les moins défavorisés. L’inscription des enfants ne dépend pas du sexe du chef de ménage.

15
Le taux d’abandon global se calcule ici par le rapport du nombre d’enfants du groupe d’âges concerné qui ne sont pas inscrits
à l’école pour l’année 2009-2010 sur le nombre total d’enfants du même groupe d’âges qui ont déjà fréquenté l’école à un
moment quelconque.

41
Tableau 5.2 : Variation du taux d'inscription des enfants âgés de 6 à 17 ans selon les
caractéristiques des ménages

Pourcentage des enfants âgés de 6 à 17 ans inscrits à l'école pour l'année scolaire 2009-2010,
selon les caractéristiques du ménage, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
6-10 ans 11-14 ans 15-17 ans Total
Caractéristiques du
ménage % N % N % N % N

Sexe du chef de ménage


Masculin 91,8 236 93,0 168 68,7 111 87,2 515
Féminin 93,7 39 93,3 27 67,1 28 85,8 94
Statut matrimonial du chef de ménage
Célibataire * 5 * 3 * 3 100,0 11
Marié
95,5 178 95,3 129 76,0 80 91,4 388
légalement
Marié
79,2 49 82,3 33 48,1 23 73,3 105
coutumièrement
Union libre * 8 * 5 * 6 70,6 19
Veuf-Divorcé-
93,1 35 92,9 25 68,9 26 85,7 86
Séparé
Taille du ménage
<=4 98,3 72 96,9 45 71,1 38 91,2 154
5-6 90,5 135 92,7 91 68,5 59 86,7 285
7 ou plus 88,8 68 90,5 59 65,8 42 83,7 169
Niveau de revenu mensuel
< 50000 Ar 70,5 25 83,8 18 * 6 72,0 49
50000 à 100000
85,8 84 88,3 67 53,6 38 80,3 189
Ar
100000 à
98,0 118 95,8 69 73,2 64 91,0 251
300000 Ar
300000 à
100,0 21 100,0 18 84,4 15 95,7 54
500000 Ar
>500000 Ar 100,0 27 100,0 23 76,5 14 94,9 64
Ensemble 92,0 275 93,3 195 68,1 138 87,0 608

Les faibles effectifs des enfants âgés de 15 à 17 ans n’ont pas permis de relever une différence
significative du taux de scolarisation selon le niveau de revenu. Néanmoins, les résultats montrent que
moins de la moitié (45%) des enfants de cette tranche d’âge qui vivent dans un ménage ayant un
revenu de moins de 50.000 Ariary a été inscrite à l’école alors que la proportion correspondante
atteint 85% et 77% respectivement pour les enfants vivant dans un ménage ayant un revenu entre
300.000 Ariary et 500.000 Ariary et supérieur à 500.000 Ariary.

Les faibles taux d’inscription des enfants dans les ménages à revenu faible, de taille élevée et dont le
chef de ménage est marié coutumièrement ou en union libre, ménages qui sont supposées parmi les
plus vulnérables, pourrait traduire l’effet de la crise sur la scolarisation des enfants. D’une part, les
ménages peuvent avoir des difficultés à rassembler et à fournir un certain nombre de documents
administratifs obligatoires pour l’entrée à l’école, d’autre part, malgré le coût modeste de l’éducation
des enfants dans les écoles publiques, pour les ménages les plus pauvres, la scolarisation de
plusieurs enfants peut s’avérer en définitive trop coûteux.

42
d) Type d’école fréquentée

Les deux tiers des enfants fréquentent des écoles privées et le tiers des écoles publiques. Les enfants
qui fréquentent un établissement d’éducation informelle représentent moins de 1% (0,7%) de
l’ensemble des enfants inscrits. La taille du ménage et le sexe du chef de ménage ne constituent pas
des variables de différenciation du type d’école fréquenté par les enfants. Par contre, on observe des
différences significatives selon le niveau de revenu du ménage et le statut matrimonial. La proportion
des enfants fréquentant des écoles privées augmente avec le revenu du ménage. Ainsi la grande
majorité des enfants vivant dans un ménage aisé (95%) fréquente des écoles privés alors que c’est
seulement moins de la moitié (45%) des enfants vivant dans les ménages très pauvres (revenu
inférieur à 50.000 Ariary) qui y vont. La fréquentation des écoles publiques concerne plus les enfants
issus des ménages dirigés par une personne en union libre ou mariée coutumièrement.

Tableau 5.3 : Type d'école fréquenté

Répartition des enfants âgés de 6 à 17 ans inscrits à l'école pour l'année 2009-2010 selon le type d'école,
par caractéristiques du ménage, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.

Public Privé Total


Caractéristiques % N % N % N
Sexe du chef de ménage
Masculin 32,7 146 67,3 301 100,0 448
Féminin 39,2 31 60,8 49 100,0 80
Statut matrimonial du chef de
ménage
Célibataire 3,9 0 96,1 10 100,0 11
Marié légalement 28,4 101 71,6 253 100,0 354
Marié coutumièrement 51,5 40 48,5 37 100,0 77
Union libre 50,8 7 49,2 6 100,0 13
Veuf-Divorcé-Séparé 41,5 31 58,5 43 100,0 74
Taille du ménage
<=4 30,2 42 69,8 98 100,0 141
5-6 33,0 82 67,0 167 100,0 249
7 ou plus 38,5 53 61,5 85 100,0 138
Niveau de revenu mensuel

< 50000 Ariary 55,0 19 45,0 16 100,0 35


50000 à 100000 Ariary 43,9 67 56,1 85 100,0 152
100000 à 300000 Ariary 32,2 73 67,8 154 100,0 227
300000 à 500000 Ariary 27,4 14 72,6 37 100,0 51
>500000 Ariary 4,8 3 95,2 58 100,0 61
Ensemble 33,7 178 65,3 344 100,0 528

43
2.5.2 Absence et performance scolaire des enfants dans les ménages

a) Absence à l’école

Afin de mesurer l’impact éventuel de la crise sur l’assiduité des enfants à l’école, il a été demandé si
l’enfant s’est absenté à l’école pendant la période de deux semaines consécutives qui ont précédé
l’enquête, et le cas échéant, quel était le motif de l’absence.

Le taux d’absentéisme à l’école est faible, quel que soit le sexe et le groupe d’âges de l’enfant. Seuls
4% des enfants ont été déclarés absents à l’école pendant la durée indiquée.

Tableau 5.4 : Taux d’absentéisme des enfants à l’école au cours des deux dernières semaines

Pourcentage des enfants âgés de 6 à 17 ans qui ont été déclarés absents à l'école au cours des deux
dernières semaines ayant précédé l'enquête selon le cycle, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Garçons Filles Ensemble
Cycle
% N % N % N
6-10 ans 0,0 137 2,5 118 1,2 255
11-14 ans 5,4 92 6,7 90 6,0 182
15-17 ans 5,3 38 5,4 56 6,3 94
Ensemble 3,0 267 4,5 264 3,8 531

Pour ceux qui ont été absents à l’école, les maladies constituent le principal motif (53%), vient ensuite
l’abandon involontaire, dû à des difficultés financières (29%). Autrement dit, environ 3 enfants sur dix
parmi ceux qui ont été absents auraient bien voulu continuer encore l’école mais ne pouvaient plus le
faire pour des raisons financières. Cet aspect ne pourrait donc pas être ignoré malgré la faiblesse des
effectifs des élèves absents (tableau 5.2A en annexe).

b) Performance scolaire

Le taux de réussite des enfants qui ont passé des examens officiels est utilisé ici pour mesurer la
performance scolaire des élèves.

Des enfants issus de 19% des ménages ont passé un des examens officiels (CEPE, BEPC, BAC et
autres) pour l’année scolaire 2008-2009.

Le taux de réussite aux examens de CEPE était satisfaisant : il s’élève à 96%. L’effort qui a été déployé
dans la mise en œuvre de la réforme de l’éducation porte ainsi ses fruits. Il s’agissait de la mise en
place des innovations pédagogiques qui permettent d’assurer l’acquisition par les enfants de
compétences utiles pour la vie : l’Approche Par les Compétences (APC), approche introduite dans
toutes les classes du cycle primaire.

44
Les taux de réussite aux examens de BEPC et au BAC, quant à eux sont beaucoup plus faibles (63%
et 57% respectivement).

La faiblesse des effectifs ne permet pas de faire une analyse différentielle du taux de réussite selon les
caractéristiques des ménages.

2.5.3 Problèmes des ménages liés à la scolarisation des enfants

Pour cerner les problèmes ou difficultés auxquels les ménages sont confrontés dans la scolarisation de
leurs enfants, trois types de questions ont été posés :
- demander de citer les problèmes majeurs qu’ils ont rencontrés en termes d’accès des enfants à
l’école depuis janvier 2010 ;
- demander s’ils ont eu des difficultés à payer les frais liés à la scolarité de l’un des enfants au
ours des 30 jours ayant précédent l’enquête ;
- demander s’il y a eu une augmentation des frais de scolarité par rapport à l’année dernière.

Concernant la première question, la majorité des ménages a déclaré avoir rencontré des problèmes.
Seulement 17% des ménages ont déclaré n’avoir rencontré aucun problème. Le manque d’argent a été
cité en premier lieu (représentant 50% des réponses des enquêtés) comme obstacle à l’accès des
enfants à l’école. Vient ensuite le manque d’uniforme/livre (cités dans 16% des cas) (graphique 4.5).

Graphique 5.4 : Problèmes d'acès à l'éducation des enfants

Aucun problème 17,1

Manque d'argent 43,6

Manque d'unifmorme 14,4

Problème de déplacement 4,3

Problème insécurité 3,5

Autre problème 3,1

Manque d'enseignant 1,3

Absentéisme d'enseignant 0,3

Source : Enquête McRAM, 2010 0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50


%

45
En croisant les difficultés par le niveau de revenu, les résultats montrent que les ménages ayant un
revenu faible (<50.000 Ariary) sont 3 fois plus nombreux à citer les problèmes de manque d’argent que
les ménages ayant un revenu >500.000 Ariary (tableau 5.3A en annexe). En revanche, les ménages à
un revenu élevé (>300.000 Ar) sont 5 - 6 fois plus nombreux à dire qu’ils n’ont pas de problème d’accès
à l’éducation de leurs enfants que les ménages à très faible revenu (38% et 31% respectivement pour
les ménages dont le revenu est compris entre 300.000 Ariary et 500.000 Ariary et les ménages à un
revenu >500.000 Ariary, contre 6% chez les ménages à revenu <50.000 Ariary). Les problèmes de
déplacement des enfants pour aller à l’école concernent surtout les ménages à revenu élevé.

Plus du tiers des ménages (34%) a déclaré avoir eu des difficultés de paiement des frais liés à la
scolarité au cours des 30 derniers jours ayant précédé l’enquête. Comme l’a montré une étude menée
dans le quartier d’Isotry, un quartier défavorisé d’Antananarivo, les coûts de scolarité constituent pour
certaines familles un obstacle pour accéder à l’école. En effet, la participation financière des parents
concerne uniquement la cotisation FRAM (association de parents d’élèves) qui décide de son montant
en assemblée générale. Ces frais varieraient selon les écoles de 1000 à 5.000 Ar/an par enfant, les
autres frais sont pris en charge par l’Etat (frais de fonctionnement, assurance scolaire). Toutefois, bien
que ces montants soient modestes, les familles pauvres ont du mal à scolariser leurs enfants.

Tableau 5.5 : Principaux problèmes évoqués liés à la scolarisation des enfants

Pourcentage des ménages qui ont déclaré avoir été confrontés à des problèmes relatifs à la scolarisation
des enfants selon les types des problèmes évoqués, par sexe du chef de ménage, Enquête McRAM 2010
Antananarivo.
Ménage dirigé par Ménage dirigé par
Total
un homme une femme
% Effectif % Effectif % Effectif
En termes d'accès à l'éducation
Aucun problème 17,4 406 15,9 97 17,1 503
Manque d'argent 44,9 406 38,3 97 43,6 503
Manque d'enseignant 1,5 406 0,8 97 1,3 503
Absentéisme d'enseignant 0,4 406 0,0 97 0,3 503
Manque d'uniforme 14,7 406 13,1 97 14,4 503
Problème insécurité 3,2 406 4,8 97 3,5 503
Problème de déplacement 4,5 406 3,7 97 4,3 503
Autre problème 3,8 406 0,0 97 3,1 503
Paiement des frais liés à la scolarité au
cours des 30 derniers jours
Ménage ayant rencontré les problèmes
liés au paiement des frais liés à la 35,7 406 28,1 97 34,2 503
scolarité
Augmentation des frais de scolarité par
rapport à l'année dernière
Ménage ayant rencontré le problème
augmentation des frais de scolarité
53,4 406 41,8 97 51,2 503

46
Enfin, l’augmentation des frais de scolarité par rapport à l’année dernière a concerné plus de la moitié
des ménages (51%).

2.6. Revenus des ménages

Cette section cherche à analyser les revenus des ménages ainsi que leurs caractéristiques : le nombre
de sources de revenu, la stabilité et les variations selon certaines caractéristiques des ménages. Cette
analyse est importante du fait que le revenu des ménages joue un rôle important sur les
comportements des ménages dans les différents domaines étudiés à partir de cette enquête.

Lors de la collecte de données, il a été demandé aux ménages de fournir des détails sur les principales
sources de revenu (au maximum trois) ainsi que le niveau du revenu total des ménages.

2.6.1 Niveau, nombre et stabilité des sources de revenus

Avant d’analyser le nombre de sources de revenu et leurs caractéristiques, rappelons que les ménages
de la capitale ont, d’une manière générale, un niveau de revenu faible : plus du tiers des ménages
(37%) a un revenu inférieur à 100.000 Ariary, seuls 11% ont un revenu supérieur à 500.000 Ariary.

Graphique 6.1 : Niveau de revenu des ménages de la commune urbaine Antananarivo

50 42,2

40
29,6
% 30

20 9,4 11
7,7
10

0
< 50000 50000 à 100000 à 300000 à > 500000
Ariary 100000 Ariary 300000 Ariary 500000 Ariary Ariary
Niveau
Source : Enquête McRAM, 2010

Le tableau 6.1 présente la répartition des ménages selon le nombre des sources de revenu. La majorité
des ménages a de multiples sources de revenu : presque la moitié a déclaré avoir deux sources de
revenu, un ménage sur dix en a trois. Seuls les deux cinquièmes des ménages ont une seule source de
revenu.

47
Tableau 6.1 : Sources de revenu des ménages

Répartition des ménages selon le nombre de sources de revenu, Enquête McRAM 2010 Antananarivo
Nombre de sources de revenu % de ménages Nombre de ménages
1 seule source 39,5 199
2 sources 48,9 246
3 sources 11,6 58
Total 100,0 503

La lecture du tableau 6.2 permet de tirer que, d’une manière générale, la multiplication de revenu
contribue à améliorer le niveau de revenu des ménages. Elle constitue ainsi une stratégie développée
par les ménages pour augmenter leurs ressources financières. En effet, les ménages ayant un revenu
inférieur à 50.000 Ariary et ne disposant que d’une seule source sont proportionnellement plus
nombreux que ceux ayant 3 sources de revenu (12% contre 4%). A l’inverse, les ménages ayant un
revenu supérieur à 500.000 Ariary et qui ont trois sources de revenu sont 3 fois plus nombreux que
ceux qui n’en ont qu’une seule.

Toutefois, les ménages ayant plusieurs sources de revenu ne sont pas forcément ceux qui ont le plus
de revenu. C’est ainsi qu’on trouve un plus grand nombre de ménages ayant un revenu entre 300.000
Ariary et 500.000 Ariary avec une seule source que de ménages ayant le même niveau de revenu tiré
de 3 sources (tableau 6.2).

Tableau 6.2 : Variation du niveau de revenu selon le nombre de sources

Répartition des ménages selon le niveau de revenu, par nombre de source de revenu, Enquête McRAM
2010 Antananarivo.
Nombre de sources de revenu du ménage
1 seule source 2 sources 3 sources Total
Niveau de revenu % N % N % N % N
< 50000 Ariary 11,6 23 5,4 13 4,2 2 7,7 39
50000 à 100000
30,2 60 32,3 79 16,6 10 29,6 148
Ariary
100000 à 300000
40,4 80 41,9 103 49,5 29 42,2 211
Ariary
300000 à 500000
10,8 21 8,5 21 8,9 5 9,4 47
Ariary
> 500000 Ariary 7,0 14 12,0 29 20,8 12 11,0 55
Total 100,0 198 100,0 245 100,0 58 100,0 501

2.6.2 Classification des ménages selon la stabilité des sources de revenu

Etant donné qu’on ne dispose pas d’informations sur le montant du revenu tiré de chaque source,
l’analyse qui suit se concentre plutôt sur la stabilité de chaque source de revenu et celle du revenu de
ménage en général. La classification des sources de revenu selon leur stabilité se base sur la définition
qui a été utilisée lors des précédentes McRAM et fournie par le PAM.

48
Ainsi, sont considérées comme :

Sources de revenu stables : salaire du secteur privé, salaire du public (fonctionnaires),


commerce (en gros, import/export), pension ou indemnité gouvernementale.

Sources de revenu peu stables : travail manuel qualifié, emplois indépendants, petit commerce.

Sources de revenu instables : Vente de produits vivriers, de culture de rente, de bétails ou de


produits animaliers, pêche, travail agricole, secteur informel, travail manuel non qualifié, envoi
d’argent, mendicité/assistance, loyer et autres locations, autres.

D’une manière générale, comme cela a été observé lors des précédentes McRAM, les premières
sources de revenu sont beaucoup plus stables que les autres sources (tableau 6.3). Presque la moitié
des premières sources de revenu sont très stables, alors que cette proportion n’est que de 37% pour
les troisièmes sources de revenu. A l’inverse, les 3èmes sources de revenu moins stables sont deux
fois plus nombreuses que les 1ères sources qui le sont.

En somme, en admettant que lorsque l’une des sources de revenu des ménages est très stable, les
sources de revenu du ménage le sont également, la majorité des ménages (60%) ont des sources de
revenu très stables. Le quart est catégorisé comme ayant des sources de revenu peu stables et les
16% restant ont des sources instables.

Tableau 6.3 : Stabilité des sources de revenu des ménages

Répartition des ménages selon la stabilité de leurs sources de revenu, par rang de la source de revenu,
Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
ère ème ème
Stabilité des 1 source 2 source 3 source Ensemble
sources de
% N % N % N % N
revenu
Très stable
48,6 245 34,2 104 36,5 21 59,1 297
Peu stable
27,3 137 32,0 97 23,6 14 25,1 126
Moins stable
24,0 121 33,8 103 40,0 23 15,8 79
Ensemble 100,0 503 100,0 304 100,0 58 100,0 502

2.6.3 Variation du niveau de revenu selon les caractéristiques du chef de


ménage

Le tableau 6.4 présente la variation du niveau de revenu selon les caractéristiques du chef de ménage.
Il ressort de ce tableau que :

- les ménages dirigés par les femmes ont des revenus beaucoup plus faibles que ceux
dirigés par les hommes : parmi les ménages ayant un revenu inférieur à 100.000 Ariary, il y a
68% plus de chance de rencontrer des ménages dirigés par une femme que de ménages

49
dirigés par un homme. En revanche, le pourcentage des ménages qui ont un niveau de revenu
dépassant 300.000 Ariary et dirigés par un homme est 40% fois plus élevé que celui des
ménages ayant le même niveau de revenu et dirigés par une femme ;

- Les ménages dirigés par les veufs/divorcés, en union libre ou une personne mariée de
façon coutumière sont plus pauvres que les autres : les pourcentages des ménages parmi
ceux qui ont un revenu supérieur à 300.000 Ariary dirigés par une personne en union libre ou
mariée coutumièrement sont respectivement 80% et 79% fois moins élevés que celui des
ménages dirigés par une personne mariée légalement. De même, le pourcentage des ménages
ayant le même niveau de revenu (c’est-à-dire supérieur à 300.000 Ariary) passe du simple au
double entre ceux qui sont dirigés par un veuf/divorcé et ceux dont le chef est marié
légalement.

Tableau 6.4: Variation du niveau de revenu selon les caractéristiques des ménages

Répartition ( en %) des ménages selon leur niveau de revenu, par caractéristiques des ménages,
Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
50.000 ≤ 100.000 300.000
NR<50. NR ≥
Caractéristiques du NR < ≤ NR < ≤ NR < Total
000 Ar 500.000
ménage 100.000 300.000 500.000
% % % % % % N
Sexe du Chef de ménage
Masculin 5,0 28,0 45,3 9,7 12,0 100,0 404
Féminin 19,3 36,2 29,1 8,3 7,1 100,0 97
Statut matrimonial du CM
Célibataire 0,0 37,1 37,1 11,4 14,3 100,0 35
Marié légalement 3,6 23,2 45,4 12,9 15,0 100,0 280
Marié coutumièrement 13,0 39,0 42,9 1,3 3,9 100,0 77
Union libre 0,0 35,3 58,8 0,0 5,9 100,0 17
Veuf/Divorcé/Séparé 20,0 36,8 30,5 7,4 5,3 100,0 95
Taille du ménage
<=4 9,6 31,2 41,4 8,1 9,8 100,0 288
5-6 5,9 29,7 42,1 12,2 10,1 100,0 155
7 et plus 3,3 21,8 46,6 8,6 19,8 100,0 58
Ensemble 7,6 29,7 42,3 9,4 11,0 100,0 501

2.7. Dépenses des ménages

Cette section vise à fournir des informations sur la structure des dépenses des ménages. Il s’agit de
quantifier les dépenses monétaires consacrées par les ménages aux différents postes budgétaires de
leur ménage et d’évaluer la part des dépenses correspondant aux différentes composantes de
consommation des ménages.

50
Les questions posées au niveau des ménages concernent essentiellement les dépenses sur les biens
essentiels (dépenses correspondant aux besoins indispensables à la vie courante), à savoir :
alimentation, tabac, savon et produits d’hygiène, transport, combustible, eau et électricité, loyer, santé
et éducation. Pour l’alimentation, les dépenses couvrent la période d’une semaine avant l’enquête alors
que pour les autres dépenses (autres qu’en alimentation), elles couvrent la période de 1 mois qui a
précédé l’enquête.

2.7.1 Structure de dépenses des ménages

a) Part des dépenses consacrées à l’alimentation

Comme l’indiquent le graphique 7.1 et le tableau 7.1A en annexe, les ménages consacrent en moyenne
65% de leur revenu total à l’alimentation, avec une forte variation allant d’un minimum de 30% à un
maximum de 100%.

Elle varie selon les caractéristiques des ménages (le statut matrimonial du chef de ménage, la taille et
le revenu des ménages). Les écarts sont importants entre les ménages pauvres et les ménages aisés,
la part des dépenses diminue au fur et à mesure que le revenu augmente, allant de 73 % parmi le
ménages qui gagent moins de 50.000 Ariary à 55,6 % parmi les ménages gagnant plus de 500.000
Ariary. Ce résultat est conforme à la loi empirique d’Engel selon laquelle la part des revenus consacrés
aux dépenses alimentaires diminue avec le niveau de revenu bien que les montants absolus
augmentent avec le revenu.

A l’inverse, plus la taille des ménage est élevée, plus la part des dépenses alimentaires est élevée
(62% pour les ménages à une taille <=4 et 70% pour ceux qui ont plus de 7 personnes).

Graphique 7.1 : Part des revenus consacrée aux dépenses alimentaires selon le niveau de revenu des
ménages de la commune urbaine Antananarivo

90
73,2
69,6
75 63,1 58,5 64,5
55,6
60
%
45

30

15

0
< 50000 50000 à 100000 à 300000 à > 500000 Ensemble
Ariary 100000 300000 500000 Ariary
Ariary Ariary Ariary
Source : Enquête McRAM, 2010 Nive au de re ve nu

51
b) Dépenses des ménages pour certains produits autres que l’alimentation

Le tableau 7.1 présente les niveaux des dépenses consacrées par les ménages aux besoins autres
16
que l’alimentation. Les montants varient fortement d’un poste budgétaire à un autre . Le loyer et
l’éducation constituent les rubriques qui consomment les plus dans les revenus des ménages. Les
dépenses moyennes en loyer s’élèvent à 49.000 Ariary et les dépenses en éducation sont de 35.000
Ariary. La dépense médiane pour la santé au cours du dernier mois ayant précédé l’enquête est de
9.000 Ariary. Autrement dit, 50% des ménages dépensent moins de 9.000 Ariary et les dépenses pour
les 50% restant dépassent ce montant. Pour l’éducation, la dépense médiane s’élève à 20.000 Ariary.
Le savon, quant à lui, constitue les dépenses les plus faibles, avec une moyenne de 5500 Ariary par
mois.

Tableau 7.1 : Dépenses mensuelles des ménages pour certains produits

Montant (en Ariary) des dépenses effectuées par les ménages (pour ceux qui ont dépensé) au cours
des 30 derniers jours ayant précédé l'enquête pour la consommation de tabac, savon et produits
d'hygiène, transport, combustible, eau et électricité, logement/loyer, santé et éducation par rapport à
l'ensemble des dépenses autres que les dépenses alimentaires, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.

Rubrique Minimum Maximum Médiane Moyenne Standard Deviation


Alcool/Tabac/Khat 200 82 000 10 500 15 157,3 15 132,1
Eau/Electricité 300 200 000 11 200 17 062,7 18 198,3
Savon et produits
400 38 200 4 800 5 481,9 4 039,0
d'hygiène
Transport 600 600000 15000 24889,2 45936,8
Combustible 300 300 000 12 000 13 987,6 15 738,4
Logement/Loyer 1 800 700 000 30 000 48 822,1 70 120,0
Santé 400 800 000 9 000 25 774,7 66 561,4
Education 200 500 000 20 000 35 342,7 52 831,4

Ces dépenses varient fortement selon le niveau de revenu. Les écarts des dépenses entre les
ménages les plus pauvres et les plus riches varient également d’un poste à un autre (tableau 7.2). On
peut ainsi regrouper les dépenses en quatre catégories :
- la santé et l’éducation : ce sont des dépenses qui ne sont pas forcément régulières et pour
lesquelles les écarts observés entre les ménages les plus riches et ceux les plus pauvres
dépassent largement de 10 fois plus ;
- le transport, le logement et l’eau/électricité : ce sont des dépenses régulières dont les montants
sont assez élevés. Les dépenses consacrées par les ménages aisés à ces rubriques sont
respectivement de 10 fois, 8 fois et 6 fois plus élevées que celles des ménages très pauvres ;
- l’alcool/tabac et le combustible : ce sont des dépenses assez élevées également mais avec des
écarts relativement moins importants entre les ménages à revenu faible et ceux ayant un
revenu élevé ;

16
Ces dépenses ne concernent pas tous les ménages. Le pourcentage des ménages n’ayant effectué aucune dépense pour un
poste bien précis varie de 2% (pour le savon) à 67% (pour la santé). Ces pourcentages sont respectivement de 52% pour le
tabac, 34% pour le transport, 56% pour le logement, 47% pour l’éducation, 3% pour le combustible.

52
- le savon/produits d’hygiène : il s’agit des dépenses régulières les plus faibles et pour lesquels
les écarts entre les catégories des ménages selon le niveau de revenu sont moins importants.

Tableau 7.2 : Dépenses mensuelles des ménages pour certains produits selon le niveau de revenu

Montant (en Ariary) des dépenses effectuées par les ménages (pour ceux qui ont dépensé) au cours
des 30 derniers jours ayant précédé l'enquête pour la consommation de tabac, savon et produits
d'hygiène, transport, combustible, eau et électricité, logement/loyer, santé et éducation selon le niveau
de revenu, Enquête McRAM 2010 Antananarivo
50000 à 100000 à 300000 à
< 50000 > 500000
Rubrique 100000 300000 500000 Total
Ariary Ariary
Ariary Ariary Ariary
Alcool/Tabac/Khat 6072 10132 15919 22963 26548 15211
Savon et produits
2113 4234 5711 6825 9117 5486
d'hygiène
Transport 7048 13021 17272 27854 69048 25010
Combustible 7820 13041 13411 15192 22325 14009
Eau/Electricité 6693 10202 15144 27588 41166 17095
Logement/oyer 17402 29382 38583 87804 137059 48816
Santé 3638 14762 27689 18132 72270 25775
Education 7439 16391 30921 40635 85644 35343

2.7.2 Profil des ménages selon les dépenses alimentaires

L’analyse qui suit consiste à caractériser les ménages selon le niveau des dépenses en alimentation.
Afin de neutraliser les fluctuations selon la taille des ménages, l’utilisation du quintile des dépenses
alimentaires par tête s’avère plus approprié. Elle permet de catégoriser les ménages en cinq groupes
équitables :
- 20% des ménages dont les dépenses alimentaires hebdomadaires par tête sont inférieures à
3785 Ariary ;
- 20% des ménages dont les dépenses alimentaires hebdomadaires se situent entre 3785 Ariary
et 5033 Ariary ;
- 20% des ménages dont les dépenses alimentaires hebdomadaires se situent entre 5033 Ariary
et 7041 Ariary ;
- 20% des ménages dont les dépenses alimentaires hebdomadaires se situent entre 7041 Ariary
et 9340 Ariary ;
- Et enfin, les 20% des ménages dont les dépenses alimentaires hebdomadaires sont
supérieures à 9340.

Le tableau 7.3 résume les caractéristiques des ménages suivant les quintiles des dépenses et décrit les
types de consommation en alimentation dans chaque catégorie des ménages. Il convient cependant de
mentionner que tableau fournit le nombre de jours de consommation pour un type d’aliment donné,
mais les informations sur les quantités d’aliments effectivement consommés ne sont pas disponibles
(Pour plus de détails, voir Tableau 7.2A et tableau 7.3A).

53
Tableau 7.3 : Profil des ménages et profil de consommation alimentaire selon les quintiles de dépenses
alimentaires par tête

Caractéristiques des ménages et types d’aliments consommés selon le rang de quintile, Enquête McRAM
2010 Antananarivo
Rang de Valeur (en Consommation alimentaire
Caractéristiques des ménages
quintile Ariary) hebdomadaire
- Forte proportion de ménages dirigés par une
femme (21%)
- Forte proportion de ménages dirigés par des - Riz tous les jours
veufs/veuves et mariés coutumièrement (21,5% - Pas de lait/yaourt au cours de la
et 25,5% respectivement) semaine
1 D<=3785
- Forte proportion de ménages à taille élevée - Consommation rare de fruits et de
(20%) viande (respectivement 2 jours et 1
- Forte proportion de ménages à revenu faible jour sur 7)
(20% à moins de 50.000 Ariary et 43% entre
50.000 et 100 .000 Ariary)
- Forte proportion de ménages dirigés par un
homme (85%)
- Riz tous les jours
- Forte proportion de ménages dirigés par des
- Consommation rare de yaourt (1
personnes mariées légalement (64%)
jour sur 7)
2 3783<D<=5033 - Forte proportion de ménages à taille élevée
- Un peu plus de fruits (3 jours sur7)
(16%)
- Consommation de viande/poisson
- Forte proportion de ménages à revenu faible
2 jours sur 7
(14% à moins de 50.000 Ariary et 38% entre
50.000 et 100 .000 Ariary)
- Riz tous les jours
- Consommation de viande 3 jours
- A peu près les mêmes caractéristiques des
sur 7
ménages en général, à l’exception de la
3 5033<D<=7141 - Consommation de fruits 4 jours sur
prédominance des ménages à revenu moyens
7
(entre 100.000 et 300.000 Ariary) (54%)
- Consommation rare de lait/yaourt
1 jour sur 7
- Forte proportion de ménages dirigés par une - Riz tous les jours
femme (23%) - Consommation de viande 4 jours
- Proportion élevée de ménages de taille <=4 sur 7
4 7141<D<=9340 (69%) - Consommation de yaourt/lait 2
- Proportion élevée de ménages à revenu élevé jours sur 7
(18% à revenu entre 300.000 Ariary et 500.000 - Consommation de fruits 5 jours sur
Ariary et 14% ayant un revenu > 500.000 Ariary) 7.
- Forte proportion de ménages dirigés par un
homme (82%)
- Forte proportion de ménages dirigés par des
- Riz tous les jours
célibataires et des mariés légalement (15% et
- Consommation de viande et de
58% respectivement)
fruits presque tous les jours (6 jours
5 D>9340 - Très forte proportion de ménages à taille
sur 7)
faible <=4 (80%)
- Consommation de yaourt/lait 3
- Proportion plus élevée des ménages à revenu
jours sur 7
élevé (21% entre 100.000 Ariary et 500.000
Ariary et 28% revenu supérieur à 500.000
Ariary)

Il convient d’abord de remarquer que les dépenses en alimentation des ménages sont faibles. Le seuil
du premier quintile est d’un montant égal à 3785 Ariary, soit 540 Ariary par jour par personne. Ceci est
l’équivalent du prix d’environ 300 g de riz et de 200 Ariary pour l’achat de légume/brèdes par jour et
tout autre type d’aliments. Le seuil du dernier quintile qui équivaut à 1335 Ariary par jour par personne,

54
permet à chaque personne de manger 300g de riz, 100 g de viande ou poisson, 200 Ariary de légumes
et brèdes, 200 Ariary de fruits ou lait/yaourt.

On peut tirer de ce tableau que la consommation alimentaire varie fortement selon les quintiles de
dépenses. La consommation de riz journalier est universelle, mais on constate une qualité pauvre des
aliments consommés dans les ménages des deux premiers quintiles. Autrement dit, 40% des ménages
consomment très rarement de la viande et de lait/yaourt, et ne mangent que peu de fruits. Ils ont une
alimentation peu variée. En référence aux résultats dans la partie sur les chocs et stratégies, il s’agit
d’une stratégie adoptée pour faire face à la crise : soit diminuer la quantité des aliments/ limiter les
portions consommées (l’information concernant la quantité n’est pas saisie lors de l’enquête mais les
niveaux de dépenses pourraient déjà fournir une indication sur la quantité de chaque type d’aliment
dont les ménages peuvent se procurer), soit en limitant la qualité et la variété des aliments
consommés.

2.8. Sécurité alimentaire

2.8.1 Sécurité alimentaire au niveau des ménages

Cette partie vise à décrire et analyser le niveau de sécurité alimentaire des ménages de la capitale. Les
méthodes utilisées pour l’évaluation de cet indicateur restent les mêmes que celles qui ont été toujours
utilisées lors des précédents McRAM, définies par le PAM.

A titre de rappel, l’insécurité alimentaire au niveau des ménages est définie, selon le PAM, en croisant
le profil de consommation alimentaire avec l’accessibilité alimentaire. Les indicateurs utilisés dans le
calcul sont :

pour le profil de consommation alimentaire ou Food Consumption Score (FCS) la diversification


alimentaire, la fréquence de consommation et la valeur nutritionnelle des aliments ;

pour l’accessibilité alimentaire la stabilité des sources de revenu, le niveau des dépenses
alimentaires et, pour les ménages agricoles uniquement, le stock de riz.

2.8.2 Profil de consommation alimentaire

Le profil de la consommation alimentaire des ménages ou Food Consumption Score (FCS) a été
mesuré à travers la diversité de la consommation alimentaire, la fréquence de la consommation
alimentaire sur une période de sept jours et le poids nutritionnel de chaque groupe alimentaire. Les
différents groupes alimentaires consommés devraient assurer les apports calorifiques et protéiques
nécessaires aux membres des ménages. Dans le calcul du profil de consommation alimentaire, les
groupes riz, autres céréales et racines ont été regroupés en un seul groupe étant donné que la
fréquence de la consommation du riz est égale à presque sept jours sur sept et afin de ne pas
55
surévaluer le score. Les ménages ont été classés ensuite en 3 catégories suivant la valeur de leur
score :

ménage classé comme « pauvre » (FCS ≤ 21). C’est un ménage qui consomme
quotidiennement un seul aliment de base (riz, manioc ou maïs) avec des denrées d’origine
végétale (brèdes ou légumes).

ménage classé comme « limite » ou « modéré » (FCS compris entre 21,5 et 35). En plus de
l’aliment de base, il y a un début de diversification alimentaire avec la consommation de
brèdes, fruits, haricots, huile et sucre et, quelquefois, de viande.

ménage classé comme « Bon » ou « Acceptable» (FCS supérieur à 35). Il consomme l’aliment
de base tous les jours. Les huiles et le sucre sont consommés fréquemment. Les légumineuses
assurent l’apport adéquat en acides aminés essentiels. Les légumes sont consommés 3 à 4
jours par semaine. L’alimentation est plus diversifiée avec au moins 2 produits d’origine
animale consommés trois à quatre jours par semaine ou du lait presque tous les jours.
Ces scores ont été utilisés par le PAM pour l’évaluation du profil de la consommation alimentaire des
ménages lors de l’étude de novembre 2008.

D’après tout ce qui précède, les résultats montrent que 77,5% des ménages ont un profil alimentaire
classé dans la catégorie « Acceptable». Une infime partie des ménages est classifiée dans la catégorie
de profil alimentaire « Pauvre ».

Tableau 8.1 : Profil de consommation alimentaire

Répartition des ménages selon le profil de consommation alimentaire, Enquête McRAM 2010
Antananarivo.
FCS % N
Pauvre 0,9 5
Modéré 21,6 109
Acceptable 77,5 389
Ensemble 100 503

La fréquence de consommation alimentaire des différents types d’aliments est présentée dans le
tableau 8.2.

56
Tableau 8.2 : Fréquence de la consommation des différents groupes d'aliments au cours d’une semaine

Nombre de jours de consommation des différents types d’aliments durant les 7 jours qui ont précédé
l’enquête, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Nombre de jours
Groupe d'aliments Intervalle de confiance
Minimum Maximum Moyenne
BI BS
Riz 1
7 7,0 - -
Autres céréales (Maïs, sorgho, millet,
0 7 3,2 3,0 3,4
blé/pain, etc.)
Racines (Manioc, patate douce, pomme
0 7 1,2 1,0 1,4
de terre)
Haricots, pois 0 7 1,4 1,4 1,4
Légumes et brèdes 0 7 4,6 4,4 4,8
Fruits 0 7 3,8 3,6 4,0
Viande (chèvres, bœuf, poulets,
0 7 3,4 3,2 3,6
porc), poisson, œufs
Huile, graisse, beurre 0 7 6,4 6,2 6,6
Sucre 0 7 3,7 3,5 3,9
Lait, yaourt, autres produits laitiers 0 7 1,6 1,4 1,8

2.8.3 Accessibilité alimentaire des ménages

Le classement des ménages selon cette accessibilité a été faite à partir de deux variables (la stabilité
17
des sources de revenu, le niveau des dépenses alimentaires ).

Stabilité des sources de revenu

Les ménages ont été classées suivant la stabilité de leurs sources de revenu en trois catégories : très
stable, peu stable et moins stable (se référer à la partie sur les sources de revenu, tableau 6.3).

Les ménages ont été classés selon leur première source de revenu (Classe 1), puis séparément,
suivant leur seconde source de revenu (Classe 2) et, éventuellement, leur troisième source si le poids
de celle-ci est important (classe 3). Les trois classements ont été ensuite confrontés et la classe de
stabilité de source de revenu (Classe) considérée est le plus élevée de ces deux classements : Classe
= Sup (Classe 1, Classe 2, Classe 3). Par exemple, si un ménage a été classé « moins stable » selon
sa première activité, et si le même ménage est classé « peu stable » suivant sa deuxième activité : sa
classe finale est « peu stable ».

17
Etant donné la faible proportion de ménages agricoles, le stock de riz n’a pas été considéré dans le calcul de l’accessibilité
alimentaire

57
Niveau des dépenses alimentaires

18
Les dépenses alimentaires des ménages ont été calculées pour le dernier mois . Elles ont été
classées par ordre croissant et ont été divisées en 5 classes (20 % de ménages par classe). Les
ménages du premier quintile sont classés comme « très pauvres ». Ceux du second quintile sont
classés comme « pauvres ». De façon analogue, les troisième et quatrième quintiles ont été classés «
moyen » et le dernier quintile « riche ». On a ensuite sorti les rangs des ménages suivant ces
dépenses.

La répartition des ménages selon les quintiles des dépenses alimentaires mensuelles est présentée
comme suit :

Tableau 8.3 : Classement des ménages selon le quintile de dépenses alimentaires par tête, Enquête
McRAM 2010

Dépenses alimentaires mensuelles


Rang du quintile Classement
par tête (en Ariary)

Premier quintile Moins de 15.223 Très pauvre

Second quintile 15 223 à 20.532 Pauvre

Troisième quintile 20 532 à 28.645 Acceptable

Quatrième quintile 28.645 à 38.288 Moyen

Cinquième quintile Plus de 38.288 Riche

2.8.4 Sécurité alimentaire des ménages

Les classes d’insécurité alimentaire au niveau des ménages sont par la suite définies en croisant
l’indicateur final d’accessibilité avec le profil de consommation alimentaire (FCS). Le tableau 8.3
présente la répartition des ménages selon le niveau de l’insécurité alimentaire.

Tableau 8.4 : Niveau de sécurité alimentaire des ménages

Répartition des ménages selon le niveau de sécurité alimentaire, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Niveau de sécurité alimentaire % N
Insécurité Alimentaire Sévère (IAS) 29,3 139
Insécurité Alimentaire Modéré (IAM) 5,6 26
Sécurité Alimentaire (SA) 65,2 310
Total 100 475

18
Il a été supposé que les dépenses du dernier mois correspondent à quatre fois les dépenses de la dernière semaine.

58
Ce tableau montre que près des deux tiers des ménages (65%) sont en situation de sécurité
alimentaire. Environ trois ménages sur dix (29%) se trouvent en situation d’insécurité alimentaire
sévère et le reste (6%) en insécurité alimentaire modérée.

Les résultats présentés dans le tableau 8.5 permettent de voir la variation du niveau de sécurité
alimentaire selon les caractéristiques des ménages.

Tableau 8.5 : Variation du niveau de sécurité alimentaire selon les caractéristiques des ménages

Répartition des ménages selon les caractéristiques des ménages, par niveau de sécurité alimentaire

Niveau de sécurité alimentaire


IAS IAM SA Total
Caractéristiques % Effectif % Effectif % Effectif % Effectif
Sexe du chef de ménage
Ménage dirigé par un
homme 27,8 107 5,4 21 66,7 256 100 384
Ménage dirigé par une
femme 35,3 32 6,1 6 58,6 53 100 91
Statut matrimonial du
chef de ménage
Célibataire 23,1 8 14,1 5 62,8 21 100 34
Marié légalement 22,8 61 4,1 11 73,1 195 100 267
marié coutumièrement 41,7 30 5,2 4 53 38 100 72
Union libre 52,4 9 6,2 1 41,4 7 100 17
Veuf-Divorcé-Séparé 36,8 32 6,8 6 56,5 49 100 87
Groupe d'âge du chef de
ménage
15-24 ans 33,8 9 10,3 3 55,8 15 100 27
25-34 ans 34 36 4,1 4 61,9 66 100 106
35-54 ans 29,9 70 5,1 12 65 152 100 234
55 ans et plus 22,1 24 6,7 7 71,2 77 100 108
Taille du ménage
<=4 24,1 66 6,6 18 69,3 189 100 273
5-6 35,9 54 3,8 6 60,3 90 100 150
7 ou plus 37,1 19 5,2 3 57,7 30 100 52
Niveau de revenu
mensuel
< 50000 Ariary 87 32 2,5 1 10,5 4 100 37
50000 à 100000 Ariary 51 68 8 11 41 55 100 134
100000 à 300000 201
17 34 5,5 11 77,5 156 100
Ariary
300000 à 500000 47
4,8 2 1,9 1 93,3 44 100
Ariary
> 500000 Ariary 4,2 2 5,1 3 90,7 49 100 54

Les ménages dirigés par les femmes sont plus vulnérables en matière de sécurité alimentaire que
ceux dirigés par les hommes (35% de ménages dirigés par les femmes sont en situation d’insécurité
59
alimentaire vs 28% de ménages dirigés par les hommes). A l’opposé, 67% des ménages dirigés par
les hommes sont en sécurité alimentaire alors que le pourcentage correspondant est de 59% pour les
ménages dirigés par les femmes. De même, le risque d’être en situation d’insécurité alimentaire
augmente au fur et à mesure que la taille des ménages est élevée et diminue au fur et à mesure que
le niveau de revenu s’améliore. Autrement dit, les ménages à taille élevée et à faible revenu sont plus
vulnérables que les autres.

2.9. Agriculture urbaine

Ce chapitre s’intéresse à la pratique de l’Agriculture (culture et élevage) dans la commune urbaine


d’Antananarivo. Conjuguée à la crise, le phénomène de l’exode rural peut être un facteur important
qui favorise le développement de l’agriculture, pour permettre aux ménages de satisfaire (directement
ou non) leurs besoins en alimentation. Son analyse permet ainsi d’avoir une information sur la part de
l’agriculture en termes d’emploi et sa contribution à l’amélioration de la sécurité alimentaire des
ménages.

Les questions ont été posées de façon directe aux enquêtés : pratiquent-ils de l’Agriculture. Si oui,
lesquels et quelles sont les destinations des produits. D’autres questions sur les problèmes rencontrés
ont également été posées.

2.9.1. Pratique de l’Agriculture (agriculture, élevage) urbaine par les


ménages

Comme le montre le graphique 9.1, seuls 21 ménages (soit 4% de l’ensemble des ménages) ont
déclaré pratiquer de l’agriculture et 72 ménages (14%) pratiquent l’élevage. Parmi ces ménages, 14
(soit 3% de l’ensemble) pratiquent exclusivement l’agriculture (culture), 65 (soit 13%) pratiquent
exclusivement l’élevage et 7 (1,4%) pratiquent les deux en même temps.

Graphique 9.1 : Pourcentage des ménages qui ont déclaré pratiquer l'agriculture et l'élevage

20

16 14,3

12
%

8
4,1
4

0
agriculture elevage

Source : Enquête McRAM, 2010 Type d'Agriculture


agriculture elevage

60
Les ménages agricoles et éleveurs ont presque les mêmes profils (tableau 9.1). Ils sont
essentiellement dirigés par les hommes (92% des ménages agricoles et 87% des ménages éleveurs
sont dirigés par un homme alors que cette proportion est de 81% pour l’ensemble des ménages), avec
une proportion assez élevée de ménages à taille élevée (18% pour les ménages agricoles et 15%
pour les éleveurs). La majorité (69% des ménages agricoles et 51% des ménages éleveurs) ont un
revenu moyen (entre 100.000 Ariary et 300.000 Ariary) et ayant à leur tête un chef marié légalement
(72% et 70%).

Tableau 9.1 : Profil des ménages agricoles et de ceux qui pratiquent l'élevage

Répartition des ménages qui ont déclaré pratiquer l'agriculture et l'élevage selon les caractéristiques
des ménages, par type d'Agriculture, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Caractéristiques du Ménages agricoles Ménages éleveurs Ensemble des ménages
ménage % Effectif % Effectif % Effectif
Sexe du chef de
ménage
Masculin
91,5 19 87,4 63 80,8 406
Féminin
8,5 2 12,6 9 19,2 97
Total 100,0 21 100,0 72 100,0 503
Statut matrimonial du
chef de ménage
Célibataire 0,0 0 0,0 0 6,8 34
Marié légalement 71,8 15 70,0 50 55,8 280
marié
12,2 3 15,0 11 15,2 76
coutumièrement
Union libre 3,5 1 3,1 2 3,4 17
Veuf-Divorcé-Séparé 12,5 3 11,9 9 18,8 94
Total 100,0 21 100,0 72 100,0 503
Taille du ménage
<=4 59,6 12 42,9 31 57,6 290
5-6 25,3 5 39,1 28 30,9 155
7 ou plus 15,1 3 18,0 13 11,5 58
Total 100,0 21 100,0 72 100,0 503
Niveau de revenu
mensuel
< 50000 Ariary 0,0 0 3,8 3 7,7 39
50000 à 100000
30,8 6 32,1 23 29,6 148
Ariary
100000 à 300000
69,2 14 51,3 37 42,2 211
Ariary
300000 à 500000
0,0 0 3,0 2 9,4 47
Ariary
> 500000 Ariary 0,0 0 9,9 7 11,0 55
Total 100,0 21 100,0 72 100,0 501

61
2.9.2. Types et destination des produits d’agriculture et d’élevage
pratiqués

a) Type de cultures et élevage

La riziculture et les cultures maraîchères sont les plus pratiquées par les ménages agricoles
d’Antananarivo urbaine. Sur les 21 ménages agricoles, 50% et 41% des ménages agricoles ont
déclaré pratiquer respectivement ces deux types de culture. Les cultures vivrières et de contre saison
concernent 23% et 15% d’entre eux.

Ces cultures sont pratiquées sur des superficies très variées : 36% cultivent sur une surface de moins
de 100m², 38% utilisent une surface entre 100 et 200m² et enfin 26% sur une surface assez grande
(>200m²).

Tableau 9.2 : Types de cultures et élevage pratiqués par les ménages

Pourcentage des ménages qui ont déclaré pratiquer l'agriculture et l'élevage selon le type de culture et de
produits d'élevage, Enquête McRAM 2010 Antananarivo

% des ménages
Effectif total des ménages
concernés
Type de culture
Riziculture 49,8 21
Cultures vivrières autres que le riz 23,0 21
Cultures maraîchères 41,4 21
Cultures de contre-saison 15,1 21
Type d’élevage

Bœufs 4,2 72
Porcs 16,5 72
Ovins et de caprins 0,0 72
Volailles 79,5 72
Autres (lapin, tortue) 10,3 72

Concernant l’élevage, l’élevage des volailles est de loin le plus pratiqué par les ménages. Il concerne
presque 80% des ménages éleveurs. L’élevage bovin, quant à lui, est le moins pratiqué, avec
seulement 4% des ménages qui exercent cette activité. L’élevage porcin et autre élevage (lapin/tortue)
concerne respectivement 17% et 10% de l’ensemble des ménages éleveurs. Il convient de noter
l’absence de l’élevage caprin/ovin dans la capitale.

Les ménages éleveurs de bovins possèdent un nombre variant de 2 à 5 têtes. Pour l’élevage porcin,
les ménages ont en leur possession 1 à 16 têtes. L’effectif des volailles dans les ménages, quant à lui,
varie de 1 à 500 têtes.

62
b) Destination des produits

Que ce soit pour la culture ou pour l’élevage, dans la majorité des cas, les produits sont destinés à
l’autoconsommation : 55% des ménages agricoles et 47% des ménages éleveurs consacrent
exclusivement leurs produits pour la consommation familiale.

Pour la culture, le reste des ménages (45%) répartissent les produits à la consommation et à la vente.
Par contre, si 19% des ménages éleveurs consomment une partie des produits et vendent l’autre
partie, nombreux (23%) sont les ménages qui réservent leurs produits à une vente exclusive.

Tableau 9.3 : Destination des produits d'Agriculture

Répartition des ménages agricoles et de ceux qui pratiquent l'élevage selon la destination des produits de
l'Agriculture, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Culture Elevage
Destination des produits
% Effectif % Effectif
Autoconsommation 54,8 11 46,9 34
Vente 0,0 0 23,0 16
Vente et
45,2 9 19,0 14
autoconsommation
Non précisé 0,0 0 11,2 8
Total 100,0 21 100,0 72

c) Problèmes rencontrés dans la pratique de l’Agriculture

Parmi les ménages agricoles et éleveurs, 38% et 25% respectivement ont déclaré avoir rencontré des
problèmes dans l’exercice de leurs activités. Les principaux types de problèmes rencontrés en
agriculture sont les problèmes d’intrants (non disponibilité ou cherté), les vols de cultures et la
destruction des cultures par les insectes. Quant à l’élevage, les principaux types de problèmes
rencontrés qui ont été rapportés sont les maladies ou perte des animaux, les vols d’animaux, le coût
élevé de provendes et perte. Les effectifs sont trop faibles pour calculer les pourcentages des
ménages ayant cités ces problèmes.

2.10. Réseau social

Pour mieux comprendre les attitudes des ménages vis-à-vis de la crise actuelle, l’étude s’intéresse
particulièrement aux difficultés que les ménages ont eu à traverser depuis janvier 2010 et au type de
recours auxquels ils ont eu. Ce chapitre permet d’identifier le rôle du réseau social dans de tel
contexte.

Aussi, lors de l’enquête, a t-il été demandé aux enquêtés s’ils ont eu des difficultés (en insuffisance de
nourriture ou manque d’argent) pendant cette période et de citer les groupes de personnes à qui ils

63
sont allés demander de l’aide ainsi que le type d’aide qu’ils ont reçu. L’enquête a également saisi les
recours habituels des ménages dans des situations difficiles.

La grande majorité des ménages a déclaré avoir été confronté à des difficultés financières et/ou
d’insuffisance de nourriture depuis janvier 2010 : presque les trois quarts des ménages ont été
touchés par ce problème (graphique 10.1).

Graphique 10.1 : Répartition des ménages selon qu'ils ont été confrontés à des difficultés ou non depuis
le mois de janvier 2010

25,4%

74,6%

Source : Enquête McRAM, 2010


Oui Non

Les ménages à faible revenu (<50.000 Ariary) sont les plus concernés par ce genre de problème. Au
fur et à mesure que le revenu augmente, la proportion des ménages ayant déclaré avoir été
confrontés à ces difficultés diminue, passant de 85% dans les ménages les plus pauvres à 51% dans
les ménages les plus riches.

Tableau 10.1 : Variation de l'ampleur des difficultés selon les caractéristiques des ménages

Pourcentage des ménages ayant déclaré avoir eu des difficultés (insuffisance en nourriture ou
manque d'argent) depuis janvier 2010 selon les caractéristiques du ménage, Enquête McRAM 2010
Antananarivo
A été confronté à des difficultés
Niveau de revenu mensuel % N
< 50000 Ariary 84,3 39
50000 à 100000 Ariary 86,5 148
100000 à 300000 Ariary 75,3 211
300000 à 500000 Ariary 55,4 47
> 500000 Ariary 50,3 55
Total 74,7 501

D’une manière générale, lorsque les ménages rencontrent des difficultés en termes d’insuffisance en
nourriture ou manque d’argent, ils viennent demander de l’aide à leur famille proche ou parents
(graphique 10.2). Ces derniers sont de loin les groupes les plus sollicités pour assister les ménages
en difficultés. Plus de 6 ménages sur 10 ont déclaré recourir habituellement à leur famille proche ou

64
leurs parents pour les appuyer en cas de difficultés. Les voisins et les amis interviennent
respectivement dans environ 12% et 9% des cas. Les collègues de travail font partie également du
réseau mais sont moins sollicités (7% des cas). Rares sont les ménages qui demandent de l’aide à
des associations caritatives ou des organismes religieux.

Par contre, environ 13% des ménages ont déclaré ne pas avoir l’habitude d’emprunter ou de solliciter
de l’aide d’une autre personne ou d’un autre groupe en cas de difficultés. Ces ménages préfèrent
chercher les solutions à leur niveau sans prendre en considération le rôle que peut jouer le réseau
social pour leur venir en aide.

Graphique 10.2 : Personnes/groupes sollicités par les ménages en cas de difficultés

Famille proche 64,0


60,8

Aucun emprunt/aucune aide 6,3


13,0
15,5
Membre voisinage
12,3
12,4
Amis
9,6
9,3
Collègues de travail
7,6
0,6
Mosqué/Eglise
0,5

Ceux du même lieu d'origine 0,3


0,2

0,6
ONG/groupe bienfaisance 0,2

0,0 10,0 20,0 30,0 40,0 50,0 60,0 70,0


Source : Enquête McRAM, 2010
Recours habituel Recours lors de la dernière difficulté

En référence aux dernières difficultés rencontrées par les ménages, la proportion des ménages ayant
déclaré n’effectuer aucun emprunt ni solliciter l’aide d’une autre personne/un autre groupe est réduite
de moitié. Autrement dit, malgré leur habitude et leur intention de se résigner ou de trouver seuls les
solutions à leurs difficultés, nombreux sont les ménages qui se trouvent obligés de changer de
principe.

Néanmoins, le schéma de fonctionnement du réseau social reste le même : les ménages recourent
avant tout aux aides familiales (familles proches ou parents). Presque les deux tiers des ménages
ayant eu des difficultés se sont appuyés sur leurs aides pour y faire face. Les amis et les membres du
ème
voisinage occupent toujours les 2 et 3 rangs. Viennent en dernier lieu les collègues de travail.

En résumé, le réseau social sur lequel les ménages s’appuient en cas de difficultés est constitué
principalement des groupes/personnes qui ont des relations familles ou de proximité avec eux.
Lorsque les ménages décident de faire recours à ce réseau social, le schéma reste le même quel que

65
soit le moment des difficultés : les familles proches/les parents en priorité, les membres de voisinage
et les amis viennent après et enfin les collègues de travail.

Type d’aide reçu

Lors des dernières difficultés rencontrées, la majorité des ménages a bénéficié d’une aide de type non
alimentaire, quelle que soit la source (tableau 10.2). Dans tous les cas, plus de 7 ménages sur 10 ont
bénéficié d’une aide de type non alimentaire. Les collègues de travail sont les moins habitués à fournir
des aides alimentaires. Les familles proches et les amis, quant à eux, sont les plus nombreux à ne
pas hésiter à donner en même temps les deux types d’aide.

Tableau 10.2 : Type d'aides reçu par les ménages

Répartition des ménages ayant déclaré avoir eu recours aux différents groupes ou catégories de
personnes lorsqu'ils ont eu des difficultés pendant la période allant de janvier 2010 à la période de
l'enquête, par type d'aide reçu, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Personnes / Groupes Alimentaire Non alimentaire Les deux Total
sollicités % % % % N
Famille proche 5,3 74,5 20,3 100,0 239
Membre de voisinage 14,3 70,3 15,4 100,0 58
Mosquée/Eglise * * * * 2
Collègue de travail 2,5 86,6 10,9 100,0 35
Ceux du même lieu
* * * * 1
d'origine
ONG/groupe de
* * * * 2
bienfaisance
Amis 11,1 70,2 18,6 100,0 46

2.11. Chocs et stratégies d’adaptation à la crise

Depuis le début de la crise, plusieurs évènements se sont passés dans le pays et notamment dans la
capitale. Certains de ces évènements affectent les vies quotidiennes des ménages et ont des impacts
négatifs sur leur bien-être. On parle ainsi des chocs subis par les ménages. Cette partie cherche à
identifier et analyser les chocs qui ont été subis depuis janvier 2010 par les ménages ainsi que les
stratégies que ces derniers ont adoptées pour y faire face.

Les enquêtés ont été emmenés à citer les évènements négatifs qui ont affecté leurs ménages
respectifs depuis janvier 2010. Toutes leurs réponses ont été répertoriées et enregistrées sur la liste
pré-établie dans le questionnaire.

66
2.11.1. Chocs subis par les ménages du fait de la crise

Les chocs les plus tragiques qui ont été rapportés avoir affecté les ménages depuis janvier 2010 sont,
par ordre d’importance : le prix élevé de la nourriture (cité par 85% des ménages), la diminution des
revenus (69%), les maladies chroniques/temporaires des membres du ménage (50%).

Graphique 11.1 : Pourcentage des ménages ayant déclaré avoir subi les différents chocs depuis janvier 2010

Décès du membre du ménage 1,6

Déficit hydrique pour les personnes (manque d’eau) 1,9

Maladies animales/plantes 2,4

Vol de ressources/biens 5,7

Sécheresse/cyclone 6,1

Diminution /pas d’accès à crédit 19,7

Perte d’emploi 20,7

Agression physique/insécurité/cambriolage 37

Dettes à rembourser 40,7

Maladie temporaire/chronique du membre du ménage 50,3

Diminution de revenu 69,4

Prix élevés de la nourriture 85,3

0 10 20 30 40 50 60 70 80 90

Source : Enquête McRAM, 2010 %

La majorité de la population se plaint ainsi avant tout du renchérissement du coût de la vie. Il pourrait
s’agir de l’effet conjugué de l’augmentation des prix de certains produits de première nécessité (PPN)
et de la diminution des revenus durant les premiers trimestres de l’année 2010.

Par ailleurs, l’analyse de l’évolution des prix des PPN à Antananarivo montre que les prix de certains
produits de base y ont connu une légère hausse entre janvier 2010 et mars 2010, avec une
augmentation mensuelle moyenne des prix de l’ordre de 1,4% (pour tous les produits confondus). Les
prix du sucre, du pétrole lampant, du gros sel de cuisine en vrac, du charbon de bois, de la viande et
du savon de ménage ont connu une augmentation variant de 1,2% à 11% au cours de cette période.
Pour le sucre en particulier, l’augmentation du prix entre décembre 2009 et janvier 2010 était de
l’ordre de 20%, avant de diminuer à 11% entre janvier-février et s’établir à 3% entre février-mars 2010.

67
Graphique 11.2 : Evolution des prix du PPN à la consommation à Antananarivo

6000
Source : DSM/INSTAT

5000

Riz Kg
4000
Pain bâtard Kg
Viande de bœuf avec os Kg
Lait concentré sucré boîte
Œuf de poule pièce
3000
Huile de soja en vrac litre
Haricots secs blancs Kg
Sucre cristallisé blanc en vrac Kg

2000 Gros sel de cuisine en vrac Kg


Café en grains Kg
Pétrole lampant litre
Charbon de bois Kg
1000 Savon de ménage Morceau 170g
Bougie Grand Modèle paquet de 10
Boîte d'allumette Boîte

0
janv- févr- mars- avr-09 mai-09 juin-09 juil-09 août- sept- oct-09 nov-09 déc-09 janv- févr- mars-
09 09 09 09 09 10 10 10

Les autres chocs évoqués par les ménages étaient l’endettement (41%), le problème d’insécurité sous
toutes ses formes (agression physique, cambriolage, vol) (38%), la perte d’emploi (21%) et le non
accès au crédit (20%). Il s’agit de chocs qui sont fort probablement liés à la crise économique qui a
sévi et qui continue de sévir dans le pays. Le reste des chocs a été rapporté par des proportions
faibles de ménages.

2.11.2 Stratégies d’adaptation à la crise adoptée par les ménages

Devant ces chocs, les ménages ne restent pas indifférents mais cherchent à adopter des stratégies
pour y faire face. On distingue deux types de stratégies :
- des stratégies temporaires ou stratégies d’adaptation à la crise, correspondent à des solutions
passagères, ne permettant pas de résoudre les problèmes de façon permanente ;
- des stratégies de détresse, avec des effets à plus ou moins long terme mais pouvant porter
atteinte à la dignité de l’individu voire même mettre en danger leur vie

La classification des stratégies selon ces deux catégories adoptées ici est celle qui a déjà été utilisée
lors des précédentes McRAM. Les graphiques 11.3 et 11.4 présentent les différentes stratégies
adoptées et rapportées des ménages.

Les trois principales stratégies d’adaptation à la crise rapportées comme les plus utilisées par les
ménages (chaque jour ou souvent) consistent à réduire les coûts relatifs à l’alimentation, en modifiant
soit la quantité soit la qualité de la consommation. Il s’agit notamment de manger la nourriture moins

68
chère (cité par 60% des ménages), diminuer la diversité de la consommation (45%) ou limiter la
portion mangée à chaque repas (32%).

La réduction des dépenses jugées comme non essentielles telles que l’éducation, la santé, le
transport, le loyer, etc, a été optée par 23% des ménages. Les autres stratégies, rapportées par des
proportions plus faibles des ménages sont, entre autres, la diminution de nombre de repas par jour
(13%), la restriction de la consommation des adultes pour permettre aux enfants de manger (13%),
l’achat à crédit (9%), la recherche d’autres alternatives ou l’exercice d’un travail secondaire (9%),
l’emprunt de la nourriture ou compter sur des amis (5%).

Graphique 11.3 : Stratégies d'adaptation à la crise rapportés comme utilisées chaque jour ou souvent par les ménages

Vendre des biens (radio, réfrigérateur, TV, bijoux, etc.) 0,8

Emprunter de la nourriture ou compter sur de amis / de la famille 5,4

Chercher d’autres alternatives ou exercer un travail secondaire 8,8

Acheter à crédit ou s’endetter 9,3

Restreindre la consommation des adultes pour permettre aux jeunes enfants de


13,1
manger

Diminuer le nombre de repas par jour 13,1

Manger plus d’aliments de rue 17,3

Réduire les dépenses non essentielles (éducation, santé, transport, location,


23,2
etc.)

Limiter la portion mangée à chaque repas 31,8

Diminuer la diversité de la consommation 45,4

Manger la nourriture la moins chère 59,6

0 10 20 30 40 50 60 70
Source : Enquête McRAM, 2010
% des m énages

Les stratégies de détresse sont rarement utilisées par les ménages. Parmi les stratégies de détresse,
ne plus envoyer un enfant à l’école, citée par 2,5% des ménages était celle qui a été la plus utilisée.
Les autres stratégies, citées par environ 1% des ménages sont manger le reste des autres, envoyer
un membre de la famille pour manger chez un autre membre de la famille, envoyer un membre de la
famille vivre ailleurs.

69
Graphique 11.4 : Stratégies de détresse rapportées comme utilisées souvent ou chaque jour par les ménages

Vendre des biens de production


(tracteur, machine à coudre, bicyclette, 0
maison, terre, etc.)

Mendier pour manger 0

Envoyer un membre de la famille vivre


0,6
chez un parent ou ami

Envoyer un membre de la famille ailleurs


1
pour chercher du travail ailleurs

Envoyer un membre de la famille ailleurs


pour manger chez un autre membre de 1,1
la famille

Manger le reste des autres 1,3

Ne plus envoyer un enfant et/ou les


2,5
enfants à l’école

0 0,5 1 1,5 2 2,5 3

Source : Enquête McRAM, 2010 % des m énages

2.11.3 Utilisation des services bancaires et mutuels d’épargne

Les services bancaires et les mutuels d’épargne sont mis à la disposition de la population pour des
fins diverses : épargne, transaction, assurance, emprunt, etc. Cette partie s’intéresse aux
comportements des ménages vis-à-vis de ces services.

Au total, 109 ménages (soit 22%) ont déclaré avoir un compte au niveau d’une banque primaire.
L’utilisation des services mutuels d’épargne, quant à elle, concerne 15% des ménages.

La possession d’un compte au niveau d’une banque primaire ou mutuelle d’épargne est tributaire du
niveau de vie des ménages. Les proportions des ménages qui détiennent un compte bancaire et ceux
qui sont membres d’une mutuelle d’épargne augmentent au fur et à mesure que le niveau de vie
augmente. Les ménages aisés sont de loin plus nombreux que les ménages à faible revenu à avoir
un compte bancaire (77% contre 0% respectivement). Les proportions correspondantes varient de 8%
à 27% lorsqu’on considère l’adhésion dans une mutuelle d’épargne.

70
Graphique 11.5 : Taux d'utilisation des services bancaires et mutuels d'épargne par les ménages

90,0
76,7
80,0
70,0
57,7
60,0
50,0
%

40,0
26,9
30,0 23,6 21,8
16,5 15,3 15,4
20,0
10,8
7,9
10,0 3,3
0,0
0,0
< 50000 Ariary 50000 à 100000 100000 à 300000 300000 à 500000 > 500000 Ariary Total
Ariary Ariary Ariary
Niveau de revenu
Source : Enquête McRAM, 2010
% de ménages ayant un compte % de ménages ayant un compte

Concernant l’utilisation des services mis par les banques à la disposition de leurs clientèles, 14% des
ménages ayant un compte bancaire ont déclaré avoir utilisé les services d’emprunt au niveau de ces
banques, et seuls 7% ont utilisé les services d’assurance. Au niveau des mutuelles d’épargne,
l’emprunt concerne 16% des ménages. Par contre, aucune utilisation de services d’assurance n’a été
enregistrée.

D’une manière générale, les ménages qui effectuent les emprunts (au total 16 ménages) utilisent
l’argent pour faire des constructions individuelles, faire un investissement en commerce ou immobilier,
faire des achats de biens et services. Les effectifs sont trop faibles pour calculer des pourcentages .

En dehors des emprunts au niveau des banques et des mutuelles d’épargne, les ménages ont recours
à d’autres personnes/groupes pour avoir des crédits. Comme cela a été les cas pour le recours des
ménages en cas de difficultés, la famille et les amis restent parmi les plus nombreux à octroyer des
emprunts aux ménages.

Tableau 11.1 : Autres types de crédits

Répartition des ménages ayant déclaré avoir recours à d'autres crédits selon le type d'emprunt, Enquête
McRAM 2010 Antananarivo.
% de ménages
Type d'emprunt Effectif total de ménages
concernés
Emprunt aux amis 17,0 55
Emprunt à la famille 64,5 207
Emprunt chez les voisins 8,2 26
Emprunt chez les collègues 7,9 25
Autres(membres de l’Eglise, commerçant, avance,
2,4 8
etc)

71
Total 100,0 321

2.12 Eau, assainissement et hygiène

Dans le cadre de l’amélioration de la santé de la population, le pays déploie des efforts, avec l’appui
des partenaires financiers, pour promouvoir l’accès à l’eau potable et l’hygiène. Ce chapitre vise à
fournir des informations sur la situation actuelle en matière d’accès à l’eau, l’utilisation qui en est faite,
le système d’assainissement utilisé et les comportements de la population en matière d’hygiène.

Pour saisir les informations y afférentes, une série de questions a été posée aux enquêtés
concernant :
- les sources d’approvisionnement en eau (eau de boisson et eau utilisée pour les autres
besoins des ménages) ;
- les différents problèmes rencontrés en matière d’approvisionnement en eau, la quantité, le
coût ;
- l’utilisation de latrines par les ménages et les problèmes qui l’entourent ;
- l’utilisation de savon ;
- et les comportements des ménages face aux eaux usées

2.12.1 Source d’approvisionnement en eau


19
Dans cette enquête, on distingue deux catégories de source d’approvisionnement en eau :
- source améliorée, constituée des branchements particuliers (robinets installés soit à l’intérieur
soit à l’extérieur de la maison), borne fontaine, puits à pompe à motricité humaine
- source non améliorée, comprenant les puis traditionnels, les sources protégées et non
protégées, les lacs/rivières/ruisseaux, le vendeur d’eau mobile, et autres.

Dans la capitale, la grande majorité des ménages (93%) utilisent, pour boire, de l’eau provenant d’une
source améliorée. Il s’agit principalement des bornes fontaines (70%) et des branchements particuliers
(20%). L’utilisation de puits avec pompe à motricité humaine concerne environ 2% des ménages. Le
reste des ménages (7%) s’approvisionne en eau de boisson auprès de sources non améliorées et,
notamment auprès des puits traditionnels (5%).

En ce qui concerne l’eau utilisée pour les autres besoins des ménages, au total, 85% des ménages
utilisent d’eau provenant des sources améliorées pour se laver, faire la lessive, faire la vaisselle,

19
Les classifications et définitions de ce concept peuvent différer d’une enquête à une autre. Dans le cadre de l’EDS 2009-2010
par exemple, une distinction a été faite sur les puits traditionnels protégés et non protégés. De même, les sources protégées ont
été considérées comme des sources améliorées.

72
nettoyer et autres. L’utilisation de l’eau provenant des puits traditionnels, des bassins publics et des
lacs/rivières qui sont plus avantageux en termes de coûts concernent 13% des ménages.

Tableau 12.1 : Source d’approvisionnement en eau

Répartition des ménages selon le type de la principale source d’approvisionnement en eau, pour eau de
boisson et en eau utilisée pour les autres besoins du ménage, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Eau utilisée pour les autres
Type de source d'approvisionnement Eau de boisson
besoins du ménage
en eau
% N % N
Source améliorée
Branchement particulier
20,2 101 19,5 98
Borne fontaine
71,0 357 64,3 323
Puits avec pompe à motricité humaine
1,8 9 1,5 7
Ensemble source améliorée
93,0 467 85,3 429
Source non améliorée
Puits traditionnel
5,2 26 7,5 38
Source protégée
1,0 5 1,4 7
Source non protégée
0,1 1 ,4 2
Lac/rivière/ruisseau/…
0,0 0 2,8 14
Vendeur d’eau mobile
0,5 2 0,5 2
Autre (bassin public/chez quelqu’un
d’autre) 0,2 1 2,1 11
Ensemble source non améliorée
7,0 35 14,7 74
Ensemble
100,0 503 100,0 503

2.12.2 Problèmes d’approvisionnement en eau

La moitié des ménages a déclaré n’avoir pas rencontré de problèmes majeurs dans
l’approvisionnement en eau.

20
Lorsque des problèmes existent , ils concernent avant tout la queue de plus en plus longue au niveau
des bornes fontaines et la cherté de l’eau. Presque le tiers de l’ensemble des ménages
d’Antananarivo (soit 41% des ménages qui utilisent les bornes fontaines pour se procurer de l’eau de
boisson ou de l’eau utilisée pour les autres besoins du ménage) considère que la file d’attente
constitue un problème majeur du fait qu’elle génère une perte de temps considérable avant de pouvoir

20
Afin de mesurer l’ampleur de chaque problème au niveau de l’ensemble de la commune urbaine, l’analyse a considéré
l’ensemble des ménages comme dénominateur. Les pourcentages correspondent de ce fait, aux ménages de la commune qui
sont touchés par chaque type de problème.

73
se procurer de l’eau. Presque le cinquième de l’ensemble des ménages d’Antananarivo se plaint du
21
coût élevé de l’eau (soit 20% de ceux qui ont déclaré payer pour l’eau).

L’insuffisance des bornes fontaines/l’éloignement ou le partage des compteurs, la diminution du débit


et les coupures momentanées constituent également des problèmes mais d’une ampleur beaucoup
plus faible.

Tableau 12.2 : Principaux problèmes rencontrés par les ménages pour l'approvisionnement en eau

Pourcentage des ménages ayant cité les différents problèmes dans l'approvisionnement en eau de
boisson, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Principaux problèmes % de ménages Effectif total de ménages
Coupures momentanées 3,9 503
Tarissement (Séchage) 0,8 503
Diminution du débit 5,9 503
Queue de plus en plus longue 30,1 503
Cherté de l'eau 18,5 503
Autre problème d'approvisionnement
en eau (bornes fontaines insuffisantes,
éloignement, compteur commun, etc) 7,6 503
Aucun problème 51,2 503

2.12.3 Consommation et dépenses en eau

Afin d’analyser la consommation et les dépenses en eau par les ménages, ceux-ci ont été regroupés
en deux catégories : ceux qui ont un branchement particulier (robinet installé à l’intérieur ou à
l’extérieur de la maison) et ceux qui n’en ont pas.

a) Consommation en eau

Les tableaux 12.3a et 12.3b présentent le niveau de consommation d’eau des ménages dans la
commune urbaine d’Antananarivo.

3
La consommation moyenne en eau des ménages ayant un branchement particulier est de 27m , avec
3 3
une forte variation allant d’un minimum de 4m à un maximum de 139m . Ce niveau global cache
cependant des disparités selon le niveau de vie des ménages. La consommation en eau augmente
avec le niveau de revenu. Aussi, les ménages aisés (ayant un revenu supérieur à 500.000 Ariary)
consomment-ils une quantité d’eau trois fois plus élevée que celle des ménages ayant un revenu
compris entre 50.000 Ariary et 100.000 Ariary.

21
Ce pourcentage est beaucoup plus faible que celui qui est enregistré lorsqu’on a demandé l’opinion des enquêtés sur le
niveau de dépense en eau. En effet, ici, il s’agit des problèmes majeurs rencontrés par les ménages. Aussi, certains ménages,
qui sont d’avis que les dépenses en eau sont élevées ne le considèrent pas comme des problèmes majeurs : soit qu’il y a
d’autres problèmes prépondérants soit qu’ils s’y résignent

74
Pour les ménages qui n’ont pas de branchement particulier, la consommation en eau mensuelle
moyenne est de 2 439 litres, avec une variation de 450 à 9 000 litres. Ainsi, certains ménages
n’utilisent que 15 litres d’eau par jour pendant que d’autres en utilisent 300 litres. De même, on
observe des différences significatives selon le niveau de vie des ménages, mais l’écart est moindre
par rapport celui observé parmi les ménages ayant des branchements particuliers et ceux qui n’en ont
pas. Les ménages ayant un revenu élevé (plus de 500.000 Ariary) consomment en moyenne une
quantité deux fois plus élevée que les ménages ayant un revenu faible (inférieur à 50.000 Ariary).

Tableau 12.3a : Niveau de consommation en eau des ménages

Quantité d'eau mensuelle (en m3) consommée par les ménages ayant un branchement particulier
selon le niveau de vie, Enquête McRAM 2010 Antananarivo
Intervalle de
Minimum Maximum Médiane Moyenne
Confiance
< 50000 Ariary * * * * * *
Niveau 50000 à 100000 Ariary 7 27 11,3 14,0 9,6 18,4
de revenu 100000 à 300000 Ariary 4 55 17,0 18,3 14,5 22,0
mensuel 300000 à 500000 Ariary 5 58 21,6 25,3 18,2 32,3
> 500000 Ariary 8 139 42,8 42,4 33,0 51,7
Ensemble 4 139 22,0 27,1 22,8 31,5
*Effectif trop faible

Tableau 12.3b : Niveau de consommation en eau des ménages

Quantité d'eau mensuelle consommée par les ménages (en litres) selon le niveau de vie, Enquête
McRAM 2010 Antananarivo.
Minimum Maximum Médiane Moyenne Intervalle de Confiance
< 50000 Ariary 450 6000 1718,6 1781,3 1367,3 2195,3
50000 à 100000 Ariary 600 7200 1800,0 2031,1 1847,1 2215,2
Niveau 100000 à 300000
de revenu Ariary 600 9000 2250,0 2601,8 2376,1 2827,4
mensuel 300000 à 500000
Ariary 900 6750 2719,0 3356,2 2693,9 4018,6
> 500000 Ariary 900 9000 3115,4 3594,9 2787,7 4402,1
Ensemble 450 9000 2100,0 2439,1 2291,6 2586,6

b) Dépenses en eau

Sur l’ensemble des ménages, 92% ont déclaré payer l’eau qu’ils utilisent. Le graphique 12.2 présente
les estimations des dépenses moyennes mensuelles des ménages en eau. Un ménage débourse en
moyenne une somme de 4560 Ariary par mois pour payer l’eau qu’il utilise au cours d’un mois. Ce
montant varie fortement selon le niveau de revenu des ménages. Les ménages ayant un revenu élevé
(supérieur à 500.000 ariary) paient en moyenne environ 11.500 Ariary par mois, soit un montant 8 fois
plus élevé que celui payé par les ménages à revenu faible (moins de 50.000 Ariary).

75
La différence s’observe également entre les ménages ayant un branchement particulier et ceux qui
n’en ont pas. Les dépenses en eau dans les ménages de la première catégorie sont de loin
supérieures à celles des ménages qui n’ont pas de branchement particulier.

c) Opinion sur le niveau de consommation et de dépenses en eau

L’enquête s’est intéressée également à l’opinion des ménages sur la quantité d’eau puisée et les
niveaux de leurs dépenses en eau.

Globalement, les ménages pensent que l’eau qu’ils utilisent est suffisante pour leurs besoins. Près de
9 ménages sur 10 ont rapporté que l’eau puisée dans leur ménage est suffisante.

Toutefois, les ménages qui sont d’avis que la quantité d’eau puisée est insuffisante, voire très
insuffisante pour les besoins de leurs ménages ne sont pas à négliger : ils représentent
respectivement 9% et 2% de l’ensemble des ménages. Presque la moitié d’entre eux (44%) ont
évoqué les problèmes de longue queue pour puiser de l’eau, 16% ont rapporté la diminution de débit
d’eau parmi les problèmes majeurs, 23% ont cité la cherté de l’eau et 6% ont rapporté les coupures
momentanées et le tarissement des sources parmi les problèmes. Par contre, ils ne présentent pas de
caractéristiques particulières si on les compare aux caractéristiques de l’ensemble des ménages, à
l’exception du fait qu’il y a une proportion légèrement plus élevée de ménages dirigés par une femme
et dirigés par un veuf/divorcé comparativement à l’ensemble des ménages.

Le problème d’insuffisance d’eau évoqué est donc plutôt lié aux problèmes d’accessibilité physique à
l’eau plutôt qu’aux caractéristiques de ces ménages.

76
Tableau 12.4 : Opinion des ménages sur la quantité d’eau puisée et le niveau de dépenses en eau

Répartition des ménages selon leur opinion sur la quantité d’eau puisée par rapport aux besoins de leurs
ménages et le niveau de dépenses effectuées en eau, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Opinion % N
Quantité d'eau puisée
Suffisante pour les besoins 89,4 445
Insuffisante pour les besoins 8,7 43
Très insuffisante pour les besoins 1,9 9
Ensemble 100,0 498
Niveau de dépense
Elevé 37,1 171
Moyen/correct 50,1 231
Faible 12,8 59
Ensemble 100,0 461

En ce qui concerne le niveau de dépense, la moitié des ménages sont d’avis que les coûts de l’eau à
payer sont moyens ou corrects. Plus des tiers des ménages pensent cependant que ce coût est élevé.
Ces derniers paient en moyenne 4480 Ariary par mois, montant qui se situe légèrement en dessous
du coût moyen pour l’ensemble des ménages de la commune. Le montant varie de 300 Ariary à
20.000 Ariary. Aussi, malgré le montant modeste à payer pour l’eau pour certains ménages (300
Ariary par mois pour les ménages très pauvres), ceci constitue un problème compte tenu des autres
charges. Par contre, comme il a été indiqué plus haut, certains ménages rapportent que le coût est
élevé sans qu’ils le considèrent comme des problèmes majeurs.

Parmi les ménages qui paient l’eau, seuls 3% n’ont pas pu payer l’eau correctement depuis janvier
2010. Les effectifs sont faibles, néanmoins, il convient de mentionner que les raisons évoquées pour
justifier le non paiement de l’eau sont essentiellement liées au problème d’argent :
- insuffisance de revenu (37%)
- prix de l’eau trop élevé (39%)
Les autres raisons (retard de paiement/carnet non trouvé et achat d’eau non prioritaire par rapport aux
autres besoins ont été citées respectivement par 18% et 7% des ménages.

2.12.4 Assainissement

a) Utilisation de latrines

La quasi-totalité (99%) des ménages enquêtés a déclaré utiliser habituellement des latrines.

77
Graphique 12.2 : Pourcentage des ménages utilisant une latrine et disposant d'une douche

125

98,5 100 98,8


100

75 63,7 61,6
%

52,9
50

25

0
Ménage dirigé par un homme Ménage dirigé par une femme Ensemble
Caractéristique du m énage
Source : Enquête McRAM, 2010
Douche disponible Utilise latrine

Toutefois, la majorité d’entre eux partage les latrines avec plusieurs ménages (71%). Seul le quart des
ménages dispose d’une latrine propre au ménage. Environ 3% utilisent soit les latrines publiques soit
les WC d’une société privé.

Tableau 12.5 : Mode d’utilisation des latrines

Répartition des ménages qui utilisent une latrine selon le mode d'utilisation, Enquête McRAM 2010
Antananarivo.
Mode d'utilisation % N
Non partagé
25,3 125
Partagé à plusieurs ménages
71,3 353
Publics
2,7 14
Autres (chez quelqu’un d’autres, dans une entreprise)
0,6 3
Ensemble 100,0 494

Parmi ceux qui utilisent une latrine non propre au ménage, 7,6% (soit 28 ménages) ont déclaré payer
de l’argent pour son utilisation.

Le coût d’utilisation des latrines publiques varie de 50 Ariary à 100 Ariary à chaque utilisation. Pour les
ménages partageant les latrines avec d’autres ménages et qui ont déclaré payer de l’argent, le
paiement se fait périodiquement (chaque mois, 2 mois, 3 mois, 6 mois ou par an…), probablement
pour l’entretien et le vidange des latrines.
L’utilisation de latrines publiques peut s’avérer dangereuse pour les femmes si le problème
d’insécurité y règne. Aussi, a-t-on demandé les opinions de ceux qui utilisent les latrines publiques
s’ils pensent que les femmes y sont en sécurité. 9 personnes sur 10 ont répondu par l’affirmative.
Autrement dit, 1 personne sur 10 pense que la sécurité des femmes dans les latrines publiques est
incertaine. Ce sont surtout les hommes qui ont évoqué ce problème.

78
Graphique 12.3 : Pourcentage des enquêtés qui utilisent les latrines publiques et qui pensent que les
femmes s'y sentent en sécurité
120
100
100 90,1

80 74,2
%

60

40

20

0
% % %

Homme Femme Ensemble

Source : Enquête McRAM, 2010 sexe du répondant

b) Disponibilité d’une douche

La disponibilité d’une douche est relativement faible : moins des deux tiers des ménages (62%) en
disposent. Les ménages dirigés par un homme sont plus nombreux à avoir une douche dans leur
ménage que ceux dirigés par une femme.

c) Attitude vis-à-vis des eaux grises

Dans la majorité des cas (83%), les ménages évacuent les eaux usées (eau de cuisine ou de douche)
dans le caniveau ou le drain le plus proche. Une faible proportion (3%) les jette dans les latrines.
Toutefois, ceux qui les jettent dans la cour et dans la rue représentent 13% des ménages, bien que
ceci puisse engendrer des problèmes de salubrité de l’environnement.

Tableau 12.6 : Attitude des ménages relative aux eaux grises

Répartition des ménages selon l’endroit où ils jettent les eaux usées (eau de cuisine ou de douche), Enquête
McRAM 2010 Antananarivo.
Endroit pour jeter les eaux usées % N

Dans le caniveau ou drain le plus proche 82,4 409


Dans la cour ou dans la rue 13,1 65
Dans les latrines 1,9 9
Autre 2,6 13
Ensemble 100,0 497

79
2.12.5 Hygiène

Le lavage des mains avec du savon est d’une importance cruciale pour préserver la santé de la famille
et en particulier celle des enfants. Toutefois, les résultats montrent que le lavage des mains avec du
savon ne se fait pas toujours systématiquement. Un peu plus des deux tiers des ménages (70%) ont
déclaré utiliser toujours du savon chaque fois qu’ils se lavent les mains. Les deux cinquièmes (21%)
des ménages en utilisent moins souvent (2 à 3 fois par jour), 8% en utilisent mais rarement. Par
contre, 1% des ménages a même déclaré ne jamais utiliser du savon à chaque lavage des mains.

Tableau 12.7 : Pratique de lavage des mains

Répartition des ménages selon la fréquence journalière de lavage des mains au savon, Enquête McRAM
2010 Antananarivo.
Fréquence de lavage des mains au savon % N

Toujours 70,2 353


2 à 3 fois par jours 20,9 105
Moins de 2 fois par jour 7,8 39
Jamais 1,1 6
Ensemble 100,0 503

Les trois quarts des ménages qui n’utilisent pas systématiquement de savon pour se laver les mains
justifient leurs comportements par une simple habitude, les autres (25%) le font pas par manque
d’argent. Une infime partie des ménages (1%) pense que ce n’est pas nécessaire (tableau 12.1A en
annexe).

Par ailleurs, 7% des ménages ont déclaré qu’ils ne disposent pas toujours du savon dans leur
ménage. La grande majorité d’entre eux (85%) justifie le manque de savon dans le ménage par la non
disponibilité de l’argent pour en acheter, 12% pensent qu’il ne s’agit pas d’un besoin prioritaire
(tableau 12.2A en annexe).

2.13 SANTÉ

Cette section traite des maladies qui ont frappé les membres du ménage durant la semaine qui a
précédé l’enquête avec ses principales causes, des recours aux soins pendant les épisodes des
maladies, des connaissances des membres des ménages sur le VIH/SIDA ainsi que de la pratique
des enquêtés en matière d’utilisation du préservatif.

2. 13.1 Morbidité

Lors de l’enquête, il a été recueilli des informations permettant de calculer le taux de morbidité des
membres du ménage. D’après les résultats du tableau 13.1, il apparaît que 7% des membres du

80
ménage ont souffert au moins d’une maladie quelconque durant la semaine ayant précédé l’enquête.
Chez les enfants de moins de 5 ans, la prévalence déclarée d’une maladie a été estimée à 18% et est
trois fois plus élevée par rapport à celle des personnes de plus de 5 ans (6%).

Il convient de mentionner que les taux de morbidité des enfants de moins de 5 ans sont relativement
plus élevés dans les ménages dirigés par les femmes (23%), chez les ménages dont le chef est en
union libre (35%) ou veuf/divorcé (25%) [ménages caractérisés par leur faible revenu]. Le taux de
morbidité dans les ménages ayant un niveau de revenu inférieur à 50 000 Ariary est d’ailleurs parmi
les plus élevés (30%).

Par ailleurs, il est à remarquer que les enfants de moins de cinq ans vivant dans les ménages à
revenu supérieur à 500.000 Ariary ont un taux de morbidité assez élevé (16%), probablement du fait
que n’ayant pas assez de temps pour s’occuper de leurs enfants, les soins de santé de leurs enfants
seraient assurés par une tierce personne. Pour les personnes âgées de plus de cinq ans, les
différences de morbidité s’observent surtout selon le niveau de vie des ménages.

Tableau 13.1 : Taux de morbidité chez les enfants de moins de cinq ans et les personnes de plus de
cinq ans
Pourcentage des membres des ménages qui ont été déclarés malades durant la semaine ayant précédé
l'enquête selon les caractéristiques des ménages, par groupe d’âges, Enquête McRAM 2010
Antananarivo.
Moins de 5 ans 5 ans et plus Ensemble

Caractéristiques % N % N % N
Sexe du chef de ménage

Masculin
199
17,2 6,4 1 634 7,5 1833
Féminin 26
22,7 6,3 338 7,5 364
Total 226
17,8 6,3 1 972 7,5 2197
Statut matrimonial du chef de
ménage
Célibataire 2
0,0 5,6 80 5,5 82
Marié légalement 134
17,1 6,8 1 205 7,8 1339
Marié coutumièrement 52
13,5 6,8 295 7,8 347
Union libre 9
35,0 5,0 60 8,9 69
Veuf-Divorcé-Séparé 28
25,0 4,7 332 6,3 360
Total 226
17,8 6,3 1 972 7,5 2197
Taille du ménage

<=4 18,5 101 6,6 803 7,9 904


5-6 18,5 83 6,4 749 7,6 833
7 ou plus 14,8 41 5,9 420 6,7 461
Total 17,8 226 6,3 1972 7,5 2197

81
Tableau 13.1 : Taux de morbidité chez les enfants de moins de cinq ans et les personnes de plus de
cinq ans (suite)
Pourcentage des membres des ménages qui ont été déclarés malades durant la semaine ayant précédé
l'enquête selon les caractéristiques des ménages, par groupe d’âges, Enquête McRAM 2010
Antananarivo.
Moins de 5 ans 5 ans et plus Ensemble
Caractéristiques
% N % N % N
Niveau de revenu mensuel

< 50000 Ariary 18


29,5 7,4 127 10,2 145
50000 à 100000 Ariary 70
15,8 5,8 554 6,9 624
100000 à 300000 Ariary 106
19,1 7,2 835 8,5 941
300000 à 500000 Ariary 14
5,7 7,0 203 6,9 217
> 500000 Ariary 17
16,4 3,8 247 4,6 264
Total 226
17,8 6,4 1 967 7,5 2192

Il a été également recueilli lors de l’enquête les causes de maladies déclarées et ayant frappé les
membres du ménage durant la semaine qui a précédé l’enquête. Abstraction faite des maladies dont
la cause est non déclarée ou difficile à classifier, le paludisme (19%), la grippe (14%) et la toux (10%)
sont les trois principales causes de maladies déclarées lors de l’enquête et cela, quel que soit le
groupe d’âges des membres du ménage malades. Toutefois, comme il s’agit ici de déclaration qui n’a
reçu aucun avis médical, le pourcentage de paludisme comme cela a été indiqué par les enquêtés
doit être interprété avec précaution. En effet, la présence de la fièvre chez une personne malade est
souvent confondue au paludisme par une frange de la population. Ainsi, dans bien des cas le
paludisme pourrait être qualifié de « suspicion de paludisme ».

Tableau 13.2 : Principales causes/Types des maladies

Répartition des membres des ménages qui ont été malades au cours la semaine ayant précédé l’enquête
selon les causes/types de maladies évoqués, par groupe d’âges, Enquête McRAM 2010 Antananarivo
Causes/types de Moins de cinq ans Cinq ans ou plus Ensemble
maladies % N % N % N
Paludisme 20,0 8 19,2 24 19,4 32
Grippe 17,5 7 13,6 17 14,5 24
Toux 17,5 7 8,0 10 10,3 17
Diarrhée 12,5 5 3,2 4 5,5 9
Tension artérielle - - 6,4 8 4,8 8
Maux de tête - - 4,8 6 3,6 6
Fatigue - - 1,6 2 1,2 2
Autre 22,5 9 22,4 28 22,4 37
ND 10,0 4 20,8 26 18,2 30
Total 100 40 100 125 100 165

82
2.13.2 Recours aux soins

L’analyse du recours aux soins permet d’apprécier l’attitude du ménage en cas d’apparition de
maladies. Ainsi, l’on a demandé si les maladies survenues chez les membres du ménage ont fait
l’objet de consultation médicale et, en cas de réponse négative, l’on a demandé les raisons de non
consultation médicale.

Graphique 13.1 : Pourcentage des malades qui ont été emmenés en consultation médiale pendant l'épisode de
maladie

82,7

90 66,8
61,7
80
70
60
50
%
40
30
20
10
0
Moins de 5 ans 5 ans ou plus Ensemble

Source : Enquête McRAM, 2010

Environ les deux tiers de l’ensemble des malades ont été emmenés en consultation médicale lors de
l’épisode de leur maladie. Les enfants de moins de cinq ans sont plus nombreux à être emmenés en
consultation médicale que les personnes âgées de 5 ans ou plus.

D’après les résultats du tableau 13.3, quel que soit le groupe d’âges auquel appartiennent les
membres du ménage, le problème financier figure parmi les principaux motifs de non consultation
médicale en cas de maladie (respectivement 46% des moins de 5 ans et 42% des 5 ans ou plus).
Pour les enfants de moins de 5 ans, le caractère jugé bénin de la maladie constitue le premier motif
de non consultation. Autrement dit, dans 54% des cas, les ménages avaient estimé qu’il ne fallait pas
aller faire une consultation médicale parce que la maladie avait été jugée non grave. Cette raison a
été citée pour 38% de cas de maladie des personnes âgées de 5 ans ou plus et occupe le deuxième
rang après les raisons économiques. Enfin, il convient de mentionner que la pratique de
l’automédication chez les personnes de 5 ans ou plus (16%) constitue un des facteurs qui favorise la
non consultation médicale pendant l’épisode de maladie. Par contre, aucun cas d’automédication n’a
été signalé chez les enfants de moins de 5 ans pour justifier la non consultation.

83
Tableau 13.3 : Raison de non consultation médicale

Pourcentage des réponses des enquêtés ayant eu des malades qui n'ont pas été emmenés en
consultation médicale selon les raisons évoquées pour justifier la non consultation, par groupe d'âges,
Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Raison de non Raison de non
consultation pour les consultation pour les plus
Raison de non consultation moins de 5 ans de 5 ans
Pas d'argent 45,7 41,9
Pas le temps 0,0 2,3
Maladie jugée non grave 54,3 37,8
Mauvaise qualité des services 0,0 0,0
Automédication 0,0 15,9
Autres 0,0 2,1
Total 100,0 100,0
Effectif 10 38

2.13.3 IST/VIH et sida

L’enquête a collecté des données permettant d’évaluer le niveau de connaissance des enquêtés sur le
VIH/SIDA et de ses modes de transmission et de prévention. Quelle que soit la caractéristique
considérée, la connaissance du VIH/SIDA est quasi-universelle chez les enquêtés (tableau 13.1A en
annexe). Cependant, il convient de mentionner qu’il y a une légère différence en matière de
connaissance du VIH/SIDA entre les groupes de génération. C’est parmi les plus jeunes et les
personnes âgées de 35-54 ans que les proportions de ceux qui connaissent le VIH/SIDA atteignent
l’apogée.

Graphique 13.2 : Niveau de connaissance des enquêtés sur le VIH Sida, ses modes de transmission et
les moyens de prévention
99 96,9
100 89,6
82
80
64,3
60 54,1

40

20
6,2
0
Connaissance Rapport Produits TME Utilisation Fidélité Limiter rapports
du VIH Sida sexuels non sanguins systématique sexuels avec
protégés infectés de condom prostitués

connaissance Connaissance modes de transmission connaissance moyens de prévention


générale
Source : Enquête McRAM, 2010

Au cours de l’enquête, l’on a demandé aux enquêtés de citer les moyens de transmission du VIH qu’ils
connaissent. Les réponses ont été classifiés et codifiés afin d’identifier ceux qui ont cité les rapports
sexuels non protégés, les produits sanguins infectés et la transmission de la mère à son enfant.

84
Le moyen de transmission le plus connu par les enquêtés est « les rapports sexuels non protégés ».
Ce mode de transmission a été cité par 97% des enquêtés. Vient ensuite la transmission mère-enfant
qui a été citée par 82% des enquêtés. Seuls près des deux-tiers des enquêtés (64%) connaissent que
le virus qui cause le Sida peut se transmettre à travers les produits sanguins infectés.

Les résultats selon les caractéristiques des enquêtés montrent qu’il n’y a pas de différence
significative sur la connaissance des rapports sexuels non protégés quelle que soit la caractéristique
considérée (tableau 13.2A en annexe). Toutefois, la connaissance des produits sanguins infectés
comme moyen de transmission est étroitement liée au sexe, au statut matrimonial et au niveau
d’instruction. En effet, ce sont les hommes (76%), les plus instruits (88%) et ceux qui sont mariés
légalement (71%) qui sont les mieux informés sur ce mode de transmission du virus du Sida. En outre,
en ce qui concerne la transmission mère-enfant, ce sont ceux qui appartiennent aux plus jeunes
générations (86%) qui connaissent mieux ce mode de transmission.

La connaissance par les enquêtés des moyens d’éviter de contracter le Sida est d’une importance
capitale car elle permet de lutter efficacement contre la propagation de cette pandémie. Lors de
l’enquête, on a demandé aux enquêtés de citer de façon spontanée les méthodes de prévention qu’ils
connaissent afin d’identifier ceux qui connaissent l’utilisation systématique de condom, la fidélité et la
limitation des rapports sexuels avec les prostituées (tableau 13.3A en annexe).

À cette question, 54% des enquêtés ont répondu que l’on pouvait réduire le risque de contracter le
virus du Sida en faisant usage systématiquement le condom. De plus, neuf enquêtés sur dix (89,6%)
ont déclaré que l’on pouvait réduire ce risque en restant fidèle à un seul partenaire. Enfin, seuls 6%
des enquêtés ont cité de façon spontané que pour réduire le risque de contracter le virus du Sida, il
faut limiter de contracter des rapports sexuels avec les prostitués.

Les résultats selon les caractéristiques laissent apparaître certains écarts. Il faut tout d’abord souligner
que le niveau de connaissance de l’utilisation systématique de condoms comme moyen de prévention
est relativement plus faible chez les femmes (51%) que chez les hommes (60%) (tableau 13.3A en
annexe). De même, pour la fidélité, l’on constate également que ce sont ceux qui appartiennent au
groupe de génération 25-34 ans, ceux ayant un niveau d’instruction plus élevé (97%) et ceux qui sont
en union libre (94,5%) et mariés légalement (94%) qui avaient estimé le plus que le risque de
contracter le virus du Sida pouvait être réduit en restant fidèle à son partenaire.

Les conceptions erronées sur le VIH/SIDA conditionnent les attitudes et comportement vis-à-vis de
cette maladie. L’évaluation de la connaissance correcte des enquêtés concernant la prévention de la
maladie a été effectuée selon les réponses fournies par les enquêtés.

Dans l’ensemble, très peu d’enquêtés ont encore des idées erronées quant au moyen de prévention
de l’infection à VIH. En effet, moins de 1% des enquêtés avait évoqué qu’il faut éviter la piqûre de
moustique pour ne pas contracter le virus du Sida (tableau 13.3A en annexe). À la réponse selon

85
laquelle il faut éviter de s’embrasser afin de ne pas contracter le virus du Sida, seulement 1,5% des
enquêtés avaient cette conception erronée. Enfin, 2% des enquêtés pensent que le virus du Sida peut
se transmettre en partageant le repas avec quelqu’un qui a le virus du Sida.

D’autres questions ont encore été posées aux enquêtés afin de saisir leur perception sur le mode de
transmission du virus du Sida. Au tableau 13.8 figurent, d’une part, la proportion d’enquêtés qui savent
qu’une personne apparemment en bonne santé peut transmettre le VIH/SIDA et, d’autre part, les
proportions d’enquêtés qui savent que le virus du Sida peut se transmettre de la mère à son enfant
pendant : (i) la grossesse; (ii) l’accouchement; et (iii) l’allaitement.

Le mode de transmission le plus connu par les enquêtés est celui de la mère à l’enfant au cours de la
grossesse (95%). La transmission lors de l’accouchement et de l’allaitement a été citée par une
proportion identique d’enquêtés (79%). De même, la proportion de ceux qui savent qu’une personne
apparemment en bonne santé peut transmettre le virus du Sida est quasiment identique à celle de ces
er
deux modes transmission (77%). Les proportions d’enquêtés ayant le niveau secondaire 1 cycle
(81%) et ayant comme statut matrimonial célibataire (81,6%) et marié légalement (82%) sont
relativement plus élevés que celles des autres catégories d’enquêtés. En outre, il convient de
mentionner que la connaissance de la transmission du virus du Sida de la mère à son enfant pendant
l’accouchement et l’allaitement est liée au niveau d’instruction des enquêtés. C’est parmi les plus
instruits que l’on observe des proportions élevées de ceux qui connaissent ces deux modes de
transmission (83%).

2.13.4 Utilisation de préservatifs

Lors de l’enquête, l’on a demandé aux enquêtés leur pratique en matière d’utilisation de préservatif.
En fait, il s’agissait de connaître à quelles fins le préservatif a été utilisé : en tant que méthode
contraceptive ou en tant que moyen de prévention du VIH/SIDA ou en tant qu’à la fois méthode
contraceptive et moyen de prévention du VIH/SIDA.

Les résultats du tableau 13.4 font apparaître que 83% des enquêtés ont déclaré avoir utilisé le
préservatif dans le but de prévenir à la fois la grossesse et le VIH/SIDA. Dans 8% des cas, le
préservatif est utilisé rien que pour prévenir le VIH/SIDA. Enfin, une infime proportion des enquêtés
(4%) estime qu’ils utilisent seulement le préservatif à des fins de contraception.
Tableau 13.4 : Utilisation de préservatifs

Répartition des enquêtés selon leur pratique en matière de préservatifs, par sexe, Enquête McRAM 2010
Antananarivo.
Homme Femme Ensemble
Raison d'utilisation
% N % N % N
N'utilise pas 8,8 14 4,0 13 5,6 28
Utilise pour la prévention des grossesses 7,5 12 2,2 7 3,9 20
Utilise pour la protection du VIH et sida 11,7 19 6,0 20 7,8 39
Utilise pour la prévention de grossesse et
72,0 115 87,8 294 82,7 409
la protection du VIH et sida
Ensemble 100,0 160 100,0 335 100,0 495

86
2.14 Habitat

Depuis le début de la crise, plusieurs changements ont été opérés dans l’organisation administrative
et le fonctionnement des différents services du pays, notamment dans la capitale. Cette section a pour
objectif d’analyser les appréciations des enquêtés sur la qualité des services qui sont rendus au
niveau de la commune depuis janvier 2010 (14 services concernent spécifiquement la commune, 3
autres services publics ne sont pas sous la responsabilité directe de la commune, et enfin, les
services au niveau des Fokontany).

Les questions ont été posées de manière à leur permettre de fournir leur degré de satisfaction sur
chacun des services offerts dans la capitale depuis janvier 2010. En cas de non satisfaction, il leur a
été demandé de préciser les raisons qui justifient leur non satisfaction.

Afin d’appréhender l’ampleur des problèmes liés à l’offre des services dans la commune d’une
manière générale, dans cette partie, les analyses sur les raisons de non satisfactions sont basées sur
l’ensemble des ménages et non seulement par rapport à ceux qui ont déclaré non satisfaits des
services.

2.14.1 Appréciation de la qualité des services publics rendus par les


communes

Du graphique 14.1, il ressort que parmi les services offerts au niveau de la commune urbaine
d’Antananarivo, l’accès à l’eau potable et l’état civil sont les plus satisfaisants (ils ont été cités
respectivement par 72% et 70% des ménages). Par contre, les avis sont partagés par rapport au
jugement de certains services tels que la sécurité, l’évacuation des eaux usées, le ramassage
d’ordures, l’évacuation des eaux pluviales et l’entretien routier. En effet, bien que plus de la moitié des
ménages aient déclaré satisfaits de ces services, la proportion de ceux qui ont exprimé leur non
satisfaction est également assez élevée (graphique 14.2). Par ailleurs, ajoutés à l’éclairage public, on
y enregistre les plus grandes proportions des ménages qui jugent que les services sont inacceptables
(environ 10%) (tableau 14.1A en annexe).

Concernant les services qui ne sont pas sous la responsabilité directe de la commune urbaine, ceux
des hôpitaux constituent les services qui ne répondant pas aux besoins d’un grand nombre de la
population (44% des ménages ont en déclaré non satisfaits).

87
Graphique 14.1 : Services publics qui sont déclarés les plus satisfaisants aux ménages

y
tan 80,8
on
t fok
en
em
nn le 72,1
t io tab
onc po
F u
Ea
i l 69,9
ci v
at
Ét
s 58
ure
rd
e so
d
ge
sa fs 57
m as c ti
Ra l le
s co
t
or
sp es
an i al 55,5
Tr p l uv
x
au
se
de es 55,1
on sé
u ati uxu
ac a
Év se
de
ion er 54,5
ua
t uti
ac ro
Év ti en
t re
En 51,1
rité
cu

0 10 20 30 40 50 60 70 80 90

Source : Enquête McRAM, 2010

Graphique 14.2 : Services publics qui sont déclarés les moins satisfaisants aux ménages

c 48,6
bl i
pu
age
r
lai
Éc 46,4
rité
cu

44,2
al
pi t

és 44,2
ch
m ar
s
de
on
sti ère 42,4
G e uti
n ro
ti o
ula
rc er 42,2
Ci uti
n ro
ti e
t re
En es 41,8

u xu
a
se
de s
tion ure 39,6
a
acu s ord
Év ed
e
ag es
ss i al 38,2
am a
p l uv
R x
au
se 0 10 20 30 40 50 60
de
o n
u ati
ac
Év
Source : Enquête McRAM, 2010

Les raisons de non satisfaction diffèrent selon qu’on considère les services qui sont à la charge de la
commune et ceux qui ne le sont pas.

Il ressort que la mauvaise gestion/organisation, la lenteur administrative et l’insuffisance de personnel


sont les trois problèmes majeurs rencontrés par les ménages dans l’offre des services publics à la
charge de la commune urbaine d’Antananarivo. Près du tiers de l’ensemble des ménages éprouve ces
trois types de problèmes lors de l’utilisation de l’un ou l’autre des services de la commune.

88
Tableau 14.1 : Principales raisons de non satisfaction évoquées par les enquêtées

Pourcentage des ménages non satisfaits des services rendus au niveau de la commune (services à la
charge de la commune) selon les raisons de non satisfaction évoquées, Enquête McRAM 2010
Antananarivo
Raison de non satisfaction % de ménages Effectif total de ménages
Lenteur administrative 32,3 503
Mauvaise gestion/organisation 31,7 503
Insuffisance de personnel 26,9 503
Absentéisme/Retard du personnel 18,2 503
Va et vient
18,1 503
Mauvais accueil / Faible qualité des services 11,4 503
Coût élevé des services
6,9 503

Par contre, en considérant les autres services qui ne sont pas directement sous la responsabilité de la
commune, et notamment pour les services de santé, le mauvais accueil/la mauvaise qualité des
services constitue le problème le plus important. Viens ensuite le coût élevé des services, qui touche
un cinquième des ménages.

Tableau 14.2 : Principales raisons de non satisfaction évoquées par les enquêtées

Pourcentage des ménages non satisfaits des services des CSB, hôpitaux et services fonciers rendus
au niveau de la commune selon les raisons de non satisfaction évoquées, Enquête McRAM 2010
Antananarivo

Raison de non satisfaction % de ménages Effectif total de ménages


Mauvais accueil / Faible qualité des services 27,6 503
Coût élevé des services
20 503
Absentéisme/Retard du personnel
12,6 503
Mauvaise gestion/organisation 11 503
Lenteur administrative
10,5 503
Va et vient 7,8 503
Insuffisance de personnel
4,9 503

2. 14.2 Appréciation de la qualité des services publics rendus par les


fokontany

D’une manière générale, les ménages sont satisfaits des services rendus au niveau de leur
Fokontany. Environ 8 ménages sur 10 ont déclaré être satisfaits du fonctionnement de ce dernier. Les
services des travaux communautaires sont les plus cités comme non satisfaisants. Ils concernent
environ 8% de l’ensemble des ménages. Le problème lié au service de sécurité au niveau du
Fokontany, bien qu’il ait été cité au dernier rang, n’est pas à négliger : il touche environ 3% de
l’ensemble des ménages (tableau 14.3A en annexe).

89
Dans les services offerts au niveau des fokontany, la lenteur administrative occupe la première place
des raisons de non satisfaction citées par les ménages. Vient ensuite la mauvaise qualité des services
et de l’accueil (tableau 14.4A).

Graphique 14.3 : Pourcentage des ménages touchés par les problèmes dans l'offre des services dans la commune
urbaine d'Antananarivo selon les types de problèmes

Mauvais accueil / Faible qualité 4,9


11,4
des services 27,6

2,9
Coût elévé des services 6,9
20

Absentéisme/Retard du 1,3
18,2
personnel 12,6

Mauvaise gestion/organisation 31,7


11

6,6
Lenteur administrative 32,3
10,5

1,3
Va et vient 18,1
7,8

2,8
Insuffisance de personnel 26,9
4,9

0 5 10 15 20 25 30 35
Source : Enquête McRAM, 2010 Service CSB/Hôpitaux/foncier % commune
Service Service fokontany

2.15 Protection de l’enfant, violence sur les enfants

Les études ont montré que les formes d’exploitation et de violence aux enfants existent bel et bien à
Madagascar mais elles sont difficiles à saisir de par leur caractère caché ou illégal. Leur connaissance
est pourtant d’une importance cruciale dans le cadre des programmes de protection et de l’application
des conventions sur les droits des enfants. Le présent chapitre fournit des informations, tant peu soit-
il, sur les types d’agression ou de violence faites aux enfants dans la commune urbaine
d’Antananarivo.

Les deux questions principales posées aux ménages consistaient à savoir si (1) un ou plusieurs
enfants de leur ménage a (ont) été victime(s) d’agression/violence depuis janvier 2010, quelle que soit
sa forme, et (2) si un (ou plusieurs) enfants de moins de 18 ans de leur ménage a (ont) quitté leur
ménage pour aller vivre ailleurs. Dans l’affirmative, il leur a été demandé de préciser les types
d’agression/violence que les enfants ont subis et de donner les principales raisons qui ont justifié le
départ de ces enfants.

Au regard des réponses des ménages aux deux questions sus-citées, les problèmes de violence et
d’exploitation des enfants existent effectivement et ne sont pas à négliger. Au total, 30 ménages (soit
6%) ont rapporté qu’un de leurs enfants a effectivement subi une agression ou fait l’objet de violence

90
physique, psychologique ou sexuelle depuis janvier 2010 et 6 ménages (1%) ont déclaré le départ
d’enfants de moins de 18 ans qui ont quitté pour aller vivre ailleurs .

Graphique 15.1 : Pourcentage des ménages ayant déclaré avoir été confronté à des problèmes
d'agression /violence aux enfants depuis janvier 2010

7
6
6
% des ménages

5
4
3
2 1,1
1
0
Agressions aux enfants Départ d'un enfant de moins de 18 ans
type de problèm e

Source : Enquête McRAM, 2010 Agressions aux enfants Départ d'un enfant de moins de 18 ans

Le graphique 15.2 présente les différentes formes d’agression/violence faites aux enfants depuis
janvier 2010. Les agressions verbales/insultes et les châtiments corporels sont les deux principales
formes d’agression et de violence déclarées par les ménages. Ils ont été cités respectivement par
52% et 36% des ménages concernés.

Il convient de mentionner, bien que les proportions ne soient pas très élevées, des enfants ont
également été victimes de peur et de traumatisme provoqués par la crise (perturbation dans les
écoles, lancement de gaz lacrymogène, catégorie « autres ») ainsi que de l’abandon des enfants par
les parents. Ces situations constituent des obstacles à l’épanouissement des enfants et portent
atteinte à leurs droits. Ils ont été rapportés respectivement par 10% (inclus dans autres) et 8% des
ménages concernés.
Il est à noter l’absence d’exploitations sexuelles des enfants dans les déclarations des ménages.
Toutefois, ce résultat ne signifie pas que le phénomène n’existe pas. L’enquête n’est pas en mesure
de rapporter cet indicateur. Il faudrait ainsi une enquête plus appropriée pour saisir les informations y
afférentes.

91
Graphique 15.2 : Types d'agression rapportés par les ménages qui ont été confronté à des
problèmes d’agression/violence aux enfants
aux enfants
Agression verbale et insulte 51,8

Châtiment corporel 36,2

Autres 13,7

Abandon par les parents 8,1

Privations f réquentes 4,9

Exploitation domestique 2

0 20 40 60 80 100
% de ménages
Source : Enquête McRAM, 2010

Concernant le départ des enfants de moins de 18 ans dans les 6 ménages concernés, les raisons
sont très diversifiées : mariage, scolarisation, confiage à d’autres personnes et travail. Aussi, le travail
des enfants existe-t-il bel et bien mais la situation ne semble pas alarmante. Toutefois, étant donné le
caractère illégal et caché de cette forme de violence aux enfants, seules des études spécifiques
peuvent confirmer l’ampleur du problème.

2.16 Violence à domicile

Tout comme les enfants, les femmes sont parmi les groupes les plus vulnérables pour lesquels des
programmes spécifiques ont été développés afin de préserver leur droit. Cette section s’intéresse aux
formes de violences subies par les femmes dans leur domicile.

La question a été posée directement en demandant aux enquêtés de citer de façon spontanée les
formes de violence faites aux femmes qu’ils observent couramment dans leur entourage.

Les résultats sont présentés dans le graphique 16.1. La violence conjugale est de loin la forme la plus
courante des violences faites aux femmes qui ont été rapportées par les ménages. Elle a été citée par
22
les trois quarts des ménages. Vient ensuite le harcèlement psychologique (39%) et les viols (18%) .
Les autres formes de violence existent mais ont été mentionnées rarement par les ménages.
On observe de légère différence dans les réponses des hommes et des femmes. Les hommes
observent plus de violence faite aux femmes que ces dernières, qui sont pourtant les personnes
directement concernées. Les hommes sont, à titre d’exemple, proportionnellement plus nombreux que
les femmes à rapporter la violence conjugale, le travail forcé, les viols, la grossesse forcée et
l’esclavage. Par contre, seul le problème de harcèlement psychologique a été cité plus fréquemment
par les femmes que par les hommes.

22
Il convient de noter qu’il ne s’agit pas du pourcentage des femmes qui sont victimes de viols, les cas de viols déclarés par les
ménages pouvant être les mêmes. Les problèmes de viols ont été évoqués surtout par les ménages situés dans les
arrondissements 2ème (25%), 3ème (37%) et 5ème (23%).

92
Les perceptions des hommes et des femmes sur les violences peuvent ainsi différer, certaines
femmes peuvent subir ou observent certaines formes de violence sans penser qu’elles en soient une.

Graphique 16.1 : Types de violence domestique rapportés par les ménages comme touchant couramment les femmes dans
leur entourage

0,7
Kidnapping 0,5
1,3
1,7
Prostitution forcée 1,9
1,3
2,5
Esclavage 2,1
3,2
2,6
Travail forcé 1,4
5,1
2,9
Grossesse forcée 2,9
3,1
18
Viols 17,1
19,8
39,1
Harcèlement psychologique 40,6
35,9
73,8
Violence conjugale 72,5
76,4

0 20 40 60 80 100
% des ménages
Source : Enquête McRAM, 2010
Homme Femme Ensemble

2.17 État de droit, justice et médias

Cette section est consacrée aux problèmes d’insécurité et de violence en milieu urbain et au rôle joué
par les médias dans le contexte actuel de la crise.

2.17.1 Insécurité des ménages et violence en milieu urbain

Les résultats de l’enquête montrent que le problème d’insécurité a une ampleur considérable au
niveau de la capitale dans le contexte actuel. En effet, un peu plus d’un ménage sur deux (51%)
éprouve un sentiment d’insécurité. En outre, les cas d’arrestation par les forces de l’ordre et pour
diverses raisons d’un membre de famille ou personne du voisinage sont observés dans les ménages.
Ce type de problème a été évoqué par 8% des ménages. À ces problèmes s’ajoutent encore, mais
avec une proportion relativement moindre (7%), les cas relatifs aux actes de violence, de vandalisme
et de vol par des groupes identifiés et/ou des individus isolés. Pour ce dernier problème, l’on peut
noter une différence entre la perception des hommes et celle des femmes (7% contre 3%).

93
Tableau 17.1 : Problème d'insécurité et de violence en milieu urbain

Pourcentage des enquêtés qui ont rapporté les différents types de problème d'insécurité et de violence en
milieu urbain, par sexe du Chef de ménage, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Type de problème d’insécurité/violence Homme Femme Ensemble
cité % N % N % N
Manque de sentiment de sécurité 51,4 403 47,7 97 50,7 500
Victime d’actes de violence, de vandalisme,
de vol par des groupes identifiés et/ou des 7,4 405 3,5 97 6,6 502
individus isolés
Victimes d’exactions perpétrées par des
0,8 404 0,9 97 0,8 501
gens de la communauté
Ayant rapporté des cas d'arrestation d'un
membre de famille ou personnes du 8,1 402 8,8 97 8,3 498
voisinage par les forces de l'ordre

2.17.2 Rôle des médias

Dans un contexte de crise socio-politique, à part les téléphones, les médias constituent les moyens les
plus courants pour véhiculer les informations. Toutefois, le type d’informations diffusé à travers les
médias peut avoir des effets néfastes ou bénéfiques au niveau de la population selon le style utilisé
par le médium concerné.

La télévision est le médium le plus utilisé par les ménages (67%) pour suivre les informations. Vient
ensuite la radio qui est utilisée par une peu plus de la moitié des ménages (56%). Avec une proportion
de 31%, les journaux occupent la troisième position parmi des types de média utilisé par les ménages.
Par contre, une proportion de 5% des ménages déclare ne pas s’intéresser aux informations. Les taux
d’utilisation des médias font apparaître des écarts selon le sexe des répondants. Ainsi, on constate
que pour ces trois catégories de média, les femmes en utilisent relativement moins par rapport aux
hommes.

94
Graphique 17.1 : Type de médias utilisé pour le suivi des informations

66,7
TV 63,6
73,0
56,1
Radio 53,3
61,8
31,4
Journaux 27,1
40,3
3,3
Autres (radio trottoire) 3,6
2,6
1,6
Internet 1,1
2,6
1,1
Aucun média (pas accès) 0,9
1,4
5,2
Pas intéressé 7,2
1,1

0 10 20 30 40 50 60 70
% des réponses
Source : Enquête McRAM, 2010
Homme Femme Ensemble

Près de la moitié des ménages (49%) ont manifesté leur méfiance vis-à-vis des médias car pour ces
ménages, les médias ont plus joué un rôle de provocateur dans le contexte actuel de crise. Par contre,
41% ont trouvé qu’ils ont joué un rôle de réconciliateur et dans 31% des perceptions des ménages, les
médias ont été qualifiés d’éducateurs. Enfin, un peu moins d’un ménage sur cinq (19%) estime que les
médias ont manifesté une neutralité. Il convient toujours de soulever les disparités des appréciations
du rôle joué par les médias dans le contexte actuel selon le sexe des personnes ayant répondu aux
interviews. Les hommes sont beaucoup plus nombreux (52% contre 47%) à percevoir négativement le
rôle des médias.

Graphique 17.2 : Rôle des médias dans le contexte actuel de la crise

4,3
Autre rôle 5,4
2,0

19,2
Neutre 18,1
21,7

41,6
Reconciliateur 42,3
40,0

31,3
Educateur 31,2
31,5

48,6
Provocateur 46,6
52,6

0 20 40 60
% des réponses
Source : Enquête McRAM, 2010
Homme Femme Ensemble

95
2.18 Jeunes 15 à 24 ans

L’intérêt porté aux jeunes dans cette enquête s’inscrit dans le cadre de l’application de la charte
africaine de la jeunesse - adoptée lors du Sommet des chefs d’État et de gouvernement qui s’est tenu
à Gambie en 2006 - qui est née de la reconnaissance de l’importance de la participation et de
l’implication de la jeunesse dans tout programme de développement et leur participation effective aux
débats et aux processus de décision. En même temps, afin d’assurer une pleine utilisation du potentiel
de la jeunesse, la charte lui prévoit un ensemble de droits.

Au cours de l’enquête McRAM, un certain nombre de questions relatives aux jeunes a été posé afin de
recueillir des informations sur la perception du degré de leur engagement à la vie communautaire en
général. Selon les résultats présentés dans le graphique 18.1, il apparaît que un peu plus du quart
(28%) des enquêtés a estimé que les jeunes sont pleinement engagés dans la vie communautaire,
36% ont jugé qu’ils sont engagés mais de façon modérée (moyenne). Par contre, 13% des enquêtés
ont estimé que les jeunes sont très peu engagés et enfin un peu moins du quart (22%) des répondants
ont pensé que les jeunes ne participent pas du tout à des activités communautaires.

Selon le niveau d’instruction et l’état matrimonial des répondants, les résultats font apparaître des
différences quant à l’opinion sur le niveau d’engagement des jeunes dans la vie communautaire. En
effet, près de la moitié des répondants (48%) n’ayant aucun niveau d’instruction étaient convaincus
que les jeunes étaient très enthousiastes pour participer aux activités communautaires, ce
pourcentage est de 29% chez les répondants qui ont un niveau d’instruction élevé. Les enquêtés qui
sont mariés coutumièrement (47%) sont plus d’avis sur un engagement élevé des jeunes dans les
activités de la société que les célibataires (25%) et les personnes mariées légalement (22%) (tableau
18.1A en annexe).

Graphique 18.1 : Pourcentage des enquêtés selon leur opinion sur le niveau d'engagement des jeunes

45
39,5
40 36,2
34,6
35
29,6 28,4
30 26,1
23,1 22,1 22,4
25
%

20
13,7 12,9
15 11,3
10
5
0
Homme Femme Ensemble
sexe du répondant

Source : Enquête McRAM, 2010


Beaucoup Moyen Très peu Pas du tout

96
Face aux différents défis auxquels la jeunesse doit faire face, les interviewés ont été invités à fournir
leur opinion sur l’avenir des jeunes de la capitale. Parmi les répondants, près des trois dixièmes (29%)
ont affirmé avoir un degré d’optimisme élevé, quatre sur dix ont été moyennement optimistes et un
peu moins du tiers (32%) ont trouvé que l’avenir des jeunes de la capitale est très sombre.

L’opinion des répondants concernant leur degré d’optimisme quant à l’avenir des jeunes varie
sensiblement en fonction de leur statut matrimonial et de leur niveau d’instruction. En effet, ce sont les
répondants n’ayant aucun niveau d’instruction (47%) et ceux qui sont mariés coutumièrement (50%)
qui s’étaient dits les plus optimistes quant à l’avenir des jeunes de la capitale (tableau 18.2A en
annexe).

Graphique 18.2 : Pourcentage des enquêtés selon le degré de leur optimisme sur l'avenir des jeunes

50
43,3
45 39,7
38
40
35 31,5 30,3 31,7 31,7
28,6
30 25,2
%

25
20
15
10
5
0
% % %

Homme Femme Ensemble

sexe du répondant
Source : Enquête McRAM, 2010
Tout à fait Moyennement Pas du tout

Si l’on veut que les jeunes puissent participer au processus de développement, il faudrait pouvoir leur
assurer le droit d’avoir des conditions de vie qui puissent favoriser leur épanouissement sur tous les
plans. Ainsi, il a été demandé aux interviewés leur opinion sur la disponibilité des espaces de loisirs ou
espaces publics pour les jeunes et les différentes occupations des jeunes pendant leur temps libre.

Dans l’ensemble, près d’un répondant sur six (17%) a estimé que les jeunes d’Antananarivo ont accès
à des espaces de loisirs ou publics. Toutefois, les réponses sont plutôt variées quand on considère les
caractéristiques socio-démographiques des répondants. Les femmes (20%), ceux n’ayant aucun
niveau d’instruction (35%) et ceux qui sont en union libre (35%) sont relativement plus nombreux que
leurs homologues à avoir affirmé que les jeunes ont assez d’espaces de loisirs ou publics.

Concernant l’opinion sur les occupations des jeunes, on constate que pour les répondants, les jeunes
accordent une importance aux divertissements pendant les temps libres. Très rares sont les jeunes
(2%) qui n’ont pas de passe temps. Le sport (84%) constitue le moyen le utilisé par les jeunes pour se
divertir. Mais il convient de noter que les activités de divertissement nécessitant l’emploi de l’argent
(casino, combat de coq) (32%) constituent également un moyen important de divertissement des
jeunes, divertissement dont certains seraient pourtant nocifs à l’avenir des jeunes.

97
Graphique 18.3 : Pourcentage des enquêtés qui ont cité les différentes occupations des jeunes pendant leurs temps libres

Ne rien faire 1,5

Aller dans un vidéo club 5,9

S’amuser à faire des bêtises 2,9

Aller dans les bars 16,0

Ativités nécessitant de l'argent (casino, combat de coq, etc.) 31,8

Se réunir entre amis 13,1

Musique (groupe musical) 9,9

Aller dans une soirée dansante/karaoké 16,0

Divers jeux (vidéo, jeux malgaches, etc.) 15,8

Écouter la radio 6,1

Regarder la télé 17,9

Faire du sport 84,3

0 10 20 30 40 50 60 70 80 90
Source : Enquête McRAM, 2010

Au moment de la jeunesse, bon nombre de facteurs interagissent et peuvent influer sur le


comportement et partant, sur la santé. Lors de l’enquête, des questions relatives aux différentes
menaces sur la santé des jeunes ont été posées aux répondants. Les résultats sont présentés dans le
tableau 18.1. Chez les garçons, les trois principales menaces à leur santé, d’après les répondants,
sont constituées par les stupéfiants : alcool (80%), drogues (73%) et tabac (42%). Chez les filles, les
trois principales menaces évoquées sont par ordre d’importance : la grossesse précoce (52%), l’alcool
(35%) et le VIH/SIDA (34%).

Tableau 18.1 : Opinion sur les principaux menaces à la santé des jeunes filles et des jeunes garçons

Pourcentage des enquêtés qui ont cité les différentes menaces à la santé chez les jeunes filles et chez les
jeunes garçons, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Pourcentage des enquêtés qui ont cité les différentes menaces à
la santé chez les jeunes de 15-24 ans
Menaces à la santé
Chez les garçons Chez les Filles
(N=504) (N=504)
Alcool 79,7 34,9
Tabac 41,9 32,8
Drogues (héroïne, marijuana, cocaïne...) 72,6 13,5
VIH/SIDA 25,9 34,3
Autres infections sexuellement
10,0 14,2
transmissibles
Grossesse précoce (avant 18 ans) 52,5
Viols 2,6 9,3
Avortement 18,4
Autre 3,0 6,5

98
Vu l’importance de la prévention du VIH/SIDA, il a été demandé aux interviewés leur opinion
concernant le rôle des parents sur l’éducation des jeunes en matière de prévention de cette infection.
D’après les réponses, c’est pratiquement tous les répondants (97%) qui ont été d’avis que l’éducation
des enfants en matière de prévention du VIH/SIDA doit relever des parents.

Au même titre que les autres catégories de la population, les jeunes ont le droit de jouir du meilleur
état de santé. Pour ce faire, l’on doit leur garantir l’accès facile aux services de santé, notamment
ceux correspondant à leurs besoins spécifiques.

L’enquête a permis de recueillir l’opinion des interviewés sur l’accès des jeunes aux services de santé
répondant à leurs besoins. Les avis sont partagés. Le quart des répondants a estimé que les jeunes
n’ont pas du tout accès à des services de santé qui leur sont appropriés. Un autre groupe constitué de
20% des répondants a pensé qu’ils bénéficient moyennement des services de santé qui leur sont
destinés et les 21% sont tout à fait d’avis que l’accès des jeunes aux services de santé correspondant
à leurs besoins est garanti. Enfin, le tiers des répondants ne s’est pas prononcé sur la question.
Néanmoins, parmi eux, 16% ont déclaré que les services des CSB sont non satisfaisants, voire
inacceptables tandis que le quart pense que les services dans ces centres de santé sont satisfaisants.

On a également demandé l’avis des interviewés sur les besoins non satisfaits des jeunes en matière
de santé. Par ordre d’importance, les problèmes largement partagés par les ménages sont constitués
par : (i) le manque de personnel formé en SRA (19%); (ii) la défaillance du service d’information
(13%); (iii) la non disponibilité des intrants (11%); et (iv) le manque de prise en charge psychologique
(11%).

2.19. Besoins prioritaires des ménages

Il a été demandé aux enquêtés de donner leur opinion par rapport à ce qu’ils pensent être vitaux et
nécessaires pour leurs ménages respectifs aussi bien dans l’immédiat que sur le long terme. Aussi,
leur a-t-il été demandé de s’exprimer librement pour présenter leurs trois principaux besoins. Les
réponses ont été classifiées et codées pour les besoins de l’analyse.

Dans l’immédiat, les trois principaux besoins exprimés par les ménages, par ordre d’importance, sont :

- Le travail (exprimé en termes de disponibilité du travail, stabilité ou niveau de rémunération)


occupe le premier rang des préoccupations de la majorité des ménages. Plus de la moitié des
ménages l’ont cité parmi les besoins prioritaires. Ceci se justifie avec la recrudescence de la
fermeture des entreprises franches et la mise en chômage technique des employés dans des
entreprises privées depuis le début de la crise ;

- la fin de la crise prend la deuxième place : elle constitue un souhait manifesté par les deux
cinquièmes des ménages. La population trouve sa raison de l’exprimer parmi les priorités

99
étant donné la perduration de la situation de crise actuelle. Il s’agit pour eux de voir l’élection
organisée dans les meilleurs délais ou de trouver d’autres solutions qui permettent de trancher
sur la situation, afin de leur permettre de vivre en paix et dans la sérénité ;

- la satisfaction de leurs besoins en alimentation (aussi bien en terme de qualité que de


quantité), citée par plus du quart des ménages, vient en troisième position.

En marge de ces trois principaux besoins, il convient de mentionner que les besoins en sécurité, bien
qu’ils soient en quatrième position, est loin d’être négligeable : environ 17% des ménages éprouvent
qu’ils ont besoin de sécurité. En effet, en se référant aux réponses des enquêtés sur les agressions et
violences en milieu urbain, le problème d’insécurité se pose avec acuité dans la capitale avec une
ampleur assez alarmante.

La disponibilité des aides sociales, l’habitat, l’éducation et la santé figurent également parmi les
besoins exprimés par les ménages, les pourcentages des ménages qui les ont exprimés sont de
l’ordre de 14-16%.

Graphique 19.1 : Besoins prioritaires exprimés par les ménages

Environnement 7,7
3,6
Autres 6,2
5,7
Immédiat A long terme

Santé 15,1
13,5
Education des enfants 12,6
14
besoins

Habitat 54,5
14,8
Aide social 7,1
16,1
Sécurité 22,9
16,7
Alimentation 5,7
26,2
Fin de la crise 6
40,4
Travail 25,9
54,6

0 10 20 30 40 50 60
Source : Enquête McRAM, 2010
%

Les opinions des ménages varient fortement selon leur niveau de vie.

Le travail constitue le premier besoin exprimé par les ménages, mais d’une importance variable selon
le niveau de vie. Dans la catégorie des ménages à revenu très faible, il a été cité par presque les trois
quarts des ménages alors que dans le groupe des ménages aisés, la proportion correspondante est
de 43%. La fin de la crise vient en second rang, sauf pour les ménages à très faible revenu (moins de
50.000 Ariary). Pour ces derniers, l’alimentation occupe le deuxième rang des besoins qui précède la
fin de la crise. Elle a été citée par le tiers des ménages de cette catégorie. En revanche, la sécurité ne
constitue pas pour eux une préoccupation en tant que telle, elle n’a été citée que par 4% des
ménages.

100
Par contre, pour les ménages aisés (ménages à un revenu supérieur à 500.000 Ariary), la sécurité est
une véritable inquiétude, occupant le troisième rang des besoins exprimés après la fin de la crise,
avec une proportion élevée (28%). L’alimentation vient en cinquième rang après l’éducation.

Pour le long terme, les besoins exprimés par les ménages concernent avant tout l’habitat, il est suivi
du travail et de l’éducation des enfants. Comme pour les besoins immédiats, les avis concernant
l’importance de la sécurité sont divergents.

Tableau 19.1 : Opinion sur l'évolution de la situation des ménages

Répartition (en %) des enquêtés selon leur opinion quant à l'évolution de la situation de leur ménage à
court terme, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Evolution de la situation % Effectif
Stable 25,4 127
S'améliorer 39,9 200
Se détériorer 28,9 145
Autres (aucune idée précise) 5,8 29
Ensemble 100,0 502

Enfin, interrogés à propos de leurs opinions quant à l’évolution de la situation de leurs ménages, les
deux cinquièmes des ménages (40%) se montrent optimistes, espérant une amélioration de leur
situation. Environ 29% expriment leur pessimisme et 1 ménage sur quatre pense que la situation de
leur ménage ne changerait pas. 6% des ménages n’ont aucune idée sur l’évolution de leur situation
qui reste tributaire de la situation qui prévaut dans le pays.

101
CONCLUSION GENERALE

La présente étude mesure la situation socio-économique des ménages dans la commune urbaine
d’Antananarivo ainsi que l’impact de la crise sociopolitique au niveau des ménages.

Les principales conclusions de l’étude peuvent être catégorisées en trois points :

L’impact de la crise se fait sentir beaucoup plus sur la perte d’emploi, surtout pour les femmes
de 15-49 ans, comparée au même indicateur mesuré par l’EDS en 2008, soit une chute
importante de 10 points passant de 66% en 2008 à 56% en 2010. Ensuite vient l’insécurité
des ménages notamment les agressions physiques, le vol ou le cambriolage qui ont touché
37% des ménages depuis janvier 2010.
Le niveau de la vulnérabilité reste élevé pour certaines catégories de ménages notamment
pour ceux à faible revenu. Ce qui explique le niveau de dépenses élevé pour les nourritures
pouvant atteindre presque les deux tiers de leurs revenus, le profil de consommation
alimentaire des ménages qui est de qualité faible et l’obligation des membres des ménages à
entrer dans le marché de travail d’une manière précoce et de ne s’en sortir que tardivement.
Néanmoins, les ménages ont adopté des comportements qui valorisent les enfants. Ils ont
continué à envoyer leurs enfants à l’école, à l’exception d’une faible proportion de ménages.
La majorité des ménages a aussi continué à emmener en consultation médicale les enfants
de moins de 5 ans pendant l’épisode de maladie.

Tandis que d’autres indicateurs ne semblent pas montrer globalement une grande vulnérabilité pour
l’ensemble des ménages. Cependant, la situation globale cache de fortes disparités entre les
ménages, c’est-à-dire entre ceux qui peuvent être considérés comme les plus vulnérables et ceux qui
le sont moins. On note spécifiquement les fortes disparités selon le niveau de revenu, quel que soit
l’indicateur considéré. Les écarts observés risquent de se creuser davantage en l’absence d’actions
menées auprès des groupes les plus vulnérables.

En matière d’éducation, la situation n’est pas loin du défi de la scolarisation des 100% des enfants ;
4% des enfants en âge de scolarisation n’a jamais été à l’école, 92% des enfants de 6 à 10 ans sont
inscrits pour l’année scolaire 2009-2010. On note cependant des différences significatives en défaveur
des enfants issus des ménages dont le chef est marié coutumièrement, à taille élevée et à revenu
faible, avec une différence allant de 20% à 40%. Ces situations concordent avec les résultats des
études qui ont montré que les coûts de scolarité (malgré le fait qu’ils soient modestes dans les écoles
publiques) constituent un obstacle pour les familles les plus pauvres et que certaines familles
éprouvent des difficultés à rassembler et à fournir un certain nombre de documents administratifs
obligatoires pour l’entrée à l’école publique (cela peut-être le cas pour les enfants issus des ménages

102
dont le chef est marié coutumièrement). Par ailleurs, les raisons financières ont été toujours citées
parmi les obstacles à l’accès des enfants à l’éducation.

Le niveau d’insécurité alimentaire au niveau de l’ensemble des ménages est de 35%, avec une forte
variation selon les caractéristiques des ménages. Les ménages à taille élevée, dont le chef de
ménage a un statut de mariage coutumière ou vit en union libre et ayant un revenu faible sont
toujours les plus vulnérables.

Il en ressort que les résultats de l’enquête montrent des impacts sur la situation socio-économique des
ménages de la commune urbaine d’Antananarivo et une plus grande vulnérabilité de certains
ménages, à savoir les ménages dirigés par les femmes, ceux dont le chef a un statut de marié
coutumièrement ou en union libre, ceux à taille élevée et à revenu faible.

Cette année, afin d’avoir une vue globale de l’impact de la crise sur d’autres couches vulnérables de la
population malgache, l’enquête de suivi de la vulnérabilité a été étendue à Tuléar et en cours dans six
zones rurales de Madagascar. Une deuxième enquête est programmée en novembre 2010 pour
pouvoir mesurer l’évolution de la situation des ménages vivant dans les communes urbaines
d’Antananarivo et de Tuléar, et dans les zones rurales.

103
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1. Equipe Permanente de Pilotage/ Plan d’Action pour le Développement Rural (EPP/PADR),


Primature, Observatoire du Riz. INFORMATION de 2006 à Novembre 2009

2. INSTAT et ICF Macro, Enquête Démographique et de Santé de Madagascar 2008-2009,


Antananarivo Madagascar, 2010

3. Isabelle DROY, Haja ANDRIANJAKA « Aller et rester à l’école : les entraves à la scolarisation
dans un quartier défavorisé d’Antananarivo (Madagascar) », Colloque à Ouagadougou

4. Ministère de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie, Nouveaux indices des prix à la


consommation INSTAT Mars 2010, numéro 155.

5. Ministère de l’Économie, des Finances et du Budget : Enquête périodique auprès des ménages
2005, Rapport principal juin 2006

6. Ministère de l’Education Nationale, Rapport National sur le Développement de l’Éducation à


ème
Madagascar, Rapport présenté à la 48 Conférence Internationale de l’Éducation

7. PNUD. Analyse de la conjoncture socio-économique de la pauvreté à Madagascar. Situations


2005-2008 et perspectives. Rapport définitif. Septembre 2008.

8. Projet MADIO II /INSTAT 1999, L’emploi, le chômage et les conditions d’activité dans
l’agglomération d’Antananarivo. Premiers résultats de l’enquête emploi 1999, 45p.

9. Programme Alimentaire Mondial, Madagascar 2005. Comprehensive Food Security and


Vulnerability Analysis (CFSVA)

10. Programme Alimentaire Mondial, Profil des ménages les plus vulnérables suite à la survenance
d’un choc de hausse des prix à Madagascar pour l’année 2008 septembre 2008

11. République de Madagascar Ŕ UNICEF, Rapport national sur la mise en œuvre à Madagascar
du Plan d’action pour un monde digne des enfants +5, Janvier 2007

12. Système des Nations Unies à Madagascar (2010) : Évolution de la situation socioéconomique
des ménages de la ville d’Antananarivo (Madagascar) durant la crise sociopolitique. United
Nations Multi-cluster Rapid Assessment Mechanism (McRAM III) - Antananarivo, Novembre
2009, 119 pages

13. UNPD 2009. Rapport mondial sur le développement humain 2009 Lever les barrières : Mobilité
et développement humains, 251p.

14. UNITED NATIONS, 2009. MADAGASCAR REVISED FLASH APPEAL 2009

15. WATERAID, UNICEF, 2004, Connaissances, attitudes et pratiques en matière d’eau,


d’assainissement et d’hygiène dans les provinces d’Antananarivo et de Toliary Ŕ Rapport
d’analyse Ŕ Novembre 2004

16. Webliographie

104
17. FAO. Agriculture urbaine et sécurité alimentaire. Journée mondiale de l'environnement : des
villes plus vertes. 3 juin 2005, Rome -www.fao.org

18. www.moov.mg

19. L'eau, l'assainissement, l'hygiène et la santé,


www.who.int/water_sanitation.../index.html

20. Eau, assainissement et hygiène. www.unicef.org/french/wash/index.html

21. Violence à domicile : www.who.int/mediacentre/.../fr/index.html, 2005

22. McRAM www.mcram.org

23. http://www.worldbank.org/

105
Système des Nations Unies
UN Multi-cluster Rapid Assessment Mechanism
McRAM

SITUATION SOCIOÉCONOMIQUE DES MÉNAGES DE LA VILLE


D’ANTANANARIVO ET IMPACT DE LA CRISE SOCIOPOLITIQUE AU

NIVEAU DES MENAGES MCRAM – MAI 2010

MADAGASCAR

ANNEXES
TABLEAUX DES RESULTATS DES INDICATEURS ET

QUESTIONNAIRE

Juin 2010

106
LISTE DES TABLEAUX EN ANNEXE

Tableau 2.1A : Situation vis-à-vis de l'activité des membres des ménages………………………………3


Tableau 2.2A : Profil du capital humain……………………………………………………………………….3
Tableau 2.3A : Variation de la nature des revenus selon le secteur d’activités…………………………..4
Tableau 2.4A : Situation de sous emploi (visible) (travail à temps partiel) ……………………………….5
Tableau 2.5A : Travail à temps partiel selon branche d'activité…………………………………………....5
Tableau 3.1A : Caractéristiques des migrants ………………………………………………………………6
Tableau 4.1A : Caractéristiques des déplacements des populations urbaines d'Antananarivo selon le
sexe…………………………………………………………………………………………….6
Tableau 4.2A : Caractéristiques des déplacements des populations urbaines d'Antananarivo selon la
situation d'activité……………………………………………………………………………..7
Tableau 4.3A : Motifs de déplacement des membres des ménages selon le statut d'activité………….7
Tableau 4.4A : Moyens de déplacements des membres des ménages selon le niveau de revenu……8
Tableau 5.1A : Niveau d'instruction de la population âgée de 6 ans et plus…………………………...…8
Tableau 5.2A : Principaux motifs d'absence à l’école…………………………………………………….…9
Tableau 5.3A : Principaux problèmes évoqués liés à la scolarisation des enfants selon le niveau de
revenu………………………………………………………………………………………….9
Tableau 7.1A : Part des revenus (en %) consacrés aux dépenses alimentaires………………………10
Tableau 7.2A : Caractéristiques des ménages selon le quintile de dépense alimentaire par tête…...10
Tableau 7.3A : Profil de consommation alimentaire des ménages selon les quintiles des dépenses
alimentaires hebdomadaires par tête..……………………………………………………11
Tableau 9.1A : Problèmes dans la pratique de l'Agriculture………………………………………………11
Tableau 11.1A : Stratégie adoptée pour faire face aux chocs……………………………………………...11
Tableau 11.2A : Taux d'utilisation des services bancaires et mutuels d'épargne par les ménages…..12
Tableau 12.1A : Raisons évoquées pour ne pas se laver systématiquement les mains au savon…….12
Tableau 12.2A : Principales raisons de la non disponibilité de savon dans le ménage…………………12
Tableau 13.1A : Connaissance du VIH/Sida…………………………………………………………………13
Tableau 13.2A : Connaissance des modes de transmission du VIH/Sida ……………………………….13
Tableau 13.3A : Connaissance des moyens de prévention du VIH/Sida……..………………………….14
Tableau 13.4A : Fausses idées sur les moyens de prévention du VIH/Sida…..…………………………14
Tableau 13.5A : Connaissance sur le mode de contamination du VIH/Sida……………………………..15
Tableau 14.1A : Appréciation sur les services rendus par la commune……………………………….…15
Tableau 14.2A : Appréciation sur les autres services rendus dans la commune………………………..16
Tableau 14.3A : Appréciation sur le fonctionnement du Fokontany ………………………………………16
Tableau 14.4A : Domaines non satisfaisants des services Fokontany évoqués par les enquêtés…….16
Tableau 16.1A : Types de violence à domicile rapportés par les enquêtés comme touchant
couramment les femmes dans leur entourage…………………………………………...16
Tableau 18.1A : Opinion des enquêtés quant à l'engagement des jeunes……………………………….17
Tableau 19.1A : Besoins prioritaires des ménages rapportés……………………………………………..17

1
Tableau 2.1A : Situation vis-à-vis de l'activité des membres des ménages

Répartition des membres des ménages âgés de 15 à 64 ans et plus selon leur situation vis-à-vis de
l'activité, par sexe, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Homme Femme Ensemble
Effectif Effectif
Statut d'activité % pondéré % pondéré % Effectif pondéré
Actif occupé 71,7 466 56,1 414 63,4 880
Actif non occupé 6,7 43 11,6 86 9,3 129
Ensemble Actif
(Total actif occupe
78,3 509 67,7 500 72,7 1 009
et actif non
occupe)
Non actif 21,7 141 32,3 238 27,3 379
Ensemble 100,0 650 100,0 737 100,0 1 388

Tableau 2.2A : Profil du capital humain

Répartition des membres des ménages âgés de 15 à 64 ans selon le groupe d'âges, le niveau d'instruction
et le statut matrimonial, par situation vis-à-vis de l'activité, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Statut activité économique

Actif occupé Actif non occupé Non actif Ensemble


Caractéristiques % Effectif % Effectif % Effectif % Effectif
Groupe d'âge
individu
<25 ans 16,8 148 41,4 53 66,2 251 32,6 452
25-34 ans 29,8 262 28,7 37 12,3 46 24,9 345
35-54 ans 45,0 396 27,8 36 10,9 41 34,1 474
55 ans et plus 8,4 74 * 3 10,6 40 8,4 117
Ensemble 100,0 880 100,0 129 100,0 379 100,0 1 388
Niveau d'instruction
Aucune instruction
3,0 26 * 0 * 4 2,2 30
ou préscolaire
Primaire 31,1 271 23,7 30 17,8 67 26,8 369
Secondaire 1er
31,2 272 52,6 67 34,3 129 34,0 469
cycle
Secondaire second
18,5 161 20,7 26 26,9 101 21,0 289
cycle
Supérieur 16,3 142 * 4 19,9 75 16,0 221
Ensemble 100,0 873 100,0 128 100,0 377 100,0 1 378
Statut matrimonial
Célibataire 18,5 163 42,9 55 71,7 272 35,3 490
Marié légalement
51,4 453 30,9 40 19,2 73 40,7 565

Marié
16,7 147 17,3 22 3,0 11 13,0 181
coutumièrement
Union libre 3,1 28 * 5 * 7 2,8 39
Veuf-Divorcé-
10,2 90 * 7 4,3 16 8,1 113
Séparé
Ensemble 100,0 880 100,0 129 100,0 379 100,0 1 388

2
Tableau 2.3A : Variation de la nature des revenus selon le secteur d’activités

Répartition de la population âgées de 15 à 64 ans selon la nature des revenus, par secteur d’activités,
Enquête McRAM 2010 Antananarivo
Nature des revenus
honoraire
Branche d’activités
salaire en fonction
salaire fixe journalier des ventes autres Ensemble
Agriculture 4,7 25,9 62,9 6,6 100
Commerce 7,6 0,7 91,7 0,0 100
Artisanat 15,4 17,4 62,5 4,8 100
Service admin/public 91,0 6,8 2,1 0,0 100
Industrie/entreprise
87,9 5,4 6,7 0,0 100
privée/manufacture
Service informatique/financier 92,5 0,0 7,5 0,0 100
Transport 45,8 20,2 34,0 0,0 100
Services
53,2 17,1 26,1 3,6 100
personnels/privés/domestiques
Activité informelle 7,4 30,3 62,2 0,0 100
Développement
90,1 0,0 9,9 0,0 100
social/éducation/santé
Bâtiment/construction 22,5 44,1 31,9 1,4 100
NSP 17,8 63,2 19,0 0,0 100
Ensemble 40,0 12,3 46,4 1,3 100

3
Tableau 2.4A : Situation de sous emploi (visible) (travail à temps partiel)

Pourcentage des membres des ménages âgés de 15 à 64 ans parmi ceux qui travaillent, qui ont déclaré
travailler à temps partiel selon le groupe d'âges, le niveau d'instruction et le statut matrimonial, par sexe,
Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Homme Femme Ensemble
% travaillant % travaillant % travaillant
à temps à temps à temps
Caractéristiques partiel Effectif partiel Effectif partiel Effectif
Groupe d'âges individu
<25 ans 16,7 66 12,8 81 14,5 146
25-34 ans 12,6 134 13,4 127 13,0 261
35-54 ans 13,3 222 14,8 174 13,9 396
55 ans et plus 12,3 41 13,6 33 12,9 74
Ensemble 13,5 464 13,9 414 13,7 878
Niveau d'instruction
Aucune instruction
14,7 10 0,0 15 5,8 25
ou préscolaire
Primaire 15,5 127 21,1 143 18,5 270
Secondaire 1er cycle 13,7 151 12,9 121 13,3 272
Secondaire second
9,5 89 14,0 72 11,5 161
cycle
Supérieur 13,1 84 1,2 58 8,2 142
Ensemble 13,3 461 13,8 410 13,5 871
Statut matrimonial
Célibataire 18,5 90 9,7 70 14,7 161
Marié légalement 10,7 258 10,2 195 10,5 453
Marié
16,4 82 21,7 65 18,7 147
coutumièrement
Union libre 26,5 18 48,6 10 34,4 28
Veuf-Divorcé-Séparé 0,0 16 16,1 74 13,3 90
Ensemble 13,5 464 13,9 414 13,7 878

Tableau 2.5A : Travail à temps partiel selon branche d'activité

Pourcentage des membres des ménages âgés de 15 à 64 ans parmi ceux qui travaillent, qui ont déclaré
travailler à temps partiel selon la branche d’activités, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Branche d’activités Homme Femme Total
% % %
Agriculture 22,3 45,1 26,0
Commerce 2,9 4,5 3,9
Artisanat 28,6 26,7 27,3
Service administratif/public 4,6 8,1 5,9
Industrie/entreprise privée/manufacture 3,0 7,7 5,4
Service informatique/financier 4,4 ,0 2,6
Transport 11,0 ,0 10,6
Services personnels/privés/domestiques 16,5 24,2 20,6
Activité informelle 31,9 86,5 46,4
Développement social/éducation/santé ,0 4,8 3,0
Batiment/construction 41,2 . 41,2
Non Déclaré 10,3 7,9 8,9

4
Tableau 3.1A : Caractéristiques des migrants

Répartition des membres des ménages qui ont déjà vécu hors de leur fokontany de résidence selon le groupe
d'âges, le niveau d’instruction et le statut matrimonial, par sexe, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Homme Femme Ensemble
Caractéristiques
% N % N % N
Groupe d'âge
<25 ans 41,7 115 44,0 147 43,0 262
25-34 ans 19,9 55 19,8 66 19,8 121
35-54 ans 30,1 83 26,6 89 28,2 172
55 ans et plus 8,3 23 9,6 32 9,0 55
Ensemble 100 276 100 334 100 610
Niveau d'instruction (pour les migrants de
plus de 15 ans)
Sans niveau d'instruction 2,2 5 3,5 10 2,9 15
Primaire 18,1 40 27,8 78 23,5 118
Secondaire 1er cycle 32,5 72 35,6 100 34,2 172
Secondaire 2nd cycle 19,9 44 16,7 47 18,1 91
Supérieur 27,2 60 16,4 46 21,2 106
Ensemble 100,0 221 100,0 280 100,0 502
Statut matrimonial (pour les migrants âgés
de 12 ans ou plus)
Célibataire 43,0 102 34,7 102 38,4 204
Marié légalement 41,4 98 40,5 119 40,9 217
Marié coutumièrement 9,7 23 10,2 30 10,0 53
Union libre 2,5 6 2,0 6 2,3 12
Veuf/Divorcé/séparé 3,4 8 12,6 37 8,5 45
Ensemble 100 237 100 294 100 531
Niveau de revenu du ménage
NR<50.000 Ar 2,2 6 3,3 11 2,8 17
50.000 ≤ NR < 100.000 20,0 55 22,5 75 21,4 130
100.000 ≤ NR < 300.000 42,5 117 41,7 139 42,1 256
300.000 ≤ NR < 500.000 16,0 44 14,7 49 15,3 93
NR ≥ 500.000 19,3 53 17,7 59 18,4 112
Ensemble 100 275 100 333 100 608

Tableau 4.1A : Caractéristiques des déplacements des populations urbaines d'Antananarivo selon le sexe

Nombre moyen de déplacements effectués par les membres des ménages qui se sont déplacés au cours du
dernier jour ouvrable ayant précédé l'enquête, durée moyenne journalière des déplacements effectués au
cours de la semaine ayant précédé l'enquête, distance moyenne parcourue au cours d'une journée pendant la
semaine ayant précédé l'enquête, par sexe, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Effectif Minimum Maximum Médiane Moyenne Intervalle de Confiance
Nombre de déplacement
Homme 754 1 8 2,00 2,73 2,65 2,80
Femme 726 1 8 2,00 2,77 2,68 2,85
Ensemble 1 480 1 8 2,00 2,75 2,69 2,80
Durée de déplacement journalier (en minutes)
Homme 1 066 4 360 60,00 75,10 70,96 79,24
Femme 1 128 3 360 60,00 67,66 64,02 71,29
Ensemble 2 194 3 360 60,00 71,37 68,61 74,13
Distance journalière parcourue (en mètres)
Homme 1 066 200 50 000 4 000,00 6 287,49 5 768,72 6 806,26
Femme 1 128 200 64 000 3 000,00 5 112,29 4 682,15 5 542,43
Ensemble 2 194 200 64 000 3 200,00 5 700,00 5 361,83 6 038,17

5
Tableau 4.2A : Caractéristiques des déplacements des populations urbaines d'Antananarivo selon la situation
d'activité

Nombre moyen de déplacements effectués par les membres des ménages qui se sont déplacés au cours du
dernier jour ouvrable ayant précédé l'enquête, durée moyenne journalière des déplacements effectués au cours de
la semaine ayant précédé l'enquête, distance moyenne parcourue au cours d'une journée pendant la semaine ayant
précédé l'enquête, par situation d'activité, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Intervalle de Confiance
Effectif Minimum Maximum Médiane Moyenne
Déplacement > 200m
Actif occupé 713 1 8 2,00 2,47 2,40 2,55
Actif non occupé 67 2 5 2,00 2,28 2,11 2,45
Non actif 699 1 8 4,00 3,07 2,99 3,15
Durée de déplacement journalier (en minutes)

Actif occupé 895 4 360 60,00 80,92 76,55 85,30


Actif non occupé 133 10 270 80,00 94,08 78,70 109,46
Non actif 891 3 320 40,00 59,04 55,84 62,24
Distance journalière parcourue (en mètres)

Actif occupé 895 200 64 000 5 000,00 7 304,51 6 733,41 7 875,61


Actif non occupé 133 400 36 000 3 000,00 6 614,37 4 887,36 8 341,38
Non actif 891 200 40 000 2 000,00 3 935,67 3 603,34 4 267,99

Tableau 4.3A : Motifs de déplacement des membres des ménages selon le statut d'activité

Pourcentage des déplacements pour lesquels effectués les motifs et les moyens de transport ont été évoqués
par les membres des ménages qui se sont déplacés au cours du dernier jour ouvrable, par situation d’activité,
Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Actif occupé Actif non occupé Non actif Total
(Effectif=713) (Effectif=67) (Effectif=699) (Effectif=1478)
N % N % N % N %
Motif de déplacement
Etudes 23 1,3 5 3,2 1 810 84,5 1 838 45,3
Travail 1 408 79,7 17 11,1 89 4,1 1 513 37,3
Visite sociale 31 1,8 8 5,3 35 1,6 75 1,8
Démarches administratives 20 1,2 2 1,2 7 0,3 29 0,7
Services de santé 13 0,8 5 3,2 18 0,5
Courses 135 7,7 44 28,6 85 3,9 264 6,5
Loisirs 25 1,4 26 17,3 42 2,0 93 2,3
Autres 111 6,3 46 30,0 74 3,5 231 5,7
Total 1 766 100 152 100 2 142 100 4 060 100
Moyen de déplacement
Transport en commun
621 35,3 45 29,9 320 15,0 986 24,4

Voiture personnelle 68 3,8 14 0,6 82 2,0


Bicyclette/Moto 44 2,5 12 0,6 57 1,4
A pied 1 007 57,1 105 70,1 1 786 83,6 2 898 71,6
Autres 22 1,2 5 0,2 27 0,7
Total 1 762 100 150 100 2 138 100 4 050 100

6
Tableau 4.4A : Moyens de déplacements des membres des ménages selon le niveau de revenu

Pourcentage des déplacements pour lesquels les moyens de transport ont été évoqués, par niveau de
revenu des ménages, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Niveau de revenu
<50.000 Ariary Entre 50.000 et Entre 100.000 et Entre 300.000 et >500.000 Ariary
100.000 Ariary 300.000 Ariary 500.000 Ariary
transport en commun 11,6% 16,7% 22,8% 33,5% 39,2%
voiture personnelle 0,0% ,3% ,7% 3,6% 8,3%
bicyclette/moto 0,5% 1,4% 1,0% 2,8% 1,7%
a pied 87,9% 81,4% 75,3% 58,2% 48,7%
autres 0,0% ,2% ,2% 2,0% 2,2%
Total 100% 100% 100,0% 100% 100,0%
.

Tableau 5.1A : Niveau d'instruction de la population âgée de 6 ans et plus

Répartition (en %) des membres des ménages âgées de 6 ans ou plus par niveau d'instruction atteint, selon certaines
caractéristiques sociodémographiques, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Niveau d'instruction atteint
Aucune Primaire Primaire Secondaire Secondaire Supéri
Caractéristiq instruction Préscolaire incomplet complet incomplet complet eur Total Effectif
ues % % % % % % % % N
Sexe
Homme 2,5 2,5 25,6 10,9 36,9 8,3 13,2 100,0% 919
Femme 2,9 ,7 27,4 12,1 39,9 6,8 10,2 100,0% 989
Groupe
2,7 1,5 26,5 11,5 38,5 7,6 11,7 100,0% 1908
d'âge
6-10 ans 7,5 10,0 77,3 3,3 1,9 0,0 0,0 100,0% 278
11-14 ans ,5 0,0 27,7 22,6 49,2 0,0 0,0 100,0% 198
15-17 ans 2,9 1,0 12,0 6,2 74,6 1,4 1,9 100,0% 144
18-24 ans 1,7 0,0 14,2 9,9 43,9 9,5 20,8 100,0% 306
25-34 ans 3,5 0,0 16,5 8,0 43,3 11,6 17,0 100,0% 341
35-54 ans 1,1 0,0 16,1 13,3 40,8 12,7 16,0 100,0% 471
55 ans et
2,5 0,0 25,7 21,3 29,2 8,1 13,2 100,0% 171
plus
Total 2,7 1,5 26,5 11,5 38,5 7,6 11,7 100,0% 1908

7
Tableau 5.2A : Principaux motifs d'absence

Pourcentage des enfants âgés de 6 à 17 ans qui ont été absents à l'école au cours des deux dernières
semaines ayant précédé l'enquête selon les raisons qui ont été évoquées pour justifier leur absence, par
sexe, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Sexe
Motif de Homme Femme Total
l'absence % N % N % N
Maladie 45,6 3 67,6 6 57,8 9
Déplacement
0,0 0 0,0 0 0,0 0
temporaire
Renvoi 0,0 0 0,0 0 0,0 0
Abandon
40,2 3 20,4 2 29,3 5
involontaire
Abandon
14,2 1 0,0 0 6,4 1
volontaire
Trouble politique 0,0 0 0,0 0 0,0 0
Autres 0,0 0 12,0 1 6,6 1

Tableau 5.3A : Principaux problèmes évoqués liés à la scolarisation des enfants selon le niveau de
revenu

Pourcentage des ménages qui ont déclaré avoir été confrontés à des problèmes relatifs à la
scolarisation des enfants selon les types des problèmes évoqués, par sexe du chef de ménage,
Enquête McRAM 2010 Antananarivo.

Niveau de revenu mensuel


50000 à 100000 à 300000 à >500000
Type de problèmes
< 50000 ar 100000 ar 300000 ar 500000 ar ar Total

% % % % % %
Manque d'argent 61 49 44 42 18 44
Manque d'enseignant 2 2 1 0 2 1
Absentéisme
0 0 1 0 0 0
d'enseignant
Manque d'uniforme 16 19 16 5 2 14
Problème insécurité 0 2 3 8 8 3
Aucun problème 6 7 17 31 38 17
Problème de
1 1 4 12 9 4
déplacement
Autre problème 8 3 1 3 7 3
Problème de paiement
46 42 32 27 18 34
frais de scolarité
Problème
augmentation des frais 38 49 50 64 61 51
de scolarité

8
Tableau 7.1A : Part des revenus (en %) consacrés aux dépenses alimentaires

Pourcentage du revenu total dépensé pour la consommation alimentaire au cours des 30 derniers jours ayant
précédé l'enquête, selon les caractéristiques des ménages, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Caractéristiques du ménage Pourcentage dépense en nourriture
Minimum Maximum Médiane Moyenne Standard
Sexe du chef de ménage Deviation
Ménage dirigé par un homme 20 100 65 64,6 16,7
Ménage dirigé par une femme 10 100 70 64,1 18,4
Statut matrimonial du chef de
ménage
Célibataire 25 80 50 54,7 17,2
Marié légalement 10 100 60 62,8 15,6
marié coutumièrement 20 100 80 71,2 17,7
Union libre 50 100 60 71,3 20,0
Veuf-Divorcé-Séparé 20 100 70 66,3 17,5
Taille du ménage
<=4 10 100 60 62,2 17,6
5-6 25 100 70 66,8 15,9
7 ou plus 30 100 70 70,0 15,0
Niveau de revenu mensuel
< 50000 Ariary 30 100 80 73,2 15,6
50000 à 100000 Ariary 20 100 70 69,6 17,2
100000 à 300000 Ariary 20 100 60 63,1 16,5
300000 à 500000 Ariary 25 90 60 58,5 12,0
> 500000 Ariary 10 95 50 55,6 16,3
Ensemble 10 100 65 64,5 17,02

Tableau 7.2A : Caractéristiques des ménages selon le quintile de dépense alimentaire par tête

Répartition des ménages selon les quintiles de dépenses alimentaires par tête, par caractéristiques des
ménages, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Q1 Q2 Q3 Q4 Q5 Total
% % % % % %
Sexe du chef de ménage
Masculin 79,0 85,1 80,1 77,5 82,4 80,8
Féminin 21,0 14,9 19,9 22,5 17,6 19,2
Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
Statut matrimonial du chef de
ménage
Célibataire 3,2 1,5 7,7 7,0 15,1 6,9
Marié légalement 45,1 63,6 59,6 54,7 57,9 56,2
marié coutumièrement 25,5 14,4 11,3 13,7 10,5 15,1
Union libre 4,7 3,7 3,0 5,6 1,1 3,6
Veuf-Divorcé-Séparé 21,5 16,8 18,4 18,9 15,3 18,2
Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
Taille du ménage
<=4 31,5 50,2 56,7 68,6 80,3 57,5
5-6 48,8 33,6 32,3 25,2 17,7 31,5
7 ou plus 19,7 16,2 11,0 6,3 2,0 11,0
Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
Niveau de revenu mensuel
< 50000 Ariary 20,0 14,3 4,0 ,0 1,0 7,9
50000 à 100000 Ariary 42,5 37,5 25,8 20,1 14,5 28,1
100000 à 300000 Ariary 35,2 41,0 53,7 47,4 35,2 42,5
300000 à 500000 Ariary 2,3 2,8 5,3 18,4 21,3 10,0
> 500000 Ariary ,0 4,5 11,2 14,1 28,0 11,5
Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0

9
Tableau 7.3A : Profil de consommation alimentaire des ménages selon les quintiles des dépenses
alimentaires hebdomadaires par tête

Nombre moyen de jour de consommation de chaque type d’aliments au cours de la semaine ayant précédé
l’enquête
Q1 Q2 Q3 Q4 Q5 Total
Type d’aliments Nombre moyen de jours
Riz 7 7 7 7 7 7
Autres céréales 1 2 3 4 5 3
Racines 1 1 1 1 1 1
Haricots/Pois 1 2 2 1 1 1
Légumes/Brèdes 5 5 4 5 5 5
Fruits 2 3 4 5 6 4
Viande 1 2 3 4 6 3
Huile 6 6 7 6 7 6
Sucre 2 3 4 4 6 4
Lait/Yaourt/Autres produits 0 1 1 2 3 2

Tableau 9.1A : Problèmes dans la pratique de l'Agriculture

Pourcentage des ménages agricoles et de ceux qui pratiquent l'élevage ayant rencontré des problèmes
dans la pratique de l'Agriculture, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Problèmes saisonniers Problèmes d'élevage
Effectif total des Effectif total des
Existence de problème % ménages % ménages
Ménages ayant rencontré
37,8 21 24,8 72
des problèmes

Tableau 11.1A : Stratégie adoptée pour faire face aux chocs

Répartition des ménages ayant déclaré avoir adopté les différentes stratégies selon la fréquence de
l'adoption, par stratégie, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Chaque
Jamais Rarement Parfois Souvent jour
Stratégies % % % % %
Manger la nourriture moins chère 17,1 8,4 14,9 20,2 39,4
Emprunter de la nourriture 83,8 6,6 6,7 2,7 0,2
Diminuer le nombre de repas 69,6 9,7 7,5 3,9 9,2
Limiter la portion 40,5 13,5 14,1 16,3 15,5
Restreindre la consommation 68,5 9,2 9,2 7,6 5,5
Diminuer la diversité 26,2 11,5 16,9 20,2 25,2
Manger plus d'aliment de rue 54,6 13,0 15,2 10,9 6,4
Manger le reste des autres 96,0 1,7 1,0 1,3 0,0
Mendier pour manger 98,1 1,6 0,3 0,0 0,0
Reduire les dépenses 46,3 11,8 18,6 13,2 10,0
Acheter à credit 46,7 25,1 18,9 8,5 0,8
Envoi chez un parent 96,6 1,4 1,4 0,0 0,6
Vendre des biens 94,1 4,3 0,8 0,8 0,0
Vendre des biens de production 99,5 0,5 0,0 0,0 0,0
Annuler l'ecole 95,3 1,1 1,0 0,6 1,9
Autres alternatives 81,4 6,3 3,5 6,6 2,2
Manger chez un autre 93,5 2,1 3,3 0,8 0,3
Chercher du travail ailleurs 98,1 0,8 0,0 0,3 0,7

10
Tableau 11.2A : Taux d'utilisation des services bancaires et mutuels d'épargne par les ménages

Pourcentage des ménages ayant déclaré avoir un compte bancaire et être membre de mutuel d'épargne
selon le revenu des ménages, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Possession d'un compte dans un
Possession d'un compte bancaire mutuelle d'épargne
% de ménages Effectif total de % de ménages Effectif total de
Niveau de revenu du ménage ayant un compte ménages ayant un compte ménages
< 50000 Ariary 0,0 39 7,9 39
50000 à 100000 Ariary 3,3 148 10,8 148
100000 à 300000 Ariary 16,5 211 15,3 211
300000 à 500000 Ariary 57,7 47 23,6 46
> 500000 Ariary 76,7 55 26,9 54
Total 21,8 501 15,4 498

Tableau 12.1A : Raisons évoquées pour ne pas se laver systématiquement les mains au savon

Répartition des ménages qui ne se lavent pas systématiquement les mains au savon selon les raisons
évoquées, par fréquence d’utilisation de savon pour se laver les mains, Enquête McRAM 2010
Antananarivo.
Utilisation du savon
Moins de 2 fois par
Raison évoquée pour 2 à 3 fois par jour Jamais Ensemble
jour
ne pas se laver les
mains
systématiquement Effectif Effectif Effectif Effectif
% de % de % de % de
total de total de total de total de
ménages ménages ménages ménages
ménages ménages ménages ménages
Pas nécessaire 0 0 4,7 2 0 0 1,2 2
Pas d'argent 14,3 15 47,5 18 32,6 2 23,7 35
Par habitude 85,7 89 47,8 19 67,4 4 75 111
Ensemble 100 103 100 39 100 6 100 148

Tableau 12.2A : Principales raisons de la non disponibilité de savon dans le ménage

Répartition des ménages qui ne disposent pas du savon selon les raisons évoquées pour justifier la non-
disponibilité, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Raison évoquée % N
Besoin non prioritaire 11,8 3
Pas d'argent pour l'achat 84,5 23
Autres (n’est pas souvent à la maison) 3,7 1
Total 100,0 27

11
Tableau 13.1A : Connaissance du VIH/Sida

Pourcentage des enquêtés qui ont déclaré connaître le VIH/SIDA et selon les caractéristiques socio-
démographiques, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.

Homme Femme Ensemble


Caractéristiques
% N % N % N
Groupe d'âge
<25 ans 100,0 27 100,0 59 100,0 86
25-34 ans 100,0 39 98,2 100 98,7 141
35-54 ans 100,0 65 100,0 128 100,0 192
55 ans et plus 95,3 31 96,9 55 96,3 89
Niveau d'instruction
Sans niveau d'instruction 100,0 0 91,7 10 92,1 11
Primaire 100,0 30 98,6 126 98,9 156
Secondaire 1er cycle 100,0 52 99,2 115 99,4 167
Secondaire 2nd cycle 96,2 38 100,0 58 98,5 96
Supérieur 100,0 41 100,0 31 100,0 72
Statut matrimonial
Célibataire 100,0 40 100,0 30 100,0 70
Marié légalement 98,4 93 98,5 168 98,4 261
Marié coutumièrement 100,0 18 98,6 61 98,9 79
Union libre 100,0 4 100,0 15 100,0 19
Divorcé/séparé Veuf/veuve 100,0 8 100,0 67 100,0 75
Ensemble 99,1 163 99,0 340 99,0 503

Tableau 13.2A : Connaissance des modes de transmission du VIH/Sida

Pourcentage des enquêtés qui ont déclaré connaître les principaux moyens de transmission du VIH/SIDA
selon les caractéristiques sociodémographiques, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Rapport sexuel non Produits sanguins Transmission mère-
Caractéristiques % protégé N % infectés N % enfant N
Sexe
Masculin 97,9 163 76,2 163 83,3 163
Féminin 96,5 340 58,7 340 81,4 340
Age
<25 ans 94,9 86 64,9 86 85,9 86
25-34 ans 97,5 138 66,4 138 83,5 138
35-34 ans 99,1 192 68,2 192 85,2 192
55 ans et plus 93,3 87 51,7 87 68,7 87
Niveau d'instruction
Sans instruction 92,1 10 23,1 10 83,7 10
Primaire 98,2 156 46,4 156 79,8 156
Secondaire 1er cycle 94,7 167 63,4 167 80,0 167
Secondaire 2nd cycle 97,7 96 81,3 96 86,0 96
Supérieur 98,7 72 87,8 72 86,4 72
Statut matrimonial
Célibataire 96,0 70 70,5 70 84,1 70
Marié légalement 97,1 261 70,7 261 83,4 261
Marié coutumièrement 97,9 78 59,2 78 78,3 78
Union libre 96,1 19 57,8 19 94,4 19
Divorcé/séparé 96,5 75 43,6 75 75,9 75
Veuf/veuve
Ensemble 96,9 503 64,3 503 82,0 503

12
Tableau 13.3A : Connaissance des moyens de prévention du VIH/Sida

Pourcentage des enquêtés qui citent de façon spontanée les trois principales méthodes de prévention du
VIH/SIDA et selon les caractéristiques socio- démographiques, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Utilisation systématique de Fidelité Limiter les rapports sexuels
Caractéristiques % condom N % N avec
% les prostituésN
Sexe
Masculin 59,7 163 92,2 163 3,3 163
Féminin 51,3 340 88,3 340 7,5 340
Age
<25 ans 63,8 86 78,9 86 2,1 86
25-34 ans 52,9 138 95,6 138 8,1 138
35-34 ans 53,9 192 89,9 192 6,9 192
55 ans et plus 46,7 87 89,7 87 5,2 87
Niveau d'instruction
Sans instruction 51,9 10 92,1 10 0,0 10
Primaire 56,1 156 82,1 156 4,2 156
Secondaire 1er cycle 47,6 167 92,0 167 5,8 167
Secondaire 2nd cycle 53,8 96 91,2 96 5,3 96
Supérieur 64,2 72 97,4 72 13,4 72
Statut matrimonial
Célibataire 66,7 70 86,4 70 1,3 70
Marié légalement 50,6 261 94,0 261 6,1 261
Marié coutumièrement 57,3 78 83,3 78 4,6 78
Union libre 39,9 19 94,5 19 21,7 19
Divorcé/séparé 54,3 75 82,6 75 8,5 75
Veuf/veuve
Ensemble 54,1 503 89,6 503 6,2 503

Tableau 13.4A : Fausses idées sur les moyens de prévention du VIH/Sida

Pourcentage des enquêtés qui ont des idées erronées sur les moyens de prévention du VIH/SIDA selon les
caractéristiques sociodémographiques, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Eviter piqûre de moustique Eviter embrasser Partage de repas avec
Caractéristiques % N % N % sidéen N
Sexe
Masculin 0,5 163 0,7 163 3,3 163
Féminin 0,7 340 1,8 340 1,6 340
Age
<25 ans 0,0 86 3,6 86 0,0 86
25-34 ans 0,0 138 1,1 138 2,5 138
35-34 ans 1,2 192 0,9 192 3,2 192
55 ans et plus 0,9 87 1,3 87 1,3 87
Niveau d'instruction
Sans instruction 0,0 10 0,0 10 0,0 10
Primaire 0,0 156 1,5 156 1,7 156
Secondaire 1er cycle 0,0 167 3,0 167 4,1 167
Secondaire 2nd cycle 2,2 96 0,0 96 1,4 96
Supérieur 1,3 72 0,0 72 0,0 72
Statut matrimonial
Célibataire 0,0 70 1,2 70 1,2 70
Marié légalement 1,2 261 1,8 261 3,0 261
Marié coutumièrement 0,0 78 1,0 78 0,0 78
Union libre 0,0 19 0,0 19 0,0 19
Divorcé/séparé 0,0 75 1,5 75 2,8 75
Veuf/veuve
Ensemble 0,6 503 1,5 503 2,2 503

13
Tableau 13.5A : Connaissance sur le mode de contamination du VIH/Sida

Pourcentage des enquêtés qui déclarent qu'une personne apparemment en bonne santé peut transmettre le
VIH/SIDA, qui savent que le VIH peut être transmis de la mère à l'enfant au cours de la grossesse, pendant
l'accouchement et par l'allaitement selon les caractéristiques sociodémographiques du répondant
Sait qu'une Connaît la Connaît la Connaît la
Caractéristiques %personneN transmission
% mère-
N transmission
% mère-
N transmission
% mère-
N
Sexe apparemment en enfant pendant la enfant pendant enfant pendant
Masculin bonne
75,4santé peut
163 grossesse 163
93,2 l'accouchement
80,7 163 l'allaitement
80,7 163
Féminin être porteuse
77,9 du
340 95,3 340 77,8 340 77,8 340
Age VIH/SIDA
<25 ans 77,4 86 97,1 86 74,9 86 74,9 86
25-34 ans 81,4 138 94,8 138 76,9 138 76,9 138
35-34 ans 75,8 192 95,4 192 81,1 192 81,1 192
55 ans et plus 72,4 87 90,0 87 80,3 87 80,3 87
Niveau d'instruction
Sans instruction 48,0 10 90,9 10 75,7 10 75,7 10
Primaire 73,7 156 93,8 156 78,9 156 78,9 156
Secondaire 1er cycle 80,9 167 94,4 167 74,7 167 74,7 167
Secondaire 2nd cycle 78,4 96 98,4 96 82,1 96 82,1 96
Supérieur 78,2 72 92,3 72 83,0 72 83,0 72
Statut matrimonial
Célibataire 81,6 70 97,4 70 79,2 70 79,2 70
Marié légalement 82,0 261 94,7 261 77,3 261 77,3 261
Marié coutumièrement 64,5 78 92,4 78 79,4 78 79,4 78
Union libre 61,8 19 100,0 19 69,1 19 69,1 19
Divorcé/séparé 72,7 75 92,7 75 84,9 75 84,9 75
Veuf/veuve
Ensemble 77,1 503 94,6 503 78,7 503 78,7 503

Tableau 14.1A : Appréciation sur les services rendus par la commune

Répartition des ménages selon le niveau de satisfaction pour les différents services publics rendus
par la commune, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Peu
Très Inaccepta
Services Satisfaisant satisfaisa NSP Total N
satisfaisant ble
nt
Délivrance de permis
2,5 13,6 9,2 1,8 72,9 100
de construction 503
Transports collectifs 6,6 50,4 25,0 2,7 15,3 100 503
Gestion des marchés 5,6 40,5 38,1 6,1 9,7 100 503
Entretien routier 2,9 51,6 35,5 6,7 3,3 100 503
État civil 13,3 56,6 12,0 3,0 15,1 100 503
Sécurité 4,5 46,6 36,9 9,5 2,5 100 503
Eau potable 7,7 64,4 23,4 3,1 1,4 100 503
Évacuation des eaux
5,7 49,4 32,1 9,7 3,0 100
usées 503
Évacuation des eaux
5,6 49,9 31,3 6,9 6,3 100
pluviales 503
Ramassage des
5,9 52,1 29,6 10,0 2,4 100
ordures 503
Éclairage public 2,5 46,0 37,1 11,5 2,9 100 503
Circulation routière 4,0 37,4 34,4 8,0 16,3 100 503
Bureau municipal
0,2 17,6 7,3 5,9 69,1 100
d’hygiène (BMH) 503
Cantines scolaires 0,4 11,9 1,8 2,7 83,2 100 503

14
Tableau 14.2A : Appréciation sur les autres services rendus dans la commune

Répartition des ménages selon le niveau de satisfaction pour les autres services publics dans la commune,
Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Très Peu
Services Satisfaisant Inacceptable NSP Total N
satisfaisant satisfaisant
CSB 3,6 34,7 18,5 2,0 41,2 100 503
Hôpital 2,2 23,8 35,2 9,0 29,9 100 503
Service foncier 0,7 9,8 9,3 5,0 75,3 100 503

Tableau 14.3A : Appréciation sur le fonctionnement du Fokontany

Répartition des ménages selon leur appréciation sur le fonctionnement du fokontany, Enquête McRAM
2010 Antananarivo.
Appréciation % N
Très satisfaisant 11,8 59
Satisfaisant 69,0 346
Peu satisfaisant 15,2 76
Inacceptable 1,4 7
Non Concerné 2,6 13
Ensemble 100 502

Tableau 14.4A : Domaines non satisfaisants des services Fokontany évoqués par les enquêtés

Pourcentage des enquêtés qui ont cité les différents domaines comme non satisfaits au niveau fokontany,
Enquête McRAM 2010
Domaines de services non satisfaisants % de ménages Effectif total de ménages
Acte de recensement 5,4 503
Sécurité 3,2 503
Travaux communautaires 7,9 503
Autres services du Fokontany 5,9 503

Tableau 16.1A : Types de violence à domicile rapportés par les enquêtés comme touchant couramment les
femmes dans leur entourage

Pourcentage des enquêtés qui ont rapporté les différents types de violence comme touchant couramment les
femmes dans leur entourage, par sexe du répondant, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.

Homme Femme Ensemble


Type de violence
% N % N % N
Violence conjugale 76,40 162 72,50 341 73,80 503
Viols 19,80 162 17,10 340 18,00 502
Kidnapping 1,30 162 0,50 341 0,70 503
Prostitution forcée 1,30 162 1,90 340 1,70 502
Grossesse forcée 3,10 162 2,90 340 2,90 503
Harcèlement
psychologique 35,90 162 40,60 340 39,10 502
Travail forcé 5,10 162 1,40 341 2,60 503
Esclavage 3,20 162 2,10 340 2,50 502
N’existe pas 16,9 162 20,5 340 19,4 502

15
Tableau 18.1A : Opinion des enquêtés quant à l'engagement des jeunes

Répartition des enquêtés selon leur opinion sur le niveau d'engagement des jeunes, par caractéristiques
sociodémographiques, Enquête McRAM 2010 Antananarivo.
Caractéristiques de l'enquêté Niveau d'engagement des jeunes
Pas du
Beaucoup Moyen Très peu
Niveau d'instruction tout Total Effectif
Sans instruction 48,5 35,3 16,3 0,0 100,0 10
Primaire 35,1 33,1 13,9 17,9 100,0 156
Secondaire 1er cycle 27,5 41,5 9,1 21,9 100,0 167
Secondaire 2nd cycle 15,7 35,3 18,5 30,6 100,0 96
Supérieur 31,1 32,6 12,1 24,2 100,0 72
Ensemble 28,5 36,3 13,0 22,2 100,0 501
Statut matrimonial
Célibataire 25,4 45,8 8,2 20,6 100,0 70
Marié légalement 21,7 39,1 15,8 23,3 100,0 261
Marié coutumièrement 47,1 26,0 8,0 19,0 100,0 78
Union libre 28,7 38,7 7,8 24,8 100,0 19
Divorcé/séparé Veuf/veuve 35,0 27,1 13,8 24,1 100,0 75
Ensemble 28,4 36,2 12,9 22,4 100,0 503

Tableau 19.1A : Besoins prioritaires des ménages rapportés

Pourcentage des ménages selon les besoins prioritaires rapportés dans l'immédiat et à long terme, Enquête
McRAM 2010 Antananarivo.
Immédiat A long termes
% de
% de ménages ménages
Types de besoins immédiats et à long terme
exprimant le Effectif total exprimant le Effectif total de
besoin de ménages besoin ménages
Travail (stabilité du travail, trouver du travail pour
les chômeurs ou ceux qui ont perdu leur travail, 54,6 503 25,9 503
travail rémunérateur…)
Fin de la crise(élection dans les meilleurs délais
pour trancher sur la situation et avoir plus de paix 40,4 503 6,0 503
et de sérénité, autres)
Aide social (l’accessibilité à des fonds de crédit
pour améliorer une activité ou investir et démarrer 16,1 503 7,1 503
une nouvelle activité)
Alimentation (alimentation correcte en quantité et
en qualité, aide alimentaire, convenable, maîtrise 26,2 503 5,7 503
de l’inflation de PPN)…
Habitat (avoir ou améliorer son habitat, le loyer
moins cher, disposer de l’eau, de l’électricité, de 14,8 503 54,5 503
toilette et douche publique…
Environnement (curage de canal, réparation des
ruelles au niveau des fokontany, réparation des 3,6 503 7,7 503
digues, etc.)
Sécurité 16,7 503 22,9 503
Education des enfants 14,0 503 12,6 503
Santé 13,5 503 15,1 503
Autres 5,7 503 6,2 503

16
QUESTIONNAIRE

United Nations Multi-cluster Rapid Assessment Mechanism 1 2010 (McRAM1/2010)

QUESTIONNAIRE MENAGE

Commune urbaine d’ANTANANARIVO

IDENTIFICATION

Arrondissement : _________________ /___/


Numéro de l’équipe : /___/
Numéro Zone de Dénombrement : /___/___/___/

Numéro du ménage sélectionné (Lot) : _____________________________ /___/___/___/


Numéro de questionnaire : /___/___/

Nom du superviseur : Nom enquêteur :

________________________________________ ________________________________________

Début de l’interview : /___/___/ h /___/___/mn Date de l’interview : /___/___/ /___/___/ (jour/mois)

Numéro d’ordre du répondant (de l’enquêté) /___/___/

Date du contrôle du superviseur : Signature du superviseur : ________________

/__/__/ /__/__/ (jour/ mois)

Consentement: Nous conduisons cette enquête sur la situation des ménages pendant cette crise
sociopolitique. Vous avez été sélectionné parmi les ménages à enquêter. L’interview durera environ
60 minutes. Toutes les informations collectées seront confidentielles. Vous êtes libre de participer
ou non à l’interview. Si vous acceptez, on peut commencer la séance maintenant.
Résultat de l’enquête : /___/
1. Refus
2. Questionnaire partiellement rempli (Incomplet)
3. Questionnaire entièrement rempli (Complet)
4. Ménage totalement absent pour une longue période (Vide)

17
SECTION A : DONNEES SOCIODEMOGRAPHIQUES
N° individu (Encercler le numéro du
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15
répondant)
A1. Prénom
SVP, donnez-moi les noms des personnes
qui vivent habituellement dans votre
ménage, en commençant par le chef de
ménage.
A2. Sexe
[Nom] est-il de sexe masculin ou féminin ?
|___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
1. Masculin
2. Féminin
A3. Age (en années révolues)
Quel âge [Nom] avait-il à son dernier |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__|
anniversaire ?
A4. Quel est le lien de parenté de [Nom]
avec le Chef de ménage ?
1. Chef de ménage 5. Petit enfant
|___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
2. Conjoint(e) 6. Mère ou Père
3. Enfant 7. Autre parent
4. Gendre ou Bru 8. Non apparenté
A5. Situation matrimoniale (pour les
personnes âgées de 12 ans ou plus)
Quelle est la situation matrimoniale
actuelle de [Nom] ?
1. Marie (e) légalement
2. Marie (e) coutumièrement
|___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
3. Union libre

4. Divorcé(e)/séparé(e)
5. Veuf (ve)

6. Célibataire
A6. [Nom] est-il actuellement absent (en
dehors du ménage pour une période allant
d’une semaine à 6 mois) ? |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
1. Oui
2. Non
A7. Si oui, pour quel motif [Nom] est-il
absent actuellement ?
|___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
1. Travail 4. Raison sociale
……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ………
2. Études 5. Sécurité
……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ………
3. Mariage 6. Autre (à
temporaire préciser)

18
SECTION B : EMPLOI/ACTIVITES (Questions à poser pour les personnes âgées de 6 ans ou plus)

N° individu 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15

B1. Activité principale


Quelle est l’activité principale de [Nom] ?
1. Élève/Étudiant  Passer à l’individu
suivant |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
2. Travailleur  Aller à B3 ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ………
3. Ne travaille pas  Aller à B2 ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ………
4. Retraité  Passer à l’individu suivant
5. Autre (à préciser)  Passer à l’individu
suivant
B2. [Nom] est-il à la recherche d’un
travail ?
|___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
1. Oui 2. Nom
Puis passer à à B5
B3. Quel est le régime de travail effectué
par [Nom] ?
|___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
1. A plein temps
……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ………
2. A temps partiel
……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ………
3. Plusieurs activités à la fois
4. Autre (à préciser)
B4. Dans quel secteur d’activité [Nom]
travaille-t-il ? |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ………
(Voir code ci-dessous) ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ………
B5. Quelle est la nature de revenu de
[Nom] ? |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ………
(Voir code ci-dessous)
……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ………
Codes pour B4 (Secteur d’activité) : Code pour B5 (nature de revenu) :
1. Agriculture 6. Services financiers et informatiques 1. Salaire fixe 4. Autre (à préciser)
2. Commerce (détail et grossiste) 7. Transport 2. Salaire journalier
3. Artisanat 8. Autre (à préciser) 3. Honoraire en fonction des ventes de
4. Secteur public (central local) 9. NSP produits ou de prestation de service
5. Industrie/manufacture

19
SECTION C : MIGRATION

N° individu 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15

C1. . (Nom) a-t-il déjà vécu hors de votre


fokontany pendant plus de 6 mois ?
|___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
1. Oui
2. Non  Passer à l’individu suivant
C2. Quel est le nom de la dernière localité
où [Nom] a vécu avant de résider ici ? |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
1. A l’étranger  Aller à C4
2. Autre fokontany dans la commune ……. ……. ……. ……. ……. ……. ……. ……. ……. ……. ……. ……. ……. ……. …….
urbaine Antananarivo  Aller à C4
3. Autre Fivondronana en milieu rural …….. …….. …….. …….. …….. …….. …….. …….. …….. …….. …….. …….. …….. …….. ……..
4. Autre Fivondronana en milieu urbain
5. Autre (à préciser)  Aller à C4 ……... ……... ……... ……... ……... ……... ……... ……... ……... ……... ……... ……... ……... ……... ……...

……. ……. ……. ……. ……. ……. ……. ……. ……. ……. ……. ……. ……. ……. …….
C3. Quel est le nom du Fivondronana où
[Nom] a vécu avant de venir ici ? …….. …….. …….. …….. …….. …….. …….. …….. …….. …….. …….. …….. …….. …….. ……..

|__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__|
C4. Combien de temps [Nom] a-t-il vécu
dans cette localité (Nombre d’années &
nombre de mois) ?
|__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__|
C5. Quelle est la principale raison qui a
amené [Nom] à venir vivre ici ?
|___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
1. Economique
2. Études
……. ……. ……. ……. ……. ……. ……. ……. ……. ……. ……. ……. ……. ……. …….
3. Mariage
4. Confié à la famille
…….. …….. …….. …….. …….. …….. …….. …….. …….. …….. …….. …….. …….. …….. ……..
5. Retour à la famille/Regroupement
familial
6. Autre (à préciser)

20
SECTION D : TRANSPORT

N° individu 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15

D1. Combien de fois [Nom] s’est-il déplacé


hier (se référer à la dernière journée
ouvrable) sur une distance supérieure à
200 mètres de la maison, y compris les |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
déplacements à pied ?
(Mettre 0 si pas de déplacement puis aller
D4)
D2. Quels étaient les principaux motifs des
déplacements de [Nom] hier (inscrire par
|___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
ordre chronologique) ?
1. Études
|___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
2. Travail 6. Courses
3. Visite sociale 7. Loisirs
|___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
4. Démarche 8. Autre (à préciser)
Administrative 9. Emmener l’enfant
……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ………
5. Service santé à l’école
……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ………
10. NSP

D3. Quels étaient les moyens de


|___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
déplacements utilisés par [Nom] ?
1. Transport en commun
|___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
2. Voiture personnelle
3. Bicyclette/moto
|___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
4. A pied
5. Autre (à préciser)
……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ………
6. NSP
……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ………
D4. Combien de temps [Nom] a-t-il passé
en moyenne à se déplacer pendant la |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__|
journée au cours de la semaine dernière |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__|
(en heure et en minute) ?
D5. Quelle est la distance parcourue pour
les déplacements typiques de la semaine |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__|
de [Nom] ? (en km)

21
SECTION E : EDUCATION (Les questions E4, E5, E6 et E7concernent uniquement les enfants âgés de 6 à 17 ans révolus)

N° individu 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15
E1. [Nom] a-t-il été à l’école ?
1. Oui |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
2. Non  Aller à l’individu suivant
E2. Quel est le plus haut niveau
d’études que [Nom] a atteint ?
1. Préscolaire
2. Primaire |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
3. Collège (Secondaire premier cycle)
4. Lycée (Secondaire second cycle)
5. Supérieur
9. NSP
E3. Quelle est la dernière classe que
[Nom] a suivie ? |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__| |__|__|
(Voir code ci-dessous. Si NSP, mettre 99)
E4. [Nom] a-t-il été inscrit à l’école
pour l’année scolaire 2009/2010 ?
1. Oui |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
2. Non  Passez à l’individu suivant
3. NSP
E5. Quel est le type d’école fréquenté
par [Nom] en 2009/2010 ?
1. Public |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
2. Privé payant
3. Privé non payant
4. Éducation informelle
E6. Est-ce que [Nom] a été absent de
l’école durant les 2 dernières
semaines? |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
1. Oui
2. Non  passez à l’individu suivant
E7. Quel est le principal motif de
l’absence de [Nom] ? |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___| |___|
……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ………
(Voir code ci-dessous) ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ……… ………
Code E3 (dernière classe suivie) :
Préscolaire = 0
Classes dans le Primaire : T1 = 1 ; T2 = 2 ; T3 = 3 ; T4 = 4 ; T5 = 5 ; CP1 = 6 ; CP2 = 7 ; CE1 = 8 ; CE2 = 9 ; CM1 = 10 ; CM2 = 11
ème ème ème ème
Classe dans le secondaire premier cycle : 6 = 12 ; 5 = 13 ; 4 = 14 ; 3 = 15
ère
Classe dans le secondaire second cycle : Seconde = 16 ; 1 = 17 ; Terminale = 18
ère ème ème ème
Supérieure : 1 année = 19 ; Supérieure 2 année = 20 ; Supérieure 3 année = 21 ; Supérieure 4 année ou plus = 22
Code E7 :
1. Maladie 4. Manque d’argent (Abandon involontaire).
2. Déplacement temporaire 5. Abandon volontaire (ne veut plus continuer) 7. Autre (à préciser)
3. Renvoi 6. Trouble politique

22
E8. Quels sont les trois problèmes 1. Manque d’argent pour payer les frais
majeurs que vous rencontrez depuis liés à la scolarité (y compris frais de
janvier 2010 en termes d’accès à transport)
|___|……………
l’éducation pour les enfants âgés de 6 à 2. Manque/Insuffisance d’enseignants
……..
17 ans ? 3. Absentéisme des enseignants
4. Manque d’uniforme, livres, cahiers...
(Inscrire par ordre d’importance) |___|……………
5. Insécurité (ambiance politique,
……..
kidnapping, etc)
6. Problème de déplacement
|___|……………
7. Aucun problème
……..
8. Non concerné
 Aller à E12
9. Autre à préciser _______________
E9. Avez-vous eu des difficultés à payer
les frais liés à la scolarité de l’un de vos 1. Oui
enfants (frais scolaire, matériels 2. Non  Passer à E11 |___|
scolaires, transport ….) dans les 30
jours précédant l’enquête ?
1. Perte d’emploi d’un parent
2. Perte d’emploi des 2 parents |___|
E10. Si Oui, quelle(s) en est la principale
3. Impossibilité d’avoir du crédit
cause ?
4. Trop de charges ménagères ……………….
5. Autre (à préciser) ………………..
9. NSP
E11. Les frais de scolarité (au niveau
des écoles FRAM, Frais d’inscription, 1. Oui
écolage…) ont-ils augmenté par rapport 2. Non
|___|
à l’année dernière (année scolaire 3. Non concerné
2008/2009)? 9. NSP

E12. Parmi vos enfants, y en a-t-il qui a


1. Oui
(ont) passé des examens officiels |___|
2. Non  Aller à la SECTION F
l’année dernière ?

1. CEPE (Inscrire 0 s’il n’y en a pas)


|___|
E13. Combien ont passé les examens 2. BEPC (Inscrire 0 s’il n’y en a pas)
|___|
suivants ? 3. BAC (Inscrire 0 s’il n’y en a pas)
|___|
4. Autre (à
|___|
préciser)……………………………..
1. CEPE (Inscrire 0 s’il n’y en a pas)
E14. Combien ont réussi à leur examen |___|
2. BEPC (Inscrire 0 s’il n’y en a pas)
? |___|
3. BAC (Inscrire 0 s’il n’y en a pas)
|___|
4. Autre (à
|___|
préciser)……………………………..

SECTION F : SECURITE ALIMENTAIRE

F1. SOURCES ET NIVEAU DE REVENU


F11. Au cours des 30 F12. A quelle proportion F13. Quel pourcentage
derniers jours précédant estimez-vous la du revenu total est
l’enquête, quelle était la contribution relative de dépensé pour la
ère ème ème
(1 /2 /3 ) source de chaque source au revenu nourriture ?
revenu la plus total (%) ?
importante de votre
ménage?

ère |__|__|
A. 1 source de revenu |__|__|__| %
………………………
|___|___|___| %

ème |__|__|
B. 2 source de revenu |__|__|__| %
………………………

23
ème |__|__|
C. 3 source de revenu |__|__|__| %
………………………

100 %
F14. Quel est le niveau de revenu total mensuel de votre ménage ?
1. Inferieur à 50.000 Ar 2. Entre 50 et 100. 000 Ar
|___|
3. Entre 100.000 Ar et 300.000 Ar 4. Entre 300.000 Ar et 500.000 Ar
5. Supérieur à 500.000 Ar
Code Source de revenu (F11) :
1. Vente de produits vivriers 8. Emploi indépendant (taxi, 11. Emploi temporaire
2. Vente de cultures de rente charpentier, craft) 12. Pension, indemnité
3. Vente de bétails ou produits animaux 9. Commerçants (grossiste gouvernemental
4. Pêche et importateur, etc.) 13. Salarie du secteur prive
5. Travail agricole 10. Petit commerçant: 14. Fonctionnaire
6. Travail manuel qualifié boutique, marche, 15. Envoi d’argent
7. Travail manuel non qualifié gargote, marchand 16. Mendicité/Assistance
ambulant, journalier, etc. 17. Loyer
18. Autre (à préciser):
________________

F2. DEPENSES

F21. A combien estimez-vous les dépenses de la consommation de votre ménage dans les postes suivants
pendant la semai ne dernière (les 7 derniers jours) ?
(Si pas de dépense, mettre 00)

Postes de Postes de consommation


Dépenses en Ariary Dépenses en Ariary
consommation (suite)

F21g. Viande, poisson,


F21a. Riz |___|___|___|___|___| |___|___|___|___|___|
œufs

F21b. Autres céréales


|___|___|___|___|___| F21h. Huile |___|___|___|___|___|
(mais, orge) + pain

F21c. Racines |___|___|___|___|___| F21i. Sucre |___|___|___|___|___|

F21d. Haricot et
|___|___|___|___|___| F21j. Lait |___|___|___|___|___|
arachides

F21k. Aliments préparés


F21e. Fruits frais |___|___|___|___|___| |___|___|___|___|___|
extérieurement

F21f. Brèdes et autres


|___|___|___|___|___|
légumes

F22. A combien estimez-vous les dépenses de la consommation de votre ménage dans les postes suivants
pendant le mois dernier (les 30 derniers jours précédant l’enquête) ?
Si pas de dépense, mettre 00
Postes de Dépenses en Ariary Postes de consommation Dépenses en Ariary
consommation
(suite)
F22a. Alcool, tabac et F22f. Eclairage
khat |___|___|___|___|___| |___|___|___|___|___|
E21b. Savon et F22g. Logement/ loyer
produits d’hygiène |___|___|___|___|___| |___|___|___|___|___|
F22h. Santé
F22c. Transport |___|___|___|___|___| |___|___|___|___|___|
F22i. Education
F22d. Combustible |___|___|___|___|___| |___|___|___|___|___|

F22e. Eau |___|___|___|___|___|

24
F3. CONSOMMATION ALIMENTAIRE

F31. Quel a était le nombre de repas consommés par les enfants de plus de |__|__|
12 ans et les adultes vivant dans le ménage hier ? Nombre de repas
F32. Combien de repas les enfants de 6 à 12 ans du ménage ont-ils |__|__|
consommé hier? Nombre de repas
Type d’aliments F33. Durant les 7 F34. Source F35. Source
derniers jours, principale principale
combien de jours habituelle
avez-vous
consommé les Quelle est la
aliments principale Quelle est
suivants ? source de ces normalement la
aliments? principale
source?
1. Riz |__| |__|__| |__|__|

2. Autres céréales (Maïs, sorgho, millet, blé/pain, etc.) |__| |__|__| |__|__|

3. Racines : Manioc, patate douce, pomme de terre |__| |__|__| |__|__|

4. Haricots, pois |__| |__|__| |__|__|

5. Légumes et brèdes |__| |__|__| |__|__|

6. Fruits |__| |__|__| |__|__|

7. Viande (chèvres, bœuf, poulets, porc), poisson, œufs |__| |__|__| |__|__|

8. Huile, graisse, beurre |__| |__|__| |__|__|

9. Sucre |__| |__|__| |__|__|

10. Lait, yaourt, autres produits laitiers |__| |__|__| |__|__|


Code pour F34 et F35 :
1. Propre production/ jardin 8. Achat dans échoppes sur la route
2. Vivre contre travail informel (VCT) 9. Chasse/ pêche/ cueillette
3. Emprunt 10. Crédit (commerçant)
4. Dons d’amis/ de voisins 11. Vol
5. Achat dans magasin principal 12. Mendicité
6. Aide alimentaire (ONG) 13. Aliments déjà prépares et achetés a l’extérieur
7. Aide alimentaire (gouvernement) 14. Autre (à préciser)

25
F36. Est-ce que vous avez des stocks d’aliment de base (riz, manioc, maïs
ou autres) chez vous ? |__|
1. Oui
2. Non  Aller à la sous section F4
F37. Lesquels ? (inscrire par ordre d’importance)
1. Riz |__|
2. Manioc |__|
3. Maïs |__|
4. Autre _____________________ |__|

F38. Pour combien de temps disposez-vous actuellement de stock de


(type) destiné à la consommation familiale ?
(Inscrire 00 si moins d’1 mois)
|__|__| mois
1. Riz
|__|__| mois
2. Manioc
|__|__| mois
3. Maïs
|__|__| mois
4. Autre _____________________
F4. CHOCS ET STRATEGIE D’ADAPTATION
F41. Quels sont les événements négatifs qui ont affecté le ménage depuis Janvier 2010? 1. Oui
(Ne pas citer les modalités mais laisser l’enquêté répondre) 2. Non

F41a. Déficit hydrique pour les personnes (manque d’eau) |__|

F41b. Maladies animales |__|

F41c. Maladies des plantes |__|

F41d. Prix élevés de la nourriture |__|

F41e. Maladie temporaire/chronique du membre du ménage |__|

F41f. Décès du membre du ménage |__|

F41g. Vol de ressources/biens |__|

F41h. Perte d’emploi |__|

F41i. Dettes à rembourser |__|

F41j. Diminution de revenu |__|

F41k. Insécurité |__|

F41l. Diminution /pas d’accès à crédit |__|

F41m. Cyclone/Inondation |__|

F41n. Sécheresse |__|

F41o. Agression physique |__|

F41p. Cambriolage |__|

F41q. Autre (à préciser) …………………………………………. |__|

26
F42. Au cours des 30 derniers jours, combien de fois votre ménage a-t-il utilisé les stratégies suivantes?
(sélectionner une réponse par stratégie)
1. Jamais 5. Chaque jour
2. Rarement (1-3 jours/mois) 4. Souvent (3-6 jours par semaine)
3. Parfois (1-2 jours /semaine)

F42a. Manger la nourriture la moins chère |__|

F42b. Emprunter de la nourriture ou compter sur de amis / de la famille |__|

F42c. Diminuer le nombre de repas par jour |__|

F42d. Limiter la portion mangée à chaque repas |__|

F42e. Restreindre la consommation des adultes pour permettre aux jeunes enfants de
|__|
manger

F42f. Diminuer la diversité de la consommation |__|

F42g. Manger plus d’aliments de rue |__|

F42h. Manger le reste des autres |__|

F42i. Mendier pour manger |__|

F42j. Réduire les dépenses non essentielles (éducation, santé, transport, location, etc.) |__|

F42k. Acheter à crédit ou s’endetter |__|

F42l. Envoyer un membre de la famille vivre chez un parent ou ami |__|

F42m. Vendre des biens (radio, réfrigérateur, TV, bijoux, etc.) |__|

F42n. Vendre des biens de production (tracteur, machine à coudre, bicyclette, maison,
|__|
terre, etc.)

F42o. Ne plus envoyer un enfant et/ou les enfants à l’école |__|

F42p. Chercher d’autres alternatives ou exercer un travail secondaire |__|

F42q. Envoyer un membre de la famille ailleurs pour manger chez un autre membre de la
|__|
famille

F42r. Envoyer un membre de la famille ailleurs pour chercher du travail ailleurs


|__|

27
Section G : UTILISATION DE SERVICES BANCAIRES/MUTUELS D’EPARGNE
G1. Est-ce que vous ou un membre de votre ménage possède un compte bancaire ?
1. Oui
|___|
2. Non  Aller à G3
3. NSP  Aller à G3
G2. Utilisez-vous les services bancaires pour :
G31. Emprunt 1. Oui 2. Non 3. NSP  aller à G6 |___|
G32. Assurance 1. Oui 2. Non 3. NSP |___|
G3. Est-ce que vous ou un membre de votre ménage est membre d’une mutuelle d’épargne et
de crédit :
|___|
1. Oui
2. Non  Aller à G6
G4. Utilisez-vous les services mutuels pour : |___|
G41. Emprunt 1. Oui 2. Non ( Aller à G6) 3. NSP
G42. Assurance 1. Oui 2. Non 3. NSP |___|
G5. Si (G31=1 ou G41=1), pour quels types d’activités les utilisez- vous ?
1. Achat de bien et de services,
|___|
2. Financement de l’éducation
3. Construction individuelle,
|___|
4. Investissement immobilier
5. NSP
G6. Avez-vous recours à d’autres types de crédit :
1. Oui |___|
2. Non  Aller à la section H
G7. Si Oui, quel type ?
1. Emprunt aux amis
2. Emprunt à la famille
|___|
3. Emprunt chez les voisins
4. Emprunt chez les collègues
5. Autre (à préciser) _____________
G8. Vous a-t-on demandé un garanti pour ce dernier type de crédit
1. Oui |___|
2. Non

SECTION H : AGRICULTURE URBAINE

H1. Pratiquez-vous de l’agriculture ?


1. OUI |___|
2. NON  Aller à H10
1. Riziculture
2. Culture vivrière autre que riz |___|
H2. Lesquelles ? (par ordre
1. Culture maraîchère |___|
d’importance)
2. Culture de contre saison |___|
5. Autre (à préciser)……………
2
1. Moins de 100 m
H3. Quelle est la Superficie 2
2. 100-200 m |___|
totale cultivée ? 2
3. Plus de 200 m

28
1. Autoconsommation
H4. Quelle est la destination 2. Vente  Aller à H6 |___|
des produits ? 3. Vente et autoconsommation ________________________
4. Autre à préciser  Aller à H6
Nombre de Nombre de Nombre
Culture
H5. Si destiné à Jours Mois d’Année
l’autoconsommation (H4=1 ou 1. Riziculture |__|__| |__|__| |__|__|
3), pour combien de temps les 2. Culture vivrière autre que riz |__|__| |__|__| |__|__|
produits couvrent-ils les 3. Culture maraîchère |__|__| |__|__| |__|__|
besoins de votre ménage ? 4. Culture de contre saison |__|__| |__|__| |__|__|
5. Autre |__|__| |__|__| |__|__|
1. Riz
H6. Si destiné à la vente (H4=2
2. Produits vivriers autres que le riz
ou 3), quels types de produits |___|
3. Produits de la culture maraîchère
sont les plus vendus au |___|
4. Produits de la culture de contre
marché depuis le mois de |___|
saison
Janvier 2010?
5. Autre à préciser
H7. Avez-vous rencontré des
1. OUI
problèmes durant cette saison |___|
2. NON  Aller à H9
culturale ?
H8. Si oui, quels sont les principaux problèmes que vous avez rencontrés ? (à citer) :
1. ___________________________________
2. ___________________________________
3. ___________________________________

H9. Pour la prochaine saison,


1. OUI
compterez-vous toujours |___|
2. NON
pratiquer l’agriculture ?

H10. Pratiquez-vous de l’élevage ?


1. OUI |___|
2. NON  Aller à la section I

1. Bovins 1. |___|
2. Porcins 2. |___|
H11. Lesquelles ?
3. Ovins et caprins 3. |___|
4. Volailles 4. |___|
5. Autre à préciser _________ 5. |___|

1. Bovins 1. |___|___|
2. Porcins 2. |___|___|
H12. Quel est le nombre de
3. Ovins et caprins 3. |___|___|
têtes ?
4. Volailles 4. |___|___|
5. Autre à préciser _________ 5. |___|___|
1. Autoconsommation
H13. Quelle est la destination 2. Vente  Aller à H15 |___|
des produits ? 3. Vente et autoconsommation ________________________
4. Autre à préciser  Aller à H15

29
H14. Si destiné à la vente
1. Bœufs
(H13=2 ou 3), quels sont les |___|
2. Porcs
plus vendus au marché depuis |___|
3. Ovrins et caprins
le mois de Janvier 2010? (par |___|
4. Volailles
ordre d’importance)
5. Autre à préciser _______
H15. Avez-vous rencontré des
1. OUI
problèmes d’élevage depuis |___|
2. NON  aller à H17
janvier 2010 ?
H16. Si oui, quels sont les principaux problèmes que vous avez rencontrés ? (A citer) :
1. ___________________________________
2. ___________________________________
3. ___________________________________

H17. Pour la prochaine saison,


1. OUI
compterez-vous toujours |___|
2. NON
pratiquer l’agriculture ?

SECTION I: RESEAU SOCIAL


I1. Avez-vous eu des difficultés (pas assez de nourriture ou d’argent) depuis le mois
de Janvier 2010 ?
|___|
1. Oui
2. Non  Poser I2 puis aller à la section J
I2 I3
En général, quand (Si I1=1)
votre ménage est en La dernière fois que votre I4
difficulté, vers quels ménage a été en difficulté, Type d’aide reçu
individus ou groupes qui vous a aidé ? 1. Aide alimentaire
avez-vous recours 2. Aide non alimentaire
pour demander de 3. Les deux à la fois
l’aide?
(cocher les cases)

A. Famille proche/ parents |___| |___| |___|

B. Membre du voisinage |___| |___| |___|

C. Mosquée/ église |___| |___| |___|

D. Collègues de travail |___| |___| |___|

E. Membre d’un groupe de


|___| |___| |___|
femmes

F. Ceux du même groupe


|___| |___| |___|
ethnique

G. Ceux du même lieu


|___| |___| |___|
d’origine

H. Gouvernement |___| |___| |___|

30
I. ONG, groupe de
|___| |___| |___|
bienfaisance

J. Amis |___| |___| |___|

K. Aucun emprunt/aucune
|___| |___| |___|
aide

L. Autre (citer) __________ |___| |___| |___|

31
SECTION J : EAU ET ASSAINISSEMENT

J1. SOURCE D’EAU

Source améliorée
1. Branchement particulier
2. Borne fontaine
3. Puits avec pompe à motricité
humaine
Quelle est la principale source |___|
Source non améliorée
J11 d’approvisionnement en eau de boisson utilisée
4. Puits traditionnel
dans le ménage ? ……………………
5. Source protégée
6. Source non protégée
7. Lac/rivière/ruisseau/…
8. Vendeur d’eau mobile
9. Autre (à préciser)
Source améliorée
1. Branchement particulier
2. Borne fontaine
3. Puits avec pompe à motricité
|___|
humaine
Quelle est la principale source
Source non améliorée
d’approvisionnement en eau utilisée pour les autres |___|
J12 4. Puits traditionnel
besoins du ménage (vaisselle, lessive, etc.)
5. Source protégée
|___|
6. Source non protégée
7. Lac/rivière/ruisseau/…
8. Vendeur d’eau mobile
9. Autre (à préciser)
1. Coupures momentanées
2. Tarissement (séchage) |___|
Quels problèmes majeurs rencontrez-vous
3. Diminution de débit
maintenant dans la fourniture d’eau de boisson?
J13 4. Aucun problème |___|
(par ordre d’importance)
5. La queue devient plus longue
6. Cherté de l’eau |___|
7. Autre à préciser ____________

Si la principale source en eau de boisson ou eau utilisée pour autres besoins est un
branchement particulier (J12 = 1 ou J13=1),

Mensuel
J14 Quelle est la consommation moyenne mensuelle de votre ménage en eau de votre ménage |___|___| m3
de boisson / eau utilisée pour d’autres besoins ?

Puis, aller à J16

Si la principale source est différente d’un branchement particulier (J12 <> 1 ou J13<>1),
J15 Journalier

Pouvez-vous estimer la consommation moyenne journalière de votre ménage en eau de |___|___|___|

32
boisson et pour une autre utilisation ? (faire une estimation à partir du nombre de seaux litres
(15 litres) par jour ou nombre de fûts par jour)

Comment appréciez-vous la quantité d’eau puisée par rapport aux besoins de votre
ménage ?
J16 1. Suffisante pour les besoins |___|

2. Insuffisante pour les besoins


3. Très insuffisante pour les besoins

Est-ce que l’eau que vous puisez est payante ?


J17 1. Oui |___|

2. Non  Passer à J2

1. Par seau (15 litres) |___|___|___|___|___| Ar

2. Par jour |___|___|___|___|___| Ar


Combien payez-vous en total pour l’eau utilisée
3. Par semaine |___|___|___|___|___| Ar
dans le ménage ?
J18
4. Par mois |___|___|___|___|___| Ar
(Préciser l’Unité et le Montant correspondant)
5. Par litre |___|___|___|___|___| Ar
6. Autre (à préciser)
___________________ |___|___|___|___|___| Ar
Comment appréciez-vous le niveau de ces
dépenses en eau :
J19 1. élevé |___|
2. moyen/correct
3. Faible
Depuis janvier 2010, arrivez-vous toujours à payer 1. Oui  Aller à J2
J110 |___|
la quantité d’eau dont vous avez besoin? 2. Non
1. Achat de l’eau non prioritaire par
rapport au revenu du ménage
J111 Si Non, quelle est la principale raison ? |___|
2. Prix de l’eau trop élevée
3. Autre à préciser __________
J2. ASSAINISSEMENT
1. Oui  Aller à J23
J21 Habituellement, utilisez-vous une latrine? |___|
2. Non

1. Dans un pot
Si Non, où faites vous vos besoins ? 2. Dans la nature
J22 |___|
Puis aller à J28 3. Eny @ rano
4. Autre à préciser __________

1. Partagés par un seul ménage 


J23 Si Oui, quel est le mode d’utilisation? |___|
aller à J28

33
2. Partagés par plusieurs ménages
3. Publics
4. Autre à préciser ________________

Est-ce vous payez pour l’utilisation des latrines ?


J24 1. Oui |___|

2. Non  Allez à J27

1. 30 Ar
2. 50 Ar
J25 Si oui combien ? |___|
3. 100 Ar
4. Autre (à préciser) ___________

Actuellement, avez-vous des difficultés pour payer les latrines


J26 1. Oui |___|

2. Non

|__|__|
J27 Combien de personnes dans le ménage utilisent habituellement les latrines ?
personnes
dont |__|__|
femmes
(J23=3) Pour les ménages utilisant les latrines publiques, les femmes s’y sentent-elles en
sécurité ?
J28 |___|
1. Oui
2. Non

Avez-vous une douche / avez-vous un endroit spécifique pour vous laver dans le ménage ?
J29 1. Oui |___|

2. Non

Que faites-vous des eaux grises (eaux de cuisine et douches) ?


1. Jeter dans le caniveau ou drain le plus proche
J30 2. Jeter dans la cour ou dans la rue |___|

3. Jeter dans les latrines


4. Autre à spécifier _______________
J3. LAVAGE DES MAINS
J31 Ave quelle fréquence utilisez-vous du savon pour vous laver les mains dans les 30 derniers
jours qui ont précédé l’enquête ?
1. Toujours  Aller à J33
|___|
2. 2 à 3 fois par jour
3. Moins de 2 fois par jour
4. Jamais
J32 1. Coutumes et us
Pourquoi n’utilisez- vous pas toujours du savon pour 2. Pas nécessaire
vous laver les mains? 3. Pas d’argent |___|

4. Par habitude ………………


5. Autre à préciser

34
1. Oui  Allez SECTION K
J33 Avez-vous toujours du savon chez vous ? |___|
2. Non
Si non, pourquoi ?
1. Besoin non prioritaire pour le ménage
J34 2. Pas d’argent pour l’achat du savon |___|

3. Utilisation du savon jugée non nécessaire ………………


4. Autre à préciser

SECTION K : PROTECTION DE L’ENFANT, VIOLENCE SUR LES ENFANTS


K1 Parmi les enfants dans votre ménage, y en a-t-il qui a
1. Oui
(ont) été confronté(s) à des problèmes de violence
2. Non  Aller à K3 |___|
physique, psychologique ou sexuelle depuis Janvier
2010?
K2 Si oui, quel(s) type(s) de problème(s) de violence a-t-il 1. Abandon par un des parents
ou les deux
(ont-ils) été confronté(s) ? |___|
2. Exploitation domestique
(demander les trois principaux problèmes par ordre 3. Châtiment corporel fréquent |___|
4. Abus sexuel
d’importance) |___|
5. Agression verbale, insulte
6. Privations fréquentes …………………
7. Autre (à préciser)
K3 Est-ce que dans votre ménage, il y a des enfants de 1. Oui
|___|
moins de 18 ans qui sont partis vivre ailleurs ? 2. Non  Allez à la section L
K4 Pourquoi sont-ils partis ? 1. Scolarisation
2. Confié à d’autres personnes
3. Mariage
4. Maltraitance
5. Conflit avec la loi |___|
6. Retour chez leurs parents
7. Travailler
8. Autre (à préciser)
____________________

SECTION L : HABITAT
L1. QUALITE DES SERVICES DE LA COMMUNE
L11. Comment jugez-vous la qualité des services publics rendus actuellement par la Commune ? (à demander pour
chaque rubrique)
1. Très satisfaisante 4. Inacceptable
2. Satisfaisante 5. Ne sait pas (Non concerné)
3. Peu satisfaisante
a) Délivrance de permis de construction |___|
b) Transports collectifs |___|
c) Gestion des marchés |___|
d) Entretien routier |___|
e) État civil |___|
f) Sécurité |___|
g) Eau potable |___|

35
h) Évacuation des eaux usées |___|
i) Évacuation des eaux pluviales |___|
j) Ramassage des ordures |___|
k) Éclairage public |___|
l) Circulation routière |___|
m) Bureau municipal d’hygiène (BMH) |___|
n) Cantines scolaires |___|
o) Autre (à préciser) : ______________________ |___|
L12. (Si L11=3 ou 4 pour au moins un service) quels sont les trois principales raisons pour
lesquelles vous n’êtes pas satisfaits des (de certains) services de la commune ?
(Donner les trois principales raisons par ordre d’importance)
1. Coût élevé des services |___|
2. Mauvais accueil / Faible qualité des services |___|
3. Absentéisme/retard du personnel |___|
4. Lenteur administrative
5. Insuffisance de personnel
6. Mauvaise gestion des marchés
7. Va et viens
8. Autre (à préciser) _________________________
L13. Comment jugez-vous la qualité des autres services publics rendus actuellement ?
(A demander pour chaque rubrique)
1. Très satisfaisant 2. Satisfaisant 3. Peu satisfaisante 4. Inacceptable 5. Non Concerné

a) Centre de santé (CSB) |___|


b) Hôpital |___|
c) Service foncier |___|
L14. (Si L13= 3 ou 4 pour au moins un service) Pourquoi ne sont-ils pas satisfaits ? (donner
les trois principales raisons par ordre d’importance)
1. Coût élevé des services |___|
2. Accueil (qualité de services) |___|
3. Absentéisme/retard du personnel |___|
4. Lenteur administrative
5. Insuffisance de personnel
6. Va et viens
7. Autre (à préciser) _________________________
L2. FONCTIONNEMENT DU FOKONTANY
L21 Actuellement (dans les 30 jours précédent 1. Très satisfaisant  Allez à la SECTION M
l’enquête), comment jugez-vous le 2. Satisfaisant  Allez à la SECTION M
fonctionnement de votre fokontany ? 3. Peu satisfaisant |___|
4. Inacceptable
5. Non Concerné

36
L22 Si L21=3 ou 4
Dans quel(s) domaine(s) constatez-vous de(s) disfonctionnement(s) ? (à citer)
1. Actes de recensement (certificat de résidence, de vie, de prise en charge) |___|
2. Sécurité |___|
3. Travaux communautaires |___|
4. Autre à préciser ____________________________
L23 Pourquoi ne sont-ils pas satisfaits ? (donner les trois principales raisons par ordre
d’importance)
1. Coût élevé des services 4. Lenteur administratif |___|
2. Accueil (qualité de services) 5. Insuffisance de personnel |___|
3. Absentéisme/retard du personnel 6. Autres (à préciser) _____________________ |___|

SECTION M : ETAT DE DROIT, JUSTICE ET MEDIAS

M1. RECRUDESCENCE DE L’INSECURITE ET DE LA VIOLENCE EN MILIEU URBAIN


M11 Aviez-vous (ou un membre de votre ménage) été victime d’actes de violence, de vandalisme, de
vol par des groupes identifiés et/ou des individus isolés dans les 30 jours précédant l’enquête?
|___|
1. Oui
2. Non

M2. NOMBRE D’ACTES DE VIOLENCE PERPETRES

M21 Aviez-vous (ou un membre de votre ménage) été victimes d’exactions perpétrées par des gens
de votre communauté dans les 30 jours précédant l’enquête?
|___|
1. Oui
2. Non
M22 Vous sentez-vous en sécurité actuellement ?
1. Oui |___|
2. Non
M23 Au cours des 30 jours précédant l’enquête, y a-t-il une (ou des) personne(s) dans votre famille
ou voisinage qui ont été arrêtées par les forces de l’ordre ?
1. Oui |___|
2. Non  Aller à M3
9. NSP  Aller à M3
M24 Si Oui, combien de temps après leur arrestation ont-elles été transférées au tribunal ?
1. 48 heures
2. Plus de 48 heures |___|
3. Pas encore
4. NSP
M3. ROLE DES MEDIAS
M31 Selon vous, dans le contexte actuel de crise politique, les medias ont-ils joué un rôle de :
1. Provocateur |___|
2. Éducateur |___|
3. Réconciliateur
4. Neutre |___|
5. Autre (à préciser)
M32 Pour vous informer sur la situation et l’évolution de la crise, sur quels medias vous vous êtes le
plus branché(e) ?
1. Radio |___|
2. TV
3. Journaux |___|
4. Internet |___|
5. Pas intéressé
6. Aucune (Pas d’accès)
7. Autre à préciser __________

37
SECTION N : SANTE

N1. MORTALITE BRUTE ET MORTALITE DES MOINS DE 5 ANS

N11 Nombre de membres arrivés dans le ménage entre Janvier 2010 et actuellement |___|
N12 Nombre de membres ayant quitté le ménage entre Janvier 2010 et actuellement |___|
N13 Nombre de naissance entre Janvier 2010 et actuellement |___|

N14. Est-ce qu’un membre du ménage est-il décédé entre Janvier 2010 et actuellement ?
1. Oui |___|

2. Non  Aller à la sous section N2

N15. Si Oui, combien de personnes des groupes d’âges suivants sont-ils décédés ?
|___|
1. Moins de 5 ans
|___|
2. 5 ans et plus

N16. Quelles sont les causes principales de leur décès ?

Décès 1 : ____________________________________________________________

Décès 2 : ____________________________________________________________

Décès 3 : ____________________________________________________________

N2. INCIDENCE DES MALADIES CHEZ LES ENFANTS DES MOINS DE 5 ANS ET CHEZ LES 5 ANS ET PLUS
N21 Combien de membres du ménage sont tombés malades dans la semaine précédant
l’enquête ? |___|
S’il n’y a pas de maladies  inscrire 0 et puis aller à Section L3
N22 Si oui, combien ? 1. moins de 5 ans |___|
2. 5 ans et plus |___|
N23 Quelles étaient les causes de leurs maladies :
1. Moins de 5 ans _______________________________
_______________________________
2. 5 ans et plus _______________________________
_______________________________
N24 Combien ont été emmenés faire une consultation dans un centre de santé ou chez un
médecin |___|
1. Moins de 5 ans |___|
2. 5 ans et plus
N25 Pour ceux qui n’ont pas bénéficié d’une consultation médicale, quelles sont les 1. Moins de 5
principales raisons de non consultation : ans
1. Pas d’argent |___|
2. Pas le temps |___|
3. Maladie jugée non grave |___|
4. Mauvaise qualité de service 2. 5 ans et plus
5. Automédication |___|
6. Autre |___|
|___|

38
N3. VIH/SIDA et IST
N31 Connaissez-vous ou avez vous déjà entendu 1. Oui
|___|
parler de VIH/SIDA 2. Non  Aller à la Section N4
N32 D’après votre connaissance quels sont les 1. Rapports sexuels non protégés |___|
moyens de transmission du VIH/SIDA ? 2. Produits sanguins infectés |___|
3. Transmission mère-enfant |___|
Ne pas citer les modalités, cocher les cases 4. Piqûre de moustique |___|
correspondant aux codes des réponses de 5. Partage de nourriture avec quelqu’un
|___|
l’enquêté(e) atteint de SIDA
6. Autre à préciser |___|
N33 Comment est-ce qu’on peut alors réduire la 1. Fidélité/limiter les rapports sexuels à un
|___|
transmission du VIH/SIDA seul partenaire qui n’est pas infecté
2. S’abstenir de rapports sexuels à risque
|___|
Ne pas citer les modalités,cocher les cases (avec prostituées)
correspondant aux codes des réponses de 3. Limiter le nombre de partenaires sexuels |___|
l’enquêté(e)
4. Éviter rapport sexuel avec les personnes
|___|
ayant beaucoup de partenaires
5. Éviter rapport sexuel avec les personnes
|___|
homosexuelles
6. En utilisant le condom chaque fois qu’on
|___|
a des rapports sexuels
7. Éviter rapport sexuel avec une personne
|___|
infectée

8. Éviter les Injections |___|

9. Éviter les transfusions sanguines |___|

10. Éviter de partager rasoirs, lames |___|

11. Éviter piqûre de moustique |___|

12. Éviter d’embrasser |___|

13. Autre (à préciser) |___|


N34 Pensez-vous que quelqu’un apparemment en bonne santé peut être porteur du virus de
SIDA ? |___|
1. Oui 2. Non 3. NSP
N35 Le virus qui cause le SIDA peut-il être transmis par la mère à l’enfant :
1. Oui 2. Non 3. NSP
1. Durant la grossesse |___|
2. Lors de l’accouchement |___|
3. Lors de l’allaitement |___|
N36 Utilisez-vous le préservatif masculin et féminin pour :
|___|
1. Prévenir la grossesse

39
2. Prévenir IST/VIH
3. Les deux à la fois
4. N’utilise pas
N4. VIOLENCE A DOMICILE
N41 Quel type de violence faite couramment aux femmes, dans votre entourage, connaissez- 1. Oui
vous ?
2. Non
Ne pas citer les modalités, inscrire 1 dans les cases correspondant aux codes des
réponses de l’enquêté(e) 3. NSP

1. Violence conjugale |___|

2. Viols |___|

3. Kidnapping |___|

4. Prostitution forcée |___|

5. Grossesse forcée |___|

6. Harcèlement psychologique |___|

7. Travail forcé |___|

8. Esclavage |___|

9. N’existe pas |___|

SECTION O : JEUNES DE 15-24 ans


O1 Pensez-vous que les jeunes âgés de 15 à 24 ans de votre quartier sont des citoyens actifs
et engagés dans la société malgache ?
|___|
1. Beaucoup 3. Très peu
2. Moyen 4. Pas du tout
O2 Êtes-vous optimiste quant à l'avenir des jeunes à Madagascar ?
1. Tout à fait
|___|
2. Moyennement
3. Pas du tout
O3 Selon vous, quelles sont les trois principales occupations des jeunes pendant leur temps
libre ? (réponses spontanées et par ordre d’importance)
1. Regarder la télé
|___|___|
2. Écouter la radio
3. Faire du sport
|___|___|
4. Se réunir entre amis
5. Aller dans les bars
|___|___|
6. Aller dans une soirée dansante/karaoké
………………
7. S’amuser à faire des bêtises
…….………..
8. Aller dans un vidéo club
9. Divers jeux (vidéo, jeux malgaches, etc)
10. Miloka (casino, mampiady akoholahy, etc)

40
11. Ne rien faire
12. Aucune idée
13. Musique (groupe musical)
14. Autre (à préciser)
O4 Pensez-vous qu'il y ait suffisamment d'espaces de loisirs et des espaces publics à la
disposition des jeunes dans le fokontany ?
|___|
1. Oui
2. Non
O5 Selon vous, quelles sont les principales menaces à la santé des jeunes garçons
(15-24 ans) ? (par ordre d’importance) |___|
1. Alcool
2. Tabac |___|
3. Drogues (héroïne, marijuana, cocaïne...)
4. VIH/SIDA |___|
5. Autres infections sexuellement transmissibles ………………
6. Viols …….………..
7. Autre à préciser
O6 Selon vous, quelles sont les 3 principales menaces à la santé des jeunes filles
(15-24 ans) ?
1. Alcool |___|
2. Tabac
3. Drogues (héroïne, marijuana, cocaïne...) |___|
4. VIH/SIDA
5. Autres infections sexuellement transmissibles |___|
6. Grossesse précoce (avant 18 ans) ………………
7. Viols ……….……..
8. Avortement
9. Autre à préciser
O7 Selon vous, est-ce le rôle des parents de discuter avec leurs enfants des moyens de
prévenir le VIH/SIDA ? |___|
1. oui  aller à O9 2. Non 3. NSP  aller à O9
O8 Si non, qui doivent jouer ce rôle ? (réponses spontanées et par ordre d’importance)
1. École |___|
2. Agents de santé communautaire
3. Services de santé |___|
4. Jeunes pairs éducateurs (formés pour la sensibilisation entre jeunes)
5. Chefs religieux (Prêtre, pasteurs, Imams…) |___|
6. Associations des jeunes ………………
7. Médias (journaux, radio, TV ……….……..
8. Autre à préciser
O9 Pensez-vous que les services de santé publics tels que dispensés dans votre localité
répondent aux besoins des jeunes (horaire, confidentialité, prise en charge
|___|
psychologique, santé de reproduction des adolescents…) ?
1. Tout à fait

41
2. Moyennement
3. Pas du tout
4. NSP
O10 Si O9=2 ou 3, quels sont les domaines qui ne répondent pas aux besoins des jeunes
(réponses spontanées, inscrire par ordre d’importance)
|___|
1. Horaire
2. Confidentialité
|___|
3. Prise en charge psychologique
4. Manque de personnel formé en SRA
|___|
5. Services d’information
………………
6. Disponibilité des intrants (médicaments, préservatifs,…..)
……….……..
7. Qualité des prestations
8. Autres (à préciser)

SECTION P : BESOINS PRIORITAIRES DES MENAGES

P1. Selon vous, quels sont les besoins priorités de votre ménage
(laisser le répondant citer de façon spontanée et puis approfondir les réponses).

Noter par ordre d’importance les 3 premières priorités pour chacun des cas : dans l’immédiat, à moyen terme et à
long terme
P11 P12 P13
Besoins prioritaires
Dans l’immédiat A moyen terme A long terme
1. Travail (stabilité du travail, trouver du
travail pour les chômeurs ou ceux qui
ont perdu leur travail, travail
rémunérateur, ….) 1. |___| 1. |___| 1. |___|

2. Fin de la crise politique (élection ………………………… ………………………… …………………………


dans les meilleurs délais pour trancher
………………………… ………………………… …………………………
sur la situation et avoir plus de paix et
de sérénité, autres)
2. |___| 2. |___| 2. |___|
3. Aide sociale (l’accessibilité à des
………………………… ………………………… …………………………
fonds de crédit pour améliorer une
activité ou investir et démarrer une ………………………… ………………………… …………………………
nouvelle activité)
3. |___| 3. |___| 3. |___|
4. Alimentation (alimentation correcte en
quantité et en qualité, aide alimentaire, ………………………… ………………………… …………………………
convenable, maîtrise de l’inflation de ………………………… ………………………… …………………………
PPN) ….

5. Habitat (avoir ou améliorer son habitat,


le loyer moins cher, disposer de l’eau,
de l’électricité, de toilette et douche

42
publique, …

6. Environnement (curage de canal,


réparation des ruelles au niveau des
fokontany, réparation des digues, etc.)

7. Sécurité

8. Éducation des enfants

9. Santé

10. Autre (à spécifier)


P2. Selon vous, comment évoluera la situation de votre ménage dans le court terme (jusqu’à la fin d’année) ?
1. Stable
2. S’améliorer
|___|
3. Se détériorer
4. Autre à préciser _______________

Fin de l’interview : /___/___/ h /___/___/mn

43