Vous êtes sur la page 1sur 1

ENSET MOHAMMEDIA

FILIERE GIL/GMSI II
Mme ES.AOULA

ETHIQUE ET RSE
TRAVAIL A FAIRE : lire le document et présenter une synthèse orale (travail évalué) :

1 – Quel est l’objet de l’article

2 – En quoi consiste la RSE

3 – Est-elle obligatoire ou volontaire ?

4 – Pourquoi le volontarisme ne suffit pas ?

5 – Chercher en quoi consiste le global compact et quels sont ses 10 principes

DES MULTINATIONALES
IRRESPONSABLES
LE VOLONTARISME DE LA RSE NE SUFFIT PAS

Une entreprise n’a pas seulement un rôle économique, elle a aussi un rôle social vis-à-vis de
ses salariés et de la société en général. Elle doit prendre en compte les impacts sociaux et
environnementaux de son activité : conditions de travail, protection sociale, respect de
l’environnement, éthique dans les affaires, etc. Mais la responsabilité sociale des entreprises
reste un engagement volontaire qui montre ses limites lorsqu’on a affaire aux pratiques des
multinationales. À l’heure actuelle, il n’existe pas de cadre réglementaire capable de contrôler
leurs activités, du fait qu’elles n’ont pas de statut juridique international. En délocalisant leur
production, elles s’affranchissent d’un certain nombre de règles et déclinent toute
responsabilité vis-à-vis des violations de droits commises par leurs filiales et sous-traitants à
l’étranger. Ces derniers sont considérés comme des entités autonomes sans lien juridique
avec la maison-mère qui, elle, bénéficie ainsi d’une impunité quasi-totale. Cette situation met
les multinationales dans une position de force face à des États qui manquent de mécanismes
de régulation.

La plupart des grandes entreprises se sont certes dotées de codes de conduite et mènent des
audits sociaux, mais c’est loin d’être suffisant. Un code de conduite qui ne va pas au-delà de
la réglementation nationale et internationale en vigueur n’est pas un outil de progrès social.
Surtout, ces mesures ne sauraient être efficaces quand les marques continuent d’exiger la
livraison de leurs commandes dans des délais toujours plus courts et à des prix toujours plus
bas. En imposant ces pratiques d’achat irresponsables à leurs fournisseurs et sous-traitants,
les marques les poussent à répercuter cette pression sur les travailleurs.

Aujourd’hui, il y a une vraie nécessité d’aller au-delà du volontarisme de la RSE, pour mettre
œuvre un cadre légal et des normes contraignantes qui puissent responsabiliser la maison-
mère des agissements de ses filiales et sous-traitants dans tous les pays dans lesquels elle
opère.

Vous aimerez peut-être aussi