Vous êtes sur la page 1sur 5

DEPARTEMENT DES SCIENCES ECONOMIQUES ET DE GESTION

SEMESTRE 5

COURS DE LA GESTION FINANCIERE

Enseignant : Mohamed BASSRIH

Année universitaire :
2020/2021
INTRODUCTION GENERALE

La gestion financière constitue un ensemble de méthodes d’analyse et d’outils qui permettent


l’étude des flux financiers dans l’entreprise. La gestion financière regroupe deux grandes
familles d’outils : les outils de prévision sont utilisés comme des indicateurs « guides et
permettent aux gestionnaires d’opérationnaliser es objectifs qui découlent de sa stratégie. Les
outils de contrôle sont des indicateurs « témoins » qui permettent de rendre compte de la
performance de l’entreprise pour une période donnée.

La gestion financière peut être présentée en deux étapes complémentaires :

- Le diagnostic financier ou l’analyse financière : il permet de connaitre l’état des lieux à


un moment donné ;
- La politique financière : elle vise à préparer et prendre des décisions financières qui
engagent l’avenir et influencent les valeurs de l’actif et du passif, les résultats et la valeur
de l’entreprise.

1. Le circuit financier de l’entreprise

Afin d’exercer son activité, une entreprise doit tout d'abord se doter d'un certain nombre d'actifs
qui vont être utilisés sur une longue période : actifs immobilisés dont le financement doit être
effectué par des ressources détenues sur une longue période. En conséquence, le financement
de l'actif immobilisé suppose que l'entreprise dispose de ressources à long terme autrement
appelées ressources stables.

Une fois que l'entreprise a acquis les immobilisations qui lui sont indispensables, elle va devoir
financer ses activités courantes ou quotidiennes (court terme) c'est à dire, entre autres, financer
la constitution de ces stocks de matières premières qui seront utilisés tout au long d'une période
donnée pour être intégrées dans le processus de production. De plus, tout au long de l'année,
l'entreprise peut être amenée à accorder des délais de paiement à ses clients (créances clients).
Ces derniers sont considérées d'un point de vue comptable comme une sorte de prêt accordé par
l'entreprise à ses clients. Ces dépenses constituent ce que l'on appelle en comptabilité l'actif
circulant. Par ailleurs, le financement de l'actif circulant par une entreprise suppose qu’elle
dispose des ressources financières suffisantes pour en assurer le financement pendant une
période relativement courte.

En outre, l’entreprise doit pouvoir disposer à tout moment de ressources financières


mobilisables immédiatement pour combler les dépenses de fonctionnement quotidiennes. Ces
besoins de financement à très court terme représentent des besoins de trésorerie. En ce sens, la
trésorerie correspond à la part des ressources financières dont dispose l'entreprise qui n'a été
utilisée ni à l'acquisition d'immobilisations ni au financement de l'actif circulant. En
conséquence, l'entreprise, pour faire face à ses dépenses quotidiennes, doit disposer d'un certain
montant financier mobilisable immédiatement qui est comptabilisé à l'actif du bilan.

2. Les objectifs et les contraintes de la gestion financière

L’objet de la gestion financière est de faire le point sur la situation financière de l’entreprise en
mettant en évidence ses forces et ses faiblesses.
A- L’objectif fondamental de la gestion financière : la maximisation de la valeur de
l’entreprise

La valeur de l’entreprise se manifeste non seulement dans le patrimoine ou la richesse présents


accumulés par l’entreprise, mais aussi dans les projets et activités futurs dans lesquels le
patrimoine sera engagé. Il s’agit des résultats attendus dans le futur, grâce à la mise en œuvre
du patrimoine accumulé.

La gestion financière fournit des outils et instruments nécessaires à la prise de décisions aussi
bien opérationnelles que stratégiques. Par ailleurs, à court terme, les décisions financières
doivent assurer la liquidité de l’entreprise. En effet, celle-ci doit être capable à tout moment de
faire face à ces échéances sous peine de mise en faillite.

A long terme, les décisions financières doivent assurer la rentabilité de l’entreprise, condition
nécessaire pour inciter les actionnaires à investir leurs capitaux et pour les rémunérer pour le
risque qu’ils assument. Ces décisions concernent le choix des investissements et le choix des
modes de financement et la politique des dividendes.

Pour prendre de telles décisions de manière efficace, le gestionnaire financier doit non
seulement comprendre les problèmes de son entreprise, mais également le milieu institutionnel
dans lequel elle évolue. Cela implique notamment une connaissance minimum du système
bancaire et des marchés financiers.

A côté de l’objectif de maximisation de la valeur de la firme, on trouve des préoccupations


beaucoup plus classiques, essentiellement centrées sur les questions de solvabilité et de la
rentabilité.

B- Les préoccupations de solvabilité

Originellement, l’analyse financière a été développée par les banquiers, dans le but d’apprécier
la solvabilité de leur clientèle, c’est-à-dire leur capacité à assurer sur leur flux de liquidités le
service de la dette.

La solvabilité correspond à l’aptitude de l’entreprise à assurer à tout instant le paiement de ses


dettes exigible. La solvabilité est une notion essentielle, car l’insolvabilité, même transitoire,
correspond à l‘état de cessation de paiements, qui peut se traduire par une perte d’autonomie de
l’entreprise ou encore sa disparition. Ainsi, un des rôles de la fonction financière est alors
d’assurer en permanence le financement et l’équilibre financier de l’entreprise tout en
maintenant la plus grande autonomie possible.

C- La contrainte de rentabilité

La solvabilité fait référence à la trésorerie de l’entreprise, alors que la rentabilité fait référence
à son résultat, si elle fait des bénéfices ou pas. La contrainte de rentabilité correspond à
l’exigence de rentabilité minimum du capital investi dans l’entreprise, c’est-à-dire au rapport
entre les résultats obtenus et les moyens engagés.

Généralement, la rentabilité doit être suffisante pour répondre à deux impératifs : assurer le
maintien du capital de l’entreprise, d’une part, et acquitter les intérêts dus aux prêteurs et les
remboursements des emprunts, d’autre part. A défaut, l’entreprise se trouve face à des
problèmes de solvabilité à long terme pouvant mener à la faillite.

L’objectif du présent cours est de mettre l’accent sur la dimension prévisionnelle de la gestion
financière, il vise à :

- Initier les étudiants à la manipulation des principaux outils afin de déterminer la rentabilité
d'un investissement, choisir un projet d'investissement en fonction des critères économiques et
financiers.

- Connaitre les possibilités de financement.


- Savoir évaluer la performance et le risque financiers de l’entreprise.
L’atteinte de cet objectif s’effectuera à travers l’étude des chapitres suivants :

CHAPITRE 1 : Le choix des investissements


CHAPITRE 2 : Choix de modes de financement des investissements et le plan de
financement
CHAPITRE 3 : Évaluation des performances de l’entreprise et du risque financier
CHAPITRE 4 : Gestion du Besoin de fonds de roulement et de la trésorerie
Bibliographie indicative :

Belkahia, R., & Oudad, H. (2007). Finance d'entreprise: Analyse et diagnostic financiers :
Concepts, outils, cas corrigés. Imprimerie Najah el Jadida, Casablanca.
Charreaux, G,(1996). Gestion financière, Litec, Paris.
Délayane-Duprat, F. (2011). Finance d’entreprise, 3ème édition, Dunod, Paris.
Emmanuel, T. (2010). L’évaluation des entreprises, Edition Economica, Paris.
Legros G., (2010). Manuel de finance d’entreprise, édition Dunod, Paris.
Nippert A. (2008). Finance d’entreprise, édition Gualino, Paris.
Ogien D, (2008). Gestion financière de l’entreprise, édition Dunod, Paris.
Rivert, A. (2003). Gestion financière analyse et politiques financières de l’entreprise, TEcnosup.
Youssef S, & Kabbaj S. (2017), Gestion financière : pratique de la finance d'entreprise, Edisoft,
casablanca.