Vous êtes sur la page 1sur 3

Repères

TOUT CE QUE VOUS AVEZ


TOUJOURS VOULU SAVOIR SUR

L’USB out utilisateur de matériel


micro-informatique a, un jour
...
d’utilisation : en particulier, définir une
connectique “ universelle ” et “ Plug &
19
ou l’autre, entendu parler du bus Play ”, utilisable aussi bien pour une
USB. Ne serait-ce que par le biais de souris que pour un modem ou un moni-
ces deux prises énigmatiques qui équi- teur,
pent désormais la plupart des nouveaux ● répondre au besoin d’extensions mul-
PC... Mais bien rares sont ceux qui en tiples en dehors du PC, dont la taille
ont déjà fait usage ! Alors, d’où sort doit sans cesse être réduite (autrement
donc ce Universal Serial Bus (universel dit, sonner l’hallali du fond de panier).
!) que d’aucuns annoncent comme le
prochain standard pour les périphé- La spécification Universal Serial Bus
riques bas débit du monde PC ? Et sur- est le fruit de leur collaboration et leur
tout, que nous promet-il ? Cet article se réponse à ces exigences. Sa version 1.0
propose de présenter l’USB sous un est “ opérationnelle ” (depuis janvier
angle technique puis de réfléchir à ses 1996) pour le développement de pro-
perspectives d’avenir. duits USB. Les premiers ont fait leur
apparition fin 1997.
Sujet: Les limites de la supervi- L’USB pourquoi faire ?
sion. Lorsque les sept grands industriels1 de L’USB comment
V e r b e : Remettre chaque tech- l’informatique et des télécommunica- ça marche ?
nique à sa place. tions à l’origine du concept de bus USB Avant d’esquisser à grands traits les
Complément: La supervision est (retenons notamment le couple Micro- caractéristiques du bus USB, il faut
devenue un outil indispensable soft-Intel) se sont réunis pour spécifier d’abord souligner que celui-ci est
dans les entreprises. Mais d’inter- un nouveau protocole de communica- conçu pour faire communiquer un PC
face homme-machine, le supervi- tion entre un PC et des périphériques, avec des périphériques : la spécification
seur devient un outil de supervi- leur cahier des charges comprenait trois ne prévoit pas l’interconnexion de deux
sion générale et de gestion. Est-ce exigences majeures : PC, ou, ce qui revient au même, le par-
son rôle? Sûrement pas, nous allons tage d’un périphérique entre deux PC.
voir dans cet article les inconvé- ● répondre au besoin d’intégration
nients d’une telle démarche. entre le monde du PC et celui du télé- Commençons par du vocabulaire. On
phone, distingue trois types de noeuds commu-
● répondre au besoin de simplicité nicants :

CiMax: Edition Applicatif N°7 - Septembre - Octobre - Novembre 98


USB
La spécification USB propose quatre
types de transfert (cf. Tableau 1 pour
connaître leurs caractéristiques) :

● les transferts de contrôle pour confi-


gurer et commander les périphériques,
● les transferts isochrones pour les
échanges nécessitant un flux régulier de
données (ex : caméra, téléphone),
● les transferts “ interrupt ”, réalisant
un polling équivalent aux échanges par
interruption dans un environnement
“ classique ” (ex : clavier),
● les transferts “ b u l k ” pour les
échanges sporadiques de gros volumes
de données (ex : imprimante).

Lorsqu’il souhaite utiliser un canal, un


client envoie au système USB une
Figure 1 - Topologie “ tiered star ” requête transformée en IRP (IO
Request Packet) par le driver USB. Le
host gère la liste des IRP. Chacune se
● les d e v i c e s, i.e. les périphériques fonctionnalités (functions) mises à dis- concrétise par la succession d’une ou
(claviers, souris, moniteurs, hauts-par- position par les périphériques rattachés de plusieurs transactions (s’il faut frag-
leurs, scanners, imprimantes, etc.), au bus. Il peut arriver que des données menter les données) sur le bus. Les
20 ● les concentrateurs (h u b s), périphé- fournies par un périphérique soient uti- transactions sont émises au cours de
riques particuliers qui disposent de plu- lisées par un autre périphérique, mais trames de 1 ms (autrement dit, le bus
sieurs ports de connexion au bus USB, tout flot de données transite nécessaire- est cadencé à 1 kHz). Chaque transac-
● le h o s t, maître unique du bus ment par le host. tion se décompose alors en la succes-
(concrètement le PC) qui intègre un Avant toute communication entre un sion d’au plus 3 paquets dont les rôles
contrôleur et un concentrateur “ raci- client et un périphérique, un canal (ou sont bien définis (token, data, ack).
ne ” du bus (root hub) par lesquels pipe) doit être instancié entre le logi-
transitent toutes les communications. ciel du host et un point d’entrée fonc- Le protocole de communication est
tionnel du périphérique appelé e n d- qualifié de “ host scheduled token
A présent, quelques caractéristiques de point. A chaque canal sont associés : based protocol ” : le host émet, lors-
la couche physique... qu’il le décide, des jetons qui activent
Deux débits peuvent coexister sur le ● une bande passante requise, tel ou tel canal instancié lors de la
bus : 12 Mbit/s (high speed) et 1.5 ● les caractéristiques du endpoint phase de configuration des périphé-
Mbit/s (low speed). La topologie est (directionnalité, taille maximale du riques.
“ étoilée en série ” (“ tiered star ”, cf. bloc de données, etc.),
La figure 1) et tolère jusqu’à 5 niveaux ● un type de transfert de données entre Les échanges isochrones sont les plus
de concentrateurs. La spécification le host et le endpoint. privilégiées dans le sens où le host leur
limite le nombre de périphériques à 127
et la distance maximale entre un péri-
phérique et le concentrateur auquel il Host Périphérique
est rattaché à 3 ou 5 mètres selon qu’il
fonctionne à 1.5 ou 12 Mbit/s. Le câble Client pipes Function “ couche 7 ”
USB transporte deux paires de fils : la
paire de signal D+ et D- et une seconde
default pipe
paire qui peut être utilisée pour la téléa- USB System to endpoint 0
USB Logical Device “ couche 2 ”
limentation. Pour compléter cette des-
cription, ajoutons que le codage phy-
sique est NRZI et qu’un mécanisme de USB Host Controller USB Bus Interface “ couche 1 ”
bit stuffing est utilisé.

Fonctionnellement, le PC héberge des Figure 2 - Modèle en couches du protocole USB


“ c l i e n t s ” logiciels qui utilisent des

N°7 - Septembre - Octobre - Novembre 98 CiMax: Edition Applicatif


Control Isochronous Interrupt Bulk
Transfert autorisé Transfert interdit Transfert autorisé Transfert interdit
aux périphériques low speed aux périphériques low speed aux périphériques low speed aux périphériques low speed

Message Stream Stream Stream


Mode (les données ont (les données n’ont pas (les données n’ont pas (les données n’ont pas
un format prédéfini) de format prédéfini) de format prédéfini) de format prédéfini)

Direction Bidirectionnelle Unidirectionnelle Unidirectionnelle Unidirectionnelle

8, 16, 32 ou 64
8, 16, 32 ou 64 octets
Contrainte sur la taille octets full speed 1023 octets 64 octets full speed
full speed
maximale du bloc de 8 octets low speed full speed 8 octets low speed
par trame
données par trame par trame par trame
(défini par le host)
(défini par le host)

Accusé-réception,
Oui Non Oui Oui
Reprise sur erreur

10 % de la trame 90 % de la trame Non


Bande réservée
“ best effort ” “ guaranteed ” “ good effort ”

Tableau 1 - Principales caractéristiques des 4 types de transfert de données 21

réserve une bande passante garantie. teurs de disquettes, lecteurs ZIP, etc.), ser pleinement les caractéristiques du
Ainsi, celui-ci peut refuser l’accès au une classe pour les Human Interface bus. De son côté, Apple ne paraît pas
bus à un périphérique s’il juge que les Devices (clavier, souris, joystick, tout s’intéresser à cette solution. La dernière
ressources qu’il requiert ne sont pas périphérique caractérisé par son interfa- version de Windows 95 (R2.1 ou
disponibles. ce avec l’utilisateur), une classe pour 4.00.950.B) permet quant à elle l’utili-
Le caractère Plug & Play est quant à lui les périphériques de communication sation de périphériques USB. Malheu-
assuré par une phase de reconnaissance (modems, téléphones, etc)... Beaucoup reusement, dans certains cas, la convi-
et de configuration automatique des sont encore à l’état de draft. vialité et le caractère Plug & Play font
périphériques connectés au bus. En fait, Les périphériques USB, encore peu encore défaut (il faut par exemple ins-
le host détecte tout périphérique nou- nombreux, commencent tout juste à taller un patch pour certains modèles de
vellement branché, l’interroge à l’aide être commercialisés : sont disponibles carte mère). Windows 98, qui devrait
de transferts de contrôle pour connaître (la liste ne se veut pas exhaustive !) des réaliser en natif la gestion complète du
ses caractéristiques et choisit en consé- moniteurs (Philips), des scanners bus, pourrait changer cet état de fait.
quence le driver adéquat pour le contrô- (Logitech), des claviers (Cherry), des Une question demeure néanmoins :
ler. De même, toute déconnexion est hubs (CATC), des caméras (Kodak, l’USB sera-t-il une solution ouverte
automatiquement détectée (en hard) par Intel), etc. On commence aussi à voir (i.e. multi-OS) ou une solution proprié-
le concentrateur concerné qui la signale des offres de cartes d’acquisition de taire “ Wintel ” ? ❚
alors au host afin que celui-ci en tienne données pour la mesure (Keithley). Le
compte. site internet www.usb.org propose un Christophe CROCOMBETTE, EDF DER
shopping des plus alléchants aux inter- (Direction des Etudes et
L’USB quel marché et nautes intéressés... Recherches)
quels produits ? (christophe.crocombette@edfgdf.fr)
La spécification USB est accompagnée L’USB pour quand et pour qui ?
d’un ensemble de documents définis- Sans OS capable de les gérer, aucun
sant les paramètres de grandes classes intérêt d’acheter des périphériques USB 1 Compaq, DEC, IBM, Intel, Micro-
de périphériques, sortes de “ standard ! Jusqu’à présent, le principal frein à soft, NEC, Northern
companions ” de la norme. On retrouve l’arrivée en masse des périphériques Telecom
en vrac une classe pour les mémoires USB sur le marché est l’absence de
de masse (disques durs, CD-ROM, lec- système d’exploitation capable d’utili-

CiMax: Edition Applicatif N°7 - Septembre - Octobre - Novembre 98