Vous êtes sur la page 1sur 13

Année universitaire : 2020-2021

Matière : Introduction à l’économie


Semestre 1/Section D
Responsable de la matière : Y. BOURDANE

Université MOHAMMED V - RABAT


Correction dossier exercices Faculté des Sciences Juridiques Economiques et Sociales - AGDAL

Le raisonnement économique

QCM ou QCU (questions à choix multiple ou question à choix unique) :

1. La science économique a pour objectif :

c. D’étudier la façon de répondre le mieux possible aux besoins illimités des êtres humains à
partir de ressources limitées ;

2. Parmi les questions suivantes, laquelle n’est pas une question fondamentale en
économie ?

b. Pourquoi produire ?

3. Comment les économistes appellent-ils la quantité d’un bien que l’on doit
sacrifier lorsque l’on en consomme un autre ?

c. Le coût de renonciation ;

4. Lequel des énoncés suivants définis le mieux la notion d’efficacité


économique ?

d. L’efficacité économique suppose que l’on utilise de façon optimale les ressources rares afin de
combler le plus de besoins possibles.

5. Les questions suivantes sont d’ordre Microéconomique ou


Macroéconomique ?

a. L’augmentation du produit intérieur brut ; (Macro)


b. L’effet du manque d’eau sur la production de fraises d’Agadir ; (Micro)
c. La baisse du taux d’inflation ; (Macro)
d. La hausse du prix du pétrole ; (Macro)
e. Les effets de la hausse du dollar sur les exportations marocaines. (Macro)
6. Associez chacun des économistes suivants à un grands courants de la pensée
économique :

a. Adam Smith : Libéralisme


b. John Maynard Keynes : Socialisme (interventionniste)
c. Karl Marx : Socialisme

7. Discutez une différence entre le socialisme et le libéralisme.

Le socialisme dit “tout le monde doit gagner”


Le libéralisme dit “chacun doit gagner”

Nuance subtile ? Au contraire, ce sont 2 projets de sociétés qui, finalement, s’opposent. Le


socialisme se contente du plus petit dénominateur commun pour s’imposer : ” on vous appauvrit
tous mais vous mangez tous. (Pas de tête qui dépasse) « Il est interdit de devenir riche parce que
c’est une insulte a ceux qui ne peuvent le devenir ». Le libéralisme dit ” investit, risque et
gagne…ou perds, mais émancipes-toi.” Un entrepreneur est considéré comme un créateur de
richesse (à ne pas confondre avec le spéculateur qui ne crée rien).

8. Dans une économie capitaliste les ressources productives appartiennent à :

b. Entreprises privées.

9. Dans une économie communiste les prix sont déterminés par :

b. L’Etat.

10. Dans une économie capitaliste la gestion de l’économie se fait par :

b. L’Etat.

11. Pour quelle raison les arbitrages sont-ils inévitables ? Pourquoi les
incitations sont-elles importantes pour la compréhension des choix ?

L’arbitrage est inévitable en raison du fait que les ressources (en argent ou en temps) sont
limitées, et par conséquent, insuffisantes par rapport à toutes les dépenses possibles.

Car sont les incitations qui orientent les choix entre les différentes opportunités.

12. Expliquez comment chacun des changements ci-dessous agit sur les
incitations à poursuivre des études à l’université :
2
a. des droits ➔ coût des études ➔ incitation
b. Taux d’intérêt ➔ coût des études ➔ incitation
c. Salaire travail non qualifié ➔ inégalités avec salaire travail qualifié ➔
incitation
d. Salaire diplômé universitaire ➔ inégalité avec salaire travail non
qualifié ➔ incitation

13. La rationalité pour une entreprise consiste à :

c. Maximiser ses revenus ;


e. Minimiser ses coûts.

3
Les agents et opérations économiques

1. Quels sont les agents économiques parmi (répondre par oui ou non)

- Le directeur d’une usine ; Oui


- Les entreprises ; Oui
- La technique ; Non
- Les biens de consommation ; Non
- Les ménages. Oui

2. Qu’est ce qui est à considérer comme faisant partie des pouvoir publics ?

- Les communes ; Oui


- L’ONCF ; Oui
- L’Etat central ; Oui
- Les Régions ; Oui
- Un hôpital ; Non
- Les universités. Non

3. Lesquelles de ces interventions suivantes de l’Etat ont-elles une influence


directe sur l’économie :

a. Augmenter les impôts ; Oui


b. Construire un centre de télécommunication ; Oui
c. Voter une loi de protection du consommateur ; Oui
d. Abaisser l’âge à partir duquel on a le droit de voter ; Non
e. Faciliter la procédure du divorce ; Non
f. Réduire le budget des dépenses ; Oui
g. Augmenter les allocations familiales ; Oui
h. Taxer les pensions ; Oui
i. Subsidier la recherche contre le sida ; Oui

Exercice 1 : Placez les agents économiques dans le secteur institutionnel auquel ils
appartiennent

A.E. S.I.
-RAM SNF
-Parti politique IPSBSM
-Consultant marocain qui effectue une mission de 2 ans en France RDM
-Poste APU
-CNSS APU

4
-Renault France RDM
-Etudiant célibataire MENAGE
-Boulangerie familiale MENAGE
-Action contre la faim IPSBSM
-ACIMA SNF
-Lycée marocain APU
-Association d’anciens combattants IPSBSM
-Un expert-comptable MENAGE
-Confédération générale des entreprises ISPSBM
-Ministère de l’enseignement supérieur APU
-Couple marié avec 2 enfants MENAGE
-Commune urbaine APU
-Air Suisse RDM
-UNICEF RDM
-Un formateur MENAGE
-Croix rouge ISPBSM

Exercice 2 : Distinction entre agents résidents et non-résidents :

Opérations R NR
-Un rentier allemand passant sa retraite au Maroc X
-Un colonel de l’armée marocaine en garnison à Abidjan X
-L’ambassadeur du Maroc auprès de l’ONU X
-L’ambassadeur d’Espagne à Casablanca X
-Un missionnaire marocain au Burkina-Fasso X
-Un travailleur frontalier marocain ayant son emploi en Algérie X
-Un travailleur saisonnier italien au Maroc X
-L’Unesco à Rabat X
-Le Roi Mohamed 6 en visite officielle de 4 jours au Brésil X

Exercice 3 :

On considère une économie ouverte à trois agents : les entreprises, les ménages et le Reste du
Monde (RdM) ;
Les ménages consomment 75% de leur revenu et épargne le reste ;
Les entreprises réservent l’intégralité de la valeur ajoutée aux ménages sous forme de salaires et
de profits pour des montants respectifs de W = 1800 et P = 200 ;
Elles réalisent des investissements pour un montant I>0 ;
Les entreprises ne réalisent pas de consommation intermédiaire ;
Le Reste du Monde achète des biens et services à la nation pour un montant X=300 ;
La nation achète au Reste du Monde des biens et services pour un montant M>0. La nation a un
déficit commercial de : X-M = -100.
5
1. Calcul des principaux agrégats :

W = 1800 ; P = 200 ➔ Y = W + P = 2000

C = 0,75*2000 = 1500 ; S = Y – C = 2000 – 1500 = 500

- Calcul des importations :

Les exportations sont de 300 et le déficit commercial de 100

Soit : X – M = - 100 ➔ M = 300 + 100 = 400

- Calcul de l’investissement :

A partir de l’équilibre ressources-emplois

Y + M = C + I + X ➔ I = Y + M – C – X = 2000 + 400 – 1500 – 300 = 600

A partir de la relation entre épargne et investissement :

On sait que Y + M = C + I +X

On sait également que S = Y – C ➔ Y = S + C

En remplaçant la deuxième expression dans la première : S + C + M = C + I + X

Et en considérant que 𝛥s=0 (à l’équilibre) S + M = I + X ➔ I = S + M – X = 500 + 200 – 300 =


600 (si M > X alors S < I)

Un déficit commercial correspond à une épargne du reste du monde. Celle-ci vient combler
l’insuffisance d’épargne domestique (nationale) pour financer l’investissement des entreprises
nationales : S + Srdm = I avec Srdm = M – X = + 100 ; S = 500 ; I = 600.

2. Circuit économique avec déficit commercial :

Marché des services productifs (marché du travail)

Les ménages vendent des services productifs (main d’œuvre) aux entreprises. En contrepartie les
entreprises leur versent un revenu composé de salaires et de profits.

6
Marché des biens et services

Les ménages demandent 1500 de biens de consommation, les entreprises 600 de biens
d’investissement. Le Rdm paye 300 en contrepartie des biens qu’il achète et reçoit 400 pour les
biens que les agents résidents lui achètent. Les entreprises résidentes reçoivent 2000 comme
résultat de leurs ventes aux ménages, à elles-mêmes (investissement), et au reste du monde.

Marché financier
Les entreprises pour financier un investissement de 600 émettent un montant équivalent de titres
financiers qui, pour 500 sont achetés par les ménages résidents, et pour 100 par les agents non-
résidents.

W + P =2000
Ménages Services productifs
(Marché du travail)
S=500
C = 1500
Srdm = 100 Marché financier
Reste
(Sociétés financière) W=1800
Du Monde 500 + 100 = 600

M=400

X=300 I=600
Biens et Services
Entreprises

Y = 2000

3. Le solde commercial de la nation devient excédentaire pour un montant de


+100.

➔D’après l’équilibre emplois-ressources, (Y + M = C + I +X), un excédent commercial signifie


que la demande intérieur (C+I) est inférieure à la production nationale (Y) : X > M == Y > C + I

Les valeurs de la production et des exportations étant inchangées (Y = 2000 et X = 300), un


excédent commercial de +100 ➔ M = 200

La propension moyenne à consommer est inchangée ➔ C = 1500 et S = 500

Montant de l’investissement à partir de la relation épargne – investissement

Un excédent commercial représente une capacité de financement de la nation : ‘épargne des


ménages est supérieur au de besoin de financement des entreprises nationales (leur

7
investissement ici) ➔ Le surplus d’épargne nationale vient combler le besoin de financement du
Reste du Monde. S + M = I + X ➔ X > M ➔ I < S ➔ I = 400

L’excédent commercial est de 100 ➔ L’épargne des ménages excède le montant de


l’investissement des entreprises résidentes de + 100 : S = 500 ➔ I =400.

4. Circuit économique avec excédent commercial :

W + P =2000
Ménages Services productifs
(Marché du travail)
S=500
C = 1500
CFnation = 100 Marché financier
Reste
(Sociétés financière) W=1800
Du Monde 500 - 100 = 400

M=200

X=300 I=400
Biens et Services
Entreprises

Y = 2000

Différence entre les deux circuits :

-Les entreprises résidentes ont réduit leur investissement ➔ La demande intérieure (C + I) est
devenue inférieure à la production (C + I < Y)

-Ceci s’est traduit par un excédent commercial (C + I < Y ➔ X > M) et une capacité de
financement de la nation.

8
Les agrégats économiques

1. Complétez l’expression suivante : VA = production - ……

a. Consommations intermédiaires ;

2. Qu’est ce que la valeur ajoutée ?

a. La valeur ajoutée correspond à la valeur nouvelle créée au cours du processus


de production ;

3. Dans le cadre des comparaisons internationales, le PNB est préféré au


PIB. Le PNB se calcule de la manière suivante :

b. PNB = PIB + Revenu des salariés et revenus de la propriété des entreprises


reçus de l’extérieur – revenus versés à l’étranger.

4. La FBCB (formation brute de capital fixe) est égale à ….

b. Les investissements nets + amortissements ;

Exercice 2 : Calcul et partage de la valeur ajoutée

Chiffre d’affaires (en milliers de DH) 6000


Achats aux autres entreprises 1200
Dépenses courantes 500
Salaires et charges sociales 700
Intérêts des emprunts 120
Impôts et taxes 100
Bénéfices 450

1. Calculer le montant des consommations intermédiaires ;


2. Déterminer la valeur ajoutée de l’entreprise ;
3. Calculer l’excédent brut d’exploitation ;
4. Réaliser un tableau des différents bénéficiaires du partage de la VA avec, à
chaque fois le contant reçu (les actionnaires perçoivent 3/5 des bénéfices).

Correction exercice 2 :

1. Calcul du montant de la consommation intermédiaire :

9
CI = achats aux autres entreprises + dépenses courantes
= 1200 + 500
= 1700

2. La valeur ajoutée de l’entreprise :

VA = CA – CI
= 6000 – 1700
= 4300

3. L’excédent brut d’exploitation :

EBE = VA – (Salaires et charges sociales + intérêts des emprunts + Impôts et taxes)


= 4300 – 700 – 120 – 100
= 3380

4. Partage de la valeur ajoutée (les actionnaires perçoivent 3/5 des bénéfices)

Bénéficiaires de la valeur
Mode de rémunération Montant
ajoutée
Personnel et organismes Les salaires et cotisations
700
sociaux (CNSS, CIMR) sociales
Etat et collectivités Impôts et taxes 100
Préteurs Intérêts 120
Les associé Les dividende (450*3/5) 270
L’autofinancement (EBE +
L’entreprise 3560
2/5*450 = 3380 + 180)

Exercice 3 : Calcul du PIB

On dispose des données suivantes relatives à l’économie marocaine en 2010, exprimées en


Dirhams :
- Production : 7300 ;
- Dépense de consommation finale : 6300 ;
- Rémunération des salariés : 3640 ;
- Formation brute de capital : 2260 ;
- Impôts sur la production et les importations : 1760 ;
- Impôts sur les produits : 2400 ;
- Exportations : 1400 ;
- Excédent brut d’exploitation : 2470 ;
- Subventions sur les produits :120 ;
10
- Consommations intermédiaires : 1840 ;
- Importations : 2220 ;
- Subventions totales (sur les produits + subventions d’exploitation) : 130.

TAF : Calculer de trois manières différentes (approches offre, demande, revenu) la


valeur du PIB marocain pour l’année 2010 (en milliards de dirhams).

Correction exercice 3 :

Calcul du PIB selon les trois angles :

*Le PIB sous l’angle dépense :

PIB = Dépenses de consommation finale + FBCF + Variation de stock + Exportations –


Importations

= 6300 + 2260 + 1400 – 2220


= 7740

*Le PIB sous l’angle de la production :

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits – subventions sur les produits
= (7300 – 1840) + 2400 – 120
= 7740

*Le PIB sous l’angle des revenus :

PIB = rémunération des salariés + impôts sur la production et les importations (TVA et DD) +
excédent brut d’exploitation – subventions
= 3640 + 1760 + 2470 -130
= 7740

Exercice 4 :

On considère une économie ouverte à trois agents : les entreprises, les ménages et le Reste du
monde (RdM). Les ménages consomment 80% de leur revenu disponible (Rd) et épargnent le
reste (Sm). Les entreprises réservent l’intégralité de la valeur ajoutée aux ménages sous forme de
salaires et de profits pour des montants respectifs de W=1200 et P=300. Elles réalisent des
investissements I=500. Les entreprises ne réalisent pas de consommation intermédiaire. Le reste
du monde (RdM) achète des biens et services à la nation pour un montant de 100. La nation
achète au Reste du Monde des biens et services pour un montant de 300.

11
1. Vérifier l’équilibre emplois-ressources et donner sa signification ;

2. Vérifier la relation épargne-investissement et donner sa signification ;

3. Représenter les flux monétaires sur le circuit économique et


commenter ;

Correction exercice 4 :

1. Vérification de l’équilibre emplois-ressources :

L’équilibre emplois-ressources est donné par :

Y+M=C+I+X

Ressources : Y + M = 1500 + 300 = 1800

Emplois : C + I + X = 1200 + 500 + 100 = 1800

 Y+M=C+I+X

2. Relation épargne – Investissement :

Optique de demande : Y = C + I + X – M

Optique d’utilisation du revenu : Y = C + S

 S+M=I+X

S + M = 300 + 300 = 600 et I + X = 500 + 100 = 600 ➔ relation vérifiée

En notant M – X = + 200 l’épargne du reste du monde Srdm, la relation précédente devient :

S + Srdm = I soit 300 + 200 = 500

 L’épargne des ménages résident (300) et l’épargne du reste du monde (200) financent le
besoin d’investissement des entreprises résidentes (500).

12
3. Circuit économique :

W + P =1500
Ménages Services productifs
(Marché du travail)
S=300
C = 1200
Srdm = 200 Marché financier
Reste
(Sociétés financière) W=1800
Du Monde 300 + 200 = 500

M= 300

X=100 I=500
Biens et Services Entreprises

Y = 1500

Commentaires :

Marché des services productifs (marché du travail)

Les ménages vendent des services productifs aux entreprises. En contrepartie les entreprises leur
versent un revenu composé de salaires et de profits.

Marché des biens et services

Les ménages demandent 1200 de biens de consommation, les entreprises 500 de biens
d’investissement. Le Rdm paye 100 contreparties des biens qu’il achète et reçoit 300 pour les
biens que les agents résidents lui achètent. Les entreprises résidentes reçoivent 1500 comme
résultat de leurs ventes aux ménages, à elles-mêmes et au reste du monde.

Marché financier

Les entreprises pour financer un investissement de 500 émettent un montant équivalent de titres
qui, pour 300 sont achetés par les ménages résidents, et pour 200 par les agents non-résidents.

13

Vous aimerez peut-être aussi