Vous êtes sur la page 1sur 5

I

Tfr ruçS
CsrÿÊ^ hfwek" ilseç
, ,.Ç.h"Tp rournant, Théorèrne de Ferraris
I1o.considère
Un Ia *ructure.d* principeï,ii
courant alternatif trinhasé représ
,ruro, de machine à
enæe su,r tipgwre t .
Les trois bobinaees lorteni
les noms ,ono"ntionnels l,
s'intéresse I ta vàteur B, C st on l_F
a* r,inàuàtirr;Ë;ll" en leur cenrre ô .§ ,A
lorseu'iis sont parcourus par les
I-: ,'
Ir"
cournnts suivants

r/2 .coslr,rrr)
:

l--?' 2n\
14:r'Jb-.*ooio
i ï "* -r J
l^ :''
l" Jî' ""'.( or, * {5-J §

1-

7) Le §tâtor présenté
ici comportair une paire de
multiplier ce nombneroar r; pôles par phase (un Nord
Ë*;;;;;;ioi'",, * noîiui* iË'#r,î". un sud), i! est pr:ssible de
en des déctoubrernents er des o- pôres ». c"tt" ope.urion
déph;;Ê":';",réil;;;;;;-';";à.ges consjste
de chaque phâse, Dans ces
Æ(ê. 1) * "3'*lfl=€cosi.<or * pêi
conditions l,inductioa prorJuire
par. le stator *,e"rit
- Pv '
Quelle e$ alors la vitr I
d;;;;;, i.- *iffii:i;i3:,::i:iî:#",,'#i:i:iï,ii iï,îïï-, foncrion ,re !a fréqueirce ?

oooooooo(x)octuooo0ooo
ôooooocûoooooo
Exo.2 ; Moteur svn*
à fréq ce varia
o n co ns id ère dan s"cet :::::' t^' Tié u er'r h I e
tripil; ü;;"iïiliï:,*:,T:iifflJff-:r::::l,o',: d:rtutre R_ôjes arimerrrée
,ns tnphasées par un c,ndursur
à fréquence uariauie.-ôIîpiinuru
I tu

A/,
1/5
1/5
fréquence des tensions fournies par l'onduleur.
Lç courant de ligne maximal dc la rnachiue
l*ax = 30 A, Ia tension simple nominale est :
vaut :, V = *A i .
ion,trl*;;;rr;pouvoir
il:ifTf irtîffiï,ï,;i'eqr*n"*'fqu* rournir pour couvrir une gamme de
2) La réactance synchrone de cefte
machine aété estimée, pour une vitesse
à la valeurxs= 0,rs e. En déduire Ia vareur rie rotation de 1 s00 k/min,
de Finductance synchrone : 2,.
3) R'eprésenter !e schéma équivalent
monophasé a" r'inJiiit au-ru *uor,in.în ,*nrr*tion
uégligera la résistance des phases de récepreur (on
la machine).
4) Représenter un diagramme de
Fresne!.relianties granitreurs
schéma mon*phosé' Pour cela on considère;;r;ifrr;;',; électriques de la mailie que ieprésente le
absorbe ïn *n retârd par râpporr
à la tension simple P' on notera "ou*ni]
ô le céphasug" tu ior.u éleetromorrice .E et Ia tension Iz, de
plus on considèrero que Ë "nt "
= Ti.
fl 5) Queile relation relie ô et g dans
ces conditions ? Déterminer alors I,e.xpression
de la puissance
absorbée par Ie moteur en fonction
de v,;;6.-a* ffiente
Ie déphesage ô sur le plan mécanique
6i Déterminer alors' à i 500 trlmin, la-valeur
de !a puissance maximare que peut foumir
I'onduleur délivre une.tension sirnple le moteur si
fondamentar. à. ilo v er qu,on suppose
7} Mêrrre quostion mais lorsqu* l" un décarage ô = 45o.
,not*u, t***-J S oOô?min. Commenter.
B) Déterminer dans les deux
tut prJ"e**ntr ru uàri* a" r"rpr- de déorochage de la machine, c,est-à-
<iire Ie couple imposant un décalage g0o. ô =

ooooûoooooooooooOooooooooooooooooo

Exo' 3 chaque turbine est ac'couplée à un altemaJeur


triphaæ mccordé au rcseau 20kv-sûHz par
I'intennédiaire dtur fiansfonnateur
élévaûem

" r-^
'Lf ù Réseatr
EDF 20 KV

l-'"''{t.-
Les altemateurs ont comrne
caracærisüques ;

'lension
norninalç enue phases I Un = 6,S
Puissance apparente utile nominale:Ss:!
kV- f* S0l{z
i4VA_
Frequence derotetiofl nominale
: nn- l000t",mir/'
Courant d'excihtion maximal:
=)fiÂ
Couplage des enrouie*nsrts
swofiques; étoile
Larésistance des enroul ements
sfatariques est négligée

§ssai à vide : p(xn il: I0û0 f.illin-r, on obfient


larelatian Ev:300,Iex
av§c: ; Ev : vaieur efficace de tate:"rsion
simple à vide
Tex; interuité du courant d'excihticn

Ëssai en c.otlt-circuie pour n * t00ü tt. min-r: on obtient la re!âtion


: lcc:17{r.lex.

l-t : Calculs preliminaircs :

âl''
2/5
X-tr-l" Crilcul*r le nunbrc p cle pai*s r.lu pôi*s.
1-X.3. Calcriler ia valeure.ffipace
[, de l,intcnsité nominale.
i-1-3. I-e sché.nra équivalerr cfune phase de la machine Â
est
dor,r:é ci-contre. Ca.lçirler la valeur X de la réactanee s(t) ,i{S
Eæchrone l
d'une phase d* l'al&nrateur. I

1-? I L* cont*at du producteur" pr'écise que chaque


aiternatei.r doit pouvoir à tout mornend foumir ag
dseau ure puissanÇe réactive telle que &m q = 0,49.
ea,

Four une puissance élecfique foumie de pr= 2,Zj


N{W :

1-2-1, Calculer ie fac"teurde puissarrce


Ç
:: -; f , r,. .. tt-- ": I r' .li- l.- .ll l,,.ln i, : :: i,
u,,
bip*lairei tles tensi*r:s (on p*nna prenclre urre echeiie
!:: i . r ,:-
_ r)i

l-2.4. [a machine e*-elle sr:r-exciüb ou sous_excitee


? Justifier.
1-à,5. Calculer la fern E er en de.Juire le courant
d,excitation lo
1-2{. Donner lavaleur de langle de décâlage hr,eme;k
1-2-7' calculer ie rendernent 16 de l'altenrater.r,
5
sacharü qu* t-'orr"abh aes pertes vaut p1: 0l5M!!,
1-2-8. Preciser l,origine de ces perbs.

ôoooooooooooooooOocooooooooe)oooûoo

Exo 4 Afin de sirtp|ifier l'étude, ies per:es r@maiwiEælevptæf*tûtffxîërr,$#.§fuwËser*û


ntgli&s.

Le moteur synchrone est à aimants permâ)*rits


et I pôles nombre de paires de pôles p*4)
Les effoulements du stator sont couplés
çn étoile. L iré nominale du courant
enroulement est Ip:
155 A, pendant un transitoire
ê de elle peut atteindre Ia valeur-lr5
195A.

['a machine est étudiée en conventio,, récepteur.


Le modèle équivalent à une phase de l,induit
representé Fügrrre 3' Les tensions est
et courants sont supposés sinusoirdaux
de pulsation co*zxf

+-

,--..qi+,^t..!\,
#,..
i'{
.':{.
I
.H \$
I

Figure 3
Afin de déterminer les paramètres
du modèle, divers essais ont été ef.fectués
§ Essai n"l : çrn a mesuré la rési sianÇe
entre deux phases r r = O,Oe A.)
â Essai n"2 : sur uD banc cj'essais,
on a enl.rsîné Ia machine synchrone
d'un nloteur auxiliaire à la vitçsse * à vide par l'internrédiaire
r: 15frCI tr.min"r, Cln o mesuré
la tension simple aux bomes
r
d'une phase
'§Y.J
Essai n"3 ûvsc une slimentation
électri que approprié§, on a effectué
çn motëur à 1500 tr.min-r pour lequel un essai de la machine
W= 0, Iu * 185 A etV *4g V. I*
3/5
l" üéterminer Ia fréquence rjes tçnsions sktoriques
quand n = rsOt û..min-r.
2. Détermincr ra varèur <Je ra résistance R d'un ànro*i.â*nt
statorique.
3, on pose Ë = A.f) (avec ft en rad.s ,: o* a u*i'u""
a. Déterminer Ia valeur de A. "îrr*nr*
'b' En donnant la formule du.cours tiant E à- e, - -' justifier que A çst une sohÈrante.
4, La résistance R n'est pas négligée. J

a. Ecrire la relation ertre ]t E et I.


b' Tt":*:. un ctlagramrne v'ectoriJ relatif à I'essai no3 (il n,est pas utile de le taire
l,échelle). On prendra E comme origine à
des phases.
c' par un calcul simple tËppry;;; sur le diagrarnme vecroriel, la valeur
fJJ.*o"n-,
bw&avw oÿt rwwn R dms ffik
tc t de ra rwchûtæ synrhmæ CIn pwdra L : 0p t mtr d A = aJ4 wh
?.- Dére.rtnit4q.tiarl, t,expr?§slon du cqu
-de

1 ' Tracer ''ut t* copie un diagrammq vectoriel representatif


d,un point de fonctionnemen;'
quelconque' avçc o<ty<æ/z. on prenclra g
origine des phases, on pracera les
vecteursreprésenrarifs des complexes "o**à
§, V, et jlr»l a;nri qIe l"r;gi;*;ii erô. u_
2.. En s'appuyadt sur ce diagrarnme"vectorief
nroit que V cos
3' p,i*uno* ui;;;;é';ia
",
(p = §, cos ry .
ç,2
machine po en ronction de v, r et
ff§#'Âî:li;îË:i_Xi: s
4' En déduire que I'expt:essi';n citlmoment du couple c déveroppé
par: c = 3 A I cos ry (on rappelle que par Ia mac.hine est donnée
les perïeslorle, feretméçaniques sont
négligées),

L'étude menée dans Ia partie 2) permet


d'établir que le moment du couple
dépend uniquement desvariables c développé par Ie motçur
I et ry, par l,intermédiaire de laformule
Dans oette partie, nous allons étudier
C* 3" A-.I,ças| ,

une phase de I'induit est représenté


[a commande en couple d" ;;;;;. ,; *"0r,- équivalenr à
Figure 3.
3-l, Cprymande-ù y:0
J-l'l Pour une intensité effîcace I donnée,
pourquoi choisir cette valeur particulière
maximiser Ie couple déveroppé par tr. qr, pour
ve'rrvulrçIs de
ra machine ?
3_-:'2 De quelle unique variabie re c.oupre c de ra machine dépend-ir
arors ?
L'autopilotage consiste à maintenir
I'angte qi eonstant quelle que soit
la position du rotùr. A cet offet
un asservissernçnt des couranis
des trois phases de ia machine
;,ü:ï: de ta façon décrite par la

r à partir de la connaissance de la position


du roior, de I'angle y et du couraRt
respectivement qrrér et I.6) on synthétise I désirés (notés
o r-r't Ài, ,Àriüi, o. courant ia ib
Chaque consigne de couiant (i]rer, r*, rar êt is,61
iu *r ou io ,.61) **t *orïprree
à sa rnesure (respectivement ir, i6
:I,li;"u,}u! il;li;:i:'pi'u'LIüii''itÀ;;ü'**T-iË*-., êr sénèrc ra cornmanttre de
-1-J.-? Etude d,un point de fonctionnemÊnt
à rç = ç
q ûfl choisit d'abord de travailler à y
= 0, i = IN * 155 A et n: I5ü[J tr.min'r

4ên
4/5
Y /_3
i» ds **uræ*ct
t4.êchiftç *ynch*nm*

lL
U6 {}ndtrler,ii'à
È1Ltr
1r

§,er:tsri* S*ptç*ur:
po*i*itrn

6énération
d*s *rd.*s de §r11lhàse
csnlmande c§n§ignes d§
des 3 bras côur§nt
d'o*dulerlr

a) Que vaut le moment du couple C développé par Ia machine ?


b) Tracer le diagramme vectoriel représentatif de ce fonctionnement (il ne sera pas utile
de le faire à I'echelle). On placera les vecteurs représentatifs des complexes E, V,I et jL«:I
ainsi que I'angle g.
c) Déterminer V par le calcul.
d) Déterminer q par le calcul.
3-2. Commgnde à vt variablg

Au-delà de 2000 tr.min-I, afin de ne pas dépasser [a tension nominale aux bornes des enroulements, on
choisit de travailler à qr variable.

3-2.1 Etuded'unpointdefonctionnementàry*0. Pourn= 5000tr.min-r, V: - 59o etl= Ip:1554:

a) Déterminer la valeur du moment du couple C.


b) :
Sachantque pour n = 1500tr.min-r on a f 100 Hz, déterminerf puisro pourn:
5000 tr.min-
c) En déduire E et Ltol.
d) Tracer le diagramme vectoriel représentant ce point de fonctionnement. L'échelle des
tensions sera de I cm pour l0 V.
e) Déterminer graphiquement la valeur de V et celle de rq.
Sur la Figure 5, on a tracé pour 0 < n < 8000 tr.min'r la çaractéristique du couple disponible en
fonction de la vitesse de
notation du moteur n en tours
par minute.

3-2.2 Quels sont les avantages liés


à la traction d'un véhicule ",.-*."^--"-" i..{

x
électrique rnis en évidence
3
par cette caractéristique de 5-

couple ? .:ë
LE

v1æss€ dâ rotffiidn du ffctȧ (tr.rû.tB't)

tr*gure 5

5/5
J /)

Vous aimerez peut-être aussi