Vous êtes sur la page 1sur 10

See discussions, stats, and author profiles for this publication at: https://www.researchgate.

net/publication/305983415

Immunoanalytical profile of androstenedione

Article · August 2016


DOI: 10.1684/abc.2016.1171

CITATIONS READS

0 542

1 author:

Radhouene Doggui
Université de Sherbrooke
41 PUBLICATIONS   68 CITATIONS   

SEE PROFILE

Some of the authors of this publication are also working on these related projects:

Fatal and Non-Fatal Drug Overdose Risk Factors (OdRi) View project

Food fortification View project

All content following this page was uploaded by Radhouene Doggui on 15 November 2017.

The user has requested enhancement of the downloaded file.


L’essentiel de l’information
scientifique et médicale

www.jle.com

Le sommaire de ce numéro

http://www.john-libbey-eurotext.fr/fr/
revues/bio rech/abc/sommaire.md?type=
text.html

Montrouge, le 06-08-2016

Radhouene Doggui

Vous trouverez ci-après le tiré à part de votre article au format électronique (pdf) :
Profil immuno-analytique de la delta-4 androstènedione

paru dans
Annales de biologie clinique, 2016, Volume 74, Numéro 4

John Libbey Eurotext

Ce tiré à part numérique vous est délivré pour votre propre usage et ne peut être transmis à des tiers qu’à des fins de recherches personnelles
ou scientifiques. En aucun cas, il ne doit faire l’objet d’une distribution ou d’une utilisation promotionnelle, commerciale ou publicitaire.
Tous droits de reproduction, d’adaptation, de traduction et de diffusion réservés pour tous pays.
© John Libbey Eurotext, 2016
Profil immuno-analytique
Ann Biol Clin 2016 ; 74 (4) : 495-502

Profil immuno-analytique de la delta-4


androstènedione
Immunoanalytical profile of androstenedione

Radhouene Doggui Résumé. La delta-4 androstènedione est une hormone androgène précurseur de
Laboratoire de surveillance la testostérone et de l’estrone. Elle est élaborée au niveau gonadique (testicules
et d’épidémiologie nutritionnelles et ovaires) et extragonadique (conversion périphérique de la déhydroépian-
en Tunisie, Institut national de nutrition
et de technologie alimentaire, Tunis,
drostérone). Cette hormone est utile dans l’exploration des virilismes et des
Tunisie hirsutismes chez la femme. Dans ce travail, après un bref rappel physiologique,
<doggui.radhouene@gmail.com> l’auteur présente les dispositions pré- et per-analytiques ainsi que les principales
indications du dosage de cette hormone.
Mots clés : hormones androgènes, delta-4 androstènedione, hirsutisme, syn-
drome des ovaires polykystiques, immunodosage

Abstract. Androstenedione is an androgen hormone and a precursor for tes-


tosterone and estrone synthesis. It is produced in both gonadal (testes and
ovaries) and extragonadal levels (peripheral conversion of dehydroepiandros-
terone). This hormone is useful in the assessment of virilism and hirsutism in
women. In this paper, after a brief physiological reminder, the author presents
the preanalytical and analytical considerations and the clinical utility of this
hormone.
Article reçu le 11 juillet 2015,
accepté le 23 septembre 2015 Key words: androgen hormones, androstenedione, hirsutism, polycystic ovary
syndrome, immunoassay

Structure chimique et masse Données physiologiques


moléculaire de la delta-4
androstènedione Synthèse de la delta-4A
La synthèse de la delta-4A s’opère selon deux voies : la voie
La delta-4 androstènedione (delta-4A), précurseur immé- des delta5-3-hydroxy et la voie des delta4-3-cétostéroïdes
diat pour la synthèse périphérique de la testostérone, comme indiqué dans la figure 2.
est la principale hormone androgène chez la femme. La Le rendement de la formation de la delta-4A à partir de
nomenclature officielle de cette hormone selon l’IUPAC la déhydroépiandrostérone est supérieur à celui de la 17
(International union of pure and applied chemistry) est la alpha-hydroxyprogestérone [1].
4-androstène-3,17-dione et sa formule brute est C19 H26 O2 . Auzeby et al. [2], puis d’autres auteurs [3], ont mis en évi-
La masse moléculaire de la delta-4A (figure 1) est égale à dence l’existence d’une voie alternative pour la synthèse de
286,4085 g/mol. la delta-4A à partir du 11-désoxycortisol sous l’action de la
CYP17A1.
doi:10.1684/abc.2016.1171

Régulation de la synthèse et de la sécrétion


de la delta-4A
Sécrétion de la delta-4A
La delta-4A est parmi les stéroïdes les plus abondamment
Tirés à part : R. Doggui sécrétés (20 mg/j ou plus). Chez la femme pré-ménopausée,
Pour citer cet article : Doggui R. Profil immuno-analytique de la delta-4 androstènedione. Ann Biol Clin 2016 ; 74(4) : 495-502 doi:10.1684/abc.2016.1171
495
© John Libbey Eurotext, 2016
Profil immuno-analytique

les androgènes d’origine surrénalienne représentent plus de Régulation sécrétoire de la delta-4A


50 % des androgènes totaux [1]. Cet apport varie en fonction L’hormone adrénocorticotrope (au niveau surrénalien),
de la phase du cycle menstruel pour atteindre un maximum l’hormone folliculostimulante et l’hormone lutéinisante (au
en période pré-ovulatoire [4]. niveau ovarien) stimulent l’expression des récepteurs des
La sécrétion de la delta-4A varie en fonction de l’âge et du LDLc (Low density lipoprotein-cholesterol) à la surface
sexe [4] : cellulaire et l’activité enzymatique de l’hydroxy-méthyl-
– chez la femme préménopausée : les sécrétions ovariennes glutaryl-coenzyme A réductase.
et surrénaliennes de la delta-4A sont environ de 45 %, alors La sécrétion de la delta-4A est soumise à un rythme circa-
que la conversion périphérique à partir de la déhydroépian- dien parallèle à celui du cortisol avec une acrophase vers
drostérone est de 10 % ; 10 heures du matin [6]. D’autres auteurs rapportent un pic
– chez la femme ménopausée : il y a un effondrement de sécrétoire entre 5 heures 30 minutes et 9 heures 30 minutes
la production ovarienne (20 %) couplé à une augmentation [7]. Le nadir est situé entre 19 heures et 2 heures 30 minutes
compensatoire d’origine surrénalienne (70 %), alors que la du matin [7].
conversion périphérique demeure stable (10 %) ; Durant la phase folliculaire du cycle menstruel, les cel-
– chez l’homme : les taux de production testiculaires et lules thécales expriment plusieurs enzymes (CYP11A1,
surrénaliens (1,5 mg/j) [1] sont relativement stables au cours CYP17A1 et 3 bêta-hydroxystéroïde-déshydrogénase) qui
de la vie (40-50 %). La conversion périphérique à partir concourent à la synthèse de la delta-4A. Le pic de
de la déhydroépiandrostérone et la testostérone est estimée production de la delta-4A est observé durant la phase
respectivement à 15 % et 5 %. pré-ovulatoire. La régulation hypophysaire de la sécrétion
La conversion périphérique se fait au niveau de tissus tels ovarienne se fait par l’intermédiaire de l’hormone follicu-
que le tissu adipeux et la peau [5]. lostimulante et l’hormone lutéinisante via un mécanisme
AMPc (adénosine monophosphate cyclique) dépendant. En
effet, l’augmentation de la concentration intracellulaire de
O l’AMPc stimule le SF-I (steroidogenic factor I) qui à son
tour stimule l’expression des enzymes impliquées dans la
formation de la delta-4A [5, 8, 9]. La synthèse de la delta-4A
peut être stimulée également par d’autres molécules telles
H que l’insuline, l’inhibine, l’hormone chorionique gonado-
trope [8].
Au niveau de la glande surrénale, l’hormone adrénocor-
ticotrope (ACTH) augmente la production de la delta-4A
H H (rythme circadien) en stimulant l’activité enzymatique de
la CYP17A1 et la 3 bêta-hydroxystéroïde-déshydrogénase
[10].
O
Il existe des facteurs de régulation intra-glandulaires :
le facteur de nécrose tumorale alpha inhibe toutes les
Figure 1. Structure chimique de la delta-4 androstènedione. actions biologiques favorisées par l’ACTH, alors que les

Cholestérol

CYP11A1
3β-HSD
Progestérone Prégnénolone

CYP17A1

CYP17A1
17 alpha-hydroxprégnénolone DHEA
CYP17A1

CYP17A1 CYP17A1

CYP17A1
17 alpha-hydroxprogestérone Delta-4A

Figure 2. Biosynthèse de la delta-4 androstènedione. 3␤-HSD : 3bêta-hydroxystéroïde déshydrogénase ; delta-4A : delta-4 androstenè-
dione.

496 Ann Biol Clin, vol. 74, n◦ 4, juillet-août 2016


© John Libbey Eurotext, 2016
Delta-4 androstènedione

Insulin-like growth factors ou IGF (surtout IGF II) L’activité physique augmente les taux plasmatiques de la
accroissent la sécrétion de la delta-4A et ont un effet béné- delta-4A et le retour à la valeur basale est observé 2 heures
fique sur l’action de l’ACTH [10]. après la fin de l’effort [19]. Les fluctuations nycthémérales
La sécrétion de la delta-4A augmente au cours de de la delta-4A sont de l’ordre de 45 % [20].
l’adrénarche ; la sécrétion urinaire de cet androgène appa- Il est préférable que le sang soit recueilli sur un tube sec et
raît à l’âge de 13 ans pour atteindre un maximum à l’âge les gels séparateurs sont à proscrire. Il n’existe pas de limi-
de18 ans [11, 12]. tations particulières quant à l’utilisation du plasma recueilli
Les glucocorticoïdes sont des suppresseurs de la sécrétion sur EDTA (éthylène diamine tétra acétique) ou citrate,
de la delta-4A [13]. par contre l’héparine peut affecter la réaction antigène-
anticorps. Le fluorure de sodium, l’EDTA et le citrate
Transport et transformation de la delta-4A
affectent la stabilité des chélates d’europium. L’EDTA
Le transport plasmatique de la delta-4A est assuré par la altère aussi l’activité enzymatique de la phosphatase alca-
testosterone binding globulin (protéine de transport spéci- line [21]. De manière générale, l’utilisation du plasma est
fique). En plus de sa conversion en testostérone (60 % de subordonnée aux indications portées dans la notice du four-
la testostérone totale plasmatique), la delta-4A peut être nisseur de réactif. En néonatal, l’emploi du sang séché sur
convertie en des dérivés métaboliques inactifs (éliminés support filtre a été préconisé [22].
par voie urinaire) qui sont la 5alpha-androstanedione, la
5bêta-androstanedione et les produits d’hydroxylation de Stabilité de la delta-4A et conservation
la delta-4A en position 2 bêta, 6 bêta, 7 alpha, 16 alpha et des échantillons
16 bêta [14]. La delta-4A est stable dans le sang total pendant
24 heures et au bout de 33 cycles de congélation (à -20
C◦ )/décongélation [23]. Elle présente une bonne conserva-
Causes d’erreur dans le dosage tion (3 à 4 jours) dans le plasma/sérum à 4 C◦ et se conserve
pendant au moins 6 mois à -30 C◦ [4, 21].
de la delta-4 androstenèdione
La récupération du sérum doit être réalisée dans un délai
de 6 heures ou de 24 heures qui suivront le prélèvement
Les anticorps hétérophiles et les facteurs rhumatoïdes sont
si l’échantillon est respectivement conservé à température
des facteurs limitants pour les dosages immunologiques et
ambiante ou à 4 ◦ C [24]. Dans le cas échéant, une dimi-
doivent être gardés à l’esprit [15, 16].
nution de la delta-4A est observée suite à sa conversion en
Les molécules de structure proche à l’origine de réactions
testostérone [24].
croisées sont des intermédiaires métaboliques à savoir la
11␣(␤)-OH-androstenèdione et la 5␣(␤)-androstenèdione. Effet de certains médicaments
D’autres molécules synthétiques peuvent interférer telles Des variations d’origine iatrogène de la delta-4A peuvent
que la spironolactone qui biaise de manière significative le apparaître suite à des traitements médicamenteux. Certains
dosage de la delta-4A sur Immulite 2500 [17]. D’après cer- médicaments tels que le kétoconazole et la leuproréline (un
tains auteurs [17, 18], les dérivés ou les métabolites actifs de analogue de la gonadolibérine) augmentent la concentration
la spironolactone telles que la canrénone sont responsables sérique de la delta-4A. La finastéride diminue le taux de la
de l’élévation factice de la delta-4A sérique. delta-4A [25].
La concentration plasmatique de ce métabolite varie entre
10-1 000 ng/mL chez des patients recevant la spironolac-
Données spécifiques pour l’immunodosage
tone [19].
L’immunogène employé pour l’obtention des anticorps
est un dérivé de la delta-4A. La structure générale-
ment admise est la suivante : delta-4A-pont chimique
Données immuno-analytiques utiles
(bridging)-protéine. La fixation du groupement chimique
((O-carboxyméthyl)-oxime ou hémisuccinate) réalisant le
Données pré-analytiques
pontage est faite grâce à un groupement hydroxyl (ou
Prélèvement cétone) du côté de la delta-4A et par un groupement amine
L’heure du prélèvement doit tenir compte de la variation (ou carboxylique) du côté de la protéine (sérum albumine
nycthémérale de la sécrétion de la delta-4A. Il est préfé- humaine ou bovine) [26].
rable que le recueil des échantillons soit effectué le matin Les dosages immunologiques de routine sont de type
de 7 à 8 heures. Dans le cas contraire, l’heure du pré- compétitif avec une détection par chimiluminescence, ou
lèvement doit être indiquée (surtout au cours de l’après- par fluorescence ou encore de type isotopique (tableau 1)
midi). [27, 28].

Ann Biol Clin, vol. 74, n◦ 4, juillet-août 2016 497


© John Libbey Eurotext, 2016
Profil immuno-analytique

Tableau 1. Données actuelles sur les techniques immunologiques pour la quantification de la delta-4A (modifié à partir de la référence
[31]).

Société DSL Beckman Beckman Dade Diasorin IBL


France Coulter Coulter Behring Hambourg
France France
Dénomination commerciale Andros- D 4 andros- D 4 andros- Gamma Coat Gamma Coat Androstènedione
tènedione tènedione tènedione androstène- androstène- Elisa
directe dione dione
Marqueur 125 I 125 I 125 I 125 I 125 I HRP
Nature du spécimen analysé Sérum ou Sérum ou Sérum ou Sérum ou Sérum Sérum ou
plasma plasma plasma plasma plasma
Volume de la prise d’essai (mL) 50 100* 50 100 50 20
Matrices des calibrateurs autres Tampon + Tampon + Sérum Sérum Sérum Non indiqué
que le point zéro sérum BSA humain humain humain
Limite de détection analytique 0,03 0,04 0,1 0,04 0,03 0,04
(ng/mL)
Nature de l’anticorps APC APC APC APC (lapin) APC (lapin) APC
(lapin)
Temps d’incubation (min) 30 à 40 60 30 à 40 120 30 à 40 60 + 15
Température d’incubation (◦ C) 37 37 37 18 - 24 37 18 - 24

* Après extraction et chromatographie. HRP : horse radish peroxydase ; APC : anticorps polyclonal

La technique de type CLEIA (Chemiluminescent enzyme inter-essai. Les microcolonnes de Célite sont les plus
immunoassay) utilisée dans l’automate Immulite 2000 ® abondamment utilisées pour l’extraction de la delta-4A
présente une limite de détection analytique (LD) de l’ordre [35]. Les solvants organiques couramment employés pour
de 0,27 nmol/L et une répétabilité de 4,8-9,7 % [29]. l’extraction plasmatique et/ou urinaire sont l’éther diéthy-
La TRFIA (Time-resolved fluoroimmunoassay) présente lique et l’éther de pétrole (le plus performant) [34]. D’autres
une LD plus basse (0,177 nmol/L) et des coefficients de auteurs tels que Janse et al. [12] ont réalisé l’extraction par
variation (CV) inférieurs à 10 % (répétabilité : 2-5,5 % ; un mélange hexane/toluène.
reproductibilité : 4,4-7,5 %) [30]. Janse et al. [12] ont utilisé
une RIA domestique (in-house) faisant suite à une extrac-
tion par un mélange hexane/toluène auprès de sujets atteints Comparaison inter-techniques
du syndrome des ovaires polykystiques et d’insuffisance
ovarienne primaire. La reproductibilité était de 11,5 % à La LC-MS/MS (chromatographie en phase liquide couplée
1 nmol/L et inférieure à 6 % pour des concentrations de à la spectrométrie de masse) et la GC/MS (chromatogra-
5-11 nmol/L. phie en phase gazeuse couplée à la spectrométrie de masse)
Les techniques les plus utilisées pour le dosage de la delta- constituent des méthodes de choix pour le dosage de la
4A sont de type radio-immunologique (RIA) utilisant la delta-4A [21, 36].
delta-4A marquée à l’iode 125 (tableau 3) [31], et secon-
dairement la delta-4A tritiée. L’utilisation de traceur tel que Remarques concernant les dosages directs
l’iodohistamine employant un marquage externe (pontage) Wheeler [24], Hummer et al. [37] et Lejeune-Lenain et al.
présente le risque de réduire la sensibilité de la technique, [27] affirment que les kits d’immunodosage direct com-
sachant que le pont chimique peut être reconnu à tort par les mercialisés présentent des performances acceptables dans
anticorps [32]. Quel que soit l’anticorps employé, les per- la plupart des cas cliniques. Ceci est contradictoire avec
formances demeurent comparables en termes de précision de récentes investigations qui comparent la précision des
avec un CV inférieur à 10 %. techniques immunologiques et celles des techniques de MS
Le dosage direct pose certains problèmes de spécificité [12, 17, 38, 39]. Les dosages immunologiques directs appa-
surtout à basse concentration [12, 33], ce qui amène à raissent comme discordants avec des biais positifs de l’ordre
recommander une extraction par un solvant organique [21]. de 52-174 %, probablement suite à la présence de cross
De plus, l’extraction permet d’éliminer les interférences réactants polaires [17]. Bruce et al. [17] ont souligné la part
dues aux anticorps hétérophiles. de l’effet matrice dans cette surestimation en mesurant la
Besch et al. [34] indiquent que l’utilisation de la chro- delta-4A sur des étalons de la LC-MS/MS par une technique
matographie sur Sephadex LH 20 peut augmenter le CV RIA.

498 Ann Biol Clin, vol. 74, n◦ 4, juillet-août 2016


© John Libbey Eurotext, 2016
Delta-4 androstènedione

Tableau 2. Valeurs usuelles de la delta-4A selon l’âge.

Concentrations (ng/mL)
Âge Technique Référence
Les deux sexes Sexe masculin Sexe féminin
9-15 jours 0,140-0,380 – – GC-MS [40]

16-40 jours – 0,010-0,090 0,014-0,076


6-24 mois 0,025-0,150 – – LC-MS/MS [41]

2-3 ans < 0,110 – –

4-5 ans 0,023-0,170 – –

6-7 ans 0,010-0,290 – –

7-9 ans 0,030-0,300 – –

10-11 ans 0,070-0,390 – –

12-13 ans 0,100-0,640 – –

14-15 ans 0,180-0,940 – –

16-17 ans 0,300-1,130 – –

18-40 ans 0,330-1,340 – –

40-67 ans 0,230-0,890 – –


1-6 ans 0,100-0,700 – – RIA après extraction et [35]
purification sur célite

Remarques concernant les dosages après extraction Indications de dosage


En dépit d’une bonne corrélation entre la RIA (après extrac-
tion) et la LC-MS/MS, les valeurs fournies par les méthodes Chez la femme adulte, le clinicien peut avoir recours au
immunologiques sont plus élevées suite à la persistance de dosage sérique de la delta-4A, en complément à d’autres
certaines réactions croisées et à la différence des calibra- paramètres tels que le sulfate de la déhydroépiandrostérone,
teurs employés [11, 12]. Dorgan et al. [39], à l’exception la testostérone totale et libre, et ce, pour le diagnostic des
des autres auteurs, ont obtenu des valeurs inférieures à celles hyperandrogénies, des hirsutismes et des phénomènes de
fournies par la GC/MS. virilisation [4, 21, 25]. Chez la femme hirsute, le diagnostic
étiologique passe par le dosage de la testostérone et la delta-
4A (au début de la phase folliculaire).
Valeurs usuelles (sérum ou plasma)
Cas de l’hirsutisme d’origine ovarienne
Actuellement, il n’existe pas de valeurs de référence pour
la delta-4A, chaque laboratoire devant établir ses propres Syndrome des ovaires polykystiques
références. Au point de vue biologique, le diagnostic du syndrome des
Les tableaux 2 et 3 donnent les valeurs usuelles relevées de ovaires polykystiques (SOPK) se base sur des éléments de
la littérature [35, 40, 41]. présomption dont le premier est la détermination du rapport
Facteurs de conversion d’unités pour la delta-4 A : ng/mL LH/FSH. Au cours d’un SOPK, ce rapport (LH/FSH) est
× 3,492 = nmol/L supérieur à 1. D’autres indicateurs tels que l’augmentation
La concentration salivaire est 10 fois inférieure à la concen- de la testostéronémie et de la delta-4A, respectivement dans
tration plasmatique [42]. 58 % et 15 % des patients atteints du SOPK, permettent
Le dosage salivaire de la delta-4A ne peut avoir d’intérêt d’orienter le diagnostic [44].
que lorsque des prélèvements répétés devront être réali-
sés (cas de l’enfant et au cours des tests dynamiques). Tumeurs ovariennes virilisantes
Puisque la delta-4A n’a pas de protéine vectrice spécifique, L’exploration des tumeurs virilisantes (arrhénoblastomes et
la concentration salivaire est fortement corrélée à la fraction tumeurs à cellules lipidiques) est très évoquée en cas d’un
plasmatique totale et libre (r > 0,9) [42, 43]. rapport delta-4A/testostérone égal à 1 [18].

Ann Biol Clin, vol. 74, n◦ 4, juillet-août 2016 499


© John Libbey Eurotext, 2016
Profil immuno-analytique

Tableau 3. Valeurs usuelles de la delta-4A selon la situation physiologique.

Situation Concentrations (ng/mL)


Technique Référence
physiologique Les deux sexes Sexe masculin Sexe féminin
Stade pubertaire 1 0,035-0,320 – – LC-MS/MS [41]

Stade pubertaire 2 0,079-0,480 – –

Stade pubertaire 3 0,140-0,870 – –

Stade pubertaire 4 et 5 0,270-1,070 – –


Phase folliculaire – – 0,650-1,710 RIA après extraction et [35]
purification sur célite
Au milieu du cycle – – 1,050-2,360

Phase lutéale – – 0,870-2,050

Femmes ménopausées – – 0,100-0,700

Cas de l’hirsutisme d’origine surrénalienne Cas de la thérapie de remplacement au cours


de l’hyperplasie congénitale de la surrénale
Les tumeurs virilisantes surrénales
Chez la femme adulte, des tumeurs virilisantes sur- La delta-4A est un marqueur intéressant pour le monito-
rénaliennes ovariennes peuvent être à l’origine ring de la thérapie de remplacement au cours d’hyperplasies
d’hyperandrogénies. Le diagnostic différentiel repose congénitales [24].
sur les recommandations établies par la Société française
d’endocrinologie [45]. Ce protocole de diagnostic repose Conclusion
sur la détermination de la testostérone et du sulfate de
la déhydroépiandrostérone qui sont élevées lorsque la La delta-4A est l’un des tests de base pour l’exploration
surrénale est en cause. La delta-4A est augmentée au cours des troubles androgéniques, notamment au cours des hirsu-
des tumeurs surrénaliennes virilisantes jusqu’à 20 fois la tismes et du syndrome de virilisation chez la femme. Les
valeur normale [18]. techniques immunologiques continuent d’être les méthodes
les plus employées pour le dosage de la delta-4A, dans
Les blocages enzymatiques sur la voie de la synthèse l’attente de la généralisation de l’application de la spec-
du cortisol et hyperplasie des surrénales trométrie de masse.
La delta-4A peut également être prescrite pour le diagnostic Devant les difficultés de standardisation des techniques
de l’hyperplasie congénitale quelle que soit l’étiologie en d’immunoanalyse [34, 37, 38], il est indispensable que
question. Une augmentation est observée au cours des chaque patient soit suivi avec une même technique, et que le
hyperandrogénies surrénaliennes qui font suite à un défi- nom de cette dernière soit mentionné sur le bilan hormonal
cit enzymatique en relation avec la synthèse du cortisol, rendu par le biologiste.
particulièrement la CYP21, la CYP11B1 et la 3bêta-
hydroxystéroïde déshydrogénase [28, 34, 37, 45]. Liens d’intérêts : L’auteur déclare ne pas avoir de lien
d’intérêt en rapport avec cet article.

Chez l’enfant
Références
Le diagnostic de l’adrénarche prématurée, des précoci-
tés et des ambiguïtés sexuelles (tableau 1) [28], nécessite 1. Stewart PM, Krone NP. The adrenal cotex. In : Melmed S, Polonsky
KS, Larsen PR, Kronenberg HM, eds. William textbook of endrocinology
entre autres la détermination de la delta-4A en plus d’un 12th. Philadelphia, USA : Sanders Elsevier, 2011, 479-580.
certain nombre d’autres paramètres hormonaux tels que
l’œstradiol, la testostérone totale, le sulfate de la déhy- 2. Auzeby A, Bogdan A, Touitou Y. An alternate pathway to andros-
tenedione synthesis by human adrenals : evidence of a balance in 11
droépiandrostérone, la 17 alpha-hydroxyprogestérone et beta-hydroxylase and 17,20-lyase activities leading to androstenedione.
éventuellement la sex hormone binding globulin [44]. Il J Clin Endocrinol Metab 1995 ; 80 : 1706-11.
est à noter que le dosage par RIA après extraction à
3. Kelestimur F, Sahin Y. Alternate pathway 17,20-lyase enzyme activity
l’éther donne des résultats convenables pour l’étude de in the adrenals is enhanced in patients with polycystic ovary syndrome.
l’adrénarche [46]. Fertil Steril 1999 ; 71 : 1075-8.

500 Ann Biol Clin, vol. 74, n◦ 4, juillet-août 2016


© John Libbey Eurotext, 2016
Delta-4 androstènedione

4. Anonyme. Delta 4 androstènedione. In : Précis de biopathologie -hydroxysteroid dehydrogenase deficiency. J Clin Endocrinol Metab
analyses médicales spécialisées. France : Biomnis, 2012 : Disponible 1973 ; 36 : 867-79.
sur le lien : http://www.biomnis.com/referentiel/liendoc/precis/DELTA4-
ANDROSTENEDIONE.pdf. consulté le 06 Juin 2014. 21. Guéchot J. Delta 4 androstènedione. EMC (Elsevier Masson SAS)
biologie clinique 2003, 90-10-0385.
5. Bulun SD. Physiology and pathology of the female reproductive
axis. In : Melmed S, Polonsky KS, Larsen PR, Kronenberg HM, 22. Lacey JM, Minutti CZ, Magera MJ, Tauscher AL, Casetta B, McCann
eds. William textbook of endocrinology, 12th edition. Philadelphia, M, et al. Improved specificity of newborn screening for congenital adrenal
USA : Sanders Elsevier, 2011, 581-816. hyperplasia by second-tier steroid profiling using tandem mass spectro-
metry. Clin Chem 2004 ; 50 : 621-5.
6. Guignard MM, Pesquies PC, Serrurier BD, Merino DB, Reinberg AE.
Circadian rhythms in plasma levels of cortisol, dehydroepiandrosterone, 23. Wickings EJ, Niescglag E. Stability of testosterone and androstene-
delta 4-androstenedione, testosterone and dihydrotestosterone of healthy dione in blood and plasma samples. Clin Chim Acta 1976 ; 71 : 439-43.
young men. Acta endocrinol (Copenh) 1980 ; 94 : 536-45.
24. Wheeler MJ. Measurement of androgens. In : Wheeler MJ,
7. Goldman J, Wajchenberg BL, Liberman B, Nery M, Achando S, Ger- Morely Hutchinson JS, eds. Hormone assays in biological fluids. New
mek OA. Contrast analysis for the evaluation of the circadian rhythms of York : Humana Press, 2006, 197-212.
plasma cortisol, androstenedione, and testosterone in normal men and the
possible influence of meals. J Clin Endocrinol Metab 1985 ; 60 : 164-7. 25. Stanczyk FZ, Azen CG, Pike MC. Effect of finasteride on serum levels
of androstenedione, testosterone and their 5alpha-reduced metabolites in
8. Young JM, McNeilly AS. Theca : the forgotten cell of the ovarian men at risk for prostate cancer. J Steroid Biochem Mol Biol 2013 ; 138 :
follicle. Reproduction (Cambridge, England) 2010 ; 140 : 489-504. 10-6.

9. Miller W, Geller D, Rosen M. Ovarian and adrenal androgen biosyn- 26. Abraham GE. Radioimmunoassay of steroids in biological materials.
thesis and metabolism. In : Azziz R, Nestler J, Dewailly D, eds. Androgen Acta endocrinol 1974 ; 75 : 7-42.
excess disorders in women.. New York : Humana Press, 2007, 19-33.
27. Lejeune-Lenain C, Wolter R, Franckson JRM. A direct radio-
10. L’Allemand D, Biason-Lauber A. Intra-adrenal regulation of andro- immunoassay for plasma 4-androstenedione. Application to children.
gen synthesis. Eur J Clin Invest 2000 ; 30(Suppl. 3) : 28-33. Clin Chim Acta 1979 ; 94 : 327-9.

11. Hsing AW, Stanczyk FZ, Belanger A, Schroeder P, Chang L, Falk RT, 28. Conte FA, Grumbach MM. Disorders of sex determination and
et al. Reproducibility of serum sex steroid assays in men by RIA and mass differentiation. In : Gardner DG, ed. Greenspan’s basic & clinical endo-
spectrometry. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 2007 ; 16 : 1004-8. crinology, 9e . New York : McGraw-Hill, 2011, p. 479-526.

12. Janse F, Eijkemans MJ, Goverde AJ, Lentjes EG, Hoek A, Lam- 29. Owen WE, Roberts WL. Performance characteristics of the Immulite
balk CB, et al. Assessment of androgen concentration in women : liquid 2000 androstenedione assay. Clin Chim Acta 2007 ; 383 : 168-71.
chromatography-tandem mass spectrometry and extraction RIA show
comparable results. Eur J Endocrinol 2011 ; 165 : 925-33. 30. Fiet J, Giton F, Boudi A, Boudou P, Soliman H, Villette
JM, et al. Development of a sensitive and specific new plasma 4-
13. Roy SN. Androgens : biosynthesis and its regulation, source and blood androstene-3,17- dione time-resolved fluoroimmunoassay (TR-FIA).
levels, metabolism, biological actions adn clinical aspects. In : Talwar GP, Steroids 2001 ; 66 : 609-14.
Srivastava LM, eds. Textbook of biochemistry and human biology 3th. New
Delhi : Prentice-hall of India private limited, 2003, 914-24. 31. Nonnenmacher L. Informations réactifs : androstènedione, dihydro-
testosterone, estriol et estrone. Immunoanal Biol Spec 2003 ; 18 : 166-71.
14. Gower DB. Analysis of androgens and their derivatives. In : Makin
HLJ, Gower BD, eds. Steroid analysis. London : Springer, 2010, 457-558. 32. Thomson S, Wallace AM, Cook B. A 125-Iradioimmunoassay for
measuring androstenedione in serum and in bloo-spot samples from neo-
15. Valat C, Sapin R. Problèmes et pièges en immunoanalyse. In : Massart nates. Clin Chem 1989 ; 35 : 1706-12.
C, ed. Immunoanalyse : de la théorie aux critères de choix en biologie
clinique. Les Ulis : EDP Sciences, 2012, 115-58. 33. Fiet J, Galons H, Villette JM, Boudou P, Guéchot J, Gueux B, et al.
Problèmes particuliers posés par l’immunodosage des stéroïdes. Immu-
16. Sapin R. Interférences dans les immunodosages : mécanismes et noanal Biol Spec 1994 ; 9 : 285-92.
conséquences en endocrinologie. Ann Endocrinol (Paris) 2008 ; 69 :
415-25. 34. Besch NF, Buoy E, Haller WS, Johson HJ, Besch PK. Radioimmu-
noassay for 4-androsten-3,17-dione, including the synthesis, production,
17. Bruce SJ, Rey F, Beguin A, Berthod C, Werner D, Henry H. and characterization of the antiserum. Clin Chem 1986 ; 32 : 1357-67.
Discrepancy between radioimmunoassay and high performance liquid
chromatography tandem-mass spectrometry for the analysis of andros- 35. Fiet J, Gourmel B, Villette JM, Brerault JL, Julien R, Cathelineau
tenedione. Anal Biochem 2014 ; 455 : 20-5. G, et al. Simultaneous radioimmunoassay of androstenedione, dehydroe-
piandrosterone and 11-beta-hydroxyandrostenedione in plasma. Horm Res
18. Touraine P. Diagnostic d’un hirsutisme. Médecine thérapeutique 1980 ; 13 : 133-49.
Endocrinologie 1999 ; 1 : 207-14.
36. Nordblom GD, Counsell RE, England BG. A specific radioim-
19. Krasowski M, Drees D, Morris C, Maakestad J, Blau J, Ekins S. munoassay for androstenedione with reduced bridge-binding. Steroids
Cross-reactivity of steroid hormone immunoassays : clinical significance 1984 ; 44 : 275-82.
and two-dimensional molecular similarity prediction. BMC Clin Pathol
2014 ; 14 : 33. 37. Hummer L, Nielsen MD, Christiansen C. An easy and reliable
radioimmunoassay of serum androstenedione : age-related normal values
20. Goebelsmann U, Horton R, Mestman JH, Arce JJ, Nagata Y, Naka- in 252 females aged 2 to 70 years. Scand J Clin Invest 1983 ; 43 :
mura RM, et al. Male pseudohermaphroditism due to testicular 17 301-6.

Ann Biol Clin, vol. 74, n◦ 4, juillet-août 2016 501


© John Libbey Eurotext, 2016
Profil immuno-analytique

38. Fanelli F, Belluomo I, Di Lallo VD, Cuomo G, De Iasio R, Baccini M, 42. Putz Z, Hampl R, Vanuga A, Veleminsky J, Starka L. A selective
et al. Serum steroid profiling by isotopic dilution-liquid chromatography- radioimmunoassay of androstenedione in plasma and saliva. J Clin Chem
mass spectrometry : comparison with current immunoassays and reference Clin Biochem 1982 ; 20 : 761-4.
intervals in healthy adults. Steroids 2011 ; 76 : 244-53.
43. Baxendale PM, Jacobs HS, James VH. Plasma and salivary androste-
39. Dorgan JF, Fears TR, McMahon RP, Aronson Friedman L, Patter- nedione and dihydrotestosterone in women with hyperandrogenism. Clin
son BH, Greenhut SF. Measurement of steroid sex hormones in serum : Endocrinol 1983 ; 18 : 447-57.
a comparison of radioimmunoassay and mass spectrometry. Steroids
2002 ; 67 : 151-8. 44. Walker VR, Dombi GW, Gutai JP, Wade DD, Swartz KH, Liu H, et al.
Semiautomated method for the quantitation of plasma or sera androste-
40. Magnisali P, Dracopoulou M, Mataragas M, Dacou-Voutetakis A, nedione, testosterone, and dihydrotestosterone in population studies. Anal
Moutsatsou P. Routine method for the simultaneous quantification Biochem 1996 ; 234 : 194-203.
of 17alpha-hydroxyprogesterone, testosterone, dehydroepiandrosterone,
androstenedione, cortisol, and pregnenolone in human serum of neo- 45. Bermudez JA, Coronado V, Mijares A, Leon C, Velazquez A, Noble
nates using gas chromatography-mass spectrometry. J Chromatogr A P, et al. Stereochemical approach to increase the specificity of steroid
2008 ; 1206 : 166-77. antibodies. J Steroid Biochem 1975 ; 6 : 283-90.

41. Kushnir MM, Blamires T, Rockwood AL, Roberts WL, Yue B, 46. de Groot MJ, Pijnenburg-Kleizen KJ, Thomas CM, Sweep FC,
Erdogan E, et al. Liquid chromatography-tandem mass spectrometry Stikkelbroeck NM, Otten BJ, et al. Salivary morning androstenedione
assay for androstenedione, dehydroepiandrosterone, and testosterone and 17alpha-OH progesterone levels in childhood and puberty in
with pediatric and adult reference intervals. Clin Chem 2010 ; 56 : patients with classic congenital adrenal hyperplasia. Clin Chem Lab Med
1138-47. 2015 ; 53 : 461-8.

502 Ann Biol Clin, vol. 74, n◦ 4, juillet-août 2016

View publication stats


© John Libbey Eurotext, 2016

Vous aimerez peut-être aussi