Vous êtes sur la page 1sur 42

V

EKUÊ-AKPA Kok o è Mawufe

DECRET PORTANT ORGANISATION DU REGIME DE LA PROPRIETE FONCIERE DANS LES COLONIES


ET TERRITOIRES RELEVANT DU GOUVERNEMENT GENERAL DE
L'AFRIQUE OCCIDENTALE FRANÇAISE
(2k JUILLET-' 1 9 0 6 )

LE FRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE, Vu

l'article 1 8 du sénatus-consulte du 3 Mai 1 8 5 ^ ;

Vu les décrets des 2 0 Juillet et 3 Août 1 9 0 0 , sur le régime de la " propriété


foncière dans les colonies du Sénégal, de la Côte-d'Ivoire, du Dahomey et de la Guinée
Française ;
Vu le décret du 1 0 Novembre 1 9 0 3 , portant réorganisation du Service de la Justice
dans les colonies relevant du Gouvernement général de l'Afrique occidentale française,
ensemble le décret modificatif du 2 2 Mai 1 9 0 5 ; (
Vu le décret du 1 8 Octobre 1 9 0 ^ , portant réorganisation du Gouvernement Général
de l'Afrique Occidentale Française ;
Vu le décret du 2 3 Octobre 1 9 0 ^ , sur le domaine public et les terres domaniales
dans les colonies relevant du Gouvernement général, de l'Afrique Occidentale Française ;
/

Sur le rapport du Ministre des Colonies,

D E C R E T E :

TITRE PREMIER • ETABLISSEMENT DU REGIME FONCIER CHAPITRE


PREMIER : ORGANISATION **'

§ 1er. DU BUT DE L'INSTITUTION ;: $


ARTICLE PREMEIR : Il est institué, dans les colonies et territoires de»l'Afri>\\
'" - • • u

que occidentale française, un service dit de la conservation j de la


propriété et des droits fonciers, chargé d'assurer aux aux titulaires
la garantie des droits réels qu'ils possèdent 1 sur les immeubles
soumis au régime du présent décret.? ".■^ j
2

..ARTICLE 2 : Cette garantie est obtenue au moyen de la publication B ur des livrer


fonciers, à un compte particulier ouvert pour chaque immeuble, de tous les
droits réels qui s'y rapportent, ainsi que des modifications de ces memesdroit
s, ladite publication étant précédée de la vérification des justifications
produites et faisant foi à l'égard
des tiers, le tout dans les limites et conformément aux dispositions ci-après
formulées.
ARTICLE 3 : Pour permettre cette publication, les immeubles doivent être, en suite
d'une procédure spéciale tendant à provoquer la révélation de tous droits réels
déjà constituée; préalablement immatriculés sur les livres fonciers.
iRTICLE k : L'immatriculation des immeubles aux livres fonciers est autorisée, quel que soit
l'état ou le statut des propriétaires ou détenteurs.
RTICLE 5 : L'immatriculation est facultative. Exceptionnellement, elle est obligatoire :
1° Dans le cas d'aliénation ou de concession de terres domaniales

2 ° - Dans le cas où un immeuble, détenu jusque-là dans les formes

admises par les coutumes indigènes, doit faire pour la première fois, l'objet
d'un contrat écrit rédigé en conformité des principes du droit français.
Dans ce;i deux cas, la formalité doit, à peine de nullité de la convention,
précéder la passation de l'acte qui consacre l'accord définitif des parties.
/'

PICLE 6 : L'immatriculation est définitive ; aucun immeuble immatriculé ne peut être


soustrait z.v. régime ainsi adopté pour être placé à nouveau sous l'empire de celui
auquel il était soumis antérieurement.
2 : DES BUREAUX DE LA Ow^HVATION
ICLE 7 : 1^- est créé nil bureau de la conservation de la propriété et des droitu
fonciers au siège de chacun des tribunaux de première instance établis dans le
r v c icrfc do la cour d'appel de l'Afrique occidentale française et, en outre au
siège de la Justice de Paix à compétence étendue de Kayes.
De nouveaux bureaux pourront être créés, par arrêtés du gouverneur général,
rendus sur la proposition des lieutenants-gouverneurs, auprès des juridictions de
même ordre qui seraient ultérieurement établie:: dans ledit ressort.
\ • - a -

ARTICLE 8 : Les bureaux de la conservation de la propriété foncière sont ouverts au public


six heures chaque jour, à l'exception des dimanches et jours fériés légaux.
Les heures d'ouverture doivent être affichées à la porte extérieure des bureaux. § 3 .
DES PREPOSES

ARTICLE 9 : Les préposés portent le titre de conservateurs de la propriété foncière,.


Ces fonctions sont remplies dans chacune des circonscriptions susvisées par le conservateur
des hypothèques ou, s'il n'existe pas de conservateur des hypothèques, par le receveur ou
l'un des receveurs de l'enregistrement résidant au chef-lieu de la circonscription, en vertu
d'une désignation expresse du gouverneur général. 1RTICLE 10 :Les conservateurs de la
propriété foncière sont chargés :
1°/- De la suite à donner aux demandes d'immatriculation de biens immeubles
sur les livr es fonciers ; 2 ° / - De la formalité de l'immatriculation comportant
l'établissement du
titre foncier de chaque immeuble soumis à ce régime ; 3 ° / ~ De l'inscription, à
la suite des titres fonciers et des copies de
ces titres des droits réels constituée sur les immeubles immatriculés et devant, pour
ce motif, être publiés ; k 0 / - Enfin de la communication au public des renseignements
contenus en
leurs archives et relatifs aux propriétés et propriétaires fonciers. ■ k .
- DES LIVRES FONCIERS ET DOCUMENTS ANNEXES

.RTICLE 11 : Les livres fonciers sont affectés, à raison d'une feuille ouverte par
immeuble, à l'enregistrement spécial prévu à l'article 3i sous le nom
d'immatriculation, et à l'inscription ultérieure, en vue de leur
conservation, dans le sens de l'article 1er, des droits réels soumis à
la publicité.
RTICLE 1 2 : L'ensemble des mentions consignées 'Bur une feuille ouverte des livres fonciers
constitue le titre foncier de l'immeuble auquel elles s'appliquent .
Les mentions du titre foncier sont appuyées et complétées par l'ads-jonction de
bordereaux analytiques, établis par le conservateur; d«a actes et pièces
produits comme justification des droits réels pucl£ &4 •

J
AR T IC L E 1 3 ; A chaque titre foncier correspond, dans les archives de la conservation, un
dossier comprenant : 1 ° / - Lés pièces de la procédure d'immatriculation ; 2 ° / - Le plan
définitif de l'immeuble ;
3 ° / - La série des bordereaux analytiques successivement établis ;

h 0 / - Las actes et pièces analysés.

AR T IC L E 1 *f : Le nombre des livres fonciers à ouvrir dans chaque bureau est fixé
1
par arrêté du lieutenant-gouverneur, sur la proposition du conservateur.
Tout immeuble immatriculé aux livres fonciers est désigné par le numérc du titre foncier qui
le concerne. L RT IC L E 1 3 î Outre les livres fonciers et les dossiers correspondants les

conservateurs de la propriété foncière tiennent cnoore les registres ci-après, savoir :


a. Pour la suite do la procédure d'immatriculation :

1 ° / Le registie d7ordre des formalités préalables à l'immatriculation ; 2 ° / Le

registre des oppositions

b. Pour la constatation des demandes d'inscription sur les livres fonciers 3 ° / Le


registre des dépôts des actes à inscrire :
c. Pour la commun:! cation des renseignements au public.
h 0 / Le répertoire .'es titulaires de droits réels et la table par bulletins mobiles,
dudit répertoire. R T IC L E 1 6 : Le registre c;^r, oppositions et le registre des dépôts des
actes à
inscrire èenc arrêtés chaque jour psr le conservateur, à l'heure de fermeture
ces bureaux;
Le registre des dépôts est tenu en double exemplaire et, dès achèvement l'un
d'aux est transmis au dépôt des archives coloniales à Para s.

l'ICLE 1 7 ï Les livres et registres énumérés aux articles 1 *f et 1 3 sont cotés et paraphés,

avant tout usage par le président du tribunal ou le juge de paix à compétence


étendue.
ARTICLE 1 8 : Le procureur général, chef du Service judiciaire de l'Afrique Occidentale
Française, les procureurs de la République près les tribunaux de première
instance et le juge de paix à compétence étendue de Kayor peuvent, chacun
dans leur ^ressort, demander personnellement la communication sans
déplacement des registres des conservateurs de la propriété foncière,
CHAPITRE II - LEGISLATION

ARTICLE 19 î Sont applicables aux immeubles immatriculés et aux droits réels qui s'y
rapportent d'une façon générale, les dispositions du Code civile et des lois françaises,
et spécialement lorsque les dits immeubles <et droit réels sont en la possession
d'indigènes, les règles de droit coutu-mier local relatives à l'état des personnes et à la
dévolution des successions en tout ce que ces dispositions et règles ont de non contraire
au présent décret et sauf les modification ci-après établie!

5 1er.- LEGISL \TION FRANC (jXSjj

ARTICLE 20 : Sont immeubles par l'objet auquel ils s'appliquent :


a. Les droits réels immobiliers, savoir ;
b. .tJ-La propriété des biens immeubles ;
2- L'usufruit des mêmes biens ;
3 - Les droits d'usage et d'habitation ;
4- L'emphytéose ;
5 - Le droit de superficie ;

6 - Les servitudes et services fonciers ;

7 - L'antichrèse ;

8 - Les privilèges et hypothèques ;

b. Les actions qui tendent à revendiquer un immeuble. îTICLE 21 : Les droits


réels émunérés en l'article précédent ne se 0 onservent et
nr- produisent effet à l'égard des tiers qu'autant qu 'i]S ont ' été rendus
publics dans.les formas, conditions et limites réglées au présent décret, sans
préjudice des droits et actions réciproques des parties . pour l'exécution de
leurs conventions.
ARTICLE 2 2 : L'emphytéose est soumis, pour tout ce qui concerne sa constitutio:.\ et son usage
et las droits et devoirs réciproques des parties, aux dispositions de la loi du
2 5 Juin 1 9 0 2 qui est déclarée applicable en Afrique Occidentale Française. ..

ARTICLE 25 : Le droit de superficie consiste dans le fait de posséder des constructions,


ouvrages ou plantations sur un fonds appartenant à autrui. Le titulaire peut
grever de servitudes les biens qui font l'objet de son droit, mais seulement
dans la limite qui lui est imposée pour l'exercice de ce droit.
\RTICLE 24 : Sont dispensées de la publicité les servitudes dérivant de la situation
naturelle des lieux ou des obligations imposées par la loi, à l'exception
cependant de la servitude de passage pour cause d'enclave, dont l'assiette
doit être exactement déterminée soit au moment de l'immatriculation du fonds
grevé, soit lors de la création de la servitude si celle-ci est postérieure à
l'immatriculation.

IRtjCLE 2 5 : La faculté accordée aux cohéritiers ou à l'un d'entre eux d'écarter


du partage toute personne non successible à laquelle un cohéritier
( aurait cédé son droit à la succession appartient également au copro-
priétaire indivis d'un immeuble, au superficiaire, pour l'acquisition
du sol et au propriétaire du sol, pour l'acquisition de la superficie,
tout retrait indistinctement doit être exercé dans un délai de
deux mois à compter du jour où la vente a été rendue publique.
tRTICLE 26 : Le privilège du vendeur ou du bailleur de fonds sur l'immeuble vendu, , pour le
payement du prix, et celui des cohéritiers sur les immeubles de la succession,
pour la garantie des partages faits entre eux soul-tes ou retours de lots, sont
remplacés par une hypothèque forcée.

RTICLE 27 î Les privilèges ' énumérés en l'article 2101 du code civil à l'eeception toutefois
du privilège des frais de justice faits pour la réalisation de l'immeuble et la
distribution du prix, ne procurent droit de préférence aux bénéficiaires,
appelés à les exercer sur la masse immobilière que sur les créanciers
chirographaires.
ARTICLE 2 8 : Le privilège maintenu par l'article précédent est dispensé de toute
publication.

ARTICLE 29 : Par dérogation à la règle posée en l'article 21, les créanciers et


légataires qui demandent la séparation du patrimoine d'une personne défunte
conservent, à l'égard de ses héritiers et représentants, pour exercer leur
privilège sur les immeubles héréditaires, le bénéfice du délai de six mois
à compter de l'ouverture de succession, nonobstant toute aliénation du chef
desdits héritiers ou représentants.
ARTICLE 30 : L'hypothèque est forcée ou conventionnelle.
L'hypothèque forcée est celle qui est conférée par une décision de justice
sans le consentement du débiteur, dans les cas spécialement déterminés par
le présent décret.
L'hypothèque conventionnelle est celle qui résulte des conventions.

ARTICLE 31 i Sont seuls susceptibles d'hypothèque :


1° _ Les fonds de terre bâtis qui sont dans le commerce.et, avec eux, leurs
accessoires réputés immeubles.
2° - L'usufruit des mêmes biens, pendant le temps de sa durée ;
3° - Les droits d'emphytéQse, pendant le temps de sa durée et de superficie établis sur
les mêmes biens. ARTICLE 32 : Les droits et créances auxquels l'hypothèque forcée est
accordée sont
1° - Ceux de la femme mariée sur les biens de son mari, pour sa dot, ses droits
matrimoniaux, l'indemnité des obligations du mari dont elle est tenue et le remploi
du prix de ses biens aliénés ;
2 ° - Ceux des mineurs et interdits, sur les biens de leurs tuteurs et de la
caution de ce dernier ;
3° - Ceux du vendeur, de l'échangiste ou des copartageants, sur l'immeuble
vendu, échangé JU partagé quand il n'a pas été réservé d'hypothèque
conventionnelle, pour le payement du prix ou de la soulte d'échange ou de
partage.
ARTICLE 3 5 : L'hypothèque forcée de la femme mariée est déterminée quant aux sonm^a
garanties et aux immeubles hypothéqués, soit par une disposition expresse de
contrat de mariage, soit postérieurement au contrat ou s'il n'y a pas eu de
contrat et à défaut consentement du mari, par un jugement du tribunal rendu en
chambre du conseil, sur la requête de la femme, de ses parents, alliés,
créancier, ou du procureur de la République, le Ministère public entendu.
ARTICLE 5 ^ : Dans le cas où les garanties hypothécaires données à la femme sont reconnues
insuffisantes, elles peuvent être étendues, à la requête des péri» sonnes
énumérées en l'article précédent, par jugement du tribunal rendu en chambre du
conseil, le Ministère public entendu.
Si ces garanties sont reconnues excessives, la réduction peut en être ordonnées dans les mêmes
formes, à la requête du mari. .RTICLE 3 5 ' L'hypothèque forcée des mineurs et interdits est
déterminée, quant aux sommes garanties et aux immeubles hypothéqués, par une délibération du
conseil de famille prise à la requête du tuteur du subrogé tuteur, des parents alliés ou créanciers
des mineurs ou interdits, ou du procureur de la République.
3TICLE 3b : Dans le cas où les garanties données aux mineurs ou interdits sont
reconnues insuffisantes, elles peuvent être étendues par délibération du conseil
de famille réuni à la requête des mêmes personnes.
iTICLE 3 7 : Dans ces différents cas, à défaut du consentement du tuteur, la délibération du
conseil est soumise à l'homologation du tribunal et le droit à l'hypothèque résulte
du jugement d'homologation.
TICLE 3 8 : Les maris et tuteurs peuvent toujours être dispensés de l'hypothèque, en constituant
un gage mobilier ou une caution, moyennant que cette substitution soit approuvée et
les conditions de la constitution du ga?s fixées par un jugement du tribunal rendu
en chambre du conseil, le Ministère public entendu.
- 9 -

ARTICLE 3 9 : Le vendeur, l'échangiste ou le copartageant de biens immeubles peuvent dans le


contrat de vente, d'échange ou de partp;".•>, stipuler de l;.i.r acheteur,
coécharigiste ou co partageait, une hypothèque sur les immeu bles vendus,
échangés ou cédés pour garantie du payement total ou partiel du prix ou de la
soulte d'échange ou de partage. A défaut de stipulation d'hypothèque
conventionnelle, le vendeur, l'échangiste ou le copartageant peuvent, en
vertu d'un jugement du tribunal, obtenir l'hypothèque forcée sur leedite
immeubles.

L'action, en résolution de l'acte de vente, d'échange ou de partage pour


défaut de payement du prix ou de la soulte, appartient au Vendeur, à
1'échangiste ou au copartageant, nanti d'une hypothèque conventionelle ou
;orcée régulièrement publiée, du fait même de l'obtention de cette garantie et
concurremment avec elle.

ARTICLE k O : L'hypothèque conventionnelle peut être consentie au gré des parties, soit par
acte authentique. Soit par acte sous signatures privées.

La transmission et la mainlevée de l'hypothèque ont lieu dans les mêmes formes


sauf, cependant dans le cas de cession de l'hypothèque forcée de la femme
mariée ou de renonciation par elle à cet avoir lieu autrement que par acte
authentique.

ARTICLE : Les contrats passés en pays étranger peuvent contenir la stipulation valable
d'hypothèque sur des immeubles situés en Afrique Occidentale Française à la
condition, par les rédacteurs, d'insérer dans lesdits contrats, quelle qu'en
soit la formelles mentions prescrite par l'article 1 0 7 ci-après.

RTICLE k 2 : L'hypothèque régulièrement publiée conserve son rang et sa validité


sans formalité nouvelle, jusqu'à la publication, dans les mêmes former, de l'acte
libératoire.

RTICLE k j La publication de l'hypothèque conventionnelle peut dans les cas de


prêts à court terme, être 'différée pendant un délai maximum de quatre-vingt-
dix jours sans que le créancier soit exposé à prendre le rang qui lui est et
demeure acquis à la condition par lui de se conforme;-aux dispositions de
l'article 1 3 2 du présent décret.
ARTICLE k k : L'hypothèque consentie pour sûreté d'un crén-i t n uvert à conçu rren c •:•
d'une somme déterminée à fournir, prciit! rang à la date de sa pub 1 > . cation, sans égard aux
époques successives de l'exécution des engagom«:>♦,..:: pris par le créditeur. ARTICLE k ' p : Les
actions tendant à la revendication d'immeubles, basées sur l'ur.o
des causes ci-après : rapport en nature de bien donnas : réductions des donations pour
atteinte à la réserve droit de retour des biens données, on cas de vtédécés du donataire seul
ou du donataire et de ses descendants, révocation d'une donation pour inexécution des
conditions ou survenance d'enfants résolution d'un contrat synallagmatique pour inexécution
des conditions ; exécution du pacte de réméré, ne peuvent être exercées qu'autant que ces
droits auront été réservés expressément aux contrats d'aliénation et ne produisent effets à
l'égard des tiers qu'à dater du jour où ces réserves ont été rendues publiques dans les
formes réglées par le présent décret. ARTICLE 46 : Le rapport des biens donnés peut cependant
être exigé en nature même en l'absence d'une réserve expresse dans l'acte de donation tant que
l'immeuble n'a pas été aliéné ou gravé de droits réels par le donataire sinon il ne peut avoir
lieu qu'en moins prenant. ARTICLE 47 : De même, la réduction des donations pour atteinte à la
réserve peut
encore s'exercer sur les immeubles, même en l'absence de toute stipulation y
relative dans l'acte de donation, tant que lesdits immeubles n'ont pas été
aliénés ou grevés de droits réels par le donataire ; dans ce dernier cas, la
réduction a lieu en équipollent.

IRTICLE 48 : L'action en révocation pour cause d'ingratitude bien que non réservée
en l 'acte de donation, peut cependant être exercée par le donateur, «ai 3 . mais
sans préjudicier aux aliénations faites ni aux hypothèques et autres charges
réelles constituées par le donateur, pourvu que les actes y relatifs aient été
publiés avant l'exploit introductif d'instaric.

La. même règle est applicable à la révocation de la donation entre épou*: i qu'il s'agisse
de la rétractation volontaire ou de la résolution impe r V.--par la loi co .me conséquence
du divorce ; cette révocation reste àanc influence sur les droits acquis par des tiers,
à la condition tout ef o:i >-. -, dans le second cas, que les actes constitutifs de ces
droits aient été publiés avant la demande en divorce, tenue pour équivalente à une
demnn-/■ ' de en révocation.
ARTICLE 4 9 : Toutes autres actions tendant à la revendication d'Immeuble, basées sur des
causes ron susceptibles d'énonciation aux contrats d'aliénation, et notamment sur 1 *
inobserva ticdes conditions essentielles à la validité des contrats ; l'atteinte portée aux
droits d» créanciers ou à ceux du mineur,: l'incapacité absolue ou relative de disposer ou
de recevoir par testament ou donation ; l'interdiction légale d'acheter ou de vendre frappant
certaines personnes ou s'appliquant à certains objets : le retrait d'indivision ; sont sans
effet à l'égard des tiers de bonne foi ayant publié leurs titres avant l'acte introdujctif
d'instance. ! ARTICLE 50 • Les actions en nullité pour défaut de forme, en résiliation pour
éviction partielle, existence de servitudes non apparentes lésion du quart ou des sept
douzièmes ou constitution de droits réels par un failli d-jns les dix jours., qui ont précédé
la cessation de ses payements sont irrécevables sur les immeubles immatriculés.

ARTICLE 5 1 : La procédure instituée pour purger les immeubles des hypothèques et autres
droits réels qui les grèvent est supprimée.

ARTICLE 5 2 : Le créancier nanti d'un titre exécutoire peut à défaut de payement à


l'échéance, pour suivre la vente par expropriation forcée des immeubles
immatriculés de son débiteur»

Toutefois, ce droit ne peut être exercé par le détenteur d'un certificat d'inscription délivré
par le conservateur de la propriété foncière dans les conditions prévues aux article 9 4 , 9 5 et

1 2 5 du présent décret qu'à l'égard de l'immeuble affecté. ARTICLE 53_ : L'exécution ne peut
être poursuivie simultanément sur plusieurs immeubles appartenant a un même débiteur qu'après
autorisation délivrée en forme d'ordonnance sur requête par le tribunal de première instance
ou du juge de paix à compétence étendue.

Au cas où la créance n'est point garantie par une hypothèque frappant des immeubles
déterminés, une ordonnance également désignée le ou les immeubles qui doivent
faire l'objet de la poursuite.
- 12 -

ARTICLE 5jt : En cas d'éxécut ion de son débiteur, le créancier lui fait signifier un
commandement dans la forme prévue par l'article 6 7 3 du code de procédure
civile ; ledit commandement qui indépendamment des énonciations ordinaires,
fait connaître le ou les immeubles faisant l'objet de la poursuite, est
présente au visa du conservateur de la propriété foncière, et copie lui en
est remise pour publication régulière.

A défaut de payement dans la quinzaine, il est fait dans les six semaines qui
suivent la remise de la copie du commandement au conservateur, nue publication
sommaire par voie d'irrertion dans un journal local et une apposition de placards
dans les lieux suivants : 1°/- Dans l'auditoire du tribunal du lieu où la vente doit
être effectuée ;

2°/- A la porte de la mairie ou la résidence du représentant de l'administration du


lieu où les biens sont situés et sur la propriété, s'il s'agit d'un immeuble
bâti ;
3 ° / - A la principale place du lieu où le débiteur poursuivi est domicilié, ainsi
qu'à la principale place du lieu ou les biens sont situés.

L'apposition des placards est dénoncée dans la huitaine au débiteur et aux


autres créanciers inscrits, s'il en existe, au domicile par eux élu dans
l'inscription, a*vcc sommation de prendre communication au cahier des charges.

Quinze jours après l'accomplissement de cette dernière formalité, il est


procédé à la vente aux enchères, en présence du débiteur, au lieu dûment
appelé, devant le tribunal ou la justice de paix à compétence étendues de la
situation des Viens ou de la plus grande partie des biens

2°/- à compter du jour de la publication du commandement à la conservation; le


débiteur ne peut aliéner, au préjudice du créancier, les immeubles visés dans
la poursuite, ni les grever d'aucun droit réel jusqu'à la fin de l'instance.

3 ° / - Le commandement, les exemplaires du journal contenant les insertions, les procès-


verbaux d'apposition de placards, la. sommation de prendra connaissance du
cahier des charges et d'assister à la vente, sont annexés au procès-verbal
d'adjudication.
a e •
k ° / '- Les dires et observations doivent être consignés sur le cahier des
charges huit jours au moins avant celui de la vente. Ils contiennent les
élections de domicile dans le lieu ou siège le tribunal ou la justice de
paix à compétence étendue de la situation des biens. Le tribunal est saisi
par simple requête adressée au président ou au juge de paix à compétence
étendue. Il statue sommairement en dernier ressort sans qu'il puisse;en
résulter aucun retard de l'adjudication

5 ° / - Si la vente s'opère par lots ou qu:il y ait plusieurs acquérextrs non


cointéressés, chacun d'eux n'est tenu, vis-à-vis du créancier, que jusqu'à
concurrence de son prix.

6 ° / - La surenchère a lieu conformément aux articles 7 0 8 et suivant du Code de


procédure civile.

7 ° / - Lorsqu'il y a lieu à folle enchère, il est procédé suivant le: mode indiqué
par les numéros 4 , 2 et 3 ci-dessus.

ARTICLE 55 : H est loisible aux parties, pour éviter de recourir à la procédure


qui vient d'être décrite, de convenir dans l'acte constitutif de l'hypothèque ou
dans un acte constitutif de l'hypothèque ou dans un acte postérieur mais à la
condition que cet acte soit publié, que à défaut de payement à l'échéance, le
créancier pourra faire vendre l'immeuble hypothèque par-devant un notaire du lieu
où les biens sont situés.

Dans ce cas, la vente à lieu aux enchères publiques, devant un notaire commis par simple
ordonnance rendue sur requête du président du tribunal ou du juge de paix à compétence
étendue après accomplissement des formalités prescrites par l'article 5 ^ , n° 1, alinéa 1
à 4 . ARTICLE 3 6 : En cas de licitation-p-irtage ou de vente de biens du mineur, il eaeit
fait application pour la vente, des dispositions de l'article 5 4 ci-dessus

ARTICLE 5 7 : La prescription ne peut, en aucun cas, constituer un mode d•acquisition de


droits réels sur des immeubles immatriculés ou de libération des charges grevant
les mêmes immeubles.
0 - 1/f

S 2 DROIT COUTUHIER INDIGENE

ARTICLE 58 : Dans les parties de l'Afrique occidentale française où la teneur du


sol par les habit .:nts ne présente pas tous les c-àrae.'tèreg de la propriété
privée, telle qu'elle existe en France, le fait par un ou plusieurs déten teurs
de terres, d'avoir établi, par la procédure de 1'immatriculation, l'absence de
droits opposables à ceux qu'ils invoquent a pour effet quels que soient les
incident.3 de ladite procédure, de consolider leurs droits

d'usage et de leur - conférer les droiv.<; ds dispositions reconnus aux


propriétaires par la loi française.

TITRE II - FONCTIONNEkFNT M REGIME FONCIER

CHAPITRE PREMIER - I fi l-i AT RI C U L AT 10 D ES

. IMMEUBLES § 1er : DE LA PROCEDURE D'Ih.lATRICULATION

ARTICLE 5 9 : Peuvent requérir l'immatriculation des immeubles sur les livres fonc iers : :
1°/- Le propriétaire, alors même que sa capacité est restreinte aux seuls
actes d'administration ; 2 ° / - Le copropriétaire chargé de l'administration de
l'immeuble indivis
ou muni du consentement des autres ayants-droits ; 3 ° / - Le titulaire d'un dres
droits réels énumérés en l'article 2 0 , autres
que la propriété, avec le consentement du propriétaire ;
k ° / ~ Le tuteur administrateur ou curateur d'un incapable ayant l'un? des qualités
ci-dessus ;
Dans tous les cas, les frais de la procédure sont, sauf convention contraire,
supportés par le requérant à charge de répétition en ce qui concerne les
représentants légaux incapables»

ARTICLE 6 0 : Peut également requérir l'immatriculation, le créancier poursuivant


l'expropriation d'un immeuble, lorsque le tribunal a ordonné l'accomplissement de
cette formalité préalablement à la mise en adjudication.

Dans ce cas les frais sont acquittés en fin de procédure par l'adjudicataire, en
diminution de son prix d'adjudication.
o - 15 -

ARTICLE 6 1 : Sont seuls susceptibles d'immatriculation sur les livres fonciers, 1 -rs fonds de
terre bâtis ou non bâtis.

ARTICLE 6 2 : Il doit être établi une demande spéciale pour chaque corps de propriété,
appartenant à un seul propriétaire ou à plusieurs copropriétaires indivis et
composé d:une ou plusieurs parcelles, pourvu que lesdites parcelles soient
contiguas.

Sont considérées comme telles les parcelles constitutives d'un domaine rural qui
ne sont séparées les unes dos autres que par des cours d'aau ou des voies de
communications affectées ou non, d'une façon permanente, à l'usage public.

ARTICLE 6 ? : Préalablement à toute demande d'immatriculation l'immeuble non clôturé doit


être par les soins du propriétaire, déterminé quant à ses limites au moyen de
bornes en maçonnerie placées à chacun des sommets du polygone formé par le terrain
; ces bornes mesurant au moins 1 5 centimètres de hauteur au-dessus du sol et 1 5

centimètres de côté, doivent adhérer à un socle également en maçonnerie de k $


centimètres de côté sur 3 0 centimètre.? de hautour au minimum.

Elles sont figurées sur le plan dont il sera parlé à l'article 6 5 .

.RTICLE 6 k : Sont considérés comme clôture et dispensent de la plantation de bornes,


lorsqu'ils servent de limites aux propriétaires :

1 ° / - Les cours d'eau ;

2 ° / - Les murs en pierres, en briques cuites ou crues, en pisé ou en terre

3 ° / - Les grilles et grillages métalliques à condition que les montants


soient enracinés dans des dès en maçonnerie présentant au soins les
v
exigées par les bornes.

RTICLE 6 5 / Tout requérant d'immatriculation doit remettre au conservateur dp la .§ propriété


foncière qui lui en donne récépissé une déclaration établie etf langue française
signée de lui ou d'un mandataire spécial et contenant :

1 ° / - Ses nom prénoms, qualités et domicile et son état civil ; 2 ° / - Une élection de
domicile dans une localité de la colonie où se trouve .. t l'immeuble à
immatriculer ;
-, 1 6 -

3/°'/~ La description de l'imineuble, ainsi que des constructions et plan-


tations qui .s'y trouvent avec indication de sa situation do sa
contenance de ses limites tenants et aboutissants et s'il y a lieu du nom
sous lequel il est connu ;

L'estimâtT on de sa valeur locative ou du revenu dont il est susceptible ;

5°/- L ' estimation de sa valeur vénale avec rappel des prix de vente dent il a
Hé l'objet dans le.? dix dernières années ou de la dernière seulement si
cette vente remonte à plus de dix ans ;

6 ° / - Le détail des droits réels et des baux de plus de trois années

afférents à 1 ' im.iieuble avec mention des noms, prénoms et domicile des
ayants droit et le cas échéant de ceux du subrogé tuteur des mineurn ou
interdits dont il peut avoir la tutelle ;

7°/- Réquisition au conservateur de la propriété foncière de procéder à


l'immatriculation de l'immeuble décrit.

Si le requérant ne peut ou ne sait signer le conservateur certifie le fait au


bas de la déclaration qu'il signe en son lieu et place.

A l'appui de la déclaration qui prend le nom de réquisition le requérant dépose :


1°/- Tous les contrats et actes publics ou privés constitutifs de différents droits
énumérés dans ladite pièce ;

2°/- La traduction en langue française par un interprète assermenté rie ceux


desdits actes et contrats qui seraient rédigés en une langue étrangère ;

Dans le cas où la demande est formulée par un ou plusieurs détenteurs indigènes,


pour bénéficier des dispositions de l'article 58. 1 es pièces mentionnées aux
deux alinéas qui précèdent sont remplacées par an oa.rirL-ficat du maire de la
commune ou de l'administrateur de la circonscription établissant, après enquête
publique, les conditions dans lesquelles l'immeuble est détenu par le ou les
requérants ;
0 - 17 -

3 ° / - Un plan rigoureusement exact de l'immeuble à l'échelle du 1 /lC-O du 1 / 1 ,0 0 0 ou du


1 / 1 0 , 0 0 0 suivant son étendue. ARTICLE 6 6 : La réquisition n'est acceptée par le
conservateur qu'autant que la
régularité en est reconnue par lui il s'assure en conséquence que le
titras produits ou invoqués sont établis dans les formes prescrites par la
législation applicable tant au prorpiétaire qu'à la propriété

Il peut exiger au surplus toutes justifications qu'il juge néces- '• s à ire
sur 1: identité et les ca.r-.ii t és du requérant.

ARTICLE 6 7 : Si un ou plusieurs des actes invoques par le


se trouvent en la possession de tiers le conservateur sur l'avis qui lui en
■•st donné fait sommation aux détenteurs sous les sanctions prononcées à
l'article •!>'.> ci-après d'en opérer le dépôt contre récépissé à la
conservation dans le délai de huitaine augmenté des délais de distance s'il
y a lieu.

Il peut être délivré au déposant sur sa demande et sans frais par le


conservateur une copie certifiée de l'acte déposé.

La traduction de cet acte, s:il est écrit en une langue étrangère est
faite'Eila diligence de conservateur et aux frais du requérant.

ARTICLE 6 8 : Enfin le requérant dépose, en même temps que sa réquisition une


provision égale au montant présumé des frais de la procédure, arbitré par le
conservâteur.

ARTICLE 6 9 : Dans le plus bref délai possible après dépôt de la réquisition, un


extrait en est inséré à la diligence du Conservateur, au journal officiel de
la République, un placard reproduisant cette insertion cet adressé par le
conservateur au greffier du tribunal de première instances ou de la justice de
paix à compétence étendue, pour «Hr** par ses soins affiché en l'auditoire,
constatation est faite dr l'accomplissement de cette formalité par
l'établissement immédiat d'un certificat transmis au conservateur dans les
vingt-quatre hwures clf sa rédaction.
a s c
- 18 -

D'autres placards identiques, mais complètes par l'inscription d'une mention


faisant connaître la date de l'affichage dont il vient d'être parlé sont à la
diligence de Conservateur, notifié dans les formes tracées ci-après :
1°/- A la forme du propriétaire, s'il est marié ;

2°/- Au subrogé tuteur des mineurs ou interdite, si le propriétaire exerce les


fonctions de tuteur ;

3 ° / - Au procureur de la République où à l'officier du Ministère public ;

k ° / - A chacun des titulaires de droits réels mentionnés en la réquisitio

Ces notifications sont faites à personne ou au domicile réel dans les trois
premiers cas au domicile réel ou d'élection dans le dernier cas.

La minute de la notification et les accusés de réception des parties ainsi que


le certificat d'affichage, sont annexés par le conservateur au dossier de la
procédure.

ARTICLE 70 : Enfin un dernier placard, complété également par 1'inscription de la mention


relative à l'affichage, est transmis en même temps au maire de la commune ou à
l'administrateur du cercle où se trouve situé l'immeuble à immatriculer ; ce
dernier par l'intermédiaire des agents placés sous ses ordres fait procéder sans
retard à la publication de la demande lui-même à la porte de la résidence du
représentant de l'autorité de qui relève immédiatement la région.

L'exécution de ces mesures est signalée au Conservateur au moyen d'un certificat


à lui transmis sans délai par le fonctionnaire ou le magistrat municipal qui y a
procédé*

ARTICLE ?1 : Dans le cas où l'une des personnes auxquelles doit être faite la notification
individuelle à personne ou au domicile réel d'une demande d'immatriculation
suivant les prescriptions de l'article 6 9 « réside hors de la colonie et ne s'y
trouve pas représentée cette notification est faite en son nom au procurateur
aux biens vacants de l'arrondissement .
c3 - 19 -

Celui-ci provoque sans délai et sans frais en présentant requête au président du


tribunal ou au juge de paix à compétence étendue la fixation par voie d'ordonnance
d'un délai supplémentaire Galculé d'après les distances.

La décision du juge est notifiée en la forme ordinaire, par le curateur aux biens
vacants au conservateur de la propriété foncière à toutes fins utiles.

ARTICLE 72 : Pendant le délai de trois mois prévu pour l'affichage de la demande


en l'auditoire du tribunal ou de la justice de paix à compétence étendue toutes
personnes intéressées peuvent intervenir en la procédure savoir : I 1°/- Par
opposition en cas de contestation sur l'existence ou l'étendue ^ du droit do
propriété du requérant ou sur les limites de l'immeuble ;
J
2°/- Par demande d'inscription en cas de prétentions élévées à l'exercice
| d'un droit réel susceptible de figurer au titre à établir.

\ Ces oppositions ou demandes d'inscription sont faites soit par voie de


i
déclarations orales, reçues par le conservateur de la propriété et par ; lui
consignées sur un registre spécial soit par lettres missives recom-j mandées
adressées audit conservateur et transcrites par ses soins sur i le même registre,
ad.s
i
i Les déclarations et les lettres souscrites aux effets ci-dessus doivent
| contenir l'indication des noms prénoms, domicile des intervenants une
' élection de domicile dans la colonie s:'il y a lieu les cause de i'inter-
\ vention et l'énoncé des actes titres ou pièces sur lesquels elle est
. '■appuyée.
ARTICLE 75 : Sont admis à intervenir par voie d'opposition ou de demande d'inscrip-t i on :
' 1°/- En leur nom propre toutes les personnes déclarées aptes à requérir
l'immatriculation (l'action directe du propriétaire tenant lieu de
l'autorisation exigée dans le cas de l'article 5 9 j 3) cu ayant passé avec le
propriétaire un bail excédent trois années»
- 20 -

2°/- Au nom de ces mômes personnes leurscréanciers ;


3°/- Au nom des incapables outre leurs représentants légaurs leurs
parents alliés ou créanciers et le procureur de la République ;

Au nom des absents leur mandataires ou à défaut leurs parents alliés ou


créanc-j ers le procureur de la République le curateur aux biens
vacants.

ARTICLE 7 k : -Aucune, opposition ou demand» d'inscription n'est recevable aprèjs5" I


l'expiration du délai de trois mois'sauf cependant l'observation des/ ■délais
supplémentaires accordés spécialement au x absents, dans les?/ conditions
déterminées par 1•ar t i c 1 e ^71 .'•^

ARTICLE 7 5 : Dans le cours du délai de trois mois assigné pour la révélation des droits
des tiers, le conservateurafait procéder, par l'un des géomètres assermentés
attachés à la conservation au bornage de l'immeuble à immatriculer.

La date fixée pour cette opération doit être portée à l a connaissance*' du


public vingt jours a u moins à i ' av an ce ^au^jjeyen" j
1 ° / - d'une insertion au journal officiel de la République ;

2°/- d'un avis transmis aux fins d'affichage au maire de la commune ou


l'administrateur du cercle où se trouve situé l'immeuble ;
3°/- d'une invitation adressée au même magistrat ou fonctionnaire
d'avoir à assister ou à se faire représenter à l'opération par un agent
délégué, lequel se trouve, de ce fait, qualifié pour veiller à la
sauvegarde des intérêts de 1'administrat in a •
k ° / ~ d'une invitation adressée, par l'intermédiaire de 1 * administration au
chef indigène, dans le ressort duquel se trouve l'immeuble, d'avoir à
assister au bornage ;

5 e ' / - de convocations personnelles transmises par la voie administrative

a) - au requérant ;
b) - au propriétaire non requérant ;
c) - à chacun des propriétaires limitrphes nommes en la.tr érçjui si t
ion,
à effet de s'y trouver également présent ou de s'y faire représenter par
un mandataire régulier. Les pièces justificatives de 1 *acconplisjem.;r.t
de ces divers formalités restent annéxées au dossier de la procédure.
- 21

ARTICLE 7 6 : Le bornage est effectué, à la date fixée, par le- géomètre désigné à cet
effet, en la présence du requérant du propriétaire, ml ce r.'est pas lui
qui a requis l'immatriculation, du représentant de 1 :administration du chef
indigène et autant que possible, des propriétaires ri ver;-.in s dûment
convoqués.

Cette opération comporte expressément la reconnaissance des limites, par


bornes ou clôtures indiquées au plan joint à la réquisition et la constatation
de l'acquiescement donné par les intéressés à la consécration définitive
desdites limites.

Si des contestations s'élèvent entre le requérant et l'un des propriétaires


riverains et si elles ne peuvent être réglées par le représentant de
l'administration et le chef indigène, au moyen d'une entente amiable entre
les parties la parcelle litigieuse est délimitée et bornée sur le terrain et
indiquée sur le plan à toutes fins utiles.

En même temps ou dès l'achèvement du bornage, le géomètre vérifie l'exactitude


du levé et procède aux mensurations nécessaires pour le ra.tachement du plan
aux points de la triangulation les plus voisins, ou à des points fixés
convenablement choisis susoeptitalce eux-mêmes d'être rattachés à cette
triangulation.

ARTICLE 7,7 Séance tenante,


- le géomètre dresse un procès-verbal faisant connaître ; 1 ° / - Les
jours et heure de l'opération
2°/- ses noms, prénoms et qualité, avec rappel de sa prestation de serment ;
3°/- les noms et prénoms et qualités des assistants avec indication
des motifs de leur présence ; h ° / - La déclaration due les mesures
prescrites en vue de la publicité
ont été régulièrement prises ; 5°/- La description des limites reconnues
avec mention de la longueur
des côtés chacun des sommets du polygone formé par l'immeuble
étant désigné par un numéro d'ordre ;
22 -

6o/- L'énonciation sommaire de la nature et de la consistance de 1*immouble ;


7 ° / - La description des parcelles spécialement délimitéas à rw>:-¿ ' „ae
contestation ou la déclaration qu'il ne s'est produis u'-'-'VJi ô contestation
;

8°/ - lu mention relative à la signature du procès-verbal par les assistants


ou à leur incapacité de signer . Ce proeds-verbr.l. après clôture, est
signé par le géomètre rédacteur et par tous les assistants lettrés»

ARTICLE 78 : Si 1 'exécution du bornage révèle, dans les indications de la réquisition, des


inexactitudes telles qu'elles puissent avoir pour effet d'induire eu erreur les
tiers avertis par la seule publication d'un extrait qui en a été faite,
l'opération est immédiatement suspendue, mention des causes de cette suspension
est insérée au procès-verbal.

Le conservateur invite alors le requérant à fournir toutes explications ou


justifications complémentaires

Suivant les circonstances, la procédure est ensuite reprise soit à la


publication d'un extrait de la réquisition rectifiée soit à la publication
d'un nouvel avis de bornage.

ARTICLE 79 : Le procès-verbal de bornage, aussitôt après, est remise par le géomètre au


conservateur qui relève au registre des oppositions pour valoir comme telles,
les mentions relatives aux contestations élevées sur le terrain.
ARTICLE 80 : L'expiration des délais ci-dessus fixés, après avoir vérifié â nouveau la
régularité de la réquisition et des titres qui y sont annexés, constaté
l'accomplissement de toutes prescriptions destinées à assurer la publicité de
la procédure en même temjjs que 1: absence d'oppositions ou de demandes
d'inscription au registre spécial, le conservateur de la propriété foncière
procède si tout est ré palier à l'immatriculation de l'immeuble sur les
livres fonciers.
ARTICLE 6 1 : Dans le cas contraire et si l'examen du registre spécial fait ressortir
l'existence d'oppositions ou de demandes d ' inseri pt i or.
l'immatriculation n'est accordée qu'autant que le requérant rappCî'.e main ■
levée de toutes lesdites oppositions et demandes ou déclare y acquiescer.

A cet effet, une copie de chacune des mentions inscrites au registre des
oppositions lui est notifiée par les soins du conservateur au fur et à
mesure, de leur inscription.

ARTICLE 8 2 : La mainlevée consiste en une renonciation formelle émanant „ des auteurs des
oppositions aux prétentions par eux émises.

L'acquiescement établit l'accord complet des parties sur l'entendue et le mode


d'exercice du droit à inscrire, cet accord ne met fin au litige qu'à la condition
de ne porter atteinte ou préjudice à aucun droit reconnu à des tiers dans la
réquisition.

ARTICLE 8 3 : Des que le requérant a fait connaître au conservateur son refus d'acquiescer
aux prétentions des intervenants et l'impossibilité d'obtenir la mainlevée
amiable de leurs oppositions ou demandes d'inscription et au plus tard un
mois après l'achèvement de la procédure, le dossier constitué est transmis au
greffe du tribunal do première instance ou de la justice de paix à compétence
étendue du lieu de la situation de l'immeuble.

ARTICLE 8k : Le greffier remet le dossier au juge compétent qui met les intervenants en
demeure de lui faire parvenir leur requête introductive d'instance dans un
délai de quinze jours augmenté des délais de o ' distance.
1°/- Si dans ce délai la requête introductive d'instanoe n'est pas produite le
tribunal déclare la réclamation non avenue.

2°/- La requête introductive d'instance doit contenir indépendamment d'une élection


de domicile au lieu où siège le tribunal ou la justice de paix à compétence
étendue tous les moyens invoqués par l'intervenant et être accompagnée des
tiers et pièces sur lesquels ils sont fondés.
a - 2h -

II y est joint un nombre de copies V o n t d o 2a roquêtu qno d o s pièces produites


certifiées conforme par ledit intervenant égal à . relui dos parties ayant en la
cause un intérêt distinct.

Le nombre des copies à fournir est indiqué dans la mise eu àouu-ve.i .; . 3°/- Le
juge fait notifier au requérant et à chacun des intéressés uno copie de la requête
et des pièces jointes et les invite à y répondre par mémoire, s'ils le jugent à
propos dans un même délai de quinze jours, augmenté des délais do distance.

K ° / - Les parties sont avisées, par lettre du greffier une semaine au moins à l'avance,
sauf observation des délais de distance, du jour où l'affaire doit être appelée
en audience publique.

Elles peuvent présenter au tribunal soit en personne, soit par un des


mandataires autorisés par les règlements locaux leur observations orales mais
seulement sur les points développés dans les requêtes et mémoire en réponse ;
après conclusions du ministère public, tant en l'absence que présence des
parties.

ARTICLE 8g : Les tribunaux de première instance ou juge de paix à compétence


étendue statuent au fond dans les formes réglées par la législatio n locale
et prononcent la confirmation des droits ou le rejet des prétentions des
intervencata;

Dans le premier cas, ils déterminent, s'il y a lieu dans quellos limites
doivent s'exercer à 1 ' encontre tant du requérant que des autres titulaires de
droits réels les droits reconnus aux intervenants.

ARTICLE 8 6 / Les tribunaux de première instance et les juges de paix à compétence


étendue, statuant en matiène d'immatriculation, connaissent en dernier ressort
des demandes relatives aux immeubles d'une valeur locative de 100 francs, au-
dessus de ce chiffre, l'appel est porté devant la cour d'appel de l'Afrique
occidentale française.

ARTICLE 8 7 : Le détail pour interjeter appel est de deux mois à compter du jour prononcé
du jugement de première instance.
o - 25 -

ARTICLE 8 8 : En cas d'appel le dossier de la procédure romis au conservateur par


le greffier est sur la demande des parties, transmis pàY 1 'vut rrmédiair
du parquet, au greffe de la cour., d : appel, accompagné d'uaí rcsvvp édition
?
du jugement critiqué à déposer par 1 .appelant.

ARTICLE 8 9 : Les règles fixées pour la procédure de première instance sont appl.tca bles à
la procédure d'appel ; les débats devant la cour sont limités aux seuls points
développés devant le premier juge.

ARTICLE 90 : Les décisions rendues en matière d'immatriculation ne sont susceptibles de


recours en cassation que sur pouvoir du ministère publié, pour violation des
dispositions du présent décret ou de celles de la loi française par lui
maintenues en vigueur il est formé par acte au greffe de la cour ou du tribunal
qui a rendu la sentence dans le mois a près le prononcé et suivi dans les formes
«.accoutumées, sur transmission d'une expédition de l'acte d'appel et du
aussi?- complet de l'affaire.

ARTICLE 91 : Après règlement des litiges soulevés par les interventions au moyen
d'un jugement ou arrêt devenu définitif le conservateur de la propriété
foncière procède, sur représentation par le requérant d'une expédition de la
décision judiciaire et, s'il y a lieu, d;un certificat négatif de recours
délivré par le greffier à l'immatriculation de l'immeuble sur les livres
fonciers-.

Toutefois, l'immatriculation ne peut être accordée qu'autant que les droits du


requérant n'ont reçu, du fait de la sentence aucune modifioa-tion de nature à
rendre la réquisition inacceptable dans les termes où elle a été conçue.

ARTICLE 92 : Les notifications à faire aux parties intéressées par les magistrats,
fonctionnaires et officiers ministériels, en matière d'immatriculation sont
faites administrativemont par l'intermédiaire des administrateurs des maires et
des chefs indigènes qui en retirent un récépissé -.et l'adressent à l'auteur de
la notification. La minute de notification et l'accusé de réception sont joints
au dossier de la procédure.

Si la partie visée en la notification est illetrée, sa signature est remplacée


par un certificat du fonctionnaire qui a assuré la remise.
- 26

Les notifications à faire par les parties aux magistrats fonctionnaires et


officiers ministériels peuvent être faites par lettres recommandées.

Celles que les parties se font entre elles, au cas d'instance, sont remises aux
greffiers, qui procèdent administrativement par les intermédiaires désignés ci-
dessus.

ARTICLE 9 3 ' Dans tous les cas où une demande d'immatriculation ne peut être accueillie
quelle que soit la cause de l'empêchement et à que lqu e moment de l a procédure
qu'il se produise, le conservateur doit inviter les parties à retirer, contre
remise du récépissé, les titres par elle déposés, il joint en opérant la
restitution une déclaration écrite faisant connaître les motifs du rejet.

} 2 ; DE LA FORMALITE :\'J 1 ' I MM \T RI C U L AT ION

IRTICLE 9** : L'immatriculation d'un immeuble sur les livres fonciers, dans les conditions
énoncées aux articles 8 0 et 9 1 i comporte : 1 ° / - L'inscription au registre des dépôts
d'une mention constatant l'achèvement de la procédure ;

2°/- L'établissement du titre foncier sur les livres fonciers ;

3 ° / - La rédaction de bordereaux analytiques ponr chacun des droits réels soumis à la

publicité et reconnus au cours de la procédure ;

k ° / - La mention sommaire de ces divers droits à la suite du titre foncier ;

5 ° / - L'annulation des anciens titres de propriété remplacés par le titre foncier ;

6°/- L'établissement d'une copie du titre foncier à remettre au propriétaire et des


certificats d'inscription à délivrer aux titulaires de droits réels susceptibles
de cession.

!TICLE 9 5 : Le conservateur constate, au registre des dépôts, le versement qu'il effectue au


dossier prévu par l'article 1 3 à l'expiration du délai soit d'opposition à la
demande soit de recours contre la décision judiciaire terminant le litige, des
pièces de la procédure d'immatriculation.
- 27 -

Il rédige, au vu des déclarations insérés dans la réquisition, des demandes


d'inscription et oppositions acceptées par le requérant et dos décisions de
justices intervenues sur les analytiques des actes et pièces établi.? s art
l'origine et le mode d'exercice de chacun des droits réels et charge.*; qui
grèvent l'immeuble.

Il dresse sur le livre foncier de la circonscription administrative dans laquelle


l'immeuble se trouve situé, le titre foncier qui comporte :
a) - Description de l'immeuble, avec indications de ses consistances,
contenance, situation et abonnement (par numéros de titres for.oiers
des immeubles voisins, si possible) ;

b) - sommaire des droits réels existant sur l'immeuble ¡ et


dis charges qui le grèvent ;
c) - Désignation du propriétaire.

Il annule et annexe à ses archives les titres de propriété'.. - prodMts à l'appui


de la réquisition d'immatriculation.

Toutefois, si ces titres concernent, outre la propriété immatriculée, un immeuble


distinct de cette propriété, le conservateur remet aux parties le titre commun
dont il conserve une copie qu'il certifie conforme après avoir apposé sur ledit
titre commun une mention annulation relative à l'immeuble immatriculé.

/- Enfin il établi sur des formules spéciales :


a) - Pour le propriétaire requérant ou, s'il y a lieu mais sur demande
expresse pour chacun des copropriétaires indivis d'un immeuble, une
copie exacte et complète du titre foncier, comprenant.outre la
reproduction du feuillet du livre foncier, une serie do duplicata djs
bordereaux analytiques et une copie du plan ;

b) - Pour chacun des titulaires de charges ou de droits réels suscep-


tibles de cession et mentionnés, un certificat d'inscription.

Les copies de titres et certificats d'inscription emportent exécution


parée indépendamment et toute addition de formule exécutoire.
- 28 -
l

ARTICLE 9 6 : Le titre foncier est définitif et inattaquable, il constitue devant les


juridictions françaises, le point de départ unique de tous les droits réels
existant sur l'immeuble au moment de l'immatriculation.

ARTICLE 9 7 î Toute action tendant à la revendication d'un droit réel non révélé
en cours de procédure et ayant pour effet de mettre en cause le droit de
propriété même d'un immeuble immatriculé est irrecevable.

Les détenteurs de créance hypothécaires ou privilégiées les bénéficiaires de


charges foncières tenues directement du propriétaire qui a poursuivi
l'immatriculation peuvent seuls en se conforment aux prescriptions du
chapitre II du présent titre, requérir, même après achèvement de la procédure
l'inscription de leurs droits sur le titre foncier, sous la double réserve de
ne point préjudicier à d'autres droits régulièrement inscrits et ne prendre
rang qu'à compter de leur inscription.

ARTICLE 9 8 : Les personnes dont les droits auraient été lésés par suite d'une
immatriculation ne peuvent se pourvoir par voie d'action réelle, mais
seulement en cas de sol, par voie d'action personnelle en indemnité contre
l'auteur du dommage.

ARTICLE 99 I En cas de perte par le titulaire d'une copie de titre foncier ou d'un
certificat d'inscription le conservateur n'en peut délivrer un duplicata que
sur le vu d'un jugement l'ordonnant rendu après publication d'un avis inséré
dans deux numéros consécutifs du journal officiel de la colonie.

§ 3 i DU CHANGEMENT DE REGIME

ARTICLE 1 0 0 : Dans les colonies où sont établis des bureaux de oonservation des
hypothèques, les titulaires de droits réels garantis par une formalité
régulièrement accomplie sous l'empire du régime hypothécaire peuvent obtenir
le bénéfice de la conservation de ces mêmes droits par 11 application du
présent régime, dans les conditions déterminées ci—après .

1
- 29 -

ARTICLE 1 0 1 : Dans ce cas spécial, l'immatriculation peut être requise :


1 ° / ~ Par le propriétaire, le copropriétaire chargé de l'administration de
l'immeuble indivis ou muni de l'autorisation des autres ayants droit, le
successeur légal ou institué du propriétaire ou du copropriétaire, au nom
duquel a été effectuée la dernière transcription ;

2 ° / - Par le titulaire d'un des droits réels énoncés en l'article 2 0 , autres que la
propriété, tenariHj sonudroit d'un acte transcrit, avec le consen tement du
propriétaire ;

3 ° / - Par le créancier hypothécaire, titulaire d'une inscription non périmée à la date

du dépôt de la réquisition, sous la même condition ;

k ° / ~ Par le tuteur,, administrateur ou curateur d'un incapable ayant l'une des


qualités ci-dessus.

ARTICLE 1 0 2 : La réquisition d'immatriculation, rédigée dans la forme tracée par


l'article 6 5 doit faire connaître en distinguant, s'il y a lieu, pour chacune
des parcelles réunies en un corps de propriété, l'origine de la propriété,
avec mention précise des noms; prénoms, qualité et domicile des précédents
propriétaires et indication des actes translatifs depuis tr^ro années ou
depuis la constitution de la propriété, si «lie remo .■'■;■■> à moins de trente
années.

En ce qui concerne le propriétaire ou l'usufruitier requérant, elle doit être


complétée par 1'énonciation des fonctions par lui remplies et pouvant emporter
hypothèque légale.

Elle doit, en outre, être appuyée, indépendamment des pièces énumérées en


l'article 6 3 .
1 ° / - D'un état, délivré par le conservateur des hypothèques, des trans-
criptions d'actes concernant l'immeuble ou d'un certificat négatif
2°/- D'un état, également délivré par le conservateur des hypothèques des
inscriptions non radiées ni périmées paraissant grever <'.impropriété du
chef tant du détenteur actuel que 6 or. Précédents propriétaires désignés
en la réquisition.
Il appartient au requérant ou au propriétaire intéressé do provoquer, dans
la forme légale et avant de réquérir la délivrance de l'état dont il s'agit,
la radiation de toutes inscriptions devenues sans objet ou rpises pour lu
garantie d'hypothèques judiciaires. Les inscriptions qui seront périmées à
défaut de renouvellement à l'expiration d'un délai de dix ans à compter du
jour de l'immatriculation et, dans ce cas, seront radiées d'office par le
conservateur.

La production des actes du contrats constitutifs de droits réels n'est pas


exigée lorsque les droits constitués sont révélés par l'un des états
susdits.

ARTICLE 1 0 3 : Aucune modification n'est apportée à la procédure tracée par les


articles 6 9 et suivants pour la suite à donner aux réquisitions de 1 espèce,
néanmoins en vue de favoriser la réalisation rapide de l'unification des
régimes fonciers le coût intégral de la dernière formalité requise à la
conservation des hypothèques est déduit du montant des frais dus à la
conservation de la propriété foncière par le requérant d'immatriculation.

Le bénéfice de cette disposition ne pourra toutefois être réclamé que pour


les procédures engagées dans les trois années qui suivront la promulgation du
présent décret.

ARTICLE 1 0 *f : A partir du jour du dépôt de la réquisition d'immatriculation à la


conservation de la propriété foncière aucune formalité nouvelle, aucun
renouvellement d'une formalité ancienne ne peuvent être requis à la
conservation des hypothèques.

Les constitutions ou transmissions de droits qui pourraient se produire sont


publiées, s'il y a lieu jusqu'à l'achèvement do la procédure
d'immatriculation dans les formes tracées par l'article 1 2 9 ci-après.

En conséquence, le dépôt de la réquisition est constaté par un enregistrement


au registre des dépôts et une mention sous forme d'analyse sommaire de la
demande au registre des transeriptions de la conservation des hypothèques.
Cette double formalité a pour effet de suspendre le délai de préemption des
inscription;.! hypothécaires pouvant grever l'immeuble à immatriculer,,
- 31 -

CHAPITRE II - PUBLICATION DES DROITS REELS § I -

DE LA FORMALITE DE L'INSCRIPTION

ARTICLE 1 0 5 ! La publication aux livres fonciers des droits réels constitués sur

les immeubles postérieurement à leur immatriculation prévue à l'articli 2 et


exigée par l'article 21 pour la validité desdits droits à l'égard des tiers
est assurée par la formalité de l'inscription.

ARTICLE 1 0 6 : Tous faits, conventions ou sentences ayant pour effet de constituer,


transmettre, déclarer, modifier ou éteindre un droit réel immobilier d'en
charger le titulaire ou les conditions d'existence, tous baux d'immeubles
excédant trois années toute quittance ou cession d'une S4f somme équivalant à
plus d'une année de loyer ou de fermage non échu doivent en vue de 1 -
'inscription, être constatés par écrit dans les formes déterminées par la loi.

ARTICLE 1 0 7 t Les actes dressés pour la constatation d'une convention doivent


contenir, outre les cléments essentiels des contrats r,
1 ° / ~ L ' inondation conforme aux actes de l'état civil pour les individu des nom

prénom-, profession et domicile ou aux actes constitutifs pour les s.ci


étés et autres institutions jouissant de la personc*-lité civile des nom
ou raison sociale nature et siège, des parties contractantes ;

2°/- L'indication de la capacité des contractants et de la qualité en laquelle


ils agissent, appuyée de déclarations précises en ce qui concerne l'état
civil ;
3 ° / - La désignation par le numéro du titre foncier de l'immeuble que doit

affecter l'inscription.
Les actes passés sous signatures privées doivent or. ou iro ' Ï C ± Ï revêtus
d'une mention par le maire ou le représentant da l'autorité française,
assisté, s'il y a lieu, d'un interprète certifiant l'identité des
parties la liberté de leur constat ---ment et l'authenticité de leurs
signatures.
~ La signature du magistrat ou fonctionnaire certificateur est à son tour soumise
à la légalisation du président du Tribunal ou du juge de paix à compétence
étendue.

ARTICLE 1 0 8 : La constatation écrite des mutations opérées par décès est faite dans les
institulés d'inventaires ou à défaut au moyen d'actes de notoriété ontenant :
1 ° / - L'énonciation conforme aux actes de l'état civil pour les individus, des
noms prénoms profession et domicile ou aux actes constitutifs, pour les
sociétés et autres institutions jouissant de 3 a personnalité civile, des
nom ou raison sociale, nature et siège du défunt et des héritiers
naturels ou institués

2°/- L'indication, en ce qui concerne le défunt s'il y a lieu de sa


capacité sb.-olue ou relative de disposer par testament en ce qui
Concerne ':.:>•"•■ héritiers et légataires de leur capacité de recovoir
par testament et dans tous les cas, de leurs droits exclusifs à
l'hérédité ;
3°/_ La désignation par les numéros des titres fci-.^iers des immeubles
t :: uni;'.!:.' -■,
Ces r.o-.-.i.-;; - o notoxiété sont établis, savoir : 1 ° / - S'il s -gît d'Européens ou
assimilés, par un notaire ou par le juge de paix du lieu d'ouverture de la
succession (ou le magistrat qui en remplit les attributions). 2°/- S'il s'agit
d'indigènes musulmans, par le cadi l'acte étant en outre visé pour en
attester l'authenticité par le uio. ou l'administrateur de la résidence du
cadi ; 3°/- S'il s'agit d'indigènes non mi.ruimans ou si bien que musulmans
ces indigènes résident hors des circonscriptions soumiees c la juridiction
régulière d'un cadi par le maire ou ' admini -;t . eur local, sur
déclaration des chefs indigènes.

o n t
0

- 33 -

ARTICLE 1 0 9 : Pour tous autres faits constitutifs, transmissifs, modificatifs ou


extinctifs de droits réels ainsi que pour toutes sentences ayant mêmes effets,
la constatation écrite est fournie par les actes ddes juges et s'il y a lieu par
les pièces de procédures judiciaires ou extrajudiciaires lesquelles doivent
indiquer, en les désignant par numéros de titres fonciers les immeubles grevés,
transmis ou libérés.

ARTICLE 1 1 0 : Toute personne peut, en produisant les pièces dont le dépôt est
prescrit par l'article 1 1 5 , requérir du conservateur, l'inscription, la
radiation, la réduction ou la rectification de l'inscription d'un droit réel
immobilier. Toutefois pour que la demande soit recevable ; il est nécessaire que
l'acte ou le fait sur lequel elle est basée émane du titulaire d'une inscription
antérieure/régulière et qu'aucune
. ■ " ;. cic' <r- < fC{.■' - t vf" • ^ 4 j y- / A /« -J c> / ot.-
xnscr 1 pt ion , arit eri eure regu-liere- a "il-'-T3xrëroxoe ~ du-neuVeau •• droit invequ-é-i-—

ARTICLE 1 1 1 Exceptionnellement et sans nuire d'ailleurs à l'exercice par toute


autre personne du droit conféré par l'article précédent les hypothèques forcées
des mineurs et des incapables sont inscrites aux livres fonciers dans le délai de
dix jours à compter de la date des actes, à la requête des notaires et greffiers
qui les ont reçus ou transcrits.

ARTICLE 1 1 2 : Sont également inscrites aux livres fonciers aux mêmes requêtes et
dans le même délai les causes d'indisponibilité des immeubles résultant soit des
clauses des contrats de mariage, soit des dispositifs des jugements portant
déclaration de faillite ou de liquidation judiciaire, soit de tous autres actes
ou contrats.

ARTICLE 113 : Le conservateur doit, au moment de l'inscription d'un jugement ou en cas de


conversion ou de renvoi devant notaire, d'un procès-verbal d'adjudication, prendre
d'office au profit du débiteur exécuté des solicitants ou de leurs ayants-droits
l'inscription de l'hypothèque forcée du vendeur, si le payement préalable du prix
n'est pas justifié.

ARTICLE 1 1 4 ,: L'ordre des inscriptions en matière d'hypothèque .règle le rang de


priorité des créanciers.
c

>

ARTICLE 113 : Les demandés d'inscription doivent être accompagnées du dépôt î


1°/- S'ii s'agit de mutations contractuelles et de convention en général a)-
d'une expédition ou du brevet pour les actes publics ; k)t- d'un original
établi en sus du nombre exigé par la loi pour les
actes sous signatures privées ; c)- de
l'écrit prévu à l'article 1 0 6 .

2°/- De la copie du titre foncier de l'immeuble intéressé ;

3°/~ Spécialement, s'il s'agit de la modification ou de l'extinction d'un droit


réel grevant l'immeuble de certificat d'inscription relatif à ce droit.

S'il s'agit de mutations opérées après décès :


a)- Pour les successions ab intestat ;
1 ° D'une expédition de l'acte de décès ou du jugement en tenant lieu 2° D'une
expédition ou du brevet de l'intitule d'inventaire ou de
l'acte de notoriété prévus cà l'article 1 0 8 ; 3° De la copie ou dos copies de
titre foncier du ou des immeubles
intéressés ; » if° Spécialement s'il s'agit de la transmission de droits
réels grevant
un ou des immeubles du ou des certificats relatifs à ces droits.
b) - Pour les successions testamentaires, indépendamment desdites pièces: 5 ° D'une
expédition du testament ;
6 ° D'une expédition des actes de consentement par les héritiers réservataires

ou les légataires universels à la délivrance des legs ou du jugement


prononçant l'envoi en possession desdits légataires ;
c) - Pour les successions irrégulières et celle appréhendées à titre
provisoire en vertu des dispositions de l'édit du 24 Novembre 1 7 8 1 sur les biens
vacants indépendamment des pièces 7° D'une expédition du jugement d'envoi en
possession provisoire ou définitive des successeurs ou héritiers. III-S'il s'agit
de décisions judiciaires conférant l'hypothèque forcée ou prononçant la nullité
bu la résolution d'un droit réel ou de titre de même ordre ou nature :
- 35 -

1° Des originaux, copies ou expéditions des actes judiciaires ou extra •


judiciaires soumis à la publicité ;
2 ° De la copie ou des copies de titre foncier et des certificats d'inscription
qui se trouveraient en la possession du titulaire du droit à inscrire.

Le conservateur fixe, en outre le chiffre de la provision à déposer, dans le


c_- cas où il juge opportun d'en exiger une.

ARTICLE 116 : Les pièces établies spécialement en vue de la demande d'inscription original
on surnombre d'un acte sous seing privé, expéditions d'actes notariés ou
judiciaires, copies d'exploits à l'eclusion cependant des minutes et brevet
d'actes publics et des originaux d'exploits, sont dispensés du timbre et de
tout impôt de même nature.

La même exemption s'applique aux pièces qui seraient spécialement pour être
produites à l'appui d'une demande d'immatriculation, y compris les états
d'inscriptions et de transcriptions dort il est parlé à l'article 1 0 2 .
Mention de leur destination est inscrite sur lesdrjtes pièces par les officiers
publics et ministériels, fonctionnaires etc... charges de lec établir,

ARTICLE 1 1 7 î Le conservât . _• remet au déposant s'il le demande, une reconnaissance


contenant le détail dos pièces déposées et relatant la date de dépôt.

Cette reconnaissance est restituée lors de la remise des copies de titres et


certificats d'inscription, ou lors de la remise drs pièces dans les cas
spécifiés aux articles 1 2 ^ et 1 3 0 .

ARTICLE 1 1 8 : Avant de déférer à la demande d'inscription le conservateur procède à la


vérification des pièces déposées et s'assure : 1 ° / - de l'identité des parties 2 ° / -
de leur capacité ;
3 0 / - de l'inscription au titre foncier do. droit du disposant! ;

de la disponibilité de l'immeuble ; 5 0 / - de.la régularité de l'acte au


point de sa forme extérieure.
ARTICLE 1 1 9 : L'identité dos parties est garantie :
a) - pour les actes publics, par l'intervention du magistrat ou de 1V£~
ficier ministériel ;
b) - pour les actes sous signatures privées, par la formule spéciale de
légalisation à inscrire à la suite desdits actes en exécution de l'article 1 0 ? . ARTICLE 1 2 0 :
La capacité des parties est établie :

1 ° / - Par les déclarations à insérer dans les actes en exécution des

articles 1 0 7 et 1 0 8 ; 2 ° / - Par la production des justifications relatives aux autorisations

légales nécessaires dans certains cas déterminés. ARTICLE 1 2 1 : L'inscription au titre


foncier du droit du disposant ne doit être informée par aucune inscription ultérieure,
alors même que cette dernière ne figur ait pas encore sur la copie du titre. ARTICLE 1 2 2 :
L'immeuble est tenu pour disponible s' i l n'existe aucune mention
inscrite dans le cadre spécial du titre foncier affecté aux charges de
cette nature, ou si toutes les mentions précédemment inscrites ont été
radiées.
ARTICLE 123 : La régularité des actes consiste dans l'observation rigoureuse, en ce qui
concerne leur forme extérieure des dispositions tant du Code civil que dos
to: ..es en vigueur dans chaque colonie et du présent décret, à l'exclusion
de celles qui se rapportent à la valeur intrinsèque de la convention.
ARTICLE 12^- : si la vérification révèle l'absence ou l'insuffisance de l'un de ces
éléments essentiels pour la validité de l'inscription, le conservateur
refuse la formalité et restitue au requérant les pièces déposées revêtues
d'un visa ne varietur, en y joignant une déclaration écrite, dont il
conserve minute et par laquelle il fait connaître les causes de son refus.
- 37 -

ARTICLE 123 '• L'inscription aux livres fonciers des faits ou conventions ayant pour ob j et

la constitution, la transmission, la modification eu l'extinction des droits


r^'-els comporte :
1°/~ La constatation gu registre ad boc du dépôt effectué par le
requérant d'inscription ; 2°/- La rédaction de bordereaux analytiques
rappelant outre les dispositions inhérente"- à la îmture du contrat déposé
toutes autres dispositions accessoires soumises à la publicité ; 3°/- a" S'il
s'agit d'un acte constitutif d'une charge ou d'un droit
réel ou transmissif de propriété la mention sommaire à la suit du
titre foncier de 1.' charge ou du droit constitués ou des montions
Opérées ;
S'il s'agit d'un acte extinctif d'une charge ou d'un droit réel publié la
radiation de la mention précédemment inscrite sur le titre foncier ; k ° / ~ La
reproduction des mômes mentions ou radiations sur la ou les
copies du titre foncier et l'annexion à chacune d'un duplicata
du bordereau analytique correspondant ;

5°/- I.* établissement d'un certificat d'inscription au nom du titulaire du nouveau droit
ou l'annulation du certificat d'inscription précédemment établi au nom du titulaire du
droit éteint, ARTICLE 126 : L'inscription aux livres fonciers des frits ou conventions
ayant
simplement pour objet de charger le titulaire ou de modifier les conditions
d'existence d'un droit réel sans aggraver ni atténuer la charge qui en résulte
v»ur l'immeuble est dans la même forme niais la mention sommaire prévue aux
numéros 3 ° et 4° de l'article précédent-, au lieu de figurer au titre foncier
et sur la ou les copies de ce titre, est reportée, on forme d'annotation
marginale, sur les bord reaux analytiques se rapportant à l'inscription
initiale du droit modifié et sur le certificat d'inscription correspondant.
ARTICLE 1 2 7 ' L'inscription de l'hypothèque conférée sur un droit réel préexistant

(usufruit, emphytéosc- ou superficie) est faite également dans la forme


prévue à l'article 123 ;iUr ie titre du bien fonds démembré mais d'une part un
duplicata supplémentaire du bordereau analytique est annexé au certificat
d'inscription détenu par le'titulaire du droit réel' •' ' grévé, d'autre part
la mention sommaire'au -feuillet foncier est accompagnée d'une référence à la
mention antérieure qui constate le démembrement : enfin la môme mention
sommaire reproduite, en forme d'annotation marginal-), tant sur le certificat
d'inscription déjà visé que sur les duplicata du bordereau analytique de
l'acte qui opère le démembrement „

ARTICLE 1 2 8 : Lorsque les >"cpié de titres fonciers et certificats d'inscription ne sont p-


;^ .•• „p: r .. atés par le requérant d'inscription, si la formalité est S os
vitrée à constater un fait ou une convention qui suppose le consentement des
porteurs, le conservateur refuse d'y procéder.

Dans tous les autres cas et après vérification il reçoit le dépôt, fait
l'inscription sur le titre foncier, la notifie aux détenteurs des copies et
certificats et jusqu'à ce que la concordance entre le titre et les copies et
certificats ait été rétablie il refuse toute nouvelle inscription prise de
leur consentement.

La notification est faite dans les formes prévues à l'article 92.

ARTICLE 129. Lorsque les faits ou conventions susceptibles d'être publiés se


produisent ou sont conclus au cours de la procédure d'immatriculation
l'inscription n'en peut être opérée qu'après l'établissement du titre fonci er.

Toutefois, il est loisible au bénéficiaire du droit à inscrire pour prendre


rang et rendre ledit droit opposable aux tiers d'effeci"or, sans attendre
l'achèvement de la procédure le dépôt à la conservation des pièces proscrites
; ce dépôt est mentionné au registre des oppositions et au jour de
l'immatriculation reporté ave"- rappel de sa date, au registre des dépôts au
rang qui lui est assigné par le premier enregistrement.
- 39 -

RTICLE 1 3 0 : Les copies de titres fonciers et certificats d'inscription sont seuls


restitués aux parties les pièces produites restent déposées aux arcnivos de la
conservation et le conservateur peut à toute époque en délivrer aux intéressés
des copies certifiées conformes faisant foi de leur contenu.

ARTICLE 1 3 1 ' Si l'inscription d'une hypothèque forcée est subordonnée à une


décision do justice, il peut être pris en cas d'urgence et en vertu d'une ordonnance du
président du tribunal ou du juge de paix à compétence étendue une inscription
conservatoire laquelle n'a d'effe' que jusqu'au juge.cent définitif, si ce jugement
définitif maintient tout ou partie ùo l'inscription ce qui a été maintenu prend rang à la
date do l'inscription conservatoire. RTICLE 1 5 2 : Si l'inscription d'une hypothèque
garantissant un prêt à court
terme est différée par application de l'article 4 3 , l'acte constitutiJ de
cette hypothèque n'en doit pas moins être rédigé dans les formes ordinaires
et un original ou une expédition suivant le cas en est remis avec la copie du
titre foncier, au créancier hypothèque celui-ci effectue le dépôt à la
conservation en faisant défense par écrit au conservateur de déférer à aucune
réquisition d'inscription au préjudice de son droit dans un délai qui ne peut
être supérieur à quatre vingt-dix jours.

Ce dépôt, valable pour ledit délai comme opposition est inscrit à sa date au
registre des dépôts et mention provisoire en est faite sur le titre foncier
dans le cadre réservé à cet effet. Exceptionnel lement cette mention n'est
pas reproduite sur la copie du titre foncier.

Si dans le cours du délai de validité de l'opposition, une nouvelle


inscription vient à être requise le conservateur procède préalablement à
l'inscription do l'hypothèque différée qui prend rang du jour du dépôt pour
opposition. \

Dans le cas contraire, à l'expiration du aélai de quatre vingt-dix jours le


créancier est tenu de retirer les pièces ou d'être garanti par le dépôt pour
opposition.
ko -

ARTICLE 155 : Les frais de toutes inscriptions sont acquittés par les requérants, sauf
règlement ultérieur entre les parties.

ARTICLE 1 3 * * : Les personnes dont les droits auraient été lésés par une inscription peuvent
on demander la modification ou l'annulation mais ces modification ou
annulation sauf dans le cas où elles sont la conséquence d'une réserve
mentionnée au titre foncier ne peuvent préjudi-cior aux tiers de bonne foi.

Toutefois, l'héritier revendiquant, dans les six mois qui suivent


l'ouverture de la succession, tout ou partie de l'hérédité peut demander, en
même temps que l'annulation de l'inscription prise à son préjudice, colles
des droits constitues dans l'intervalle au profit des tiers par l'héritier
apparent.

ARTICLE 1 3 5 : Toute demande tendent à obtenir la modification eu l'annulation


d'une inscription peut faire l'objet d'une mention sommaire préventive dite
prénotation, sur le titre foncier avant L d'être portée devant le tribunal
; cette prénotation doit être portée devant le tribunal ; cette prénotation
doit être autorisée par ordonnance du président du tribunal ou du juge de paix
à compétence étendue, rendue sur requête, à charge de lui ea référer.

La prénotation faite,' la validité des inscriptions ultérieures est


subordonnée à la décision judiciaire.
défaut de prénotation le jugement n'a d'effet à l'égard des tiers que du jour
où il est inscrit.

§ 2 ; DE LA REUNION E£ DE LA DIVISION DE3 TITRES FONCIERS

Article 136 : Lorsque deux immeubles contigus sont réunis par suite d'une acquisition ou
par l'effet de tout autre contrat ou événement entre les mains d5 un morne
propriétaire celui-ci peut demander soit a:: montent de l'inscription du fait
juridique générateur du droit soit ultérieurement la fusion des doux titres
fonciers en un seul.
»
0 ■ '% .
- JM -

Cett e f usi on «cl -o it a u mo yen de l' an nu lati on des de ux


titr es
anci ens e t d e la c réat ion d 'un ti tre no uve au, su r leq u el son t r epo rté e; -
! los in scr ipt i ons n on rad iée s des tit res an cien s, soi t p ar
1'an nul ati on
t

d'un se ul des di ts tit res et le r ep ort sur le se co nd , in dép end amm en t


des men tio ns re la tive s à l' aug me nt atio n d e s upe rf ic ie, con sis tan ce e t
vale ur de l'i mm eu ble, de s i nsc ri pt ions no n r adi ée s au t itr e a nnu lé .

Cett e o pér ati on n 'est ce pen dan t ad mise qu 'au tan t qu 'ell e n e
préj udi cie en r ie n au x d roi ts in sc rits su r l es ti tr es f usi onn és.

Elle pe ut êtr e ét endu e a u c as de r éuni on d'u n p lu s gran d n omb re d d ' im nfe ubl es.
': A RTI CLE 1 3 7 :

1 ° / - Lor squ 'un im me uble es t d ivi sé p ar s uit e d 'al ié na tion s p art iel le s ou d e

part age le s l im it es d es lot s f or mé s do ive nt êtr e fi xées su r l e


terr ain à dé fa ut de l 'un de s m ot ie s de cl ôtu re, ad mis par l' art ic le
64, au moyen d e b orne s é dif iée s da ns l es con dit io ns rég lée s p ar
l'ar tic le 6 3 , un pl an d e l oti sse me nt , ét abl i c omm e i l es t d it e n
l'ar tic le 6 5 , est dépo sé à la co nse rvat ion av ec le s pièc es néc ess ai re s
à l' ins cri p tion u ltér ieu re de l' ac te d e v ent e o u de par tag e à p ub lie r
;

2°/- Dans le pl us bref dé lai po ss ib le a prè s c e d ép ôt , le co nse rva te ur


fait pr océ der p ar l'u n d es géo mè tr es a sse rme nté s at tach és à l a c on -
serv ati on au bo rn age des lo ts fo rm és.'

3 ° / - L e b orn age e st eff ect ué et co ns taté da ns les f or mes ind iqu ées p ar ; le s

arti cle s 76 et 7 7 t oute foi s l es pa rt ies à l 'ac te y as sist ent se ule s à


l'ex clu sio n d es p ropr iét air es ri ve rain s à l' éga rd d esqu els le s
limi tes on t é té f ixée s l ors de l 'i mmat ric ula tio n.

ARTI CLE 1 3 8 : Dè s que le bor mge e st ach evé , l e c on se rvat eur an nex e le pro cès -ve r - "
bal aux pi èce s dé posé es et pro cè de à l 'in scr ipt io n de l 'ac te.

Comm e c ons équ en ce il est ob lig at oi re l ent ét abl i, au n om de cha cu n


des

prié tai res de s lo ts d ist rai ts un n ouve au tit re fo nc ier sur le que l so nt
repo rté es tou te s les ins cri pti on s non rad iée s d u ti tre anc ien 5 J p

V ce der nie r apr ès ins cri pti ons d es men tio ns rel at iv es à la di min ut io n

P %
- kZ -

de s upe rfi cie , c onsi sta nce et v al eur de l'i mme ub le res te aux
main s d u p rop ri ét aire po ur la pa rt non al ién ée ou e n ca s d e p art ag e
ou iw. vente p ar l ots est re mis à l 'att rib uta ire o u à l' acq uér eur d u
dern ier lo t a tt ri bué ou v en du.

CJ I- L P IT R E III : C ONSU LTA TIO N D E S LI VRE FON CIE RS DE L A CO MMU NIC ATI ON
;
' DES RE NSE IG NEME NTS

ARTI CLE 1 3 9 i T out e per son ne en se c onfo rma nt aux r èg les ci - apr ès fi xé es p eut
obte nir co mmu ni ca tion de s r ens ei gn emen ts con sig né s aux liv res
fonc ier s o u r en fe rmés da ns les d os sier s c orr esp on da nt a ux tit res
fonc ier s m oye n nan t le pa yem ent - ?e dro its de re ch er che et de cop ie .

ARTI CLE " ]k 0 : A cet eff et les i nt éres sés pr ése nt an t au co nse rva te ur de la
prop rié té fon ci èr e un e r équ isi ti on réd igé e e n d ou bl e ex emp lai re et
tend ant à la dé li vran ce sui van t le s ca s :
- d'un , c ert ifi ca t cons tat ant la c on cord anc e d 'un t it re f onc ier et d e
la c opi e d udi t ti tre :
- d'un ce rti fic at c onst ata nt la co nc orda nce d' un ce rt ific at
d'in scr ip tion a ve c le s é non cia ti on s du ti tre fo nc ie r re lat ive s a u
même dr oit ré el ;
- de l 'ét at des d ro its rée ls app ar te nant à un e p er son ne d éte rmi née ;
- de l 'ét at des c ha rges et dr oit s ré els gre van t u n im meub le dét erm in é
;
- de l a c opi e d 'u n acte dé pos é a u do ssie r d 'un im me ub le à l' app ui ./
d'un e i nsc rip ti on eu du bor der ea u anal yti que qu i s' y ra ppo rte .

Lesd its ce rti fi ca ts, éta ts ou cop ies son t é tab li s à la su ite de
l'un e d es réq ui si tion s, la sec on de res te aux ar ch iv es d e l a
cons erv ati on.

ARTI CLE 1 4 - 1 : A u cas où l'i mme ub le vis é d ans un e ré quis iti on se tr ou ve g rév é
d'un e
hypo thè que à i nsc ript ion di ffé ré e, d an s l es con dit ion des ar tic le s kj>
et 1 3 2 du pré sen t décr et men tio nn é doit en êt te fa it e à la su ite d e
l'ét at ou de ce rt ific at req uis a ve c in dic ati on de d urée de va lid it é
de l 'op pos iti on s i to ute foi s l a na ture d u re nse ig ne ment de man dé ex ig e
cett e r évé lat io n. *• v >,;

Vous aimerez peut-être aussi