Vous êtes sur la page 1sur 4

CUSSENOT Denis

HUROT Jean-Louis Université Catholique de l'Ouest


LEMOINE-MAULNY Estelle Institut de Psychologie et de Sociologie Appliquées
PREAULT Violaine Année universitaire 2009 - 2010
MASTER 2 Mention Sociologie
" Métiers du développement, mutations des territoires
et des sociétés"

DOSSIER

Cadre logique

Etude de faisabilité pour le programme d’appui à la formation


professionnelle continue au Niger sur les fonds du 9ème FED

 
Enseignantes : V. DIAZ et S. BARLET
Cours : Ingenierie et montage de projets dans
les pays du sud
1er Semestre de l'année 2009/2010
Présentation générale :

Ce programme d'appui à la formation professionnelle continue au Niger s'adresse in


fine aux artisans, aux micro-entrepreneurs et aux chômeurs.

Ce présent programme doit être approprié par l'ensemble des acteurs de la formation et
des organisations artisanales. Pour sa réussite, il est nécessaire que l'Etat du Niger soit partie
prenante, notamment pour décliner le système de formation au niveau national, régional, et
local.

C'est à partir de ces conditions préalables nécessaires, que l’on peut intervenir et
développer les résultats attendus par la Délégation de la Commission Européenne au Niger.

C'est sur la base de ces critères que nous présentons le dossier, et en particulier le cadre
logique, ci- joint.

 Estelle LEMOINE
 Violaine PREAULT
 Denis CUSSENOT
 Jean-Louis HUROT

1
Note explicative du cadre Logique :

L’étude de faisabilité passe nécessairement par le développement d’une proposition


globale d’appui à la formation professionnelle continue présentée dans le cadre logique ci-
après.
Tout d’abord, il faut noter que le projet développé s’insère dans une politique
nationale de stratégie et de réduction de la pauvreté au Niger en se proposant de développer
des programmes d’appui à la formation continue.
Suite à l’étude d’identification, l’esquisse d’un cadre logique à été mise en avant.
Cette mission à plusieurs objectifs globaux qui montrent les impacts économiques sociaux et
environnementaux attendus sur le plan national. Elle doit ainsi contribuer à la croissance
économique du pays, à la réduction de la pauvreté des populations fragiles et à la mise en
valeurs des richesses du pays.
De plus, ce programme se doit d’avoir des bénéfices durables pour les bénéficiaires et
le secteur de la FPC. Comme pour tout projet, il existe des bénéficiaires directs et indirects.
Les bénéficiaires finaux de cette action de formation professionnelle continue au Niger sont
les artisans et micro-entrepreneurs ainsi que les chômeurs. De manière indirecte les familles
des personnes concernées, les prestataires de services.
C’est pour cela que l’objectif spécifique de cette mission est de mettre en place un
système pérenne de FPC que les acteurs doivent s’approprier progressivement et qui doit se
développer au niveau national, régional et local.
Pour répondre à ces différents objectifs, plusieurs résultats doivent être vérifiés. En
effet, il s’agit alors de savoir quels sont les produits et services que le projet va offrir aux
groupes cibles et aux bénéficiaires et en général à tout le secteur économique du pays.
Dans un premier temps, la mission doit mettre en place un cadre institutionnel régi par
une Politique Nationale de la Formation Professionnelle avec un mécanisme de financement
fonctionnel. Dans un second temps, la mission doit être en mesure d’offrir un Formation
Professionnelle Continue de qualité, accessible et adaptée à la demande, dotée d’un système
de suivi/évaluation. Dans un troisième temps l’articulation des rôle respectifs des différents
acteurs de la FPC est efficace et la capacité de chacun est améliorée pour mieux remplir sa
fonction. Enfin dans un dernier temps, les OPA s’impliquent dans le système de la FPC
comme moyen d’améliorer leur productivité.

2
Afin de permettre l’élaboration d’un tel projet, différents partenaires sont d’ores et déjà
identifiés : Le Ministère des Enseignements et de la Recherche, le Ministère de la Fonction
Publique, la Fédération des Artisans et la Chambre de Commerce.
Ce projet va faire l’objet d’une convention, de contrats et devis de 3 ans à partir de
l’engagement financier. L’organisation du programme sera la suivante : une première partie se
déroulera sous forme de briefing et débriefing à Bruxelles. La seconde partie sera une phase
d’intervention et se déroulera au Niger. Ce sera alors l’occasion de rencontrer les utilisateurs
et d’effectuer les entretiens, de réaliser l’enquête auprès des acteurs de la FPC ainsi réalisation
de l’étude de cas dans une région concernée (ZINDER) et rencontre avec d’autres bailleurs
des Etats membre de l’UE.
En ce qui concerne l’expertise, elle va réunir un chef de projet et mission. Son travail
va se diviser en trois parties : 2 jours à Bruxelles, 45 jours au Niger et 7 jours de rapport. Il
sera accompagné d’une expertise internationale de 45 jours au Niger et de deux experts
orientés sur la méthodologie durant 38 jours.