Vous êtes sur la page 1sur 144

Bienvenue dans la Boîte à outils !

La Boîte à outils est une ressource pédagogique numérique à destination des enseignants de l’élémentaire et du secondaire et de leurs
classes. Présentant à a fois des synthèses historiques, thématiques et documentaires et des propositions de projets et d’actions pédagogiques,
la Boîte à outils est une invitation à la découverte réflexive et inventive des filières industrielles et du patrimoine technique et industriel -
plus spécifiquement dans le territoire franc-comtois. L’ensemble de ces contenus peut être utilisé par les enseignants en autonomie ou en
complément d’une action de sensibilisation.

Les objectifs de la Boîte à outils sont : La Boîte à outils est organisée en cinq parties.

- d’offrir aux enseignants un ensemble d’outils et de contenus leur permettant La première partie, intitulée Clefs de découverte, est une proposition de canevas
d’explorer avec leurs classes les différentes filières industrielles régionales ainsi que le modulable, à mettre en place en classe afin d’étudier, d’interroger et de mettre en
patrimoine technique et industriel se trouvant à proximité de leur établissement, perspective un ou plusieurs éléments du patrimoine technique et industriel proche.»

- de susciter le débat autour de l’histoire et des transformations de nos Les quatre autre parties sont constitués de dossiers thématiques documentaires et
sociétés industrielles, partant d’une curiosité renouvelée pour les traces et activités pédagogiques sur des filières industrielles et leur patrimoine.
qui s’offrent au regard et à l’analyse dans l’environnement proche des élèves,
Chacun de ces dossiers thématiques contient :
- de susciter des questionnements sur la prise en compte et le devenir du
patrimoine technique et industriel (liens avec les problématiques de l’aménagement du - une recontextualisation de la filière industrielle étudiée,
territoire, du tourisme et du développement local, de l’industrie, de ses transformations
et reconversions, de la réaffectation de bâtis...), - un dossier documentaire complet sur un exemple régional,

- de favoriser chez les élèves le goût de l’interrogation et de la curiosité - des propositions d’activités pédagogiques,
afin d’étendre leur champ de connaissance et de les aider à construire une pensée
rigoureuse, - des propositions de sites patrimoniaux et industriels à visiter en région,

- de proposer aux élèves des projets collectifs qui sollicitent leurs capacités - un glossaire,
d’innovation et d’expérimentation.
- une sitographie et une bibliographie.
SOMMAIRE
Bienvenue dans la Boîte à outils ! ..................................................... 2 Glossaire ......................................................................................................................... 58
Sommaire ........................................................................................................................ 4 Visiter et explorer ................................................................................................... 60
Bibliographie et sitographie .................................................................... 61
Introduction
Un outil pédagogique innovant ......................................................... 7 La filière extraction
Des notions essentielles ................................................................................. 8 Présentation de la filière ............................................................................... 63
L’exploitation du sel ............................................................................................ 64
Les clefs de découverte Le sel en Franche-Comté ............................................................................ 66
Le concept ................................................................................................................ 11 Salins-les-Bains et Arc-et-Senans ........................................................ 68
Avant d’aller plus loin......................................................................................... 13 Machines, outils et productions ............................................................ 71
Explorer - Analyser - Partager ................................................................. 14 Paysages ........................................................................................................................ 72
Explorer les archives ........................................................................................... 15 Architectures ............................................................................................................... 73
Visiter une entreprise ......................................................................................... 17 Archives ............................................................................................................................ 74
Des interlocuteurs privilégiés .................................................................... 19 Art et littérature ........................................................................................................ 75
Rechercher de l’iconographie ............................................................... 21 Témoignages ............................................................................................................. 76
Visiter les bases patrimoniales ................................................................ 22 Activités ............................................................................................................................ 77
Lire des ouvrages de référence .......................................................... 23 Glossaire ......................................................................................................................... 83
Récolter et analyser des témoignages ....................................... 25 Visiter et explorer ................................................................................................... 84
Lire un paysage ...................................................................................................... 27 Bibliographie et sitographie .................................................................... 85
Analyser une architecture ............................................................................ 29
Création d’exposition ...................................................................................... 31 La filière microtechnique
Création de blog ................................................................................................. 33 Présentation de la filière .............................................................................. 87
Création de web-documentaire ......................................................... 35 L’inudustrie horlogère ......................................................................................... 88
L’inudustrie horlogère en Franche-Comté .................................. 90
La filière agro-industrielle L’empire industriel de la famille Japy.................................................... 92
Présentation de la filière ............................................................................... 38 Machines, outils et productions ............................................................ 94
L’industrie textile ....................................................................................................... 39 Paysages ........................................................................................................................ 95
L’industrie textile en Franche-Comté ................................................. 41 Architectures ............................................................................................................... 96
L’entreprise textile Schwob Frères ...................................................... 43 Archives ............................................................................................................................ 97
Machines, outils et productions ............................................................ 45 Art et littérature ........................................................................................................ 98
Paysages ........................................................................................................................ 46 Témoignages ............................................................................................................. 99
Architectures ............................................................................................................... 47 Activités ............................................................................................................................ 100
Archives ............................................................................................................................ 48 Glossaire ......................................................................................................................... 106
Art et littérature ........................................................................................................ 49 Visiter et explorer ................................................................................................... 107
Témoignages ............................................................................................................. 50 Bibliographie et sitographie .................................................................... 109
Activités ............................................................................................................................ 51
SOMMAIRE
La filière bois
Présentation de la filière ............................................................................... 111
La tournerie .................................................................................................................. 112
La tournerie en Franche-Comté ........................................................... 113
L’industrie du jouet à Moirans ................................................................ 115
Machines, outils et productions ............................................................ 117
Paysages ........................................................................................................................ 118
Architectures ............................................................................................................... 119
Archives ............................................................................................................................ 120
Art et littérature .........................................................................................................121
Témoignages ............................................................................................................. 122
Activités ............................................................................................................................ 123
Glossaire ......................................................................................................................... 129
Visiter et explorer ................................................................................................... 130
Bibliographie et sitographie .................................................................... 131

L’offre du réseau Engrenages


Engrenages, un relais territorial .............................................................. 133
Les mallettes pédagogiques .................................................................. 134
Les expositions itinérantes ........................................................................... 136
Et aussi .............................................................................................................................. 138

Remerciements et crédits
Remerciements .......................................................................................................... 140
Crédits photographiques ............................................................................ 141

6
UN OUTIL PÉDAGOGIQUE INNOVANT
La Boîte à outils Les activités proposées dans La Boîte à outils peuvent également servir de
supports d’animation adaptables aux milieux périscolaires et extrascolaires.
La Boîte à outils met en lecture le patrimoine technique et industriel dans un
esprit de continuum historique initerrompu, d’hier à aujourd’hui, en investissant Les dossiers documentaires par filière industrielle
une approche transversale régionale par filière industrielle.
La Boîte à outils met en lecture quatre filières industrielles ancrées sur notre
La Boîte à outils développe une vision contemporaine de la notion de territoire, qui sont : la filière extractive, la filière agro-industrielle, la filière bois
patrimoine technique et industriel, qui englobe le patrimoine bâti, le patrimoine et la filière microtechnique.
mobilier, le patrimoine immatériel (savoir-faire) et l’actualité des formes de production
industrielles et techniques. Pour chaque filière, un dossier pédagogique est sont proposé, permettant ainsi
d’approfondir un type d’industrie en particulier grâce à un exemple issu du contexte
Les clefs de découverte régional.

C’est une proposition de méthodologie d’étude de cas, à appliquer en classe, Ces dossiers pédagogiques sont une application de la méthodologie
en autonomie. Les clefs de découverte sont destinées aux élèves de l’élémentaire proposée dans les « clefs de découverte ».
et du secondaire. Concernant le public lycéen, elles s’adressent aussi bien aux
filières générales qu’aux filières techniques et professionnelles. Cette proposition Un outil évolutif et collaboratif
peut s’inscrire dans le cadre des classes à Projet artistique et culturel (PAC), du
Parcours d’éducation artistique et culturel (PEAC) et des Enseignements pratiques Cet outil est amené à être étoffé au fil de versions successives. A terme, toutes
interdisciplinaires (EPI). les principales filières régionales seront abordées. Aujourd’hui interactive via des
liens cliquables insérés dans ce document, la Boîte à outils a égalemnet vocation à
A partir d’une problématique suggérée par l’environnement proche de évoluer vers une version multimédia, enrichie d’une documentation iconographique,
l’établissement et compte tenu des objectifs des programmes, l’enseignant et ses sonore et audiovisuelle.
élèves vont pouvoir, à l’aide de la Boîte à outils, réaliser une étude de cas afin
d’appréhender entre autre la notion de patrimoine technique et industriel. Cet outil est aussi votre outil. Faites-nous part de vos projets, partagez avec
nous les réalisations de vos élèves : elles viendront enrichir la Boîte à outils et ses
De la simple comparaison pour les classes élémentaires à la petite recherche déveleppoments interactifs au fil du temps.
typologique pour les secondaires, l’exploration sur le terrain, la posture d’enquête,
les recherches documentaires et l’exploitation des témoignages font partie des
démarches à mettre en place avec les élèves. Ce travail pourra ensuite être mis en
valeur sous différentes formes : exposition, dossier documentaire, film documentaire,
web-documentaire et toute forme de création artistique.
7
DES NOTIONS ESSENTIELLES
La notion de patrimoine ouvre de vastes perspectives. Elle interroge et intéresse la ses choix économiques et se désengage des filières industrielles, ce qui entraîne
mémoire collective. Le patrimoine est à la fois l’expression de notre identité et un lieu l’abandon de nombreux sites de production (les hauts fourneaux, les mines de charbon,
privilégié de savoir-faire et d’expression artistique. Aujourd’hui, l’existence de l’objet la filature et le tissage au début des 1980).
patrimonial n’est plus dépendante des inscriptions ou des classements. Tout devient
patrimoine ou peut entrer dans un processus de patrimonialisation. Certaines institutions décident de conserver et de mettre en valeur les
bâtiments et les friches industrielles en les reconvertissant en espaces culturels,
Définition du patrimoine technique et industriel habitations et commerces, ou intégrant ce patrimoine dans des structures muséales
pour en faire des lieux de mémoire.
Le patrimoine technique et industriel est un patrimoine multiforme dont le
champs d’étude est pluridisciplinaire. La patrimonialisation des sites industriels oblige de choisir ce qui doit être
Le patrimoine technique et industriel est tout à la fois paysager, immobilier, mobilier et conservé et étudié. Différents critères de sélection influent sur la sauvegarde tels
immatériel. que l’état de conservation, la présence de vestiges matériels (outils, machines...) et la
Paysager : les transformations paysagères liées à l’exploitation et à l’organisation présence d’archives.
industrielle
Immobilier : les bâtiments de production (usines, ateliers), les logements ouvriers et Parmi les premiers sites mis en valeur, on peut citer l’écomusée du Creusot-
patronaux, les équipements collectifs (bains-douches), les jardins ouvriers... Montceau (en Saône-et-Loire), créé en 1973 avec pour missions d’inventorier,
Mobilier : les matières premières, les outils de production (machines notamment), les étudier et transmettre le patrimoine d’un territoire marqué par l’industrie.
produits finis, les archives d’entreprises, les archives photographiques...
Immatériel : les savoir-faire, la mémoire orale des ouvriers et des patrons, la culture De même, le Centre historique minier de Lewarde (département du Nord), a
ouvrière (religion, coutumes etc.)... été créé en 1982 dans le but de conserver et de valoriser la culture minière du
Nord-Pas de Calais.
La découverte et l’étude du patrimoine technique et industriel se prête
à la mobilisation d’une grande diversité de disciplines  : histoire, géographie, En 1983, la création de la cellule du patrimoine industriel au sein du service de
sociologie, histoire des techniques, architecture, histoire de l’art, design... l’Inventaire Général du Ministère de la Culture, marque clairement la volonté,
au niveau national, de recenser, étudier et faire connaître le patrimoine
Historique de la prise en compte du patrimoine technique et industriel technique et industriel. Aujourd’hui de nombreux sites, bâtiments, objets et machines
sont protégés au titre des Monuments historiques. La Grande Saline de Salins-les-Bains
En France, le patrimoine technique et industriel est apparu comme un axe d’études (Jura) et la Saline Royale d’Arc-et-Senans (Doubs) sont même classées au Patrimoine
et de recherches vers la fin des années 1970, au moment de la désindustrialisation. mondial de l’UNESCO. Les témoins du patrimoine technique et industriel sont devenus
Durant cette période de crise, véritable traumatisme social, l’Etat décide de réorienter les marqueurs des identités régionales.

Lecture complémentaire :
HEINICH Nathalie. 2009. La fabrique du patrimoine : de la cathédrale à la petite cuillère. Editions de la Maison des sciences de l’homme.
8
DES NOTIONS ESSENTIELLES
Le patrimoine technique et industriel permet d’interroger les développements mouvement de désindustrialisation des années 1970 et 1980. Aujourd’hui,
de nos sociétés industrielles. Conduire les élèves à prendre conscience que le l’industrie régionale doit aussi beaucoup à la présence de nombreuses
patrimoine technique et industriel qui les entoure est partie prenante de notre culture, entreprises familiales, qui ont mis leur sens de l’innovation au service de
et l’interroger comme tel, est une véritable invitation à une réflexion pleine et entière savoir-faire très spécialisés. Pour perdurer, un certain nombre de ces entreprises
sur nos modes de vie et nos choix sociétaux. C’est, en quelque sorte, un véritable a du reconvertir ses activités au fil du temps, notamment dans les microtechniques,
pan d’une introduction à la vie citoyenne. témoignant ainsi d’une grande capacité d’adaptation. PSA Peugeot-Citroën, Alstom
et Lisi font partie des grands groupes toujours présents sur le territoire.
Le patrimoine technique et industriel en Franche-Comté
Très varié, le patrimoine technique et industriel de la région est représentatif des
La Franche-Comté, qui comprend les départements du Jura, du Doubs, de secteurs suivants:
la Haute-Saône et le Territoire-de-Belfort, est l’une des régions françaises
les plus industrialisées : en 2013, environ 22% de la population active était - L’extraction du sel, du Moyen Age au milieu du XX°s., aux salines de Salins-
employée dans l’industrie. Selon l’INSEE, la Bourgogne-Franche-Comté est, en 2015, les-Bains (39) et à la Saline Royale d’Arc-et-Senans (25).
la plus industrielle des futures régions. La Franche-Comté regroupe des territoires aux - L’extraction du charbon, avec l’exploitation du bassin minier de
secteurs très diversifiés, qui ont pour points communs une spécialisation extrêmement Ronchamp-Champagney (70) entre le XVIII°s. et 1958.
poussée d’un part et le travail du fer d’autre part, duquel dérivent de nombreuses - L’horlogerie, originaire de Suisse et introduite en Franche-Comté à la
activités. fin du XVII°s. dans le pays de Montbéliard (Seloncourt, Beaucourt avec l’entreprise
Japy), à Besançon (25) et dans le Haut-Doubs.
L’industrialisation de la région s’est d’abord appuyée sur l’exploitation de - La lunetterie à Morez (39) à partir du XIX°s. et à Lons-le-Saunier (39).
ressources naturelles (minerais, bois, sel), leur extraction et leur transformation. - La construction automobile avec l’entreprise Peugeot à partir de 1885,
L’énergie hydraulique a constitué une ressource indispensable au fonctionnement des qui s’installe à Sochaux (25) en 1912.
usines et des ateliers, implantés à proximité des cours d’eau. Le bois, que l’on trouve - Les forges, implantées dès le XV°s., puis les filières spécifiques (tréfilerie,
en abondance dans la région, a été utilisé très tôt comme combustible. L’industrie laminoir, fonderie) - les forges de Syam (39) et la taillanderie de Nans-sous-Sainte-
franc-comtoise est caractérisée par une diversité des filières et des spécialités, leur Anne (25) en sont des exemples significatifs.
dispersion sur le territoire et le mode d’organisation des activités : travail à domicile - La tournerie dans le Jura, avec l’industrie du jouet à Moirans-en-Montagne.
dans le Haut-Jura, petits ateliers et grandes usines dans le nord de la Franche-Comté. - La viticulture dans le Jura, notamment à Arbois.
Ces activités ont bénéficié de savoir-faire des régions voisines, comme l’Alsace (la - La production de fromages dans les fruitières.
construction mécanique et le textile) et la Suisse (l’horlogerie). - La distillerie dans la région de Fougerolles (70).
- Le secteur textile à Héricourt (70).
Le paysage actuel résulte de l’héritage de cette industrialisation et du - Le lapidaire dans le Haut-Jura...

Lecture complémentaire :
GASNIER Marina. 2011. Patrimoine industriel et technique. Perspectives et retour sur 30 ans de politiques publiques au service des territoires. Editions Lieux Dits. Lyon.
9
LE CONCEPT
Les Clefs de découverte constituent une proposition de canevas modulable,
Histoire et géographie : comprendre le dévoloppement industriel des XIX° et
à mettre en place en classe afin d’étudier, d’interroger et de mettre en
et XX°siècles et les transformations sociales et territoriales qu’il implique ; découvrir
perspective un ou plusieurs éléments du patrimoine technique et industriel
l’histoire des sciences et techniques ; comprendre l’implantation d’une industrie sur un
proche. Plus qu’un outil prêt à l’emploi, c’est davantage une trame méthodologique,
site et les transformations sur le paysage qui en résultent.
reposant sur une pratique expérimentale et collective et applicable à n’importe
Cycle 3 : acquisition des premiers repères temporels et spatiaux.
quel élément de patrimoine technique et industriel se trouvant à proximité de
Cycle 4 : en Histoire, la prise en compte des héritages du passé et des enjeux du
l’établissement.
monde présent. En Géographie, l’étude de l’espace proche (paysage et territoire)
en 6°, du rapport entre les sociétés et les ressources (aménagement et usage) en 5°,
L’étude du patrimoine technique et industriel permet d’aborder plusieurs
des espaces productifs industriels et agricoles en 3°.
disciplines scolaires et de développer diverses compétences liées à ces disciplines.
Lycée : en Histoire, la croissance économique, la mondialisation et les mutations
Les activités proposées comportent des objectifs spécifiques à l’appréhension du
des sociétés depuis le milieu du XIX°siècle et le socialisme et le mouvement ouvrier.
patrimoine technique et industriel, qui sont en accord avec les programmes des
En Géographie, la compréhension des territoires de proximité, l’aménagement et le
socles communs. Sont ici d’abord énoncés des objectifs spécifiques à l’appréhension
développement du territoire français. L’approche du développement par une étude
du patrimoine technique et industriel, puis les programmes scolaires auxquels ils se
locale du concept de circuits courts d’approvisionnement.
rapportent.

Français : acquérir le vocabulaire du patrimoine technique et industriel.


Cycle 2 : apprentissage de la lecture, de l’écriture et de l’expression orale ; acquisition Pratiques artistiques /arts plastiques et histoire des arts : saisir les processus des
du vocabulaire. créations plastiques et architecturales liées aux techniques et à l’industrie. La Boîte
Cycle 3 : expression orale, littérature, enrichissement du vocubulaire. à outils permet aussi d’aborder la notion de patrimoine.
Cycle 4 : lecture à haute voix, argumentation, méthodes de l’exposé. Création de Cycle 2 : l’acquisition de références culturelles et la pratique artistique permettent
récits et découverte des genres littéraires (6°). de développer les capacités d’expression.
Cycle 3 : les pratiques artistiques individuelles ou collectives favorisent l’expression,
la création réfléchie, la maîtrise du geste et l’acquisition de méthodes de travail et
Sciences de la vie et de la Terre  : comprendre l’approche scientifique et se de techniques. En histoire des arts, découverte d’œuvres considérées dans un cadre
sensibiliser aux relations que l’Homme entretient avec son environnement ainsi qu’à chronologique.
l’exploitation des ressources naturelles. Cycle 4 : contact avec des œuvres issues de domaines variés (architecture, peinture,
Cycles 3 et 4  : initiation à la démarche scientifique par la manipulation et sculpture, photographie, etc.), étude de leur matérialité et de leurs significations
l’expérimentation. En 6°, le programme comprend un module sur les pratiques au historiques et sociales. Mise en relation des arts, de la culture scientifique et technique
service de l’alimentation humaine  (les interventions de l’Homme sur son environnement et de l’histoire des idées.
pour satisfaire ses besoins alimentaires). Des visites de sites (musées etc.) sont encouragées pour compléter cet enseignement.

11
LE CONCEPT
Les activités proposées dans la Boîte à outils peuvent également s’insérer dans
Sciences expérimentales et technologie : comprendre le processus de fabrication
certains programmes d’exploration de la classe de seconde: “Création et activités
du produit en adoptant une démarche scientifique.
artistiques” (notamment les spécialités “Patrimoine” et “Arts visuels”), “création et
Cycle 3 : compréhension et description du monde construit par l’homme ; maîtrise
culture design”, “création et innovation technologiques”, et “Sciences économiques
des changements induits par l’activité humaine en adoptant une démarche
et sociales”.
d’investigation par l’observation (observation, questionnement, expérimentation et
argumentation).
En outre, les élèves pourront garder en mémoire leur découverte du patrimoine
Cycle 4 : compréhension et maîtrise du fonctionnement d’objets techniques, fabriqués
technique et industriel et leurs expériences d’activités pédagogiques dans
par l’homme pour répondre à ses besoins.
l’application FOLIOS, activée à la rentrée 2016-2017, sous différents formats
(photographies des productions des activités manuelles, productions écrites et
En plus des classes à Projet Artistique et Culturel (PAC), l’utilisation de la créations numériques).
Boîte à outils peut s’intégrer dans la démarche du Parcours d’Éducation
Artistique et Culturel (PEAC) et durant les heures dédiées aux Enseignements
Pratiques Interdisciplinaires (EPI) pour les élèves de cycle 4 (5°, 4°, 3°). En effet, le Les Clefs de découverte permettent donc pleinement de mettre
caractère interdisciplinaire du patrimoine technique et industriel est en accord avec en place des projets et activités s’inscrivant dans les programmes
les objectifs du PEAC et des EPI.
scolaires. Elles permettent de faire percevoir aux élèves les
Concernant le PEAC, qui vise à favoriser l’égal accès de tous les élèves du dimensions sociales, économiques, éthiques et culturelles de
primaire et du secondaire aux arts et à la culture, notamment à travers des activités l’industrie et de les familiariser avec l’histoire de leur territoire.
pratiques, des interventions et une ouverture à un environnement culturel proche, C’est aussi l’occasion de développer des situations d’échanges
La Boîte à outils peut s’inscrire dans le cadre des ateliers pratiques et peut venir et de débats et de sensibiliser les élèves aux métiers liés au monde
en complément d’une visite d’un site de la région et/ou d’une rencontre avec un de l’industrie, mais aussi de la culture.
intervenant extérieur.

Concernant les EPI, mis en place à la rentrée 2016-2017, La Boîte à outils peut
s’intégrer à certains enseignements en accord avec l’étude du patrimoine technique
et industriel tels que : “culture et création artistique”, “transition écologique et
développement durable”, “sciences, technologie et société” et “monde économique
et professionel”. Cette derniere matière contribue également à la mise en place du
parcours Avenir (6°-terminale) pour la découverte du monde professionnel.

12
AVANT D’ALLER PLUS LOIN
Avant de lancer un projet de découverte du patrimoine industriel et technique Afin de préparer votre classe à accueillir l’idée de ce projet, nous vous
en classe, il est nécessaire de réaliser un travail de recherche préparatoire, soumettons différentes entrées. L’idée est avant tout de réussir à éveiller l’intêrét
plus ou moins approfondi en fonction du niveau des élèves. des élèves par la discussion, le débat, la lecture ou le visionnage de photos et/ou
films afin de s’assurer de leur adhésion et de leur motivation.
Dans un premier temps, il est important de connaître quel type de filière
industrielle a été ou est encore implantée dans l’environnement proche de L’entrée par le biais du patrimoine :
votre établissement scolaire. Pour  vous guider dans cette première démarche, - Qu’est ce qui selon vous fait patrimoine ?
vous pouvez vous rapprochez des institutions culturelles de votre ville, telles que les - Qu’est ce qui fait patrimoine dans la région ? Dans la ville ?
archives ou les musées, ou consulter des ouvrages spécialisés en bibliothèque ou - Qu’est ce qui, à vos yeux, dans votre famille, est un objet de patrimoine ?
les sites Internet.

Des outils pour découvrir les filières de votre région :


- Le site Internet d’Engrenages : L’entrée par le biais de l’industrie :
http://www.musees-des-techniques.org - Pour vous, qu’est ce que c’est l’industrie ?
- Le site Internet de l’inventaire en région Franche-Comté : - Avez-vous déjà visité une usine ?
http://patrimoine.bourgognefranchecomte.fr - Vos parents travaillent-ils dans l’industrie ?
- Le site Internet de l’inventaire général du patrimoine en France :
http://www.inventaire.culture.gouv.fr

L’entrée par le biais de l’histoire locale / personnelle :


- Qui est originaire de la région ?
Il vous faut ensuite repérer ce qui, dans la ville et autour de l’établissement, - Depuis combien de temps êtes-vous dans la région ? Dans la ville ?
fait partie du patrimoine technique et industriel et pré-sélectionner plusieurs sites - Où travaillaient vos parents ? Vos grands-parents ?
exploitables, c’est-à-dire, à propos desquels les élèves pourront récolter suffisamment
d’informations pour réaliser leur projet.

Des critères de pré-sélection d’un site :


- un site fermé depuis moins de 50 ans, ou en activité partielle,
Cette phase de sensibilisation est primordiale pour fédérer la
- la présence de bâtiments et/ou d’outils de production, classe autour des problématiques des filières industrielles et du
- un site sécurisé et accessible, patrimoine technique et industriel et éveiller la curiosité des élèves.
- un site inscrit à l’inventaire du patrimoine.  Elle peut aussi être réalisée sur la base de documents.

13
EXPLORER - ANALYSER - PARTAGER
En fonction du niveau de la classe, les étapes suivantes peuvent être réalisées
avec plus ou moins d’autonomie par les élèves, selon l’ordre souhaité.

Ce sommaire est cliquable.

1. Explorer
Explorer les archives.
Visiter une entreprise.
Rencontrer des interlocuteurs privilégiés.
Rechercher de l’iconographie sur Internet.
Visiter les bases de données du patrimoine.
Lire des ouvrages de référence.

2. Analyser
Récolter et analyser des témoignages.
Lire un paysage.
Analyser une architecture.

3. Partager
Créer une exposition.
Créer un blog.
Créer un web-documentaire.

14
EXPLORER LES ARCHIVES
Que sont les archives ? Les structures privées peuvent conserver elles-mêmes leurs archives  : entreprises,
Dans le texte de la loi relative aux Archives du 15 juillet 2008, les archives sont musées, associations, particuliers, etc.
définies comme étant « l’ensemble des documents, quels que soient leur date, leur
lieu de conservation, leur forme et leur support, produits ou reçus par toute personne De plus en plus de services numérisent leurs archives
physique ou morale, et par tout service ou organisme public ou privé, dans l’exercice dont ils proposent la consultation directement en ligne.
de leur activité ».

Les archives sont des sources de première main (appelées aussi sources LES SERVICES NATIONAUX 
primaires) : il s’agit du document originel, qui n’a fait l’objet d’aucune analyse,
d’aucun traitement. Les informations sont livrées brutes. D’autres types de ARCHIM, la base de données des Archives nationales, offre deux modes de
documents font également partie des sources primaires, tels que les œuvres et objets consultation : soit à l’aide d’une grille d’interrogation donnant accès à la totalité
de collections ou encore le matériel archéologique ou ethnographique issus de des données présentes dans la base, soit par le biais de 17 dossiers thématiques
fouilles ou de collectes. permettant d’accéder à une sélection de documents  : http://www.culture.gouv.fr/
documentation/archim/accueil.html
Les archives peuvent aider à comprendre une période historique et viennent
appuyer un propos, comme un témoignage du passé, une preuve. Elles peuvent GALLICA, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque Nationale de France,
être textuelles, visuelles, sonores ou audiovisuelles. comprend des fonds d’archives : http://gallica.bnf.fr/

Concernant le patrimoine technique et industriel, les archives permettent de Le site de l’Inventaire général du patrimoine culturel met à disposition des dossiers
garder une trace de l’activité passée d’un site de production aujourd’hui thématiques relatifs au patrimoine industriel de Franche-Comté et comprenant des
fermé : photographies, encarts publicitaires…. D’autant plus que de nombreux documents d’archives : http://www.inventaire.culture.gouv.fr/ Aller dans : l’Inventaire : les
bâtiments industriels ont été détruits ou remaniés au fil du temps ; un même site a résultats > approches thématiques > patrimoine industriel
également pu servir à des productions différentes selon les époques (reconversion
d’activité, rachat par une autre entreprise). La base de données Mémoire. Il s’agit d’un catalogue d’images (photographies,
gravures, plans, dessins et autres documents graphiques) émises par les Services
régionaux de l’Inventaire, des Monuments historiques et de l’Archéologie et de la
Où trouver les archives en lien avec le patrimoine technique et industriel ? Médiathèque du Patrimoine (archives photographiques) : http://www.culture.gouv.fr/
Les archives publiques ainsi que certaines archives privées sont conservées par public/mistral/memsri_fr?ACTION=RETOUR&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P
des services nationaux, régionaux, départementaux et communaux d’archives, mais
aussi par des services à caractère patrimonial (services régionaux de l’Inventaire,
musées…)

15
EXPLORER LES ARCHIVES
LES SERVICES RÉGIONAUX  LES SERVICES COMMUNAUX

La photothèque du Service de l’Inventaire du patrimoine de Franche- Certaines communes ont numérisé tout ou partie de leurs fonds.
Comté (en rentrant les mots clés « archives ») : http://patrimoine.bourgognefranchecomte. Archives consultables sur site uniquement (dans la région) :
fr/connaitre-le-patrimoine/les-ressources-documentaires/acces-a-la-phototheque.html?q=. Le Centre de documentation du Service patrimoine et inventaire de la région
Pour effectuer une recherche plus précise, on peut compléter le mot « archives ». Les Bourgogne :
résultats peuvent être affichés par départements, par communes, par édifices/objets http://www.region-bourgogne.fr/Le-service-patrimoine-et-inventaire,13,5150#b
ou par sujets.

LES SERVICES DÉPARTEMENTAUX

Les archives départementales proposent en consultation sur leur site la totalité ou


une partie de leurs fonds d’archives numérisés.
Jura : http://www.archives39.fr/
Doubs : https://archives.doubs.fr
Territoire de Belfort : http://www.archives.territoiredebelfort.fr/
Haute-Saône : http://archives.haute-saone.fr/n/archives-numerisees/n:118
Côte d’Or : http://www.archives.cotedor.fr/cms/archives-en-ligne.html
Yonne : http://www.yonne-archives.fr/Archives-en-ligne/Fonds-numerises
Nièvre : http://archives.cg58.fr/?id=chercher
Saône-et-Loire : http://www.archives71.fr/article.php?larub=29#

16
VISITER UNE ENTREPRISE
Visiter une entreprise  permet d’explorer le secteur industriel actuel  ; de Préparer la visite avec les élèves
comprendre la continuité entre le patrimoine industriel et l’actualité des
différentes filières ; de découvrir des métiers ; de comprendre le fonctionnement Localiser l’entreprise sur une carte.
d’une entreprise ; de voir de manière détaillée les étapes de fabrication d’un Se documenter sur l’entreprise : que produit-elle ? Depuis combien de temps existe-
produit. elle ? Combien de personnes travaillent sur le site ? etc.
Rédiger un questionnaire collectif pour le jour de la visite.
Pour préparer la visite :
Choisir la filière industrielle et l’entreprise
Le site de Wesavoirfaire : « 10 conseils pour bien préparer sa visite d’entreprise
Se poser les bonnes questions : que veut-on visiter ? Pourquoi ? Quels sont les dans le cadre scolaire » : https://wesavoirfaire.com/magazine/10-conseils-pour-
objectifs pédagogiques ? Visiter à une classe, ou bien à plusieurs classes avec bien-preparer-sa-visite-dentreprise-dans-le-cadre-scolaire/6909/
d’autres enseignants pour développer la transversalité ?
ONISEP, Mon industrie, kit pédagogique
Prendre contact avec l’entreprise et se mettre d’accord sur ce qui sera http://monindustrie.onisep.fr/lindustrie-en-classe/
abordé et présenté durant la visite : choisir une thématique, un circuit, la durée,
etc. Signaler à l’entreprise l’âge et le nombre d’élèves et s’assurer d’éventuelles La Fabrique de l’Industrie et l’ENSCI-les Ateliers, Regarder et montrer l’industrie : la
restrictions (plan vigipirate par exemple) et de la tenue à avoir. visite d’usine comme point de contact, 2013 :
http://www.la-fabrique.fr/wp-content/uploads/2013/03/Cahier_LFI_ENSCI.pdf
Les entreprises ne sont pas toutes habituées à recevoir des groupes d’élèves
et ne connaissent pas réellement les attentes des enseignants. Un plan de
visite peut donc leur être proposé.

Après avoir obtenu l’accord de principe de l’entreprise, il est nécessaire d’obtenir


l’autorisation du chef d’établissement et l’autorisation parentale.

Pour trouver une entreprise 

Entreprises du patrimoine vivant : http://www.patrimoine-vivant.com/


Wesavoirfaire : https://wesavoirfaire.com/
Engrenages pour la Franche-Comté : http://www.musees-des-techniques.org
« Made in chez nous » pour le Doubs : http://www.doubs.travel/madeincheznous.html
17 Visite de l’entreprise Facom à Laissey lors de la Semaine de l’Industrie 2016 par une classe de Lycée Pro. © MTCC - E. Parmentier - 2016
VISITER UNE ENTREPRISE
Le jour de la visite

La visite peut par exemple s’organiser en trois temps :

Une présentation générale de l’entreprise dans une salle au calme : historique ?


Production ? Effectifs ? Clients ? Organisation du travail et des lieux ?

Un parcours à l’intérieur de l’entreprise, qui permet d’aborder diverses questions :


quelles sont les différentes tâches et la chaîne de fabrication du produit ? Quelles
sont les techniques de production utilisées  ? Ont-elles évolué  ? Quelles sont les
matières premières utilisées ? Comment et où l’entreprise s’approvisionne-elle ? Quels
sont les métiers ? Quelle est la qualification du poste ? Il y a-t-il des éléments de
sécurité ? Il y a-t-il des protections individuelles et/ou collectives ? etc.

Une conclusion avec un entretien collectif permet aux élèves de poser des
questions au(x) professionnel(s) sur ce qu’ils ont vu et d’exprimer leurs avis.

«Professeurs en entreprise»
Visite de l’entreprise Cristel avec des enseignants lors de « Professeurs en entreprises » organisée par C’Génial et les MTCC. © MTCC - E. Parmentier - 2016

Destinée aux enseignants du secondaire et aux cadres de l’Éducation Nationale,


l’opération «Professeurs en entreprise» permet de découvrir le monde et les métiers
de l’industrie. De nombreux sites de production ou de recherche vous ouvrent leurs
portes chaque année au mois de novembre. Sur place, vous êtes accueillis par des
responsables scientifiques pour des échanges approfondis.

Organisée par la Fondation C.Génial à l’échelle nationale et relayée en région par


Engrenages, l’objectif principal de cette opération est de transmettre aux élèves vos
découvertes des métiers de l’industrie.

Inscrivez-vous sur le site de la Fondation dès le mois de septembre et trouvez une


visite proche de chez vous.
> http://www.cgenial.org/82-nos-actions/84-professeurs-en-entreprise

18
DES INTERLOCUTEURS PRIVILÉGIÉS
De nombreuses structures nationales et locales sont dédiées à la culture La Fabrika Sciences (Besançon), située dans l’enceinte de l’Université de Franche-
scientifique, technique et industrielle. Elles peuvent constituer des partenaires Comté, est un espace de plus de 300m2 dédié à la découverte des Sciences et
précieux pour la conception ou la mise en œuvre d’un projet de classe tel qu’une à l’actualité de la recherche scientifique. Le lieu se compose d’une grande salle
visite de site (centre culturel, musée, site historique, entreprise, etc.), la tenue d’un blog d’exposition, d’un espace d’animation avec ateliers, d’une parcelle d’interprétation
ou encore la réalisation d’un web-documentaire ou d’une exposition. botanique et d’une zone consacrée à « l’actu des labos » : http://sciences-en-culture.
univ-fcomte.fr/pages/fr/menu232/la-fabrika-sciences-6570.html
INTERLOCUTEURS LOCAUX
Le LAB 71 (Dompierre-les-Ormes) a pour mission de faire découvrir le développement
Les Centres de Culture Scientifique et Technique (CCSTI). Il s’agit de centres durable à travers des expositions et des ateliers scientifiques et participatifs sur les
de médiation autour de la Culture Scientifique, Technique et industrielle. Ils sont en thèmes des sciences, de l’innovation et des cultures : http://www.lab71.fr/
partenariat avec le monde de la recherche, de l’éducation, des entreprises et du
secteur associatif. L’écomusée du Creusot-Montceau a pour missions d’inventorier, étudier et
Le Pavillon des Sciences (Montbéliard) : http://www.pavillon-sciences.com transmettre le patrimoine d’un territoire marqué par l’industrie. L’écomusée abrite
Le CCSTI de Bourgogne (Dijon) : http://www.ccstib.fr/ notamment le musée de l’Homme et de l’Industrie :
http://ecomusee-creusot-montceau.eu/
Les Conseils d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement (CAUE), créés en
1977 et visant à la promotion de la qualité de l’architecture, de l’urbanisme et de
l’environnement à l’échelle départementale, proposent un riche portail pédagogique
en lien avec les programmes scolaires : http://www.fncaue.com/ L’esprit du partenariat repose sur le partage et l’articulation
des compétences des différents partenaires, dans le
Le Service régional de l’Inventaire du patrimoine : respect du centre de gravité du projet qui se trouve être le
bénéficiaire du projet partenarial.
http://patrimoine.bourgognefranchecomte.fr

Les centres de formation du CNAM en région :


Le CNAM Franche-Comté : http://www.cnam-franche-comte.fr/
Le CNAM Bourgogne : http://www.cnam-bourgogne.fr/

La Fondation pour la culture scientifique et technique C.Génial, créée en 2006


et reconnue d’utilité publique, a pour objectif de sensibiliser les jeunes au monde de
l’entreprise des filières scientifiques, techniques et industrielles : http://www.cgenial.org/

19
DES INTERLOCUTEURS PRIVILÉGIÉS
INTERLOCUTEURS NATIONAUX INTERLOCUTEURS SUISSES

Le Comité d’information et de liaison pour l’archéologie, l’étude et la mise L’Association suisse d’histoire de la technique et du patrimoine industriel,
en valeur du patrimoine industriel (CILAC) est une association nationale qui a fondée en 1996, recense le patrimoine technique et industriel. Elle a également une
pour missions d’étudier, sauvegarder et valoriser le patrimoine industriel ; de favoriser mission de diffusion et de valorisation, notamment par le biais de la publication de
les échanges entre les divers acteurs du domaine  ; de rassembler et diffuser les bulletins, d’organisation d’expositions, de conférences et de visites guidées.
informations sur les expériences de sauvegarde, de reconversion et d’interprétation http://www.asht.ch/2/portrait/
menées en France ou à l’étranger ; d’être le lieu de réflexion sur le patrimoine industriel
et sur son devenir. Le CILAC édite 2 fois par an la revue Archéologie industrielle
en France et propose sur son site Internet une base de données des ressources
documentaires dans le domaine du patrimoine technique et industriel  : http://www.
cilac.com/

L’Inventaire général du patrimoine culturel a pour tâches de recenser, d’étudier


et de faire connaître les éléments du patrimoine : http://www.inventaire.culture.gouv.fr/

Le Conservatoire national des arts et métiers  (CNAM) a pour missions la


formation, la recherche et la diffusion de la culture scientifique et technique : http://
www.cnam.fr/. Le siège se trouve à Paris et dispose d’une riche bibliothèque et d’un
musée : http://www.arts-et-metiers.net. Le CNAM organise aussi des évènements et des
conférences tout au long de l’année.

©MTCC/Cl. G. Benoît à la Guillaume


20
RECHERCHER DE L’ICONOGRAPHIE
Il n’est pas aisé d’utiliser des images provenant d’Internet leurs auteurs
sont protégés par le droit d’auteur. En France, le droit d’auteur est le droit
des créateurs, qui figure dans l’article L.111-1 du code de la propriété
intellectuelle. Ce droit comporte un volet sur le droit patrimonial, qui concerne
les droits d’exploitation de l’œuvre. Ainsi, l’auteur d’une photographie a un
droit de regard sur l’utilisation de son œuvre et peut toucher à ce titre un
revenu pour un emploi commercial. 70 après la mort de l’auteur, l’image
tombe dans le domaine public et devient alors libre de droit.

Lorsque l’image n’est pas libre de droit, il est nécessaire de citer l’auteur en mettant BASES DE DONNées iconographiques libres de droit et gratuites
devant le nom le © pour « copyright ».
Pixabay : https://pixabay.com
De nombreux sites publient des images qui ne sont pas libres de droits et ne l’indiquent Negative Space : http://negativespace.co/
pas toujours. Il faut donc faire attention avec leur provenance, et privilégier l’utilisation Unsplash : https://unsplash.com/
d’images tombées dans le domaine public. Ces images sont disponibles sur certains
sites spécialisés qui les recensent.
BASES DE DONNées iconographiques libres de droit et PAYANTES
Google Images, la base de données de Google, répertorie toutes les images que
l’on peut trouver sur Internet. On peut affiner sa recherche et afficher les résultats en GettyImages, qui répertorie des images dont certaines sont libres de droits mais
fonction des droits d’usage en allant dans le menu, sous la barre de recherche > payantes : http://www.gettyimages.fr/
Outils de recherche > Droits d’usage : https://www.google.com/imghp?hl=FR

21
VISITER LES BASES PATRIMONIALES
Il existe un certain nombre de bases de données sur le patrimoine. Le site de l’Inventaire du patrimoine en Franche-Comté, du service régional
de l’Inventaire, propose la consultation en ligne d’un certain nombre de
Le site de l’Inventaire général du patrimoine culturel donne accès à diverses documents via une photothèque et met à disposition les dossiers d’inventaire
bases de données  et des dossiers thématiques, dont un concerne le sur le patrimoine de la région. Ces dossiers comportent des images, une
patrimoine industriel : http://www.inventaire.culture.gouv.fr description, un court historique et des ressources. C’est un outil particulièrement
Des illustrations sont également présentes dans les dossiers thématiques sur le adapté pour récolter des informations sur le patrimoine industriel local : http://
patrimoine industriel. patrimoine.bourgognefranchecomte.fr

Les bases Mérimée (pour le patrimoine architectural), Palissy (pour le patrimoine N. B : Depuis 2015, le service régional de l’Inventaire ne verse plus ses fonds dans
mobilier) et Mémoire (pour les fonds graphiques et photographiques) sont la base Mérimée. Le patrimoine industriel bâti de la Bourgogne-Franche-Comté est
également accessibles via le site Architecture et Patrimoine, à partir duquel on donc consultable en totalité sur le portail documentaire de la région.
peut mener différents types de recherche : géographique, thématique - incluant un
thème spécifique sur le patrimoine industriel -, typologique, etc. : http://www.culture.gouv. Les sites des musées intègrent souvent des ressources iconographiques,
fr/culture/dp/inventaire/patrimoine/frames/index_centre.htm historiques ou pédagogiques sur leurs collections : http://www.musees-des-
techniques.org

22 Page d’accueil du site internet du Service Inventaire et Patrimoine, Région Bourgogne Franche-Comté (2016).
LIRE DES OUVRAGES DE RÉFÉRENCE
Cette fiche présente les principales sources bibliographiques, les ouvrages - Le CNUM, Conservatoire numérique des Arts et Métiers, propose la consultation en
de référence et les revues relatives au patrimoine technique et industriel. ligne des fonds patrimoniaux de la bibliothèque centrale consacrés à l’histoire des
sciences et des techniques : http://cnum.cnam.fr/

1. LES SOURCES NUMÉRIQUES - Le CILAC, le Comité d’information et de liaison pour l’archéologie, l’étude et la mise
en valeur du patrimoine industriel dispose d’une base de données de ressources
Un certain nombre de documents sont consultables en ligne : documentaires : http://www.cilac.com/bdd/

- La bibliothèque numérique de la Cité de l’Architecture et du patrimoine  met à


disposition des revues et des thèses  :  http://portaildocumentaire.citechaillot.fr/accueil- 2. LES RÉFÉRENCES SUR LE PATRIMOINE TECHNIQUE ET INDUSTRIEL
ermes.aspx
Sur le patrimoine technique et industriel en général
- La bibliothèque numérique de la Bibliothèque Nationale de France Gallica
propose la consultation en ligne d’une grande variété de documents : des imprimés « Le patrimoine industriel », revue Monumental, Editions du Patrimoine, Centre des
- livres, revues, presse -, des manuscrits, des documents sonores, des documents monuments nationaux, semestre 1, 2015, 128 p.
iconographiques, des cartes et des plans. La plupart des documents sont libres de
droit : http://gallica.bnf.fr/ MANIGAND-CHAPLAIN Catherine, Les sources du patrimoine industriel, 1999, 96 p.

- Le service en ligne Google Livres permet la consultation de livres et le téléchargement MANIGAND-CHAPLAIN Catherine coord., « Le patrimoine industriel », revue In Situ
d’ouvrages libres de droit : https://books.google.fr/ (en ligne), 2007, http://insitu.revues.org/2670

- Le portail de revues en sciences humaines et sociales Persée dont des articles sont La revue éditée par le CILAC : Le patrimoine industriel (anciennement l’Archéologie
disponibles en ligne et téléchargeables au format PDF : http://www.persee.fr/ industrielle en France).

- Le portail de revues en sciences humaines et sociales Revue, dont les articles sont La revue éditée par le TICCIH (The International Committee for the Conservation of
disponibles en ligne, et téléchargeable via la création d’un compte  : https://www. the Industrial Heritage) : Patrimoine de l’industrie. Ressources, pratiques, cultures.
revues.org

- La revue publiée par la direction générale des patrimoines du ministère de la


Culture et de la Communication In Situ, Revues des patrimoines. Les articles sont
disponibles en ligne et téléchargeables au format PDF : http://insitu.revues.org/

23
LIRE DES OUVRAGES DE RÉFÉRENCE
Sur le patrimoine technique et industriel en Franche-Comté

FAVEREAUX Raphaël, POUPARD Laurent, Jura, Patrimoine industriel, Coll. Indicateurs


du patrimoine, Association pour la Promotion et le Développement de l’Inventaire
comtois (ASPRODIC), Besançon, 1999, 360 p.

FAVEREAUX Raphaël, Patrimoine industriel du Territoire de Belfort, Coll. Indicateurs


du patrimoine, Association pour la Promotion et le Développement de l’Inventaire
comtois (ASPRODIC), Besançon, 2004, 159 p.

FAVEREAUX Raphaël, Le Pays de Montbéliard et son patrimoine industriel, Coll.


Images du patrimoine, Edit. Lieux Dits, Lyon, 2014, 128 p.

FAVEREAUX Raphaël, Le patrimoine industriel de la Haute-Saône, Coll. Images du


patrimoine, Edit. Lieux Dits, Lyon 2010, 112 p.

24
RÉCOLTER ET ANALYSER DES TÉMOIGNAGES
Le témoignage désigne au sens large la déclaration par laquelle un individu Préparer les questions / réaliser la grille d’entretien.
communique à autrui la connaissance personnelle qu’il possède d’un fait - Écrire les questions qui nous viennent à l’esprit.
ou d’un évènement. Le témoignage a une importance extrême dans la vie - Classer ces questions par thèmes.
humaine, il met au service de chaque individu les sens et la mémoire de ses - Si possible, formuler des questions ouvertes.
semblables, contemporains ou non. - Adapter les questions en fonction des personnes interrogées.

L’enregistrement de l’entretien et son utilisation doivent se


AVANT L’ENTRETIEN faire avec l’accord de la personne. Il faut lui faire signer
une autorisation d’exploitation de l’enregistrement. Pendant
Définir la thématique. l’entretien, le témoin peut également vous demander de ne
- Choisir l’objet d’étude. pas divulguer certains propos et il faudra veiller à respecter
- Se documenter : ouvrages, archives, reportages, études déjà menées sur le sujet… son droit.

Organiser le travail.
- Définir la mission de chacun, que ce soit pour les étapes avant, pendant ou PENDANT L’ENTRETIEN
après l’entretien.
- Choisir les personnes interrogées et entrer en contact avec elles. Leur Pour commencer.
demander si elles acceptent d’être enregistrées ou filmées. Définir une date, un - Expliquer le projet et sa finalité.
horaire et un lieu de rendez-vous. - Expliquer les conditions de conservation et de diffusion du témoignage.
- Déterminer si l’entretien est individuel ou collectif. Veiller cependant à ne pas - Faire signer l’autorisation.
interroger un groupe trop nombreux, sinon les personnes se couperont la parole et - S’assurer que les appareils fonctionnent.
certaines ne parleront pas. Chaque type d’entretien a son avantage : interrogée
seule, une personne livrera davantage son intimité, alors que les entretiens collectifs C’est parti !
facilitent les débats et les récits. - Rester maître de l’entretien mais laisser le choix à l’interrogé d’interrompre
- Choisir un lieu relativement neutre et calme afin d’éviter tout type de nuisance. l’enregistrement et de le reprendre à tout moment.
- Choisir un mode de collecte des témoignages : écrite, enregistrée ou filmée. - Ne pas couper la personne quand elle parle.
- Préparer le matériel. Si on choisit d’enregistrer, penser à prévoir deux appareils au - L’objectif de l’entretien est de déclencher des récits, non pas des réponses ;
cas où l’un tomberait en panne et tester les appareils. les questions doivent être ouvertes et claires ; ne pas induire une réponse
- Se demander s’il est utile d’emmener des documents - photos anciennes d’un dans une question.
site industriel par exemple - pour faire parler la personne. - Les formulations doivent être neutres : veiller à ne pas révéler son opinion dans une
question.
- Suivre la liste des questions sans y rester collé. S’adapter au contexte, aux

25
RÉCOLTER ET ANALYSER DES TÉMOIGNAGES
réponses, mais garder le fil conducteur et ramener au sujet de l’entretien si la Analyser les données.
personne s’en écarte trop. - Souligner ou écrire les mots clés, les mots répétés, etc.
- Savoir relancer l’entretien : en acquieçant ; en répétant ou en reformulant - Séparer deux types de données  : les données informatives et les données
les paroles de l’interrogé ; en l’incitant à aller plus loin ( « pouvez-vous préciser »). personnelles.
Attention, éviter les formulations du genre : « si j’ai bien compris, vous pensez que ». - Donner des titres à des chapitres d’entretien.
- Observer les attitudes des corps, les interactions, les réactions. Les attitudes - Faire une fiche synthétique par entretien et croiser les données avec d’autres
corporelles peuvent être différentes du discours. entretiens.

Classer et conserver les données.


APRÈS L’ENTRETIEN - Numéroter et légender la cassette ou la bande : nom interrogé/nom intervieweur,
date, durée, lieu de l’entretien.
Retranscrire un entretien enregistré par écrit. - Transférer rapidement les données enregistrées sur support numérique - fichier
La retranscription est une étape très longue : il faut en moyenne 6h pour retranscrire informatique, cdrom - et dupliquer les données.
un entretien d’1h. - Réaliser des fiches d’identification. Indiquer le thème de la collecte ou le nom du
- Indiquer le profil de la personne interrogée, le numéro de l’entrevue, la date, le lieu projet, le numéro de la fiche, l’identité du collecteur, l’identité de l’interrogé avec
et la durée de l’entretien au début de la retranscription. ses coordonnées, la date et le lieu de l’entretien, le type d’entretien - individuel ou
- Ralentir le rythme lors de l’écoute pour faciliter la compréhension et l’écriture et collectif -, et joindre la grille d’entretien.
éviter de retourner en arrière.
- Retranscrire les silences, les lapsus, les hésitations.
- Conserver les fautes de français.
- Ne pas retranscrire les émotions par des formulations subjectives du genre : « il
Quelques ressources :
paraît triste », « il se sent encouragé » etc. En revanche, il est possible de noter les
attitudes : « il rit », « il grimace », « il pleure ». Aide mémoire(s). Petit guide de collecte de témoignages à l’usage des associations (en ligne),
Musée Gadagne et Archives municipales de Lyon :
http://www.gadagne.musees.lyon.fr/index.php/histoire_fr/Histoire/Ressources/Un-guide-pour-collecter
EXEMPLE
Entrevue 1 : Pierre Martin (enquêteur) / Stéphane Durand (interrogé)
11 déc. 2015. 16h, mairie de Ronchamp. Homme de 62 ans, mineur à la retraite.
45 min.

E (Enquêteur) : Comment avez-vous commencé à travailler à la mine de


Ronchamp ?

H (Homme) : A l’époque, j’avais un ami qui…


26
LIRE UN PAYSAGE
Qu’est-ce qu’une lecture de paysage ? ÉTAPE 2 : RESSENTIR ET OBSERVER LE PAYSAGE
La lecture paysagère est une méthode d’analyse d’un espace naturel ou transformé
par l’homme. Elle peut se faire en quatre grandes étapes permettant d’appréhender Dans cette deuxième étape, ce sont les sens plutôt que le raisonnement
le fonctionnement et l’identité d’un paysage : « localiser », « ressentir et observer », qui sont sollicités. En mobilisant sa vue, son odorat, son ouïe et son toucher,
« observer et interpréter » et « représenter ». Certaines propositions sont seulement l’élève devient acteur. Cette lecture sensible du paysage peut s’accompagner
réalisables in situ alors que d’autres sont destinées à être réalisées en salle de cours. de discussions autour des premières impressions et des observations, notamment à
travers le croquis ou la photographie.

Pourquoi lire le paysage ? Les élèves peuvent procéder comme suit :


Il peut être intéressant d’analyser un paysage avec une classe afin de mieux - Observer, se balader, utiliser les sens pour une découverte sensorielle.
comprendre son environnement immédiat et quotidien et de s’y inscrire de manière - Réaliser des croquis (dessin rapide) et des photographies.
plus respectueuse. Les paysages sont une clef de découverte du territoire et de son - Décrire ces croquis et photographies, trouver des mots clés pour décrire le paysage.
évolution. Lire le paysage permet de voir comment les industries se sont inscrites dans le
territoire et l’ont modifié.
ÉTAPE 3 : INTERPRÉTER LE PAYSAGE

Cette phase permet l’étude et la compréhension du paysage par le biais de


documents objectifs, actuels ou bien historiques.

Les élèves peuvent procéder comme suit :


ÉTAPE 1 : LOCALISER LE PAYSAGE - Étudier des cartes (IGN, cadastres…), des photographies aériennes et des
photographies.
Dans un premier temps, les élèves vont localiser le site sur un atlas ou sur - Faire une synthèse géographique et physique à l’aide du bloc-diagramme (à
Internet. Ils peuvent aussi éventuellement se promener dans Google Street mi-chemin entre la carte, la photo aérienne et le dessin ou la photo, avec une
View pour mieux identifier le paysage. connaissance du sous-sol)
- Comparer et superposer les croquis et les photos.
- Étudier l’histoire du paysage  : cartes, photographies (aériennes et autres) et
cartes postales anciennes. Comparer avec les documents actuels : quels éléments
subsistent ? Quels éléments ont disparu ? Quels éléments sont apparus ?
- Étudier une série de photographies prises du même endroit : montrer l’évolution du
paysage ou d’un projet de construction et son impact sur le paysage.

27
LIRE UN PAYSAGE
ÉTAPE 4 : REPRÉSENTER LE PAYSAGE Quelques ressources :

Cette phase permet d’appréhender les perceptions du paysage et la notion Journée de l’éducation relative à l’environnement, Guide pédagogique : le
d’«imaginaire paysager » par le biais de représentations subjectives. paysage : http://www.lamanufacturedespaysages.org/IMG/pdf/ANNEXE_6_
Guide-pedagogique-sur-le-paysage.pdf
Les élèves peuvent procéder comme suit :
Les fiches pédagogiques du Parc naturel régional des Landes de Gascogne :
- Étudier les interprétations du paysage  (représentations artistiques, publicitaires, http://www.parc-landes-de-gascogne.fr/Parc-Naturel-Regional-de-Gascogne/
touristiques) Le-Parc-a-votre-service/Vous-habitez-le-Parc/Votre-paysage
- Réaliser un dessin (plus détaillé que le croquis) d’un paysage imaginaire
CAUE de la Gironde, Sensibiliser les enfants au paysage : http://www.fncaue.com/
wp-content/uploads/2015/10/SensibilisationPaysageCaue33.pdf

Exemples d’interprétation d’une vue satellite. © Google Maps

28
ANALYSER UNE ARCHITECTURE
Qu’est-ce que l’analyse de l’architecture ? ÉTAPE 1 : OBSERVER L’ARCHITECTURE
Il s’agit d’une méthode d’observation permettant d’identifier et de comprendre
la constitution et la fonction d’un bâtiment ou d’une structure construite. La En classe, présenter des photographies montrant différents points de vue des
présente méthode propose d’analyser l’architecture en trois étapes : « observer », bâtiments. Observer, nommer et mettre en commun les impressions qui se dégagent
« interpréter » et « représenter ». L’analyse pourrait également être découpée en des édifices - dynamisme ou statisme ? Légèreté ou pesanteur ? - et les classer.
thématiques : « les usages », « le site » et « les principes de construction ».
Sur site, se déplacer pour varier les points de vue et observer avec ces cinq sens :
le lieu est-il bruyant, calme ? Il y a-t-il des odeurs ? Réaliser un croquis et noter les
Pourquoi analyser l’architecture ? ambiances, les sensations et imaginer ce qu’on peut découvrir à l’intérieur. Formuler
Le patrimoine technique et industriel comprend de nombreuses créations des hypothèses de fonction et de datation.
architecturales  :  les  bâtiments de production, les logements des ouvriers et des
patrons, les équipements collectifs. La plupart du temps, il s’agit d’une architecture Observer le site :
purement fonctionnelle. Dans quel environnement le site industriel s’insère-t-il - milieu urbain/rural, montagne/
vallée, présence de l’eau, voies de circulation... ? Quelles sont les contraintes du lieu
Étudier la manière dont ces bâtiments ont été construits permet d’en ? S’agit-il d’un seul édifice ou d’un ensemble de batîments ? Comment ceux-ci sont-ils
comprendre les usages et de découvrir les multiples facettes de la civilisation organisés ?
industrielle. Les choix architecturaux peuvent aussi témoigner d’un contexte
historique particulier ou encore être révélateurs de la volonté de l’architecte. Observer l’édifice :
L’architecture utopique de Claude Nicolas Ledoux pour la Saline Royale d’Arc-et- > L’échelle des bâtiment : proportions par rapport à un homme et au paysage ;
Senans, l’architecture moderne d’Auguste Perret pour l’usine d’horlogerie Dodane > Les volumes (pyramide, barre, tour, cube...), les lignes de force (symétries et
à Besançon, ou encore les galeries souterraines du XIII°s de la Grande Saline de asymétries, courbes, horizontales et verticales...) et les contrastes ;
Salins-les-Bains, construites sur le mode des voûtes des églises du XIII°s. > Les principes de construction : la structure ou l’ossature, l’enveloppe, le
couvrement, les matériaux utilisés (bois, pierre, brique, métal, verre…) et leur aspect
(lisse, rugueux, brillant, mat… ; brut ou teinté).

29
ANALYSER UNE ARCHITECTURE
ÉTAPE 2 : Interpréter L’ARCHITECTURE Quelques ressources :

Donner la fonction générale du site industriel et étudier le site à l’aide de Architecture et société à l’âge industriel, dossier pédagogique de la Cité de
photographies d’élévations, des plans au sol, des photographies aériennes, des l’Architecture et du Patrimoine, Paris : http://www.citechaillot.fr/data/activites_cf40e/
schémas des structures, des photos anciennes etc.. categorie/585/architecture_a_l_age_industriel_6204c.pdf

Quelques pistes de réflexion A la découverte de l’usine d’horlogerie Dodane, carnet de lecture conçu par
- En quoi la forme est-elle révélatrice de l’usage ? les CAUE du Doubs et de la Haute-Saône : http://www.fncaue.com/wp-content/
- Comparer avec d’autres batîments du même type ou uploads/2015/09/UsineXXDodane.pdf
destinés à un usage similaire ;
- Quelle est l’évolution du site industriel au fil du temps ? Villages ouvriers et villes-usines à travers le monde, l’APIC (Association pour le
Quels éléments subsistent ? Quels élément sont apparus ? patrimoine industriel de Champagne-Ardennes), Université de Savoie, collection
Quels éléments ont disparu ? Pourquoi ? Patrimoines, 2016, 288 pages.
- Pourquoi avoir implanté l’industrie dans ce site ?
- L’architecture fournit-elle des indices sur les conditions de
travail des ouvriers ? Peu d’ouvertures donc lieu sombre ?
Lieu bruyant ? etc.

`
Étape 3 : Représenter l’architecture

Cette phase permet d’appréhender les perceptions de l’architecture par le


biais de représentations subjectives.

Les élèves peuvent procéder comme suit :


> Étudier les interprétations du paysage  : représentations artistiques, publicitaires,
touristiques ;
> Réaliser un dessin (plus détaillé que le croquis) d’une architecture industrielle
imaginaire ;
> Le site peut également devenir un décor pour raconter une histoire.

30 Chevalement d’un puits de mine de Ronchamps (70). © MTCC


CRÉER UNE EXPOSITION
Qu’est-ce qu’une exposition ? Quelles sont les contraintes ?
L’exposition désigne la réunion d’objets, de textes et autres médias dans Pour mener à bien un projet d’exposition, il est nécessaire d’avoir à disposition
un espace aménagé. Le terme renvoie à la fois aux objets exposés, à l’acte de (sans compter le matériel d’exposition) plusieurs ordinateurs, un logiciel de traitement
présentation au public et au lieu de présentation. Elle est porteuse d’un message. Son de texte, un logiciel d’enregistrement sonore ou un dictaphone suffisamment puissant
objectif est d’informer, séduire et/ou convaincre. La réalisation d’une exposition se (si besoin), un logiciel de traitement de l’image ou graphique (pas obligatoire), une
déroule en trois grandes étapes : l’étape de conception (élaboration du scénario, connexion Internet et un appareil photo numérique (si besoin).
choix des objets et des textes etc.), l’étape de production (création des outils de
médiation et de communication, des supports de présentation, montage etc.), et En fonction du temps imparti, du budget et de ses compétences, l’enseignant
enfin l’étape d’exploitation (vernissage, présentation de l’exposition et médiation). pourra proposer l’utilisation de logiciels et d’outils plus ou moins spécialisés et
On peut penser à concevoir une expo itinérante pour pouvoir la présenter dans envisager différents niveaux de complexité au sein de l’exposition (matériel audiovisuel,
plusieurs lieux (établissements scolaires, musées, mairies, bibliothèques etc.) impression de qualité, graphisme plus ou moins poussé, choix de présentation etc).

Durée du projet : une année scolaire. Comment mettre en œuvre un projet d’exposition ?
Pour faire comprendre aux enfants ce qu’est une exposition et les grandes étapes de
Pourquoi réaliser une exposition ? sa réalisation, l’enseignant peut les amener à cerner et lister les tâches à accomplir
Dans le cadre des programmes scolaires, réaliser une exposition permet : ainsi que les métiers qui y sont associés.
- Un travail transdisciplinaire (lecture, écriture, expression orale /arts visuels, histoire,
mathématiques, instruction civique et morale...). Les élèves peuvent tenir un “carnet de projet” papier, propre à chacun. Ils y
- Une éducation par le numérique (la recherche sur Internet, la numérisation de recueillent leurs idées quant au scénario, aux textes, aux images, aux objets, à la mise
documents, le traitement de texte, le traitement des sons et des images...). en espace, à la médiation... La classe procède ensuite à la mise en commun des
- La sollicitation des compétences en maîtrise de la langue. idées et réalise des choix.
- La valorisation des productions des élèves.
La constitution d’ateliers dans lesquels les élèves passent tour à tour permet
La réalisation d’une exposition permet un travail collaboratif qui prend à chaque élève de découvrir et de s’impliquer dans toutes les étapes de
en compte les capacités de chaque élève. C’est l’occasion d’appréhender réalisation d’une exposition. Les ateliers peuvent être mis en place en fonction
les différents métiers liés au monde des musées (muséographe, scénographe, du déroulé des grandes étapes de la conception d’une exposition : ateliers-
graphiste, documentaliste, conservateur, commissaire d’exposition, médiateur, conception, ateliers-production et ateliers-exploitation.
régisseur, technicien etc). Cette approche est en adéquation avec le Parcours
Avenir.
Un projet d’exposition nécessite une planification importante. Il convient d’établir
La réalisation d’une exposition permet aussi la mise en valeur des découvertes un planning le plus tôt possible, d’en effectuer des mises à jour régulières et de
des élèves et de leurs activités liées au patrimoine technique et industriel. définir un budget. Il s’agit de sensibiliser les élèves au suivi de projet.

31
CRÉER UNE EXPOSITION
ÉTAPE 1 : CONCEVOIR UNE EXPOSITION ÉTAPE 3 : DIFFUSER UNE EXPOSITION
- Choix du sujet et du titre, choix du lieu et de l’espace : école ? musée ? mairie ? - Vernissage.
- Élaboration du scénario (définir les grandes sections et les sous-sections). - Communication : créer un article pour le site Internet de l’établissement ; faire venir
- À qui s’adresse l’expo ? : cibler les publics. un journaliste local.
- Recherches documentaires. - Présence d’élèves médiateurs ? au moins sur le premier lieu.
- Sélection des documents  : objets, photographies, vidéos, dessins, archives, - Organisation de l’itinérance de l’expo (s’il y a lieu).
témoignages... - Évaluation (observer le comportement des visiteurs, recueillir leurs avis sous forme de
- Création des photos, dessins, vidéos, supports sonores (si besoin) questionnaires) et amélioration.
- Réalisation des entretiens (si témoignages), rédaction des textes. - Démontage de l’exposition. PROPOSITIONS D’ATELIERS 
(1) Vernissage et médiation.
- Sélection des supports de présentation (kakémono ? panneaux ? vitrines ? écran ?...).
(2) Organisation de l’itinérance.
- Choix de l’identité graphique, choix scénographiques. (3) Évaluation et amélioration.
(4) Démontage de l’exposition.
PROPOSITIONS D’ATELIERS 
(1) Choix du sujet, du titre, des publics cibles et de l’espace d’expo.
(2) Recherche documentaire et élaboration du scénario.
(3) Sélection de documents existants, création éventuelle de Quelques ressources :
documents et réalisation des entretiens éventuels.
(4) Rédaction des textes. Réaliser une exposition en primaire :
(5) Choix de l’identité graphique, de la scénographie et des supports. http://www.csrdn.qc.ca/discas/IntegrationTIC/exposition.html

ÉTAPE 2 : PRODUIRE UNE EXPOSITION Fiche pédagogique sur l’accrochage, académie de Grenoble :
- Choix et création des outils de médiation/aide à la visite. http://www.ac-grenoble.fr/educationartistique.isere/IMG/pdf_afficher_
- Mise en forme des images et des textes. accrocher_exposer-3.pdf
- Rédaction des cartels (textes d’information sur les œuvres/objets présentés).
- Création/location/emprunt des supports de présentation et du matériel
scénographique (vitrines ? pieds ? ordinateur ? écran ?...) (devis éventuels).
- Impression des supports (textes, images...) (devis éventuels).
- Création des documents de communication (affiches, flyers) PROPOSITIONS D’ATELIERS 
- Communication (réseaux sociaux et sites Internet ; dépose des affiches et des flyers (1) Création des outils médiation.
dans les écoles et lieux culturels). (2) Communication.
- Préparation des objets et documents, organisation du transport. (4) Rédaction des cartels et mise en forme images/textes.
Préparation des supports de présentation (textes/images et matériel
- Montage de l’exposition.
scénographique) et des objets, organisation du transport.
(5) Montage de l’exposition.
32
CRÉER UN BLOG
Qu’est-ce qu’un blog ? Quelles sont les contraintes ?
Un blog est un site Internet particulier qui permet la publication simple et rapide Pour mener à bien la création et la gestion d’un blog, l’enseignant doit d’abord
de contenus multimédia (texte, son, image, vidéo) sous forme d’ « article » ou de s’approprier les outils numériques avant de les mettre à disposition des élèves de
« billet ». Les publications sont classées par ordre chronologique et par thèmes et sa classe. La conception et la gestion d’un blog nécessitent d’avoir au moins un
peuvent être commentées par les internautes. Le blog est un outil d’échange vivant ; ordinateur à disposition (au mieux 2 ou 3) et une connexion Internet. Afin d’illustrer
il est donc nécessaire de le mettre à jour et de l’animer régulièrement. le contenu du blog, il est également utile d’avoir un appareil photographique et un
scanner.
Durée du projet : une ou plusieurs années.
À noter : une autorisation parentale est indispensable pour la publication de
photographies de leur enfant sur le site.
Pourquoi tenir un blog ?
Dans le cadre des programmes scolaires, la création d’un blog permet:
- L’initiation des élèves aux principes et contraintes de publication sur Internet, dans
une démarche d’éducation aux médias, de prévention et de protection des mineurs. Quelle plateforme choisir ?
- La mise en œuvre des compétences du B2i. Le plus facile et le plus rapide est de créer un blog sur un site spécialisé dans
- La sollicitation des compétences en maîtrise de la langue. l’hébergement de blogs. Il suffit de s’inscrire sur le site. La gestion des contenus se
- La valorisation des productions des élèves. fait en ligne. Le site est créé au moyen des outils mis à disposition sur la plateforme.
Cette solution est avantageuse pour le néophyte car elle ne requiert aucune
En outre, la création et la gestion d’un blog permettent un travail collaboratif connaissance en informatique. Il est également préférable d’éviter les sites envahis
qui prend en compte les capacités de chaque élève. Il favorise aussi une interactivité de publicités, de liens et de contenus douteux (ex : Skyblog).
avec les lecteurs.
Concernant l’étude du patrimoine technique et industriel, le blog permet la mise en
valeur de leurs découvertes et activités (comptes-rendus de visites de sites, bilan des Lors du choix de la plateforme, il faut penser à se poser certaines questions :
activités pédagogiques réalisées en classe, suivi des projets de la classe, synthèse - Est-ce bien gratuit ?
d’une rencontre avec un intervenant, exposés, productions graphiques...). - Y aura-t-il des publicités ?
- De quel « espace » faut-il disposer pour héberger le blog ?
Il permet aussi une régularité dans le rendu des élèves et un travail relativement - Est-il facile d’insérer des médias dans le blog (photos, fichiers sonores,
illimité dans le temps, qui peut s’étendre sur plusieurs mois ou sur l’année entière, voire vidéos) ?
sur plusieurs années (suivre une même classe à différents niveaux ou proposer à - Est-il facile de modifier l’aspect du blog ?
plusieurs classes du même niveau, ou bien à toutes les classes de tous les niveaux). - Est-il facilement paramétrable ?
- Est-il possible de restreindre l’accès de certaines pages par un mot de
passe ?
- Est-il possible de contrôler, modérer, autoriser ou interdire facilement les
commentaires ?
33
CRÉER UN BLOG
Il existe une plateforme spécialement conçue pour les blogs d’école : Pour choisir et connaître les modalités de fonctionnement des blogs :
Scolablog (http://www.scolablog.net/). Elle est gratuite et très simple d’utilisation, mais
malheureusement très peu paramétrable et personnalisable. http://www.cndp.fr/crdp-dijon/Utiliser-le-blog-comme-un-outil.html

http://www.cndp.fr/ecolenumerique/tous-les-numeros/boite-a-outices/les-blogs/article/
D’autres sites peuvent être pertinents, comme Eklablog (http://www.eklablog.com/).
article/les-blogs-quelques-ressources-pour-les-enseignants.html
cette plateforme, simple d’utilisation et gratuite, propose un stockage illimité de
contenus et une personnalisation poussée. Il est possible de tester le blog via un site http://eduscol.education.fr/numerique/dossier/archives/travail-apprentissage-collaboratifs/
de démonstration : http://demo.eklablog.com/ outils-collaboratifs-enseignement/utiliser-les-blogs

Pour les plus experts en informatique, il est possible d’héberger son blog sur son
propre serveur en téléchargeant un logiciel gratuit, comme Dotclear (http://fr.dotclear.
org) ou Wordpress (https://wpfr.net). Modèles d’autorisation parentale :

http://www.ac-orleans-tours.fr/uploads/media/modeles-autorisation-photos-
Comment créer et utiliser un blog ? multimedia.pdf
Chaque élève peut tenir un « Carnet de projet » papier, dans lequel il mettra ses
idées. L’enseignant peut présélectionner 2 ou 3 sites de création de blog et amener
ensuite les élèves à effectuer un choix. Il faudra par la suite choisir collectivement le
nom du blog, le modèle de présentation (le design du site) la ligne éditoriale et les
rubriques. Les élèves devront ensuite rédiger le texte de présentation du blog ainsi
que les textes de présentation des rubriques.

Les contenus peuvent être travaillés en groupe ou de manière individuelle.


Il semble également judicieux de créer un planning pour savoir qui publie quoi et
quand. Il convient aussi d’initier tous les élèves à l’utilisation du blog et à la publication
du contenu pour que chacun soit autonome.

En outre, un lien vers le blog depuis le site Internet du collège peut être créé afin de
lui donner de la visibilité.

34
CRÉER UN WEB-DOCUMENTAIRE
Qu’est-ce qu’un web-documentaire ? Quelles sont les contraintes ?
Le web-documentaire est une forme de récit intéractif constitué de plusieurs Pour mener à bien un projet de web-documentaire, l’enseignant doit d’abord
séquences et cohérent avec les principes du cinéma documentaire. Il est s’approprier les outils numériques avant de les mettre à disposition des élèves de sa
conçu pour une diffusion sur Internet et fait intervenir une riche palette multimédia classe. La conception d’un web-documentaire nécessite d’avoir plusieurs ordinateurs
(vidéo, son, image, animation, texte). Il propose une navigation non-linéaire pour à disposition (au moins 3), un logiciel spécialisé, un logiciel d’enregistrement sonore
progresser dans une histoire. ou un dictaphone suffisamment puissant, un logiciel de traitement de l’image, un
Il peut s’agir d’un documentaire, d’un outil de sensibilisation, d’un outil de promotion, appareil photo numérique et une connexion Internet. L’utilisation d’une tablette peut
d’un outil publicitaire, d’une création artistique... faciliter le travail car elle permet de réaliser plusieurs actions : filmer, enregistrer des
sons et télécharger des applications.
Durée du projet : une année scolaire.
À noter : une autorisation parentale est indispensable si le web-documentaire
intègre des des photographies des élèves (voir p. 34)
Pourquoi réaliser un web-documentaire ?
Dans le cadre des programmes scolaires, la réalisation d’un web-documentaire
permet : Quel logiciel ou quelle plateforme de montage choisir ?
- Un travail transdisciplinaire (lecture, écriture, expression orale /arts visuels, théâtre, RACONTR permet de créer une structure narrative entièrement personnalisable
histoire, mathématiques, instruction civique et morale...). avec de la vidéo, du son, des images personnels et du contenu web (Vimeo,
- Une éducation par le numérique (numérisation, saisie de données dans un logiciel, YouTube, Google Maps, Dailymotion, etc). Le montage ne se fait pas sur une timeline,
traitement de texte, traitement des sons et des images...). mais plutôt à partir d’une structure arborescente qui lie les pages entre elles. Le
- La mise en oeuvre des compétences du B2i. téléversement des premiers 100 Mo sur la plateforme est gratuit. L’herbergement
- La sollicitation des compétences en maîtrise de la langue. du web-documentaire est pris en charge sur le site mais on peut aussi choisir de
- La valorisation des productions des élèves. télécharger le logiciel sur son ordinateur : http://racontr.com

En outre, la réalisation d’un web-documentaire permet un travail collaboratif


qui prend en compte les capacités de chaque élève. TIMELINE JS permet de créer une timeline qui peut afficher du texte, des posts
Twitter, des photos Flickr, des cartes Google Maps, des vidéos (YouTube, Vimeo,
La création d’un web-documentaire permet la mise en valeur d’une ou Vine, Dailymotion), des articles de Wikipedia et des extraits sonores SoundCloud,
plusieurs thématiques du patrimoine technique et industriel, des bilans d’activités et aussi du contenu personnel. C’est gratuit, mais il faut avoir un compte Google.
pédagogiques réalisée en classe, des visites de sites, etc. L’herbergement du web-documentaire est pris en charge sur le site. Site en anglais :
http://timeline.knightlab.com/

35
CRÉER UN WEB-DOCUMENTAIRE
WORDPRESS permet de créer un site web en utilisant des “thèmes”, c’est-à-dire PROPOSITIONS D’ATELIERS 
des sites déjà codés dans lesquels on y ajoute notre propre contenu. Il y a des (1) Rédaction d’un écrit puis correction.
thèmes gratuits, mais il y a aussi des thèmes “premiums” qui offrent de nombreuses (2) Choix des images et mise en œuvre (dessins, photographies, vidéos). Penser à citer.
possibilités pour une somme modique. L’herbergement du web-documentaire est pris (3) Les droits d’auteur pour l’utilisation de documents (photographies, archives…).
en charge sur le site https://fr.wordpress.com/ ou en téléchargeant sur son ordinateur le (4) Enregistrement du texte par les élèves (langage oral, interprétation théâtrale).
logiciel https://wordpress.org/ ce qui donne accès à plus de fonctionnalités. Attention, (5) Découpage du texte (les élèves se mettent d’accord pour raccorder texte/image).
car l’utilisation du logiciel de Wordpress nécessite des connaissances relativement (6) Codification des médias (enregistrements, photographies, dessins numérisés, archives).
poussées en informatique. (7) Organisation de la séquence : le groupe possède une affiche papier conforme au
logiciel de montage.
Il organise d’abord ses images, son texte et son enregistrement sur cette affiche.
(8) Montage de la séquence : le groupe monte la séquence webdoc sur l’ordinateur
Comment mettre en œuvre un projet de web-documentaire ? grâce au logiciel.
L’élaboration d’un web-documentaire se déroule en quelques grandes (9) Mise en ligne du web-documentaire.
étapes : choix du sujet ; écriture du scénario ; recherche documentaire et production
du contenu ; intégration du contenu dans le logiciel de montage.

Les élèves peuvent utiliser un “carnet de projet” papier, propre à chacun. Ils y
recueillent leurs idées quant au scénario, aux textes, aux images, aux documents...
Autres ressources en ligne :
La classe procède ensuite à la mise en commun des idées et réalise des choix.
Suivent les étapes de production du contenu : réalisation de photographies et Autres logiciels :
de dessins, enregistrements sonores, tournage de séquences filmées, écriture des http://xia.dane.ac-versailles.fr (création d’images animées)
textes à l’ordinateur etc. Les élèves doivent ensuite intégrer le contenu au logiciel https://learningapps.org/ (permet d’inserer des questions et des liens sur une vidéo hébergée
de création du web-documentaire: intégration des écrits, choix d’une police et par Youtube)
d’une identité graphique, intégration des images, montage des vidéos et des http://animoto.com/ et http://www.moovly.com/ (création de diaporamas animés)
enregistrements sonores... https://prezi.com/ (outil de présentation interactif).

La constitution d’ateliers, dans lesquels les élèves passent tour à tour, peut être Témoignages et exemples de mise en œuvre :
http://www.cndp.fr/agence-usages-tice/temoignages/conception-d-un-webdocumentaire-
adaptée à ce type de projet. Elle permet à chaque élève de découvrir et de
en-cm2-1235.htm
s’impliquer dans toutes les étapes de réalisation d’un web-documentaire.
http://crdp.ac-amiens.fr/cddpoise/blog_mediatheque/?p=12650

36
Présentation de la filière

L’agro-industrie est l’ensemble des industries ayant un lien direct avec l’agriculture.
Il s’agit donc des systèmes de production agricole, des entreprises qui fournissent
des biens à l’agriculture - engrais, pesticides, machines - et de celles qui transforment
les matières premières et les conditionnent en produits commercialisables. Ces
entreprises qui utilisent les agro-ressources font partie des secteurs suivants  :
l’agroalimentaire, le textile, le cuir, les papiers, les bioénergies, les biomatériaux,
les cosmétiques, le tabac, etc.

38
L’industrie textile
À partir du Néolithique (de 9 000 à 3 300 av. J.-C.) les hommes, devenus À la fin des années 1940, la mécanisation des métiers à tisser est pratiquement
sédentaires, pratiquent le filage et le tissage de fibres animales, puis achevée.
végétales. Les laines de mouton ou de chèvre sont d’abord utilisées, puis par la
suite le lin, qui est la première fibre végétale à être cultivée au Moyen-Orient puis en Vers 1938, la fibre de verre, une fibre minérale, est inventée, puis des fibres
Europe. On trouve ensuite le chanvre, originaire d’Asie centrale, et le coton, venant synthétiques sont mises au point, avec en premier le nylon, très vite suivi par les
d’Inde mais aussi d’Amérique du Sud. Au fil du temps, d’autres fibres végétales sont polyesters et l’acrylique dans les années 1950 et l’élasthanne, le téflon ou le
exploitées, comme le raphia, le jonc ou encore le kapok, ainsi que de nouvelles kevlar. L’innovation la plus récente est celle des métiers dits à « jet de fluides »,
fibres animales comme la soie. une technologie actuellement utilisée pour la production de masse. La navette
traditionnelle y est remplacée par un jet d’air ou d’eau sous pression qui pousse le
Durant toute l’Antiquité, une activité artisanale est attestée dans les différentes fil de trame entre les nappes.
civilisations, qu’elle soit familiale et restreinte ou plus développée, avec de
grands complexes de filature et des ateliers de tissage déjà très productifs. Depuis les années 1980, l’industrie textile française subit un déclin constant.
Elle a perdu plus de 300 000 emplois en 20 ans, rendant certaines régions sinistrées.
Au Moyen Âge, en Europe, la production artisanale textile est en pleine Si l’amont de la filière - peignage et filature - a beaucoup souffert, les textiles à usages
expansion, surtout entre le xe et le xive siècles où le tissage connaît de nombreuses techniques sont malgré tout en expansion et connaissent un taux de croissance de
améliorations techniques. Cette activité s’intègre alors déjà dans un système 3 à 5 % par an. C’est aussi en se spécialisant dans le luxe que l’industrie textile
commercial très vaste. française maintient le cap.

Au xviiie siècle, les métiers à tisser deviennent toujours de plus en plus complexes. Parmi les nouveaux textiles techniques, ou « intelligents », nous trouvons par
En 1786, les premiers métiers mécaniques utilisant l’énergie de la machine à vapeur exemple les textiles à micro-capsules, capables de libérer des doses de produits
apparaissent. Une seule machine entraîne alors plusieurs métiers. actifs sous l’effet de la friction, les textiles thermorégulateurs qui changent de couleur
selon la température ou l’humidité, et les textiles anti-UV permettant de se protéger
En 1801, avec l’invention à Lyon du métier Jacquard, la filière textile subit des rayons du soleil. D’autres encore, dits textiles « communicants », peuvent afficher
un grand bouleversement. L’automatisation de la production met au chômage un message, ou capter et envoyer des données - GPS -, température, données
de nombreux ouvriers ce qui provoque des troubles sociaux, notamment à Lyon, en cardiaques....
1831, avec la Révolte des Canuts.

Dans le dernier tiers du xixe siècle, les métiers mécanisés en métal se généralisent
dans les ateliers, puis, au début du xxe siècle, les machines à vapeur sont remplacées
par des moteurs électriques.

39
L’industrie textile Les régions françaises en tête de l’industrie
textile : le Rhône-Alpes, la Franche-Comté,
l’Alsace, la Lorraine, la Picardie, la
Champagne-Ardennes et le Nord-Pas-de-
Calais.

Néolithique Antiquité Moyen-Âge Temps Modernes Époque contemporaine

- 3 000 476 1492 1789

1900 : utilisation de
moteurs électriques
Développement 1764 : premiers métiers
de l’activité mécaniques et utilisation
textile artisanale de la machine à vapeur
Début de l’utilisation 1801 : invention du 1940-1950 : mise au
Essor de la filière textile :
des fibres végétales et métier Jacquard point des premières
améliorations
animales : laine, lin, fibres minérales et
techniques, utilisation de
coton, chanvre, soie, ... synthétiques
l’énergie hydraulique

Artisanat Industrie

40
L’industrie textile en Franche-Comté
Au Moyen Âge, en Franche-Comté comme ailleurs, l’activité textile est encore En 1869, pour faire face à la crise du coton provoquée par la guerre
majoritairement artisanale. Le filage s’effectue au rouet et le tissage est réalisé à de Sécession américaine, les industriels créent le Syndicat des Industries
l’aide de métiers à bras. Ces tâches s’effectuent pour partie à domicile ou dans de Cotonnière de l’Est. Peu à peu, les derniers petits ateliers artisanaux ferment alors
modestes ateliers, où les métiers sont actionnés manuellement. Les artisans travaillent que les manufactures se modernisent et se réorganisent : les métiers à bras sont
à partir des fibres indigènes : la laine de mouton, le lin et le chanvre. Le tissu ainsi remplacés par les métiers mécaniques.
fabriqué est destiné à un usage personnel ou au marché local, et constitue pour
les familles un revenu d’appoint. Ce sont les prémices de l’industrialisation : la proto- Dans la première moitié du xxe siècle, l’essor de l’industrie textile en Haute-
industrialisation. Saône se prolonge. Après la Première Guerre mondiale, les moteurs électriques
remplacent progressivement les turbines et les machines à vapeur et affranchissent
C’est en Haute-Saône que l’industrie textile va réellement se les usines de leur dépendance à l’énergie hydraulique.
développer, sous l’influence de l’Alsace notamment, alors que
De 1920 à 1950, c’est l’âge d’or de l’industrie textile en Haute-Saône, qui
dans le reste de la Franche-Comté cette activité va rester
emploie jusqu’à 13 000 ouvriers sur l’ensemble du bassin d’Héricourt. Commence
majoritairement domestique et artisanale. ensuite un lent déclin, conséquence de la multiplication des ateliers textiles dans les
pays à bas salaires.
Au milieu du xviiie siècle, on voit la création d’une première manufacture à
Héricourt avec des ateliers de préparation de la laine et d’impression sur étoffes, En 1960, l’industrie cotonnière franc-comtoise représente encore 7 % de la
des teintureries et des foulons. Cette entreprise fonctionne aussi grâce au travail production nationale, mais ce ne sont plus que 7 800 ouvriers qui y travaillent,
à domicile des fileuses et des tisseurs des campagnes alentours. et la crise mondiale qui s’ouvre en 1973 entraîne un nouveau ralentissement de
l’activité. La restructuration des entreprises et la modernisation des ateliers entraînent
Une certaine émulation favorise l’apparition d’autres entreprises à la fin du la fermeture des plus obsolètes et des moins productifs.
xviiie siècle. À mesure que s’impose une matière importée, le coton, et sous
l’influence de l’industrie mulhousienne, Héricourt et le pays de Montbéliard accueillent Aujourd’hui en Haute-Saône, il n’existe plus que quelques entreprises textiles,
à l’aube du xixe siècle les premières grandes usines textiles de la région. très spécialisées, comme la Société Industrielle Bruno Richard à Luxeuil-les-Bains,
qui fabrique du linge de maison brodé haut de gamme, la World Tricot Compagnie
À partir du deuxième quart du xixe siècle, l’industrie cotonnière essaime ses à Lure, ou encore Hermès qui se réinstalle à Héricourt en 2016.
unités de fabrication dans les campagnes entre Héricourt et Lure, sur les
cours d’eau qui fournissent l’énergie hydraulique nécessaire au fonctionnement des
métiers. En 1845, ce sont trente-huit fabriques et 4 300 salariés qui sont recensés
en Haute-Saône.

41
L’industrie textile en Franche-Comté

Filature de coton Curtel, puis tuilerie Lazard, puis tissage de coton Scheurer, Citers (70) © Région Franche- Moulin à farine Moutard, puis filature de coton Martelet, puis usine de quincaillerie Parisot, puis tissage de Tissage de coton de la Société Cotonnière du Breuchin, actuellement usine d’articles en matière plastique Pro
Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP, 2007/Cl. J. Mongreville coton, actuellement atelier de polissage Tecnopoli, Saint-Barthélemy (70) © Région Franche-Comté, Inventaire Inject, Corravillers (70) © Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP, 2005/Cl. J.Mongreville
du patrimoine, ADAGP, 2006/Cl. J. Mongreville

Filature de coton des Héritiers de Georges Perrin, Saint-Loup-sur-Semouse (70) ©Région Franche-Comté, Moulin à farine, puis usine textile Méquillet-Noblot et Cie dite usine de Chevret, actuellement immeuble à Filature de coton dite filature de Demangevelle (70) © Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine,
Inventaire du patrimoine, ADAGP, 2006/Cl. J. Mongreville logements et magasin de commerce, Couthenans (70) © Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, 2009/Cl. J. Mongreville
ADAGP, 2005/Cl. J. Mongreville

42
L’entreprise textile Schwob Frères
L’entreprise textile Schwob Frères et Fils est fondée en 1859, par la fusion En 1940, le site du Pâquis est détruit par les bombardements. L’entrepreneur en
des sociétés Stanislas Schwob et Fils, de Lure, et Schwob Aîné et Fils, de Belfort. bâtiment belfortain Tournesac crée alors un nouveau complexe avec des ateliers,
Très rapidement, les Schwob s’installent à Héricourt grâce à l’achat en 1861 d’une un magasin industriel, des bureaux, des logements et une conciergerie.
filature et d’un tissage de coton.
Pendant l’occupation, les usines -qui tournent au ralenti- sont contraintes
A partir de 1865, la maison est dirigée par Stanislas Schwob et ses fils, et d’exécuter des commandes pour les Allemands. La famille Schwob étant juive,
prend pour nom Schwob Jeune et Fils, puis Schwob Frères en 1878. Cette la société subit des pressions très fortes en termes d’aryanisation économique.
entreprise restera propriété de la famille Schwob jusqu’à la Seconde Guerre Le groupe est vendu vers 1945 à Marcel Boussa, qui cèdera ensuite les usines
mondiale. d’Héricourt au groupe Gillet.

Schwob Frères poursuit son expansion et fait construire ou reprend d’autres Dans les années 1950, les ateliers tournent de nouveau à plein et la
usines textiles en Haute-Saône à Héricourt (1900, 1909 et 1911), Chenebier et Cotonnière d’Héricourt emploie, environ 1 500 salariés dans ses trois filatures et
Gouhenans, en Territoire de Belfort à Valdoie et Saint-Germain-le-Châtel, dans le ses quatre tissages d’Héricourt, Chagey, Bethoncourt et Valdoie. La production se
Doubs à Béthoncourt (1907), Montbéliard et Pont-de-Roide, en Seine-Maritime à concentre sur le travail des cotons américains et de soies moyennes  : toiles de
Bolbec et dans la région lilloise. Les usines d’Héricourt emploient 110 personnes en camping, popeline, serviettes de toilettes et surtout cretonnes, calicots et satins.
1863, 800 en 1905 et 850 en 1920.
En 1968, les usines de la Cotonnière d’Héricourt (Gillet) intègrent le groupe
En 1900, la société se lance dans la construction d’une nouvelle usine de Texunion, lequel passe en 1969 sous le contrôle de DMC, puis DMC-Geliot
tissage, au lieu dit Le Pâquis, à Héricourt. Les ateliers comptent alors 900 métiers en 1988. Ce groupe va contrôler en totalité la mono-industrie textile d’Héricourt, qui
à tisser, et en 1931 ils emploient 920 personnes. comptera, en 1975, 2 000 emplois pour 8 000 habitants.

En 1934, Schwob Frères devient le plus important groupe textile En 1991, l’usine du Pâquis ferme définitivement ses portes et, jusqu’en 2014, les
de Haute-Saône sous le nom de Cotonnière d’Héricourt, puis bâtiments abritent une pépinière d’entreprises. La dernière usine de l’ancienne
société Schwob Frères, le tissage de la Grand-Pré, ferme ses portes en 2000.
Société Cotonnière du Nord et de l’Est (SCNE), qui compte alors
5 000 ouvriers en France et représente 10 % de la production Une nouvelle manufacture de 5000 m2 est en construction sur l’ancien site du
textile nationale. Pâquis. Elle accueillera bientôt la société Hermès, spécialisée dans les produits
de luxe, et 250 artisans maroquiniers. Ce site a été sélectionné pour la qualité de
La SCNE se spécialise dans les « filés et tissus de coton destinés à l’exportation l’éclairage fourni par les sheds.
dans les Colonies » et participe régulièrement aux expositions universelles et
internationales.

43
L’entreprise textile Schwob Frères
Filature et tissage de Lille Tissage de Saint Germain le Chatelet
(1920-1979) (1875-1935)
Filature de Valdoie
Tissage de Lure (1919-1965)
(1897-1907)
Atelier de confection et tissage de Chenebier 31 km
(1902-1914) 17 km
575 km
5 km
28 km
Tissage de Chagey
(1918-1968) Filature et Tissage de Belfort
5 km (1919-1970)

15 km

Tissage du Pâquis
(1900-1991)

Tissage de Granges-le-Bourg
27 km Tissage et filature de la Grand Prè
(1906-1963)
(1911-2000)

Tissage et filature du Moulin


(1909-1989)

7 km
Implantation des usines et ateliers textiles de Schwob
Frères, à Héricourt en France Filature de Béthoncourt
(1907-1973)
25 km

Atelier de confection de Pont-de-Roide


(1906-1963)
44
Machines, Outils et productions
Métier à tisser mécanique ou métier lourd
On parle de mécanisation du tissage Il pèse environ deux tonnes, d’où son
quand le métier à tisser exécute quatre surnom de « métier lourd », et peut tisser
opérations sans l’aide de l’homme, de jusqu’à 210 cm de largeur de tissu.
manière automatique et synchronisée.
Sur un métier comme celui-ci la navette
Ces quatre opérations sont : la levée et effectue jusqu’à 160 trajets par minute.
l’abaissement des cadres, le lancement
de la navette permettant le passage du Dans un atelier d’une centaine de métiers,
fil de trame entre les fils de chaîne, les le bruit était assourdissant pour les
tassements des fils au moyen du peigne ouvriers.
et l’avancée progressive du peigne.

Le métier mécanique Snoeck est réalisé


principalement en fonte et non plus en
bois, car seul le métal est capable
de supporter les chocs créés par la
propulsion des sept navettes.
Métier à tisser mécanique Snoeck - 1930-1960, musée municipal de Louviers © Ecole des Acacias, Louviers

Finitions
Fibres Filature Tissage Teintures Confection
Impressions

Cycle de production - De la fibre au textile Métier Jacquard, musée des arts et Métier à tisser mécanique en bois Métier jacquard - 1860
métiers © 2006 David Monniaux

45
Paysages
L’implantation de l’usine textile du Pâquis à Héricourt
Cette vue satellite permet de distinguer En rose, les zones de friche indiquent
deux grands ensembles urbains. l’emplacement d’anciennes usines,
aujourd’hui détruites.
À gauche, se trouve le centre ville -
en jaune - avec un ensemble de petits En bleu, les différents groupements
batîments, maisons ou immeubles, et un de maisons disposées de manitère
réseau de routes très développé. rectiligne sont des cités ouvrières. Les
maisons et leurs jardins sont de même
À droite se situe la partie industrielle. taille, identiques, à la différence de
Le réseau de route est nettement moins ceux du centre ville. Les cités ouvrières
développé, les bâtiments sont plus grands sont installées à proximité de l’usine afin
et certains espaces sont vides. de permettre aux ouvriers d’accéder
rapidement à leur lieu de travail.
En rouge, les bâtiments striés de longues
lignes parallèles représentent les sheds
de l’usine du Pâquis (voir photo ci-
dessous).
Vue satellite d’Héricourt - 2015 @Google Maps

Jusqu’en 1975, à l’exception des rues commerçantes et d’une caserne, le paysage d’Héricourt était fait de grands ateliers aux toits de
sheds, de cités-jardins et de quelques maisons de maître.

A partir de 1975, la fermeture progressive des usines textiles entraîne l’apparition de friches industrielles sur environ 80 000 m2. Economiquement
sinistrée, Héricourt est vouée à la fonction de cité dortoir des villes de Belfort et Montbéliard.

A partir de 1983, la municipalité décide de réhabiliter la ville et d’y retenir les habitants. Les friches sont réhabilitées ou reconverties en pépinière
d’entreprises, médiathèque, parkings, espaces verts, ou nouveaux locaux industriels. La ville acquiert au fil du temps une nouvelle identité.
Vue satellite d’Héricourt - 2015 @ Histoire de l’évolution de l’urbanisation de la ville d’Héricourt
Google Maps

46
Architectures
Le tissage du Pâquis
Les usines du site du Pâquis ont été l’éclairage est apporté par des baies
construites en 1900. Certaines usines en façade. Ce type de construction
sont détruites par des bombardements rend la circulation difficile et pose des
en 1940. L’entrepreneur en bâtiment problèmes d’oscillations, provoquées par
Tournesac crée alors un nouveau le fonctionnement simultané de centaines
complexe avec des ateliers, un magasin de machines, parfois installées jusque sous
industriel, des bureaux, des logements les combles. À partir de la fin du xixe
et une conciergerie. siècle, les usines sont bâties en rez-
de-chaussée et couvertes de sheds,
L’image principale montre les ateliers qui apportent un éclairage optimal
de tissage et de filature. Ce bâtiment, par le toit.
construit en moellons de calcaire et
en briques, témoigne de l’évolution de Depuis sa fermeture, le site du Pâquis
l’architecture industrielle. accueille une pépinière d’entreprises,
notamment Hermès, qui inaugure une
Jusqu’en dans les années 1860-70, les nouvelle manufacture au printemps 2016
usines comportent plusieurs étages et (voir le plan ci-dessous).
Tissage et filature de coton Schwob Frères dite usine du Pâquis, actuellement pépinière d’entreprises : pignons de sheds

Tissage et filature de coton Schwob Frères dite usine Tissage et filature de coton Schwob Frères dite usine du Demeure d’industriel dite château de la Roseraie,
Cité ouvrière Dollfus : maison ouvrière à quatre
du Pâquis, actuellement pépinière d’entreprises : Pâquis, actuellement pépinière d’entreprises : frontispice actuellement salle communale
logements rue de Thann
logement et pignons des sheds sur la rue Marcel Tissage du Paquis
47 Bardot
Archives
La monnaie de nécessité
Une monnaie de nécessité est un moyen de Cette pièce ou jeton de 25 centimes a été émise
paiement émis par un organisme public ou privé par la caisse de retraite des Etablissements
et qui, temporairement, complète la monnaie Schwob Frères, à une date inconnue.
officielle - pièces et billets - produite par l’Etat quand
celle-ci vient à manquer.

Cette monnaie est fabriquée dans des matériaux


différents de ceux de la monnaie légale : pierre,
céramique, bois, cuir.

L’utilisation de telles monnaies prend généralement


place lors de périodes économiquement troublées :
guerre, révolution, crise financière, etc.

En France, la période de 1914 à 1927 constitue


l’âge d’or de la monnaie de nécessité.
Monnaie de nécessité des Etablissements Schwob Frères, caisse de retraite, 25 centimes, © Collec2000

Ensemble textile Schwob Frères : fanfare des usines Schwob Demeure d’industriel dite château de la Roseraie, Tissage et filature de coton Schwob Frères dite usine du Pâquis, actuellement Tissage et filature de coton Schwob Frères dite usine du Pâquis, actuellement Encart publicitaire dans le périodique : Coton
actuellement salle communale pépinière d’entreprises : atelier d’ourdissage pépinière d’entreprises : « Héricourt (Haute-Saône) - Sortie des Usines » et culture cotonnière - 1939 © BNF - Gallica

48
Art et littérature
« Il y avait 16 cheminées »
En 2004, la compagnie La Cotonnière, dans la région et au-delà.
basée à Héricourt, écrit une pièce de
théâtre portant sur la mémoire ouvrière de La première représentation a eu lieu en
la ville et intitulée Il y avait 16 cheminées. 2005 à Héricourt, au pied de la dernière
cheminée des anciennes usines textiles
Cette pièce s’est construite à partir de encore debout.
29 témoignages recueillis par la compagnie
auprès d’anciens ouvriers des usines textiles
d’Héricourt.

Ce spectacle pour sept comédiens et un


accordéoniste raconte le quotidien de
l’activité textile en utilisant les paroles
des anciens et anciennes des usines. Une
création électro-acoustique a également
été réalisée à partir des bruits des métiers à
tisser. Le spectacle a largement été diffusé
©Patrick Plaisance, 2005

Des livres :
Claudine de Lyon par Marie-Christine Helgerson. Flammarion. 2010.
A onze ans, Claudine travaille dix heures par jour, pour tisser de la soie, dans l’atelier de son père.

Les héritières- tome 1 : Aline par Jacques Duquesne. Plon-Seuil.


Un roman qui fait revivre le monde des grands patrons de l’industrie textile du Nord de la France.

Une pièce de théâtre :


Un fil sur la Loire - Une comédie musicale sur liIndustrie textile dans la Loire.
Réalisée par la compagnie des Farfadets, en partenariat avec le réseaux des musées roannais.
Judith Scott, « Twins »
Objet enroulé de fils et de tissus.
49
Témoignages
En 2004 Patrick Plaisance, directeur de la compagnie La Cotonnière, a « On nous annonce 200 licenciements sur Héricourt ! On ne s’y attendait pas. Vraiment on
recueilli pendant neuf mois des témoignages de tisserandes, de contre-maitres, ne s’y attendait pas (…) Après, on s’est réunis, on a discuté, on a fait des manifs, on a fait un
d’un prêtre ouvrier, d’un ancien directeur d’usine et même des d’élus qui ont tas de trucs… On avait la ville, le curé, les sœurs etc. avec nous. (…) Finalement ils nous ont
accompagné la fermeture du site du Pâquis. Ces entretiens ont ensuite servi raccrochés. Ils ont retrouvé un autre truc : les préretraites. »
de support de création pour la pièce de théâtre « Il y avait 16 cheminées ».
« Ils ont un lourd passif ! Les Méquillet Noblot, les Wolff, les Schwob, les Bretegnier…
des familles qu’on connaît ici, des familles qui se sont enrichies avec le travail des
Les enregistrements de ces témoignages ont été déposés aux Archives ouvriers des cotonnières, y’a qu’à regarder les châteaux qu’ils s’étaient construits alors
Départementales de la Haute-Saône. Il s’agit de 29 entretiens, de quelques minutes que les ouvriers vivaient dans les cités Dollfuss, les cités A. (…). Donc, ils se sont, petit à
à deux heures, bruts de forme. En voici quelques extraits : petit, désengagés, on voulait bien encaisser les subventions quand il y en avait mais on
laissait l’outil de travail péricliter, chose qui continue aujourd’hui, on ferme des unités qui sont
« On m’a emmenée au bobinoir. Ce qui veut dire une salle beaucoup moins bruyante, rentables sous couvert d’une mondialisation à outrance quoi ! »
je m’occupais des machines et j’ai travaillé sur une des machines qui faisaient les préparatifs
des cannettes, ce qu’on appelle des cannettes hein, qui servaient pour le tissage quoi. (…) « On s’est aperçu à la fin que nos cotons qui arrivaient, c’était des cotons de mauvaise
On était toujours dans la même salle : y’avait des chariots, des petites jeunes qui venaient qualité… Ils achetaient des cotons au rabais… Ils nous filaient le très mauvais coton : le plus
récupérer les cannettes et ça partait au tissage avec l’odeur, le bruit des machines et l’aller- difficile à travailler, avec des fibres très courtes, des cotons très sales… Et avec ça, il fallait
retour continuel des navettes. Je me rappelle du bistenclaque. » faire de la super qualité. »

« J’ai tenu pratiquement tous les postes. J’ai commencé comme « rangeur » de tubes, ça « Quand il n’y avait plus de fil, les machines s’arrêtaient puis on les recouvrait d’un
consistait à ranger des tubes dans des caisses. Ces tubes servaient à lever les trames. Après grand voile blanc pour ne pas qu’elles se salissent, pour qu’on puisse les vendre…
je suis devenu barbier. On nettoyait les métiers. Pis après barbier, chef leveur. Alors chef leveur Un jour, je me rappelle, on est resté avec une copine au milieu de la salle de l’usine, il y avait
dans la même section. Ça consistait à faire un réglage, à baisser la levée. Pis après j’ai appris peut-être deux machines sur quarante qui fonctionnaient encore et toutes les autres étaient
pour être contremaître (…). » couvertes de blanc, on se serait cru dans un truc avec des fantômes. Tout était couvert de
tissus blancs et pour nous, c’était vraiment la fin quoi ! »
« Tout le monde a travaillé à la filature. Ma belle-mère s’y est fait prendre un bras… Elle a
eu la main coupée, dans un métier à tisser, dans les gardes où je vous disais que la mèche « Après quand tout a été fermé, ce qui faisait vraiment mal c’était les passages à
sortait et il fallait la rattraper et puis, ça n’arrêtait pas, la machine, de tourner. Elle a voulu l’ANPE. Ils me demandaient : « Comment que ça se fait que vous ne travailliez plus ? »
attraper le fil et c’est sa main qui a été prise…Elle a perdu la main ! » alors que leurs bureaux sont carrément installés là où il y avait les machines. Il y avait
de l’arrogance, les gens n’ont pas été traités avec dignité. Ils devaient s’inscrire à des
«  Ce que j’ai essayé de faire dans le syndicat, c’est de mettre le plus de femmes quantités de stages qu’ont jamais débouché sur rien. (…) C’est un vide, d’un seul coup y’a
possible dans le coup parce qu’il y avait beaucoup de femmes qui travaillaient là ! un vide et c’est un vide où tu ne peux même pas aller de temps en temps voir puisque ça a
Majoritairement, 2/3 de femmes et 1/3 d’émigrés à l’équipe de nuit. (…) C’est elles qui été rasé. »
faisaient les syndiqués en grosse partie ; c’est elles qui connaissaient les conditions de travail
beaucoup mieux que nous parce qu’on était sur des postes moins contraignants au niveau Pour consulter l’intégralité
cadence, au niveau conditions de travail, chaleur, tout ça… Ça a été pour nous, une façon des témoignages, cliquez ICI.
importante de faire le syndicat. »
50
Activités
Voici ci-après six propositions d’activités autour de la thématique du textile.
Ces activités peuvent s’adapter à différents niveaux de classe comme vous l’indique le tableau ci-dessous.

Activité particulièrement bien adaptée à ce niveau

Activité adaptable à ce niveau

Activité peu adaptée à ce niveau

Activité A vos marques, A la manière de


Au fil du conte Au fil des mots J’ai la fibre ! Textiles intelligents
Niveau prêts, tissez ! Judith Scott

Cycle 2

Cycle 3

Cycle 4

Lycée

51
Activité - Au fil du conte
Exploration
But Compétences mobilisées
Comprendre que les pratiques du filage Observation, réflexion, recherche
et du tissage ont marqué notre culture et documentaire, lecture, expression orale,
sont inscrites dans les contes et légendes évolution en groupe.
des différentes cultures.
Déroulement général
Objectifs pédagogiques - Chercher ensemble les contes ou histoires
En français, savoir lire et s’exprimer à que l’on connait sur le thème.
l’oral (cycle 2 et 3), découvrir la littérature - À la bibliothèque, rechercher les
(cycle 3) notamment le conte et le récit ouvrages qui abordent ces thèmes : BD,
merveilleux (6e), créer des récits (cycle 4). romans, albums, DVD...
- Sélectionner une ou plusieurs histoires et
En histoire-géographie, avoir des les lire.
repères temporels et spatiaux (cycle 3), se - À l’aide d’un planisphère, placer les titres
constituer des références culturelles pour des histoires en fonction de leur origine
mieux se situer dans le temps et l’espace géographique.
(cycle 4).
Battage de la soie (Chine, xiie siècle). Huizong of song - Museum of Fine Art
Pistes
En pratiques artistiques, développer sa - Illustrer une des histoires.
sensibilité et ses capacités d’expression - Ecrire sa propre histoire autour du textile.
(cycle 2), développer son sens esthétique, - Monter une pièce de théâtre autour
l’expression et la création réfléchie (cycle d’un des contes.
- Le rouet, le fuseau, le métier à tisser et la navette d’or (Sri- 3).
lanka)
- La légende du fil d’Ariane (Grèce antique)
- L’histoire d’Arachnée (Grèce antique)
- La légende de Pénélope (Grèce antique) Pour lire le conte Le roi tisserand, cliquez ICI.
- La Belle au Bois dormant (Europe) Pour lire le conte Les trois fileuses, cliquez ICI.
- L’histoire de la princesse Si Ling Chi (Chine)
- Le roi tisserand (Algérie)
Quelques titres de contes ou d’histoires et leur origine géographique

52
Activité - Au fil des mots
Exploration
But Pistes
Prendre conscience que le vocabulaire - Instaurer un barême de point : 1 point
de la filière textile est utilisé dans notre pour une expression qu’un autre groupe a
langage courant. ; s’approprier ce aussi trouvé, 2 points pour une expression
vocabulaire. qu’aucun autre groupe a trouvé.
- Créer un mobile avec différents types de
Objectifs pédagogiques fils et y pendre les expressions trouvées en
En français, acquérir le vocabulaire classe.
(cycle 2) et enrichir son vocabulaire - Illustrer chaque expression en la prenant
(cycle 3). au pied de la lettre, comme Max Ernst
avec sa toile Un tissu de mensonges
En pratiques artistiques, développer sa (cliquez).
sensibilité et ses capacités d’expression - Mettre en scène des expressions avec
(cycle 2), développer son sens esthétique, des sketchs.
l’expression et la création réfléchie (cycle
3).
Un tissu de mensonges - Max Ernst - 1959 - Huile sur toile
Compétences mobilisées
Réflexion, expression orale, évolution en
groupe.

Déroulement général
- Filer à l’anglaise - Filer un mauvais coton - En petit groupe, chercher des expressions
- Un tissu de mensonge - Donner du fil à retordre
se rapportant à la filière textile.
- Être mince comme un fil - De fil en aiguille
- Mettre en commun les expressions.
- Filer des jours heureux - Un coup de fil
- Être dans de beaux - Cousu de fil blanc - À partir de mots clés proposés par
draps - Un fil rouge l’enseignant, compléter si besoin la liste.
- File moi le pain - Un fil d’Ariane - Essayer d’expliquer leur origine ou leur
- Filer doux - C’est coton signification première.
Vidéo explicative de l’expression « Être dans de Quelques exemples d’expressions
beaux draps »
https://www.youtube.com/watch?v=dfVQ4U1CxQQ

53
Activité - J’ai la fibre !
Investigation
But Compétences mobilisées
Prendre conscience que les fibres textiles Observation, réflexion, recherche
font partie de son environnement quotidien; documentaire, analyse, évolution en
découvrir les différentes fibres, leur nom, leur groupe.
origine, leur apparence, leur
texture ; s’initier à la recherche ; s’initer au Déroulement général
classement de données. - Chercher dans la classe où l’on peut
trouver des fibres textiles (vêtements,
Objectifs pédagogiques rideaux, tapis...).
En français, acquérir le vocabulaire (cycle - Regarder les étiquettes des vêtements,
2) et enrichir son vocabulaire (cycle 3). faire des tests sur les tissus (résistance,
imperméabilité, élasticité...).
En sciences expérimentales et - Trouver une méthode de classement :
technologie, comprendre et décrire nom, couleur, texture, lavage, apparence
le monde réel, avoir une démarche générale, usage, origine, type de fibre...
d’investigation (cycle 3). - Appliquer la méthode de classement.
- Etudier les résultats : quel type de fibre
Les différentes fibres textiles naturelle. Source : http://kurisu.over-blog.com
En pratiques artistiques, développer sa domine, combien de types...
sensibilité et ses capacités d’expression - Réaliser des recherches complémentaires
(cycle 2), développer son sens esthétique, pour certaines fibres.
l’expression et la création (cycle 3).
Feuille1 Pistes
Nom Type Origine - Créer une textilothèque : http://
Laine Fibre animale Mouton, chèvre, chameaux...
Lin Fibre végétale Plante herbacée innovatheque.fr/fr/la-materiautheque
Chanvre
Coton
Fibre végétale
Fibre végétale
Plante herbacée
Arbuste
- Réaliser des collages avec des chutes de
Soie Fibre animale Vers à soie tissus différents.
Viscose ou soie artificielle Fibre végétale artificielle Cellulose de la pulpe de bois
Laine de verre Fibre minérale Sable et verre recyclé
Nylon ou polyamide Fibre synthétique Pétrole
Polyester Fibre synthétique Pétrole
Acrylique Fibre synthétique Pétrole
Élasthanne Fibre synthétique Pétrole

Classement de la production mondiale des fibres textiles en 2003. Source : Quelques exemples de fibres
International wood textile organisation.

54
Activité - A vos marques, prêts, tissez !
Investigation
But Déroulement général
Comprendre le procédé du tissage ; - Par petits groupes, étudier un tissu à la
reproduire les différentes techniques du loupe ou au microscope afin de comprendre
tissage ; appréhender divers matériaux comment il est fait. Noter les observations.
de fabrication ; s’initier à la technique du - Faire des hypothèses sur les techniques de
tissage. tissage, puis les mettre en commun.
- Chaque groupe va tester une des
Objectifs pédagogiques hypothèses par des expérimentations
En sciences expérimentales et (différentes techniques, différents matériau,
technologie, comprendre et décrire le ....).
monde réel, avoir une démarche - Mettre en communs les résultats et les
d’investigation (cycle 3), comprendre observations pour l’interprétation.
et maîtriser le fonctionnement d’objets - Conclusion et exercice commun
techniques (cycle 4). d’experimentation (sur un métier à tisser).

Compétences mobilisées Pistes


Obesrvation, analyse, expérimentation, - Différents matériaux peuvent être tissés :
Un exemple de tissage de papier
évolution en groupe. chutes de tissus, laine, papier...
- A l’aide d’une cagette en bois ou en
carton, il est possible de fabriquer un métier
à tisser.

- Couper des bandes de papier de 2 cm - Laisser les apprenants tester différentes


de large et 25 cm de long de deux couleurs méthodes pour comprendre la technique du
différentes. tissage.
- Disposer les bandes de la première couleur de - Expliquer la méthode : faire passer les bandes
manière verticale (fils de chaîne) et les autres de horizontales entre les bandes verticales, en
manière horizontale (fils de trame). alternance.
- Scotcher sur la table le haut des bandes
verticales.
Un métier à tisser en cagette Tissu de lin vu en microscopie électronique Recette pour le tissage en papier

55
Activité - A la manière de Judith Scott
Conceptualisation
But Déroulement général :
Appréhender la filière textile sous un angle - Analyser et discuter du travail de Judith
artistique et ludique ; découvrir le travail Scott ou du mouvement du tricotag.
d’une artiste ; s’initier à la création plastique. - Collecter des matériaux textiles.
- Choisir un objet de la classe ou dans
Objectif pédagogiques l’établissement : une chaise, une table, une
En pratiques artistiques et histoires des arts, lampe, un banc...
développer sa sensibilité et ses capacités - « Momifier » l’objet à l’aide des matériaux
d’expression (cycle 2), développer son textiles.
sens esthétique, l’expression et la création - Penser à une médiation de l’oeuvre.
réfléchie (cycle 3), acquérir du goût - Présenter l’oeuvre à l’aide de cette
pour la création et la compréhension du médiation.
phénomène de création (cycle 4), avoir un
contact avec les oeuvres et les références Notes
culturelles liées à l’histoire des arts (cycles La technique de Judith Scott s’applique à
2, 3, 4). des objets mobiles et déplaçables, alors
que le tricotag s’installe principalement sur
Judith Scott, exposition à l’Intuit ©Intuit-The Center for Intuitive and Outsider Art
Compétences mobilisées le mobilier urbain, comme le tag traditionnel.
Observation, réflexion, analyse, création,
expression orale, évolution en groupe.

Untitled_Sculpture ©John Cooke

Tricotag sur les arbres

56
Activité - Textiles intelligents
Investigation
But résistant, isolant, protecteur, respirant,
Comprendre ce qu’est un textile intelligent; élastique, résistant au feu, conductivité
découvrir les propriétés fonctionnelles du électrique, anticoupure...
textile ; s’initier à la création intellectuelle. - Mettre en commun les résultats.
- Présenter les nouveaux textiles techniques,
Objectifs dits intelligents : recevoir ses textos sur la
Découvrir une branche du monde manche de sa veste, avoir sur soi un tee-
professionnel (5°, 4°, 3° dans le cadre des shirt qui réchauffe, ou qui rafraîchit, un écran
EPI ; lycée). textile, etc.
- Imaginer un nouveau textile, ses propriétés
Compétences mobilisées et son utilisation.
Observation, expérimentation, création,
expression orale, évolution en groupe. Pistes
- Découvrir les métiers de chercheur et
Tests sur un textile connecté
Déroulement général d’ingénieur.
Par petits groupes, trouver différentes
propriétés des textiles et leur usage : chaud,

Un épisode de C’est pas sorcier dédié aux textiles, notamment aux vêtements du futur :
https://www.youtube.com/watch?v=K6ZG8e_amt4

Textile intelligent avec un detecteur de température intégré. Circuit électronique imprimé sur un textile.
Crédit photo : K. Cherenack / ETH Zurich

57
Glossaire
Armure Cartons Fibres textiles naturelles
Ensemble des opérations de montage du métier à Pièces de bois permettant de séparer des fils pour Fibres issues de la nature, d’origine végétale ou
tisser et manière de croiser le fil de trame et le fil de réaliser un tressage rudimentaire. animale, comme la laine, la soie, le coton, le lin…
chaîne (toile, satin ou sergé).
Coton Filage
Bobine Fibre végétale qui entoure les graines des cotonniers. Assemblage de plusieurs brins (fils), en entortillant
Support sur lequel est enroulé le fil. Depuis le xixe siècle, il constitue, grâce aux progrès de ensemble 2, 3 ou 4 fils très fins, pour en former un seul,
l’industrialisation et de l’agronomie, la première fibre plus gros.
Broche  textile du monde.
Sur le métier à tisser, tige métallique sur laquelle on Filature
place la bobine de fil qui alimente le métier. Écheveau Établissement/manufacture industrielle de filage de fil
Assemblage de fils par repliement ou enroulement afin textile (coton, soie, ...).
Calicot qu’ils ne se mêlent pas.
Tissu de coton, grossier, tissé en armure de toile. Fils de chaîne
Fibre textile Aussi appelé chaîne, c’est l’ensemble des fils qui servent
Canetage Ensemble des produits fibreux, naturels ou chimiques, de support à la trame.
Action de transférer le fil de trame, des bobines sur les qui, par leur structure, longueur, résistance et élasticité,
canettes qui iront dans les navettes. ont la propriété de s’unir, par filage, en fil fin apte à Fileur, fileuse
être tissé. Ouvrier qui fait du fil avec une matière textile ou qui
Canette travaille dans une filature.
Bobine. Cylindre de métal, de bois ou de carton, sur Fibres textiles chimiques
lequel est enroulé le fil dans la navette. Fibres artificielles, issues de la transformation chimique Fuseau
de substances naturelles, comme la cellulose, ou Bâton en bois, renflé à une extrémité ou en son centre,
Carde synthétiques, fabriquées à partir de polymères artificiels. qui permet le filage manuel de la laine, du lin, du
Accessoire pour carder. Deux planchettes de bois chanvre ou du coton.
hérissées de clous, le frottement l’une contre l’autre Fibres textiles minérales
démêle et peigne les fibres. Constitués à partir de matériaux dont l’origine est Joseph Marie Jacquard
minérale : amiante, verre, quartz … Inventeur français du métier à tisser semi-automatique
Cardage en 1801, le métier Jacquard, qui permet de programmer
Opération de peignage des fibres à filer. un motif.

58
Glossaire
Lin Navette
Fibre textile naturelle et végétale issue du lin cultivé. Ustensile qui contient le fil de trame et qui passe dans
le « pas », entre les fils de chaîne.
Métier à tisser
Machine utilisée pour la production de tissus, par le Quenouille
croisement de deux types de fils appelés fils de chaîne Instrument ancien utilisé pour le filage des matières
et fils de trame. textiles (lin, chanvre ou laine). C’est une tige de bois ou
de métal, fixée ou non, sur laquelle est stockée la laine
Métier à bras cardée pour la filer.
Métier à tisser dont le mouvement des divers éléments
est actionné par les bras et les jambes de l’artisan. Textiles
Ensemble des tissus obtenus par tissage.
Métier mécanique
Métier à tisser dont le mouvement des divers éléments Textile non-tissé
est automatisé et propulsé par l’énergie mécanique - Terme générique pour indiquer un produit industriel
hydraulique ou thermique. similaire à un tissu mais obtenu par un procédé autre
que le tissage comme le feutre par exemple.
Métier à tisser horizontal
Métier dont les fils de chaîne sont placés horizontalement. Tissage
Procédé de production de textile dans laquelle deux
Métier à tisser vertical ensembles distincts de fils sont entrelacés à angle droit
Métier dont les fils de chaîne sont placés verticalement. pour former un tissu.

Métier Jacquard Teinture


Type de métier à tisser mécanique et semi-automatique Opération qui permet de changer la couleur d’un
pour la confection de tissus à dessins complexes. matériau par immersion dans un bain contenant un
colorant.

59
Visiter et explorer
Patrimoine industriel textile à visiter en Franche-Comté
Conservatoire de la dentelle de Luxeuil
Luxeuil - Haute-Saône (70)
Préservation du patrimoine, transmission des technique et des savoir-faire.
Espace d’exposition, stages et ateliers.
http://dentelledeluxeuil.com/

Atelier des Savoir-faire


Ravilloles - Jura (39)
Une immersion au coeur des savoir-faire. Espace d’exposition, stages et ateliers.
http://www.atelierdessavoirfaire.fr

Entreprises textiles à visiter en Franche-Comté


Juratextile
Orchamps - Jura (39)
Entreprise de confection de textiles d’intérieurs et de plein air.
http://www.juratextiles.fr/

Vitabri A visiter ailleurs en France


Besançon - Doub (25)
Musée du textile des Vosges
Entreprise de fabrication de stands pliants.
Ventron - Vosges (88)
www.vitabri.com/
Sur un ancien site industriel, au coeur des Vosges. Espace d’exposition et
animations.
Société industrielle Bruno Richard
http://musee.ventron.fr/
Luxeuil - Haute-Saône (70)
Entreprise spécialisée dans le linge de maison haut de gamme.
Ecomusée textile du Parc de Wesserling
Tél. : 03 84 93 85 10
Husseren-Wesserling - Haut-Rhin (68)
Le Parc de Wesserling retrace l’aventure industrielle de l’ancienne Manufacture
World Tricot
Royale. Espaces d’exposition, jardins, animations.
Lure - Haute-Saône (70) http://www.parc-wesserling.fr
Entreprise spécialisée dans les vêtements tricotés.
http://www.worldtricot.com
60
Bibliographie et sitographie
Bibliographie
FAVEREAUX Raphaël. 2004. Patrimoine industriel du territoire de Belfort. ASROPIC. GILLIOTTE Claude. 2007. Héricourt l’aventure textile. Tome 1, De l’artisanat à la grande
Besançon industrie, fin Moyen-Age, 1885. Éditions C. Gilliotte. 414 p.

FAVEREAUX Raphaël. 2010. Patrimoine industriel de la Haute-Saône. Inventaire GILLIOTTE Claude. 2011. Héricourt l’aventure textile Tome 2, L’âge d’or des entreprises,
général du patrimoine culturel. Editions Lieux Dits. Lyon. 1885-1930. Éditions C. Gilliotte. 342 p.

FAVEREAUX Raphaël. 2014. Le pays de Montbéliard et son patrimoine industriel. GILLIOTTE Claude. 2013. Héricourt l’aventure textile. Tome 1, Le Temps Des Crises,
Inventaire général du patrimoine culturel. Editions Lieux Dits. Lyon. 1930-2000. Éditions C. Gilliotte. 263 p.

Sitographie
Union des Industries Textiles
http://www.textile.fr/

France terre textile


Label garantissant au minimum que 75 % des opérations de production de l’article
labellisé sont réalisées dans des berceaux textiles français.
http://www.franceterretextile.fr

61
62
Présentation de la filière
Les industries extractives se définissent par l’exploitation des ressources naturelles
minérales présentes dans le sol ou le sous-sol à l’état solide – houille et minerais -,
liquide – pétrole - ou gazeux – gaz naturel.

L’extraction peut être effectuée de différentes manières, en surface – carrières -


ou sous terre – par le creusement de puits ou par l’exploitation minière des fonds
marins.

Les industries extractives incluent les opérations préparatoires nécessaires à la


commercialisation des matières brutes : concentration des minerais, liquéfaction
du gaz naturel, agglomération des combustibles solides…

En revanche, les industries extractives excluent les transformations des produits


extraits, qui sont réalisées par les industries manufacturières.

63
L’EXPLOITATION DU SEL
Qu’est-ce que le sel ? se dépose au fond des bassins par blocs solides.

Le sel est l’appellation courante du chlorure de sodium – NaCl -. Il s’agit d’un Le sel continental, présent en sous-sol, peut être extrait de deux manières.
corps pur, qui prend la forme d’une substance cristallisée et friable, soluble L’implantation de mines permet de remonter le sel gemme depuis les souterrains. Ce
dans l’eau. procédé d’extraction est très ancien. En Autriche, la mine de Hallstatt est exploitée
dès le premier âge du fer – au viiie siècle av. J.-C .- et jusqu’à 300 m de profondeur.
À l’état naturel, le sel est blanc, mais la présence d’autres sels minéraux ou
d’argile peut lui donner d’autres teintes. On le trouve dans les mers, dans certains Le sel présent dans des sources d’eau salée - appelée aussi
lacs et en sous-sol. Dilué dans les mers, on qualifie le sel de « marin » ; lorsqu’on saumure ou muire - est obtenu par le même principe de cristallisation
le trouve à l’état solide, on le nomme « gemme » ou encore « halite ». Il s’agit du
que dans les marais salants, mais dans ce cas on utilise le procédé
sel laissé sur les continents par les océans, présents dans certaines régions à des
périodes très anciennes. artificiel de la combustion  : on dit alors que le sel est ignigène.
Cette méthode est relativement ancienne : au Néolithique, l’eau
En France, le sel gemme est principalement présent en Franche- salée était cuite dans des récipients en argile que l’on brisait pour
Comté, dans le Béarn et en Lorraine. récupérer le sel.

Le sel marin est essentiellement récolté dans le Languedoc, sur la côte


méditerranéenne, en Charente-Maritime et en Vendée - près du Croisic -, sur la côte L’histoire de l’utilisation du sel
atlantique.
Le sel a été pendant longtemps un moyen de conserver les aliments. En effet, son
pouvoir hygroscopique permet la déshydratation et stoppe ainsi la prolifération
Quels sont les différents procédés d’extraction ? des micro-organismes. La pièce où l’on conservait les aliments était appelée le
saloir. Elle a précédé les pièces froides et les réfrigérateurs. Le sel servait également
Il existe différentes techniques pour récolter le sel. Ces techniques sont d’épice pour toutes les classes sociales, constituant souvent le seul assaisonnement
fonction de l’état naturel du sel. du pauvre. Le surnom du sel, « or blanc », indique à quel point son usage tenait une
place essentielle dans la vie des populations.
Le sel marin est récolté dans les marais salants - appelés aussi « salins ». Il s’agit
d’installations situées sur les littoraux, en zone basse et alluviale. Le climat doit être La production et la distribution du sel ont été très tôt contrôlées par les
chaud et relativement sec. Le procédé fonctionne en deux étapes. D’abord, la gouvernements. Depuis l’Antiquité, le sel servait d’instrument fiscal, principalement
concentration de l’eau salée dans des bassins provoque la saturation de l’eau en Grèce, en Orient et en Chine. Dans la Rome antique, le soldat recevait sa solde
en sel. Ensuite, la saturation, aidée par l’évaporation de l’eau de manière naturelle, en sel, le salarium, qui a donné le mot « salaire ».
génère la cristallisation – le sel se sépare de l’eau - et la précipitation du sel, qui
64
L’EXPLOITATION DU SEL
En France, l’impôt sur le sel - la gabelle - et le monopole royal de la vente Le sel dans l’industrie chimique
du sel furent instaurés au début des années 1340 afin de lutter contre la
spéculation marchande. L’impôt s’applique à la production et à la distribution. Le sel est un matériau de base de l’industrie chimique. On extrait le chlore pour
certaines matières plastiques comme le PVC, pour son rôle désinfectant - eau
Dès lors, l’Etat institue le « devoir du sel », c’est-à-dire qu’il oblige la population de Javel, etc. - et pour fabriquer des solvants et des produits de blanchiment.
à en acheter. Les douaniers du sel, les gabelous, étaient chargés de collecter On extrait le sodium pour produire la soude qui servira à la confection des fibres
la gabelle. Cette situation donne naissance à un trafic de faux sel par des textiles artificielles, de la pâte à papier et de l’alumine.
contrebandiers appelés « faux-sauniers ».
La gabelle fut suspendue entre 1790 en 1806, réapparut - mais sans
obligation d’achat -, et fut définitivement supprimée en 1945.
Aux xixe et xxe siècles, les
La technique de cuisson de techniques d’explorations
l’eau salée subsiste malgré géologiques et minières
L’Homme se sédentarise. l’apparition des marais salans. s’améliorent, le recours aux
De nouveaux besoins en sel Mais elle se transforme dans sondages pour extraire le sel
apparaissent pour conserver les un souci d’amélioration de la de gisements profonds devient
aliments, le tannage du cuir ou productivité, avec des bassins systématique, permettant de
l’amélioration de la production Les carrières, les puits ou de très grande taille, ancêtres Pour palier le manque de mieux connaître l’étendue des
laitière. les mines. La plus ancienne des « poêles à sel ». bois, les « saumoducs » gisements de sel gemme.
mine de sel connue à ce permettent d’amener la
jour était exploité dès 4 500 saumure au cœur de la forêt.
avant notre ère.

Néolithique Antiquité Moyen-Âge Temps Modernes Époque contemporaine

La fabrication de sel Les marais salants. Les textes


ignigène. Briquetage ou latins attribuent la création
cristallisation directe sur des des premières salines à Ancus
foyers spécifiques. Marcius (ive siècle avant notre Dans le courant du Moyen Âge, Pour alimenter les poêles à
ère). les techniques de production sel des salines, il faut du bois,
de sel ignigène s’améliorent beaucoup de bois. A partir de
avec l’utilisation de poêles à la Renaissance, ce combustible
sel en plomb ou l’usage d’une commence à faire défaut car les
patenôtre, roue permettant de forêts ne sont pas renouvelées.
Briquetage. remonter l’eau salée du puits par Les ingénieurs de l’époque
une série de godets. rivalisent d’inventions pour parer
65
à ce problème.
LE SEL en Franche-Comté
Le sel de Franche-Comté s’explique par la présence d’eaux saumâtres et joué un rôle essentiel dans la vie politique et économique de la Franche-Comté
marines sur le territoire aux ères primaire et secondaire (entre 545 et 65 à l’époque médiévale. Longtemps concurrentes, elles sont réunies sous la même
millions d’années avant notre ère). administration au xviie siècle. Dans les Etats de Montbéliard, la saline de Saulnot a
également eu un rôle important entre le xiie siècle et la fin du xviiie siècle.
Trois éléments ont permis la cristallisation du sel à ces périodes : l’existence
d’un climat chaud de type tropical  ; la faible agitation et le confinement des Les salines se multiplient au xviiie siècle et surtout dans la seconde moitié du xixe
eaux ; une colonne d’eau limitée - de quelques décamètres à quelques mètres siècle. Au xviiie siècle apparaissent les salines de Grozon et surtout la Saline royale
seulement. Une fois emprisonnée sous terre, la couche de sel gemme entre en d’Arc-et-Senans, construite au début du règne de Louis XVI pour exploiter une partie
contact avec les eaux pluviales qui ont traversé les couches sus-jacentes et de l’eau de Salins-les-Bains. Plus tard, avec le développement des techniques de
génère de la saumure en profondeur. sondage et d’injection d’eau en profondeur, s’ouvrent les salines de Montaigu près
de Lons (1892) et de Poligny (1894) dans le Jura, celles de Miserey-Salines (1874)
Les gisements salifères présentent une distribution très et de Châtillon-le-Duc (1877) dans le Doubs et celle de Gouhenans (1843) près
caractéristique, entre plaine et plateau, de Lons-le-Saunier au de Villersexel en Haute-Saône.
sud vers Besançon au nord, dans une région étroite appelée le
La plupart des salines ont fermé en raison de la fin du monopole de l’Etat sur
Revermont. la vente du sel en 1840, de la concurrence des marais salants, de l’absence
de modernisation des installations et de la généralisation du réfrigérateur
C’est précisément sur cet axe, en forme d’arc, que l’on trouve la plupart des dans les ménages. L’extraction du sel nécessite en effet des moyens considérables
anciennes salines de Franche-Comté : Lons-le-Saunier, Montmorrot, Tourmont, en matériau – fer -, en combustible - bois puis charbon à partir du xixe siècle -, en
Grozon, Salins-les-Bains et Miserey. Il existe également des gisements importants techniques et en personnel. La dernière saline de la région, celle de Montmorrot,
en bordure des Vosges méridionales, avec les salines de Saulnot, Couthenans, a arrêté son activité en 1966.
Chenebier, Gouhenans, Melecey et Etroitefontaine.
Seules quelques salines de la région n’ont jamais complètement cessé de
En Franche-Comté, le sel a été exploité dès la préhistoire et a constitué une fonctionner. Aujourd’hui, les eaux salées de la petite saline de Salins-les-Bains, de
des grandes ressources de la région avec notamment le fer. Son exploitation la saline de Lons-le-Saunier et de la saline de Luxeuil alimentent des établissements
est en effet attestée entre 4821 et 4060 av. J.-C. dans différents sites de la région. thermaux. La saumure de la Grande Saline de Salins est utilisée pour le déneigement
Grozon, Salins-les-Bains et Lons-le-Saunier comptent parmi les plus anciens sites de la commune. La saline de Poligny a longtemps alimenté l’industrie chimique de
d’extraction. De nombreuses villes doivent leur nom à l’exploitation du sel : Salins-les- l’entreprise Solvay, créée en 1863 et établie depuis 1927 à Tavaux, dans le Jura :
Bains, Lons-le-Saunier, Saulnot... elle produit par électrolyse du chlorure de sodium, des matières plastiques et de
la soude caustique. Aujourd’hui l’usine de Tavaux est alimentée par la concession
À la fin du Moyen Age, de nombreuses salines ferment et on observe une de sel d’Attignat, dans l’Ain.
concentration de l’activité à Salins-les-Bains. Les deux salines de Salins ont

66
LE SEL en Franche-Comté

Bâtiment du logement et des bureaux, salines de Mélecey (70) © Région Franche-Comté, Inventaire du Vue des installations, usine chimique Solvay à Tavaux (39) ©Pline Portail d’entrée, salines de Montmorot (39) ©
patrimoine, ADAGP, 2005/Cl. J. Mongreville Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine,
ADAGP, 1996/Cl.J. Mongreville

Salines de Poligny, actuellement fromagerie industrielle (cave d’affinage Arnaud) (39) © Région Franche- Source du puits salé et source Lédonia, salines de Lons-le-Saunier (39) ©Arnaud 25 Chevalement du puits n°7, salines de Montmorot
Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP, 1997/Cl. Y. Sancey (39) © Région Franche-Comté, Inventaire du
patrimoine, ADAGP, 1994/Cl. L. Poupard

67
SALINS-LES-BAINS et arc-et-senans
Les histoires des salines de Salins-les-Bains et de la Saline royale au xviiie siècle, la technique du sondage permet d’extraire l’eau salée à 246 m de
d’Arc-et-Senans sont intimement liées. Les deux sites sont classés profondeur. La concentration de l’eau en sel y étant nettement plus importante,
la productivité s’accroît considérablement. Avant l’installation de ce dispositif, l’eau
aux Monuments historiques et au patrimoine mondial de l’UNESCO.
salée était prélevée à seulement 10 m de profondeur. De 1843 à 1870, grâce à
cette technique, les salines produisent trois fois plus de sel. En 1846, le sondage
Salins-les-Bains
supplante définitivement les techniques d’extraction traditionnelles.
À Salins-les-Bains, l’activité de saunerie est attestée dès le viiie siècle. La
Après plusieurs incendies, la Grande saunerie est reconstruite en pierre au xve
présence de plusieurs sources d’eau salée permet très tôt l’établissement d’un
siècle, incluant des bâtiments fortifiés - notamment des tours -. Un incendie survenu en
important centre de production. La coexistence de deux salines est affirmée en
1825 et la Seconde Guerre mondiale détruisent une grande partie des installations,
1115 : la Grande Saline dans le Bourg Dessus - dite Grande saunerie - avec le
qui ne sont pas remplacées.
puits d’Amont et le puits à Grès et la Petite Saline dans le Bourg Dessous avec le
puits à Muire. À la fin du Moyen Age, Salins-les-Bains produisait 7400 tonnes de
sel par an. Aujourd’hui, voici les vestiges que l’on peut observer sur le site :
le portail de l’enceinte, la maison du directeur - aussi logement
Les puits des salines de Salins sont creusés aux xie et xiie siècles et une galerie du puits d’Amont ou maison des rouages -, la tour de Reculot ou
est construite pour les protéger aux xiie et xiiie siècles. Après voir utilisé des Reculoz, la tour de Flore près de la mairie, la tour du Perroquet ou
perches à balancier, les salines ont employé, du xive au xviiie siècles, un système tour des Charbonniers, le logement du portier - actuel Office du
d’élévation des eaux appelé noria. Il s’agit d’un dispositif constitué des godets
attachés sur une chaîne ininterrompue qu’entraîne une roue placée au-dessus du
Tourisme -, les bernes ou salle des Poêles, le magasin à sel et la
puits. La roue est mise en branle par des chevaux. galerie souterraine.

Au xviiie siècle, la noria est abandonnée au profit d’un système plus performant. Il Toutes les constructions visibles aujourd’hui datent du xve siècle mais ont été
s’agit de pompes à piston entraînées par l’eau de la rivière - la Furieuse - qui tombe consolidées jusqu’au xixe siècle, exceptée la porte d’entrée monumentale, édifiée
sur une roue à augets. L’énergie hydraulique se substitue à la force animale. en 1830. Les voûtes de pierre de la galerie souterraine ont été construites dès le xiie
Quatre roues sont ainsi installées à Salins : une au puits d’Amont, deux dans le puits siècle mais ont été plusieurs fois remaniées.
à Grès et une dans le puits à Muire.
La petite saline ferme ses portes en 1832. Elle est détruite quelques années
Au cours du xixe siècle, la saline subit d’importantes transformations. Plus plus tard et remplacée en 1859 par un établissement thermal. Les bâtiments
performant, le charbon remplace le bois pour chauffer la saumure. La saline est actuels datent de 1935. L’établissement continue d’utiliser l’eau salée du puits à
également modernisée, notamment avec l’installation des poêles rectangulaires Muire. La Grande Saline, quant à elle, a cessé son activité en 1962 en raison
et des pompes puisant la saumure en profondeur grâce aux sondages à partir de l’évolution des techniques, du manque de place et du développement
de 1832. Avec ce nouveau procédé d’extraction de la muire, la production de sel des méthodes de conservation par le froid - popularisation du réfrigérateur -. La
de la Grande saline passe de 3 600 tonnes en 1804 à 6 000 en 1864. Créée ville de Salins-les-Bains acquiert les salines en 1966. La Grande saunerie est ouverte
68
SALINS-LES-BAINS et arc-et-senans
au public dès 1968 et complétée par l’ouverture du Musée du sel en 2009. En 2017, augmente la teneur en sel de l’eau.
l’installation des thermes dans un nouveau bâtiment marque la volonté de la ville de
préserver cette activité emblématique. Pour acheminer la saumure de Salins à Arc-et-Senans, un saumoduc, une double
canalisation à l’origine constituée de troncs d’épicéas évidés et emboîtés
Arc-et-Senans - puis remplacés par des tuyaux en fonte - enterrés à un mètre sous terre -,
est construit sur environ 21 km. Les 143 m de dénivelé entre les deux sites
Au milieu du xviiie siècle, les salines de Salins-les-Bains ne répondent plus aux permettent l’écoulement de l’eau.
besoins en sel de la Franche-Comté. La demande en sel devient de plus en plus
importante du fait de l’essor démographique - besoins nouveaux pour les salaisons, Décidée sous le règne de Louis XV, la conception de la nouvelle saline est
la fabrication de fromages, certaines activités artisanales comme les tanneries - sans confiée à Claude Nicolas Ledoux, l’un des architecte proche de la cour et
oublier les engagements pris par le royaume de France de fournir en sel les cantons inspecteur général des Salines du Roi. Après un premier projet refusé par Louis
suisses voisins. Les ressources en bois se sont considérablement amenuisées autour de XV, Claude Nicolas Ledoux propose un ensemble de bâtiments, construit entre 1775
la ville de Salins-les-Bains ; il y a donc un risque de surexploitation et d’épuisement de et 1779, sous Louis XVI, distribués autour d’un parfait demi-cercle dont le diamètre
la ressource. orienté Est-Ouest est formé de onze bâtiments : un bâtiment d’entrée et de contrôle
- les Gardes -, deux bernes, la maison du directeur, les pavillons des Commis et de
L’agrandissement du site de production étant impossible en raison de la Gabelle, des lieux d’habitation des ouvriers et de leurs familles - les berniers -, la
l’encaissement de la vallée, la création d’une nouvelle saline idéalement Maréchalerie et la Tonnellerie.
située à proximité de Salins et au plus proche d’importantes réserves de bois
est envisagée. Claude Nicolas Ledoux rêvait de faire de la Saline royale la ville idéale de
Chaux. Resté à l’état de projet, le cœur de cette ville devait former un cercle
Le choix se porte sur un vaste espace plat, entre les villages d’Arc s’appuyant sur la saline existante. L’architecte imaginera toutes sortes de bâtiments
et de Senans, à une vingtaine de kilomètres de Salins entre les nécessaires à la vie sociale, à la vie domestique comme un marché couvert, des bains
publics, une église... Pour certains de ces bâtiments, notamment ceux liés à un métier,
premières frondaisons de l’immense forêt de Chaux qui s’étend sur
Ledoux va employer ce que l’on appelle l’architecture parlante : la forme exprimant la
20 000 hectares et une rivière - la Loue. fonction qui pouvait être lue comme une enseigne.

En effet, l’énergie hydraulique permet l’utilisation d’une nouvelle technique : La réussite économique n’est pas au rendez-vous et jamais la production de
l’évaporation par graduation. Conçue en Allemagne au xvie siècle, cette technique 60  000 quintaux de sel prévus à l’origine n’a été atteinte. En effet, en raison
permet d’augmenter la salinité de la muire par évaporation naturelle. L’eau s’écoule des fuites et de la contrebande, environ 30 % de l’eau salée transportée n’atteint
lentement le long de fagots de bois, disposés sur toute la longueur d’un bâtiment pas Arc-et-Senans. En 1895, la « Compagnie des Salines de l’Est » renonce à
de 550 m de long - aujourd’hui détruit - exposé aux vents. Cette technique permet poursuivre l’activité de l’usine. Le site est acquis par le Conseil Général du
aussi  l’économie du combustible. L’action conjuguée du ruissellement et du vent Doubs en 1927.

69
SALINS-LES-BAINS et arc-et-senans

Carte de Franche-Comté avec situation des salines


de Salins-les-Bains et d’Arc-et-Senans et des
principales sources d’eau salée de la région

70
Machines, Outils et productions
Chaîne de production
La saumure est récoltée dans la rectangulaires de 17  m sur 4 m d’une
galerie souterraine, à l’aide de systèmes capacité de 38 000 à 40 000 l. Ces
d’élévation des eaux différents selon les poêles sont chauffées par l’air chaud
époques  : noria, pompe à piston puis circulant en dessous et dégagé par le
pompe immergée. foyer à une extrémité.

Ces pompes fonctionnent grâce à une Le processus d’évaporation de


roue à augets et un balancier. La l’eau salée, appelé cuite, peut durer
saumure est par la suite stockée dans une jusque 18h. Les tireurs recueillent le sel
cuve de réserve puis amenée dans les cristallisé à l’aide d’un râble - sorte de
poêles. Celles-ci sont d’abord rondes - 4 râteau - puis le hissent sur l’égouttoir, situé
à 5 m de diamètre - et chauffées au bois au dessus de la poêle. Le sel est ensuite
par des foyers situés sous les poêles. séché, stocké et façonné dans l’ouvroir
sous forme de pain - le salignon - et mis
Au xixe siècle, avec l’utilisation du dans des paniers - les bénates - dans
charbon, plus calorifique, la Grande l’étuaille ou bien conditionné dans des
Saline installe de grandes poêles petits tonneaux - les bosses.
Schéma de fonctionnement d’une poêle. © Grande Saline de Salins-les-Bains/Graphisme CG.s

Grande Saline de Salins-les-Bains : roue hydraulique à augets en-dessus du Elévation des eaux salées et douces. Extrait du : Plan Salines de Salins-les-Bains :
pompage de l’eau salée au Outil du tireur de sel : le râble. © Grande Saline de La dernière des quatre poêles de la Grande Saline. © Grande Saline de Salins-les-
puits d’Amont. © MTCC/Cl. M. Paygnard. géométral du rez-de-chaussée de la Grande et Petite Salins-les-Bains/Cl. P. Guenat. Bains/Cl. P. Guenat.
Saline de Salins, 1718. ©Archives départementales du Jura, puits d’Amont, avant 1912. ©
cote : 11 Qp 350/Cl. Service photographique ADJ. Droits réservés/Cl. MTCC.
71
Paysages
Salins-les-Bains est installé dans la En comparant la photo ancienne
vallée encaissée de la Furieuse. C’est et la vue actuelle, on observe que
une reculée jurassienne, au contact du les cheminées ne fument plus et que le
premier plateau à l’Est - le Revermont - et bâtiment a perdu en longueur  : certains
de la plaine à l’Ouest. éléments ont été détruits.

La ville est entourée par deux forts qui La saline était auparavant une
surplombent la ville : le Fort Belin et le enceinte fermée car elle était source
Fort Saint-André. La rivière de la Furieuse de richesse pour la ville. Elle devait donc
traverse la ville sur toute sa longueur. être protégée.

Sur la vue générale, on peut observer Aujourd’hui, le côté rue est un parking
la situation de la saline avec ses ouvert à la circulation et la plupart
deux cheminées : au cœur de la ville, des éléments défensifs ont disparu. La
au bord de la Furieuse, qui constitue saline a cessé de fonctionner.
encore aujourd’hui la source d’énergie
pour puiser la saumure.
Vue générale actuelle de Salins-les-Bains, 2016

La Grande Saline de Salins-les-Bains au début du xxe siècle.


©Droits réservés/Cl. MTCC.

72
Architectures
La galerie souterraine
Les salines de Salins-les-Bains Le début de la construction de la
comprennent des installations en galerie est réalisé sous contrôle des
surface et des installations en sous-sol, ordres ecclésiastiques qui optent pour
avec le puits d’Amont et le puits à Grès le principe de construction des églises
pour la Grande Saline, le puits à Muire - arcs et voûtes.
pour la petite saline.

Une galerie souterraine longue de


165 m relie le puits d’Amont au puits à
Grès. Les piles, les arcs et les voûtes de la
galerie souterraine sont construits dès le
xiiie siècle, mais sont plusieurs fois remaniés
jusqu’au xxe siècle. De nombreuses
consolidations sont notamment effectuées
aux xviie et xixe siècles. Il est donc difficile de
dater les différents éléments de la galerie.
Grande Saline de Salins-les-Bains : couloir du canal Cicon reliant le puits d’Amont au puits à Grès. © MTCC/Cl. M. Paygnard.

Salles des poêles et magasin, Grande Saline de Salins-les-Bains. © MTCC/Cl. Tour de Reculoz © MTCC/CI. M. Saline royale d’Arc-et-Senans : Maison du directeur. © Saline royale d’Arc-et-Senans : berne. © GRAHAL.
Y. Goux Vue perspective du bâtiment de graduation de la saline de Chaux. Planche
Paygnard extraite de : Claude-Nicolas LEDOUX, L’architecture considérée sous le rapport Photothèque EPCC Saline royale/Cl. G. Fessy.
de l’art, des mœurs et de la législation, t. 1er, Paris : l’auteur, 1804, pl. 9. © BNF
73
Archives
Le premier projet de la Saline Royale
Ce dessin représente le premier projet roi juge qu’une telle quantité de colonnes
de Claude Nicolas Ledoux pour la est inadaptée pour un site industriel et
Saline royale d’Arc et Senans. réservée aux monuments sacrés.

On peut voir qu’à l’origine, Ledoux avait Enfin, l’emplacement de la chapelle, peu
prévu de réaliser des blocs de bâtiments mise en valeur car reléguée dans un coin,
organisés autour d’une cour carrée et n’est pas envisageable.
reliés entre eux par des galeries couvertes
comportant 144 colonnes.

Cette disposition des bâtiments est


novatrice pour l’époque. Néanmoins,
en 1774, Louis XV refuse le projet pour
plusieurs raisons.

D’abord, un tel plan favorise la


propagation  des incendies. Ensuite, le
Saline de Chaux, premier projet. Planche extraite de : Claude-Nicolas LEDOUX, L’architecture considérée sous le rapport de l’art, des mœurs et de la
législation, t. 1er, Paris : l’auteur, 1804, pl. 12. © BNF

Carte de France des gabelles, 1788. Déclaration… pour réprimer le Vue perspective de la ville de Chaux. Planche extraite de : Claude-Nicolas Les Salines de Salins-les-Bains au début du XXe siècle : vue de
© BNF faux-saunage qui se fait à Dieppe... bâtiments détruits (bâtiments d’habitation et bâtiment abritant le Salines de Salins-les-Bains : salle des poêles et cour intérieure, vers 1920, carte
LEDOUX, L’architecture considérée sous le rapport de l’art, des mœurs et de la postale. ©Droits réservés/Cl. MTCC.
Registrée en la cour des comptes, législation, t. 1er, Paris : l’auteur, 1804, pl. 15. © BNF Puits à Gré), côté de l’actuelle rue de la République, qui fermaient
Aides et Finances de Normandie 27 la cour des Salines du côté de l’actuelle Mairie. ©Droits réservés/
74 octobre 1712. © BNF Cl. MTCC.
Art et littérature
Le miracle de l’eau
Cette tapisserie, fabriquée à Bruges La tapisserie nous renseigne de
en 1502, est une commande des manière très précise sur la technique
chanoines de l’église Saint-Anatoile d’élévation des eaux utilisée à
de Salins-les-Bains pour honorer leur l’époque, la noria : chevaux, rouages,
saint patron. élévation à godets... Elle est aujourd’hui
conservée au musée du Louvre à Paris.
Elle illustre un évènement marquant qui
survint dans la ville en 1467. Suite à
des travaux, les habitants ne retrouvèrent
plus leur source d’eau salée et ont alors
pensé qu’elle s’était tarie. Pour remédier au
problème, les reliques de saint Anatoile et
de la Vraie-Croix furent amenées jusqu’au
fond du puits, et le miracle advint  : la
source rejaillit sous les yeux des salinois !

Hors Franche-Comté....

Tenture de saint Anatoile de Salins : Le miracle de l’eau. © RMN/Droits réservés Sel sculpté dans les mines en Pologne : mine de sel de Wieliczka, près de
Salins en 1628, tableau de Nicolas Richard, Huile sur toile, vers 1630-1651. Coll. du Musée de
Salins-les-Bains. © Inventaire du patrimoine, Région Franche-Comté/ADAGP - 1980/Cl. Y. Sancey. Cracovie. © HEITZA.com

75
Témoignages
Extraits de plusieurs entretiens menés par Noël Barbe et Anne Thierry le 15 « Il y avait deux poêles sur trois qui marchaient en même temps, l’autre était
mars 1996 et par Yvan Grassias en 2002 auprès de M. Raymond LEGOUHY, en réparation ou en entretien. Alors on remplaçait les tôles abîmées. Il fallait
dernier saunier de Salins-les-Bains, ouvrier de la Grande Saline de 1945 aller sous la poêle pour mettre les rivets aux nouvelles tôles. Les trous pour les rivets
à 1961 : étaient percés dans la forge des salines. Il fallait piquer les poêles pour enlever les
résidus de calcaire déposés au fond. Je me rappelle que les coups de marteaux
«  J’ai travaillé plusieurs fois aux salines de Salins après la guerre, comme résonnaient dans toute la ville. Après, on chaulait les poêles pour colmater les
saunier, chauffeur, puis à l’entretien. J’ai commencé comme tireur de sel, ça interstices entre les tôles, pour qu’elles soient étanches. On devait aussi enlever les
consistait à récolter le sel produit dans les poêles avec le râble. On commençait le cendres sous la poêle. »
matin et on finissait en début d’après-midi. Pour récolter le sel, on ouvrait les volets
en bois disposés autour de la poêle, puis on ramenait le sel au bord avec le râble, « Les chauffeurs, eux, faisaient les trois-huit, des fois certains s’endormaient la
d’où il était pelleté sur l’égouttoir (la toiture en bois au-dessus de la poêle). Le sel nuit. J’ai travaillé comme chauffeur près de deux années, il fallait faire le feu avec du
restait sur l’égouttoir jusqu’au lendemain matin, pour perdre son excès d’humidité. Le charbon (qu’il était de mauvaise qualité ce charbon !), s’assurer de la régularité de
tirage du sel c’était le boulot le plus dur aux salines. Les reins en prenaient la température, approvisionner les fours en permanence et retirer les cendres au
un sacré coup et il faisait très chaud ! La vapeur était suffocante. Il fallait faire fur et à mesure. »
attention à ne pas se brûler avec l’eau chaude de la poêle, et le sel ça creusait les
gerçures. La  production était continue, l’eau coulait en permanence dans la poêle.
La saumure était chauffée à 80°C, ça faisait de beaux cristaux de sel. »

« Aussi, les eaux-mères (celles qui restaient dans le fond des poêles après les cuites) 2 films
étaient expédiées aux thermes pour les cures. »
Fabrication du sel  en Franche-Comté.
Réalisation : STACCATO, Florent ROUSSET, 2008.
Production : Musées des techniques et cultures comtoises.
Film réalisé à partir d’un film muet des années 1920, sur lequel ont été ajoutés des extraits
de témoignages oraux d’anciens ouvriers des salines de Salins-les-Bains et de Montmorot.
Ce film est projeté durant le parcours de visite du Musée du sel.

De l’usine au  musée.... Les enfants racontent l’histoire de la Grande Saline de Salins-


les-Bains.
Réalisation : KANOPÉ Films, Bertrand PICAULT, 2012.
Production : Musées des techniques et cultures comtoises.
Ce film a été réalisé avec le collège Saint-Anatoile et présente le travail du sel à la Grande
Saline de Salins-les-Bains. Les dialogues et le montage ont été réalisés par les collégiens.
Tireurs de sel, Salines de Montmorot © Droits réservés, MTCC Tireurs de sel, Salines de Montmorot © Droits réservés, MTCC

76
Activités
Voici ci-après six propositions d’activités autour de la thématique du sel.
Ces activités peuvent s’adapter à différents niveaux de classe comme vous l’indique le tableau ci-dessous.

Activité particulièrement bien adaptée à ce niveau

Activité adaptable à ce niveau

Activité peu adaptée à ce niveau

Activité Couches et Peindre avec la


Saturation ! Eau-hisse ! Résultat salé
Niveau couches rouille

Cycle 2

Cycle 3

Cycle 4

Lycée

77
Activités - saturation !
Exploration
But Déroulement général
Observer la saturation de l’eau en sel  ; - En petits groupes, fabriquer des flotteurs
comparer des taux de salinité ; créer son - Verser 4 volumes d’eau de même
propre instrument de mesure. quantité mais avec une salinité différente
dans 4 récipients.
- Disposer un flotteur dans chaque
Objectifs pédagogiques récipient.
En sciences expérimentales et - Marquer la ligne de flottaison sur chacun
technologie, maîtriser les changements des flotteurs.
induits par l’activité humaine en adoptant - Porter à ébulition les 4 volumes d’eau
une démarche d’investigation (cycle 3). séparément jusqu’à ce que l’eau se soit
complètement évaporée.
En sciences de la vie et de la Terre, - Peser les quantités de sel ainsi obtenues.
s’initier à la démarche scientifique par la - Calculer les 4 taux de sel.
manipulation et l’expérimentation (cycles - Graduer les flotteurs.
3 et 4).
Montagne de sel de mer
En physique-chimie, s’initier à la notion
de mélanges homogènes et de corps
purs (5°).

Compétences mobilisées
Expérimentation, observation, analyse,
création, évolution en groupe.

La mer Morte, partagée entre Israël, la Jordanie et la Palestine, a une


salinité avoisinant les 27,5 % , contre 2 à 4 % pour les autres mers.
78
Activités - couches et couches
Exploration
But Déroulement général
Comprendre le processus de - Disposer dans un grand aquarium, dans
sédimentation. l’ordre  qui suit : du sable, de l’eau, une
grande quantité de sel.
- Lorsque le sel s’est déposé au fond,
Objectifs pédagogiques ajouter du gravier, puis des cailloux, et des
En sciences de la vie et de la Terre, gros cailloux.
s’initier à la démarche scientifique par la
manipulation et l’expérimentation (cycles Pistes
3 et 4).. Demander aux élèves s’ils connaissent
d’autres ressources du sous-sol ; visionner le
En physique-chimie, s’initier à la notion film De l’usine au musée, plus précisemment
de mélanges homogènes et de corps la séquence où les élèves reconstituent le
purs (5°). processurs de sédimentation.

Couches et couches

Compétences mobilisées
Expérimentation, observation, analyse.

De l’usine au  musée.... Les enfants racontent l’histoire de la Grande


Saline de Salins-les-Bains.
Réalisation : KANOPÉ Films, Bertrand PICAULT, 2012.
Production : Musées des techniques et cultures comtoises. « De la mer à la roche », atelier de géologie proposé par la Grande Saline
Ce film a été réalisé avec le collège Saint-Anatoile et présente le travail du - Musée du sel à partir de septembre 2017 pour les classes de collège.
sel à la Grande Saline de Salins-les-Bains. Les dialogues et le montage ont
été réalisés par les collégiens.

https://vimeopro.com/user3624854/kanope-films/video/47074806

79
Activités - Eau-hisse !
Exploration
But Déroulement général
Comprendre les différents systèmes - En petit groupes, reproduire le système
d’élévation de la saumure depuis le sous- de la pompe : placer l’extrémité d’un tube
sol. souple dans un récipient rempli d’eau.
- Amorcer la montée de l’eau dans le
tube en aspirant dans celui-ci.
Objectifs pédagogiques - Récupérer l’eau du tube dans un
En sciences expérimentales et deuxième récipient de même hauteur  :
technologie, maitriser les changements l’eau du premier récipient se déversera
induits par l’activité humaine en adoptant progressivement dans le deuxième.
une démarche d’investigation (cycle 3), - Reproduire une noria avec des pots de
comprendre et maîtriser le fonctionnement yaourt.
d’objets techniques, construits par l’homme
pour répondre à ses besoins (cycle 4). Pistes
En mathématiques, réaliser des problèmes
En mathématiques, calculer des volumes sur les volumes d’eau.
(5° et 4°).
Noria et puits

Compétences mobilisées
Expérimentation, observation, analyse,
création, évolution en groupe.

80
Activités - Peindre avec la rouille
Exploration
But Déroulement général
Observer le processus de corrosion des - Tremper des clous ou d’autres outils en
métaux et le valoriser dans une création métal dans de l’eau salée ou les recouvrir
plastique. de sel.
- Lorsque le processus de corrosion à fait
son œuvre, utiliser les clous ou les outils
Objectifs pédagogiques comme traceurs. On peut également
En pratiques artistiques, développer utiliser l’eau qui a servi à tremper le métal.
ses capacités d’expression (cycle 2),
acquérir des méthodes de travail et des
techniques (cycle 3).

Compétences mobilisées
Expérimentation, observation, création.

TREMBLAY Jean-Pierre, L’Art de la rouille, Catalogue des oeuvres, 2016


http://www.blurb.fr/b/7006437-l-art-de-la-rouille

HIENCKES Nico, Fascinante rouille


http://www.edisaxe.com/fascinante-rouille

Grande Saline - Musée du sel ©MTCC/Cl. Y. Goux

81
Activités - résultat salé
Exploration
But Déroulement général
Appréhender le sel dans sa fonction de - Choisir un aliment et le diviser en
conservateur alimentaire et comparer morceaux ou avoir plusieurs exemplaires
avec d’autres méthodes de conservation. du même aliment, selon le nombre de parts
qu’on le souhaite pour tester l’expérience.
Les aliments ne doivent pas contenir de
Objectifs pédagogiques conservateurs chimiques.
En sciences de la vie et de la Terre, - Affecter un mode de conservation à
aborder les pratiques au service de chacun des aliments  : la réfrigération,
l’alimentation humaine (6°). la déshydratation (séchage), la
conservation par le sel (disposer du sel
tout autour de l’aliment), la conservation
Compétences mobilisées sous vide, la conservation par la chaleur
Expérimentation, observation, analyse. (placer l’aliment dans de l’eau bouillante
– l’eau entrant en ébullition à 100°C – et
le conserver par la suite à température
ambiante).
Conserves
- Choisir un aliment «  témoin  », auquel
aucune méthode de conservation n’est
affectée.
- Attendre quelques jours et observer les
résultats.

Un épisode de C’est pas sorcier :


«Conservation des aliments : c’est dans boîte !»
https://www.youtube.com/watch?v=nWjKoNT2tOQ

82
Glossaire
Bénate  Muire
Paniers dans lesquels sont entreposés les pains de sel. Eau très salée. Saumure.

Bénatier Noria
Ouvrier chargé de disposer les salignons dans les Dispositif d’élévation des eaux utilisant la force animale.
bénates.
Salignon
Berne Pain de sel.
Désigne aussi bien les poêles rondes que les bâtiments
dans lesquels est réalisée l’évaporation de l’eau salée. Râble
Long râteau percé de trous permettant de récupérer
Berniers le sel cristallisé des poêles et de le hisser sur l’égouttoir.
À Arc-et-Senans, ce sont les bâtiments destinés à loger
les ouvriers ; à Salins, il s’agit de l’ouvrier qui récolte le Saline
sel. Usine de fabrication du sel.

Cuite Saumure
Processus pendant lequel la saumure est chauffée et le Eau très salée. Muire.
sel se cristallise.
Saunerie
Gabelle Synonyme de « saline ».
Impôt sur le sel. De l’arabe kebala qui signifie « impôt »,
il existe au départ de nombreuses gabelles dont celle Saunier (ou saulnier)
sur le sel. Par la suite, le nom renvoie uniquement à Producteur de sel, appelé aussi « bernier ».
l’impôt sur le sel.

Gabelou
Percepteur de la gabelle, chargé de la surveillance du
transport du sel.

83
Visiter et explorer
Patrimoine du sel à visiter en Franche-Comté
La Grande Saline - Musée du sel
Salins-les-Bains (39)
Visite guidée de l’ancienne saline (galerie souterraine et bernes), visite libre du musée du sel.
http://www.salinesdesalins.com/

La Saline Royale
Arc-et-Senans (25)
Divers espaces d’expositions permanentes : Musée Ledoux, Histoires de sel, Mémoires du lieu,
L’invention du patrimoine mondial. Espace d’exposition temporaire, visite libre ou guidée du site
http://www.salineroyale.com/

Les établissements thermaux de Franche-Comté

Cures thermales Lédonia, Lons-le-Saunier


Thermes de Luxueil-les-Bains
Thermes de Salins-les-Bains
Centre thermal, Cité des Bains, Yverdon-les-Bains

84
Bibliographie et sitographie
Bibliographie

GRASSIAS Ivan, MARKARIAN Philippe, PETREQUIN Pierre, WELLER Olivier. , 2006. De


pierre et de sel. Les salines de Salins-les-Bains. MTCC. 143 p.

ROUSSEL Christiane, BELHOSTE Jean-François. 2006. Une manufacture princière au XV°


siècle. La Grande saline de Salins-les-Bains, Jura. Site et territoire. Cahiers du patrimoine
n°81, Inventaire général du patrimoine culturel. 159 p.

MAIROT Philippe. 2012. Salins les Bains Arc et Senans. Fortune du sel comtois. Coll. Les
Patrimoines, Editions le Dauphiné libéré, collection Les Patrimoines Le Progrès. 51 p.
GRASSIAS Ivan, MARKARIAN Philippe. 2007. Les salines de Salins-les-Bains, Jura,
Franche-Comté. Musées en résumé, MTCC. 32 p.

FAVEREAUX Raphaël, POUPARD Laurent. 1999. Jura, Patrimoine industriel. Coll.


Indicateurs du patrimoine, Association pour la Promotion et le Développement de
l’Inventaire comtois (ASPRODIC), Besançon. 360 p.

85
86
Présentation de la filière
Une microtechnique est une technique de fabrication ou de réparation des
objets à l’échelle sub-millimétrique, c’est-à-dire entre le micromètre et le millimètre.
L’ensemble des microtechniques est désigné sous le terme de microtechnologie.
En dessous du micromètre, il s’agit de la nanotechnologie ; au dessus du millimètre,
il s’agit de la mécanique… La microtechnologie s’applique aux appareils qui
acquièrent, traitent et restituent l’information.

Les microtechniques sont présentes dans de nombreux domaines d’activités relevant


de l’industrie : l’horlogerie, la lunetterie, l’informatique, les télécommunications,
la monétique, l’optique, l’électroménager, le secteur médical… Le produit dans
lequel sont intégrées les pièces miniatures n’est pas forcément un produit lui-même
de petite taille : il peut s’agir d’une automobile, d’un instrument chirurgical, d’un
ordinateur…

87
l’industrie horlogère
Histoire de la mesure du temps technique : le système d’échappement. Couplé au régulateur, son rôle est de
canaliser et de rendre régulier le flux délivré par la source d’énergie qui agit
Depuis l’Antiquité, les Hommes ont cherché à mesurer le temps en utilisant divers sur les rouages et fait avancer les aiguilles. L’échappement opère comme un frein.
outils. Les cadrans solaires et les clépsydres - horloges à eau - apparaissent à Le régulateur prend d’abord la forme d’un foliot, puis celle d’un pendule - qu’on
des périodes très anciennes - 1500 av. J-C en Égypte - et sont employés au moins nomme aussi balancier -, inventé en 1657 par le hollandais Huyghens.
jusqu’au xviie siècle. Les sabliers, dont le fonctionnement est proche de celui de la
clépsydre, sont utilisés depuis le xive siècle. Enfin, l’observation et l’étude des astres Du régulateur dépend la précision de l’horloge.
(l’astronomie) est pratiquée depuis l’Antiquité.

Jusqu’au xiiie siècle, les instruments de mesure précise du temps sont L’industrie horlogère actuelle en France
essentiellement utilisés pour la vie monacale et religieuse.
Aujourd’hui, les sociétés horlogères  se situent principalement en Franche-
Comté, dont Besançon constitue un centre important, et à Paris. En outre,
L’horlogerie mécanique la Haute-Savoie se distingue par la production de pièces détachées - région
d’Annemasse et de Faucigny -. Les entreprises françaises se caractérisent par une
L’horlogerie mécanique apparaît à la fin du xiiie siècle ou au début xive siècle. production de luxe.
Son origine reste mal connue. En raison du cantonnement des instruments de
mesure du temps à la sphère religieuse, elle aurait pu être mise au point dans La Franche-Comté a été et reste un pôle important de production
les monastères, mais aucune source ne le prouve. Il est également incertain que horlogère.
l’horlogerie mécanique soit une invention européenne. Elle aurait pu être créée
par les Chinois ou bien les Arabes, qui se seraient inspirés de l’astronomie et des En 1960, les montres du Doubs représentent l’essentiel de la production
horloges à eau antiques. nationale : neuf montres sur dix sont produites dans le département.

Le fonctionnement de l’horloge mécanique repose sur quatre éléments :


une source d’énergie - un poids suspendu ou un ressort enroulé ou, d’apparition
plus récente, un moteur électrique -, des rouages - qui transmettent le mouvement
provoqué par la source d’énergie -, l’ensemble couplé de l’échappement et du
régulateur - dont le rôle est de contrôler le mouvement -, et enfin l’affichage, soit
sonore - des timbres ou des cloches -, soit visuel - des aiguilles sur un cadran.

La création de l’horloge mécanique est marquée par une innovation

88
l’industrie horlogère

Le temps laïque fixe, reposant Au cours du xixe siècle,


sur les astres et égal en l'industrialisation de l'horlogerie
nombre d’heures, va émerger permet petit à petit à tous de
La notion d'heure date de à la fin du Moyen Âge, sous posséder une horloge ou une
l’Antiquité, les Grecs l'ayant l’impulsion des marchands pendule. Le temps va aussi
héritée des Égyptiens qui des grandes villes, et se s'introduire dans les usines
la tenaient eux-mêmes des diffuser progressivement dans les avec la mesure du temps de
Sumériens. campagnes jusqu’au xxème siècle. travail et de la productivité.
Vers 1500 av. J-C, les
Egyptiens, les Mésopotamiens La date de création du
et les Amérindiens créent les sablier ne semble pas être
premieres clepsydres... antérieure aux xiiie-xive siècle.

Antiquité Moyen Âge Temps-Modernes Époque contemporaine

...ainsi que les premiers En Europe, les premières La première horloge


cadrans solaires. horloges mécaniques ont atomique est conçue en
été réalisées à la fin du xiiie 1947 et la première montre
siècle et au début du xivème Au cours du xviiie siècle, il est bracelet à quartz apparaît
siècle. de bon ton, quand on en a dans les années 1970.
les moyens, de posséder une
pendule. Le raffinement de son
décor et sa précision indiquent
la richesse de son propriétaire.

89
l’industrie horlogère en Franche-Comté
En Franche-Comté, les premières horloges sont des équipements de du gouvernement révolutionnaire, les horlogers suisses Mégevand et Auzière créent
communautés - villes, monastères - et apparaîssent vers la fin du xvie siècle. une fabrique à Besançon. À partir de cette date, l’industrie horlogère se développe
Par la suite, l’activité horlogère connaît des développements différents selon considérablement : une colonie suisse d’environ 200 personnes s’établit dans la ville.
les territoires. Les années 1880 marquent l’apogée de l’horlogerie. Besançon, surnommée « capitale française de la montre » s’impose comme
l’un des centres les plus emblématiques de l’industrie horlogère en France.
Au début du xxe siècle, quatre centres se partagent la production L’activité horlogère est toujours très active dans la ville, notamment avec les créateurs
sur l’ensemble de la région : Morez et Morbier dans le Haut-Jura; Dodane, Utinam, Vuillemin et Lip.
Besançon dans le Doubs ; le bassin de Morteau et le plateau de
Dans le Haut-Doubs, le bassin de Morteau et le plateau de Maîche ont
Maîche dans le Haut-Doubs ; le pays de Montbéliard et le territoire également été l’un des foyers de l’horlogerie en Franche-Comté. Elle se
de Belfort. développe à partir du xviie siècle sous l’impulsion de la Suisse, toute proche. Sur ce
territoire s’étendant sur 40 km, le travail se fait à domicile jusqu’au xxe siècle, relayé
Dans le Haut-Jura, l’horlogerie est introduite par des familles catholiques parfois par le travail en fabrique. Le plateau de la Maîche est à l’origine de
suisses venues de Genève, du canton de Vaud et du pays de Gex. Elle s’est la production des pendules et des mouvements de pendule. Aujourd’hui, de
développée à Morbier à la fin du xviie siècle, sous l’impulsion des frères Mayet, nombreuses sociétés horlogères sont établies à Morteau : Ultra, Pequignet et Yonger
qui lancent la production de l’horloge comtoise  : ils remplacent les pièces de & Bresson.
bois utilisées auparavant pour le mécanisme par des pièces de métal et intègre
le balancier de Huyghens. Le mécanisme complet est placé dans un meuble Au xixe siècle, l’industrie horlogère se développe en Pays de Montbéliard.
élancé appelé le «  cabinet  ». Au xviiie siècle, l’activité s’étend à Morez, qui Sous le Second Empire (1852-1870), cette région est la première région
devient le premier centre de production d’horloges d’édifices. L’horlogerie horlogère française. À la fin du xixe siècle, cette industrie employait plus de
a considérablement contribué au développement de la ville, qui compte plus 5000 personnes. La région se spécialise dans la fabrication des ébauches et
de 1000 ouvriers vers 1860. En plus de Morez, la fabrication horlogère se des mouvements de pendule, puis dans celles des montres ordinaires, et enfin
répand aux villages montagnards alentour - les Rousses, Foncine-le-Haut. Les dans l’horlogerie industrielle - compteurs, instruments de mesure etc -. Les deux
ateliers se spécialisent dans un composant. Par exemple, l’horlogerie a entraîné entreprises les plus marquantes sont l’usine René Marti à Montbéliard et les
l’établissement de l’ébénisterie à Champagnole et de l’émaillerie à Morez - pour les usines Japy à Beaucourt, en territoire de Belfort. L’horlogerie décline pourtant dans
cadrans. La production est donc très morcelée. Elle est caractérisée par le travail à la région au début du xxe siècle. Le maintien d’une production bon marché, la crise
domicile, qui existe en parallèle du travail en atelier. Concurrencée par la lunetterie de 1929 et le développement de l’automobile dans la région ont provoqué la
dans la deuxième moitié du xixe siècle, l’horlogerie décline dans la Haut-Jura à partir chute de l’horlogerie sur ce territoire.
des années 1930.
De manière globale, l’industrialisation et la concurrence suisse ont entraîné
À Besançon, les maîtres horlogers apparaissent vers la fin du xviie siècle. Le xviiie le déclin de l’horlogerie dans le Haut-Jura et le Pays de Montbéliard, alors
siècle constitue l’âge d’or des maîtres horlogers dans la ville, qui a produit les qu’elle s’est maintenue dans le Doubs. Après 1945, concurrencée par les produits
pendules artistiques de Louis XIV et de la Régence. En 1793, sous l’impulsion asiatiques bon marché, la Franche-Comté passe d’une production ordinaire à une
90
l’industrie horlogère en Franche-Comté

Usine d’horlogerie Beaudroit, puis Galley, puis Mettey, puis usine de teinturerie Jacques, puis usine de Usine d’horlogerie Dodane, Besançon (25) © Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP, 2006/ École professionnelle dite Ecole nationale
mécanique de précision Feuvrier et atelier d’horlogerie Perronne, Seloncourt (25) © Région Franche-Comté, Cl. Y. Sancey d’Horlogerie puis lycée polyvalent Jules Haag,
Inventaire du patrimoine, 2011/Cl. J. Mongreville Besançon (25) © Région Franche-Comté,
Inventaire du patrimoine, ADAGP, 2006/Cl. Y.
Sancey

Usine d’horlogerie Marchand, puis Rigoulot, puis école primaire, actuellement salle des fêtes, Vandoncourt (25) Usine d’horlogerie Odo, puis usine de lunetterie Lux de Morez (39) © Région Franche-Comté, Inventaire du Usine d’horlogerie Fritz Marti, puis Fritz Marti et Fils, puis usine de petite métallurgie Fritz Marti et Fils, puis IPM,
© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, 2012/Cl. J. Mongreville patrimoine, ADAGP, 1991/Cl. L. Poupard actuellement IPM France, Vieux-Charmont (25) © Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine 2012/Cl.
J.Mongreville

91
L’empire industriel de la famille Japy
Fondée en 1777 par Frédéric Japy, la société Maison Japy, qui deviendra Japy- Les machines-outils permettent un abaissement considérable des coûts de
Frères en 1806, Société Japy-Frères et Compagnie en 1882 et Etablissements production en raison d’une production élevée d’objets en série, de la faible
Japy-Frères en 1928, est une entité familiale. Basée à Beaucourt, l’entreprise rémunération d’ouvriers non qualifiés et de la réunion de l’ensemble des opérations
a progressivement diversifié ses activités et multiplié ses sites des production, de fabrication en un même lieu - contrairement à l’établissage. Les montres
jusque dans le Doubs. deviennent alors des produits accessibles aux couches sociales modestes et
connaissent un véritable succès.
Issu d’une famille protestante, F. Japy est fils de maréchal ferrant. Après avoir
travaillé un temps avec son père, il éprouve un intérêt pour la mécanique et F. Japy élargit sa production aux articles de visserie, de boulonnerie, de
part se former en Suisse de 1768 à 1771. Il est d’abord en apprentissage chez serrurerie et d’émaillerie. Au début du xixe siècle, il agrandit sa fabrique en faisant
un maître horloger au Locle. À l’époque, une montre est entièrement fabriquée à construire l’usine dite des Fonteneilles. En 1806, Frédéric cède l’entreprise à ses trois
la main. Par la suite, il travaille comme ouvrier dans l’atelier de J.-J. Jeanneret-Gris, fils aînés. Ils la transmettront à leur tour à leurs descendants, et ainsi de suite. Jusqu’au
mécanicien et inventeur des machines-outils qui permettent la fabrication des xxe siècle, la société développe de nouvelles activités, qu’elle installe dans des
pièces de montre. Il y acquiert une maîtrise des différentes opérations horlogères, nouvelles usines dispersées dans la région de Beaucourt : la lustrerie, les pompes,
apprend de nouveaux procédés de fabrication et est impliqué dans une démarche les moteurs, les machines à écrire, les machines agricoles, les meubles…
d’innovation technique.
Imprégné d’un fort esprit de solidarité en raison de sa culture protestante et
En 1771, F. Japy retourne à Beaucourt où il monte un petit atelier chez son des traditions des corporations au sein desquelles il a travaillé, F. Japy met
père. En 1776-1777, il crée une manufacture d’horlogerie comprenant 50 très tôt en place une politique sociale paternaliste. Elle permet d’assurer aux
employés. Il demande à Jeanneret-Gris de perfectionner ses machines-outils et ouvriers une certaine sécurité de leurs conditions de vie à travers un ensemble de
d’en créer de nouvelles. Il les achète. Contrairement au système de l’établissage, garanties sociales. Les ouvriers sont logés et nourris sur place. En plus des ateliers,
l’utilisation des machines permet le recrutement d’une main d’œuvre non qualifiée la fabrique comprend donc des dortoirs, des cuisines, des salles à manger et
donc peu payée. Ces machines permettent donc un rendement accru. L’entreprise, un service médical. Des immeubles d’habitation puis des cités ouvrières sont
installée dans un bâtiment appelé la Pendulerie, fabrique d’abord des ébauches progressivement construits à Beaucourt car la population des travailleurs croît
de montres. Cette production est accompagnée plus tard de mouvements de rapidement.
pendules. En 1805, les ateliers emploient 500 ouvriers. Ils sont 2200 en 1831, 5000
au début du xxe siècle et 1700 en 1969. Des conflits au sein des membres de la famille et la diversité des productions,
qui devient finalement un handicap, entraînent le déclin de l’empire industriel
Un artisan pouvait exécuter manuellement 24 ébauches de Japy. En 1954-55, la société est dissoute et divisée en quatre entreprises
montres par an.  L’entreprise Japy, avec 5000 ouvriers au début indépendantes. Le département horlogerie est racheté par Jaz, qui continue
seulement la fabrication des réveils. Aujourd’hui, deux SCOP perpétuent le savoir-
du xxe siècle, a pu en produire mécaniquement jusqu’à 40 000
faire des Japy : Cristel avec la production d’ustensiles de cuisine en inox et Pompes
par an. Japy avec la production de pompes et de produits dérivés.

92
L’empire industriel de la famille Japy
MODÈLE DE PRODUCTION TRADITIONNEL MODÈLE DE PRODUCTION JAPY

Travail à domicile Travail en atelier


et dispersion et concentration
des lieux de de l’activité en
fabrication un même lieu.

Machines outils
Ouvrier qualifié et ouvriers peu
qualifiés

Production en
Article unique
série

93
MACHINES, Outils ET productionS
De l’établissage aux machines-outils
L’établissage outils qu’il a acheté au mécanicien J.J. Gris. Elles permettent
de réaliser mécaniquement les 83 pièces nécessaires à
La fabrication des montres est caractérisée par le la réalisation d’une ébauche de montre. L’entrée de ces
système de l’établissage -ou terminaison-, qui s’est machines-outils dans la production des montres marque le
progressivement mis en place jusqu’au xviiie siècle. déclin du système de l’établissage et le début des grosses
fabriques et de la production de masse.
Il s’agit d’un type d’organisation du travail basé sur une
extrême division des tâches, réalisées par des ouvriers La production actuelle
très qualifiés et spécialisés. L’assemblage des montres est
effectué par les établisseurs, qui font appel à de multiples À partir de 1880, des fabriques de type moderne
exécutants pour fabriquer les pièces - ébauches, assortiments, apparaissent à Besançon. Elles conduisent à la
spiraux, pierres, ressorts et fournitures d’habillage comme les disparition progressive du travail à domicile et à la
boîtes, cadrans, aiguilles et verres. Ces ouvriers spécialisés concentration des usines en milieu urbain. Certaines usines,
travaillent à domicile. Ils sont agriculteurs l’été, artisans l’hiver. peu nombreuses aujourd’hui, fabriquent la totalité des pièces
d’une montre et les assemblent. D’autres achètent les pièces
Les machines-outils de F. Japy à des moyennes entreprises spécialisées. L’établissage  seul
est réalisé par de très petites entreprises, dont un certain
Maquette d’une machine à tailler les dents de roue conçue originellement pour
l’horlogerie par Frédéric Japy, 1799. © MTCC/Cl. J.Varlet En 1799, F. Japy dépose un brevet pour les dix machines- nombre sont établies à Besançon.

Réveils ©Musées des techniques et cultures comtoises/Cl. G. Benoit à la Ustensiles ©Musées des techniques et cultures comtoises/Cl. G. Benoit à la Machine à écrire ©Musées des techniques et cultures comtoises/Cl. J. Varlet
Guillaume Guillaume

94
Paysages
Les cités ouvrières
Le développement de la ville de Beaucourt entre 1820 et 1940. Elles suivent toutes un même
s’est effectué en fonction des besoins de schéma directeur. Il s’agit de maisons individuelles
l’entreprise Japy, qui a construit usines, cités avec jardin, espacées par un intervalle régulier.
ouvrières et demeures patronales. Les lotissements sont implantés le long de rues
parallèles, sans transversales. Les maisons d’un
À l’arrivée de Frédéric Japy en 1777, la ville même lotissement sont toutes semblables.
comptait 250 habitants.
En outre, les équipements urbains sont initiés
Un siècle plus tard, elle en compte 4 000. ou subventionnés par les Japy, dont beaucoup
ont été maires de la ville : écoles, église, temple,
Au centre de la ville, on observe des bâtiments bibliothèque, bains publics, gare ferroviaire,
imposants, dont certains sont à toits gris, d’autres éclairage urbain…
à toit rouge. Ce sont les bâtiments de production,
dont certains ont disparu aujourd’hui. Par ailleurs, certaines rues portent des noms liés à
l’horlogerie : rue de la Pendule, rue de la Montre,
Les cités ouvrières s’organisent autour des usines rue du Réveille Matin…
et ont été construites à différentes époques,
Plan large sur la ville avec l’implantation des cités ouvrières. © Droits réservés/Google maps

Cité Bornèque (Beaucourt) vue générale. © Musée Japy, Beaucourt

95
Architectures
L’usine du « Fer à Cheval »
L’usine du «  Fer à Cheval  » est édifiée en 1882 à
l’emplacement de celle des Fonteneilles, construite en
1919 et détruite en 1881 par un incendie. Cette nouvelle
usine utilise des matériaux modernes et incombustibles : la
brique, des poutres en fer et des poteaux en fonte. De larges
baies vitrées permettent un éclairage optimal et facilitent la
surveillance des ouvriers.

Des petits ateliers avec une toiture à redans partiels


-les sheds- sont aménagés en 1898 au centre de l’usine
en forme de U. En 1948, le site de production est prolongé
par un nouveau bâtiment construit en béton armé - à gauche.

L’usine du « Fer à Cheval » a entre autres accueilli la


fabrication de la petite et grosse horlogerie.

L’usine du « fer à cheval », vue de face. © MTCC/Cl.M.Paygnard

Usine du « fer à cheval », vue sur l’extension de 1948. ©MTCC/Cl. M.Paygnard « La Pendulerie », construite en 1816 mais dont le bâtiment actuel, qui abrite le Cité ouvrière du Chatelot (1870) rue des Vosges à Beaucourt. ©MTCC/Cl. Château Pierre Japy (1812-1815). ©MTCC/Cl. M.Paygnard
musée, date de 1892. ©MTCC/Cl. M.Paygnard M.Paygnard

96
Archives
Fabrication de casques pour l’armée lors de la Grande Guerre
Durant la Première Guerre mondiale,
l’entreprise Japy fait preuve de
patriotisme.

Comme d’autres sociétés de la région,


notamment Peugeot, elle produit du
matériel de guerre  en grande quantité :
des casques, des gaines d’obus, des
gamelles, des quarts, des bidons, des
cantines... 3,5 millions d’exemplaires du
fameux casque «  Adrien  », porté par les
soldats, sont produits entre 1915 et 1918.

La photo montre le perçage des trous


d’aération et des trous pour la pose des
attributs.
Fabrication des casques pour l’armée lors de la Grande Guerre. © Musée Japy, Beaucourt

Gravure représentant le complexe usinier de la Casserie. © Musée Japy, Beaucourt Atelier de montage des machines à écrire. © Musée L’usine de la Casserie, vue des ateliers. © Musée Japy, Beaucourt Logo Japy. © MTCC/CL J.Varlet
Japy, Beaucourt

97
Art et littérature
L’horloge astronomique de la cathédrale de Besançon
Donner l’heure n’est pas la seule à 1860. Elle est dotée d’un mécanisme
fonction des horloges. Certaines ont précis et complexe, qui compte plus de
une dimension artistique. D’autres, comme 30 000 pièces et onze mouvements, dont
les horloges astronomiques, ont vocation certains servent aux animations telles que
à nous présenter une riche variété de sonneries et automates.
temporalités...
Les 57 cadrans de l’horloge indiquent
Une horloge astronomique affiche, les positions du soleil et de la lune, le
en plus de l’heure, des informations mouvement des planètes, les éclipses,
relatives à la position des astres. La l’heure de la pleine mer dans différents
plus ancienne horloge astronomique ports…
conservée en France est celle de la
Cathédrale de Bourges, édifiée en 1424. Remontée manuellement tous les jours,
l’horloge actionne également les quatre
L’horloge astronomique de la cadrans extérieurs situés de chaque côté
Horloge astronomique de la cathédrale de Besançon. © Viméo
cathédrale de Besançon est construite de la tour du clocher et un cinquième
par Auguste Lucien Vérité de 1858 placé à l’extérieur de la cathédrale.

« La Matrice », horloge monumentale de la gare TGV


de Besançon, réalisée par Utinam :
http://utinam.fr/horloges-monumentales-besancon-gare/

Horloge décorée ©Musées des techniques et cultures


comtoises/Cl. J-B. Mérillot

98
Témoignages
Témoignage filmé de Daniel Japy, descendant de Frédéric Japy
VHS n°10, musée Japy

« Je crois moi que quand on s’appelle Japy aujourd’hui, avec la génération « Il avait été félicité par Napoléon, il lui avait même offert de lui donner un titre
actuelle, on n’est plus grand chose. Pour certains, pour les anciens, ça représente de noblesse. (...) Il avait fait front à Napoléon en disant que son nom seul lui
quand-même quelques souvenirs, mais pour le reste, pour l’ensemble de la région ou suffisait, qu’il n’avait pas besoin de titre de noblesse. Et ça c’est une chose qui
quoique ce soit, Japy c’est plus rien du tout maintenant, c’est un nom qui ne figure a toujours fait rire. Il le racontait, il le racontait à tous les enfants puis les petits-enfants.
plus. (…) J’ai été frappé en conduisant hier à cinq heures et demie du matin mes Et Napoléon avait été très très surpris de son attitude, c’était rare qu’on lui cause sur
petits-enfants qui partaient à Strasbourg, j’ai vu à la gare d’Audincourt l’ancienne ce ton là, qu’on lui refuse le titre de noblesse qu’il offrait. »
locomotive de Beaucourt avec encore le nom de « Japy » dessus. Il y en avait deux,
et il n’y en a plus qu’une aujourd’hui. Les gens ne s’en détournent plus ; les gens ne
savent même plus ce que ça représente. .»

« Je pense que si ça a été Beaucourt (...) ça vient beaucoup plus des dirigeants
qu’autre chose. On peut créer une usine un peu partout si vous voulez, c’est une
question d’entente entre les dirigeants et puis les employés. Je pense qu’il y avait
surtout une chose dans la famille Japy, c’est qu’ils étaient quand-même très très près
des ouvriers. La preuve c’est que mon arrière-grand-père avait écrit ce livre sur la
participation (…). Ils ont été les premiers à s’occuper au point de vue des HLM, au
point de vue des coopératives, des cités ouvrières. Le problème des filles-mères avait Pour écouter l’intégralité
été évoqué aussi, j’ai lu des articles qui avaient été écrits par mon arrière-grand-père du témoignage, cliquez ICI.
sur ce problème là. Alors qu’elles étaient mises à l’index, lui s’était occupé justement
de les défendre et de leur donner une place. Je pense qu’au point de vue social ils
avaient quand-même fait quelque chose d’énorme pour l’époque. »

« Quand l’usine Japy marchait bien (…) le tsar avait proposé de faire venir
toute l’usine Japy, d’offrir à travailler en Russie, là bas, et de transposer les
usines, le savoir-faire et puis tout. Et il (Frédéric Japy) a toujours refusé, il a refusé
totalement en disant qu’il était français avant tout et qu’il ne voulait absolument pas
bouger de son coin. »
99
Activités
Voici ci-après six propositions d’activités autour de la thématique de l’horlogerie.
Ces activités peuvent s’adapter à différents niveaux de classe comme vous l’indique le tableau ci-dessous.

Activité particulièrement bien adaptée à ce niveau

Activité adaptable à ce niveau

Activité peu adaptée à ce niveau

Activité Fabrique ton Machine À bas les Dans la peau d’un


Folie du temps
Niveau horloge humaine rouages ! designer

Cycle 2

Cycle 3

Cycle 4

Lycée

100
Activités - MONTE ton horloge
Exploration
But
Comprendre la composition et le
mécanisme d’une horloge simple ; fabriquer
sa propre horloge.

Objectifs pédagogiques
En sciences expérimentales et
technologie, comprendre et décrire le
monde construit par l’homme (cycle 3),
comprendre et maîtriser le fonctionnement
d’objets techniques, fabriqués par l’homme
pour répondre à ses besoins (cycle 4).

Compétences mobilisées
Observation, création, expérimentation.

Déroulement général
Rouages
- Démonter une horloge à la mécanique
simple (ne pas choisir une montre ni un
mouvement à quartz).
- Observer le mécanisme et isoler chacun
des composants.
- Décrire chacun des composants et
Kit de bricolage ludique et éducatif pour monter sa propre horloge :
trouver leur fonction exacte dans le
https://www.pearl.fr/article/NC7125/ma-premiere-horloge-kit-pour-en- mécanisme.
fant-a-monter-soi-meme https://www.pearl.fr/article/NC7125/
ma-premiere-horloge-kit-pour-enfant-a-
monter-soi-meme

101
Activités - machine humaine
Exploration
But Déroulement général
Interpréter avec son corps une - Chaque élève choisit un ou plusieurs
réprésentation du temps dans sa définition mouvements qui représente(nt) le temps
large (les saisons, le temps des montres, selon lui. Il peut choisir un bruit ou un son
etc.) en complément s’il le souhaite.
- Les élèves présentent à tour de rôle leur
Objectifs pédagogiques chorégraphie et expliquent leur choix.
En éducation physique et sportive,
s’initier aux activités physiques, sportives - Pour plus de facilité, on peut proposer
et artistiques (cycle 2) et développer sa aux élèves d’imaginer avec leur corps
pratique (cycle 3), imaginer et produire un mécanisme d’horloge. Un élève
une création (collège). commence son mouvement. Un deuxième
se place près de lui et commence son
Intégration dans les programmes des mouvement, et ainsi de suite, jusqu’à former
Arts du cirque et d’EPS : enseignements une machine humaine. Les élèves peuvent
d’exploration en Seconde, enseignements effectuer leurs mouvements séparément,
obligatoires et facultatifs en 1ère et à tour rôle, ou tous ensemble, sans
Les temps modernes, Charlie Chaplin
Terminale. s’interrompre à chaque entrée d’un élève
dans la chaîne.
Compétences mobilisées
Création, expérimentation, expression Pistes
orale et corporelle. - La séance peut être introduite par le
visionnage du film Les temps modernes
de Charlie Chaplin, plus précisément
la scène de la danse dans les rouages
d’une machine.
- Diffuser des musique variées peut aider
les élèves à construire leur chorégraphie.

Une chaine humaine

102
Activités - à bas les rouages
Exploration
But Déroulement général
Observer de quelle manière les instruments - Rappeler l’histoire de l’utilisation de ces
de mesure du temps tels le sablier, le instruments de mesure.
cadran solaire ou la clépsydre sont - Demander aux élèves si ces instruments
encore utilisés dans notre quotidien ; ou leur représentation sont présents
fabriquer son propre sablier, cadran dans leur quotidien. Exemple : sur certains
solaire ou clépsydre. téléphones portables, le minuteur est
symbolisé par un sablier.
Objectifs pédagogiques - En petits groupes, mettre en place des
En français, s’exprimer à l’oral (cycle 2 et ateliers de fabrication d’une clepsydre,
3). d’un sablier et d’un cadran solaire (le
cadran solaire horizontal est plus facile à
En sciences expérimentales et réaliser que le cadran solaire vertical).
technologie, comprendre et décrire le
monde construit par l’homme (cycle 3),
comprendre et maîtriser le fonctionnement
d’objets techniques, fabriqués par l’homme
Cadran solaire
pour répondre à ses besoins (cycle 4).

Compétences mobilisées
Création, expérimentation, expression
orale, évolution en groupe.

Cadran solaire Sablier Labyrinthe à encens, Chine, xiie siècle

103
Activités - folie du temps
Exploration
But Compétences mobilisées
Comprendre quelle place occupe la Recherche documentaire, expression
notion du temps, en particulier le temps orale, évolution en groupe.
des montres, dans notre société.
Déroulement général
Objectifs pédagogiques - Déployer l’idée de temps, rechercher
En français, s’exprimer à l’oral (cycle 2 et d’autres échelles de temps : temps
3). géologiques, temps d’une vie, cycles
annuels, etc.
En sciences expérimentales et - Demander aux élèves tout ce qui a
technologie, comprendre et décrire le rapport au temps des montres dans notre
monde construit par l’homme (cycle 3). quotidien (le réveil, la sonnerie de classe,
le compte-minute pour les cuissons, le jeu
En histoire des arts, acquérir des en temps limité, le chronomètre pour les
références culturelles (cycle 2), découvrir performances sportives, etc.).
des œuvres considérées dans un cadre - Inviter les élèves à explorer la différence
chronologique (cycle 3), étudier les entre le «temps des montres» et le temps
La folie du temps
significations historiques et sociales avec vécu - les interminables minutes d’attente,
des œuvres issues de domaines variés les heures agréables qui défilent, etc.
et mettre en relation les arts, la culture - Effectuer en groupe des recherches
scientifique et technique et l’histoire des et référencer les œuvres littéraires,
idées (cycle 4). cinématographiques et plastiques qui ont
un rapport avec la notion de temps des
montres.

Les temps modernes. La persistance de la mémoire, Salvador Dali, 1931


©mundospropios

104
Activités - dans la peau d’un designer
Exploration
But Compétences mobilisées
Inventer sa propre montre  ; imaginer des Création, expression écrite, évolution en
nouvelles fonctionnalités. groupe, analyse.

Objectifs pédagogiques Déroulement général


En pratiques artistiques, développer - Présenter en images un panel de montres
ses capacités d’expression et la création de créateurs pour donner des idées aux
réfléchie (cycle 2 et 3). élèves.
- Imaginer sa montre et ses fonctionnalités.
En histoire des arts, mettre en relation les - Dessiner sa montre.
arts, la culture scientifique et technique et - Rédiger un cahier des charges.
l’histoire des idées (cycle 4). - Pousuivre la création en réfléchissant aux
spécificités des mécanismes des montres
Intégration dans les programmes designées.
de l’enseignement d’exploration - Pour les petites classes, réaliser une
« Création et culture design » en horloge incluant un mécanisme prêt à
Seconde. l’emploi et des aiguilles. On peut
Montre intelligente
Le travail peut être effectué en autonomie
Intrégation dans les programmes du ou en groupe.
lycée technologique.
Pistes
- Poursuite de l’activité « Monte ton
Sites de vente de mécanismes d’horloge et d’aiguilles : horloge ».
http://www.malinelle.com/fr/mcanisme-d-horloge-set-creativ-
company-p25673.html et http://www.monhorloge.fr/

Exemples de design :
https://www.youtube.com/watch?v=j9_P05gumak
https://www.youtube.com/watch?v=HGjp74PctPY

« Design moi une montre », concours organisé par l’Espace Horloger de la Vallée de Joux.

105
Glossaire
Ébauche de montre Pont
Jusque dans les années 1850, il s’agit du mouvement de Pièce métallique dans laquelle tourne généralement
montre incomplet. L’ébauche moderne est l’ensemble au moins un des pivots des mobiles de la montre.
des pièces constitutives d’un mouvement de montre
(platine, ponts, rouage, mécanismes de remontage et
de mise à l’heure).

Balancier
Type d’organe régulateur du mouvement des horloges
mécaniques.

Échappement
Il s’agit d’un dispositif permettant de canaliser et de
rendre régulier les rouages d’une horloge mécanique.

Établissage
Mode de fabrication des montres, dont les différents
éléments sont assemblés à partir de pièces détachées.

Établisseurs
Fabricant de montres, réalisant le montage complet à
partir des pièces détachées.

Pendule
Type d’organe régulateur du mouvement des horloges
mécaniques.

Platine
Plaque qui soutient les ponts et les divers organes du
mouvement des horloges mécaniques.

106
Visiter et explorer
Patrimoine horloger à visiter en Franche-Comté Horloge astronomique de la cathédrale de Besançon (25)
Musée Frédéric Japy http://www.horloge-astronomique-besancon.fr
Beaucourt (90)
Créé en 1986 au rez-de-chaussée de l’ancien bâtiment de la Pendulerie, le musée Écoles d’horlogerie de Franche-Comté
est consacré à l’histoire de l’empire familial. Le Lycée polyvalent Jules Haag de Besançon, ancienne Ecole Nationale d’Horlogerie,
http://www.beaucourt.fr/action_sociale/musee_japy.htm propose un baccalauréat professionnel spécialisé en microtechniques et une
licence professionnelle ARIA (Automatique, Robotique, Informatique appliquée à
Musée du Temps l’Assemblage).
Besançon (25) http://www.lycee-juleshaag.fr/
Histoire de Besançon croisée avec celle de l’horlogerie. Riche collection d’horloges,
de montres, d’ébauches, de gravures, de machines, d’outils et de matériel scientifique. Maisons horlogères de Franche-Comté
http://www.mdt.besancon.fr/ L.Leroy, Besançon (25)
http://www.montres-leroy.com/
Espace Horloger
Le Sentier (Suisse) Sauvage, Besançon (25)
Histoire de l’horlogerie et de ses métiers. http://sauvage-watch.com/fr/
https://www.espacehorloger.ch/Page.aspx?id=Welcome
UTINAM Besançon, Besançon (25)
Musée de l’horlogerie http://utinam/fr
Morteau (25)
Histoire de la mesure du temps et du métier d’horloger Lip, Besançon (25)
http://www.musee-horlogerie.com/ http://www.lip.fr/fr/

Musée de la montre Ultra, Morteau (25)


Villers-le-Lac (25) http://ultraofficial.com/
Histoire de la montre de 1500 à nos jours
http://www.pays-horloger.com/musee-la-montre.html Pequignet, Morteau (25)
http://www.pequignet.com/
Horloge monumentale de la gare TGV de Besançon, appelée « La Matrice » (25)
Conçue par la maison horlogère UTINAM Yonger & Bresson, Morteau (25)
http://utinam.fr/horloges-monumentales-besancon-gare/ Rachetée par le groupe Ambre
http://www.yonger-bresson.fr/

107
Visiter et explorer
Entreprises spécialisées de Franche-Comté
Dodane, Besançon (25)
Spécialiste des instruments chronométriques de bord et de montres de poignets pour
l’aviation civile et militaire.
http://www.dodane1857.fr

Fralsen, Besançon (25)


Entreprise de micro-mécanique de précision, spécialisée dans la fabrication de
composants de mouvements horlogers.
http://www.fralsen.com

Vuillemin, Besançon (25)


Spécialisée dans la fabrication d’horloges comtoises et d’horloges modernes
http://www.manufacture-horloges-comtoises.com

Groupe IMI, Besançon


Groupement d’entreprises, dont des fabricants de composants pour l’horlogerie.
http://www.groupe-imi.fr

Ailleurs en France
Chambre française de l’horlogerie et des microtechniques (CFHM)
Représente et défend les intérêts professionnels, collectifs et individuels de toute la
filière horlogère française
http://www.cfhm.com

En Suisse
Musée international de l’horlogerie, la Chaux-de-Fonds
Fondé en 1802, le MIH conserve des objets relatifs au temps, à sa mesure et à
l’horlogerie.
http://www.chaux-de-fonds.ch/musees/mih

108
Bibliographie et sitographie
Bibliographie
GRASSIAS Ivan, MARKARIAN Philippe, PETREQUIN Pierre, WELLER Olivier. , 2006. De GRASSIAS Ivan. 2001. Sur les traces de l’empire Japy. Musées des techniques et cultures
pierre et de sel. Les salines de Salins-les-Bains. MTCC. 143 p. comtoises. 88 p.

« L’industrie franc-comtoise ne se rendra pas ! », Histoire d’entreprises n°10, janvier 2012. LAMARD Pierre. 1988. Histoire d’un capital familial au xixe siècle : le capital Japy (1777
et 1910), Société belfortaine d’émulation. 358 p.
DOHRN-VA ROSSUM Gérard. 1997. L’histoire de l’heure. L’horlogerie et l’organisation
moderne du temps. Maisons de sciences de l’homme, Paris. 467 p. VIENNET Jean-Pierre. 2015. Le pays des horlogers. Trois siècles d’histoire franco-suisse,.
Musée de la montre, Villers-le-lac. 271p.
FAVEREAUX Raphaël. 2004. Patrimoine industriel du Belfort. Coll. Indicateurs du
patrimoine, Association pour la Promotion et le Développement de l’Inventaire comtois
(ASPRODIC), Besançon.159 p.

Sitographie
Site participatif dédié à la famille Japy L’entreprise Pompes Japy
http://frederic-japy.com/ http://www.pompes-japy.fr/

Deux siècles de paternalisme : Maison Japy (documentaire) Vidéo muette montrant le fonctionnement de l’horloge astronomique de la cathédrale
https://vimeo.com/6686464 de Besançon
http://www.vimeoc.com/101919975
L’entreprise Cristel
http://www.cristel.com/

109
110
Présentation de la filière

Le bois est un matériau de base de l’industrie. Il est utilisé dans de nombreux secteurs
d’activité, principalement la construction - le bois d’œuvre -, l’ameublement, la
production d’objets - tournerie, tabletterie, boissellerie -, la fabrication du papier
et du carton. Il est également utilisé comme source d’énergie. L’emploi du bois
comme combustible est d’ailleurs la première finalité de cette ressource au niveau
mondial.

111
LA TOURNERIE
Tournerie et tournage Au Moyen Âge, la Franche-Comté devient le centre français du tournage sur
bois, notamment avec la ville de Saint-Claude. Au xiie siècle, la découverte du
La tournerie désigne l’activité industrielle consacrée à la production d’objets corps du saint a engendré un regain de dévotion et donc une multiplication des
tournés, c’est-à-dire fabriqués par le procédé du tournage. Le tournage est pèlerinages dans la région. À partir de cette période, la ville produit une grande
une technique de travail basée sur la mise en rotation d’un objet à une vitesse quantité d’objets de piété - chapelets, plombs de pèlerinage et sifflets. Le travail
très rapide et l’enlèvement progressif de matière à l’aide d’outils coupants. du bois est initié par les moines, qui forment les citadins et les paysans.
Dans certains cas, l’objet peut demeurer fixe et les outils sont mis en rotation. Alors
que le terme tournerie est utilisé pour qualifier une industrie et le lieu - atelier ou Le tournage sur bois devient vite une économie rurale populaire
usine - où elle se pratique, le tournage renvoie davantage à l’activité artisanale, à et une spécialité du Haut-Jura.
l’action même de tourner et à l’activité du tourneur en général.

Le bois n’est pas le seul matériau du tournage. Une grande variété La tournerie ornementale
de matériaux naturels ou de synthèse peuvent être tournés  : la
corne, l’ivoire, la galalithe, le plastique… À la Renaissance, une partie du tournage sur bois passe au rang d’art avec
la tournerie ornementale. Le terme «  ornemental  » correspond à la finesse de
l’exécution des pièces tournées et leur aspect décoratif, mais s’applique surtout à un
Un peu d’histoire type de tour qui rend possible la création de ces pièces complexes.

Le tournage sur bois est une technique très ancienne. Les premiers objets Le tournage comporte un mouvement supplémentaire du mouvement rotatif.
tournés ont été découverts en Egypte dans la tombe de Toutankhamon et Cette technicité est notamment permise par le tour à pédale et à roue, inventé
datent de 1350 av. J.-C. Environ 1000 ans plus tard, toujours en Egypte, la tombe par Léonard de Vinci au début du xvie siècle.
de Petosiris a livré la plus ancienne représentation connue d’un tourneur sur bois.
Il s’agit d’un bas-relief montrant deux hommes, dont l’un procure la force motrice à La tournerie ornementale est notamment utilisée pour fabriquer des pieds de
l’aide de ses bras. meubles.

Le tournage sur bois est également très présent en Grèce - au moins depuis
le vie siècle av.J.-C - en Italie chez les Etrusques - entre le viiie et le iiie siècles
av. J.-C - et dans toute l’Europe à partir du premier âge du fer, en 750 av. J.-C.

112
lA TOURNERIE EN FRANCHE-COMTé
La tournerie fait partie des nombreuses petites industries jurassiennes - comme À la fin du siècle (1892), l’eau est remplacée par l’électricité. Celle-ci entraîne
l’horlogerie, la boissellerie, la lapidairerie, la diamanterie. Elle est localisée une production massive car elle permet l’autonomie des machines, alors que
dans le Haut-Jura, sur un territoire appelé le « triangle d’or », délimité par Lons-le- l’énergie hydraulique peut être imprévisible,  le fonctionnement des machines
Saunier au nord, Morez à l’est et Nantua au sud. Le plateau du Lizon est situé au dépendant du débit de l’eau. La source d’énergie permet la mise en route du tour :
cœur de ce triangle. Les forêts jurassiennes fournissent d’abondantes ressources l’objet tourne et le tourneur découpe le bois. Vers 1930, le tour rotatif est mis
en bois et une riche variété d’essences utilisées : frêne, buis, hêtre, charme, aulne, au point à Moirans-en-Montagne. Cette fois, l’objet reste immobile et c’est l’outil
chêne, orme, houx, cerisier, noyer, sycomore, cythise, bruyère, tilleul, épicéa. coupant qui tourne. Dans les années 1960 apparaît le tour automatique - ou
tour à reproduire -.
Le buis, très présent dans la région, est particulièrement associé à
la tournerie. Les branches fines de cet arbrisseau sont adaptées L’industrialisation entraîne la professionnalisation du métier de
à la fabrication des petites pièces. Certaines essences exotiques tourneur avec la naissance de l’ « ouvrier-tourneur » au début du
sont également utilisées. xixe siècle.

La tournerie débute à Saint-Claude, qui fabrique des objets de piété En usine, le travail est très morcelé et spécialisé. Il existe divers statuts
dès le ve siècle et de manière abondante à partir du xiie siècle. L’activité se d’ouvriers, du novice à l’expert : apprenti-tourneur, ouvrier-tourneur, tourneur,
développe entre les xviiie et xixe siècles avec une importante production d’objets maître-tourneur.
profanes, appelés « articles des Saint-Claude » ou bimbeloterie : toupies, robinets
à tonneaux, vinaigriers, bouche-bouteilles, étuis à lunettes… et surtout la pipe, qui Malgré l’industrialisation de l’activité, les artisans indépendants et la double
devient la grande spécialité de la ville. activité persistent. Dans l’atelier familial, accolé à la maison, les femmes et les
enfants participent aux tâches et le métier se transmet de père en fils. Bien que
La tournerie demeure pendant longtemps une activité complémentaire de la tournerie soit une activité masculine, certaines tâches sont dévolues aux
l’agriculture pour les populations paysannes, qui travaillent un sol pauvre. femmes - en atelier aussi bien qu’en usine - notamment la finition des objets.
Dans les campagnes, ces artisans-paysans travaillent la terre en été et le bois l’hiver
à domicile. C’est ce qu’on appelle la double activité. En ville, les artisans se Dès le début du xxe siècle, les premières matières plastiques sont introduites
regroupent en atelier et travaillent à l’année. dans la tournerie et les entreprises se multiplient. Le secteur est pourtant en
crise après la Seconde Guerre mondiale, notamment en raison de la concurrence
Le xixe siècle voit l’essor de la tournerie industrielle, dont l’âge d’or se situe étrangère, de l’automatisation des modes de production et de la généralisation
dans les années 1910-1920. Le centre de l’activité se déplace de Saint-Claude des matières plastiques au détriment du bois. Dans les années 1960, la double
à Moirans-en-Montagne. Le mouvement d’industrialisation est indissociable de activité disparaît et les entreprises qui ne sont pas passées aux matières plastiques
l’évolution technique des moyens de production et des sources d’énergie. En mettent la clé sous la porte où sont rachetées par les plus grosses. Aujourd’hui,
1830, la tournerie intègre l’énergie hydraulique, qui se substitue à la force humaine. quelques sociétés de grande taille sont toujours actives dans les zones rurales du
Haut-Jura. Les tourneurs indépendants subsistent : ils sont devenus des sous-traitants

113
lA TOURNERIE EN FRANCHE-COMTé

Usine de tabletterie (usine de tournerie) dite tournerie communale, Lect (39) © Région Franche-Comté, Usine de tabletterie (usine de tournerie) de la coopérative la Tournerie ouvrière, Lavans-lès-Saint-Claude (39) Entrée de l’usine Bourbon, actuellement Atelier
Inventaire du patrimoine, ADAGP, 1991/Cl. L. Poupard. © Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP, 1991/Cl. L. Poupard. des Savoir-Faire, Ravilloles (39) © GBALG

Usine de tabletterie (usine de tournerie) dite tournerie communale, Valfin-sur-Valouse (39) © Région Franche- Atelier de tournerie dit tournerie Michalet, Vaux-lès-Saint-Claude (39) © Région Franche-Comté, Inventaire du
Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP, 1992/L. Poupard. patrimoine, ADAGP, 1990/Cl. L. Poupard.

114
L’industrie du jouet à Moirans
Née de la tournerie, la production de jouets se développe à Moirans-en- Avant 1960, Moirans ne compte que deux grosses usines : Grandmottet et
Montange à la fin du xixe siècle. Dalloz. Grandmottet emploient entre 150 et 200 ouvriers avant la Seconde Guerre
mondiale et Dalloz environ 60 ouvriers en 1955. En 1961, la ville dénombre cinq
Dès les xvie et xviie siècles, le Jura fabrique des sifflets, des toupies et des trompettes. usines et plus de 200 ouvriers - sans compter les tourneurs artisans, travaillant à
Dans la seconde moitié du xixe siècle, ce sont les quilles, les crécelles et les domicile.
bilboquets. À la fin du siècle apparaissent les jeux de dames, les dominos et les
jeux de l’oie. Leur font suite, dans les années 1910, les cordes à sauter, les jeux de Au milieu des années 1950, les matières plastiques remplacent en
croquet, les seaux de plages et les diabolos. Enfin, à partir des années 1920-30, grande partie le bois dans l’industrie du jouet.
c’est le tour des petits chevaux, des yoyos, des hochets, des jeux d’échecs et des
solitaires. C’est le cas de deux entreprises à Moirans : Monneret et Clairbois - rachetées
par Smoby dans les années 1990 et 2000. Ces entreprises grossissent et améliorent
Malgré une diversité progressive des formes, la part réservée au leurs techniques de production  : les machines sont de plus en plus performantes.
jouet dans la production d’objets tournés reste minoritaire jusqu’en L’utilisation du moule, qui permet la fabrication des jouets à des millions d’exemplaires,
1910. entraîne une baisse considérable des coûts de production, et donc une baisse des
prix : le jouet se démocratise.
À partir de cette date, la demande de jouets augmente. Elle s’accroît encore
davantage dans les années 1930, lorsque les jouets allemands, desquels Le jouet en bois est rattaché à une production de luxe. A l’inverse du jouet en
s’inspiraient fortement la production française, viennent à manquer sur le plastique, fabriqué en série, c’est une pièce unique résultant d’un savoir-faire.
marché. Le Haut-Jura, Moirans en particulier, va alors produire des jouets en masse pour
remplacer la fabrication allemande. Puis, les Jurassiens rajoutent progressivement Outre Moirans, d’autres centres de production se développent dans le département,
leurs touches personnelles et améliorent les jouets. Ils deviennent de plus en notamment Champagnole, Lons-le-Saunier et Saint-Laurent.
plus complexes : ils peuvent être réalisés à partir de plusieurs pièces tournées et
assemblées. Auparavant, un jouet était fait d’une seule pièce tournée. Aujourd’hui, la plupart des grandes marques du jouet jurassien
sont implantées à Moirans ou alentour.
Moirans devient la capitale jurassienne du jouet grâce à sa tradition de
fabrication des «  moines  » - toupies lancées avec un fouet - et de ses fameux Certaines perpétuent la fabrication de jouet en bois tourné - Vilac à Moirans par
« bibis » - sifflets - en buis de 2 à 4 cm placés à l’extrémité des ballons gonflables. exemple - alors que d’autres travaillent les matières plastiques, comme Smoby Toys,
De 1850 à 1920, Moirans-en-Montagne reste le fournisseur mondial du « bibi » puis, l’un des géants français du jouet, établi à Lavans-les-Saint-Claude.
en 1936 le « yoyo » vient en prendre le relais.
Moirans s’est même dotée d’un lycée professionnel spécialisé dans le travail
du bois.

115
L’industrie du jouet à Moirans

À partir des années


1920-30, c’est le tour
Dès les xvie et xviie À la fin du xixe siècle des petits chevaux, des
siècles, le Jura fabrique apparaissent les jeux de yoyos, des hochets, des
des sifflets, des toupies dames, les dominos et jeux d’échecs et des
et des trompettes. les jeux de l’oie. solitaires.

Dans la seconde moitié Dans les années 1910,


du xixe siècle, ce sont les c’est le lancement des
quilles, les crécelles et cordes à sauter, des
les bilboquets. jeux de croquet, des
seaux de plages et des
diabolos.

116
MACHINES, Outils ET productionS
Le tournage à la main
Le tournage à la main doit être différencié de la Le tourneur est aussi un mécanicien : il taille lui-même
tournerie industrielle ses outils à main et ajuste son tour en fonction de ses
créations.
Dans le premier cas, le tourneur est un artisan qui
acquiert un savoir-faire et produit des objets uniques. Le tourneur doit le plus possible limiter le nombre
de passes, ou interventions sur l’objet. Un tourneur
Dans le second, le tourneur est un ouvrier qui actionne expérimenté améliore les passes et en réduit le nombre.
des machines et fabrique des objets en série.
Pour un tourneur, le geste technique prime sur
Cette photo montre le tour « en l’air » : l’objet tourné l’esthétique de l’objet.
est tenu par une seule de ses extrémités, contrairement
au tour en entrepointe où l’objet est tenu par ses deux
extrémités.

L’artisan travaille avec une diversité d’outils -


gouges, bédanes, planes - qui vont creuser le bois
de multiples manières.
Le tournage à la main. Tourneur sur bois © MTCC/Cl. J. Varlet.

Les outils du tourneurs : gouges, bédanes, planes… Ancien atelier de Willmann, Toupie tricolore ©MTCC, C. Choffet Quilles humoristiques ©MTCC, G. Benoît à la Guillaume Camion de pompiers, vers 1930 ©MTCC, J. Varlet
Moirans © O. Givre/PNRHJ

117
Paysages
Du bois et de l’eau
La tournerie se développe dans le Jura Les premières tourneries sont également
grâce à la combinaison de trois éléments installées près des rivières car la force
essentiels : un sol pauvre, une forêt diversifiée hydraulique est utilisée pour actionner
et de nombreux cours d’eau. les tours. Les tourneries sont alors, comme les
moulins, équipées de roues à aubes.
La pauvreté du sol et la rudesse de l’hiver
poussent les paysans à se tourner vers L’implantation de cette activité est donc
la forêt pour compléter leurs revenus intimement liée aux ressources du territoire.
agricoles.

Les tourneries apparaissent à proximité


des forêts thermophiles - qui aiment la
chaleur - ou mixtes - feuillus et conifères -,
qui recensent des bois de qualité médiocre
mais une grande diversité d’essences.

Une forêts mixte.

Buis Roue à aube

118
Architectures
De l’atelier familial au pays du jouet
Avec le travail à domicile et les petits
ateliers, la tournerie artisanale est une
activité très éclatée, clairsemée. Les
artisans réalisent toutes les étapes de
productions, seuls ou en famille.

À l’inverse, la tournerie industrielle


concentre les travailleurs du bois et la
plupart des étapes de production, mais
divise le travail.

Les usines de tournerie sont créées


autour des moulins et dans les centres
urbains, qui deviennent des petits
pôles industrieux. Les usines demeurent
cependant de dimensions modestes.
Vue panoramique, Moirans-en-Montagne, carte postale © Musée du Jouet

Entrée du Musée du jouet ©Musée du jouet, Moirans-en-Montagne

119
Archives
Le travail des femmes
Le rôle des femmes dans la tournerie est La décoration des jouets en bois était
souvent minoré. Elles occupent pourtant importante dans la région de Moirans-
une place essentielle dans l’activité. en-Montagne. Les ouvrières, appelées
«  rubaneuses », procédaient à l’aide
Dans l’atelier familial, elles ont en charge d’un tour appelé « filette ».
la comptabilité et la vente des objets.

Dans les usines, de nombreuses


femmes sont employées en fin de chaîne
de production, à des tâches perçues
comme féminines  : l’enrubannage, la
finition, la décoration, etc.

Elles portaient un fichu sur la tête afin


d’éviter les accidents à cause des
cheveux longs.
Atelier de polissage, Saint-Claude, carte postale, début xxe © Musée du Jouet

Ouvriers, établissement Grandmottet, négociant en tournerie, Moirans- Atelier de Bernard Lorge, tourneur sur bois, Lect, 1987 © Musée du Jouet/ Tourneur © Droits réservés/Cl. MTCC Tourneur © Droits réservés/Cl. MTCC
en-Montagne, 1921 © Musée du Jouet Cl. E. Weber

120
Art et littérature
La chanson des Tourneurs

Cette chanson a été recueillie par Mme Alexis GRANDMOTTET auprès de M. Paul Refrain :
POIRIER, ancien ouvrier tourneur de Moirans-en-Montagne. Sur mon tour je façonne,
En fredonnant une chanson,
Cette chanson est connue à l’usine Verpillat de Moirans entre 1880 et 1900. Elle atteste Cigarettes, boîtes mignonnes,
d’une part de la rivalité qui existait entre les fabriques, et d’autre part de la naissance Pipes tuyaux sifflets poinçons
d’une conscience ouvrière. En effet, au début du xxe siècle, les idées socialistes utopiques Etuis virets suçons
apparaissent dans la région. Dès lors, certains ouvriers s’émancipent du patronat et se Et tant que la besogne donne,
réunissent en coopératives. Je suis content comme un pinson

Premier couplet : Deuxième couplet :


Dans notre ville de Saint-Claude Tous les ans la Saint-Dominique,
Un tourneur m’a donné le jour Saint que l’on fête à l’infini
Devenu grand je baguenaude On porte au son de la musique,
Je chante et je tourne à mon tour Un magnifique pain béni
Comme mon père et mon grand-père Chacun lui dit dans sa prière,
Pour tout bien n’ayant que mes bras Grand Saint poussez nos fabricants
Je serai riche en ma misère A ne point se livrer la guerre
Si l’ouvrage ne manque pas A notre vie à nos dépens.

La Crèche comtoise

http://www.artsdelamarionnette.eu/evenement/
la-creche-comtoise/

Le théâtre de marionnettes Guignol, emblématique de la ville de Lyon Poupées japonaises Kokeshi Poupées russes.

La marionnette comme vecteur de la satire sociale Poupées traditionnelles


121
Témoignages
Extraits tirés de l’ouvrage : alors spécialisé dans la réalisation d’articles souvenirs dont les ventes étaient en
CANTALOUBE Daniel, Mémoire de tourneurs en petite montagne, Editions de la pleine expansion. C’était pour nous un vrai virage culturel car nous devions organiser
Petite Montagne, 2014, 80 p. et 1 CD notre réseau de ventes, avec les grossistes, établir des collections et donc créer des
articles et fixer nos prix de vente. »
«  Nos rotatives, au début, on les avait achetées chez Monneret et Millet, à Léon David, tourneur à Montadroit (p.31).
Moirans. C’étaient des machines vraiment dangereuses. Il y a eu, chez un autre
tourneur, un ouvrier qui est mort comme ça, le ventre transpercé par un outil qui était parti «  L’été un peu de culture, trois-quatre vaches, et l’hiver l’artisanat. Trois-quatre
de la machine. Un gars qui avait fait la guerre en Indochine et était revenu ici, même pas vaches ça ne semble pas beaucoup, mais c’est aussi le comté, le lait, le beurre, la basse-
blessé. Une fois, j’ébauchais, l’outil a cassé et est parti, il est passé entre mon corps et cour. On tuait le cochon, on avait un champ de blé, on descendait le blé moissonné
le panier, sinon j’étais mort. Avec des machines qui vont à cinq mille tours, c’est terrible. » dans les moulins du bas. C’était presque la vie en autarcie. On fabriquait des robinets et
Louis Paget, tourneur à Légna (p.18). au printemps il y avait un grossiste de Moirans qui venait nous acheter notre fabrication,
et il amenait aussi le tonneau de vin, plus le sac de son de farine pour le bétail. C’est
« Mon père ne faisait que des articles en buis, on travaillait avec des petits tours tout simple, et on vivait ainsi. S’il n’y avait pas eu ce complément de l’artisanat,
spéciaux pour le buis fabriqués à Moirans chez Monneret et à Lavans-les-Saint- ce n’était pas possible. (…) On manquait de terrains et l’artisanat gagnait plus. On
Claude. (…) Tout le monde travaillait à la main, c’était une bonne formation bossait dur, dur, on ne pouvait pas investir des deux côtés. » Guy Perrod, tourneur à
de base. Ça nous a tous servi par la suite, quand le métier a été automatisé, pour Montadroit (p.33).
l’affutage par exemple. On était capable de tout faire. (…) Puis je me suis fait un petit
atelier derrière la maison, je me suis mis à mon compte. (…) On travaillait en famille, « Mon mari et moi, nous sommes nés en 1926. Il a commencé à travailler comme
on s’est bien tous accordés.(…) Et puis, j’ai commencé à travailler le bois, pas tourneur au début des années quarante. (…) Le père de mon mari (…) était
seulement le buis. Ici, on dit le buis ou le bois, le bois c’est tous les bois sauf le déjà tourneur, le grand-père aussi. (…) Je vernissais et je ponçais, mais j’avalais les
buis. Le buis c’est autre chose. (…) On n’arrêtait pas de travailler, on faisait soixante- vapeurs de vernis, très toxiques, il n’y avait pas de système d’aspiration. On enlevait
dix heures par semaine. (…) Les ouvriers faisaient des heures normales, mais nous, on seulement la vitre pour avoir de l’air. Un jour le docteur m’a dit : « Si vous n’étiez pas
était toujours au boulot. » artisan, je vous ferais mettre en invalidité »». Alberte Picod, Arinthod (p.58)
Jean Tissot, tourneur à Cernon (p.21 et 22).
« La tournerie est demeurée à Fétigny une activité traditionnelle. Ils étaient tous
« Je me suis installé comme tourneur, à plein temps, en 1955 (…). Auparavant, cultivateurs, et tourneurs l’hiver. (…) Ceux qui s’en sont sortis, ce sont ceux qui ne
comme beaucoup dans la vallée, j’alternais la culture et la tournerie au fil des passaient pas par des négociants intermédiaires, qui vendaient en direct. Mais
saisons, mais il m’a fallu faire un choix, je ne pouvais pas financer le matériel les tourneurs traditionnels, ils livraient souvent à des négociants qui ne les payaient pas
nécessaire aux deux activités. Les débuts ont été très difficiles. (…) J’ai d’abord vraiment, ils payaient en vin : un tonneau. (…) . On avait là une population qui avait une
produit des pièces en bois qui entraient dans la fabrication des jouets assemblés dans sensation de liberté, mais qui ne gagnait pas sa vie, sans être malheureux d’ailleurs. (…)
la région de Moirans. Cette activité de sous-traitance était soumise à la pression des Et puis, d’un coup, ça n’a plus marché, les lois sociales ont commencé à être appliquées,
industriels qui établissaient les prix d’achat ; elle ne permettait pas d’assurer un niveau ils ont dû côtiser pour leur retraite, payer une assurance. (…) Ils en sont venus à travailler
de revenu et de développement correct. Comme plusieurs artisans ici, je me suis presque seulement pour la banque ».
Jean Troupel, fils de tourneur (p.67-69).
122
Activités
Voici ci-après six propositions d’activités autour de la thématique du bois.
Ces activités peuvent s’adapter à différents niveaux de classe comme vous l’indique le tableau ci-dessous.

Activité particulièrement bien adaptée à ce niveau

Activité adaptable à ce niveau

Activité peu adaptée à ce niveau

Activité Le geste du Histoires de La balade des Sens et essences Créer au naturel


Niveau tourneur jouets tourneurs

Cycle 2

Cycle 3

Cycle 4

Lycée

123
Activités - Le geste du tourneur
S’essayer au tournage
But Déroulement général
S’initier au geste du tourneur, comprendre - Créer son propre tour à l’aide d’un étau
les problématiques liées à l’axe du tour. et d’une perceuse.
- Tester le tour en utilisant divers matériaux
et outils coupants  : pommes, légumes
Objectifs pédagogiques (carottes, concombres, courgettes), bois
En sciences expérimentales et massif (tringle à rideau par exemple).
technologie, maîtriser les changements
induits par l’activité humaine en adoptant
une démarche d’investigation (cycle 3), Pistes
comprendre et maîtriser le fonctionnement - Trouver d’autres objets / matières à
d’objets techniques, fabriqués par l’homme tourner.
pour répondre à ses besoins (cycle 4).

Intégration dans les programmes du


lycée technologique.
Tournerie ©ASF/Cl. B. Picault

Compétences mobilisées
Expérimentation, observation.

Une vidéo sur le tournage à Castelnau :

https://www.youtube.com/watch?v=zVz3zlWjT0c

124
Activités - HIstoires de jouets
Exploration
But Déroulement général
Développer ses capacités d’observateur ; - Demander aux élèves d’apporter un
raconter l’histoire de son jouet. jouet en bois en classe.
- Observer les jouets et nommer leurs
caractéristiques  : le jouet est-il fait d’une
Objectifs pédagogiques seule pièce de bois ou bien de plusieurs ?
En français, apprendre à écrire et à - Les pièces sont-elles tournées ? D’autres
s’exprimer à l’oral ; acquérir du vocabulaire matériaux sont-ils présents ?
(cycle 2), savoir écrire et s’exprimer à - Raconter l’histoire personnelle de son
l’oral ; enrichir son vocabulaire (cycle 3). jouet.

En sciences expérimentales et
technologie, compréhension et Pistes
description du monde construit par - Rapporter l’origine réelle de son jouet et
l’homme (cycle 3). une origine imaginée.
- Créer une exposition qui retrace l’histoire
réelle et/ou imaginée des jouets.
Ours en peluche
Compétences mobilisées - Créer la fiche d’identité de son jouet.
Observation, expression orale.
(Pistes : expression écrite).

Voitures en bois laqué VILAC ©MTCC, Y. Perton

125
Activités - La balade des tourneurs
Exploration
But Déroulement général
Repérer et identifier les arbres comme les - Partir se promener en forêt.
tourneurs (observer, toucher, senti.r...). - Donner les clefs pour identifier les arbres :
l’aspect et la couleur de l’écorce, la forme
des feuilles, les fleurs…
Objectifs pédagogiques - Prendre des photographies des différents
En français, s’exprimer à l’oral (cycle 2 et arbres rencontrés.
3).

En sciences de la vie et de la Terre, Pistes


observer les êtres vivants et émettre - Créer son herbier (feuilles, fruits, écorces,
des hypothèses  ; s’initier à la démarche dessins, photos, etc.)
scientifique par la manipulation (cycle 3
et 4).

Balade en forêt

Compétences mobilisées
Observation, analyse, expression orale.
(Pistes  : expression écrite, recherche
documentaire).

Forêt de bouleaux blancs Forêt de résineux

126
Activités - sens et essences
Exploration
But Déroulement général
Reconnaître les essences de bois. - Travailler en classe à partir d’échantillons
de différentes essences de bois.
- Donner les clefs de reconnaissance des
Objectifs pédagogiques bois : la couleur, la texture, la résistance, le
En français, s’exprimer à l’oral (cycle 2 et poids, l’odeur…
3). - Tester la densité du bois en plongeant
les échantillons dans l’eau.
En sciences de la vie et de la Terre,
observer les êtres vivants et émettre des
hypothèses  ; initiation à la démarche
scientifique par la manipulation et
l’expérimentation (cycle 3 et 4).

Compétences mobilisées
Observation, expérimentation, analyse,
Coupe transversale de bois
expression orale.

La xylothèque du Museum national d’histoire naturelle:

http://www.mnhn.fr/fr/collections/ensembles-collections/bo-
tanique/xylotheque

127
Activités - créer au naturel
Exploration
But Compétences mobilisées
S’initier au Land art. Création.

Objectifs pédagogiques Déroulement général


En pratiques artistiques, développer ses - Pour les petites classes, créer son propre jouet
capacités d’expression par l’acquisition à partir de végétaux et d’autres matériaux
de références culturelles et par la pratique éventuels.
artistique (cycle 2), favoriser l’expression, la - Pour les plus grands, réaliser une création
création réfléchie et la maîtrise du geste et plastique à l’aide de matériaux naturels.
l’acquisition de méthodes de travail et de - Réaliser une création plastique dans / à partir
techniques (cycle 3). d’un cadre naturel.
- Prendre son oeuvre en photo.
En histoire des arts, étudier la matérialité et les
significations historiques et sociales d’œuvres Pistes
issues de domaines variés (cycle 4). - Pour les petites classes, associer sa création
à l’exposition (voir fiche activité « Histoires de
Intégration dans les programmes des Arts jouets »).
Bosque Oma, Agustín Ibarrola
en 1ère et Terminale. - Montrer des photographies d’œuvres de

Le Land art, qu’est-ce que c’est ?


Il s’agit d’une tendance de l’art contemporain utilisant le
cadre et les matériaux de la nature - bois, terre, pierre,
eau, sable, etc. Les œuvres sont généralement tempo-
raires, puisque réalisées à l’extérieur et donc soumises à
l’érosion naturelle. Elles continuent cependant d’exister
sur des supports audiovisuels.
In the world of plants, Frank Nordiek Robert Smithson, Broken Circle, Spiral Hill, 1971 Spiral Jetty, Robert Smithson

128
Glossaire
Bédane Plane
Outil à main à section carrée ou rectangulaire servant Outil à main servant à fabriquer des parties cylindriques
à calibrer la pièce tournée. plates et régulières sur la pièce.

Bimbeloterie  Tabletterie
Gamme de nombreux objets utilitaires ou décoratifs, Travail à plat de petites planches de bois.
également connus sous le nom d’ « articles de Saint-
Claude ».  Tour « en l’air »
Tour simple où l’objet est tenu d’un seul côté.
Entrepointe (ou entre-pointes)
Tour classique où la pièce est tenue à ses deux Tour rotatif (ou « rotative »)
extrémités. Tour basé sur le mouvement de l’outil (fers) et non du
bois - qui tourne également mais plus lentement.
Galalithe
En grec : «  pierre de lait  ». Il s’agit d’une matière de Tournage
synthèse obtenue à partir de la caséine du lait durcie Désigne aussi bien l’action de tourner que l’activité du
dans du formol. tourneur en général. Ce terme renvoie davantage à
l’activité artisanale.
Gouge
Outil à main de base du tourneur, qui sert à ébaucher Tournage à la main
la pièce. C’est un ciseau incurvé en forme de gouttière C’est l’artisan qui manie l’outil. La pièce est maintenue
(forme en U). Il existe la gouge à dégrossir (large) et la sur le tour, avec une rotation plus ou moins rapide, et
gouge à profiler (fine). l’artisan la travaille à l’aide d’outils.

Passe Tournerie
Correspond à une opération technique. Ce terme n’est Travail du bois, par rotation du bois ou de l’outil. Par
pas spécifique au tournage. extension, le terme désigne l’activité industrielle et
l’usine où elle se pratique.

129
Visiter et explorer
Patrimoine du jouet et de la tournerie à visiter en Franche-Comté Entreprises à visiter en Franche-Comté

Musée du Jouet Vilac


Moirans-en-Montage – Jura (39) Spécialisée dans le jouet en bois tourné
http://www.musee-du-jouet.com Moirans-en-Montagne – Jura (39)
http://www.vilac.com/fr/
Atelier des Savoir-Faire
Espace d’exposition et stages organisés pour s’initier aux savoir-faire du Haut-Jura Smoby Toys
Ravilloles – Jura (39) Lavans-les-Saint-Claude – Jura (39)
http://www.atelierdessavoirfaire.fr/ http://www.smoby.fr/

Musée de la Tournerie Jeujura


Musée installé dans un atelier familial et présentant la tournerie sur corne Spécialisée dans le jouet en bois
Lavans-les-Saint-Claude – Lizon - Jura (39) Saint-Germain-en-Montagne - Jura (39)
http://musee-dela-tournerie.monsite-orange.fr http://jeujura.fr

Ailleurs en France
Expositions
Musée du Jouet
« Paysages du tournage : Savoir-faire et création », exposition itinérante conçue par Colmar – Haut-Rhin (68)
le Parc Naturel Régional du Haut-Jura : http://www.museejouet.com/fr/
http://images.parc-haut-jura.fr/upload/fichiers/culture/Paysage_du_tournage1.pdf

130
Bibliographie et sitographie
Bibliographie
Ages de la tournerie, Coll. Livret de découverte, Parc naturel régional du Haut-Jura, CHEVALIER Frédéric, Cœur de bois, Editions Titom, 2007
Lajoux, et Atelier des Savoir-Faire, Ravilloles, 2007, 49 p.
LACROIX Yvan, Histoire du Jouet, Editions du Dauphin, 2014, 203 p.
Paysages du tournage. Savoir-Faire et création, Coll. Livret de découverte, Parc naturel
régional du Haut-Jura, Lajoux, 2007, 36 p. MERLIN Colette, « Trois siècles d’histoire du bois dans la Petite Montagne du Jura », in
Barbizier, Revue régionale d’ethnologie franc-comtoise, 2002
Rencontres Européennes de la Tournerie, « La tournerie : mémoire et créations », Centre
Jurassien du Patrimoine, Avril 1999, 79 p. PICOD Christophe, Les tourneurs sur bois, Editions France Régions, Belfort, 1991, 256 p.

BAULARD Hervé, Gens du Jouet - Transmission de pensée dans l’arc jurassien, Editions PICOD Christophe, «  Tourneurs et tourneries  », in Regards sur la Petite Montagne,
Cêtre, Juin 1993, 111 p. Adapemont, 1994.

BURCKHARDT Monica, Le jouet de bois, de tous temps, de tous pays, Edition Fleurus, SCWINT, Artisans sur bois, Editions Cêtre, 1997
Janvier 1984, 92 p.
SPICHER Armand, LE PENNEC Claude (ill.) Le jouet jurassien : d’hier à aujourd’hui, une
CANTALOUBE Daniel, Mémoire de tourneurs en petite montagne, Editions de la Petite passion, des hommes, A. Spicher, Lons-le-Saunier, 1995, 141 p.
Montagne, 2014, 80 p. et 1CD

Sitographie

https://www.youtube.com/watch?v=lctupAGzAvo Association des Tourneurs de Franche-Comté


Reportage vidéo sur l’entreprise Vilac, spécialisée http://tourneursdefranchecomte.fr/ ou https://www.facebook.
depuis 1911 dans la fabrication de jouets en bois com/tourneursdefranchecomte
laqué à Moirans-en-Montagne.
Durée : 10:41 min / Date : 5 février 2014 Association française du tournage d’art sur bois
(AFTAB) http://www.aftab-asso.fr/fr/
http://www.tracesecritesnews.fr/actualite/vilac-se-maintient-
smoby-progresse-les-jouets-jurassiens-seront-bien-sous-le- Lycée Pierre Vernotte, Moirans-en-Montagne (39)
sapin-48689 Lycée spécialisé dans le travail et les arts du bois,
Article sur deux entreprises jurassiennes du jouet : Vilac réputé dans toute la France.
et Smoby Toys. Date : 22 décembre 2014 http://lycee-vernotte.fr/
131
132
ENGRENAGES, UN RELAIS TERRITORIAL

Engrenages, réseau de musées et de sites patrimoniaux


et industriels, oeuvre à la mise en valeur du patrimoine
technique et industriel et de ses spécificités locales.

A cet effet, elle développe des supports de médiation


pour la mise en lecture des filières industrielles régionales d’hier
à nos jours à destination de tous les publics.

Elle accompagne également les sites en région inscrits


dans cette thématique - musées, entreprises, anciens
sites de production... - pour contribuer à l’amélioration de
leur offre de médiation et au développement de leur ancrage
culturel local.

Active depuis plus de trente ans, elle est un interlocuteur


incontournable dans le paysage de la culture technique et
industrielle franc-comtoise.
LES MALLETTES PÉDAGOGIQUES
Les Kezako’tech Le jeu des 10 savoir-faire

Public cible : 8-13 ans Public cible : 8-12 ans

Inspirées du principe du jeu de Memory, les Kezakotech permettent de sensibiliser les Il s’agit d’un jeu de cartes illustrées permettant la découverte des savoir-faire
élèves au patrimoine technique et industriel de la Franche-Comté par la découverte régionaux. Le principe consiste à associer un métier avec son savoir faire, son outil de
des principales filières industrielles et techniques, de leurs activités, leur origine et leur travail, sa matière première, son lieu de travail et son énergie.
évolution.
Le jeu de carte est accompagné d’un diaporama qui permet d’aborder en image
Les cartes «  produits finis  » doivent être associées par paire avec les cartes les différents savoir-faire à partir de photographies anciennes et contemporaines. Un
« outils ». Lors de la constitution d’une paire, l’animateur invite les élèves à en quizz conclut le diaporama.
apprendre davantage sur les objets représentés et sur les domaines techniques qu’ils
illustrent.

Il existe 2 déclinaisons :
• La mallette intitulée « Drôle d’objets techniques du monde de l’industrie » permet
d’appréhender les principales filières industrielles de la Franche-Comté,
actuelles ou historiques.
• La mallette intitulée «  Drôles d’objets techniques autour du bois  » permet
d’appréhender les principales activités – artisanales et industrielles – de la filière
bois en Franche-Comté.
LES MALLETTES PÉDAGOGIQUES
Voyage au pays des techniques La Boîte à métiers des microtechniques

Public cible : 8-13 ans Public cible : 3° > Terminale

Cette animation permet d’appréhender les mécanismes de machines à l’aide de La Boîte à métiers a pour objectif la découverte d’un panel de métiers autour
trois supports pédagogiques complémentaires : un CD-Rom, des maquettes lego et d’une filière industrielle. La filière développée ici est celle des microtechniques,
un livret d’activités : souvent méconnue et pourtant porteuse d’emplois. Il s’agit de proposer aux élèves
• A partir des maquettes lego, les élèvent reconstituent un ensemble de mécanismes un outil pédagogique original et innovant, traité davantage sous l’angle culturel que
reproduisant fidèlement les machines observables dans certains sites des MTCC. sous l’angle de l’orientation.
• Le CD Rom « Engrenages et manivelles » permet de découvrir les mécanismes
emblématiques du patrimoine industriel et de comprendre les principes de La Boîte à métiers propose une animation bâtie autour d’un «  objet de
transmissions de mouvement notamment par le biais d’animations 3D, de vidéos questionnement » contenu dans la mallette : il s’agit d’un objet représentatif de la
et de quizz. filière industrielle choisie, à partir duquel il sera possible de remonter toute la chaîne
• Le livret d’activités « Codex Mécanicus » propose une approche à la fois des métiers scientifiques et techniques qui lui est associée. L’objet présenté dans cette
culturelle et ludique des machines et de leur fonctionnement. mallette est le téléphone portable, si familier et emblématique des microtechniques !

L’animation permet à l’élève d’être acteur de son apprentissage. Parmi les documents contenus dans la Boîte, un jeu de rôle permet notamment aux
élèves de découvrir de manière ludique les métiers de la filière ainsi que les tâches et
les compétences associées.
LES EXPOSITIONS ITINÉRANTES
Homo Mobilis, là où les savoir-faire le mènent A l’eau !

Exposition tout public Exposition tout public

Des Francs-Comtois qui passent quotidiennement la frontière aux bûcherons italiens L’exposition «  A l’eau  !  » accorde une large place à l’eau en tant que source
ou aux mineurs de Ronchamp autrefois, en passant par les travailleurs itinérants ou les d’énergie et élément essentiel à la naissance de savoir-faire emblématiques de
paysans quittant leurs campagnes pour les usines et la ville, les migrations humaines la région. En fonction du relief, du débit des cours d’eau, des ressources locales et
sont bien souvent liées à la recherche d’un emploi ou de meilleures conditions de des influences des territoires voisins, ces savoir-faire se sont développés et déclinés
travail... donnant naissance à des industries aujourd’hui encore très présentes.

S’intéressant à l’Arc jurassien (Franche-Comté et cantons de Vaud, de Neuchâtel, du Au delà de cette approche, le discours s’ouvre également volontiers à d’autres
Jura et de Berne dans sa partie nord) et à ses savoir-faire emblématiques, l’exposition dimensions. L’eau est ainsi abordée selon une approche environnementale,
Homo Mobilis dresse la carte des mobilités qui ont animé et animent encore ce s’appuyant sur le paysage hydrographique et géologique régionale et selon une
territoire. approche sociale en traitant du rapport des Hommes à l’eau, dans leur quotidien
et leur imaginaire.
A l’aide de dispositifs ludiques, l’exposition est l’occasion de s’interroger sur les savoir-
faire et sur l’Homme au travail sous un nouvel angle... A travers des jeux, manipulations et autres dispositifs sensoriels, cette exposition sollicite
la participation du visiteur.
LES EXPOSITIONS ITINÉRANTES
Magie ? Mécanique ! Sur les traces de notre patrimoine technique et industriel

Exposition tout public Exposition tout public

Forces, mouvements, machines... De nos gestes quotidiens aux innovations les plus Que nous enseignent les traces de l’histoire des techniques et de l’industrie ?
avancées, la mécanique se cache partout sans même que l’on s’en rende compte. Comment archiver l’évolution des savoir-faire, des techniques et des pratiques
L’exposition « Magie ? mécanique ! » explore la longue histoire de la mécanisation: industrielles contemporaines ? Comment fait-on parler ces témoignages de notre
des premiers bâtisseurs aux inventeurs d’aujourd’hui, les hommes ont toujours cherché civilisation industrielle ? Quels miroirs ces objets nous tendent-ils pour réfléchir sur
à comprendre ses rouages et à les utiliser au mieux. L’exposition aborde ainsi tant les les différents âges de nos modes de production, de nos économies et de nos
principes scientifiques de la discipline que les conséquences de la mécanisation sociétés ? Et comment transmettre ces témoignages à ceux qui, venant après
dans notre quotidien, au travail ou dans les loisirs. nous, souhaiteront à leur tout les interroger au filtre de leurs techniques et de leurs
questionnements ?
Ponctuée de jeux et d’expériences, elle permet d’appréhender la technique de
manière ludique, en parcourant les routes du patrimoine industriel de notre région. Cette exposition tente de répondre à ces questions en mettant en lumière le travail
du conservateur-restaurateur. Le visiteur est ainsi invité à découvrir ses méthodes,
notamment à travers des ateliers scientifiques et ludiques.
ET AUSSI...
Dossiers pédagogiques à destination des enseignants Rallyes-photos en extérieur

Traces de mine, dossier pédagogique du Musée de la mine de Ronchamp Traces de sel, Salins-les-Bains
Niveau : cycle 3, collège Niveau : 1 rallye pour le cycle 2 et 3 « Au fil de l’eau », un pour le cycle 4

Fiches pédagogiques. Fiches de préparation à la visite et d’exploitation de la visite Traces de cerise, Fougerolles
de la taillanderie, Taillanderie de Nans-sous-Saint-Anne Niveau : cycles 2, 3, 4
Niveau : cycle 3, collège
Traces de mine, Ronchamp
Niveau : cycles 2, 3, 4
Sel et salines, dossier pédagogique de préparation et d’exploitation, Grande-Saline-
Musée du sel, Salins-les-Bains Rallye de Nans-sous-Saint-Anne
Niveau : cycle 3, collège Niveau : 1 rallye pour le cycle 2 « Au fil de l’eau », 1 autre pour le cycle 3

Sur les traces des Japy, Beaucourt


Cahiers d’activités à destination des élèves Niveau : cycles 2, 3

Forge-musée d’Etueffont, le fer dans tous ses états, cahier d’activités de la Forge- Traces de sel et Traces de cerise sont mis à l’honneur lors de l’événement « Traces de
musée d’Etueffont patrimoine », qui se déroule chaque année au mois de mai.
Niveau : fin de cycle 2, cycle 3

L’aventure industrielle des Japy, cahier d’activités du musée Japy, Beaucourt


Niveau : cycle 2 et 3 > Retrouvez ces ressources sur notre site internet !

Cahier d’activités de la Taillanderie de Nans-sous-Sainte-Anne


Niveau : fin de cycle 2, cycle 3, 5e

Sur les chemins du sel, cahier d’activités commun à la Grande-Saline-Musée du sel de


Salins-les-Bains & à la Saline Royale d’Arc-et-Senans.
Niveau : collège
139
REMERCIEMENTS
Les interlocuteurs des sites du réseau et hors réseau Damien BARBE, enseignant de Sciences de la Vie et de la Terre missionné auprès de
l’association Engrenages
Audrey TAVERNIER, Grande Saline, musée du sel Pierre HUGUET, enseignant d’histoire-géographie missionné auprès de l’association
Adeline DODY, responsable médiation, Saline royale d’Arc-et-Senans Engrenages
Frédéric MONNIN, directeur-adjoint, musée Japy
Magali MOREL, responsable développement des publics et communication, Musée
du Jouet Patrick PLAISANCE, auteur, metteur en scène, comédien, fondateur de Moulinage
Stéphanie DEMARAIS, responsable touristique et culturel, Atelier des savoir-faire Compagnie (anciennement la compagnie La Cotonnière)
Maguy SCHEID, documentaliste, musée du Temps
Alexina VANDELLE, chargée de mission éducation au territoire, PNR du Haut-Jura

Les interlocuteurs des services institutionnels régionaux et locaux

Raphaël FAVEREAUX, Service inventaire et patrimoine, L’équipe de l’association Engrenages remercie tout
région Bourgogne-Franche-Comté particulièremet Mathilde LE GAL, chargée de médiation
Nathalie CHALUMEAU, Archives communales, Salins-les-Bains au musée du quai Branly, pour la qualité des échanges et
l’inspiration donnée par l’outil pédagogique
La Boîte à Voyages.
La délégation académique à l’action culturelle (DAAC)

Jean-Marie CANIARD, A - IPR éducation musicale et chant choral - Délégué


académique à l’éducation artistique et à l’action culturelle
Stéphanie BARBIER, coordinatrice de la délégation académique à l’éducation
artistique et culturelle
Jean-Pierre MOURAT, enseignant, en charge du domaine Culture Scientifique et
Technique
Jean-Pierre COSTILLE, enseignant, en charge du domaine Patrimoine
Viviane LALIRE, enseignante d’arts plastiques, en charge du domaine Architecture
CRÉDITS PHOTOGRAPHIQUES
CLEFS DE DECOUVERTE ADAGP, 2006
p. 17 : ©MTCC/Cl. E. Parmentier, 2016 Cl. Jérôme Mongreville © Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire et Patrimoine,
p. 18 : ©MTCC/Cl. E. Parmentier, 2016 ADAGP, 2006
p. 20 : ©MTCC/Cl. G. Benoît à la Guillaume Cl. Jérôme Mongreville © Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire et Patrimoine,
p. 22 : ©Région Bourgogne Franche-Comté, Inventaire et Patrimoine, 2016. ADAGP, 2005
p. 28 : ©Google Maps
p. 30 : ©MTCC Archives, p. 48
©Collec2000
DOSSIERS DOCUMENTAIRES ©BNF - Gallica
Cl. Jérôme Mongreville © Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire et Patrimoine,
1) Agro-industrie – le textile ADAGP, 2006
Cl. Jérôme Mongreville © Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire et Patrimoine,
Le textile en Franche-Comté, p. 42 ADAGP, 2006
©Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP, 2007/Cl. J. Mongreville Cl. Jérôme Mongreville © Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire et Patrimoine,
©Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP, 2006/Cl. J. Mongreville ADAGP, 2006
©Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP, 2005/Cl. J.Mongreville Cl. Jérôme Mongreville © Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire et Patrimoine,
©Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP, 2006/Cl. J. Mongreville ADAGP, 2006
©Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP, 2005/Cl. J. Mongreville
©Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, 2009/Cl. J. Mongreville Art et littérature, p. 49
©Patrick Plaisance, 2005
Machines, outils et productions, p. 45 ©John Cooke
©Ecole des Acacias, Louviers
©2006 David Monniaux Activités, p. 51
©Dmm2va7 p. 56 : ©Intuit-The Center for Intuitive and Outsider Art
p. 56 : ©John Cooke
Paysages, p. 46
©Google Maps 2) Filière extraction – le sel
©Google Maps
Le sel en Franche-Comté, p. 67
Architectures, p. 47 ©Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP, 2005/Cl. J. Mongreville
Cl. Jérôme Mongreville © Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire et Patrimoine, ©Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP, 1996/Cl.J. Mongreville
ADAGP, 2006 ©Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP, 1997/Cl. Y. Sancey
Cl. Jérôme Mongreville © Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire et Patrimoine, ©Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP, 1994/Cl. L. Poupard
ADAGP, 2006 ©Arnaud 25
Cl. Jérôme Mongreville © Région Bourgogne-Franche-Comté, Inventaire et Patrimoine, ©Pline
CRÉDITS PHOTOGRAPHIQUES
Salins-les-Bains et Arc-et-Senans, p. 70 ©BNF
Claude-Isabelle BRELOT, René LOCATELLI, Jean-Marc DEBARD et al., ASSOCIATION ©Droits réservés/Cl. MTCC
COMTOISE DES ARTS ET TRADITIONS POPULAIRES, INSTITUT UNIVERSITAIRE DES ©Droits réservés/Cl. MTCC
ARTS ET TRADITIONS POPULAIRES DE L’UNIVERSITÉ DE FRANCHE-COMTÉ, et
CENTRE RÉGIONAL DE DOCUMENTATION PÉDAGOGIQUE DE BESANCON (Eds.), Art et littérature, p. 75
Un millénaire d’exploitation du sel en Franche-Comté : contribution à l’archéologie ©RMN/Droits réservés
industrielle des salines de Salins (Jura), Besançon : Centre régional de documentation ©Inventaire du patrimoine, Région Franche-Comté/ADAGP - 1980/Cl. Y. Sancey
pédagogique (C.R.D.P.), 1981, p. 17. ©HEITZA.com

Machines, outils et productions, p. 71 Témoignages, p. 76


©Grande Saline de Salins-les-Bains/Graphisme CG. ©Droits réservés, MTCC
©Grande Saline de Salins-les-Bains/Cl. P. Guenat ©Droits réservés, MTCC
©MTCC/Cl. M. Paygnard
©Grande Saline de Salins-les-Bains/Cl. P. Guenat Activités
©Archives départementales du Jura, cote : 11 Qp 350/Cl. Service photographique p.94 : ©MTCC/Cl. Y. Goux
ADJ.
©Droits réservés/Cl. MTCC 3) Filière microtechniques – horlogerie

Paysages, p. 72 L’horlogerie en Franche-Comté, p. 91


©Droits réservés/Cl. MTCC. ©Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, 2011/Cl. J. Mongreville
©Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP, 2006/Cl. Y. Sancey
Architectures, p. 73 ©Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP, 2006/Cl. Y. Sancey
©MTCC/Cl. M. Paygnard ©Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, 2012/Cl. J. Mongreville
© MTCC/Cl. Y. Goux ©Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP, 1991/Cl. L. Poupard
©Photothèque EPCC Saline royale/Cl. G. Fessy ©Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine 2012/Cl. J.Mongreville
©GRAHAL
©BNF Machines, outils et productions, p.94
©MTCC/Cl. J.Varlet
Archives, p. 74 ©Musées des techniques et cultures comtoises/Cl. G. Benoit à la Guillaume
©BNF ©Musées des techniques et cultures comtoises/Cl. G. Benoit à la Guillaume
©BNF ©Musées des techniques et cultures comtoises/Cl. J. Varlet
©BNF
CRÉDITS PHOTOGRAPHIQUES
Paysages, p. 95 ©Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP, 1991/Cl. L. Poupard.
©Droits réservés/Google maps ©Gérard Benoît à la Guillaume
©Musée Japy, Beaucourt ©Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP, 1992/Cl. L. Poupard.
©Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP, 1990/Cl. L. Poupard.
Architectures, p. 96
©MTCC/Cl. M.Paygnard Machines, outils et productions, p. 117
©MTCC/Cl. M.Paygnard ©MTCC/Cl. J.Varlet
©MTCC/Cl. M.Paygnard ©O. Givre/PNRHJ
©MTCC/Cl. M.Paygnard ©MTCC, C. Choffet
©MTCC/Cl. M.Paygnard ©MTCC, G. Benoît à la Guillaume
©MTCC/Cl. M.Paygnard ©MTCC, J. Varlet

Archives, p. 97 Architectures, p. 119


©Musée Japy, Beaucourt ©Musée du Jouet
©Musée Japy, Beaucourt ©Musée du jouet, Moirans-en-Montagne
©Musée Japy, Beaucourt
©Musée Japy, Beaucourt Archives, p. 120
©Musée Japy, Beaucourt ©Musée du Jouet
©MTCC/Cl. J.Varlet ©Droits réservés/Cl. MTCC
©Droits réservés/Cl. MTCC
Art et littérature, p. 98 ©Musée du Jouet/Cl. E. Weber
©Viméo ©Musée du Jouet
©Musées des techniques et cultures comtoises/Cl. J-B. Mérillot
Activités
Activités, p. 100 p. 124 : ©ASF/Cl. B. Picault
p. 103 : ©Géraldine Balissat p. 125 : ©MTCC, Y. Perton
p. 104 : ©mundospropios p. 128 : ©S. Beyrand

4) Filière bois – la tournerie L’offre du réseau Engrenages

La tournerie en Franche-Comté, p. 114 p. 133 : ©MTCC/2016


©Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP, 1991/Cl. L. Poupard.
Direction de projet
Géraldine BALISSAT, responsable scientifique et opérationnelle

Conception et rédaction des contenus / suivi de réalisation


Emmeline PARMENTIER, chargée de mission médiation et action pédagogique
Diane WESTPHAL, chargée de mission médiation et action pédagogique

Recherches documentaires
Hervé GUCCIARDI, documentaliste

Graphisme
Rouge Poisson (page de couverture)
Emmeline PARMENTIER, chargée de mission médiation et action pédagogique

http://www.engrenages.org
http://www.musees-des-techniques.org

Vous aimerez peut-être aussi