Vous êtes sur la page 1sur 33

L’athlétisme à

l’école primaire

Guillaume Catois, conseiller pédagogique EPS de la circonscription d’Argentan


Sommaire

1. Références institutionnelles.

2. Définition de l’APS athlétisme.

3. Objectifs de l’APS athlétisme.

4. Quels sont les enjeux de l’enseignement de l’athlétisme à l’école primaire ?

5. Difficultés rencontrées par les élèves en athlétisme.

6. Les compétences sollicitées en athlétisme.

7. Les comportements observés selon les niveaux de pratique.

8. Comment rendre les résultats des élèves visibles à leurs yeux ?

9. Comment délimiter ces zones ?

10. Proposition de séquence d’apprentissage en athlétisme.

11. Les ateliers de la séquence d’athlétisme.

12. Les outils.

13. Comment complexifier chaque atelier, dans le but de solliciter davantage


les élèves, et ainsi de les faire progresser ?

14. Mise en place de la grille de suivi.

15. Mise en place des ateliers.

a) Fiche récapitulative des ateliers à mettre en place.


b) Points importants.
c) Organisation du sens de rotation des groupes.
d) Sens de rotation des groupes.

16. Annexes.
1. Références institutionnelles

• B.O. n°3 du 19 juin 2008 : Programmes d’enseignement à l’école primaire

Agir et s’exprimer avec son EPS au cycle 2 EPS au cycle 3


corps au cycle 1
Adapter ses déplacements à des Réaliser une performance Réaliser une performance
environnements ou contraintes - activités athlétiques : courir vite, mesurée (en distance, en temps)
variés longtemps, en franchissant des - activités athlétiques : courir vite,
Par la pratique d’activités physiques libres obstacles, sauter loin et haut, courir longtemps, courir en
ou guidées dans des milieux variés, les
enfants développent leurs capacités
lancer loin. franchissant des obstacles, courir
motrices dans des déplacements (courir, en relais, sauter loin, sauter haut,
ramper, sauter, rouler, glisser, grimper, lancer loin.
nager...), […] ou des projections et
réceptions d’objets (lancer, recevoir). […].
Ils adaptent leur conduite motrice en vue de
l’efficacité et de la précision du geste.

• B.O n°29 du 20 juillet 2006 : socle commun de connaissances et de compétences

Premier palier pour la maitrise du socle commun : compétences attendues à la fin du CE1

6- Les compétences sociales et civiques 7 - L’autonomie et l’initiative


- Respecter les autres et les règles de vie - Maitriser quelques conduites motrices
collective. comme courir, sauter, lancer.
- Appliquer des règles élémentaires d’hygiène

Deuxième palier pour la maitrise du socle commun : compétences attendues à la fin du CM2

6- Les compétences sociales et civiques 7 - L’autonomie et l’initiative


- Respecter les règles de la vie collective, - Commencer à s’auto-évaluer dans des
notamment dans les pratiques sportives. situations simples.
- S’impliquer dans un projet individuel ou
collectif
- Respecter des consignes simples en
autonomie
- Montrer une certaine persévérance dans
toutes les activités
- Réaliser une performance mesurée dans les
activités athlétiques
2. Définition de l’APS athlétisme

 Activité physique et sportive, mettant en œuvre les 3 actions motrices


majeures, que sont courir, sauter et lancer.

3. Objectif de l’APS athlétisme

 Réaliser une performance mesurée, soit en terme chronométrique, ou


métrique.

4. Quels sont les enjeux de l’enseignement de l’athlétisme à l’école


primaire

 Développer les actions motrices courir-sauter-lancer, nécessaires dans un


grand nombre d’activités physiques et sportives.

5. Difficultés rencontrées par les élèves en athlétisme

Course :
Sprint : créer puis maintenir une vitesse maximale jusqu’à la ligne d’arrivée
Endurance : adapter sa vitesse de course à ses compétences et à la durée de course demandée
Haies : ne pas sauter les obstacles, mais les franchir, afin de perdre un minimum de vitesse

Saut :
Longueur : courir le plus vite possible durant la course d’élan, sans dépasser la planche lors de la pose du
dernier appui
Hauteur : transformer un déplacement horizontal (course d’élan) en un déplacement vertical (saut)
Multi-bonds : garder l’équilibre durant les différents sauts

Lancer :
Balle : lancer en bras cassé, lâcher l’engin avant la limite
Javelot : tenir compte de la forme spécifique de l’engin, lâcher l’engin avant la limite
Objet lourd : ne pas « subir » le poids de l’objet
6. Les compétences sollicitées en athlétisme

Capacités Connaissances Attitudes


Actions motrices
motrices informationnelles stratégiques
Conserver Avoir le regard Avoir connaissance du Etre concentré
l’équilibre dans le fixé vers la ligne mode de fonctionnement
vite
déplacement du d’arrivée des starting-blocks
corps
Courir Pas de gestes Adapter sa vitesse Adapter sa vitesse à Connaître ses capacités Etre concentré, volontaire
parasites à son état de la durée ou la Accepter de « souffrir »
longtemps Avoir une foulée fatigue distance de course Etre concentré
la plus efficace demandée

Conserver Avoir le regard Adapter la longueur Connaître son pied d’appel Avoir repéré la zone
l’équilibre dans le fixé sur la planche de sa course d’élan d’impulsion
loin
déplacement du d’appel durant la en fonction de ses Etre concentré
corps course d’élan capacités
Sauter Conserver Avoir le regard Adapter sa course Connaître la technique de Etre concentré
l’équilibre dans le fixé sur la barre d’élan au saut à saut ( pied-main opposé)
haut
déplacement du durant la course effectuer
corps d’élan
Conserver Lâcher l’objet au Choisir le bon angle Connaître les Etre concentré
l’équilibre dans le bon moment d’envol de l’objet caractéristiques de l’engin
objet léger
déplacement du
corps
Lancer Conserver Lâcher l’objet au Adapter son trajet Connaître le processus Etre concentré
l’équilibre dans le bon moment d’élan à ses propres spécifique de lancement de
objet lourd
déplacement du capacités physiques chaque engin
corps
7. Les comportements observés selon les niveaux de pratique

Sprint Saut Lancer Haies Aérobie


Objectif Création de Vitesse Création de Vitesse Création de vitesse Création de Vitesse Création de vitesse
Crée peu de vitesse Course d’élan mal structurée Refuse le déséquilibre Crée peu de vitesse et se Privilégie une course assise
Débutant redresse aussitôt sans poussée
Crée de la vitesse mais ne sait Course d’élan terne et Exploite mal le déséquilibre Crée de la vitesse mais hésite Course active (bien placée)
Débrouillé pas orienter les poussées uniforme avant la première haie mais ne la maintient pas
Oriente les poussées et reste Course d’élan accélérée Crée et utilise le déséquilibre Oriente les poussées dés les Reste actif durant toute la
Confirmé aligné premiers appuis durée de la course

S’organiser pour maintenir Transformer et utiliser la Transformer et utiliser la S’organiser pour maintenir S’organiser pour maintenir
Objectif
la vitesse vitesse vitesse la vitesse la vitesse
Reste en cycle postérieur Ne crée pas de prise d’avance L’engin précède les appuis Le franchissement est un saut Le geste se dégrade
Débutant vertical rapidement
Passe en cycle antérieur mais Crée une prise d’avance mais L’engin est à l’aplomb des Le franchissement devient une La course est correcte mais
Débrouillé la prise de sol ne se fait pas le secteur balayé est incomplet appuis foulée irrégulière
sous le bassin
Passe en cycle antérieur avec Crée une prise d’avance et La prise d’avance des appuis La reprise de course se fait La course est maîtrisée
Confirmé griffé balaye le secteur se fait par rapport à l’engin avec corps gainé et aligné
Finir la course S’organiser dans l’espace S’organiser pour optimiser Finir la course Finir la course
Objectif
les trajectoires
Décélère rapidement Les segments libres ne La mobilisation est limitée à la Il n’y a pas reprise de course La fin de course est très
Débutant participent pas à l’action ceinture scapulaire après la dernière haie difficile
Il y a apparition de raideur et Les segments sont placés à Les chaînes musculaires sont Il y a volonté de repasser en Le projet de course se révèle
Débrouillé de crispation l’impulsion mobilisées de manières intention course de vitesse soit trop ambitieux soit pas
discontinues assez
Il maintient et entretient sa La suspension est améliorée Les chaînes musculaires sont La volonté est de réaccélérer La fin de course est maîtrisée
Confirmé vitesse par l’utilisation appropriée des mobilisées de manière après la dernière haie
segments libres continues et ordonnées
8. Comment rendre les résultats des élèves visibles à leurs
yeux ?

Est-ce que la performance métrique ou chronométrique est parlante pour nos élèves ?

Comment la rendre concrète au regard des élèves ?

→ Il faut que la performance soit directement visible. (mesurable, quantifiable)

→ Il faut que l’élève puisse voir son objectif à atteindre. (concret, perceptible)

→ Il faut que l’élève puisse voir et comparer ses résultats.

9. Comment délimiter ces zones ?

→ Evaluation diagnostique
→ Délimiter des zones de performance.
→ Attribuer un nombre de points par zone
→ Garder le même codage d’un atelier à un autre
→ Un code couleur (ou nom d’animal) peut être attribué à chaque zone

COURSE SAUT LANCER COULEUR BAREME


Blanc
Fourmi Puce Plume er
(1 niveau) 1 point
Jaune
Poule Sauterelle Volant
(2ème
niveau) 2 points
Vert
Poney Grenouille Ballon
(3ème
niveau) 4 points
Bleu
Cheval Lapin Flèche
(4ème
niveau) 6 points
Rouge
Autruche Gazelle Fusée
(5ème
niveau) 8 points
Noir
Guépard Kangourou Etoile filante
(6ème
niveau) 10 points
10. Proposition de séquence d’apprentissage en athlétisme

• Etape 1 (2 séances) : évaluation diagnostique, découverte des différents


ateliers de saut, course et lancer, explication du système
de codification-évaluation

Mise en place de 6 ateliers :

sprint course de haies


saut en hauteur saut en longueur
lancer lourd lancer léger

La classe est divisée en 6 groupes. Chaque groupe passe dans 3 ateliers par
séance (15 à 20 min par atelier), ou dans 2 ateliers par séance, mais dans ces
cas-là, il est nécessaire de prévoir 3 séances pour l’évaluation diagnostique.

• Etape 2 (4 séances, ou 6 séances si 2 ateliers par séance) : complexification


des ateliers par ajout de contraintes spatiales (contraintes ajoutés dans la but
de faire évoluer la technique des élèves)

• Etape 3 : évaluation, avec les mêmes ateliers que lors de l’évaluation


diagnostique (c’est-à-dire sans les éléments de complexification)
11. Les ateliers
ATELIER course de haies

Vitesse haies - Atteindre la zone


Atteindre la zone la plus éloignée.

Règles de l’atelier :
 Il faut rester dans son couloir.
 Départ derrière la ligne.
 Ordre de départ :
 A vos marques….
 Prêts…
 Partez (signal sonore ou coup de sifflet)
départ

8m

14m blanc

20 m

 Attention au faux départ = à refaire.


 Toucher ou faire tomber une haie jaune
n’est pas éliminatoire.
 Le temps est de 6/7 secondes pour CM vert
7/8 secondes pour CE
 1 ou + essai(s) d’échauffement
 1 essai validé.

COULEUR BAREME COULEUR BAREME


Blanc Bleu
er
(1 niveau) 1 point (4ème
niveau) 6 points
Jaune Rouge
(2ème
niveau) 2 points (5 ème
niveau) 8 points
Vert Noir
(3ème
niveau) 4 points (6ème
niveau) 10 points

Chaque zone mesure approximativement 3 mètres


ATELIER saut en hauteur

Saut en hauteur – La tête en l’air


Toucher la balle de couleur la plus élevée

Règles de l’atelier :
 Prendre une course d’élan
 Prendre un appel 1 pied
Interdire appel pieds joints
 Prendre une impulsion vers le haut.
 Toucher avec la tête.

 3 essais par hauteur seulement.

COULEUR BAREME COULEUR BAREME


Blanc Bleu
er
(1 niveau) 1 point er
(4 niveau) 6 points
Jaune Rouge
(2ème
niveau) 2 points (5ème
niveau) 8 points
Vert Noir
(3ème
niveau) 4 points (6ème
niveau) 10 points
ATELIER lancer d’objets lourds

Lancer d’objets lourds


Atteindre la zone la plus éloignée sans sortir de la zone de lancer

Règles de l’atelier :
 Réaliser un lancer en
rotation.
 On mesure au point
d’impact de l’objet.

 3 essais consécutifs.

COULEUR BAREME COULEUR BAREME


Blanc Bleu
er
(1 niveau) 1 point er
(4 niveau) 6 points
Jaune Rouge
(2ème
niveau) 2 points (5ème
niveau) 8 points
Vert Noir
(3ème
niveau) 4 points (6ème
niveau) 10 points
ATELIER saut en longueur
SAUT EN LONGUEUR – LE SABLE
Atteindre la zone la plus éloignée.

Règles de l’atelier :
départ

planche
d’appel

 Il faut prendre son appel (1 pied)


avant la planche (mordre sur la
planche = essai non valable)
 Prendre une impulsion
vers le haut.
 Ne pas retomber en
arrière.
 On mesure à partir de la marque la
 Tomber vers l’avant.
plus proche de la planche d’appel.

 3 essais non consécutifs

COULEUR BAREME COULEUR BAREME


Blanc Bleu
er
(1 niveau) 1 point (4 ème
niveau) 6 points
Jaune Rouge
(2ème
niveau) 2 points (5 ème
niveau) 8 points
Vert Noir
(3ème
niveau) 4 points (6ème
niveau) 10 points

• La zone blanche débute 1m après la planche d’appel


• Chaque zone mesure 40cm (en cycle 2) et 50cm (en cycle 3)
• Dans l’idéal, prévoir une planchette de 3m de long, sur laquelle on pourra peindre les différentes
zones de couleur
ATELIER lancer léger
Lancer de balles
Il faut atteindre la zone la plus éloignée.

blanc
noir jaune
vert
bleu
rouge

Règles de l’atelier :
 On peut prendre une course d’élan.
 Privilégier le lancer en « bras cassé ».
 On mesure au point d’impact de la balle.
 3 essais consécutifs.

COULEUR BAREME COULEUR BAREME


Blanc Bleu
er
(1 niveau) 1 point (4ème
niveau) 6 points
Jaune Rouge
(2ème
niveau) 2 points (5 ème
niveau) 8 points
Vert Noir
(3ème
niveau) 4 points (6ème
niveau) 10 points

• Prévoir 3 plots de couleurs par zone (3 blancs, 3 jaunes, etc), pour délimiter
les limites extérieures de la zone
ATELIER sprint
VITESSE "ATTEINDRE LA ZONE"
Atteindre la zone la plus éloignée en 7 secondes.

Règles de l’atelier :
 Départ derrière la ligne.
 Ordre de départ :
 A vos marques….
 Prêts…
 Partez (signal sonore ou coup de sifflet) départ

 Attention au faux départ, à refaire.


 Il faut rester dans son couloir.
 Le temps est de 7 secondes
 1 ou + essai(s) d’échauffement
 1 essai validé.

COULEUR BAREME COULEUR BAREME


Blanc Bleu
er
(1 niveau) 1 point (4ème
niveau) 6 points
Jaune Rouge
(2ème
niveau) 2 points (5 ème
niveau) 8 points
Vert Noir
(3ème
niveau) 4 points (6ème
niveau) 10 points

• Prévoir une latte de couleur par zone


• Chaque zone mesure 3mètres
12. les outils
13. Comment complexifier chaque atelier, dans le
but de solliciter davantage les élèves, et ainsi de
les faire progresser ?

→ 2 façons de solliciter toujours davantage les élèves au cours


de chaque séance, qui se traduisent par 2 objectifs
différents :

Obtenir un score supérieur à celui de la séance


précédente.

- prévoir des grilles comparatives de score


- grilles par élève, par séance, par atelier

Obtenir un score au moins équivalent à celui de la séance


précédente, alors que les ateliers ont été complexifiés.
ATELIER SPRINT

Situation initiale : courir le plus loin possible en 7 ou 8 secondes

Variantes pour pousser l’élève à aller plus vite, et donc plus loin :

- le duel, la queue du diable, le premier dans sa maison, etc.


- le duel avec handicap (départ reculé pour le meilleur) : à chaque victoire,
l’élève se voit obligé de reculer sa ligne de départ de 1m, et ensuite, un
autre élève peut venir le défier.
- petite balle sur un grand cône : aller attraper la balle avant son adversaire.
(ou un foulard suspendu et accroché avec une épingle à linge)
Balle à attraper le premier

ATELIER LANCER LEGER

Situation initiale : lancer le plus loin possible, sans élan, un objet léger (balle,
javelot en mousse, vortex, etc.)

Variantes :

- obliger les élèves à viser au dessus de l’horizontal, en leur imposant de


lancer leur objet par-dessus un obstacle (une corde tendue entre 2 poteaux,
un but de football, de hand-ball, etc.).
ATELIER HAIES

Situation initiale : courir le plus loin possible en 7 ou 8 secondes, en ayant à


franchir 3 ou 4 obstacles.

• Variantes pour pousser l’élève à aller plus vite, et donc plus loin :

- idem sprint.
- surélever progressivement la hauteur des haies.
- Rajouter un obstacle.
- Faire courir en duel, 2 élèves de niveau différent, en mettant des obstacles
plus hauts au meilleur des 2.

• Qu’est-ce qu’un obstacle ??

- pour certains élèves, cela peut tout simplement être une latte (ou
planchette) posée au sol, sur laquelle il est interdit de marcher
- ensuite, il faut progressivement surélever cette latte, pour que cela
ressemble de plus en plus à une haie à franchir.
- Une latte posée sur 2 plots, des barils de lessive, des cageots,
- en tous les cas, ce n’est pas obligatoirement une haie d’athlétisme !!

• Sécurité

- toujours s’assurer que l’obstacle choisit tombera ou s’écroulera au


moindre contact avec l’élève
- l’obstacle doit être basculant
ATELIER SAUT EN LONGUEUR

Situation initiale : sauter le plus loin possible, sans dépasser la zone d’appel

• Variantes :

- rajouter un obstacle entre la planche d’appel et la zone de réception, afin


d’obliger l’élève à avoir un angle d’envol au dessus de l’horizontal,
critère de réussite nécessaire à la bonne réalisation du saut en longueur
- surélever la planche d’appel

- augmenter la zone d’élan


- diminuer l’aire de lancer

début de la zone d’élan


aire de lancer

butoir

Il faut que progressivement la longueur de la zone d’élan augmente, au fur et à


mesure que celle de l’aire de lancer diminue.
Il sera alors de plus en plus difficile de faire coïncider la pose du dernier appui.
ATELIER SAUT EN HAUTEUR

Situation initiale : toucher des objets suspendus de plus en plus haut

• Variantes :

- surélever la planche d’appel


- ne pas placer la planche d’appel à la verticale de l’objet à toucher
- situation d’échauffement : avec une craie à la main, le long d’un mur,
tenter de laisser une marque la plus haute possible (intérêt : résultat visuel
et comparable)

Bien sûr, lorsque


le matériel le
permet, utiliser
des tapis est plus
intéressant. Avec
l’idée de sauter
pour s’asseoir
(sans l’aide des
mains) sur des
tapis de plus en
plus haut.

ATELIER LANCER LOURD

Situation initiale : lancer le plus loin possible, un objet assez lourd, sans sortir de
l’aire de lancer

• Variantes :
- imposer une technique d’élan : soit un cloche-pied, soit un demi-tour, un
tour complet, etc.
- varier la taille, la forme, et le poids des engins à lancer
14. Mise en place de la grille de suivi

• Les élèves travaillent en doublette : lorsqu’un élève pratique,


l’autre est observateur et note le résultat dans la grille, et vice
versa.

• Afficher très clairement, à la vue des élèves, le sens de rotation


des groupes d’élèves, d’un atelier à un autre

• Chaque élève dispose de 3 essais par atelier.

• A la fin du troisième essai, l’observateur additionne les trois


scores, et remplit la case « TOTAL ».

• Et une fois que l’élève est passé dans les 6 ateliers, l’observateur
additionne les 6 TOTAUX, ce qui donnera le premier score de
l’élève.

• Et il en sera de même pour la deuxième étape, et ainsi de suite.


Prénom :
1 2 3 TOTAL 1 2 3 TOTAL 1 2 3 TOTAL 1 2 3 TOTAL 1 2 3 TOTAL TOTAL
sprint

longueur
lancer
léger
haies

hauteur
lancer
lourd
ère ème ème ème ème
Total 1 Total 2 Total 3 Total 4 Total 5
rotation rotation rotation rotation rotation

Prénom :
1 2 3 TOTAL 1 2 3 TOTAL 1 2 3 TOTAL 1 2 3 TOTAL 1 2 3 TOTAL TOTAL
sprint

longueur
lancer
léger
haies

hauteur
lancer
lourd
ère ème ème ème ème
Total 1 Total 2 Total 3 Total 4 Total 5
rotation rotation rotation rotation rotation
15. Mise en place des ateliers
a). Fiche récapitulative des ateliers à mettre en place
1- course de haies 1 pt plus de 20m
• 3 essais
2 pts 20 à 23m
• Symboliser le début de
chaque zone par une latte 4 pts 23 à 26m
ou un plot de couleur 6 pts 26 à 29m
• En C2, la zone blanche 20 23 26 29 32
débute à 15m 8 pts 29 à 32m _____________________________________________
10 pts plus de 32m
2- saut en hauteur 1 pt 1m40
• 6 essais
2 pts 1m55
• On tient compte des 3
meilleurs 4 pts 1m70
• Un cerceau symbolise 6 pts 1m85
l’aire de lancer
8 pts 2m00
10 pts 2m20
3- lancer d’objets lourds 1 pt Plus de 2m
• 3 essais
2 pts Plus de 2m50
• Tenir compte du poids des
engins (C1 : 500g ; C2 : 4 pts Plus de 3m
1kg ; C3 : 2kg)
6 pts Plus de 3m50
• Prendre des petits sacs (ou
bouteilles d’eau) de sable 8 pts Plus de 4m
fermés hermétiquement 10 pts Plus de 4m50
4- saut en longueur 1 pt Plus de 1m
• 3 essais
2 pts Plus de 1m40
• Les zones mesurent 40cm
en C2, et 50cm en C3 4 pts Plus de 1m80
6 pts Plus de 2m20
8 pts Plus de 2m60
10 pts Plus de 3m
5- lancer léger 1 pt Plus de 5m
• Chaque zone mesure 2m
2 pts Plus de 7m
en C2, et 3m en C3
• En C3, la première zone 4 pts Plus de 9m
débute à 6m 6 pts Plus de 11m
8 pts Plus de 13m
5 7 9 11 13
10 pts Plus de 15m
6- sprint 1 pt Plus de 28m
• En C2, début de zone à
22m 2 pts Plus de 31m
• Chaque zone mesure 3m 4 pts Plus de 34m
6 pts Plus de 37
8 pts Plus de 40m
10 pts Plus de 43m
b). Points importants

• Toutes les mesures de zones sont données à titre indicatif. Elles


tiennent compte des capacités physiques des élèves à un âge donné.

• Il tient à chaque enseignant de les faire évoluer, en fonction de ses


élèves et de leur niveau.

• Toutefois, il faut juste s’assurer que les mesures choisies lors de


l’évaluation diagnostique, seront les mêmes tout au long de la
séquence, ou du moins lors de l’évaluation terminale. Cela permettra à
l’enseignant et à l’élève de se rendre compte concrètement de
l’évolution de ses performances athlétiques.

• Les grilles d’évaluation et d’observation sont données à titre indicatif.


Il va de soit, qu’il est plus intéressant de les construire avec les élèves.
Celles fournies peuvent alors servir de supports.

Il est tout à fait envisageable de mettre en place ce projet d’athlétisme


en cycle 1.
Il est seulement nécessaire d’adapter les différents ateliers au public
visé, et donc de respecter plusieurs points :
• Diminuer sensiblement la longueur des zones (environ 75% des
mesures demandées en cycle 2)
• Faire figurer très clairement le nom des zones, ou les images
correspondantes (les animaux, etc.) : mettre des panneaux au
début de chaque zone, avec un dessin de l’animal représentant
cette zone (avec en plus, si possible la couleur correspondante)
• Et enfin, l’élève ne marque pas des points, mais par exemple
gagne autant de gommettes de couleur que de points, qu’il peut
ensuite aller coller sur sa grille d’évaluation
c). Organisation du sens de rotation des groupes

L’organisation idéale est de diviser la classe en 6 groupes, car :

- cela permet de mettre un groupe par atelier.


- cela permet d’avoir des groupes à effectif réduit, ce qi favorise et
augment le temps d’activité des élèves.

Quand cela est possible, il convient également de constituer des


groupes dont l’effectif est un nombre pair, ce qui permet de constituer
des doublettes à l’intérieur de chaque groupe. Ainsi il y a bien à
chaque fois un pratiquant et un observateur (qui remplit la grille
d’observation).
6 groupes : A, B, C, D, E et F
Chaque séance de 1heure, est divisée en 3 créneaux de 20 min

A B C D E F
Lancer Saut en Course Lancer Saut en
Créneau 1 Sprint
lourd longueur de haies léger hauteur
Saut en Lancer Saut en Course Lancer
Séance 1 Créneau 2 Sprint
longueur lourd hauteur de haies léger
Lancer Saut en Lancer Saut en Course
Créneau 3 Sprint
lourd longueur léger hauteur de haies

Course Lancer Saut en Lancer Saut en


Créneau 1 Sprint
de haies léger hauteur lourd longueur
Saut en Course Lancer Saut en Lancer
Séance 2 Créneau 2 Sprint
hauteur de haies léger longueur lourd
Lancer Saut en Course Lancer Saut en
Créneau 3 Sprint
léger hauteur de haies lourd longueur

Bien sûr, en fonction des effectifs, si vous ne pouvez constituer que 4,


ou 5 groupes, cela sous-entend qu’il y aura à chaque créneau un, voire
deux, ateliers inoccupés.
d). Sens de rotation des groupes

SPRINT LANCER
LOURD

SAUT EN
LONGUEUR

COURSE LANCER
DE HAIES LEGER

SAUT EN
HAUTEUR
La difficulté première avec ce genre d’organisation, est
la mise en place des ateliers.

C’est pourquoi, il ne faut pas hésiter à « perdre » du


temps lors de la première séance, pour expliquer
comment doit être organisé chaque atelier.

La première séance doit également servir à l’étalonnage


des ateliers. Et donc à la fin, avant de ranger le
matériel, il est judicieux de mesurer chaque zone avec
une corde (ou quelque chose de similaire), et d’y faire
des nœuds (ou des marques) qui symboliseront le début
de chaque zone. Ceci évitera d’avoir à les mesurer au
début de chaque séance. Et le gain de temps en sera
considérable.

Les fiches-images des différents ateliers, sont à utiliser


lors de la mise en place du projet athlétisme avec une
classe de cycle 1.

Chaque image est à imprimer en format A4 voire A3,


pour afficher au début de chaque zone.

De cette manière, l’élève qui vient par exemple de faire


un lancer léger, voit directement s’il a un niveau
« sauterelle », « lapin » ou « kangourou ». La
performance est directement « visible ».
16. ANNEXES
FOURMI POULE

PONEY CHEVAL

AUTRUCHE GUEPARD
PUCE SAUTERELLE

GRENOUILLE LAPIN

GAZELLE KANGOUROU
PLUME VOLANT

BALLON FLECHE

FUSEE ETOILE FILANTE