Vous êtes sur la page 1sur 52

Ecole Inter-Etats des Techniciens

Supkrieurs de I’liydroulique et de
I’Equipement Rural.

Département ‘. ,
” Alimentation en Eau
et Assainissement ”

t
.,<, :‘”

Moussa OUEDRAOGO Mise ~9jour Octobre 1999


2

AVANT PROPOS

Objectifs du module

L’étudiant devra, à l’issue de ce module être capable de:

calculer, suite à la demande d’un client potentiel, un devis de branchement d’eau potable
à partir d’un rkseau de distribution

organiser l’exécution des travaux du branchement dimensionné.

de calibrer le réseau d’évacuation ext&-ieur

de donner les consignes de réalisation

de réceptionner des travaux de canalisation de bâtiment


3

TABLE DES MATIÈRES pages

A - LE BRANCHEMENT D’EAU 4

1 - INTRODUCTION 4
I. 1 - Principales parties d’un branchement 4.
1.2 - Charges du branchement 4
I .3 - Principaux types de branchement 4

II - DIMMENSIONNEMENT 5
11.1 - Elements du réseau 5
II.2 - Eléments du domaine a desservir 5
II.3 - Base générale de calcul des branchements 6
II.3.1 - Valeurs à considérer dans les calculs 6
II.3.1.1 - la pression disponible dans le réseau 6
11.3.1.2 - les débits spécifiques 7
11.3.2 - Calcul d’un branchement basé sur les pertes de charge 7
(1.3.2.1 - Débit probable instantané de pointe 7
11.3.2.2 - Compteur : calibre et perte de charge induite a
11.3.2.3 - Canalisation - guide 10
17.3.2.4 - Pression de service 12
Il.4 - Exercices 15

III - EXÉCUTION 16
III.1 - outillage - consommables 16
111.1,l - Outillage 16
lTI.1.2 - Consommables 18
1II.2 - les pièces hydrauliques 19
111.2.1 - La prise 19
111.2.2- La canalisation 21
111.23 - Le comptage 22
111.2.4 - Le puisage 23

B - EVACUATIONS INTERIEURES ET COLLECTEURS D’EAUX PLUVIALES 24

1. - DIMENSIONNEMENT 24
1.1 - Raccordement des appareils 24
1.2 - Les canalisations intérieures à faible pente 25
1.3 - Ventilations des conduites 26
1.31 - Ventilation prlmaire 27
1.32 - Ventilation secondaire 27
1.4 - Les collecteurs d’eaux pluviales 30
1.4.1 - Les gouttiéres 30
1.4.2 - Les chutes d’eaux pluviales 30

II - POSE : CAS DU PVC 32


Il. 1 - La dilatation et le retrait du PVC 32
Il.2 - Les caractéristiques du PVC 33
II.3 - Les conditions de pose 33
11.3.1 - La fixation 33
11.3.2 - La traversée des parois 35
113.3 - La pose en encastré 38
11.4 - Le façonnage 36

III -ANNEXES 37

E T S.H E R. ” Alimenfefion ert Eau et Assehissement Hydreuligue du bhnenf . (Hydrobat) omk - Ocfobre 1999
4
A - LE BRANCHEMENT D’EAU

1- INTRODUCTION

D’une façon générale, l’ossature d’un réseau d’eau d’une agglomération peut se décomposer en
deux parties essentielles:

a les conduites principales qui suivent les voies publiques, Elles sont financées et posées par le servicedes
eaux Cette partie est couramment appelée réseau de distribution et les diamètres résultent du
dimensionnement Classique( 0 2 63 mm )

l les canalisations aboutissant dans les propriétés privées en vue de satisfaire leurs besoins par
l’intermédiaire d’appareils sanitaires ou de robinets de cours. Ces canalisations et leurs accessoires,
constituent le branchement. Son diamètre limite est celui de la conduite principale.

Le branchement est donc le raccordement des installations sanitaires actuelles ou avenir d’un
domaine privé à un réseau d’eau public existant,

1.1 - Principales parties d’un branchement

Du réseau d’eau au point de consommation, les points caractéristiques d’un branchement se


présentent comme suit:

1, La prise: point de raccordement de la conduite du branchement à celle du réseau.

2. La conduite du branchement: chemin de l’eau pour accéder au domaine privé.

3. Le compteur: témoin du gérant , il totalise les volumes d’eau qui serviront à la facturation. II doit
répondre à l’attente des deux parties.

4. Le puisage regroupe tous les points de consommation d’eau dans l’enceinte du domaine privé.

1.2 I Charge du branchement.

Des interventions sur le branchement , le compteur constitue un point de partage des responsabilités:

- la partie amont ( compteur compris ), relève du service des eaux. Informé sur toutes anomalies
de fonctionnement, il se doit d’intervenir dans les meilleurs délais afin de limiter les pertes et -
sauvegarder son image de marque.

- l’aval incombe au consommateur qui se doit de veiller au bon fonctionnement de ses


installations, II doit aussi veiller à la protection du compteur contre d’éventuels bris, rupture du plomb
( de ce fait,
il est en général posé dans sa propriété, dans une niche murale ou dans un regard ). II informera le
service des eaux de tout dysfonctionnement constaté.

E J S H.E R ” Alimentation en Eau et Assainissemenl - Hydraulique du bBfimenf - (Hydrobaf ) omk - Octobre 1999
5
1.3 Principaux types de branchements
l

Classés en fonction du diamétre de la canalisation, il se dégage deux principaux types:

e le branchement particulier ou branchement courant avec 0 < 60 mm pour les petits


consommateurs. S’il n’existe pas de conduite dans la voie, une extension de réseau( parfois A la’
charge du demandeur ) est nécessaire.

le gros branchement (0 160 mm ) pour les écoles, l’administration, les industries, les établissements
sanitaires... La partie de conduite de ce branchement dans la voie publique est considérée habituellement
comme extension du réseau public.

II - DIMENSIONNEMENT

II est de l’intérêt du gérant de déterminer les caractéristiques des branchements:


- un diamêtre trop petit rendra un mauvais service à l’abonné
- trop gros, il entraînera des frais d’amortissement disproportionnés avec les quantités d’eau délivrées et
pourrait même limiter le nombre d’abonnés.

Par ailleurs, le compteur est un appareil délicat qui ne compte bien que si son calibre correspond au
débit à transiter.

Les caractéristiques d’un branchement dépendent de deux sortes d’éléments:

ri.1 - Eléments du réseau.

II faut avoir une bonne connaissance du réseau:

l les canalisations:
matériau constitutif, les diamêtres, les positions et les états des tuyaux, la disposition de la
robinetterie.
1 les pressions:
les pressions disponibles sur un réseau dépendent des lieux où ont été effectuées les mesures, de
l’heure, du jour et de la saison. Des cartes de pressions minimales, moyennes et maximales peuvent
être établies et tenues à jour.

11.2- Eléments du domaine d desservir

II faut tenir compte de l’immeuble:

c son importance: nombre de robinets de diverses natures à alimenter.

Une enquête auprés du client est nécessaire pour déterminer ces éléments. En fonction du statut du
domaine à alimenter, le fonctionnement des robinets pourra être simultané ou non.

Dans certains cas l’application d’un coefficient de simultanéité permettra de déterminer le débit instantané
de pointe probable.

E T S.H.E R . ‘Alimentalion en Eau et Assainissemenf - Hydraulique du b8timenf (Hydrobat) omk - Ocfobre 7999
6
l sa nature: à rez-de-chaussée ou a niveaux.

Le cas des immeubles a étages sera particuliérement étudié et l’enquête permettra de savoir si:
- l’alimentation doit se faire directement à partir du réseau
- l’installation comporte un surpresseur avec une bâche
- le surpresseur peut être by-passé ou pas.

Le client devra savoir que le cahier des charges n’impose pas d’alimenter directement tous les
étages à partir du réseau: Au-delà d’un certain nombre d’étages, un surpresseur à sa charge est nécessaire.

l Sa position par rapport au réseau et au compteur.

II faudra notamment mettre le client en garde contre les conséquences de l’adoption d’un trop petit
calibre de la conduite reliant le compteur à l’immeuble.

Pour les branchements courts, la dénivelée entre le réseau et l’immeuble n’aura en général pas
d’importance; par contre pour les longs branchements, elle peut avoir une valeur non négligeable.

l Ses extensions possibles

Certains immeubles et notamment les groupes scolaires, les formations sanitaires, les usines, les
immeubles collectifs, les cités sont réalisés par tranches. II faut donc étudier ces extensions et rechercher le
mode d’alimentation optimal.

rr.3 - BASE GENERALE DE CALCUL DES BRANCHEMENTS.

Connaissant la pression P dans la distribution publique , déterminer les diamétres des tuyaux pour
qu’aprés déduction de toutes les pertes de charge qui se produisent sur leur longueur, la pression résiduelle
p, subsistant au raccord de tout robinet ou appareil soit au moins égale au minimum ’ S a nécessaire pour
assurer son débit normal.

Les diamétres des canalisations doivent satisfaire aux conditions suivantes :


- Assurer l’alimentation de tous les robinets avec un débit et une pression permettant leur utilisation
normale.
- Faire circuler l’eau à des vitesses (v) convenables, suffisamment faibles pour réduire les bruits sans
toutefois permettre la formation de dépôts,

0.5 mls 5 v 2 2.00 mis

11.3.1- Valeurs ci considérer dans les calculs.

11.3.1.1- Pression disponible dans le réseau.

Les règles de calcul à utiliser pour le dimensionnement des installations précisent:


Le branchement et le réseau de canalisations intérieures ont une section suffisante pour que la
hauteur piézométrique de l’eau au point le plus élevé ou le plus éloigné de l’immeuble soit encore d’au
moins trois métres à l’heure de pointe de consommation.
Mais afin de limiter les coûts des branchements, les calculs seront faits sur la base des pressions
moyennes disponibles en tenant compte des évolutions possibles.
Elle sera déterminée expérimentalement en fonction des cartes de pressions établies.

E T S H E. R - ” A/imenlafion en Eau ef Assainissemenf - Hydraulique du b#irnenf - (Hydrobaf ) omk - Octobre 1999


7
r1.3.1.2 - D;ébit probable instantané de pointe(Qp)

Tableau 1 - Débits spécifiques(Qs) des appareils ( Ils ):eau froide

,D&fgnation de appareils QS(~) Désignation de appareils Qs(l/s)


Evier / Timbie d’office 0,20 W-C. avec réservoir de chasse 0,12
Lavabo individuel(simple) 0,20 W-C avec robinet de chasse 1.50
Lavabo collectif( par robinet) 0,05 Urinoir avec robinet individuel 0.15
Lave mains 0.10 Urinoir avec robinet de chasse individuel 0.15
Douche 0,20 Urinoir avec réservoir de chasse 0,005
Baignoire 0,33 Urinoir A action siphonique 0.50
Bidet 0,20 Poste d’eau à robinet 112 0,33
Machineà laver la vaisselle 0.10 Posted’eau à robinet 3/4 0,42
Machineà laver le linge 0.20 Robinet d’arrosage 0,40
1
Bac à laver domestique 0,33 Robinet de puisage de garage 0.30
Les lavabos collecfifs ef urinoirs ne sont généralement utilisés que dans /es collectivités

N.B.: les débits spécifiques ci - dessus inscrits sont assurés pour une pression’résiduelle de 3 m sur les
appareils

11.3.2- Calcul d’un branchement basé sur les pertes de charge

Dans l’ordre, il faut déterminer :

11.3.2 1 - Les débits probables instantanés de pointe

Sur les distributions d’eau intérieures aux bâtiments, se greffent des appareils de robinetterie , comptage,
régulation etc., en nombre variable et souvent important.
Ainsi, on peut trouver des appareils dont le rôle distinct permet de les classer en trois groupes principaux :
- appareils ayant une action sur le débit : robinet d’arrêt , de vidange, de puisage.
- appareils ayant une action sur la pression : anti - bélier, réducteur, surpresseur.
- appareils de comptage : compteur, général, compteur divisionnaire.

l coefficient de simultanéité (k)

La consommation en eau d’un immeuble varie avec les activités de ses occupants tout au long de la journée.
La valeur de la pointe Qp correspond rarement à l’ouverture simultanée de tous les robinets. Cependant on
peut prendre comme pointe le produit des Xq par un coefficient k , inférieur à l’unité et dénommé
coefficient de simultanéité.

La simulfanéifé en fonction du nombre de robinets

Dans le calcul de k, la norme fait seulement intervenir le nombre n de robinets installés ou prévus ‘--
sans tenir compte de leur débits respectifs.

k = -& dans laquelle : n = nombre de robinets

E i S H E R - A/ime/~lafior~ en Eau et Assamssemenl - Hydraulique du bMr?lenf (Hydrobaf ) ornk - Ocfobre 1999


0
_,_ ,<.
Remarques sur le coefficient de simultanéité

1. La détermination du débit de pointe d’un immeuble par utilisation du coefficient de simulfanM6 ne peut
s’appliquer aux établissements dans lesquels l’activité des occupants est strictement réglée de telle sorte
que tous aient au même instant, la même nature d’occupation. II en est ainsi dans les internafs scolaires,
/es casernes. les lavabos - douches d’usines.

2. Déterminer le branchement d’un établissement pour qu’il puisse transporter le débit Cq sous prbtexte
d’obtenir une sécurité absolue dans le fonctionnement, c’est toujours augmenter inutilement le coGtde
l’installation : le débIt de pointe Qp est toujours inférieur 4 la somme Zq du débit de fous les robinets,

3. Dans le calcul du coefficient de simultanéité, on peut mettre F!Ipart les robinets de chasse si l’on convient
de les alimenter par une canalisation spéciale. Pour le débit de pointe d’une telle canalisation, on
admettra le fonctionnement de :
1 robinet de chasse quand l’installation en comporte au plus 3
2 robinets de chasse quand l’installation en comporte de 4 à 12
3 robinets de chasse quand l’installation en comporte de 13 à 24
4 robinets de chasse quand l’installation en comporte plus de 24

4. Les hypothéses de simultanéité ” larges dans /a plupart des cas, peuvent se trouver en défaut dans
certains cas particuliers ‘Y
Les conqrés internationaux de plomberie ont limité sa valeur A 0.20 pour plus de sécurité : soit k 2 0.20

Le débit instantané de pointe est égal au produit : k x Cq = Qp

11.3.2.2- Le compteur : calibre et la perte de charge induite

D’une façon générale, il faut remarquer qu’un compteur de diamétre:


- trop grand entraînera une diminution importante des vitesses de l’eau qui le traverse: diminution
des précisions des enregistrements:
- trop petit, il sera traversé par des vitesses élevées pour lesquelles il n’a pas été conçu: usure rapide
et détérioration prématurée.

Les normes définissent en général :

- Qmrx (débit maximal) c’est le débit le plus élevé auquel le compteur doit pouvoir fonctionner sans
détérioration.

- Qn (débit nominal ) ce débit est égal à la moitié du débit maximal(QmaX),exprimé en métres cubes par
heure. II sert à désigner le compteur.
i
- Qmin(débit minimum) c’est le débit à partir duquel tout compteur doit respecter les erreurs maximales
tolérées entre (2% et 5%)

L’étendue légale des débits d’utilisation d’un compteur d’eau est limitée par le débit maximal (Qmax)et le débit
minimum (CI,,,).
Mais les critéres de coût et de bonne précision des volumes d’eau l’ayant traversé recommandent :

Qn = débit nominal du compteur


Qn c Qp < Qmax avec Qp = débit probable instantané de pointe calculé

E 7 S.f-1 E R Alirnenfafron eu Eau et Assamssemenf Hydraulique du bêfirnenf . (Hydrobaf J omk - Octobre 1999
9
Le choix s’effectue donc &Partir des abaques et des tableaux des constructeurs.
D’ap& les courbes de l’abaque du constructeur on cherchera le compteur capable de laisser passer
le débit probable instantané de pointe.

Sur le trajet d’une canalisation, le compteur constitue une perte de charge qui s ajoute A celles de
l’installation.
,: 1.
On positionnera donc le débit probable instantané sur l’axe des debits de l’abaque. aiin de recouper
a la verticale la courbe de compteur approprié et lire a l’intersection de l’horizontale avec Faxe des ordonnées
la valeur de pertes de charges correspondante.( on optera pour le compteur immédiatement supérieur dans
les zones de basses pressions du réseau ).

Fig.1 - Compteurs de marque “ Sappel “, diamétre 15 mm

Volumétrique à entraînement de vitesse, à turbine, monojet de wtesse.a turbine,


magnétique jets multiples.a cadian sec.

Fig.2 - Abaque de pertes de charge de compteurs Exemple de choix d’un


à turbine, jets multiples de marque ” Aqua - métro ” compteur ” SOCAM501JM 40

Pertes de charge
Courbe de Perte de Pression
l 1
0: I / / It II I
I !
I)m 0.5
&
aL
u 0.’
+s 0.05
F
a”
901
Débit m’/h l
ORbit en m3/h

La vérification du choix se poursuit après l’installation par le suivi du débit mensuel du compteur qui
doit rester inférieur à une certaine valeur donnée par le constructeur.

E T S H 5 ,? Alimentafion en Eau el Assarnrssernertt Hydraohque du b&menl . (Hydrobal) omk Ocçre !!Y9


10
Tableau 2 - Debits caractéristiqu& de compteurs à turbine de marque VINCENT & Frères

Diamétre des orifices des compteurs ( 15 L!b 25 30


mm) l
i
Capacité de passage sous perte de
charge de 10 m /calibre du compteur / 3 5 7 10 20
Qmax ( m3/ h ),

Débit nominal ( Qn ) ( m31h ) 13 i2,5 , 3,5 5


1

Dimensions des douilles ( mm ) 15x21 20x27 26x34 33x42 40x49

Débits admissibles: ( I / s ) 0,8 14 189 Z8 56 a


(.m3/ mois) 90 i/ 50 270 420 2000

11.3.23 - La canalisation - guide

11.3.23.1 - Délimitation

Designons par H’ la hauteur au dessus de l’axe de la conduite publique du niveau de sujétion de cet
appareil(niveau de l’appareil augmenté de la hauteur” S ” ),

La canalisation - guide comprendra d’une façon générale :


a) - le branchement de l’immeuble ;
b) - la colonne montante (ou l’une d’entre elles ) ;
C) - le branchement alimentant le robinet ou l’appareil visé plus haut.

Nous désignerons par :


- extrémité amont de la canalisation , son origine sur la conduite publique ;
- exfrémité aval, le point le plus éloigné de cette conduite.

11.3.2- Détermination de la p.d.c. admissible sur la conduite l guide

Calculer l’excédent de P sur la hauteur H , augmentée de la perte de charge Ct due à la traversée


du compteur, puis diviser cet excédent par 1.15, pour tenir compte des pertes de charge singulières , ainsi
évaluées a 15% des pertes de charge linéaires.

P - ( /r+c ‘I)
Pu,- -- ,., -;:/:, avec / = longueur de la canalisation

F T S H E R - Alimerlfation en Ear/ et Assamssemenl - Hydraulique du b8iment - (Hydrobaf j omk - Octobre 1999


11

~3.2 3.3 - Diviser la canalisation - guide en tronçons


l

Les extrémités coïncideront avec les repiquages des canalisations secondaires.

11.3.23.4 - Détermination des diamètres adaptés

Chercher au moyen d’un abaque , d’une table de perte de charge ou d’une formule appropriée, les diamétres
pour les lesquels, dans chaque tronçon, la perte de charge linéaire j présente une valeur inférieure ou
égale à pm.

Le diamétre réel ou diamétre nominal ( DN ) sera retenu dans la gamme de diamètres normalisés et
commercialisés avec DN 2 DTt,éo.

Tableau 3 - DN de canalisation en P.V.C.

extérieur en mm

Tableau 4 - DN de canalisations en polyéthvléne.

PE Basse Densité. Pression de service à 20” C ( Pression nominale )

4 bars 6 bars 10 bars


Poids métrique( Poids Poids
Diamétre (mm ) kg) Diamétre(mm) métrique(kg) Diamétre(mm) métrique(kg)

12116 0,082 10116 0,114


16120 0,106 15120 0,128 13120 0,169
21125 0,135 19125 0,193 16125 0,270
27 132 0,216 25 132 0,292 21 132 0,426
34 140 0,325 31140 0,467 26140 0,675
42 150 0,538 39 150 0,715 33 150 1,035
-
Nota: Dans les colonnes des diamétres le premier nombre correspond au diamétre intérieur, le second au
cliamétre extérieur.
-

E TS H ER Ahentation en Eau et Assainissernenl . Hydraulique du b~fimen~ (Hydrobat ) omk Octobre 1999


12

Tableau 5 - DN de canalisation en acier galvanisé

Ancienne
appellation pour
mémoire

15 - 21
20 - 27
26 - 34
33-42
40 - 49

( 1 ) Le diamètre intérieur ne figure pas dans la norme.


Les dimensions sont appro$matives.

~3.2 4 - La pression effective à la sortie du compteur ou à l’entrée des


appareils

Toutes les composantes du branchement étant déterminées, il sera intéressant de connaître la


pression attendue à la sortie du compteur ou des appareils à alimenter. Elle s’obtiendra en reprenant les
calculs avec les éléments définis en 11.3.23

La note de calcul se présente habituellement résumée en deux tableaux :

- détermination des débits

calcul des pressions avec :

- la pression PA, à l’origine amont du tronçon

- les éléments de calcul des pertes de charge et leur somme j

- la pression PB, à l’extrémité aval du tronçon: PB = PA - j

(Voir tableaux de calculs paqes suivantes )

E. J S H E R AlimerMm en Eau et Assarmssernerd- Hydrauliquedu b8fimerd - (Hydrobaf ) omk - Ocfobre 1999


TABLEAUX DE CALCULS

Tableau 6 - Calcul d e s débits (tenant compte du nombre de robinets seulement)

Coefficient de 1 Débit probable 1

't
Tronçons Désignation des simultanéité instantané de pointe Observalions
appareils a alimenter
k =(n-1)"-0
5 (Ik)
14

-
Tableau 7 Calcul des diamétres et des Dressions

Tronçons Pressions aux extrémités


Diamètres Vitesses Longueur Pertes de charge des tronçons
du tronçon
Observations
J J singulières Compteur et \Z
(mm) (m) (mW im) (m)
EXERCICE N”I

Soit la distribution en acier galvanisé schématisée $Ila figure ci-dessous : la pressionminimale4


l’origine du branchement étant de 30 m, dimensionner le réseau intérieur et le branchement sachantque
les niveaux sont identiquement équipés,

Fig.3

Rob,net _ mnne, crrêt génkrC(

EXERCICE N”2.

A - Dans une rue oti la pression moyenne est de 20 m sur une conduite DN 160 mm, on doit brancher
une maison comportant un évier, deux lavabos, deux bidets avec eau froide et eau chaude, deux douches,
une baignoire, deux W-C. et un robinet de jardin, Le compteur doit être installé à une distance horizontale
de 25 m de la conduite. La maison se trouve à 40 m du compteur et une pression de 10 m sur les
appareils de l’utilisateur est suffisante.
Les cotes T.N. au droit de la prise et du raccordement des appareils sanitaires sont respectivement de:
301.75m et 300.50m.

B - II s’agit de brancher un immeuble à étages à usage de bureaux comportant des blocs sanitaires, une
infirmerie et un bar.
Le nombre d’appareils à alimenter se repartit ainsi: 19 lavabos à un robinet, 24 W-C., 20 urinoirs avec
robinets individuels, 2 éviers a 2 robinets, 1 évier à 1 robinet, une douche et 4 robinets de cour.

L’immeuble est équipé d’un surpresseur avec une bàche de reprise.

, Le compteur se trouve à 15 m de la conduite et à 4 m de la bâche. Celle-ci se trouve à 2 m au dessus du


niveau du sol et alimenté par surverse.

La pression moyenne disponible sur le réseau est de 15 m et une charge de 8 m suffit pour remplir la
bâche.
,’ -4

,: ::
r
Cas du branchement collectif,
Dans cette situation , deux cas de figure peuvent se présenter:

0 Un branchement existantpeut supporter un ou plusieurs autres en amont ou en aval du domaine desservi.

L’etude de l’impact ou de l’incidence des branchements ultérieurs sur le fonctionnement du premier s’impose,
Cette étude se limite à la vérification de la pression résiduelle devant nécessaire au bon fonctionnement des appareils
La vérification passera par la procédure suivante.
- Etablissement du schéma du nouveau systéme
- Identification du tronçon commun
- Calcul du nouveau débit probable instantané de pointe ( a,,,,) considérant toutes les installations aval du de ce
tronçon comme un ensemble ( un unité ) à m points de puisage engendrant un débit brut Qbm avec un
coefficient de simultanéité K, ;( 1 )
- Calcul de la nouvelle perte de charge sur le tronçon commun connaissant CI,,,,,(0 et sa longueur.
- Calcul de la perte de charge totale sur l’ancien branchement
.- Calcul de la nouvelle pression résiduelle effective Pe sur les installations;
- Comparaison de P, et les conditions de pression requises pour un bon fonctionnement des installations:
-- Si P, est acceptable , alors le raccordement est possible tenant compte de la pression à la prise ;
- Si P, est faible alors
3 remplacer le compteur existant par un autre plus plus grand tout en respectant ses conditions
de bon fonctionnement
3 remplacer le tronçon commun par une canalisation plus importante
3 Rejoindre la conduite principale de reseau d’eau la plus proche

A B C D E F G H l

(Jo.. _. . -,-

A i B C D E F G
-.- .L-- .-.. -. _~.i- _-.- ~~-..--.---.--- -_~ - -.~ --+-.--p- /

,.....,........,.,.,..,.,......,..,..,,,........................~....,............. ; ..... .. ....


0
1 2 3

Le principe de dimensionnement des branchements individuels demeure.


Les tronçons communs sont calibres en considérant l’ensemble des installations à leur aval comme une unité exigeant un J
,1 débit probable instantané de pointe donné.

Rappel : k 2 0.20

Exemple du principe :
# Q,,R , QP~ , Q,,H serviront à calibrer respectivement les tronçons B - 2 , E - 3 et H - 3

Q,EH déterminera le tronçon 3 - 2 et Qp~,~~ donnera le diamètre du tronçon 2 - 1

La contrainte principale de calcul des débits est Q~HEB > Q~EH > ( Qm , QDE VQ~H
)

Légende : QVrII = débit probable instantané de pointe engendré par l’ensemble des installations en E et H # Qp~ + Qp~
16

La réalisation d’un branchement sur le terrain nécessite la connaissance des tuyaux, raccords,
rabinetteries composant chaque partie et leur mode d’assemblage. Pour cela, il est indispensable de
maîtriser l’importance et le role des pièces et de disposer d’outillage adéquat.

Nous nous limiterons a l’exécution de branchement particulier (0 < 60 mm ); le gros branchement


entrant dans le cadre d’exécution ou d’extension de réseau,

I I I .1 - Outillage - Consommables

I1l.l.l. - Outillage

mesure
- mètre: pour mesure des dimensions de tranchées, des longueurs de branchement et des
morceaux de tuyaux.

coupe
- scie à métaux: utilisable pour tubes plastiques ( P.V.C. ou PE )
- coupe - tubes: recommandé pour tubes métalliques pouvant subir des travaux complémentaires
(filetage, soudure, ajustage ...) pour des diamètres généralement au plus égaux à 60 mm.
Fia.5
. . .-
Coupe - tubes fer de 33142 Coupe - tubes fer de 50160

Redressage
- dresse - tubes: pour tubes métalliques avec 0 I 60 mm.

ETSIIC.? 4hmenlation en Eau ef Assaimssemenf - Hydraulique du bdtimenl (Hydrcbal I omk - Octobre 1999
Changement de direction

cintreuse: pour tubes métalliques pouvant subir un certain rayon de courbure sans rupture (acier,
acier galvanisé...) pour 0 5 60 mm.
Fia.7 Y

Cintreuse hydraulique Cintreuse hydraulique Cintreuse hydraulique


mono 0 40149 38 à 2 pouces HR.60

Serrage

- clefs serre - tubes à lanière ou à chaîne ( réversibles, grippantes ou irréversibles ) pour


tuyaux à 0 5 2 “,
Fig.8
Clef à lanière 370 mm Clef à chaîne irréversible 1 Pouce Clef gripping réversible
(2 Pouces)

E T S H L ,?. . Alimenlahon en Eau ef Assamssemenl - Hydreulique du bdlmenf . (Hydrobaf I omk - Octobre 1999
- clefs genre stillson .Tubar .à griffes
Fia.9
e
Clef a chaîne Stillson Clef à tube TUBAR alu. Clé à tube viragrip - Clé à tube suédoise du
N” 10 à 36 N” 14à24 N” 10 à 36 15121 à50160

- cles.dIverses pour boulonnenes et écrous.

Filetage

- filières gaz et accessoires pour 0 5 60 mm.

Fig.10

111.1.2.- Consommables pour:

l ouven’ure de tranchée:- pioches, pelles, machettes, haches .,

l faciliter le filetage ou la coupe:- huile de coupe.

l joint d’étanchéité.
- colle et décapant ;
- Téflon; filasse et Gebajoint ;
- pate lubrifiante.

E. T S H E R . Alimenta~m eu Eau ef Assamssemenf Hydraulique du b.%imenl (Hydrobal I ornk Octobre 1999


19

ftI.2, Les pkes hydrauliques.

lI1.2.1.-. La prise

Selon les matériaux et les calibres des conduites du réseau et du branchement, la prise peut étre
réalisée en charge (le réseau sous pression ) ou a vide (réseau isolé ).

En général, il est posé:

111.2.1.1- sur la conduite du réseau:


l un collier de prise en charge. II ceinture la conduite. comporte un trou taraudé
permettant le montage d’un robinet de prise en charge. d’un tube acier galvanisé, d’un
embout fileté en P.V.C. ou P.E, ou d’une lunette pour un tuyau en plomb.
II faut prévoir un joint dit de sécurité pour assurer l’étanchéité de l’ensemble collier - conduite
maîtresse, surtout au niveau du perçage.

Fig.1 1 - Collier en acier forgé avec joint intégré pour adduction

Pour tuyaux PVC Pour tuyaux fonte , acier,


de DN 63 a 350 mm éternit de DN 60 a 1200 mm

6 un Té quand dans la gamme de canalisations (réseau ou branchement ), si le collier ou


le robinet de prise n’est pas disponible.

HI.2.1.2 - sur celle du branchement:

l un robinet de prise en charge, comportant un bout fileté et un autre avec bride. II se


monte directement sur le collier, la conduite principale étant en charge.

Fig.12

g r S.H E R. . ” A/jmentation en Eau et AssainIssement - Hydraulique du bdlimenf (Hydro6al) oh


Octobre 1999
20
l un robinet d’arrêt ou une vannette de branchement: généralement équipés de brides
aux extrémités, leur pose après un Té ou à quelque distance du collier nécessite une
interruption du service d’eau sur le tronçon.

N.B.: - Les colliers à poser sur conduites P.V.C. sont fabriqués pour des diamètres au moins
égaux a 50 mm

- Ceux à poser sur conduites métalliques pour des DN 2 60 mm

- Les Tes existent en tout diamétre.

- Les robinets de prise en charge ou de prise à vide sont conçus pour 15 mm I DN I 40 mm.

- Les vannettes pour DN = 40 mm

E T S H E R - ’ Alimenfation en Eau et Assanissemenf . Hvdraulique du bdfimenf - (Hydrobal J omk . Octobre 1999


2: 21

Afin de permettre d’accédkr aux robinetteries en cas de nécessité, leur pose sera suivie de celle
de tabernacle, tube allonge, et bouche à clef ou de la construction d’un regard.

Tète de bouche ?Iclef


Fig.14

T&e de bouche A clef 4 !

B_
Chapeau d’ordonnance

,
Tube allonge w

Tige de manoeuvre

Tabernacle

111.2.2.- La canalisation

Les tuyaux, quelque soit leur nature, seront assemblées suivant les régies de l’art.

Tableau 8 - Choix des Équipement de prise / tube de réseau et de branchement

, NOTA: - Les colliers de prise en charge sont fabriqués pour des IN 2 60mm.
- Les robrrtets de prise en charge et de prise A vide le sonf pour des DN -c Nmm.

-c - 3--
- -- ? Alimentahon en Eau et Assarnissemenf . Hydraulique du bàliment (Hydrobat ) omk . Ocrobre f999
22

Tableau 9 Correspondance
l de diamètres.

N. B,: I a correspondance tient essentiellement compte de /‘alignement des diaméfres intétieurs

111.2.3.- Le comptage

Généralement d’un diamétre inférieur a celui de la canalisation du branchement, le compteur est


monté avec des réductions ou des cônes.
l Sa position par rapport au niveau du sol en fonction de sa taille et des contraintes du milieu,
Ainsi, il peut être:
- dans une niche murale,
- aérien dans un regard manipulable par un seul homme,
- enterré dans un regard à dalles légères.
Pour autoriser l’abonné à remplacer ses robinets sans recourir a tout instant au service des eaux,
il est posé avant et ou compteur un robinet. De préférence aprés, il est en laiton, a manette, a tournant
sphérique, avec ou sans purge.

Fig.15 - Robinets d’arrêt avant / après compteur

Robinet d’arret, tête à Double femelle avec


manette en laiton bouton de purge
matricé, double femelle

Entrée male sortie Robinet d’arrêt à


femelle
I I-
cit!!ir
tournant sphérique,
double femelle

111.2.4.- Le puisage

Les robinets sont des appareils permettant d’arrêter ou de régler l’écoulement de l’eau. Les
robinets de puisage sont raccordés aux canalisations soit par vissage dans un tuyau d’acier taraude soit
par un manchon ou un demi raccord démontable.
La conduite partant du compteur peut se terminer par:
- un robinet de cour seul: dans ce cas, afin d’éviter les multiples coudes, le tube galvanisé peut être cintré
sous forme de lyre ou en S
- un robinet de cour avec prévision de raccordement au réseau intérieur: le tube portera en sa partie
inférieure un Té muni d’un bouchon.
- les appareils sanitaires: à l’entrée du batiment des robinets d’arrêt supplémentaires seront installés.

E T S. H 5 .? Alimentabon en Eau ef Assamissement Hydraulique du b.#menl . (Hydrobal I omk Octobre 1999


23

fhg.18 l Robinets de puisage

Modèle droit a manette Modèle droit à cache-


entrée

ri
3boisseau sphérique,
. .. zr
nodèle droit tête A lé de manoeuvre
nanette
%

Tête droite à manette I manette quart de


sans brise jets Dur,tête inclinée avec
Irise-jet

IVACONCLUSION

Les travaux les plus simples sont ceux qui demandent le plus de soins.
Les branchements sont à l’origine d’un grand nombre de fuites, la plupart du temps, par défaut de
serrage des colliers de prise en charge ou en raison de l’utilisation de piéces de qualité insuffisante.

Fig 17 - Schéma d’un branchement: points de fuites.

Léqende : 0 = points de fuites potentielles


_Tube allon9t __Bouche i cl4

- mltnwl
-Embw mUe
pwr mbmtr w CU~PIWIY
- .--._

--Bouche I cld
. kr dt I’l~mtublt

_ compltur

~Mencknr pour pw

Collitr dt prtSt tn duf9t tl bagut de pml pou roblnrn ou complwrs

EÏSHEF? - Afimenfafion en Eau ef Assainissemenl Hydraulique du Miment . (Hydrobal) omk . Octobre 1999

.
tj-J’d~W~TIONS INTERIEURES ET D’EAUX PLUVIALES

L’kvacuation intkieure regroupe tous réseaux transportant les eaux du bâtiment vers l’extérieur.

Suivant les r&$ementation sanilaires, il est rappek que :


‘!. Le? eaux pluviales sont collectées et évacukes hors des immeubles dans des conduites indépendantes
‘. 1.w P~I IX rrl~naq~res ainsi C~!IF les ea~ux vnnnes sont kloignkes des habitations dans les conditions
rléfinies par les iristrrrctioris techniques des ministères concernés.
II Lorsque l’agglomération comporte un résew collectif d’assainissement et que la voie publique
cfessetvant l’immeuble y est reliée, le raccordement souterrain de toutes les canalisations évacuant des
ea~~x Mes et des rriatikres CIF!viclange f3t obligatoire.
p En I’absenw + ritseail collectif, les canalisations seront raccordaes à un systéme d’kpuration
aIttonome

Résearl ri l’intérieur des bâtiments.

Ce reseau comprend les éléments ci-après :

a) R/aMe/iJe/~l de chaque appareil d’utilisation

h) Collecte~~~ d’appareils, canalisation d’allure horizontale sur lesquelles se raccordent les branchements;

f:) Caiialisatioiis verticales faisant suite aux collecteurs


,,: les descentes d’eaux rnénagkres reçoivent les décharges d’éviers, lavabos. douches,
baignoires, bidets. Ilrinoirs;
\s les ctnltes desservent uniquement des WC
81 l-es chutes uniqltes assurent R la fois les fonctions de descentes et de chutes.

d) CMX,MKS ~wr~+ar/x, canalisations d’alllure horizontale recueillant les descentes et les chutes.

1 - DIMENSIONNEMENT

1.1 - Raccordement des appareils

Le diametre de branchement de viclange doit etre au moins égal CIcelui du siphon qu’il reçoit.
Le tahlearr ci-dessous indique les diamétres minima des siphons d’appareils sanitaires

rliam~tre intkrieur minimum du Debit de base


siphon (mm) -. -_--- ( 11s1
_ . ... -- .~_._-..- -.--..--.

Bidet, Bains de pieds 30 0.50


Lavabo 30 0.75
Evier, bac à laver, plonge ordinaire 40 0.75
Réceptacle ,7 douche 40 0.50
Baignoire 40 1.50
Ilfinoir 50 1 .oo
80 1 50
60
25

Tableau 11 - Chutes , descente, colonnes de ventilation secondaires


-
DIAMETRES
(mm)
NATURE ET NOMBRE N Chutes ou descentes
Colonne de
DES APPAREILS Sans Avec ventilation ventilation
ventilation secondaire secondaire
secondaire

.avabos ou bidets
N<3 50 50 20
4<Nc7 60 50 20
8<N<15 80 60 30
N>I5 90 80 40

iviers ou timbres
N<3 80 80 30
4<N<12 90 80 30
N>12 100 90 40

Baignoires
N<3 80 60 40
4<N<7 80 80 40
8<N<15 90 80 40
N>I5 100 90 50

1.C. à chasse directe


N<3 90 90 40
N>3 100 100 50

ppareils de toutes natures possédant sauf les WC


le ventilation secondaire et s’évacuant dans une
jute unique 100 -

lota : 017 adoptera, suivant le matériau employé, le diamètre nominal ou immédiafement supérieur ct celui
qui figure au tableau

En ce qui concerne les chutes il est donc bien entendu que les diamétres fixés par le tableau ci-dessus,
s’appliquent à celles collectant des W.C. siphonnés avec chasses de volumes supérieurs à six litres.

1.2 - Les canalisations intérieures à faible pente

Ce sont celles dont la pente ne dépasse 2% qu’en certains points singuliers.


Elles ont une allure horizontale et regroupent les branchements des appareils et les collecteurs.

E TSH E R Alimentslion en Eau et Assamnsen~enf Hydraulique du /Miment - (Hydrobal) omk Octobre 1999
26

1.2.1 - Les collecteurs

Ils assurent l’une ou l’autre des fonctions suivantes:


a) rassembler et rejeter dans les canalisations verticales, les évacuations d’appareils installés dans un
même étage ; ce sont les collecteurs d’appareils,
b) recueillir les effluents des descentes et des chutes a leurs pieds pour les diriger vers les branchements
d’égout ou vers le système d’assainissement autonome; ce sont /es collecteurs généraux.

Leur bon fonctionnement dépend:


- du tracé;
- du diamètre:
- de la pente;
- du débit maximal

1 - Tracé

2 Rechercher le tracé comportant le minimum de changement de direction


-j N’utiliser les coudes a 90” que pour des eaux ménagères ou pluviales circulant à la
vitesse minimale de lmls
3 Pour les autres cas, utiliser des courbes ou des coudes 1/8
3 effectuer les raccordements des canalisations sous des angles voisins de 45”
3 Prévoir des orifices de visites à l’amont des points ou les obstructions sont les plus probables ( coudes,
branchements )
z A la traversée des cloisons, murs, planchers, placer des fourreaux réservant un jeu suffisant.

2 - Diamètre

Lors du passage du maximum de débit dans un collecteur général, la canalisation doit être remplie:
__ a mi-hauteur, quand elle reçoit seulement les eaux ménageres et eaux vannes
- aux 740 de la hauteur, quand, parmi les éléments du débit, figurent les eaux pluviales

3 - Pente

La pente d’une canalisation d’évacuation doit assurer au passage du débit maximal, une vitesse d’eau
comprise entre 0.60 mis et 3 mis.
La valeur optimale avoisinant 1.50 mis.
Notons que,
-- plus le diamètre s’accroît, plus s’abaisse la valeur de la pente minimale admise
- toute canalisation transportant des eaux vannes doit présenter une pente minimale de 3%.

1.3 - Ventilation des conduites

Soit une masse d’eau d’un volume déterminé provenant par exemple du vidage d’un lavabo ou de
la chasse d’un W.C. dans une conduite verticale.
Pendant sa descente, elle prend soit la forme annulaire, un vide cylindrique subsistant alors dans
l’axe de la canalisation, soit celle d’un piston hydraulique remplissant complètement la section, souvent sur
plusieurs décimètres de longueur.
La forme annulaire s’obtient dans l’évacuation des débits relativement faibles branchement 30 OU
40 mm débouchant dans du 100 mm) , le bouchon hydraulique dans les canalisations recevant des
chasses les chutes quand leur diamètres n’est pas trop fort comparativement aux débits.

E r S if E R Alimenfalion en Eau el Assairusseme/U Hydrauhque du Mment - (Hydrobal ) omk - Ocfobre 1999


27

La masse d’eau de forme annulaire remplace, dans la canalisation, un égal volume d’air, Son
mouvement exige donc que l’air puisse s’échapper.
Le piston hydraulique dans sa descente refoule l’air devant lui. La possibilité de descente du
piston reste donc subordonnée a celle de l’échappement de l’air par la base de la canalisation.
L’établissement de la ventilation apparaît donc indispensable au fonctionnement correct des ’
évacuations.

1.3.1 - Ventilation primaire

Etablir la ventilation primaire d’une chute ou d’une descente consiste A prolonger la canalisation
dans leur diamétre au-dessus des appareils desservis pour la faire déboucher hors toiture.
L’avantage principal offert par la ventilation primaire réside dans l’accélération du mouvement de
l’eau, d’où diminution des risques d’obstruction.
La ventilation primaires des chutes et des descentes d’eaux ménagéres présentent encore un
avantage hygiénique trés important ( ventilation de l’égout public ou de la fosse septique ).

1.3.2 - Ventilation secondaire

But du dispositif

Le siphon posé A la sortie de chaque appareil intercepte normalement la communication entre


I’atmosphére des locaux et l’air vicié des canalisations. II convient donc de combattre les causes
susceptibles de provoquer la disparition de la garde dont dépend l’efficacité du siphon:

a) Fuite à la partie inférieure du siphon

b) Evaporation de l’eau (longue période de non-occupation : un peu d’huile )

c) Refoulement ou aspiration de l’eau.

Le dispositif de ventilation secondaire s’oppose aux effets de la troisiéme cause.


Ce résultat s’obtient en reliant le branchement d’évacuation directement à l‘atmosphère par un
tube de faible diamètre. On raccorde le plus souvent par souci d’économie la ventilation secondaire à la
ventilation primaire des chutes,

Calibres

Les diamètres de colonne de ventilation secondaire résultent des indications du tableau


précédant. Celui d’un branchement de ventilation secondaire est égal à la moitié de celui du branchement _
d’évacuation qu’il dessert sans jamais dépasser toutefois 30 mm.

E TS H ER ” Ahenlation en Eau et AssainissemerH - Hydraulique du bMmenl - (Hydrobal ) omk - Octobre 1999


Fig.18 - Ventilation secondaire de l’évacuation d’un lavabo (dans un immeuble à étages)

fVOCIJOt;on , diomèhy
mmmm”m 30 mm.

Figl9 - Ventilation secondaire par l’amont du collecteur d’évacuation d’un groupe de W.C. ( bitlments
administratifs , établissements scolaires, etc.)

E. r S H E R. Alrmenfalion en Eau et Assainrssemenf Hydraulique du b81imenl . (Hydrobal) omk - Octobre 1999

. . _ .-_ _. .
29

Fig.20 - Chute unique entraînant une ventilation secondaire

1 1‘

‘, I
,’,, ,’ , ,, .‘,‘, /,
t

‘. *
&OU du Roccoruamu,
sur 10-2ize
% 7nop~olY~
le /dur i/evé.

- - --1J,

E r S H i? 2 . Alimenfafm en E’at~ef Assamssemenf HydraUbqlJe du bdbmenl (Hydrobsl) omk _ OCfObfa1999


30

1.4 . les collecteurs d’eaux pluviales

1.4.1 - Les gouttiéres

Définition

Sous le terme de “gouttières”, l’on désigne en général les dispositifs placés au bas des toitures g
versant dont le rôle est de collecter les eaux pluviales. C’est donc le début d’un réseau de collecte qui peut
aboutir selon la destination des eaux collecter à :
- un fossé, un caniveau ou un puits perdu d’ou elles rejoignent la nature ;
- un réseau d’assainissement lorsque la commune en est pourvue ;
.- une citerne ou un bac de grande contenance pour des besoins domestiques.

Types de gouttiére

Les gouttiéres se présentent sous deux formes:


- /a demi-ronde, ou semi-circulaire, de loin la plus courante
- /a corniche de section rectangulaire ou trapézoïdale.
De part leur forme et leur coloris , elles peuvent être à fonction également décorative

Capacité des gouttiéres

La capacité de recueil instantanée d’une gouttière est fonction de:


- la surface projetée du plan de toiture ,
- la pluviométrie (zone géographique où se situe la construction),
- du nombre de descentes sur façade dont la gouttière peut être munie ,
- la pente d’installation de la gouttière

1.4.2 - Calcul des chutes d’eaux pluviales.

Les débits d’eaux pluviales sont calculés sur la base de 311m2/ mn de précipitation.

Tableau 12 -
Surface de toiture Débit d’eau pluviale
en m2 en litre par seconde

50 2.5
100 5
150 7.5
200 10
300 15
400 20
500 25
--

La surface de toiture prise en compte étant toujours une surface en plan, les diamètres
d’évacuation des toitures inclinées ou des terrasses sont les mêmes à surfaces projetées égales

II est donné à titre indicatif dans le tableau ci-dessous quelques diamètres de tuyaux de descente.

E TSH& R AlirmVafim en Eau e! Assainissemef~f Hydraulique du bafimenl (Hydrobal) omk Ocfobre 1999
31

tableau 13 - quelques rhultats de calcul

Entrée d'eau avec moignon cylindrique Entrée d'eau avec moignon cylindrique

Surface en plan Diamétre minimal en Surface en plan


collectée en m* mm du tuyau collectée en m2
d'évacuation ou du
moignon

d (mm) h (mm)
28 60 40 60
38 70 55 70
50 80 71 80
64 90 91 90
79 100 113 100
95 110 136 110
113 120 161 120
133 130 190 130
154 140 220 140
177 150 253 150
201 160 287 160
227 170 324 170
254 180 363 180 a
284 190 406 190 '",
d
314 200 449 200 II
346 210 494 210 ti
380 220 543 220
415 230 593 230
452 240 646 240
490 250 700 250

E T S H.E.R ” Alimer~fation en Eau et Assainissement - Hydraulique du b#imenf - (Hydrobal) omk - Octobre 1999
32

II - POSE : CAS DU PVC

1I .1 - La dilatation et le retrait du PVC

Le PVC est un matériau dont le coefficient de dilatation et le retrait sont supérieurs à ceux des
matériaux traditionnels.
Cela n’est pas un défaut mais une caractéristique qui est propre au PVC, dont il faut tenir compte
dans l’installation de canalisations,
Par simple flexion, les tubes en PVC peuvent compenser de faibles dilatations ou retraits.

Pour eviter toute détérioration des canalisations, il est toutefois nécessaire, dans la plupart des
installations, de prévoir des systemes absorbant la dilatation des tubes et leur retrait.

Ces systémes sont des assemblages coulissants, connus des installateurs sous le vocable
courant de “manchon de dilatation a joint à I&re” ou encore de “joint de dilatation à Iévre”.

La disposition des joints de dilatation est variable suivant l’utilisation de la canalisation; elle est
precisée dans les paragraphes suivants:

Dans les longueurs prévues, il ne doit exister qu’un point fixe, constitué par un collier serré, un
encastrement ou un scellement ; les autres fixations doivent permettre le libre mouvement du tube.

Les tubes et raccords PVC trouvent dans les aménagements de bâtiments industriels et
d’habitation, diverses utilisations spécifiques tout à fait adaptées aux exigences techniques d’emploi.

La généralisation de l’emploi des tubes et des raccords PVC comme canalisations :


- d’évacuation des appareils sanitaires,
- de ventilation primaire et secondaire,
de descente des eaux ménagères,
- de descente des eaux vannes,
-’ de descente des eaux pluviales,
- de branchement aux égouts,
- de fourreaux de passage de murs,
ne permet plus de mettre en doute la complète reussite d’emploi de ce matériau.

Pour toutes ces applications, il est toutefois nécessaire :


- d’utiliser des matériaux de bonne qualité, bénéficiant de la marque de Qualité
- de respecter quelques régles essentielles de pose.

Les conduites doivent être fixées sur des support permettant leur démontage.
Les robinets d’arrêt, les clapets et tous les appareils spéciaux doivent être rendus aisément démontables
par des raccords ou des brides.

Les conduites autres que celles en fonte traversant les murs et les planchers doivent être
garanties par des fourreaux qui doivent dépasser légèrement les faces des murs et monter au-dessus des
planchers, au moins jusqu’à la iwteur de la plinthe avec un collet de fermeture en mastic.

Tout en recherchant les parcours les plus directs, il convient de veiller a ne percer un élément de
I’immecrble participant a sa résistance.

tJn bon tube et un bon raccord mal posés pourraient conduire à des échecs.
33

11.2- Caractéristiques du PVC

- Dilatation : 0.8 mm ! m pour un écart de température de 10°C


- Retrait : 1% environ dans le temps
- Température critique de ramollissement : 70°C
- 1.35 < densité 5 1.40
- Résistance au choc : 150 kgf / cm2
Exemple de marquage:
- Ecoulement : Untel - PVC - E - 40 - 32 ( couleur gris clair )
- Eaux pluviales : Untel - PVC - EP - 100 - 96.C ( couleur gris clair )

11.3- Conditions générales de pose

Tenant compte de la forte dilatation de la forte rétraction, il est nécessaire d’utiliser :


Des assemblages coulissants ( manchon de dilatation a bague de joint ou encore joints de dilatation i!r
lèvre ) des colliers de fixation non serrés à fond.

Etant donné qu’il est cependant nécessaire d’avoir des points fixes ( raccordement à un appareil
sanitaire, encastrement ou scellement, changement de direction etc....) la distance maximale adoptée
entre deux points fixes sera de :
- 3 m pour les vidanges individuelles ou collecteurs d’appareils ;
- 4 m pour les canalisations d’allure verticale ;
- 8 m pour les collecteurs généraux d’allure horizontale.
Pour les tuyaux d’évacuation d’eaux pluviales, les longueurs droites maximales entre deux joints
coulissants sont de 12 m. Dans ces longueurs il ne peut exister qu’un seul point fixe.

Afin de permettre le libre mouvement du tube, celui-ci ne doit pas être emboîté à fond dans le joint
de dilatation :
:I: si la profondeur d’emboîtement est repérée sur la face externe de I’emboîture, en reporter la
longueur, par une marque au crayon ou au feutre, sur l’extrémité du tube avant de l’emboîter
jusqu’à cette marque.
:I: si cette profondeur n’est repérée extérieurement, emboîter le tube à fond, y faire une marque
au crayon ou au crayon feutre et le ressortir de 2 cm

La difficulté d’interrompre l’utilisation des appareils desservis, impose des grandes précautions à
l’installation:
1. Emploi exclusif de matériau de valeur éprouvée ;
2. Adoption de tracés bien étudiés sans coudes brusques, ni parties sinueuses. Eviter de façon absolue
l’encastrement d’un joint dans l’épaisseur d’un mur ou d’un plancher.
3. Prévoir la possibilité de tassement des murs, Par la suite, rendre les canalisations verticales
indépendantes des toitures et des planchers au moyen de fourreaux réservant tout au tour un jeu
minimal de 3 mm.
4. Placer à l’amont des coudes, des raccords spéciaux offrant des orifices de dégorgement éventuels :
tuyaux de visite, Tés avec tampon hermétique.

11.3.1 - Fixation

Les colliers de fixation sont montés sans serrage à force pour permettre un léger glissement, sauf
dans le cas d’exécution de points fixes. Ils doivent supporter mais ne pas bloquer la canalisation, sauf
dans le cas d’exécution des points fixes.

F TSH E R Ahtenfalion en Eau ef AssainmemeW Hydraulique du bAliment - (Hydrobat 1 omk - Octobre 1999
34

Dans le batiment, l’espacement entre colliers est précisé dans le tableau suivant :
tableau14

Fig.21 - Colliers

collier plastiqt1e
11.3.1.1 - Canalisations d’allure verticale pour eaux usées:

II faut disposer un joint à chaque niveau, le sous-sol étant considéré comme un niveau.
Pour les descentes en gaine technique, un joint tous les 4m suffit, à condition qu’il ne se trouve
aucun branchement sur le parcours ; dans le cas contraire, il faut considérer chaque branchement comme
un point fixe.
Le joint de dilatation doit être placé à la partie supérieure du raccord recevant les eaux de l’étage.

11.3.1.2- Canalisations rectilignes d’allure horizontale pour eaux usées

II faut disposer un joint de dilatation tous les 8m pour les canalisations ne comportant aucun
branchement ( collecteurs de sous-sols par exemple ),
Un joint au minimum tous les 6m est nécessaire pour les autres cas ’ canalisations recevant un ou
plusieurs branchements ).

II.3.1.3 - Descentes des eaux pluviales extérieures

En canalisation extérieure, le seul coulissement du tube dans les emboîtements, qui ne doivent
pas être collés, suffit à compenser la dilatation et le retrait,
Les joints de descente d’eaux pluviales extérieures ne doivent pas être garnis de colle.
Le collier situé a mi-tube doit être lâche. Seul celui placé sous la tulipe doit être serré.

Fig.22 Joint libre

Collier serré

Collier Gche ô mi-tube

Colier serré

ETSHER Octobre 1999


35

lt.3.2 - Les traveisée de parois(planchers, cloisons, murs )

Est considérée comme traversée de paroi toute partie de canalisation rendue inaccessible sur une
longueur de moins de un métre. Tout assemblage est interdit dans une traversée de paroi a l’exception
des assemblage réalisés par collage.

11.3.2.1 - Descentes d’eaux usées intérieures

Chaque raccord doit comporter à sa partie supérieure un joint de dilatation pouvant être incorporée au
raccord lui-même.
Dans le cas d’évacuation de WC, la liaison entre l’appareil et la chute doit être souple ( un seul joint
fixe).
A cet effet on utilisera des piéces spéciales en PVC dites ” pipes” de WC , dont le joint caoutchouc
s’adapte à la tubulure de sortie

Fig - 23
raccords moulQ

11.3.2.2 - Descentes des eaux pluviales

Quel que son développement, le type de jonction adopté et le profil choisi, la gouttiére PVC
comporte :
+ au point haut , un fond collé sur l’élément courant
6 au point bas , une naissance d’extrémité assurant la fermeture de la gouttière et l’évacuation de
ses eaux
6 au milieu du parcours ( entre les deux extrémités )
0 des jonctions permettant la liaison collée ou à joint caoutchouc, entre deux éléments
courants
0 des naissances centrales disposées sur le parcours des lignes longues des gouttières,
et permettant d’évacuer l’eau de place en place,
4 sur toute la longueur de la gouttière:
0 des crochets de fixation qui maintiennent
::< la gouttiére elle - même ( cas le plus courant )
:k la naissance ou la jonction

En canalisation extérieure, le seul coulissement du tube dans les emboitements, qui ne doivent
pas etre collés, suffit à compenser la dilatation et le retrait.
E TSH E R Alrmer~fation en Eau et Assamssemenf Hydraulique du bdlirnenl (Hydrobaf ) omk - Ocfobre 1999
36

En canalisation intérieure, ies tubes doivent être collés avec un joint de dilatation tous les quatre
niveaux au minimum. Si elle doit être bloquée (dans la dalle de balcon. le plancher ou par un
branchement), il doit être prévu un joint de dilatation par niveau,
Pour les descentes placées en gaine technique les joints doivent être collés. Un joint de dilatation
doit être prévu tous les 12 métres et le collier situé sous ce joint serre
Dans l’un ou l’autre cas la descente peut traverser la dalle de balcon ou le plancher sous fourreau
de préférence et plus particulièrement dans les salles OUle sol doit ètre lavé fréquemment.

Fig. 24 - Pose et fixation des descentes d’eaux pluviales

Naissance ou Collier libre


moignon
non collé Assemblage coulissant

Point fixe

Assemblage Point fixe


par bague
d’étanchéité Collier libre
Descente extbrieure
Assemblage
coulissant(l 5 2m)
Point fixe Scellement
Fourreau

Assemblage coulissant
Collier libre
Point fixe
H>3m
Descente extérieure Descente Mrieure

11.3.3- Pose en encastré

On considére comme encastrée ou enrobée , toute partie de réseau d’une longueur supérieure à
un mètre noyée dans le gros œuvre et rendue de ce fait inaccessible
Dans ce cas , seul l’assemblage par collage est autorisé.

II.4 - Le façonnage

Aussi bien pour les conduites d’eaux pluviales que d’eaux usées, les opérations de façonnage OU
de formage ( notamment les cintrages ) des tubes en PVC, sont interdites quelque soit le procédé et aussi
bien sur chantier qu’en atelier.
Exception faite du formage des emboîtures, permis en atelier, bien entendu l’utilisation de
manchon du commerce reste préférable.

E r SHE ? .3/ime/lfaf~on en Eau et Assarnmemenf Hydraulique du bWneN (Hydrohaf j omk . Octobre 1999
37
Fig.1 - Quelques raccords P.V.C. pression à coller

Coude simple
4.5”. 90” FF
Coude taraudé,
90” -_.
FF
Té simple
-..-
W, 90”, FF
Té taraudé
90”. FF Croix 90”, FF

3 lfjp) B,@j (-@J

Courbe MF Bouchon a coller,


90”; 45”, 22”, 11” fileté ou taraudé. Té réduit FF Réduction simple MF Réduction double MI

ciyjj# [>

7éduction taraudée Manchon double


MF Manchon simple
-- FF Manchon mixte FF Mamelon fileté MM fileté FF

-.
@liiJ aJla!l
-.

Union 3 pièces à Traversée de


coller FF réservoir Embout filetè MF Embout taraudé MF Douille cannelée M

Gz9 @

Collet et Union mixte


contre collet F Joint plat et torique
- Bride pour collet Union 3 pièces mixte métal - PVC

M = Màle - F = Femelle - MM = Mâle, Màle - FF = Femelle, Femelle - MF = Male, Femelle


on à joint automatique

Iourbe Il”1 5,22”30, Manchon a butée,


L5”. 90” Té égal sans butée, mixte, Té réduit A 90” Té A bride 90”

Réduction simple MM Bride bout uni Joint caoutchouc


LES ACCESSOIRES
POUR LA FIXATION POUR L’ASSEMBLAGE

lips de fixation Décapant Colle Pinceau Lubrifiant


OUTILLAGE NECESSAIRE

Papier de verre fin ou toile


Scie a métaux Lime % ronde de 30 cm éméri Chiffon propre

M = Mâle F = Femelle - MM = Mâle, Mâle .. FF = Femelle, Femelle - MF = Mâle, Femelle


E i S H E2 Ahrner?la~ron FII Eau et Assamfssemeflf Hvdrauliqoe du Mmenl (Hydrobal ! ?rnk Oclcbre 1999
Caractéristiques de quelques compteurs d’eau

diamètre des orifices du compteur


MARQUE ”‘VINCENT & FREF

Calibre du compteur (dénomination AFNOR )


Dimensions des douilles de raccords mm
Sé CARACTERISTIQUES METROLOGIQUES
DIAMETRE NOMINAL
MARQUE ” SOCA” TYPE 410

ou en pouces anglais Débit nominal


Capacité de passage en m3B sous une perte
de pression de 10 m
Débits admissibles
1 bar 1 Qmax
Classe C
II
Débit maximal( pour une perte de pression de

--!--Il
passagérement VS 5.6 8 Débit minimal ( seuil d’exactitude : k5% ) 100
par mois m? 1000 2000 Débit de transitionl seuil d’exactitude + 2% I 150
Précisions ClasseE

---l--
-+ 5% de Ilh 75 95 160 1 190 11 ‘. ( seuil d’exactitude: & 5% )
Débtt minimal 200
à Ilh 180 250 400 1 450 11Débitde transition(seuil d’exactitude t 2% ) 800
-t 2 70 de Ilh 180 250 400 450 CARACTERISTIQUESDE FONCTIONNEhkNT
à Ilh 7 000 1 10000 20 000 30 000 DIAMETRENOMINAL mm 15 20 25 32 40
-.
Champde lecture Débitde démarrage Ilh 5 8 15 20 30
Pluspetitdébitlisible Ilh 1 1 1 ( 1 1 1 10 10 Totalisateur 1Portéemaximal f$ 10” 105 10” 10” 105
Plusgranddébitlisible I/h 10000 1 10000 1 10000 10000 I100000 100000 Pluspetitegraduation litre 0.2 0.2 0.2 0.2 0.2
Cotesd’encombrements‘) Pressionde service 1 har
111 linIV lin/” lin!” I+nIV I?n4”

Longueursansraccords(1) mm 170 1 190 1 260 ) 260 1 300 1 350 CARACTERISTIQUESDIMENSIO


l INNELLES
Longueuravecraccordsfiletés(L) mm 238 ) 260 1 340 I1 359 1 408 1 470 DIAMETRENOMIf\IAL mm 115 120 125 132 140
Longueuravecraccordslisses(L) mm
Filetagede la douilledu raccord(b)
( pasWhitworthp. tubesà gaz) pouces
Cote( d) du compteurà cadransubm mm
Cote( d) du compteurà cadransec mm
Cote (a) mm
Largeur6 mm
Masse
aveccadransubmergesansraccords kg
aveccadransec. sansraccords kg
lesraccordsseuls(la paire) ko
l ) : la longueursansraccordsest confourme
a la norme NF - E 17 - 001

ET3H.E.R - n Alimentation en Eau et Assain’ issement fl Hydrau@ue du biment - @@obat) - Omk - M fggg
Fig.3 - Symboles conventionnels et encombrements des différents appareils sanitaires
1
Baignoire mobile W C siège à l'anglaise

140
.35
165 l
50
a 1 bac, égouttoir et table chasse haute
Baignoire encastrée Evier ou Timbre W C siège a l'anglaise

50
u .
:
L- I - 50 20
165 4
. _ _ . 140
- __._ __._. I .

a 2 bacs, égouttoir et table chasse basse

I Baignoire fauteuil Lavabo W C siège à la turque

65
-15
L

/
1O0 . 50 , 55
Simple Double
Bac a laver / Douche

60
. .
55 50

Postes d'eau Siphon de sol

30

30
0 .
80 de face d'angle carré
- rond
Evier ou Timbre Urinoir Cuisinière Chaudière

1001
1 suivant cotes
1O0 50 C : charbon
simple bac double bac stalle murale

t- - Evier ou Timbre
Il O I il
15
Urinoir suspendu
G : gaz
E : électricité
Radiateurs

mural
suivant cotes

0
1O0
' 302
e à éléments

à ailettes
uuunn
m
a égouttoir attenant mural d'anale
E TSH E R - r( Alimentation PII Eau et Assamsserneiif - Hydraubgue du bdtirnent . (HydrohafJ - Oirik - Ocfobre f 999
42

Fig.4 - Quelques raccords P.V.C. “ évacuation ”

coude simple MF e
FF -22”30, &“, Coude avec bouchol n Coude double dans Coude double Coude a joint et à
67"30.87"30 - FF 87”30 le olan FF 87”30 d’équerre 87”30 coller 87”30
-

VF
\
4,, i
k3
/
\cffb
Yed de biche simple lied de biche doubk ? Flied de biche double
MF et FF 87”30 Pied de biche réduit dans le plan MF d’équerre MF 45”, Pied de biche avec
MF et FF 87”30 87030 67030,87~30 bouchon FF 87”30

‘é ou culotte simple
b
Culotte simple avec
0 0
-6 ou culotte double -é ou culotte double Système de chute
- MF ou FF 45”, JD - MF ou FF 45”, dans le plan MF j’équerre - MF 45”, unique - culotte et
67"30,87"30 67"30.87"30 459.67~30.87~30 67"30,87"30 tampon de réduction

Embranchement Embranchement
Embranchement d ouble dans le plan - double d’équerre -
simple - MF ou FF MF 45”. 67”30, MF 45”, 67”30, Selles de Réduction excentrée
45".67"30,87"30 87"30 87030 branchement - MF
+

iéduction incorporée Tampon de réduction Tampon et bouchon Réduction excentrée


MF Augmentation - FF

-,
--
- MF de visite - M - MF

0
Chapeau de
ventilation - F
M = Mâle
1-F @

Joint de dilatation
- MF
Manchon avec butée
- MF
- = Femelle - MM = Mâle, Mâle - FF = Fem
Cou/i;li;r&-jo;;et a 1 C&ui~$;;le;;;;

e, Femelle - MF = Mâle, Femelle


Fig.5 LES ACCESSOIRES “EVACUATION ”
l

Raccords en P.V.C. oour WC


----r

Pipe lisse longue MF Manchon de sortie


Pipe courte FF Pipe longue - FF MF Queue de carpe F
siphons sanitaires

1Siphon de machine 5 Receveur siphonné


siphon de lavabo 1 Siphon d’évier siphon de parcours 1laver vertical
:cessoires pour sol

2phon de sol, sortie Siphon de sol. sortie


iorizontale verticale Siohon de cour Grille de caniveaux Couoe - feu
Pour la fixation Pour l’assemblage

Collier à charnkre et
Zollier instantané boulon J(Jolle PVC Pinceau Décapant
OUTILLAGE NECESSAIRE

Papier de verre fin ou toile


Scie à métaux 1 Lime % ronde 30 cm éméri Chiffon propre

tvl = Mije - F = Femelle - MM = Mâle, Mâle - FF = Femelle, Femelle - MF = Mâle, Femelle

g j ,s H E ,? Afrrnentafm en E~IJ JI Assacnrssemerv Hydraulique du bawnenf (Hydrcbal ! wh . Octobre !999


44

Fig.6 - LES EVACUATEURS D’EAUX PLUVIALES EN PVC

LES GOUTTIERES
LES DEMI‘-RONDES LES CORNICHES
7 I

NAISSANCE CENTRALE A COLLER JONCTION NAISSANCE A COLLER JONCTION

NAISSANCE CENTRALE A 1JAISSANCE A DILATATIOh


DILATATION ANGLE ANGLE

CROCHET BANDEAU
BESACE DE DILATATION PLASTIQUE BESACE CROCHET

cc___ GAUCHE

ROCHET CHEVRON
FONDS IRIENTABLE FONDS :ROCHET BANDEAU

C,ROCHET
tOCHET COUVERTURE ONDULEE G ALVANISEBANDEAU
45

Fig.6 suite)
TUBES ET RACCORDS FE DESCENTE TUBES ET RACCORDS DE DESCENTE
I 100x 73 GRIS SABLE

L-J 20”
45”
67”3C COLLIER
87”X
COUDE BOITE A Eb” COUDE 45”

\
p
9BE 4 ml
TUBE 4 m.1.

P G==

CULOTTE b 6790 -
-

R
MANCHON
0

DAUPHIN

DAUPHIN

MANCHETTE de raccordement
MANCHETTE MF ILLIER SIMPLE J1F

r7
IBONNEAU

E T S H E .?
\GUE DE SECURITE

LLIER AV.BOULON OU A
NTRE PARTIE
MONTABLE

Ahenfalion en Eau el Assainrssemenl


\’
R
MAMELON,MIXTE de
raccordement Femelle
rectangulaire Male cylindrique

Hydrauhque du b&ne,?l (Hydrobsf


L
j omk . Ocfobre 7999
3

P
c r
m
G)
O
C
-i
9
c

D
CORRIGE DE L’EXERCICE NY - Calcul des débits de base (tenant compte du nombre de robinets seulement)

nombre de robinets Débits Débit brule Coefficient de D&it probable


Dhiqnatlon des par appareil par spécifiques Qs slmullanéité instantané de pointe Observalrons
Tronr,ons appareils $ alimenter Y Iroyon fkl ‘Ob fQp)
n (lis1 k =In-l J”-0.5 (PS\

JI W.C. 1 1 0.10 0.10 1 0.10


Appareils J - I 1 0.10
IH Baignoire 1 2 0.25 0.35 1 0.35
Appareils H- I 2 0.35
HG Bidet 1 3 0.10 0.45 0.70 0.35
Appareils H - G 3 0.45
GF Lavabos 2 5 0.10 0.65 0.50 0.35
Appareils G - F 5 0.65
FE Chauffe-bains 1 6 0.55 1.20 0.50 0.60
Appareils F - E 6 1.20
ED Evier + chauffe eau 1 7 0.30 1.50 0.40 0.60
Appareils E - D 7 1.50
DC 7 1.50 0.40 0.60
Appareils D- C 7 1.50
CB Appareils du 1” étage 7 / 14 1.50 3.00 0.28 0.84
Appareils C -B 14 3.00
BA Appareils du R D C 7 21 1.50 4.50 0.22 1.oo
b

Le schéma de la figure ci-dessus ne représente qu’une colonne montante. Dans les installations importantes, il peut être réalise un circuit ferme en reliant toutes tes
colonnes montantes par une ceinture haute ( maillage ).
Généralement, le calcul des diamètres est conduit comme s’il n’y avait pas de ceinture haute. Le diamétre de celle-ci est fixe de telle sorte que sa section soit double
de la section de la plus forte colonne. ce qui lui permet d’assurer convenablement son rôle
II y a lieu de noter que la réalisation de la ceinture haute est de règle dans toute distribution d’eau chaude un peu plus importante.
48

CORRIGE DE L’EXERCICE Nol - calcul des diamétres et des pressions

Tronçons Longueur Débit Diamètre Vitesse Pertedecharge Perte decharge Différence Pression entrée Pressiondisponiblea la
développée unitaire totale d'altitude sortie
(m) ( Ils) 0-m) (mis) (mlm) (m) (m) (m) (m)
A-B 23.50( 2 ) 1.00 33x42 1.35 0.085 2.00 + 2.00 30.00
Compteur général(l) .. .. .. . .. . . 1.40 <....,
3.40 24.60
B-C 3.00 0.84 33x42 1.oo 0.64 0.19 + 3.00 24.60 21.41

C-D 3.00 0.60 26x34 1.25 0.115 0.34 + 3.00 21.41 18.07

ID-E 15.00 (3 ) 0.60 26x34 1.25 0.115 1 73 0 18.07


Compteur 1.80
divisionnaire ( 4 ) 3.52 14.55
E-F 1.oo 0.60 26x34 1.25 0.115 0.12 0 14.55 14.43

F-G 1.oo 0.35 ,20x27 1.20 0.130 0.13 0 14.43 14.30

G-H 2.50 (5 ) 0.35 20x27 1.20 0.130 0.33 0 14.30 13.97

H-l 2.00 ,035 20x27 1.20 0.130 0.26 0 13.97 13.71

,1-J 7.00 (6 ) 10.10 12x17 10.95 10.190 '!.33 1+ 2.oc! 13.71 / 10.38
I
( I ) ; compteur de 30 mm : ( 2 ) : longueur réelle 10 m + 1 robinet - vanne .sO + robinet d’arréf ( I m,J+ I coude grand rayon ( 0.5Om ). soit 23.50 m.
( 3 ) longueur réelle 3 m + 1 coude court ( 2 m ) + 1 robinef d’arrêf de 25 mm à soupape ( 10 m ) soif 15 m: ( 4 ) : compteur de 20 mm: ( 5 f : dont un coude de grand rayon: ( 6 )
Longueur réelle 3 m + 1 coude de grand rayon (0.50 m ) + 1 robinet d’arréf d’équerre de 8 ( 3.50 m 1. soit 7 m.
Nota: La pression résiduelle au droit du dernier appareil esf supérieure à 2 m: on pourra soif ne pas ouvrir compktement /es robinets d’arrêt. ou placer un opercule sur la conduite
d’étage ( 1).

( 1 ): II a été pksenté un calcul détailk mais, il est généralementadmis que le total des pertes de charge localess’éléve A 15% de la perte de charge totale dans les élémentsdroits.
EXERCICE N”2.A - CORRIGE

1”) Détermination des caractéristiques du compteur


1 ,1 Calcul du débit total brut des appareils à alimenter
1 x 0,20 = 0.20 évier
2 x 0,20 = 0.40 lavabos
4 x 0,20 = 0,80 bidets
2 x 0,20 = 0,40 douches
1 x 0,33 = 0,33 baignoire
2 x 0,12 = 0,24 w-c
1 x 0,40 = 0,40 jardin
Qb = 2,77 Vs
1 2. Détermination du coefficient de simultanéité
Nombre d’appareils n = 13 k = 1 /(13- 1)05 =0,29

1.3. Calcul du débit probable instantané de pointe(Qp)


Qp = k x Qp = 0,29 x 2,2 = 0,80 I Is soit 2,89 m3 I h

1.4. Pertes de charges totales possibles dans le branchement (Jt)


Posons Pd = pression disponible sur le réseau
Pr = pression résiduelle sur les appareils
-12 = dénivelée
Jctr = perte de charge due au compteur
Jean.= pertes de charge dues aux canalisations
Js q pertes de charge singuliéres
Pd = Pr + \Z + Jctr + Jean + Js = Pr f 1Z + Jt = Jt = Pd - Pr - ;\Z
= 20m - 10m - (301,75m - 300,50m) = 8,75m

D’après l’abaque n”i en annexe n”l, un compteur de 5m3 Ih maximum permet de laisser passer le débit
voulu sous une perte de charge de 3,60m.= Jctr.

Nous retiendrons donc un compteur fi douilles de Qmax. = 5m3 I h ; Qn = 2,5mJ I h ; Diamétre des orifices =
20mm qui fonctionnera sous une précision de 2%.

2. Caractéristiques de la canalisation Jt

2.1 Pertes de charges admissibles dans la prise et la canalisation. considérant la même jusqu’au bâtiment.
Jean.+ Js = Jt - Jctr.= 8,75m - 3,60m.= 5.15 m

2.2 Pertes de charges admissibles dans la canalisation seule, en supposant que les pertes de charges singuliéres
équivalent a 10% des pertes de charges totales.
5,15m.= Jcan.+lO%Jcan. = 1,lJcan 3 Jean. = 5,15m/ 1,l =4,68m

2.3 Perte de charge unitaire due à la canalisation


Jean. = L x j soit j = Jean./ L q 4,68m / 65m = 0,07m/m

Au débit de 0,80 Ils I’abaque(voir annexe n”2) donne pour cette perte de charge unitaire, un diamétre
théorique intérieur de 28 mm en PVC

Pour la réalisation du branchement nous opterons pour un diamètre normalisé et commercialisé au moins
égal à ce diamètre théorique, soit pour ce cas DN = 40 mm(33.6 x 40 mm)

La pression effective à la sortie du compteur sera de: 20 - (301.75 - 300.50) - 3.60 - 2.29 = 12.86 m

E T S If E R N AlimerVaffon en Eau et Assamissemer~f IC Hydraulique du b~frmenf (ffydroball Omk Ocfohre 1999


50

Exécution du branchement de l’exercice n”2A


Ccrmwsantes des prfncipale$ parties

La prise
1 collier de prise en charge pour P.V.C. DN 160 mm

1 robinet de prise en charge DN 25 mm

1 tabernacle pour R.P.C DN 25 mm

1 tube allonge P.V.C. DN 90 mm

1 tête de bouche a clef pour chaussée

La canalisation
.. .. .. ..m de canalisation en P.V.C. DN 32 mm(à traduire en unités de longueur de 6 m)

,. .m de canalisation en acier galvanisé 0 26 134 mm(sous forme de col de cygne )

1 manchon ou raccord union adaptation de 32- 26 / 34


” A défaut on pourrait utiliser l’ensemble “embout fileté PVC de 32 mm et manchon droit
en acier galvanisé de 26 / 34 “.

Le comptaqe
1 compteur de vitesse à jets multiples à cadran sec marque Secam Qmax: 5 mJ/h
Qn : 2.5 mYh Diamétre des orifices et des raccords: 20 / 27 mm Précision : f 2%

1 robinet d’arrêt aprés compteur de 26 / 34

1 manchon réduit acier galvanisé de 26 - 20 mm

1 réduction M.F. en acier galvanisé de 26 - 20 mm

1 regard préfabriqué pour compteur d’eau.

Le puisaqe
En vue de permettre au demandeur de commencer la consommation de l’eau du réseau, de
raccorder le branchement plus tard à ses installations intérieures, un robinet de puisage sera
installé dans sa cours.

1 tube en acier galvanisé de 26 ! 34 (sous forme de col de cygne )

1 tube en acier galvanisé de 20 / 27

1 Té réduit en acier galvanisé de 26 - 20 - 26

1 bouchon mâle en acier galvanisé de 26 134

1 manchon réduit en acier galvanisé de 20 - 15

1 robinet de puisage à tournant sphérique de 15 / 21

Consommables: colle pour PVC , décapant, filasse, Gébajoint, joints fibres pour compteur...

Outillage : pelles , pioches, filiére. cintreuse, clefs plates, machine à percer, clef à griffe, coupe tubes

E-SHE.= Ahrenrat~on e,, Eau et Assamssemenf Hydraulique du hAlimenr (Hydrobal J omk Ocfobre 1999
Fig.8 - Schéma du branchement

0:

Vous aimerez peut-être aussi