Vous êtes sur la page 1sur 3

ÉDITORIAL

Laura Sokolowsky

L'École de la Cause freudienne | « La Cause du Désir »

2021/1 N° 107 | pages 7 à 8


ISSN 2258-8051
ISBN 9782374710341
© L'École de la Cause freudienne | Téléchargé le 07/06/2021 sur www.cairn.info par Lucas Grinstein (IP: 190.194.234.44)

© L'École de la Cause freudienne | Téléchargé le 07/06/2021 sur www.cairn.info par Lucas Grinstein (IP: 190.194.234.44)
Article disponible en ligne à l'adresse :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
https://www.cairn.info/revue-la-cause-du-desir-2021-1-page-7.htm
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour L'École de la Cause freudienne.


© L'École de la Cause freudienne. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les
limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la
licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie,
sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de
l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage
dans une base de données est également interdit.

Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)


Éditorial
Laura Sokolowsky
© L'École de la Cause freudienne | Téléchargé le 07/06/2021 sur www.cairn.info par Lucas Grinstein (IP: 190.194.234.44)

© L'École de la Cause freudienne | Téléchargé le 07/06/2021 sur www.cairn.info par Lucas Grinstein (IP: 190.194.234.44)
Ce numéro 107 de La Cause du désir a pour titre une jaculation de Jacques Lacan.
Celle-ci n’est pas une signification, n’en cherchons pas la définition dans un dictionnaire.
Yad’lun appartient au domaine de la résonance. C’est un événement sonore, tel un
morceau de poésie.
Issu du dernier enseignement de Lacan, c’est sous ce signifiant surprenant que ce
premier numéro de la nouvelle équipe a souhaité s’inscrire. Pour l’illustrer, nous avons
choisi une œuvre du grand peintre américain Barnett Newman, lequel expliquait qu’il
fallait s’approcher de ses peintures pour être enveloppé par la couleur dans toute sa
densité. En psychanalyse, c’est au niveau de la langue que s’atteint l’Un-tout-seul.
Nous tenons à saluer le travail accompli par l’équipe précédente de la revue de l’École
de la Cause freudienne qui nous a conduit jusqu’aux rives d’élangues singulières et
multiples. Comment concevoir qu’il y ait de l’Un face à la pluralité des modes de jouir
contemporains ?
Nous sommes partis de l’idée qu’il n’y avait guère moyen d’appréhender ce qu’est
l’Un en psychanalyse sans les avancées considérables de « L’orientation lacanienne ». En
effet, comme Jacques-Alain Miller l’indique, Yad’lun complète l’autre aphorisme de
Lacan passé à la postérité selon lequel il n’y a pas de rapport sexuel. D’un côté, il y a et
de l’autre, il n’y a pas. Qu’est-ce qui existe au regard de l’écriture impossible du rapport
entre l’homme et la femme ?
Lors d’un entretien à l’hôpital Sainte-Anne sur le savoir du psychanalyste, en juin
1972, Jacques Lacan mentionnait les deux étapes autour du Yad’lun : le dialogue du
Parménide et la théorie des ensembles. L’écart parait vertigineux entre l’œuvre centrale
de la métaphysique platonicienne et la branche des mathématiques qui permet de
construire les entiers naturels par récurrence à partir de l’ensemble vide. En quoi ces
deux moments cruciaux de la pensée concernent-ils la psychanalyse ? Qu’est-ce donc que
l’Un qu’il y a ? Ce numéro parcourt les ambiguïtés de l’Un qui s’incarne dans la langue,

La Cause du désir n 107


o 7
Éditorial

entre phonème, mot, phrase et pensée. Lacan le désigne comme le signifiant-maître et


l’illustre par le rond de ficelle dans le Séminaire Encore.
Rappelons-nous que dans la phase classique de son enseignement, Lacan avait mis
l’accent sur l’Autre comme lieu du signifiant. Mais ce sujet produit par l’articulation
signifiante S1-S2, s’il est bien un être de langage, existe-t-il ? Après tout, Œdipe aussi est
un être de langage, comme la licorne que Lacan prenait comme exemple : l’un et l’autre
existent-ils ailleurs que dans la réalité de nos fictions et de nos fantasmes ? Et le désir
inconscient qui court sous la chaîne signifiante, renvoie-t-il à autre chose qu’au manque-
à-être, insaisissable comme le furet qu’on n’attrape jamais ? Ainsi, comment savoir si le
sujet du signifiant n’est pas, lui aussi, du même ordre que cette ombre fugitive et s’as-
surer de l’existence du réel, sinon par la marque inaugurale d’un événement ne cessant
pas de s’imprimer sur le corps.
L’écriture de l’Un s’avère solidaire d’une répétition qui gêne le bon fonctionnement
© L'École de la Cause freudienne | Téléchargé le 07/06/2021 sur www.cairn.info par Lucas Grinstein (IP: 190.194.234.44)

© L'École de la Cause freudienne | Téléchargé le 07/06/2021 sur www.cairn.info par Lucas Grinstein (IP: 190.194.234.44)
de l’individu. Seule l’analyse – non point la thérapie qui s’efforce de l’éradiquer à l’aide
du sens, tâche impossible – s’avère susceptible de transformer un trouble de jouissance
en création, sinthome.
Nous avons souhaité explorer l’Un qui ne se noue pas à l’Autre dans ce numéro de
La Cause du désir. Nous vous en souhaitons une palpitante lecture !