Vous êtes sur la page 1sur 30

Réalité

virtuelle /

Vivre La Ville, l’avatar de Grégoire Diehl, 2008

«La réalité, c’est ce qui continue d’exister lorsqu’on


cesse d’y croire.» Philip K. Dick

Le Festival Reality est le premier festival d’art spécialement consacré


aux mondes virtuels: Pluridisciplinaire/ Transversal/ International.

Tel un univers multiple, le Festival Reality se définit comme une session


englobant une exposition, des performances, des conférences, des
événements musicaux qui se constituent selon différents rythmes et montrent
la richesse de créations réalisées sur des metavers1 et autour de nouvelles
problématiques inhérentes à ces univers.

Reality Festival 2008 se déroule


2
dans la continuité d’événements organisés
par Metagangz à La Cantine en juin 2008 et en collaboration avec des
professionnels des communautés virtuelles.

1 metavers : mondes virtuels 2 la cantine : espace de co-working

1
Sommaire/
Le mot du directeur artistique - p.3

Le mot des organisateurs - p.5

Programme du Festival - p.7

L’exposition - p.8

Les événements - p.23

Le lieu - p.29

Contacts et Partenaires - p.30

2
Direction
artistique/
Les mondes virtuels représentent-ils
des nouveaux territoires d’expérience
artistique immatérielle ? Margherita Balzerani

La présence croissante d’expositions et Si tout résident est potentiellement à la fois


de lieux d’art dans Second Life et dans les utilisateur et créateur, quelles sont ses
mondes virtuels semble affirmer la possibilité possibilités de création ? Créateur ou
d’utiliser un univers virtuel 3D pour la création démiurge de soi-même, de son environne-
artistique contemporaine. ment, de son espace de vie, le résident est
à travers son avatar, acteur et spectateur.
L’art exposé dans Second Life est trop sou-
vent présenté sous forme de mimesis Cependant le potentiel créatif offert par
formelles de la réalité. Second Life à ses utilisateurs et l’éventua-
lité d’une expérience prenant en compte
Cette tendance montre que les résidents, l’immatérialité, l’immortalité et l’ubiquité
plutôt que de passer à l’acte créatif, se sont-ils à l’heure d’aujourd’hui suffisam-
contentent de traduire en pixels des clones de ment exploités ?
la réalité qui les entoure. Si Second Life offre
la possibilité d’être un terrain d’expérimen- Face aux contraintes de notre monde,
tation, très peu d’artistes encore semblent pourrons-nous bâtir une architecture
détourner l’outil ou exploiter ses capacités. virtuelle et créer une œuvre immatérielle
Il faut se concentrer sur l’acte qui est propre à qui prend en compte l’apesanteur, l’intem-
la technè1: l’acte créatif. porel, l’invisible, la synesthésie, l’éphé-
mère, l’empathie, les émotions, le désir,
Si le slogan à la base de Second Life est l’humidité, le son, l’intimité ?
«Your world. Your imagination», pourrait-on Allons-nous vers une virtualisation de
considérer cet univers comme un éventuel la création et de l’artiste ?
territoire de production artistique ? Si cette plateforme ouverte pouvait donner
la possibilité de sublimer les contraintes de
la vie réelle, pourquoi y retrouve-t-on
systématiquement une production qui
simule notre première vie à l’identique ?
1 technè : savoir-faire des métiers de l’artisanat ou de l’art

3
Direction
artistique/
Expériences artistiques sur Second Life :
Aujourd’hui Second Life représente essentiel-
lement une plateforme sociale et une vitrine
économique pour les marques, mais de plus en
plus d’artistes s’approprient ce médium.
Margherita Balzerani
Les travaux réalisés par les artistes
contemporains décrits, comprennent
est curateur
performances, journal intime, expérimentations
musicales, vidéos.
et critique d’art.

Les metavers représentent-ils aujourd’hui de Margherita Balzerani travaille depuis 2002


nouveaux espaces de créativité ? au sein du Département de l’Action
Des lieux de diffusion et de production Culturelle du Palais de Tokyo, site de
favorables à une expérience artistique qui création contemporaine de Paris.
soit à la fois éphémère et persistante immaté- Passionnée de jeux vidéo, elle est chargée
rielle et empathique, individuelle et collective, de la préfiguration en 2009 de l’antenne du
réelle et augmentée, in-situ et douée d’ubiquité, Palais de Tokyo sur Second Life. Membre
dynamique et immuable ? active de l’O.M.N.S.H., Observatoire des
Mondes Numériques en Sciences Humai-
Si dans une perspective future,certaines de nes, elle termine une Thèse de Doctorat
nos activités se déplaceront dans ces mondes ayant comme titre : «Les enjeux esthétiques
de pixels, pourquoi ne pas imaginer que les des jeux vidéo et leur influence sur la créa-
mondes persistants puissent donner la possibi- tion artistique contemporaine».
lité aux artistes de détourner les contraintes et Margherita Balzerani est également Pro-
les limites de la vie réelle ? fesseur de Sémiotique et d’Histoire de l’art
dans l’école de Manga, Eurasiam et de Mu-
À travers une série de projets, d’œuvres, de séographie à l’ICART de Paris.
performances et de conférences, le Festival
Reality orientera la question sur la création et Elle vit et travaille à Paris.
la possibilité de production artistique dans les
mondes persistants.
margheritabalzerani@yahoo.it
margheritabalzerani@palaisdetokyo.com
http://margheritabalzerani.blogspot.com/

4
Les
organisateurs/
Nous sommes très heureux de vous
présenter le Festival Reality, premier festi-
val international d’Art entièrement dédié aux
réalités virtuelles.

Depuis sa création en 2004, le collectif


Elegangz soutient et produit des artistes
numériques. Projetés dans les univers
virtuels il y a 2 ans en organisant les 60 ans
du festival de Cannes,nous naviguons depuis
entre les mondes.

Le R du logo Reality transpose cette idée


de passage, de porte entre les univers que
nous utilisons pour nous incarner … ici sur
Terre dans notre corps - ou dans d’autres
mondes grâce à nos avatars.
Le Festival Reality ouvre les portes à la
création artistique contemporaine autour, à
travers et dans les mondes virtuels. Nous
Nous nous engageons auprès de sommes entrés dans une nouvelle ère, celle
«l’Art Réel», art impalpable fait en partie des métavers, avec un langage propre qui
d’installations virtuelles éphémères et qui évolue sans cesse et des usages particuliers.
ouvre la porte à de nouveaux question- Reality donne à vivre cette nouvelle culture
nements métaphysiques comme « la en mouvement. Lorsque l’étrangeté vient
persistance émotive des vécus virtuels ». parfois s’immiscer dans la réalité et que le
Les technologies des mondes virtuels virtuel est un déploiement de l’originalité
basculent en un nouveau médium artistique humaine, Reality laisse la place aux artistes.
que nous souhaitons explorer et faire
reconnaître.
Ce festival est l’aboutissement d’un long Mathilde Mallen, coordinatrice générale
du Festival Reality
processus de recherche et de création qui
est passé par l’organisation d’un cycle de
réflexion sur les univers virtuels en juin 2008
et se poursuit par l’édition d’un livre à la
rentrée. Je tiens à remercier tout particulière-
ment Laura Mannelli et Frederick Thompson
sans qui je ne serais jamais allé voir de
l’autre côté du miroir.

Stéphanie Bacquere, Elegangz,


producteur du Festival Reality

5
/ www.elegangz.com

Qu’est-ce que le collectif Elegangz ? Elegangz fournit aux artistes un support


C’est un collectif d’artistes, pluridisciplinaire technique et les aide à appréhender les
et international, réunis par une même nouveaux outils pouvant faire partie de leur
passion de liberté, de créativité et d’action. palette artistique. La diffusion des œuvres
et la communication font aussi partie de la
Notre ambition est de promouvoir la créa- volonté d’Elegangz de professionaliser les
tion numérique et de favoriser la rencontre artistes.
entre les arts. Le but de notre action est
avant tout artistique et l’outil technologique Plusieurs évenements ont déjà marqué
est un moyen d’y parvenir. l’histoire des Gangz, notamment, la
participation à l’inauguration de la Cantine
Le collectif Elegangz compte plus de 70 (plate-forme collaborative à la fois lieu de
artistes qui se réunissent autour de 11 production et de diffusion dédié aux innova-
animaux totem. Chaque Gangz ainsi consti- tions numériques), 3 expositions à la Galerie
tué a son mythe et possède des qualités Bailly Contemporain, le festival de Calvi on
propres.Leur travail s’articule autour de the Rocks, des oeuvres numériques présen-
projets collaboratifs, permettant aux artistes tées au Cube, à Mal au Pixel et au Grand
de partager leur savoir et s’étend sur des Palais, des happenings dans Second Life
domaines variés : installations, performan- sur l’île Gangz, la création de Metagangz,
ces, vidéo, photographie, musique, peinture, groupe de travail sur les métavers.
collage, illustration, design, architecture.

6
Programme/
Jeudi 30 octobre 2008 : Vendredi 31 octobre 2008 :
19h 10h-21h
Conférence de Presse Exposition Reality
19h30 19h-20h30
Vernissage VIP en présence des artistes Performance Apéromix Live
et visite guidée de l’exposition avec le (IRL et sur Internet)
Directeur Artistique 14h
21h Conférence «Le métavers se construit : quels
Openning Reality avec Entertainment live impacts dans ma vie ?» 1ère partie
(I.R.L et dans S.L) 18h-19h
Synthetic Performance par Eva et Franco
Mattes
19h-20h30
W.Philip.Griffiths Collectif Mu, Live machine

Samedi 1er novembre 2008 : Dimanche 2 novembre 2008 :


10h-21h 10h-20h
Exposition Reality Exposition Reality
12h et 16h 12h et 16h
Voyage initiatique au sein de S.L : Voyage initiatique au sein de S.L : découvrez
découvrez les plus beaux lieux de cet les plus beaux lieux de cet univers virtuel em-
univers virtuel emblématique en blématique en compagnie de nos experts.
compagnie de nos experts 14h
14h Conférence «Le métavers se construit : quels
Conférence «Le métavers se construit : impacts dans ma vie ?» 2ème partie
quels impacts dans ma vie ?» 1ère partie 18h-19h
18h-19h Performance SuperMario Sleeping par Miltos
Synthetic Performance par Eva et Franco Manetas
Mattes
19h-20h30
MetaDJ Mathilde (I.R.L et dans S.L)

7
Les Artistes/
Archilab/
Agnès de Cayeux/
Alain Della Negra & Kaori
Kinoshita/ Grégoire Diehl/
Cao Fei/ David Guez/
Julien Levesque/ Miltos
Manetas/ Laura Mannelli/
Marco Manray/ Brad Kli-
german & Jamil Mehdaoui/
Eva & Franco
Mattes/ Nicolas Boone &
Johann Van Areden/
Wildo Hofmann/...

8
ArchiLab/ www.archilab.org

Co-fondé par Frédéric Migayrou en 1999, Cette collection, unique en son genre et
ensuite animé par Béatrice Simonot et construite autour des notions d’utopie et
Marie-Ange Brayer, ArchiLab, manifestation d’expérimentation en architecture, présentait
unique à l’échelle internationale, confronte les projets emblématiques de l’architecture
la génération actuelle d’architectes, se radicale des années 1960 à la création la
donnant comme une plate-forme de débats plus actuelle. ArchiLab 2004 a inauguré le
et de rencontres. Plus de 300 architectes y passage de rencontres annuelles
ont été exposés, de nombreux critiques et à une biennale.
responsables d’institutions de tous pays ont
pris la parole à Orléans. Cette année, ArchiLab 2008 est une
exposition des stratégies actuellement
La dimension prospective, la recherche déployées par l’Union Européenne pour
ont sous-tendu depuis le début les appuyer les villes et régions, dont le but est
différentes éditions d’ArchiLab, anticipant de montrer comment les objectifs politiques
les débats liés aux technologies se reflètent dans la construction du territoire.
numériques, aux modes d’habiter (2001)
ou encore à l’architecture « durable »
(Economie de la terre en 2002). En 2003,
inscrit dans le cadre des 20 ans des FRAC,
ArchiLab a permis de présenter au public
l’exceptionnelle collection d’architecture du
FRAC Centre.

9
Agnès
de Cayeux/ www.agnesdecagneux.fr

Agnès de Cayeux’s avatar 2007

«Le réseau n’est plus un simple support de diffusion mais


un passeur de données.» Agnès de Cayeux
Auteur multimédia, travaillant sur la Elle imagine, en compagnie de metteurs en
conception et le développement d’interfaces et scène de théâtre comme Jean-François
d’outils Internet, elle développe une recherche Peyret, des zones intermédiaires de
sur les relations à distance, les interactions spectacle « augmenté » avec connexion et
réseau. Agnès de Cayeux est une figure désir d’interaction avec le public.
singulière du net-art. Elle travaille le sensible,
s’inquiète de la dilution de l’humain dans la
technologie, se passionne pour l’observation «SECOND LIFE, UN MONDE POSSIBLE» est
de ses contemporains inventant (ou croyant le son dernier projet, ouvrage paru aux éditions
faire) de nouvelles formes sexuelles, les Les Petits Matins, sous la direction d’Agnès
chambres de discussion avec webcam, les de Cayeux et de Cécile Guibert.
zones d’ombres des mondes virtuels, la persis-
tance des schémas machistes… Agnès de Cayeux est née en 1966 à Paris, France.

10
Alain
Della negra
& Kaori Kinoshita/

Extrait du film documentaire (18 minutes ) Newborns, Alain Della Negra & Kaori Kinoshita, 2007

Dans le cadre du Festival Reality Alain Della Negra et Kaori


Kinoshita présentent leur dernière production, le film Newborns.
Kaori Kinoshita a étudié la sculpture au Alain Della Negra et Kaori Kinoshita mettent
Japon puis la vidéo aux Beaux-arts de Dijon en scène les récits des avatars de joueurs
et au Fresnoy. Son travail porte notamment dans les mondes virtuels. Déjà dans
sur l’interactivité et la place du spectateur. Neighbourhood, des adeptes des Sims
Alain Della Negra s’intéresse aux processus racontaient la vie de leurs avatars dans des
de traduction et de communication depuis récits à la première personne où la frontière
ses études à l’Ecole des Beaux-arts de entre virtuel et réalité devenait difficile à
Strasbourg. La collaboration engagée entre tracer. A travers le film Newborns, des joueurs
les deux artistes cherche à saisir le virtuel racontent les aventures de leur avatar dans
comme une matrice à fictions réelles à l’île des débutants de Second Life. Ils se
travers notamment la vidéo. Installations vi- redécouvrent «nouveau-nés». Cet univers,
déo et projets documentaires permettent aux cet environnement leur est inconnu. Com-
artistes de traduire et de prolonger cette ex- ment se déplacer, se rendre compte que l’on
périence en exploitant son potentiel narratif. peut voler et se téléporter dans de nouvelles
îles?

Kaori Kinoshita est née en 1970 à Tokyo, Japon /


Alain Della Negra est né en 1975 à Versailles, France.
11
Grégoire
Diehl/ www.smoothcore.fr

Grégoire Diehl, 2008

Grégoire Diehl pratique le métier d’architecte. Il est critique invité et conférencier,


Diplômé P.L.G. en 1995 à l’Ecole des Beaux- notamment à l’Ecole des Beaux-Arts de
Arts de Paris(Malaquais), il est lauréat la même Paris, à l’Ecole Nationale des Arts Dé-
année, du concours d’idées pour la nouvelle coratifs de Paris, à l’Ecole d’Architecture
école des Beaux-Arts de Pékin présidé par de Marne la Vallée, à Tulane University
Odile Deck. Après avoir travaillé deux ans sur à la Nouvelle Orléans et à l’University of
un chantier à Berlin, il collabore avec les Illinois de Chicago.
agences internationales Architectonica et
Architecture Studio. son projet Second Life pour le Festival
Reality: invisible et bien réel, accessible à
Grégoire Diehl fonde Smoothcore Architects tous et visitable par certains, préhensible
en 2000 à Paris. Le terme « smoothcore » est comme un tout et perceptible par parties,
basé sur la tournure littéraire de l’oxymoron les clefs de ce bâtiment qui n’existe que
qui provoque l’utilisation d’idées très opposées grâce à ses visiteurs avatars sont des
dans le projet d’architecture pour créer scripts. En perpétuel (re)construction de
l’émotion et le désir. L’agence pratique le métier son contenu et de son contenant, ce
à la fois en construisant pour des promoteurs et bâtiment toujours différent donne à être
en répondant activement aux concours d’idées vu par bribes générant l’excitation du
internationaux. Ce double travail sur le caché et le désir d’être déshabillé,
concept/concret et le global/local crée une espace par espace. Les seuils des
synergie qui garantie la qualité des projets. espaces perçus et des moments vécus ne
sont liés qu’aux mouvements et
Grégoire Diehl est né en 1971 à Paris, France
actions de l’avatar visiteur. C’est lui qui
fait le bâtiment, idéal pour une flashmob
qui dessinerait un bâtiment spécialement
crée par ses participants.
12
Cao Fei/ www.caofei.com

Cao Fei, I Mirror, a Second life documentary film by China Tracy, 2007

Artiste chinoise parmi les plus importantes de Quelques rencontres y sont tout de même
sa génération, après avoir été remarquée aux possibles. C’est ainsi que China Tracy y rejoint
Biennales de Lyon, Venise, Istanbul et dernière- un jeune homme blond à qui elle livre ses
ment au Plateau à Paris, Cao Fei présente des pensées et exprime la confusion engendrée
installations proliférantes mêlant vidéos, textes, par les différents personnages qu’elle incarne,
objets ordinaires et sculptures classiques. dans la vie réelle et virtuelle… Ce monde
dominé par l’argent, la beauté et l’illusion
Influencée par la publicité, le cinéma et la bascule au moment où la relation entre les
télévision (de Taïwan ou d’Hong Kong), par deux personnages devient plus intime et
les jeux vidéos et le rap américain, Cao Fei, lorsque le jeune homme finit par avouer son
âgée d’à peine 30 ans, a décidé de rester vivre âge - 64 ans - à China Tracy qui est, elle,
en Chine et de mettre à profit l’utilisation des nettement plus jeune. La réalité reprend alors
nouvelles technologies en plein essor dans son le pas sur le monde virtuel et l’avatar masculin
pays. Familière des low et pop cultures,elle n’en change d’apparence. Cao Fei nous plonge
intègre pas moins dans son oeuvre la culture ainsi dans les arcanes du fonctionnement
traditionnelle (du théâtre, à l’opéra en passant de Second Life, qui témoigne de l’extrême
par la danse). Différents univers qu’elle se plaît solitude du monde contemporain : recherche
à combiner pour mieux dénoncer les utopies de mondes parallèles, de rencontres avec
communistes d’hier et l’ascension capitaliste l’inconnu pour vivre un romantisme de
chinoise des années 2000. pacotille, suprématie de l’économie et de
l’apparence, globalisation des échanges…
Second Life, univers virtuel dans lequel
évolue China Tracy, avatar de Cao Fei, est un Cao Fei est née en 1978, vit entre Shanghaï et New York.
monde vide et ralenti, sans présence humaine
particulière, où chaque parcelle est à vendre et
où la musique tient lieu de bande-son pour les
vies.
13
David Guez/ www.guez.org/ www.dotred.fr

«Créer des passages entre les communautés des mondes


virtuels et celles du monde réel.» David Guez

David Guez réalise depuis 1994 des Le projet DotRed a été présenté dans le cadre
travaux artistiques liés aux nouvelles du dernier Web Flash Festival en mai 2008 au
images et au numérique (performances, Centre Pompidou.Ce projet a pour ambition
installations, internet). Ces projets ont été de créer une véritable application ludique
présentés dans les réseaux artistiques multi-joueurs sur Internet qui permette à terme
contemporains nationaux et internationaux. de fédérer des utilisateurs autour d’actions
Doublement formé à l’informatique et aux humanitaires et sociales en jouant sur l’effet
arts plastiques, il a débuté par la peinture et de masse des réseaux sociaux et en pointant
la sculpture. En 1997, la série d’installations/ les questions de passage du virtuel au réel.
performances « Série 99% recycled La première mission de DotRed s’attache à
Internet » interroge les liens entre corps réel soulever les questions liées aux logements
et corps virtuel. Aujourd’hui, Davis Guez sociaux en proposant aux internautes
oriente ses recherches vers la création de d’acheter un «Paris virtuel» découpé pour
plateformes communautaires (« 1400cm3 l’occasion en un million de parcelles de 100m2,
l’hyperblog », concurrent artistique potentiel vendues à 2 euros chacune. Ces parcelles
de Myspace) et des projets plus intimistes : correspondent au total, à la superficie des 100
« 2067, e-mail vers le futur » questionne 000 000 de m2 de la ville de Paris.
notre rapport intime au temps et à l’autre Au sein d’une interface graphique et ludique
et « L’Hypermoi » affirme l’existence d’un en 3 dimensions qui reprend les principes de
Moi-Internet. David Guez est membre de Google Map, ce véritable jeu a pour objectif
poptronics. de réunir une somme approchant les 1 million
d’euros qui seront redistribués en majorité à
des associations humanitaires spécialisées,
reconnues du grand public et par leurs pairs.
David Guez vit et travaille à Paris.
14
Julien
Julien Levesque/ www.julienlevesque.net

Né en 1982 à Paris, Julien Levesque est un Artiste multiple, Julien Levesque utilise
artiste multimédia. Il est actuellement élève à aussi le médium photographique pour
l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts questionner la notion de perception de
et mène des recherches sur les nouveaux l’espace public. Il travaille également avec
médias à l’Université Paris 8 sous la direction l’animation vidéo.
de Jean-Louis Boissier.

Parallèlement, au sein du collectif Microtruc, Dans le cadre du Festival Reality, Julien


il réalise des playlists videos localisées dans Levesque presente:«Avatars Memory» un
la ville. Il fait également nombre de vidéos projet en construction qui s’interroge sur
présentées notamment dans le cadre du nos vies actuelles comme antérieures pas-
Festival Pocket Film depuis 3 ans. Son outil sées sur la toile. Loggin, adresse mail,
majeur est Internet qu’il questionne en jouant profil ou avatars toutes autant d’identités
avec les réseaux sociaux, les plateformes de qui secréent ets’évanouissent dans le
diffusion (You-Tube, Myspace…), les codes… temps pour diverses raisons sans qu’une
trace ne subsiste. Ces vies éphémères,
ces micros décès qui disparaissent dans
l’espace virtuel sont des vies oubliées, des
passages qui s’opèrent en silence.
Julien Levesque est né en 1982 à Paris, France.

15
Miltos
Manetas/
Ma-
www.manetas.com

Miltos Manetas’s Deserto, snapshot, 2008 Miltos Manetas’s Deserto, snapshot, 2008

“Notre âme est un endroit ; hélas la plupart de son terrain est


déjà construit et habité.» Grecque gnostique inconnu 64 après J.C environ

Miltos Manetas débute sa carrière en Dans le cadre du Festival Reality, Miltos


réalisant des photographies et des vidéos Manetas présente son dernier projet
puis se tourne vers la peinture figurative. Deserto Manetas:
Depuis le milieu des années 90, ses huiles
sur toile figuratives attestent d’une fasci- « Le Désert est là où Jésus est allé avant
nation de l’artiste pour les objets qu’il n’ait amorcé sa célèbre performance
technologiques de notre modernité. de
Ordinateurs portables, sneakers, consoles sauveur. C’est aussi l’endroit où les es-
de jeux vidéos, câbles ou joysticks devien- prits
nent chez Miltos Manetas autant d’icônes irascibles comme Jean le Baptiste at-
peuplant des scènes intérieures tendaient son arrivée. Jean le Baptiste
contemporaines et familières. Cet univers n’était pas seulement là à attendre : il
visuel tente de traduire notre relation à un espérait quelqu’un qui pourrait devenir
monde abstrait, virtuel que l’artiste théorise Jésus, était décidé à le baptiser et d’une
dans des textes engagés qui célèbrent le certaine façon à « l’activer » comme
cyberespace. quand on installe un nouveau logiciel et
qu’il est prêt à nous surprendre avec ce
Miltos Manetas filme également ses ses- qu’il fait.
sions de jeux vidéo. «I can’t go on» reprend Cela ressemblerait à notre place dans le
l’esthétique du jeu vidéo et met en scène un Désert, on doit se tenir prêt à Baptiser et
homme et une femme qui boxent. L’homme Miltos Manetas est né en 1964 à Athènes, Grèce.
acculé contre les cordes du ring répète
« I can’t go on » (je ne peux pas continuer).

16
Laura
Laura
Mannelli/
Mannelli/

Mélusine, Marie Dessaux, photo de Frederick Thompson, 2008

«Un monde où la notion d’espace gagne une nouvelle lecture,


celle d’un « espace schizophrène » Laura Mannelli

Architecte de formation, Laura Mannelli communiquer et d’interagir avec une


expérimente les différents concepts « nymphe Cyborg » l’avatar Mélusine, dont
qu’endossent la notion d’espace. Cette les mouvements et les réactions seront lors
fiction plastique à la fois installation et per- de la performance, pilotés en temps réel par
formance en explore ses différentes natu- un « méta DJ ». Le reste du temps, les visi-
res où les limites entre réalité physique et teurs seront plongés dans un nectar sonore,
réalité virtuelle deviennent de plus en plus en constante interaction avec l’environne-
difficiles à discerner. C’est aussi une colla- ment immédiat : les visiteurs et la nymphe.
boration transdisciplinaire qui Une rencontre mi-réelle, mi-virtuelle, que
coordonne plusieurs talents, les permet l’imbrication d’une scénographie
Meta-designers Frederick Thompson et réelle sur les lieux de l’exposition, virtuelle
Marie Dessaux, les créations sonores de dans le métavers Second Life et dans un
l’artiste Dye et la magie des systèmes inte- espace sonore interactif. Un appel au sens
ractifs de Laurent Bourgeois. Que l’on soit qui tente de démontrer la persistance
dans le métavers Second Life ou sur les émotive d’un vécu virtuel.
lieux de l’exposition, les visiteurs pourront Laura Mannelli est née en 1980 à Luxembourg, Luxembourg.
explorer un espace ‘hybride’ qui permet de
Laura Mannelli fait partie du collectif

17
Marco Manray/ - www.marcomanray.com –
www.internetlandscape.com

Replica Anno 2008 Lambda print 100x70cm Sea Anno 2008 Lambda 100X70 cm
.

Marco Manray Cadioli documente depuis Dans le cadre du Festival Reality Marco
plusieurs années l’evolution des métavers1 à Manray Cadioli présente deux séries de
travers la photographie. Il commence en 2003 à photos réalisées dans Second Life.
réaliser des images dans le Web en conçevant La première serie de paysages en noir
l’idée de “net-photography” avec le manifeste et blanc “Why is there something rather
“Internet Landscape”. En 2005, il devient photo- than nothing?” réalisée dans des zones
reporter dans les jeux vidéo de guerre où il de Second Life pas encore contaminées
réalise “embedded” pour AREANAE (2005), par la présence humaine. Manray explore
reportage en noir et blanc des guerres en ces non-lieux, habillé en Ansel Adams
réseaux dans les MMORPG. En 2006, il réalise dans un West métaphorique.
la vidéo “Interview with the Robot” (7 minutes)
avec Lucy, identité douée d’intelligence La deuxième série  “Replica” est réalisée
artificielle. dans une usine illégale de clones d’avatars.
Cette foule de clones d’avatars avance vers
Marco Manray est photographe dans Second le spectateur majestueusement comme une
Life avec son avatar Marco Manray depuis réplique dans Second Life du “Quarto Stato”
2005, ses reportages ont été publiés sur des réalisé par Giovanni Pellizza da Volpedo.
revues et quotidiens internationaux comme
Liberation, Elle, La Repubblica. Marco Manray vit et travaille à Milan, mais aussi sur Second Life.
Il a publié en 2007 son livre: “IO, REPORTER
IN SECOND LIFE” Shake Edizioni, Milano
2007.Il a exposé au PEAM Pescara Electronic
Artists Meeting, au MAXXI , Museo nazionale
delle arti del XXI secolo de Rome dans
l’exposition SuperNeen à la Galleria Pack,
Milano et à la Galleria Overfoto, Napoli e
Second Life.
1 metavers : mondes virtuels

18
Brad Kligerman
&Jamil Mehdaoui/ http://mysimulacrum.com

In Real-Life (IRL), Kligerman et Mehdaoui Dans le cadre de Reality Festival [Building


sont architectes, artistes, chercheurs, With Immaterials] se propose d’élaborer
questionnant  la convergence de l’espace un dispositif complexe basé sur une triple
architectural du milieu et des médias dualité : de contexte (réel et virtuel), de
digitaux, développant des projets qui processus (immersion, émergence), de
inventent et déploient des infrastructures fabrication (active, passive). Ce dispositif
expérimentales, espaces interactifs qui lui aussi duel, à la fois Third-I, machine de
engagent et croisent l’espace matériel et lecture, fenêtre, grille de décryptage, entre
immatériel. Kliger Dinkin et Bounty Gandini les mondes du festival réels et virtuels,
[Building With Immaterials] ce sont leurs capable de révéler son inconscient, dispositif
avatars respectifs. Ils développent des autopoïétique mais aussi, Reality_net,
projets artistiques à l’intérieur des mondes mécanisme de constitution, machine
virtuels et de Second Life (SL) en particulier, d’organisation, protocole de restitution
questionnant l’espace virtuel, en résidences d’une base de données --Reality_Festival--
Inworld (Ars Virtua), lors de concours (SL faisceau de connections générateur et
Awards), ils y créent des Espace-Images accélérateur de contenu.
dans lequel les images projettent l’espace
où celui-ci devient image pour produire une Brad Kligerman et Jamil Mehdaoui vivent et travaillent à Paris.
atmosphère.
19
Eva
& Franco Mattes/ http://0100101110101101.org

Lanai Jarrico , 2006. Digitalprint on canvas 36x48 inches Nubijan Craven , 2006 .Digitalprint on canvas 36x48 inches
Courtesy Postmasters Gallery Courtesy Postmasters Gallery

«Rien n’est vrai,tout est possible»

Entre 2006 et 2007, Eva et Franco Mattes «Au début, je pensais que le Net-Art avait
quelque chose d’irréel, presque d’immatériel,
ont créé des portraits d’avatars : la possibilité d’être quelqu’un d’autre, de vivre
représentations des utilisateurs dans les différentes vies en même temps et c’est ce
mondes virtuels. Abordant ces nouveaux que j’aimais. Mais, paradoxalement, il s’est
univers en ligne comme des espaces de révélé être plus réel que le réel. En tentant
socialisation, de mise en avant de célébrités, d’éviter les arts traditionnels, les artistes du
et peut-être laissant apparaître un vrai soi- Net ont douloureusement pris conscience
même, ces images prises dans Second Life que la réalité est elle-même immatérielle et
combinent les traditions de la photographie médiatisée au plus haut point.»
glamour avec les couleurs éclatantes d’une
ésthétique pure et dure propre à l’univers
du jeu. Le travail d’Eva et Franco Mattes «Dans Second Life, on est forcé à ne pas
questionne à la fois le rôle traditionnel de être soi-même, à mettre un masque 3D
portraitiste et la nature des relations de
transformations entre l’identité et la représen- ultramoderne. Mais les masques ne sont
tation public dans les mondes virtuels. pas là pour cacher l’identité, au contraire ils
Tout comme le légendaire travail d’Andy
Warhol, Second Life représente la créa- sont là pour montrer ce que l’on est en
tion d’identités alternatives d’une fantaisie réalité, puisqu’on peut ignorer les
construite et vécue. restrictions sociales.»

Eva et Franco Mattes sont nés en 1976 en Italie.

20
Nicolas Boone
& Johann 
Van Areden/ www.nicolasboone.net

Méta Bup, Episode de 12 min environ Méta Bup, Episode de 12 min environ

«C’est une projection et une réflexion sur la publicité


quotidienne de notre monde.»
Nicolas Boone réalise des films dans Le projet META BUP développe sur un
lesquels l’événement du tournage est une mode ludique et festif une mise en abyme
performance qui véhicule des fictions. des mécanismes publicitaires.
Chaque film trouve une forme différente : Second Life est une simulation sociétale
performance, diffusion sur internet, dvd virtuelle, permettant de vivre une "seconde
linéaire, dvd à lecture aléatoire, dvd vie" sous la forme d'un avatar dans un uni-
autodestructible. Nicolas Boone a reçu l’aide vers en 3 dimension géré par les joueurs.
à la maquette et à la réalisation du DICREAM Actuellement, neuf millions de joueurs ré-
pour BUP. sident déjà dans l'univers de Second Life.
L'aspect social est prédominant dans cet es-
Johann Van Areden, artiste, graphiste et pace d'échanges gratuit, totalement hospita-
lier car ouvert à tous. Une totale liberté y est
webmaster, a suivi le « Collège invisible »
avec Paul Devautour. Il a réalisé de laissée aux résidents qui produisent direc-
nombreux sites internet dont celui de la tement leur environnement et font évoluer
Samaritaine et du Point Ephémère. Il est leur propre univers. Second Life constitue
également l’auteur de plusieurs installations un laboratoire pour observer de nouveaux
en collaboration avec Abraham Poincheval. types de communication, d'actions, et d'in-
teractions.
Cette vidéo filme le tournage d’une vidéo
ayant lieu dans Second Life. Elle a été réali- Nicolas Boone est né en 1974 à Lyon, il vit et travaille à Paris et
sée pour le Centre d’art virtuel de Synesthé- réalise des films où l'intrigue s'invente, en happening, pendant le
sie. L’oeuvre constitue un épisode de la série tournage ce qui crée la fiction.
BUP qui explore le « système totalitaire » de
la publicité. Cet épisode aux allures de jeu vi- Johann Van Aerden est né en 1974 à Argentan. Artiste et designer
déo, a été réalisé dans l’espace BUP, construit web, il vit et travaille à Paris.
dans Second Life, avec une foule d’avatars
convoqués par les artistes pour participer au
tournage. Envahi par des messages publici-
taires et de propagande pour BUP, l’univers
de Second Life se transforme en un espace
où non seulement les avatars mais également
ceux qui les commandent sont manipulés par
le projet BUP.
21
Wildo
Hofmann/ http://slurl.com/secondlife/

Snapshot, Christine Webster, 2008

Wildo Hofmann aka Christine Webster Dans le cadre du Festival Reality,


est une compositrice française / sound Wildo Hofmann présente ses deux dernières
designer et monteuse son, qui a travaillé créations sonores:
dans l’industrie audio-visuelle (jeux,
télévision, films). Dans Second Life, - «Terminus sur Yuanjiao» est un
Wildo dirige le groupe SonicEspaces qui soundscape crée en hommage au travail
réalise des performances de musique du Ecosystem Wroking Group créateur de
immersive et à diverses expérimentations vie artificielle sur SL et qui réside sur la sim
d’art transverse. Wildo a également été «Terminus».
impliquée dans la conception de http://slurl.com/secondlife/Daiyu% 20Island/30/238/23
plusieurs Machinima. Wildo (Christine
Webster) est également connue comme - «Contre ma joue sur Fangzhang» est
journaliste pour le magazine Keyboards une pièce mixte avec la voix et des textes
Recording et édite deux blogs, l’un sur la de Anne Astier joué sur Tournicoton
musique électronique et l’ autre sur la le 31 Janvier 2008.
metaverse SL.

Depuis Juin 2008 SonicEspaces est Wildo Hofmann vit et travaille à Paris.
devenu par extension un MetaNetlabel :
www.SonicEspaces.net

22
Les événements/

Openning Reality/

Conférences/

Voyages initiatiques/

Performances/

Traverses, Livre Voyageur/

23
Openning Reality/

Party Time Frederick Thompson, 2008

L’openning sera la porte d’entrée au Festival Reality. Elle nous


fera basculer dans un monde où le passage du réel au virtuel et
du virtuel au réel est pulsion de vie.
Jeudi 30 octobre 2008 à 22h00
A cette occasion nous lancerons la
sortie du livre blanc issu des works- MetaDJs, VJing
hops de juin 2008 à La Cantine ainsi
qu’un hors-série spécial autour du Entertainment (Paris – I’m a cliché)
festival. avec dispositif de projection de jeux d’arcade
joués en live.

Musiciens de l’ombre au sein ou aux côtés de


Poni Hoax, My Sister Klaus, Bot’ox ou Joakim,
les trois Entertainers ont un solide background
de musique martiale et salement remuante.
Si Can avait fait de la dance ou si Moroder
s’était payé une guitare ou si Funkadelic était
un groupe de blancs parisiens en 2008… ce
serait Entertainment.

Sortie d’album prévue en septembre sur le label de Cosmo Vitelli,


Entertainment, Photographie, Julien Taylor, 2008 I’m a Cliché.
www.myspace.com/sparknstars

24
Conférences/ www.metagangz.com


Dans le cadre du festival Reality un premier cycle de pratiques théorisées a eu lieu en juin à
La Cantine numérique sur la thématique.

« Le métavers se construit, quels impacts dans ma vie ?»


Chercheurs, professionnels, utilisateurs se sont rencontrés lors de ces trois ateliers.
Les réflexions, pistes et avancées ont été rassemblées dans un ouvrage qui vous sera pré-
senté lors de la conférence.

Samedi 1er & Dimanche 2 novembre 2008 à 14h00

Voyages
initiatiques/

Plus qu’une initiation à Second Life, nous vous proposons un voyage de découvertes au sein
de cet univers prometteur, libre et en perpétuel changement.
Nos experts ont sélectionné les endroits les plus beaux, les plus fous, les plus déroutants.
Sortons des idées reçues, après une formation rapide, vous pourrez suivre notre guide, entrer
dans ce monde parallèle et vous faire un avis, le vôtre.

Samedi 1er & Dimanche 2 novembre 2008 à 12h00 & à 16h00

25
Performances/

Avatars d’Eva & Franco Mattes,Extrait de «7000 Oaks in SL», 2007 Super Mario Sleeping, Miltos Manetas, 2008

Synthetic Performance par Eva et Super Mario Sleeping par Miltos


Franco Mattes Manetas

Dans le cadre du festival nous invitons Miltos Manetas présentera sur Second
spécialement Eva et Franco Mattes pour Life et in world une nouvelle version de
réaliser une «synthetic performance» en sa pièce «SuperMario sleeping».
direct sur SL et in world.Une série de repré- La figure emblématique du plombier
sentations de performances historiques moustachu, icône des consoles Nintendo,
dans des mondes synthétiques comme assoupie au milieu d’un espace d’exposi-
Second Life.Toutes les actions sont excécu- tion spécialement conçu sur Second Life,
tés par les avatars d’Eva et Franco Mattes. un clin d’œil au célèbre film Sleep d’Andy
Warhol.
Les «synthetics perfomances» sont des
représentations de performances historiques
dans des mondes synthétiques comme
Second Life.

Samedi 1er novembre de 18h00 à 19h00 Dimanche 2 novembre de 18h00 à 19h


Aperomix www.aperomix.net

Apéromix est un collectif de dj’s et musiciens qui exploite tous les styles musicaux.
Fans de jeux vidéo, ils utilisent leur commande Wii et font de la musique 8-bit (musique folk
pour ordinateur personnel). Le Festival Reality invite Apéromix pour une session audio/vidéo
in real world et sur internet.

Vendredi 31 octobre 2008 de 19h00 à 20h30

26
Traverses,
Livres Voyageur/ http://traverses-lelivre.com

Campagne réalisée par Marc Dacunha Lopez pour Traverses, livre voyageur – 2008

Lisez-moi / Suivez-moi / Echangez-moi

C’est ainsi que démarre l’expérience Traverses, Livre voyageur1, née d’un voyage à pied
effectué en 2006 de Paris à Istanbul .
Il s’agit d’une œuvre ouverte qui s’illustre dans les sphères numériques autant que dans le
réel. Elle s’y matérialise à travers un ouvrage non marchand en plusieurs tomes dédiés à
l’échange. Le destin de chacun de ces exemplaires imprimés est de vagabonder à la surface
de la planète, de mains en mains. Fruit de différents médias, Traverses, Livre voyageur de-
vient un vecteur de transmission, de diffusion, de réflexion. Expérience créative et contribu-
tive, elle se propose d’être un premier pas vers l’autre.

Karen Guillorel est initiatrice et réalisatrice du projet Traverses, Livre voyageur.

Margherita Balzerani est responsable éditoriale du Tome I de Traverses, Livre voyageur.

1ce voyage réalisé à pied et à vélo sur 6500 km avait pour


objet la rencontre de l’autre selon une logique de chemins
de traverses tout autant géographiques que sociaux,
métaphoriquement et concrètement comme raccourcis
permettant d’aller plus vite droit au but.

27
Le lieu/

DOOR
STUDIOS
9-9 bis rue de lesdiguières
75004 PARIS
M°Bastille

29
Contacts/
Reality Festival est une idée originale et une Contacts Presse
production du collectif d’artistes Elegangz Julien Verry/ Détaché de Presse
www.elegangz.com attache@detachedepresse.com
+33 (0)6.65.49.62.06
Direction Artistique Pauline Bouchet/ Détaché de Presse
Margherita Balzerani pauline@detachedepresse.com
margheritabalzerani@palaisdetokyo.com +33 (0)6.11.99.38.74
margheritabalzerani@yahoo.it
+33 (0)6.98.17.05.37 Identité Visuelle
Théo Gennitsakis
Production et Relations Extérieures theogennitsakis@gmail.com
Stéphanie Bacquère
stephanie.bacquere@elegangz.com Graphisme
+33 (0)6.17.55.09.08 Alexandre Jalaguier
alex.jalaguier@elegangz.com
Coordination Générale et Partenariats +33.06.33.58.38.21
Mathilde Mallen Delphine Fouquet
mathilde.mallen@elegangz.com delphinefouquet@hotmail.fr
+33 (0)6.18.96.60.56 +33.06.33.58.55.92

Régisseur Général
Louis Bernet
louis.bernet@elegangz.com
+33.06.11.45.38.51

Partenaires/

DOOR
STUDIOS

30