Vous êtes sur la page 1sur 12

BETON ARME

1.RAPPELS ELEMENTAIRES

Le béton armé est un matériau hétérogène réalisé avec un mélange de ciment,


de sable, de gravier et d’eau enrobant des barres d’acier ou armatures.
Le béton, à l’état de pâte, est coulé dans un moule ou coffrage formé de parois
en bois ou en métal ; devenu solide au bout de quelques heures, il est alors
décoffré.

L’armature est particulièrement dense dans les parties d’ouvrage soumises


à la traction ou à la flexion car le béton supporte très mal l’action de ces
forces.

H. FREITAS
2. MODE D’ETABLISSEMENT DES AVANT METRES
L’estimation des ouvrages en béton armé comportera trois éléments :

Béton évalué au cube (m3)

Coffrage évalué à la surface (m²)

Acier évalué au poids (kg)

L’avant métré de béton armé ne suit pas l’ordre chronologique du


déroulement des travaux. il s’effectue dans l’ordre suivant:
Bétonnage
Coffrage
Ferraillage.

H. FREITAS
3. BETONNAGE
Les pièces étant généralement prismatiques, elles sont
relativement faciles à métrer.
Le volume occupé par les armatures n’est pas déduit du volume du béton.

De même on ne tiendra pas en compte des trous de faible dimension :


trous de boulons, barbacanes,….
Les diverses qualités de béton sont calculées en raison de leur
différence de prix.
Les ouvrages de bétonnage peuvent être classés par catégorie :
Ouvrages horizontaux : semelles, longrines, murets,
dalles, poutres, nervures…
nervures
Ouvrages verticaux : poteaux, voiles…
Ouvrages inclinés ou cintrés
Toitures, coupoles, escaliers…

Il convient alors de calculer séparément chacune des quantités,


les prix étant variables pour chacune d’elle.
H. FREITAS
4. COFFRAGE

Les coffrages sont mesurés au mètre carré de coffrage en contact direct


avec le béton coulé.
Les surfaces supérieures horizontales ou faiblement inclinées sont considérées
comme ne nécessitant pas de coffrages et ne sont pas comptées.
Le prix de coffrage tient compte de tous étaiements, cales, serre-joints, etc.,
nécessaires à la construction du coffrage.

Les vides des trous de scellement et de barbacanes ne seront pas


déduits des surfaces de coffrage.
Dans les travaux de bâtiment, les coffrages pourront être classés dans
les catégories correspondant à celles du bétonnage (cf paragraphe précédent).
Ainsi on fera la distinction :
Coffrage horizontal,
coffrage vertical,
coffrage incliné…

H. FREITAS
4. COFFRAGE (suite)

Dans le cas où, pour obtenir des parements vus bien lisses, on a recours à
des coffrages spéciaux, les surfaces ainsi coffrées doivent être métrées à
part pour application soit d’un prix spécial, soit d’une majoration sur le prix
de coffrage ordinaire.

Les surfaces de parements vus de béton armé peuvent être traitées comme
celles des maçonneries, soit par simple ragréage, soit par recouvrement
par enduits.
Les différents travaux sont métrés, comme nous l’avons indiqué au chapitre
maçonnerie.

H. FREITAS
5. FERRAILLAGE

Les armatures sont évaluées au poids. Pour chaque nuance et chaque


diamètre les longueurs des aciers sont totalisées. La longueur totale
obtenue est alors multipliée par le poids au ml. Ce dernier est connu, la
densité admise pour l’acier étant de 7.85.
Le tableau ci-dessous donne les poids unitaire pour chaque diamètre.
Poids au ml en fonction du diamètre nominal
Diamètre 4 5 6 8 10 12 14 16 20 25 32 40
nominal
Poids 0,099 0,154 0,222 0,395 0,617 0,888 1,208 1,578 2,466 3,854 6,313 9,864
en kg/m

L’avant métré se réduit donc à celle des longueurs de barres, compte tenu
de leurs formes, des crochets et des recouvrements. Les dessins indiquent
généralement, la forme et le détail des longueurs des barres
(cf. cours de dessin).

N.B.: Dans le cas où certains détails ne sont pas donnés sur le dessin, c’est au
métreur de les établir.
H. FREITAS
5. FERRAILLAGE (suite)

Les longueurs développées pourront être évaluées à partir des formules


ci-dessous :
Les barres :

l
l l
l

ø l+8ø l + 10 ø l + 12 ø l + 13 ø

HA l + 13,5 ø l + 13 ø l + 13 ø l + 19 ø

H. FREITAS
5. FERRAILLAGE (suite)

Les aciers transversaux :


épingle étrier étrier

l
l

l
l'

L = l + 26 ø L = 2(l + 13 ø) L = 2(l + l’ + 13 ø)

b
h
h

L ~ h + 15 cm L ~ 2 h + 10 cm a
L ~ 2a + 2b +5 cm

H. FREITAS
5. FERRAILLAGE (suite)

Les résultats sont reportés dans un tableau permettant le regroupement


des aciers par diamètre et par nuance. Les poids sont alors facilement
calculés.
Pour l’avant métré des aciers on pourra adopter le tableau suivant :

Longueur totale
Croquis – calculs Rep. nbre Lu Pu Pt
∅ Rond lisse Haute adhér.
annexes
∅6 ∅8 …. HA12 HA16 …..

1 2 3 4 5 6 7 8 9

H. FREITAS
5. FERRAILLAGE (suite)
Commentaires relatifs au tableau ci-dessus

1. on calculera par exemple le nombre, la longueur développée des barres


2. repère de l’acier
3. nombre d’armatures identiques
4. diamètre nominal de l’acier
5. longueur unitaire de l’acier
6. longueur totale de l’acier rond lisse repère de diamètre donné 
7. idem colonne 6 mais pour les aciers à haute adhérence.
Les colonnes 6 et 7 sont subdivisées suivant le nombre
de diamètres différents
8. les poids unitaires sont reportés à la fin de l’avant métré face aux
totaux correspondants des colonnes 6 et 7.
Pour cela on veillera à décaler chacun des résultats de ces colonnes 
9. les poids sont obtenus par multiplication des longueurs par
les poids unitaires.
H. FREITAS
5. FERRAILLAGE (suite)

Remarques : le cas particulier des treillis soudés

Les treillis soudés se présentent sous forme de quadrillage de fils


se différenciant par leur diamètre et par leur espacement.

Ils font généralement l’objet d’une évaluation au m².


Il suffit donc dans l’avant métré d’évaluer pour chaque treillis soudés
la surface mise en œuvre.

H. FREITAS
Définition des prix

Fournitures des aciers :


En travaux publics le ferraillage est rémunéré au poids mis en place
par nuance, sans distinction de diamètre.
En travaux de bâtiment le prix du kilo d’acier varie souvent suivant
les diamètres.
Les prix étant élevés pour les diamètres plus faibles. Il est alors
nécessaire d’établir le poids d’acier par barres de chaque diamètre.

Façonnage et mise en place :


Ces opérations sont rémunérées en fonction du diamètre des aciers
utilisés. Le coût diminuant pour les dimensions importantes.
En effet une barre de section importante demande moins de temps
de travail que plusieurs de faible diamètre.

H. FREITAS

Vous aimerez peut-être aussi