Vous êtes sur la page 1sur 101

SOMMAIRE

1. PREMIÈRE PARTIE : ACCUMULATION DU FROID .............................................................. 5


1.1 Aspects généraux ............................................................................................................................................................................................. 6
1.2 Principaux systèmes d’accumulation .................................................................................................................................... 7
1.3 Stratégie des opérations et des commandes ........................................................................................................ 12
1.4 Critères du dimensionnement ...................................................................................................................................................... 15
1.5 Dimensionnement et estimation économique ....................................................................................................... 16
1.6 Exemples de projets d’économie d’énergie ............................................................................................................. 17

2. DEUXIÈME PARTIE : PRODUCTION DU FROID ...................................................................... 19


2.1 Aspects généraux ......................................................................................................................................................................................... 20
2.2 Parc d’équipements de production de froid ............................................................................................................ 20
2.3 Production de froid...................................................................................................................................................................................... 21
2.4 Compresseurs ................................................................................................................................................................................................... 26
2.5 Conseils d’économies............................................................................................................................................................................. 30
2.6 Exemples de projets d’économie d’énergie ............................................................................................................. 32
2.7 Aspects environnementaux dans la production du froid......................................................................... 33

3. TROISIÈME PARTIE : CLIMATISATION .......................................................................................................... 35


3.1 Problématique énergétique de la climatisation ..................................................................................................... 36
3.2 Efficacité énergétique des systèmes de climatisation................................................................................. 36
3.3 Classement des systèmes de climatisation .............................................................................................................. 37
3.4 Choisir un système de climatisation .................................................................................................................................... 39
3.5 Mesures d’économie sur les systèmes de climatisation ......................................................................... 39
3.6 Observations d’ordre général sur l’architecture bioclimatique ........................................................ 42
3.7 Exemples pratiques .................................................................................................................................................................................... 43

4. QUATRIÈME PARTIE : TRANSFORMATEUR .................................................................................... 47


4.1 Exemples pratiques .................................................................................................................................................................................... 49
4.2 Correction du facteur de puissance des transformateurs..................................................................... 51
4.3 Facturation électrique en moyenne tension .............................................................................................................. 52
5. CINQUIÈME PARTIE : FACTEUR DE PUISSANCE .......................................................... 57
5.1 Définition de base ......................................................................................................................................................................................... 58
5.2 Avantages technico-économiques de la compensation ......................................................................... 62
5.3 Suivi du facteur de puissance dans l’entreprise ................................................................................................. 64
5.4 Modes de compensation.................................................................................................................................................................... 65
5.5 Cas pratiques...................................................................................................................................................................................................... 67

6. SIXIÈME PARTIE : VARIATEUR DE VITESSE ................................................................................. 71


6.1 Fondements théoriques et technologiques ............................................................................................................. 74
6.2 Applications des actionneurs à vitesse variable (AVV)................................................................................ 77
6.3 Exemples pratiques d’application de variateurs de fréquence....................................................... 82

7. SEPTIÈME PARTIE : ECLAIRAGE ............................................................................................................................ 87


7.1 Importance de l’économie d’énergie dans l’éclairage................................................................................ 88
7.2 Typologie et caractérisation des lampes les plus fréquentes ............................................................ 89
7.3 Recommandations sur l’efficacité énergétique de l’éclairage.......................................................... 92
7.4 Amélioration de l’efficacité énergétique dans les installations d’éclairage...................... 93
7.5 Gestion énergétique des installations d’éclairage ............................................................................................ 95
7.6 Efficacité énergétique et coûts de l’éclairage de bâtiments ............................................................... 96
7.7 Exemples pratiques .................................................................................................................................................................................... 98
INTRODUCTION
La dépendance énergétique, les préoccupations environnementales en raison de l›utilisation de
combustibles fossiles, le prix élevé des produits pétroliers et l’augmentation de la demande énergétique
connue par le Maroc au cours des dix dernières années, sont des facteurs majeurs pour chercher
des solutions alternatives pour optimiser la facture énergique nationale en diversifiant les ressources,
réduisant les émissions de gaz à effet de serre et assurant la sécurité de l’approvisionnement
énergétique.
Au niveau national, la répartition des consommations énergétiques par secteur s’établissent comme
suit :
Industrie : 21%
Bâtiment : 33% dont 25% dans le résidentiel et 8% dans le tertiaire
Transport : 38%
Agriculture et autres secteurs : 7%
Dans cette perspective, le Maroc a accordé une attention particulière à la recherche des alternatives
pour remplacer le vecteur énergétique national classique par un autre vecteur énergétique durable.
Parmi les solutions préconisées, la production de l’électricité à partir des énergies renouvelables,
notamment le solaire (14%), l’éolien (14%) et hydraulique (14%), et l’intégration des actions d’efficacité
énergétique afin de réduire sa consommation énergétique fossile de 12% à l’horizon de 2020. Ces
objectifs ne peuvent être atteints qu’à travers la mise en place de plusieurs mesures incitatives,
réglementaires et normatives qui peuvent encadrer et accompagner l’ensemble des activités des
différents secteurs.
En effet, l’efficacité énergétique, considérée comme la quatrième source d’énergie après les énergies
fossiles, les énergies renouvelables et l’énergie nucléaire, est devenue plus attrayante en raison de ses
avantages économiques et environnementaux grâce à l’utilisation rationnelle des sources de l’énergie.
La démarche la plus influente sur l’évaluation et l’aide à la maitrise de la consommation d’énergie
consiste en la réalisation des audits énergétiques pour analyser les différents postes consommateurs
et qui influencent sur la facture énergétique. L’objectif final est d’émettre un avis sur les performances
énergétiques globales de l’entreprise auditée et de proposer des travaux d›amélioration. Cette
analyse ne peut être établie qu’après avoir effectué des diagnostics énergétiques et des compagnes
de mesures afin d’évaluer le potentiel d’économie d’énergie du site concerné.
La finalité de ce document est de présenter des actions d’économie d’énergie aux industriels
consommateurs afin de réduire leur consommation énergétique en assurant la même production.
Les études de cas sont aussi présentées avec des temps de retour sur investissement et les économies
d’énergies engendrées.

4
ACCUMULATION
1 DE FROID

UN PROCÉDÉ NOUVEAU :
LA POSSIBILITÉ DE STOCKER DU FROID ?

5
1.1 ASPECTS GÉNÉRAUX
Les systèmes d’accumulation de froid permettent que la Réduire la puissance installée sur les appareils de
production de froid et, par conséquent, le fonctionnement production de froid et la demande en électricité
des appareils réfrigérants ne dépendent pas à tout moment moyennant la production et l’emmagasinement de froid
de la demande. En effet, le système d’emmagasinement pendant une grande partie de la journée en vue de son
agit comme régulateur qui doit permettre, dans une utilisation pendant les périodes à forte demande en froid.
grande mesure, de réduire la puissance et de définir le Réduire les coûts de production grâce à la production
fonctionnement des appareils producteurs de froid. et au stockage d’énergie thermique à basse Tº pendant
les heures creuses (quand l’énergie est moins chère)
L’accumulation sous forme de glace permet non seulement en vue d’une utilisation postérieure lorsque le prix de
de faire face à des crêtes de la demande à partir d’appareils l’énergie est plus élevé (heures de pointe).
à puissance modérée, mais aussi de réduire le montant
Une combinaison des deux conceptions.
de la facture électrique des installations en faisant passer
le fonctionnement des appareils de production de froid – L’accumulation du froid présente une série d’avantages
principaux consommateurs d’énergie – des périodes où tels que :
les coûts de l’énergie sont plus élevés (heures de pointe) Une augmentation du rendement de l’installation
aux périodes pendant lesquelles les tarifs électriques sont de refroidissement en raison d’un fonctionnement
plus faibles (heures creuses). préférentiel à régime nominal, contribuant de fait à
l’augmentation de la vie utile de l’installation.
Dans l’industrie, on emploie les systèmes d’accumulation
sous forme de glace en raison d’exigences imposées Diminution de la puissance des appareils de froid et
par les procédés dans des installations qui requièrent réduction de la simultanéité par rapport à d’autres
de fortes demandes en froid sur des périodes de courte systèmes, contribuant ainsi à la réduction globale de la
durée. Si on ne disposait pas, dans ce cas, d’un système puissance électrique requise par l’installation.
d’accumulation capable de répondre à la demande, nous La possibilité d’utiliser des DT élevés grâce à l’utilisation
aurions besoin de réserves de glace permet des débits inférieurs et la
réduction correspondante des pertes de charge.
d’appareils générateurs de froid caractérisés par de fortes
puissances qui présenteraient un coût particulièrement élevé. Diminution du montant de la facture d’énergie électrique.

Cependant, les installations d’accumulation ont Réduction de l’émission de bruits à cause d’une stabilité
accrue du fonctionnement.
l’inconvénient de requérir un espace destiné à l’installation
de réservoirs de stockage et conséquemment L’utilisation de ces systèmes est limitée pour plusieurs
l’investissement correspondant peut dépasser celui d’un raisons :
système conventionnel. Difficultés liées au dimensionnement, car il faut prévoir
Nous pouvons donc conclure que l’accumulation thermique les profils quotidiens de la demande en refroidissement.
d’appoint des procédés de refroidissement dans les Diminution du COP en raison du fonctionnement à des
installations de froid vise l’atteinte des objectifs suivants : températures d’évaporation plus basses.
Le coût de ces installations tend à dépasser celui des
Charge installations conventionnelles (réservoirs, pompes,
thermique échangeur éventuel et circuits d’eau au glycol).
L’espace exigé pour l’emplacement des réservoirs. Mais
il peut exister des alternatives à ce problème comme la
mise sous terre des tanks, leur installation sur la toiture
Accumulation des bâtiments, etc.

Equipement de production
de froid

Figure 1
Conception de l’emmagasinement sous forme de glace

6 Accumulation de froid
1.2 PRINCIPAUX SYSTÈMES D’ACCUMULATION
Accumulation par eau glacée
Dans l’emmagasinement d’énergie, les systèmes de
stockage par eau glacée utilisent la capacité sensible de
l’eau (4,18 kJ.kg-1.0°C-1), soit la plus élevée parmi les
matériaux communs. Cette technologie de l’accumulation
par l’eau glacée revient chère pour des installations
de dimensions réduites ; néanmoins, elle permet de
réduire les coûts effectifs pour des réservoirs de grandes
dimensions, à tel point qu’elle est la plus économique
pour des installations qui requièrent une accumulation de
plus de 7 000 kWh ou de 760 m3.
Ce type de système présente l’avantage de pouvoir utiliser
des appareils frigorifiques standard.
Figure 2
Stratification thermique naturelle Système de stratification thermique naturelle

Elle est fondée sur la tendance naturelle de l’eau à former


des couches horizontales à température égale en fonction
de la densité. A mesure que la température baisse, l’eau
devient plus dense jusqu’à 4°C, niveau auquel celle-ci
se congèle et devient moins dense. Pendant le cycle de
charge, l’eau froide qui provient des appareils frigorifiques
entre dans les réservoirs à travers les diffuseurs et l’eau la
moins froide se situe dans la partie supérieure du réservoir.
Pendant le cycle de décharge, l’eau circule dans le sens
inverse. Au moyen de diffuseurs correctement conçus, on
fait en sorte que l’eau circule vers l’intérieur et l’extérieur
du réservoir sans se mélanger à l’intérieur.
Réservoirs multiples ou réservoirs vides
Ces systèmes séparent l’eau la plus froide de l’eau la moins
froide dans des réservoirs différents. De cette manière, Figure 3
Système à plusieurs réservoirs
on garantit la livraison d’eau glacée à des températures
uniformes. Dans le système du réservoir vide on dispose
d’un ou plusieurs réservoirs, l’un d’eux étant vide avant
que ne commence le cycle de charge. Lors de la charge,
l’eau la moins froide de l’un des réservoirs est refroidie
puis pompée dans le tank vide. Pour la décharge, le
fonctionnement est analogue: l’eau de retour est impulsée
vers le tank vide.

Figure 4
Système de réservoirs à membrane

Accumulation de froid 7
Membrane ou diaphragme
On utilise une membrane flexible ou un diaphragme rigide
mobile monté à l’intérieur du réservoir d’accumulation
pour assurer une séparation entre l’eau froide et l’eau
tiède, sans mélangeurs ni diffuseurs. Une membrane se
déplace vers le haut ou vers le bas selon que le réservoir
est chargé ou déchargé.
Labyrinthe ou chicane
Ces systèmes sont utilisés pour la séparation du volume
de stockage de réservoirs à compartiments multiples
séparés par des parois irrégulières ou chicanes.
Circulation vers accumulation
Circulation venant du stockage vers
Réservoirs à glace
Figure 5 L’emmagasinement thermique sous forme de glace utilise
Système de réservoirs à labyrinthe la chaleur latente de fusion de l’eau, 335 kJ/kg à 0°C.
Cela veut dire que le volume nécessaire au stockage
d’une certaine quantité d’énergie, dans un système
d’emmagasinement sous forme de glace, sera égale
à 25% du volume nécessaire par rapport au système
de stockage au moyen d’eau glacée. Ces systèmes
exigent l’emploi d’appareils réfrigérants à évaporateurs
à basse température (de -12 à –5°C) et il faudra utiliser
généralement un fluide frigorigène à base de glycol ou une
autre solution antigel, afin de prévenir la congélation de
l’eau dans le circuit secondaire. On utilise généralement
une solution d’eau avec 25% d’éthylène-glycol dans les
applications d’accumulation sous forme de glace. Le
circuit de glycol peut être réduit si on utilise un échangeur,
ce qui évite que le glycol circule dans tout le système de
climatisation.
Les technologies d’accumulation sous forme de glace
sont classées suivant :
Fusion externe
Le volume intérieur du réservoir est muni d’une série
de tubes qui constituent l’évaporateur de l’appareil de
production de froid. La surface extérieure des tubes sert
de support à la glace formée à partir de la congélation
de l’eau contenue dans le réservoir. L’eau utilisée dans
le circuit de climatisation circule dans le réservoir et est
refroidie par contact direct avec la glace.
la glace est formée dans le réservoir autour des tubes
d’une manière analogue à celle du système de fusion
externe. La différence par rapport au système décrit
Figure 6 précédemment réside dans le fait que l’eau contenue dans
Système de fusion externe le bac n’est pas mise en circulation et sert uniquement à
l’emmagasinement du froid.

8 Accumulation de froid
Capsules de glace
Le système consiste dans de petits conteneurs en
plastique (sphériques ou rectangulaires) remplis d’eau et
placés à l’intérieur du réservoir. Au moment de la charge, le
frigorigène secondaire circule à l’extérieur des récipients,
produisant la congélation de l’eau contenue dans ces
récipients. Au cours de la décharge, le fluide frigorigène
circule dans le réservoir faisant fondre la glace formée à
l’intérieur des conteneurs. Les conteneurs glacés ont une
densité inférieure à celle du fluide frigorigène et on doit
veiller à ce qu’ils ne puissent flotter librement.
Plaques de glace

Figure 7 La glace se forme dans l’évaporateur et elle se libère


progressivement, tombant à l’intérieur du réservoir de
Système de fusion interne
stockage. Au moment de la décharge, on fait circuler
l’eau à travers le réservoir dans le but de faire fondre la
glace qui flotte à l’intérieur du réservoir. Ce système exige
un espace suffisant pour pouvoir placer l’évaporateur au-
dessus du réservoir d’accumulation et une configuration
du circuit secondaire qui garantisse, au moment de la
décharge, le contact de l’eau de refroidissement avec la
glace se trouvant à l’intérieur du réservoir.
Glace à demi fondue
Dans ce système on fait circuler une solution binaire de
glycol et d’eau à travers l’évaporateur. Il se produit une
pâte de cristaux de glace dans l’évaporateur, laquelle est
pompée pour être stockée.
Ce système présente une caractéristique intéressante qui
réside dans le fait que le point de congélation du liquide
indique la quantité de glace accumulée. Plus il se forme
de la glace, plus on augmente la concentration de glycol
Figure 8
Système des capsules de glace dans le liquide pour faire baisser le point de congélation.
Dans le monde, très peu d’installations ont adopté ce
système.

Sels eutectiques
Les solutions salines comprises dans ce groupe,
désignées en général comme substances de changement
de phase (PCM ou phase change materials), font partie
des alternatives qui utilisent la chaleur latente de fusion.
Les sels eutectiques subissent une fusion complète à une
température de fusion déterminée et conservent la même
composition dans la phase solide que dans la phase
liquide. Ce matériau est encapsulé dans des récipients
rectangulaires en plastique entassés dans le réservoir
d’accumulation dans lequel circule l’eau.

Figure 9
Plaques de glace

Accumulation de froid 9
La formule la plus commune consiste en un mélange de
sels inorganiques (notamment le sulfate de sodium), d’eau
et d’agents nucléants et stabilisateurs ; le point de fusion
et de congélation se trouve à une température constante
proche de 8,3°C (sels eutectiques modifiés de Glaubert).
Cette technologie ressemble beaucoup à celle de la glace
encapsulée à la différence près que les sels utilisés ne se
dispersent pas, ni se contractent, ni se déplacent avec
le changement de phase et, comme le matériau ne flotte
Circulation en Accumulation pas puisqu’il est 1,5 fois plus dense que l’eau, les unités
Circulation en Désaccumulation
de sels eutectiques ne se déplacent pas dans le réservoir
Figure 10 pendant la congélation ou la décongélation.
Système de glace à demi fondue
Grâce à cette technologie, nous pouvons utiliser
l’installation de froid conventionnelle aux températures
standard avec de l’eau dans le circuit secondaire. Le
volume d’accumulation nécessaire pour emmagasiner une
quantité déterminée d’énergie, même s’il est supérieur à
celui nécessaire dans le système d’accumulation sous
forme de glace, correspond à 33% du volume nécessaire
dans le cas où on utilise un système de stockage sous
forme d’eau glacée.

Comparaison des différentes technologies


d’accumulation
Les systèmes d’accumulation sous forme d’eau glacée
et à base de sels eutectiques utilisent des installations
de refroidissement qui fonctionnent avec de l’eau
standard aux températures des systèmes de climatisation
conventionnels. Ces technologies de stockage
s’appliquent généralement à des systèmes dont les
charges sont particulièrement considérables et lorsque les
Figure 11 installations frigorifiques centrifuges sont les plus usuelles.
Système des sels eutectiques
Les systèmes à fusion interne, à capsules de glace et
à fusion externe utilisent des installations frigorifiques
standard ; cependant, celles-ci doivent être équipées
d’évaporateurs adaptés à un fonctionnement à basse
température. Les installations frigorifiques peuvent être
munies de compresseurs conçus pour fonctionner
à deux niveaux de compression.
Le tableau suivant donne les caractéristiques les plus
importantes des différentes technologies appliquées dans
le stockage du froid.

10 Accumulation de froid
Tableau 1
Comparaison des principales caractéristiques des technologies existantes

Caractéristiques Eau glacée Découpeuse de glace Fusion externe

Frigorigène secondaire à basse


TYPE DE REFRIGERANT Eau standard Appareil de production de glace
température

VOLUME DU RÉSERVOIR de 0,09 à 0,17 m3/kWh de 0,02 à 0,03 m3/kWh 0,023 m3/kWh

TEMPERATURE DE CHARGE de 4 à 6 °C de -9 à –4 °C de -9 à –4 °C

COP NOMINAL DU
de 5 à 5,9 °C de 2,7 à 3,7 °C de 2,5 à 4,1 °C
REFRIGERANT EN CHARGE

TEMPERATURE MINIMALE
de 4 à 7 °C de 1 à 2 °C de 1 à 2 °C
DE DECHARGE

FLUIDE DE DECHARGE Eau Eau Eau

Utilise réfrigérants existants; utile Taux de décharge élevés et à


AUTRES Taux de décharge élevés
comme réserve en cas d’incendie basse température

Caractéristiques Fusion interne Capsule de glace Sels Eutectiques


Frigorigène secondaire à basse Frigorigène secondaire à basse
TYPE DE REFRIGERANT Eau standard
température température

VOLUME DU RESERVOIR de 0,019 à 0,023 m3/kWh de 0,019 à 0,023 m3/kWh 0,048 m3/kWh

TEMPERATURE DE CHARGE de -6 à –3 °C de -6 à –3 °C de 4 à 6 °C

COP NOMINAL DU REFRIGERANT


de 2,9 à 4,1 °C de 2,9 à 4,1 °C de 5 à 5,9 °C
EN CHARGE
TEMPERATURE MINIMALE DE
de 1 à 3 °C de 1 à 3 °C de 9 à 10 °C
DECHARGE

FLUIDE DE DECHARGE Frigorigène secondaire Frigorigène secondaire Eau

Utilise les réfrigérants existants.


AUTRES Bassins modulaires Flexibilité de la forme du réservoir
Flexibilité de la forme du réservoir

Accumulation de froid 11
1.3 STRATÉGIE DES OPÉRATIONS
ET DES COMMANDES
Les cycles de fonctionnement sont normalement quotidiens,
mais ils peuvent être hebdomadaires ou durer plus longtemps:
cela dépend des conditions particulières d’usage de chaque
bâtiment. Les cycles hebdomadaires peuvent constituer une
option intéressante, à condition que les demandes maximales
de refroidissement n’exigent pas une fréquence quotidienne et/
ou que les systèmes fonctionnent à charge réduite pendant de
Figure 12 longues périodes. Quoi qu’il en soit, pour pouvoir optimiser les
Charge du système de stockage coûts d’exploitation, le mode de fonctionnement de ces systèmes
devra être adapté aux dispositions tarifaires en vigueur.

Modes de fonctionnement
Il existe essentiellement cinq modes de fonctionnement possibles
d’une installation frigorifique à système d’accumulation:
Charge du système d’accumulation
Figure 13 Dans ce cas, l’installation frigorifique produit du froid exclusivement
Alimentation simultanée de la charge et du stockage
pour le système de stockage et fonctionne à sa puissance nominale
pendant les heures creuses du système tarifaire. Cette situation se
produit pendant les périodes pendant lesquelles le bâtiment n’est
pas occupé et, par conséquent, la demande frigorifique est nulle.
Alimentation simultanée de la charge et du système de stockage
La capacité de production des installations frigorifiques est utilisée
dans le but de couvrir la demande en froid du bâtiment et les
Figure 14
excédents sont utilisés pour charger le système de stockage.
Alimentation de la charge au moyen
Alimentation de la charge au moyen des installations frigorifiques
des installations frigorifiques
Le système de production de froid fonctionne uniquement pour
couvrir les demandes du bâtiment.
Alimentation simultanée de la charge par les installations
frigorifiques et par le système de stockage
elle s’effectue aux heures de pointe d’utilisation du bâtiment, ce
qui exige le fonctionnement des deux systèmes pour pouvoir
Figure 15 couvrir les besoins en froid.
Alimentation simultanée des charges au moyen
des installations frigorifiques et du système de stockage Décharge du système de stockage
Situation dans laquelle la demande frigorifique du bâtiment est
couverte uniquement au moyen du système de stockage.
Stratégies d’accumulation
Les stratégies relatives au fonctionnement des systèmes de
stockage ont pour but de définir leur mode opératoire en fonction
de la distribution horaire, de la demande frigorifique à couvrir et du
Figure 16
Décharge du système de stockage coût énergétique correspondant à chaque frange horaire.

12 Accumulation de froid
Pour simplifier l’analyse, nous ne prendrons en considération
que deux franges horaires : les heures de pointe et les heures
creuses. Dans ce cas et dans l’hypothèse d’une installation
dont les besoins frigorifiques seront ceux indiqués sur
la figure correspondante, les stratégies commandant le
fonctionnement des systèmes de stockage du froid destinés
à couvrir cette demande peuvent se résumer à deux options
(accumulation totale et accumulation partielle).
Pour l’option de l’accumulation totale, le système de
stockage sera dimensionné pour couvrir la demande
totale du bâtiment aux heures de pointe, la charge ayant
lieu pendant les heures creuses. Cette stratégie réduit
Figure 17 considérablement le niveau de la puissance souscrite
Profilhorairedelademandefrigorifique ainsi que les coûts énergétiques du système, étant donné
que la consommation des heures de pointe est déplacée
à la période des heures creuses, d’où les avantages
économiques. Néanmoins, il y a un inconvénient : il faudra
une capacité supérieure du système de stockage, donc
un investissement complémentaire et une augmentation
significative de la surface disponible d’installation des
réservoirs. Cette stratégie est recommandée dans les
situations dans lesquelles les coûts énergétiques et de
puissance sont élevés pendant les heures de pointe et/
ou lorsque les heures de pointe représentent une période
relativement courte.
Pour l’option de l’accumulation partielle, la capacité de
Figure 18 stockage permet à peine de couvrir une partie de la
Accumulation complète demande frigorifique lors des heures de pointe et la demande
restante devra être assurée grâce au fonctionnement des
installations frigorifiques. Cette situation réduit les besoins
en stockage et la capacité des machines frigorifique set, par
conséquent, on réduit l’investissement. Malgré tout, on ne
réduit pas d’une manière significative les frais d’exploitation
du système.
Dans cette stratégie, nous pouvons établir deux modèles
de fonctionnement pour les installations frigorifiques: le
nivellement des charges quand les installations frigorifiques
fonctionnent
à un régime continu pendant toute la journée ou la limitation
de puissance lorsqu’on limite leur fonctionnement pour ne
Figure 19
Accumulation partielle–nivellement des charges pas dépasser un niveau de puissance déterminé pendant
les heures de pointe.
Comme les besoins en réfrigération des locaux climatisés
ne sont pas constants pendant toute l’année, il est fréquent
de voir des systèmes qui ont recours aux deux stratégies,
autrement dit, fonctionnant en accumulation partielle pendant
la période estivale et en accumulation totale le reste de
l’année. D’autre part, la capacité maximum de déplacement
des charges n’est pas nécessairement la meilleure stratégie
de commande. Ces circonstances exigent alors que l’on
puisse identifier à tout moment la stratégie opérationnelle
la plus efficace pour pouvoir couvrir la demande frigorifique
du bâtiment.
Figure 20 Cette problématique passe nécessairement par la définition
Accumulation partielle-limitation de puissance
du moment de l’accumulation et de la quantité à stocker.

Accumulation de froid 13
C’est pourquoi une définition stratégique passe par l’option qui accordera la priorité à l’installation frigorifique ou au
stockage et par l’optimisation permanente de la capacité d’accumulation. En d’autres termes, il s’agit d’établir un plan
opérationnel susceptible de réduire les frais d’exploitation.
Un fonctionnement qui accorde la priorité aux installations frigorifiques pendant les périodes d’occupation du bâtiment
implique que l’on maintiendra les machines frigorifiques à plein régime pendant les heures de pointe afin de couvrir les
besoins en charge, l’accumulation se limitant alors à compléter la demande correspondant à cette période. La capacité
d’accumulation ne sera utilisée que les jours de charge maximum. Cette stratégie est très facile à mettre en œuvre car
elle n’exige aucune prévision de consommation. Cependant, dans la plupart des cas, elle s’avère peu rentable du point
de vue économique.
Un fonctionnement qui accorde la priorité à l’accumulation implique un fonctionnement réduit des machines frigorifiques
puis qu’elles ne fonctionneront que pendant les périodes où les plaques de glace ne seront pas suffisantes pour couvrir la
demande. De cette manière, on utilisera tout le volume accumulé, ce qui permettra une réduction des crêtes de puissance et
les avantages économiques correspondants. Cette stratégie est plus complexe que la précédente ; en effet, il faudra établir
le régime minimum des machines de production de froid destinées à assurer la couverture de la demande frigorifique de
l’entreprise et des on procédé ou du bâtiment, notamment vers la fin de la journée.
Les options de commande impliquent une décision quotidienne concernant la stratégie à appliquer pour l’accumulation
(partielle ou complète) et le type de priorité à accorder (aux machines frigorifiques ou au stockage). La réponse à ces
questions dépendra des caractéristiques du projet (définition des charges du projet, simulation annuelle des besoins
énergétiques du bâtiment), des dispositions tarifaires électriques en vigueur et de la capacité du système de gestion
et de commande des installations, dans le sens de la capacité concernant l’apprentissage de ces systèmes et des
techniciens responsables des opérations.

Configurations de base
Les systèmes de production et de stockage du froid présentent
trois configurations de base qui se distinguent essentiellement
dans le mode de connexion des machines frigorifiques et des
réservoirs d’accumulation.
Figure 21 Configuration en série avec stockage en amont
Configuration en série avec stockage en amont
Dans ce cas, on réussit à optimiser l’utilisation de l’énergie
accumulée ; cependant, la température d’alimentation des
machines de production de froid est plus faible. La stratégie de
commande des circuits hydrauliques est relativement simple.
Configuration en série avec machines frigorifiques en amont
Dans ce cas de figure,lesinstallations frigorifiques tendront à
fonctionner sur la base d’une capacité et d’une efficacité accrues
; néanmoins, le caractère fonctionnel du stockage est réduit. La
stratégie de commande et la conception des circuits hydrauliques
Figure 22
Configuration en série avec machine frigorifique en amont
est assez simple.
Configuration en parallèle
Dans cette configuration,lamachine frigorifique et l’accumulation
reçoivent directement la charge du bâtiment. Cette configuration
permet que la machine de production de froid fonctionne sur la
base d’une capacité et d’une efficacité accrues et le caractère
fonctionnel de l’accumulation est aussi optimisé. Les pertes se
produisant dans le circuit sont réduites, ce qui peut s’avérer
important dans le cas où on dispose de nombreux réservoirs.
Malgré tout, la conception du système de commande et des
Figure 23 circuits hydrauliques est plus complexe.
Configuration en parallèle

14 Accumulation de froid
1.4 CRITÈRES DU DIMENSIONNEMENT
Le dimensionnement des systèmes d’accumulation produirait une augmentation des coûts énergétiques si les
thermique diffère beaucoup de celui des systèmes machines frigorifiques devaient fonctionner en dehors des
conventionnels. Pour ces derniers, le dimensionnement périodes établies.
est calculé en fonction de la puissance de réfrigération
Le dimensionnement des systèmes de climatisation basés
maximum requise pour le bâtiment ou l’ensemble des
sur l’accumulation exigera une étude quotidienne suivie du
locaux à climatiser, tandis que dans les systèmes basés
système et une analyse de l’utilisation annuelle étant donné
sur l’accumulation, on devra calculer les demandes
que les estimations techniques et économiques doivent
énergétiques qui doivent présenter, normalement, les
être effectuées sur une base annuelle.
profils typiques quotidiens (jour de la semaine, week-
end, période de vacances, etc.) afin de garantir un Pour effectuer le dimensionnement initial d’un système à
dimensionnement correct aussi bien de la capacité du accumulation basé sur le critère du jour du projet, il faudra :
système d’accumulation que des groupes de production
1. Définir le profil de la charge thermique (de réfrigération) du
de froid et pour que dans certains édifices la puissance
bâtiment et, en fonction de ce profil,établirlejourduprojet.
maximum et la consommation maximum d’énergie
frigorifique ne coïncident pas nécessairement le même jour. 2. Opter pour une stratégie opérationnelle pour le jour du
projet.
Un surdimensionnement des systèmes d’accumulation
réduit leur efficacité et augmente les coûts de l’investissement 3. Calculer la capacité initiale de la machine de production
initial. D’autre part, un sous-dimensionnement remettrait en de froid et du système d’accumulation.
question une partie des prestations de ces systèmes car 4. Sélectionner la technologie appropriée pour l’accumulation.
il existerait un risque de décharge prématurée du système
d’accumulation, ce qui aurait une influence négative sur 5. Ajuster et achever définitivement la sélection des
le niveau de confort du bâtiment au cas où il n’existerait groupes de froid, du système d’accumulation et du
pas de puissance alternative disponible ; de plus, il se circuit hydraulique.

Accumulation de froid 15
1.5 DIMENSIONNEMENT ET ESTIMATION
ÉCONOMIQUE
Le calcul et l’évaluation d’un système basé sur Ainsi donc, à partir de ce schéma, on dimensionnera,
l’accumulation de froid exigent une estimation annuelle du pour chaque alternative, les générateurs de froid et de
système de production de froid avec et sans accumulation. chaleur, le volume de stockage et les principaux appareils
Cette estimation devra être effectuée de préférence sur de pompage et de ventilation. On définira également, sur
une base horaire. une base annuelle, la distribution des consommations et
les coûts énergétiques pour l’usage établi.
La méthode devra déterminer :
Lorsque ces installations sont spécialement conçues
a) La fonction de la charge thermique du bâtiment ou
comme des installations destinées à économiser l’énergie,
de l’installation industrielle à laquelle est destinée la
il faudra prendre aussi en considération le système des
production de froid, en fonction des hypothèses et
tarifs électriques et ses répercussions sur les coûts
des conditions de fonctionnement, de la température
extérieure et de l’heure de la journée (base de 24 h). énergétiques et de puissance afin de pouvoir comparer
les frais de fonctionnement de l’option avec accumulation
b) La demande énergétique, les facteurs déterminants
par rapport aux frais correspondant aux alternatives
et les caractéristiques d’un système conventionnel
conventionnelles.
capable de couvrir les besoins du bâtiment ou de
l’installation (sans système d’accumulation de froid) Si on se proposait d’étudier la viabilité d’un système à
accumulation dans un bâtiment, le procédé commencerait
c) La demande énergétique et les caractéristiques
par la description et la définition des caractéristiques
du système ou de l’installation avec accumulation
énergétiques du bâtiment, puis on procéderait aux calculs
frigorifique en établissant une comparaison par rapport
de la charge, à la définition et au dimensionnement des
au système conventionnel sur la base des hypothèses
installations avec et sans accumulation. On terminerait
de fonctionnement.
enfin par le calcul des économies d’énergie et d’argent
avant de se prononcer sur la viabilité de l’installation.
Ces économies seront calculées sur la base des
consommations d’énergie et des frais de fonctionnement
et en fonction des tarifs électriques en vigueur dans
chaque cas.

Figure 24
Diagramme séquentiel du procédé d’évaluation

16 Accumulation de froid
1.6 EXEMPLES DE PROJETS D’ÉCONOMIE
D’ÉNERGIE
Stockage de froid sous forme de glace En supposant que les compresseurs fournissent 80% de
leur capacité nominale, la durée nécessaire pour produire
On envisage de réduire les coûts énergétiques d’une usine
la quantité de froid consommée par jour est donnée par :
agro-alimentaire par le stockage du froid sous forme de
glace. Les données techniques de l’installation frigorifique
sont:

Données techniques Le coût de l’électricité consommée pour la production du


froid s’élève à :
200 kW
Capacité frigorifique:
(2 compresseurs de 100kW)

Débit de pointe du fluide refroidi: 15m3/hre Si l’on arrive à produire le froid pendant les heures creuses,
cette portion de la facture électrique sera réduite à 5197,08
débit moyen du fluide refroidi: 10m3/hre Dhs/mois, soit une économie d’environ 31%
1
Prix donné en HT
Température initiale: 15∞C
Remarques :
Température finale: 4∞C 1. La puissance frigorifique demandée en période de
pointe est égale à:
Chaleur massique du liquide
4,18 (kJ/kg.K)
refroidi:

Durée moyenne de
10 (heures/J)
fonctionnement: alors que la puissance frigorifique moyenne n’est que
de 127,7(kW). Il y a donc possibilité de gagner sur la
Durée moyenne de
fonctionnement:
20 (jours/mois) puissance appelée à travers le système de stockage.
2. Ce calcul ne tient pas compte de l’amélioration du COP
COP mesuré de l’installation: 2.9 due à une marche à pleine capacité.

Prix de l’électricité en heures de Les gains réels seront donc plus importants.
1,206 Dhs/kWh
pointe:
3. On a également supposé que la formation de la glace
Prix de l’électricité en heures n’aura pas d’effet sur les conditions de fonctionnement
0,849 Dhs/kWh
pleines: de l’installation. Or, comme on peut s’y attendre,
les systèmes avec stockage de glace ont des COP
Prix de l’électricité en heures
creuses:
0,59 Dhs/kWh inférieurs à ceux des systèmes sans stockage. Cette
baisse du COP tendra à réduire la valeur des économies
calculée. Le stockage ne sera retenu que si la différence
a consommation frigorifique journalière s’élève à:
de tarif entre les heures pleines et les heures creuses est
10.000 x 10 x 4,18 (15 - 4) = 4.598 x 106 (kJ) suffisante pour compenser la baisse des performances.
Sachant que la chaleur latente de la glace est égale à Gain réalisé 27.000 Dhs/an
333.4 (kJ/kg), la masse de glace nécessaire au stockage Coût de l’installation 75.000 Dhs
de cette quantité de froid est égale à:
Temps de retour 34 mois

Le volume de stockage est calculé à partir de la masse


volumique de la glace, 1.1 (m3/Tonne).
D’où :
Volume = 13,791 x 1.1 = 15,17 (m3)

Accumulation de froid 17
18
PRODUCTION
2 DE FROID

COMMENT AMÉLIORER LA PERFORMANCE


DES ÉQUIPEMENTS DE PRODUCTION DE FROID ?

19
2.1 ASPECTS GÉNÉRAUX
Que ce soit pour des applications industrielles ou pour Les systèmes de réfrigération industrielle requièrent
la climatisation, les deux systèmes se basent sur des donc d’ordinaire des appareils conçus en fonction de
principes identiques. Ils présentent cependant une leurs besoins, alors que les systèmes de climatisation
différence fondamentale : les systèmes de climatisation s’accommodent d’appareils de production de froid
disposent de marges de température relativement étroites standards, disponibles chez plusieurs fabricants.
(et ceci est valable pour la source chaude comme pour
la source froide), tandis que, dans le cas de l’industrie
frigorifique,les marges de température en jeu sont très
importantes, tant pour la source chaude que pour la
source froide.

2.2 PARC D’ÉQUIPEMENTS DE PRODUCTION


DE FROID
Il est difficile de connaître le nombre exact d’installations Toutefois, on peut connaître le nombre d’entreprises
frigorifiques en service au Maroc. travaillant dans des secteurs d’activités susceptibles
d’utiliser de tels équipements.

Nbre
Type de flui de
Nbre approximatif
Secteur Activité industrielle frigorigène 1 Répartition
d’entreprises d’installations
utilisé
frigorifiques
Sucre raffiné et mélasse purifiée 14 6 R-22
1%
Chocolat, préparation base chocolat 2 2 R-22
0%
Conserves fruits,légumes en boîtes 60 30 R-22
6%
Autres conserves fruits & légumes 36 36 R-22
7%
Enttrepots frigorifiques 82 82 NH3
17%
Abattage des animaux 3 3 NH3
1%
Conserves de viandes séchées, salées 14 14 R-22
3%
Lait et sous produits de lait 28 28 NH3
6%
Fromage et caillebotte 8 8 NH3
2%
Production de lait en conserve 1 1 NH3
I.A.A.2 0%
Crémé glacée a base de lait 8 8 NH3
2%
Oleo margarine,autre matière grasse 8 8 NH3
2%
Conserves de poisson, fruits de mer 56 56 R-22 ; NH3
11%
Congélation de poisson,fruit de mer 67 67 NH3
14%
Amidon,fecules et levures 10 10 R-22 ; NH3
2%
Glace hydrique & autres produits 33 33 NH3
7%
Fabrication de malt et de bières 6 6 R-22 ; NH3
1%
Fabrication mout de raisins & vins 9 9 R-22
2%
Boissons fermentées 1 1 R-22
0%0%
Eaux minérales gazéifiées ou non 2 2 R-22;NH3

Industrie chimique a base organique 9 9 R-22 ; NH3 2%


Résines synthétiques, plastiques 18 18 R-22 4%
I.C.P.3 Produits biologiques,chimiques 1 1 R-22 0%
Produits pharmaceutiques 23 23 R-22 5%
Savons & produits de toilette 25 25 R-22 5%

I.M.M.E.4 Composantes électroniques 3 3 R-22 1%

TOTAL 527 489 100%

20 Production de froid
Les systèmes de réfrigération fonctionnant à l’ammoniac Ils sont pourtant de plus en plus fiables,efficacesetsilencieux.
(NH3) sont les plus couramment utilisés dans l’industrie. Il Ils ont beaucoup plus de souplesse au niveau de la
est bon de savoir que l’ammoniac demeure un réfrigérant réponse aux besoins et leur coût baisse. Les industriels
relativement propre pour l’environnement et peu cher. ont intérêt à regarder l’option « rotatif » au moment du
Il demeure toxique et inflammable et en ce sens, il est remplacement du parc de machines, les avantages
important de bien maîtriser les fuites sur de tels réseaux (efficacité,espace,souplesse)peuvent mieux répondre à
de manière à protéger la santé des ouvriers en contact leurs besoins.
avec le produit.
On retrouve les compresseurs de type hermétique dans 1
R-22 : monochlorodifluorométhane (CHClF2) ; NH3 : ammoniac
la petite industrie, le commerce et l’hôtellerie (sur les 2
Industrie Agro-Alimentaire
systèmes non centralisés).
3
Industrie de la Chimie et de la Parachimie
Les compresseurs rotatifs (à vis ou centrifuges) sont
encore peu utilisés dans l’industrie. 4
Industrie Métallique Métallurgique Electrique et Electronique

2.3 LA PRODUCTION DE FROID


La production du froid est l’un des secteurs industriels Systèmes de production de froid
où la facture énergétique représente une part très
importante des charges d’exploitation. Cette part varie
de 10 à plus de 50% du total des charges. La moyenne
peut être située entre 25 et 30 %. Ces chiffres révèlent
à la fois l’importance de l’énergie dans ce secteur mais
aussi une gestion insuffisante de cette ressource. A
l’échelle des pays industrialisés, une enquête affirme
que des économies d’énergie de 25% sont facilement
réalisables dans le domaine de la production du froid. Il
est donc raisonnable de penser qu’en mettant en place un
système efficace de gestion de l’énergie, des réductions
significatives des charges peuvent être obtenues par les
entreprises marocaines dans la production du froid. Les systèmes de production de froid se basent,
comme nous l’avons vu précédemment, sur des cycles
Les procédés de production de froid les plus courants
thermodynamiques ou processus physiques, qui
à l’heure actuelle se basent essentiellement sur deux
présentent un transfert continu d’énergie thermique
systèmes ou cycles thermodynamiques : le cycle de
d’une zone à basse température à une zone à haute
compression de vapeur et le cycle d’absorption.
température. La source calorifique à haute température
Le système de réfrigération par compression de vapeur est provient d’habitude de l’air ambiant ou d’une masse d’eau
sans aucun doute le système le plus utilisé de nos jours. d’une capacité pratiquement illimitée. En réalité, c’est
Depuis plusieurs années, 95% des installations utilisent, l’air ambiant, en proportion très élevée, qui, directement
en termes d’unités d’énergie, le système de compression ou indirectement, constitue la source chaude à haute
de vapeur. température.
Le marché des installations de production de froid basée Tout processus pratique de production de froid implique
sur le cycle d’absorption est surtout circonscrit à la l’intervention d’un fluide, appelé frigorigène, qui subit des
climatisation, ce qui ne veut pas dire que, techniquement transformations thermodynamiques contrôlées au cours
parlant, elles ne puissent s’adapter sans problème à la d’un cycle défini de fonctionnement.
réfrigération industrielle à températures moyennement
froid si nous partons d’une brève analyse thermodynamique
basses.
de leur comportement. Il convient pour ce faire de traiter
Nous envisagerons la production de froid sous tous le sujet sous un angle purement graphique, à l’aide de
ses rapports et analyserons l’ensemble des méthodes, diagrammes qui établissent les rapports entre les variables
systèmes et composants visant à obtenir un frigorigène à thermodynamiques intervenant dans le phénomène.
une température à même de répondre aux exigences du
Etant donné que les principaux processus de production
processus de réfrigération.
de froid se basent sur les cycles thermodynamiques de
compression de vapeur et d’absorption, nous allons à
présent procéder à une brève description de ces derniers.

Production de froid 21
3 2 Cycle de compression de vapeur
Condenseur
Une machine frigorifique qui fonctionne selon le cycle
Vanne de de compression de vapeur, comprend quatre éléments
détente Compresseur
fondamentaux décrits sur la figure ci-jointe.

4 Évaporateur Compresseur
1
Il comprime, sans pertes thermodynamiques, de la vapeur
saturée à basse température et pression (état représenté
Pression

sur le point 1), ce qui l’amène à un état plus élevé de


pression et enthalpie (état 2), au prix d’un travail externe
fourni au compresseur par un élément moteur tel qu’un
moteur électrique, un moteur à explosion, une turbine à
2 vapeur, etc.
3
Condenseur
La vapeur réchauffée venant du compresseur (état 2),
traverse le condenseur en passant de l’état de vapeur
4
1 saturée à l’état de liquide saturé (état 3). La température
du fluide frigorigène reste toujours supérieure à celle
de la source de chaleur, permettant ainsi que, dans le
Enthalpie condenseur, le frigorigène cède une quantité de chaleur
Condenseur équivalent à la diminution d’enthalpie depuis son entrée
Gaz sous forme de vapeur réchauffée, jusqu’à sa sortie sous
forme de liquide.
Détendeur ou dispositif d’étranglement
Grâce à ce dispositif, le liquide sous pression sort du
Eau de condenseur (état 3), se répand immédiatement et conserve
ainsi son contenu total en chaleur. Cette transformation
isenthalpique produit la vaporisation d’une petite partie du
Réseau Ligne
tubulaire de liquide fluide frigorigène et le refroidissement du mélange liquide
vapeur (état 4).
Condenseur
Détendeur
Évaporateur
Échangeur de chaleur où le frigorigène liquide succion à
une température plus basse que la source froide (état 4),
prélève de la chaleur au milieu ambiant pour s’évaporer et
passer à l’état de vapeur saturée (état 1), c’est-à-dire l’état
d’entrée au compresseur. Le cercle thermodynamique est
ainsi bouclé.
Rendement du cycle
On déterminera les avantages d’un système par rapport à
un autre en définissant le coefficient de performances ou
Evaporateur
Détendeur COP. Ce coefficient est les uivant:

Enthalpie (1) - Enthalpie (4)


COP =
Enthalpie (2) - Enthalpie (1)

Ligne
qui équivaut au rapport :
de liquide Effet réfrigérant
Entrée nette de travail

Distributeur d’expansion
de liquide

Évaporateur

22 Production de froid
Évaporateur

Vanne de détente
Thermostatique
Réfrigérant

Pressostat de Pressostat de
basse pression haute pression

Condenseur

Filtre de Filtre
liquide sécheur
Réservoir
séparateur
Viseur Vanne
solenoïde
Schéma typique d’une installation frigorifique mono-étagée
Il ne s’agit pas de l’expression du rendement mécanique ou Les systèmes mono-étagés —les plus répandus sur le
énergétique au sens traditionnel du terme, mais cela nous marché— suivent le cycle thermodynamique décrit ci-
permet de nous faire une idée de la capacité énergétique dessus.
d’un processus frigorifique.
Le but du compresseur est de faire circuler le fluide
Le cycle thermodynamique dont nous nous occupons ici frigorigène avec le débit massique voulu afin d’obtenir
est un cycle idéal car il part des hypothèses suivantes : la puissance frigorifique exigée. Le frigorigène
La compression de la vapeur s’effectue sans pertes de passe d’un faible niveau de pression (pression dans
chaleur à l’extérieur. l’évaporateur) à un niveau élevé de pression (pression
dans le condenseur). Nous obtenons donc deux circuits
Le fluide circule entre les différents composants du définis;unàhautepression,délimitépar les lignes entre le
système sans pertes de charge ou baisses de pression.
compresseur et le condenseur, le condenseur et l’éventuel
Lorsque la vapeur sort de l’évaporateur, elle n’est pas récipient du liquide (il s’agit bien souvent du condenseur lui-
soumise à un réchauffement et le liquide qui sort du même), et les lignes qui unissent le récipient ou condenseur
condenseur ne subit aucun sous-refroidissement. et le détendeur (nous avons parlé auparavant de détendeur
Dans la pratique aucune de ces hypothèses ne s’accomplit car il s’agit en général d’une vanne de réglage, mais il suffit
pleinement et le fait est qu’elles exercent toutes une d’un milieu où soit produite une brusque chute de pression
influence sur le COP du système. du liquide ; de fait, certains systèmes ont recours pour ce
faire à des tubes capillaires) ; l’autre circuit reçoit le nom
Les cycles frigorifiques basés sur la compression de de circuit à basse pression et comprend les lignes entre
vapeur emploient une grande variété de fluides frigorigènes le détendeur et l’évaporateur, l’évaporateur et les lignes
qui sont choisis en fonction du champ d’application du d’aspiration entre ce dernier et le compresseur.
système de production de froid car chaque frigorigène
possède des propriétés adaptées à l’une ou l’autre Du point de vue énergétique, le compresseur est le
application. Un grand nombre de systèmes de production système qui contribue le plus à la consommation du
de froid leur permettent en outre de s’ajuster à chaque cycle étant donné que c’est celui qui reçoit et transforme
cas concret. Les variantes les plus fréquentes sont les l’énergie extérieure qui entre dans le cycle. Evidemment,
suivantes : la consommation d’énergie dépend de l’élévation de
pression exigée au compresseur. En principe, la basse
compression mono-étagée ;
pression dépend du froid à obtenir, c’est-à-dire, de la
compression multi-étagée (composée ou en cascade) ; température nécessaire à la source froide. Normalement
dispositif de détente directe ; cette température sera très stable et ne subira pas de
variations au cours du processus de réfrigération. Ceci dit,
dispositif immergé ; si l’on dispose d’une bonne surface de transmission de
utilisation de fluides frigorigènes secondaires; chaleur et que le coefficient global de transmission(cal/h.
m2.ºC ou W/h.m2.ºC) est correct, le système frigorifique
recyclage de fluide frigorigène liquide (suralimentation).

Production de froid 23
ne pourra travailler à une pression d’évaporation plus Dispositifs de détente directe
élevée (température plus haute), que si la transmission
Il s’agit de dispositifs où la détente se produit à l’entrée
globale est médiocre. Et cela aura des répercussions sur
de l’évaporateur grâce à différents mécanismes qui
la consommation d’énergie.
produisent l’étranglement voulu pour générer le froid.
De même, si l’on dispose d’un bon condenseur, on pourra Il existe une grande variété de mécanismes de ce
travailler à une pression de condensation plus basse type: tubes capillaires, simples vannes de commande
et obtenir une consommation d’énergie dans le cycle manuelle qui étranglent le flux, vannes automatiques qui
minimum. Pour ce faire, sont primordiaux un coefficient de contrôlent le flux de frigorigène (vannes thermostatiques,
transmission optimum (propreté absolue du condenseur, vannes actionnées par le niveau du liquide) ou vannes
absence de dépôts, etc.), ainsi qu’une grande surface automatiques entraînées sur base de dispositifs de
d’échange, étant donné que le contrôle permanent de la contrôle par température, pression, etc.
température du fluide de condensation s’avère difficile.
Ces dispositifs n’incluent aucune séparation des phases
Des pertes de charges : on ne peut négliger celles qui liquide-vapeur après la détente.
se produisent lorsque le frigorigène se répand dans les
Dispositifs de suralimentation
tuyauteries, non seulement du circuit à haute pression
mais aussi de celui à basse pression. Sur ces dispositifs de suralimentation, en revanche, nous
assistons à la séparation de la phase gaz et de la phase
Ces pertes de charge, ou chutes de pression, occasionnent
liquide. La phase gaz est aspirée par le compresseur en
une augmentation dans le rapport de compression du
même temps que la vapeur saturée ou réchauffée en
compresseur, ce qui signifie une augmentation de la
provenance de l’évaporateur, et le liquide froid, séparé
consommation d’énergie du cycle.
après détente, est recyclé au moyen d’une pompe entre le
Le dimensionnement des tuyauteries du fluide frigorigène séparateur et les évaporateurs, de sorte que l’on garantit
doit répondre à leur fonction et disposition physique sur ces derniers la présence d’un débit compatible
(montant vertical ou travée horizontale, etc.).
à tout moment avec les besoins de puissance frigorifique.
Les tuyauteries de liquide ne posent pas trop de problèmes
L’utilisation d’un évaporateur immergé équivaut en
quant à leur dimensionnement.
quelque sorte au dispositif de détente directe, combiné
Il faut prévoir et faire en sorte que le liquide ne se vaporise avec un dispositif de suralimentation. Il s’agit en effet de
pas partiellement suite à une baisse de pression. maintenir dans l’évaporateur un niveau donné de liquide
qui garantisse une ébullition de toute la masse. La détente
Les tuyauteries de gaz chaud ou de refoulement du
du liquide avant l’évaporateur a lieu dans une vanne à
compresseur vers le condenseur doivent présenter un
niveau. Ce dispositif sert normalement à refroidir de l’eau
dimensionnement qui réduise les pertes : une baisse
ou tout autre liquide susceptible d’encrasser l’évaporateur.
de pression (accroissement de pression de refoulement
Le liquide à refroidir circule dans les tubes d’un faisceau
du compresseur) serait proportionnelle à la puissance
enclavé dans un récipient que l’on immerge à l’aide du
absorbée par le compresseur, et une augmentation de
fluide frigorigène. Il est alors beaucoup plus simple de
la pression de refoulement contribuerait à diminuer la
nettoyer les tubes du faisceau. De toute façon, si le liquide
capacité du compresseur, en d’autres termes, l’effet
à refroidir n’est pas à même de produire des dépôts, on
réfrigérant.
peut utiliser un dispositif de détente directe, avec le liquide
L’effet de réfrigération provient de la détente subite circulant à l’extérieur du faisceau tubulaire et le fluide
du fluide frigorigène; la vapeur ainsi obtenue a un titre frigorigène s’évaporant à l’intérieur des tubes.
(rapport vapeur/vapeur et liquide) relativement bas, et une
température inférieure à celle du fluide avant détente.
Nous pouvons distinguer deux types de dispositifs en
fonction du procédé de détente :

24 Production de froid
Évaporateur

Condenseur

Pressostat de
Pressostat de
haute pression
basse pression
Réservoir
à basse
pression

Compresseur

Vanne de
détente
Réservoir
Pompe à à haute
liquide pression

Système avec recyclage du fluide frigorigène liquide

Le système de réfrigération d’un étage de compression étagé est limité par le saut de pressions à vaincre par le
s’adapte parfaitement aux applications qui, en réfrigération, compresseur. Lorsque l’on atteint la limite des possibilités
reçoivent le nom de “haute” et “moyenne” température, de la machine, il faut avoir recours à d’autres procédés
dans un sens relatif, bien entendu, puisqu’il s’agit de qui permettent de fractionner ce saut en plusieurs étages
températures d’évaporation comprises entre un peu plus accessibles aux compresseurs.
de 0 ºC et jusqu’à -30 ºC environ, que l’on peut atteindre
N’oublions pas que ces limitations sont accompagnées de
par compression simple. C’est donc un système bien
pénalisations importantes de la puissance requise, ce qui
adapté aux applications propres de la climatisation ou aux
rend doublement intéressant le recours à des systèmes à
applications industrielles du froid liées à la conservation
pressions multiples ou compression multi étagée.
d’aliments.
Un système de production de froid par compression de
Dans le cas de températures d’évaporation inférieures à
vapeur comprend quatre composants principaux : le
-20 ºC, il s’avère normalement plus économique d’utiliser
compresseur, le condenseur, le dispositif de détente et
d’autres systèmes car le système de compression mono-

Production de froid 25
2.4 COMPRESSEURS
l’évaporateur. De ces quatre éléments, le compresseur Après la mise en marche avec l’évaporateur chaud, le
est le noeud du système et le principal consommateur compresseur atteint la puissance maximum. Ce besoin de
d’énergie. puissance maximale peut exiger au moteur une puissance
supérieure à celle que ce dernier est capable de fournir en
La capacité de réfrigération et la puissance d’un
régime permanent, étant donné que le moteur a été adopté
compresseur sont deux des caractéristiques les plus
pour tourner dans des conditions normales. Certains
importantes du point de vue du fonctionnement. Ces
moteurs doivent être surdimensionnés précisément pour
deux caractéristiques d’un compresseur tournant à
permettre au système de passer par le maximum
vitesse constante sont contrôlées principalement par les
pressions d’admission et d’échappement. L’étude d’un de la courbe de puissance. Pour ne pas devoir
compresseur idéal nous a fourni des règles qui restent surdimensionner le moteur, on réduit parfois de façon
valables pour un compresseur réel, avec, bien entendu, artificielle la pression d’admission en étranglant l’entrée
quelques corrections. du gaz jusqu’à ce que la pression de l’évaporateur
redescende en dessous du maximum de la courbe de
En réalité, les différences entre le comportement d’un
puissance.
compresseur réel et celui d’un compresseur idéal résultent
de l’existence de pertes entraînant une diminution de Etant donné que la charge d’une installation et donc,
la capacité de réfrigération et une augmentation de la d’un compresseur, varie dans le temps, il faudrait doter
puissance exigée. ces derniers d’un système qui leur permettent d’adapter
leur fonctionnement à la charge. Les procédés les
La puissance nécessaire pour la compression est
plus fréquemment utilisés pour réduire la capacité du
proportionnelle au débit massique et à l’augmentation de
compresseur sont multiples : = Arrêter le compresseur en
l’enthalpie au cours de la compression (voir le graphique
en respectant le cycle, c’est-à-dire, à l’endroit où il s’arrête,
ci-dessous).
et le faire tourner quand on en a besoin. Ce procédé
s’avère utile sur des systèmes de petite dimension.
12
Réguler la pression, ce qui signifie étrangler l’admission de
PLISSANCE 10 gaz entre l’évaporateur et le compresseur pour maintenir
(Hp) la pression de l’évaporateur constante. Cette méthode
permet de contrôler la pression de l’évaporateur, mais
8 son rendement énergétique est médiocre.

6
Réintroduire le gaz d’échappement dans la tuyauterie
d’admission. Le compresseur fonctionne à chaud et
cette méthode présente un rendement énergétique
4 assez bas.
Refouler le cylindre d’un compresseur polycylindrique à
2
pistons en maintenant automatiquement ouvert le clapet
d’admission. Le gaz qui entre dans le cylindre lors de la
0 PRESSION D’ADMISSION
(kg/cm2)
course d’admission
2 4 6 8 10
ressort à travers le clapet d’admission lors de la course
Travail de compression et puissance d’échappement. Cette méthode permet de réduire la
nécessaire d’un compresseur perte de rendement. On peut prévoir un contrôle étagé qui
La courbe de puissance nous donne donc une valeur zéro refoule plus de cylindres lorsque la pression d’admission
sur deux points, là où la pression d’admission équivaut à chute.
la pression d’échappement et où le débit massique est Du point de vue énergétique, ce dernier procédé est le
nul. Entre ces deux extrémités, la courbe de puissance plus performant vu qu’il nous procure, bien que par sauts
passe par un maximum. ou variations par paliers, une proportionnalité entre la
Cette courbe de puissance mérite que l’on s’y attarde, car consommation de puissance et la capacité frigorifique
de son observation nous pourrons tirer des conséquences fournie.
importantes. La plupart des systèmes de réfrigération Les trois types de compresseurs frigorifiques les plus
fonctionnent à gauche du maximum de la courbe de fréquents sont les suivants:“alternatif”, “rotatif” et
puissance. “centrifuge”. Ils sont à leur tour regroupés au sein de deux
grands ensembles :

26 Production de froid
Le vilebrequin de ces compresseurs se prolonge à
l’extérieur de la carcasse, permettant ainsi d’y accoupler
le moteur. L’arbre sortant de la carcasse, il faut donc
prévoir une fermeture hermétique pour éviter les fuites
de frigorigène gazeux ou l’entrée d’air dans la carcasse
si cette dernière se trouve à une pression inférieure à la
pression atmosphérique.

Les joints font certes, depuis des années, l’objet


d’améliorations constantes qui les rendent plus
performants et hermétiques ; il n’en reste pas moins que
les trous des carcasses constituent une source constante
de fuites. Une solution fréquente pour éviter ces fuites
au niveau des joints consiste à enfermer le moteur et le
Section d’un compresseur alternatif de type ouvert
compresseur dans une même carcasse, ce qui donne le
compresseur de type hermétique. Compresseurs rotatifs à déplacement positif
Ces compresseurs ont pu être mis au point grâce au Cette catégorie comprend non seulement les compresseurs
perfectionnement des techniques d’isolement électrique rotatifs simples mais également à palettes ou à rouleau, et
les compresseurs à vis, à compression mixte, par déplacement
des moteurs qui leur permettent de tourner en contact
positif de deux vis qui s’engrènent.
avec le fluide frigorigène. On fait donc circuler le gaz
froid d’admission à travers le moteur pour refroidir ce
dernier. La presque totalité des unités d’un petit moteur Les compresseurs rotatifs simples s’utilisent normalement
comme, par exemple, celui d’un réfrigérateur ou d’un pour des puissances de l’ordre de la fraction de cheval-
congélateur domestique, sont de type hermétique, et les vapeur. Néanmoins, dans le cas d’applications à basse
seules connexions de la carcasse du compresseur sont pression comme, par exemple, le compresseur à basse
les pièces de jonction avec les tuyauteries d’admission et pression bi-étagé, ils peuvent atteindre plusieurs centaines
d’échappement et les bornes. de chevaux vapeur.
Sur des unités de plus grande capacité, hermétiquement Les principales variétés de compresseurs rotatifs sont
fermées, les culasses du cylindre sont généralement les suivantes : à rouleau, à palettes et à spirales. Sur le
démontables pour permettre de réviser soupapes et compresseur à rouleau, l’axe de l’arbre moteur coïncide
pistons. avec l’axe du cylindre. Il est excentrique par rapport
Ce type d’unités fermées est appelé semi-hermétique. au rotor, de sorte que lorsque le rotor tourne, il entre
en contact avec le cylindre. Le compresseur à rouleau
possède un diviseur entraîné par un ressort qui sépare les
Compresseurs alternatifs
chambres d’admission et d’échappement.
Le compresseur alternatif se compose d’un piston qui
Sur le compresseur rotatif à palettes, le rotor tourne
se déplace alternativement dans un cylindre, muni de
autour de son axe, mais les axes du cylindre et du rotor ne
clapets d’admission et d’échappement pour permettre la
coïncident pas. Le rotor possède deux palettes ou plus,
compression.
coulissantes, maintenues contre le cylindre par la force
Le compresseur alternatif est l’élément de travail le centrifuge. Le déplacement est d’autant plus important
plus solide de l’industrie frigorifique. Sa dimension varie que le nombre de palettes est élevé.
d’une fraction à plusieurs centaines de chevaux. Les
Le compresseur à spirales est formé de deux
compresseurs modernes sont à simple effet et peuvent
lames en spirales unies à deux disques. Les lames
être monocylindriques ou polycylindriques à pistons. Sur
s’emboîtent l’une dans l’autre et, tandis que l’une reste
les compresseurs polycylindriques à pistons, les cylindres
fixe,l’autresecolleaurotor.Lorsque le rotor tourne, la
sont placés en V, en W, radiaux ou en ligne. Lors de la
spirale mobile effectue un mouvement excentrique, ce
course d’admission, le frigorigène gazeux à basse pression
qui provoque entre les deux, des poches de gaz qui se
est aspiré à travers le clapet d’admission, lequel peut être
déplacent, mues par ce mouvement relatif, depuis l’orifice
placé sur le piston ou sur la culasse. Lors de la course
d’aspiration jusqu’à celui de refoulement.
d’échappement, le piston comprime le fluide frigorigène
et le refoule ensuite à travers le clapet d’échappement, Les compresseurs rotatifs n’ont pas besoin de clapet
lequel fait normalement partie de la culasse. d’admission et, vu que le gaz admis entre continuellement

Production de froid 27
dans le compresseur, la pulsation du gaz est minime.
La principale caractéristique des compresseurs rotatifs
réside dans un rendement volumétrique élevé.

Groupe de froid avec compresseur rotatif à vis


Etant donné que les cycles d’aspiration et de décharge
se chevauchent, on peut affirmer que le processus de
compression est pratiquement uniforme et exempt de
pulsations.
L’étanchéité entre les rotors s’obtient généralement
par injection forcée d’huile. Il existe néanmoins des
compresseurs à vis exempts d’huile dans le cas
d’applications spéciales ; les prestations sont alors limitées
en raison des fuites de gaz entre les lobes.
Le processus de compression interne et l’absence de
clapets d’aspiration et de refoulement, de même que les
faibles volumes d’espace mort, rendent les compresseurs
à vis très performants.

Les compresseurs à vis comprennent deux rotors à


rainures hélicoïdales qui s’engrènent et tournent à
l’intérieur d’une enveloppe fixe dotée d’ouvertures pour
l’aspiration et l’envoi du gaz comprimé. Le rotor mâle
possède des lobes hélicoïdaux (normalement quatre) qui
jouent le rôle du piston en se déplaçant sur les rainures
(six) du rotor femelle, lequel joue alors le rôle de cylindre
de compression. Le flux du gaz dans les rotors est donc
aussi bien radial qu’axial.

Lobes du compresseur et compresseur rotatif à vis

28 Production de froid
Les compresseurs à vis actuels sont disponibles dans une
très vaste gamme de puissances.
Néanmoins on les utilise surtout sur des installations qui
requièrent des puissances frigorifiques de plus de 300.000
kcal/h.
La capacité des compresseurs à vis peut être contrôlée
grâce à une soupape à coulisse qui effectue un
déplacement axial dans l’enveloppe et retarde le début de
l’étage de compression.

Compresseurs centrifuges Compresseur centrifuge

On les appelle aussi turbocompresseurs. Il s’agit


de machines rotatives qui font partie du groupe des
ventilateurs et des turbines.
La construction des compresseurs centrifuges ressemble
à celles des pompes centrifuges : le gaz pénètre par le
centre de la roue à aubes, tandis que la force centrifuge le
refoule vers la périphérie. Les aubes de la roue impriment
ainsi au gaz une vitesse élevée et augmentent également
la pression. Le gaz s’écoule à partir de la roue dans un
diffuseur à aubes, où une partie de l’énergie cinétique se
transforme en pression.
Les compresseurs centrifuges sont des machines de
grande capacité et peuvent fonctionner avec une seule
Groupes de refroidissement avec compresseur centrifuge
turbine si le rapport de pressions est bas. Cependant, il
s’agit normalement de machines multiétagées. Sur des Les fluides frigorigènes les plus souvent utilisés sur les
machines multiétagées, les températures de l’évaporateur compresseurs centrifuges sont à basse densité : pour une
peuvent descendre en dessous de - 70°C, bien que ce compression entre deux températures données et avec
compresseur s’utilise surtout pour refroidir de l’eau à une même roue de turbine, ces compresseurs requièrent
environ 7°C, sur des systèmes de conditionnement d’air. une vitesse de rotation inférieure à celle des fluides
Le compresseur centrifuge bi ou multiétagé se prête frigorigènes denses.
parfaitement à l’utilisation d’un séparateur de vapeur Le fonctionnement des compresseurs centrifuges se
saturée. Le rendement du cycle augmente lorsqu’il produit heurte quelquefois à un problème lié au pompage ou
une détente partielle suivie d’une recompression de la celui des oscillations, lesquelles peuvent atteindre une
vapeur saturée sans détente supplémentaire. Deux étages fréquence de l’ordre de 0,5 Hz : les vibrations provoquées
de compression sont nécessaires, et ces deux étages se sont susceptibles d’endommager la machine. Un
présentent sur un compresseur centrifuge multiétagé. phénomène d’instabilité lors du fonctionnement à basse
capacité est à l’origine de ces oscillations. Etant donné
qu’il est impossible de maintenir un fonctionnement
correct en dessous de la limite de pompage, un système
de by-pass à gaz chaud peut s’avérer nécessaire.
On peut contrôler la capacité des compresseurs
centrifuges en agissant sur la vitesse, au moyen d’aubes
directionnelles mobiles à l’aspiration, par étranglement
de l’admission de gaz ou par variation de la pression
du condenseur. Du point de vue énergétique, les deux
premiers systèmes sont les plus performants.

Production de froid 29
2.5 CONSEILS D’ÉCONOMIES
Pour identifier et évaluer toutes les possibilités d’économie autonomes décentralisées : hors saison, elles sont
d’énergie,il est toujours recommandé de procéder à également performantes en charge partielle.
un audit énergétique approfondi de l’unité. Toutefois, C’est pour cela que les unités séparées s’avèrent
ce qui suit donne au lecteur un aperçu des éléments à également plus économiques que les monoblocs. Sur
considérer lors de la sélection d’un système de production les premières, une unité peut fonctionner avec plusieurs
de froid et de certains conseils à mettre en pratique lors de condenseurs ou évaporateurs, ce qui améliore le
l’exploitation de groupe de production de froid. rendement utile de l’installation.
Dans des installations où on utilise la condensation
Lors de la sélection d’un système de production à air, évaluer soigneusement la consommation des
ventilateurs et tenter de la minimiser.
de froid
= Étudier la possibilité d’avoir recours à un horaire
Ce paragraphe apporte une série de principes et de nocturne pour la production de froid (congélation de
recommandations générales qui visent à améliorer la produits, entreposage de froid sous forme de glace ou
consommation d’énergie des systèmes de production de de saumure, etc.).
froid.
Essayer d’utiliser l’énergie électrique aux “heures
Utiliser autant que possible des compresseurs de type creuses”; outre un tarif plus intéressant, on contribue
ouvert. On élimine du cycle frigorifique la chaleur équivalent à réduire la puissance installée sur les stations
aux pertes du moteur électrique d’entraînement. génératrices.
Envisager l’application de compresseurs à vis, Si l’on possède des productions de froid à différentes
conjointement avec des compresseurs alternatifs, pour températures, il faudra employer des circuits
ajuster au mieux la capacité du système aux besoins à indépendants pour chacune d’elles.
charge partielle. Les compresseurs à vis sont conçus
pour permettre une variation de capacité entre 10% et
100% de la puissance nominale. consommation. Les moteurs fortement surdimensionnés
ont un faible rendement.
Utiliser des systèmes de compression bi-étagée, avec
réfrigération intermédiaire et séparation de liquide.
Augmenter la capacité des condenseurs : les conditions vérifier, régler et équilibrer régulièrement les installations,
de condensation sont plus déterminantes que celles sans oublier les aspects préventifs : nettoyage des filtres,
d’évaporation en matière de consommation d’énergie. traitement des eaux, nettoyage des échangeurs, etc.
Si nous considérons des valeurs normales de
fonctionnement, à basse température, la consommation Lors de l’exploitation du système de production
des compresseurs augmente de 2,5 % pour chaque
degré gagné en température de condensation, voire 3,5 de froid
% dans des chambres avec évaporateurs à O ºC. Une première réduction de la consommation comporte
Laisser la pression de condensation descendre aussi bas l’amélioration des procédures d’entretien et de conduite
que possible. On observera que des raisons pratiques des équipements.
de fonctionnement imposent une limitation de la pression
minimum de condensation sur les installations dotées Ces projets sont très peu coûteux et ont des temps de
de détendeurs thermostatiques. Il s’agit sans aucun retour très courts. En voici quelques exemples :
doute d’un handicap car il existe d’autres dispositifs de Réparation des fuites.
détente qui permettent quant à eux des pressions plus
basses de fonctionnement. Arrêt des machines non utilisées.
Utiliser des moteurs électriques dotés de systèmes de Réglage de la température au niveau le plus économique.
régulation de vitesse. Réglage et vérification du système de régulation des
Utiliser des condenseurs humides (tours de compresseurs (le contrôle de la charge a une grande
refroidissement ou condenseurs évaporatifs), en climats influence sur le rendement du compresseur).
secs et chauds, et des condenseurs à air, dans le cas Utilisation des machines électriques pendant les heures
de climats tempérés et humides. creuses à tarif réduit.
Sur les évaporateurs à tirage forcé, opter pour des Calorifugeage (isolation des conduites et des appareils).
évaporateurs dotés d’une vaste surface de transmission
avec un faible débit d’air. Nettoyage des échangeurs (une augmentation de 5%
de la consommation peut résulter de l’encrassement).
Favoriser les installations centralisées. Ces dernières
possèdent un avantage par rapport aux unités

30 Production de froid
Les projets susceptibles de réduire la facture énergétique D. Programmation de la production du froid :
d’une installation frigorifique peuvent être classés en deux
En programmant judicieusement la mise en marche des
catégories :
équipements, on peut réduire les coûts énergétiques en
Les mesures d’amélioration de la production du faisant marcher les machines pendant des périodes de
froid, dont l’objectif est de réduire le coût unitaire de faible coût. Voici deux exemples de mesures possibles :
production de froid, exprimé en Dirham par frigorie.
Toute amélioration des équipements frigorifiques rentre produire du froid pour l’utiliser ou le stocker pendant les
dans cette catégorie. heures à tarif électrique réduit.
Les mesures d’amélioration de l’utilisation du froid, dont produire du froid pour l’utiliser ou le stocker lorsqu’il fait
l’objectif est de réduire la quantité de consommation de moins chaud à l’extérieur.
froid. Dans cette catégorie, on trouve en particulier, les E. Utilisation d’un nouveau procédé de production du
mesures d’élimination des pertes et la programmation
froid:
des heures d’utilisation des équipements.
La facture énergétique peut être sensiblement réduite en
Les mesures d’amélioration de l’utilisation du froid sont
produisant une partie ou la totalité du froid nécessaire par
spécifiques au domaine d’application.
un procédé frigorifique moins coûteux. En refroidissement
Ainsi, les mesures applicables à l’entreposage des produits d’air, par exemple, on peut utiliser le phénomène
agricoles ne sont pas forcément utiles pour une installation d’évaporation de l’eau pour remplacer la compression de
de climatisation. Aussi, nous consacrons l’essentiel vapeur.
de ce chapitre aux projets qui visent une meilleure
Notons que dans les groupes A, D et E, la quantité de froid
efficacité de production du froid et qui sont applicables
produite reste inchangée. Seule l’augmentation du COP
à toutes les unités frigorifiques.Cesprojetspeuventeux-
permet la réduction des coûts énergétiques.
mêmesêtredivisésen5groupesselon le moyen utilisé pour
réduire la facture énergétique.
A. Amélioration de l’efficacité des équipements:
En améliorant les performances énergétiques des
équipements frigorifiques,lafacture énergétique baisse
pour une même quantité de froid produite. Parmi ces
projets, citons à titre d’exemple :

l’installation.
B. Réduction de la quantité de froid produite :
La demande de froid peut être diminuée si on réduit les
fuites de chaleur. On peut, par exemple, prendre les
mesures suivantes :
renforcer le calorifugeage des surfaces froides,
réduire les apports de chaleur par le soleil,
réduire les apports de chaleur par renouvellement d’air.
C. Récupération de la chaleur :
Des économies d’énergie substantielles peuvent être
réalisées en récupérant les frigories d’un écoulement froid.
On peut par exemple : = pré-refroidir l’air neuf par l’air
rejeté,
utiliser le froid stocké,
utiliser la chaleur de condensation,
récupérer le froid lors du dégivrage.

Production de froid 31
2.6 EXEMPLES DE PROJETS
D’ÉCONOMIE D’ÉNERGIE
Exemple N°1 : Amélioration du rendement du condenseur
Dans une installation fonctionnant à l’ammoniac, le calcul de l’efficacité du condenseur à eau a mis en évidence
l’encrassement de la surface d’échange.
On envisage de nettoyer cet échangeur pour améliorer son efficacité jusqu’à 90%de sa valeur nominale.

Données techniques
Capacité frigorifique: 100kW Charge moyenne: 75%
Heures de fonctionnement : 3600 (h/an) Température d’évaporation : -20°C
Température de condensation : 29°C COP mesuré : 2,7
Température d’entrée de l’eau : 20°C Température de sortie de l’eau : 22°C
Efficacité nominale du condenseur: 45%

L’efficacité actuelle du condenseur est égale à: remplacer ce groupe par une tour de refroidissement
combinée à un échangeur eau-huile.
5
Prix moyen de l’électricité : 0.80 Dhs/kWh

On suppose qu’après nettoyage, l’efficacité atteint la valeur La réduction de la facture électrique annuelle est égale à :
de 0.9 x 45% = 40,5%. En supposant une température
de sortie de l’eau de 23°C, la nouvelle température de
condensation sera de :
La réduction de la puissance appelée est égale à :

Données techniques

La baisse de la température de condensation de 29°C Le groupe marche à 75% de


L’huile est refroidie jusqu’à 35°C.
sa capacité nominale.
à 27,4°C entraîne une amélioration du COP du cycle
standard de 7,6%. Le nouveau COP réel de l’installation L’usine marche 4.800 heures/an. COP du groupe actuel : 3,5
sera donc de 2,9.
COP de la tour : 17,5
L’économie d’énergie réalisée annuellement sera égale à:
Quant aux effets sur l’environnement, il est important de
savoir que l’énergie primaire nécessaire pour fournir ces
250.000 kWh correspond à 65 TEP (tonne équivalente de
Le nettoyage des condenseurs peur être réalisé pétrole) consommé.
chimiquement par des produits qui dissolvent la couche L’économie d’un kg de fioul permet d’éviter la production
de tartre. Cependant, pour éviter des encrassements de 3,1 kg de CO2, et 0,04 kg de SO2. Rappelons
fréquents, il est conseillé d’installer une station de que le CO2 contribue pour 50% au réchauffement de
traitement d’eau et des filtres à l’entrée des échangeurs. l’atmosphère (gaz à effet de serre) et le SO2 lorsque
Gain réalisé5 5.520 Dhs/an cumulé dans l’atmosphère se transforme en acide
Coût du désentartrage 1.500 Dhs sulfurique provoquant ainsi les pluies acides.
Temps de retour 4 mois Ce projet évitera la production d’environ 200 tonnes de
Exemple N°2 : Utilisation d’une tour de CO2 et 2,6 tonnes de SO2
refroidissement comme moyen de production
de froid
Dans une usine, l’huile de refroidissement des machines
est refroidie par un groupe à condensation par air d’une
puissance frigorifique de 300 kW. On envisage de

32 Production de froid
2.7 ASPECTS ENVIRONNEMENTAUX
DANS LA PRODUCTION DU FROID
Rôle des CFC dans l’épuisement de la couche Classification des fluides de substitution
d’ozone Les fluides proposés comme alternatives à l’utilisation des
Depuis 1975, des études ont fait état de la diminution de CFC contrôlés dans le froid sont donnés dans le tableau
la couche d’ozone stratosphérique. ci-dessous. Parmi les fluides prometteurs, citons le R-123
et le R-134a comme candidats sérieux au remplacement
Aujourd’hui, les résultats publiés sont beaucoup plus du R-11 et du R-12 respectivement :
alarmants puisqu’en Antarctique, une diminution de 95%
a été observée, un véritable “trou” !. Par ailleurs d’autres
R-22 (Monochlorodifluorométhane:CHClF2)
travaux ont mis en évidence le rôle du dioxyde de chlore
(ClO2) dans la destruction de l’ozone et des concentrations Situation actuelle : déjà utilisé dans certaines unités
élevées de ce dioxyde ont été mesurées en Antarctique. Avantages : moins nocif (ODF =0.05), non inflammable
La plupart des milieux scientifiques ne doute plus de la
responsabilité des CFC (Chloro-Fluoro Carbones) dans ce Inconvénients : restrictions possibles, modification du
matériel
problème écologique grave.
Utilisations : froid commercial, domestique
Caractérisation de l’acceptabilité écologique
R-502 (mélange de R-115 et R-22)
Pour juger de l’acceptabilité écologique d’une substance,
l’agence américaine pour la protection de l’environnement Situation actuelle : déjà utilisé dans certaines unités
(EPA) utilise la notion du facteur d’épuisement de l’ozone. Avantages : écologiquement moins nocif (ODF=0.3)
Ce facteur évalue le degré de destruction de l’ozone par le Inconvénients : risque de restrictions
corps considéré par rapport à celui du CFC 11. Le tableau
ci-contre donne les valeurs de ce facteur pour certains Utilisations : très basse température, froid commercial
réfrigérants contrôlés. et industriel

Nombreux sont ceux qui pensent que la tâche de l’industrie Mélange azéotropique de DME et de R-12 (87% en
du froid doit consister à trouver dans le groupe même des masse de R-12)
CFC un corps ou un mélange de corps écologiquement
acceptable qui présenterait la plupart des avantages des Avantages : disponible, ininflammable,nontoxique,
R-11 et R-12. Inconvénients : économie de CFC de 15 à 20%
seulement
La tendance dans la course aux alternatives est de
mélanger des fluides judicieusement choisis et dans Utilisations : Conditionnement d’air des véhicules
des proportions convenables pour “confectionner” des
réfrigérants ayant les propriétés désirées. Mélange non-azéotropique de produits commercialisés:
R-22, R-142b ou R-23 et R-152a;
Produit Facteur
R-12 et R-152a (R-500)
Produits contrôlés :
R-11 1.0 Avantages : disponibles, non toxiques,
R-12 1.0
R-114 1.0
Inconvénients : restrictions possibles, modification du
R-113 8.0 matériel
R-115 0.6 Utilisations : Remplacer R-12
Halon 1211 3.0
Halon 1301 10.0
Halon 2402 6.0 R-134a (Tétrafluoroéthane:C2 H2 F4)
CFC non-contrôlés : Situation actuelle : déjà utilisé dans certaines unités.
R-502 0.3
Avantages : Propriétés voisines de celles du R-12,
modification du matériel non nécessaire, écologiquement
acceptable.
Inconvénients : Pas de synthèse industrielle
Utilisations : Remplacement du R-12

Production de froid 33
R-123 (Dichlorotrifluoroéthane:CHCl2 CF3) contrôle de la tension des courroies,
Situation actuelle : déjà utilisé dans certaines unités vérification de la charge des moteurs en mesurant la
puissance électrique consommée,
Avantages : Propriétés voisines de celles du R-11,
modification du matériel non nécessaire, écologiquement contrôle de l’alignement et du niveau des vibrations.
acceptable
Sur les évaporateurs, condenseurs, tours de refroidissement
Inconvénients : Tests inachevés et autres échangeurs :
Utilisations : remplacement du R-11 contrôle régulier du niveau d’encrassement,
nettoyage des surfaces d’échange en cas de besoin,
L’eau (H2O)
contrôle du fonctionnement des ventilateurs,
Situation actuelle : Peu utilisée comme réfrigérant
purge des corps indésirables (air, huile et eau),
Avantages : disponible, pas cher
vérification du système de dégivrage.
Inconvénients : faible densité, immiscibilité avec l’huile
Sur le système de contrôle et de régulation :
Utilisations : remplacer le R-114 pour des PAC
( Tc o n = 1 2 0 ∞ C ) contrôle des valeurs de consigne des thermostats,
vérification régulière du calibrage des sondes,
R-117 (L’ammoniac : NH3)
vérification du contrôle de capacité des compresseurs.
Situation actuelle : utilisé dans les grosses unités
Sur le réseau de distribution :
Avantages : 120 ans d’expérience, écologiquement
révision du réseau pour réduire les pertes de charge,
acceptable
vérification des filtres et de l’ouverture des vannes,
Inconvénients : toxique, inflammable, peu miscibile avec
l’huile contrôle de l’état du calorifugeage.
Utilisations : Froid domestique et industriel

DME : Dyméthylether (CH3 O CH3)

Conduite des équipements


Il faut disposer d’instructions précises pour l’exploitation
des machines. Ces instructions peuvent être élaborées
en s’inspirant des recommandations des constructeurs.
Le personnel de conduite doit impérativement tenir à
jour des registres montrant les conditions d’opérations
(indications des instruments de mesures, observations
d’anomalies ...), et les diverses interventions d’entretien.
Afin d’en rendre l’exploitation plus efficace, les tableaux
de saisie doivent être complétés par les valeurs limites
des grandeurs mesurées et les mesures à prendre en cas
d’anomalie.
Il est également très utile de dresser une liste des incidents
de fonctionnement et des dispositions à prendre pour y
remédier.

Opérations de maintenance
Il est d’une importance cruciale de respecter les
recommandations des constructeurs pour l’entretien des
machines. Parmi les opérations d’entretien courantes
citons :
Sur les compresseurs et autres moteurs électriques :
vérification du niveau et de la pression d’huile,
vidange et graissage réguliers des moteurs,

34 Production de froid
3 CLIMATISATION

LA CLIMATISATION PEUT REPRÉSENTER JUSQU’À


60 % DE VOTRE DÉPENSE ÉLECTRIQUE
LA CONCEPTION INITIALE
LE CHOIX DES ÉQUIPEMENTS
LE MODE DE GESTION
ONT DES CONSÉQUENCES SUR VOS BUDGETS
SA MAÎTRISE EST UNE NÉCESSITÉ

35
3.1 EXEMPLES DE PROJETS D’ÉCONOMIE
D’ÉNERGIE
Au Niveau de la conception Au Niveau de la gestion
Les concepteurs n’ont pas assez tenu compte des Dans la majorité des cas, la climatisation représente entre
facteurs “minimisant dès le départ” la consommation 40 et 60 % de la dépense électrique. L’appel de puissance
de la climatisation : emplacement, orientation, isolation, en général à partir du mois d’Avril, prend de plus en plus
matériaux. De ce fait, dans la majorité des cas, on se retrouve d’importance jusqu’au mois de Septembre (en moyenne).
en face d’installations largement surdimensionnées, avec Ces appels de puissance et de consommation excessive
des taux de renouvellement d’air très importants, obligeant d’énergie réactive dans les moteurs sont en général
l’exploitant à pousser les installations à leurs limites, qui sont à l’origine de pénalités liées au facteur de puissance
déjà au dessus des besoins. L’absence de réglementation des mois en question et aux pénalités de dépassement
et de contrôle contribue à accentuer cette problématique. de la puissance souscrite. Ceci représente des coûts
additionnels aux coûts des kWh déjà très importants.
Au Niveau de l’exploitation L’ensemble de ces pénalités peut atteindre plus de
250 000 Dh/an, pour la même consommation en kWh.
Suite à des problèmes de conception, l’exploitation suit
avec ses grands coûts annuels : des compresseurs de Le manque d’une gestion efficace (compteurs
plusieurs centaines de kW sont en marche permanente divisionnaires, contrôle permanent de la température
à cause d’une sonde mal installée, ou d’une exposition ambiante, adaptation aux besoins) fait en sorte que la
défavorable au soleil. Des centrales de traitement d’air en climatisation est l’un des postes à grand potentiel de
fonction dans les grands locaux inoccupés à cause d’une réduction des consommations énergétiques.
conception qui n’a pas tenu compte des dispositifs d’arrêt. Le présent manuel présente les différentes alternatives en
Les exemples sont multiples, et sont relatifs aux problèmes matière d’économies d’énergie.
de la conception initiale.
Nous procéderons à l’analyse des divers systèmes
de climatisation et des éléments qui les composent,
des recommandations, et des solutions pratiques, qui
vous seront utiles pour une meilleure rationalisation des
consommations électriques.

3.2 EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DES SYSTÈMES


DE CLIMATISATION
Concepts fondamentaux Les fractions de la charge thermique (convection et
radiation), se manifestent de différentes manières à
Nous allons tout d’abord définir quelques concepts l’intérieur du local. La fraction de convection se transmet
fondamentaux employés en climatisation, concepts qui directement à l’air du local, tandis que la fraction de radiation
nous serviront à déterminer l’efficacité énergétique d’une n’atteint pas instantanément l’air. Elle touche d’abord les
installation de climatisation, et à comprendre les mesures fermetures, la radiation est absorbée, la température des
d’économie d’énergie exposées aux chapitres suivants. fermetures augmente, et est ensuite transférée à l’air du
local. Graphiquement cela donne ceci :
Charge thermique
La charge thermique désigne toute perturbation
altérant le contenu en énergie des espaces à climatiser.
Les perturbations proviennent, soit des conditions
climatologiques de l’espace externe entourant les
enceintes, soit des sources d’énergie, situées à l’intérieur.

36 Climatisation
Gain Fraction Air Charge
convective local

Fraction
Fermetures
radiante

Courbe de charge L’analyse thermique sert à :


La courbe de charge est la représentation de la charge a) Déterminer la charge de pointe maximum de la courbe
thermique qui se manifeste dans un espace donné en de charge représentée ci-dessus, condition sinequanon
fonction du temps. pour calculer et choisir les appareils composant le
système de climatisation.
b) Etudier les besoins du bâtiment en rapport avec le
Le graphique suivant illustre la courbe de charge générique. zonage (regroupement au sein d’une enceinte de zones
100
partageant les mêmes exigences énergétiques) et
80 l’inversion thermique (coexistence au sein d’une enceinte
de zones aux demandes opposées). De l’existence
Thermique (kW)

60
ou non d’inversion thermique dépend la possibilité de
Puissance

40 transvaser de l’énergie d’une zone à l’autre et donc,


20
d’en économiser.

0 Outre ce que nous venons d’exposer, l’analyse thermique


8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 permet de savoir :
Heure

Courbe de charge
a) Comment réaliser le fractionnement de puissance
des appareils de génération thermique, une analyse
pertinente de la production thermique moyennant
Analyse thermique accumulation, et un bon énoncé des bases pour un
Les charges thermiques présentent des caractéristiques système de génération?
variables dans l’espace et le temps. b) Différenciation entre la demande et la consommation
L’objectif d’un système de climatisation est précisément d’énergie, qui est importante quand il s’agit d’évaluer le
d’annuler les charges thermiques à tout moment et dans coût d’opération des systèmes de climatisation.
tout espace. Il convient de connaître cette variabilité. L’analyse thermique constitue donc un outil précieux non
Tel est précisément l’objet de l’analyse thermique : l’étude seulement pour choisir le système adéquat de climatisation,
de ce problème à l’aide d’un outil fondamental, c’est-à- mais aussi, pour que le coût d’opération soit acceptable,
dire la courbe de charge analysée auparavant. synonyme de rationalisation énergétique.

3.3 CLASSEMENT DES SYSTÈMES


DE CLIMATISATION
Nous allons établir un classement des systèmes de Installations à base d’appareils autonomes
climatisation les plus connus. Ce classement répond au
degré de centralisation de l’installation : Appareils autonomes de condensation par air
Consoles
Climatiseurs Fenêtre
Split systèmes
Climatiseurs
Appareils autonomes de condensation par eau
Consoles
Climatiseurs

Climatisation 37
Installations Centralisées On obtient la climatisation thermique des enceintes
en faisant circuler de l’eau froide/ chaude à travers les
Systèmes Tout Air batteries d’unités appelées Fan Coils, installées sur
Air extérieur l’enceinte même que l’on prétend climatiser.
Air d’impulsion
Systèmes à deux tubes : l’eau froide / chaude circule
dans les mêmes conduits =
Air de mélange
Filtre Ventilateur Systèmes à quatre tubes : l’eau froide et l’eau chaude
Batterie Batterie
d’impulsion
sont distribuées au moyen de deux conduits parallèles.
de froid de chaleur

Systèmes Air- Eau


Air d’expulsion
Air de retour
AL+AP
Ventilateur
de retour

Système Tout Air


Inducteur Air du local (AL)
Systèmes à Débit constant : On obtiendra la régulation
de la température à l’intérieur des locaux en faisant varier Local (1)

la température de l’air impulsé en fonction des besoins


précis à chaque moment. Air extérieur Unité de traitement
de l'air primaire
Air primaire
AL+AP

Systèmes Unizone : on prépare un type d’air qui est


distribué à travers un réseau de conduits dans toutes
les enceintes. Inducteur
Air du local

Systèmes Unizone à réchauffage : semblable au Local (n)


Eau froide
précédent, on y ajoute au branchement alimentant ou chaude

chaque enceinte une batterie de chaleur qui réchauffe


l’air jusqu’à la température qui lui convient. Système Air Eau

Systèmes à Double Conduit : l’air provenant du Systèmes à Induction


climatiseur est distribué au moyen de deux conduits
parallèles, air froid/air chaud, en les mélangeant dans Systèmes à deux tubes
les proportions adéquates à chaque zone.
Systèmes à quatre tubes
Système Multi zones : dans ce cas les différents
Systèmes Fan Coils à air primaire
mélanges d’air chaud et d’air froid s’effectuent au
sein du climatiseur proprement dit au moyen de deux Systèmes à deux tubes
couples de vannes situées à la sortie de ce dernier.
Systèmes à quatre tubes
Systèmes à Débit Variable. Sur ces systèmes, la
température d’impulsion aux locaux reste constante Ces installations sont semblables à la précédente, sauf
faisant varier le débit impulsé en fonction des besoins que l’air de ventilation est fourni via un réseau de conduits
de refroidissement précis à chaque moment. d’une installation tout-air.
Systèmes Tout Eau

Air d’impulsion

Grille d’impulsion

Filtre démontable
Grille de retour
Air de retour

Local (1)

Vanne de contrôle
Vanne de coupure
Carcasse
métallique
Batterie
froid/chaleur
Ventilateur

Air de retour

Eau froide
ou chaude
Local (n)

Système Tout Eau

38 Climatisation
3.4 CHOISIR UN SYSTÈME DE CLIMATISATION
Il faudra tenir compte d’une série de critères pour choisir Critères Économiques
le système de climatisation d’un bâtiment :
L’aspect économique est de grande importance lors
1. Critères Fonctionnels de l’analyse qui précède le choix d’un système de
2. Critères Economiques climatisation. Ce type d’étude entre en jeu une fois que
l’on a choisi deux ou trois systèmes qui satisfont les
3. Critères Architecturaux besoins fonctionnels et architecturaux viables. L’analyse
économique doit être comparative et comprendre les
Critères Fonctionnels aspects suivants :
Les principaux critères fonctionnels sont les suivants : Coût initial de l’investissement
Niveau de performances souhaité : Le niveau minimum Coût d’exploitation
exigé à toute installation de climatisation réunit les Frais d’entretien
conditions suivantes :
Apport d’air extérieur de ventilation suffisant Critères Architecturaux et structurels
Filtrage d’air Le choix d’un système de climatisation doit absolument
Rafraîchissement en été et chauffage en hiver pour faire l’objet d’une analyse qui tient compte des conditions
maintenir les températures de confort voulues imposées par le bâtiment.
Absence de bruits, vibrations et odeurs

3.5 MESURES D’ÉCONOMIE SUR LES SYSTÈMES


DE CLIMATISATION
Ce paragraphe reprend quelques-unes des mesures et le type s’adaptent à la demande. Si l’on dispose de
applicables quand il s’agit d’optimiser la consommation plus d’un générateur, ceux-ci devront être branchés en
d’énergie en climatisation. parallèle et posséder un système de contrôle automatique
qui permette de débrancher un générateur lorsque les
Optimisation du rendement des systèmes de autres peuvent satisfaire la demande instantanée de
l’installation.
génération
Il existe une autre alternative qui permet aux appareils de
Nous disposons de plusieurs options nous permettant
travailler en régime de charge élevée constant durant la
d’améliorer le rendement des systèmes de génération.
période de fonctionnement. Il s’agit de l’accumulation de
Quelques-unes sont exposées ci-dessous :
froid ou de chaleur qui est ensuite distribuée en fonction de
Fractionnement de la puissance la demande. Si les appareils de climatisation fonctionnent
à l’énergie électrique, on peut profiterdestarifsréduitsde
Cette mesure est applicable aux installations thermiques
certaines plages horaires.
présentant de longues périodes de fonctionnement à
faible charge d’appoint, une situation assez fréquente Circuits
sur des systèmes mixtes (service commun de chauffage primaires

et d’eau chaude sanitaire). Lorsqu’un ou plusieurs


générateurs servent simultanément le chauffage et l’ECS,
la tendance est à l’établissement d’un régime à basse
charge (surtout en été), ce qui entraîne une augmentation Évaporateur

de la consommation d’énergie.
Condensateur
Le fractionnement de la puissance installée sur une usine
thermique s’obtient moyennant l’échelonnement de Groupe
de refroidissement
Groupe 2 Groupe 3 Circuits
secondaires
1
puissance des brûleurs qui composent l’installation ou en
Fractionnement de la puissance
disposant de générateurs dont le nombre, la puissance d’une installation de réfrigération

Climatisation 39
Pompe à chaleur
en régime d’hiver Chauffage
Pompe à chaleur
en régime dété Réfrigération
La deuxième option présente le problème contraire de
°32C qualité de l’air car il s’agit de recycler continuellement
Air chaud
d’impulsion
Air froid
d’impulsion le même air. D’autre part, du point de vue énergétique,
Condensateur Évaporateur
cette solution est parfaite car l’air recyclé s’approche
Air de retour Air de retour
des conditions de l’air de refoulement, ce qui réduit au
Réfrigérant

Réfrigérant
Local

Local
°20C
°25C
minimum la consommation d’énergie.
Etant donné les inconvénients des deux premières
Air d’expulsion Air de condensation
solutions, il est évident que l’option la plus performante est
°2C °45C
la solution intermédiaire qui, d’une part, garantit une qualité
Extérieur

Extérieur
Évaporateur Condensateur de l’air suffisante et, d’autre part, consomme l’énergie
Air extérieur
Air extérieur minimum. Ils’ agit, rappelons-le, de mélanger le maximum
°8C °32C
d’air de reprise possible à l’air nécessaire pour obtenir
Usage de la pompe à chaleur
un apport d’air frais approprié des locaux. Les valeurs
dans un système de climatisation maximum et minimum d’apport d’air frais recommandées
doivent respecter les normes nationales en vigueur, ou à
Ajuster les conditions de confort à l’intérieur défaut, celles internationalement reconnues, par exemple
des locaux ASHRAC.
Il faut assurer à l’intérieur des locaux à climatiser La mise en application de cette mesure passe par le
des températures qui suffisent à créer une ambiance réglage des vannes à air extérieur jusqu’à obtention du
confortable, mais sans être excessives. En hiver, 20 débit nécessaire. Il existe une autre possibilité qui consiste
ºC sont plus que suffisants. En été, on maintiendra la à agir automatiquement sur la vanne à air extérieur en
température entre 25 et 27ºC ; si des températures fonction des valeurs indiquées par une sonde de qualité de
inférieures entraînaient une dépense d’énergie, on ne les l’air (senseurs de CO2). Il est de toute façon indispensable
autoriserait pas. d’augmenter le débit de reprise pour maintenir le débit
On procédera également à des arrêts du service de de refoulement. Le minimum obéira à des impératifs de
climatisation au cours des périodes de vacance des bien-être et le maximum, à des impératifs d’économie
locaux. Une mise en application automatique implique d’énergie.
l’installation d’horloges qui réalisent les interruptions selon
des horaires prédéfinis et de thermostats qui effectuent Récupérer de l’énergie résiduelle
la mise en marche. Dans des locaux utilisés de façon
Les systèmes de ventilation gaspillent, outre de l’air, une
sporadique, salles de conférences, de réunions, etc., le
grande quantité d’énergie qui pourrait être partiellement
contrôle peut être réalisé manuellement.
récupérée. L’installation d’un échangeur thermique permet
Il ne faut pas consommer de l’énergie en climatisant des d’utiliser l’air d’extraction du bâtiment pour le traitement
zones qui ne sont normalement pas fréquentées, comme préalable de l’air extérieur, ou pour chauffer la totalité ou
par exemple, des escaliers, des magasins, les salles des une partie d’un courant d’air ou d’eau grâce à l’emploi
machines, etc. d’une pompe à chaleur.
Il existe une autre possibilité qui consiste à transférer
Ajuster le taux de ventilation les excédents d’énergie de zones internes à besoin de
La climatisation des locaux peut adopter trois modalités refroidissement vers des zones externes à besoin de
différentes : chauffage, dans le cas de bâtiments disposant de zones
externe et interne avec unités de traitement indépendantes
1) utiliser de l’air frais de l’extérieur, le traiter convenablement dans chaque zone. Pour ce faire, il faut conduire la chaleur
et le refouler à l’intérieur des locaux, de condensation vers les zones externes demandant
2) prélever de l’air directement du local à climatiser et le du chauffage, ce qui peut entraîner le changement de la
réintroduire ensuite dans le local, ou machine frigorifique. La figure suivante, illustre à l’aide d’un
schéma typique la mise à profit de l’eau de condensation
3) prélever à l’extérieur une partie de l’air et extraire une grâce à un appareil muni d’un condenseur à double
autre partie du local. faisceau de tubes.
L’option numéro un présente un problème énergétique
important dû à la différence de température entre l’air
extérieur et l’air qu’il faut refouler à l’intérieur des locaux.
Néanmoins, la qualité de l’air intérieur peut être très bonne.
Cela dépend, bien entendu, de la qualité de l’air extérieur
et de la filtration disponible sur l’appareil.

40 Climatisation
Eau chaude vers
consommation les tuyauteries et les appareils. Nous devrons également
surveiller les pertes qui peuvent se produire par le toit et
Eau chaude de
récupération Réservoir qui représentent parfois un pourcentage important, surtout
d’accumulation
dans le cas d’édifices bas ou de locaux de plain-pied.
Tour de Condenseur
refroidissement (de double
Eau de faisceau des tubes) Matériau Epaisseur
condensation

1 Liège, Fibre de Verre 3 cm


Eau refroidie
Évaporateur
2 Fibres minérales 3,5 cm
Groupe de
3 Mousse de Verre 4 cm
refroidissement 4 Fibre de bois 5 cm
Récupération de l’énergie résiduelle 5 Bois Naturel 20 cm
de l’eau de condensation 6 Pierre Naturelle 100 cm
7 Fer 4.500 cm
Gestion automatique des systèmes de
climatisation
Si une installation ne dispose pas des dispositifs et des
instruments nécessaires à son contrôle, il faudra les y
installer. On pourra ainsi contrôler l’énergie apportée à
chaque zone du bâtiment et ne consommer que la chaleur
ou le froid nécessaire. Il faudra installer tout spécialement
des éléments qui régulent les débits d’eau froide ou
chaude en fonction des variations de la demande.
Une attention toute particulière doit être prêtée à l’état des
éléments de contrôle, surtout s’agissant d’installations
centralisées. Un thermostat d’ambiance placé dans une
zone à courants d’air ou directement exposé au soleil
nous fournira une régulation incorrecte. Cela signifie un Isolation d’un mur extérieur
réchauffement ou un refroidissement excessif.
En ce qui concerne les murs et les toits de rez-de-
Améliorer l’isolation chaussée, il suffit d’ajouter des panneaux rigides isolants
sur les faces extérieures ou intérieures des murs, ou bien
Isoler un élément consiste à le recouvrir d’un matériau de bourrer les éventuelles chambres à air de mousse de
qui forme une vraie barrière empêchant la chaleur de le polyuréthane ou de quelque isolant granulaire en l’injectant
traverser. Les matériaux à utiliser comme isolants doivent à travers de petits trous aménagés dans la paroi. Les
offrir une forte résistance au passage de la chaleur tout murs mitoyens de locaux non climatisés seront soumis au
en présentant une épaisseur réduite au maximum. Le même traitement.
tableau ci-dessous reprend les matériaux isolants les plus
fréquents et l’épaisseur voulue pour maintenir la même Dans le cas des tuyauteries et des appareils, la norme
différence de température entre deux endroits. veut qu’ils soient isolés s’ils contiennent des fluides à des
températures supérieures à 40ºC ou inférieures à celle de
Nous devrons agir sur les éléments pouvant présenter l’air ambiant. Le tableau ci-dessous montre les épaisseurs
des pertes de chaleur ou de froid : les murs, les fenêtres, recommandées pour l’isolation des tuyauteries :

Tuyauteries Température du fluide en ºC

Diamètre en mm Fluides froids Fluides chauds

Nominal Extérieur Inférieur à Supérieur Supérieur à


-10 à 0 0 à 10 40 à 65 66 à 101 101 à 130
Acier Cuivre –10 à 10 130

< 32 < 36 40 30 20 20 20 20 30 40
32 a 50 36 à 50 50 40 30 20 20 30 40 40
50 a 80 50 à 80 50 40 30 30 30 30 40 50
80 a 125 80 à 125 60 50 40 30 30 40 50 50
>125 >125 60 50 40 30 30 40 50 60

Climatisation 41
Il faut éviter tant que possible les pertes à travers le verre En hiver, la chaleur peut être récupérée soit directement,
en analysant au cas par cas le type de vitre qui convient soit à travers une pompe à chaleur.
le mieux en fonction de la zone climatique où nous nous
trouvons. Un simple vitrage perd au cours de l’hiver Stratification de l’air
l’équivalent de 12 kg de gasoil par mètre carré, tandis
qu’un double vitrage perd la moitié. En été, la stratification permet d’économiser de l’énergie car
les pertes par transmission diminuent. En hiver cependant,
Enfin,ilfautsurveillerlesinfiltrationsafinde diminuer l’entrée il faut éviter la stratification. On y parviendra, par exemple,
incontrôlée d’air extérieur. La mise en application technique grâce à des systèmes auxiliaires qui brassent l’air de la
de cette mesure passe par le bouchage des crevasses et partie supérieure du local et la refoule vers la zone habitée.
fentes des portes et fenêtres, le placement de bourrelets
Air de retour
d’étanchéité, l’installation de portes tournantes et de
Air d’impulsion Plafonnier
vestibules, et l’installation de portes à fermeture automatique.

Modification et mise à profit des sources


Air de retour Air de retour
internes
On peut réduire la demande d’énergie d’une installation de
climatisation moyennant le remplacement ou l’amélioration
Récupération de la chaleur
de l’utilisation des sources internes (éclairage et appareils). de la réfrigération des luminaires
C’est une mesure qui touche des bâtiments dont les charges
internes constituent un pourcentage important sur le total.
Situation
durant lété plus chaud
Sur des installations centralisées de conditionnement Clapet ouvert
d’air, nous conseillons d’adopter des systèmes intégrés
d’éclairage et d’air conditionné grâce à l’utilisation de Climatiseur
luminaires refroidis par air ou par eau et, en tous cas, dont
la puissance moyenne d’éclairage des locaux conditionnés
est supérieure à 20 W/m2. impulsion d’air Air de
retour
2,5 m

La chaleur que l’on peut prélever de l’air ambiant grâce


à une installation à reprise d’air au travers des luminaires
atteint facilement 60% de la puissance du luminaire. En
réalité, la chaleur prélevée de l’air ambiant est quelque
Situation
peu inférieure car il faut tenir compte du fait qu’une partie durant l’hiver
retournera au faux plafond en chauffant le local et qu’une Clapet fermé

autre partie pénétrera dans ce dernier via les infiltrations


Climatiseur
de l’air de reprise par le faux plafond.
Le simple fait de refroidir les luminaires grâce à l’air de
reprise du système de conditionnement ou grâce à de l’eau,
impulsion d’air
réduit la charge intérieure des locaux au cours de la saison
2,5 m

chaude. L’effet secondaire est double : accroissement de Air de retour


l’efficacité lumineuse et allongement de la durée de vie. Effet de la stratificationdel’air
sur les systèmes de climatisation

3.6 OBSERVATIONS D’ORDRE GÉNÉRAL SUR


L’ARCHITECTURE BIOCLIMATIQUE
L’architecture bioclimatique désigne la branche de vitrées extérieures), en cherchant toujours une posture
l’architecture qui vise à atteindre un confort thermique et intermédiaire entre un captage solaire maximum et les
lumineux, en mettant à profit tous les aspects positifs du pertes maximum produites par cette augmentation.
climat et en minimisant ceux qui pourraient s’avérer nocifs.
Nous trouvons, parmi les systèmes amplement testés, les
En régime d’hiver, on obtiendra de la chaleur du soleil un couvertures solaires qui sont formées de cavités orientées
bénéfice maximum en augmentant la surface de captage au sud et dont la géométrie est telle que les rayons du soleil
solaire des parements extérieurs (fenêtres et portes en été répercutent sur des surfaces réfléchissantes, tandis

42 Climatisation
qu’en hiver elles le font sur des surfaces absorbantes. 3) L’utilisation de fontaines, de piscines et de micro
diffuseurs, qui prélèvent de la chaleur à l’air environnant
En régime d’été, il existe plusieurs stratégies permettant
via l’évaporation de l’eau que contiennent ces éléments,
de réduire le besoin de refroidissement :
ce qui réduit ainsi la température.
1) Ombre par l’installation de persiennes, vélum, porches,
4) Radiation nocturne, basée sur la propriété des corps
auvents, encorbellements ou surfaces végétales. Les
chauds qui veut que ces derniers cèdent de la chaleur
arbres employés pour donner de l’ombre doivent
aux corps froids. Les toits sont les éléments les plus
être plantés à l’Est et à l’Ouest et leur choix se fera
exposés d’un bâtiment et donc, ceux qui se prêtent le
en fonction du climat de la zone. Dans des zones aux
mieux à être utilisés comme radiateurs. Puisqu’il s’agit
hivers froids et aux étés chauds, il faudra utiliser des
de la partie du bâtiment qui reçoit le plus de radiations
arbres à feuilles caduques.
tout au long de l’année, il faut concevoir le toit de telle
2) L’aération induite, issue de changements de pression et sorte qu’il possède une surface minimum et qu’il soit
de température ou de ventilateurs électriques. Lorsque fait de matériaux tels que l’ardoise, le bois ou le plâtre,
l’air extérieur se trouve dans les conditions voulues, pour citer quelques exemples, matériaux qui possèdent
l’énergie qu’il apporte à l’enceinte suppose une économie de bonnes propriétés d’émission.
d’énergie consommée par l’usine de refroidissement.

3.7 EXEMPLES PRATIQUES


Gestion Technique Centralisée (GTC) : Cas de consommateurs, tout en considérant les normes de qualité
l’aéroport Mohammed V de service imposées par l’ONDA dans ses aéroports. Ce
fonctionnement ne peut être adapté à la fréquentation
Suite à la réalisation d’un bilan électrique des de l’aéroport, si le système est tout en automatique.
consommations de l’aéroport, il a été constaté que la L’adaptation du système à son environnement a été
part du poste climatisation était de l’ordre de 50% de la constamment recherchée.
consommation globale. L’office National des Aéroports
(ONDA) a décidé de mettre en place un système de Le bilan journalier
Gestion Technique Centralisée, afin de contrôler les En dehors des fonctions classiques d’un système GTC,
différentes dépenses liées à ce poste: compresseurs, l’ONDA a doté la totalité des gros consommateurs de
centrales de traitement d’air, pompes à chaleur des salles compteurs électriques directement liés à la GTC. En
d’embarquement, et des autres locaux communs. raison des coûts des compteurs, la consommation
La difficulté majeure qui s’est posée lors de la conception des petits consommateurs, comme les pompes à
de l’architecture de la GTC provenait du fait qu’en dehors chaleur, a été estimée à l’aide des heures de marche.
des centrales de traitement d’air, aucune autre machine Une application informatique tenant compte de la
ne pouvait être programmée pour fonctionner à des tarification tri-horaire de l’ONE, permet de calculer tous
heures précises de la journée. Ceci provient d’une part, les matins la consommation de la veille. Ainsi, un “bilan
de la multitude des départs et arrivées, et d’autre part, en financier”estétablienDirhamsparjouretparposte.Lerapport
raison de l’exposition au soleil des grands bâtiments, les journalier contient également la courbe moyenne des
températures à l’intérieure peuvent varier de 8 degrés d’un températures départ et arrivée, et les signaux relatifs au
endroit à un autre. fonctionnement des compresseurs. De ce fait, l’opérateur
peut valider si réellement il avait raison d’ordonner le
Ainsi, il a fallu tenir compte des spécificités architecturales fonctionnement des compresseurs, qui (contrairement à
et fonctionnelles de l’aéroport, ce qui a permis de concevoir l’automatisation poussée des GTC) fonctionnent sur ordre
une architecture GTC, avec intervention assez poussée de radio de l’opérateur.
l’opérateur. Ainsi, le principal poste de consommation, les
compresseurs, ne peut être mis en route que lorsque la Afin de familiariser les responsables de l’exploitation aux
température moyenne de l’aéroport est supérieure à 25 °C. techniques de la GTC, le projet s’est contenté dans un premier
Cette température moyenne résulte d’un calcul pondéré temps de commander le poste le plus coûteux à savoir la
des températures enregistrées au niveau de 8 sondes climatisation, d’organiser le service GTC, et de former le
d’ambiance côté départ et de 8 sondes d’ambiance côté personnel à des techniques nouvelles. Après la mise en
arrivée. Ceci est affiché en permanence, de manière à ce place finale,l’extensiondeceprojet,vaconcernerlecontrôle
que l’exploitant dispose d’un outil des plus rationnels, afin par Modem des bâtiments hors aérogare, de même
de démarrer un poste important. que le contrôle de l’éclairage, le contrôle par GTC des
volets d’air neuf pour profiter par moment de la fraîcheur
En cas de faible fréquentation de l’aéroport, l’opérateur extérieure, et ne pas avoir à démarrer la production de
met hors service un grand nombre de postes froid, les variateurs de vitesse au niveau des centrales de

Climatisation 43
traitement d’air, afin de mieux adapter les débit d’air à la
26
fréquentation de l’aéroport, ainsi que le stockage de froid,
25
afin de profiter des avantages tarifaires de l’ONE durant
les heures creuses. 24
23
Rentabilité
22
Le gain annuel pour ce projet est de l’ordre de 4 MDh/ 21
an uniquement au niveau du poste climatisation, avec un 20
temps de retour (avant extension) de 4 mois.
19
La GTC indique en permanence les deux valeurs 18
moyennes. L’opérateur peut ne pas décider de la mise en 0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22 0
Heures
marche, si l’aéroport n’est pas fréquenté. Ces courbes: Température moyenne On compresseurs
température aérogare départ et température aérogare
Evolution de la température ambiante moyenne
arrivée, font parties du rapport journalier, qui comprend le
bilan financier par poste consommateur.
Bilan des consommations énergétiques

Heures Heures Heures de


Creuses pleines de 7h Pointes de TOTAL
Poste %
De 22h à 7h à 22h 17h à 22h Dh/j
En Dh/jour En Dh/jour En Dh/jour

Aérogare Départ
Centrale 1 6,75 248,40 89,88 345,03 4%
Centrale 2 0,00 224,70 66,43 291,13 3%
Centrale 3 2,89 165,12 64,48 232,49 3%
Centrale 4 2,41 208,91 76,20 287,52 3%
Centrale 5 1,45 155,07 54,71 211,23 2%
Groupe froid 1 0,00 1768,20 578,33 2346,53 26%
Groupe froid 2 0,00 305,83 97,69 403,52 5%

Sous total départ 13,50 3076,23 1027,72 4117,45 46%

Aérogare Arrivée
Centrale 1 0,96 313,72 133,84 448,52 5%
Centrale 2 0,48 165,84 84,99 251,31 3%
Centrale 3 0,48 128,51 54,71 183,70 2%
Centrale 4 87,24 386,95 263,77 737,96 8%
Centrale 5 4,34 295,06 121,14 420,54 5%
Groupe froid 1 0,00 0,00 0,00 0,00 0%
Groupe froid 2 0,00 1153,67 356,57 1510,24 17%

Sous total départ 93,50 2443,75 1015,02 3552,27 40%

Salles
d’embarquement
Autres pompes à
chaleur 1286,36 14%
Fioul départ OFF 0 0%
Fioul Arrivée OFF 00 0%0%

Total General 8956,08 100%

Le suivi des consommations de fioul pour le chauffage ,est Applications bioclimatiques : Cas d’un hôtel à
également assuré grâce à la GTC, qui donne la valeur en Ouarzazate
Dirhams de ces consommations. D’autre part, le suivi du
rapport consommation / heures de marche du brûleurs La climatisation des chambres dans un hôtel à Ouarzazate
est assurée par des climatiseurs individuels type Split
donne l’information sur la puissance de chauffe moyenne
Système, d’une puissance électrique de 2,2 KW. La ville de
engagée. Si ce ratio dérive vers le haut, l’opérateur est vite Ouarzazate est située dans une zone qui reçoit l’une des
alerté de la détérioration du rendement de la chaudière, il plus grandes irradiations solaires du Maroc, entre les mois
commute sur la seconde, et ordonne l’entretien adéquat de Avril et Septembre, elle varie entre 6,8 à 7,5 kWh/m2.
(ramonage, mesures de rendement, changement de
gicleur…).

44 Climatisation
Les chambres sont réparties sur une grande surface. En général, les applications bioclimatiques, ont des
Elles sont pratiquement toutes exposées au soleil. Les applications énormes, principalement dans le sud du
constructions sont similaires à celles du nord du Maroc, Maroc. Dans le cas de cet hôtel, aucune autre solution
et ne tiennent pas compte des spécificités climatiques technique de “ce siècle” n’a pu être trouvée comparée aux
de la région. La couleur légèrement moins ocre que celle solutions “à l’ancienne”. Les recherches sont actuellement
de Marrakech, augmente l’absorption de la chaleur, les
constructions anciennes qui sont de la même couleur, ne très avancées aux USA et en Europe, afin d’intégrer les
permettent pas un tel phénomène à cause de l’importance concepts architecturaux anciens dans les concepts
de l’épaisseur des murs. modernes.
Ainsi, l’architecture inadaptée à son contexte, la faiblesse Même la partie verticale des murs séparateurs a été traitée
de l’isolation thermique, de même que la couleur des murs, à la peinture blanche, pour minimiser les apports par
conduction au niveau du toit. Le petit rectangle en cours de
contribuent fortement au maintien d’une température traitement est le toit de la salle de bain de la chambre type.
moyenne de plus de 26,2°C en quasi permanence dans
les chambres (mois d’Avril). La chaleur emmagasinée le
jour dans les toits et les murs est restituée le soir. La chute
de température est inférieure à 0,8 °C entre le maximum
enregistré (curieusement à 20h), et le lendemain vers
6h du matin. De ce fait, il y a un besoin permanent de
climatisation, faisant appel à une puissance de pointe de
plus 600 kW.
L’application d’une couche de peinture blanche sur
le toit d’une chambre type, permet de faire passer la
température à l’intérieur d’une moyenne de 26,2 °C à une
fourchette de température comprise entre 22 et 23,5 °C.
De ce fait, aucun besoin de climatisation n’a été ressenti
durant les quatre jours d’observation de cet essai. La
température mesurée au niveau du toit de la chambre non Le toit de la chambre témoin qui n’a pas été traité, et sert de
traité (couleur marron) a été entre 64 et 68,7°C. Celle de base de comparaison.
la chambre type a été comprise entre 30 et 34,5 °C, soit
une différence de 34 °C qui contribuait à l’échauffement
excessif de la chambre. Cette chambre a été occupée par
des clients du 4 au 12 Avril 2001, le compteur de suivi
du fonctionnement de la climatisation a indiqué un usage
de 51 Minutes sur toute cette période. Le suivi de cette
opération est toujours en cours.
Ce résultat est dû principalement au passage de la
réflectivité de 20% à 80%, en passant de la couleur
marron à la couleur blanche. Des essais sont actuellement
en cours pour l’utilisation d’une couche de plâtre mélangé
avec la résine. L’ensemble présente une réflectivitéde93%,
avec une émissivité de 91%.
Cette mesure est accompagnée par la mise en place de
“brise soleil” au niveau des fenêtres, et d’une protection
plus poussée des murs grâce à la végétation. Les mesures des température de surface du toit :
L’installation d’une isolation thermique aurait eu le même Surface marron, et surface blanche
impact en évitant les apports solaires au niveau du toit.
L’investissement dans ces conditions est voisin de 2 MDh.
Dans les conditions d’application d’une peinture blanche,
il est de 50 000 Dh. Plusieurs employés de cet hôtel de
Ouarzazate qui ont constaté, sans moyen de mesure, la
différence de température entre la chambre type et les
autres chambres, ont entrepris la peinture des toits de
leurs maisons avec de la chaux.

Climatisation 45
Adaptation des thermostats des climatiseurs
individuels :

Cas d’un hôtel à Marrakech


La commande des climatiseurs individuels dans un hôtel à Les simulations entre la situation initiale et la situation
Marrakech est assurée grâce à des thermostats d’ambiance finale,ontmontrélesgainsélectriques suivants :
gradués en degrés Fahrenheit, que le personnel technique Réglage des thermostats à 20 °C en hiver ........73 000 Dh/an
ne maîtrisait pas en terme d’équivalence aux degrés
Celsius auxquels il est plus familiarisé. L’ensemble de ces Réglage des thermostats à 22 °C en été ............63 000 Dh/an
thermostats, était réglé à 60 °F, soit l’équivalent de 15,6 Nettoyage des évaporateurs .............................14 000 Dh/an
°C. Avec le climat de Marrakech, ces climatiseurs une fois
TOTAL .............................................................150 000 Dh/an
en marche, ne s’arrêtent jamais. Des réclamations ont été
souvent formulées à la Direction de l’hôtel pour excès de Cette opération dépend du suivi rigoureux par le personnel
froid, et de consommation électrique par la même occasion. technique. Des gains similaires ont été réalisés, mais
La température finalepouvaitatteindre16°C,cequiest loin parfois abandonnés à l’occasion du changement d’un
du confort demandé par les clients, et les climatiseurs responsable technique moins motivé à réaliser son travail.
produisent l’effet inverse. Ce type de projet largement rentable, dépend en majeure
partie du facteur humain, contrairement aux projets
Une opération menée sans aucun investissement consiste à :
qui font intervenir des changements ou adaptations
Etablissement d’un programme annuel pour le réglage d’équipements en vue d’une économie sûre.
et le nettoyage des climatiseurs
Réglage des thermostats à 22 °C au début du printemps
Réglage des thermostats à 20 °C en hiver.
Nettoyage des grilles de refoulement vers l’évaporateur:
deux fois par an, conformément au programme établi.
Les évaporateurs sont encrassés, la circulation de
l’air ne se fait pas dans de bonnes conditions, cette
opération permet un échange plus efficace aussi bien
en période de climatisation qu’en période de chauffage.

46 Climatisation
4 TRANSFORMATEUR

COMMENT GÉRER VOTRE TRANSFORMATEUR


ET COMMENT OPTIMISER VOTRE FACTURATION
ÉLECTRIQUE MT ?

47
COMMENT GÉRER VOTRE TRANSFORMATEUR ET COMMENT
OPTIMISER VOTRE FACTURATION ÉLECTRIQUE MT ?

Transformateur MT/BT Comptage

A une petite Passez d’une


facture grande facture

A l’aide des moyens d’analyses de votre réseau

48 Transformateur
4.1 EXEMPLES PRATIQUES
Description Enroulement à haute tension
Les transformateurs abaisseurs, qui font l’objet de ce Il enveloppe généralement, l’enroulement à basse tension.
manuel, sont des machines électriques statiques dont Les deux enroulements sont séparés par une structure
la mission consiste à transmettre de l’énergie électrique isolante susceptible de garantir un niveau d’isolement
depuis un système présentant une tension déterminée, à approprié de ces circuits, conformément aux tensions
un autre système possédant la tension souhaitée. pour lesquelles le transformateur aura été conçu. Les
conducteurs, en cuivre électrolytique, sont généralement
des fils à section circulaire ou de fines plaques à section
rectangulaire. Ils sont isolés par un matériau en émail et,
dans le cas de plaques, on peut aussi employer du papier
thermique du type A.
Comme dans le circuit précédent, on intercale une
enveloppe de résine entre les différentes couches qui
le constituent et, une fois que la résine est polymérisée,
celle-ci les maintiendra fermement dans leur position.

Analyse des transformateurs


La figure suivante représente les chéma d’un transformateur
triphasé. Le transformateur transmet la puissance P1 à la
Les parties fondamentales d’un transformateur sont les tension U1 à un autre système avec une tension U2. Lors
suivantes : du passage de la puissance dans le transformateur, il se
Circuit magnétique produit des pertes de puissance de telle sorte qu’à la
sortie nous obtenons une puissance P2, inférieure à P1.
Il est constitué d’un noyau magnétique réalisé au moyen
d’un assemblement de plaques métalliques
P1 (Entrée) Transformateur P2 (Sortie)
magnétiques à grains orientés à très faibles pertes. Pour la
sélection des plaques métalliques qui constituent le noyau, U1 U2

il faut tenir compte surtout du niveau des pertes, mais Système 1 I1


Pp
Système 1 I2
aussi du bruit qu’elles produisent dans le fonctionnement COS 1
(Pertes)
COS 2

du transformateur.
Le noyau, autour duquel sont disposés les enroulements, Nous définirons le rendement comme suit:
doit avoir une section la plus constante possible à tous les
endroits, aussi bien dans les bâtis verticaux, que dans les
culasses d’alimentation. Où Pp est la puissance correspondant aux pertes.
Enroulement à basse tension Les rendements des transformateurs sont habituellement
Il est généralement placé près du circuit magnétique et très élevés (entre 96 et 99%).
disposé de façon concentrique par rapport à celui-ci. La Eléments électriques
section des conducteurs dépend du courant nominal et la
forme peut être très variée. Les principaux éléments électriques associés aux
transformateurs sont les suivants :
Les conducteurs, généralement en cuivre électrolytique
d’une grande pureté, sont disposés de telle sorte Tension nominale d’entrée :
qu’il existe entre eux des canaux qui améliorent leur Tension qui se produit à l’enroulement d’entrée (primaire)
refroidissement. Les conducteurs sont isolés les uns lors du service nominal et qui détermine la conception du
des autres au moyen de résines qui, par polymérisation, transformateur.
dotent l’enroulement d’une grande résistance capable de
supporter les grands efforts mécaniques qui se produisent Tension nominale de sortie :
lors d’un court-circuit. Tension qui se produit à l’enroulement secondaire lorsqu’il
se trouve à vide, avec application dans l’enroulement
primaire de la tension et fréquence nominales.

Transformateur 49
Rapport de transformation : Comparaison économique des transformateurs
C’est le quotient entre les tensions nominales d’entrée et Les pertes que nous avons mentionnées dans les
de sortie (par exemple, 20.000/ 400 V). paragraphes précédents supposent un coût déterminé.
Par conséquent, lorsque nous voudrons choisir un type
Puissance nominale :
de transformateur, nous ne devrons pas nous limiter à la
Il s’agit d’une valeur conventionnelle de la puissance comparaison des prix. Nous devrons prévoir également les
apparente, en kVA : coûts correspondant aux pertes se produisant dans celui-ci.
SN N N Les frais annuels totaux (G) d’un transformateur seront :
Où IN est l’intensité nominale en A G = Gc + Gp
et UN est la tension nominale en kV Gc = Frais annuels au titre de l’investissement de capital
Indice de charge moyen Gp = Coût annuel des pertes
Les régimes de charge constante ne sont pas les plus Pour calculer la valeur de Gc :
fréquents. En général, l’indice de charge varie sur une
durée déterminée, suivant un cycle déterminé. Pour Si P est le prix du transformateur et a est l’annuité de
obtenir l’indice de charge moyen, on calcule une intensité l’amortissement :
moyenne qui produit les mêmes pertes que les intensités
Gc
qui circulent réellement.
Calcul de la valeur de Gp :
Analyse des pertes d’un transformateur
Gp = (Po + c2
Les pertes de puissance qui se produisent dans un cc

transformateur sont fondamentalement de deux types : Le coût total sera :


Pertes dans le circuit magnétique (Po) o
+ c2m cc

On les appelle également pertes à vide car on les obtient Rendement d’un transformateur : Indice de charge optimal
à partir de l’essai dit à vide du transformateur. Elles sont
indépendantes de la charge à laquelle est soumis le La puissance cédée au circuit secondaire d’un
transformateur et, à tension constante, elles sont invariables. transformateur est:

Pertes dues à l’effet Joule dans les enroulements (Pcu)


Le rendement du transformateur sera :
Ces pertes se produisent dans les enroulements du
transformateur à cause des résistances que ceux-ci
opposent (effet Joule). Elles varient proportionnellement
au carré de l’intensité. Si nous connaissons les pertes
produites à ce titre dans des conditions nominales Pcc De la formule précédente, nous pouvons conclure que pour
et lorsque le transformateur fonctionne avec un indice de un indice de charge c constant, le rendement augmentera
charge c, les pertes seront les suivantes : si nous augmentons le cos de la charge connectée au
circuit secondaire. Par conséquent, une manière de réaliser
Pcu = c2 cc
des économies d’énergie réside dans l’augmentation du
La valeur des pertes en régime nominal (Pcc) est fournie facteur de puissance de la charge connectée au circuit
par le fabricant. secondaire. Une autre conclusion sera que pour une valeur
En conclusion, nous pouvons affirmer que les pertes donnée du cos , le rendement varie avec l’indice de
existantes dans un transformateur(Pp) qui fonctionne avec charge c et qu’il existe un indice de charge optimal c = cM
un indice de charge moyen c seront : qui permettra un rendement maximum.
Pp = P0 + Pcu = P0 + c2 cc
P (W)

maximum
Puissance totale des pertes

Pc = Pertes constantes COS = Constant


dans le fer
Rendément

2
Pcu = C x Pcc = Pertes dans
le cuivre

Pcc = P = Po + Pcu

Pcu CN

Po 0,25 0,50 0,75 1,00


Indice de charge C
0,25 0,50 0,75 1,00 1,25 1,50
Variation du rendement des transformateurs en fonction de l’indice
Indice de charge C de charge avec facteur de puissance constant
Evolution de la température ambiante moyenne
50 Transformateur
Il est mathématiquement démontré que l’on obtient un Critère 2.
rendement maximum du transformateur lorsque :
A) Choisir un transformateur à puissance nominale plus
P0 = c2 cc
élevée que dans le cas choisi suivant le critère 1.
C’est-à-dire, lorsque les pertes produites sur le cuivre B) Disposer de deux transformateurs à puissance nominale
sont égales à celles produites sur le fer : analogue à celui choisi suivant le critère 1.
Dans les deux cas A et B, le transformateur fonctionnera
avec de faibles indices de charge moyens, de l’ordre de
0,4 - 0,5.
Le rapport Po/Pcc diminue si la puissance nominale du
L’application du critère 2 présente les différences suivantes
transformateur augmente. D’une manière générale, on
par rapport au critère 1 :
peut dire qu’à partir de puissances de 50 kVA, la valeur
de ce quotient est de 0,2 et que, par conséquent, les Prix d’achat plus élevé des transformateurs suivant
valeurs de CM sont inférieures à 0,45. Comme on peut le critère 2 (plus cher dans le cas A et nous avons 2
le constater, les indices de charge qui permettent des transformateurs dans le cas B).
rendements maximums sont très faibles. Le cas B requiert davantage d’appareillage et donc, le
prix de revient sera plus élevé.
Choix de la puissance nominale d’un transformateur
Exige plus d’espace disponible et plus d’espace pour
Pour répondre à une charge d’une puissance apparente pouvoir effectuer des aménagements
moyenne déterminée, le choix du transformateur peut
obéir à l’un des critères suivants : Coûts plus réduits au titre des pertes produites dans les
transformateurs.
Critère 1.
Supporte davantage les surcharges élevées.
Choisir un transformateur à puissance nominale qui Sécurité dans la continuité du service (B).
permettra de fonctionner avec un indice de charge moyen
élevé, de l’ordre de 0,75 – 0,8.

4.2 CORRECTION DU FACTEUR DE PUISSANCE


DES TRANSFORMATEURS
Tous les appareils ayant trait aux installations électriques
exigent une énergie active (kWh) que l’on devra toujours
se procurer auprès de la compagnie de distribution.
Beaucoup d’appareils, pour pouvoir fonctionner, exigent Résistance ou
de l’énergie réactive. On peut toujours acquérir cette A.T. bobine de décharge

énergie réactive auprès de la compagnie de distribution, Éclateur


laquelle, naturellement, la produira dans ses centrales et B.T.

la transportera au moyen de ses réseaux de transport.


Fusible
Autre possibilité, l’énergie réactive sera produite sur Batterie de
le site même de l’installation, à partir de batteries de condensateurs
condensateurs, ce qui constitue un système très simple
et qui, dans la plupart des cas, s’avérera meilleur marché.
Schéma de la compensation individuelle
Les condensateurs de compensation doivent être des transformateurs à puissance réactive
connectés au moyen de fusibles de protection. De plus,
comme il est indiqué sur la figure ci-dessus,ils devront
être munis d’un système de décharge des condensateurs
pour éviter le risque de décharge sur le personnel au cas
où ils seraient isolés ou déconnectés du circuit.
Le tableau suivant affiche les valeurs recommandées dans
la norme VDE pour éviter la production de surtensions du
côté basse tension du transformateur.

Transformateur 51
Puissance des condensateurs exigée pour la compensation individuelle des transformateurs en kVAr.

Puissance nominale du Tension du côté haute tension du transformateur


transformateur (kVA) De 5 à 10 kV De 15 à 20 kV De 25 à 30 kV

25 2 2,5 3

50 3,5 5 6

75 5 6 7

100 6 8 10

160 10 12,5 15

250 15 18 22

315 18 20 24

400 20 22,5 28

630 28 32,5 40

Les conducteurs d’interconnexion des condensateurs Finalement, il convient de souligner que les fusibles doivent
seront conçus pour pouvoir supporter une intensité pouvoir supporter des courants de choc élevés qui se
équivalente à plus de 1,3 fois l’intensité nominale de produisent à la connexion et déconnexion de la batterie.
la batterie. En effet, la diminution de l’impédance Ainsi, les fusibles seront choisis de sorte qu’ils puissent
des condensateurs produite par l’augmentation de la supporter des intensités de 1,6 à 1,8 fois supérieures à
fréquence, fait que les harmoniques de l’intensité peuvent l’intensité nominale des condensateurs et seront du type
atteindre des valeurs élevées. à fusion lente.

4.3 LA FACTURATION ÉLECTRIQUE EN MOYENNE


TENSION
La facturation des kWh Les tableaux ci-dessous présentent les tarif moyen tension
général avant et après la nouvelle tarification entrée en
La facturation en moyenne tension des consommations vigueur le premier août 2014 :
électriques en kWh, fait intervenir trois tranches horaires.
Redevance de Tarifs hiver Dh HT/kWh
Date puissance en Dh.HT/
KVA/an heure Pointe heure Normale heure Creuse

Avant le 1/08/2014 334,57 1,076 0,706 0,46


Du 1/08/14 au 31/12/2014 337,904 1,153 0,761 0,488
01/01/15 371,623 1,165 0,814 0,536
01/01/16 408,789 1,206 0,849 0,59
01/01/17 449,667 1,242 0,886 0,649

Le premier moyen qui permet de réduire la facture électrique, quand les conditions d’exploitation le permettent, et sans
revient bien évidemment à réaliser des économies en kWh impact sur la qualité des produits. Certaines entreprises
à travers toutes les possibilités que vous pouvez identifier: instaurent des primes intéressantes au profit du personnel
Les projets de rationalisation. qui accepte de différer le travail entre 22h et 07h. L’entreprise
est gagnante au niveau tarifaire, le producteur national lisse
Le deuxième moyen revient à bénéficier des écarts
de mieux en mieux sa courbe de charge.
de tarification par tranche. Cette répartition est très
encourageante pour un fonctionnement en heures creuses, Le fait de différer une consommation en heures pleines

52 Transformateur
(7h-17h à 0,849 Dh/kWh) vers les heures creuses (22h- x CH x PVT
7h à 0,59 Dh/kWh) permettra une économie tarifaire de
(Source ONE)
0,259 Dh/ kWh, soit 31% du coût.
C : Coefficient de comptage
Le fait de différer une consommation des heures de pointe
(17h-22h à 1,206 Dh/kWh) vers les heures creuses (22h- CH : Nombre d’heures par mois de mise sous tension
7h à 0,59 Dh/kWh) vous permettra une économie tarifaire
PVT : Puissance à vide du transformateur
de 0,616 Dh/kWh, soit 51% du coût.
Le premier terme de ces équations, correspond aux pertes
Ce déplacement de fonctionnement de la charge,
cuivre, et est fonction de la consommation mensuelle. Le
doit se faire pour des postes “qui valent la peine”. La
deuxième terme correspond aux pertes fer, et il dépend
connaissance du bilan électrique, permet de juger des
de la puissance à vide du transformateur.
opportunités qui se présentent.
La seule manière de minimiser ces pertes à l’exploitation,
A titre d’exemple : en matière de production de froid, le
est de choisir de façon judicieuse un transformateur avec
stockage de froid, constitue une solution élégante en
les pertes à vide les plus faibles possibles. Généralement,
la matière, dans la mesure où l’économie tarifaire est
le surcoût est amorti entre 4 et 6 ans.
actuellement est de 54%.
Si on débranche le transformateur, on minimise les heures
Cas pratique
de marche, mais cette solution n’est pas recommandée.
Suite au récent réaménagement tarifaire de l’ONE, une
La figure ci-dessous montre l’évolution du total des pertes
entreprise dans le secteur agroalimentaire a différé, sans
en % du niveau de la consommation mensuelle nette.
impact sur la qualité, la congélation de certains produits
Ces pertes peuvent atteindre des proportions importantes
qui se faisait entre 10h et 15h vers la période 22h à 3h :
dans la mesure où le facteur de charge est faible.
Puissance absorbée par les compresseurs 400 kW %40,0

Nombre de jours par an 250 jours


%30,0
Nombre d’heures différées par jour 5 h/j

Prix du kWh initial : HPL (07h-17h) 0,849 Dh/kWh %20,0

Prix du kWh final : HC (22h-07h) 0,59Dh/kWh


%10,0

Gain tarifaire 0,259 Dh/kWh


%0,0
Consommation annuelle 500 000 kWh/an
0

00

00

00

00

00

00

00

00

00
00

00

00

00
12

24

48

96

00

40

80

20

60
24

48

72

96

12

14

16

19

21
Consommation nette en kWh/mois
Gain tarifaire annuel 129.500 Dh/an
Pourcentage des pertes en fonction
Investissement 1000 Dh de la consommation mensuelle nette en KWh/Mois

Temps de retour Immédiat Cet exemple correspond à un transformateur de 400 kVA.


Au delà d’une consommation mensuelle de 200 000 kWh/
mois, ces pertes se stabilisent à 3,7% de la consommation
La correction des lectures totale. Ainsi, le choix initial des transformateurs, a une
Quand le comptage se fait sur la partie basse tension de incidence capitale au niveau des pertes.
votre transformateur, la consommation facturée en kWh/
mois, ne correspond pas à la différence exacte des index. La redevance de la puissance souscrite
Les distributeurs tiennent compte des pertes dans le
transformateur. Ces pertes sont automatiquement intégrées La puissance souscrite est une valeur contractuelle
dans le comptage, si ce dernier se fait en moyenne tension. qui correspond au fait que le distributeur “réserve” une
Dans la mesure où vous avez un comptage en basse certaine puissance électrique pour votre utilisation. Le
tension, la correction se fait comme suit : choix de cette puissance doit être optimal pour “coller” à
la réalité de votre demande électrique. Si cette puissance
kWh (HP) Corrigés= Diff index (HP) x C x 1,035 + 5/24
est trop faible, vous avez des pénalités de dépassement
x CH x PVT
de la puissance souscrite, si elle est trop forte, vous êtes
kWh (HPL) Corrigés= Diff index (HPL) x C x 1,035 + 10/24 pénalisés par la redevance de puissance qui devient
x CH x PVT importante.
kWh (HC) Corrigés= Diff index (HC) x C x 1,035 + 9/24

Transformateur 53
La puissance souscrite est facturée à 408,789 Dh//kVA/ 000 150

an. L’installation d’un délesteur de charges électriques

Cout de la red de puissance en Dh/an


réglé sur cette puissance, constitue la solution idéale pour 000 145

éviter des coûts élevés.


000 140

La redevance de dépassement de la puissance


souscrite 000 135

En cas de dépassement de la puissance souscrite, la 000 130


pénalité appliquée est de 50% en plus du prix normal
du kVA. Si la puissance souscrite est à 500 kVA, pour un 000 125
appel de puissance de 700 kVA, la pénalité mensuelle 300 320 340 360 380 400 420 440 460 480 500
Simulation de la valeur de PS
est de : Recherche du coût minimal
Pénalité de dépassement de la puissance souscrite Cette pénalité, n’est pas relative à un facteur de
= 1,5 x 408,789 x (700-500) /12 = 10.220 Dh/mois. puissance instantané, elle est calculée par rapport
à un facteur de puissance “mensuel”. Le facteur de
Si cette situation dure toute l’année, la pénalité en
moyenne serait de 12 x 10.220 = 122.637 Dh/an. puissance de certaines unités peut varier dans la même
journée entre 0,7 et 0,99. Le compteur électrique cumule
La redevance de puissance est de 408,789 x 500 = mensuellement dans deux registres différents, l’énergie
204.395 Dh/an. active et l’énergie réactive.
Les appels et la redevance de puissance auront coûté
Cos (phi) (facture) = Cos(Arc tangente (Energie réactive /
annuellement de 327 032.
Energie active))
Si les appels de puissance sont en moyenne de 700 kVA
Dans certains pays, l’énergie réactive consommée est
par mois, il est intéressant de demander une puissance
directement facturée, d’autres pays ont opté pour un
souscrite à la hausse. Si la souscription est à 700 kVA, le
seuil de pénalité fixé entre 0,8et0,95.Au Maroc ce seuil
coût annuel de puissance est le suivant :
est de 0,8.
Redevance de puissance =
700 x 408,789 = 286153 Dh/an. Pénalité cos phi = 2 x (0,8-cos (phi) du mois) x (RDC +
RPS + RDPS)
Pénalité de dépassement de la puissance souscrite :
0 Dh/an. RDC : Redevance de consommation
Total : 286153 Dh. RPS : Redevance de la Puissance Souscrite
Le gain net est de : 40879 Dh/an RDPS : Redevance de dépassement de la puissance
souscrite
La figure suivante est relative à la recherche optimale de
la puissance souscrite qui minimise le coût annuel. Dans Un suivi journalier du facteur de puissance est
l’impossibilité d’installer un délesteur de charge, il est recommandé, afin d’éviter les éventuelles surprises en fin
recommandé de “supporter de légers dépassements” de mois. La figure ci-dessous traite de la détérioration du
de la puissance souscrite, plutôt que de souscrire à une facteur de puissance, suite à deux pannes successives
puissance trop forte qui risque de produire l’effet inverse des batteries de condensateurs.
000 16
sur le bilan global de la puissance : Redevance de PS +
000 14
Pénalité.
000 12

Dans le cas de certaines industries grosses 000 10


Dh/mois

consommatrices d’électricité, cette recherche optimale a 000 8


permis de réaliser un gain annuel de plus 1 MDh/an. 000 6

000 4
Les pénalités du facteur de puissance : Cos PHI
000 2
La plaquette relative au facteur de puissance traite 0
largement le sujet des pénalités directes et indirectes liées 0,71 0,72 0,73 0,74 0,75 0,76 0,77 0,78 0,79 0,8

au facteur de puissance. Facteur de puissance

Evolution des pénalités du facteur de puissance :


consommation moyenne : 870 000 kWh/mois

54 Transformateur
Cette détérioration a été à l’origine d’une pénalité de commune s’élève à 59 465 Dh/ an, le coût moyen du
86.800 Dh uniquement pour le mois en question. kWh s’établit à 18,8 Dh/ kWh. Les pénalités du facteur
de puissance
Tous les relevés du compteur électrique étaient réalisés
chaque matin, ce qui nous a permis de mettre en évidence totalisent 22 310 Dh/an, soit 37% de la facture. En théorie,
ce problème. Ces données sont enregistrées et stockées après l’installation des batteries de condensateurs,
sans aucune exploitation antérieure. l’optimisation de la puissance souscrite, et l’élimination du
minimum non atteint, le gain annuel se situe à 54 343 Dh/an,
Cas d’une commune urbaine
soit 91,4%. Le nouveau coût du kWh se situe à 1,6 Dh/kWh,
Pour une consommation de 3.160 kWh/an, la facture soit 12 fois moins. L’investissement a été évalué à 4.000 Dh.
électrique annuelle d’un transformateur d’une petite
Récapitulatif des principales recommandations pour une utilisation optimale de l’énergie électrique d’un transformateur

Rubriques Unité Recommandation

La puissance installée ne doit pas dépasser 20 à 30% de la valeur de la demande


Puissance installée kVA maximale de l’usine. Les pertes peuvent représenter plus de 40%de la consommation si
la puissance installée est trop élevée.

La puissance souscrite doit être voisine de la demande. Si elle est trop faible, il y a des
Puissance souscrite kVA pénalités. Si elle est trop forte, il y a un surcoût.
Son choix doit être optimal.

C’est la tranche de consommation la plus coûteuse. Si vous avez la possibilité d’éviter le


Consommation en heures de pointe : fonctionnement de charges importantes entre
En M.T. :1,206 Dh/kWh kWh 17h et 22h. Une économie importante peut être réalisée au niveau tarifaire.
Période horaire : 17h à 22h Etudier la possibilité de différer le fonctionnement de certaines charges aux heures
creuses.

Consommation en heures creuses :


C’est la tranche de facturation la plus utilisée de 7h à 17h. Etudier la possibilité de
En M.T. : 0,59 Dh/kWh kWh
différer le fonctionnement de certaines charges aux heures creuses.
Période horaire : 22h à 7h

Consommation en heures creuses : Étudier la possibilité de déplacer un maximum de charges vers cette tranche. Elle
En M.T. : 0,59 Dh/kWh kWh permet de bénéficier du meilleur tarif. Elle permet également au producteur national, de
Période horaire : 22h à 7h lisser la courbe de la demande, et différer ses investissements.

Il doit être le plus proche possible de 1. Une faible valeur est à l’origine de pénalités
du facteur de puissance, d’une puissance taxée élevée, de déperditions électriques
Le facteur de puissance : cosinus phi
importantes. Même s’il n’y a pas de pénalités, l’amélioration du facteur de puissance n’a
que des impacts positifs.

Le plus faible possible, à travers une gestion rigoureuse et réfléchie de la demande


Total de la facture Dh/mois
électrique

Transformateur 55
FACTEUR DE PUISSANCE
5 COSINUS “PHI”

LES AVANTAGES DE L’AMÉLIORATION


DU FACTEUR DE PUISSANCE
5.1 DÉFINITION DE BASE
En améliorant votre facteur de puissance
= Vous réduisez vos appels de puissance
électrique

Comment et à quel prix ?


L’une en phase avec la tension, dénommée intensité active,
Et l’autre en retard de 90º par rapport à la tension, dénom-
mée intensité réactive.
Batterie Le courant I sera égal à :
Le graphique suivant illustre l’explication ci-dessus.

M M M M M M M M M

Figure 1

Figure 2

58 Facteur de puissance
A - Transfert de puissance avec charge non compensée et facteur de puissance 0,8
100 kW + 75 kVAr
100 kW + 75 kVAr 100 kW + 75 kVAr

T1 T2
G C

Générateur Transformateur Transformateur Charge


S = 125 kVA Élévateur Réducteur S = 125 kVA
S = 125 kVA S = 125 kVA

B - Transfert de puissance avec charge non compensée et facteur de puissance 1,0


100 kW
100 kW 100 kW 100 kW + 75 kVAr

T1 T2
G C

Générateur Transformateur Transformateur Charge


S = 100 kVA Élévateur Réducteur S = 125 kVA
S = 100 kVA S = 100 kVA

Figure 3 Batterie de
condensateurs

Effets de la puissance réactive sur les réseaux


électriques Mesures du facteur de puissance

».
a

2 2
a

P
U.I
P

Facteur de puissance 59
P

2
S2 Q2
1

Q1
S1

Qc

Figure 4
Amélioration des niveaux de tension dans les
installations

c
XL.Q
Qc - Q2
1
U2 . 10
Q1
12 1 1
P
X L
Q2
2
P
2 2 Q

Ainsi, pour qu’une installation exigeant une puissance P


U
améliore son facteur de puissance depuis une valeur initiale
1 2
), la
puissance Qc de la batterie de condensateurs nécessaire sera
la suivante :
Q c 1
-Q 2 1 2
)

Il existe des tableaux et des graphiques facilitant le calcul


rapide de la somme de kVAr de compensation nécessaire,
comme illustré ci-dessous.

Puissance de la batterie de compensation (kVAr) = K x P (kw)

1,8
Q1 Q2 Q1 Q2
1,7
1,6
1,5
1,4 0,45
1,3 0,50
1,2
1,1 0,55
1,0 0,60 2
0,9 0,65 . 100
1
0,8 0,70
0,7
0,6 0,75 cos 2
2
0,5 0,80
0,4 0,85
0,3 0,90
0,2
0,1 0,95
0,0 1,00
0,40 0,45 0,50 0,55 0,60 0,65 0,70 0,75 0,80 0,85 0,90 0,95 1,00
Facteur de puissance actuel

Figure 4

60 Facteur de puissance
Le facteur de puissance des appareils les plus
utilisés

Appareil Facteur de puissance Observations

puissance.

Facteur de puissance 61
Le seuil de la pénalité

Possibilité de baisse de la puissance souscrite

Mode de calcul de pénalité

62 Facteur de puissance
Élimination des pénalités du facteur de
puissance

Réduction des pénalités de dépassement de


la puissance souscrite

Facteur de puissance 63
Energie active

kWh HP kWh HPL kWh HC Réactif


Jours kW Max 10
22 t2 22 t1 22 t3 23 t-

15
Ecart 2525

Energie active
2 525 1
2
3

5
Energie réactive Facteur de puissance
7

Le facteur de puissance journalier

Le suivi de la pointe en kVa

64 Facteur de puissance
Compensation individuelle

Compensation individuelle de transformateurs

Les moteurs rebobinés La compensation par secteur

Facteur de puissance 65
Compensation centrale avec système
automatique de régulation

66 Facteur de puissance
Compensation centralisée d’une imprimerie : A. Amélioration du facteur de puissance
sans pénalité du facteur de puissance

B. Contrôle de la pointe

C. Rentabilité financière

TOTAL 109.000 Dh

l’usage fait en recrutant un ingénieur qualité, quel projet est


capable d’assurer une telle rentabilité ?

Facteur de puissance 67
Compensation individuelle : groupes de
production de froid
A. Données générales

Cas d’un hôtel avec pénalités du facteur de


puissance

puissance.
B. Solution proposée

C. Rentabilité

A. Amélioration du facteur de puissance

TOTAL DES GAINS DIRECTS 145.134 Dh/an

B. Optimisation de la puissance souscrite

TOTAL DES COUTS EVITES

68 Facteur de puissance
TOTAL 342.457 Dh/an

TOTAL 301.578 Dh/an


TOTAL GAIN ANNUEL 40.879 Dh/an

Puissance en KVA
Puissance souscrite

000 1
900
800
Puissance en KVA

700
600
500
400
300
200
100
0 Mois
r

ril

ai

in

et

ût

Oc e
No bre

Dé bre

e
ie

ar

br

br
M

Ju

ill

Ao
Av
vr

em

to

m
r

Ju
ie

ve

ce
nv

pt
Se
Ja

Facteur de puissance 69
VARIATEUR ÉLECTRONIQUE
DE VITESSE

LA RÉDUCTION DE CONSOMMATION
PAR L’UTILISATION DES VARIATEURS
DE VITESSE
N’étranglez plus vos pompes,
ventilateurs, compresseurs de vitesse du débit, vous permet
avec des moyens mécaniques
la puissance électrique
consommée

Valve (%66)
Tuyauterie (%69)
Pompe (%77)
Moteur %90

Puissance
consommée
100 kW
Puissance utile 3 kW

Embrayage (%98)

Tuyauterie faible
friction (%87)
(%83)
Moteur %90
Puissance
consommée
51 kW
Puissance utile 3 kW
Embrayage (%99)
Variateur de vitesse (%95)

Tuyau. faible
friction (%90)
Moteur %90 (%88)

Puissance
consommée
43 kW
Puissance utile 3 kW
Embrayage (%99)
Variateur de vitesse (%95)

Figure 1

72
73
Fondements technologiques

moteurs à
CC

étape de rectification
étape d’inversion,

moteurs à CA

Figure 2
Produit

Alimentation de
puissance de
Matière première
combustible,
(et signal/énergie)
pression de gaz,
réseau électrique
Contrôle de l’énergie : Le moteur : converssion Transmission : Machine de travail
conversion et/ou de l’énergie fournie en conversion et/ou
réglage de l’énergie énergie mécanique réglage de l’énergie
fournie (énergie rotative) mécanique fournie

Flux d’énergie Points possibles de contrôle de la vitesse variable

Flux d’énergie mécanique Systèmes d’actionneurs

74
Avantages et inconvénients de l’actionneur de
vitesse variable

Du point de vue économique :

Contrôle au moyen d’un actionneur à courant


alternatif

Alimentation électrique

Interface du processus

Contrôle du moteur
Interface de l’utilisateur

Processus

Moteur

Figure 3

75
Courbes de capacité de charge avec un
moteur avec actionneur à C.A.

T/Tn
Courbe 3
2,0

Courbe 2
1,5

Charge
1,0 Courbe 1

Courbe 2 et 3

0,5 Courbe 1

%25 %50 %75 %100 Charge

Caractéristiques de l’actionneur à C.A. pour


contrôler le processus

76
Types de charge des processus industriels

air conditionné

Charge à couple constant

ventilateurs

Charge de couple constant

W, P

fours de séchage
Puissance (W)

Couple (P)

Vitesse

Charge de couple constant

Charge à couple linéaire

Charge de couple carré

W, P

Couple (P)

Puissance (W)

77

Vitesse

Charge de couple au carré


W, P Couple (P)

Puissance (W)

Charge à couple quadratique


Vitesse
Couple (P) A quelle occasion doit-on installer un variateur
Charge de couple constant
électronique de vitesse pour les moteurs ?

Vitesse

Charge de couple constant

Charge de couple carré

W, P

Couple (P)

Charge de couple carré

Puissance (W)
W, P

Couple (P)

Vitesse

Charge de couple au carré

Puissance (W)

Charge à puissance constante

Vitesse

Charge de couple au carré

Charge à puissance constante


Réglage sur les machines industrielles

W, P

Charge à puissance constante Puissance (W)

W, P

Couple (P)

Vitesse Puissance (W)

Charge à puissance constante

Couple (P)

Vitesse

Charge à puissance constante

78
Pompes centrifuges
Il existe quatre façons principales de régler le débit dans
les pompes :

Comparaison des méthodes de réglage


Réglage par soupape d’étranglement

Réglage par contrôle de vitesse

Réglage par by-pass

Figure 6

100
Bypass
Puissance (%) Etranglement
80

Marche-arrêt
60

40

Revem

20

0 20 40 60 80 100

Débit (%)

Figure 7

puissance.

79
Ventilateurs
100

Puissance (%)
Persiennes
100
80
Puissance (%)
Persiennes
80 Aubes mobiles
60

Aubes mobiles
60
40

Revem
40
20
Revem

20

0 20 40 60 80 100

Débit (%)
0 20 40 60 80 100

Débit (%)

Figure 8

100

Puissance (%)
100 Courroie
75 Convoyeurs ou bandes transporteuses
Puissance (%)
Courroie
Revem
75
50
Revem

50
25

25

0 25 50 75 100

Production (%)
0 25 50 75 100

Figure 9(%)
Production
Bandes trasparentes

80
Compresseurs
3

Calage Puissance Consommation


Débit (m3/h) Heures
du clapet électrique kw kwh
D

B
A

Puissance Consommation
Débit (m3/h) Vitesse r.p.m. Heures
électrique kw kwh

Conclusions

Une application réelle du réglage de vitesse par variation


de fréquence

81
Cas nº 1.- Appareil pour l’alimentation en eau
d’une commune

Réseau de distribution

Réservoir 2 Cas nº 2.- Fonte de métaux non ferreux


Pompe B

Réservoir 1
Puits

Pompe A

Figure 11

Four 1 Four 2 Four 3 Four 4 Four 5

Figure 12

82
1

1 Réservoir des éclats de bois


3
2
4
3 Bande d’alimentation vibrante

4 Séparateur magnétique

5 Broyeur

Figure 13

Cas nº 3.- Trituration du bois pour la fabrication


de planches

Cas nº 4.- Cabines de peinture pour automobiles


avec une climatisation équilibrée moyennant
l’application de variateurs de vitesse

83
Cas nº 5.- Ventilateurs des évaporateurs dans
la production de lait en poudre

Figure 14

OMRON

Cas n°7 - Centrales de traitement d’air


Description

Cas nº 6.- Compresseurs frigorifiques d’une


brasserie

Figure 15

84
Rentabilité

Impact au niveau de l’environnement et de la production


électrique

Puissance t
par an

5
2
17

225
5
55 2
17

85
Prix moyens des variateurs de vitesse sur le Attention aux batteries de condensateurs
marché marocain

Attention à l’impact des Harmoniques

Mises en garde
La surcapacité peut coûter très cher

86
7 ÉCLAIRAGE

L’IMPORTANCE DE L’ÉCONOMIE
D’ÉNERGIE DANS L’ÉCLAIRAGE

87
88
Paramètres de classement des lampes Incandescentes

Durée de vie
Halogènes

Température de Couleur

Rendu des Couleurs

Efficacité lumineuse des incandescentes.

Typologie des lampes


Fluorescentes

89
Halogénures Métalliques
Lampes Fluorescentes Compactes

Vapeur de Sodium Haute Pression

Vapeur de Mercure

90
Vapeur de Sodium Basse Pression

Tableau 1
Efficacité lumin.
Classe T Couleur (K) IRC (Ra) Durée de vie (heures) Flux (lm) (lm/W)
Incandescentes

91
1. 6.

7.
2.

3. 8.
etc.

4. 9.

10.

5.

92
U

2. Diagnostic

Amélioration de l’efficacité énergétique


d’installations existantes

1. Analyse de la Situation Actuelle

Tableau 2

3. Propositions de Modification

93
Batterie de

4. Évaluation des améliorations

Amélioration de l’efficacité énergétique sur de


nouvelles installations

94
1. Définition des Niveaux Lumineux pour chaque zone 2. Choix du Système d’Éclairage

3. Régime d’Utilisation et Régulation

Suivi de la consommation et de la facturation

Définir les périodes de fonctionnement de l’installation

Processus de gestion d’énergie

95
Tableau 3
Économie d’énergie Temps de retour
Mesure Coût (Dh)
(années)1

<2

Tableau 4
Mesure BU E I H C L

Coût d’une installation

96
Comparaison des frais occasionnés par Comparaison des frais occasionnés par
l’utilisation de lampes à vapeur de mercure et l’utilisation de lampes à incandescence et à
vapeur de sodium haute pression économie d’énergie (compacte intégrée)

Tableau 5
Tableau 7
Vapeur Sodium Vapeur Sodium
Concept Économie Économie
mercure haute mercure haute Concept Incandesc. Incandesc.
pression pression énergie énergie

123 123 123 123

Tableau 8
Économie Économie
d’Énergie (11 W) d’Énergie (20 W)

Comparaison des frais occasionnés par


Tableau 6 l’incorporation de ballasts électroniques sur
Sodium Haute Sodium Haute
Pression (50 W) Pression (210 W)
des lampes fluorescentes

223

Tableau 9
Concept Sans Ballast Avec Ballast

557
557

97
Tableau 11
Tableau 10 CONCEPT Fluorescent ( 38 mm) Fluorescent ( 26 mm)
Puissance (W) 40 36

Économie E. Énergie P.B. Coût Énergétique
Lampe investissement 192 172,8
Dh/an th EP/an (ans)
(Dh) (Dh)
TOTAL (Dh) 192 172,8
Avec ballast 167 120 346 2,3

Comparaison des dépenses occasionnées Tableau 12


CONCEPT Fluorescent ( 26 mm)
par l’utilisation de fluorescents de Ø38
Économie d’argent (dh/an) 19,2
mm et fluorescents de Ø26 mm (meilleures Économie d’énergie (th EP/an) 14,0
performances) Économie d’émissions (kg CO2) 6,8
D Investissement (dh) - 4,0
P.B. (ans) - 0,2

Cas des locaux techniques faiblement fréquentés

Cas d’un hôtel à Agadir

98
Ecart en Dhs
Lampes Fluorescentes
Rubrique sur 5 ans Cumulé sur
incandescentes Compactes
5 ans

TOTAL 1.629.152 495.672 1.133.479

2
5
Puissance unitaire 75
15

Année Unité 1 2 3 4 5 TOTAL

Facteur de puissance

99
Année 1 2 3 4 5 TOTAL

GAIN ANNUEL MOYEN 226.696 Dh/an

TEMPS DE RETOUR MOYEN 2

Autres Impacts

100

Vous aimerez peut-être aussi