Vous êtes sur la page 1sur 15

Contr ibution 

à la connaissance des Cer oglossus 
de l’Ouest chilien (r égions VIII, IX et X) 
(Coleopter a Car abidae) 
Laur ent Rataj 
33 rue le Chauchoy 
62123 BERNEVILLE 
e­mail : lolocarabus@yahoo.fr 

Résumé  :  description  de  5  nouvelles  sous­espèces  de  Ceroglossus  :   C.  magellanicus  ignescens,  C. 
magellanicus bimarginalis, C. magellanicus speciosiformis, C. buqueti oblitus et C. buqueti relictus. 

Abstr act  : description of 5 new subspecies of Ceroglossus :  C. magellanicus ignescens, C. magellanicus 


bimarginalis, C. magellanicus speciosiformis, C. buqueti oblitus and C. buqueti relictus. 

Ceroglossus  magellanicus ignescens nova 


Holotype  mâle N­E Tirua (face à  l’isla  Mocha, VIII reg, Chili) 29 I 2008, L.Rataj  leg.  in coll L. 
Rataj 
Paratypes  :  10  mâles  et  8  femelles  même  localité,  B.Godeau,  O.Jaffrézic  &  L.Rataj  leg.,  in  coll 
B.Godeau, O.Jaffrézic & L.Rataj. 

Description : 
Long. :  mâles  27­29mm,  femelles  29­32mm.  magellanicus  de  grande  taille,  à  la  silhouette  élancée  (surtout 
chez le mâle), peu variable, de coloris très chaud et peu brillant, avec les marges concolores. (photos n° 1 à 3) 

magellanicus de taille supérieure à la moyenne de l’espèce, qui se différencie aisément des sous­espèces  les 
plus  proches,  gerstaeckeri  Morawitz  1886  au  nord,  et  bimarginalis  Rataj  2009  au  sud,  dont  les  phénotypes  sont 
totalement différents ! 
ignescens nova possède un pronotum large, légèrement cordiforme, et des lobes très courts. La morphologie 
de  ce  dernier  s’apparente  donc  assez  bien  à  celle  observée  chez  la  ssp.  gerstaeckeri,  par  contre,  son 
chromatisme en est très éloigné. Chez ignescens, la bordure du pronotum n’est pas clairement individualisée, 
puisque  du  centre  vers  l’extérieur  du  pronotum  on  observe  un  dégradé  de  couleur  assez  progressif.  De  la 
même façon, il n’existe pas de réelle bordure élytrale, mais simplement un léger dégradé de couleurs sur les 
élytres des  spécimens  les plus clairs. En dehors de  la  bande un peu plus claire qui traverse généralement  la 
tête et le pronotum, on peut dire que les individus qui constituent cette population possèdent une tendance à 
l’homochromie. La tête est toujours rouge plus ou moins orangé et souvent teintée de vert du labre au vertex. 
Le pronotum est quant à lui traversé d’une large bande verte  plus ou moins foncée, ainsi que d’un net sillon 
en son centre. Comme c’est très souvent  le cas chez magellanicus, un Y en relief est visible à  la  base de  la 
tête. La sculpture élytrale est régulière et moyennement saillante. La suture élytrale noire, légèrement teintée 
de  vert,  est  large  et  bombée,  surtout  dans  son  tiers  supérieur.  Profitons  en  pour  rappeler  que  ce  simple 
caractère permet presque à lui seul de distinguer magellanicus de chilensis  Eschscholtz 1829, puisque chez cette 
autre  espèce  la  suture  est  systématiquement  fine  et  plate  (c’est  bien  évidemment  le  cas  chez  chilensis  ssp. 
rataji Jiroux 2006 qui partage le biotope de ce nouveau magellanicus). 
Pattes, palpes et antennes noirs, à l’exception des scapes sur lesquels on observe un net reflet métallique, plus 
ou moins vert bleuté. Face inférieure noire, faiblement mais grossièrement ponctuée, nettement moirée de vert 
orangé, surtout sur l’avant­corps. Epipleures lisses. 
A  titre  comparatif,  on  notera  que  chez  gerstaeckeri  la  silhouette  est  nettement  plus  massive,  et  la  sculpture 
élytrale un peu moins nette, puisque légèrement dégradée. Chez bimarginalis, le relief élytral est sensiblement 
plus marqué, et la gamme chromatique radicalement opposée.


Répartition : 
Le  bosquet  nativo  à  forte  déclivité  que  ce  nouveau  magellanicus  partage  avec  chilensis  ssp.  rataji,  se  situe 
approximativement à 10 km  au Nord­Est  de Tirua. Cette localité est au cœur d’une  vaste région où  la  forêt 
native a majoritairement été remplacée par de grandes plantations de Pinus et d’Eucalyptus. Dans ce secteur, 
les biotopes propices à la capture des Ceroglossus sont donc rares. A la recherche de nouvelles populations, 
de  longues  distances  ont  été  parcourues  sans  apercevoir  le  moindre  vestige  de  «forêt  native».  Cependant,  à 
force  d’acharnement,  un  petit  bois  naturel a  été  découvert  aux  abords  du  Lago  Leu  Leu,  qui  se  situe  à  mi­ 
chemin  entre  Tirua  et  Contulmo.  Dans  ce  dernier,  quelques  rares  C.  chilensis  et  C.  magellanicus  ont  été 
capturés  à  vue  (en  loges  d’estivation).  Leurs  phénotypes  sont  logiquement  intermédiaires  entre  ceux  qui 
occupent  les  localités  précitées  (Contulmo  et  l’Est  de  Tirua).  Ces  populations  semblent  génétiquement 
stabilisées  puisque  leurs  phénotypes  sont  très  constants,  c’est  pourquoi  elles  mériteraient  peut­être  une 
description,  mais  le  devenir  du  minuscule  biotope  relictuel  qu’elles  occupent  étant  des  plus  incertains,  la 
mention de leur simple existence suffira pour l’instant. 

Biologie : 
Le "bosque nativo" dans lequel vit ignescens fut prospecté pour la première fois en janvier 2006. C’est à cette 
occasion que  fut découvert C. chilensis ssp. rataji, alors que le biotope était à cette époque particulièrement 
aride.  En  dépit  de  cette  observation,  l’état  de  conservation  et  la  beauté  de  ce  milieu  resté  sauvage,  laissait 
espérer la probable découverte d’un magellanicus en ces lieux (c’est maintenant chose faite). Preuve, s’il en 
était besoin, que l’activité de l’espèce magellanicus est intimement liée au taux d’humidité du sous­bois. Il y a 
fort  à  parier  qu’à  la  suite  d’une  période  fortement  pluvieuse,  l’activité  de  ce  magellanicus  soit  bien  plus 
importante.  D’ailleurs,  lors  de  la  découverte  de  cette  nouvelle  sous­espèce  en  février  2008,  les  conditions 
hygrométriques  du  biotope  étaient  nettement  plus  favorables,  puisque  l’humus  était  alors  bien  humide. 
Cependant, même en période plus  humide, chilensis était dans ce  biotope encore très nettement  majoritaire, 
puisqu’il représentait plus de 95% des céroglosses capturés. C. buqueti  Laporte 1834  est quant à lui absent de ce 
biotope, ainsi que de la presque totalité de cette zone côtière, sur plus de 100 km. Je dis presque, car lors de 
notre voyage effectué en février­mars 2009, mon  ami Bernard Godeau et moi­même, avons eu  la chance de 
découvrir une nouvelle population de buqueti très isolée, également décrite dans cette publication. 

Derivatio nominis : 
La  gamme  chromatique  de  cette  nouvelle  sous­espèce  étant  particulièrement  chaude,  une 
dénomination "flamboyante" semblait appropriée.


A propos de Ceroglossus chilensis rataji Jiroux 2006 
La quantité de spécimens récoltés en février 2008 et 2009 a permis d’enrichir la gamme chromatique de cette 
sous­espèce  jusqu’alors  considérée  peu  variable.  Précisons  cependant  que  la  couleur  typique  de  cette 
population  (globalement  orangée)  n’en  reste  pas  moins  très  nettement  majoritaire,  et  que  les  variations 
figurées  ci­dessous  ne  représentent  par  conséquent  qu’une  très  faible  proportion  des  individus  récoltés. 
Notons  qu’à  de  rares  exceptions  près,  et  cela  quelle  que  soit  la  couleur  générale  de  l’individu,  les  marges 
élytrales sont mauves sur le vivant, et roses après dessiccation. (photos 4 à 6)


Ceroglossus  magellanicus bimarginalis nova 
Holotype mâle, 11 km S­E Tirua, (IX reg, Chili) 14 II 2009, L.Rataj leg. in coll L.Rataj 
Paratypes : 20 mâles, 25 femelles (11 et 15 km S­E Tirua, 14 II ­ 02 III 2009), B.Godeau & L.Rataj 
leg., in coll B.Godeau & L.Rataj.  1mâle (3 km N­O de Trovolhue, IX reg, Chili) 02 III 2009, 2 
femelles (3 km N­O de Trovolhue, IX reg, Chili) 04 II 2008, L.Rataj leg., in coll L.Rataj. 

Description : 
Long. :  mâles  26­32mm,  femelles  29­34mm.  magellanicus  de  grande  taille,  à  la  silhouette  élancée  mais 
imposante. Couleur d’ensemble bleu très sombre à presque noir, peu brillante, à bordures claires en dégradé 
de couleurs. (photos n° 7, 8 et 10) 

magellanicus  de  chromatisme  très  différent  des  populations  géographiquement  les  plus  proches,  ignescens 
Rataj 2009  au nord, entièrement orange à rouge rosé, et leplati Jiroux 2006  au sud, qui va du vert doré au rouge. Le 
chromatisme de ce nouveau magellanicus fait immédiatement penser aux exemplaires bleus de la sous­espèce 
gerstaeckeri Morawitz 1886 qui vit 70km plus au nord, mais il suffit de rapprocher 2 spécimens de chacune de ces 
sous­espèces pour se rendre compte qu’en dehors de leurs teintes particulièrement sombres, les ressemblances 
sont minimes. (cf photo n°9 et 11) 
La morphologie de bimarginalis nova est nettement plus élancée que celle de gerstaeckeri, et plus aplatie. Le 
chromatisme de bimarginalis se distingue nettement de celui de gerstaeckeri, puisque sa couleur de fond est 
bien  plus  sombre.  De  plus,  ses  marges  sont  étroites,  jamais  rouges,  et  les  fovéoles  de  ses  côtes  primaires 
presque  inexistantes,  tandis  que  chez  la  ssp.  gerstaeckeri,  une  proportion  non  négligeable  des  individus 
arborent  de nombreuses  fovéoles  brillamment colorées sur les côtes primaires. Les  bordures de gerstaeckeri 
sont systématiquement rouges, bien plus larges, aussi bien au niveau du pronotum que des élytres. 
Pour en terminer avec  les comparatifs, on remarquera également  que  la couleur de  fond de bimarginalis est 
assez proche de celle observée chez la ssp. ortrudheinzae  Jiroux & Heinz 2001 (vivant à plus de 100km au S­E de 
Tirua et  Trovolhue), mais que  la  morphologie de ce dernier est bien plus gracile, et qu’il ne possède pas de 
marge claire le long du corps. 
La  sculpture  élytrale  de  magellanicus  ssp.  bimarginalis  est  fine  mais  bien  dessinée,  et  légèrement 
hétérodyname. Sa face inférieure est noire, nettement moirée de bleu­vert sur l’abdomen, et plus fortement au 
niveau de l’avant­corps. Notons que les C. chilensis Eschscholtz 1829 qui partagent ses biotopes ont le dessous du 
corps fortement teinté de cuivre  mélangé de  vert. Les sternites abdominaux sont  moins densément ponctués 
que  chez  le  chilensis  avec  lequel  il  cohabite,  mais  les  ponctuations  sont  ici  nettement  plus  grosses  et 
profondes. Pattes et antennes noires, mais scapes moirés de bleu, épipleures lisses. 
Notons  que  l’hypochromatisme  de  cette  nouvelle  population  est  particulièrement  surprenant,  puisque  les  2 
sous­espèces qui l’encadrent possèdent des gammes chromatiques radicalement opposées, très chaudes, ainsi 
que des marges homochromes, ce qui n’est jamais le cas de bimarginalis. 
Chez ce nouveau magellanicus, les gouttières des élytres et du pronotum, en dépit de leur étroitesse, sont bien 
tranchées,  car  toujours  nettement  plus  claires  que  la  couleur  de  fond  bleu  foncé,  avec  une  multitude  de 
couleurs possibles : vert clair, bleu turquoise, jaune, orange ou encore arc­en­ciel ! 
Comme  c’est  très  souvent  le  cas  chez  magellanicus,  le  pronotum  aux  lobes  très  courts  est  traversé  en  son 
centre par un profond sillon, et la tête possède un Y saillant et brillant au niveau du vertex. 
La suture élytrale est noire, large et bombée. 

Contexte de la découverte : 
Suite à la découverte des 2 premiers spécimens femelles en février 2008 au Nord­Ouest de Trovolhue, un de 
nos  objectifs  de  2009  était  donc  de  capturer  de  nouveaux  spécimens,  et  si  possible  d’étendre  l’aire  de 
répartition de cette splendide population au chromatisme  si surprenant. C’est ainsi qu’en plus de  piéger une 
nouvelle fois les environs de Trovolhue, j’ai prospecté, en compagnie de Bernard Godeau et de ma compagne, 
la zone intermédiaire entre Trovolhue et Tirua. Notre curiosité fut récompensée, puisque 2 nouvelles localités 
colonisées par magellanicus ssp. bimarginalis ont été découvertes, respectivement à 11 et 15km au Sud­Est de 
Tirua !  Outre  l’extension    de  l’aire  de  répartition  de  cette  nouvelle  sous­espèce,  l’un  de  ces  2  bois  nous  a 
réservé  une  autre  surprise  de  taille,  puisque  nous  avons  eu  la  chance  incroyable  de  découvrir  une  nouvelle 
population  de  C.  buqueti  chromatiquement  très  proche  de  magellanicus  ssp.  bimarginalis,  au  beau  milieu 
d’une vaste zone considérée dépourvue de cette espèce !

Il  est  intéressant  de  signaler  que  dans  ces  2  localités  plus  proches  de  Tirua  que  de  Trovolhue,  les  chilensis 
rencontrés sont phénotypiquement très proches des chilensis ssp. rataji Jiroux 2006 vivant à l’Est de Tirua, tandis 
que  les  chilensis  de  Trovolhue  sont  des  gloriosus  Gerstaecker  1858  aux  allures  de  mochae  Reed  1874.  Notons 
également  que  les  proportions  entre  les  espèces  rencontrées  sont  très  différentes dans  chacune  de  ces  3 
localités : Trovolhue (+ de 99% de chilensis, ­ de 1% de magellanicus), 11km S­E Tirua (70% chilensis, 30% 
magellanicus), 15km S­E Tirua (40% buqueti, 35% chilensis, 25% magellanicus). 

Répartition : 
Les localités typiques de cette nouvelle sous­espèce se situent à 11km et 15km au Sud­Est de Tirua, dans un 
secteur qui, au dire des habitants, faisait partie il y a 50 ans seulement d’une vaste forêt, aujourd’hui presque 
totalement disparue. 

Biologie : 
Cette nouvelle population a été découverte dans un des rares "bosque nativo" qui subsistent dans cette région 
littéralement  massacrée  par  les  forestiers,  et  les  éleveurs  de  bovins.  En  effet,  de  Contulmo  à  Trovolhue,  en 
passant par Tirua, les paysages  ne sont que désolation. Le sol est  parfois  même à nu, et cela sur de grandes 
étendus,  tant  la  sylviculture  de  ce  secteur  est  mercantile,  et  l’œuvre  de  personnes  qui  ne  pensent  qu’à  leur 
profit immédiat ! Au mieux, la forêt native est remplacée par de gigantesques plantations d’espèces exotiques 
qui dénaturent profondément le milieu, et rendent les sols invivables pour la flore et la faune indigène ! 
Heureusement, dans bien d’autres régions du Chili, de nombreuses propriétés privées, et parcs nationaux nous 
rappellent combien la nature chilienne peut être belle. 

Derivatio nominis : 
Cette population possédant très souvent des marges de couleurs différentes entre l’avant et l’arrière, son nom 
y fait référence. 

A propos du  chilensis qui cohabite avec magellanicus bimarginalis Rataj 2009  à Trovolhue 


Même  si  j’ai  tendance  à  croire  que  cette  population  mériterait  peut­être  une  description,  je  me  contenterai 
pour l’instant de faire mention de ses caractéristiques que j’estime très singulières. (photo n° 12 à 14) 
Le phénotype de ce chilensis rappelle beaucoup celui de la sous­espèce mochae  Reed 1874  endémique de l’isla 
mocha (photo n° 16 et 17), tout en  montrant certaines similitudes  morphologiques et chromatiques avec  les 
populations  qui  constituent  le  groupe  gloriosus  Gerstaecker  1858.  Rappelons  d’ailleurs  que  c’est  dans  cette 
dernière sous­espèce que cette population est actuellement incluse. Les particularités les plus remarquables de 
ce  chilensis  sont  sans  nul  doute  sa  bordure  bleu­gris  que  l’on  ne  retrouve  que  chez  les  individus  de  l’isla 
mocha,  et  sa  sculpture  élytrale  marquée,  mais  également  dégradée,  puisque  les  primaires  sont  souvent 
interrompues.  Sur  les  spécimens  ainsi  costulés,  on  retrouve  également  quelques  fois  une  autre  particularité 
propre à la sous­espèce mochae : les chaînons (fragments de côtes primaires) ont les extrémités en forme de 
gouttelettes (photo n° 15). Il existe indéniablement un lien de parenté entre ces deux populations de chilensis. 
Cela  n’a  bien  sûr  rien  de  surprenant  puisque  la  population  insulaire  descend  forcément  d’une  population 
continentale,  mais  je  trouvais  intéressant  de  faire  mention  de  l’existence  d’une  très  probable  empreinte 
migratoire,  vestige de  la colonisation de  l’isla  Mocha par  la  lignée gloriosus. Sur  le continent, c’est en tous 
cas la population phénotypiquement la plus ressemblante à la sous­espèce mochae. On remarquera d’ailleurs 
que la population géographiquement la plus proche de l’isla Mocha, ssp. rataji  Jiroux 2006, implantée à l’Est et 
au Sud de Tirua, en est au contraire phénotypiquement très éloignée, puisque celle­ci trouve ses origines dans 
la  lignée  à  laquelle  appartiennent  les  ssp.  latemarginatus  Kraatz­Koschlau  1889  et  ficheti  Jiroux  1996,  dont  la 
sculpture élytrale est triploïde, nettement plus fine et homodyname. 
Pour  toutes  ces  raisons,  les  chilensis  du  Nord­Ouest  de  Trovolhue  mériteraient  peut­être  d’être  décrits,  et 
nommés "pseudomochae".


Ceroglossus buqueti oblitus nova 
Holotype mâle Ouest, 15km S­E de Tirua (IX reg, Chili) 14 II 2009, L.Rataj leg. in coll. L.Rataj 
Paratypes : 40 mâles, 40 femelles, même localité, 14 II ­ 02 III 2009, B.Godeau & L.Rataj leg., in 
coll B.Godeau & L.Rataj. 

Avant­propos 
C’est dans le but de préciser la répartition de C. magellanicus ssp. ignescens Rataj 2009, que nous avons décidé 
de prospecter le sud de Tirua. A notre grande surprise, ce n’est pas la sous­espèce ignescens, mais la sous­ 
espèce bimarginalis Rataj 2009  que nous avons retrouvée là. Cependant, à aucun moment nous n’espérions 
trouver buqueti Laporte 1834 dans cette région d’où l’espèce était totalement inconnue. En effet, alors que de 
nombreuses localités furent visitées entre Contulmo, Temuco et Nueva Tolten, jamais l’espèce buqueti ne fut 
mentionnée de ce vaste secteur, qui s’étend pourtant sur plus de 100km Nord­Sud, et 60km Est­Ouest !


Description 
Long. : mâles 23­24mm, femelles 23­26mm. buqueti massif, de grande taille pour l’espèce, à la costulation 
très marquée, et souvent embrouillée. Gamme chromatique peu étendue, allant du bleu nuit à reflets cuivreux, 
au bleu violacé, et plus rarement au vert très foncé. (photo n° 21 et 22) 

Bien que la sous­espèce géographiquement la plus proche soit la ssp. deuvei Jiroux 1996, cette nouvelle 
population en est phénotypiquement très différente, car beaucoup plus grande, robuste, sans parler du 
chromatisme… Cependant il existe une similitude : l’avant­corps assez étroit comparé à la largeur élytrale, est 
une caractéristique que l’on retrouve chez la ssp. deuvei (Nahuelbuta). 
Tête et pronotum granuleux à peine métalliques. Elytres sensiblement plus métalliques, à sculpture triploïde 
homodyname, marqués de larges côtes au relief particulièrement prononcé. 
La majeure partie des individus sont bleu foncé, avec pour certains de forts reflets cuivre rosé sur les côtes, ce 
qui est du plus bel effet. Vu de l’arrière, cette teinte cuivreuse donne des reflets « or ». D’autres individus 
entièrement bleus, deviennent entièrement vieux rose lorsqu’on les regarde de l’arrière. D’autres encore, sont 
bleu violacé, ou plus rarement vert bouteille. Signalons également qu’une petite moitié des individus 
possèdent des bordures élytrales bleu­vert. 
La costulation très forte de cette population possède une autre particularité : plus de la moitié des spécimens, 
sont atteints de nettes irrégularités de celle­ci. En effet, il est très fréquent que des côtes fusionnent entre elles, 
et génèrent des zones de sculpture embrouillée, dans lesquelles les côtes sont entrelacées et indiscernables. 
D’après mes observations personnelles, ce type d’anomalie est nettement plus rare chez les autres sous­ 
espèces. 
Le dessous du corps est noir, moiré de bleu foncé, surtout à l’avant. La ponctuation des sternites abdominaux 
est moyenne dans la partie centrale, mais devient très dense et assez profondes latéralement (près des 
épipleures). Epipleures lisses. Pattes, antennes et palpes noirs. 

Biologie : 
Dans l’unique localité pour l’instant connue, ce buqueti cohabite avec C. chilensis ssp. rataji Jiroux 2006, et C. 
magellanicus ssp. bimarginalis Rataj 2009. Signalons que lorsque chilensis, magellanicus et buqueti sont 
sympatriques, il est rare de constater que buqueti et magellanicus sont chromatiquement différents de 
chilensis. D’une manière générale, lorsqu’une espèce se distingue chromatiquement des deux autres, c’est très 
généralement magellanicus ou buqueti. 
L’isolement géographique de cette nouvelle population de buqueti pose question. Il est pour l’heure 
impossible de comprendre pourquoi la répartition de cette espèce est aussi discontinue dans cette région, 
d’autant plus que les autres espèces (chilensis et magellanicus) sont présentes dans bien des localités entre 
Contulmo et Temuco. 

Distribution : 
La localité typique de buqueti ssp. oblitus se situe à environ 15km au Sud­Est de Tirua. Aucune autre localité 
n’est connue pour l’instant. 

Derivatio nominis : Alors qu’il est très facile d’accès, le bois colonisé par ce buqueti fait partie d’un secteur 
qui semble avoir été oublié des entomologistes lors de leurs prospections, c’est pourquoi j’ai choisi de le 
nommer ainsi ( oblitus : oublié). 

Ceroglossus  magellanicus speciosiformis nova 
Holotype mâle, environ 20km à l’Ouest de Hueyusca, vers la Caleta Guayasca (X reg, Chili) 21 II 
2009, L.Rataj leg. in coll. L.Rataj 
Paratypes  :  1  mâle,  5  femelles,  même  localité,  21­25  II  2009,  B.Godeau  &  L.Rataj  leg.,  in  coll 
B.Godeau & L.Rataj. 

Description : 
Long. : mâles 22mm, femelles 22­23mm. magellanicus de très petite taille, cuivreux, et de silhouette élancée. 
(photo n° 23 et 24)

magellanicus de taille largement inférieure à la moyenne de l’espèce, qui est, chose exceptionnelle, de taille 
inférieure  au  buqueti  (ssp.  relictus  Rataj  2009)  avec  lequel  il  cohabite.  Cette  petite  taille  est  d’autant  plus 
surprenante qu’elle n’est pas le fait de l’altitude, puisque la cordillère côtière ne dépasse pas les 700m dans ce 
secteur. 
La sculpture élytrale est fine et régulière. Le chromatisme peu variable, cuivre plus ou moins teinté de vert ou 
de rouge. Les bordures élytrales,  le  bord du pronotum,  le contour des  yeux, ainsi que  la  suture élytrale sont 
généralement rouges. 
Contrairement  à  la  plupart  des  sous­espèces  de  magellanicus  Géhin  1885,  les  scapes  et  les  appendices  ne 
possèdent  aucun  reflet  métallique,  et  sont  par  conséquent  totalement  noirs.  Le  dessous  est  quant  à  lui 
faiblement moiré de vert plus ou moins cuivreux. La ponctuation des sternites est profonde, faible en densité, 
surtout au centre, mais un peu plus fournie à proximité des épipleures. Le Y en relief à la base de la tête, est 
visible, mais assez faiblement marqué. 
Les fortes ressemblances phénotypiques observées entre cette population et C. speciosus  Gerstaecker 1858, nous 
amènent à nous poser des questions phylogénétiques. Tout comme buqueti ssp. relictus semble être à l’origine 
des  populations  de  buqueti  qui  peuplent  l’île  de  Chiloé,  il  est  fortement  probable  que  magellanicus  ssp. 
speciosiformis  soit  l’ancêtre  de  C.  speciosus  qui  occupe  également  l’île  de  Chiloé.  Cette  cordillère  côtière 
semble avoir joué un rôle de couloir migratoire. 

Aparté : 
Au regard de sa localité de capture, il est surprenant de constater que l’édéage des mâles de cette population 
est extrêmement proche de celui des magellanicus vivant des centaines de kilomètres plus au nord, tandis que 
quelques dizaines de kilomètres plus haut, les édéages possèdent des silhouettes qui font transition avec celui 
du darwini Hope 1837 typique. 
Cependant,  je  tiens  à  rappeler,  qu’après  avoir  observé  les  édéages  de  très  nombreuses  populations  de 
magellanicus,  darwini  et  speciosus,  je  peux  affirmer  avec  certitude,  que  contrairement  à  ce  que  certains 
entomologistes  affirment,  il  n’existe  pas  une  forme  d’édéage  unique  chez  magellanicus,  ni  une  autre  forme 
stable  pour  darwini  et  speciosus !  Ce  caractère  de  détermination  n’est  pas  fiable ,  puisqu’il  existe 
indiscutablement  de  très  nombreuses  morphes,  en  dégradé  du  nord  au  sud,  avec  une  courbure  de  l’anse  de 
moins en  moins prononcée, et un édéage de plus  en plus allongé, à  mesure que  l’on descend  vers  le sud du 
pays.  Etrangement,  on  notera  que  dans  le  grand  sud,  les  édéages  se  raccourcissent  à  nouveau.  Signalons 
également que dans certains secteurs, les édéages sont morphologiquement intermédiaires entre les morphes 
typiques  des  deux  espèces  supposées,  ce  qui  rend  par  conséquent  l’attribution  de  ces  populations  à 
magellanicus  ou  darwini  totalement  arbitraires  et  scientifiquement  injustifiables.  (voir  photos  d’édéages  ci­ 
dessous. Photos 18 à 20) 
Afin de prouver que cette séparation de niveau spécifique est justifiée, il faudra selon moi affiner les critères 
de détermination, car pour l’heure, ces critères ne correspondent pas à la rigueur scientifique nécessaire pour 
affirmer une distinction de niveau spécifique. 

Répartition : 
La localité typique de ce magellanicus, tout comme buqueti ssp. relictus se situe à mi­distance entre Hueyusca 
et la côte. 

Biologie : 
Dans  ce  biotope,  magellanicus  ssp.  speciosiformis  et  buqueti  ssp.  relictus  ne  semblent  pas  cohabiter  avec 
d’autres céroglosses. Ceci étant, quelques kilomètres plus à l’Est, à plus basse altitude, on trouve des chilensis 
ssp. kraatzianus  Morawitz 1886  (seuls), et encore plus bas, à proximité de Hueyusca, on trouve des darwini ssp. 
newtoni  Jiroux  1999  accompagnés  de  chilensis  ssp.  jaffrezici  Jiroux  2006,  et  de  buqueti  métissés  (ssp.  breuningi 
Heinz & Jiroux 2001 trans ad chiloensis Hope 1837). 

Derivatio nominis : 
Cette dénomination a été choisie pour exprimer la forte ressemblance phénotypique (et peut­être même le lien 
phylogénétique) de cette population avec speciosus.


9
Ceroglossus buqueti relictus nova 
Holotype mâle, environ 20km à l’Ouest de Hueyusca, vers la Caleta Guayasca (X reg, Chili) 21 II 
2009, L.Rataj leg. in coll. L.Rataj 
Paratypes : 40 mâles, 40 femelles, même localité, 21­25 II 2009, B.Godeau & L.Rataj leg., in coll 
B.Godeau & L.Rataj. 

Avant­propos 
Aucun pointage n’étant jusqu’alors mentionné de la région à l’ouest de Hueyusca, il était indispensable de 
prospecter ce secteur méconnu de la cordillère côtière, sur laquelle subsiste quelques portions de forêt 
d’Alerce (Fitzroya cupressoides) épargnées par les gigantesques incendies qui ont ravagé la région de 1937 à 
1940. Les traces de ce désastre écologique sont aujourd’hui encore parfaitement visibles, puisque 70 ans après 
les faits, des milliers de troncs imputrescibles d’Alerce, couleur argent, restent fièrement dressés vers le ciel, 
comme pour témoigner de la splendeur révolue d’une forêt qui n’existe plus que dans nos rêves. 

Description 
Long. : mâles 20­23mm, femelles 23­24mm. buqueti de taille moyenne, au pronotum métallique légèrement 
cordiforme, et aux élytres veloutés dont les côtes primaires sont remplacées par de grosses taches noires, 
exactement comme chez Ceroglossus ochsenii Germain 1895. Gamme chromatique étendue, allant du vert clair 
bordé de rose vif (comme ochsenii), jusqu’au rouge cuivreux, et même au rouge­marron foncé. (photo n° 25 à 
28) 

La silhouette est élancée chez le mâle, un peu plus élargie chez la femelle dont l’apex des élytres est 
particulièrement pointu. Tête et pronotum faiblement granuleux et métalliques, qui contrastent fortement avec 
les élytres tomenteux, caractéristique principale de la lignée veloutée de buqueti, que l’on croyait jusqu’alors 
inféodée à l’île de Chiloé et les environs de la punta Estaquilla. Le lien de parenté entre ces diverses 
populations étant évident, il serait d’ailleurs judicieux de les regrouper dans une sous­espèce forte, au sens 
premier du terme, puisque contrairement au découpage sub­spécifique non hiérarchisé actuellement utilisé 
chez les Ceroglossus, il existerait ici une réelle signification phylogénique dans un tel regroupement. 
Au­delà d’une ressemblance évidente, cette nouvelle population possède également des caractéristiques qui 
lui sont propres : contrairement aux sous­espèces sybarita  Gerstaecker 1858, calvus Géhin 1885 et snizeki Jiroux 2006, 
les côtes primaires ne sont pas ici simplement remplacées par de petites baguettes noires, à peine arrondies, 
mais par de vraies taches (presque circulaires chez certains individus), exactement comme chez C. ochsenii. 
(cf photos comparatives n° 29 à 32)

10 
Il est intéressant de signaler que les zones claires qui séparent chacune de ces taches noires sont des pores 
sétifères, généralement marqués de points noirs, correspondant aux lieux d’insertion des soies sensibles. 

Comme c’est souvent le cas chez buqueti, la gamme chromatique de la population est très étendue. La plupart 
des individus ont l’avant du corps vert clair plus ou moins doré, bordé de rose orangé, et les élytres allant du 
vert clair au orange brunâtre, bordés de rose. Il existe également des individus totalement oranges, rouges ou 
mêmes bruns, aux bordures plus ou moins teintées de rouge rosé. Quelle que soit la couleur d’ensemble de 
l’insecte, les taches noires qui ornent les élytres sont, à cause de leur taille importante, assez peu nombreuses, 
et beaucoup plus larges que chez les autres sous­espèces de la "lignée sybarita ", même si l’on devrait selon 
moi plutôt parler de "lignée relictus" (voir détail plus bas). 
Le dessous du corps est noir, fortement moiré d’orange cuivreux, surtout à l’avant (comme chez ochsenii), 
très peu ponctué, excepté au niveau des sternites abdominaux, où les ponctuations sont profondes mais 
éparses. Epipleures lisses, fortement teintée de cuivre sur sa moitié inférieure. Pattes, antennes et palpes noirs. 
Autres détails importants : (contrairement à ce que l’on observe chez la plupart des autres populations de 
buqueti) 
les scapes ne sont ici pas totalement noirs. Leur face supérieure est nettement moirée d’une teinte 
dorée (surtout sur le vivant). 
Le scutellum n’est pas noir, mais entièrement métallique, de la même couleur que la suture élytrale. 

Que penser d’une telle ressemblance avec C. ochsenii? 
Il ne peut vraisemblablement pas s’agir d’une simple coïncidence ; le hasard a ses limites, d’autant plus que la 
proximité phénotypique entre C. buqueti ssp. relictus et C. ochsenii, s’accompagne d’une proximité 
géographique significative, même si le parc Alerce Costero se situe à près de 100km de là. 
Le biotope où ces buqueti ont été découverts n’étant pas particulièrement humide, on ne pouvait 
raisonnablement pas espérer y découvrir une sympatrie avec l’espèce ochsenii. Ceci étant, il ne serait pas 
surprenant que non loin de là, il y ait des zones humides colonisées par ces deux espèces, car, si ochsenii ne 
s’éloigne gère de ce type de milieu, buqueti s’accommode quant à lui fort bien de milieux aux conditions 
hygrométriques variées. Cependant, si à cause des gigantesques incendies du siècle dernier ces biotopes 
n’existaient plus aujourd’hui, il n’en reste pas moins très probable qu’ils ont existé un jour! 
Une chose est sûre, ce mimétisme n’est pas le fruit du hasard, mais plutôt la résultante d’une longue et 
ancienne cohabitation entre ces deux espèces. Chez les Ceroglossus, nous avons maintes fois constaté que 
d’une cohabitation de longue durée résultait très souvent une forte ressemblance phénotypique. 
Ainsi, si l’on part de l’hypothèse vraisemblable que cette population de buqueti a par le passé cohabité avec 
ochsenii, (ou aujourd’hui encore peut­être), on peut à présent s’interroger sur l’identité de "l’inventeur" du 
tomentum élytral ! On ne peut savoir si c’est buqueti qui a emprunté ce caractère à ochsenii, ou si c’est une 
sous­espèce de guerini Germain 1895, ou de suturalis Fabricius 1775, qui a imité buqueti relictus pour finalement 
donner l’ochsenii actuel… 
Qu’il s’agisse d’un phénomène de co­évolution des espèces basé sur le principe de la sélection naturelle, ou 
d’un mimétisme causé par un transfert de matériel génétique entre les espèces, il semble aujourd’hui évident 
que c’est dans cette région que le caractère "élytres veloutés" est apparu ! 
On a longtemps cru que les buqueti de l’île de Chiloé avaient, à l’instar d’ochsenii, "inventé" le tomentum, 
mais à la vue de cette découverte, il est à présent évident que cette invention ne s’est en réalité produite 
qu’une seule fois, et apparemment bien loin de l’île de Chiloé. Après être apparu chez l’une de ces deux 
espèces, ce caractère a ensuite été copié, ou transféré, par des processus complexes dont nous ignorons encore 
le fonctionnement! 
La découverte de cette population de buqueti, quasiment mimétique d’ochsenii, lève donc un peu plus le voile 
sur la phylogénie des Ceroglossus, et plus particulièrement sur la lignée des buqueti veloutés! 
Tout comme l’on constate des ressemblances entre les sous­espèces de chilensis, magellanicus et buqueti qui 
cohabitent dans un même biotope, il y a vraisemblablement eu sympatrie et co­évolution, entre ochsenii et 
cette lignée de buqueti.

11 
Biologie : 
Bien que cette nouvelle population aux élytres veloutés ai été découverte à près de 60km au nord de la punta 
Estaquilla, il est aisé de comprendre pour quelles raisons cette lignée ne s’observe que le long de la côte, et 
nulle part ailleurs. Grâce à nos connaissances paléoclimatiques de cette région du Chili, on peut supposer que 
la lignée des buqueti aux élytres tomenteux est l’une des plus anciennes de l’espèce, puisque les secteurs 
qu’elle colonise encore de nos jours, sont parmi les rares qui ne furent pas recouverts par les glaces à ces 
latitudes! En effet, les glaciations ont bien failli éradiquer les Ceroglossus de la région, en les réduisant à 
quelques populations relictuelles, repoussées à l’ouest par la descente des glaciers. La cordillère côtière n’est 
cependant probablement pas le biotope originel de ces populations de buqueti, puisque durant l’aire glaciaire, 
ces montagnes étaient certainement inhospitalières, car froides et enneigées. Ce n’est que bien plus tard, en fin 
de période glaciaire, que ces montagnes se recouvrirent de végétation, et c’est en s’adaptant aux nouvelles 
conditions climatiques que ces buqueti ont finalement colonisé les forêts d’Alerce qui se sont réfugiées sur les 
hauteurs. 
Au fil de sa migration vers le sud, cette lignée de buqueti velouté s’est peu à peu éloignée d’ochsenii, et c’est 
très probablement pour cette raison que ses ressemblances avec cette autre espèce se sont petit à petit 
estompées. Alors que ce buqueti migrait et évoluait phénotypiquement, ses exigences écologiques n’ont par 
contre pas réellement changé, car même si sybarita , calvus et snizeki vivent à plus basse altitude que relictus, 
ils ne se sont maintenus que dans des secteurs relativement frais et pluvieux, dont les conditions climatiques 
s’apparentent fortement à celles qui affectent les hauteurs de la cordillère côtière. 
Les sous­espèces métalliques de buqueti, après avoir survécu aux glaciations en se repliant vers le nord, ont 
quant à elles recolonisé le centre et le sud du pays, en se propageant sur les contreforts boisés des Andes, ainsi 
que dans la vallée centrale bien plus sèche, mais aussi dans les forêts côtières de basse altitude, puisque celles­ 
ci ne convenaient pas aux populations de buqueti aux élytres tomenteux réfugiées en altitude, là où les forêts 
sont bien plus froides et humides. 
Lorsque l’on descend vers le sud, la lignée des buqueti veloutés ne semble guère dépasser le sud de l’île 
Chiloé. 
Il est plus que probable que si les inondations océaniques n’avaient pas bloqué ou avorté les avancées 
migratoires de cette lignée au delà de l’île de Chiloé, elle serait probablement parvenue à coloniser le grand 
sud chilien. Cependant, il n’est pas exclu qu’il subsiste encore aujourd’hui des traces de cette poussée 
migratoire sur certaines îles toujours inexplorées de la région XI ! 

Distribution : 
La localité typique de buqueti relictus se situe entre Hueyusca et la côte, environ à mi­distance, dans la partie 
la plus haute de la cordillère côtière, au sein de laquelle quelques lambeaux de forêts millénaires subsistent 
dans un paysage de désolation. 
En dépit de l’incontrôlable sentiment de tristesse que suscite la vue d’un tel spectacle, on ne peut s’empêcher 
d’espérer que derrière les montagnes qui nous cachent la vue, il existe une forêt immaculée abritant d’autres 
merveilles. 

Derivatio nominis : 
Les autres sous­espèces de la lignée veloutée apparaissant aujourd’hui comme les descendantes de cette 
population relictuelle, il m’a semblé judicieux de la nommer ainsi. 

_____________________ 

Pour être en accord avec la classification morphologique et taxonomique actuelle, les nouvelles sous­espèces 
ignescens Rataj 2009, bimarginalis Rataj 2009 et speciosiformis Rataj 2009 sont attribuées à magellanicus, car les 
formes de leurs édéages respectifs sont comparables à celles des autres populations rattachées à cette espèce. 
Ceci étant, vu l’inconstance de la morphologie des édéages des différentes populations qui constituent le 
groupe darwini/magellanicus/speciosus, il y a fort à parier que cette classification évoluera, et que lorsque la 
distinction de niveau spécifique se basera enfin sur des critères de détermination stables, une réorganisation 
des taxons se fera naturellement.
12 
Répar tition côtièr e de buqueti et magellanicus/darwini/speciosus 
dans l’Ouest des régions VIII,  IX et X

13 
Bibliographie 
Jaffrézic O. & Rataj L. 2006 Contribution à l’étude du genre Ceroglossus (Coleoptera, Carabidae) Les Cahiers 
Magellanes ed Magellanes Hors­série n°15. 
Jiroux E. Le genre Ceroglossus ed. Magellanes 2007
14