Vous êtes sur la page 1sur 18

Introduction 

à la cryogénie
Ecole des Accélérateurs – BENODET ‐ 2016

Patricia Duchesne
IPNO – Division Accélérateurs
Présentation préparée avec Patxi Duthil (IPNO) Institut de Physique Nucléaire d’Orsay
P. 1
SOMMAIRE

 DEFINITION

 PROPRIETES PHYSIQUES D’UN CRYOFLUIDE
Etats de la matière
Diagramme de phase
Relation chaleur – température
Principaux cryofluides

 REFROIDISSEMENT DES GAZ
Histoire de la liquéfaction d’un gaz
Machine de réfrigération
Réfrigération, Liquéfaction
La détente d’un gaz
Exemple d’installation

 APPLICATIONS DE LA CRYOGENIE

P. 2
DEFINITION

Cryogénie : (Kruos (grec) = Froid, Genesis (grec) = Engendrer, produire)


T° ambiante
Cette discipline s’intéresse à l’étude des très basses températures :
20°C
comment les produire, les maintenir et les utiliser.

industriel domestique
Froid 
0 K ( 273C )  Températur es cryogéniques  120 K ( 150C )
‐20°C
Rappel : T [Kelvin] = T [°C] + 273.15

Froid 
Fluides cryogéniques T° Ebullition [K] à 1atm
‐50°C
DEFINITION

La limite supérieure est fixée à 120K : Méthane 111.6


En dessous de cette température, le méthane Oxygène 90.2
(constituant du gaz naturel) et la plupart des Argon 87.3
gaz atmosphériques passent en phase liquide. Azote 77.3

Cryogénie
Hydrogène 20.4
‐150°C
Helium 4.2

Sources de froid : Fluides cryogéniques (cryofluides) ou machines 


(cryogénérateurs) 

‐273°C
P. 3
PROPRIETES PHYSIQUES D’UN CRYOFLUIDE

Comportement d’un fluide cryogénique ?


Rappel de thermodynamique …
PROPRIETES PHYSIQUES D’UN CRYOFLUIDE

Trois états de la matière

LIQUIDE

sublimation
SOLIDE GAZ
condensation

P. 4
PROPRIETES PHYSIQUES D’UN CRYOFLUIDE

Exemple phénoménologique : casserole remplie de glace et que l’on chauffe

Relation chaleur‐température (cf. p5)
PROPRIETES PHYSIQUES D’UN CRYOFLUIDE

105J 333J 419J 2256J 92J

Apport de 
chaleur Q
Fusion du solide Vaporisation du liquide
 Si l’on change la pression, on trouve d’autres valeurs de température (cf. Diagramme des phases p4) :
Pext diminue avec l’altitude : Contenant sous pression :
H(km)
9 Teb = 70°C
P ↗
↗ la pression jusqu’ à 1.8bar (soupape) 
3 Teb = 90°C ↗ Teb à 115°C

0 Teb = 100°C
P. 5
DIAGRAMME DE PHASE

Diagramme de phase P, T 
Diagramme typique d’équilibre des phases 
• Différentes phases d’un corps pur en fonction P Etat supercritique
des variables : pression et  température Point Critique
PROPRIETES PHYSIQUES D’UN CRYOFLUIDE

Pc Courbe de fusion
• 3 courbes d’équilibre correspondant à un 
Liquide
changement d’état : Solide
Solide‐gaz : courbe de sublimation P = 1 atm 2
Solide‐liquide : courbe de fusion Point triple Courbe de vaporisation
Liquide‐gaz : courbe de vaporisation 1
Pt
• Point triple (pt, Tt) : coexistence des trois  Gaz
phases en équilibre (sol/liq/gaz) Courbe de sublimation

T
• Point critique (pc, Tc) au delà duquel il n’y a plus  Tt TébullitionTc
de différence entre le liquide et le gaz : état Exemple de la casserole remplie 
supercritique monophasique de glace et que l’on chauffe :
• Tension de vapeur : pression du gaz en équilibre avec le liquide ou le solide
A
Cette tension de vapeur suit une loi du type : log( p )   B
T
A et B constantes spécifiques du corps
En diminuant la pression sur le bain par pompage du gaz, 
la température du bain diminue.
Remarque : L’hélium n’a pas de point triple solide‐liquide‐vapeur mais une
phase liquide supplémentaire dit Superfluide (conductivité thermique quasi 
infinie, viscosité qusi nulle) P. 6
RELATION CHALEUR ‐ TEMPERATURE

 Chaleur sensible  Chaleur latente
Quantité de chaleur échangée sans transition  Quantité de chaleur échangée lors d’une
de phase mais avec un changement de T° transition de phase sans changement de T°
PROPRIETES PHYSIQUES D’UN CRYOFLUIDE

T+T

Q
T Q
T est proportionnelle à Q : T
T=constante
Q : Apport de chaleur (J)
Q : Apport de chaleur (J)
Q  m.c p .T Q  m.Lv
m : masse (kg)
cp : chaleur spécifique (J.kg‐1.K‐1) m : masse de liquide transformé (kg)
T : écart de température (K) Lv : chaleur latente de vaporisation (J.kg‐1)

 Refroidir avec un fluide cryogénique : 
 Utilisation d’un gaz amené à basse  Utilisation d’un liquide saturé comme réfrigérant
température qui se réchauffe au contact de d’objets à maintenir à basse température (composants
l’objet à refroidir (température variable) : supraconducteurs, expérience de physique …) :
• Utilisation de la chaleur sensible seule • Utilisation de la chaleur latente de vaporisation
• Utilisation possible de la chaleur sensible des vapeurs 
froides
Réfrigération d’un gaz Liquéfaction d’un gaz
P. 7
PRINCIPAUX CRYOFLUIDES

Tcritique
Plage d’existence
de la phase liquide
Tpoint_triple
PROPRIETES PHYSIQUES D’UN CRYOFLUIDE

Rare

Beaucoup utilisé
Danger
Pas de fluide à 
(forte réactivité)
l’état liquide
Rare

Danger
(inflammable)

Beaucoup utilisé

He naturel = mélange 2 isotopes He 3 & He 4 (+utilisé)

P. 8
HISTOIRE DE LA LIQUEFACTION DES GAZ

Premières tentatives de liquéfaction de gaz (XVIIIème et XIXème s.) :


Par refroidissement : Par compression :
Transformation isotherme 
Monge (1784)  Van Marum (1792)  (échange de chaleur avec le 
Dioxyde de  Ammoniac liquéfié à  milieu ambiant à T° constante)
soufre à ‐8°C 15°C à P = 7.3bars
bar Liquide
REFROIDISSEMENT DES GAZ

10
Liquide

1
Solide
Gaz Vapeur
0.1

0.01
150 200 250 300 350 K

 1852 : Joule et Thomson (Lord Kelvin) montrent que la détente d’un gaz à travers une 
vanne provoque un refroidissement brusque (détente Joule‐Thomson).

 1863 : Thomas ANDREWS montre qu’il existe une température dite critique au dessus de 
laquelle il est impossible de liquéfier un gaz même en augmentant la pression de façon 
infinie.

Il est donc nécessaire de combiner la détente d’un gaz et un refroidissement 
préalable de ce gaz (en dessous de sa température critique) pour le liquéfier.
P. 9
HISTOIRE DE LA LIQUEFACTION DES GAZ

 1877 : Cailletet et Pictet réussissent à liquéfier l’oxygène, première liquéfaction 
d’un gaz dit permanent.

Détente d’un gaz combiné par son refroidissement préalable
• Le gaz est comprimé (1)  
• Le gaz est refroidi dans un échangeur (2)
REFROIDISSEMENT DES GAZ

• Le gaz subit une détente (3)  
Schéma de principe : 

1
3

compression 4
2
détente liquide
Échangeur
(refroidissement)
La détente provoque une diminution de la pression et donc une diminution 
importante de la température, produisant ainsi du liquide. P. 10
HISTOIRE DE LA LIQUEFACTION DES GAZ

T [K] T [°C]

Fin XIXème siècle, la cryogénie est née 
293 20 avec la liquéfaction de l’oxygène
Monge (FR) SO2
273 0
REFROIDISSEMENT DES GAZ

Van Marum (NL) NH3
223 ‐50 Thilorier (FR) C02

173 ‐100 Faraday (GB) C2H2

123 ‐150
Cailletet (FR) et Pictet (CH) 02
90
73 ‐200

Dewar (GB) H2
23 ‐250 Kamerlingh Onnes (NL) He
0 ‐273
1780‐1800 1830‐1845 1877 1908 1912

Découverte de la supraconductivité
Théorie de la relativité générale (Einstein) 
P. 11
MACHINE DE REFRIGERATION

Machine thermique idéale : cycle de Carnot
Energie utile
Efficacité du cycle de Carnot (machine idéale) :  
Energie  fournie
Source  Source chaude
chaude (environnement)
QC>0, TC QC<0, TC
REFROIDISSEMENT DES GAZ

Travail Travail
W<0 MACHINE DE  W>0
MOTEUR 
THERMIQUE REFRIGERATION

Source froide Source 
(environnement) froide
QF<0, TF QF>0, TF
Rendement théorique maximal des  Rendement théorique maximal des
systèmes de conversion de la chaleur  systèmes de production du froid :
en travail : rendement de Carnot Rendement de Carnot ou COP (Coefficient de 
performance)
W TF
  1 1 QF TF
QC TC COP  
W TC  TF
P. 12
MACHINE DE REFRIGERATION

Performance d’une machine thermique

MOTEUR MACHINE DE REFRIGERATION
400K  1000K  On utilise plutôt la puissance spécifique de réfrigération :
TC
(127°C) (727°C)
TF 80K 4K
1 Energie  fournie
 25% 70% 
COP Energie utile COP 36% 1.3%
REFROIDISSEMENT DES GAZ

TF = 300K (ambiant)
TC = 300K (ambiant) 1/COP 2.3 75

Il faut fournir 75W pour extraire 1W à 4K

 En pratique, les performances d’une machine de 
réfrigération sont bien inférieures à la machine idéale

 Le rendement est essentiellement lié à la taille de 
la machine indépendamment de la température.

 Nécessité de limiter les transferts de chaleur vers 
la source froide.  

P. 13
REFRIGERATION ‐ LIQUEFACTION

Cycle de réfrigération Cycle de liquéfaction
• Extraction de l’énergie du système à niveau constant • Extraction de l’énergie à un gaz pour le liquéfier
• Utilisation d’un fluide en cycle fermé • Une petite partie du débit HP se tranforme en liquide, 
l’autre partie est utilisée à la réfrigération
• Un débit d’appoint compense le débit de liquide produit

Compresseur
REFROIDISSEMENT DES GAZ

Compresseur Echangeur
Echangeur Compression W>0
W>0
Q<0
Q<0

Echangeur
Echangeur
MBP =          MHP
Echange MBP <          MHP

Vanne J.T. Vanne J.T.
Q=0 W=0 Q=0 W=0

Echangeur
ou Détente ou
Q>0
Réfrigération W<0 W<0
Liquéfaction
et soutirage de  Q>0
Turbine liquide Turbine
ML

P. 14
LA DETENTE D’UN GAZ

La détente
 Détente Joule‐Thomson
Détente à travers une vanne
La détente de Joule Thomson est une brusque chute de pression 
lors du passage du fluide à travers un orifice.
Détente
REFROIDISSEMENT DES GAZ

Haute pression Basse pression

La variation de température dépend des conditions de pression et température à l’entrée de la détente.

 Détente par extraction d’énergie


Turbines de détente
Détente à travers une turbine
Le gaz se détend en fournissant du travail à la turbine et ainsi se refroidit.

Toujours refroidissement lors d’une détente par extraction d’énergie.

P. 15
EXEMPLE D’INSTALLATION

Plateforme SUPRATECH à l’IPNO
Pour la R&D sur   les cavités RF supraconductrices : prépara on, condi onnement, assemblage et test

Salle blanche ISO4
REFROIDISSEMENT DES GAZ

Hall de 
Hall d’expériences  Hall d’expériences 
montage
& Puissance RF (autre bâtiment)

Salle de chimie

Groupe de pompage sur


bain hélium à 1.8K

Stockage de 
l’hélium gazeux
P. 16
EXEMPLE D’INSTALLATION

Liquéfacteur d’Hélium à l’IPNO (depuis 2009)

Utilisation de l’hélium 
dans les halls 
d’expériences à 4K ou 2K
REFROIDISSEMENT DES GAZ

Stokage du gaz à 200 bars
équivalent à 3 000 L de liquide Liquéfacteur pouvant produire 
70L/h d’hélium liquide

Volumes tampons : Stations de pompage 
Baudruches (30, 80 & 90 m3) des bains hélium
Compresseur hélium
P. 17
APPLICATIONS DE LA CRYOGENIE

o Réduction de volume Stockage et transport de combustibles et fluides cryogéniques

Dewar
APPLICATIONS DE LA CRYOGENIE

Métanier

o Condensation et adsorption Séparation des mélanges de gaz (Hélium de l’air), cryopompage (vide 
poussé)

o Arrêt des réactions chimiques Surgélation (industrie alimentaire), Cryoconservation (médical)

o Supraconductivité  Résistance électrique quasi nulle de certains matériaux à basses T°, effet Meissner 

CERN IRM Train à lévitation magnétique (Maglev)

instruments de détection ne peuvent fournir la sensibilité désirée 
o Réduction des bruits thermiques que lorsqu’ils sont refroidis à des températures cryogéniques.

o Propriétés des matériaux Traitement des pièces mécaniques afin d'améliorer leurs performances 
(résistance à l’usure)
P. 18