Vous êtes sur la page 1sur 13

1

1. PHENOMENE OBSERVE

A la création de la société, ils proviennent des actionnaires et associés


(capital) social inscrit au passif du bilan dans les capitaux propres, puis
éventuellement les emprunts contractés auprès des banques (inscrit dans les dettes
au passif du bilan).

Le système financier permet de traites des fonds depuis les agents


économiques (ménages, entreprise, collectivités publiques) qui épargnent, car leurs
dépenses sont inférieures à leurs revenus, vers les agents économiques qui souhaitent
empruntes, c’est-à-dire dépenser plus que leur revenu. On dit qu’il sert
d’intermédiaire entre les agents à capacité de financement et les agents à besoin de
financement.

En pratique, les plus importants agents à capacité de financement sont


les ménages tandis que les plus gros emprunteurs sont les entreprises, les états et
certaines administrations publiques, mais il existe nombre de ménages emprunteurs
et des entreprises ou des collectivités publiques (et même des états) prêteuses.
D’ailleurs, les mêmes agents peuvent être à la fois emprunteurs et prêteurs (une
entreprise peut à la fois empruntes sur le marché obligatoire et faire crédit à ses
clients), de sorte que la distinction théorique entre agents à capacité de financement
et agents à besoin de financement est plus utile en macroéconomique dans l’analyse
microéconomique des opérations financière, où l’on parle plutôt de prêteurs (ou
d’investisseurs) et d’emprunteurs.
2

2. REVUE DE LA LITTERATURE

Dans ce point, nous allons présentes les écrits des auteurs les plus
significatifs et les plus pertinents ayant trait à l’objet de notre recherche. A ce titre
illustratif, nous citons :

Quant à MICHEL FRIEL OLIVIER GAUDRY, (1982), la politique de


placement financier des entreprises. La montée depuis 1979 des placements
financiers des entreprises commerciales et industrielles, significatives depuis 1982,
s’est amplifiée reçue ce comportement nouveau concerne qu’une minorité
d’entreprises des toutes tailles.

Une sur quatre environ, la conjonction de l’amélioration des situations


financières et des possibilités nouvelles offertes par l’environnement financier semble
avoir joué un rôle important en donnant la possibilité aux gestionnaires de trésorerie
de trouver des emplois rémunérateurs peu risqués et liquides aux encaisses des
entreprises, cependant ce constat ne suffit pas à expliquer la tendance observée : pour
la minorité des entreprises qui portent cette révolution, la montée des placements
financiers a été de pair avec celle des encaisses y compris ces placements, alors que
des entreprises qui n’ont pas ou peu de placement, alors que des entreprises qui
n’ont pas ou peu de placement financier est resté stable, ainsi, il faut dépasser une
analyse trop globale des politiques de placement financier pour montrer comment
elle renvoient à des situations particulières.

Selon LEVASSEUR, 1978, Gestion de trésorerie économico, il parle de la


trésorerie en soulignant que c’est l’un des plus difficiles à définir dans le domaine
financier. Il appartient pourtant important de décerner cette notion car la trésorerie
joue un rôle fondamental dans la gestion financière d’un organisme qu’il s’agisse du
secteur public et que les considérations dans la pratique puissent varier d’un secteur
à l’autre, les conventions de financement des entreprises ont pour objet de
privilégier, de traiter l’incertitude qui préside à la relation de financement d’une
manière qui soit considérée comme efficace.

Quant à SADQL, 2007, Analyse financière, maniel pratique de


fondement et méthodes, la rentabilité économique mesure l’efficacité de l’outil
3

économique utilisé par l’entreprise pour son exploitation courante, la rentabilité


financière est un ratio destiné aux seuls actionnaires, alors que la rentabilité
économique s’intéresse à la performance de l’entreprise.

Quant à MARTINET, 1975, Analyse financière que la rentabilité


économique est la capacité de l’actif économique à dégager un surplus à même
d’assurer la rémunération des bailleurs de fonds qui assurent le financement, la
rentabilité économique et financière sont liées à un recours judiciaire à l’endettement
qui permettra à l’entreprise d’améliorer sa rentabilité dans la mesure ou la rentabilité
est plus élevée que le cout de l’endettement.

Pour MANCHON E., 2003, Le viol d’un accord entrainent en principe,


l’exigibilité immédiats du crédit, cela le rend difficile d’utilisation pour le banquier
dont l’intérêt n’est pas de mettre l’entreprise en difficulté : la menace n’est donc pas
crédible.

Quant à MICHEL LAVASSEUR, 1992, Dans son ouvrage Théorie du


financement de l’entreprise, l’auteur explique les effets de procédure liée au
financement tout en jetant un coup d’œil sur l’importance des amortissements afin de
chuter avec les enjeux du financement d’une entreprise tout en mettant en place les
facteurs exogènes.

Quant à VENIMEN, 2010, dans son ouvrage L’introduction à la science


administrative, explique que le besoin de financement de l’actif circulant par rapport
aux ressources du passif circulant lorsque les ressources sont supérieures aux
emplois d’actif circulant.
4

3. OBJECTIF DE LA RECHERCHE

Les objectifs poursuivis sont définis comme étant des déclarations


affirmatives qui expliquent ce que le chercheur vise ou ce qu’il cherche à atteindre
(Sem, 2017). Ils expriment l’intention générale du chercheur ou le but de la recherche
que ce dernier devra poser pour atteindre les résultats escomptés.

Quant à notre travail, l’objectif est de vérifiés et analyser la permanence


de source de financement dans l’entreprise et étudier les performances commerciales,
que l’entreprise possède par sa capacité, car toute entreprise quelle que soit son
efficacité ou sa structure peut se trouver confronter à un certain nombre de
problèmes de trésorerie d’ordre structurel conjoncturel et organisationnel dû à la non
maîtrise de ses sources de cycle de financement et sa performance commerciale.

4. PROBLEMATIQUE ET HYPOTHESE DU TRAVAIL


1. PROBLEMATIQUE

La problématique elle est un ensemble d’orientation des problèmes


envisageant dans une théorie, dans une recherche, elle est une approche ou la
perspective théorique que nous décidons d’apporter, pour traiter les problèmes
passés par la question de départ.

La problématique est une formulation de la question centrale de


recherche, il s’agit de l’ensemble des questions pertinentes que se pose un chercheur
sur le phénomène observé. La problématique consiste de situer dans un champ de
question intellectuelle et légitime, face à cette réalité nous constituons notre
problématique à ce terme :

1) Comment est-ce que les sources de financement sont-elles permanente à la vue


de l’entreprise ?
2) Comment est constituée la performance commerciale dans une entreprise
commerciale ?
Telles sont les questions qui constituent la problématique de notre travail,
question auxquelles nous tenterons de répondre, tout au long de notre travail.
5

2. HYPOTHESES

Selon RONGERE P. L’hypothèse est une proposition des réponses aux


questions que l’on se pose, à propos d’un objet de recherche, formulé en termes, tels
que l’observation et l’analyse puissent fournir une réponse.

Et selon LOUBERT, 2000, l’hypothèse est un énoncé provisoire. Dans


son principe, elle n’est qu’une étape transitoire du processus de la recherche qui sera
ensuite défoncée, ou elle ne trouvera pas de confirmation dans la réalité et elle sera
abandonnée, ou elle sera confirmée, corrodée par la réalité et elle sera vérifiée en
voyant s’enrichir son contenu et progresser sa validité scientifique ainsi notre
hypothèse se formulent comme repris ci-après :

 La source de de financement de l’entreprise est permanente du faite que


l’entreprise à un cycle de financement qui pourvoir à trouver les moyens
nécessaire de satisfaire ses besoins de financement à long terme en relation
avec sa politique d’investissement, ce qui lui permet de répondre aussi à ses
besoins de financement à moyen et court termes, en outres ; si l’entreprise
n’est pas en mesure de répondre à ses besoins de financement il fait recourt
aux institutions financières dont, banque, actionnaires, etc…
 La performance commerciale dans une entreprise commerciale est constituée
au travers la capacité de s’adapter au-delà de la concurrence que l’entreprise
fait face, et les meilleurs indices de la performance commerciale c’est le fonds
de roulement à travers ses indices de gestions.
6

Modèle théorique explicatif.

Variables indépendantes
Variables dépendantes
7

5. METHODES ET TECHNIQUES DE RECHERCHE


5.1. METHODES

La méthode est constituée de l’ensemble des opérations intellectuelles


par lesquelles une discipline cherche) atteindre les vérités qu’elle poursuit, les
démontrent et les vérifient.

Dans notre travail, nous faisons usage de méthode analytique, la


méthode descriptive et méthode historique.

- La méthode analytique

Elle est une étude détaillée et minutieuse de fait, l’objet d’étude est
d’abouti à des conclusions aux résultats appropriées. Cette méthode nous a permis
d’analyser des nombreuses données qui ont été reveuilles, grâces aux entretiens avec
certains membres et dirigeants de l’entreprise.

- La méthode descriptive

Elle vise à structurer et simplifiées les données issues de plusieurs


variables sans privilégiés l’une d’entre elles en particulier.

Cette méthode nous aide à décrire et à prendre dans le seul but de


transmettre un travail précis, couplet et exact.

- La méthode historique

Elle est une méthode qui fait recourt aux informations passées, afin
d’établir une comparaison avec celle du présent. Cette méthode va nous permettre de
récoltée les données du passé.
8

5.2. TECHNIQUES

La technique est un système de collecte des données pour réaliser un


projet de recherche scientifique pour notre étude, nous avons fait recours aux
techniques ci-après :

- Technique d’analyse documentaire

Est un moyen qui fait recours aux documents nécessaires pour la récolte des
informations. Dans ce cas, les ouvrages, mémoire et TFC en rapport avec notre sujet
ont été consultées pour enrichir nos données.

- Technique d’observation participante

C’est une expérience dans laquelle l’observation doit se faire par les
membres du groupe investigué au point de se faire oublier en tant qu’observateurs.

Elle nous permet d’obtenir des informations nécessaires près des


membres participant dans l’activité de l’entreprise.

6. CHOIX ET INTERET DU SUJET


6.1. CHOIX DU SUJET

C’est dans ce cadre que notre thème s’intitule « la permanence de


source de financement et performance commerciale d’une entreprise commerciale »,
par le souci, l’envie de s’imprégner des réalités liées aux fonctions de permanence de
source de financement, ceci justifie le choix porté à ce sujet.
9

6.2. INTERET DU SUJET


10

7. DELIMITATION DU SUJET

Ce travail est limité dans le temps et dans l’espace dans le souci de lui
donner une précision :

- Délimitation dans le temps : cette analyse du point de vue temporel,


ces données sont tirées dans l’intervalle d’une ou deux années
quelconques ;
- Délimitations dans l’espace : notre travail est limité dans l’espace
dans la province du Haut-Katanga précisément dans la ville de
Lubumbashi.

8. PLAN DE MEMOIRE
Chapitre 1. Introduction générale.
1.1. Phénomène observé.
1.2. Revue littérature.
1.3. Problématique.
1.4. Hypothèse.
1.5. Méthodologie de recherche.
1.6. Objectifs de la recherche.
1.7. Choix et intérêt du sujet.
1.8. Délimitation de l’étude.
1.9. Structure du mémoire.
Chapitre 2. Cadre conceptuel et théorique.
2.1. Introduction.
2.2. Définition des concepts clés.
2.3. Cadre théorique de l’étude.
2.4. Modèle théorique explicatif.
2.5. Opérationnalisation des hypothèses.
2.6. Conclusion.
11

Chapitre 3. Présentation du champ empirique.


3.1. Introduction.
3.2. Bref aperçu historique.
3.3. Vision, mission, objectifs et valeur.
3.4. Structure organisationnelle (division horizontale et verticale).
3.5. Organigramme.
3.6. Éléments stratégiques (forces/faiblesses).
3.7. Quelques chiffres clés sur l’évolution de la production et du
chiffre d’affaire.
3.8. Conclusion.
Chapitre 4. Présentation des résultats de l’étude.
4.1. Introduction
4.2. Résultats significatifs (quantitatifs ou qualitatifs).
4.3. Interprétations des résultats.
4.4. Discussion des résultats.
4.5. Proposition des solutions (recommandations ou
suggestions).
4.6. Conclusion.
Conclusion générale.
12

9. BIBLIOGRAPHIE.
13

10. CHRONOGRAMME DES ACTIVITES

Activités Janvie Février Mars Avri Mai Jui Juillet Aou septemb
r l n t
Lecture

Pré-enquête

Projet de
recherche

Collecte des
données

Dépouillement

Analyse des
données

Production des
résultats et
interprétation

Rédaction finale

Défense de
mémoire

Vous aimerez peut-être aussi