Vous êtes sur la page 1sur 129

ROYAUME DU MAROC

UNIVERSITE MOHAMMED V
ECOLE MOHAMMADIA D’INGENIEURS RABAT

Département Génie Civil


Section : Bâtiments, Ponts et Chaussées

MEMOIRE DE PROJET DE FIN D’ETUDES


D’ETUDES

Conception d’une salle de congrès de capacité de 1600 personnes en


gradins et couverture métalliques.

Réalisé par : Encadré par :

Mlle Btissam TOUBANE Mme S. AMGAAD (EMI)

Mlle Marieme KARIM Mr. S .OUTLIOUA (IBEM)

Soutenu le samedi 29 Mai 2010 devant jury composé de


Pr.T.CHERRADI Président

Pr.S.AMGAAD Encadrant (EMI)

Pr.OUTLIOUA Encadrant (IBEM)

Mr.H.MISDAQ Ingénieur

ANNEE ACADEMIQUE : 2009-2010


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Dédicace
A la mémoire de ma grande mère
A mes chers parents qui ont veillé à ce que je sois ce que je suis devenue
maintenant, j’espère qu’ils trouveront dans ce travail toute ma reconnaissance
et tout mon amour.
A mes chers frères amine et said et à ma chère sœur mariem, je vous dédie ce
travail en témoignage de ma reconnaissance de votre amour et encouragement
continu.
A toute ma famille.
A mon binôme marieme, ce travail est la somme de nos efforts répétés, je te
dédie ce travail pour tout ce que cela représente pour toi et pour moi
A mes chers amis de la sup 5, boutaina, youness et simo
A mes chers collègues, et A tous ceux que j’aime

Btissam

I
Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Dédicace
A mes très chers parents, lumière de ma vie
Pour leur amour, leur affection, leur soutien et leurs prières
A mes très chers frères Marouane, Othmane et Amine
A toute ma famille
A Abdo pour son soutien et encouragement permanent
A tous mes amis
Et enfin à toi btissam chère amie et binôme pour ces trois ans à l’EMI
A tous je dédie ce travail

Marieme

II
Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

REMERCIEMENT

Au terme de notre projet de fin d’études, nous tenons à adresser nos vifs
remerciements et nos sincères gratitudes à toutes les personnes qui ont contribuées à sa
réussite.
Nous citons particulièrement :

Mme AMGAAD ,professeur à l’ECOLE MOHAMMADIA d’ INGENIEURS,et notre


encadrant pour la confiance dont il nous a fait montrer en nous attribuant ce projet de
fin d’études, pour l’encadrement précieux et pour ces valeureux conseils directives qui
nous a pourvu généreusement tout au long de notre travail .
Mr Salah Eddine OUTLIOUA, directeur d’Ingénierie, Bureau, Etude, Maroc (IBEM)
pour nous avoir acceptés en projet de fin d’étude et pour son accueil au sein son bureau
d’étude.
Notre reconnaissance s’adresse également au président de jury, le PROFESSEUR Mr
CHERRADI, aux membres de jury :
Mr. S.OUTLIOUA directeur IBEM et Mr. H.MISDAQ, ingénieur à la SCET-SCOM, pour avoir
accepté de juger notre travail.
On remercie aussi pour leur disponibilité, leur patience et leur sympathie tout le
personnel d’IBEM, une mention spéciale revient à Mr Hicham pour son aide et soutien
durant la période du stage.
Un grand merci également à l’équipe enseignante de l’EMI pour la qualité de
l’enseignement qui nous a été dispensé.

III
Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Résumé

Le présent travail a pour objectif l’étude d’une salle de congrès pouvant accueillir
jusqu’aux 1600 personnes comportant des gradins, des locaux techniques et couverte à l’aide
d’une couverture métallique.
Dans un premier lieu, le travail s’inscrit dans une démarche de conception des
différents éléments structuraux du bâtiment, en passant par la suite au dimensionnement de
ces éléments selon la norme EUROCODE.
Plusieurs variantes seront étudiées pour la couverture métallique, la comparaison des
résultats permettra de choisir la solution la plus concurrentielle.
Une salle de congrès doit assurer une bonne qualité acoustique, et une protection
satisfaisante au feu, de ce fait une partie de ce travail expose une étude portant sur ses deux
volets.

IV
Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Abstract

The present work focuses to study a convention hall with a capacity of 1600 seats
including Technical premises covered with metal roofing.

Firstly, the work goes into a design process of different structural elements of the
building, after that we are interested in dimensioning these elements according to
EUROCODE.

Several alternatives will be considered for the metal roofing, the comparison of results
will decide the most competitive.

A congress hall should provide a good quality sound and a good fire protection, thus a
part of this work presents a study of its two components

V
‫‪Conception et dimensionnement d’une salle de congrès‬‬

‫‬

‫ف ها ا
إ درا  

ات   ‪$%& , ! ١٦٠٠‬ي  !ر'ت و!*)ة  ‪ -! ,‬ا ‪,./‬‬
‫أو‪$ 0‬ف ‪ 23
/ 2%‬ا
‪ 2%3 , 45‬ا‪ %70‬ل &ب ‪ 9:4‬و;  ل‬

‫‪ ,  54 .‬ا ‪$ ,‬ف =<  ‪ -3‬ا‪5%0‬ر ة أ‪


7‬ط !&‪ ! ,
%‬ر‪ 7‬ه‪ 9‬ا?‪
7‬ط ‪$‬ف 
@ ‪ A45% 4‬ا & أ?‪.7‬‬

‫‪ .B‬أن ‪  ;$‬ا



ات '‪$‬دة ‪$:‬ت  ‪ 3‬آ ‪G7  D‬م ‪ -! $‬ا &ا‪J; A %  ,HI‬ن '‪L‬ءا !‪ -‬ها ا

‫‪ -
M%‬درا ‪ -3‬ا ‪-3N$‬‬

‫‪VI‬‬
Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

SOMMAIRE:

INTRODUCTION…………………………………………………………………………… 1
Chapitre I : Description et Conception du projet…………………………………………… 3

I. PRESENTATION DU PROJET ………………………………………………………….. 4


1. Cadre général du projet …………………………………………………………… 4
2. Description de la structure …….…………………………………………………. 4
II. FINALITES DU PROJET : ………………………………………………………………. 8
8
1. Justification de la solution ossature métallique………………………………..….
2. Nuance d’acier …………………………………………………………………….. 10
3. Exigence de la structure ………………………………..………………………….. 10
III. JUSTIFICATION DE LA STRUCTURE ……………………………………………….. 12
1.Fondation ………………………………………………………………………….. 12
2.Ossature ……………………………………………………………………………. 12
2.1. La couverture………………………………………………………………….. 13
2.2. Les pannes ……………………………………………………………………. 14
2.3. Les portiques …………………………………………………………………. 14
2.4. Système de planchers ……..………….………………………………………. 16
2.5. Gradins……………………………………………………………………….. 18
2.6. Choix des éléments de contreventement……………………………….…….. 19
IV.PRESENTATION DES VARIANTES ADOPTEES……………………………………… 20
1. Caractéristiques de la construction …………………………………………………. 20
2. Plancher……………………………………………………………..………………. 22
3. Portique……………………………………………………………..………………. 25
3.1. Portique à âme pleine…………………………………………………………... 25
3.2. Poutre alvéolaire ……………………………………………………………….. 26
3.3. Treillis………………………………………………………………………….. 27
Chapitre II : Inventaire des charges……………………………………………………………. 29
I. CHARGES PERMANENTES ET D’EXPLOITATION…………………………… 30
1.Charges permanentes ………………………………………………….……………….. 30
2. Surcharges……………………………………………………………………………… 30
2.1Charges d’exploitation ……………………………………………………………… 30
2.2.Surcharges climatiques ……………………………………………………………. 30
3.Actions du vent selon NV65 ……………………………………………………………. 31
3.1.Calcul de la pression dUvent………………………………………………………. 31
3.2. Actions dynamiques du vent β……………………………………………………. 33
3.3Actions statiques du vent (Ce et Ci) ………………………………………………. 34
3.3.Calcul des actions dues au vent……………………………………………………. 36
4. Charges accidentelles …………………………………………………………………. 38
Chapitre III :Plancher en dalle alvéolées & poutres SFB ……………………………………. 41
I. GENERALITES……………………………………………………………………………….. 42

VII
Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

1.Dalle alvéolée…………………………………………………………………………… 42
2. Les poutres SFB ………………………………………………………………………………… 43
2.1.Classification des sections …………………………………………………………. 43
2.2.Vérifications des poutres extérieures ……………………………………………… 53
II. Dimensionnement des planchers ………………………………………………………………. 56
1. Exemple de calculs d’une poutre ………………………………………………………. 57
1.1Classification de la section transversale …………………………………………….. 57
1.2. Résistance de la semelle inférieure ………………………………………………. 57
1.3. Résistance à la flexion à mi-portée ………………………………………………. 57
1.4. Résistance au cisaillement au niveau des appuis ………………………………… 57
1.5. Flèche …………………………………………………………………………….. 58
1.6.Déformation à l’état limite de service …………………………………………….. 58
1.7. Résistance à la torsion …………………………………………………………….. 58
Chapitre IV :Etude des poutres crémaillères et des pannes…………………………………… 60
I. POUTRES CREMAILLERES …………………………………………………………………. 61
1. Description générale de la structure porteuse des gradins ……………………………. 61
2. Système structurale des poutres crémaillères…………………………………………. 63
3. Chargement appliqué sur les poutres crémaillères…………………………………….. 63
4. Dimensionnement des poutres crémaillères selon l’EUROCODE……………………… 64
5. Dimensionnement des poteaux interne selon l’EUROCODE………………………….. 66
III. PANNES ……………………………………………………………………………………. 67
1. Rôle et conception ……………………………………..……………………………… 67
2. Assemblage des pannes………………………………………………………………… 69
3. Charges sur les pannes…………………………………………………………………. 70
4. Dimensionnement selon l’EUROCODE3 des pannes support de la toiture ………….. 71
4.1 Vérification à l’état limite service………………………………….………….…. 71
4.2 Vérification de l’état limite ultime ………………………………………………… 71
4.2.1. Classification de la section transversale……………………………………. 72
4.2.2. Vérification de la section transversale au cisaillement ………………… 72
4.2.3. Stabilité des âmes sous ……….. .………………………………………… 72
4.2.4. Vérification à la flexion……………………………………………………. 73
4.2.5. Stabilité au déversement………………………………………………….. 73
4.2.6. Résistance des sections transversales …………...………………………… 74
5. Calcul des pannes minces laminées à froid ……………………………………………. 74
5.1. Généralités ………………………………………………………………………. 74
5.2. Méthode générale de dimensionnement………………………………………… 75
Chapitre V :Etude des variantes du portique…………………………………………………… 79
I. PRESENTATION DU LOGICIEL ROBOTMILLENIUM……………………………………. 80
II. ETUDES DES VARIANTES………………………………………………………………….. 81
1. Evaluation des charges sur les traverses………………………………………………. 81
2. Solutions à âmes pleines………………………………………………………………… 81

VIII
Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

2.1. Traverse à inertie constante ……………………………………………………. 82


2.2. Traverse à inertie variable………………………………………………………. 84
3. Solution en treillis………………………………………………………………….. 85
4. Solution en poutre alvéolaire……………………………………………………… 90
III. COMPARAISON DES VARIANTES……………………………………………………….. 91
IV. CONTREVENTEMENT……………………………………………………………………… 92
V. ETUDE SISMIQUE…………………………………………………………………………… 94
1. L’analyse modale…………………………………………………………………….. 94
2. Déplacement ………………………………………………………………………. 97
V. ASSEMBLAGES ……………………………………………………………………………… 97
1. Assemblage poteau-poutre ………………………………………………………… 98
2. Assemblage portique ………………………………………………………………. 98
2 .1. Pour l’assemblage des liernes ………………………………………………… 99
2.2. Fixation des pannes …………………………………………………………….. 99
3.3. Attache poutre treillis sur poteau ……………………………………………….. 99
Chapitre VI :Protection au feu et étude acoustique……………………………………………. 101
I. PROTECTION CONTRE L’INCENDIE ………………………………………………………. 102
1. Introduction…………………………………………………………………………. 102
2. Moyens de protection contre l’incendie……………………………………………. 102
1.1. Moyens de protection passive…………………………………………………… 103
1.2. Moyens de protection active…………………………………………………….. 104
3. Conclusion…………………………………………………………………………… 106
II. ETUDE ACOUSTIQUE ………………………………………………………………….. 107
1. Généralité …………………………………………………………………………….. 107
2. Formes de bruit ……………………………………………………………………… 108
3. Etapes de conception acoustique du projet …………………………………………. 109
3.1. les exigences acoustiques ……………………………………………………. 109
3.2. le niveau maximal du bruit …………………………………………………. 110
3.3. le critère de choix du temps de réverbération…………………………………. 111
3.4. Évaluation du besoin total d'absorption sonore et de la quantité de matériaux
111
à installer..
RECOMMANDATIONS…………………………………………………………………….……. 113
CONCLUSION GENERALE…………………………………………………………………….. 114

IX
Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

LISTE DES FIGURES


Figure I-1 : implantation du projet 5
Figure I-2 : Coupe transversale de la salle 6
Figure I-3 : vue en plan du deuxième sous sol 7
Figure I-4 : vue en plan du rez de chaussée 7
Figure I-5 : vue en plan des gradins du plateau supérieur 10
Figure I-6 : superficie couverte 21
Figure I-7 : Disposition des portiques 22
Figure I-8 : Plancher dalle type à poutres incorporées 23
Figure I-9 : poteau et traverse à inertie variable 26
Figure I-10 : exemple de poutres alvéolaires 27
Figure I-11 : Exemple de ferme à treillis 28
Figure II-1 : facteur d’amplification 39
Figure III-1 : Notations utilisées dans la classification des sections 44
Figure III-2 : Détail de l’appui des éléments de dalles alvéolées précontraintes 47
Figure III-3 : Equilibre de la semelle inférieure dans le sens transversal 48
Figure III-4 : Systèmes de suspension de la semelle inférieure à la poutre incorporée 49
Figure III-5 : Aires de cisaillement plastiques 50
Figure III-6 : Réaction à un chargement déséquilibré sur une poutre incorporée 51
Figure III-7 : Torsion et déversement des poutres SFB 52
Figure IV-1 : Vue des plateaux de la salle de congrès 61
Figure IV-2 : Vue des crémaillères inférieures 62
Figure IV-3 : Vue des crémaillères supérieures 62
Figure IV-4 : Coupe transversale (A-A) du bâtiment 63
Figure IV-5 : Diagrammes des moments des crémaillères inférieures 64
Figure IV-6 : Diagrammes des moments des crémaillères supérieures 64
Figure IV-7 : La section des crémaillères en PRS(crémaillères supérieures) 65
Figure IV-8 : Sections des poteaux internes 67
Figure IV-9 : Les pannes 68
Figure IV-10 : Emplacement des pannes sur le versant 68
Figure IV-11 : Répartition des pannes sur la toiture 69
Figure IV-12 : Répartition des pannes sur le portique 69
Figure IV-13 : Les sections les plus utilisées pour les pannes en profilés formé a froid 75
Figure IV-14 : Modélisation des profilés laminés à froid 77
Figure V-1 : Module de ROBOBAT 80
Figure V-2 : Diagramme des moments du portique 81
Figure V-3 : Section des jarrets 82
Figure V-4 : Bracons de stabilité des traverse 82
Figure V-5 : Variante 1 83
Figure V-6 : Variante 2 84
Figure V-7 : Variante 3 86

X
Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Figure V-8 : Système de poutrelles 86


Figure V-9 : Portique avec traverse en treillis 87
Figure V-10 : Ciseaux de contreventement 87
Figure V-11 : Vue en perspective des contreventements 87
Figure V-12 : Vue en perspective des passerelles 89
Figure V-13 : Système de contreventement horizontal 92
Figure V-14 : Contreventement horizontal 93
Figure V-15 : Palées de stabilité 93
Figure V-16 : Ciseaux de contreventement vertical 94
Figure V-17 Assemblage à cornière d’âme double entre poutre SFB et poteau en H 98
Figure V-18 assemblage des liernes avec les pannes. 99
Figure V-19 assemblage des membrures avec les pannes 99
Figure V-20 assemblage des membrures et diagonales avec le poteau 99
Figure V-21 détails ciseaux 100
Figure V-22 Contreventement vertical en forme de croix de Saint André 100
Figure VI-1 : Protection par produits projetés 103
Figure VI-2 : Peinture intumescentes 104
Figure VI-3 : Ecran en plâtre 104
Figure VI-4 : Objectif de bruits de fond maximum 110
Figure VI-5 : Objectif de conception pour le temps de réverbération aux fréquences 111
moyennes ( de 50 à 2000 Hz)

XI
Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

LISTE DES TABLEAUX

Tableau I-1 : avantages et inconvénients des matériaux 19


Tableau I-2 : portées des portiques 22
Tableau II-1 : charges permanentes appliquées 30
Tableau II-2 : Coefficient de pression intérieure et extérieure 36
Tableau II-3 : coefficient d’amortissement 39
Tableau II-4 : niveau de ductilité en fonction de la classe du bâtiment 40
Tableau II-5 : coefficient k (facteur de comportement 40
Tableau III-1 : Caractéristiques des dalles alvéolées SADET 42
Tableau III-2 : Portées limites des DAS (SADET) 43
Tableau III-3 : Classification des poutres SFB 46
Tableau IV-1 : Dimensions des poutres crémaillères 65
Tableau IV-2 : Dimensions des poutres crémaillères en PRS 65
Tableau IV-3 : Types d'assemblage des pannes 70
Tableau IV-4 : Vérification de la flèche des pannes 71
Tableau IV-5 : Profils adoptés pour les pannes 78
Tableau V-1 : Variante 1 84
Tableau V-2 : Poids de la variante 1 84
Tableau V-3 : Variante 2 85
Tableau V-4 : Poids de la variante 2 85
Tableau V-5 : Dimensions des traverses du portique en treillis 88
Tableau V-6 : Dimensions des poteaux du portique en treillis 88
Tableau V-7 : Vérification de la flèche du système de poutrelles 90
Tableau V-8 : Vérification à l'état limite ultime du système de poutrelle 90
Tableau V-9 : Estimation des coûts des différentes variantes 91
Tableau V-10 : Résultats de l'analyse nodale 94
Tableau V-11 : Déplacements extrêmes 97
Tableau VI-1 : Comparaison des types de protection passive 107

XII
Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

INTRODUCTION
La Troisième année du cursus de l’EMI est un tremplin vers la vie
active. Construite autour de projets à l’école ou en entreprise, cette année
finalise notre enseignement par un maximum de mises en application de nos
connaissances.
Le projet de fin d’études (PFE) est l’ultime occasion étudiante de se
confronter au monde professionnel avant d’y entrer définitivement. Il se doit
donc de refléter au mieux le rôle de l’ingénieur que nous sommes sur le point
de devenir.

Ainsi, l’ingénieur génie civil doit avoir un savoir faire, de solides


compétences et culture scientifique, technique et économique, qui
s’accordent pour produire un ouvrage qui garanti, la sécurité et le confort
des usagers, notamment un meilleur rapport qualité prix.

Ce projet de fin d’études sort l’étudiant de son cadre pour l’amener à


réfléchir sur un sujet spécifique réel pour lequel il devra mettre à profit ses
connaissances théoriques jusque là capitalisées et son expérience afin
d’apporter une solution à sa problématique.

Guidées par le goût des grands ouvrages de génie civil notamment des
bâtiments, notre étude s’est articulée sur la conception et le dimensionnement
de plusieurs variantes pour une salle de congrès pouvant accueillir 1600
personnes à Marrakech. Pour y parvenir nous avons optées le plan suivant :
Dans un premier temps on va présenter les variantes à étudier, en se
basant sur des règles de bonnes pratiques afin de justifier la pertinence d’un
choix par rapport à un autre, ensuite on effectuera l’inventaire des charges
appliquées sur la structure. Ces charges sont composées de charges

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 1


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

permanentes et des surcharge d’exploitation et des surcharges dues au vent,


qui seront étudiées respectivement suivant NV65 et enfin les charges
sismiques calculées selon le RPS 2000. Ce chargement nous permettra de
dimensionner les pannes et les planchers ainsi que les différentes variantes du
portique pour choisir les sections adéquates et en déduire la variante la mieux
adaptée au bâtiment étudié.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 2


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Chapitre I :
Description et Conception du projet

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 3


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Introduction :

La conception d’un ouvrage est un processus qui demande de rassembler tous les
éléments et les facteurs susceptibles d’influencer le projet et son entourage. C’est une
tâche complexe qui fait appel en premier lieu à la réflexion pour sélectionner les grandes
lignes du projet architecturale, ses exigences et ses contraintes, et en deuxième lieu à la
technicité pour transformer le conceptuel en réel.

Ainsi, l’ingénieur constructeur concepteur, doit décrire les fonctionnalités du projet et


les contraintes sous les quelles celui-ci doit être réalisé.

I. PRESENTATION DU PROJET :
1. Cadre général du projet :
Il s’agit d’un nouveau complexe touristique étalé sur une superficie de 8,5 ha dans la
nouvelle zone touristique de l’Agdal à Marrakech, cette nouvelle unité touristique
comprend, entre autres, 700 chambres et suites de haut standing, chambres pour
handicapés, des boutiques, des piscines en plein air, des piscines couvertes chauffées, une
salle de fitness, un centre de balnéothérapie, des restaurants et un Centre SPA.
Ce complexe touristique comprend, en outre, un Palais des Congrès, d’une capacité
de 3800 places, 20 salles de réunion de 10 à 600 places, un hall d’exposition d’une
superficie de 1.500 m², en plus d’une salle congrès de 1600 places.

Par la suite, ce travail portera sur la conception et le calcul de dimensionnement de la


salle de congrès y compris sa couverture.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 4


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Salle de congrès

Figure I-
I- 1:implantation
1:implantation du projet

2. Description de la structure :

Une salle de conférence constitue un espace consacré aux rencontres


professionnelles et vise à réunir les conditions optimum de communication. Pouvant
accueillir d’importants événements, pour optimiser les rencontres et les échanges, la salle
de conférence doit répondre à des exigences variées et être aménagée de manière
opérationnelle.

Le projet à étudier est étendue sur une superficie de 1200 m2, la salle de congrès
comporte des locaux techniques pour tout équipement nécessaire, afin de couvrir tout ce
qui se rapporte à la sonorisation, aux enregistrements audio et vidéo, à la lumière et aux
différentes projections…
Afin de contrôler la lumière et la projection à l’intérieur de la salle, des projecteurs
ainsi que d’autres matériels sont fixés sur des supports métalliques au niveau de la
couverture ; pour y accéder il faut prévoir des passerelles d’une hauteur permettant à un
homme de taille moyenne d’y atteindre sans difficultés. Finalement la pose d’un faux

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 5


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

plafond est primordiale afin de dissimuler efficacement ces équipements et rendre la pièce
plus agréable
La structure est constituée de deux éléments essentiels :
La tribune :
La tribune aura une capacité d’accueil de 1600 places assises et couvertes, elle
comporte tous les locaux et équipements nécessaires.
Elle comportera deux niveaux de gradins : le plateau inférieur accessible depuis le
parvis intérieur, vaste espace situé au RDC et le plateau supérieur, accessibles par des
escaliers et des vomitoires situés au niveau 1.
Les plans architecturaux du bâtiment sont les suivants :

Gradins Locaux
techniques
21.8m

Locaux
techniques

Figure I-
I- 2: Coupe transversale de la salle

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 6


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Le premier et le deuxième sous


sol sont occupés par des locaux
techniques, l’accès aux gradins
de ces niveaux se fait 43.1m

directement à partir du rez de


chaussée.

Figure I-3 : vue en plan du deuxième


deuxi me sous sol

Le rez-de-chaussée du bâtiment est


occupé par le parvis intérieur.

Figure I-4: vue en plan du rez de chaussée


chauss e

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 7


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Le premier étage, situé sous le


deuxième niveau de gradin Le
public y accède par des escaliers
42.2m
situés aux extrémités de la tribune.
L’accès aux gradins du plateau
supérieur se fait depuis cet étage
directement.

FigureI
FigureI-5 : vue en plan des gradins du
plateau supérieur
sup rieur

Couverture :
La fonctionnalité de la couverture est de couvrir la salle, mais aussi de supporter le
matériel d’éclairage et des passerelles.

II. FINALITES DU PROJET :


1. Justification de la solution ossature métallique :

Grâce à ses avantages, la charpente métallique est un mode de construction de tout


premier ordre, qui se développe de plus en plus dans le monde. La construction en acier
permet une mise en œuvre rapide et efficace, c’est une technologie polyvalente et durable
qui offre une démolition dans le respect de l’environnement si on considère sa durée de vie
totale.
Les éléments métalliques se présentent sous forme de composantes industrialisées,
issus de procédés de fabrication modernes, le degré de fabrication de ces technologies est
élevé, ce qui réduit les opérations sur chantier.
La conception est faite à l’aide des outils de conception assistée par ordinateur, reliés
directement aux procédés de fabrication, ce qui permet d’augmenter la qualité et

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 8


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

l’efficacité, d’améliorer les précisions et de réduire les déchets. Un environnement de


travail sur et à l’abri des intempéries est assuré aux ouvriers grâce à la fabrication en usine.
Les composants métalliques sont montés rapidement à l’aide d’un équipement de levage,
ils sont livrés en « juste à temps », les délais de construction sont plus courts, le
programme est mieux maitrisé, alors les retours sur investissement plus rapides.
L’utilisation du matériau acier s’est imposée par ses qualités de résistance, ses
avantages esthétiques, et également parce qu’il permet l’édification des ossatures dont les
sections exiguës occupaient moins de place que les autres matériaux employés jusqu’alors,
Du coup, l’ensemble de la charpente métallique acquiert un aspect de légèreté, tout en
permettant de donner aux pièces porteuses des portées inusitées.
La construction métallique offre d'importants avantages pour la conception, la réalisation
et l'utilisation:
Matériaux de qualité constante et les détails de constructions sont normalisés.
Les grandes portées et les sections réduites des éléments offrent un gain de surface
utile.
d'adaptation aux changements grâce à des assemblages.
Grand choix de couleurs grâce aux revêtements protecteurs contre la corrosion et
l'incendie.
Economies importantes grâce au poids réduit de la structure et à des fondations
minimales.
Chantier sec, ne demandant qu'un espace réduit.
Montage rapide, indépendant des conditions climatiques.
Ecologie exemplaire grâce aux possibilités de démontage et du recyclage.
L’acier rouille graduellement et visiblement sur la surface, plusieurs traitements
qui protègent contre la corrosion sont à disposition.
Comportement élastique avec une résistance et une rigidité élevées. Ainsi, l'acier
supporte des contraintes très élevées à la traction comme à la compression, jusqu'à
sa limite d'élasticité.
l’acier peut atteindre d’une façon économique des hauteurs de construction
importantes.
Poids réduit sur les fondations : Grâce au poids réduit de la charpente métallique,
les charges à transmettre au sol sont inférieures à celles d'une construction massive.
Comportement en cas de séisme :
Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 9
Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Grâce à sa ductilité, l’acier est un matériau qui supporte aux mieux les sollicitations
résultantes des forces sismiques. Son excellent compromis résistance mécanique / poids
permet aux structures métalliques de supporter des charges importantes et d’offrir de
grandes portées tout en conservant leur légèreté.
La ductilité : L’acier possède des réserves plastiques, ce qui lui permet de
subir de grandes déformations avant de se rompre, sans qu’il ait dégradation
dans sa constitution, ou détérioration de sa résistance et de sa rigidité.
L’acier a une grande ductilité naturelle.
La capacité d’absorber l’énergie reçue au tremblement de terre : Le
comportement ductile de l’acier favorise la dissipation de l’énergie
sismique, sans que celle-ci soit transmise à la structure.
La tenue en fatigue : L’acier est capable de supporter un grand nombre de
cycles et de charges avant la rupture.
Assemblages résistants : les assemblages acier permettent d’avoir une
bonne résistance à la rupture fragile
Une réparation facile : Une structure en acier endommagée par un séisme
peut se réparer de façon assez aisée.

2. Nuance d’acier :

De manière générale, le choix des nuances d’acier dépend des charges appliquées et
des critères de déformation. En effet, lorsque le critère de déformation est déterminant, il
est nécessaire de privilégier une inertie importante, ce qui, avantage l’acier S235 ou S275
par rapport au S355.
Cependant dans le cas de charges lourdes, sans condition restrictive particulière sur les
déformations, et lorsque la conception est telle que les phénomènes d’instabilité sont
maitrisés, il est judicieux de choisir la nuance S355.

3. Exigence de la structure :
 Stabilité : après avoir défini les différentes charges et surcharges et les efforts à
reprendre ,les éléments porteurs doivent être conçus et calculés de telles façons à
assurer la stabilité de la structure en fonction des caractéristiques du matériau employé
et des déformations admissibles.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 10


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

 Résistance : pour éviter la ruine de la structure, cette dernière doit être résistante
de point de vue mécanique ainsi les dimensions de ses éléments porteurs doivent
assurées le non dépassement des contraintes limite.
 Protection contre l’incendie : La salle de congrès est un bâtiment conçu à
recevoir un grand public, donc il doit être étudié avec le souci de l’évacuation
rapide des occupants en toute sécurité en cas d’incendie.
 Isolation acoustique : L’isolation acoustique représente une contrainte importante
à prendre en considération ; dans ce cas de structure une bonne conception
acoustique est essentielle. Les dimensions et la forme d'une salle, l'intensité du
bruit de fond ainsi que la quantité et la disposition des matériaux absorbants
contribuent tous à l'intelligibilité de la communication orale.
 Isolation thermique : le confort thermique est certainement un des soucis du
concepteur, surtout avec l’augmentation des coûts de l’énergie, cette isolation
thermique doit s’entendre aussi bien vis-à-vis du froid que vis-à-vis de la chaleur.
 La durabilité : les éléments de la structure sont soumis à des agressions diverses
d’origine sociale, fonctionnelle, naturelle ou artificielle.
Il est difficile d’estimer la rapidité de la dégradation de la structure, car elles
dépendent des conditions d’exploitation et aussi d’entretien. D’où la nécessité de
prendre les mesures nécessaires pour garantir la durabilité de la structure
 L’esthétique : l’esthétique est une contrainte essentielle pour cet ouvrage,
l’élaboration des plans architecturaux a bornée le concepteur dans ces choix, par
conséquent le système structural et les matériaux retenus doivent apporter la
solution la mieux adapter dans le respect de l’aspect architecturale.
 Etanchéité : il faut éviter l’infiltration des eaux pluviale, l’étanchéité de la toiture
doit être garantie.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 11


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

III. JUSTIFICATION DE LA STRUCTURE


Le système porteur d’une construction métallique est l’ossature. Il sert à assurer la
solidité de l’ouvrage, sans se rompre et sans déformations excessives, et à transmettre les
charges aux fondations.
L’ossature a une fonction porteuse surtout, pas celle de séparation d’espaces.
Cependant, elle permet la fixation d’éléments qui, eux, ont cette fonction de séparation.

Les différents éléments (poutres, poteaux) doivent être assemblés pour former une
structure spatiale pour assurer la transmission des forces horizontales aux fondations et
ainsi prêter au bâtiment la sécurité, rigidité et stabilité.

1. Fondation :

La fondation est l’ensemble des organes de transmission des charges de la


superstructure au sol, son calcul nécessite une connaissance de la capacité portante de la
semelle de fondation et les actions amenées par la structure au niveau du sol de fondation.
Seul le béton armé est envisageable pour les matériaux de fondation. Il a un double
avantage, sa masse qui est nécessaire pour éviter le soulèvement de la construction et
résistance aux sollicitations en flexion composée.
Pour le sol du site d’implantation de cette construction, il ne serait pas économique
d’envisager des fondations profondes puisque le sol est de qualité moyenne, ainsi on peut
choisir le système structural du portique qui dépend de la capacité du sol à absorber les
contraintes dues aux charges qui lui sont appliquées.

2. Ossature

La structure porteuse constitue un système tridimensionnel, ainsi on va la décomposer


en système plans selon les trois directions (plan coupe élévation).
La structure porteuse de l’ossature peut être décomposée en sous structures planes qui
sont :
• Les cadres transversaux et les pignons
• La toiture
• Les trois niveaux de planchers
• Les façades
• Les gradins

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 12


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

2.1 La couverture :

La couverture a pour rôle de couvrir la totalité de la salle de congrès, elle doit,


néanmoins, présenter un minimum de résistance à la flexion vis-à-vis de son poids propre,
tout en tenant compte des autres contraintes tels que l’étanchéité à l’eau et à l’aire ainsi
que les propriétés thermiques et acoustiques(qu’il faut particulièrement prendre en compte
dans le cas présent).
Il existe plusieurs types de couvertures, d’où la nécessité de faire une étude comparative
pour faire le bon choix selon les finalités citées ci-dessus ainsi on a généralement deux
types de couvertures :

Les couvertures en plaques ondulées d’amiante-ciment : elles sont utilisées en


couverture, en bardage et en revêtement des murs extérieurs, elles présentent une
bonne résistance au vieillissement, du fait de leur insensibilité à l’humidité et de leur
grande stabilité dimensionnelle (dilatation et flèches minimes) avec un coût très bas.
En revanche, elles nécessitent : une pente minimale de toiture de l’ordre de 12%(sans
joint) et une adjonction de cordons d’étanchéité dans tous les cas, pour une pente
inferieure à 16% en outre leur aspect architectural est médiocre, leur poids est élevé.

Les couvertures en bacs acier nervurés : il s’agit de bacs nervurés, en acier


galvanisé, appelées couramment dans le bâtiment « bac acier », elles sont obtenues par
profilage à froid des tôles planes ainsi le produit final acquiert une raideur qui lui
permet d’être autoportant et de grandes dimensions. Les bacs de faible longueur
peuvent porter sur deux pannes (calcul isostatique) .Ils peuvent également être utilisées
en grande longueur (économie de temps de main d’œuvre à la pose) et portent de ce
fait sur 3 ou 4 appuis. Ils sont alors calculés en continuité et présentent des flèches
réduites.
Les bacs peuvent être posés tels qu’ils se présentent, en couverture sèche (si la
pente>5%) ou bien recevoir une étanchéité généralement multicouches. Les pentes, les
modes de fixation et recouvrement sont bien sur réglementés.
Ce matériau s’adapte à toutes les formes de toitures, il est en outre beaucoup plus léger
que l’amiante-ciment (10kg/m2). Ainsi ce type de couverture est facile à manipuler et

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 13


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

se prête bien aux charpentes légères. Cependant, il ne constitue pas un bon isolant
thermique.

Conclusion : en comparant les différentes propriétés des matériaux existants sur le marché
avec les finalités déjà précités du projet, les couvertures en bac acier présentent des
propriétés nettement supérieures à celles des plaques ondulées d’amiante ciment ,c’est la
raison pour laquelle ce type de couverture se répand de plus en plus ; surtout quand il
s’agit d’ouvrage ou l’esthétique est un critère important dans la conception.

2.2 Les pannes :

La structure porteuse d’une toiture est constituée de pannes reposant sur des fermes. La
fonction principale de ces pannes est de supporter la couverture du toit et de transmettre
aux éléments porteurs les charges agissant sur la toiture.

Par la même occasion, elles lient les traverses des portiques entre elles assurant ainsi la
stabilité de celles-ci. Elles sont placées d’un écartement constant qui varie en fonction du
type de l’élément de couverture choisit.

2.3 Les portiques :

De manière générale, les portiques sont un ensemble de poteaux et de traverses


mutuellement encastrés au droit des nœuds d’intersection.
Les deux types d’éléments qui les constituent doivent satisfaire aux critères propres
relatifs aux éléments fléchis et aux éléments fléchis et comprimés, en effet les traverses
sont à dimensionner en faisant référence au moment de flexion maximal qu’ils ont à
supporter et on doit faire en sorte que la flexion soit mono axiale, c'est-à-dire que les
charges appliquées doivent être normale à l’axe longitudinale de la traverse.
La section en I laminé offre donc la possibilité de respecter l’orientation définie ainsi
qu’un rendement optimal vis-à-vis des sollicitations de flexion. Elle intègre également
d’autres critères notamment la facilité d’assemblage et l’esthétique.
Les poteaux dont la vocation est d’assurer la descente des charges gravitaires
jusqu’aux fondations ne sont pas uniquement simplement comprimés mais peuvent subir
en raison de l’encastrement avec les traverses, une éventuelle flexion dont une part est due
à leur participation à la stabilité horizontale.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 14


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Les profilés en H ou en I sont les mieux adaptés pour les poteaux de ce type, le choix de
l’un ou l’autre dépendra des exigences relatives aux instabilités de vérification.
Pour résister aux charges qui leurs sont appliquées, les différents éléments de la
structure doivent être assemblés de façon à créer un système stable pour toutes les
situations de risque.
Pieds de montant :
Deux solutions sont envisageables : pieds de montant articulé ou pieds de poteau
encastré. Ce choix dépend de plusieurs paramètres dont la nature du sol : en effet certains
sols ne permettent pas de reprendre de façon économique des moments ou des efforts
horizontaux importants. En optant pour une articulation on soulage quelque peu les
fondations au détriment de la structure qui se trouve pénalisé en quantité d’acier. Notre
choix s’est porté sur un pied de montant encastré vu que le portique présente une grande
portée et qu’il participe à la stabilité horizontale.

Pied de montant articulé Pied de montant encastré

Figure I-
I- 3: Système
Syst me structural du portique

Forme du portique
Il est plus judicieux de chercher parmi les formes de toitures possibles, celles qui
présentent une symétrie de forme dans le but de réduire le temps de mise en œuvre et
de gagner au niveau de commandes des profilés.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 15


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Le choix de la forme de la couverture dépend de plusieurs paramètres : la portée, le


système statique retenu, le mode de construction, etc. par conséquent la forme du
portique doit réduire les problèmes d’étanchéité et dus à l’évacuation des eaux tout en
offrant un espace suffisant à l’aménagement de la salle pour accueillir le grand
nombres de personnes prescrits.
la traverse du portique peut prendre des formes diverses :

Figure I-
I- 4 : Exemples de cadres en profils à double T.

Dans notre cas on optera pour un portique à toiture en V convexe. En effet, cette
solution offre par rapport aux autres l’espace nécessaire pour l’aménagement de la salle,
tout en conservant la symétrie pour faciliter l’évacuation des eaux.

2.4 Système de planchers :

Les planchers peuvent être réalisés entre des murs porteurs en éléments minces en
acier, ou peuvent être portés par des poutres faisant partie de l’ossature principale.

Dalle simple en béton armé

La dalle en béton armé porte souvent dans une seule direction, plus rarement dans
deux directions. Elle peut être réalisée en béton coulé en place (sur un coffrage en bois) ou
en éléments préfabriqués posés sur les poutres, scellés et éventuellement recouverts de
béton.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 16


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Plancher métallique

Ce type de plancher est composé de tôles profilées et d'une dalle en plusieurs couches.
La tôle profilée en acier est seule porteuse et peut servir de coffrage pour la chape coulée
sur place (béton, anhydrite, etc.).Le nervurage est souvent de forme trapézoïdale, les tôles
sont galvanisées ou revêtues d'un prélaquage.

Plancher mixte acier-béton

Le plancher mixte est un système porteur formé par des poutres, d’une tôle profilée et
une dalle de béton armé coulé dessus. Le béton remplit la fonction de membrure supérieure
comprimée, la tôle profilée sert d'armature et garantit par sa forme l'adhérence au béton.
Un léger treillis d'armature dans la dalle est destiné à limiter la fissuration du béton ;
Lorsque la dalle est liée à la poutraison par des connecteurs, l'ensemble constitue un
plancher mixte acier-béton. Ce système est très
économique.

Les avantages des planchers métalliques et


mixtes:

 Légèreté
 Exécution rapide
 Dalle sans coffrage
 Utilisation immédiate après le montage Figure I-
I- 5 : exemple de plancher mixte
Plancher mince (slim floor)

Le plancher mince à poutres intégrées «slim floor» consiste en un système de poutres à un


niveau, y intégrant les éléments de la dalle (préfabriqués ou dalle mixte avec tôle profilée).
Les planchers minces à poutres incorporées offrent plusieurs avantages, on site :

La rapidité de montage
La précision
La rapidité de construction globale
L’environnement propre et sec
L’adaptation

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 17


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

La durabilité
Le recyclage potentiel jusqu’à 100%
Un plancher sans retombé
Une surface intérieure de façade plane
Une facilité d’installations des servitudes
Des économies de coûts de façades

2.5 Gradins :

Les gradins sont des bancs élevés graduellement les uns au dessus des autres pour
placer plusieurs personnes dans les grandes assemblées, généralement on opte pour des
gradins préfabriqués ils sont amenés sur place au fur et à mesure et installés sur des
poutres crémaillères. L’étude des gradins passe par le choix du matériau ainsi que le
système structural.

Choix du matériau :

Les gradins peuvent être faits en bois, en acier, en béton armé ou précontraint ou encore
en aluminium étant en général utilisé pour les éléments secondaires ou faiblement
sollicités. Chacun de ces matériaux présente des avantages et des inconvénients et possède
son domaine d’utilisation.

matériaux Propriétés
 Avantages
Poids volumique faible
Facilité d’assemblage et de montage
confort acoustique
Faible dilatation thermique par rapport à l’acier et
Bois au béton
Economique
 Inconvénients :
Vulnérabilité contre l’attaque biologique
Mauvais comportement vis-à-vis de l’humidité

 Avantages
coût faible
Béton Facilité d’exécution sur chantier
Résistant
Facilités de montage et d’assemblage

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 18


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

 Inconvénients :
lourde masse volumique (2.5t/m3)
Nécessité de gros massifs de fondation
N’offre pas la possibilité de démontage
Grande rigidité
Augmente l’action du séisme

 Avantages :
bonne résistance à la traction et à la compression
Légèreté et élancement
Les ouvrages métalliques présentent l’avantage de
pouvoir être préfabriqués en atelier à partir de
profilés convenablement approvisionnées et livrés
par les aciéries sous formes de produits finis prêt à
l’emploi.
Facilité d’assemblage et de montage
L’acier
 Inconvénients :
Onéreux
Faible résistance à la corrosion
Sonore vue la fonctionnalité de la structure
Les propriétés mécaniques chutent avec la
température
Difficulté de conception des gradins préfabriqués en
acier

Tableau I-
I-1 : avantages et inconvénients
inconv nients des matériaux
mat riaux

Conclusion : pour l’ossature à étudier, on a prévu des gradins préfabriqués en bois afin
d’avoir un complexe plus fin et plus léger et réduire le risque due au séisme, en outre
l'assemblage sera effectué par boulonnage ce qui rend la tache aisé et rapide, ces gradins
apporte un contraste visuel, mais également un confort acoustique considérable.

2.6 Choix des éléments de contreventement

Les genres de contreventement et leurs dispositions exercent une grande influence sur
l'utilisation de l'espace et l'organisation des façades et, de ce fait, ils doivent être
déterminés dès le début des études. Il est souvent avantageux de placer les éléments
stabilisateurs dans les parois extérieures du bâtiment ce qui laisse une grande liberté dans
l'utilisation des surfaces.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 19


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Contreventement à treillis
-Dans le cas de treillis verticaux légers et à grande portée
-Si les ascenseurs et les escaliers ont une structure ouverte ou sont prévus à -
l'extérieur de l'immeuble
-Si le contreventement par les éléments en béton disponibles est insuffisant

Murs et noyaux en béton


-S'ils sont suffisants à eux seuls
-S'il n'y a pas de place suffisante pour des treillis dans l'ossature

Contreventement par des cadres rigides


Si on attribue de l'importance à une transparence maximale
- En l'absence de murs porteurs
-Dans le cas d'édifices de dimensions modestes, à un seul niveau

IV. PRESENTATION DES VARIANTES ADOPTEES :

1. Caractéristiques de la construction :

La salle de congrès sera construite à Marrakech, (zone II de la carte du vent) il s’agit


d’un bâtiment R+1 sur deux sous sol dont la forme générale en plan est un octaèdre, de
hauteur 21 m, La couverture est une toiture terrasse ayant une pente de 5%
La couverture couvre toute la salle de congrès, dont la l’étendue est représentée ci-
dessous, (les dimensions sont données en cm) :

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 20


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

A-A

B-B

Figure I-6: superficie couverte

L’emplacement de la scène étant fixé par l’architecte, on ne peut concevoir un


élément porteur qui peut gêner la vue des spectateurs.

Si on dispose les portiques parallèlement à l’axe B-B, alors on aurait un entraxe entre
portique de 13m, c’est une distance considérable qui va influencer sur le dimensionnement
des pannes et du système de contreventement, alors on a jugé optimal de les disposer
parallèlement à l’axe A-A, ce qui va nous permettre de mieux gérer l’entraxe des
portiques.

On a disposé les portiques de façons à optimiser leurs nombres, et leurs entraxes.


L’entraxe maximal est de 8m, et minimal est de 4.25 m

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 21


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Portique 1

Portique 2

Portique 3
Portique 8
Portique 4

Portique 5
Portique 7
Portique 6

Figure I-7: Disposition des portiques

Portique Portées (m) Portique Portées (m)


Portique 1 14.3 Portique 5 42.1
Portique 2 26.7 Portique 6 39.6
Portique 3 32.6 Portique 7 25
Portique 4 37.9 Portique 8 13.9

Tableau I-2 : portées


port es des portiques

2. Plancher :
Le plancher retenu pour toutes les variantes étudiées pour la structure est une dalle

alvéolée, appuyée sur la semelle inférieure de la poutre incorporée, le plancher présente

une hauteur de construction minimale, et offre un maximum de liberté pour la disposition

des conduites de service entre le plafond et le plancher plat.La poutre en acier incorporée

est entourée de béton de trois cotés, elle possède une résistance au feu plus élevée que les

poutres traditionnelles.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 22


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Figure I-8 : Plancher dalle type à poutres incorporées


incorpor es

Les poutres sont assemblées aux poteaux à l’aide d’assemblage simple, la conception
avec poutres incorporées s’est avéré extrêmement compétitive par rapport à la conception
à l’aide d’acier et du béton.

Alors les planchers minces à poutres incorporées présentent beaucoup d’avantages telle
que la constance de l’épaisseur des planchers et des poutres, l’absence des retombés, la
facilité d’installation sur le site en plus de ses qualités de protection contre le feu.

Bien que les planchers minces à poutres incorporées ont des spécifications précises :

Système de stabilité :

On a opté pour une structure contreventée, donc les poutres porteuses peuvent être
calculées indépendamment du système de stabilité.

Type de section de poutre :

Les poutres SFB ou poutres pour planchers minces sont composée d’un poteau UC ou
HE (ou un profil similaire à larges semelles) et d’une semelle inférieur soudée.

Principe constructifs :

Les planchers doivent satisfaire plusieurs exigences de comportement :

Transmettre les efforts verticaux aux poteaux.


Dans le cas d’une combinaison avec les structures rigides contreventé, les
planchers doivent supporter les efforts horizontaux aux contreventements en acier
Diviser verticalement le bâtiment en compartiments d’incendie séparés.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 23


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

On utilise une couche de finition non porteuse de 3 à 5 cm d’épaisseur.

Conception :
Afin d’assurer une bonne conception des du système structurale, les points
suivants sont d’une grande importance.

-La portée : La hauteur de la dalles est à peu prés égale celle de la poutre, leurs portées
doivent être calculé en fonction de leurs capacités de résistances de tel façon à obtenir la
solution la plus économique.

En général, les dalles alvéolées en béton précontraint sont préfabriquées en usine avec une
largeur de 1,20m et une longueur variant selon le fabricant. Les dalles inférieures à 1,20m
de large sont obtenues par découpage mécanique en usine.
-Orientation : on peut envisager deux configurations de poutres possibles. Soit des poutres
disposées longitudinalement avec les dalles posées entre les poutres de rives au niveau des
façades et les poutres intérieures jouant le rôle d’une colonne vertébrale. Soit des poutres
disposées transversalement avec les dalles posées dans le sens longitudinal.
-Système structurel : les systèmes structuraux valables comportent soit des poutres
isostatiques avec poteaux continus sur deux ou trois étages, ou des poutres continues –
éventuellement un système Gerber – avec des poteaux de la hauteur d’un étage.
-Fabrication : les poutres isostatiques peuvent présenter une contre flèches préalable afin
compenser la flèche due au poids propre de la dalle .Dans ce cas c’est souvent la
résistance à la flexion plutôt que la flèche qui limite le calcul, et l’utilisation de la l’acier à
haute résistance (S355) constitue un avantage.
-Montage de l’ossature : grâce à des assemblages simple, un système comportant des
poutres isostatiques est en général plus économique en raison d’une plus grande rapidité de
montage.
-Protection contre le feu :
La résistance au feu des poutres de type SFB non protégée peu atteindre 60 minutes, une
isolation thermique mince suffit pour porter la résistance à 120 minutes, les profils SFB
laissent la possibilité d’améliorer leur capacité de résistance aux charges au moyen d’une
armature supplémentaire.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 24


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

3. Portique :
Dans la plupart des structure, le portique constitue l’ossature principale, c’est un
principe constructif simple est économique il autorise des choix architecturaux audacieux,
les portiques peuvent être constitués de profilés à âmes pleine, à âmes évidées, treillis, ou
des structures combinant ces types d’éléments.

Plusieurs critères influencent le choix adéquat :


La portée entre poteaux
La grandeur et le type de charges appliquées (statique, dynamique dans le cas par
exemple de ponts roulants etc.)
L’aspect architectural
La hauteur disponible sous jarrets
Le coût relatif d’une solution par rapport à une autre

L’utilisation des sections PRS ou en treillis devient par ailleurs incontournable dans le cas
de portées importantes et de charges lourdes pour lesquelles les profilés laminés du
commerce sont inadaptés.

3.1 Portique à âme pleine :

Profilés à inertie constante :


Il s’agit des profils standards et de forme simple, disponible sur le marché
marocain, munis à des renforts au niveau des moments maximaux : jarrets aux appuis
des poteaux et clés de faitage en milieu de travée, cependant les profiles à inertie
constante ne sont plus compétitifs quand il s’agit de grandes portées et des efforts trop
importants.

Profilés reconstitués soudés (PRS) :


La technique de fabrication des PRS consiste à relier par soudage l'âme aux ailes.
L'âme peut avoir des formes particulières de courbures suivant son emploi. Ils sont
généralement fabriqués en acier de nuance E36.

Les PRS permettent d’ajuster strictement les sollicitations en suivant la distribution


des efforts dans la structure et de réaliser par la suite un gain de matière au niveau des
sections les moins sollicitées. Par conséquent la structure est plus légère.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 25


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Ainsi, tout en conservant un gabarit extérieur identique, on peut réduire la section


d’âme dans les zones de faible effort tranchant, ainsi que les épaisseurs de semelles dans
les zones de moments de flexion réduits. Il en résulte une réduction de poids significative .

Figure I-
I- 9 : poteau et traverse à inertie variable

3.2 Poutre alvéolaire

Les Poutres alvéolaires sont des poutres dont l'âme est découpée selon une ligne
polygonale ou circulaire ; les deux demi- profils sont déplacés d'un demi-pas pour
reconstituer la poutre par soudage des deux éléments, dent à dent ou après ajout de
plaquettes intercalaires.

Les poutres alvéolaires est une nouvelle expression architecturale, vues les possibilités
qu’elles offrent, ces poutres sont d’une grande résistance et peuvent atteindre des portée
de 40 m tout en reprenant de moments de flexion importants.

Les poutres alvéolaires permettent une optimisation du volume, en augmentant la


hauteur sous plafond, ce qui implique une réduction des assemblages sur le site .En plus,
grâce à ses évidements, elles offrent un gain considérable au poids propre.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 26


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Figure I-
I- 10 : exemple de poutres alvéolaires.
alv olaires.

3.3 Treillis :

Pour le franchissement de grandes portées entre poteaux, les toitures, les travées
importantes, on peut avoir recours, pour la traverse à une ferme en treillis.
On distingue plusieurs types de triangulation :

Figure I-
I- 11 : Exemple de ferme à treillis

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 27


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Les treillis sont plus performant que les profilés à âme pleine car ils consomment
moins d’acier et leur rendement est proche de un, néanmoins leur mise en œuvre
demande une main d’œuvre spéciale. En plus, ils nous permettent de faire passer
facilement les conduites et les installations. Dans la même perspective de réduction du
coût du projet les fermes en treillis sont compétitives lorsqu’il s’agit des bâtiments de
grande portée, fortement sollicités, de grande légèreté et d’une rigidité importante, pour
cette variante, seule les traverses seront en treillis.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 28


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Chapitre II :
Inventaire des charges

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 29


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

I. CHARGES PERMANENTES ET D’EXPLOITATION :


1. Charges permanentes :

Une charge permanente est toute charge appliquée de manière définitive sur la
structure pendant toute sa durée de vie ,les charges permanentes comprennent le poids
propre de la structure, les charges de gravité correspondant aux différents éléments
supportés par la structure tels que revêtement, cloisons, éléments suspendus…etc.
Pour notre cas, les valeurs des ces charges sont résumées dans le tableau suivant :

Couverture en bacs d’acier+étanchéité+ isolation 30kg/m2

Isolation et faux plafond 100kg/m2

Peau suspendu 250kg/m2


TABLEAU II-
II-1 : charges permanentes appliquées
appliqu es

A cela s’ajoute le poids propre des différents éléments, celui du contreventement et


des éléments supplémentaires.
2. Surcharges

Se sont des charges à caractère variable telles que les charges d’exploitation, les
charges climatiques, et les charges accidentelles.

2.1. Charges d’exploitation :

Les surcharges d’exploitation sont celles qui résultent de l’usage prévu du bâtiment.
Elles comprennent essentiellement les surcharges dues à l’accumulation de la poussière sur
la couverture du bâtiment, elle est estimée à : 20 Kg/m² ainsi que d’autres surcharges
estimées 250kg/m2.
2.2. Surcharges climatiques :
Neige :
Les charges dues à la neige sont très importantes pour les toitures de bâtiment. Il faut
donc faire une estimation très soigneuse de cette charge afin de réduire les coûts de
construction et les risques de rupture. Les charges de neige sur les toitures varient selon la
forme de ces dernières, selon le climat et selon l'exposition au vent.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 30


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Au Maroc, le nombre de régions dans lesquelles il neige est restreint. La ville de


Marrakech n’est située dans aucune d’entre elles, l’action de la neige n’a donc pas été
prise en compte dans la présente étude.

3. Actions du vent selon NV65 :


Le calcul des effets du vent sur la structure est fait en se basant sur la réglementation
française de 1965 : NV 65
On admet généralement que le vent a une direction d’ensemble moyenne horizontale
et qu’il n’a pas de sens préférentiel. Son action sur une paroi d’un élément de structure est
prise normale à cette paroi et qu’il peut être soit une pression ou une dépression. La
vérification au vent se fait en considérant deux cas de surcharges :
Une surcharge normale qui peut survenir durant toute l’année et à laquelle la
construction est appelée à résister sans subir de dommages.
Une surcharge extrême dont la probabilité de dépassement est très petite qui peut
causer des dommages à la construction sans pour autant entrainer sa ruine. Cette
dernière est dans un rapport de 1,75 avec la surcharge normale.

La pression du vent sur une paroi est donnée par la formule suivante :

δ.β
δ.
p = c. q10.Kh .Ks .Km .δ.

3.1. Calcul de la pression du vent :

3-1-1. Pression dynamique de base q10

C’est la pression dynamique de base normale (ou extrême) exercée à une hauteur de
10 m au-dessus du sol, pour un site normal, sans effet de masque sur un élément dont la
plus grande dimension est égale à 0,50 m.

q10 
16,3

Avec: q10 en daN/m² et V en m/s

Et qn10=qext/1.75, où qn10 représente la valeur normale de la pression et la valeur qext


extrême.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 31


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Le projet en question se situe à Marrakech, selon la carte du vent au Maroc elle fait
partie de la Région 2 :
La vitesse du vent y est égale à Vext=44 m/s.

La pression du vent normale de base correspondante est : q10=67,87

3-1-2. Effet de la hauteur au dessus du sol (1.241)

A une hauteur H au dessus du sol la pression du vent devient qh ; le coefficient de

pondération de la pression dynamique de base est donner pour une hauteur entre 0 et
500m est formulé comme suit :

  18

 2,5
  60

La construction concernée a une hauteur au dessus du sol de H=16,35 m d’où Kh=1,12

3-1-3. Effet du site Ks

La nature du site d’implantation de la construction peut conduire à une diminution


ou à une augmentation de la vitesse du vent et donc de la pression correspondante.
Le règlement distingue trois types de site :
• Site protégé : par exemple fond de cuvette bordée de collines ou site urbain dense.
• Site normal : plaine de grande étendue avec des dénivellations peu importantes.
• Site exposé : littoral sur une profondeur de 6 km ; île.
Le site de notre projet est un site normal d’où Ks= 1.00

3-1-4. Effet du masque Km

Il y a effet de masque lorsque la construction envisagée est masquée et protégée par


d'autres constructions de grande probabilité de durée ; dans notre cas la structure n’est plus
masquée à partir de 10m d’où notre étude du vent se contentera sur les parois de longueur
6m ainsi que la toiture :
On prend : Km=1.00

3-1-5 .Effet des dimensions δ :

La vitesse du vent n'est pas uniforme dans l'espace. Les relevés météo sont faits sur
des surfaces frappées par le vent dont la plus grande dimension ne dépasse pas 0,50 m. Si
la surface frappée est beaucoup plus grande, la résultante moyenne des efforts pourra donc

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 32


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

être réduite en pondérant les pressions dynamiques de base par un coefficient de réduction
tiré à partir du NV65.
Ainsi on trouve :
Pour les pannes : δ=0,84
Pour les traverses : δ=0,79
Pour le portique : δ=0,75

3-2. Actions dynamiques du vent β

Les règles NV 65 exigent de tenir compte des effets dynamiques du vent sur les
constructions qui sont considérées comme des systèmes oscillants. Cette prise en
considération se fait par l’intermédiaire d’un coefficient de majoration dynamique β.
Il est donné par la formule :

β = θ (1 + ξτ)

Avec :
 ξ coefficient de réponse fonction de la période T du mode fondamental
d’oscillation de la structure.
 τ coefficient de pulsation déterminé à chaque niveau de la structure en fonction de
sa hauteur H au-dessus du sol et donné par l’échelle fonctionnelle de la figure 24,
 θ Coefficient global dépendant du type de construction et prenant des valeurs entre
0,7 et 1.

Dans le cas de ce projet qui correspond à une construction prismatique à base


polygonale : θ=1
Le coefficient de pulsation fonction de la cote H au dessus du sol, au niveau de
l’élément de construction considéré. Il est déterminé à partir de l’échelle fonctionnelle de
la figure 3.4 du règlement ; Il est égale à τ=0,35
Le coefficient de réponse ξ est fonction de la période T du mode fondamentale
d’oscillation et de la nature du matériau utilisé.
L’annexe 4 des règles NV 65 donne un aperçu rapide des méthodes de détermination de
la période propre et termine en donnant quelques formules forfaitaires applicables aux

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 33


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

bâtiments courants. Pour la construction qui nous intéresse et qui est contreventée par une
ossature métallique on utilise la formule :


T  0,1


On a h = 16,35m et lx = 42,96m d’où T= 0,25s donc ξ=0,3

D’où Le coefficient de majoration dynamique est : β=1,105

3-3. Actions statiques du vent (Ce et Ci) :

3-3-1 Rapport de dimension  :


• Vent normal au pignon :
20,82
    0,5
 41,3

• Vent normal à la grande face :


20,82
    0,48
 43
3-3-2 Le coefficient γo :
La valeur de γo est donnée l’abaque du règlement NV65 (p 89) en fonction des rapports de
dimensions :

• Vent normal au long-pan (grande surface):



   0,4 γo= 1

• Vent normal au pignon :

    0,48 γo=1

3-3-3 Coefficient de pression extérieure Ce


L’action extérieure du vent sur une face peut être soit une pression si Ce > 0 soit
une succion ou dépression si Ce < 0.

Pour une paroi verticale :


• Paroi au vent : Ce = 0,8
• Paroi sous le vent et parallèle au vent : Ce =-(1,3γ0 - 0,8)=-0,5

Pour les versants de toiture :

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 34


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

• Vent perpendiculaire aux génératrices de la toiture (long pan):

Dans le cas des versants plans pour lesquelles f< 0,5h les coefficients de pression C e
sont fonction de l’inclinaison α (α = 2,86 degré) du versant considéré et du coefficient γ0
déterminé auparavant, ils sont donnés à l’aide du diagramme R.III.7 Art 2,12 NV65 :
Versant au vent : Ce=-0,5
Versant sous le vent : Ce=-0,41
• Vent parallèle aux génératrices de la toiture (normal a pignon) :

Le coefficient est tiré du même diagramme précédent en prenant un angle


d’inclinaison α = 0 degré ; il est égale à Ce=-0,46 sans distinction faite entre les versants.

3-3-4 Coefficient de pression intérieure


Les parois des bâtiments courants ne sont pas parfaitement étanches. Les volumes
intérieurs sont alors soumis à des pressions ou des dépressions intérieures caractérisées par
le coefficient de pression intérieur Ci (Ci > 0 pour une surpression, Ci < 0 pour une
dépression).

La valeur du coefficient Ci est fonction :


• Du coefficient γ0 de la construction ;
• De la perméabilité (µ<5%) des parois.
Si la construction est fermée (µ < 5%) ; ce qui est notre cas ; le coefficient Ci est donné par
les formules suivantes :
• Surpression : Ci = 0,6(1,8 - 1,3γ0)
• Dépression : Ci =0,6(0,8 - 1,3γ0)

Puisque le coefficient γ0 est le même ; donc quelque soit la direction du vent on a :

• Surpression : Ci=0,3
• Dépression : Ci=-0,3
Le tableau suivant résume les différents résultats trouvés :

Ce Ci

Face sous le
-0,5
vent
Parois
verticales surpression:
Vent normale Face au vent 0,8 0,3
aux génératrices
Face sous le
-0,41
Versants de vent
toiture
Face au vent -0,5
dépression:
Vent parallèle Parois Face sous le -0,3
-0,5
aux génératrices verticales vent

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 35


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Face au vent 0,8

Versants de toiture -0,46

TABLEAU II-
II-2 : Coefficient de pression intérieure
int rieure et extérieure
ext rieure
3-4. Calcul des actions dues au vent

Comme nous l’avons précisé, le calcul des actions dues au vent sur un élément de la
structure se fait grâce à la formule :

δ.β
δ.
p = (Ce-Ci) q10.Kh .Ks .Km .δ.

Dans ce qui suit nous n’allons pas calculer ces actions pour les différents éléments de
la structure mais nous nous contenterons de déterminer la valeur du coefficient de pression
(Ce-Ci) en envisageant les cas possibles du vent.
a- Vent parallèle aux génératrices avec surpression intérieure :

-0,76 -0,76

0,5 -0,8
Vent

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 36


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

b- Vent parallèle aux génératrices avec dépression intérieure :

-0,16 -0,16

1.1 -0,2

c-vent normale aux génératrices avec surpression intérieure :

-0,8 -0,71

0.5 -0,8

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 37


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

d-vent normale aux génératrices avec dépression intérieure :

-0,2 -0,11

1.1 -0,2

4. Charges accidentelles
Le calcul au séisme se fait en se basant sur le règlement en vigueur au Maroc, à savoir
le RPS 2000. L’effet du séisme est donné par la formule suivante :
V = ASDIW/k
D’après la carte du zonage sismique (RPS 2000) le projet se situe à Marrakech, donc
la zone correspondante est la zone III.

• Coefficient de priorité I :
Le bâtiment en question est destiné à recevoir le grand public, nous choisissons donc
de le classer en classe I comme le stipule clairement le règlement.
Le coefficient de priorité est par conséquent I = 1,3.
• Coefficient de site S :
On est dans le cas des sols moyennement ferme épaisseur <15 m donc il s’agit de site
S2 d’où S=1,2
• Coefficient d’amortissement ξ :
L’amortissement représente les frottements internes développés dans la structure en
mouvement.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 38


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Type de structure ξ (en%)


Structures en béton armé
Ossatures métalliques avec murs extérieurs 5
lourds et cloisons
Ossatures métalliques avec murs extérieurs
3
et intérieurs légers
TABLEAU I-
I-3 : coefficient d’amortissement.
d amortissement.

Ainsi, on prendra ξ=3

• Facteur d’amplification D :
Le facteur d’amplification dynamique est donné par le spectre de dimensionnement
déduit des spectres élastiques normalisés et calé à un palier horizontal pour les faibles
périodes. Le facteur d’amplification dynamique est fonction de la période fondamentale de
la structure :
T.

FIGURE II-
II-1 : facteur d’amplification
d amplification
Dans notre cas T=0,34 d’où D=2,5
• Facteur de comportement k :
Le facteur de comportement est fonction de :
 Système de contreventement.
 Niveau de ductilité
Le système structural de tout bâtiment conçu pour résister aux efforts sismiques doit
présenter une ductilité suffisante au cours du séisme. Trois niveaux de ductilité sont définis

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 39


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

selon le comportement requis de la structure. Chaque niveau traduit la capacité de la


structure à dissiper l’énergie provenant du séisme.

Structures peu ductiles (niveau 1 de ductilité : ND1)


Ce niveau de ductilité correspond aux structures dont la réponse sismique doit évoluer
essentiellement dans le domaine élastique et pour lesquelles le Règlement n’exige pas de
prescriptions spéciales.

Structures à ductilité moyenne (niveau 2 de ductilité : ND 2)


Ce niveau est relié aux structures pour lesquelles on adopte des dispositions spécifiques
leur permettant de travailler dans le domaine inélastique au cours du mouvement
séismique avec une protection raisonnable contre toute rupture prématurée.

Structures de grande ductilité (niveau 3 de ductilité : ND3)


Ces structures sont appelées à avoir une grande capacité de dissipation d’énergie. Un
certain nombre de prescriptions et dispositions technique est exigé afin de minimiser la
probabilité de rupture prématurée et de détérioration de résistance.
Le tableau suivant illustre le niveau de ductilité requis pour les deux classes de structures
en fonction de l’intensité du séisme.

classe de bâtiment Amax ≤0,1g 0,1 < Amax ≤0,2g 0,2g < Amax
classe I ND1 ND2 ND3
classe II ND1 ND2
TABLEAU II-
II-4 : niveau de ductilité
ductilit en fonction de la classe du bâtiment.
b timent.

A =0 ,14 Le niveau de ductilité est donc ND2

système de contreventement ND1 ND2 ND3

Portiques 2 3,5 5

Portiques et voiles 2 3 4

Voiles 1,4 2,1 2,8


TABLEAU II-
II-5 : coefficient k (facteur
(facteur de comportement).
comportement).

Ainsi nous ne concluons que k =3.5

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 40


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Chapitre III :
Plancher en dalle alvéolées & poutres SFB

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 41


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

I. GENERALITES :
Il s’agit d’un plancher mince à poutres incorporées avec plancher en dalle alvéolées
précontraintes ; Les poutres seront en acier de types SFB, ainsi le système structural opté
comporte des poutres isostatiques avec des poteaux continus sur les différents étages.

1. Dalle alvéolée
En général, les dalles alvéolées en béton précontraint par des armatures adhérentes
munies d’alvéoles longitudinales d’allègement, dont la face supérieure est légèrement lisse
ou rugueuse. Ces dalles sont préfabriquées en usine avec une largeur de 1,20m et une
longueur variant selon le fabricant. Les dalles inférieures à 1,20m de large sont obtenues
par découpage mécanique en usine.
Le tableau si dessous présente les différentes dalles alvéolées avec leurs épaisseurs et
leurs masses par mètre carré, ainsi que les portées limites qui leur sont correspondants :

Types Dalles Alvéolées SADET


dalles alvéolées
SADET DAS 160 DAS 200 DAS 250

Epaisseur (cm) 16 20 25

Masse (kg/m²) 262 297 355

Tableau III-
III-1 : Caractéristiques
Caract ristiques des dalles alvéol
alv olées
ol es SADET

Les portées limites sont données avec des résistances de béton à 28 jours de la table de
l’ordre de 45 MPa pour les produits SADET.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 42


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

SURCHARGE Sans étai et sans dalle collaborante


EXPLOITATION
+
PERMANENTE DAS 160 DAS 200 DAS 250

250 + 0 (kg/m²) 8,90 10,00 12,10

250 + 100 (kg/m²) 8,10 9,30 11,20

400 + 100 (kg/m²) 7,30 8,40 10,20

500 + 100 (kg/m²) 6,80 7,90 9,60

800 + 0 (kg/m²) 6,00 7,00 8,70

1000 + 0 (kg/m²) 5,50 6,40 8,10

Tableau III-
III- 2: Portées
Port es limites des DAS (SADET)

2. Les poutres SFB :


On distingue entre deux types de poutres isostatiques : poutres isostatiques
intérieures et poutres isostatiques extérieures.
Les poutres isostatiques intérieures subissent uniquement l’action des charges
permanentes et des charges d’exploitation, on vérifie la section transversale à mi-portée
pour les conditions d’exploitation (flèches et déformations élastiques) et pour la sécurité en
ce qui concerne la résistance de la section transversale efficace de la poutre.
A proximité des appuis, on vérifie le cisaillement vertical, y compris l’effet d’un
moment de torsion si nécessaire.
Pour les poutres isostatiques extérieures reprennent aussi les actions latérales dues
au vent ou au séisme et en plus des vérifications citées pour les poutres isostatiques
intérieures, on vérifie la possibilité d’une flexion bi-axiale ou une flexion composée à mi-
portée ainsi l’interaction de l’effort tranchant et du moment fléchissant à proximité des
appuis.

2.1. Classification des sections :


Selon l’Eurocode 3 partie 5.3.2, les sections transversales sont classées par rapport à la
capacité de former des rotules plastiques et à la résistance au voilement local en quatre
classes :

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 43


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Classe 1 – Sections transversales pouvant former une rotule plastique avec la capacité de
rotation requise pour une analyse plastique.
Classe 2 – Sections transversales pouvant développer leur moment de résistance
plastique, mais avec une capacité de rotation limitée.
Classe 3 – Sections transversales dont la contrainte calculée dans la fibre extrême
comprimée de l’élément en acier peut atteindre la limite d’élasticité, mais dont le
voilement local est susceptible d’empêcher le développement du moment de résistance
plastique.
Classe 4 – Sections transversales dont la résistance au moment fléchissant ou à la
compression doit être déterminée avec prise en compte explicite des effets de voilement
local.
Pour les poutres isostatiques, il suffit d’avoir une section transversale de classe 2 dans la
zone de moment positif pour exploiter sa capacité de moment résistant plastiques.

Figure III-
III-1 : Notations utilisées
utilis es dans la classification des sections

La classification des sections transversales dépend de l’élancement (rapport largeur-


épaisseur) des parois comprimées, de la nuance d’acier et de la fabrication de la section
transversale (laminée ou soudée).

2.1.1. Section de moment fléchissant négatif :

Pour la classification d’une section transversale dans une région de moment


fléchissant négatif, on considère à la fois la semelle inférieure et l’âme.
La classification à proximité des appuis intermédiaires est gouvernée par l’élancement
des parties en consoles de la semelle inférieures ainsi que la partie inférieure des âmes.
Le rapport d’élancement des ailes en consoles est donné par :
Ailes soudées :

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 44


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

bu − e 2 355 b − e2
β rel = ⋅ = 0.615 ⋅ u
2 ⋅ tu 235 tu

Ailes laminées à chaud :

 bu 
β rel = 0.615 ⋅   − 1
 tu 

Où : bu largeur de l’aile inférieure soudée ou laminée à chaud ;

e2 distance entre les soudures d’angle, épaisseur de soudure comprise ;

tu épaisseur de la semelle ou de l’aile inférieure comprimée.

La définition du rapport d’élancement ξ rel pour les âmes est virtuellement identique dans

les zones de moments fléchissant positif et négatif, mais ici h0 est remplacé par hu et vice-
versa.
Cas de répartition élastique des contraintes :

hu h
h0 ≤ hu ⇒ ξ rel = 2.46 ⋅ ⋅ u
tw h0

h  1 h  1  h0 
2

h0 > hu ⇒ ξ rel = 2.46 ⋅ u ⋅ 1 + ⋅  0  − ⋅   
tw  2  hu  2  hu  
 
Cas de répartition plastique des contraintes :

2 ⋅ hu 355 h
h0 ≤ hu ⇒ ξ rel = ⋅ = 2.46 ⋅ u
tw 235 tw
hu  h  
h0 > hu ⇒ ξ rel = 2.46 ⋅ ⋅ 12 − 0  11
tw  hu  

Où : h0 hauteur de la partie de l’âme tendue, mesurée jusqu’à l’origine du congé ou


de la soudure avec la semelle supérieure ;
hu Hauteur de la partie de l’âme comprimée, mesurée jusqu’à l’origine du congé ou de
la soudure avec la semelle inférieure ;
tw Épaisseur d’une âme.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 45


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

En général l’élancement de l’aile inférieure (soudée) est décisif dans le classement des
sections transversales à proximité des appuis intermédiaires et, par conséquent, également
pour la méthode d’analyse de structure globale. Toutes les poutres incorporées, à
l’exception des IFB, possèdent des ailes saillantes 100mm et exigent une épaisseur d’au
moins 15mm de la semelle inférieure pour autoriser l’analyse globale plastique.

Répartition Rapport Classification de la


des contraintes d’élancement section transversale
relatif

Plastique β rel ≤ 9 et Classe 1


ξ rel ≤ 72

Plastique β rel ≤ 10 et Classe 2


ξ rel ≤ 83

Elastique β rel ≤ 14 et Classe 3


ξ rel ≤ 124

Elastique β rel > 14 et Classe 4


ξ rel > 124

Tableau III-
III- 3: Classification des poutres SFB

2 .2 . vérifications des poutres intérieures :

Ce paragraphe aborde toutes les vérifications nécessaires pour le dimensionnement des


poutres intérieures. Cette appellation est due au fait qu’elles sont soumises uniquement à
l’action des charges permanentes et des charges variables d’exploitation.

2.2.1. Combinaisons de charges et sollicitations :

Les combinaisons de charges à prendre en compte pour la vérification sont :

Combinaisons de charges à l’ELU et l’ELS, resp. : {1.35 ⋅ Gz + 1.50 ⋅ Qz } {G z + Qz }


Sollicitations conséquentes :
{V }
z , Sd
et
{M y , Sd }

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 46


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

2.2.2. Flexion transversale de la semelle inférieure :

Les éléments de plancher préfabriqués reposent sur la semelle inférieure d’une


poutre incorporée. On considère que la pression de contact est présente sur une largeur de
60mm, et diminue progressivement vers zéro dans la direction du bord de la semelle
inférieure .Ces hypothèses offrent toutes sécurité, car les éléments de béton exigent une
largeur d’appui minimale de 70mm. La pression d’appui est représentée par une charge
linéaire équivalente à une distance de 40mm du bord.
Le chargement sur la semelle inférieure a pour effets un effort tranchant transversal
et un moment fléchissant de la semelle. Ces effets doivent être combinés avec la flexion
longitudinale dans la section.

Figure III-
III-2 : Détail
tail de l’appui
l appui des él
léments
ments de dalles alvéol
alv olées
ol es précontraintes
pr contraintes

Le fait que le chargement puisse être excentré n’a virtuellement aucune conséquence sur la
résistance à la flexion de la section. En revanche, l’effet sur la résistance de la semelle
inférieure peut être considérable.

Capacité ultime de résistance aux charges :

Afin de vérifier la capacité d’appui de la semelle inférieure au niveau du côté supportant la


charge la plus sévère, l’exigence suivante doit être satisfaite.

3  γ ⋅ q ⋅ (1 + ξ )   γ ⋅ q ⋅ (1 + ξ ) 
2

tu ≥ ⋅  M + (e1 − e2 ) ⋅  M 
4  fy 


 f y

Où : γM coefficient de sécurité partiel pour l’acier à l’Etat Limite Ultime ;

fy Limite élastique de calcul (355 kN/mm²) ;

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 47


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

q Charge de poutre pondérée totale q = q max + q min

ξ Paramètre de déséquilibre ξ = q max − q min q

Aire de section transversale efficace ultime :

Lors du calcul de la capacité de moment résistant ultime d’une section transversale de


poutre, on doit tenir compte de l’effet de la flexion transversale de la semelle inférieure. En
raison de cet effet, une partie de la semelle inférieure n’est pas disponible pour contribuer
à la résistance de la totalité de la section transversale. Pour le calcul, la section brute doit
être réduite à une section transversale efficace, où l’aire efficace de la semelle inférieure
est plus petite que son aire de section.
Une approche expérimentale décrit l’état de contraintes planes dans la semelle
inférieure résultant de la flexion bi-axiale. Pour ce faire, les charges linéaires situées de
part et d’autre de la poutre sont prises égales.

Figure III-
III-3 : Equilibre de la semelle inférieure
inf rieure dans le sens transversal

Si t u représente l’épaisseur et Au = bu ⋅t u l’aire brute de la semelle inférieure, la


partie efficace de la semelle inférieure qui contribue à la résistance plastique à la flexion
est notée Au ,eff et définie de la façon suivante :

Au ,eff = Ψu ⋅ Au

µ u2 ⋅ tu ⋅ 3 3 + λu ⋅ µ u ⋅ (2 ⋅ e1 + e2 ) − λu2 ⋅ (e1 − e2 )
Ψu = 1 −
Avec : 6 ⋅ µ u ⋅ bu

µu =
(e1 − e2 ) ⋅ γ M ⋅ q et λu = 1 − 1 − µ u
tu f y ⋅ tu

En pratique, on trouve trois systèmes de suspension différents.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 48


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Figure III-
III- 4: Systèmes
Syst mes de suspension de la semelle inférieure
inf rieure à la poutre incorporée
incorpor e

Dans le cas des poutres SFB, la semelle inférieure est une composition avec une aire
brute A0 + Au , où A0 représente l’aire de la semelle du profil laminé à chaud et Au l’aire de
la plaque inférieure soudée. L’aire efficace est alors notée :
Aeff = Ψ 0 ⋅ A0 + Ψ u ⋅ Au

Avec :

µ 02 ⋅ t 0 ⋅ 3 3 + λ0 ⋅ µ 0 ⋅ (2 ⋅ b0 + t w ) − λ20 ⋅ (b0 − t w )
Ψ0 = 1 −
6 ⋅ µ 0 ⋅ b0

Où :
(b0 − t w ) γ M ⋅ q
µ0 = ⋅ et λ0 = 1 − 1 − µ 0
t0 f y ⋅ tu

2.2.3. Résistance à la flexion :

Le moment résistant plastique de la section transversale efficace est le suivant :

fy
M pl. y. Rd = W pl .eff . y ⋅
γM
Où : γM coefficient de sécurité partiel pour l’acier à l’Etat Limite Ultime ;

fy limite élastique de calcul (355 kN/mm²) ;

W pl .eff . y fait référence à la section transversale efficace (Annexe A).

En règle générale, l’effet de la flexion transversale de la semelle sur le moment


résistant plastique est négligeable.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 49


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Une analyse des résultats de plusieurs exemples traités a montrée que la réduction
du moment résistant ultime est inférieure à 6% pour les poutres IFB et THQ et inférieure à
1% pour les poutres SFB.

2.2.4. Résistance au cisaillement :

La résistance au cisaillement d’une poutre incorporée est entièrement assurée par le


matériau de l’âme avec l’aire Av .

L’aire de cisaillement Av s’étend jusqu’aux soudures d’angle entre l’âme et les semelles
ou, dans le cas d’un profilé laminé, juste après la zone de congé dans la semelle .La
résistance ultime au cisaillement est donnée par la clause 5.4.6 de l’Eurocode 3 comme
suit :
Av ⋅ f y
V pl . z .Rd =
γM ⋅ 3

Où : γM coefficient de sécurité partiel pour l’acier à l’Etat Limite Ultime ;

fy limite élastique de calcul (355 kN/mm²) ;

Figure III-
III-5 : Aires de cisaillement plastiques

2.2.5. Résistance à la torsion :

Le chargement s’exerçant sur la poutre incorporée n’agit pas toujours au centre de


la section transversale de la poutre, comme lorsque les portées de plancher ou les actions
variables sur les côtés droit et gauche sont différentes, ou pendant la construction lorsque
les dalles sont placées d’un côté avant celles qui sont de l’autre côté. Le résultat est une
excentricité du chargement par rapport à l’axe de la poutre.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 50


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Pendant la construction, les moments de torsion apparaissent et les ailes


comprimées de poutres mono-symétriques peuvent être sensibles au déversement. Il faut
alors analyser la situation critique de poutres mono-symétriques, lorsque les dalles
alvéolées sont placées d’un côté de la poutre.
Malgré la flexibilité torsionnelle, l’étape de construction est moins critique qu’on
pourra le croire, car les dalles déjà posées jouent un rôle important en augmentant la
résistance de la section à la torsion par le biais du clavetage. Au cas ou cette torsion
gouvernerait le calcul, on peut toujours envisager des mesures au montage, comme limiter
les déplacements de la semelle supérieure au moyen d’un maintien ou d’un étayage
provisoire, ou en posant les éléments de dalles alternativement à droite et à gauche.
Dans les conditions normales d’exploitation, ou lorsque les espaces entre la poutre
et les dalles ont été bétonnés, la poutre est totalement encastrée et toute torsion devient
impossible. Il existe deux possibilités extrêmes :
Une poutre, totalement rigide en torsion, générant des moments de torsion qui sont
équilibrés par des réactions au niveau des appuis.
Une poutre, totalement flexible en torsion, tournant autant que les éléments de plancher
le permettent, entraînant des moments fléchissant négatifs dans la dalle de plancher

Figure III-
III-6 : Réaction
R action à un chargement dés
d séquilibr
quilibré
quilibr sur une poutre incorporée
incorpor e

Dans le premier cas, l’excentricité du chargement de poutre existe réellement, tandis que
dans le deuxième cas, le chargement est forcé à agir de façon concentrique.
Les poutres THQ comportant un profilé creux doivent être considérées comme rigides en
torsion ; en revanche, les poutres en I mono-symétriques doivent être considérées comme
flexibles en torsion.
On examinera d’abord la torsion des poutres en I mono-symétriques en cours de
construction Torsion des poutres en I mono-symétriques :

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 51


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Pendant la construction, la poutre est chargée excentriquement, entraînant une rotation de


la section de poutre et un déplacement horizontal de la semelle supérieure en direction des
dalles déjà posées. La semelle inférieure est encastrée latéralement par les dalles. La
résistance de frottement entre les dalles et la semelle inférieure de la poutre suffit
habituellement à empêcher une flèche horizontale de la semelle inférieure. Le centre de
rotation ce situe donc au milieu de la semelle inférieure.

hf
e
q
M x ;ϕx

δy = 0
q y = réaction horizontale
δ z qz
de la dalle

Figure III-
III-7 : Torsion et dévers
d versement
versement des poutres SFB
SFB

L’équation de la résistance de frottement peut être vérifiée par :

q ⋅ e tanh(L Lk )
⋅ ≤ζ ⋅q
hf ( L Lk )
Où : Lk longueur spécifique déterminée par la rigidité de gauchissement de la
semelle supérieure et la rigidité de torsion de la section transversale de la poutre ;
ζ coefficient de friction entre le béton et l’acier ou un matériau support intermédiaire
(caoutchouc ou feutre) ;

E ⋅ I0 t 0 ⋅ b03
Lk = 2 ⋅ h f et I0 =
G ⋅ It 12
Tel que :
La charge linéaire résultant de l’appui de dalle excentrique est représentée par q et
Mx = q⋅e.

La flèche de rotation ϕ x est égale à :

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 52


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

ϕx =
(q ⋅ e) ⋅ L2 ⋅ (1 − ξ 2 ) − (q ⋅ e ) ⋅ L2k  cosh (ξ ⋅ L Lk ) 
⋅ 1 − 
8 ⋅ G ⋅ It 4 ⋅ G ⋅ It  cosh (L Lk ) 

2⋅ x
ξ=
Où : L avec − 1 ≤ ξ ≤ +1

Le résultat de ϕ x est que des contraintes de cisaillement apparaissent dans la semelle

supérieure en raison de la torsion et de la flèche latérale (gauchissement) :


Contrainte de cisaillement par torsion :

t0
τ t ,max = M t ,max ⋅
It

± q ⋅ e ⋅ L  tanh (L Lk ) 
M t ,max = ⋅ 1 − 
Où :
2  ( L L k ) 

Contrainte de cisaillement par gauchissement :

3 M w,max
τ w,max = ⋅
2 b0 ⋅ t 0 ⋅ h f

± q ⋅ e ⋅ Lk
M w, max = ⋅ (tanh(L Lk ))
Où : 2

La somme des contraintes de cisaillement doit satisfaire les conditions de comportement


élastique :
τ t , max + τ w , max ≤ τ lim ite

2.3. Vérifications des poutres extérieures :


Pour les poutres isostatiques extérieures, c'est-à-dire celle qui reprennent aussi
les actions latérales dues au vent ou au séisme et en plus des vérifications citées pour les
poutres isostatiques intérieures, on vérifie la possibilité d’une flexion bi-axiale ou une
flexion composée à mi-portée ainsi l’interaction de l’effort tranchant et du moment
fléchissant à proximité des appuis.

Une poutre est appelée extérieure si et seulement si elle subit en plus des actions des
charges permanentes et d’exploitation, des charges latérales dues à l’action du vent ou du
séisme.
Dans ce paragraphe, on n’abordera que les aspects typiques des poutres extérieures.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 53


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

2.3.1. Combinaisons de charges et sollicitations :

Pour le cas des poutres extérieures, et en plus des charges permanentes G et les surcharges

variables d’exploitation Q , on a les actions supplémentaires de vent et de séisme qui


agissent sur les poutres.
Ces dernières actions ont des composantes verticales et latérales évaluées dans les deux
directions principales a et b du bâtiment. Selon qu’une poutre soit orientée selon la
direction a ou b, elle doit être vérifiée par la combinaison la plus défavorable qu’elle soit
due aux actions latérales agissant sur la face a ou la face b de la structure.
Par conséquent, les combinaisons de charges à prendre en compte pour la vérification de
ces poutres incorporées sont :

Combinaison de charges à l’ELU : Combinaison de charges à l’ELS :

1.35 ⋅ Gz + 1.50 ⋅ Qz G z + Qz

1.35 ⋅ G z + 1.50 ⋅ V r , y G z + Vr , y

{1.35 ⋅ G z [
+ 0 .9 ⋅ [1 .50 ⋅ Q z ]} et {0 .9 ⋅ 1 .50 ⋅ V r , y ]} {G z + 0 .9 ⋅ Q z } et {0 .9 ⋅ V r , y }

{1.35 ⋅ G z + 0.9 ⋅ (1.50 ⋅ Q z )} et {0.9 ⋅ (1.50 ⋅ V c , x )} {G z + 0 .9 ⋅ Q z } et {0 .9 ⋅ V c , x }

{1.35 ⋅ Gz + ψ ⋅ Qz } {Gz + ψ ⋅ Qz }
Les sollicitations qui en résultent sont :

M y , Sd M y , a , Sd M z , Sd
Moments fléchissants : et (*) et

N x , Sd
Sollicitation axiale :

V z , Sd
Effort tranchant :

(*) Moment sur appui intermédiaire, dans le cas d’une poutre continue.

2.3.2. Aspects typiques à l’ELU :

Par rapport aux équations citées au paragraphe de vérifications des poutres intérieures à
l’ELS, on affectera les modifications suivantes :
Résistance ultime en travée : la section transversale efficace de la poutre en travée doit être
vérifiée vis-à-vis de :

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 54


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

M y , Sd N x , Sd
L’interaction — :

 N 
2

M y , Sd ≤ M N , Rd = M y , Rd ⋅ 1 −   
x , Sd
 N  
  x , Rd   [EC3 § 5.4.8.1 (1)]

M y , Sd M z , Sd
L’interaction — :
M y , Sd M z , Sd fy
+ ≤
M y , Rd M z , Rd γM
[EC3 § 5.4.8.1 (11)]
Résistance ultime sur appui intermédiaire : La section transversale de la poutre sur appui
intermédiaire doit être vérifiée vis-à-vis de :
M y , Sd N x , Sd V z , Sd
L’interaction — — :

 N 
2

M y , Sd ≤ M N , Rd = M y , Rd ⋅ 1 −   
x , Sd
V z , Rd
V z , Sd ≤  N  
Si : 2    x , Rd   [EC3 § 5.4.9 (1)]

M y , Rd = M y , Rd { f y } V z , Rd = V z , Rd {f y }
Tel que : et

 N 
2

M y , Sd ≤ M N , Rd = M y , Rd ⋅ 1 −   
x , Sd
 N  
Sinon :   x , Rd   [EC3 § 5.4.9 (3)]

M y , Rd = M y , Rd {(1 − ρ ) ⋅ f y } V z , Rd = V z , Rd {(1 − ρ ) ⋅ f y }
Tel que : et
M y , Sd M z , Sd V z , Sd
L’interaction — — :
M y , Sd M z , Sd fy
+ ≤
M y , Rd M z , Rd γM
[EC3 § 5.4.8.1 (11)]

2.3.3. Aspects typiques à l’ELS :

Par rapport aux équations citées au paragraphe de vérifications des poutres


intérieures à l’ELS, on affectera les modifications suivantes :
Critère de flèche : en plus de la flèche verticale, une flèche latérale s’ajoutera à cause de
la charge de vent exercée latéralement sur la poutre incorporée. Cette flèche
supplémentaire doit être prise en compte pour la vérification de la flèche variable de la
façon suivante (cas des poutres isostatiques) :

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 55


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

2 2
 5 ⋅ Q ⋅ L4   5 ⋅ Vr ⋅ L4 
δ 2 =   +
  384 ⋅ E ⋅ I
 ≤ δ 2. max
 384 ⋅ E ⋅ I y   z 

Contraintes de service : dans l’expression de la contrainte résultante de service σ i dans la

semelle inférieure de la poutre incorporée, la contrainte σ x doit être augmentée de l’effet


M z , Sd N x , Sd
de la sollicitation ou de telle sorte à avoir l’effet le plus défavorable. Idem
pour la contrainte dans la semelle supérieure.

2.3.4. Charge accidentelle :

Pour les charges accidentelles on doit vérifier le déplacement l’ensemble de la structure en


considérant la Combinaison accidentelle : G+0.2Q+E

II. Dimensionnement des planchers :


La salle de congrès est composée de quatre niveaux : deux sous sol, rez de chaussée
et un étage. Ainsi en plus de la couverture en acier on a trois planchers à dimensionner.
Un plancher est composé de poutres maîtresses, et de poutres secondaires. Dans notre
cas ces poutres seront en acier incorporées aux planchers minces en béton précontraint à
âme alvéolée avec des poteaux métalliques munis d’une protection anti-feu. Etant
constructive, flexible et économique à travers ses performances techniques et sécuritaires;
cette solution conceptuelle associant entre ossature métallique et planchers minces à
poutres intégrées a pour objectif de donner la priorité à l’expression architecturale aussi
bien qu’à la notion de temps et du coût-rentabilité.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 56


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Figure III-
III-8- : Plan de coffrage des planchers

Résultat :
Les poutres sont soumises à une flexion simple, on adopte les profilés en SFB. On
considère que la charge transmise aux poutres est répartie linéairement. On a deux poutres
principales par trame qui reprennent chacune la moitié des charges.
Elles sont
nt ainsi soumises à :
2
-Poids du plancher Pplancher
ancher=3.55KN/m

Poids de la finition G=1,2KN/m2


-Poids
Surcharge d’exploitation Q=5KN/m2
-Surcharge

1. Exemple de calculs d’une poutre :


Puisque on a un plancher de même hauteur on a conservé le même profilé pour les
poutres. On a opté le même plan du coffrage pour tous les niveaux du bâtiment, les poutres
sont isostatiques avec des poteaux continus.
Soit la poutre ; la plus sollicitée de portée 9m,
m, et supporte des dalles alvéolées fabriquées
de 265mm de hauteur,, et de 9m
9m de portée (d’après le tableau de la SADET).
- Le moment fléchissant de calcul à mi-portée
mi :My.Sd=qL2/8=658.56KN.m
/8=658.56
- L’effort tranchant de calcul au niveau des
d appuis Vz.Sd=qL/2= 292.7 KN
1.1. Classification de la section transversale :
Pour l’aile supérieure : on a βrel=3.8<9
Le rapport largeur-épaisseur
épaisseur de l’aile satisfait la condition de la classe I.
Pour l’âme : en calculant ξrel=24.5<72

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 57


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Ce qui satisfait l’exigence de la classe 1, la semelle supérieure et l’âme satisfont toutes les
deux les exigences de la classe 1.
1.2. Résistance de la semelle inférieure :
L’épaisseur minimale de la semelle, nécessaire pour résister aux effets de la flexion
transversale à l’état limite ultime, est égale à :
tZ+2ty=1.24mm < tu=12mm
1.3 Résistance à la flexion à mi-portée :
Etant donné que la section transversale est classée comme plastique, on peut
adopter une répartition des contraintes plastiques. On vérifie la résistance à la flexion
transversale sur la semelle et la plaque inférieure.ces effets entrainent une réduction de
l’aire de semelle et de plaque inférieure disponible pour la flexion longitudinale.
On calcule le module de résistance plastique de la section transversal efficace Wpl .y
par rapport à la face supérieure de la plaque : Wpl.y=2495cm3
Ainsi le module de résistance plastique de la section transversale totale, non réduite,
s’avère être 2513cm3. La flexion transversale entraine donc une réduction de 0.6% de la
résistance à la flexion.
La capacité ultime de moment fléchissant de la section transversale est égale à :
Mcyrd= 808.57 KN.m> My.Sd=658.5 KN.m
1.4 Résistance au cisaillement au niveau des appuis :
On calcule la capacité ultime de cisaillement Vpl.zRd= 1478.94 KN >VzSd=292.7KN
1.5 Flèche :
La flèche totale est égale à : δ =57mm> δadm=30 mm
La poutre nécessite une contre flèche préalable de 30 mm.
La valeur limite des vibrations est 3Hz pour la fréquence naturelle minimale des
planchers sur lesquels des personnes se déplacent régulièrement.
La fréquence naturelle est : fe=9.98 Hz >3Hz. D’où la poutre satisfait la condition de
vibration
1.6. Déformation à l’état limite de service :
La combinaison de contraintes critique d’une poutre isostatique survient dans la fibre
extrême dans la partie inférieure de la semelle entre les soudures ou agissent une contrainte
de flexion longitudinal

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 58


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Au milieu de la plaque inférieure juste au dessous de la soudure, la contrainte de


flexion transversale σy est égale à zéro, mais la contrainte de cisaillement transversale τ est
maximale :
τ=2.85 N/mm2
Et σy=200.82 N /mm2
Ainsi aucune déformation plastique ne se produit.
1.7. Résistance à la torsion :
En cours de la construction, la situation peut temporairement devenir critique lorsque
les dalles sont posées sur un seul coté de la poutre.
Une charge linéaire q, égale à G*B/2, avec une excentricité de 185mm sur le profil.
Les contraintes de cisaillement, provoquées par les moments de torsion et de
gauchissement, sont extrêmes dans la semelle supérieure à proximité des appuis :
Mt,max=5.14 KN.m
Et Mw,max=0.25 KN.m
D’où τmax=9.58N/mm2 <<<fy/(1.1√3)=186N/mm2
Par conséquent la torsion au stade de la construction ne met pas la sécurité en jeu.
Conclusion : par la suite on optera des poutres SFB (HEM 240 +45012) avec des dalles
d’épaisseur 25cm et d’un poids de 355Kg/m2.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 59


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Chapitre IV :
Etude des poutres crémaillères et des pannes

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 60


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

I. POUTRES CREMAILLERES
La salle de congrès comprend deux plateaux, chacun est formé d’un ensemble de
gradins sur lesquels le public prend place.
Les gradins du plateau inférieur sont de deux catégories, la première catégorie (du niveau
-6.8m jusqu’au niveau -3.4 m), comporte des gradins posés directement sur une structure
en béton, alors que la deuxième catégorie est constituée d’un ensemble de gradins posés
sur des poutres crémaillères métalliques.
Les gradins du plateau supérieur s’appuient sur des poutres crémaillères métalliques.
L’objectif de cette partie est l’étude des poutres crémaillères qui fonctionnent comme
support des gradins.

Figure IV-
IV-1 : vue des plateaux de la salle de congrès
congr s

1. Description générale de la structure porteuse des gradins :


Les schémas suivants décrivent la disposition des poutres crémaillères des
différents niveaux.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 61


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Les crémaillères inférieures


s’appuient sur les poteaux (1) et (2),
elles sont continues du niveau -3.4 m,
jusque niveau +0.55 m, les poteaux
(1) s’arrêtent au niveau -3.4m alors
que les poteaux (2) s’arrêtent au
niveau +0.55 m.

Figure IV-
IV-2 : vue des crémaill
cr maillères
maill res inférieures
inf rieures

Les crémaillères supérieures


sont des poutres continues de deux
travées, la première s’appuie sur
les poteaux (3) et (4) alors que la
deuxième travée est une console.
Les poteaux (3) s’arrêtent au
niveau 14.54m, tandis les poteaux
(4) s’arrêtent au niveau 19.38 m.

Figure IV-
IV-3: vue des crémaill
cr maillères
maill res supérieures
sup rieures

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 62


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Crémaillère supérieure Poteau 4

Poteau 3
Crémaillère inférieure

Poteau 5

Poteau 2

Poteau 1

Figure IV-
IV-4 : Coupe transversale (A-
(A-A) du bâtiment
b timent

2. Système structurale des poutres crémaillères


Les crémaillères inférieures sont sollicitées en flexion composée, elles s’appuient sur
les poteaux (1) et (2) par l’intermédiaire d’un appui double (fixe).
L’appui double des poutres crémaillères assure la stabilité des celles-ci, il est plus
simple à réaliser et plus économique.
Les poutres crémaillères supérieures sont des poutres continues sollicitées en flexion
composée, elles s’appuient sur les poteaux (3) et (4), un appui double est suffisant pour
assurer leur stabilité, et aussi, par ce mode d’appui, on évite de créer un moment
d’encastrement aux poteaux qui serait onéreux pour l’exécution.

3. Chargement appliqué sur les poutres crémaillères.


Charges permanentes :
Les charges permanentes résultent du poids propre des gradins en bois et du
revêtement :
Poids propre des gradins en bois : 6,85 KN /m3
Revêtement et accessoires : 0,25 KN /m²

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 63


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Charges d’exploitations:
Les charges d’exploitation agissant sur les éléments sont déterminées selon la NF P
06-001, Bases de calcul des constructions Charges d’exploitation des bâtiments.
On retiendra principalement : Tribunes (places assises), circulations principales : 5kN/m2.
4. Dimensionnement des poutres crémaillères selon l’EUROCODE.

Les poutres crémaillères sont inclinées, vu qu’elles sont soumises à des actions
permanentes et d’exploitations verticales, elles sont alors sollicitées en flexion composée.
Le diagramme des moments obtenus par la combinaison la plus défavorable des poutres
crémaillères est le suivant :
Les moments sont exprimés en daN .m

Figure IV-
IV-5 : Diagramme des moments des crémaill
cr maillères
maill res inférieures
inf rieures

FigureIV
FigureIV-
IV-6 : Diagramme des moments des crémaill
cr maillères
maill res supérieures
sup rieures

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 64


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Le tableau suivant résume les profilés des crémaillères retrouvé après calcul :

Profilé Résistance Flèche Déversement flambement


Crémaillères
HEB 450 ☑ ☑ ☑ ☑
inférieures
Crémaillères
PRS ☑ ☑ ☑ ☑
supérieures
Tableau IV-
IV-1: dimensions des poutres crémaill
cr maillères
maill res

La figure suivante décrit la géométrie de la poutre crémaillère en PRS :

Figure IV-
IV-7 : La section des crémaill
cr maillères
maill res en PRS
[Crémaill
[Cr maillère
maill re supérieures]
sup rieures]

barres dimensions Origine Extrémité

Barre 1 b (cm) 40 40

h(cm) 50 50

tw(cm) 2.5 2.5

tf(cm) 4.5 4.5

Barre 2 b (cm) 40 40

h(cm) 50 120

tw(cm) 2.5 2.5

tf(cm) 4.5 4.5

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 65


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Barre 3 b (cm) 40 40

h(cm) 120 50

tw(cm) 2.5 2.5

tf(cm) 4.5 4.5

Barre 4 b (cm) 40 40

h(cm) 50 50

tw(cm) 2.5 2.5

tf(cm) 4.5 4.5


Tableau IV-
IV-2 : dimensions des crémaill
cr maillères
maill res en PRS

5. Dimensionnement des poteaux interne selon l’EUROCODE.

Les poteaux d'une ossature métallique sont destinés à transmettre les charges verticales
d'un plancher à l'autre vers l'infrastructure ou les fondations.
Pour la présente étude, les poteaux supportent les charges des planchers, néanmoins, les
crémaillères sont appuyées en tête des poteaux, ainsi ces derniers sont sollicités en
flexion composées.
Pour leur dimensionnement on doit vérifier en plus de la résistance, le déplacement en
tête des poteaux.
Les crémaillères inferieures ne transmettent que des charges verticales aux poteaux (1) et
(2), tandis que les crémaillères supérieures transmettent un moment de flexion
important en tête des poteaux (3), ces derniers supportent aussi les charges verticales
du plancher.
Les poteaux (5) ne supportent que des charges verticales alors ils sont sollicités en pur
compression.
Le dimensionnement des poteaux est fait à l’aide du logiciel Robobat, les résultats
obtenus représentés sur la figure suivante :

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 66


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Figure IV-
IV-8: sections des poteaux internes

II. PANNES
1. Rôle et conception

Les pannes sont des éléments posés sur la toiture, ils servent à supporter la
couverture d’un bâtiment, et à assurer le transfert des actions appliquées à celle-ci, à la
structure principale. Elles se posent directement au dessus des traverses et reçoivent des
charges donnant lieu à une flexion déviée.

Les actions que transmettent les pannes en générales sont :

Le poids propre de la couverture, des pannes et de leurs accessoires.


Le poids propre des équipements mise en place en toitures.
Les charges d’entretien en toitures.
Les charges d’exploitation suspendues à l’intérieur.
Les charges climatiques.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 67


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Panne

Figure IV-
IV-9 : les pannes

Pour les profilés des pannes, il existe un certain nombre de profilés utilisables sur le
marché : les profilés IPE, les profilés laminés à froid à section en Z et en C.

Les pannes sont dimensionnées pour avoir une déformation limitée et une
résistance suffisante en flexion sous les combinaisons les plus défavorables de ces charges.

Figure IV-
IV-10 : emplacement des pannes sur le versant

Les espacements entre les pannes sont fonction de type des bacs de couverture et
leurs portées sont définies par l’entraxe des traverses.
On préfère de faibles espacements entre pannes, pour les raisons de facilité
d’assemblages. Dans notre cas la pente est très faible (5%) donc les pannes sont sollicitées
en flexion légèrement déviée.
La couverture utilisée permet de choisir un espacement de 2 m entre les panne ainsi la
disposition des panne serai la suivante :

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 68


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Figure IV-
IV-11:r
11:répartition
:r partition des pannes sur la toiture

2m

Figure IV-
IV-12:r
12:répartition
:r partition des pannes sur le portique

2. Assemblage des pannes


La fonction de ces assemblages est de transmettre les actions appliquées à la toiture à
la structure principale.

La liaison panne traverse peut être réalisée :

• Soit par boulonnage direct de la semelle inférieure de la panne sur la semelle


supérieure de la poutre principale (traverse de portique en général).
• Soit par l'intermédiaire d'une échantignole, simple ou double.
• Soit par doubles cornière âme de panne sur âme de poutre principale.

L’assemblage par échantignole est le plus utilisé car elle permet un montage facile
tout en donnant la raideur nécessaire à l'attache vis-à-vis des efforts parallèles au versant.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 69


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

De plus, dans le cas des pannes minces, elle évite le problème d'écrasement de l'âme sur
appui.

L’échantignole est réalisée au moyen d'un plat plié ; elle est dimensionnée en flexion
sous l'effet de l'effort de soulèvement et de l'effort suivant versant.

.Assemblage par
échantignole simple

Assemblage par
échantignole double (raidie
ou non): le nombre de
surfaces cisaillées
augmente ce qui permet de
transmettre des efforts plus
importants.

Tableau IV-
IV-3: Types d’assemblages
d assemblages des pannes

3. Charges sur les pannes


Suite à la pente des versants, les pannes sont soumises à une flexion légèrement
déviée.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 70


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

• Charges climatiques
L’action du vent reprise par les pannes est celle qui agit sur la toiture. Sa valeur est
déterminée au chapitre chargement et vaut 51,3daN/m².
• Charges permanentes
Couverture : bac acier, isolation et étanchéité 30Kg /m².
Poids propre des pannes.
• Surcharges d’exploitation
Poussière : 20 Kg/m²
Surcharge de montage équivalente à deux charges concentrées de 100 kg chacune
situées à 1/3 et 2/3 de la portée de la panne.

4. Dimensionnement selon l’EUROCODE3 des pannes support de la


toiture

A fin de déterminer la charge permanente, il faut pré-dimensionner les pannes, on


utilise la règle de bonne pratique L/12 on obtient un profilé qui n’est pas économique,
donc on commence avec un IPE 140.

4.1 Vérification à l’état limite service.

La flèche admissible f56 =L/200

Avec L=8m alors f56 =4cm.

profilé Flèche vérification


IPE 140 4,1 cm ✘
IPE160 2.4cm ☑

Tableau VI-
VI-4: Vérification
V rification de la flèche
fl che des pannes

4.2 Vérification de l’état limite ultime

La combinaison la plus défavorable est 1,35 G+1,35 (Q’+Q)

My.Sd=1608,14 daN.m et Mz.Sd=64 daN.m

Vz.Sd=760 daN et Vy.Sd=33 daN

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 71


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

My.Sd et Mz.Sd sont le moment fléchissant suivant l’axe z et l’axe y respectivement.

Vz.Sd et Vy.Sd sont l’effort tranchant suivant l’axe y et l’axe z respectivement.

4.2.1. Classification de la section transversale.

D’après la classification des sections transversales (EUROCODE 3) l’IPE 160 est de


classe 1

Remarque :

Les profilés laminés de calibres inférieurs ou égales à l’IPE 200, sont généralement
d’une section de classe 1.

4.2.2. Vérification de la section transversale au cisaillement

Pour les éléments soumis à un effort tranchant, il faut vérifier que :

V8.:6 ; V<=8.>6 et V?.:6 ; V<=?.>6


Avec :
V<=8.>6 , V<=?.>6 : résistances de calcul au cisaillement plastique selon les axes z
et y respectivement

On a V<=8.>6  11914,9 daN et V<=?.>6  15832,30 daN

Donc la condition est vérifiée.

4.2.3. Stabilité des âmes sous IJ.KL

On a pour un IPE 160 dNt 0 69. ε donc on ne vérifie pas la condition de stabilité de
M

l’âme.

d : Hauteur de l’âme.

t M : Épaisseur de l’âme.

ε  O235/f?

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 72


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

4.2.4. Vérification à la flexion

Pour les éléments soumis à des moments fléchissant biaxiaux M8.:6 et M?.:6, les
valeurs de calcul de ses deux éléments doivent satisfaire la condition suivante :

α β
T Z T Z
M?.:6 M8.:6
S Y S Y ;1
W . f
S <=.? ? Y W . f
S <=.8 ? Y
R VW X
γ R γVW X
Avec :

- W<=.? et W<=.8 : Modules de résistance plastique selon les axes (Oy) et (Oz) ;
- Profils en I[ α  2 et β  1.
Le profilé IPE 160 on a Wpl.y=123,9*103mm3 et Wpl.z=26*103mm3
M?.:6 M8.:6
  0,494 ; 1
W<=.? . f? W<=.8 . f?
γV\ γV\

La condition est alors vérifiée.

4.2.5. Stabilité au déversement

La semelle supérieure est comprimée sous l’action des charges verticales


descendantes est susceptible de déverser. Vu quelle est fixée à la toiture il n’y a donc pas
risque de déversement.
Pour la semelle inférieure, elle est comprimée sous l’action du vent de soulèvement est
susceptible de déverser du moment qu’elle est libre tout au long de sa portée.
La formule de vérification est la suivante :

M?.:6 ; M].>6
Avec :

M?.:6 : Le moment de soulèvement le plus défavorable

M].>6 : Moment résistant au flambement de calcul des éléments fléchis


Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 73
Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

La combinaison qui donne le moment de soulèvement le plus défavorable

G+1,5 V

Ce qui donne M?.:6  ^625 daN. m

Pour l’IPE 160 on trouve

M].>6  704 daN. m


Donc il n’y a pas de risque de déversement.

4.2.6. Résistance des sections transversales à ( IKL , `KL

On a V8.:6 ; 0,5. V<=8.>6 et V?.:6 ; 0,5. V<=?.>6

Donc aucune réduction des moments résistant n’est nécessaire.

5. Calcul des pannes minces laminées à froid

5.1. Généralités

Les pannes minces formées à froid sont généralement réalisées par profilage à partir
d’une tôle en acier, processus de fabrication qui permet d’obtenir une grande variété de
formes. Cependant les principales formes de section utilisées pour les pannes sont les
Sigma et les Zed.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 74


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Figure IV-
IV-13:
13: les sections les plus utilisées
utilis es

des profilés
profil s formés
form s a froid

Pour les Sigma et les Zed, les gammes de hauteur et d’épaisseur sont à peu près les
mêmes :

 Hauteur H de la section comprise entre 140 et 350 mm

 Epaisseur de la tôle profilée comprise entre 1,5 et 4 mm

La largeur de la semelle b est souvent de l’ordre de 70 mm. On note que pour les
pannes Zed, les largeurs de la semelle supérieure et de la semelle inférieure diffèrent
légèrement pour permettre la mise en continuité des pannes par emboîtement.

5.2. Méthode générale de dimensionnement:


Dans cette partie, on s’intéresse au dimensionnement d’une panne en Z de portées
arrivant à 8a, les calculs seront menés conformément à la partie 1-3 de l’Eurocode 3,
concernant « les Règles supplémentaires pour les profilés et plaques à parois minces
formés à froid ».La prise en considération des différentes contraintes inhérentes à
l’exécution des pannes continues, nous mène à traiter uniquement le cas d’une panne
isostatique avec ou sans liernes. Selon le même Eurocode, notre construction est de
bccd 2, c-à-d que c’est une construction dans laquelle des profilés et plaques à parois
minces formés à froid, sont calculés pour contribuer à la résistance et à la stabilité
d’éléments structuraux individuels.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 75


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Principe de dimensionnement :

La résistance des sections doit être faite selon les deux formules suivantes :

ef,gh lf
; pour la semelle maintenue;
ijkk,f mn

ef,gh eko,gh lf
 ; pour la semelle libre.
ijkk,f iko mn

Les contraintes de compression seront considérées positives ; celles de traction


négatives.

La stabilité de la semelle libre au milieu de la travée en cas de charge ascendante doit


être vérifiée selon la formule suivante :

1 ef,gh eko,gh lf
 ;
p ijkk,f iko mn\

Dans ce qui précède :

– ef,gh est le moment de flexion dans le plan,


– ijkk,f est le module de résistance efficace de la section transversale pour la flexion
selon y-y.
– eko,gh est le moment de flexion dans la semelle libre dû à la charge latérale,
– iko est le module e résistance élastique brut de la semelle libre plus 1/6 de la
hauteur de l’âme, pour la flexion selon l’axe z-z.
– p est le coefficient de réduction pour le flambement par flexion de la semelle libre.

Le moment eko,gh est calculé sur la base d’une charge latérale fictive q,rh,s résultant
de la flexion latérale et la torsion. La semelle libre étant considérée comme une poutre sur
une fondation élastique de raideur
. Ce phénomène n’intéresse que la semelle libre et une
partie de l’âme de hauteur ⁄6 , étant la hauteur du profilé.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 76


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Figure IV-
IV-14:
14: modélisation
mod lisation des profilés
profil s laminés
lamin s à froid

Considérons le profilé TR-250/2,8 dont le poids est :

Tout calcul fait on trouve : iko  8,156bau

ijkk,f  84,73bau

Selon§ 10.1.4.21 , et en introduisant une notation de contrainte amplifiée par le


flambement vr,w,xh,y,z dans la semelle inférieure, la condition à vérifier est :

1 ef,w,gh,z eko,w,gh,z lf
vr,w,xh,y,z   ;
pz ijkk,f, iko, mn

On obtient : vr,w,xh,y,z  36,6 {|/aa2 } 35 {|/aa2

Donc il ya un risque de flambement. La variante des pannes isostatiques sans liernes


est donc rejetée du fait du flambage de la semelle libre sous charges ascendantes de
soulèvement du vent.

L’examen des cas de pannes avec liernes suggère que pour se mettre en sécurité il est
convenable de passer à deux liernes par travée.Les calculs qui vont être développés par la
suite montreront que ce choix est judicieux. Les vérifications à faire sont les mêmes que
précédemment.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 77


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

La flèche garde la même valeur. La contrainte au niveau de la fibre supérieure reste


aussi inchangée. Les modifications intéresseront par contre la contrainte de flexion et le
flambement (cas des charges ascendantes) dans la semelle libre.

Le seul changement à opérer est au niveau de la distance entre liernes. En effet, ~ change
de valeur, et on a désormais :

~  ~/3

Ainsi le critère de flambement est bien vérifié.

Conclusion :
D’après les résultats précédents on s’aperçoit que la variante des pannes en Zed
choisies -€250/2,8-est satisfaisante.Les critères de dimensionnement sont remplies avec
l’ajout des liernes, cette option étant, par ailleurs, recommandée dans les pratiques
courantes des chantiers, tant qu’elle facilite les travaux d’exécution et la mise en place de
ces pannes. Avec deux liernes par travée on se tient bien en sécurité contre l’instabilité
due au flambement.

Le critère de déformation est déterminant pour les pannes, les profilés formés à froid
ont une inertie très grande avec un poids faible par rapport au profilé IPE, les différents
sections des différents profilés vérifiant les conditions des pannes supérieures sont dans le
tableau ci-dessous :

profilés Poids (Kg/ml) Flèche (cm)


IPE 160 15,8 2.4
Z (TR-250/2,8) 9,62 1,9
Tableau IV-
IV-5: Profiles adoptés
adopt s pour les pannes

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 78


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Chapitre V :
Etude des variantes du portique

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 79


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

I. PRESENTATION DU LOGICIEL ROBOT


MILLENIUM

Robot Millenium est un logiciel de calcul des structures permettant de pré


dimensionner, de calculer et de vérifier tout type de structure, en bois, en béton armé ou en
acier.
Il s’appuie pour cela sur un maillage en éléments finis automatique, des modules
métiers par matériaux et des solveurs mathématiques.
Parmi ses Principales évolutions on cite : nouveaux types de profilés (caisson II, profilés
T et U), nouveaux types d’orthotropie pour plaques et coques orthotropes. Génération
automatique des ferraillages des poutres, modifications possibles des armatures
longitudinales et transversales mise à jour des règlements et normes, dimensionnement et
vérification des barres à plusieurs membrures suivant l’EC3 ; c’est d’ailleurs l’un des
points forts de ce logiciel c’est qu’il gère de multiples normes internationales, différentes
unités de mesure et de multiples langues (français, anglais, roumain, espagnol, hollandais,
russe…), ce qui facilite grandement la réalisation de projets internationaux.
Logiciel de calcul permettant la conception de structures en acier par excellence.
Pour notre cas de structure, on a utilisé le module portique plan pour dimensionner la
structure et le module spatial pour vérifier la stabilité globale.

L’affaire optée

Figure V-
V-1 : modules
modules de ROBOBAT

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 80


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

II. ETUDES DES VARIANTES


1. Evaluation des charges sur les traverses
Les charges que reprennent les traverses sont :
Charges permanentes
Couverture en bacs d’acier+étanchéité+ isolation : 30kg/m2
Isolation et faux plafond : 100kg/m2
Peau suspendu : 250kg/m2
Poids propre des pannes
Surcharges
Surcharges d’exploitation : 250 kg/m²
Accumulation de la poussière : 20Kg/m²
Charges climatiques (vent) et charges sismiques explicitées au chapitre
chargement.
2. Solutions à âmes pleines.
Dans un premier temps, on utilisera pour les portiques des profilés laminés afin
d’étudier le diagramme des moments.
Le diagramme des moments sous la combinaison la plus défavorables est le suivant :

-932663.11daN.m -932663.11daN.m

453058.7daN.m

223966.23daN.m 223966.23daN.m

-15240.32daN.m -15240.32daN.m

Figure V-2: Diagramme des moments du portique

L’analyse du diagramme des moments montre que les sections les plus sollicitées
sont ceux qui se trouvent à la jonction entre poteaux et traverse.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 81


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

2.1. Traverse à inertie constante

D’après le diagramme des moments obtenu, le moment négatif aux niveaux des
appuis est le plus important .Dans un souci d’optimisation, on utilisera les jarrets 0.2L,
soit 4.2m à extrémités inférieures et supérieures des traverses, ce qui nous permet
d’augmenter les sections aux niveaux de la jonction entre les poteaux et la traverse .Cette
solution est plus économique que d’adopter pour une section dimensionnée par le moment
négatif le plus grand.

L=420cm

H=55cm

Figure V-3: Section des jarrets

Afin de limiter le déversement des traverses, celles-ci seront maintenues par des
bracons tous les 2m.

Bracon de stabilité

Figure V-4: Bracon de stabilité


stabilit des traverses

Une compression considérable dans l’une des semelles d’une poutre en flexion, peut
induire au déversement de celles-là. Comme pour les autres phénomènes d’instabilité, le
risque de déversement dans une structure soumise aux charges pondérées les plus
défavorables doit être prémuni.
Pour les semelles supérieures la longueur de déversement correspond aux écartements
entre les pannes, par contre dans les zones de moment de flexion négatif, l’aile inférieure
comprimée peut déverser car elle n’est pas retenue. Pour résoudre ce problème, on place
souvent des bracons. Ce point fixe réduit la longueur de déversement.
Les bracons seront fixer à 2m.

En ce qui concerne le dimensionnement des poteaux, c’est le phénomène du


flambement qui est déterminant presque dans tous les cas. Contrairement aux barres, qui

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 82


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

peuvent supporter l’augmentation des charges sans perte de résistance, les poteaux perdent
toute rigidité quand la charge du flambement est atteinte, l’équilibre devient instable, la
déformation augmente et la capacité portante des poteaux devient de plus en plus faible.
C’est un phénomène rapidement destructif, d’où la nécessité d’être très méfiant lors de
l’introduction des paramètres de flambement au logiciel.
Aucun profilé laminé n’a pu satisfaire toutes les conditions, donc il faut utiliser les
profilés reconstitués soudés.

Après dimensionnement on obtient le profilé suivant :

Figure V-5: Variante 1

barres dimensions Origine extrémité

b (cm) 30 30

h (cm) 110 110


traverse
tw(cm) 1.5 1.5

tf(cm) 4 4

b (cm) 40 40

h (cm) 120 80
poteau
tw (cm) 2.5 2.5

tf (cm) 4.5 4.5

Tableau V-1: Variante 1.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 83


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Poids total (tonne)


traverses 92.35
poteaux 164.45
Tableau V-2 : poids de la variante 1.

2.2. Traverse à inertie variable

De façon à optimiser les sections, on choisit les profilés dont les caractéristiques
d’inertie permettent de suivre au mieux les variations du diagramme du moment de
flexion.
La longueur de déversement est aussi limitée par les bracons disposés à chaque 2m.
Le profilé obtenu est le suivant :

Tronçon1: 8.5 m Tronçon2: 12.53m Tronçon2: 12.53m Tronçon1: 8.5 m

Figure V-6: Variante 2

barres dimensions Origine extrémité

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 84


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

b (cm) 40 40

h(cm) 130 100


Tronçon 1
tw(cm) 2.5 2.5

traverse
tf(cm) 4.5 4.5

b (cm) 40 40

h(cm) 100 100


Tronçon 2
tw(cm) 1.5 1.5

tf(cm) 4 4

b (cm) 40 40

h(cm) 125 80
poteau

tw(cm) 2.5 2.5

tf(cm) 4.5 4.5

Tableau V-
V-3 : Variante 2

Poids total (tonne)


Traverse 93.6
Poteau 166.13
Tableau V-4 : Poids variante 2

3. Solution en treillis

Le treillis est constitué de barres assemblées par leurs extrémités à des membrures,
ainsi aucun des éléments ne se prolonge au delà des points de liaison.
Les formules de bonnes pratiques proposent une hauteur de treillis de h=L/12, soit 3.5m,
ce qui représente une hauteur suffisante pour contenir les passerelles.
Les barres de treillis supportent mal les forces latérales, pour cette raison les charges
doivent s’appliquer sur les nœuds et non pas sur l’élément lui-même. On a installé un
système de tablier qui transmet les charges aux nœuds, par l’intermédiaire des pannes
support de toiture et d’un système de poutrelle assemblé au nœud de la membrure
inférieures.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 85


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Système de
poutrelles

Figure V-7 : système


syst me de poutrelles

Les fermes sont fortement sollicitées, c’est pour cette raison qu’on a choisi les HEB
pour la membrure supérieure et inférieure, et des HEA pour les diagonales et les mentons,
et aussi pour faciliter les assemblages entre les différents éléments.
Les fermes sont encastrées aux poteaux au moyen d’un couple de force dont le
moment est assimilé au moment d’encastrement, et les assemblages entre les barres du
treillis sont des articulations.
On a disposé les pannes avec un espacement de 2 m, donc la distance entre les
mentons sont aussi espacés de 2m et mise directement au dessous des pannes, puisque les
efforts transmis par les pannes doivent s’appliquer aux nœuds du treillis.

Figure V-8: variante 3

Le portique alors aura la forme suivante :

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 86


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Figure V-9 : portique avec traverse en treillis

On a prévue des fermes en forme de croix de Saint-André, appelés ciseaux, placés


dans les combles, pour assurer la stabilité des fermes.

Figure V-10:
10: Ciseaux de contreventement
Ciseaux de
contreventement

Figure V-11:
11: vue en perspective des ciseaux
de contreventement

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 87


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Sur le tableau suivant on retrouve les différents profilés, qui vérifient les
conditions de résistance et de flèches :

profilé poids linéaire longueur Poids


(Kg /m) totale (m) (tonne)
menton HEA240 60,3 311,94 18,80
diagonale HEA280 76,4 404,26 30,88
membrure supérieure HEB300 117 231,86 27,12
membrure inférieure HEB500 187 231,6 43,30
Poids total (tonne) 120,132
Tableau V-5: dimensions des traverses du portique en treillis

Pour les poteaux, le profilé retenu est le suivant :

dimensions Origine extrémité Poids total


(tonne)

b (cm) 40 40

h(cm) 125 80
164.45
tw(cm) 2.5 2.5

tf(cm) 4.5 4.5

Tableau V-6: dimensions des poteaux du portique en treillis

Système de poutrelles

Le mode d’attache des passerelles et du faux plafond de la salle dépend


essentiellement de la variante choisie des traverses.

Pour la variante traverse à âme pleine (à inertie variable ou constante) et la variante


traverse à âme évidée, les passerelles et le faux plafond seront suspendues, alors que pour
la variante en treillis, ces éléments seront supportés par un système de poutrelles,
dimensionné de la même façon que les pannes, vu qu’il est principalement sollicité en
flexion.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 88


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Passerelles

Système de poutrelles

Figure V-12:
12: vue en perspective des passerelles.

Ces poutrelles supportent :

Charges permanentes

 Passerelles : 150 Kg /m²


 Faux plafond et isolation : 100 Kg /m²

Surcharges d’exploitation
 Surcharge : 250 Kg /m²
 Surcharge de montage équivalente à deux charges concentrées de 100 kg chacune
situées à 1/3 et 2/3 de la portée de la panne.

Dimensionnement selon l’EUROCODE3 du système de poutrelle.

Vérification à l’état limite service

Les poutrelles supportent les passerelles suspendues et le faux plafond, ses éléments
n’admettent pas une flèche excessive, c’est pour cette raison qu’on limite la flèche
admissible à f56 =L/500.

Avec L=8 m alors f56 =1.63 cm.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 89


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

profilé Flèche vérification


HEM220 2.5 cm ✘
HEM240 1.5 cm ☑

Tableau V-7 : Vérification


V rification de la flèche
fl che du système
syst me de poutrelles

Vérification de l’état limite ultime.

En suivant la même procédure de calcul que les pannes de toitures, on trouve que le
profil adéquat est HEB 240

HEM 240
Vérification de la section transversale au ☑
cisaillement
Stabilité au déversement ☑
Résistance des sections transversales ☑

Tableau V-8: Vérification


V rification à l’état
tat limite ultime du système
syst me de poutrelles

4. Solution en poutre alvéolaire.

Le moment maximal positif est 708895.74daN.m, qui correspond à un module


d’inertie de 30165.8 cm3, aucun profilé de ceux proposé au catalogue Grunbauer BV ne
possède un module d’inertie supérieure ou égale à cette valeur.
Le plus grand module d’inertie proposé est de 25603 cm3, correspondant à un HEM1000
de hauteur 1712mm, on remarque que c’est une hauteur considérable.
Plus la hauteur des évidements est grande, plus le module d’inertie est faible, donc
ces poutres peuvent être très utile aux cas où on a besoin d’augmenter l’inertie, c’est-à-dire
lorsque c’est la condition de flèche qui est déterminante.
Le module d’inertie reste le même pour les sections non évidées, les résultats obtenus
des PRS, montrent que les traverses sont dimensionnées plutôt par la condition de
résistance et non pas par celle de déformation. Par conséquent, on a conclut que cette
variante ne s’adapte pas à notre projet.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 90


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

III. COMPARAISON DES VARIANTES


Comme il est connu, l’optimisation des structures est d’ores, c’est la préoccupation
de tout concepteur. Tout ingénieur doit mener une procédure distinct et éloquente afin
d’obtenir les meilleurs résultats possibles par des actions adaptées.
Quand on parle de l’optimisation d’une structure, il ne s’agit pas d’optimiser quelques
composantes sélectionnées ; comme, par exemple chercher des dimensions minimales
appropriées pour que la section réponde aux exigences de la norme de conception ou
essayer de trouver le nombre minimal de boulons à utiliser pour un assemblage déterminé.
Quoique tous les éléments structurels soient conçus aussi optimaux que possible, il n’en
résulte pas automatiquement que l’ensemble de la structure est optimal, par exemple quand
on la considère du point de vue des frais de matériel, du temps de construction nécessaire,
des frais de main-d’œuvre, etc.
On ne trouve la conception optimale d’une structure qu’après avoir soigneusement
défini la fonction cible en plus d’un ensemble paramètres et essayer de comparer de
nombreuses variantes.
Sur le plan esthétique, les fermes à âme pleine sont acceptables cependant elle ne
permet pas de contenir les passerelles, avantage que possède la structure en treillis.
Pour le coût de revient, le tableau suivant regroupe les couts de chaque variante :

Variante Poids total (kg) Prix par unité de Coût total( Dhs)
poids(Dh
/kg)
PRS à inertie 256800 35 8988000
constante
avec renfort
PRS à inertie 259730 35 9090550
variable
treillis 284582 20 5691640

Tableau V-9 : estimation des coûts


co ts des différentes
diff rentes variantes

Le poids les profilé PRS est bien plus faible que le treillis, mais la disponibilité des
barres de treillis au marché fait que ce dernier est moins cher que les PRS.
Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 91
Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Des fermes ont treillis aussi plus rigide, acceptable du point de vue architectural
surtout qu’ils peuvent contenir les passerelles, de ce fait, on a jugé que la structure ferme
en treillis est la plus optimal.

IV. CONTREVENTEMENT
Le contreventement doit assurer la stabilité du bâtiment vis à vis des efforts
horizontaux dus aux charges du vent et éventuellement aux actions sismiques en plus de
limiter les déformations de la structure.
Le contreventement de la toiture est réalisé par un système de triangulations
appelées poutres au vent.
Dans le sens longitudinal, les poutres au vent reçoivent les efforts horizontaux et les
transmettent aux portiques chargés de les acheminer vers les fondations, ces cadres
résistent grâce à leur grande hyperstaticité.

Figure V-13:
13: système
syst me de contreventement horizontal
horizontal

Les efforts en question n’ont pas de direction préférentielle, ils peuvent émaner de
n’importe quel côté du bâtiment, ce qui mène à envisager des poutres au vent de chaque
côté.
Pour le cas du contreventement transversal le cheminement des efforts se fait grâce
aux palées de stabilités implantées dans différentes fils de poteaux. Les palées de St-André
sont les plus communes dans les bâtiments courants cependant.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 92


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Figure V-14:
14: Contreventement horizontal

Figure V-15:
15: Palées
Pal es de stabilité
stabilit

Les résultats du dimensionnements du système de contreventements obtenues par


le logiciel sont comme suit :

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 93


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

− Les sections retenues pour les contreventements de la toiture sont des L 135/135/5.
− Les sections retenues pour les palées de stabilité sont des L 150/150/5.
Les ciseaux de contreventement vertical reprennent 2% de l’effort maximale pondéré
des membrures.

Figure V-16:
16: ciseaux de contreventement vertical.

Le profilé retenu pour les ciseaux : L 120x8.

V. ETUDE SISMIQUE:
En ce qui concerne l’effet du séisme on donne ci-dessous les résultats trouvés à l’aide
de ROBOT sur l’analyse modale, les forces pseudo statiques ainsi que le déplacement
engendré par le séisme

1. L’analyse modale
Fréquence Masses Masses Cumulées
mode Période [sec]
[Hz] Cumulées UX [%] UY [%]
1 0,71 1,41 0 14,37
2 0,77 1,3 0 14,37
3 0,95 1,05 0 15,87
4 1,32 0,76 0,42 15,87
5 1,38 0,72 78,67 15,87
6 1,5 0,67 78,67 77,73
7 1,89 0,53 78,67 77,76
8 2,12 0,47 78,67 77,9
9 2,26 0,44 79,26 77,91
10 2,32 0,43 79,31 77,91

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 94


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

11 2,49 0,4 79,31 80,78


12 2,54 0,39 79,31 80,78
13 2,57 0,39 79,31 80,78
14 2,57 0,39 79,31 80,78
15 2,59 0,39 79,31 80,78
16 2,6 0,38 79,32 80,78
17 2,6 0,38 79,32 80,78
18 2,6 0,38 79,32 80,78
19 2,63 0,38 79,32 80,78
20 2,63 0,38 79,32 80,78
21 2,66 0,38 79,32 80,78
22 2,66 0,38 79,32 80,78
23 2,7 0,37 79,32 80,78
24 2,7 0,37 79,32 80,78
25 2,7 0,37 79,32 86,03
26 2,73 0,37 79,32 86,03
27 2,73 0,37 79,32 86,03
28 2,76 0,36 79,32 86,03
29 2,76 0,36 79,32 86,03
30 2,76 0,36 79,32 88,33
31 2,79 0,36 79,32 88,33
32 2,79 0,36 79,32 88,33
33 2,82 0,35 79,32 88,33
34 2,82 0,35 79,32 88,33
35 3,04 0,33 79,37 88,33
36 3,06 0,33 79,37 88,41
37 3,24 0,31 80,16 88,41
38 3,28 0,3 80,16 88,42
39 3,43 0,29 80,16 88,42
40 3,48 0,29 80,16 88,42
41 3,48 0,29 80,16 88,42
42 3,53 0,28 80,16 88,42
43 3,53 0,28 80,16 88,42
44 3,58 0,28 80,16 88,42
45 3,58 0,28 80,16 88,42
46 3,61 0,28 80,16 88,42
47 3,61 0,28 80,16 89,02
48 3,63 0,28 80,16 89,02
49 3,63 0,28 80,16 89,02
50 3,67 0,27 80,16 89,02
51 3,68 0,27 80,16 89,02
52 3,73 0,27 80,16 89,02
53 3,73 0,27 80,16 89,02

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 95


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

54 3,74 0,27 80,16 89,02


55 3,75 0,27 80,16 89,02
56 3,77 0,27 80,16 89,02
57 3,77 0,27 80,16 89,02
58 3,78 0,26 80,16 89,02
59 3,79 0,26 80,16 89,02
60 3,8 0,26 80,17 89,04
61 3,8 0,26 80,17 89,04
62 3,81 0,26 80,17 89,04
63 3,82 0,26 80,17 92,61
64 3,82 0,26 80,17 92,61
65 3,83 0,26 80,17 92,61
66 3,83 0,26 80,17 93,31
67 3,85 0,26 80,17 93,31
68 3,89 0,26 80,17 93,31
69 3,91 0,26 80,17 93,31
70 3,91 0,26 80,17 93,31
71 3,94 0,25 80,17 93,31
72 3,95 0,25 80,67 93,31
73 3,97 0,25 80,67 93,31
74 4,03 0,25 80,67 93,31
75 4,06 0,25 80,67 93,31
76 4,09 0,24 80,67 93,31
77 4,1 0,24 80,67 93,31
78 4,15 0,24 80,67 93,31
79 4,18 0,24 80,67 93,31
80 4,18 0,24 81,1 93,31
81 4,25 0,24 81,1 93,31
82 4,32 0,23 81,1 93,31
83 4,33 0,23 81,1 93,31
84 4,4 0,23 81,1 93,31
85 4,46 0,22 81,1 93,31
86 4,46 0,22 81,1 93,31
87 4,51 0,22 81,1 93,31
88 4,51 0,22 81,1 93,31
89 4,56 0,22 81,1 93,32
90 4,56 0,22 81,1 93,32
Tableau
Tableau V-
V-10:
10: résultat
r sultat de l'analyse modale

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 96


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

2. Déplacement :
Le tableau suivant présente les déplacements maximaux de la structure.

Tableau
Tableau V-
V-11:
11: déplacements
d placements extrêmes
extr mes

VI. ASSEMBLAGES :
L'assemblage désigne un dispositif constructif destiné à relier un ensemble de deux
ou plusieurs pièces de façon à assurer la bonne transmission des efforts.
Les assemblages peuvent être réalisés en atelier et sur chantier. Néanmoins, le
minimum des assemblages sont exécutés sur chantier.

On distingue deux catégories d'assemblage: mécaniques et cohésifs :

Les assemblages mécaniques sont réalisés par rivets, boulons et goujons :


Ce sont des assemblages par pression et frottement de pièces l'une contre
l'autre. Ils sont fréquemment réalisés en atelier et sur chantier. Les
conditions climatiques n'ont pas d'influences sur ce type d'assemblage.
Les assemblages cohésifs sont assurés par les soudures et les collages :
Dans le cas des soudures, il est important de réaliser l'assemblage en
assurant la continuité métallique pour la tenue mécanique et pour
l'étanchéité. Ils sont réalisés le plus fréquemment en atelier. Sur le chantier,
son emploi est moins généralisé. Les conditions climatiques ne sont pas
toujours favorables à sa mise en œuvre.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 97


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Le choix de bonnes dispositions constructives permet d'obtenir des résultats satisfaisants.

Les assemblages méritent une attention particulière au calcul ainsi que dans la mise en

œuvre. Sa conception est basée sur les principes suivants :

Respecter autant que possible la convergence des axes de barres.

éviter l'emploi de renforts au maximum.

limiter les assemblages à réaliser sur le chantier (conditions défavorables :

intempéries, difficultés de mise en œuvre…).

1. Assemblage poteau-poutre :
Dans le cas des poutres isostatiques sur poteaux, on est en présence d’assemblages de
cisaillement caractérisés par leur facilité et rapidité de montage.

Figure V-17 : Assemblage à cornière d’âme double entre poutre


SFB et poteau en H
Assemblage portique :
Les calculs ont été effectués à l’aide du logiciel ROBOT :

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 98


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

2 .1. Pour l’assemblage des liernes :

Figure V-18: assemblage des liernes avec les pannes.


Fixation des pannes :

Figure V-19 : assemblage des membrures avec les pannes


Attache poutre treillis sur poteau :

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 99


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Figure V-20: assemblage des membrures et diagonales avec le poteau


Pour l’assemblage des ciseaux :

Figure V-21 : détails


d tails ciseaux
ciseaux

Pour les assemblages liés aux éléments de contreventement entre les éléments structuraux :
planchers, poutres et poteaux :

Figure V-22:
22: Contreventement vertical en forme de croix de Saint André
Andr

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 100


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Chapitre VI :
Protection au feu et étude acoustique

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 101


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

I. PROTECTION CONTRE L’INCENDIE


1. Introduction
Aux cas d’incendie, la protection de la vie des hommes contre les fumées et le risque
de panique en prenant des mesures pour faciliter l’évacuation ou la mise à l’abri des
occupants et l’intervention des secours publics sont des soucis particuliers du concepteur.
Les mesures de protection contre l’incendie sont établies en fonction du type de
bâtiment et de leur taille, sachant que la fumée est le risque majeur en cas de sinistre, elles
visent avant tout la sécurité des personnes.
Assurer la sécurité incendie est un acte qui doit être évolué globalement en tenant
compte de l’ensemble de critères qui relèvent plus particulièrement de la conception de la
structure :
– prévention de l’incendie : systèmes de détection, alarme, réseau d’eau (sprinklers),
moyens de première intervention.
– protection des personnes : confinement du feu, désenfumage, issues de secours, lisibilité
des circulations suivant la catégorie de bâtiment, durée de stabilité requise du bâtiment
pour permettre l’évacuation.
– conditions d’intervention des secours : formation du personnel, normes de sécurité, accès
au bâtiment.
La salle de congrès qui fait l’objet de notre étude, a une capacité de 1600 place, la
protection contre l’incendie fait partie des finalités de la structure, l’exigence de stabilité
pendant l’incendie est obligatoire au moins pendant le temps nécessaire pour évacuer les
occupants.
2. Moyens de protection contre l’incendie
La résistance au feu est le temps pendant lequel un élément de construction peut
jouer le rôle qui lui est dévolu, malgré l'action de l’incendie, donc Les dispositifs de
protection incendie sont donc prévus pour ralentir l’élévation de température des éléments
structurels.
Le bâtiment doit garder son intégrité structurale pendant le temps d’évacuation des
occupants au moins.
Pour se faire, on met place des dispositifs nécessaires de protection.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 102


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

On distingue les systèmes de protection active et passive.


 Les moyens de protection passive : ils sont utilisés pour limiter l'échauffement
des profilés en acier. Vu que la stabilité au feu des profilés en métal placé sous une
charge courante ne dépasse pas 30 minutes s’ils n’ont pas subi un traitement
spécifique.
 Les moyens de protection active : se sont les dispositifs dynamiques (détection,
alarmes, désenfumage, sprinklers) ou font intervenir l'action humaine pour éteindre
un début d'incendie.
2.1. Moyens de protection passive.
Ces méthodes consistent à mettre en œuvre un élément entre l’acier et la zone de feu,
le mode de protection couramment utilisé est le mode de protection rapportée, le principe
c’est d’appliquer des produits spéciaux sur la surface. On distingue trois types de produits.

produits projetés ou flocages, ils existent sur le marché sous forme de produits
fibreux ou pâteux. Ils sont composés de fibres minérales, de laitier ou de plâtre
accompagnés d'un liant.
La mise en œuvre se fait à l’aide d'un appareillage spécial, on peut utiliser plusieurs
couches si nécessaire.
Les durées de stabilité au feu obtenues peuvent atteindre 4 heures.

Figure VI-
VI-1 : protection par produits projetés
projet s

peintures intumescentes se sont des produits qui subissent des transformations à


la chaleur. L’épaisseur du film varie entre 0,5 à 4 mm.
À une température de 100°C à 200°C, le produit gonfle et se transforme en
mousse, atteignant des épaisseurs de 30 à 40mm, cette mousse assure la protection
de l'élément métallique.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 103


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

La mise en œuvre de ces peintures se fait d’une façon traditionnelle: pistolet ou


brosse.
Ce type de protection conserve l’esthétique de l’acier et assure une protection
contre le feu qui peut aller jusqu’à 120 minutes.

Figure VI-
VI-2: Peintures intumescentes

produits en plaques : Se sont des produits en plâtre, fibres minérales ou silico-


calcaire, avec lesquelles on forme un caisson autour de l'élément métallique.la
fixation se fait par les vis, les agrafes ou par collage.
Cette solution est très adaptée à une réalisation soignée, comme dans le cas du
logement.

Figure VI-
VI-3: écran
cran en plâtre
pl tre

2.2. Moyens de protection active.

L’objectif de ces systèmes est de permettre l'évacuation des personnes dans un temps
minimal et de faciliter l'intervention rapide des secours en limitant le développement du
feu.
De cette façon les dommages d’un bâtiment en cas d’incendie seront limités.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 104


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

Les moyens de protection active contre le feu classés suivant leur fonction comme suit :

• Détection du feu : les détecteurs déclencheront l’activation automatique des


alarmes et des systèmes de protection active contre les incendies.
• Activation automatique de l’alarme et des systèmes de protection contre l’incendie,
par exemple : les sprinklers, l’aspiration et l’évacuation des fumées, les volets
d’obturation automatiques, les rideaux d’eau, etc.
• Déclaration au service incendie

La taille des issues de secours et/ou la surface du bâtiment sont les principaux
paramètres qui influencent les spécifications de ces systèmes.
a) Moyens de détection du feu

- Détection de la chaleur, les détecteurs incluent les détecteurs de chaleur, pour


température imposée, comme sur les têtes des sprinklers qui opèrent de façon
individuelle.
- Détection de la fumée.
- Détection de flammes. Les détecteurs incluent les détecteurs de flammes dans
l’ultraviolet et dans l’infrarouge.
- Détection par des personnes : par la vue, le toucher et l’ouïe.
b) Activation de l'alarme et des systèmes de protection contre les incendies
- Les alarmes
Les alarmes servent à alerter les occupants d’un bâtiment d’une urgence telle que le
feu
- Les sprinklers
Le système qui apporte la plus grande contribution à la résistance au feu de la
structure et à la protection de la propriété est le système d'aspersion automatique d'eau, en
particulier un système incorporant des têtes de sprinklers à réponse rapide.
- Contrôle de la température et extraction des fumées.
Ces systèmes peuvent être employés pour l'évacuation de la fumée et des gaz chauds
dans n'importe quel bâtiment ou construction technologique où la taille, la forme et la
configuration permettent leur utilisation efficace. L'utilisation de ces systèmes produit les
avantages suivants :

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 105


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

• Maintien des itinéraires d’évacuation exempts de fumées et de gaz chauds pour


offrir le plus de temps possible pour l’évacuation des personnes.
• Réduction de la température maximale des gaz par leur évacuation à l’extérieur du
bâtiment, réduisant aussi les actions thermiques sur la structure.
• Accès plus facile pour les sapeurs-pompiers, une fois que le feu s'est développé.

3. Conclusion
En plus des dégâts humains, le feu cause des dégâts matériels très importants.
L’effondrement de la structure et le dégagement des gaz toxiques sont des dangers
potentiels qu’il faut prendre en compte pendant la conception.

Le tableau suivant résume les avantages et les inconvénients des types de protection
passive :

Moyen de
Avantages inconvénients
protection passive
- Economique - Mise en œuvre uniquement
- Exige peu préparation de sur des structures
surface inaccessibles
- Applicable sur les profils - Applicable à des structures
Produits projetés
bruts ou traités contre intérieures et non apparentes
corrosion - Qualité de la finition est
fonction des compétences
des applicateurs.
- Enferme les profilés - Plus chère que les produits
- N’exige pas de préparation projetés
de surface - Efficacité dépendante de la
Produits en
- Résiste aux chocs qualité des coupes et des
plaques
- Mise en place propre assemblages
- Possibilité de réalisation des - Utilisation uniquement à
décorations sur les panneaux l’intérieur

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 106


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

- Respect de l’aspect - Préparation de surface


architectural soignée
- Peinture applicable en - Plus chère que les produits
Peintures extérieur projetés
intumescentes - Application d’une couche
primaire anti-corrosion
- Délais importants de séchage
entre les couches successives
Tableau VI-
VI-1 : Comparaison des types de protection passive

Les critères sur lesquels on choisira le moyen de protection passive au feu, sont
surtout de l’ordre économique, puisque les profils en acier ne seront pas apparents, donc le
choix de la solution ne touche pas à l’aspect architectural, pour cette raison, on a retenue la
solution de protection par produits de flocages, elle est moins chère et sa mise en œuvre
est bien plus facile que les solutions de protection par peinture intumescentes et par les
produits en plaques .
Malgré l’efficacité du système de protection passive, il n’est pas suffisant pour garantir la
sécurité, c’est pourquoi l’installation des systèmes de construction active s’avère
indispensable.

II. ETUDE ACOUSTIQUE :


Quand il s’agit d’une salle conçus pour la communication orale une étude acoustique
est une priorité, Or, négliger les aspects acoustiques pourra résulter en des communications
imparfaites dont les conséquences pécuniaires dépasseront largement les faibles coûts
d'une conception acoustique correcte. Plusieurs facteurs contribuent à l’intelligibilité de la
communication orale : Les dimensions et la forme d'une salle, l'intensité du bruit de fond
ainsi que la quantité et la disposition des matériaux absorbants.

1. Généralité :

D’abord il faut distinguer entre la correction acoustique et l’isolation acoustique ; la


première a pour but d'améliorer la façon dont les sons se transmettent à l'intérieur d'un
local tandis que l'isolation acoustique a pour objet de réduire la transmission du bruit

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 107


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

d'une zone vers une autre. Généralement la réponse acoustique d'un local d'écoute n'est
jamais neutre, elle affecte notre perception du signal sonore par la présence de
phénomènes multiples qu'il convient de maîtriser pour une restitution cohérente et
confortable.

Dans les salles destinées aux communications orales, un bruit de fond excessif et une
mauvaise acoustique peuvent réduire l'intelligibilité du discours. L’auditeur risque
d'éprouver des difficultés de compréhension, et se trouvera incapable à deviner le mot
correct en présence de bruit ou de réverbération.

2. Formes de bruit :

Un bruit est tout son indésirable, la voix est plus intelligible quand elle est plus forte
par rapport aux bruits. On distingue plusieurs catégories de bruit .Tout d’abord on trouve
le bruit émis par les appareils de chauffage, de ventilation et de climatisation. D'autres
appareils, tels les projecteurs et ordinateurs, ainsi que les occupants de la salle émettent
aussi du bruit non désiré qui nuira à la compréhension du discours.

On peut moduler la hauteur de la voix (le signal) en variant l'effort vocal jusqu'à la
limite imposée par l'appareil vocal. Parler plus haut améliore le rapport signal-bruit et donc
l'intelligibilité, mais, à la longue, peut causer une certaine fatigue vocal. Pour accroître
l'intelligibilité et prévenir une sollicitation excessive de la voix, il faut veiller à ce que le
bruit de fond soit faible par rapport à la hauteur normale de la voix.

Dans un endroit fermé, le son se propage du locuteur à l'auditeur en empruntant


différent chemins, au gré de ses réflexions sur différentes surfaces, par conséquent
l’auditeur entend une combinaison du son direct émis par ce dernier et des nombreuses
réflexions de ce son. Certains de ces sons réfléchis atteignent l'auditeur presque
immédiatement après le son direct, mais d'autres peuvent se réverbérer dans la salle
pendant une seconde ou plus. En règle générale, l'auditeur entend une combinaison de
milliers de signaux vocaux ayant emprunté des chemins différents.

En effet les sons réfléchis ‘utiles’, qui accroissent l'intelligibilité de la voix, empruntent
des trajets plus courts généralement captés à moins de 0,05 s après le son direct notre
système auditif les intègre au son direct. D’autre part les réflexions tardives (plus de 0,05

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 108


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

s)sont indésirables. Les sons d'un mot qui se sont réverbérés longtemps (plus de 0,05 s)
après l'arrivée du son direct télescopent le mot qui suit, ce qui diminue l'intelligibilité.
Donc, pour optimiser l'intelligibilité du discours, nous devons, dans la mesure du possible,
maximiser le son direct et les réflexions immédiates et minimiser les réflexions tardives et
le bruit de fond.

Le temps de réverbération, TR, est le temps nécessaire pour qu'un son devienne
inaudible après que sa source se soit tue, ce paramètre est utilisé comme critère de qualité
acoustique d'une salle le temps de réverbération. On l'évalue en mesurant la pente
d'extinction du son et en l'extrapolant pour atteindre une atténuation de 60 dB .Le temps de
réverbération peut dépasser une seconde dans les grands locaux. Il augmente avec le
volume de la salle et diminue lorsqu'on installe des matériaux absorbants.

3. Etapes de conception acoustique du projet :


3.1. les exigences acoustiques

la salle sera destinée à des conférences, avec un locuteur stationnaire ou même pour
une communication interactive dans certains cas, la salle peut accueillir jusqu’à 1600
personnes avec possibilité d’avoir des gens avec des besoins acoustiques particuliers qui
demandent des conditions d’audition supérieures ainsi on devra installer pour les auditeurs
affectés d'une déficience auditive grave, un système de transmission directe de la voix à
leur dispositif d'écoute personnel.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 109


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

3.2. le niveau maximal du bruit :

Intelligibilité
Figure VI-
VI-4 : Objectifs de bruit de fond maximum (ligne continue).

E = salles de classe, C = salles de conférence, T = théâtres, A = grands auditoriums.

La ligne continue de la figure 2 montre les objectifs de conception pour le niveau de


bruit de fond maximum, en fonction des dimensions de la salle et différents degrés d'effort
vocal. Les lignes diagonales pointillées montrent comment l'intelligibilité prévue décroît
en fonction de l'augmentation du volume de la salle pour une hauteur donnée de la voix.

Dans notre cas, la salle de conférence a un volume de 7000 m3 .Pour que la « voix
normale » soit aussi intelligible, le bruit de fond ne devra pas dépasser 30 dBA .

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 110


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

3.3. le critère de choix du temps de réverbération

Figure VI-
VI-5 : Objectifs de conception pour le temps de réverb
r verbération
verb ration aux
fréquences
fr quences moyennes (de 500 à 2000 Hz)

On peut voir à la figure 3 les objectifs de conception pour les fréquences moyennes
(entre 500 et 2 000 Hz). Cette bande intermédiaire contient les fréquences les plus
importantes pour le discours. Les critères de temps de réverbération varient avec le volume
de la salle. La figure 3 présente les objectifs de conception pour l'utilisation normale et les
besoins particuliers. Pour les grandes salles de conférence ou les théâtres, occupant
quelques milliers de mètres cubes, on préconise des temps de réverbération à peine plus
longs...

3.4. Évaluation du besoin total d'absorption sonore et de la quantité de matériaux


à installer :

Le temps de réverbération augmente avec le volume de la salle et diminue lorsque l'on


installe des matériaux absorbants. Il faut installer de matériaux absorbants de plus pour
réduire le temps de réverbération à celui nécessaire aux besoins particuliers.

Puisque les gens jouent aussi un rôle d'absorption acoustique, il importe pour atteindre
l'objectif de temps de réverbération, de considérer l'occupation de la salle lors de sa

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 111


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

conception. La prévision de l'absorption sonore par chaque personne dans des salles
prévues à divers usages est un processus compliqué et mal connu.

L'absorption acoustique

Pour mesurer l'absorption acoustique d'un matériau, on utilise le coefficient


d'absorption qui décrit la fraction absorbée du son incident. Selon leur épaisseur et leurs
autres propriétés, les matériaux poreux (les matériaux au travers desquels on peut souffler
de l'air), comme les tuiles acoustiques des plafonds, les tapis, les rideaux et les tentures
absorbent mieux les sons aux fréquences intermédiaires et hautes. En règle générale, les
panneaux minces et autres systèmes résonnants absorbent davantage les basses fréquences.

Calcul du temps de réverbération

Le temps de réverbération (TR) varie en fonction de l'aire équivalente à l'absorption


totale et du volume de la salle. On peut utiliser l'équation du temps de réverbération de
Sabine pour estimer rapidement l'absorption acoustique requise pour obtenir un temps de
réverbération donné :

A = 0,161 x volume/TR

Pour notre cas, pour obtenir un temps de réverbération de 0,5 s, dans la salle de 7000
m3, on devra installer 2300 m2 d’absorbante acoustique. Si l'absorption de chaque personne
équivaut à 0,75 m2, 1600 personnes contribueront à 2300 m2 d'absorption. Donc 1100 m2
supplémentaires seront nécessaires pour atteindre l'objectif de TR = 0,5 s.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 112


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

RECOMMANDATIONS
Maitriser les charges dues au vent

Accorder le plus grand soin au projet d’exécution

Ne pas négliger les phénomènes d’instabilité dans le calcul des éléments

Pour les pannes, pensez aux profilés laminés à froid lorsque les portées sont

importantes

La géométrie des salles destinées à la communication orale et la disposition

des matériaux absorbants doivent être compatibles avec la directivité de la

voix humaine et la forme de communication pratiquée dans la salle. Dans

ce cadre, les surfaces proches du conférencier devraient réfléchir le son et

celles lui faisant face de l'autre côté de la salle être plus absorbantes. Il est

généralement souhaitable que la partie centrale du plafond de ces salles

réfléchisse le son. Une attention particulière pour la disposition des

fauteuils qui doivent maximiser l'arrivée du son direct et des réflexions

immédiates pour tous les auditeurs.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 113


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

CONCLUSION GENERALE

Ce projet de fin d’étude nous a permis de réaliser la conception et le


dimensionnement d’une salle de congrès, présentant plusieurs spécificités techniques et
technologiques. La géométrie de la salle a été définie par des plans d’architecte, alors il
fallait chercher les solutions technologiques concernant l’enveloppe du bâtiment dans le
respect de l’aspect architectural.
L’utilisation des planchers minces avec poutres incorporées permet d’avoir des
planchers sans retombée, ce qui représente un avantage surtout pour les structures de ce
caractère, où l’aspect esthétique est jugé très important.
La spécificité technique est aussi illustrée par la vérification au feu de la structure, la
proposition des solutions pour assurer une bonne qualité acoustique de la salle, la
vérification parasismique du bâtiment, et aussi par l’utilisation des sections en PRS pour
les poutres crémaillères afin de cerner le problème du porte à faux de 9m.
Dans un souci d’optimisation, plusieurs variantes du portique ont été étudiées, les
variantes en PRS présentent l’avantage d’être moins pesantes que le portique à traverse en
treillis, mais vue qu’elles sont onéreuses, elles ont été écartées.
Généralement, dans les projets de construction métallique, le coût global du projet est
aussi influencé par celui des éléments secondaires : surtout, les pannes, donc, rechercher à
réduire le coût devrait impérativement passer d’abord par l’optimisation de ces éléments.
Dans cet esprit, nous avons tenté dans notre travail d’étudier deux variantes
d’empannage: d’une part, les profilés laminés à chaud-les IPE, d’autre part, les profilés
minces formés à froid (les profilés en Zed) et on a conclut que la variante conçue avec
pannes en Zed, l’emporte sur l’autre variante, remplit son rôle structurel et prouve son
intérêt économique en permettant d’introduire des réductions du poids non négligeable.

Cependant, une conception optimisée, ne l’est effectivement qu’au moment où son


exécution sur chantier pose moins de difficultés et prend moins de temps. Ainsi nous
avons opté pour des configurations isostatiques et des profilés préfabriqués, nous avons
prévu des liernes pour les pannes, dans le dessein d’écarter, au possible, les différentes
difficultés inhérentes à l’exécution.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 114


Conception et dimensionnement d’une salle de congrès

L’ossature métallique présente la particularité d’être sollicitée dans toutes les


directions par des efforts dynamiques induits par les actions du vent et du séisme. Du coup,
un intérêt particulier a été accordé à la stabilisation du bâtiment.

Finalement cette étude ne sera complète qu’après avoir dimensionné les fondations, et
établit une estimation du prix qui prend en compte les méthodes de protection et
d’exécution, les frais de transport, afin d’obtenir un devis correcte voisin du coût réel du
projet.

Ecole Mohammadia d’Ingénieurs 2009-2010 Page 115

Vous aimerez peut-être aussi