Vous êtes sur la page 1sur 7

Logistique.unblog.

fr

L’univers de la logistique et du transport

Article 1  : Les défis logistiques de MONOPRIX (2005)

Article 2  : Un aperçu sur le «  nouveau  » magasin général (2007)

- Pour les sources de ces articles, veuillez me consulter sur mon blog -

www.logistique.unblog.fr etude_logistique@yahoo.fr 1
Article1  : Les défis logistique d MONOPRIX (2005)

Face à un environnement concurrentiel qui évolue rapidement, Monoprix a réussi à renforcer


son positionnement. Avec une part de marché de 23.2%, elle conforte sa position de leader sur
le marché de la distribution organisée.

Soulignons que ce résultat est le fruit d'une politique expansive mise en place depuis 1999, la
date de sa reprise par le groupe Mabrouk. Les principaux enjeux auxquels la société a été
confrontée sont : Comment étendre son réseau de distribution ? Comment améliorer le
marketing de son enseigne ? et Comment se différencier par la qualité et la valeur ajoutée ?

Points forts :

 Une forte présence sur le marché de la distribution organisée. Avec une part de marché
dépassant les 23%, Monoprix est leader dans le secteur de la distribution moderne.
 Une politique de développement expansive vouée à consolider son positionnement à
travers la modernisation de ses points de vente et l'ouverture de nouveaux magasins.
 Une progression annuelle de son top line à deux chiffres.
 La constitution d'une centrale d'achat commune avec Géant permettant à Monoprix de
bénéficier des économies d'échelles au niveau des approvisionnements.
 Un bon niveau de rentabilité avec un ROE dépassant les 27%.
 Des niveaux de valorisation attrayants avec un PER05 de 13.2x (une décote de 11.4%
par rapport au marché).
 Un fort rendement en dividendes avec un yield 05 de 5.7% (3.8% pour le marché).

Points faibles :

 Un contexte concurrentiel qui s'exacerbe avec la montée en puissance des grandes


surfaces généralistes et l'émergence d'une nouvelle forme de distribution « les
hypermarchés ».
 Un secteur en pleine croissance qui demeure freiné par la rigidité de la réglementation
tunisienne.
 Des marges qui restent sous pression en raison de la forte exposition de la structure
des ventes de Monoprix aux produits alimentaires à faible valeur ajoutée.

1-  Comment étendre son réseau de distribution ?

Le grand Tunis constitue la zone géographique la plus intéressante en matière de distribution


organisée. La problématique est que les sites adéquats sont rares et chers. C'est pourquoi
Monoprix a rapidement axé son développement sur la croissance externe et le rachat
d'enseignes et de points de ventes existants : 11 points de ventes Touta rachetés dont 10 sur le
grand Tunis ; 3 points de ventes « Le Passage » (El Menzah, Carthage et Nabeul) rachetés
dont deux sur cette même zone.

Depuis 1999, le nombre de points de vente contrôlés par Monoprix a plus que doublé (18 à
37) et la surface commerciale exploitée atteint 30 750m² en deuxième position derrière
Magasin Général (36 143m²).

Bien entendu cette stratégie a un prix : plus de 30MDt investis depuis 1999 ; mais la solidité
financière de la société et ses performances commerciales permettent de le supporter.

www.logistique.unblog.fr etude_logistique@yahoo.fr 2
2-  Comment améliorer le marketing d'enseigne ?

Afin d'améliorer sa rentabilité et de faire face à une concurrence de plus en plus rude, le
distributeur généraliste a entamé une démarche visant à adapter ses points de ventes aux
exigences des clients.

Cette démarche s'est traduite par un important programme de modernisation des points de
ventes, avec notamment la rénovation totale de la plupart des magasins en plus de l'ouverture
de nouveaux points de ventes.

Le dernier volet auquel Monoprix s'est intéressé est la qualité des produits vendus, leur
disponibilité et surtout leurs prix en essayant de pratiquer des prix concurrentiels.

L'exploitation d'une centrale d'achat commune avec Géant contribuera à réaliser cet objectif.

3-   Comment se différencier par la qualité et la valeur ajoutée ?

Malgré un contexte où le prix devient une composante importante dans le choix du


distributeur, le plaisir et le service reviendront au premier plan et restent des moteurs non
négligeables. C'est dans ce contexte que Monoprix a lancé un important plan de formation du
personnel afin de mieux répondre aux besoins de sa clientèle.

Les chiffres 2005 de Monoprix

En raison de l'indisponibilité des comptes consolidés du groupe Monoprix, notre étude se


basera sur les comptes sociaux au 31/12/05. Notons toutefois que l'analyse des comptes
consolidés donnerait une meilleure idée de l'évolution de la marge brute, sachant que
Monoprix détient une centrale d'achat à Mégrine.

A l'image des dernières années, les états financiers du leader de la distribution ont fait
apparaître une progression du chiffre d'affaires à deux chiffres (+22% à 179MDt).

Les charges d'approvisionnement se sont également accrues de manière conséquente (+21% à


155MDt) réduisant la marge brute à 24.7MDt, ce qui correspond à un taux de marge brute de
13.8%.

Notons que ce taux s'est déprécié par rapport à 2004 (14.5%), du fait que la structure du
chiffre d'affaires est fortement exposée aux produits alimentaires à petite marge (le secteur
alimentaire représente près de 80% du chiffre d'affaires de Monoprix).

Afin de maîtriser ses coûts et d'optimiser ses marges, Monoprix a mis en place une centrale
d'achat commune avec Géant lui permettant d'obtenir de meilleures conditions d'achat et de
comprimer ses coûts d'approvisionnement.

En dépit de l'augmentation significative des charges d'exploitation, le résultat opérationnel


s'est établi en hausse de 11% à 6.1MDt permettant à Monoprix de clôturer l'exercice 2005
avec un résultat net excédant les 7MDt contre 6.2MDt en 2004.

www.logistique.unblog.fr etude_logistique@yahoo.fr 3
Grâce à la progression significative de son bottom line (+17.2%), Monoprix a révisé à la
hausse son dividende (3Dt/action contre 2.5Dt en 2004), soit une enveloppe totale de 5.5MDt
correspondant à un pay out de 75%.

Si l'on s'intéresse à l'aspect financier de la société, le gearing de Monoprix (25.7%) révèle une
situation financière saine et ce malgré les investissements significatifs que la société a
réalisés. Rappelons que la société a dû contracter un emprunt de 7MDt pour financer
l'acquisition des magasins Touta, cet endettement lui a permis de bénéficier d'un effet de
levier important qui s'est reflété au niveau de son ROE qui gagne près de 300 points de base
en 2005 (27.8% contre 25% en 2004).

Ce niveau se compare favorablement par rapport à son concurrent coté en Bourse, Magasin
Général qui, malgré la progression notable de son résultat net 2005 (+23%), enregistre un
ROE ne dépassant pas les 20%.

Les prévisions 2006 

Au cours de l'exercice 2006, la société devrait maintenir le même rythme de croissance que
celui de l'année écoulée afin de consolider sa position commerciale.

Les principaux objectifs que s'est fixée la société sont :

 La poursuite du développement de la chaîne à travers l'ouverture de nouveaux points


de vente et la modernisation des magasins non encore rénovés.
 La maîtrise de ses charges opérationnelles à travers la compression de ses coûts
d'approvisionnement.

Selon les prévisions, le chiffre d'affaires 2006 devrait s'apprécier d'un niveau comparable à
celui de l'année écoulée (+22% à 218MDt). Le résultat net devrait s'établir à 8.25MDt, soit
une progression de 13% par rapport à l'exercice écoulé.

Opinion Boursière

Au cours de l'exercice 2005, le titre de Monoprix a enregistré un bon parcours s'adjugeant la


sixième meilleure performance de l‘année avec des gains dépassant les 61%. Ce parcours s'est
poursuivi au cours de cet exercice, le titre se négocie actuellement à 52.52Dt étendant ses
gains à plus de 14% depuis le début de l'année mais il sous performe néanmoins l'indice qui
gagne plus de 21% sur la même période.

En dépit de cette progression significative (plus de 86% sur les 17 derniers mois), nous
pensons qu'il y a encore du potentiel dans la valeur. Le titre se traite à des niveaux de
valorisation très attractifs (P/E05 13.2x ; P/E06e 11.8x) contre un P/E du marché de 14.9x
pour 2005 et 13.6x pour 2006, soit une décote de 11.4% alors qu'une prime serait justifiée à
double titre (Prime pour le secteur et prime pour le leader du secteur).

Outre ses niveaux de valorisation attrayants, le titre offre un bon rendement en dividendes
(5.7%) meilleur que celui du marché (3.83%).

www.logistique.unblog.fr etude_logistique@yahoo.fr 4
 

Etat de Résultat de Monoprix


 
  2006e 2005 2004 2003
Revenus 218 172 178 940 146 147 117 725
Autres produits d'exploitation   1 559 66 90
Total 218 172 180 499 146 213 117 815
Variation des stocks -1 250 -1 477 -3 863 -3 091
Achats de marchandises consommés 184 745 152 682 126 634 103 790
Achats d'approvisionnements consommés 3 333 3 030 2 158 1 528
Charges de personnel 10 569 9 609 8 739 6 305
Dotations aux provisions et aux amortissements 3 392 3 083 2 571 1 946
Autres charges d'exploitation 10 495 7 446 4 474 2 962
         
Total 211 284 174 373 140 713 113 441
         
Résultat d'exploitation 6 888 6 126 5 501 4 374
Charges financières nettes 458 458 230 66
Produits des placements 2 900 2 641 2 089 1 180
Résultat courant avant impot 9 330 8 309 7 360 5 489
Autres gains / pertes 320 438 17 -305
Résultat avant impot 9 650 8 747 7 377 5 184
IS 1 400 1 393 1 102 921.9
Résultat net 8 250 7 354 6 275 4 262
* Les prévisions 2006 : source Tunisie Valeurs

www.logistique.unblog.fr etude_logistique@yahoo.fr 5
Article 2  : Un aperçu sur le «  nouveau  » magasin général (2007)

 Une nouvelle ère commence au sein du groupe «Magasin Général». La nouvelle équipe,
devant présider aux destinées de la chaîne de supermarchés et de ses filiales récemment
privatisées au profit d’un tandem constitué des groupes Poulina et Bayahi, s’est constituée
lors de l’assemblée générale qui s’est tenue le 30 août 2007.

A cette occasion, le conseil d’administration en place a démissionné pour céder la place à un


autre que les deux nouveaux actionnaires sont en train de constituer. Il est constitué de
personnalités venues des deux groupes, mais aussi de l’extérieur. La direction de la chaîne de
supermarchés est, quant à elle, confiée à M. Tahar Bayahi, en qualité de président-directeur
général.

Mais pour gérer leur participation dans le capital de «Magasin Général», les deux groupes
viennent de créer une société baptisée «Med Invest Company» (M.I.C.). A l’inverse du capital
(de 300.000 dinars, contrôlé en majorité -51%- par Bayahi), le conseil d’administration est
dominé par Poulina qui y détient quatre sièges sur sept (Abdelawaheb Ben Ayed, Sociétés
GIPA, Poulina Holding Sicaf et PAF, respectivement représentées par Malek Ben Ayed,
Ahmed Bouzguenda et Khaled Bouricha). Les trois sièges revenant au groupe Bayahi sont
occupés par MM. Yahia et Tahar Bayahi et Brahim Anane.

Rappellons que ce consortium a réussi à écarter de la course de grands groupes parmi


lesquels on trouve des spécialistes de la grande distribution (Monoprix-Géant et Carrefour-
Champion), de la distribution (Hédi Ben Ayed, Mzabi) et de l’industrie (Elloumi, Jilani) pour
ne citer que ceux-là.

Qui est le Groupe Bayahi ?

Ce nouveau groupe qui entre en bourse est formé de trois frères Yahia, Tahar et Taieb (par
ordre d'âge), avec à leur tête le patriarche Youssef qui avait crée en 1983, en association avec
l'Arab Bank et un groupe d'autres investisseur locaux, l'actuelle ATB. Youssef qui avait aussi,
il y a près de 50 ans, racheté la société Tunisienne de l'Aluminium "Sotal", une des premières
sociétés manufacturières de Tunisie. Depuis, ce groupe s'est développé autour de trois axes
majeurs à savoir l'industrie, l'agriculture et les services. Actuellement, le groupe comporte au
moins 23 entreprises (y compris le magasin général) totalisant plus de 200 millions de dinars
de chiffres d'affaires en 2006 (sans compter MG). C'est ainsi une impressionnante galerie de
marques, propres et en distribution : Staminox, TPR, Manitou, Lieberr, Bomag, Sicam, Mars,
Snickers, Hollywood, Red Bull et autres icônes connes.

Le pôle Industriel comprend notamment, le profilé d'Aluminium avec TPR, les industries
alimentaires avec Gian et les conserves alimentaires Sicam. Le pôle Agricole, se compose
notamment des domaines agricoles Sedan, des exploitations de grandes cultures et cultures
maraîchères. Le pôle service couvre notamment la distribution, avec notamment Promogro et
la prise de participation majoritaire par la filiale GIAN au rachat avec le groupe Poulina de
76.3% du capital de Magasin Général. Le groupe Bayahi devient ainsi l'un des opérateurs les
plus importants en matière de circuit de distribution. Autre activité du groupe, les centres-

www.logistique.unblog.fr etude_logistique@yahoo.fr 6
commerciaux et parkings, avec TPS qui développe en plein cœur de la capitale tunisienne
deux parkings : Park avenue (Rue de Turquie, 640 places) central Park (Rue Jean Jaurès, 750
places) ainsi que des surfaces commerciales de plus de 10.000m². Le groupe est aussi actif
dans les finances, avec des prises de participations significatives au capital de l'ATB et des
assurances Loyds, ainsi que deux sociétés de participation et d'investissement, Indinvest Sicaf
et CFI Sicar.

Avec toutes ces activités, les fonds propres du groupe Bayahi dépassaient en 2006, les 110
MDT. Le groupe enregistrait, à la même période, des engagements bancaires au 31 décembre
2006, de 89,992 MDT. 22,4 MDT de ce montant d'engagements financiers, étaient en crédits
moyen et long terme et 28,2 MDT en découverts bancaires. Dans ce total d'engagements, plus
de 25 MDT sur les bilans de TPR et 21 MDT en engagements bancaires sur le compte de
Promogros !

www.logistique.unblog.fr etude_logistique@yahoo.fr 7