Vous êtes sur la page 1sur 4

LA PREMIERE EMISSION DE SUKUK SOUVERAINS AU MAROC.

 
Voici tous les détails concernant la première émission de Sukuk souverains :

La première émission de sukuk souverains, d'un montant de 1 MMDH, a eu lieu le vendredi
5 octobre.
La date de règlement livraison aura lieu le 15 octobre 2018.
Dans le détail, le montant nominal unitaire est de 100.000 DH. Le rendement que percevront
les détenteurs de sukuk est de 2,66% par an, pour une maturité de 5 ans.
Voici les distributions et les échéances d’amortissement annuelles des Certificats de
Sukuk :

L’opération a été souscrite 3,6 fois, soit une demande de 3,6 MMDH et un taux de
satisfaction de la demande de 28%. Les banques participatives ont raflé 35% du montant
souscrit, soit 350 MDH. Le reste a été souscrit par les institutionnels: OPCVM
(16%), banques conventionnelles (39%),…
Répartition des souscriptions par profil d’investisseurs
S’agissant des soumissions, les banques conventionnelles représentent 64%, suivies par les
OPCVM (15%) et par les banques participatives (13%).
Répartitions des soumissions par profil d’investisseurs

Il convient de rappeler que cette première émission de titres participatifs souverains porte sur
des sukuk Ijara, émis via un fonds de placement collectif en titrisation géré par Maghreb
Titrisation. L'opération bénéficie de la garantie de l'Etat à hauteur de 1,1 MMDH:

Figure n°4: Les différents intervenants dans la première émission inaugurale de


SUKUK souverains jjara au Maroc

Source: Ribh (2018)


EXEMPLE :l’experience tunisienne

L’expérience tunisienne

La première compagnie Takaful à voir le jour en Tunisie est la « ZitounaTakaful »,


créée au lendemain du 14 janvier 2011 elle n’a pu démarrer réellement son activité
qu’en2013.

La ZitounaTakaful, s’est lancée avec trois handicaps majeurs : les conditions


exceptionnelles postrévolutionnaires, le rôle de pionnier pas toujours aisé et la
situationéconomique et financière difficile du pays.

Le projet des textes de loi portant sur l’assurance islamique Takaful semble être clair
sur le choix par le législateur Tunisien à appliquer le modèle de gestion hybride en
Tunisie.

En effet, l’article 206 de ce projet stipule que la compagnie d’assurance islamique


Takaful doit gérer les opérations d’assurance Takaful sur la base de Wakala et gérer
les opérations d’investissements des fonds des participants sur la base de la
Moudaraba. Lacompagnie reçoit en contrepartie un montant fixe ou un pourcentage
des participations ensa qualité de gestionnaire (Wakil) et reçoit un pourcentage des
résultats des investissementsen sa qualité de Moudareb, tout en prévoyant ces
montants et pourcentages parmi lesconditions relatives aux contrats d’assurances.

Le Takaful ou « assurance islamique » a vu le jour en Tunisie dans une période assez


trouble sur le plan politique, économique et sociale. En effet, les trois compagnies
Takafulde la place ont démarré leur activité tout juste après la révolution, période
marquée par unemontée sans précédent du caractère religieux, ce qui de prime abord,
été de nature àfavoriser l’activité des compagnies Takaful, qui ont hérité de cette
étiquette

LES PRINCIPAUX REMANIEMENT CODE D’ASSURANCE 87-18

Après l’adoption le 09 juillet 2019 par la deuxième chambre des conseillers du projet de loi Takaful 87-18

modifiant et complétant la loi N° 17.99 relative au code des assurances et introduisant l’assurance Takaful,
le dahir y afférent est publié au bulletin officiel du 22 août 2019.
Le Takaful vient enfin compléter l’écosystème de la finance participative qui a fonctionné pendant deux ans
en l’absence de ce type d’assurance. Ce qui n’a pas été au goût des banquiers et des citoyens qui ont
clairement boudé le retard accusé en la matière et qui d’une manière ou d’une autre porte préjudice à leurs
activités.
De par ses spécificités, le Takaful est un système d’assurance comme le conventionnel mais qui est basé sur
un système d’entraide entre les participants que sont les assurés. Aussi, prévoit-il une séparation entre le
fonds Takaful et la compagnie qui en est gestionnaire en contrepartie d’une commission.

La loi sur le Takaful telle que publiée dans le bulletin officiel comporte un certain nombre de dispositions
qui fixent les conditions d’exercice et d’agrément. Nous pouvons citer à cet égard :

 Soumission des comptes d’assurance Takaful et des comptes de réassurance Takaful, aux règles
prévues par le code des assurances en matière de garanties financières, de comptabilité…
 Octroi de la personnalité morale et de l’autonomie financière aux comptes d’assurance et de
réassurance Takaful ;
 Octroi à l’entreprise gestionnaire de l’assurance Takaful de la qualité de simple gérant rémunéré,
sans droit de propriété des fonds des adhérents ;
 Obligation d’avoir un règlement de gestion fixant ses obligations ;
 En cas de liquidation, obligation pour le liquidateur, de liquider, séparément, l’entreprise
gestionnaire du compte Takaful, et le compte lui-même ;
 Fixation du plafond des dépôts et des investissements hors du Maroc ainsi que des placements en
valeurs étrangères qu’une entreprise d’assurances et de réassurance peut effectuer, à 5% du total de son
actif et des actifs des comptes d’assurance et réassurance Takaful qu’elle gère ;
 Soumission à agrément préalable, l’exercice de l’offre de l’assurance Takaful par les banques et les
associations de microcrédit ;
 Fixation des règles relatives au dépôt et au versement des montants non-réclamés par les
souscripteurs à leur échéance ;
 Fixation des règles de gestion des comptes d’assurance et de réassurance Takaful ;
 Fixation des règles de répartition des excédents de l’assurance Takaful.

Vous aimerez peut-être aussi