Vous êtes sur la page 1sur 49

NF DTU 25.

42 P1-1 (décembre 2012) : Travaux de bâtiment -


Ouvrages de doublage et habillage en complexes et sandwiches
plaques de parement en plâtre et isolant - Partie 1-1 : Cahier
des clauses techniques types (Indice de classement : P72-204-
1-1)

Ce document est à usage exclusif et non collectif

Société : AFPA
N° client : 49234427
Téléchargé le : 03/03/2017 11:08

Ce document est protégé par le droit d’auteur. Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque
procédé que ce soit, des pages publiées dans Batipédia, est illicite et constitue une contrefaçon.
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236

NF DTU 25.42 P1-1


Décembre 2012
P 72-204-1-1

Travaux de bâtiment
Ouvrages de doublage et habillage en complexes et
sandwiches plaques de parement en plâtre et isolant
Partie : 1-1 : Cahier des clauses techniques types

E : Building works — Internal insulation and wall linings using gypsum composite panels — Part 1-1 :
Contract bill of technical model clauses

D : Bauarbeiten — Verkleidungen aus gipskarton-Verbundplatten — Teil 1-1 : Eschreibung des


Technischen Klauseln

Statut
Norme française homologuée par décision du Directeur Général d'AFNOR le 28 novembre 2012 pour prendre
effet le 28 décembre 2012.
Remplace le fascicule de documentation FD P 72-204-3 (DTU 25.42), de février 2003.
Avec la norme homologuée NF DTU 25.42 P1-2, de décembre 2012, remplace la norme homologuée NF P
72-204-1 (DTU 25.42), de mai 1993 et son amendement A1, de février 2003.

Correspondance
À la date de publication du présent document, il n'existe pas de travaux européens ou internationaux traitant
du même sujet.

Analyse
Le présent document a pour objet de fournir les clauses techniques pour la réalisation d'ouvrages intérieurs fixes
de doublage de mur ou d'habillage verticaux, horizontaux ou inclinés réalisés à partir de complexes et sandwiches
plaques de parement en plâtre-isolant d'isolation thermique intérieure, et susceptibles de recevoir directement
les finitions usuelles moyennant les travaux préparatoires propres au type de finition considéré sur cette famille
de support.

Descripteurs
Thésaurus International Technique : bâtiment, contrat, bâtiment résidentiel, bâtiment d'étude, hôpital,
immeuble de bureaux, aménagement intérieur, plaque de plâtre, parement, panneau isolant, isolation thermique,
isolation acoustique, règle de conception, conditions d'exécution, étanchéité à l'air, étanchéité à l'eau,

Distribué par le CSTB — www.cstb.fr avec l’autorisation de l'AFNOR pour la reproduction des normes.
84, avenue Jean Jaurès - Champs-sur-Marne - 77447 Marne-la-Vallée Cedex 2
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236
condensation, mise en oeuvre, pose, ossature, élément de fixation, joint, collage, état de surface, utilisation, salle
de bains.

Modifications
Par rapport aux documents remplacés, refonte complète.

© AFNOR 2012

Distribué par le CSTB — www.cstb.fr avec l’autorisation de l'AFNOR pour la reproduction des normes.
84, avenue Jean Jaurès - Champs-sur-Marne - 77447 Marne-la-Vallée Cedex 2
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

Sommaire
Page

Membres de la commission de normalisation ...............................................................................................5


Avant-propos commun à tous les NF DTU .................................................................................................. 7
Avant-propos particulier ................................................................................................................................8
1 Domaine d'application ............................................................................................................................. 9
2 Références normatives ...........................................................................................................................10
3 Matériaux ...............................................................................................................................................11
4 Dimensionnement et conception des ouvrages et conditions préalables ................................................ 12
4.1 Résistance à l'arrachement ............................................................................................................ 12
4.2 Résistance aux chocs .................................................................................................................... 12
4.3 Dimensionnement pour assurer la résistance au vent ....................................................................12
4.4 Précautions à prendre vis-à-vis des déformations du gros oeuvre .................................................12
4.5 Condensations dans l'épaisseur — emploi des complexes et sandwiches dans les locaux courants
..................................................................................................................................................................... 13
4.6 Cas des locaux humides ................................................................................................................14
4.7 Cas des incorporations et traversées d'ouvrages ........................................................................... 15
4.8 Comportement au feu des doublages ............................................................................................ 15
5 Prescriptions générales relatives à la mise en oeuvre des complexes et sandwiches ..............................16
5.1 Conditions préalables ....................................................................................................................16
5.2 Règles générales concernant le transport, les manutentions et le stockage sur chantier ................ 16
5.2.1 Transport .............................................................................................................................. 16
5.2.2 Manutention ..........................................................................................................................16
5.2.3 Stockage ............................................................................................................................... 17
5.2.4 Utilisation des éléments dégradés ........................................................................................ 17
5.3 Découpes des complexes et sandwiches ....................................................................................... 17
5.4 Points singuliers ............................................................................................................................17
5.4.1 Perméabilité à l'air ................................................................................................................17
5.4.2 Dispositions particulières au pourtour des baies .................................................................. 24
5.4.3 Dispositions particulières en partie haute .............................................................................25
5.4.4 Dispositions particulières en partie basse .............................................................................25
5.5 Traitement des joints et raccords divers ....................................................................................... 26
5.5.1 Travaux préparatoires ........................................................................................................... 26
5.5.2 Joints entre plaques .............................................................................................................. 26
5.5.3 Joints entre plaques et éléments de nature différente (béton, enduit plâtre, carreaux de
plâtre…) ................................................................................................................................................27
6 Mise en oeuvre des complexes par collage ........................................................................................... 29
6.1 Généralités .................................................................................................................................... 29
6.2 Travaux préparatoires ................................................................................................................... 29
6.2.1 Rappel ...................................................................................................................................29
6.2.2 Reconnaissance et préparation des supports .........................................................................29
6.3 Mise en oeuvre ............................................................................................................................. 29
6.3.1 Application du mortier-adhésif .............................................................................................29
6.3.2 Mise en oeuvre du complexe ............................................................................................... 30
6.3.3 Pose collée de plusieurs complexes superposés ................................................................... 31
6.4 Caractéristique de l'ouvrage fini ................................................................................................... 31
6.4.1 Aspect de surface ................................................................................................................. 31
6.4.2 Planéité ................................................................................................................................. 31
7 Mise en oeuvre des complexes et des sandwiches par fixation mécanique ........................................... 32
7.1 Généralités .................................................................................................................................... 32
7.2 Mise en oeuvre des complexes sur des parois verticales .............................................................. 33
7.2.1 Généralités ............................................................................................................................33
7.2.2 Mise en place de l'ossature ...................................................................................................33
7.2.3 Planéité et horizontalité de l'ossature ................................................................................... 34
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

7.2.4 Mise en oeuvre proprement dite ...........................................................................................34


7.3 Mise en oeuvre des complexes sur parois horizontales ou inclinées .............................................34
7.3.1 Généralités ............................................................................................................................34
7.3.2 Mise en oeuvre des complexes .............................................................................................34
7.4 Caractéristique de l'ouvrage fini ................................................................................................... 35
7.4.1 Aspect de surface ................................................................................................................. 35
7.4.2 Planéité ................................................................................................................................. 35
7.5 Mise en oeuvre des sandwiches (ouvrages verticaux) .................................................................. 35
7.5.1 Généralités ............................................................................................................................35
7.5.2 Pose sur tasseaux verticaux ..................................................................................................36
7.5.3 Pose sur tasseaux horizontaux ..............................................................................................36
7.6 Cas particulier des pieds droits .....................................................................................................36
7.6.1 Ossature ................................................................................................................................ 36
7.6.2 Mise en oeuvre des sandwiches en pieds droits ................................................................... 37
Annexe A (informative) MÉMENTO : Conseils pour la rédaction des documents particuliers d'un marché
et pour la préparation des opérations par le Maître d'ouvrage ....................................................................... 38
A.1 Prescriptions particulières aux ouvrages horizontaux ou inclinés ................................................ 38
A.1.1 Incorporations diverses ........................................................................................................38
A.1.2 Isolation thermique complémentaire ....................................................................................38
A.1.3 Fixation après coup ............................................................................................................. 38
A.2 Prescriptions particulières aux ouvrages verticaux .......................................................................38
A.2.1 Exécution des encastrements et fixations après coup .......................................................... 38
A.2.2 Dispositions particulières à prendre autour des dormants ....................................................40
A.2.3 Revêtements en carreaux céramiques collés ........................................................................40
A.2.4 Voisinage des appareils sanitaires ou ménagers .................................................................. 40
A.3 Intervention ultérieure avec apport d'eau ..................................................................................... 41
A.4 Prescriptions communes à tous les ouvrages ............................................................................... 41
A.4.1 Finition par peinture ............................................................................................................ 41
A.4.2 Finitions sur papiers peints, tenture, etc. ............................................................................. 41
Annexe B (informative) MÉMENTO : Rappels relatifs à la conception des ouvrages ............................. 42
B.1 Généralités ....................................................................................................................................42
B.2 Les risques dus aux condensations ...............................................................................................42
B.2.1 Condensations superficielles ................................................................................................42
B.2.2 Condensations dans l'épaisseur des parois ...........................................................................42
Annexe C (normative) Essais de traction sur deux complexes collés sur un mur en béton .......................44
C.1 Descriptif et dimensions de la maquette ...................................................................................... 44
C.2 Essais d'Identification des éléments constitutifs des complexes ...................................................44
C.3 Modalités des essais d'arrachement ..............................................................................................44
C.4 Résultats des essais ...................................................................................................................... 45
Annexe D (normative) Essais de chocs sur complexes collés sur un mur en béton .................................. 46
D.1 Descriptif et dimensions de la maquette ...................................................................................... 46
D.2 Essais ............................................................................................................................................46
D.3 Exigences requises ....................................................................................................................... 48
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

Membres de la commission de normalisation


Président : M BELVALETTE
Secrétariat : M PLANEIX – UMPI/BNTEC

• M ALLGEYER ARMSTRONG
• M BARBEYRON BARBEYRON ENTREPRISE
• M BELVALETTE BELVALETTE SARL
• MME BROGAT HABITAT ET TERRITOIRES CONSEIL
• M BUGAUD CSTB
• M BUTET UNCP-FFB
• M CAILLOL UMPI-FFB
• M CANNATA CANNATA SA
• M CARETTE UNECB-FFB
• MME CHARBONNIER FILMM
• M COCHET FCBA
• MME CONTIVAL AFNOR
• M CORLOSQUET FCBA
• M CORNET CICF
• M COUSTENOBLE ISOMO
• M DARGOEUVES SOCOTEC
• MME DUCAMP BUREAU VERITAS
• M PLAGNOL CETEN / APAVE INTERNATIONAL
• M DURAND UMGO-FFB
• M FAUGERAS UMPI-FFB
• M FLADENMULLER FLADENMULLER PLATRERIE
• M GAGNEUX MEIGNAN SARL
• M GARANDEL USG France
• M GUICHOT GUICHOT SEE
• M GUIHAUME LES INDUSTRIES DU PLATRE
• M HENRY BNBA
• M LABBE UPPF-FFB
• M LAM UMPI-FFB
• M LEGRAS XELLA THERMOPIERRE
• MME LEROUX PLACOPLATRE
• MME LESTOURNELLE FILMM
• MME LIZARAZU FILMM
• M MARCINEK KNAUF
• M MERCIER PSI GROUPE
• M MEURISSE FCBA-BNBA
• M MEYER-LAVIGNE NOVOVIS SAS
• M MORALES CAPEB

Page 5
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

• M PELISSIER SNAP
• M PEYLA 2 AIP
• M PILLARD UMGO-FFB
• M PINÇON BNTEC
• M PREVOST PSI
• MME QUINTIN CAPEB
• M ROUGIER FILMM
• M SALEMBIER FASSA BORTOLO
• M SANCHEZ ETP SA
• M SANDERS UNSFA
• MME SARRE CSTB
• M SAUVAGE CERIB
• M SENIOR UNSFA
• M SUZOR GIOFS
• MME TALIANA NOVOVIS SAS
• MME TANFI SFJF-FFB
• M TIZIANEL LAFARGE PLATRES
• M VON SAINT GEORGE PROTEKTOR SA

Page 6
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

Avant-propos commun à tous les NF DTU


Un NF DTU constitue un cahier des clauses techniques types applicables contractuellement à des marchés de travaux de bâtiment.
Le marché de travaux doit, en fonction des particularités de chaque projet, définir dans ses documents particuliers, l'ensemble
des dispositions nécessaires qui ne sont pas définies dans les NF DTU ou celles que les contractants estiment pertinent d'inclure
en complément ou en dérogation de ce qui est spécifié dans les NF DTU.
En particulier, les NF DTU ne sont généralement pas en mesure de proposer des dispositions techniques pour la réalisation de
travaux sur des bâtiments construits avec des techniques anciennes. L'établissement des clauses techniques pour les marchés de
ce type relève d'une réflexion des acteurs responsables de la conception et de l'exécution des ouvrages, basée, lorsque cela s'avère
pertinent, sur le contenu des NF DTU, mais aussi sur l'ensemble des connaissances acquises par la pratique de ces techniques
anciennes.
Les NF DTU se réfèrent, pour la réalisation des travaux, à des produits ou procédés de construction, dont l'aptitude à satisfaire
aux dispositions techniques des NF DTU est reconnue par l'expérience.
Lorsque le présent document se réfère à cet effet à un Avis Technique ou à un Document Technique d'Application, ou à une
certification de produit, le titulaire du marché pourra proposer au maître d'ouvrage des produits qui bénéficient de modes de
preuve en vigueur dans d'autres États Membres de l'Espace économique européen, qu'il estime équivalents et qui sont attestés
par des organismes accrédités par des organismes signataires des accords dits « E. A. », ou à défaut fournissant la preuve de leur
conformité à la norme EN 45011. Le titulaire du marché devra alors apporter au maître d'ouvrage les éléments de preuve qui
sont nécessaires à l'appréciation de l'équivalence.
L'acceptation par le maître d'ouvrage d'une telle équivalence est définie par le Cahier des Clauses Spéciales du présent NF DTU.

Page 7
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

Avant-propos particulier
Les figures illustrant ce document sont destinées à faciliter la compréhension du texte ; elles constituent donc des exemples
indicatifs et non limitatifs de réalisation des ouvrages auxquels ils se rapportent.

Page 8
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

1 Domaine d'application
Le présent document propose des clauses types de spécifications de mise en oeuvre pour les travaux d'exécution d'ouvrages
intérieurs fixes de doublage de mur ou d'habillage verticaux, horizontaux ou inclinés réalisés à partir de complexes et sandwiches
plaques de parement en plâtre-isolant d'isolation thermique et/ou acoustique intérieure, et susceptibles de recevoir directement
les finitions usuelles moyennant les travaux préparatoires propres au type de finition considéré sur cette famille de support.

NOTE 1
Par ouvrage incliné on entend, par exemple, l'habillage de rampant.

Les dispositions du présent document s'appliquent aux bâtiments courants.


Les supports compatibles avec une pose collée des doublages sont les suivants :
• paroi béton (NF DTU 23.1) ;
• maçonnerie avec ou sans enduit ciment ou plâtre (NF DTU 20.1) ;
• béton cellulaire (NF DTU 20.1) ;
• plaques de plâtre (NF DTU 25.41) ;
• d'autres supports bénéficiant d'avis technique ou DTA peuvent viser la pose collée de complexes de doublage.
• Ces supports doivent être sains et secs

NOTE 2
On entend par bâtiments courants principalement ceux destinés aux logements, bâtiments scolaires et hospitaliers et
aux immeubles de bureaux, pour des conditions normales d'utilisation, c'est-à-dire occupés en permanence et sans
surpeuplement.

NOTE 3
Pour les bâtiments autres que courants, dont les exigences peuvent être différentes (bâtiment à usage industriel,
agricoles, garage, ...), les prescriptions peuvent être adaptées en tenant compte des caractéristiques particulières des
constructions et de leur destination, fonction du programme arrêté par le maître d'ouvrage.

Le présent document ne vise que les locaux classés EA (locaux secs ou faiblement humides), EB (locaux moyennement humides)
et EB+ privatifs (locaux humides à usage privatif) au sens du cahier du CSTB n° 3567 « Classement des locaux en fonction de
l'exposition à l'humidité des parois ».
Pour l'ensemble des parois verticales apparentes des locaux classés EB+ privatifs, seuls sont admis les complexes constitués de
plaques de plâtre hydrofugées de type H1.

NOTE 4
Compte tenu de sa sensibilité à l'eau (reprise d'eau tant en surface que dans la masse), l'emploi de la plaque standard
n'est pas visé par le présent document dans les locaux EB+ privatifs.

Le présent document est applicable dans toutes les zones climatiques ou naturelles françaises.

NOTE 5
Le domaine d'application couvre ainsi les départements d'outre-mer (DOM).

Le cas de mur de type III n'est pas visé dans le présent document.

Page 9
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

2 Références normatives
Les documents de référence suivants sont indispensables pour l'application du présent document. Pour les références datées,
seule l'édition citée s'applique. Pour les références non datées, la dernière édition du document de référence s'applique (y compris
les éventuels amendements).

FD P 05-100,
Fascicule de documentation — Conditions d'usage normal d'un logement (indice de classement : P 05-100)
NF C 15-100,
Installations électriques à basse tension (Indice de classement : C 15-100)
NF P 08-301,
Ouvrages verticaux des constructions — Essais de résistance aux chocs — Corps de chocs — Principes et modalités
générales des essais de chocs
NF DTU 20.1,
Travaux de bâtiment — Ouvrages en maçonnerie de petits éléments — Parois et murs (indice de classement : P
10-202)
NF DTU 21,
Travaux de bâtiment — Exécution des ouvrages en béton (indice de classement : P 18-201)
NF DTU 22.1,
Travaux de bâtiment — Murs extérieurs en panneaux préfabriqués de grandes dimensions du type plaque pleine ou
nervurée en béton ordinaire (indice de classement : P 10-210)
NF DTU 23.1,
Travaux de bâtiment — Murs en béton banché — Partie 1 : Cahier des clauses techniques (indice de classement : P
18-210)
NF DTU 25.41 P1-2,
Travaux de bâtiment — Ouvrages en plaques de plâtre — Partie 1-2 : Critères généraux de choix des matériaux
(indice de classement : P 72-203)
NF DTU 25.42 P1-2,
Travaux de bâtiment — Ouvrages de doublage et habillage en complexes et sandwiches plaques de parement en
plâtre isolant Partie 1-2 : Critères généraux de choix des matériaux (indice de classement : P 72-204-1-2)
NF DTU 25.42 P2 :
Travaux de bâtiment — Ouvrages de doublage et habillage en complexes et sandwiches plaques de parement en
plâtre isolant — Partie 2 : Cahier des clauses administratives spéciales types (indice de classement P 72-204-2)
NF DTU 52.2,
Travaux de bâtiment — Pose collée des revêtements céramiques et assimilés — Pierres naturelles (indice de
classement : P 61-204)
NF DTU 59.1,
Travaux de bâtiment — Peinture — Travaux de peinture des bâtiments (indice de classement : P 74-201)
NF DTU 59.4,
Travaux de bâtiment — Mise en oeuvre des papiers peints et des revêtements muraux (indice de classement : P
74-204)
NF DTU 60.1,
Travaux de bâtiment — Plomberie sanitaire pour bâtiments à usage d'habitation — Cahier des charges (indice de
classement : P 40-201)
NF DTU 65.10,
Travaux de bâtiment — Canalisations d'eau chaude ou froide sous pression et canalisations d'évacuation des eaux
usées et des eaux pluviales à l'intérieur des bâtiments — Règles générales de mise en oeuvre (indice de classement :
P 52-305)
NF EN 235,
Revêtements muraux — Vocabulaire et symboles (indice de classement : D 63-001)
NF EN 12086,
Produits isolants thermiques destinés aux applications du bâtiment — Détermination des propriétés de transmission
de la vapeur d'eau (indice de classement : P 75-215)
Cahier du CSTB n° 3567 (mai 2006),
Classement des locaux en fonction de l'exposition à l'humidité des parois
Cahier du CSTB n° 3231 (juin 2000),
Guide de l'isolation par l'intérieur des bâtiments d'habitation du point de vue des risques en cas d'incendie

Page 10
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

3 Matériaux
Les matériaux sont choisis parmi ceux répondant aux prescriptions du NF DTU 25.42 P1-2 (CGM).

Page 11
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

4 Dimensionnement et conception des ouvrages et conditions préalables


Les ouvrages verticaux, horizontaux et inclinés sont dimensionnés en vue d'assurer :
• l'isolation thermique ;
• l'isolation acoustique ;
• la protection contre l'incendie.

NOTE
Les performances d'isolation acoustique et de protection contre l'incendie sont attestées par des rapports d'essais
acoustiques et des Procès Verbaux de résistance au feu des parois complètes.

• la résistance à l'arrachement (voir paragraphe 4.1) ;


• la résistance aux chocs (voir paragraphe 4.2) ;
• la résistance au vent (voir paragraphe 4.3) ;
Ce dimensionnement tient compte des précautions à prendre vis-à-vis :
• des déformations du gros oeuvre (voir paragraphe 4.4) ;
• des locaux humides (voir paragraphe 4.6) ;
• des incorporations et traversées d'ouvrages (voir paragraphe 4.7) ;
• du comportement au feu des doublages (voir paragraphe 4.8).

4.1 Résistance à l'arrachement


Le dimensionnement est fonction de la nature des éléments constitutifs de ces ouvrages.
Le dimensionnement proposé a été établi pour des complexes et sandwiches pouvant supporter des charges horizontales ou
verticales correspondant aux conditions d'usage normal d'un logement au sens du fascicule de documentation FD P 05-100.

4.2 Résistance aux chocs


Pour remplir son rôle, le doublage en fonction de son utilisation cas A ou B définis ci-après, doit résister à des chocs caractérisés
par leur énergie, en fonction de l'exigence requise et conformément à l'Annexe D.
Conservation des performances :
• cas A : emploi dans des logements individuels (maisons individuelles et parties privatives des logements collectifs) : 60
Nm aucun désordre apparent ;
• cas B : emplois autres que ceux visés dans le type A : 120 Nm aucun désordre apparent.

4.3 Dimensionnement pour assurer la résistance au vent


Pour les bâtiments fermés ou partiellement ouverts au sens des règles de calcul des actions du vent en vigueur, et dans le cas
des bâtiments courants traités dans le présent document la résistance aux chocs de sécurité des complexes et des sandwiches leur
confère une résistance satisfaisante pour une pression de vent de 20 daN/m2.

4.4 Précautions à prendre vis-à-vis des déformations du gros oeuvre


Il convient de rappeler :
• qu'un plancher ou une poutre peuvent être correctement dimensionnés sur le plan de leur résistance mécanique et donner
lieu, néanmoins, à des déformations contraignantes pour le reste de l'ouvrage ;
• que les murs supports des doublages collés peuvent subir des variations dimensionnelles différées dues à leur retrait, leur
fluage ou au tassement des fondations.

Page 12
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

NOTE
L'expérience acquise conduit à limiter les déformées des parois supports aux valeurs f < L/500, f étant la flèche des
planchers et L la portée des planchers.
Compte tenu de ces déformations contraignantes, des microfissures structurelles peuvent apparaître notamment sur
les joints.

4.5 Condensations dans l'épaisseur — emploi des complexes et sandwiches dans les locaux
courants
Les règles de conception en fonction des risques dus aux condensations sont données dans les normes NF DTU 20.1 et NF
DTU 22.1. L'application aux complexes et sandwiches a permis de définir les règles ci-après, relatives aux locaux à hygrométrie
normale qui comprennent notamment les locaux d'habitation, y compris les cuisines et salles d'eau, sans sur-occupation et
normalement ventilés ; (se reporter à l'Annexe B « Mémento » qui définit des catégories de perméance P1, P2 et P3).

• Les complexes de catégorie P1 sont destinés aux parois en maçonnerie ou en béton, situées en dehors des zones très froides
dont la résistance thermique est supérieure ou égale à 0,086 m2·°C/W.

NOTE 1

Une construction est considérée en « zone très froide » lorsque la température de base du lieu est inférieure à −15
°C ou lorsque l'altitude est supérieure à 600 m en zone climatique H1.

• Les complexes de catégorie P2 sont destinés aux parois en béton plein de granulats courants d'épaisseur inférieure à 15 cm
dont la résistance thermique est inférieure à 0,086 m2·°C/W ;
• Les complexes de catégorie P3 sont destinés aux zones très froides et aux murs revêtus d'un enduit-plâtre quelle que soit
la résistance thermique du mur à doubler.
Lorsque l'ouvrage comporte un pare-vapeur (c'est souvent le cas pour la catégorie P3), il convient de veiller à son intégrité en
reconstituant le pare-vapeur après percement.

NOTE 2
Compte tenu des épaisseurs minimales prévues dans les normes NF DTU 20.1 NF DTU 23.1 pour les parois extérieures,
l'emploi des complexes P2 n'est nécessaire que pour des parois préfabriqués spéciales faisant l'objet elles-mêmes d'Avis
Techniques ou entrant dans l'application de la norme NF DTU 22.1, ou réalisés antérieurement à l'établissement des
NF DTU 20.1 et NF DTU 23.1 ou pour les locaux à forte ou très forte hygrométrie.

Page 13
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

Tableau 1 Condensations dans l'épaisseur — emploi des complexes et sandwiches dans les locaux EB+privatifs

4.6 Cas des locaux humides


Dans les locaux EB et EB+ privatifs, en l'absence dans les Documents Particuliers du Marché (DPM) de dispositions particulières
de protection à prendre pour éviter les passages d'eau, ce sont celles retenues au paragraphe 5.4.4.2 qui s'appliquent.

Page 14
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

4.7 Cas des incorporations et traversées d'ouvrages


Pour rappel, la conception et la réalisation des ouvrages, y compris les interventions des autres corps d'état et traversées diverses
doivent permettre d'assurer simultanément la satisfaction des performances acoustique, thermique, feu, perméabilité à l'air et de
stabilité de l'ouvrage, le cas échéant requises.
Lors de la mise en oeuvre des canalisations, il convient d'éviter de détériorer l'isolation thermique et acoustique et d'éviter
l'augmentation de la perméabilité à l'air.
Les exigences liées à la réglementation thermique applicable, conduisent à maitriser les flux d'air entrants et à porter attention à
tout défaut d'étanchéité non lié à un système de ventilation spécifique (perméabilité du bâti). Dans ce contexte, il est nécessaire
d'éviter la circulation parasite d'air.
Seules les solutions suivantes sont admises :
• Le passage en encastré dans la paroi sans endommager la structure ;
• Le passage en apparent ;
• Le passage des gaines verticales dans l'isolant côté chaud au moyen d'un thermo-furet entre plaque et isolant côté plaque
ou autre moyen adapté.
Dans le cas d'isolant en laine minérale ou polyuréthane et sans autre possibilité une découpe de l'isolant est possible jusqu'à 16 mm.

NOTE 1
Les travaux de traversées réalisés par les autres corps d'état concernés après la pose des doublages sont effectués, en
tenant compte du paragraphe 3.2 de la norme NF DTU 25.42 P2 (CCS) et de l'Annexe A du présent document. Ils
doivent reconstituer l'ouvrage afin de maintenir les performances initiales en acoustique, mécanique, feu, thermique
et perméabilité à l'air.

NOTE 2
L'Annexe A (informative) du présent document rappelle les dispositions relatives à l'exécution des travaux annexes
sur les ouvrages horizontaux ou inclinés constitués de complexes d'isolation thermique.

4.8 Comportement au feu des doublages


Le type et l'épaisseur des parements des complexes de doublage dépendent de la destination des bâtiments. Les dispositions
correspondantes sont définies :
• pour les bâtiments d'habitation dans le « Guide de l'isolation thermique par l'intérieur des bâtiments d'habitation du point
de vue des risques en cas d'incendie Cahier CSTB 3231, de juin 2000) ;
• pour les établissements recevant du public, la plaque de plâtre du complexe de doublage a une épaisseur supérieure ou
égale à 13 mm pour répondre aux exigences de la réglementation incendie de ces bâtiments. Dans le cas du complexe de
doublage en laine minérale une épaisseur de 10 mm suffit si une autre exigence que le comportement au feu ne demande
pas une épaisseur supérieure.

Page 15
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

5 Prescriptions générales relatives à la mise en oeuvre des complexes et


sandwiches

5.1 Conditions préalables


Les travaux ne doivent être entrepris que dans des constructions accessibles, hors d'air, hors d'eau et locaux secs dont l'état
d'avancement met les ouvrages en plaques à l'abri des intempéries et notamment du risque d'humidification par apport accidentel
d'eau liquide.
La reconnaissance des supports est réalisée conformément aux spécifications des normes NF DTU les concernant (aspect et/ou
état de surface, planéité, aplomb, alignement).
Si les supports ne sont pas conformes, il convient d'en avertir le maître d'ouvrage ou son représentant afin qu'il fasse procéder
avant l'intervention de l'entreprise de plâtrerie, aux travaux préparatoires de rattrapage localisé.

NOTE 1
Sur support béton banché, un test d'adhérence du support peut être réalisé (voir paragraphe 6.2.2).

Les précautions à prendre, avant l'intervention de l'entreprise de plâtrerie, concernent principalement :


• la mise en place de la toiture, ou dans le cas des bâtiments collectifs un décalage d'au moins 5 niveaux par rapport aux
travaux de gros oeuvre avec étanchéité provisoire, notamment au niveau des trémies et réservations ;
• l'exécution des enduits extérieurs des façades en maçonnerie d'éléments (voir NF DTU 23.1 ou NF DTU 20.1) ;
• La perméabilité à l'air de l'enveloppe (murs, plafonds, toitures) :
Lors de la reconnaissance des supports, il sera vérifié que toutes les dispositions constructives permettant de maîtriser la
perméabilité à l'air de l'enveloppe soient bien prises en amont de la mise en oeuvre des complexes de doublage, notamment :
• pose et calfeutrement des menuiseries extérieures ;
• enduit extérieur sur les maçonneries ou autre solution technique validée pour cet effet ;
• calfeutrement des traversées de l'enveloppe (canalisations &hellip;).
À défaut, l'entreprise demande au maître d'ouvrage ou son représentant que les corps d'état concernés y remédient en amont de
la mise en oeuvre des doublages.

NOTE 2
Sur prescription particulière des Documents Particuliers du Marché, un test intermédiaire de perméabilité à l'air de
l'enveloppe peut être réalisé.

5.2 Règles générales concernant le transport, les manutentions et le stockage sur chantier

5.2.1 Transport
Les complexes doivent être transportés horizontalement, à l'abri des intempéries et de l'humidité, soit sur une surface plane, sèche
et propre, soit sur palettes de mêmes dimensions que les complexes.
Les accessoires nécessaires à la pose doivent faire l'objet de précautions similaires quant à la protection contre les intempéries,
l'humidité et les remontées capillaires après humidité.

5.2.2 Manutention
Lors des manutentions, les panneaux ne doivent subir ni dégradation, ni déformation : en particulier, ils doivent être manipulés
de chant.

Page 16
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

NOTE

Il convient d'éviter, en particulier, le frottement des éléments l'un sur l'autre, la pose des angles par terre,…

5.2.3 Stockage
Les lots de complexes doivent être stockés horizontalement, à l'abri des intempéries, dans un local normalement clos et couvert,
soit sur un sol plan propre et sec, soit sur palette, soit sur des cales d'égale épaisseur espacées tout au plus de 60 cm, de largeur
minimale de 10 cm et de longueur égale à la largeur des complexes.
Les sacs de mortier-adhésif, d'enduit de joint et les autres accessoires doivent faire l'objet de précautions similaires.

NOTE
Un mauvais stockage peut entraîner des déformations difficiles à rattraper.

Le stockage doit, en outre, être organisé de façon à mettre les complexes ou sandwiches à l'abri des chocs ou salissures pouvant
survenir du fait de l'activité du chantier.

5.2.4 Utilisation des éléments dégradés


Les éléments présentant des écornures de la plaque de plâtre peuvent être réparés s'ils sont destinés à être collés.
Les complexes ou sandwiches présentant des fissures ou des ruptures complètes ne doivent pas être employés tels quels ; ils
peuvent toutefois être utilisés après recoupe de chute, par exemple pour la réalisation des allèges ou des impostes.

5.3 Découpes des complexes et sandwiches


La découpe éventuelle des complexes et sandwiches doit être effectuée sans affecter la liaison entre la plaque de plâtre et l'isolant.

NOTE
En règle générale, il convient de ne pas juxtaposer une coupe et un bord aminci de la plaque de plâtre.

5.4 Points singuliers

5.4.1 Perméabilité à l'air


Des dispositions particulières relatives à la mise en oeuvre des doublages devront être prises afin d'empêcher les échanges entre
la lame d'air due aux plots de collage et le volume chauffé.

NOTE
Les légendes des figures ne concernent que les travaux exécutés par le lot plâtrerie.

Page 17
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

Figure 1 Liaisons menuiseries extérieures – Pose en applique au nu intérieur – Menuiserie bois, métallique ou PVC

Figure 2 Liaisons en pied, dans les pièces sèches – Doublage isolant sur sol fini

Page 18
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

Figure 3 Liaisons en pied, dans les pièces humides – Doublage isolant sur sol fini

Figure 4 Liaisons en pied, dans les pièces humides – Doublage isolant sur sol brut

Page 19
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

Figure 5 Exemple de doublages et plafonds sous planchers d'étage en béton – Pose des doublages après plafonds

Figure 6 Exemple de doublages et plafonds sous planchers d'étage


en béton – Pose des doublages avant plafond sous dalle béton

Page 20
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

Figure 7 Exemple de doublages et plafonds sous planchers


d'étage en béton – Pose des doublages avant plafond sous Hourdis

Figure 8 Exemple de doublages et plafonds sous plancher d'étage en bois – Pose de doublage après plafond

Page 21
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

Figure 9 Exemple de doublages et plafonds sous combles perdus – Raccord sur plafond avant doublage isolant

Page 22
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

Figure 10 Liaisons avec les plafonds – Combles aménagés

Page 23
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

Figure 11 Points singuliers – Exemples de solutions d'incorporation


après pose des doublages – Incorporations électriques

5.4.2 Dispositions particulières au pourtour des baies

5.4.2.1 Perméabilité à l'air et étanchéité à l'eau


Des dispositions particulières doivent être préalablement prévues pour résoudre les problèmes de perméabilité à l'air et
d'étanchéité à l'eau entre les menuiseries extérieures et la structure.

Page 24
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

NOTE
Ces dispositions sont destinées à :
• éviter les pénétrations d'humidité dans le doublage ;
• réduire la perméabilité à l'air de la partie opaque de la paroi ;
• permettre à la paroi complète de présenter des caractéristiques hygrothermiques satisfaisantes (ponts thermiques,
condensation, ...).

Il est rappelé que la stabilité des menuiseries est assurée indépendamment du doublage ; l'étanchéité à l'eau est assurée par ailleurs
généralement entre la menuiserie et la maçonnerie ou la paroi support.

5.4.2.2 Isolation thermique et risques de condensation


Les faces intérieures des appuis doivent être isolées (appuis décalés et isolant délardé ou menuiserie en ébrasement).

NOTE
Il est rappelé par ailleurs qu'en cas d'utilisation de blocs baies d'aluminium, il convient d'utiliser à la place des
encadrements traversant des systèmes à coupure thermique afin d'éviter les points froids en cas de matériaux très
conducteurs (métal) ou peu isolant (béton).

5.4.2.3 Cas particulier d'association de coffres de volets roulants


Le coffre de volet roulant et son montage ne doivent pas permettre d'infiltration d'air entre le doublage et le gros oeuvre.
La jonction entre le coffre et le doublage de mur intérieur est réalisée comme dans le cas d'un dormant de menuiserie.

NOTE 1
Les coffres étant par définition en communication avec l'extérieur, le traitement de la perméabilité à l'air entre les
diverses parties du coffre, notamment aux extrémités ainsi qu'aux jonctions avec la maçonnerie et la traverse haute de
la menuiserie est réalisée au préalable.

NOTE 2

Ces procédés peuvent faire l'objet d'une procédure d'Avis Technique 1.

1)

Où son équivalent dans les conditions indiquées dans l'avant-propos.

5.4.3 Dispositions particulières en partie haute


Les complexes et sandwiches sont généralement posés insérés entre planchers et refends, ce qui évite la mise en communication
du vide entre l'isolant et paroi extérieure avec d'autres vides.
Les joints verticaux doivent être réalisés sur toute la hauteur, y compris dans le plénum.
Cependant, dans le cas des maisons individuelles (plafond léger), il conviendra de prévoir :
• la jonction étanche du plafond des combles avec le mur porteur (voir Figure 10) ;
• l'interruption des vides aux angles de la construction (doublage sur tasseaux, partie de combles derrière pied-droit,...).

5.4.4 Dispositions particulières en partie basse

5.4.4.1 Cas des pièces sèches (pose sur sol fini ou avec revêtement de sol mince)
Il est rappelé que les complexes étant butés en tête, l'espace restant en pied doit être calfeutré avant la pose de la plinthe, soit à
la mise en oeuvre du complexe, soit après mise en place de celui-ci (voir Figure 2).

Page 25
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

5.4.4.2 Cas des locaux EB+ privatifs et EB

5.4.4.2.1 Mise en oeuvre sur sol brut ou sur sol fini


La mise en place d'un joint souple après calfeutrement sur la périphérie du local concerné est nécessaire (voir Figure 3).

5.4.4.2.2 Pièces humides et/ou dans lesquelles le revêtement de sol est lavable à l'eau
Dans ces locaux, la partie basse des complexes doit être protégée contre l'humidité sur une hauteur d'au moins 2 cm au-dessus
du sol fini.
Il est rappelé que les complexes étant butés en tête, les dispositions en pied sont :
• soit arrêter la plaque à 2 cm au-dessus du sol fini,
• soit disposer un relevé d'étanchéité dépassant le sol fini d'au moins 2 cm.

NOTE
La cote 2 cm au-dessus du sol fini est à respecter au plus juste si l'on veut fixer la plinthe dans de bonnes conditions.

Les doublages sont butés en tête et l'espace résiduel en pied doit être calfeutré à l'aide de l'un des produits ci-après :
• laine minérale en bande ou intégrée au complexe (voir Figure 4) ;
• mousse de polyuréthanne injectée.
Le choix du type du calfeutrement est à adapter en fonction des dimensions de l'espace résiduel, de la dimension et de la nature
des plinthes ainsi que de celle du produit de collage adopté (compatibilité entre la colle et le support).

5.5 Traitement des joints et raccords divers

5.5.1 Travaux préparatoires


Avant traitement des joints proprement dits, il doit être procédé au garnissage entre complexes accidentellement non jointifs, au
remplissage des bords amincis des plaques, en jonction avec des bords coupés, épaufrures, légères dégradation du parement…
à l'aide de mortier-adhésif à base de plâtre.
Il sera également vérifié que les têtes de vis soient correctement enfoncées.
Au droit des raccordements avec des parois d'autre nature, il convient de s'assurer que la surface est saine, sèche et non
pulvérulente.

5.5.2 Joints entre plaques

5.5.2.1 Joints courants entre plaques de plâtre à bords amincis


Le traitement des joints intervient après durcissement des produits de rebouchage. Il est réalisé suivant les opérations ci-après :
• appliquer largement l'enduit au fond du creux formé par les bords amincis, repérer l'axe du joint ;
• placer la face meulée de la bande à joint sur l'enduit (coté marquage si celle-ci comporte un sigle), l'axe de la bande étant
centré sur l'axe du joint au droit de la jonction des deux plaques ;
• serrer la bande pour éliminer l'excédent d'enduit sans trop appuyer en glissant la spatule en position inclinée, le long de
la bande de haut en bas ;
• recouvrir la bande d'enduit au moyen d'un plâtroir ;
• laisser sécher ou durcir la première couche d'enduit, recouvrir le joint d'une deuxième couche d'enduit en la laissant déborder
de 2 à 5 cm au-delà de l'aminci.

Page 26
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

NOTE
Les délais et conditions d'exécution (séchage et durcissement) entre les différentes opérations sont fonction des produits
utilisés et des conditions ambiantes (se reporter à cet effet aux indications des producteurs figurant sur les emballages).
En particulier, les produits ne sont utilisables que pour des températures ambiantes au moins supérieures à + 5 °C.

Des contraintes structurelles ponctuelles peuvent laisser apparaître des microfissures.


En outre, dans des conditions ambiantes défavorables au séchage de ces produits (hygrométrie très élevée, absence de ventilation
des locaux...), il peut être nécessaire de différer le traitement des joints ou d'espacer les différentes opérations de ce traitement.

5.5.2.2 Angles rentrants


Les mêmes opérations que ci-dessus sont effectuées en pliant, au préalable, la bande.

5.5.2.3 Angles saillants


Les mêmes opérations que ci-dessus sont effectuées. Dans le cas d'angles saillants verticaux, il doit être utilisé l'un ou l'autre des
produits suivants définis dans la norme NF DTU 25.41 P1-2 CGM :
• une bande spéciale armée, l'armature métallique devant être disposée côté plaques ;
• une cornière métallique perforée.

5.5.2.4 Bords non revêtus (abouts de complexes, coupes,...)


Le joint est traité suivant le même principe que décrit au paragraphe 5.5.2.1 en élargissant l'application des couches successives
d'enduits.

5.5.2.5 Bords coupés (abouts de plaques, coupes…)


Le joint est traité suivant le même principe que décrit au paragraphe 5.5.2.1 en élargissant l'application des couches successives
d'enduits.

NOTE
L'absence de bords amincis implique d'élargir l'application des couches de finition afin d'atténuer la surépaisseur
inévitable qui résulte de l'absence d'amincis.

Dans le cas de joints entre bords coupés et bords amincis, il est indispensable de rétablir la symétrie en remplissant préalablement
le bord aminci.

5.5.2.6 Intersection des joints


En cas de superposition de complexes ou en cas de pose de complexes en plafond, les bandes à joints ne doivent pas être
superposées. A cet effet, la bande qui renforce le joint sur les bords coupés doit être interrompue.

5.5.3 Joints entre plaques et éléments de nature différente (béton, enduit plâtre, carreaux de
plâtre…)

5.5.3.1 Cas général


Le support doit être sec et débarrassé de toute pulvérulence.
Le joint est traité comme indiqué au paragraphe 5.5.2.1 pour les angles courants et comme indiqué au paragraphe 5.5.2.2 et
paragraphe 5.5.2.3 pour les supports en continuité.

5.5.3.2 Autres dispositions de raccordement


Le traitement de la jonction entre la plaque de plâtre du complexe et éléments de nature différente peut être également assuré
par l'une des dispositions suivantes :

Page 27
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

• joint mastic acrylique ou élastomère ;


• couvre-joints ;
• profilé d'habillage formant joint creux.

NOTE
C'est notamment le cas des jonctions avec des éléments en béton laissé brut, des façades menuisées, des enduits
pelliculaires…

5.5.3.3 Ragréages localisés


La dissimulation des têtes de vis ainsi que le ragréage de blessures légères du parement sont exécutés en deux passes successives
de l'enduit utilisé pour les joints avec séchage entre les deux passes.

NOTE
Ces 2 opérations sont généralement exécutées en même temps que le traitement des joints.

Page 28
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

6 Mise en oeuvre des complexes par collage

6.1 Généralités
Le présent article traite des dispositions relatives à la mise en oeuvre par collage des complexes sur des ouvrages verticaux tels
que définis à l'Article 1.
L'emploi de cette technique, dans le cas d'isolant en polystyrène expansé, est limité aux complexes comportant une épaisseur
d'isolant inférieure ou égale à 140 mm.

6.2 Travaux préparatoires

6.2.1 Rappel
Les travaux ne doivent commencer qu'une fois la construction satisfaisant aux conditions définies au paragraphe 5.1.

6.2.2 Reconnaissance et préparation des supports


Les désafleurements ou irrégularités admissibles sont au maximum de 15 mm sous la règle des 2 m. Au delà, la pose sur ossatures
est recommandée.

6.2.2.1 Supports neufs


La surface du mur doit être saine (dénuée de poussière, graisse ou huile, ...) et ne pas ressuer d'humidité...
En été, si la température est trop élevée et les supports secs, il convient de les humidifier légèrement.
La régularité de la face intérieure du mur doit normalement rendre possible le collage dans des conditions normales : les
désafleurements ou irrégularités admissibles sont fonction du type de colle utilisée. Les épaisseurs des plots de mortiers-adhésifs
à base de plâtre ne peuvent dépasser de 15 mm.

6.2.2.2 Supports anciens


Une reconnaissance des supports (cohésion, condition d'adhérence) doit être exécutée. Dans tous les cas, les fissures importantes
doivent être, au préalable, rebouchées. En outre, les dispositions ci-après doivent au cas par cas, être prises en fonction de la
nature du support :
• maçonneries apparentes et béton non revêtu : la préparation est alors identique à celle des supports neufs ;
• maçonneries enduites avec mortier de liant hydraulique non revêtu de finition : l'enduit doit être sondé sur toute la surface
et piqué lorsqu'il sonne le creux puis réparé. La surface doit être ensuite lavée.
Dans certains cas, il peut être préférable de recourir à une fixation mécanique :
• béton et maçonnerie enduites peintes (peintures écaillées, brillantes,...) ; le revêtement doit être décapé par ponçage ou
brûlage, puis le support doit être lavé ;
• supports revêtus, quelle qu'en soit la nature : un décapage systématique du revêtement (papier peint, ...) doit être réalisé.
Le décapage peut être total lorsque la colle est appliquée sur les complexes ou partiel au gabarit à l'endroit des plots lorsque la
colle est appliquée directement sur le mur.

6.3 Mise en oeuvre

6.3.1 Application du mortier-adhésif


Le produit doit être appliqué :
a Cas des isolants alvéolaires

• soit, par plots de 10 cm de diamètre et 15 mm d'épaisseur environ, espacés de 30 cm environ horizontalement et de


40 cm environ verticalement appliqué directement sur le mur après traçage des éléments ou sur l'isolation lui-même ;

Page 29
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

Figure 12 Positionnement des plots


• soit, par bandes d'environ 5 à 10 cm de large, entrecroisées, espacées de 30 cm environ ; dans ce cas les bandes ne
doivent pas être parfaitement continues, afin d'éviter l'effet de ventouse à la pose.
b Cas des isolants fibreux (laine de verre — laine de roche)
La mise en place des plots s'effectue en deux opérations pour assurer une meilleure imprégnation des plots de mortier-adhésif
dans les fibres.
À l'aide d'un couteau à enduire, on applique une première passe de mortier-adhésif de façon à ce que celui-ci pénètre dans les
fibres, soit en bande (voir Figure 13), soit à l'emplacement prévu pour les plots ultérieurs.

Figure 13 Première opération


Le mortier-adhésif est ensuite appliqué par plots. Le nombre et la dimension des plots sont tels que la surface encollée après
réglage et mise en place soit d'environ 15 % de la surface du panneau (par exemple : 6 plots de 18 cm de diamètre par m2 ou
10 plots de 14 cm de diamètre par m2).

Figure 14 Deuxième opération


Après mise en oeuvre, les plots et les bandes ne doivent pas chevaucher les joints des complexes.

6.3.2 Mise en oeuvre du complexe


Cette opération suit l'application du mortier-adhésif.

Page 30
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

Le panneau doit être appliqué à l'avancement contre le mur à isoler, buté en tête sous le plafond, soit directement, soit par
l'intermédiaire de cales disposées sur le sol, qui maintiennent en place le complexe le temps de la prise du mortier-adhésif et
permettent de réaliser correctement la jonction avec le plafond.
L'espace restant en pied, nécessaire à la pose, est fonction de la valeur hors tout du complexe et est d'environ 10 mm (sa dimension
dépend en outre de la précision de la hauteur sous plafond). Il en est de même du jeu entre le dernier panneau posé et le gros oeuvre.
Après application sur le support, la mise en position du complexe et l'affleurement avec les complexes précédemment posés sont
achevés par chocs à l'aide d'une règle de grande longueur.
Les panneaux disposés à l'avancement doivent être découpées de façon à conserver, lorsqu'elles sont dans le même plan, les
bords amincis pour leur jointoiement.
Les dispositions relatives au maintien et/ou au serrage des plaques sont conditionnées par le souci d'obtenir un collage convenable
et la nécessité de satisfaire les tolérances de planéité de surface de l'ouvrage terminé.
Lorsque les complexes ne sont pas ou que peu déformés (moins de 5 mm en tous sens sous la règle de 2 m, plaque à plat), le
serrage des plaques n'est pas nécessaire si les caractéristiques de la colle sont suffisantes pour en assurer le maintien.

6.3.3 Pose collée de plusieurs complexes superposés


En cas de réalisation par pose collée de doublage de grande hauteur (H supérieure à 3,60 m pour les panneaux constitués d'isolant
en plastique alvéolaire et H supérieure à 3,00 m pour ceux à base de fibres minérales), un tasseau horizontal doit être fixé au
support au droit de chaque jonction entre complexes permettant une fixation mécanique de sécurité.
Dans les ERP, la hauteur maximale des doublages à base d'isolant alvéolaire est de 4 m. En cas de superposition de panneaux,
un tasseau bois interrompant la lame d'air doit être systématiquement disposé à la jonction entre les panneaux et être fixé
mécaniquement au support.

6.4 Caractéristique de l'ouvrage fini

6.4.1 Aspect de surface


L'état de surface du parement doit être tel qu'il permette l'application des revêtements de finition sans autres travaux préparatoires
que ceux normalement admis pour le type de finition considéré.
En particulier, après traitement des joints, et ragréages localisés (tête de vis, usure superficielle) le parement de l'ouvrage ne doit
présenter ni pulvérulence superficielle, ni trou.

6.4.2 Planéité

6.4.2.1 Planéité locale


Une règle de 0,20 m appliquée sur le parement de l'ouvrage, notamment au droit des joints ne doit faire apparaître entre le point
le plus saillant et le point le plus en retrait, ni écart supérieur à 1 mm, ni manque, ni changement de plan brutal entre complexes.

6.4.2.2 Planéité générale


Une règle de 2,00 m appliquée sur le parement du complexe et promenée en tous sens ne doit pas faire apparaître, entre le point
le plus saillant et le point le plus en retrait, un écart supérieur à 5 mm.

6.4.2.3 Aplomb
Le faux aplomb mesuré sur une hauteur d'étage courante (de l'ordre de 2,50 m) ne doit pas excéder 5 mm.

Page 31
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

7 Mise en oeuvre des complexes et des sandwiches par fixation mécanique

7.1 Généralités
Le présent article traite des dispositions relatives à la fixation mécanique des complexes et sandwiches :
• sur les parois verticales en maçonnerie ou en béton neuves ou anciennes ;
• sur des charpentes ou ossatures en bois verticales ou non ;
• de plafonds horizontaux sous comble perdu, accessible ou non ;
• d'habillage de comble aménagé : plafonds, rampants sous couverture et pieds-droits ;
• d'habillage de maisons à ossature bois.

Figure 15 Exemple de mise en oeuvre des complexes et des sandwiches par fixation mécanique

Figure 16 Autre exemple de mise en oeuvre des complexes et des sandwiches par fixation mécanique
L'emploi de la fixation mécanique est limité aux complexes d'épaisseur inférieure ou égale à 80 mm.
La fixation des complexes en complément d'isolation ne doit pas endommager l'étanchéité à l'air de la paroi support.
Dans le cas d'exigences acoustiques, la fixation mécanique des complexes n'est pas visée par ce document.

Page 32
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

Les complexes à base de polystyrène expansé élastifié ne doivent pas être mis en oeuvre par fixation mécanique.

7.2 Mise en oeuvre des complexes sur des parois verticales

7.2.1 Généralités
La pose est effectuée par fixation mécanique sur une ossature elle-même fixée mécaniquement dans le mur.
L'ossature doit être constituée :
• soit par des profilés en tôle d'acier (ossature métallique) ;
• soit par des tasseaux en bois (ossature en bois).
La qualité, les formes et les dimensions des ossatures sont spécifiées dans le NF DTU 25.42 P1-2 (CGM).

NOTE
Ce mode de pose, dans le cas où le collage n'est pas possible (irrégularités trop importantes, murs anciens intérieurement
en mauvais état), peut également être utilisé lorsqu'il est prévu la réalisation de murs de type IIb (voir NF DTU 20.1
et NF DTU 23.1), les tasseaux sont, dans ce cas, disposés verticalement.

7.2.2 Mise en place de l'ossature


L'ossature est réglée et fixée horizontalement ou verticalement au mur par scellement ou chevillage.
Deux types de pose doivent être envisagés :
• la pose parallèle (plus grande dimension du complexe disposée parallèlement aux lignes du support) ;
• la pose perpendiculaire (plus grande dimension du complexe disposée perpendiculairement aux lignes du support).

Figure 17 Pose parallèle à l'ossature

Figure 18 Pose perpendiculaire à l'ossature (tasseaux verticaux)


L'écartement maximal entre axes de lignes du support en fonction d'une part, du type de complexe et de l'épaisseur d'isolant
utilisé et d'autre part, du type de pose envisagé, est indiqué dans le Tableau 2.

Page 33
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

Tableau 2 Écartement maximal entre axes de lignes du support

7.2.3 Planéité et horizontalité de l'ossature


La planéité et l'horizontalité du plafond en complexes résultent des caractéristiques de l'ossature intermédiaire qui doit donc être
mise en place et réglée en sorte de respecter les prescriptions ci-après.

7.2.3.1 Planéité
La surface matérialisée par la sous-face de l'ossature ci-dessus ne doit pas présenter d'irrégularité de niveau supérieure à 5 mm,
sous une règle de 2,00 m déplacée perpendiculairement aux éléments de cette ossature.

7.2.3.2 Horizontalité de l'ossature


L'écart de niveau avec le plan de référence doit être inférieur à 3 mm/m sans dépasser 2 cm.

7.2.4 Mise en oeuvre proprement dite


La fixation doit être réalisée par vissage
Les points transversaux et longitudinaux doivent toujours être alignés.
Les points de fixation doivent être situés à au moins 10 mm de tous les bords, leur espacement le long d'une ligne de support
doit être de l'ordre de 30 cm.
Les complexes étant butés en tête à la mise en oeuvre, on adoptera les mêmes dispositions que celles prévues au paragraphe 5.4.2.

7.3 Mise en oeuvre des complexes sur parois horizontales ou inclinées

7.3.1 Généralités
Les travaux ne doivent commencer qu'une fois la construction satisfaisant aux conditions définies au paragraphe 5.1.

NOTE
De façon plus spécifique à ces parties d'ouvrages sur ou sous lesquels doit être posée l'isolation intérieure, il convient
dans le cas de travaux de rénovation de :
• veiller à respecter l'espace nécessaire au bon fonctionnement de la ventilation en sous-face de couverture (orifice
bas, espace sous couverture,...) ;
• de mettre en place un grillage contre les prédateurs (rongeurs, oiseaux,…) ;
• de mettre en place l'isolation thermique complémentaire ;
• de mettre en place une ossature secondaire si nécessaire.

7.3.2 Mise en oeuvre des complexes


Deux possibilités sont à envisager :
• il existe une ossature principale (charpente) répondant aux prescriptions définies dans le NF DTU 25.42 P1-2 (CGM) et au
paragraphe 7.3 : la fixation des complexes est réalisée directement sur celle-ci si la planéité est satisfaisante ;

Page 34
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

• s'il s'agit de plafond sous fermes assemblées par connecteurs et goussets et disposées à faible entraxe, une ossature
secondaire est indispensable ; elle est alors disposée perpendiculairement aux fermes ;
• s'il s'agit de plafond sous solives ou sous rampants constitués de chevrons qui répondent généralement à ces
prescriptions, la fixation est réalisée directement sous solives ou chevrons.
• l'ossature déjà en place ne répond pas aux prescriptions visées ci-dessus : une ossature secondaire rapportée satisfaisant aux
prescriptions demandées doit être mise en place.

NOTE
L'utilisation de complexes présente l'avantage par rapport à la solution classique de plafonds en plaques de plâtre
sur ossature et isolant complémentaire de pouvoir disposer une couche continue d'isolant filant sous l'ossature ; en
contrepartie, la fixation des complexes est plus délicate que celle des plaques seules, et cela d'autant plus que l'épaisseur
d'isolant du complexe est forte ; elle suppose en outre à partir de 50 mm d'isolant les dispositions particulières définies
ci-après.

Au droit des joints les largeurs d'appuis, bois ou métallique sont doublées. La pose en parallèle n'est pas admise.
On se reportera au Tableau 2 pour déterminer l'écartement maximal entre axes de lignes de support.

7.4 Caractéristique de l'ouvrage fini

7.4.1 Aspect de surface


L'état de surface du parement du complexe ou du sandwich doit être tel qu'il permette l'application des revêtements de finition
sans autres travaux préparatoires que ceux normalement admis pour le type de finition considéré.
En particulier, après traitement des joints et ragréage local (tête de vis, rebouchage superficiel), le parement de l'ouvrage ne doit
présenter ni pulvérulence superficielle, ni trou.

7.4.2 Planéité

7.4.2.1 Planéité locale


Une règle de 0,20 m appliquée à la sous-face de l'ouvrage ne doit pas faire apparaître entre le point le plus saillant et le point le
plus en retrait ni écart supérieur à 1 mm, ni manque ni changement de plan brutal entre plaques.

7.4.2.2 Planéité générale


Une règle de 2,00 m appliquée sur le parement du complexe et promenée en tous sens ne doit pas faire apparaître, entre le point
le plus saillant et le point le plus en retrait, un écart supérieur à 5 mm.

7.4.2.3 Verticalité
Dans le cas de mise en oeuvre verticale des complexes, une tolérance de verticalité de 5 mm au maximum est admise sur la
hauteur de l'étage courant.

7.4.2.4 Horizontalité
L'écart de niveau avec le plan de référence doit être inférieur à 3 mm/m sans dépasser 2 cm (cas des plafonds seulement).

7.5 Mise en oeuvre des sandwiches (ouvrages verticaux)

7.5.1 Généralités
Les travaux ne doivent commencer qu'une fois la construction satisfaisant aux conditions définies au paragraphe 5.1.
Lorsqu'il existe un pare-vapeur, celui-ci doit être placé du côté de l'intérieur du local (du côté chaud).

Page 35
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

7.5.2 Pose sur tasseaux verticaux

Figure 19 Pose sur tasseaux verticaux


Les tasseaux doivent être fixés verticalement et espacés de 1,20 m d'axe en axe. Leurs dimensions doivent être de 50 x 27 mm.
Les sandwiches doivent être ensuite fixés sur les tasseaux.

NOTE
Cette technique permet de réaliser des murs de type IIb ou III, moyennant le respect des autres prescriptions des NF
DTU 20.1 et NF DTU 23.1.

7.5.3 Pose sur tasseaux horizontaux

Figure 20 Pose sur tasseaux horizontaux


Les tasseaux doivent être continus et placés en pied et en tête. Leurs dimensions doivent être de 50 x 27 mm.
Au droit du joint vertical, à mi-hauteur, une cale d'épaisseur servant d'appui à l'élément doit être fixée au mur.
Le sandwich doit être plaqué sur ces tasseaux puis vissé (pose en applique).

NOTE
Cette technique ne permet pas de réaliser des murs de type IIb ou III, à cause de la disposition des tasseaux.

7.6 Cas particulier des pieds droits

7.6.1 Ossature
La pose doit être effectuée comme indiqué précédemment sur une ossature comportant, en outre, une lisse haute et une lisse
basse. La fixation doit être réalisée par vissage.
Cette ossature doit matérialiser un plan vertical répondant aux prescriptions du paragraphe 7.2.3 avec un faux aplomb maximal
de 5 mm.
Un calfeutrement (bande de mousse, ...) est disposé entre le sol et la lisse basse, afin d'assurer l'étanchéité à l'air à cet endroit.

Page 36
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

7.6.2 Mise en oeuvre des sandwiches en pieds droits

Figure 21 Exemple de mise en oeuvre de pieds droits (Mise en oeuvre en applique)


Les sandwiches doivent être fixés en applique par vissage en pied et en tête, sur une ossature comportant une lisse haute et une
lisse basse.
En outre, une clavette d'épaisseur égale à celle de l'isolant est disposée à mi-hauteur et solidarisée aux parements par vissage de
part et d'autre du joint vertical entre panneaux.
Les dimensions à respecter sont les suivantes :
• hauteur libre entre lisses : inférieure ou égale à 1,70 m ;
• épaisseur hors tour des sandwiches : supérieure ou égale à 60 mm (épaisseur d'isolant : 40 mm).

NOTE
Au-delà de 1,70 m, l'ouvrage est considéré comme une cloison et n'est pas visé par le présent document.

Page 37
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

Annexe A (informative)
MÉMENTO : Conseils pour la rédaction des documents particuliers d'un
marché et pour la préparation des opérations par le Maître d'ouvrage

A.1 Prescriptions particulières aux ouvrages horizontaux ou inclinés

A.1.1 Incorporations diverses


Si l'espace délimité par le plafond n'est pas accessible, les gaines électriques sont disposées en même temps que l'ossature ou
immédiatement après.
Dans tous les cas, elles doivent être mises en place avant exécution des joints entre plaques.
Les conduits de ventilation doivent être fixés au gros oeuvre indépendamment de l'ossature du plafond proprement dite.
Il est rappelé que tout contact entre les profilés métalliques d'ossature et des éléments en cuivre doit être évité.

NOTE
En raison de l'incompatibilité avec la protection par galvanisation des profilés.

A.1.2 Isolation thermique complémentaire


L'isolation thermique complémentaire disposées au-dessus du plafond est mise en place au-dessus de l'ossature et suivant l'isolant
ou la technique utilisée et l'accessibilité du local :
• avant pose des complexes ;
• à l'avancement ;
• après pose des complexes mais dans ce cas avant exécution des joints entre plaques.
Afin d'éviter la discontinuité avec l'isolation disposée verticalement, on veillera à soigner particulièrement la mise en place en rive.

NOTE
Il est donc conseillé de n'exécuter ces opérations qu'une fois effectuées les incorporations diverses ci-dessus.

A.1.3 Fixation après coup


Si aucun dispositif n'a été prévu à la mise en oeuvre du plafond, il convient de respecter les prescriptions ci-après :
• les charges ponctuelles jusqu'à 2 daN peuvent être fixées par surface minimale de 1,20 m par 1,20 m dans les plaques
(chevilles à expansion, à bascule...) pour la fixation d'objets ;
• au-delà de 2 daN, les charges doivent être fixées à la structure support de l'ossature de plafond.

A.2 Prescriptions particulières aux ouvrages verticaux

A.2.1 Exécution des encastrements et fixations après coup

A.2.1.1 Exécution des fixations, percements et scellements


Les encastrements électriques et plomberie sanitaires sont proscrits.
Canalisation de plomberie — chauffage
On se reportera à la norme NF DTU 65.10.

A.2.1.2 Percements et scellements pour travaux de plomberie-sanitaire


Conformément à la norme NF DTU 60.1, les percements, rebouchages et scellements sont à la charge de l'entreprise de plomberie-
sanitaire.

Page 38
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

A.2.1.3 Traversées de parois


Les travaux de traversées de parois doivent être réalisés par l'intervenant de façon à conserver les fonctions et performances
(étanchéité, acoustique, thermique, perméabilité à l'air, etc.) requises de l'ouvrage.

Figure A.1 Exemple de traversée de cloison dans un local EB+ privatif

A.2.1.4 Fixations après coup


Si aucun dispositif n'a été prévu à la mise en oeuvre de l'ouvrage, il convient de respecter les prescriptions ci-après :
• les charges jusqu'à 10 daN peuvent être fixées directement dans les plaques à l'aide de fixation du type crochets X ou
similaire, ou de chevilles spécialement adaptées à cet usage ;

NOTE 1
Ces fixations sont adaptées aux sollicitations du type cisaillement.

• les charges comprises entre 10 et 30 daN peuvent être fixées directement dans les plaques à l'aide de chevilles à expansion
ou à bascule en respectant un espacement minimal entre points de fixation de 40 cm ;
• les charges supérieures à 30 daN doivent obligatoirement être fixées par renvoi à la structure.

NOTE 2
Dans les deux derniers cas, il convient de limiter ces charges à des valeurs égales à celles introduisant un moment
de renversement de 30 daN/m s'il s'agit de charge localisée (par exemple : lavabo) ou 15 daN/m par ml s'il s'agit
de charge filante (par exemple : étagère).

Page 39
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

A.2.2 Dispositions particulières à prendre autour des dormants


Outre les dispositions prévues dans le présent document celles des normes NF DTU relatives aux menuiseries extérieures
concernant l'étanchéité à l'eau et à l'air sont applicables.

A.2.3 Revêtements en carreaux céramiques collés


Les prescriptions de pose des revêtements en carreaux céramiques ou analogues sont définies par le NF DTU 52.2.

A.2.4 Voisinage des appareils sanitaires ou ménagers


Dans la zone d'emprise d'un bac à douche ou d'une baignoire :
• les revêtements muraux PVC doivent être à joints soudés et conformes à la norme NF EN 235 ;
• le revêtement mural doit être réalisé de manière à laisser un espace d'au moins 5 mm entre le bord de l'appareil et le
revêtement ;
• les bords du receveur de douche ou de la baignoire ne doivent pas être en contact direct avec la cloison. Il ne doit pas y avoir
de blocage vertical ni latéral, tout scellement du receveur ou de la baignoire est à proscrire. Un joint périphérique souple
de finition doit être réalisé sans interruption entre le revêtement et le receveur de douche ou la baignoire en complément
du joint d'appui entre l'appareil et son support (voir Figures A.2 et A.3).

Figure A.2 Exemple de liaison entre la cloison et une baignoire acrylique ou un receveur céramique

Figure A.3 Exemple de liaison entre la cloison et une baignoire acrylique ou un receveur de douche acrylique

Page 40
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

Au voisinage des autres appareils sanitaires ou ménagers :


• on doit appliquer à la surface de l'ouvrage un revêtement de protection efficace contre les ruissellements et rejaillissements ;
• un joint étanche doit être placé entre ce revêtement et les appareils précités.

NOTE
L'expérience montre que les mastics élastomères ou l'emploi de profils spéciaux semblent donner satisfaction
pour cet usage.

Il est à noter que la solution du problème de la protection de l'ouvrage derrière les appareils sanitaires est grandement facilitée
lorsque les appareils en question sont décollés de la cloison, ce qui est notamment possible sans difficulté pour les lavabos.

A.3 Intervention ultérieure avec apport d'eau


Lors de la réalisation et pendant le séchage d'ouvrages à base de liant hydraulique (chape, enduit de finition ou de décoration)
une ventilation efficace des locaux doit être assurée.

NOTE
Cette ventilation a pour objet d'accélérer le séchage de ces ouvrages en vue d'éviter l'apparition de désordres sur les
plaques. On évitera de recourir à un chauffage forcé qui pourrait être à l'origine de fissures au droit des joints entre
plaques.

A.4 Prescriptions communes à tous les ouvrages


L'application des revêtements de finition ne peut être envisagée qu'après 7 jours minimum de séchage des joints en ambiance
naturelle. Elle doit être effectuée conformément aux Règles de l'Art et aux dispositions de la norme NF DTU spécifique du mode
de finition envisagé.
Le délai de 7 jours doit être respecté, pour permettre un séchage convenable des ouvrages au droit des joints. Lorsque l'hygrométrie
est très élevée ; une ventilation des locaux est nécessaire.

A.4.1 Finition par peinture


Les dispositions sont celles définies par la norme NF DTU 59.1.

A.4.2 Finitions sur papiers peints, tenture, etc.

NOTE
Les travaux correspondants ne peuvent intervenir qu'après un délai suffisant pour permettre un séchage convenable
des ouvrages au droit des joints.

Les dispositions sont celles définies par la norme NF DTU 59.4.


Les travaux préparatoires nécessaires seront exécutés en fonction de la nature du revêtement et de la qualité de l'ouvrage désiré
définies dans les normes visées ci-dessus.
Dans le cas de revêtement collé et en vue des réfections ultérieures, il faut procéder avant encollage à une impression en milieu
solvant conformément aux dispositions de la norme visée ci-dessus.

Page 41
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

Annexe B (informative)
MÉMENTO : Rappels relatifs à la conception des ouvrages

B.1 Généralités
Le présent document a pour objet de rappeler certaines règles qui, bien que concernant d'autres intervenants que l'entreprise
chargée de l'exécution des travaux visés par la norme NF DTU 25.42 P2, n'en sont pas moins des conditions indispensables au
bon comportement ultérieur des ouvrages.

B.2 Les risques dus aux condensations

B.2.1 Condensations superficielles


Les risques de condensations superficielles seront évalués à partir du facteur de température superficielle qui est directement
lié au coefficient K.

• to est la température de surface intérieure ;


• ti est la température intérieure ;
• te est la température extérieure.
Ils dépendent en outre de la production de vapeur dans les locaux, du renouvellement d'air et de la valeur de la température
intérieure.

NOTE

Pour un logement normalement occupé et chauffé, il est généralement demandé que le facteur µ ait une valeur inférieure
à 0.25. Ce coefficient est désormais aisément respecté en partie courante, compte tenu du niveau d'isolation pratiqué.
Un risque subsiste en l'absence de correction thermique au niveau des refends et des planchers.

B.2.2 Condensations dans l'épaisseur des parois

B.2.2.1 Cas des parois verticales en maçonnerie ou en béton


Les règles de conception en fonction des risques dus aux condensations sont données dans les normes NF DTU 20.1 et NF DTU
22.1.
L'application aux complexes et sandwiches a permis de définir les règles ci-après, relatives aux locaux à hygrométrie normale
qui comprennent notamment les locaux d'habitation, y compris les cuisines et salles d'eau, sans sur-occupation et normalement
ventilés :
On distingue trois catégories P1, P2 et P3 en fonction de la perméance des produits :
Z est la résistance à la diffusion de vapeur d'eau en m2·h·Pa/mg déterminée selon la EN 12086.
1/Z est la perméance à la vapeur d'eau W en mg/m2·h·Pa

avec

Page 42
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

• δair la perméabilité de l'air à la vapeur d'eau en mg/(m·h·Pa) selon la EN 12086 ;


• µ l'indice de résistance à la diffusion de vapeur d'eau selon la EN 12086 ;
• d l'épaisseur en mètres de l'isolant.

Tableau B.1 Correspondance d'unités de perméance


On distingue :
• Catégorie P1 Constituée de complexes dont la perméance est supérieure à 60,10-3 et des sandwiches dont la perméance est
supérieure à 300,10-3. Ils sont marqués P1.
• Catégorie P21 : Constituée de complexes dont la perméance est comprise entre 15,10-3 et 60,10-3 et des sandwiches dont
la perméance est comprise entre 15,10-3 et 300,10-3. Ils sont marqués P2
• Catégorie P3 : Constituée de complexes et sandwiches dont la perméance est inférieure ou égale à 15,10-3. Ils sont marqués
P3.

Page 43
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

Annexe C (normative)
Essais de traction sur deux complexes collés sur un mur en béton

C.1 Descriptif et dimensions de la maquette


Dimensions de la maquette (appelée aussi corps d'épreuve) : hauteur 2,00 m x 2,40 m
Deux complexes d'isolation thermique par l'intérieure sont collés sur un mur en béton brut.
Avant mise en oeuvre, des plots de mortier adhésif sont répartis sur les complexes à l'aide d'un gabarit en bois assurant la régularité
des dimensions des plots et suivant les indications précisées sur la Figure C1 ci-dessous.
Avant écrasement les dimensions des plots sont les suivantes : diamètre 130 mm et épaisseur 15 mm.
Le traitement des joints est réalisé avec un système enduit associé à une bande à joints.
La constitution des complexes sera notée (nature et épaisseur de panneau isolant et épaisseur et type de plaque de plâtre).

C.2 Essais d'Identification des éléments constitutifs des complexes


Les essais de recoupement et d'identification suivants seront réalisés :
• Sur un complexe : Résistance à l'arrachement de l'isolant sur la plaque de plâtre.
• Sur le mortier adhésif : Vérification du taux de gâchage et résistance à l'arrachement sur béton.
• Sur les matériaux de jointoiement : deux cas se présentent :
• Si le traitement des joints est réalisé avec un système enduit associé à une bande à joint faisant l'objet d'un certificat
de qualification NF une identification partielle sera réalisée (Rétention d'eau, taux de cendres à 350 °C et 900 °C et
résistance à la flexion après 7 jours de séchage).
• Si le traitement des joints est réalisé avec un système enduit associé à une bande à joint ne faisant pas l'objet d'un
certificat de qualification NF, l'ensemble des essais demandés dans le cadre de la marque de qualité (NF 443) seront
réalisés.

Figure C.1 Implantation des plots de mortier adhésif

C.3 Modalités des essais d'arrachement


Le corps d'épreuve ainsi constitué est fixé dans un portique d'essais.
Les maquettes seront testées après 2 mois de séchage. La température et l'hygrométrie du hall seront relevées.

Page 44
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

L'essai de traction est effectué par l'intermédiaire d'une plaque de répartition carrée de 0,90 x 0,90 (m) centrée sur le corps
d'épreuve, fixée de part et d'autre du joint par 16 chevilles type 8 de 34 mm de longueur.

C.4 Résultats des essais


La charge de rupture est notée ainsi que les modes de rupture constatés.
La rupture doit se situer dans l'isolant ou dans l'interface isolant/mortier adhésif.

Page 45
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

Annexe D (normative)
Essais de chocs sur complexes collés sur un mur en béton

D.1 Descriptif et dimensions de la maquette


Dimensions de la maquette : hauteur 2,00 m x 3,30 m
Trois complexes sont collés sur mur en béton par l'intermédiaire de plots de mortier adhésif
Avant mise en oeuvre, des plots de mortier adhésif sont répartis sur les complexes à l'aide d'un gabarit en bois assurant la régularité
des dimensions des plots et suivant les indications précisées sur la Figure D.1 ci-dessous.
Avant écrasement les dimensions des plots sont les suivantes : diamètre 130 mm et épaisseur 15 mm.
Le traitement des joints est traité avec un système enduit associé à une bande à joints.
La constitution des complexes sera notée (nature et épaisseur de panneau isolant et épaisseur et type de plaque de plâtre).
L'implantation des plots de colle est identique à celle définie dans l'annexe ci-dessus.

D.2 Essais
Les maquettes seront testées après 2 mois de séchage. La température et l'hygrométrie du hall seront relevées.
Les essais suivants sont réalisés :
a Essai de chocs de corps mous :
• sac de 50 kg (M50 selon la norme homologuée NF P 08-301) — énergie de 60 — 120 et 240 Joules.
b Essai de chocs de corps durs :
• Bille d'acier de 500 g – énergie de 2,5 joules* (les essais de billage sont réalisés conformément aux modalités définies
dans le Cahier du CSTB n° 695) ;
• Bille d'acier de 1 000 g – énergie de 10 joules (facultatif)
Les essais de chocs sont réalisés conformément à la norme homologuée NF P 08-301 – Essais de résistance aux chocs – Corps
de chocs – Principe et modalités générales des essais de chocs. (voir Figure D.2)
Les chocs sont appliqués aux points d'impact 1, 2 et 3 (voir Figure D.1) :
1 en partie courante ;
2 entre plots ;
3 sur joint.
La hauteur de chute est définie en fonction de l'énergie à libérer. Les hauteurs de chute correspondant aux énergies visées ci-
dessus sont indiquées dans le Tableau D.1.
La hauteur de choc est effectuée à mi-hauteur de la cloison.

Tableau D.1 Hauteur de chute du corps M50

Page 46
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

Figure D.1 Emplacement des points d'impacts

Figure D.2 Exemple de dispositif d'essai de choc M 50

Page 47
CSTB Editions pour AFPA le 03/03/2017 11:08
IP de l'utilisateur: 46.218.77.236 NF DTU 25.42 P1-1 ( P 72-204-1-1 )

D.3 Exigences requises

Tableau D.2 Essais de chocs de corps mous

Tableau D.3 Essais de chocs de corps durs

Page 48

Vous aimerez peut-être aussi