Vous êtes sur la page 1sur 13

Pontificia Universidad Javeriana

Silvana González et Ana Quintero

Aya de Yopougon : une étude de cas sur le rôle de la femme Ivorienne

Professeur : Sandra Sandoval

Faculté de communication et langage- Programme de langues modernes

Bogotá, mai 2021

1
Pagination
1. Introduction………………………………………………………………………………...3
2. Cadre théorique…………………………………………………………………………….
3
Identité en genre………………………………………………………………………..3
Acte de protestation et
performance …………………………………………………...3
Lieu
d’énonciation……………………………………………………………………...4
3. Description des unités d’analyse ……………………………………………………………4
Contexte du
lieu………………………………………………………………………...4
Personnages………………………………………………………………………….…5
3. Description du processus de collecte d’information…………………………………….…6
4. Résultats……………………………………………………………………………………7
5. Conclusions et réflexions ……………………………………………………………….…8
6. Anexes…………………………………………………………………………………….10
7. Références………………………………………………………………………………...12

2
1. Introduction

Au milieu de la recherche sur la construction identitaire en Côte d’Ivoire, Vidal (2018)


affirme l’existence d’une guerre de sexes dans laquelle la femme porte le poids d’une
idéalisation basé sur la rêverie masculine. La présente étude de type descriptif a pour but de
repérer le rôle de la femme d’Abidjan transmise par le BD Aya de Yopougon à partir de
l’identification des stéréotypes de genre, des problématiques qui confrontent les personnages
féminins du BD et les leurs réactions vers ces problématiques. On veut analyser ce
phénomène à partir une technique d’analyse documentale en utilisant comme instrument
l'enquête ethnographique utile pour la description des événements quotidiens et des
problématiques culturelles d'un groupe social. L’importance de cette investigation tombe sur
le fait qu’elle montre à la lumière d’Aya de Yopougon les problématiques de genre qui cache
la société Ivoirienne et leur influence sur la construction identitaire. En plus, on aborde les
différentes manières de les surmonter.

2. Cadre théorique
Pour le développement de l’étude on a choisi les suivantes unités conceptuelles de
base pour bien analyser la problématique abordée : identité et genre, acte de
protestation et performance et lieu d’énonciation.

 Identité et genre : Butler (2015) précise l’identité comme un attribut pas défini à la
naissance mais plutôt un processus résultat de la création et normalisation de sens
autour des interactions sociales. Ces sens présentés en forme de valeurs et normes sont
attribué à chaque individu comme caractéristiques essentiels qu’ils doivent acquérir
pour se bien débrouiller dans la société. Quand le corps biologique commence à
acquérir aussi une sens sociale on trouve l’existence de rôles de genre, c’est-à-dire, des
conduites spécifiques désignés comme les naturelle pour des hommes et des femmes.
Avec les rôles de genre l’identité devient normative et la liberté individuelle est limité.

3
Acte de protestation et performance : Butler (2015) établi une relation entre la
performance el le genre en disant que les conduites réalisées à partir de la pratique
corporelle légitiment les rôles de genre, mais elles peuvent aussi les déconstruire.
Quand la réalisation de cela qui sort du naturelle aide a la transformation des discours
et d’identités, cela peut se comprendre comme un acte politique. Fuentes (2020) assure
que la performance est un concept qui inclut de protocoles normatifs même que des
actes de rébellion. L’usage de la corp dans le but de la protestation se comprend
comme un acte esthétique et stratégique avec lequel on trouve différentes styles
communicatifs et techniques pour se mobiliser.

 Lieu d’énonciation : Muñiz (2015) s’intéresse à l’interprétation de l’histoire et se sert


du terme « lugar de enunciación » de Mignolo (2015) comprise comme l’espace dont
lequel émerge le discours qui raconte les événements historiques. Pour Muñiz (2015)
Le lieu d’énonciation s’oppose à une compréhension statique et ordinât de la réalité, et
apparait comme une catégorie d’analyse pour comprend des réalités diverses à partir
des expériences diverses. Dans cette étude on analysera l’interprétation de la réalité
depuis les lieux d’énonciation de Marguerite Abouet, auteure du BD et Clément
Oubrerie, illustrateur.

3. Description des unités d’analyse


Nous nous concentrerons à analyser la situation des personnages principaux féminins dans le
BD (Aya, Bintou, Adjoua, la mère de Moussa, etc.), en plus, nous analyserons les dialogues
dans quelques scènes entre hommes, entre femmes, et entre hommes et femmes, les
expressions autour de la femme et la manière dont l’homme lui parle, pour identifier comment
est-ce que l’homme la vue pour identifier le rôle qu’elle a dans la société ivoirienne.
Nous passerons maintenant à décrire nos unités d’analyse de manière détaillé. En premier lieu
nous présenterons le contexte du lieu où se passe l’action : des caractéristiques principales
importants à savoir pour comprendre la BD ; en deuxième lieu, on fera une description
détaillée des personnages qui seront partie de l’analyse à faire.

3.1. Contexte du lieu


L’histoire se déroule dans les années 70 à Abidjan.
Abidjan est la plus grande ville de la Côte d'Ivoire. Ancienne capitale administrative et
politique du pays jusqu'en 1983, elle est également la ville la plus peuplée de l'Afrique de

4
l'Ouest francophone et la deuxième plus grande ville et troisième plus grande agglomération
au sein de la francophonie.
Le pagne est une pièce utilisée par la femme qui a une signification culturelle. C’est par le
pagne qu’on reconnait la femme. Chaque pagne a une signification selon son motif, c’est-à-
dire la manière dans laquelle le pagne est porté montre la personnalité ou la situation
amoureuse d’une femme. 
A propos de l’ambiance, Yopougon est un quartier populaire d'Abidjan très célèbre et connu
pour son grand marché, mais surtout pour ses nombreuses pistes de danse. (Yop City)

Si on parle de la langue, le nouchi est une forme d'argot présente en Côte d'Ivoire et en
Afrique de l'Ouest. Le nouchi (ou noussi) est un mélange de français et de plusieurs langues
de Côte d'Ivoire, il est apparu au début des années 19701.
Il était à l'origine parlé par des jeunes citadins mal scolarisés ou délinquants, ne maîtrisant pas
bien la langue française. Le nouchi est devenu la langue de la comédie populaire ivoirienne,
voire de la musique ivoirienne. C'est aussi la langue de la « débrouille » dans les quartiers
pauvres d'Abidjan, il se distingue néanmoins du langage familier en Côte d'Ivoire.

3.2. Personnages

Aya: Aya est une jeune femme déterminée à toujours suivre ses aspirations, dans ce cas, être
médecin. Nous pouvons constater que son père n’est pas entièrement d’accord avec cette
décision, mais cela ne change pas son opinion. De la même manière, il est évident que cette
femme est beaucoup guidée par son raisonnement à l’opposé de ses amies (Adjoua et Bintou)
qui sont plus guidées par ses émotions, puisque la beauté d’Aya n’échappe à aucun homme,
mais elle sait qu’il vaut mieux privilégier ses études, en démontrant son autonomisation (dans
ces occasions nous pouvons voir qu’Aya est très certainement féministe). Cette femme est
aussi très responsable, directe et collaboratrice.

Adjoua: Adjoua est une jeune femme qui semble être un personnage très influençable, car
elle agit pour s’adapter à son environnement. Par exemple, on l’a vue plusieurs fois à des
soirées en compagnie de Bintou. Elle est probablement allée dans ces endroits pour plaire à
son amie et ne pas ressembler à quelqu’un de "ennuyeux". Au milieu de son innocence, elle
crée aussi des stratégies pour se faire beau devant les autres. C’est pourquoi, elle ment en
disant que le fils qu’elle va avoir est de Moussa (un jeune fils d’un homme riche).

5
Bintou: Bintou est une jeune femme qui a beaucoup de caractéristiques. La première et la
plus évidente étant son caractère fort, car elle s’en prend souvent à quiconque la contredit.
Elle aime les fêtes, et dans ces occasions, nous voyons qu’elle est une femme ambitieuse et
intéressée, car elle veut sortir du contexte économique dans lequel elle se trouve et pour cela
elle prétend être intéressée à avoir des relations sentimentales avec des hommes qui ont
suffisamment de ressources économiques pour la sortir d’Abidjan (bien qu’avec aucun ne
semble réussir).

Mamadou: Charmant jeune homme, qui apparaît pour la première fois dans le "Ça va
chauffer". Il devient l’ami d’Adjoua et de Bintou mais, bien qu’il semble être un homme
gentil, souriant et confiant, Aya se méfie de lui.

Moussa: C’est un jeune fils de l’un des hommes les plus riches de la ville d’Abidjan, mais il
ne fait pas grand-chose de sa vie, ce qui provoque la colère de son père. En général, il passe
son temps à boire ou à essayer de draguer des filles... sans aucun résultat.

4. Description du processus de collecte d’information


Pour ce processus on doit spécifier l’instrument de collecte d’information et ce qui on attend
collecter avec-il.
On utilisera l’enquête ethnographique comme instrument dans lequel le chercheur ne fait pas
des jugements de valeur par rapport à ce qu’il observe, mais organise sans discrimination les
dates de manière cohérente en exposant ce qu’il voit dans les faits. (Beguirinstain, 2009).
Les objectifs de cet instrument sont, en premier lieu, construire une synthèse compréhensive
totale de la réalité étudiée ; en deuxième lieu, décrire les événements quotidiennes
(problématiques, rôles, réactions) du groupe social cible ; en troisième lieu, révéler les intérêts
et les perspectives des compréhension de la réalité présentes dans le document.

L’information que nous allons collecter avec cet instrument est la suivante :

 Défis qui confrontent les personnages féminins de la BD. (En tant que femme, en tant
que résidente de Yopougon, en tant que jeune)
 Les réponses des personnages féminins par rapport à ces défis. (Ex. : résignation,
soumission, soulèvement)

6
 Descriptions des interactions entre les hommes et les femmes, entre les femmes et
entre les hommes.

Nous collecterons l’information pertinente de l'enquête ethnographique en faisant les pas


suivants : 

1. Lecture immersive du BD.


2. Identification des scènes où on trouve des éléments pertinents avec sa description
(stéréotypes, aspects physiques, interactions, etc).

3. Remplir le cadre de registre qui nous allons présenter dans les résultats obtenus en
collectant l’information de chaque scène qui va nous servir pour l’analyse.

4. Résultats obtenus et analyse de l’information


Pour répondre aux objectifs visés qui ont été déjà présentés, on a créé un cadre de registre qui
se compose en 4 parties :
- Description générale de la scène
- Les stéréotypes présentés dans l’extrait
- Les problématiques qui émergent de la situation
- Les réactions des personnages impliqués dans les scènes
Ce cadre de registre a été rempli avec un total de 8 scènes de la BD Aya de Yopougon. Ce
qu’on a obtenu avec l’utilisation du cadre est une riche description des scènes où on peut
regarder les interactions entre les personnages féminines et masculins, mais plus important
que la seule description, on a trouvé des valeurs et dynamiques cachés dans des mots, des
comportements, et des réactions.
Partant de ce fait, on va présenter les résultats obtenus et des petites analyses qu’on peut faire
de deux des parties montrées ci-dessus de manière globale :
- Stéréotypes : dans l’ensemble des informations collectés, on peut identifier une
relation commune, cette relation est la femme, mais la femme dénigrée plutôt : la
femme « facile », la femme « leurre », la femme qui est interdit d’étudier, la femme
« stupide », la femme « provocante », entre autres. Toutes les caractéristiques données
aux femmes dans la BD sont des adjectives dégradants qui font sentir à la femme
inferieur vers autres femmes, mais surtout en comparaison avec l’homme.
- Problématiques : ce qu’on peut envisager dans la totalité des scènes, ce que la femme
se trouve dans un lieu où elle n’est pas respectée, elle n’est pas même prise en compte,

7
elle est regardée comme une chose plutôt que comme quelqu’un qui peut contribuer
ou qui a les mêmes conditions sociales des hommes. En plus, ce qui est beaucoup plus
problématique est la résignation avec laquelle la femme répond à ce qui lui est imposé
par la société ivoirienne, ici nous voulions citer Judith Buttler en genre, identité et
performance « le concept d’identité fait partie d’un processus social qui n’est pas
défini à la naissance, mais est construit par des expériences et des sens propres qui se
forment avec le temps et sont uniques en chaque individu ». C’est-à-dire, la femme
ivoirienne est si habituée à ce type d’organisation social que sa propre identité a été
affecté et maintenant elle croît que ce type de traite est bien, mais c’est un aspect qu’a
été construit par la société ivoirienne et les expériences qu’elle-même a eu.

Pour finir avec l’analyse des données, nous voulions présenter trois points clés qu’on a trouvé
dans l’ensemble de l’information liés à ce qu’on attendait collecter :
1. La femme ivoirienne n’est pas respectée, l’homme la regarde comme un objet.
On peut constater ce fait dans les pages 27, 28 et 46, 47 et 48 surtout. Ce qu’on voit c’est Aya
en train d’être harcelée par des hommes qu’elle ne connait pas. Dans les deux situations, Aya
semble ennuyée, mais aussi habituée, on dirait, à ce type de comportement abusif et
irrespectueux, ce que nous dit que ça c’est quelque chose de normal pour la femme ivoirienne,
il est normal d’être poursuit dans la rue et d’être harcelée. En addition, une scène qui touche
beaucoup est dans laquelle Jacinte est en train de draguer avec une fille, les hommes ne s’en
fichent pas de qui est la femme, quel âge a la femme, etc. ce qui compte est le fait d’être
femme, ça suffit.
2. Entre femmes et entre hommes et femmes, on normalise le rôle d’être femme au foyer
et de ne pas pouvoir étudier.
On pourrait le regarder dans la conversation qu’Aya a avec son père à propos de ses études, il
lui dit « les études sont pour les hommes » et « tu trouverais un mari que s’occupera de toi ».
En plus, Aya l’explique parfaitement quand elle parle des séries « C » couture, coiffure et
chasse au mari, parce que cette une réalité pour la femme ivoirienne attendre ce type de
choses.
Alicia Salvidar Garduño en el conflicto desde una perspectiva de género nous dit que « le
genre est une catégorie qui identifie les rôles socialement construits qui expriment les valeurs,
les comportements et les activités qu’une société assigne aux femmes et aux hommes ». Donc,
avec les deux situations présentées on voit que l’homme est la personne qui impose le rôle qui
la femme doit respecter dans la société ivoirienne.
8
3. La femme utilise sa sexualité comme instrument pour s’émanciper.
Victime d’une société misogyne dans laquelle les conduits et les rôles féminins sont modulés
par les hommes, la femme trouve dans sa liberté sexuelle une manière d’assurer ses
aspirations. Comme ça, le corps et la performance féminin caractérisé pour la sensualité et la
séduction font partie d’une acte politique pour les jeunes femmes qui parait invertir la relation
verticale entre l’homme et la femme. Pour un moment, la fille propriétaire de son corps jeu
stratégiquement dans ses interactions avec les hommes pour obtenir des avantages.

5. Conclusions et réflexions
En répondant à la question principale : Comment est perçoit la femme Ivoirienne dans la BD
Aya de Yopougon ? On peut conclure que la société ivoirienne a une perception de la femme
trop traditionnelle, c’est-à-dire, elle est réglée d’être la femme au foyer qui a uniquement pour
but de chercher un mari pourvoyeur. Par conséquence, la femme ivoirienne est dénigrée par
tout, dans la rue elle est harcelée, dans l’éducation elle ne trouve pas lieu, même si elle en
veut, dans la maison elle est destinée à effectuer certains types de travaux spécifiques comme
servir l’homme et donc, là on peut voir que, parfois, elle n’est pas la personne qui prend les
décisions de sa propre vie, en revanche, elle est destinée à ce que les autres veulent d’elle. Par
rapport aux contraintes du contexte la femme trouve dans son corps un instrument pour
s’émanciper. Une liberté sexuelle lui donne l’idée de contrôle de sa vie et l’usage de ses
attributs physiques à partir d‘une performance séductrice qui paraît invertir la relation
verticale entre l’homme et la femme fonctionnent comme mécanisme pour assurer ses
aspirations dans une société qui limite ses opportunités.
Anexes

Cadre de registre

Description Stéréotypes Problématiques Réactions

Un homme - La femme Pas de respect vers la L’homme est


Évidence s’approche à Aya “facile” prête femme, son espace impressionné par
pendant qu'elle pour l’homme. personnel et son l'attitude d’Aya qui est
P. 27 marche chez elle identité. sérieuse et semble
- La femme
P. 28 dans la rue. Il L’homme regarde la désintéressée de la
cherche son “leurre” que femme comme une situation. C’est
attention en faisant l’homme peut chose, pas comme une pourquoi il la poursuit
“psst, psst” et la poursuit. personne avec droits et pour attirer son
poursuit. Aya ses propres décisions. attention.
s’ennuie par son
comportement. Aya semble perturbée

9
par l’attitude de
l’homme. Elle ne
comprend pas pourquoi
les hommes d’Abidjan
s’approchent des
femmes de cette
manière.
Elle lui répond de
manière sèche et
agaçante en marquant
sa position et en se
donnant lieu en face
aux commentaires.

P. 25 Bintou, Aya et - La femme dont La résignation de la Quand Aya dit qu’elle


Adjoua sont en train le seul objectif femme ivoirienne vers veut étudier et qu’elle
de parler. Bintou dit dans la vie est finir dans des séries est toujours occupé
à Aya qu’elle est « C » et ne pas étudier, parce qu’elle fasse son
avoir un homme
folle si elle pense mais plutôt être devoir, Bintou et
qu’elle pouvait aller pour faire d’accord avec ça. Adjoua ne sont pas
loin dans les études, « tâches d’accord, elles trouvent
Aya lui répond féminines » Ça fait mal de voir une ça comme quelque
qu’elle ne veut pas - La femme qui ne femme étudier, c’est chose sans importance
finir en séries « C » peut pas étudier quelque chose bizarre. et ne soutiennent pas
(coiffure, couture et parce que pour Aya.
chasse au mari),
la société
mais Adjoua et Quand Bintou y
Bintou lui répond ivoirienne c’est Adjoua critique Aya
qu’elles aiment les quelque chose pour étudier beaucoup,
séries « C » que la femme ne Aya leur répond qu’elle
fait pas. voulait faire autre
chose que les séries
« C » avec l’air
confiant, très sûr
qu’elle ira loin.

P. 28 Adjoua et un La femme couche avec La femme jeune est liée Adjoua a honte d’être
P. 29 homme méconnu différents hommes uniquement avec sa vie découverte en ayant
vont avoir un sexuelle. Les jeunes, intimité.
moment intime dans avec pas beaucoup
un lieu public. d’activités à faire ont
Bintou est inquiète de rapports sexuels
pour ne pas être comme s’il s’agissait
découverte. d’un jeu.

P. 43 Hervé et Aya sont Les femmes se Il existe une Aya contrairement à la


P. 44 en train de prendre conquièrent avec les généralisation dans femme habituelle se
le déjeuner. Les compliments laquelle les femmes montre ennuyée parce
intentions de Hervé souhaitent et doivent que Herve n’arrêt de
vers Aya sont de le être conquérir par un répéter qu’elle est belle

10
conquérir, et il croit homme. En plus, elles en croyant qu’Aya se
que peut le faire en sont si superficielles sent flatté. Cependant,
le répétant qu’elle qu’elles tombent Aya se montre plus
est belle. amoureuse quand les mature et semble
hommes soulignent ses d’avoir empathie vers
caractéristiques Herve. Elle est
physiques. consciente que les
jeunes comme Herve
sont cachés dans une
cuture qui promeut ce
type de croyances et
que l’unique sortie est
l’éducation.

P. 46 Bintou et Moussa se La femme est séduisante La femme se sexualise Bintou sait que son
P.47 rencontrent depuis et utilise sa sensualité elle-même afin de corps l’appartient. Elle
d’un temps. Bintou pour obtenir des réussir avec des décide librement par
gère toute la avantages objectifs superficiels. rapport à sa propre
situation dans sexualité en
laquelle elle veut le reconnaissant que ses
démontrer à Moussa attributs peuvent l’aide
qu’elle l’aime. Pour à accomplir ses
ça, elle lui demande objectifs.
d’avoir de relations
sexuelles.

P. 48 Aya et Adjoua sont La femme est utile L’importance de la Adjoua considère


P. 49 en train de parler. quand elle fait plaisir femme tombe sur sa normale le fait
Tout à coup, l’homme capacité pour faire d’amuser Mamadou
Mamadou, copain plaisir l’homme parce parce Bintou ne peut
de Bintou, arrive qu’il n’y a pas pas le faire. Elle
chez Adjoua pour beaucoup de considère que c’est sa
s’amuser avec elle. responsabilité et se
Immédiatement Aya fâche de penser qu’elle
devient mal à l’aise ne pas plus utile pour
parce qu’elle pense lui.
que ce n’est pas
correcte.

P. 66 Jacinte, le père - Le vieil homme La sexualisation de la Quand l’homme essaye


d’Aya a sorti pour qui aime les jeune fille parce qu’elle de flirter avec elle, elle
un voyage de travail mineurs et la porte une robe qui est d’accord, ça ne le
dans sa voiture. montre sa silhouette de dérange pas. Elle a une
jeune fille qui lui
Dans le chemin, il manière exagérée. attitude plutôt
se trouve avec une poursuit. complaisant vers lui.
fille, il parle avec - La fille avec la Un vieil homme qui
elle. robe serrée de essaye de flirter avec Quand la jeune fille dit
manière une jeune fille. qu’elle ne savait pas
« provocante » qu’elle âge elle a,
en cherche des Jacinte trouve ça

11
hommes. comme quelque chose
superbe avec regard
heureux.

P. 71 Moussa est en train - Le garçon bête La manque de Le garçon répond


de parler avec le qui enceinte la conscience vers la vie Moussa « c’est ça notre
garçon qui s’occupe fille et après se et le corps de la femme. plus grand colère » en
de la cantine. Il est se référant à la
trouve triste.
triste et inquiet La manque d’éducation grossesse d’Adjoua.
parce qu’il a - La femme que de la femme ivoirienne Moussa est dévasté, il
enceinté Adjoua. ne se protège pas vers la sexualité. demande une autre
et tombe bière dû à sa colère.
enceinte par
ignorance.

Références
Abouet, M. (2005). Aya de Yopougon. Paris, France: Gallimard Jeunesse.
Butler, J (2015) Género, identidad y performatividad [Mémoire]. Universidad de La Laguna.
file:///C:/Users/HP/Downloads/GENERO,
+IDENTIDAD+Y+PERFORMATIVIDAD+EN+JUDITH+BUTLER%20(1)%20(1).pdf
Fuente, M (2020) Performance, política y protesta [Site web] consulté le 24 mai. 2021.
https://scalar.usc.edu/nehvectors/wips/performance-poltica-y-protesta
Muñiz, L. (2015) El «lugar de enunciación»: sobre la realidad de la interpretación histórica.
Universidad Autónoma de Aguascalientes. file:///C:/Users/HP/Downloads/1340-Texto%20del
%20art%C3%ADculo-2750-1-10-20180919.pdf
Vidal, C (2018) Guerre des sexes à Abidjan. Masculin, féminin, CFA : Cahiers d'études
africaines, vol. 17, n°65, 1977. Des femmes sur l’Afrique des femmes, p. 121-153.
https://doi.org/10.3406/cea.1977.2496
Beguiristáin Gúrpide, A. (2009, 27 enero). - Universidad de Navarra. Universidad de Navarra.
https://www.unav.edu/web/catedra-patrimonio/la-encuesta-etnografica-como-herramienta-
para-su-estudio
Alfonzo, N (s. f.). Técnicas e Instrumentos de Recolección de Datos Cualitativos -
Monografias.com. monografía.com. https://www.monografias.com/trabajos93/tecnicas-e-
instrumentos-recoleccion-datos-cualitativos/tecnicas-e-instrumentos-recoleccion-datos-
cualitativos.shtml#analisisda

12
13

Vous aimerez peut-être aussi