Vous êtes sur la page 1sur 35

Les créances et dettes

Les créances et dettes

Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite


Table des matières

Table des matières


I. Règles générales d'évaluation 4
A. Définitions ....................................................................................................................................................................4
1. Créance ...........................................................................................................................................................................................4
2. Dette................................................................................................................................................................................................4
3. Passif éventuel ...............................................................................................................................................................................4
B. Créances et dettes financières .....................................................................................................................................5
1. Créances financières ......................................................................................................................................................................5
2. Dettes financières...........................................................................................................................................................................5
C. Rattachement à l'exercice ............................................................................................................................................6
1. Rattachement des créances...........................................................................................................................................................6
2. Rattachement des dettes ...............................................................................................................................................................6
D. Évaluation à la clôture .................................................................................................................................................7
1. Créances .........................................................................................................................................................................................7
2. Dettes ..............................................................................................................................................................................................7

II. Évaluation des créances et dettes en monnaies étrangères 7


A. Principes d'évaluation .................................................................................................................................................7
1. Évaluation à l'entrée dans le patrimoine ......................................................................................................................................7
a. Aucune couverture de change n'existe avant l'opération ...............................................................................................................................8
b. Une couverture de change existe avant l'opération ........................................................................................................................................8
2. Évaluation au moment du règlement et à l'inventaire .................................................................................................................8
a. Règlement au cours de l'exercice de naissance de l'opération.......................................................................................................................8
b. Règlement non effectué à la clôture ..............................................................................................................................................................10
c. Achat et vente à terme de devises ..................................................................................................................................................................13

B. Techniques de couverture de change .......................................................................................................................14


1. Principe et conséquences ............................................................................................................................................................14
2. Exceptions à la constitution d'une provision pour perte de change .........................................................................................15
a. Couverture de change .....................................................................................................................................................................................15
b. Emprunt affecté à l'acquisition d'une immobilisation .................................................................................................................................17
c. Position globale de change .............................................................................................................................................................................21
d. Emprunt en devises obtenu à des conditions plus avantageuses qu'un emprunt en monnaie nationale ................................................22
e. Opérations affectant plusieurs exercices .......................................................................................................................................................23

III. Abandons de créances 24


A. Introduction ................................................................................................................................................................24
B. Principes généraux .....................................................................................................................................................24
1. Distinction avec la renonciation à recettes .................................................................................................................................24
2. Acte normal ou anormal de gestion ............................................................................................................................................25
3. Distinction caractère commercial ou financier ...........................................................................................................................25
a. Abandon à caractère commercial ..................................................................................................................................................................25
b. Abandon à caractère financier .......................................................................................................................................................................25

C. Traitement de l'abandon de créances à caractère commercial ...............................................................................26


1. Traitement comptable .................................................................................................................................................................26
a. Principe ...........................................................................................................................................................................................................26
b. Application ......................................................................................................................................................................................................26
2. Traitement fiscal...........................................................................................................................................................................27
D. Traitement de l'abandon de créances à caractère financier ....................................................................................27
1. Traitement fiscal...........................................................................................................................................................................27
a. Au niveau de la société qui consent l'abandon .............................................................................................................................................27
b. Au niveau de la société qui bénéficie de l'abandon ......................................................................................................................................32
2. Traitement comptable .................................................................................................................................................................32
a. Au niveau de la société qui consent l'abandon .............................................................................................................................................32
b. Au niveau de la société qui bénéficie de l'abandon ......................................................................................................................................33

2 Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite


Table des matières

E. Clauses de retour à meilleure fortune .......................................................................................................................34


1. Principe et comptabilisation .......................................................................................................................................................34
2. Application ...................................................................................................................................................................................34

Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite 3


Règles générales d'évaluation

I. Règles générales d'évaluation


A. Définitions
1. Créance

Définition
La créance est un droit personnel en vertu duquel une personne, physique ou morale, appelée le créancier, peut
exiger des droits sur un bien ou un service d'un débiteur, qui peut être une personne physique ou morale, qui lui
doit la fourniture d'une prestation.

En comptabilité, on distingue les créances d'exploitation, nées de l'activité propre de l'entreprise, des créances
diverses.
Les créances apparaissent à l'actif du bilan et peuvent être classées dans différents postes selon leur nature. Ainsi,
nous aurons des créances placées en compte d'immobilisation (classe 2), pour les prêts par exemple. Des créances
en classe 4 pour les clients ou les autres organismes qui sont alors incluses dans l'actif circulant (lié au cycle
d'exploitation de l'entreprise).

2. Dette

Définition
Article 212-2 du PCG : «  Une dette est un passif certain dont l'échéance et le montant sont fixés de façon précise.  »
La dette d'une entreprise représente l'argent mis à sa disposition par ses créanciers. On distingue les dettes
d'exploitation, qui sont généralement à court terme et ne portent pas intérêt, et les dettes financières.

Les créanciers de l'entreprise peuvent être un établissement de crédit (dette financière), un fournisseur (dette
d'exploitation), un organisme social ou l'administration fiscale (dettes fiscales et sociales).

3. Passif éventuel

Définition Article 212-4 du PCG


« Un passif éventuel est :
soit une obligation potentielle de l'entité à l'égard d'un tiers résultant d'événements dont l'existence ne sera
confirmée que par la survenance, ou non, d'un ou plusieurs événements futurs incertains qui ne sont pas
totalement sous le contrôle de l'entité ;
soit une obligation de l'entité à l'égard d'un tiers dont il n'est pas probable ou certain qu'elle provoquera une
sortie de ressources sans contrepartie au moins équivalente attendue de celui-ci.  »

Le passif éventuel correspond soit :


À une obligation qui n'est ni probable ni certaine à la date d'établissement des comptes annuels.

Exemple
Une entreprise a été informée de l'obligation de mise aux normes des parties communes. La date de cette mise
aux normes n'a pas encore été légalement fixée (on parle de N + 1 voire N + 2).
À la clôture de l'exercice, au 31 décembre N, l'entreprise n'a donc pris aucune mesure quant à cette mise aux
normes. Le passif n'est donc qu'éventuel.

4 Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite


Règles générales d'évaluation

À une obligation pour laquelle la sortie de ressources n'est pas probable.

Exemple
L'entreprise A accorde une caution à l'entreprise B au cours de l'année N.
À la clôture des comptes, il existe une obligation juridique liée à la signature de la caution, mais il n'est pas
probable qu'il y aura sortie de ressources.

Un passif éventuel n'est pas comptabilisé au bilan. Il fera l'objet d'une mention en annexe (PCG, article 312-5). Cette
information doit préciser la nature du passif éventuel, l'estimation de son impact financier, l'indication des
incertitudes relatives au montant et/ou à l'échéance et la possibilité pour l'entité d'obtenir un remboursement des
frais engagés.

B. Créances et dettes financières


1. Créances financières
Pour ce qui est des créances financières, on utilise les comptes suivants, selon la nature de la créance :
267 « Créances rattachées à des participations  » qui regroupe les créances nées à l'occasion de prêts accordés à
des entités dans lesquelles le prêteur détient une participation.
268 «  Créances rattachées à des sociétés en participation  ».
274 «  Prêts » : fonds versés à des tiers. Présence de dispositions contractuelles.
275 « Dépôts et cautionnements » : créances assimilables à des prêts.

2. Dettes financières
Les comptes d'emprunts et de dettes assimilées sont les comptes suivants :
161 « Emprunts obligataires convertibles  »
163 «  Autres emprunts obligataires  »
164 « Emprunts auprès des établissements de crédit  »
165 «  Dépôts et cautionnements reçus »
166 «  Participation des salariés aux résultats  »
167 « Emprunts et dettes assortis de conditions particulières  »
168 «  Autres emprunts et dettes assimilées  »
Ils peuvent être subdivisés pour identifier :
Les emprunts et dettes assimilées contractés en France et à l'étranger, en francs ou en devises,
La partie des emprunts et dettes assimilées dont les échéances sont à long terme, à moyen terme ou à court
terme.
Le compte 178 «  Dettes rattachées à des sociétés en participation  » est utilisé pour comptabiliser la part des
coparticipants (non-gérants) dans les sociétés en participation.
Le gérant de la société en participation doit faire figurer au passif de son bilan la part des autres coparticipants (non-
gérants) dans ce compte 178.

Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite 5


Règles générales d'évaluation

C. Rattachement à l'exercice
L'établissement du compte de résultat permet de déterminer le résultat de l'exercice. Il s'appuie sur l'ensemble des
charges et produits comptabilisés au cours de l'exercice.
Ainsi, sont rattachés :
Les produits liés à l'exercice et les produits des exercices précédents qui auraient été omis (principe
d'intangibilité du bilan d'ouverture) et n'ont pas fait l'objet d'une écriture comptable.
Les charges supportées au cours de l'exercice ainsi que les charges omises des exercices précédents et n'ayant
pas déjà fait l'objet d'une comptabilisation.

1. Rattachement des créances


Les comptes de la classe 6 regroupent l'ensemble des charges engagées au cours de l'exercice comptable.
Ainsi seront comptabilisées les charges constatées sur l'exercice, mais qui concernent aussi les exercices suivants
parce qu'elles représentent une créance en nature vis-à-vis des exercices suivants.
Par conséquent, les charges comptabilisées au cours de l'exercice, mais correspondant à des achats de biens ou
services dont la fourniture ou la prestation interviendra sur le(s) exercice(s) suivant(s) doivent être soustraites des
charges de l'exercice. Pour ce faire, il convient d'utiliser le compte de régularisation 486 «  Charges constatées
d'avance  ».
De même, lorsqu'un bien livré ou une prestation réalisée n'a pas encore fait l'objet d'une facture, il est nécessaire de
constater la facture à établir rattachable à l'exercice. Cette comptabilisation s'effectuera par l'intermédiaire du
compte de rattachement 418 « Clients - Produits non encore facturés ».

2. Rattachement des dettes


Les comptes de la classe 7 regroupent l'ensemble des produits acquis et/ou facturés au cours de l'exercice
comptable.
En conséquence, ils incluent des produits constatés au cours de l'exercice, mais qui ont le caractère de dettes en
nature vis-à-vis des exercices suivants, ce sont les « produits constatés d'avance ».
Ainsi, lorsqu'une créance comptabilisée concerne un bien non livré ou une prestation non encore effectuée, le
produit comptabilisé d'avance devra être éliminé des produits d'exploitation par l'utilisation du compte de
régularisation 487 «  Produits constatés d'avance  ».
Les achats, consommations ou réceptions de marchandises de l'exercice qui ne sont pas encore comptabilisées sur
l'exercice, car les factures n'ont pas été reçues représentent des charges à payer.
Elles doivent être comptabilisées en 408 «  Factures non parvenues - fournisseurs  ».
Ces charges constituent des dettes potentielles évaluées à l'arrêté des comptes, nettement précisées quant à leur
objet (marchandises reçues, prestation réalisée, etc.), mais dont l'échéance (date de réception de la facture) ou le
montant (basée sur un devis ou une estimation) est incertain. Néanmoins, elles ont une vocation irrévocable à se
transformer ultérieurement en dettes.

6 Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite


Évaluation des créances et dettes en monnaies étrangères

D. Évaluation à la clôture
1. Créances
Les créances sont retenues en comptabilité pour leur valeur nominale. Par principe de prudence, une dépréciation
doit être constituée lorsqu'apparaît une perte probable (valeur d'inventaire inférieure à la valeur nominale).
Les créances dont la valeur nominale de remboursement a diminué font l'objet de la constatation d'une charge :
Soit en charge d'exploitation :
Compte 68174 « Dotations aux dépréciations des créances  ».
Compte 654 «  Pertes sur créances irrécouvrables  » si ces pertes présentent un caractère habituel. C'est le
cas des pertes liées à des créances clients (impayés).
Soit en charge exceptionnelle :
Compte 6876 «  Dotations aux dépréciations exceptionnelles  ».
Compte 6714 « Créances devenues irrécouvrables dans l'exercice ».
Les reprises de dépréciations seront enregistrées au crédit des comptes 781 ou 787 selon le caractère de dotation
initiale.
Par contre, les encaissements sur créances amorties constituent, dans tous les cas, un produit exceptionnel
comptabilisé dans le compte 7714.

2. Dettes
S'il est constaté une augmentation de la valeur d'un élément de passif et que celle-ci est irréversible, il convient
d'enregistrer un complément de dette au cours de l'exercice avec la contrepartie du compte de charge par nature.
Lorsque l'augmentation ne peut être déterminée de façon précise, elle est constatée sous forme de provision.
S'il est constaté la diminution de valeur d'un élément du passif et que celle-ci est irréversible, il convient
d'enregistrer une réduction de la dette avec pour contrepartie un compte de produit.
Lorsque la diminution ne peut être déterminée de façon précise, elle n'affecte pas l'évaluation dudit élément qui est
maintenu en comptabilité pour sa valeur initiale. Le gain latent lié à cette diminution ne fait l'objet d'aucune
comptabilisation par principe de prudence.

II. Évaluation des créances et dettes en monnaies étrangères


A. Principes d'évaluation
1. Évaluation à l'entrée dans le patrimoine

Texte légal Article 342-1 du PCG


« Le coût d'entrée des immobilisations incorporelles et corporelles et stocks exprimé en monnaie étrangère est
converti en monnaie nationale au cours du jour de l'opération.
En cas d'acquisition d'actif en monnaie étrangère, le taux de conversion utilisé est le taux de change à la date
d'entrée ou, le cas échéant, celui de la couverture si celle-ci a été prise avant l'opération. Les frais engagés pour
mettre en place les couvertures sont également intégrés au coût d'acquisition.
Les amortissements et, s'il y a lieu, dépréciations sont calculées sur cette valeur. »

Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite 7


Évaluation des créances et dettes en monnaies étrangères

a. Aucune couverture de change n'existe avant l'opération


Si aucune couverture du risque de change n'a été souscrite par l'entreprise, le coût d'entrée peut être évalué de la
manière suivante :
Taux ayant servi de base aux négociations
Taux du jour de facturation
Taux moyen du mois de facturation
Taux du jour de signature du contrat
Dans la pratique, il est souvent retenu le taux du jour de facturation ou le taux moyen du mois de facturation.

Exemple
L'entreprise LE PIN vend, le 16 juin N, à crédit 1 000 tracteurs tondeuses à entreprise chinoise.
Le prix de vente est de 699 670 YUAN. Le jour de l'opération, le cours du Yuan est de 1 YUAN = 0,1429 €.
La vente est donc de 699 670 x 0,1429 = 99 983 €.
S'agissant d'une exportation, elle n'est pas soumise à TVA.

b. Une couverture de change existe avant l'opération


L'entreprise a recours à une couverture du risque de change afin de garantir le cours de la monnaie étrangère qu'elle
va recevoir en provenance d'un débiteur ou qu'elle va devoir payer envers un créancier.
Le taux de conversion à utiliser pour l'enregistrement de l'opération est celui fixé par le contrat de couverture.

Exemple
L'entreprise RONCET reçoit, le 2 avril N, une commande 2 000 machines agricoles en provenance du Brésil.
Les conditions sont les suivantes :
Livraison le 30 septembre N
Paiement le 15 novembre N
Au 2 avril N, le cours du Réal brésilien est de 1 € = 4,43 Réal.
L'entreprise souhaite vendre sa commande pour un minimum de 27 200 000 € (soit 13 600 € par machine).
Pour être sûre d'encaisser cette somme, elle met en place une couverture de change au taux de 1 Réal = 0,21 €.
Elle propose donc une offre de prix à son client brésilien de 120 496 000 Réal.
La vente est alors comptabilisée au 30 septembre N pour un montant de 27 200 000 €.

2. Évaluation au moment du règlement et à l'inventaire


a. Règlement au cours de l'exercice de naissance de l'opération
a.1. Principe

Pour le paiement d'une dette en monnaie étrangère, l'entreprise française va devoir faire l'acquisition de devises.
Celles-ci seront acquises à une date différente de celle de la transaction. Cela va alors entraîner des écarts de
change.
Lors de l'encaissement d'une créance en devises étrangères, les devises sont converties au cours du jour de
l'encaissement, qui varie par rapport à celui de la date initiale de l'opération.
Ces différences de conversion sont portées dans des comptes de gain ou perte de change :

8 Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite


Évaluation des créances et dettes en monnaies étrangères

Compte 666 «  Perte de change  » au débit


Compte 766 «  Gain de change  » au crédit
Fiscalement, les gains et pertes de change enregistrés au cours de l'exercice sont respectivement imposables et
déductibles. Il n'y a pas de divergence comptable / fiscale.

a.2. Application

Simulation
Le 12 février N, l'entreprise POINCONNET vend à crédit 12 000 palettes en bois à un client russe. Le prix de vente
est de 1 992 425 RUB (rouble russe).
Au 12 février N, le cours de l'opération est de 1 € = 71,16 RUB ou 1 RUB = 0,014 €.
La vente est donc de : 1 992 425 x 0,014 = 27 894 €.
L'encaissement est effectué le 31 mars N pour un montant de 1 992 425 RUB.

Solution
Hypothèse 1 : 1 RUB = 0,016 €
L'entreprise encaisse alors 1 992 425 x 0,016 = 31 878,80 €.
Elle réalise un gain de change de 31 878,80 - 27 894 = 3 984,80 €.

31/03/N
512 Banque 31 878,80

411 Clients 27 894,00

766 Gain de change 3 894,80

Encaissement de la créance.

Hypothèse 2 : 1 RUB = 0,012 €


L'entreprise encaisse alors 1 992 425 x 0,012 = 23 909,10 €.
Elle réalise une perte de change de 23 909,10 - 27 894 = 3 984,90 €.

31/03/N
512 Banque 23 909,10

411 Clients 27 894,00

666 Perte de change 3 984,90

Encaissement de la créance.

Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite 9


Évaluation des créances et dettes en monnaies étrangères

b. Règlement non effectué à la clôture


b.1. Traitement comptable

Texte légal Article 342-5 du PCG


« Les créances et les dettes en monnaies étrangères sont converties et comptabilisées en monnaie nationale sur la
base du dernier cours du change.
Lorsque l'application du taux de conversion à la date de clôture de l'exercice a pour effet de modifier les montants
en monnaie nationale précédemment comptabilisés, les différences de conversion sont inscrites à des comptes
transitoires, en attente de régularisations ultérieures :
à l'actif du bilan pour les différences correspondant à une perte latente ;
au passif du bilan pour les différences correspondant à un gain latent.
Les pertes de change latentes entraînent à due concurrence la constitution d'une provision pour risques, sous
réserve des dispositions particulières de l'article 342-6. »

À la clôture de l'exercice, il sera nécessaire d'utiliser des comptes transitoires pour constater l'écart de change :
Compte 476 «  Écart de conversion - actif  »
Compte 477 « Écart de conversion - passif  »
Ils permettent la comptabilisation des écarts de conversion entre le taux utilisé à l'opération et le taux à la clôture de
l'exercice pour une dette ou une créance.
Si une perte de change latente est constatée, il est nécessaire de comptabiliser une provision au débit du
compte 6865 «  Provisions pour pertes de change  » par le crédit du compte 1515 «  Provisions pour pertes de change  ».

b.2. Traitement fiscal

Texte légal Article 38-4 du Code général des impôts


« (...) les écarts de conversion des devises ainsi que des créances et dettes libellées en monnaies étrangères par
rapport aux montants initialement comptabilisés sont déterminés à la clôture de chaque exercice en fonction du
dernier cours de change et pris en compte pour la détermination du résultat imposable de l'exercice (...) ».

Par conséquent, le traitement fiscal est le suivant :


Les écarts de conversion passif constatés en N sont imposables en N et doivent être réintégrés de manière
extra-comptable.
Les écarts de conversion actif constatés en N sont déductibles en N et doivent être déduits de manière extra-
comptable.
Les écarts de conversion passif constatés en N - 1 et extournés en N sont déductibles en N et doivent être
déduits extra comptablement.
Les écarts de conversion actif constatés en N - 1 et extournés en N sont imposables en N et doivent être
réintégrés extra comptablement.
Quant à la provision pour pertes de change, elle n'est pas déductible et sa reprise n'est pas imposable. Elle donnera
donc lui a des retraitements extra comptables.

10 Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite


Évaluation des créances et dettes en monnaies étrangères

b.3. Application

Simulation
Le 22 novembre N, l'entreprise AVIONNET vend 2 bateaux à une compagnie néo-zélandaise.
Le prix de vente est de 435 640 NZD (Dollar néo-zélandais).
Le taux de conversion est de 1 NZD = 0,60 €.
Le paiement intervient le 31 janvier N + 1.
Le taux de conversion au 31 janvier N + 1 est de 1 NZD = 0,57 €.

Solution
Hypothèse 1 : au 31/12/N, 1 € = 1,60 NZD
Comptabilisation de la vente des bateaux → 435 640 x 0,60 = 261 384 €

22/11/N
411 Clients 261 384,00

701 Vente de produits finis 261 384,00

Vente

Évaluation de la créance au 31/12/N → (435 640 / 1,60) - 261 384 = 10 891 €

31/12/N
411 Clients 10 891,00

477 Écart de conversion - passif 10 891,00

Écart de conversion

Fiscalement, l'écart de conversion passif est imposable. Il sera réintégré extra comptablement.
Au 1er janvier N + 1, il convient de contre passer l'écriture. Cette extourne implique la déduction fiscale de l'écart de
conversion passif. Il faudra procéder à une déduction extra-comptable.

01/01/N + 1
477 Écart de conversion - passif 10 891,00

411 Clients 10 891,00

Extourne de l'écart de conversion

Règlement du client le 30 janvier N + 1 → (435 640 x 0,57) - 261 384 = - 13 069,20 €

31/03/N + 1
512 Banque 248 314,80

666 Perte de change 13 069,20

411 Clients 261 384,00

Encaissement de la créance

La perte de change constatée sera déductible fiscalement. Aucun retraitement n'est nécessaire.

Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite 11


Évaluation des créances et dettes en monnaies étrangères

Hypothèse 2 : au 31/12/N, 1 € = 1,70 NZD


Comptabilisation de la vente des bateaux → 435 640 x 0,60 = 261 384 €

22/11/N
411 Clients 261 384,00

701 Vente de produits finis 261 384,00

Vente

Évaluation de la créance au 31/12/N → (435 640 / 1,70) - 261 384 = - 5 125,18 €

31/12/N
476 Écart de conversion - actif 5 125,18

411 Clients 5 125,18

Écart de conversion

31/12/N
6865 Dotations aux provisions financières 5 125,18

1515 Provision pour pertes de change 5 125,18

Provision pertes de change

Fiscalement, l'écart de conversion actif est déductible. Il sera déduit extra comptablement.
Par contre, la dotation pour perte de change n'est pas déductible et devra être réintégrée extra comptablement.

Au 1er janvier N + 1, il convient de contre passer l'écriture. Cette extourne implique l'imposition fiscale de l'écart de
conversion actif. Il faudra procéder à une réintégration extra-comptable.

01/01/N + 1
411 Clients 5 125,18

476 Écart de conversion - actif 5 125,18

Extourne de l'écart de conversion

Règlement du client le 30 janvier N + 1 → (435 640 x 0,57) - 261 384 = - 13 069,20 €

31/03/N + 1
512 Banque 248 314,80

666 Perte de change 13 069,20

411 Clients 261 384,00

Encaissement de la créance

La perte de change constatée sera déductible fiscalement. Aucun retraitement n'est nécessaire.
Il convient de procéder à la reprise de la provision pour perte de change.

12 Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite


Évaluation des créances et dettes en monnaies étrangères

31/03/N+1
1515 Provision pour pertes de change 5 125,18

7865 Reprises sur provisions financières 5 125,18

Reprise de la provision

Cette reprise n'est pas imposable fiscalement. Elle sera donc déduite extra comptablement.

c. Achat et vente à terme de devises


c.1. Principe

Texte légal Article 342-7 du PCG


«  Les liquidités ou exigibilités immédiates en devises existant à la clôture de l'exercice sont converties en monnaie
nationale sur la base du dernier cours de change au comptant. Les écarts de conversion constatés sont
comptabilisés dans le résultat de l'exercice.  »

Le principe est le suivant :


1. Lors de la réalisation de l'opération, la créance ou la dette est comptabilisée en fonction du taux de change au
jour de l'opération.
2. Lors de la réalisation de l'opération de couverture, la créance ou la dette est convertie au taux de couverture de
l'achat ou de la vente à terme.
Le gain ou la perte constatée entre le montant initial de l'opération et le montant valorisé au cours de
couverture est comptabilisé soit au compte 666 soit au compte 766 selon la nature de l'écart.
3. À la clôture de l'exercice, aucun écart de conversion n'est constaté, quelle que soit l'évolution du cours de la
devise.
Par conséquent, pour les disponibilités en devises, les écarts de conversion sont comptabilisés directement en
résultat de l'exercice sans utilisation des comptes intermédiaires 476 ou 477.

c.2. Application

Simulation
La société MAKO acquiert, le 10 décembre N, 1 000 000 JPY au cours de 1 € = 136,53 JPY.
Au 31 décembre N, la société MAKO possède encore 800 000 JPY.
Le cours au 31/12/N est de 1 € = 137,04 JPY.
Écriture de l'acquisition des 1 000 000 JPY → 1 000 000 / 136,53 = 7 324,40 €.

10/12/N
5124 Comptes en devises 7 324,40

5121 Compte en monnaie nationale 7 324,40

Acquisition de 1 000 000 JPY

Au 31/12/N, l'entreprise MAKO possède 800 000 JPY.


L'entreprise MAKO a utilisé 200 000 JPY, soit 1 464,88 €.
→ (800 000 / 137,04) - (800 000 / 136,53) = 5 837,71 - 5 859,52 = - 21,81 €.

Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite 13


Évaluation des créances et dettes en monnaies étrangères

31/12/N
666 Perte de change 21,81

5124 Comptes en devises 21,81

Perte de change

Fiscalement, la perte de change est déductible.

B. Techniques de couverture de change


1. Principe et conséquences

Texte légal L'article 342-6 du PCG


Présente les exceptions à la constitution d'une provision pour perte de change : «  Lorsque les circonstances
suppriment en tout ou partie le risque de perte, les provisions sont ajustées en conséquence.
Il en est ainsi dans les cas suivants :
I. Lorsque l'opération traitée en devises est assortie par l'entité d'une opération symétrique destinée à couvrir les
conséquences de la fluctuation du change, appelée couverture de change, la provision n'est constituée qu'à
concurrence du risque non couvert.
II. Lorsqu'un emprunt en devises, sur lequel est constatée une perte latente, est affecté à l'acquisition
d'immobilisations situées dans le pays ayant pour unité monétaire la même devise que celle de l'emprunt, ou à
l'acquisition de titres représentatifs de telles immobilisations, il n'est pas constitué de provision globale pour la
perte latente attachée à l'emprunt affecté.
III. Lorsque pour des opérations dont les termes sont suffisamment voisins les pertes et les gains latents peuvent être
considérés comme concourant à une position globale de change, le montant de la dotation peut être limité à
l'excédent des pertes sur les gains.
IV. Lorsque les charges financières liées à un emprunt en devises sont inférieures à ce qu'elles auraient été si
l'emprunt avait été contracté en monnaie nationale, le montant de la dotation annuelle au compte de provision
peut être limité à la différence entre ces charges calculées et les charges réellement supportées.
V. Lorsque les pertes latentes de change sont attachées à une opération affectant plusieurs exercices, l'entité peut
procéder à l'étalement de ces pertes.  »

Cet article énonce donc pour principe l'ajustement de la provision pour perte de change lorsque les circonstances
réduisent voire suppriment le risque de change.
Ainsi :
Le risque est supprimé lorsque la couverture fixe définitivement le cours. Ce dernier est défini dans le contrat
de couverture de change. Le taux est fixé à la date de l'opération est valable pour la date d'encaissement et de
décaissement.
Exemple : achat de marchandises en devises le 10 février N pour 100 000 DE (Devises Étrangères) avec un cours de
1 DE = 1,20 €. Par un contrat de couverture du risque de change, le cours est fixé à 1DE = 1,16 € au 31 mars N, date
du règlement.
Au 10 février N = 83 333,33 €. Au 31 mars N = 86 206,90 €. Soit une perte de change de 2 873,57 € fixée dès le début
du contrat.
Le risque est supprimé lorsque la perte maximale est plafonnée à un montant fixé d'avance et que cette perte
est limitée et aurait été plus importante sans couverture du risque de change.
Exemple : souscription d'un contrat de couverture du risque de change précisant que le risque de perte est
plafonné à 20 000 €. En l'absence de cette couverture, la perte aurait pu être supérieure.

14 Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite


Évaluation des créances et dettes en monnaies étrangères

2. Exceptions à la constitution d'une provision pour perte de change


Le plan comptable général (article 342-6) a recensé cinq cas, où la constitution d'une provision pour perte de
change correspondant à la perte latente doit donner lieu à un ajustement :
Ajustement obligatoire :
Opérations assorties d'une couverture de change.
Emprunt finançant une immobilisation.
Ajustement facultatif :
Position globale de change.
Coût d'opportunité : emprunt en devises obtenu à des conditions plus avantageuses qu'un emprunt en
monnaie nationale.
Opérations affectant plusieurs exercices.

a. Couverture de change
a.1. Principe

Il faut distinguer deux types de couvertures de change :


Les couvertures fixant définitivement le cours de change,
Les couvertures ne fixant pas définitivement le cours de change.
Les couvertures fixant définitivement le cours de change : dans ce cas, l'incertitude quant au cours disparaît
complètement. Le risque est donc supprimé.
La valeur de la créance ou de la dette à l'échéance est connue de manière certaine.
Toutefois, il convient de prendre en considération la date de mise en place de la couverture de change.
La couverture est mise en place avant l'opération : les créances et dettes doivent être comptabilisées au cours
fixé par le contrat d'instrument de couverture. Il n'existe donc pas d'écart de conversion et aucune provision
n'est à constater.
La couverture est mise en place après l'opération : jusqu'à la date de mise en place, il faut constater les écarts
de conversion et constituer une provision pour perte de change si nécessaire. Lors de la prise de la couverture,
les créances et dettes sont alors converties au cours fixé par le contrat. Les écarts résultant de la différence
entre la valeur d'origine et le cours de couverture sont directement constatés en résultat financier
(comptes 666 ou 766). Le cas échéant, les provisions constituées sont reprises.
Les couvertures ne fixant pas définitivement le cours de change : dans ce cas, le taux de conversion de la dette ou de
la créance reste inconnu.
Le risque de perte n'est pas supprimé, mais uniquement réduit. Les écarts de conversion seront intégralement
constatés.
Par contre, la provision pour perte de change doit être ajustée en conséquence (réduite).

a.2. Application

Simulation
Le 15 novembre N, l'entreprise DELKA achète pour 30 000 $ de marchandises auprès de son fournisseur
américain.
Elle met en place une couverture de change pour pallier une évolution défavorable du cours du dollar. Pour ce
faire, elle prête alors 20 000 $ à une société étrangère en date du 15 novembre N.
Le règlement des marchandises s'effectuera le 15 février N + 1.

Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite 15


Évaluation des créances et dettes en monnaies étrangères

Les cours sont les suivants :


Au 15/11/N : 1 $ = 0,78 €
Au 31/12/N : 1 $ = 0,82 €

Solution
1/ Comptabilisation de l'achat des marchandises → 30 000 x 0,78 = 23 400 €

15/11/N
607 Achats de marchandises 23 400,00

401 Fournisseurs 23 400,00

Achat des marchandises

2/ Comptabilisation du prêt à l'entreprise étrangère → 20 000 x 0,78 = 15 600 €

15/11/N
274 Prêts 15 600,00

512 Banque 15 600,00

Prêt en devises

3/ À la clôture de l'exercice : comptabilisation des écarts de conversion.


Écart de conversion sur la dette : 30 000 x (0,82 - 0,78) = 1 200 €
Écart de conversion sur le prêt : 20 000 x (0,82 - 0,78) = 800 €

31/12/N
476 Différence de conversion - actif 1 200,00

401 Fournisseurs 1 200,00

Écart de conversion sur la dette

31/12/N
274 Prêts 800,00

477 Différence de conversion - passif 800,00

Écart de conversion sur le prêt

4/ Comptabilisation de la provision
La créance (prêt) et la dette (fournisseur) sont exprimées dans la même devise ($) et l'échéance est identique. Dans
ce cas, il faut compenser les gains et les pertes attendus.
Ainsi, la provision ne portera que sur 1 200 - 800 = 400 € puisque la dette génère une perte latente de 1 200 € et le
prêt un gain latent de 800 €.

31/12/N
6865 Dotation aux provisions financières 400,00

1515 Provision pour pertes de change 400,00

Provision pour perte de change

16 Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite


Évaluation des créances et dettes en monnaies étrangères

Fiscalement :
L'écart de conversion actif (1 200 €) est déductible. Il sera déduit extra comptablement.
L'écart de conversion passif (800 €) est imposable. Il sera réintégré extra comptablement.
La dotation aux provisions pour perte de change (400 €) n'est pas déductible et devra être réintégrée extra
comptablement.

b. Emprunt affecté à l'acquisition d'une immobilisation


b.1. Principe

Cela concerne les emprunts en devises affectés à l'acquisition d'une immobilisation située dans le pays ayant pour
unité monétaire la même devise que celle de l'emprunt.
Dans cette situation, la provision pour pertes de change doit être ajustée selon la méthode la plus appropriée sur la
durée la plus courte soit de l'emprunt soit de la vie utile du bien.
En fait, l'emprunt en devise au passif augmente (il sera ajusté en fonction du cours de clôture), alors que pour l'actif
en devises, l'augmentation de la valeur de l'immobilisation en fonction du cours ne peut être enregistrée, en vertu
de la règle du coût historique (nominalisme monétaire).
Le traitement comptable est le suivant :
Les écarts de conversion relatifs à l'emprunt sont totalement enregistrés.
La provision pour perte de change est comptabilisée et limitée au montant suivant :

Perte de change latente x (durée courue de l'emprunt / durée totale)

b.2. Application

Simulation

Le 1er septembre N, l'entreprise MILO contracte un emprunt de 200 000 $.


Cet emprunt sert à financer l'acquisition d'un bâtiment à Miami pour le même montant.
L'emprunt sera remboursé par amortissements constants sur 2 ans.
Le taux d'intérêt est de 4 % calculé sur le capital restant dû en début de période.
Les cours constatés sont les suivants :
1er septembre N : 1 $ = 0,77 €
31 décembre N : 1 $ = 0,80 €
31 août N + 1 : 1 $ = 0,82 €
31 décembre N + 1 : 1 $ = 0,78 €
31 août N + 2 : 1 $ = 0,79 €

Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite 17


Évaluation des créances et dettes en monnaies étrangères

Solution
1/ Enregistrement de l'emprunt → 200 000 x 0,77 = 154 000 €

01/09/N
512 Banque 154 000,00

164 Emprunt auprès des établissements de crédit 154 000,00

Emprunt

2/ Travaux d'inventaire au 31 décembre N


Intérêts courus : 200 000 x 0,80 x 4 % x 4 / 12 = 2 133,33 €
Écart de conversion : 200 000 x (0,80 - 0,77) = 6 000 €
Provision pour perte de change : 6 000 x 4 / 24 = 1 000 €. On prend en considération les mois écoulés (4) sur la
totalité de l'emprunt (2 ans soit 24 mois).

31/12/N
661 Charge d'intérêts 2 133,33

1688 Intérêts courus 2 133,33

Intérêts courus sur emprunt

31/12/N
476 Écart de conversion - actif 6 000,00

164 Emprunt auprès des établissements de crédit 6 000,00

Ajustement de l'emprunt par ECA

31/12/N
6865 Dotations aux provisions financières 1 000,00

1515 Provisions pour pertes de change 1 000,00

Provision pour perte de change

L'impact sur le résultat est de - 3 133,33 € (2 133,33 + 1 000).


Au 1er janvier N + 1, il convient d'extourner les éléments suivants :

01/01/N + 1
1688 Intérêts courus 2 133,33

661 Charge d'intérêts 2 133,33

Extourne intérêts courus sur emprunt

01/01/N + 1
164 Emprunt auprès des établissements de crédit 6 000,00

476 Écart de conversion - actif 6 000,00

Extourne de l'ECA

18 Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite


Évaluation des créances et dettes en monnaies étrangères

3/ Règlement de la 1er annuité au 31 août N + 1.


L'annuité correspond à 200 000 / 2 = 100 000 $ de capital.
Les intérêts s'élèvent à 8 000 $ (200 000 x 4 %).
→ Soit un total de 108 000 $.
Le taux de conversion étant de 1 $ = 0,82 €, l'annuité est de 88 560 € (108 000 x 0,82).
Décomposition :
82 000 € de capital
6 560 € d'intérêts
Différence de change → 82 000 - (154 000 / 2) = 5 000 € → perte de change

31/08/N + 1
164 Emprunt auprès des établissements de crédit 77 000,00

666 Perte de change 5 000,00

6611 Intérêts des emprunts et dettes 6 560,00

512 Banque 88 560,00

Annuité N° 1

4/ Travaux d'inventaire au 31 décembre N + 1


Intérêts courus : 100 000 x 0,78 x 4 % x 4 / 12 = 1 040,00 €
Écart de conversion : 100 000 x (0,78 - 0,77) = 1 000 €
Provision pour perte de change : 1 000 x 16 / 24 = 666,67 €. On prend en considération les mois écoulés (16) sur
la totalité de l'emprunt (2 ans soit 24 mois). Il faut ensuite déduire la provision déjà comptabilisée :
666,67 - 1 000 = - 333,33 €.

31/12/N + 1
661 Charge d'intérêts 1 040,00

1688 Intérêts courus 1 040,00

Intérêts courus sur emprunt

31/12/N + 1
476 Écart de conversion - actif 1 000,00

164 Emprunt auprès des établissements de crédit 1 000,00

Ajustement de l'emprunt par ECA

31/12/N + 1
1515 Provisions pour perte de change 333,33

7865 Reprise sur provisions financières 333,33

Reprise de la provision

L'impact sur le résultat est de → - 706,67 € (1 040 - 333,33).

Au 1er janvier N + 2, il convient d'extourner les éléments suivants :

Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite 19


Évaluation des créances et dettes en monnaies étrangères

01/01/N + 2
1688 Intérêts courus 1 040,00

661 Charge d'intérêts 1 040,00

Extourne intérêts courus sur emprunt

01/01/N + 2
164 Emprunt auprès des établissements de crédit 1 000,00

476 Écart de conversion - actif 1 000,00

Extourne de l'ECA

5/ Règlement de la 2de annuité le 31 août N + 2.


L'annuité correspond à 200 000 / 2 = 100 000 $ de capital.
Les intérêts s'élèvent à 4 000 $ (100 000 x 4 %).
→ Soit un total de 104 000 $.
Le taux de conversion étant de 1 $ = 0,79 €, l'annuité est de 82 160 € (104 000 x 0,79).
Décomposition :
79 000 € de capital
3 160 € d'intérêts
Différence de change → 79 000 - (154 000 / 2) = 2 000 € → perte de change

31/08/N + 2
164 Emprunt auprès des établissements de crédit 77 000,00

666 Perte de change 2 000,00

6611 Intérêts des emprunts et dettes 3 160,00

512 Banque 82 160,00

Annuité N° 2

La provision pour perte de change qui subsistait doit être totalement reprise le 31/08/N + 2 :

31/08/N + 2
1515 Provisions pour pertes de change 666,67

7865 Reprise sur provisions financières 666,67

Reprise de la provision.

20 Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite


Évaluation des créances et dettes en monnaies étrangères

c. Position globale de change


c.1. Principe

On évoque ici la position globale de change relative à des opérations de terme (échéance) voisin. La position globale
de change s'apprécie devise par devise en non dans sa globalité.
Les termes étant voisins, il est possible de compenser les pertes latentes avec les gains latents et de ne
comptabiliser une provision pour perte uniquement que pour la perte latente subsistant après compensation.
Lorsqu'on parle de «  terme voisin  », il est prudent de retenir des échéances distantes de quelques jours voire
quelques semaines. La durée n'est précisée par aucun texte. Il convient alors de garder en mémoire le principe de
prudence quant à l'application de cette dérogation.

c.2. Application

Simulation
À la clôture de l'exercice N, une entreprise détient les dettes et créances suivantes :
Créance A : 10 000 $ du 15 octobre N (1 $ = 0,80 €)
Créance B : 20 000 ARS (Peso Argentin) du 10 novembre N (1 ARS = 0,0951 €)
Dette C : 4 000 INR (Roupie Inde) du 2 novembre N (1 INR = 0,0139 €)
Dette D : 12 000 SEK (Couronne suédoise) du 10 décembre N (1 SEK = 0,1063 €)
L'échéance des créances est fixée au 31 janvier N + 1.
L'échéance des dettes est fixée au 10 février N + 1.
Cours au 31 décembre N :
1 $ = 0,82 €
1 ARS = 0,0940 €
1 INR = 0,0132 €
1 SEK = 0,121 €

Solution
Créance A :
Valeur à l'opération : 10 000 x 0,80 = 8 000 €
Valeur à la clôture : 10 000 x 0,82 = 8 200 €
→ Gain latent de 200 € (8 200 - 8 000 €)
Créance B :
Valeur à l'opération : 20 000 x 0,0951 = 1 902 €
Valeur à la clôture : 20 000 x 0,0930 = 1 860 €
→ Perte latente de 42 € (1 860 - 1 902)
Dette C :
Valeur à l'opération : 4 000 x 0,0139 = 55,60 €
Valeur à la clôture : 4 000 x 0,0132 = 52,80 €
→ Gain latent de 2,80 € (52,80 - 55,60)
Dette D :
Valeur à l'opération : 12 000 x 0,1063 = 1 275,60 €

Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite 21


Évaluation des créances et dettes en monnaies étrangères

Valeur à la clôture : 12 000 x 0,121 = 1 452 €


→ Perte latente de 176,40 € (1 275,60 - 1 452)
Total des gains latents : 200 + 2,80 = 202,80 €
Total des pertes latentes : 42 + 176,40 = 218,40 €
→ La provision pour perte de change portera sur la différence : 218,40 - 202,80 = 15,60 €

d. Emprunt en devises obtenu à des conditions plus avantageuses qu'un emprunt en monnaie
nationale
d.1. Principe

Une entreprise peut appliquer cette dérogation lorsqu'elle réalise en emprunt en devises et que la charge globale
(intérêts + perte de change) de celui-ci est inférieure ou égale à celle d'un emprunt qui aurait été conclu en monnaie
nationale.
Cependant, cette exception est à appliquer avec précaution puisqu'il faut prendre en considération l'évolution des
taux de change qui peut être défavorable pour l'entreprise.
Il convient donc d'être prudent quant à l'application de cette règle et de se référer à l'évaluation passée des taux de
la devise concernée.
Cette dérogation semble pouvoir s'appliquer lorsqu'une entreprise française emprunte en devises fortes avec un
taux d'intérêt généralement inférieur à celui pratiqué en France.

d.2. Application

Simulation
Une entreprise française contracte un emprunt le 1er octobre N.
Cet emprunt est réalisé en Couronnes Norvégiennes (NOK) pour un montant de 100 000 NOK.
Le taux d'intérêt est de 5,5 %.
L'emprunt est remboursable en 4 fractions annuelles.
Un emprunt souscrit en monnaie nationale aurait eu un taux d'intérêt de 8 %.
Les cours sont les suivants :
Au 1er octobre N : 1 € = 9,33 NOK
Au 31 décembre N : 1 € = 9,10 NOK

Solution
Montant de l'emprunt contracté en devises : 100 000 / 9,33 = 10 718,11 €.
Travaux d'inventaire au 31 décembre N :
Écart de conversion - passif, perte latente : (100 000 / 9,10 - 100 000 / 9,33) = - 270,90 €
Intérêts courus : 100 000 / 9,10 x 5,50 % x 3 / 12 = 151,10 €
Intérêts si l'emprunt avait été contracté en France (pour comparaison) :
→ 10 718,11 x 8 % x 3 / 12 = 214,36 €
La charge globale est de 270,90 + 151,10 = 422 €. Elle peut être plafonnée à 214,36 €.

22 Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite


Évaluation des créances et dettes en monnaies étrangères

Au lieu des 270,90 € en application des principes généraux.


Cette limitation de la provision repose sur l'hypothèse que les intérêts et la perte de change qui seront
effectivement supportés en raison de cet emprunt en devises seront inférieurs aux intérêts relatifs à un emprunt en
euros au taux de 8 %.
Les enregistrements comptables sont les suivants :

01/10/N
512 Banque 10 718,11

164 Emprunt auprès des établissements de crédit 10 718,11

Perception de l'emprunt.

31/12/N
476 Écart de conversion - actif 270,90

164 Emprunt auprès des établissements de crédit 270,90

ECA.

31/12/N
661 Charge d'intérêts 151,10

1688 Intérêts courus sur emprunt 151,10

Intérêts courus.

31/12/N
6865 Dotation aux provisions financières 63,26

1515 Provisions pour perte de change 63,26

Provision pour perte de change.

e. Opérations affectant plusieurs exercices


e.1. Principe

Cette mesure ne peut être appliquée que dans le cas où la constitution d'une provision pour perte de change
correspondant à l'écart de conversion à la clôture conduirait à donner une image particulièrement pessimiste, et de
ce fait infidèle, de la situation.
On rencontre ce cas si l'entreprise estime que :
L'évolution du taux de change de manière défavorable s'intègre dans le coût global d'une opération s'étalant
sur plusieurs exercices et qu'il est donc nécessaire de répartir cette perte sur l'ensemble des exercices et non
sur un seul.
Le cours de clôture semble excessivement et anormalement défavorable.
Cette dérogation doit être appliquée avec prudence et parcimonie.

Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite 23


Abandons de créances

La provision se limitera au montant considéré comme représentatif d'une image fidèle de la réalité économique.

Exemple
On peut, partir de la perte de change constatée à la clôture et la proratiser au regard du temps écoulé par rapport
à la durée totale de l'opération.

e.2. Application

Simulation
Une entreprise contracte un emprunt de 50 000 $ le 1er juin N. Cet emprunt est remboursable sur 8 ans, par
fraction annuelle.
Les cours sont les suivants :

1er juin N : 1 € = 1,20 $


31 décembre N : 1 € = 1,18 $
31 décembre N + 1 : 1 € = 1,16 $

Solution
La valeur de l'emprunt au 1er juin N est de 50 000 / 1,20 = 41 666,67 €
Au 31 décembre N, l'écart de conversion actif (perte latente) est le suivant :
(50 000 / 1,18) - (50 000 / 1,20) = 42 372,88 - 41 666,67 = 706,21 €
Au 31 décembre N + 1, l'écart de conversion actif (perte latente) est le suivant :
À noter qu'une fraction de l'emprunt a déjà été remboursée pour 6 250 € (50 000 / 8).
(43 750 / 1,16) - (43 750 / 1,20) = 37 715,52 – 36 458,33 = 1 257,19 €
Le montant à provisionner est de 1 257,19 x 1 / 8 x 19 / 12 = 248,82 €
Il convient de déduire la provision passée en N : 248,82 - 51,49 = 197,33 € à provisionner au 31 décembre N + 1.

III. Abandons de créances


A. Introduction
Dans certaines circonstances, une entreprise peut être amenée à renoncer volontairement à l'encaissement d'une
créance.
On qualifie cette opération d'abandon de créance.

B. Principes généraux
1. Distinction avec la renonciation à recettes
Un abandon de créances consiste à renoncer à l'encaissement d'une créance déjà facturée.
Une renonciation à des recettes consiste à ne pas facturer intégralement ou partiellement des recettes.
Cela peut se traduire par exemple, par la mise en place de prêts sans intérêts, la mise à disposition gratuite de biens
(locaux, matériels, etc.), la vente avec facturation partielle, la vente sans facturation, etc.
Sur le plan comptable, il y a absence de prise en compte d'un élément d'actif pour le créancier et son résultat
n'augmente pas du fait de la non-comptabilisation de l'opération.

24 Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite


Abandons de créances

Pour le débiteur, il y a absence de prise en compte d'un élément de passif et son résultat n'est pas diminué de la
charge non constatée.
Fiscalement, il est nécessaire de s'intéresser à la normalité de l'acte. Si elle relève d'un acte normal de gestion, elle
doit être assimilée à un abandon de créance dont il faut distinguer le caractère commercial ou financier afin d'en
déduire le traitement applicable.

2. Acte normal ou anormal de gestion

Texte légal
Selon l'administration (document administratif N° 4 A-2152), « la preuve du caractère normal de l'aide est
apportée, lorsqu'il est établi que celle-ci a été consentie dans l'intérêt de l'exploitation, et trouve son fondement
dans l'existence d'une contrepartie réelle et suffisante ».

Constitue un acte normal de gestion, le fait d'abandonner une créance si la décision permet de :
Poursuivre une activité commerciale normale et préserver, par conséquent, la notoriété du groupe ainsi que sa
position sur le marché.
Obtenir de la filiale des services en contrepartie.
Conserver par la poursuite de l'activité de la filiale bénéficiaire de l'abandon, les débouchés commerciaux de
la société qui consent l'abandon.
Constitue un acte anormal de gestion le fait d'abandonner une créance si la décision :
Conduit de par son caractère régulier et répétitif et de par la variation de son montant, à faire remonter au
niveau de la société mère des déficits subis par certaines filiales. Ou encore, conduit à mettre en œuvre une
répartition géographique optimale des résultats imposables entre sociétés d'un même groupe, notamment si
la société bénéficiant de l'aide est située dans un pays possédant un régime fiscal privilégié.
A été consenti pour un montant dix fois supérieur à la participation détenue dans la société bénéficiaire sans
but financier et contrepartie commerciale suffisants.

3. Distinction caractère commercial ou financier


a. Abandon à caractère commercial
Pour déterminer le caractère commercial de l'abandon de créance, il convient d'examiner les motifs et circonstances
ayant conduit à réaliser cette opération.
Si l'abandon est réalisé dans le but de maintenir des débouchés commerciaux ou des sources d'approvisionnement,
il est qualifié d'abandon à caractère commercial.
Dans le cas où des sociétés font partie d'un même groupe et ont également des liens commerciaux, il convient
d'apprécier si l'abandon de créance consentit à une prépondérance commerciale ou non pour déterminer le
caractère commercial ou financier de l'opération.

b. Abandon à caractère financier


Un abandon de créance à caractère financier ne peut exister qu'au sein d'un groupe de sociétés : entre société mère
et ses filiales ou ses participations.
Le caractère financier est retenu lorsque l'abandon de créance est exempt de toute relation commerciale.

Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite 25


Abandons de créances

C. Traitement de l'abandon de créances à caractère commercial


1. Traitement comptable
a. Principe
La société qui consent l'abandon va s'appauvrir. L'opération est à comptabiliser au compte 678 « Charges
exceptionnelles  ».
Pour l'entreprise qui bénéficie de l'abandon, elle s'enrichit. Il convient alors d'enregistrer l'opération au compte 778
«  Produits exceptionnels  ».
Les abandons de créances sont des produits passibles de TVA lorsqu'ils sont considérés comme la rémunération
d'un service rendu à son auteur par l'entreprise bénéficiaire ou comme venant en complément du prix des
opérations réalisées par celle-ci.
En conséquence, la TVA est exigible lors de l'abandon de la créance.
En dehors des situations évoquées ci-dessus, l'abandon n'entre pas dans le champ d'application de la TVA.

b. Application

Simulation
La société BURIER vend des marchandises le 10/04/N pour 60 000 € TTC à la société GRAPPE.
La société GRAPPE connaissant quelques difficultés et dans le but de préserver des débouchés commerciaux, la
société BURIER abandonne sa créance le 04/09/N.

Solution
1/ Écritures chez la société BURIER

10/04/N
411 Client GRAPPE 60 000,00

707 Vente de marchandises 50 000,00

44571 TVA collectée 10 000,00

Facture de vente

04/09/N
678 Charges exceptionnelles 50 000,00

44566 TVA déductible sur autres biens et services 10 000,00

411 Client GRAPPE 60 000,00

Abandon de créance

2/ Écritures chez la société GRAPPE

26 Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite


Abandons de créances

10/04/N
607 Achat de marchandises 50 000,00

44566 TVA déductible sur autres biens et services 10 000,00

401 Fournisseur BURIER 60 000,00

Facture d'achat

04/09/N
401 Fournisseur BURIER 60 000,00

44571 TVA collectée 10 000,00

778 Produits exceptionnels 50 000,00

Abandon de créance

2. Traitement fiscal
Le bénéficiaire de l'abandon de créance voit son actif net augmenter. Il constate un produit lors de l'abandon. Ce
produit est imposable.
Pour la société qui consent l'abandon de créance, et sous réserve que cette opération relève de l'acte normal de
gestion, elle comptabilise une charge liée à l'abandon. Cette charge est déductible.
Si l'opération s'avère relevée d'un acte anormal de gestion, la déduction n'est pas admise.

Exemple Exemples tirés de la jurisprudence


Acte anormal de gestion : abandon d'une créance commerciale consenti par une SARL à une SA constituée
entre les mêmes associés, alors qu'elles exerçaient la même activité et qu'il n'a pas été établi que la SA
assurait des débouchés commerciaux à la SARL.
Acte normal de gestion : abandon partiel de créance consenti à un locataire pour ne pas avoir à supporter des
charges élevées inhérentes à son expulsion et à la recherche d'un autre locataire.

D. Traitement de l'abandon de créances à caractère financier


1. Traitement fiscal
a. Au niveau de la société qui consent l'abandon
Depuis les exercices clos à compter du 4 juillet 2012, les abandons de créances ne sont pas déductibles s'ils ne
présentent pas de caractère commercial ou ne sont pas consentis à une entreprise en difficulté financière soumise à
une procédure collective ou de conciliation.

a.1. Entreprises en difficultés financières

Seront déductibles les aides accordées à une entreprise en difficulté financière lors d'une procédure de conciliation
en application d'un accord homologué par le juge.
Seront déductibles les aides accordées à une entreprise en procédure de sauvegarde, de redressement ou de
liquidation judiciaire.
Dans ces cas, l'aide n'est déductible qu'à hauteur :

Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite 27


Abandons de créances

De la situation nette négative de la société bénéficiaire,


Et de la situation nette positive à proportion des participations détenues par d'autres associés.
En effet, une situation nette négative avant l'opération d'abandon et les restants à l'issue de l'opération ne conduit
pas à augmenter la valeur des titres de la société bénéficiaire.
A contrario, une situation nette positive avant l'abandon ou à l'issue de l'opération, contribue à augmenter la valeur
de l'entreprise bénéficiaire et donc la valeur des titres. Seul le montant de l'appauvrissement correspondant à la
différence entre l'abandon et l'accroissement de la valeur des titres est déductible.

a.2. Détermination de la situation nette

Définition
Elle correspond au montant des capitaux propres tels que définis par l'article 434-1 du PCG :
« Les capitaux propres qui correspondent à la somme algébrique :
Des apports : capital, primes liées au capital,
Des écarts de réévaluation,
Des écarts d'équivalence,
Des bénéfices autres que ceux pour lesquels une décision de distribution est intervenue : réserves, report à
nouveau créditeur, bénéfice de l'exercice,
Des pertes : report à nouveau débiteur, perte de l'exercice,
Des subventions d'investissement,
Des provisions réglementées.
Au sein des capitaux propres, la situation nette est établie après affectation du résultat de l'exercice. Elle exclut les
subventions d'investissement et les provisions réglementées.  »

Il convient d'y soustraire les frais d'établissement.


Deux possibilités quant au choix de la date d'appréciation de la situation nette :
Selon le Conseil d'État : à la date de clôture de l'exercice consentant l'abandon de créance,
Selon la doctrine administrative : à la date à laquelle l'abandon est consenti.
En cas d'écart significatif entre la situation nette et la valeur réelle des actifs et dettes :
L'entreprise consentant l'abandon est en droit de retenir la situation nette réelle si elle est inférieure à la
situation nette comptable,
L'administration fiscale peut retenir la situation nette réelle si celle-ci est supérieure à la situation nette
comptable.

a.3. Situation nette négative avant et après l'opération

Dans ce cas de figure, l'abandon est totalement déductible.

Simulation
La société PIKA fait l'acquisition de 60 % des titres de la SARL MOZAR en mai N - 3 pour un montant de 120 000 €. Il
n'existe aucune relation commerciale entre ces deux entités.
À la clôture de l'exercice N - 2, la SARL présente une perte de 300 000 €. Sa situation nette est négative. Elle se
trouve face à de grosses difficultés de trésorerie.

28 Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite


Abandons de créances

La société PIKA doit déprécier les titres détenus de la SARL MOZAR pour leur totalité.
En avril N - 1, la société PIKA prête à l'entreprise MOZAR 150 000 €.
À la clôture au 31/12/N - 1, la SARL présente de nouveau un résultat déficitaire de 90 000 € et est placée en
redressement judiciaire.
En février N, la société PIKA abandonne sa créance.
Le bilan de la SARL MOZAR au 31 décembre N est le suivant :

ACTIF PASSIF

Frais d'établissement 10 000 Capital 200 000


Immobilisations corporelles 45 000 Résultat (90 000)
Stocks 3 000 Report à nouveau (300 000)
Créances 16 780 Dettes financières 150 000
Disponibilités 3 Autres dettes 114 783

TOTAL 74 783 TOTAL 74 783

→ L'abandon de créance est à caractère financier puisque les deux sociétés n'entretiennent pas de relation
commerciale.
Le placement en redressement judiciaire permet à l'entreprise PIKA de déduire l'abandon de créance. Il convient
de déterminer la situation nette de la SARL MOZAR.
Situation nette de MOZAR avant l'abandon : 200 000 - 90 000 - 300 000 - 10 000 = - 200 000 €.
Elle est négative.
Situation nette de MOZAR après l'abandon : - 200 000 + 150 000 = - 50 000 €.
Elle est toujours négative.
→ L'abandon est totalement déductible.

a.4. Situation nette négative avant l'opération et positive après l'opération

La partie de l'abandon contribuant à ramener la situation nette négative à zéro est intégralement déductible. Le
surplus permettant un accroissement de la valeur des titres n'est pas déductible.
Abandon de créance consenti par un seul associé
L'abandon est déductible à concurrence :

Du montant de la situation nette négative avant l'abandon + Le montant de la situation nette


positive dans la proportion de la fraction du capital appartenant aux autres associés.

Simulation Application
La société PIKA fait l'acquisition de 60 % des titres de la SARL MOZAR en mai N - 3 pour un montant de 120 000 €. Il
n'existe aucune relation commerciale entre ces deux entités.
À la clôture de l'exercice N - 2, la SARL présente une perte de 210 000 €. Sa situation nette est négative.
Elle se trouve face à de grosses difficultés de trésorerie.
La société PIKA doit déprécier les titres détenus de la SARL MOZAR pour leur totalité.
En avril N - 1, la société PIKA prête à l'entreprise MOZAR 150 000 €.

Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite 29


Abandons de créances

À la clôture au 31/12/N - 1, la SARL présente de nouveau un résultat déficitaire de 90 000 € et est placée en
redressement judiciaire.
En février N, la société PIKA abandonne sa créance.
Le bilan de la SARL MOZAR au 31 décembre N est le suivant :

ACTIF PASSIF

Frais d'établissement 10 000 Capital 200 000


Immobilisations corporelles 45 000 Résultat (90 000)
Stocks 3 000 Report à nouveau (210 000)
Créances 16 780 Dettes financières 150 000
Disponibilités 3 Autres dettes 24 783

TOTAL 74 783 TOTAL 74 783

→ L'abandon de créance est à caractère financier puisque les deux sociétés n'entretiennent pas de relation
commerciale.
Le placement en redressement judiciaire permet à l'entreprise PIKA de déduire l'abandon de créance. Il convient
de déterminer la situation nette de la SARL MOZAR.
Situation nette de MOZAR avant l'abandon : 200 000 - 90 000 - 210 000 - 10 000 = - 110 000 €. Elle est négative.
Situation nette de MOZAR après l'abandon : - 110 000 + 150 000 = + 40 000 €
La situation nette devient positive.
La déductibilité de l'abandon de créance est la suivante : 110 000 + (40 000 x 40 %) = 126 000 €
Le reste, soit 24 000 € (150 000 - 126 000) est non déductible.
Abandon de créance consenti par plusieurs associés
Chaque associé participant à l'abandon de créance peut déduire :

Le montant de la situation nette négative multiplié par le quotient de son propre abandon sur le
montant total de l'abandon + La fraction non encore déduite de son propre abandon multiplié par
la proportion de la fraction du capital appartenant aux associés qui ne participent pas à
l'abandon.

Simulation Application
La SARL GARY accumulant les pertes depuis quelques années est placée en redressement judiciaire.
Elle est détenue, entre autres, par la SAS VALIER pour 40 % et par la SARL FOURTOUT pour 25 %.
La SAS VALIER consent un abandon de créance pour 200 000 €.
La SARL FOURTOUT consent un abandon de créance pour 80 000 €.
Avant l'abandon de créance, la situation nette de GARY est de -220 000 €.
1/ Abandon de la SAS VALIER.
1. (220 000) x 200 000 / 280 000 = 157 142,86 €
2. (200 000 - 157 142,86) x (100 % - 40 % - 25 %) = 15 000 €
Soit un TOTAL de 172 142,86 € déductibles. Le reste, 27 857,14 € (200 000 - 172 142,86) n'est pas déductible.
2/ Abandon de la SARL FOURTOUT.

30 Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite


Abandons de créances

1. (220 000) x 80 000 / 280 000 = 62 857,14 €


2. + (80 000 - 62 857,14) x (100 % - 40 % - 25 %) = 6 000 €
Soit UN TOTAL de 68 857,14 € déductibles. Le reste, 11 142,86 € (80 000 - 68 857,14) n'est pas déductible.
3/ Contrôle
Le total des abandons déductibles s'élève à 241 000 €.
Cela correspond à la situation nette négative (220 000 €) avant l'abandon plus le montant de la situation nette
positive après l'abandon (60 000 €) multiplié par la part des associés ne participant pas à l'opération 35 %).
→ 220 000 + (60 000 x 35 %) = 241 000 €

a.5. Situation nette positive avant l'abandon

Abandon de créance consenti par un seul associé


L'abandon de créance n'est déductible qu'en proportion de la fraction du capital appartenant aux autres associés.

Exemple
La SA NATHAN a fait l'acquisition en N - 4 de 75 % des titres de la SARL YON pour un montant de 75 000 €.
Une dépréciation de 50 000 € a été constatée au 31/12/N - 1.
En N, la SARL YON est placée en redressement judiciaire.
La SA NATHAN consent à l'abandon d'une créance de 40 000 €.
La situation nette de YON avant l'opération est de 20 000 €. Après l'abandon, elle est de 60 000 €.
Le montant de l'abandon de créance déductible est de 40 000 x 25 % = 10 000 €.
Le reste, 30 000 €, n'est pas déductible.

Abandon de créance consenti par plusieurs associés


Le montant de la créance abandonnée par chaque associé est déductible en proportion du pourcentage de
détention des associés qui ne participent pas à l'opération.

Exemple
La SA LEFRANCK, est placée en redressement judiciaire en N.
Ses actionnaires principaux sont la SARL TRIVOT pour 50 % et la SAS PICOT pour 20 %.
La SARL TRIVOT consent un abandon de créance pour 35 000 €.
La SAS PICOT consent un abandon de créance pour 18 000 €.
La situation nette de la SA LEFRANCK avant l'opération est de 3 000 €.
Après l'abandon, elle est de 3 000 + 35 000 + 18 000 = 56 000 €.
1. L'abandon de TRIVOT est déductible à hauteur de 35 000 x (100 % - 50 % - 20 %) = 10 500 €.
Le reste, 24 500 €, est non déductible.
2. L'abandon de PICOT est déductible à hauteur de 18 000 x (100 % - 50 % - 20 %) = 5 400 €.
Le reste, 12 600 €, est non déductible.
3. Le total des abandons déductibles est de 15 900 € correspondant au montant des abandons multipliés par la
fraction de capital des associés ne participant pas à l'opération : 53 000 x 30 % = 15 900 €.

Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite 31


Abandons de créances

b. Au niveau de la société qui bénéficie de l'abandon


Pour la société bénéficiant de l'abandon, l'opération a pour effet de l'enrichir. Le produit est donc en principe
imposable.
Cependant, si la société bénéficiaire est soumise à l'impôt sur les sociétés et est détenue par une société mère
créancière : la fraction qui n'est pas déductible pour la société qui le consent, n'est pas imposable pour la société
qui en bénéficie.
Sous réserve de respecter les conditions suivantes :
La société bénéficiaire prend l'engagement de procéder à une augmentation de capital pour un montant au
minimum équivalent à l'abandon consenti au profit de la société mère. Et ce avant la clôture du second
exercice suivant celui de l'abandon.
Le montant soit au moins égal à la fraction non déductible (article 216 A du Code général des impôts)

2. Traitement comptable
a. Au niveau de la société qui consent l'abandon
a.1. Principe

L'abandon de créance représente une perte financière qui est à enregistrer au compte 664 « Pertes sur créances liées
à des participations  ».
En parallèle, il est nécessaire d'effectuer une reprise de dépréciation des titres si celle-ci avait été préalablement
constituée et n'est plus justifiée. La reprise peut être intégrale ou partielle.
Une autre possibilité de comptabilisation est offerte :
Enregistrement du montant déductible de l'abandon en compte 664,
Enregistrement du montant non déductible de l'abandon en complément d'apport, au débit du compte de
titres.

a.2. Application

Simulation
La SA NATHAN a fait l'acquisition en N - 4 de 75 % des titres de la SARL YON pour un montant
de 75 000 €.
Une dépréciation de 50 000 € a été constatée au 31/12/N - 1.
En N, la SARL YON est placée en redressement judiciaire.
La SA NATHAN consent à l'abandon d'une créance de 40 000 € le 12 février N.
La situation nette de YON avant l'opération est de 20 000 €.
Après l'abandon, elle est de 60 000 €.
Le montant de l'abandon de créance déductible est de 40 000 x 25 % = 10 000 €.
Le reste, 30 000 €, n'est pas déductible.

32 Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite


Abandons de créances

Comptabilisation
1/ Première solution :

12/02/N
664 Pertes sur créances liées à des participations 40 000,00

267 Créances rattachées à des participations 40 000,00

Abandon de créance

12/02/N
2961 Titres de participation 35 000,00

7866 Reprises sur dépréciations des éléments financiers 35 000,00

Reprise de la provision (1)

Complément
(1) Hypothèse selon laquelle la valeur d'utilité des titres s'est améliorée de 87,50 % de l'accroissement de la
situation nette de la SARL YON.

La partie non déductible de 30 000 € sera réintégrée extra comptablement.


2/ Seconde solution :

12/02/N
261 Titres de participations 30 000,00

664 Pertes sur créances liées à des participations 10 000,00

267 Créances rattachées à des participations 40 000,00

Abandon de créance

Le débit du compte 261 contribue à accroître la participation de la SA NATHAN dans la SARL YON de 30 000 €.
Par conséquent, la valeur comptable des titres augmente et il n'est pas nécessaire d'effectuer une reprise de la
dépréciation.

b. Au niveau de la société qui bénéficie de l'abandon


Pour la société bénéficiant de l'abandon, elle enregistre un produit venant constater la diminution de sa dette.
L'enregistrement s'effectue au compte 7788 «  Produits exceptionnels divers  ».
En reprenant l'application ci-dessus, la SARL YON effectue la comptabilisation suivante :

12/02/N
171 Dettes rattachées à des participations (groupe) 40 000,00

7788 Produits exceptionnels divers 40 000,00

Abandon de créance

Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite 33


Abandons de créances

E. Clauses de retour à meilleure fortune


1. Principe et comptabilisation
L'abandon de créance est en fait réalisé sous conditions résolutoires.
Il s'agit d'une convention permettant au créancier accordant un abandon de créance de contraindre le bénéficiaire
de ce dernier à rembourser sa dette lorsqu'il se trouvera dans une meilleure situation financière lui permettant
d'honorer sa dette.
L'existence d'une telle convention ne modifie en rien les schémas comptables précédemment évoqués.
Par contre, elle implique la transcription d'informations dans l'annexe.
Chez la société bénéficiaire : la dette ayant été abandonnée, elle n'apparaît plus au bilan. L'engagement donné doit
être mentionné dans l'annexe.
En cas de retour à meilleure fortune, et de règlement, même partiel, de la dette, celle-ci réapparaît. Elle sera
comptabilisée en contrepartie d'une charge exceptionnelle 6788 « Charges exceptionnelles diverses » ou
financière 668 «  Autres charges financières  ».
Le montant de l'engagement hors bilan mentionné en annexe est réduit du montant versé.
Chez la société qui consent l'abandon : la créance ayant été abandonnée n'apparaît plus au bilan. L'engagement
reçu doit être mentionné dans l'annexe.
En cas de retour à meilleure fortune, et de règlement, même partiel, de la dette, la créance réapparaît.
Elle sera comptabilisée en contrepartie d'un produit financier 7617 «  Revenus de créances attachées à des
participations financières  » ou exceptionnel 7788 « Produits exceptionnels divers  ».

2. Application

Simulation
La société LOMU a consenti un prêt de 20 000 € à sa filiale ILIAC qu'elle détient à 60 %.
Au 31/12/N, la société LOMU consent un abandon de créances du fait de difficultés financières de la société ILIAC.
Cet abandon est assorti d'une clause de retour à meilleure fortune. Il est prévu un remboursement de la dette si
ILIAC redevient bénéficiaire dans les trois ans.
La société ILIAC est bénéficiaire à l'issue de 2 ans.

Solution
1/ Écritures au 31/12/N
Chez la société LOMU

31/12/N
668 Autres charges financières 20 000,00

267 Créances rattachées à des participations 20 000,00

Abandon de créance

En annexe, il est nécessaire de mentionner en engagement reçu la clause de retour à meilleure fortune.
Chez la société ILIAC

34 Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite


Abandons de créances

31/12/N
171 Dettes rattachées à des participations 20 000,00

768 Autres produits financiers 20 000,00

Abandon de créance

En annexe, il est nécessaire de mentionner en engagement donné la clause de retour à meilleure fortune.
2/ Écritures au 31/12/N + 2
Chez la société LOMU

31/12/N + 2
267 Créances rattachées à des participations 20 000,00

7617 Revenus de créances attachées à des participations financières 20 000,00

Application de la clause de retour à meilleure fortune

Chez la société ILIAC

31/12/N + 2
668 Autres charges financières 20 000,00

171 Dettes rattachées à des participations 20 000,00

Application de la clause de retour à meilleure fortune

Dans l'annexe des deux sociétés, les engagements liés à cette clause seront supprimés.

Tous droits réservés à STUDI - Reproduction interdite 35

Vous aimerez peut-être aussi