Vous êtes sur la page 1sur 62

Euro Disney

Mars 2015 / AMM & PPA / RVI 4ENT50

NAF rév.2, 2008 :


55.10Z Avec 14,2 millions de visiteurs au sein de ses deux parcs
93.21Z
(Disneyland Paris et Walt Disney Studios) en 2013/14, Euro
Chiffres clés 2013/14 (*) Disney constitue la première destination touristique d’Europe et
le leader européen des parcs d’attractions. Le groupe exploite par
Chiffre d’affaires consolidé 1 279,7 M€ ailleurs un complexe hôtelier composé de sept établissements
Croissance sur un an -2,3% d’une capacité totale de 5 800 chambres, un centre de
divertissements (Disney Village) et deux salles de congrès. Dans le
Résultat d’exploitation -65,4M€
Croissance sur un an ns cadre d’une convention signée en 1987 avec les autorités
publiques, Euro Disney mène également des activités de
Résultat net part du groupe -93,4 M€ développement immobilier sur le site de Val d’Europe.
Croissance sur un an ns
Confronté à de sévères difficultés financières depuis plusieurs
Taux d’endettement 136,6% années, Euro Disney a lancé un nouveau plan de recapitalisation
Croissance sur un an +6 points d’un montant d’un milliard d’euros début 2015 afin notamment
Répartition du chiffre d’affaires de ramener son endettement sous le seuil du milliard d’euros. Il
par activité poursuit en outre ses efforts pour accroître la fréquentation de
Parcs à thèmes 56,4% ses parcs, notamment en inaugurant depuis près d’une décennie
Hôtels et Disney Village 38,3% au moins une nouvelle attraction ou animation chaque année.
Autres activités touristiques 3,1%
Activités de développement Chiffre d’affaires consolidé du groupe Euro Disney
2,2%
immobilier Unité : million d’euros
1 400
Effectifs moyens 14 064
1 324,5 1 324,3
(*) Exercice clos le 30/09/2014 1 309,4
1 294,2
1 300 1 271,8 1 279,7

Les principaux concurrents (*) 1 230,6

FUTUROSCOPE 1 200

PARC ASTERIX
PUY DU FOU
1 100
VULCANIA
2007/08 2008/09 2009/10 2010/11 2011/12 2012/13 2013/14

(*) Classement alphabétique Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année
le médiateur du monde économique

Le groupe Xerfi, leader français des études sur les secteurs et les entreprises, apporte aux décideurs les analyses
indispensables pour surveiller l’évolution des marchés et de la concurrence, décrypter les stratégies et les
performances des entreprises, en France comme à l’international. Le site Xerfi.com met ainsi en ligne le plus vaste
catalogue d’études sur les secteurs et les entreprises.

Au sein du premier bureau d’études spécialisé en France, les experts sectoriels du groupe Xerfi sont animés d’une
passion commune : traiter l’information avec une très grande rigueur intellectuelle, réaliser des analyses
professionnelles au plus près des réalités de la vie économique, s’engager sur des conclusions rédigées avec
l’ambition de la probité et de la qualité.

Pour atteindre ces objectifs, le groupe Xerfi, s’est donné tous les moyens de l’indépendance : son capital est détenu
par ses dirigeants, son développement repose pour l’essentiel sur l’édition des études réalisées à sa propre
initiative, des méthodes de travail éprouvées, des règles déontologiques strictes.

Des milliers d’entreprises, comme tous les réseaux bancaires, les investisseurs et financiers, les leaders du conseil
et de l’audit ont fait des études du groupe Xerfi l’outil indispensable pour appuyer leur réflexion.

Euro Disney – Mars 2015 2


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
Nos collections d’études

Les études Xerfi France Les études Xerfi Research Les études Xerfi Precepta
Xerfi France présente une collection La collection Xerfi Research vous Les experts sectoriels de Precepta ont
complète de plus de 300 études sur la propose des études approfondies sur pour mission d’apporter aux dirigeants
conjoncture et les acteurs de une sélection de secteurs et marchés d’entreprises des analyses stimulantes
l’ensemble des secteurs de l’économie clés de l’économie française. Chaque pour élaborer leurs décisions. Les
française. Chacun des titres apporte titre décrypte les évolutions de études sont réalisées avec la plus
une information rigoureuse et l’activité et du jeu concurrentiel à grande rigueur professionnelle, une
objective en présentant de manière travers une analyse détaillée des indépendance d’esprit totale, la
structurée et opérationnelle les déterminants du marché, des facteurs volonté de clarifier et d’aiguillonner la
prévisions sectorielles de nos experts, de mutation de l’offre et de la réflexion stratégique. Des centaines
l’analyse de la demande, les faits demande ainsi que des axes de d’entretiens ont été réalisés chaque
marquants de la vie des entreprises et développement des opérateurs. Une année auprès des décideurs pour
les données financières des attention toute particulière est mieux appréhender leur
opérateurs. accordée aux prévisions d’activité à problématique stratégique.
court et moyen terme.

Les études Xerfi Groupes The Global Business report Les études sur mesure
Chacune des 60 études de la collection Global Business, the international Xerfi Analysis est le département
dresse le portrait complet d’un groupe department of Xerfi Group, provides d’études sur mesure ou ad’hoc du
français, tous secteurs d’activité decision makers with the information, groupe Xerfi. Présent sur l'ensemble
confondus. Notre analyse met l’accent analysis and forecasts they need to des secteurs, l’offre de services de
sur les forces et faiblesses de understand the key issues of all the 60 Xerfi Analysis se veut avant tout
l’opérateur, son positionnement par sectors of the global economy. opérationnelle et adaptée aux besoins
rapport aux marchés, ses orientations de ses clients. Elle porte sur des
stratégiques, sa politique domaines divers, tels que les lettres de
d’investissement et sur les grands conjonctures, les études de marché,
enseignements de l’analyse de ses les rapports d’entreprises ou la
comptes. définition de plans stratégiques.

Euro Disney – Mars 2015 3


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
Votre abonnement
L’intelligence des secteurs et des entreprises

Xerfi 700 est la seule source complète d’études et de


prévisions sur les secteurs et leur tissu d’entreprises.
Couplé avec Xerfi entreprises, c’est l’outil de référence
indispensable adopté par les établissements financiers,
les entreprises, les cabinets de conseil et d’audit, les
grands établissements publics et para-publics pour
appuyer leurs analyses et étayer leurs décisions.

Une source exceptionnelle d’analyses, d’informations et de prévisions

Complète et mise à jour Exclusive et indépendante

Véritable encyclopédie sur l’activité économique, les Xerfi 700 contient un nombre exceptionnel d’analyses
secteurs et les entreprises, Xerfi 700 présente chaque originales et de prévisions exclusives pour surveiller
année plusieurs centaines d’études sur tous les l’évolution des activités économiques. Les synthèses
marchés en France et dans le Monde, plusieurs sont rédigées en toute indépendance, garantie par une
dizaines de milliers d’analyses sur les sociétés, des volonté de comprendre la vérité économique.
centaines de notes de conjoncture, des prévisions sur
les secteurs en France et dans le Monde

Rigoureuse et cohérente Claire et conviviale

Puisées aux meilleures sources, les données sont Tout a été pensé pour faciliter vos recherches, vous
vérifiées, traitées par une équipe pluridisciplinaire de faire gagner du temps dans vos missions et mettre à
professionnels spécialisés par pôles d’expertise au votre disposition des études immédiatement
sein du premier bureau d’études français. Les opérationnelles. Une attention toute particulière est
analyses et prévisions sont mises en cohérence pour apportée à la facilité d’utilisation : simplicité de la
prendre en compte toutes les inter-relations de la vie recherche, des présentations claires et homogènes, des
économique. textes concis éclairés par des graphiques et tableaux
pour aller vite à l’essentiel.

Le groupe Xerfi, leader français des études sur les secteurs et les entreprises, apporte aux décideurs les analyses
indispensables pour surveiller l’évolution des marchés et de la concurrence, décrypter les stratégies et les
performances des entreprises, en France comme à l’international. Le site Xerfi.com met ainsi en ligne le plus vaste
catalogue d’études sur les secteurs et les entreprises.

Depuis sa création en 1993, Xerfi a été animé par une volonté de rigueur, de qualité, et de stricte indépendance,
garantie par son autonomie financière, son statut de maison d’édition, et des règles déontologiques rigoureuses. Le
groupe Xerfi est contrôlé par son équipe de dirigeants, et présidé par son fondateur, Laurent Faibis.

Euro Disney – Mars 2015 4


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
Table des matières
0. SYNTHESE 7

1. PROFIL DU GROUPE 11

1.1. Vue d’ensemble ________________________________________________________________ 12


Fiche d’identité 12
1.2. Activités du groupe ______________________________________________________________ 13
Panorama des activités 13
Parcs à thèmes 14
Hôtellerie 15
1.3. Ressources humaines ____________________________________________________________ 16
Evolution et structure des effectifs 16
1.4. Actionnariat et données boursières_________________________________________________ 17
Structure de l’actionnariat et comité de direction 17
Fiche d’identité boursière 18
1.5. Environnement concurrentiel _____________________________________________________ 19
Les principaux groupes de parcs à thèmes dans le monde 19
Les principaux parcs à thèmes en Europe 20
Les principaux parcs à thèmes en France 21
L’hôtellerie en France 22

2. DYNAMIQUE DU GROUPE ET DE SES ACTIVITES 23

2.1. Analyse de l’environnement ______________________________________________________ 24


Fréquentation touristique des étrangers en France 24
Fréquentation touristique des Français en France 25
Le tourisme d’affaires en France 26
Les parcs d’attraction en France 27
L’hôtellerie en France 28
2.2. Activités du groupe ______________________________________________________________ 29
Chiffre d’affaires consolidé 29
Activité Parcs à thèmes 30
Activité Hôtellerie 31
2.3. Performances du groupe _________________________________________________________ 32
Résultat d’exploitation et résultat net 32
2.4. Analyse concurrentielle __________________________________________________________ 33
Les principaux parcs à thèmes dans le monde 33
Les principaux parcs à thèmes en Europe 34
Les principaux parcs à thèmes en France 35
2.5. Début d’exercice 2014/15 ________________________________________________________ 36

Euro Disney – Mars 2015 5


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
Activité du groupe au 1er trimestre 36

3. FAITS MARQUANTS ET AXES DE DEVELOPPEMENT 37

3.1. Stratégie du groupe Euro Disney ___________________________________________________ 38


Vue d’ensemble 38
3.2. Amélioration de l’offre ___________________________________________________________ 39
Vue d’ensemble 39
Ephémérides 40
3.3. Optimisation des politiques marketing et commerciales ________________________________ 41
Vue d’ensemble 41
3.4. Développement des activités immobilières __________________________________________ 42
Vue d’ensemble 42
3.5. Restructuration de la dette financière_______________________________________________ 43
Vue d’ensemble 43

4. DONNEES FINANCIERES 44

4.1. Panorama des éléments financiers _________________________________________________ 45


Chiffres clés 45
4.2. Indicateurs économiques et financiers ______________________________________________ 46
Compte d’exploitation 46
Bilan consolidé en valeur 47
Structure du bilan consolidé 48
Principaux ratios 49
Définitions 50

5. BASE STATISTIQUE 51

6. SOURCES D’INFORMATION 59

Euro Disney – Mars 2015 6


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
0. Synthèse

Euro Disney – Mars 2015 7


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
Une fréquentation et un chiffre d’affaires en baisse
Lors de l’exercice 2013/14, la fréquentation dans les deux parcs d’Euro Disney (Disneyland Paris et Walt
Disney Studios) a diminué pour la deuxième année consécutive (-4,7%). Cette évolution s’explique avant
tout par la baisse de 600 000 visiteurs français, première clientèle du groupe. Dans ce contexte, la hausse
du montant moyen des dépenses par personne (+5,2% à 50,7 €), conséquence notamment de la
politique de hausse tarifaire des billets d’entrée, n’a pas suffi à redresser les revenus de l’activité Parcs à
thèmes (56% du CA) qui ont baissé de 2,2%. De plus, le taux d’occupation des hôtels a chuté de
4,9 points à 75,4% tandis que le montant moyen des dépenses par chambre a reculé pour la première
fois depuis 2008/09 (-1,2%). Compte tenu de ces éléments, le chiffre d’affaires de la branche Hôtels et
Disney Village (38% du CA) a reculé de 3,9%. Ces baisses n’ont été que très partiellement atténuées par
les bonnes performances des activités de développement immobilier, qui ne représentent que 2% du
chiffre d’affaires du groupe. Au final, les revenus consolidés d’Euro Disney ont baissé de 2,3%, pour
s’établir à 1 279,7 M€.

Forte dégradation des performances d’exploitation et financières


Le résultat d’exploitation d’Euro Disney a de nouveau reculé en 2013/14 pour s’établir à -65,4 M€. Si le
groupe est parvenu à réduire ses frais de personnel grâce à la baisse de ses effectifs et à la montée en
puissance du CICE, il a pâti d’une légère hausse de ses charges d’exploitation directes. Ces dernières ont
été alourdies par la progression des dotations aux amortissements, par l’augmentation des coûts
engendrés par les nouveaux contenus et par le programme de rénovation des hôtels. Dans ce contexte,
le taux de résultat d’exploitation d’Euro Disney s’est fixé à -5,1% du chiffre d’affaires consolidé (-3
points). Dans le sillage de cette dégradation, et malgré la légère amélioration du résultat financier, le
taux de résultat net du groupe est tombé à un niveau historiquement bas, à -7,3% des revenus
consolidés.

Un début d’exercice 2014/15 en hausse


La fréquentation dans les parcs d’Euro Disney a augmenté de 9% au premier trimestre 2014/15 (octobre-
décembre 2014). Cette performance provient principalement du site Walt Disney Studios, dont la
nouvelle attraction phare Ratatouille : L'Aventure Totalement Toquée de Rémy ouverte à l’été 2014, a
accueilli plus d’un million de visiteurs. Dans le sillage de cette hausse d’affluence, le taux d’occupation
des hôtels a progressé de 4,6 points (soit 24 000 nuitées supplémentaires sur un an) tandis que les
dépenses moyennes par visiteur et par chambre ont respectivement augmenté de 5% et de 3%. Compte
tenu de ces éléments, les hausses des activités Parcs à thèmes (+14,2%) et de l’Hôtellerie (+10,1%) ont
porté le chiffre d’affaires au premier trimestre 2014/15 d’Euro Disney à 341,5 M€ (+11,5% sur un an).

Euro Disney – Mars 2015 8


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
Euro Disney en difficulté par rapport à ses principaux concurrents
Disneyland Paris et Walt Disney Studios, les deux parcs du groupe, ont été les seuls parmi les principaux
parcs européens et mondiaux à enregistrer une baisse d’affluence en 2013. Unique implantation Disney en
Europe, le site de Marne-la-Vallée a pâti de la morosité de l’environnement macroéconomique sur le Vieux
Continent, en particulier en France, en Italie et en Espagne. Dans l’Hexagone, les pressions persistantes
sur le pouvoir d’achat des ménages ont contraint ces derniers à réduire leurs dépenses consacrées aux
parcs de loisirs, ou du moins à privilégier des parcs proposant des animations et des spectacles inédits.
C’est le cas par exemple du Puy du Fou, porté en outre par des distinctions internationales, ou encore du
Futuroscope. Quant aux parcs d’Eurodisney, la nouvelle attraction sur le film Ratatouille a été bien
accueillie, mais inaugurée à l’été 2014, n’a eu qu’un impact faible sur la fréquentation 2013/14.

Poursuite des activités de développement immobilier


En marge des investissements destinés aux divertissements (attractions, spectacles, etc.), Euro Disney a
poursuivi ses activités de développement immobilier en 2013/14. Outre la rénovation de ses hôtels
existants, le groupe a lancé, avec la chaîne B&B, la construction d’un neuvième établissement partenaire
de 400 chambres et dont l’ouverture est prévue pour fin 2015. Parallèlement, Euro Disney a entamé la
première phase de construction des Villages Nature, un vaste projet conçu en partenariat avec
Pierre & Vacances-Center Parcs, destiné à offrir une expérience touristique durable et responsable.

Une recapitalisation à hauteur d’un milliard d’euros


Compte tenu de ses très nombreux exercices déficitaires, Euro Disney est structurellement contraint de
recourir à des emprunts afin de financer des investissements récurrents propres à son secteur d’activité
(nouvelles attractions, rénovation des hôtels). En 2013/14, ces derniers se sont élevés à 154,5 M€
(contre 120,9 M€ un an plus tôt), suite notamment aux dépenses engagées pour la construction de la
nouvelle attraction inspirée du film Ratatouille ainsi que pour le programme de rénovation des hôtels.
Par conséquent, le taux d’endettement du groupe a augmenté de 6 points pour atteindre 136,6% du
chiffre d’affaires consolidé. Afin de réduire le taux d’intérêt moyen de sa dette et de se doter d’un apport
en trésorerie nécessaire à la poursuite des investissements, le groupe, soutenu par sa maison mère,
The Walt Disney Company, a annoncé en octobre 2014 un projet de recapitalisation d’un milliard
d’euros. Il s’agit de la troisième restructuration financière en 20 ans (après celles de 1994 et de 2004). A
travers ce plan, voté par les actionnaires et qui n’induira pas de changement de gouvernance,
Euro Disney entend ramener son endettement sous le seuil du milliard d’euros (contre 1,7 Md€ en
2013/14) et renouer avec les bénéfices à l’horizon 2018.

Adrien Martinez-Méré, mars 2015

Euro Disney – Mars 2015 9


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
Analyse SWOT du groupe Euro Disney

Forces/atouts Faiblesses/limites

- Prix élevés et politique tarifaire de hausse


continue des tarifs d’entrée aux parcs
- Forte notoriété de la marque Disney
d’attractions
- Unique site Disney en Europe - Fréquentation en baisse (1,8 million
de visiteurs en moins en deux ans)
- Inauguration depuis 2005 d’au moins une
nouvelle attraction ou animation - Epuisement des fonds propres après
de nombreux exercices déficitaires
- Proximité géographique avec la ville de Paris
- Très haut niveau d’endettement
- Importante desserte par les transports en
- Versement d’une redevance annuelle à la
commun (gare, TGV, RER, liaisons avec
maison mère, The Walt Disney Company, qui
l’aéroport Paris-Charles de Gaulle)
représente une part importante des revenus

Euro Disney

Opportunités/moteurs Freins/menaces

- Sensibilité accrue des visiteurs aux prix des


- Croissance continue de la fréquentation billets d’entrée dans les parcs d’attraction
touristique étrangère dans la ville de Paris dans un contexte de baisse du pouvoir
d’achat des ménages français
- Arbitrage des Français pour des séjours
de courte durée et à proximité de leurs - Réduction des budgets des entreprises
domiciles alloués au tourisme d’affaires
- Lancement d’un troisième plan de - Politique d’innovation des autres parcs
recapitalisation destiné à fortement réduire d’attraction en Europe en plus de tarifs aux
l’endettement du groupe entrées globalement inférieurs à ceux
pratiqués par Euro Disney

Source : Xerfi

Euro Disney – Mars 2015 10


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
1. Profil du groupe

Euro Disney – Mars 2015 11


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
1.1. Vue d’ensemble Fiche d’identité

Euro Disney, leader européen des parcs d’attractions


Né en 1987 d’un partenariat entre les autorités françaises et l’entreprise américaine The Walt Disney
Company (TWDC), le groupe Euro Disney exploite deux parcs à thèmes (Disneyland Paris et Walt Disney
Studios), le centre Disney Village (composé de boutiques et restaurants), le Golf Disneyland, des centres
de congrès et des hôtels à thèmes. Situé à Marne-la-Vallée (Ile-de-France), Disneyland Paris est la
première destination touristique en Europe avec 14,2 millions de visiteurs accueillis en 2013/14.

Présentation du groupe

Raison sociale Euro Disney SCA

Directeur Général Tom Wolber

- Activités touristiques (parcs à thèmes et hôtellerie)


Activités principales
- Activités de développement immobilier

CA consolidé au 30/09/2014 1 279,7 millions d’euros

Effectifs moyens au 30/09/2014 14 064 personnes

www.corporate.disneylandparis.fr
Site internet
www.disneylandparis.fr
Source : Euro Disney

Historique de la constitution du groupe

Dates Evénements
1987 Signature du projet Euro Disneyland.
1990 Ouverture de l’Espace Euro Disney.
1992 Ouverture du Parc Disneyland.
1994 Le Resort change de nom : Euro Disneyland devient Disneyland Paris.
1999 Projet d’ouverture d’un deuxième parc à thèmes dédié au monde du cinéma.
2002 Ouverture du Parc Walt Disney Studios.
Le Resort change de nom : Disneyland Paris devient Disneyland Resort Paris.
2010 Signature d’un avenant à la convention de 1987 qui prévoit la construction de 10 000
logements aux alentours du site, la possibilité de créer un troisième parc à thèmes et
l’officialisation du lancement du projet « Village Nature », en collaboration avec
Pierre & Vacances-Center Parcs (ouverture prévue en 2016).
2012 Euro Disney procède à la restructuration de sa dette.
2014 Ouverture d’une attraction sur le thème de Ratatouille dans le parc Walt Disney Studios.
2015 Euro Disney procède à une recapitalisation à hauteur de 1 milliard d’euros. Il s’agit de la
troisième opération de ce genre dans l’histoire du groupe.
Source : Euro Disney

Euro Disney – Mars 2015 12


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
1.2. Activités du groupe Panorama des activités

Les parcs à thèmes, principale activité d’Euro Disney


Avec 14,2 millions de visiteurs accueillis lors de l’année 2013/14, Euro Disney est le leader européen des
parcs d’attractions. Cette activité, basée principalement sur l’exploitation des deux parcs (Disneyland et
Walt Disney Studios), a généré 59,5% du chiffre d’affaires consolidé du groupe lors du dernier exercice,
devant les activités d’hôtellerie et de développement immobilier (40,5% des revenus sur la même
année).

Les activités du groupe Euro Disney

Euro Disney

Parcs à thèmes Hôtellerie et autres activités


et autres activités touristiques de développement immobilier

Chiffre d’affaires 2013/14 : 760,8 M€ Chiffre d’affaires 2013/14 : 518,9 M€

- Sept hôtels détenus en propre : 5 800 chambres


- Deux parcs à thèmes :
Disneyland, Walt Disney Studios - Huit hôtels partenaires offrant la possibilité
à Euro Disney de louer des chambres à ses clients,
- Un centre de divertissement : Disney Village moyennant une commission sur la vente
(Imax, cinémas, bars, restaurants, etc.)
- Développement immobilier de résidences,
- Des infrastructures sportives de bureaux et d’espaces commerciaux
(golf, tennis, patinoire, etc.) (site Val d’Europe)

Traitement Xerfi / Source : Euro Disney, données au 30/09/2014

Chiffre d’affaires consolidé du groupe Euro Disney par activité


Unité : part en % du chiffre d’affaires

Hôtels
et Disney Village
38,3%

Les parcs à thèmes constituent la Autres activités


première source de revenu pour Euro touristiques
Disney. Lors de l’exercice 2013/14, ils 3,1%
ont contribué à hauteur de 56,4% du Parcs à thèmes Activités
chiffre d’affaires du groupe, devant 56,4% de développement
les Hôtels et Disney Village (38,3%). immobilier
2,2%

Traitement Xerfi / Source : Euro Disney, données au 30/09/2014

Euro Disney – Mars 2015 13


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
1.2. Activités du groupe Parcs à thèmes

Deux parcs à thèmes


L’activité des parcs à thèmes d’Euro Disney comprend l’exploitation des deux parcs (Disneyland et Walt
Disney Studios), les ventes de marchandises (peluches, figurines, t-shirts, etc.), la restauration,
l’organisation d’évènements spéciaux (animations Halloween, festivités de Noël, etc.) et l’ensemble des
autres services proposés aux visiteurs des parcs à thèmes (location de poussettes, coins bébé, etc.).
Forte saisonnalité de l’activité
Ouverts toute l’année, les parcs enregistrent de fortes variations d’activité selon les saisons (vacances
scolaires, Halloween, Noël, etc.). Leurs chiffres d’affaires sont liés à la fréquentation et à la dépense
totale moyenne par visiteur, qui comprend le prix d’entrée et les dépenses en restauration et en
marchandises. Le chiffre d’affaires des parcs à thèmes du groupe a atteint 721,7 M€ au 30/09/2014.

Les parcs à thèmes du groupe Euro Disney

Parcs à thèmes

Parc Disneyland
Composé de cinq « pays thématiques »
Parc Walt Disney Studios
(Adventurland, Discoveryland, Fantasyland,
Frontierland et Main Street), ce parc compte Ouvert en 2002, ce parc est dédié au monde
41 attractions parmi lesquelles Big Thunder du cinéma, de la télévision et des dessins animés.
Mountain, Pirates of the Caribbean ou encore Il comprend 18 attractions principales, dont
Phantom Manor. Au-delà de l’accès illimité Le Monde de Némo, Cars Quatre Roues Rallye
à ces attractions, le visiteur peut assister au défilé et Ratatouille : L’Aventure Totalement Toquée
des personnages de Disney lors des parades, de Rémy, ouverte à l’été 2014.
spectacles permanents ou évènements saisonniers
comme Halloween et les festivités de Noël.

Traitement Xerfi / Source : Euro Disney

Fréquentation des parcs à thèmes par pays des visiteurs


Unité : part en % du nombre total de visiteurs
Espagne
Royaume-Uni
8%
15% Belgique
6%
Près de la moitié des visiteurs des Pays-Bas
parcs à thèmes du groupe Euro 6%
Disney étaient Français en 2013/14. Italie
Le reste de la clientèle était 3%
principalement européenne France Allemagne
(Royaume-Uni, Espagne, Belgique, 49% 3%
Pays-Bas, Italie et Allemagne).
Reste du
monde
10%

Traitement Xerfi / Source : Euro Disney, données au 30/09/2014

Euro Disney – Mars 2015 14


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
1.2. Activités du groupe Hôtellerie

L’hôtellerie, une activité complémentaire stratégique pour Euro Disney


Les hôtels et la zone marchande Disney Village ont dégagé un chiffre d’affaires de 490,4 M€ sur l’exercice
2013/14, soit 38,3% des revenus d’Euro Disney. L’offre hôtelière du groupe se compose de sept hôtels en
propre, conçus sur des thèmes spécifiques et représentant environ 5 800 chambres. L’opérateur dispose
en outre de huit hôtels appartenant à des tiers partenaires et lui permettant de mettre en œuvre des
opérations marketing ou de vente. Enfin, Euro Disney gère le complexe Disney Village ainsi qu’un certain
nombre d’infrastructures complémentaires telles que des restaurants, des bars, un golf ou encore des
centres de remise en forme (piscines, hammam, sauna, etc.).

L’offre hôtelière du groupe Euro Disney en France

Euro Disney exploite sept hôtels pour une capacité totale


d’environ 5 800 chambres. Chaque hôtel a été conçu sur un
thème spécifique et correspond à un segment de marché
particulier :
- deux hôtels de luxe : Disneyland Hôtel et Hôtel New York ;
- deux hôtels de première catégorie : Disney’s Newport Bay Club
et Disney’s Sequoia Lodge ;
Sept hôtels - deux hôtels « à prix modérés » : Disney’s Hôtel Cheyenne et
Disney’s Hôtel Santa Fe ;
- le Ranch Davy Crockett, un ensemble de bungalows avec cuisine,
installations de loisirs et des boutiques.

Les hôtels New York et Newport Bay Club possèdent deux centres
de convention comprenant deux centres de congrès, 95 salles de
réunion ainsi qu’un espace de 6 500 m² dédié aux évènements et
pouvant accueillir jusqu’à 4 000 participants.

Euro Disney est sous contrat avec huit hôtels appartenant


à des partenaires : Hôtel l’Elysée Val d’Europe, Adagio Marne-la-
Vallée Val d’Europe, Radisson Blu Hôtel, Vienna International
Dream Castle Hotel, Vienna International Magic Circus Hotel,
Hôtel Kyriad, Marriott’s Village d’Île-de-France et Algonquin’s
Huit hôtels partenaires Explorers Hotel.

Exploités près du site, ces hôtels cumulent un ensemble


de 2 349 chambres qu’Euro Disney a la possibilité de vendre à ses
clients, moyennant une commission sur la vente.

Dans une zone a mi-chemin de ses parcs d’attractions et de la


gare TGV/RER de Marne-la-Vallée, Euro Disney propose un vaste
Disney Village ensemble de divertissements comprenant des salles de jeux, de
concerts, de spectacles, de cinémas 3D ainsi que des boutiques et
une douzaine de restaurants à thèmes.

Le groupe met à disposition de sa clientèle douze restaurants,


Infrastructures onze cafés/bars, un golf, cinq piscines, quatre centres de remise
complémentaires en forme, un spa, quatre saunas, quatre hammams ainsi qu’une
des hôtels patinoire extérieure. Disneyland Resort Paris accueille par ailleurs
plus de 1 000 évènements par an (séminaires, etc.).

Traitement Xerfi / Source : Euro Disney, données au 30/09/2014

Euro Disney – Mars 2015 15


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
1.3. Ressources humaines Evolution et structure des effectifs

Diminution des effectifs du groupe Euro Disney


Les effectifs moyens d’Euro Disney ont diminué de 1,3% lors de l’exercice 2013/14 pour se fixer à 14 064
salariés. Dans l’optique d’améliorer ses résultats, le groupe a réduit le nombre de nouvelles embauches
(-1,6% par rapport à l’exercice précédent) tandis que les départs ont très légèrement augmenté. Par
ailleurs, sur l’ensemble des effectifs recrutés, la part des CDD et des contrats intermittents est demeurée
à un niveau élevé, à 84% (-2 points sur un an), qui explique le haut niveau de turn over.

Euro Disney met en œuvre les contrats de génération


Dans le cadre de la lutte contre le chômage en France, Euro Disney a conclu fin 2013 des accords avec
différentes organisations syndicales pour l’application de contrats de génération. Prévoyant notamment
l’embauche de jeunes et le maintien des seniors dans l’emploi, ce dispositif est obligatoire pour les
entreprises de plus de 300 salariés. Avec l’ouverture de la nouvelle attraction sur le thème de Ratatouille
à l’été 2014, Euro Disney a ainsi procédé au recrutement en CDI d’une partie des 600 jeunes et des 80
seniors de plus de 50 ans qu’il avait prévu d’embaucher d’ici la fin de l’exercice 2015/16 dans le cadre de
son contrat de génération.

Effectifs moyens du groupe Euro Disney


Unité : nombre moyen de salariés
15 000
14 173 14 244
14 064
14 000 13 742
13 310

13 000
Les effectifs moyens d’Euro Disney
ont baissé de 1,3% lors de l’exercice
2013/14. Il s’agit du premier repli sur 12 000
la période observée.
11 000

10 000
2009/10 2010/11 2011/12 2012/13 2013/14

Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année

Embauches du groupe Euro Disney Statuts des effectifs du groupe Euro Disney
Unité : nombre de personnes Unité : part en % de l’effectif moyen
8 000 7 661

6 923 7 044
7 000
6 454 6 350

6 000

Non cadres Cadres


5 000 86,0% 14,0%

4 000

3 000
2009/10 2010/11 2011/12 2012/13 2013/14

Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année Source : Euro Disney, données au 30/09/2014

Euro Disney – Mars 2015 16


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
Structure de l’actionnariat
1.4. Actionnariat et données boursières
et comité de direction
Un groupe sous le contrôle de The Walt Disney Company
Le capital d’Euro Disney est détenu à 39,8% par l’Américain The Walt Disney Company (TWDC), via sa
filiale EDL Holding Company. Le Prince saoudien Al-Waleed et sa famille étaient pour leur part
propriétaires de 10% du capital du groupe au 30/09/2014 par l’intermédiaire de leur holding Kingdom
Company. Le reste des parts (un peu plus de 50%) se répartissait entre un grand nombre d’actionnaires.
Après avoir porté sa part de 4,3% à 6% du capital en 2014, la société Invesco Asset Management a cédé
l’ensemble de ses actions sur le marché début 2015.
Cette opération est intervenue quelques semaines après que l’assemblée générale des actionnaires
d’Euro Disney ait donné un avis favorable au projet de recapitalisation d’un milliard d’euros. Il s’agit de la
troisième opération de ce type depuis la constitution du groupe après celles de 1994 et de 2004. Dans
l’hypothèse où l’ensemble des actionnaires souscrirait à l’augmentation de capital, TWDC détiendrait
alors 70% des parts.

Actionnariat du groupe Euro Disney


Unité : part en % du capital

EDL Holding
Kingdom
Company LLC
Company
39,8%
La majorité (50,2%) du capital d’Euro Holding
Disney était flottante au 30/09/2014. 10,0%
Le groupe américain The Walt Disney
Company restait toutefois le principal Invesco Asset
actionnaire de l’opérateur (via EDL Management
Holding Company) avec 39,8% des 6,0%
parts. Public
44,2%

Traitement Xerfi / Source : Euro Disney, données au 30/09/2014

Comité de direction générale

Nom Fonction

Tom Wolber Président

Claire Bilby Directeur général adjoint, Ventes et Marketing

Mark Stead Directeur général adjoint, Finances

Daniel Delcourt Directeur général adjoint, Opérations

François Banon Vice-Président, Affaires Publiques Communication Europe

Francis Borezée Vice-Président, Développement Immobilier et Touristique

Gilles Dobelle Managing Vice-Président, Directeur Juridique

Daniel Dreux Vice-Président, Ressources Humaines

Julien Kauffmann Vice-Président, Revenue Management et Analyses


Source : Euro Disney, composition au 30/09/2014

Euro Disney – Mars 2015 17


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
1.4. Actionnariat et données boursières Fiche d’identité boursière

Fiche d’identité boursière du groupe Euro Disney

Secteur d’activité Loisirs et détente

Nombre de titres (*) 38 976 490

Cours de l’action (*) 1,24 €

Capitalisation boursière (*) 48,3 M€

Principaux indices boursiers CAC All Shares

Marché Compartiment B

Place de cotation Euronext Paris

Eligibilité SRD / PEA

Code ISIN FR0010540740


(*) Données au 11/02/2015 / Source : Euronext

Dividende net distribué par Euro Disney


Unité : euro
5

3
Aucun dividende n’a été distribué aux
actionnaires du groupe Euro Disney
2
depuis 1993.

0 0 0 0 0 0 0 0
0
2006/07 2007/08 2008/09 2009/10 2010/11 2011/12 2012/13 2013/14

Source : Euro Disney

Euro Disney – Mars 2015 18


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
Les principaux groupes de parcs à thèmes
1.5. Environnement concurrentiel
dans le monde

Walt Disney, leader incontestable


Le groupe américain Walt Disney domine nettement le marché mondial des parcs d’attractions.
L’opérateur nord-américain a en effet accueilli plus de 132 millions de visiteurs dans ses sites en 2013,
soit plus de 35% de la fréquentation totale enregistrée par les 10 principaux acteurs du secteur cette
même année. Son plus proche concurrent, le Britannique Merlin Entertainments (propriétaire
notamment des parcs Legoland et Sealife ainsi que des musées de cire Madame Tussaud), affichait une
part de marché de 15,9% au sein du top 10.

Domination des groupes américains et montée en puissance de la Chine


Le marché mondial des parcs d’attractions est principalement dominé par des entités américaines. En
effet, cinq des sept plus grands groupes mondiaux étaient états-uniens en 2013. Le poids des opérateurs
américains s’est toutefois de nouveau réduit cette année, au profit notamment d’acteurs chinois. Le
groupe Haichang (propriétaire notamment du parc Golden Pebble Discoveryland) est en effet apparu
dans le classement en 2012 en lieu et place de l’Américain Herschend Entertainment tandis qu’un an plus
tard, le groupe Fantawild (13,1 millions de visiteurs) est lui aussi entré dans le top 10. Les deux
opérateurs ont rejoint leur compatriote OCT Parks China, pure player des parcs de loisir et propriétaire
notamment des six parcs Happy Valley chinois. Fort d’une croissance de la fréquentation de ses parcs de
12,7% en 2013, l’opérateur est passé de la 8e au 4e rang du classement.
Le top 10 était complété par des groupes européens, à savoir le Britannique déjà cité Merlin
Entertainments et l’Espagnol Parques Reunidos.

Classement des 10 principaux groupes de parcs d'attractions dans le monde (*)


Unités : millier de visiteurs, % des variations annuelles, part en % du marché
Fréquentation Fréquentation Evolution Part
Groupe Pays
en 2012 en 2013 2013/2012 en 2013

Walt Disney Attractions Etats-Unis 126 479 132 549 4,8% 35,1%

Merlin Entertainments Royaume-Uni 54 000 59 800 10,7% 15,9%

Universal Parks & Resorts Etats-Unis 34 515 36 360 5,3% 9,6%

OCT Parks China Chine 23 359 26 320 12,7% 7,0%

Six Flags Etats-Unis 25 750 26 100 1,4% 6,9%

Parques Reunidos Espagne 27 130 26 017 -4,1% 6,9%

Cedar Fair Entertainment Company Etats-Unis 23 600 23 519 -0,3% 6,2%

SeaWorld Parks & Entertainment Etats-Unis 24 310 23 400 -3,7% 6,2%

Fantawild Chine 9 193 13 118 42,7% 3,5%

Haichang Chine 9 400 10 096 7,4% 2,7%

Total - 357 736 377 279 5,5% 100,0%


(*) Le groupe Fantawild est entré dans le classement en 2013 à la place de la Compagnie des Alpes. Néanmoins, la fréquentation totale
des 10 principaux groupes en 2012 prend en compte le nombre de visiteurs de la Compagnie des Alpes et non celui de Fantawild
Source : Themed Entertainment Association (TEA)

Euro Disney – Mars 2015 19


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
1.5. Environnement concurrentiel Les principaux parcs à thèmes en Europe

58 millions de visiteurs dans les vingt premiers parcs à thèmes d’Europe


Les vingt premiers parcs d’attractions européens ont attiré près de 58 millions de visiteurs en 2013.
La France, qui compte cinq sites dans ce top 20, est le pays qui accueille le plus grand nombre de parcs
d’attractions majeurs en Europe, devant le Royaume-Uni (quatre sites), l’Allemagne, le Danemark, les
Pays-Bas et la Suède (trois sites chacun).
Euro Disney, leader chahuté en Europe
Euro Disney domine le marché européen des parcs d’attractions en termes d’affluence. Ses parcs
Disneyland Paris et Walt Disney Studio ont en effet accueilli 14,9 millions de visiteurs en 2013, soit 26,5%
du total des entrées dans les vingt principaux parcs d’attractions européens cette même année. Ancré à
la deuxième position depuis plusieurs années, le site Walt Disney Studio a néanmoins été devancé par
Europa Park en 2013.

Classement des 20 principaux parcs à thèmes européens


Unités : millier de visiteurs, part en % du marché, % des variations annuelles
Fréquentation Fréquentation Fréquentation Evolution Part
Parc Pays
en 2011 en 2012 en 2013 2013/12 en 2013
Disneyland Paris France 10 990 11 200 10 430 -6,9% 18,0%

Europa Park Allemagne 4 500 4 600 4 900 6,5% 8,5%

Walt Disney Studios France 4 710 4 800 4 470 -6,9% 7,7%

Tivoli Gardens Danemark 3 963 4 033 4 200 4,1% 7,3%


De Efteling Pays-Bas 4 125 4 200 4 150 -1,2% 7,2%

PortAventura Espagne 3 522 3 540 3 400 -4,0% 5,9%

Liseberg Suède 2 900 2 800 2 860 2,1% 4,9%

Gardaland Italie 3 000 2 700 2 700 0,0% 4,7%


Alton Towers Royaume-Uni 2 650 2 400 2 500 4,2% 4,3%

Legoland Windsor Royaume-Uni 1 900 2 000 2 050 2,5% 3,5%

Thorpe Park Royaume-Uni 2 000 1 800 2 000 11,1% 3,5%

Legoland Billund Danemark 1 600 1 650 1 800 9,1% 3,1%


Phantasialand Allemagne 1 750 1 750 1 750 0,0% 3,0%
Puy du Fou France 1 500 1 600 1 740 8,7% 3,0%

Parc Astérix France 1 595 1 723 1 620 -6,0% 2,8%


Gronalund Suède 1 464 1 408 1 500 6,5% 2,6%

Chessington WoA (*) Royaume-Uni nd 1 300 1 500 15,4% 2,6%


Futuroscope France 1 741 1 730 1 464 -15,4% 2,5%

Heide Park Allemagne 1 400 1 300 1 400 7,7% 2,4%


Duinrell Pays-Bas 1 362 1 360 1 375 1,1% 2,4%

Total - 56 672 57 894 57 809 -0,1% 100,0%


(*) Chessington World of Adventures / Source : Themed Entertainment Association (TEA)

Euro Disney – Mars 2015 20


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
1.5. Environnement concurrentiel Les principaux parcs à thèmes en France

Deux majors : Euro Disney et la Compagnie des Alpes


Le principal concurrent d’Euro Disney, leader des parcs d’attractions en France, est le groupe hexagonal
Compagnie des Alpes, propriétaire de nombreux domaines skiables (Méribel, Val d’Isère, Les Arcs, etc.)
sur le territoire national et de huit parcs à thèmes, dont le Parc Astérix et le Futuroscope. Fort d’un
chiffre d’affaires de 190,6 M€ réalisé par ses parcs en France lors de l’exercice 2013/14, la Compagnie
des Alpes se situe toutefois loin derrière Euro Disney (721,7 M€ de chiffre d’affaires dans les parcs
d’attractions sur la même période).
Le Puy du Fou, un concurrent en forme
Le Puy du Fou s’affirme depuis plusieurs années comme le principal concurrent d’Euro Disney et de la
Compagnie des Alpes. Contrairement à Euro Disney, qui cible essentiellement les jeunes enfants et les
adolescents, le parc du Puy du Fou s’adresse à un large public, allant des enfants aux seniors, grâce à une
grande diversité d’attractions et de spectacles. Sa popularité a en outre été nettement accrue à
l’international en obtenant le titre de « meilleur parc au monde » en 2012 et en devenant, fin 2014, le
premier parc européen à remporter l’Applause Award au cours des vingt dernières années, plus haute
distinction remise par l’IAAPA (Association international des parcs d’attractions). Avec plus de 1,9 million
de visiteurs, le Puy du Fou a ainsi conforté sa deuxième place des meilleures fréquentations de parcs à
thèmes en France en 2013/14, derrière Euro Disney.
Le panorama des principaux parcs en France est complété par le Marineland d’Antibes (propriété des
Espagnols Parques Reunidos) et par Nigloland (détenue par la famille Gélis).

Classement des principaux parcs à thèmes en France (*)


Unités : millier de visiteurs, % des variations annuelles de visiteurs, part en % du marché, million d'euros
Fréquentation Evolution Part Chiffre d'affaires
Parc Propriétaire
2013/14 2014/2013 en 2013/14 2013/14

Disneyland Paris Euro Disney (1)


14 200 -4,7% 62,8% 721,7
Walt Disney Studios Euro Disney (1)

Association
Puy du Fou 1 912 9,9% 8,5% 75,0
du Puy du Fou
Compagnie
Parc Astérix ≈ 1 700 5,0% 7,5% 73,1
des Alpes (1)
Compagnie
Futuroscope 1 650 12,7% 7,3% 84,8
des Alpes (1)
Compagnie
Autres parcs (2) 1 400 4,9% 6,2% 32,7
des Alpes (1)
Parques Reunidos
Marineland ≈ 1 200 -7,7% 5,3% 42,0
(Espagne)

Nigloland Famille Gélis 560 9,8% 2,5% 15,8 (3)

Total - 22 622 -1,1% 100,0% -

(*) Les huit parcs Aqualand en France (propriété de l’Espagnol Aspro Ocio) ainsi que Fraispertuis City (propriété de la famille Fleurent)
ne communiquent pas sur leur fréquentation / (1) Euro Disney et Compagnie des Alpes, données au 30/09 / (2) Mer de Sable, France
Miniature, Planète Sauvage et les deux parcs Walibi (Rhône-Alpes et Sud-Ouest). Le Musée Grévin, inclut par la Compagnie des Alpes
dans sa division Parcs de Loisirs, a été exclu des données par Xerfi / (3) Données au 31/03/2013 / Source : opérateurs

Euro Disney – Mars 2015 21


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
1.5. Environnement concurrentiel L’hôtellerie en France

Suprématie d’Accor et de Louvre Hôtel Group sur l’hôtellerie intégrée


L’hôtellerie représentait 21,5% de l’offre d’hébergements touristiques en France en 2013. Contrôlant à
eux deux près des trois quarts du parc hôtelier français, les groupes hôteliers Accor et du Louvre Hôtels
dominent de loin la catégorie. A leurs côtés figurent aussi bien des acteurs français de moindre taille
(comme B&B Hotels et Dynamique Hôtel Management) que des groupes étrangers d’envergure
internationale (majoritairement britanniques et américains), à l’image de Best Western et de Choice
Hotel.
Euro Disney, un acteur à part entière dans l’hôtellerie
Les structures hôtelières d’Euro Disney ont la particularité de se trouver sur un site unique.
Le groupe est par conséquent en concurrence, en matière d’hôtellerie, uniquement avec les hôtels situés
à proximité de Marne-La-Vallée. La location de chambres représente pour lui une activité
complémentaire mais stratégique à son cœur de métier, les parcs à thèmes.

Panorama des principaux groupes et chaînes dans l’hôtellerie en France (*)


Unités : nombre d’hôtels et de chambres
Hôtels Chambres
Enseignes Groupes
2012 2013 2012 2013

IBIS Accor 381 379 33 581 33 437

IBIS BUDGET Accor nd 316 nd 24 418

MERCURE Accor 237 228 22 506 22 104

CAMPANILE Louvre Hotels 329 329 20 056 20 296

HOTELS F1 Accor 243 239 18 213 17 968

PREMIERE
Louvre Hotels 236 244 16 668 17 404
CLASSE

B&B B&B 196 208 14 192 15 241

KYRIAD Louvre Hotels 226 234 13 279 14 088

IBIS STYLE Accor nd 114 nd 8 052

- Choice Hotels nd 122 nd 7 421

Intercontinental
- nd 52 nd 6 350
Hotels
Dynamique
BALLADINS 114 115 5 979 6 031
Hotels

DISNEY Euro Disney 7 7 5 800 5 800

- Marriott nd 18 nd 3 814
(*) Classement par ordre décroissant du nombre de chambres
Source : Xerfi via coach Omnium, données 2013

Euro Disney – Mars 2015 22


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
2. Dynamique du groupe
et de ses activités

Euro Disney – Mars 2015 23


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
Fréquentation touristique des étrangers en
2.1. Analyse de l’environnement
France

Hausse du nombre de visites de touristes étrangers et du trafic aérien


Avec 86,4 millions de touristes étrangers (+2% de croissance sur un an), un nombre en progression pour
la cinquième année consécutive, la France est restée le pays le plus visité au monde en 2014.
Représentant plus de 80% de la fréquentation étrangère, les clientèles européennes, notamment
allemande, sont demeurées le moteur de la croissance du nombre de touristes dans l’Hexagone. Par
ailleurs, l’afflux de visiteurs en provenance d’Asie s’est poursuivi, porté par le poids grandissant de la
clientèle chinoise.

Augmentation du nombre de nuitées


Le nombre de nuitées en 2014 a également atteint un record historique, franchissant pour la première
fois le cap des 600 millions. L’augmentation continue de ce chiffre depuis 2009 est liée à l’affluence des
touristes en provenance des pays émergents, qui constitue le moteur de cette tendance. Elle est
notamment soutenue par l’essor des classes moyennes et supérieures des BRIC (Brésil, Inde et Chine).
Elle s’explique également par l’augmentation de la durée moyenne des séjours.

Arrivées de touristes étrangers en France


Unité : million d’arrivées
90 000
86 421
84 726
85 000
83 013
81 550
80 853
La fréquentation touristique des
80 000 79 218
étrangers en France a atteint un 77 916 77 648
nouveau sommet historique en 2014 76 764
(86,4 millions d’arrivées).
75 000

70 000
2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014e

Traitement et estimation Xerfi / Source : DGE

Nuitées de touristes étrangers en France


Unité : million de nuitées
650
Dans le sillage de la hausse du 614,7
599,7
nombre d’arrivées de touristes 600
étrangers dans l’Hexagone depuis 573,3
564,3
2009, le nombre de nuitées n’a cessé
550 536,3
de progresser, pour s’établir à près de 526,2 525,3
615 millions en 2014. L’affluence des 508,1 513,7 512,2
touristes en provenance des pays 500
émergents constitue le moteur de
cette tendance. Elle est notamment
450
soutenue par l’essor des classes
moyennes et supérieures des BRIC
(Brésil, Inde et Chine). 400
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014e

Traitement et estimation Xerfi / Source : DGE

Euro Disney – Mars 2015 24


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
Fréquentation touristique des Français
2.1. Analyse de l’environnement
en France

Les voyages des Français dans l’Hexagone sont stables


Les trois quarts des Français sont partis en vacances en 2013 pour motif personnel. Le nombre de
départs est donc resté stable (+0,2%) par rapport aux deux années précédentes. Les voyages des
particuliers dans l’Hexagone ont très légèrement reculé (-0,1%) alors que les départs vers l’étranger ont
progressé de 2,7%, retrouvant ainsi un niveau proche de celui de 2011. L’année 2014 a cependant été
plus difficile pour les Français. Les séjours personnels de ces derniers ont diminué de 1% à 178,8 millions
de séjours.

Les voyages de courte durée dans l’Hexagone sont prisés par les Français
Les pressions persistantes sur leur pouvoir d’achat des ménages français pèsent sur le nombre de
nuitées. En 2014, ce dernier a diminué de 1,1% pour tomber à son deuxième plus bas niveau des 10
dernières années. Et non seulement les français sont partis moins souvent, mais la durée moyenne de
leurs voyages s’est également légèrement contractée.

Séjours personnels des Français dans l’Hexagone


Unité : million de séjours
200
Avec un pouvoir d’achat en baisse, les 191,7 190,3 192,3
Français ont été incités à limiter leurs 190
dépenses liées au tourisme. Dans ce
181,3 181 180,4 180,8 180,6
contexte, le nombre de séjours 178,8
180 175,9
personnels réalisés dans l’Hexagone a
reculé de 1% en 2014. De plus, la
mauvaise météo en France a poussé 170
une proportion plus importante de
vacanciers à privilégier les voyages à
160
l’étranger au cours de l’été (34% des
touristes français durant l’été 2014
contre 28% un an plus tôt). 150
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014e

Traitement et estimations Xerfi / Source : DGE

Nuitées des Français dans l’Hexagone


dans le cadre de leurs séjours personnels
Unité : million de nuitées
1 100
1 052 1 048 1 045

1 025
992
Après un léger rebond en 2013, les 969
962 956 961
Français ont de nouveau réduit la 950
940
durée moyenne de leurs séjours dans 950
l’Hexagone en 2014 (-1,1%) dans le
sillage de la baisse du nombre de
séjours. 875

800
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014e

Traitement et estimations Xerfi / Source : DGE

Euro Disney – Mars 2015 25


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
2.1. Analyse de l’environnement Le tourisme d’affaires en France

Légère baisse du marché du tourisme d’affaires


Les dépenses consacrées aux déplacements des professionnels lors de séminaires, congrès et autres
conventions ont reculé de 0,5% en 2014 et sont ainsi restées encore bien en dessous de leur niveau de
2008 (-7,4%). Si les entreprises ont toujours besoin d’organiser et/ou de participer à des évènements
comme les salons professionnels et les séminaires, elles cherchent cependant à maîtriser ce poste de
dépenses dans un contexte marqué par la recherche d’économies. Cela se traduit par la réduction de la
durée moyenne des réunions et pour la recherche de destinations moins éloignées pour alléger les coûts
et diminuer le temps d’absence du bureau de leurs salariés.

Dépenses des entreprises dans le tourisme d’affaires (*)


Unité : indice de valeur base 100 en 2005
108
106,0
Les dépenses des entreprises dans le
104,5
tourisme d’affaires de groupes
104 103,1
(séminaires, congrès, conventions,
etc.) ont reculé de 7% entre leur plus 101,8 101,8
haut niveau de 2008 et celui de 2014. 100,0
Les conséquences de la crise 100 99,1 98,6
97,7 98,0
économique (baisse des marges,
priorité à la préservation de la
trésorerie, etc.) ont en effet poussé 96
les entreprises à se montrer moins
dispendieuses pour l’organisation de
leurs évènements. 92
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014e

(*) Tourisme d’affaires de groupes (séminaires, congrès, conventions, incentives)


Traitement et estimation Xerfi / Source : Coach Omnium

Dépenses des entreprises dans le tourisme d’affaires (*)


Unité : % des variations annuelles en valeur
8%

Les dépenses des entreprises dans le 4,2%


tourisme d’affaires de groupes 4% 2,7%
1,8% 1,4% 1,2% 1,1%
(séminaires, congrès, conventions,
incentives, etc.) se sont contractées 0%
de 0,5% en 2014. La dégradation de la -0,5%
conjoncture économique les a en
-4%
effet poussées à limiter les dépenses,
par exemple en se montrant plus -4,9%
attentives aux prix de location des -8%
véhicules et en limitant les -7,8%
déplacements.
-12%
2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014e

(*) Tourisme d’affaires de groupes (séminaires, congrès, conventions, incentives)


Traitement et estimation Xerfi / Source : Coach Omnium

Euro Disney – Mars 2015 26


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
2.1. Analyse de l’environnement Les parcs d’attraction en France
Rebond de l’activité des parcs à thèmes en 2014
Le chiffre d’affaires des parcs d’attractions français est reparti à la hausse en 2014 (+3%). Cette évolution
tient principalement à l’effort de renouvellement et d’innovation des différents parcs, qui a permis
d’attirer les clients malgré un environnement macroéconomique défavorable, marqué par un arbitrage
des ménages vers une limitation de leurs dépenses de loisirs. Plusieurs inaugurations majeures ont ainsi
eu lieu en 2014 :
- Euro Disney a inauguré Ratatouille : L’Aventure Totalement Toquée de Rémy sur le site Walt Disney
Studios à l’été 2014. Sur les six premiers mois de son exploitation, elle a accueilli un million de visiteurs,
dopant ainsi la fréquentation du groupe de 9% sur le dernier trimestre de l’année 2014 ;
- en partenariat avec Ubisoft, le Futuroscope a ouvert fin 2013 La machine à voyager dans le temps, une
attraction sur le thème des Lapins crétins dont la notoriété en France atteint 85% ;
- le Parc Astérix a inauguré au printemps 2014 La Forêt d’Idéfix, un espace consacré aux enfants ;
- le Puy du Fou, qui a battu un record en matière d’investissements en 2014 (23,7 M€), a inauguré un
nouveau spectacle permanent : La Renaissance du Château et ouvert un quatrième hôtel sur ce thème.
Enfin, dans une moindre mesure, Le Parc du Petit Prince a ouvert en Alsace en juillet.

Chiffre d’affaires des parcs d’attractions et parcs à thèmes


Unité : indice de valeur base 100 en 2005
130 Valeur Volume
Après une année de repli, le chiffre 122,0
120,1
d’affaires des exploitants de parcs 118,4
120
d’attractions et parcs à thèmes a 113,1 113,3 114,4
progressé en 2014. Malgré un 109,8
110 106,6 105,3
environnement macroéconomique
maussade en France, il bénéficie de 101,6 100,1
99,4 98,7
leviers structurels porteurs, comme la 100 97,0 97,0 95,7
94,5 95,1
hausse du nombre de ménages avec
enfants, la fragmentation croissante
90
des séjours touristiques et le besoin
d’évasion et de détente en famille. Il
a ainsi progressé de 22% depuis 2005. 80
2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014e

Traitement et estimation Xerfi / Source : Insee

Chiffre d’affaires des parcs d’attractions et parcs à thèmes


Unité : % des variations annuelles
12% Valeur Volume
9,9%
7,5%
Le chiffre d’affaires des sociétés 8% 6,1%
exploitantes de parcs d’attractions est 5,0%
3,6% 3,2%
reparti à la hausse en 2014 (+3%). 4% 3,0%
1,8%
Cette progression tient notamment à 0,7% 1,0% 0,6%
l’augmentation du nombre de
0%
visiteurs dans les principaux parcs de
l’Hexagone, dans le sillage de -1,4%
l’ouverture de plusieurs attractions -4% -2,9% -3,1% -3,6%
phares.
-5,6%
-8%
2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014e

Traitement et estimation Xerfi / Source : Insee

Euro Disney – Mars 2015 27


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
2.1. Analyse de l’environnement L’hôtellerie en France

Recul du chiffre d’affaires de l’hôtellerie en France


Le chiffre d’affaires en valeur des sociétés hôtelières tricolores s’est contracté en 2014 (-1,5%). Si les
séjours de touristes étrangers ont augmenté, cela n’a pas suffi à compenser la baisse du nombre de
nuitées des touristes français et le recul de l’activité générée par le tourisme d’affaires.

L’hôtellerie « Economique » subit la concurrence des hébergements alternatifs


Le taux d’occupation moyen du parc d’hôtels français classés a reculé de plus de 1 point en 2013, pour
tomber sous la barre des 60%. Les établissements d’entrée de gamme (1 et 2 étoiles) ont notamment été
particulièrement touchés par la concurrence des campings et des autres modes d’hébergements. En
revanche, les hôtels de haut de gamme et luxe, davantage préservés de la montée en puissance des
hébergements alternatifs, ont affiché un taux d’occupation à la hausse.

Chiffre d’affaires de l’hôtellerie en France


Unité : indice de valeur base 100 en 2005

Depuis 2005, l’activité des 120 Valeur Volume 117,3 117,6 116,6
114,8
établissements hôteliers a chuté en 113,5 112,8
111,8
volume (-11%) alors qu’elle a
fortement progressé en valeur 110 107,4
(+14,8%). Cette évolution est 104,0 103,7
révélatrice des revalorisations 100,7 100,6
tarifaires pratiquées par les 100
94,1 95,1
professionnels du secteur pour 92,3
91,8 91,0
répercuter l’augmentation des 89,0
charges fixes et les frais des travaux 90
de rénovation (mises aux normes de
sécurité incendie, d’accessibilité,
renouvellement des étoiles selon la 80
nouvelle classification hôtelière, etc.). 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014e

Traitement et estimation Xerfi / Source : Insee

Taux annuel moyen d’occupation des hôtels de tourisme


par catégorie d’étoiles
Unité : part en % (chambres occupées / total de chambres disponibles)

4 étoiles 64,7%

5 étoiles 64,6%
Les hôtels 4 et 5 étoiles ont bénéficié
des meilleurs taux d’occupation en
1 étoile 62,9%
France parmi les hôtels classés. Les
autres catégories ont d’avantage été 3 étoiles 60,6%
mises en concurrence avec les
hébergements alternatifs, comme les
Ensemble 59,8%
campings et les résidences hôtelières.
2 étoiles 55,8%

50% 55% 60% 65% 70%

Source : Insee, DGE

Euro Disney – Mars 2015 28


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
2.2. Activités du groupe Chiffre d’affaires consolidé
Nouvelle baisse du chiffre d’affaires consolidé d’Euro Disney
Le chiffre d’affaires consolidé d’Euro Disney a diminué de 2,3% lors de l’exercice 2013/14, pour s’établir à
1 279,7 M€. Il s’agit de la seconde année consécutive de baisse des revenus pour le groupe. Plusieurs
éléments expliquent cette évolution :
- Euro Disney a été pénalisé par le nouveau repli du nombre de ses visiteurs (-700 000 personnes), en
particulier venus de France, principale clientèle dont la part a diminué de 2 points à 49% ;
- le taux d’occupation des hôtels du groupe a chuté de 4,9 points à 75,4%, soit le plus bas niveau affiché
par le groupe depuis l’exercice 2007/08 tandis que le montant moyen des dépenses par chambre a
reculé pour la première fois depuis la crise de 2008/09 (-1,2%) ;
- enfin, la hausse du montant moyen des dépenses par visiteur dans les parcs, permise notamment par la
politique de revalorisation tarifaire des billets d’entrée, n’a pas suffi à compenser la diminution de
l’affluence.
Au final, les revenus du pôle Parcs à thèmes ont diminué de 2,2% tandis que ceux de la branche Hôtels et
Disney Village ont reculé de 3,9%. Ces baisses n’ont été que partiellement atténuées par les performances
des activités de développement immobilier du groupe. Ces dernières ont crû de 39,7% pour s’établir à
28,5 M€ grâce notamment à l’augmentation du nombre de transactions conclues au cours de l’exercice.
Chiffre d’affaires consolidé du groupe Euro Disney
Unité : million d’euros
1 400

1 324,5 1 324,3
Euro Disney a pâti de la nouvelle 1 309,4
1 294,2
1 300 1 271,8 1 279,7
chute du nombre de ses visiteurs.
La hausse du montant moyen des 1 230,6
1 214,4
dépenses par visiteur, permise
notamment par l’augmentation des 1 200
tarifs d’entrée, n’a pas suffi à
compenser la baisse de
fréquentation. Au final, les revenus 1 100
consolidés du groupe ont reculé de
2,3%, à 1 279,7 M€.
1 000
2006/07 2007/08 2008/09 2009/10 2010/11 2011/12 2012/13 2013/14

Traitement Xerfi / Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année

Chiffre d’affaires consolidé du groupe Euro Disney


Unité : % des variations annuelles en valeur
10% 9,1%

5% 3,3%
1,8% 2,3%
Le chiffre d’affaires consolidé d’Euro
Disney a diminué pour la deuxième 0%
année consécutive en 2013/14 -1,1%
(-2,3%). -2,3%
-5%

-7,1%
-10%
2007/08 2008/09 2009/10 2010/11 2011/12 2012/13 2013/14

Traitement Xerfi / Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année

Euro Disney – Mars 2015 29


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
2.2. Activités du groupe Activité Parcs à thèmes
Nouvelle chute de la fréquentation des parcs à thèmes du groupe Euro Disney
La fréquentation des deux parcs à thèmes d’Euro Disney a diminué pour la deuxième année consécutive
en 2013/14 (-4,7%) pour se fixer à 14,2 millions de personnes. Ces mauvais résultats s’expliquent
notamment par la baisse de 600 000 visiteurs français, première clientèle du groupe avec 49% de
l’affluence totale. Ces derniers ont été pénalisés par la conjoncture macroéconomique terne dans
l’Hexagone et les pressions persistantes sur leur pouvoir d’achat. Parmi les autres nationalités, seuls les
Britanniques et les non-Européens ont été plus nombreux à fréquenter les parcs du groupe.
Repli du chiffre d’affaires de l’activité Parcs à thèmes
La dépense moyenne par visiteur s’est accrue de 5,2% en 2013/14 pour atteindre 50,66 €. Elle reflète
notamment l’augmentation des dépenses liées aux entrées ainsi que celle des ventes de marchandises.
Néanmoins, cette hausse des recettes par personne n’a pas suffi à compenser l’impact du repli
d’affluence. De plus, la baisse des revenus issus des évènements spéciaux a également pesé sur le chiffre
d’affaires de l’activité des parcs à thèmes. Au final, celui-ci a baissé de 2,2% pour s’établir à 721,7 M€.

Fréquentation des parcs à thèmes du groupe Dépense moyenne par visiteur dans les parcs
Euro Disney à thèmes du groupe Euro Disney
Unité : million de visiteurs Unité : euro
18 52 50,66

48,14
16,0 48 46,44
16 15,6 46,16
15,4 45,21
15,0 14,9 44,22
14,2 44
14
40

12
36

10 32
2008/09 2009/10 2010/11 2011/12 2012/13 2013/14 2008/09 2009/10 2010/11 2011/12 2012/13 2013/14

Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année

Prix d’entrée des parcs à thèmes du groupe


Euro Disney (*) Chiffre d’affaires de l’activité Parcs à thèmes
Unité : euro Unité : million d’euros
70 800
64 65 750,5 737,6
62 723,2 721,7
59 685,3
60 700
54
51
49
50 600
46

40 500

30 400
2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2009/10 2010/11 2011/12 2012/13 2013/14

(*) Billet adulte pour un jour dans un des deux parcs Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année
Source : Euro Disney

Euro Disney – Mars 2015 30


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
2.2. Activités du groupe Activité Hôtellerie
La baisse du nombre de visiteurs pèse sur le nombre de nuitées
Dans le sillage de la baisse de la fréquentation des deux parcs à thèmes (-700 000 visiteurs sur un an), le
nombre de nuitées enregistré par Euro Disney a diminué de 81 000 unités, ramenant le taux
d’occupation des hôtels à 75,4% (-4,9 points). Ce taux est en baisse pour la troisième année consécutive
et est désormais très loin du record affiché en 2007/08 (90,9%). Outre la baisse de la fréquentation des
visiteurs français, qui tendent à privilégier les visites d’une journée afin de limiter leurs dépenses, Euro
Disney a pâti d’un recul des activités de tourisme d’affaires. Enfin, le programme de rénovation des
hôtels s’est traduit par la fermeture d’environ 500 chambres depuis fin 2013 (soit un potentiel de
200 000 nuitées).

Repli des performances commerciales


En marge de la diminution du taux d’occupation de ses hôtels, le montant des dépenses moyennes par
chambre s’est légèrement replié (-1,2%), à 232,26 €, après quatre années consécutives de hausse.
Compte tenu de ces éléments, le chiffre d’affaires de l’activité Hôtels et Disney Village a diminué de 3,9%
lors de l’exercice 2013/14 pour s’établir à 490,4 M€, soit le plus bas niveau enregistré sur les quatre
dernières années.

Occupation des hôtels du groupe Euro Disney Dépense moyenne par chambre
Unité : % de chambres occupées Unité : euro
100% 250
85,4% 87,1% 235,01
84,0% 231,33 232,26
79,3%
80% 75,4%
225 218,80
208,92
60%
200
40%

175
20%

0% 150
2009/10 2010/11 2011/12 2012/13 2013/14 2009/10 2010/11 2011/12 2012/13 2013/14

Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année

Chiffre d’affaires de l’activité Hôtels et Disney Village


Unité : million d’euros
540
515,6 518,6
La branche Hôtels et Disney Village a 520 510,8 510,2
pâti de la dégradation du taux
d’occupation des hôtels du groupe, à 500 490,4
483,0 480,2
un plus bas niveau depuis l’exercice 474,7
480
2007/08. En outre, le montant des
dépenses moyennes par chambre 460
s’est contracté de 1,2% à 232,26 €.
Compte tenu de ces éléments, le 440
chiffre d’affaires de l’activité s’est fixé
à 490,4 M€, en baisse de 3,9% sur un 420
an.
400
2006/07 2007/08 2008/09 2009/10 2010/11 2011/12 2012/13 2013/14

Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année

Euro Disney – Mars 2015 31


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
2.3. Performances du groupe Résultat d’exploitation et résultat net

Effondrement du résultat d’exploitation d’Euro Disney


Dans le sillage du repli du chiffre d’affaires, le résultat d’exploitation d’Euro Disney a chuté en 2013/14, à
-65,4 M€. Malgré la baisse des frais de personnel suite à la réduction des effectifs et au renforcement du
crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (+7,1 M€), le groupe a notamment pâti de la hausse des
dotations aux amortissements (+7,5 M€), des dépenses de marketing et de ventes (+0,7 M€) ainsi que
des frais généraux et administratifs (+4,3 M€). Au final, le taux de résultat d’exploitation d’Euro Disney a
diminué de 3 points pour se fixer à -5,1% du chiffre d’affaires consolidé, soit le plus bas niveau enregistré
par le groupe au cours des sept dernières années.

Un niveau de pertes historique pour Euro Disney


Le résultat net (part du groupe) d’Euro Disney est structurellement négatif, miné par le poids de la
charge de la dette. S’il s’était légèrement amélioré en 2012/13 avec l’allègement de charges
exceptionnelles, il a lourdement rechuté lors du dernier exercice (-27 M€) dans le sillage de la
dégradation des performances d’exploitation. Au final, le taux de résultat net (part du groupe) est tombé
à un niveau historiquement bas, à -7,3% du chiffre d’affaires consolidé.

Résultat d’exploitation du groupe Euro Disney


Unités : million d’euros, part en % du chiffre d’affaires consolidé
Résultat d'exploitation Taux de résultat d'exploitation
120 8%
90,5
Parallèlement à la diminution des 6%
revenus, les charges d’exploitation 80
d’Euro Disney ont progressé de 4%
8,2 M€. Le résultat d’exploitation du 34,1
40 26,4
groupe s’est ainsi de nouveau 2%
11,5
dégradé lors de l’exercice 2013/14 3,4
0 0%
pour se fixer à -65,4 M€. Il s’agit de la
quatrième année consécutive de -2%
baisse et du plus bas niveau -40 -27,5
enregistré par le groupe sur la -4%
période observée.
-80 -65,4 -6%
2007/08 2008/09 2009/10 2010/11 2011/12 2012/13 2013/14

Traitement Xerfi / Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année

Résultat net (part du groupe) d’Euro Disney


Unités : million d’euros, part en % du chiffre d’affaires consolidé
Résultat net Taux de résultat net
0 0%
-2,8 -1%
Après une légère amélioration en -20
-2%
2012/13, le résultat net (part du
-40 -3%
groupe) d’Euro Disney a de nouveau
plongé en 2013/14 (-27 M€). Il s’est -39,9 -4%
fixé à -7,3% des revenus consolidés -60 -55,5 -5%
-55,6
du groupe, soit le niveau le plus bas -64,4
depuis 2007/08. -6%
-80
-7%
-85,6
-100 -93,4 -8%
2007/08 2008/09 2009/10 2010/11 2011/12 2012/13 2013/14

Traitement Xerfi / Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année

Euro Disney – Mars 2015 32


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
2.4. Analyse concurrentielle Les principaux parcs à thèmes dans le monde

The Walt Disney Company, leader incontestable du marché mondial


Le top 10 mondial des parcs d’attractions est très nettement dominé par The Walt Disney Company. Le
groupe américain détient en effet, directement ou indirectement, neuf des dix principaux parcs en
termes d’affluence. L’unique parc complétant ce palmarès est Universal Studios Japan d’Universal, un
autre groupe américain.

Les Etats-Unis et le Japon, principaux marchés des parcs à thèmes


Avec 59,1% de la fréquentation des dix principaux sites en 2013, les Etats-Unis constituent le premier
marché mondial des parcs à thèmes, devant le Japon (32,7%). Les deux pays accueillaient respectivement
six et trois parcs du top 10. Appartenant à des groupes américains, leur attractivité est notamment
soutenue par un niveau élevé de dépenses de loisirs dans ces pays. Disneyland Paris, sixième parc en
termes d’affluence en 2013, est le seul site du classement implanté en Europe.

L’unique baisse de fréquentation revient à Disneyland Paris


L’affluence dans les dix principaux parcs à thèmes mondiaux a augmenté de 5% en 2013 pour atteindre
126,7 millions de visiteurs. Cette évolution a été particulièrement profitable à The Walt Disney Company,
qui détient neuf des dix premiers parcs à thèmes et dont les deux sites de la ville de Tokyo (Japon) ont
affiché une croissance à deux chiffres de leur fréquentation (+15,9% pour Tokyo Disneyland et +11,3%
pour Tokyo Disneysea). Disneyland Paris, unique site européen de ce classement, a été le seul dont le
nombre de visiteurs a baissé en 2013 (-6,9%). Une contre-performance qui s’explique principalement par
la morosité de l’environnement macroéconomique en Europe, notamment en France, en Italie et en
Espagne.

Fréquentation des dix principaux parcs à thèmes dans le monde


Unités : évolution du nombre de visiteurs sur un an, part de marché parmi les dix principaux parcs à thèmes
18%
Part de marché parmi les dix principaux acteurs

Magic Kingdom
Tokyo
16% Disneyland
Disneyland

14% Tokyo
Disneysea

12%

Disneyland
10% Paris Epcot

8% Disney’s Animal
Kingdom

Disney’s Hollywood
6% Universal
Studios
Studios Japan
Disney’s California
Adventure
4%
-10% -5% 0% 5% 10% 15% 20%

Evolution de la fréquentation des parcs entre 2012 et 2013


La taille des bulles est proportionnelle au nombre de visiteurs de chaque parc à thèmes
Traitement Xerfi / Source : Themed Entertainment Association (TEA)

Euro Disney – Mars 2015 33


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
2.4. Analyse concurrentielle Les principaux parcs à thèmes en Europe

Légère progression du nombre de visiteurs au sein des dix principaux parcs à thèmes européens
L’affluence des dix premiers parcs à thèmes en Europe a atteint 41,7 millions de personnes en 2013, un
nombre en légère progression sur un an (+0,6%). Ce résultat reflète des performances contrastées selon
les pays. Ainsi, l’ensemble des parcs allemands, britanniques, italien, danois et suédois figurant dans le
classement ont affiché des fréquentations stables ou en hausse. En revanche, le nombre de visiteurs a
diminué au sein des parcs espagnol PortAventura (-4,0%) et hollandais De Efteling (-1,2%).

Plus importante perte de visiteurs pour Euro Disney


Fort de 14,2 millions de visiteurs en 2013/14, Euro Disney domine le marché des parcs à thèmes en
Europe. Le groupe s’appuie sur la notoriété internationale des personnages Disney, qui lui permet
d’attirer un nombre important de touristes étrangers (51% de la clientèle totale des parcs), dont une
bonne partie sur le segment du « tourisme parisien », à savoir les visiteurs venus dans la région pour
visiter la capitale et qui choisissent de passer une journée sur le site. Malgré ces éléments, la
fréquentation des deux parcs du groupe en 2013 a baissé de 6,9%. Il s’agit de la plus mauvaise
performance enregistrée parmi les dix premiers parcs à thèmes en Europe.

Dynamisme des deux principaux parcs à thèmes concurrents


Parallèlement au repli du nombre de visiteurs des parcs du groupe Euro Disney, la fréquentation des
deux principaux concurrents de l’opérateur français progresse solidement depuis plusieurs années. Fort
d’un tarif d’entrée plus attractif et se situant à la frontière franco-allemande, le site allemand d’Europa
Park séduit de plus en plus de Français. En 2013, il a accueilli 4,9 millions de visiteurs (+6,5%), ce qui le
positionne désormais à la 2e place des principaux parcs européens, devant Walt Disney Studios. La 3e place
de ce dernier est d’ailleurs désormais menacée par Tivoli Gardens. Affichant la troisième meilleure
hausse de la fréquentation en 2013 parmi les dix principaux parcs (+4,1%), le site danois a accueilli 4,2
millions de personnes.

Fréquentation des dix principaux parcs à thèmes en Europe


Unités : évolution du nombre de visiteurs sur un an, part de marché parmi les dix principaux parcs à thèmes
Part de marché dans le top 10

30%

25%

20% Disneyland Paris

15% Europa Park


De Efteling Tivoli Gardens
PortAventura
10% Liseberg

Walt Disney
Studios Alton Towers
5%
Gardaland
Legoland Windsor
0%
-8% -6% -4% -2% 0% 2% 4% 6% 8%

Evolution de la fréquentation entre 2012 et 2013


La taille des bulles est proportionnelle au nombre de visiteurs de chaque parc à thèmes
Traitement Xerfi / Source : Themed Entertainment Association (TEA)

Euro Disney – Mars 2015 34


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
2.4. Analyse concurrentielle Les principaux parcs à thèmes en France

Baisse du nombre de visiteurs des parcs du groupe Euro Disney


Disneyland Paris et Walt Disney Studios, les deux sites d’Euro Disney, sont les seuls parcs en France
(parmi les cinq premiers) dont la fréquentation a diminué en 2013/14. Si la fréquentation des parcs du
groupe (14,2 millions lors du dernier exercice) supplante largement celle enregistrée par ses principaux
concurrents, celle-ci s’est érodée pour la seconde année consécutive (-4,7%).. Euro Disney a notamment
pâti d’une diminution du nombre de touristes français. En proie à une nouvelle baisse de leur pouvoir
d’achat, ces derniers ont en effet réduit leurs dépenses consacrées aux parcs de loisirs sinon privilégié
des parcs proposant des animations et des spectacles inédits à l’instar du Puy du Fou ou encore du
Futuroscope, alors que la nouvelle attraction sur le film Ratatouille, inaugurée à l’été 2014, n’a eu qu’un
impact faible sur la fréquentation 2013/14.

Nouvelle année record pour le Puy du Fou


Présenté comme un challenger ces dernières années, le Puy du Fou a conforté sa deuxième place au
classement des parcs à thèmes en France en 2013/14. Tirant parti d’un positionnement atypique, le parc
vendéen mène depuis plusieurs années une stratégie audacieuse destinée à renouveler ses spectacles
(La Renaissance du Château), à agrandir ses infrastructures (Cité Nocturne, hôtel Le Camp du Drap d’Or)
et à développer des activités inédites (Puy du Fou International, Puy du Fou Evasion). L’association du
Puy du Fou, propriétaire du parc, a ainsi obtenu deux distinctions majeures au cours des trois dernières
années. Fort d’une notoriété internationale considérablement accrue, le parc a accueilli 1,9 million de
visiteurs en 2013/14, un nombre en hausse de 9,9% sur un an. Il a en outre enregistré un taux de revisite
de 65% et un taux de remplissage de ses hôtels de 85%, dans le sillage de l’allongement de la durée de
séjours.

Rebond du nombre de visiteurs au parc Astérix et au Futuroscope


Après un exercice 2012/13 en repli, le nombre de visiteurs enregistré au sein du Parc Astérix et du
Futuroscope, les deux principaux parcs de la Compagnie des Alpes, a respectivement rebondi de 5% et de
12,7%. Dans un contexte de morosité de l’environnement macroéconomique en France, l’opérateur a
notamment profité de l’orientation des ménages français vers les parcs proposant de nouvelles
attractions à l’image de La machine à voyager dans le temps au Futuroscope. Montée en partenariat
avec Ubisoft sur le thème des Lapins Crétins (85% de notoriété en France), celle-ci a par ailleurs vu son
attractivité renforcée après avoir été élue meilleure attraction mondiale par la TEA.

Fréquentation des principaux parcs à thèmes en France


Unité : millier de visiteurs
Futuroscope Parc Astérix Puy du Fou (*) Parcs Euro Disney
18
15,3 15,4 15,6 16,0
16 14,5 15,0 14,9
14,2
14 12,8
12
10
8
6
4
1,4 1,7 1,6 1,6 1,6 1,8 1,71,8 1,8 1,7 1,41,6 1,5 1,7 1,7 1,6 1,5 1,6 1,7 1,71,7 1,9
2
0
2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014

(*) Données disponibles à partir de 2011 / Traitement Xerfi / Sources : Association du Puy du Fou, Compagnie des Alpes et Euro Disney

Euro Disney – Mars 2015 35


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
2.5. Début d’exercice 2014/15 Activité du groupe au 1er trimestre

Hausse de la fréquentation des parcs et du chiffre d’affaires d’Euro Disney au 1er trimestre 2014/15
Les revenus d’Euro Disney ont progressé de 11,5% lors du premier trimestre 2014/15 (octobre-décembre
2014). Outre un effet de rebond enregistré par rapport à un premier trimestre 2013/14 difficile, le
groupe a profité de la hausse de la fréquentation de ses parcs (+9%) dans le sillage de l’ouverture à l’été
2014 de l’attraction sur le thème du film Ratatouille. Les revenus des Parcs à thèmes (+14,2%) et des
Autres activités touristiques (+11,9%) ont par ailleurs été soutenus par l’augmentation du montant de la
dépense moyenne par visiteur (+5%). Parallèlement, l’accroissement de la fréquentation a permis
d’améliorer de 4,6 points le taux d’occupation des hôtels tandis que la dépense moyenne par chambre a
augmenté de 3%. Compte tenu de ces éléments, les revenus des activités Hôtellerie ont bondi de 10,1%.

Chiffre d’affaires du groupe Euro Disney au 1er trimestre 2014/15 (*)

Principaux éléments porteurs de la hausse du chiffre d’affaires d’Euro Disney


- Fréquentation des parcs à thèmes : +9%
(hausse du nombre visiteurs français, britanniques, hollandais et belges principalement)
- Montant de la dépense moyenne par visiteur dans les parcs à thèmes : +5%
(augmentation des dépenses liées aux entrées, aux marchandises et à la restauration)
- Taux d’occupation des hôtels : +4,6 points
er
(soit 24 000 nuitées supplémentaires par rapport au 1 trimestre 2013/14 reflétant
la hausse du nombre de visiteurs britanniques et français,
ainsi que l’augmentation des activités de tourisme d’affaires)
- Montant de la dépense moyenne par chambre : +3%
(augmentation du prix moyen des chambres et des dépenses de restauration)

Parcs à thèmes Hôtellerie et autres activités


et autres activités touristiques de développement immobilier
Parcs à thèmes : Hôtels et Disney Village :
CA T1 2014/15 : 197,5 M€ CA T1 2014/15 : 134,8 M€
Croissance sur un an : +14,2% Croissance sur un an : +10,1%

Autres activités touristiques : Activités de développement immobilier :


CA T1 2014/15 : 341,3 M€ CA T1 2014/15 : 0,2 M€
Croissance sur un an : +11,9% Croissance sur un an : ns

Euro Disney
CA T1 2014/15 : 341,5 M€ (**)
Croissance sur un an : +11,5%

(*) Du 01/10/2014 au 31/12/2014 / (**) Inclut 9 M€ relatifs à la branche « Autres », en baisse de 6,3% sur un an
Source : Xerfi d’après Euro Disney

Euro Disney – Mars 2015 36


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
3. Faits marquants et axes
de développement

Euro Disney – Mars 2015 37


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
3.1. Stratégie du groupe Euro Disney Vue d’ensemble

Trois axes stratégiques majeurs


Première destination touristique d’Europe avec 14,2 millions de visiteurs accueillis lors de l’exercice
2013/14, Euro Disney place la relation avec les visiteurs au cœur de sa stratégie de développement. A la
fois inscrit dans une vision de court terme et de long terme, le groupe entend rendre l’expérience de ses
clients la plus satisfaisante possible dans le but de maximiser leurs dépenses moyennes et de favoriser
les retours positifs afin d’encourager les revisites et augmenter la fréquentation. A partir de ces objectifs,
la stratégie repose donc sur trois axes principaux :
- le renouvellement et l’amélioration de l’offre des animations et divertissements proposés. A cet effet,
Euro Disney a inauguré une attraction d’envergure à l’été 2014, sur le thème du film Ratatouille,
et poursuit le développement de ses divertissements avec le lancement de nouveaux spectacles tels que
La Balade Printanière ou encore autour du film La Reine des Neiges ;
- une politique marketing et commerciale ciblée afin de fidéliser les visiteurs existants (création de
passeports annuels) et d’en conquérir de nouveaux, issus notamment de la région Île-de-France ;
- le développement de projets touristiques autour du site à l’image du programme Villages Nature, en
partenariat avec le groupe Pierre et Vacances-Center Parcs, ou encore la création d’un nouvel hôtel
partenaire avec le groupe B&B Hôtels.
Projet de recapitalisation
Parallèlement à ces grands axes stratégiques, les actionnaires d’Euro Disney ont voté début 2015 un
projet de recapitalisation d’un milliard d’euros. Fortement endetté, le groupe entend, à travers cette
opération, élever son niveau de trésorerie d’environ 250 M€, ramener le poids de sa dette sous le seuil
du milliard d’euros (contre 1,7 Md€ en 2013/14), et dégager des bénéfices à l’horizon 2018.

Les principaux axes stratégiques du groupe Euro Disney

Stratégie du groupe Euro Disney

Amélioration de l’offre Optimisation des politiques Développement


marketing et commerciale des sites touristiques
- Renouveler l’offre d’attractions
dans les parcs à thèmes - Ouverture d’ici fin 2015
(inauguration de Ratatouille : - Adapter l’offre d’un nouvel hôtel partenaire
L’Aventure Totalement Toquée à la clientèle avec le groupe B&B Hôtels
de Rémy, lancement de nouveaux
spectacles, etc.) - Augmenter la part des visiteurs - Lancement de la première
journaliers tranche de développement
- Poursuivre la rénovation de Villages Natures
de l’offre hôtelière et renforcer - Poursuivre les partenariats en partenariat avec Pierre &
la qualité de service. Vacances.

Renouer avec la croissance de la fréquentation dans les parcs et hôtels à thèmes

Source : Xerfi d’après Euro Disney

Euro Disney – Mars 2015 38


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
3.2. Amélioration de l’offre Vue d’ensemble
Amélioration continue de l’offre d’attractions dans les parcs à thèmes
Si Euro Disney domine le marché européen des parcs à thèmes, l’élargissement et le renouvellement de
son offre d’animations sont une priorité pour demeurer la référence et accroître la fréquentation de ses
sites. Dans cette optique, le groupe mène une active politique d’investissements pour l’amélioration de
ses attractions et de ses divertissements. A l’été 2014, Euro Disney a inauguré Ratatouille : L’Aventure
Totalement Toquée de Rémy, une attraction sur le site Walt Disney Studios dont le coût s’est élevé à 200
M€ et qui a accueilli un million de visiteurs au cours des six premiers mois d’exploitation. A court et
moyen termes, le groupe prévoit l’ouverture d’un spectacle à l’été 2015 autour du film La Reine des
Neiges puis, à l’horizon 2017, la refonte de l’attraction Star Tour.
Poursuite des rénovations du parc hôtelier
L’offre hôtelière d’Euro Disney est stable depuis plusieurs années (7 hôtels détenus en propre pour une
capacité totale de 5 800 chambres). Face à l’enjeu que représente la qualité de l’offre hôtelière
(satisfaction des visiteurs), le groupe a lancé au cours de l’exercice 2010/11 un programme pluriannuel
de rénovation de l’ensemble des chambres de ses sept hôtels. Après avoir opéré sur le Disney’s Sequoia
Lodge en 2011/12, le Disney’s Hotel Santa Fe en 2012/13, Euro Disney s’est attelé en 2014 au Disney’s
Newport Bay Club dont les travaux devraient se poursuivre jusqu’en 2016.
Attractions principales dans les parcs à thèmes
Unité : nombre d’attractions principales
Parc Disneyland Parc Walt Disney Studios
60

50 17 17 18
13 13 17 17
14
Avec l’ouverture en juillet 2014 de
40
l’attraction Ratatouille : L’Aventure
Totalement Toquée de Rémy, le parc
30
Walt Disney Studios compte
désormais 18 attractions principales. 42
20 41 41 39 39 40 41 41
Parallèlement, Disneyland en
dénombre 41.
10

0
2006/07 2007/08 2008/09 2009/10 2010/11 2011/12 2012/13 2013/14

Traitement Xerfi / Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année

Investissements du groupe Euro Disney


Unité : million d’euros
160 150,3 154,5

124,2 120,9
Les investissements réalisés par Euro 120
Disney en 2013/14 ont atteint un plus 100,2
haut niveau historique, à 154,5 M€.
Ils reflètent les dépenses engagées 80 71,8 71,1
pour la construction de la nouvelle 60,7
attraction sur le thème du film
Ratatouille ainsi que la poursuite de
40
celles liées au programme pluriannuel
de rénovation des hôtels.
0
2006/07 2007/08 2008/09 2009/10 2010/11 2011/12 2012/13 2013/14

Traitement Xerfi / Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année

Euro Disney – Mars 2015 39


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
3.2. Amélioration de l’offre Ephémérides

Année Mois Commentaires


2002

Mars Ouverture du Parc Walt Disney Studios.


2005

Avril Lancement de Space Mountain 2.


2006

Avril Ouverture de Buzz l’éclair Bataille Laser.

Ouverture de deux nouvelles attractions :


2007

Juin - Crush’s Coaster ;


- Cars Quatre Roues Rallye.

Inauguration de deux attractions dans le parc Walt Disney Studios :


2008

Avril - Stitch Live ! ;


- La Tour de la Terreur.

Création de nouveaux divertissements dans le parc Walt Disney Studios


2009

nd
et ouverture de PlayHouse Disney Live !
2010

nd Lancement de la Nouvelle Génération Disney et ouverture de Toy Story Playland.

Lancement du Festival des Moments Magiques Disney, qui donne vie aux
2011

nd
personnages emblématiques des studios Disney.

e
Dans le cadre des festivités du 20 anniversaire du parc, Euro Disney lance le
2012

Avril Pavillon des Princesses ainsi que le spectacle nocturne Disney Dreams !
et le service Rencontre avec Mickey.
2013

Décembre Euro Disney revisite son spectacle Disney Dreams ! pour la période des fêtes.

Euro Disney inaugure Ratatouille : L’Aventure Totalement Toquée de Rémy, une


Juillet attraction entièrement dédiée à l’univers du film d’animation sorti en 2007, ainsi
que le Bistro Chez Rémy, un restaurant dans un décor surdimensionné.
2014

Euro Disney enrichit ses célébrations saisonnières de la Balade Printanière, du


nd
Festival Halloween Disney et du Noël Enchanté de Disney.

Euro Disney lance un spectacle musical d’envergure, sous forme de karaoké


2015

Eté
géant, autour du film La Reine des Neiges.

Euro Disney rénove l’attraction Star Tours et la renomme Star Wars 3D. Le
2017

Printemps
budget de cet ambitieux projet devrait avoisiner les 150 M€.

Liste non exhaustive / Source : Xerfi, d’après presse et opérateur

Euro Disney – Mars 2015 40


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
3.3. Optimisation des politiques marketing et commerciales Vue d’ensemble
Sept marchés clés
Euro Disney mène son approche marketing au regard de sept marchés clés correspondant aux pays
d’origine de 90% des visiteurs de ses parcs à thèmes : la France, le Royaume-Uni, la Belgique, les Pays-
Bas, l’Espagne, l’Italie et l’Allemagne. Dans chacun de ces marchés, le groupe cible prioritairement les
familles ayant des enfants âgés de 3 à 15 ans. Les cibles secondaires sont quant à elles constituées des
groupes, des jeunes et des organisateurs de congrès. Si Euro Disney entend fidéliser les touristes ayant
effectué au moins une visite, il prospecte également une clientèle nouvelle n’ayant pas encore visité ses
parcs. Ainsi, en marge de l’amélioration de ses infrastructures (nouvelles attractions, rénovation des
hôtels, services dans les parcs, etc.), il adapte son positionnement prix avec des offres promotionnelles
régulières et opère actuellement à la refonte de son outil de réservation en ligne.
Augmenter la part des visiteurs de la région Île-de-France
Alors qu’Euro Disney vise une clientèle étrangère pour les séjours de plusieurs nuits, il mise également
sur les visites d’une journée pour faire augmenter la fréquentation de ses sites. Le groupe dispose ainsi
de deux marchés complémentaires. Un marché local, composé de visiteurs principalement originaires de
la région autour de ses sites d’une part, et le marché du tourisme parisien, composé de touristes venus
initialement dans la capitale d’autre part. Le groupe cherche notamment à attirer la clientèle locale dans
les périodes de faible affluence en mettant en place une politique de promotion, via des ventes flash
offrant par exemple une entrée enfant pour l’achat d’un billet adulte.
Des partenariats pour favoriser l’attractivité des sites
Les effets de la crise économique ont entraîné des changements de comportements chez les
consommateurs. Ainsi, à l’image des Français, dont la part a diminué de 2 points lors du dernier exercice,
une partie importante des touristes européens a réduit ses séjours en France. Pour continuer à attirer de
nouveaux visiteurs, Euro Disney a mis en place plusieurs partenariats, en particulier dans le domaine du
transport. Il a conclu des accords avec Air France-KLM, la SNCF, Eurostar et easyJet afin de mener des
campagnes de communication et des offres promotionnelles conjointes.
Fréquentation des parcs à thèmes du groupe Euro Disney par nationalité
Unités : % des variations entre 2013 et 2014, % des variations entre 2004 et 2014
Evolution entre 2004 et 2014

60%

40%
Reste du monde
Espagne
20% France

Italie
0%
Royaume-Uni

-20%
Benelux

-40%

Allemagne
-60%
-12% -10% -8% -6% -4% -2% 0% 2% 4% 6% 8% 10%
Evolution entre 2013 et 2014
La taille des bulles est proportionnelle au poids de chaque nationalité dans le nombre total de visiteurs en 2013/14
Traitement Xerfi / Source : Euro Disney

Euro Disney – Mars 2015 41


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
3.4. Développement des activités immobilières Vue d’ensemble
Développement du site de Marne-La-Vallée dans le cadre de la convention de 1987
Dans le cadre d’une Convention signée avec l’Etat français en 1987, Euro Disney a la responsabilité du
développement et de la gestion d’un site de près de 2 000 hectares. Cet accord permet au groupe
d’acquérir les terrains nécessaires à l’essor de Disneyland Paris sur le site de Marne-La-Vallée. Par
ailleurs, en partenariat avec des organismes publics et privés, l’expansion du centre urbain du Val
d’Europe (logements et parc d’entreprises) fait également partie de ses attributions.
Un nouvel hôtel partenaire pour Euro Disney fin 2015
Si Euro Disney est engagé dans la rénovation de ses hôtels existants, il poursuit parallèlement l’expansion
de ses capacités. En 2014, le groupe, accompagné de ses partenaires, a lancé la construction d’un hôtel
B&B situé à Val d’Europe. Comportant 400 chambres, l’établissement ouvrira ses portes fin 2015 et
constituera le plus grand hôtel du groupe B&B Hôtels.
Lancement du développement de la première phase du projet Villages Nature
Villages Nature, lancé en partenariat avec Pierre & Vacances-Center Parcs, est un projet destiné à offrir
une expérience fondée sur l’interaction avec la nature. Bien qu’implanté à proximité de Disneyland, le
site sera indépendant des parcs à thèmes déjà existants. Euro Disney entend faire de ce lieu une
destination touristique à part entière afin de capter des visiteurs plus âgés en quête de bien-être et ainsi
diversifier la typologie de sa clientèle. L’espace couvrira à terme une surface de 520 hectares et sera
construit en plusieurs phases étalées sur une période de 20 ans. La première d’entre elles a été entamée
fin 2014 avec la pause de la première pierre et sera achevée début 2016. Elle mettra notamment à
disposition 916 cottages et logements.

Principales phases d’expansion du site de Disneyland et de ses alentours

Signature d’une convention avec l’Etat français, la région Ile-de-France, le département


de Seine-et-Marne, l’EPA-Marne1 et la RATP relative au développement du site ainsi
1987 que de 2 230 hectares de terrains situés à Marne-La-Vallée. L’accord prévoit un plan
d’aménagement pour une période de 30 ans.

Développement de Disneyland, création des hôtels Disneyland et Ranch Davy Crockett,


d’un golf de 27 trous, de cinq hôtels à thèmes et du centre de divertissement Disney
1989-1992 Village.
Accroissement de l’offre du Parc Disneyland avec la construction et l’ouverture de
nouvelles attractions. Réalisation d’un second centre de Congrès, Newport Bay Club,
1992-1997 adjacent au Disney’s Newport Bay Club.
Ouverture de Walt Disney Studios, le second parc à thèmes du groupe.
Développement d’un centre urbain (immeubles résidentiels et bureaux) et commercial
1999-2002 à Val d’Europe, sur des terrains partiellement détenus par Euro Disney.
Signature d’un avenant à la Convention du 24 mars 1987 afin d’étendre le périmètre
d’exploitation de Disneyland de 1 943 à 2 230 hectares et de prolonger l’accord jusqu’à
2010 2030 au lieu de 2017.
Pose de la première pierre d’un hôtel B&B. D’une capacité de 400 chambre, ce nouvel
établissement partenaire devrait ouvrir ses portes d’ici la fin de l’année 2015.
Parallèlement, la première pierre du futur complexe touristique Villages Nature est
2014 posée. Le projet, conçu en partenariat avec Pierre & Vacances-Center Parcs, proposera
dans un premier temps 916 cottages et appartements. Il devrait être inauguré au
début de l’année 2016 et accueillir, au terme de la première phase, 900 000 visiteurs.
Source : Xerfi

Euro Disney – Mars 2015 42


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
3.5. Restructuration de la dette financière Vue d’ensemble

Euro Disney contraint à des investissements récurrents


Afin de soutenir son attractivité malgré la concurrence croissante des autres parcs français (Futuroscope,
Parc Astérix, Puy du Fou) et européens (Europa Park, De Efteling, etc.), Euro Disney est contraint de
réaliser des investissements récurrents. A cet effet, le groupe inaugure annuellement depuis 2005 au
moins un nouveau spectacle, animation ou attraction et procède régulièrement à la rénovation de ses
capacités hôtelières. Or, cette course à l’innovation et à l’entretien de ses infrastructures génère en
retour des charges d’investissement considérables alors même que le groupe est structurellement
contraint de recourir à des emprunts afin de financer ses projets. Il cumule en effet des pertes depuis
plusieurs années et la diminution de la fréquentation de ses parcs (-1,8 million de visiteurs au cours des
deux derniers exercices) a davantage réduit ses marges de manœuvre.

Dégradation du taux d’endettement


Lors de l’exercice 2013/14, Euro Disney a maintenu le cap de son modèle de développement. Le groupe a
poursuivi la rénovation des hôtels (le Disney’s Sequoia Lodge en 2011/12, le Disney’s Hotel Santa Fe en
2012/13 et le Disney’s Newport Bay Club entre 2014 et 2016) dans le cadre d’un programme pluriannuel
et inauguré une nouvelle attraction inspirée du film Ratatouille. Si ce dernier projet a été soutenu par un
crédit de 100 M€ accordé par la maison mère The Walt Disney Company (TWDC), le montant des
dépenses d’investissement a atteint 154,5 M€ (+27,8% sur un an). En conséquent, le taux d’endettement
du groupe a bondi de 6 points pour atteindre 136,6% des revenus consolidés.

Un troisième plan de recapitalisation en vingt ans


Affecté par une situation financière structurellement dégradée, Euro Disney a procédé à plusieurs plans
de restructuration de sa dette depuis sa création. Le dernier en date, souscrit en 2012, s’est traduit par la
contraction de deux emprunts d’un montant de 1,2 Md€ auprès de la société mère, The Walt Disney
Company. Plus récemment, le groupe a voté un plan de recapitalisation d’un montant d’un milliard
d’euros, le troisième en 23 exercices, dans le but de réduire le taux d’intérêt moyen de son endettement
tout en disposant d’une trésorerie suffisante pour poursuivre ses investissements futurs. Cet ambitieux
programme, approuvé début 2015 par les actionnaires, prévoit notamment de renflouer la trésorerie de
250 M€, de ramener l’endettement du groupe sous le seuil du milliard d’euros, contre 1,7 Md€ en
2013/14, et de dégager des bénéfices à l’horizon 2018.

Endettement du groupe Euro Disney


Unités : million d’euros, part en % du chiffre d’affaires consolidé
2 100 Emprunts Taux d'endettement 170%
2 000,7
1 979,0 1 970,2
2 000
Reflet de la hausse du montant des 1 935,1 160%
investissements réalisés par Euro 1 876,7
1 900
Disney en 2013/14 (+33,6 M€), 150%
l’endettement du groupe est reparti à 1 800 1 747,7
la hausse. Alors qu’il s’était réduit lors 1 711,0 1 709,4 140%
des deux derniers exercices, il a
1 700
atteint 136,6% du chiffre d’affaires du
groupe (+6 points sur un an), soit 130%
1 600
1 747,7 M€.
1 500 120%
2006/07 2007/08 2008/092009/10 2010/112011/12 2012/13 2013/14

Traitement Xerfi / Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année

Euro Disney – Mars 2015 43


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
4. Données financières

Euro Disney – Mars 2015 44


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
4.1. Panorama des éléments financiers Chiffres clés

Effondrement du résultat d’exploitation


Un an après être passé dans le rouge, le résultat d’exploitation d’Euro Disney s’est de nouveau dégradé
en 2013/14 pour tomber à -65,4 M€. Le groupe est parvenu à maîtriser ses frais de personnel grâce à la
diminution de ses effectifs de près de 200 salariés et à la montée en puissance du crédit d’impôt pour la
compétitivité et l’emploi (+7,1 M€ reçus). Mais malgré cela, les charges d’exploitation directes ont
augmenté. Une hausse qui s’explique avant tout par la nette augmentation des dotations aux
amortissements, conséquence notamment de la construction de nouvelles attractions. Au final, les
charges d’exploitation ont augmenté de 8,2 M€ et, compte tenu du repli du chiffre d’affaires (-29,7 M€),
le taux de résultat d’exploitation d’Euro Disney s’est contracté de 3 points pour se fixer à -5,1% des
revenus consolidés.
Un niveau historique de pertes
La légère amélioration du résultat financier (+0,6 M€) n’a permis de limiter que marginalement les
conséquences de la dégradation de ses performances d’exploitation. Le résultat net a ainsi chuté de
27 M€ en 2013/14 pour tomber à un niveau historiquement bas. A -7,3% du chiffre d’affaires consolidé
les pertes, qui s’élèvent à -93,4 M€, sont difficilement soutenables.
Un nouveau plan de recapitalisation voté début 2015
Lors de l’exercice 2013/14, les investissements d’Euro Disney se sont élevés à 154,5 M€, reflétant
principalement les dépenses liées à la construction de la nouvelle attraction inspirée du film Ratatouille
ainsi que le programme de rénovation des hôtels. Le taux d’endettement du groupe a ainsi augmenté de
6 points pour atteindre 136,6% du chiffre d’affaires consolidé. Dans le but de réduire le taux d’intérêt
moyen de son endettement tout en disposant d’une trésorerie suffisante pour poursuivre ses
investissements futurs, le groupe a voté début 2015 un plan de recapitalisation d’un milliard d’euros.
Soutenu par la société mère, The Walt Disney Company, ce programme d’envergure ambitionne
d’injecter un montant de trésorerie à hauteur de 250 M€, de ramener l’endettement du groupe sous le
seuil du milliard d’euros, contre 1,7 Md€ en 2013/14, et de dégager des bénéfices à l’horizon 2018.

Les chiffres clés


Unités : million d’euros, part en % du chiffre d’affaires
Date de clôture de l'exercice 30-sept-14 30-sept-13

Chiffre d'affaires 1 279,7 1 309,4


Evolution du chiffre d’affaires (%) -2,3% nd
EBITDA 113,8 144,3
Evolution de l'EBITDA (%) -21,1% nd
Taux d'EBITDA (en % du CA) 8,9% 11,0%
Résultat net part du groupe -93,4 -64,4
Part en % du chiffre d’affaires -7,3% -4,9%

Actifs non circulants / immobilisations 1 907,8 1 903,1


Actifs circulants 252,4 251,8
Capitaux propres -198,4 -79,7
Dettes non courantes 1 813,6 1 779,4
Dettes courantes 545,0 455,2
Total de bilan (actif / passif) 2 160,2 2 154,9
Source : Xerfi d’après les données financières du groupe

Méthodologie : Les éléments financiers 2012/13 et 2013/14 sont aux normes IFRS. Ils portent sur des données auditées, publiées par le groupe
en décembre 2014.

Euro Disney – Mars 2015 45


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
4.2. Indicateurs économiques et financiers Compte d’exploitation

Compte d’exploitation consolidé


Unité : million d’euros
Date de clôture de l'exercice 30-sept-14 30-sept-13

Chiffre d'affaires 1 279,7 1 309,4

Frais d'exploitation directs -1 110,3 -1 107,1


Dépenses de marketing et ventes -133,2 -132,5
Frais généraux et administratifs -101,6 -97,3
Résultat d'exploitation -65,4 -27,5
Produits financiers 1,1 0,9
Charges financières -51,2 -51,6
Résultat financier -50,1 -50,7
Résultat net consolidé -113,6 -78,2
Intérêts minoritaires -20,2 -13,8
Résultat net part du groupe -93,4 -64,4

Effectifs 14 064 14 244


Source : Xerfi d’après les données financières du groupe

Compte d’exploitation consolidé


Unité : part en % du chiffre d’affaires consolidé
Date de clôture de l'exercice 30-sept-14 30-sept-13

Chiffre d'affaires 100,0% 100,0%

Frais d'exploitation directs -86,8% -84,6%


Dépenses de marketing et ventes -10,4% -10,1%
Frais généraux et administratifs -7,9% -7,4%
Résultat d'exploitation -5,1% -2,1%
Produits financiers 0,1% 0,1%
Charges financières -4,0% -3,9%
Résultat financier -3,9% -3,9%
Résultat net consolidé -8,9% -6,0%
Intérêts minoritaires -1,6% -1,1%
Résultat net part du groupe -7,3% -4,9%
Source : Xerfi d’après les données financières du groupe

Méthodologie : Les éléments financiers 2012/13 et 2013/14 sont aux normes IFRS. Ils portent sur des données auditées, publiées par le groupe
en décembre 2014.

Euro Disney – Mars 2015 46


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
4.2. Indicateurs économiques et financiers Bilan consolidé en valeur

Actif
Unité : million d’euros
Date de clôture de l'exercice 30-sept-14 30-sept-13

Actifs non circulants 1 907,8 1 903,1


dont immobilisations incorporelles 41,8 32,3
dont immobilisations corporelles 1 775,7 1 812,3
dont immobilisations financières 15,1 15,0

Actifs circulants 252,4 251,8


dont stocks 41,4 39,1
dont créances clients 136,6 117,1
dont disponibilités 49,3 78,0

Total de l'actif 2 160,2 2 154,9


Source : Xerfi d’après les données financières du groupe

Passif
Unité : million d’euros
Date de clôture de l'exercice 30-sept-14 30-sept-13

Capitaux propres -198,4 -79,7


dont part du groupe -167,1 -69,5
dont intérêts minoritaires -31,3 -10,2

Dettes non courantes 1 813,6 1 779,4


dont provisions 18,7 13,7
dont dette financière 1 716,3 1 697,7

Dettes courantes 545,0 455,2


dont fournisseurs 388,4 337,8

Total du passif 2 160,2 2 154,9


Source : Xerfi d’après les données financières du groupe

Méthodologie : Les éléments financiers 2012/13 et 2013/14 sont aux normes IFRS. Ils portent sur des données auditées, publiées par le groupe
en décembre 2014.

Euro Disney – Mars 2015 47


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
4.2. Indicateurs économiques et financiers Structure du bilan consolidé

Actif
Unité : part en % du total du bilan
Date de clôture de l'exercice 30-sept-14 30-sept-13

Actifs non circulants 88,3% 88,3%


dont immobilisations incorporelles 1,9% 1,5%
dont immobilisations corporelles 82,2% 84,1%
dont immobilisations financières 0,7% 0,7%

Actifs circulants 11,7% 11,7%


dont stocks 1,9% 1,8%
dont créances clients 6,3% 5,4%
dont disponibilités 2,3% 3,6%

Total de l'actif 100,0% 100,0%


Source : Xerfi d’après les données financières du groupe

Passif
Unité : part en % du total du bilan
Date de clôture de l'exercice 30-sept-14 30-sept-13

Capitaux propres -9,2% -3,7%


dont part du groupe -7,7% -3,2%
dont intérêts minoritaires -1,4% -0,5%

Dettes non courantes 84,0% 82,6%


dont provisions 0,9% 0,6%
dont dette financière 79,5% 78,8%

Dettes courantes 25,2% 21,1%


dont fournisseurs 18,0% 15,7%

Total du passif 100,0% 100,0%


Source : Xerfi d’après les données financières du groupe

Méthodologie : Les éléments financiers 2012/13 et 2013/14 sont aux normes IFRS. Ils portent sur des données auditées, publiées par le groupe
en décembre 2014.

Euro Disney – Mars 2015 48


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
4.2. Indicateurs économiques et financiers Principaux ratios

Ratios financiers

Date de clôture de l'exercice 30-sept-14 30-sept-13

Taux de l'EBITDA (%) 8,9% 11,0%


Frais de personnel / chiffre d'affaires (%) 7,9% 7,4%
Chiffre d'affaires par salarié (million EUR) 0,1 0,1
Taux d'endettement (%) 136,6% 130,5%
Rentabilité nette des capitaux propres (%) 57,3% 98,1%
Source : Xerfi d’après les données financières du groupe

Evolution de l’activité
Unité : % des variations annuelles
Date de clôture de l'exercice 30-sept-14 30-sept-13

Variation du chiffre d’affaires -2,3% nd


Variation des achats consommés 0,1% nd
Variation de l'EBITDA -21,1% nd
Variation des frais d'exploitation directs 0,3% nd
Variations des dépenses de marketing et ventes 0,5%
Variation des frais généraux et administratifs 4,4% nd
Variation du résultat d'exploitation ns nd
Variation du résultat net consolidé ns nd
Variation du résultat net part du groupe ns nd
Source : Xerfi d’après les données financières du groupe

Evolution de la structure financière


Unité : % des variations annuelles
Date de clôture de l'exercice 30-sept-14 30-sept-13

Variation des immobilisations 0,2% nd


Variation de l'actif circulant 0,2% nd
Variation du total du bilan (actif/passif) 0,2% nd
Variation des capitaux propres ns nd
Variation des dettes non courantes 1,9% nd
Variation des dettes financières 1,1% nd
Variation des dettes courantes 19,7% nd
Source : Xerfi d’après les données financières du groupe

Méthodologie : Les éléments financiers 2012/13 et 2013/14 sont aux normes IFRS. Ils portent sur des données auditées, publiées par le groupe
en décembre 2014.

Euro Disney – Mars 2015 49


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
4.2. Indicateurs économiques et financiers Définitions

Définitions des ratios et indicateurs sur le secteur

EVOLUTION DE L’ACTIVITE

Variation du revenu (%) Variation annuelle


Variation des achats consommés (%) Variation annuelle
Variation de la marge brute (%) Variation annuelle
Variation des frais de R&D (%) Variation annuelle
Variation des frais de personnel (%) Variation annuelle
Variation du résultat opérationnel (%) Variation annuelle
Variation des impôts (%) Variation annuelle
Variation du résultat net consolidé (%) Variation annuelle
Variation du résultat net part du groupe (%) Variation annuelle

MARGES D’ACTIVITE

Taux de marge commerciale (%) Marge commerciale/Ventes de marchandises


Taux de marge brute (%) Marge brute/Production

VARIATIONS DE LA STRUCTURE FINANCIERE

Variation des immobilisations (%) Variation annuelle


Variation de l’actif circulant (%) Variation annuelle
Variation du total du bilan (%) Variation annuelle
Variation des capitaux propres (%) Variation annuelle
Variation des dettes non courantes (%) Variation annuelle
Variation des dettes financières (%) Variation annuelle
Variation des dettes courantes (%) Variation annuelle

GESTION ET STRUCTURE FINANCIERE

Couverture de l'actif net Fonds propres/actif immobilisé net


Taux d’endettement (%) Dettes à caractère financier/Fonds propres

RENTABILITE

Rentabilité nette des capitaux propres (%) Résultat Net / Fonds propres
Source : Xerfi, modèle Mapsis

Euro Disney – Mars 2015 50


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
5. Base statistique

Euro Disney – Mars 2015 51


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
Chiffre d'affaires consolidé du groupe Euro Disney (*)
Unités : million d'euros, % des variations annuelles
Montant Evolution
2006/07 1 214,4 nd
2007/08 1 324,5 9,1%
2008/09 1 230,6 -7,1%
2009/10 1 271,8 3,3%
2010/11 1 294,2 1,8%
2011/12 1 324,3 2,3%
2012/13 1 309,4 -1,1%
2013/14 1 279,7 -2,3%
(*) Exercice fiscal du 01/10 au 30/09 / Source : Euro Disney

Chiffre d'affaires du groupe Euro Disney par activité


Unités : million d'euros, part en % du chiffre d'affaires consolidé, % des variations annuelles en valeur
Montant Evolution Montant
Part en 2012/13
en 2013/14 2013/2012 en 2012/13
Activités touristiques 1 251,2 97,8% -2,9% 1 289,0
Parcs à thèmes 721,7 56,4% -2,2% 737,6
Hôtels et Disney Village 490,4 38,3% -3,9% 510,2
Autres activités touristiques 39,1 3,1% -5,1% 41,2
Activités de développement
28,5 2,2% 39,7% 20,4
immobilier
Total 1 279,7 100,0% -2,3% 1 309,4
Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année

Fréquentation des parcs à thèmes par pays des visiteurs


Unités : million de visiteurs, part en % du nombre total de visiteurs, % des variations annuelles en valeur
Visiteurs Part Evolution Visiteurs Visiteurs
en 2013/14 en 2012/13 2013/2012 en 2012/13 en 2011/12
France 7,0 49,0% -8,4% 7,6 8,3
Royaume-Uni 2,1 15,0% 2,1% 2,1 2,1
Espagne 1,1 8,0% -4,7% 1,2 1,3
Belgique 0,9 6,0% -4,7% 0,9 1,0
Pays-Bas 0,9 6,0% -4,7% 0,9 1,0
Italie 0,4 3,0% -4,7% 0,4 0,5
Allemagne 0,4 3,0% -4,7% 0,4 0,3
Reste du monde 1,4 10,0% 5,9% 1,3 1,6
Total 14,2 100,0% -4,7% 14,9 16,0
Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année

Effectifs moyens du groupe Euro Disney


Unités : nombre de salariés, % des variations annuelles
Effectifs moyens Evolution
2009/10 13 310 nd
2010/11 13 742 3,2%
2011/12 14 173 3,1%
2012/13 14 244 0,5%
2013/14 14 064 -1,3%
Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année

Euro Disney – Mars 2015 52


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
Embauches du groupe Euro Disney
Unités : nombre de salariés, % des variations annuelles
Effectifs moyens Evolution
2009/10 6 923 nd
2010/11 7 661 10,7%
2011/12 7 044 -8,1%
2012/13 6 454 -8,4%
2013/14 6 350 -1,6%
Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année

Effectifs moyens du groupe Euro Disney par statut


Unités : nombre moyen de salariés, par en % du nombre moyen de salariés, % des variations annuelles
Effectifs Part Evolution Effectifs Effectifs
en 2013/14 en 2012/13 2013/2012 en 2012/13 en 2011/12
Cadres 1 963 14,0% 7,3% 1 898 1 829
Non cadres 12 101 86,0% -2,0% 12 346 12 344
Total 14 064 100,0% -0,8% 14 244 14 173
Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année

Fréquentation touristique étrangère en France


Unités : million d’arrivées, million de nuitées, % des variations annuelles et % du nombre total de nuitées
Arrivées Evolution Nuitées Evolution
2005 75,9 nd 508,1 nd
2006 77,9 4,0% 513,7 1,1%
2007 80,9 2,5% 536,3 4,4%
2008 79,2 -2,1% 526,2 -1,9%
2009 76,8 -3,0% 512,2 -2,7%
2010 77,6 1,0% 525,3 2,6%
2011 81,6 5,2% 564,3 7,4%
2012 83,0 1,7% 573,3 1,6%
2013 84,7 2,1% 599,7 4,6%
2014 (e) 86,4 2,0% 614,7 2,5%
Traitement et estimation Xerfi / Source : DGE

Fréquentation touristique française dans l’Hexagone


Unités : million de séjours et de nuitées, nombre de nuitées et % des variations annuelles
Durée moyenne
Séjours Evolution Nuitées Evolution Evolution
des séjours
2005 191,7 nd 1 052 nd 5,49 nd
2006 190,3 -0,7% 1 048 -0,4% 5,51 0,4%
2007 192,3 1,1% 1 045 -0,3% 5,43 -1,3%
2008 181,3 -5,7% 992 -5,1% 5,47 0,7%
2009 181,0 -0,2% 962 -3,0% 5,31 -2,9%
2010 175,9 -2,8% 940 -2,3% 5,34 0,5%
2011 180,4 2,6% 969 3,1% 5,37 0,5%
2012 180,8 0,2% 956 -1,3% 5,29 -1,6%
2013 180,6 -0,1% 961 0,5% 5,32 0,6%
2014 (e) 178,8 -1,0% 950 -1,1% 5,31 -0,1%
Traitement et estimations Xerfi / Source : DGE

Euro Disney – Mars 2015 53


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
Actionnariat du groupe Euro Disney
Unité : part en % du capital
Part en 2014 Part en 2013
EDL Holding Company LLC 39,8% 39,8%
Kingdom Company Holding 10,0% 10,0%
Invesco Asset Management 6,0% 4,3%
Public 44,2% 45,9%
Total 100,0% 100,0%
Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année

Dépenses des entreprises dans le tourisme d’affaires (*)


Unités : indice de valeur base 100 en 2005, % des variations annuelles en valeur
Indice Croissance
2006 101,8 1,8%
2007 104,5 2,7%
2008 106,0 1,4%
2009 97,7 -7,8%
2010 101,8 4,2%
2011 103,1 1,2%
2012 98,0 -4,9%
2013 99,1 1,1%
2014 (e) 98,6 -0,5%
(*) Tourisme d’affaires de groupes (séminaires, congrès, conventions, incentives)
Traitement et estimation Xerfi / Source : Coach Omnium

Chiffre d'affaires des parcs d’attractions et parcs à thèmes


Unités : indice de valeur base 100 en 2005 (données mensuelles, cvs-cjo), % des variations annuelles en valeur et en volume
Valeur Evolution Volume Evolution
2006 97,0 -3,0% 94,5 -5,5%
2007 106,6 9,9% 101,6 7,5%
2008 113,1 6,1% 105,3 3,6%
2009 109,8 -2,9% 99,4 -5,6%
2010 113,3 3,2% 100,1 0,7%
2011 114,4 1,0% 97,0 -3,1%
2012 120,1 5,0% 98,7 1,8%
2013 118,4 -1,4% 95,1 -3,6%
2014 (e) 122,0 3,0% 95,7 0,6%
Traitement et estimation Xerfi / Source : Insee

Chiffre d’affaires de l’hôtellerie en France


Unités : indice de valeur base 100 en 2005 (données mensuelles, cvs-cjo), % des variations annuelles en valeur et en volume
Valeur Evolution Volume Evolution
2006 104,0 4,0% 100,7 0,7%
2007 111,8 7,5% 103,7 3,0%
2008 113,5 1,5% 100,6 -3,0%
2009 107,4 -5,4% 91,8 -8,7%
2010 112,8 5,0% 94,1 2,5%
2011 117,3 4,0% 95,1 1,1%
2012 117,6 0,3% 92,3 -2,9%
2013 116,6 -0,9% 91,0 -1,4%
2014 (e) 114,8 -1,5% 89,0 -2,2%
Traitement et estimations Xerfi / Source : Insee

Euro Disney – Mars 2015 54


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
Taux d’occupation des hôtels de tourisme en France par catégorie d’hôtels classés
Unités : taux en %, variations annuelles en point
Taux en 2013 Evolution 2013/2012
1 étoile 62,9% -1,3 point
2 étoiles 55,8% -1,1 point
3 étoiles 60,6% -0,7 point
4 étoiles 64,7% 0,2 point
5 étoiles 64,6% -0,7 point
Ensemble 59,6% -0,6 point
Sources : INSEE, DGCIS

Fréquentation de l'activité Parcs à thèmes du groupe Euro Disney


Unités : million de visiteurs, % des variations annuelles en valeur
Visiteurs Evolution
2006/07 14,5 nd
2007/08 15,3 5,5%
2008/09 15,4 0,7%
2009/10 15,0 -2,6%
2010/11 15,6 4,0%
2011/12 16,0 2,6%
2012/13 14,9 -6,9%
2013/14 14,2 -4,7%
Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année

Dépense moyenne par visiteur dans les parcs à thèmes du groupe Euro Disney
Unités : euro, % des variations annuelles en valeur
Montant Evolution
2006/07 44,95 nd
2007/08 46,32 3,0%
2008/09 44,22 -4,5%
2009/10 45,21 2,2%
2010/11 46,16 2,1%
2011/12 46,44 0,6%
2012/13 48,14 3,7%
2013/14 50,66 5,2%
Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année

Prix d’entrée des parcs à thèmes du groupe Euro Disney (*)


Unités : euro, % des variations annuelles en valeur
Montant Evolution
2005 41,0 nd
2006 43,0 4,9%
2007 46,0 7,0%
2008 49,0 6,5%
2009 51,0 4,1%
2010 54,0 5,9%
2011 59,0 9,3%
2012 62,0 5,1%
2013 64,0 3,2%
2014 65,0 1,6%
(*) Billet adulte pour un jour dans un des deux parcs / Source : Euro Disney

Euro Disney – Mars 2015 55


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
Chiffre d’affaires de l'activité Parcs à thèmes
Unités : million d’euros, % des variations annuelles
Montant Croissance
2006/07 658,6 nd
2007/08 715,8 8,7%
2008/09 688,2 -3,9%
2009/10 685,3 -0,4%
2010/11 723,2 5,5%
2011/12 750,5 3,8%
2012/13 737,6 -1,7%
2013/14 721,7 -2,2%
Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année

Occupation des hôtels du groupe Euro Disney


Unités : % d'occupation, variation annuelle en point
Taux d'occupation Evolution
2006/07 89,3% nd
2007/08 90,9% 1,8 point
2008/09 87,3% -4,0 points
2009/10 85,4% -2,2 points
2010/11 87,1% 2,0 points
2011/12 84,0% -3,6 points
2012/13 79,3% -5,6 points
2013/14 75,4% -4,9 points
Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année

Dépense moyenne par chambre


Unités : euro, % des variations annuelles en valeur
Montant Evolution
2006/07 197,88 nd
2007/08 211,39 6,8%
2008/09 201,24 -4,8%
2009/10 208,92 3,8%
2010/11 218,80 4,7%
2011/12 231,33 5,7%
2012/13 235,01 1,6%
2013/14 232,26 -1,2%
Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année

Chiffre d'affaires de l'activité Hôtels et Disney Village


Unités : million d’euros, % des variations annuelles en valeur
Montant Evolution
2006/07 483,0 nd
2007/08 515,6 6,7%
2008/09 474,7 -7,9%
2009/10 480,2 1,2%
2010/11 510,8 6,4%
2011/12 518,6 1,5%
2012/13 510,2 -1,6%
2013/14 490,4 -3,9%
Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année

Euro Disney – Mars 2015 56


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
Résultat d'exploitation du groupe Euro Disney
Unités : million d'euros, part en % du chiffre d'affaires consolidé, variation annuelle du taux de résultat d'exploitation en point
Taux de résultat Evolution du taux
Résultat d'exploitation
d'exploitation d'exploitation
2006/07 50,8 4,2% nd
2007/08 90,5 6,8% 2,6 points
2008/09 26,4 2,1% -4,7 points
2009/10 34,1 2,7% 0,5 point
2010/11 11,5 0,9% -1,8 point
2011/12 3,4 0,3% -0,6 point
2012/13 -27,5 -2,1% -2,4 points
2013/14 -65,4 -5,1% -3,0 points
Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année

Résultat net (part du groupe) d’Euro Disney


Unités : million d'euros, part en % du chiffre d'affaires consolidé, variation annuelle du taux de résultat net en point
Résultat net Taux de résultat net Evolution du taux
(part du groupe) (part du groupe) de résultat net
2006/07 -38,4 -3,2% nd
2007/08 -2,8 -0,2% 3,0 points
2008/09 -55,5 -4,5% -4,3 points
2009/10 -39,9 -3,1% 1,4 point
2010/11 -55,6 -4,3% -1,2 point
2011/12 -85,6 -6,5% -2,2 points
2012/13 -64,4 -4,9% 1,5 point
2013/14 -93,4 -7,3% -2,4 points
Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année

Investissements du groupe Euro Disney


Unités : million d'euros, % des variations annuelles en valeur
Activités touristiques Développement immobilier Total
2006/07 123,7 0,5 124,2
2007/08 60,4 0,3 60,7
2008/09 71,3 0,5 71,8
2009/10 99,7 0,5 100,2
2010/11 70,6 0,5 71,1
2011/12 149,7 0,6 150,3
2012/13 119,8 1,1 120,9
2013/14 152,2 2,3 154,5
Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année

Endettement du groupe Euro Disney


Unités : million d'euros, part des emprunts en % du chiffre d’affaires consolidé, évolution en point de pourcentage
Emprunts Taux d'endettement Evolution
2006/07 2 000,7 164,7% nd
2007/08 1 979,0 149,4% -15,3 points
2008/09 1 970,2 160,1% 10,7 points
2009/10 1 935,1 152,2% -7,9 points
2010/11 1 876,7 145,0% -7,1 points
2011/12 1 711,0 129,2% -15,8 points
2012/13 1 709,4 130,5% 1,3 point
2013/14 1 747,7 136,6% 6,0 points
Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année

Euro Disney – Mars 2015 57


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
Fréquentation des 10 principaux parcs à thèmes dans le monde
Unités : millier de visiteurs, % des variations annuelles
Evolution Part
Parc 2011 2012 2013 Pays
2013/2012 en 2013
Magic Kingdom 17 142 17 536 18 588 6,0% 14,7% Etats-Unis
Tokyo Disneyland 13 683 14 847 17 214 15,9% 13,6% Japon
Disneyland 16 140 15 963 16 202 1,5% 12,8% Etats-Unis
Tokyo Disneysea 11 664 12 656 14 084 11,3% 11,1% Japon
Epcot 10 825 11 063 11 229 1,5% 8,9% Etats-Unis
Disneyland Paris 10 990 11 200 10 430 -6,9% 8,2% France
Disney's Animal Kingdom 9 783 9 998 10 198 2,0% 8,1% Etats-Unis
Disney's Hollywood
9 699 9 912 10 110 2,0% 8,0% Etats-Unis
Studios
Universal Studios Japan 8 500 9 700 10 100 4,1% 8,0% Japon
Disney's California
6 341 7 775 8 514 9,5% 6,7% Etats-Unis
Adventure
Total 114 767 120 650 126 669 5,0% 100,0% -
Source : Themed Entertainment Association

Fréquentation des principaux parcs à thèmes en France


Unités : millier de visiteurs, % des variations annuelles
Futuroscope Parc Astérix Puy du Fou Parcs Euro Disney
Fréquent. Evolution Fréquent. Evolution Fréquent. Evolution Fréquent. Evolution
2005 1,40 nd 1,80 nd nd nd 12,30 nd
2006 1,40 0,0% 1,70 -5,6% nd nd 12,80 4,1%
2007 1,60 14,3% 1,60 -5,9% nd nd 14,50 13,3%
2008 1,60 0,0% 1,80 12,5% nd nd 15,30 5,5%
2009 1,70 6,3% 1,80 0,0% nd nd 15,40 0,7%
2010 1,83 7,6% 1,66 -7,8% nd nd 15,00 -2,6%
2011 1,43 -21,9% 1,60 -3,9% 1,50 nd 15,60 4,0%
2012 1,70 18,8% 1,72 8,0% 1,60 6,7% 16,00 2,6%
2013 1,46 -13,8% 1,62 -6,0% 1,74 8,7% 14,90 -6,9%
2014 1,65 12,7% 1,70 5,0% 1,91 9,9% 14,20 -4,7%
Sources : Association du Puy du Fou, Compagnie des Alpes et Euro Disney

Offre d'attractions principales dans les parcs à thèmes du groupe Euro Disney
Unité : nombre d'attractions principales
Parc Disneyland Parc Walt Disney Studios
2006/07 41 13
2007/08 41 13
2008/09 39 14
2009/10 39 17
2010/11 40 17
2011/12 41 17
2012/13 42 17
2013/14 41 18
Source : Euro Disney, données au 30/09 de chaque année

Euro Disney – Mars 2015 58


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
6. Sources d’information

Euro Disney – Mars 2015 59


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
Les organismes officiels

TEA
Themed entertainment association
150 E. Olive Avenue - Suite 306 - Burbank, CA 91502 - USA
Tel : +1 818 843 8497
www.teaconnect.org
DGE
Direction générale des entreprises
67 rue Barbès - 94200 Ivry sur Seine
Tel. : 01 44 87 17 17
www.entreprises.gouv.fr

OMT
Organisation mondiale du tourisme
Capitán Haya 42
28 020 Madrid - Espagne
Tel. : +34 91 567 81 00 - Fax : +34 91 571 37 33
www.unwto.org

SNELAC
Syndicat national des espaces de loisirs, d’attractions et culturels
2 rue de Saint Petersbourg
75009 Paris
Tel. : 01 40 50 05 65 - Fax : 01 40 50 94 85
www.snelac.com

La presse spécialisée

L’Echo Touristique
Antony Parc 2
10 place du Général de Gaulle
BP 20156 - 92186 Antony Cedex
Tel : 01 77 92 92 92
www.lechotouristique.com

Parcs Services International


Domaine de Grillemont
72140 Crissé
www.infoparks.com

Parcs d’attraction et de loisirs


www.parc-attraction-loisirs.fr

Newsparcs
www.newsparcs.com

ParkOtheK
nv.parkothek.info

Euro Disney – Mars 2015 60


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
La presse spécialisée (suite)

L'Hôtellerie-restauration
5 rue Antoine Bourdelle
75 737 Paris Cedex 15
Tel. : 01 45 48 64 64 - Fax : 01 45 48 04 23
www.lhotellerie-restauration.fr

Les sites des principaux parcs à thème français et européens

De Efteling
www.efteling.nl
Euro Disney
www.disneylandparis.fr
Europa Park
www.europapark.de
Futuroscope
www.futuroscope.com
Le Puy du Fou
www.puydufou.com
Parc Astérix
www.parcasterix.fr
Port Aventura
www.portaventura.com
Tivoli Gardens
www.tivoli.dk

Les sites des groupes hôteliers

Accor
www.accor.com
Balladins
www.balladins.com
B&B
www.hotel-bb.com
Choice Hotels
www.choicehotels.com
InterContinental Hotels
www.intercontinental.com
Louvre Hotels
www.louvrehotels.com

Euro Disney – Mars 2015 61


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)
Pour en savoir plus

L’hôtellerie en France
Collection Xerfi France
3SME06 – Décembre 2013

Les parcs de loisirs en France


Collection Xerfi France
3SME12 – Décembre 2013

Euro Disney – Mars 2015 62


Reproduction interdite – la photocopie non autorisée est un délit (Code de la propriété Intellectuelle)