Vous êtes sur la page 1sur 17

Les suites réelles

Copyright © Dhaouadi Nejib 2009 – 2010


http://www.sigmaths.co.cc

Page : 1
Dhaouadi Nejib http://www.sigmaths.co.cc
Suites Réelles

Dans ce chapitre I désigne l’ensemble des entiers n ≥ n0 (n0 ∈ ℕ )

I. Rappels et compléments
1. Suite arithmétique

Définition
Soit (un ) une suite réelle définie sur I.
On dit que (un ) est une suite arithmétique s’il existe une constante réelle r
telle que pour tout entier n de I, un + 1 − un = r .
On dit dans ce cas que (un ) est une suite arithmétique de raison r

Conséquences
Soit (un ) une suite arithmétique de raison r et de premier terme u0
Pour tout entier naturel n, un = u0 + nr .
Pour tous entiers naturels p et q on a : u p = uq + ( p − q )r .
Pour tous entiers naturels p et q tels que p ≤ q , on a :
q− p+1
u p + u p + 1 + ⋅ ⋅ ⋅ + uq = (u p + uq )
2
2. Suite géométrique

Définition
Soit (un ) une suite réelle définie sur I.
On dit que (un ) est une suite géométrique s’il existe une constante réelle q
telle que pour tout entier n de I, un + 1 = qun .
On dit dans ce cas que (un ) est une suite géométrique de raison q

Conséquences
Soit (un ) une suite géométrique de raison non nul q et de premier terme u0
Pour tout entier naturel n, un = u0 q n .
Pour tous entiers naturels n et m on a : un = um q n − m .
Pour tous entiers naturels m et n tels que n ≤ m , on a :
 1 − qm − n + 1
 up si q ≠ 1
un + un + 1 + ⋅ ⋅ ⋅ + um =  1−q
( m − n + 1) u si q = 1
 0

 +∞ si q > 1
1 si q = 1

lim q n = 
n → +∞
0 si -1 < q < 1
 n'existe pas si q ≤ −1

Page : 2
Dhaouadi Nejib http://www.sigmaths.co.cc
Exercice 1
nun + 4
On considère la suite ( un ) définie par u1 = 1 et un + 1 = .
n+1
1. Démontrer que la suite ( v n ) définie par v n = n u n est une suite
arithmétique dont on précisera le premier terme et la raison.
2. En déduire l’expression de vn en fonction de n, puis l’expression de un en
fonction de n.

Solution
1. vn + 1 − vn = (n + 1)un + 1 − nun = nun + 4 − nun = 4 ⇒ (vn ) est une suite
arithmétique de raison r=4 et de premier terme v1 = 1 ⋅ u1 = 1
v 4n − 3
2. ∀n ∈ ℕ * , vn = v1 + (n − 1)r = 1 + 4(n − 1) = 4n − 3 et un = n = .
n n
Exercice 2
3un − 2
Soit a > 1 et (un ) la suite définie par u0 = a et ∀n ∈ ℕ, un + 1 =
2un − 1
1. Montrer que pour tout entier naturel n, (un ) existe et vérifie un > 1 .
1
2. On définit la suite (vn ) sur ℕ par : vn = .
un − 1
a) Montrer que (vn ) est une suite arithmétique dont on précisera la raison
et le premier terme.
b) Exprimer vn et puis un en fonction de n et a.

Solution
1. On procède par récurrence
• Pour n=0, on a u0 = a > 1 , vrai
• Soit n ∈ ℕ , supposons que un existe et un > 1 et montrons que un + 1 existe
et un + 1 > 1 .
un > 1 ⇒ 2un > 2 ⇒ 2un − 1 > 1 ⇒ 2un − 1 ≠ 0 ⇒ un + 1 existe
3un − 2 3un − 2 − 2un + 1 u −1
un + 1 − 1 = −1= = n
2un − 1 2un − 1 2un − 1
un > 1 donc 2un − 1 > 0 et un − 1 > 0 donc un + 1 − 1 > 0 d'où un + 1 > 1.
1 2un − 1 2un − 1 1 2(un − 1)
2. a) vn + 1 = = ⇒ vn + 1 − vn = − = =2
un + 1 − 1 un − 1 un − 1 un − 1 un − 1
Ce qui prouve que (vn ) est une suite arithmétique de raison 2
1 1
Son premier terme v0 = = .
u0 − 1 a − 1
1 2(a − 1)n + 1
b) vn = v0 + nr = + 2n =
a−1 a−1
1 a−1 a + 2(a − 1)n
un = +1= +1=
vn 2(a − 1)n + 1 2(a − 1)n + 1

Page : 3
Dhaouadi Nejib http://www.sigmaths.co.cc
Exercice 3 (suite Arithmético-géométrique)
1
Soit (un ) la suite réelle définie par : u0 = 1 et ∀n ∈ ℕ , u n+1 = un − 3
2
Pour tout entier naturel n, on pose vn = un + 6 .
1. Montrer que (vn ) est une suite géométrique dont on précisera la raison et
le premier terme.
2. Exprimer vn et puis un en fonction de n
2n
3. Calculer, en fonction de n, la somme S = ∑u
k=n
k .

Solution
1 1 1 1
1. vn + 1 = un + 1 + 6 =
un − 3 + 6 = un + 3 = (un + 6 ) = vn
2 2 2 2
1
Donc (vn ) est une suite géométrique de raison q = et de premier terme
2
v0 = u0 + 6 = 7 .
n n
1 1
2. vn = v0 q = 7  
n
et un = vn − 6 = 7   − 6
2 2
2n − n + 1
1
2n 2n 2n
1− 
3. S = ∑ uk = ∑ (vk − 6 ) = ∑ vk − 6( 2n − n + 1) = vn  2 − 6(n + 1)
1
k=n k=n k=n
1−
2
n +1
1  1 
n

Donc S = 14   1 −    − 6(n + 1)
 2    2  

3. Convergence et divergence d’une suite

Définition
Soit (un ) une suite réelle définie sur I.
On dit que (un ) est convergente (ou encore admet une limite finie) s’il existe
un réel l vérifiant : Pour tout réel ε > 0 , il existe p ∈ ℕ tel que pour tout
entier n ∈ I , n ≥ p ⇒ un − l < ε
Autrement dit, tout intervalle ouvert de centre l contient tous les termes de la
suite à partir d’un certain rang.
Parfois on dit, tout intervalle ouvert de centre l contient presque tous les
termes de la suite.

Remarques

Une suite qui n’est pas convergente est dite divergente (admet une
limite infinie ou n’admet pas de limite)
Si une suite (un ) admet une limite finie l alors cette limite est unique
et on note dans ce cas lim un = l ou tout simplement lim un = l
n → +∞

Page : 4
Dhaouadi Nejib http://www.sigmaths.co.cc
Exemple
2n − 5
Soit la suite (un ) définie sur ℕ par : un = .
n+1
Montrons que (un ) converge vers 2.
--------------------------------------------------------
Soit ε > 0 , montrons qu’il existe un entier naturel p tel que pour tout entier
naturel n, n ≥ p ⇒ un − 2 < ε
2n − 5 2n − 5 − 2n − 2 7 7 7
un − 2 = −2 = = < ε ⇔ n+1> ⇔ n > −1
n+1 n+1 n+1 ε ε
7  7
Il suffit alors de choisir p = E  − 1  + 1 si − 1 > 0 (E désigne la partie entière)
ε  ε
7  7  
ou p=1 si − 1 < 0 et pour le dire en un seul mot p = sup  1, E  − 1  + 1  .
ε  ε  
7 7
Ainsi on a : n ≥ p > − 1 ⇒ < ε ⇒ un − 2 < ε
ε n+1
Définition
 On dit qu’une suite (un ) tend vers +∞ et on note lim un = +∞ si pour tout
réel A > 0 , il existe p ∈ ℕ , tel que pour tout entier n ∈ I , n ≥ p ⇒ un > A .
Autrement dit, tout intervalle de la forme ] A, +∞[ contient tous les termes
de la suite à partir d’un certain rang p.
 On dit qu’une suite (un ) tend vers −∞ et on note lim un = −∞ si pour tout
réel A < 0 , il existe p ∈ ℕ , tel que pour tout entier n ∈ I , n ≥ p ⇒ un < A .
Autrement dit, tout intervalle de la forme ]−∞ , A[ contient tous les termes
de la suite à partir d’un certain rang p.

Exemple
Soit (un ) la suite définie sur ℕ par : un = 2n2 − 1
Montrons que lim un = +∞ .
-------------------------------------------------------------------------
Soit A > 0 , montrons qu’il existe un entier p tel que pour tout entier n ∈ I ,
n ≥ p ⇒ un > A .
A+1 A+1
un > A ⇔ 2n2 − 1 > A ⇔ 2n2 > A + 1 ⇔ n2 > ⇔n> car n ∈ ℕ .
2 2
 A + 1
il suffit alors de choisir p = E   + 1.
 2 
4. Opérations sur les suites convergentes

Comme pour les fonctions, on peut définir les opérations usuelles sur les
suites.
Soient (un ) et (vn ) sont deux suites définies sur I.
Pour tout entier n ∈ I , on a :

( u + v )n = un + vn .

Page : 5
Dhaouadi Nejib http://www.sigmaths.co.cc
∀λ ∈ ℝ , ( λ u )n = λ × un .
( uv )n = un × vn
1 1 u u
Si (vn ) est une suite à termes non nuls alors :   = et   = n .
 v n vn  v n vn
Théorème 1
Soient (un ) et (vn ) sont deux suites définies sur I.
Si (un ) et (vn ) sont convergentes alors :
les suites u + v, λu (λ ∈ ℝ ), uv et u sont convergentes.
Si en plus (vn ) est une suite a termes non nuls et lim vn ≠ 0 alors les suites
1 u
et sont convergentes et on a :
v v
lim(u + v)n = lim un + lim vn .
lim( λu)n = λ × lim un .
lim(uv)n = lim un × lim vn .
lim un = lim un
1 1
lim   = .
 v n lim un
u lim un
lim   = .
 v n lim vn

Exercice

Déterminer la limite éventuelle de la suite (un ) dans chacun des cas suivants
( −3 )
n
2 − 3n + n2 −1
a) un = 2 b) un = 4n + 1 − 2n
2
c) un =
n +n+1 ( −3 )
n
+1
Solution
 2 3   2 3 
n2  2 − + 1  lim  2 − + 1 
2 − 3n + n 2
n n  = n n  = 1 =1
a) lim un = lim 2 = lim
n +n+1  1 1   1 1  1
n2  1 + + 2  lim  1 + + 2 
 n n   n n 
4n2 + 1 − 4n2 1
b) lim un = lim 4n2 + 1 − 2n = lim = lim =0
4n2 + 1 + 2n 4n2 + 1 + 2n
1  1
n
1− 1 − − 
( −3 ) ( −3 )
n n
−1  3  = 1 car la suite
c) lim un = lim = lim = lim
( −3) 1
n n
+1 1+  1
1 + − 
( −3 )
n
 3
n
 1 1
n ֏  −  est une suite géométrique de raison − appartenant
 3 3
à l'intervalle ]−1, 1[ donc sa limite égale à 0.

Page : 6
Dhaouadi Nejib http://www.sigmaths.co.cc
Théorème 2
Soit (un ) une suite réelle et a fini ou infini.
lim un = a ⇔ lim u2n = lim u2n + 1 = a

Démonstration

Supposons dans la suite que a est fini


Montrons que lim un = a ⇒ lim u2n = lim u2n + 1 = a
Soit ε > 0 , lim un = a ⇒ il il existe p ∈ ℕ tel que ∀n ∈ I , n ≥ p ⇒ un − a < ε
Et puisqu’on a pour tout n ∈ I, 2n+1 ≥ 2n ≥ n alors :
 u2n − a < ε
n≥ p⇒ d’où les suites ( u2n ) et ( u2n + 1 ) sont convergentes et
 u2n + 1 − a < ε
lim u2n = lim u2n + 1 = a
Réciproquement
Soit ε > 0 , lim u2n = a ⇒ il il existe p1 ∈ ℕ tel que n ≥ p1 ⇒ u2n − a < ε
et lim u2n + 1 = a ⇒ il il existe p2 ∈ ℕ tel que n ≥ p2 ⇒ u2 n + 1 − a < ε
Posons p = sup( 2 p1 , 2 p2 + 1) .
Soit m ∈ I , deux cas peuvent se présenter
• m = 2n
m ≥ p ⇒ n ≥ p1 ⇒ u2n − a = um − a < ε
• m = 2n + 1
m ≥ p ⇒ n ≥ p2 ⇒ u2n + 1 − a = um − a < ε
Dans le cas où a est infini, la démonstration se fait presque de la même façon.

Exercice

Etudier la convergence de la suite (un ) dans chacun des cas suivants :


( −1)
n
1  π
a) un = ( −1)
n
b) un = c) un = cos  n 
n n  2
Solution

u2n = 1  lim u2n = 1


a)  et 
 u2n + 1 = −1 lim u2n + 1 = −1
lim u2n ≠ lim u2n + 1 ⇒ la suite (un ) n’a pas de limite donc elle est divergente.
 1
u =
 2 n
n lim u2n = 0
b)  ⇒ et comme les deux suites ( u2n ) et ( u2 n + 1 )
u − 1  lim u = 0
= 2 n + 1
 2n + 1 n
convergent vers la même limite 0 donc la suite ( un ) converge vers 0.
1 1  π
c) Posons vn = u2n = cos ( n π ) et wn = u2n + 1 = cos  ( 2n + 1)  = 0
2n 2n + 1  2
1 1 1 −1
xn = v2n = cos ( 2n π ) = et y n = v2n + 1 = cos ( ( 2n + 1)π ) =
4n 4n 2 ( 2n + 1) 4n + 2

Page : 7
Dhaouadi Nejib http://www.sigmaths.co.cc
Il est évident que chacune des suites ( xn ) et ( yn ) converge vers 0, donc la
suite ( vn ) converge vers 0.
Les suites ( vn ) et (wn ) convergent vers 0, donc la suite ( un ) converge vers 0.

5. Suites bornées et convergence

Théorème 3
Toute suite convergente est bornée.

Démonstration

Soit ( un ) une suite réelle qui converge vers un réel l.


lim un = l donc il existe un entier naturel p tel que, n ∈ I et n ≥ p ⇒ un − l < 1
Autrement dit, ∀n ≥ p, un ∈ ]l − 1, l + 1[ .
{
On pose m = inf l − 1, un0 , un0 + 1 , ..., u p − 1 } et {
M = sup l + 1, un0 , un0 + 1 , ..., u p − 1 }
Soit n ∈ I .
Si n ≥ p alors m ≤ l − 1 < un < l + 1 ≤ M
Si n0 ≤ n < p alors {
un ∈ un0 , un0 + 1 , ...., u p − 1 } donc m ≤ un ≤ M

Remarque

Une suite bornée n’est pas nécessairement convergente.


Exemple : un = ( −1)
n

II. Limites et ordre


Théorème 4
Soit ( un ) une suite réelle qui converge vers un réel l.
S’il existe p ∈ I tel que, pour tout entier n ≥ p, un ≥ 0 (resp un ≤ 0) alors
l ≥ 0 (resp l ≤ 0)

Démonstration

Supposons que l < 0 .


−l
On a lim un = l donc pour ε = > 0, il existe q ∈ ℕ tel que pour tout n ∈ I,
2
n ≥ q ⇒ un − l < ε .
−l l −l l
un − l < ⇔ < un − l < ⇒< un < < 0 ce qui est impossible si on
2 2 2 2
choisit n ≥ sup( p, q) .
On appliquant ce résultat à la suite −u , on montre que si un ≤ 0 à partir d’un
certain rang alors l ≤ 0 .

Page : 8
Dhaouadi Nejib http://www.sigmaths.co.cc
un > 0 à partir d'un certain rang ⇒ l > 0 .
On peut avoir un > 0 pour tout n ∈ I et l = 0 .
1
Exemple : un = .
n

Conséquences

Soient ( un ) et ( vn ) deux suites réelles qui convergent respectivement vers


deux réels l et l ' .
Si on a un ≤ vn à partir d’un certain rang alors l ≤ l '

Soit ( un ) une suite réelle qui converge vers un réel l et a et b deux réels.
Si un ∈ [ a, b] à partir d’un certain rang alors l ∈ [ a, b]

Ce résultat n’est pas toujours vrai si on remplace l’intervalle fermé [ a, b]


par l’intervalle ouvert ]a, b[

un < vn à partir d'un certain rang ⇒ l < l ' .


On peut avoir un < vn pour tout n ∈ I et l = l ' .
1 1
Exemple : un = et vn =
n+2 n+1

Théorème 5 (théorème des gendarmes)


Soient ( un ) , ( vn ) et ( wn ) trois suites réelles définies sur I et l un réel.
Il existe p ∈ ℕ tel que pour tout entier n ≥ p, un ≤ wn ≤ vn
Si on a : 
 lim un = lim vn = l
Alors lim wn = l

Démonstration
Pour tout n ∈ I posons xn = wn − un et y n = vn − un
On a : ∀n ∈ I, 0 ≤ xn ≤ y n
Soit ε > 0 .
La suite ( yn ) est convergente et lim yn = l − l = 0 ⇒ Il existe p ∈ ℕ tel que
∀n ∈ I, n ≥ p ⇒ y n = yn < ε .
Donc pour n ∈ I et n ≥ p on a : 0 ≤ xn ≤ y n < ε
On a alors : ∀ε > 0 il existe p ∈ I tel que ∀n ∈ I , n ≥ p ⇒ xn < ε
Donc la suite ( xn ) converge vers 0
Et puisqu’on a wn = xn + un pour tout n ∈ I alors la suite ( wn ) est
convergente (comme somme de deux suites convergentes) et lim wn = l .

Page : 9
Dhaouadi Nejib http://www.sigmaths.co.cc
Conséquence

Soient ( un ) et ( vn ) deux suites réelles définies sur I.


un ≤ vn à partir d'un certain rang et lim vn = 0 lim un = 0

Exemple 1
cos n
Soit ( un ) la suite réelle définie sur ℕ* par : un =
n
Montrer que lim un = 0 .
-------------------------------------
cos n cos n 1
∀n ∈ ℕ* , un = = ≤ car pour tout réel x, cos x ≤ 1
n n n
 1
∀n ∈ ℕ , un ≤ n
*

On a :  donc lim un = 0 .
1
 lim = 0
 n

Exemple 2
n − sin n
Soit ( un ) la suite réelle définie sur ℕ par : un =
2n + ( −1)n
Etudions la convergence de cette suite.
-------------------------------------
Pour tout entier naturel n supérieur à 1 on a :
−1 ≤ − sin n ≤ 1 ⇒ 0 ≤ n − 1 ≤ n − sin n ≤ n + 1
Pour tout entier naturel n supérieur à 1 on a :
−1 ≤ ( −1) ≤ 1 ⇒ 0 < 2n − 1 ≤ 2n + ( −1) ≤ 2n + 1
n n

1 1 1
⇒ ≤ ≤
2n + 1 2n + ( −1) n
2n − 1
 0 ≤ n − 1 ≤ n − sin n ≤ n + 1

Ainsi pour n ≥ 1 on a:  1 1 1
0< ≤ ≤
 2n + 1 2n + ( −1) n
2n − 1

En multipliant ces deux encadrements, membre à membre on trouve
n−1 n+1
≤ un ≤
2n + 1 2n − 1
1 1
1− 1+
n−1 n = 1 n + 1 n = 1
En plus lim = lim et lim = lim
2n + 1 1 2 2n − 1 1 2
2+ 2−
n n
Donc d’après le théorème des gendarmes on peut conclure que la suite ( un ) est
1
convergente et lim un = .
2
Exemple 3
n
n
Soit ( un ) la suite réelle définie sur ℕ * par : un = ∑ 2
k =1 n + k

Page : 10
Dhaouadi Nejib http://www.sigmaths.co.cc
Etudions la convergence de cette suite.
--------------------------------
Pour tout entier naturel n non nul et pour tout entier k ∈ {1, 2, ..., n} on a :
1 1 1 n n n
n2 + 1 ≤ n 2 + k ≤ n 2 + n ⇔ ≤ 2 ≤ 2 ⇔ 2 ≤ 2 ≤ 2
2
n +n n +k n +1 n +n n +k n +1
n n 2 2
n n n n
Donc ∑ 2 ≤ un ≤ ∑ 2 ⇔ 2 ≤ un ≤ 2 (somme des n
k =1 n + n k =1 n + 1 n +n n +1
encadrements membre à membre) j’espère que c’est clair !
Il semble que les extrémités du dernier encadrement ont la même limite,
vérifions alors ça.
n2 n2 1 n2 1
lim 2 = lim = lim = 1 et lim 2 = lim =1
n +n 2  1 1 n +1 1
n 1 +  1 + 1 +
 n n n2
 n2 n2
∀n ∈ ℕ , ≤ un ≤ 2
*

n2 + n n +1
On a alors  2 2
 lim n = lim 2
n
=1
 n +n
2
n +1
Donc d’après le théorème des gendarmes la suite ( un ) est convergente et
lim un = 1

Théorème 6
Soient ( un ) et ( vn ) deux suites réelles définies sur I.
S'il existe q ∈ ℕ , tel que ∀n ∈ I et n ≥ q, un ≤ vn et lim un = +∞
alors lim vn = +∞
S'il existe q ∈ ℕ , tel que ∀n ∈ I et n ≥ q, un ≤ vn et lim vn = −∞
alors lim un = −∞

Démonstration

 Soit A > 0 , montrons qu’il existe un entier naturel m tel que ∀n ∈ I ,


n ≥ m ⇒ vn > A .
On a lim un = +∞ ⇒ il existe p ∈ ℕ , tel que ∀n ∈ I, n ≥ p ⇒ un > A
Posons m=sup(p,q) et soit n ∈ I . n ≥ m ⇒ vn ≥ un > A
Donc lim vn = +∞ .
 Pour n ≥ q on a − vn ≤ −un en plus lim( −vn ) = +∞ ⇒ lim( −un ) = +∞
Donc lim un = −∞

Exercice

1
1) Démontrer que ∀n ∈ ℕ* , n+1− n <
2 n

Page : 11
Dhaouadi Nejib http://www.sigmaths.co.cc
 1 1 1 
2) En déduire que lim  1 + + + ... +  = +∞
 2 3 n

Solution

n+1−n 1
1) On a n+1− n = =
n+1+ n n+1+ n
1 1
n+1> n ⇔ n+1 > n ⇔ n+1+ n >2 n ⇔ <
n+1+ n 2 n
1
Donc ∀n ∈ ℕ* , n+1− n <
2 n
1
2) On a : ∀k ∈ {1, 2, ...., n} k+1− k <
2 k
Faisant la somme membre à membre

n n
1

k =1
k+1− k < ∑2
k=1 k
ou encore

( ) (
2− 1 + 3− 2 + ) ( )
4 − 3 + .... + ( n+1− n < )
2 1 2 2
1
+
1
+ .... +
1
2 n
1 1 1 
Ce qui donne après simplification n + 1 − 1 < 1 + + .... + 
2 2 n
1 1
D’où 1+ + .... + > 2 n + 1 − 2 et puisqu’on a lim( 2 n + 1 − 2 ) = +∞
2 n
 1 1 
alors lim  1 + + .... +  = +∞ .
 2 n

III. Suites de type vn=f(un)


Théorème 7
Soient f une fonction définie sur un intervalle ouvert J de centre a et ( un )
une suite à valeurs dans J.
Si ( un ) converge vers a et f continue en a alors la suite f (un ) converge vers
f(a)

Démonstration

Soit ε > 0 .
Montrons qu’il existe p ∈ ℕ tel que ∀n ∈ I, n ≥ p ⇒ f (un ) − f (a ) < ε
On a :
f continue en a ⇒ il existe α > 0 tel que ∀x ∈ J, x − a < α ⇒ f ( x) − f (a ) < ε
( un ) converge vers a donc il existe p ∈ ℕ tel que ∀n ∈ I, n ≥ p ⇒ un − a < α
Donc pour n ∈ I et n ≥ p on a un ∈ J et un − a < α ce qui permet d’écrire
f (un ) − f (a ) < ε cqfd

Page : 12
Dhaouadi Nejib http://www.sigmaths.co.cc
Exercice

Soit ( un ) la suite définie pour tout entier naturel non nul n


  1 
par : un = n2  1 − cos2    . Déterminer lim un
  n 

Solution
 1 − cos x
 f ( x) = x2
si x ≠ 0
Considérons la fonction f définie sur ℝ par : 
 f (0 ) = 1
 2
1
Il est évident que un = f   pour tout entier naturel n non nul.
n
1
Puisque lim f ( x) = (Résultat de cours) alors f est continue en 0
x→0 2
1
En plus lim = 0 donc la suite ( un ) converge vers f(0)=1.
n
Théorème 8
Soient f une fonction définie sur un intervalle ouvert J de centre l sauf peut
être en l et ( un ) une suite à valeurs dans J \ {l} .
Si lim un = l et lim f ( x) = L ( L ∈ ℝ ) alors lim ( f ( un ) ) = L .
x →l

Démonstration

Soit ε > 0 , montrons qu’il existe p ∈ ℕ tel que


∀n ∈ I, (n ≥ p ⇒ f (un ) − L < ε ) . On a lim f ( x) = L donc
x →l

il existe α > 0 tel que ∀x ∈ J, 0 < x − l < α ⇒ f ( x) − L < ε (1)


Puisque lim un = l donc il existe p ∈ ℕ tel que ∀n ∈ I, (n ≥ p ⇒ un − l < α )
Alors pour n ≥ p on a un − l < α et on a aussi par hypothèse un ∈ J \ {l}
Ce qui permet d’écrire 0 < un − l < α pour n ≥ p .
(1), on obtient f (un ) − L < ε . En conclusion
Et d’après (1),
∀ε > 0, il existe p ∈ ℕ tel que ∀n ∈ I, (n ≥ p ⇒ f (un ) − L < ε )
D’où lim f (un ) = L

Remarque
Le théorème précédent reste valable si l ou L est infinie

Conséquence

Si f est une fonction telle que lim f ( x) = l alors lim f (n) = l


x → +∞ n → +∞

Page : 13
Dhaouadi Nejib http://www.sigmaths.co.cc
Exemples

lim 3x 2 − x + 1 = lim 3x 2 = +∞ ⇒ lim 3n2 − n + 1 = +∞


x → +∞ x → +∞

x −x+1
2
x2 n2 − n + 1
lim = lim = 1 ⇒ lim =1
x → +∞ x 2 + x + 1 x → +∞ x 2 n → +∞ n 2 + n + 1

1
sin  
1  x  = lim sin X = 1 ⇒ lim n sin  1  = 1 .
lim x sin   = lim  
x → +∞
x x → +∞ 1 X → +∞ X n → +∞
n
x
IV. Convergence des suites monotones
Théorème 9(Admis) (utile pour justifier la convergence)
Si ( un ) est une suite croissante et majorée alors elle est convergente et elle
converge vers un réel l vérifiant un ≤ l à partir d’un certain rang.
Si ( un ) est une suite décroissante et minorée est convergente et elle converge
vers un réel l vérifiant un ≥ l à partir d’un certain rang.

Théorème 10
Toute suite croissante et non majorée tend vers +∞
Toute suite décroissante et non minorée tend vers −∞

Démonstration

 Soit A > 0 , montrons que un > A à partir d’un certain rang.


( un ) n'est pas majorée donc il existe p ∈ ℕ tel que up > A
Or la suite ( un ) est croissante donc pour tout entier
n ∈ I, n ≥ p ⇒ un ≥ u p > A
 Soit A < 0 , montrons que un < A à partir d’un certain rang.
( un ) n'est pas minorée donc il existe p ∈ ℕ tel que up < A
Or la suite ( un ) est décroissante ∀n ∈ I, n ≥ p ⇒ un ≤ u p < A

Théorème 11 (utile pour le calcul de la limite si elle existe)


Soit f une fonction continue sur un intervalle J et ( un ) une suite à valeurs
dans J qui converge vers un réel l.
Si un + 1 = f (un ) et l ∈ J alors f(l)=l

Démonstration

On a lim un + 1 = lim un = l
Et comme f est continue en l alors lim f (un ) = lim un + 1 = f (l )
Donc d’après l’unicité de la limite on a f(l)=l.

Page : 14
Dhaouadi Nejib http://www.sigmaths.co.cc
Exercice

Soit la suite ( un ) définie par : u0 = 1 et ∀n ∈ ℕ , un + 1 = 2 + un .


1) Montrer que pour tout entier naturel n, 1 ≤ un ≤ 2 .
2) Montrer que la suite ( un ) est croissante
3) En déduire que ( un ) est convergente et calculer sa limite.

Solution

1) On procède par récurrence


Pour n=0 , l’encadrement est vrai car u0 = 1 ∈ [1, 2] .
Hérédité : Soit n ∈ ℕ tel que 1 ≤ un ≤ 2 et montrons que 1 ≤ un + 1 ≤ 2 .
1 ≤ un ≤ 2 ⇔ 3 ≤ 2 + un ≤ 4 ⇔ 3 ≤ 2 + un ≤ 4 = 2 ⇒ 1 ≤ un + 1 ≤ 2
2 + un − un 2
( un − 2) ( −un − 1)
2) un + 1 − un = 2 + un − un = =
2 + un + un 2 + un + un
Et d’après 1) 1 ≤ un ≤ 2 ⇒ un − 2 ≤ 0, − un − 1 < 0 et 2 + un + un > 0
Ce qui prouve bien que un + 1 − un ≥ 0 et la suite ( un ) est croissante.
3) La suite ( un ) est croissante et majorée (par 2) donc elle est convergente
 un + 1 = f (un ) où f : x ֏ 2 + x

 ( un ) converge vers l

 f continue sur [ −2, +∞[ et en particulier sur [1,2]
 ∀n ∈ ℕ , un ∈ [1, 2] donc l ∈ [1, 2]

Donc f (l) = l
f (l) = l ⇔ 2 + l = l ⇔ l 2 = 2 + l et l ≥ 0 ⇔ l 2 − l − 2 = 0 et l ≥ 0
la solution positive de l’équation l 2 − l − 2 = 0 est 2 donc lim un = 2 .

IV. Suites adjacentes


Définition
On dit que ( un ) et ( vn ) sont adjacentes si les trois conditions suivantes sont
vérifiées :
 Pour tout entier n ∈ I, un ≤ vn
 ( un ) croissante et ( vn ) décroissante
 lim(vn − un ) = 0

Théorème
Si deux suites réelles sont adjacentes alors elles convergent vers la même
limite.

Page : 15
Dhaouadi Nejib http://www.sigmaths.co.cc
Démonstration

( un ) est croissante donc un0 ≤ un et un ≤ vn pour tout n ≥ n0 (n ∈ I )


Donc ∀n ∈ I, un0 ≤ vn c.-à-d. ( vn ) est minorée par un0
Et puisque ( vn ) est minorée et décroissante alors elle est convergente
( vn ) est décroissante donc vn ≤ vn0 et un ≤ vn pour tout n ≥ n0 (n ∈ I )
Donc ∀n ∈ I, un ≤ vn0 c.-à-d. ( un ) est majorée par vn0
Et puisque ( un ) est croissante et majorée alors elle est convergente
En plus on a lim(vn − un ) = 0 donc lim un = lim vn

Exercice

On considère les suites ( un ) et ( vn ) définies par :


 u0 = 12  v0 = 1
 
 un + 2vn et  u + 3vn
∀n ∈ ℕ , un + 1 = 3 

∀n ∈ ℕ , vn + 1 = n
4
1) Pour tout n ∈ ℕ on pose wn = un − vn .
a) Montrer que ( wn ) est une suite géométrique
b) En déduire que pour tout entier n ∈ ℕ , u n ≥ vn .
2) Montrer que ( un ) et ( vn ) sont adjacentes et qu’elles convergent vers la
même limite l .
3) Pour tout n ∈ ℕ on pose tn = 3un + 8vn
a) Montrer que ( tn ) est une suite constante.
b) En déduire la valeur de l.

Solution

un + 2vn un + 3vn 4un + 8vn − 3un − 9vn un − vn 1


1) a) wn + 1 = un + 1 − vn + 1 = − = = = wn
3 4 12 12 12
1
Donc ( wn ) est une suite géométrique de raison et de premier terme w0 = 11
12
n
1
b) ∀n ∈ ℕ , wn = w0 qn = 11   ≥ 0 donc un ≥ vn .
2
2)
un + 2vn −2un + 2vn 2 2
• un + 1 − un = − un = = − ( un − vn ) = − wn ≤ 0 donc la
3 3 3 3
suite ( un ) est décroissante.
un + 3vn u − vn 1 1
• vn + 1 − vn = − vn = n = ( un − vn ) = wn ≥ 0 donc la suite ( vn )
4 4 4 4
est croissante.
1
• ( wn ) est une suite géométrique de raison ∈ ]−1, 1[ donc lim wn = lim(un − vn ) = 0 .
12

Page : 16
Dhaouadi Nejib http://www.sigmaths.co.cc
 ∀n ∈ ℕ , vn ≤ un

 (vn ) croissante et (un ) décroissante donc ( un ) et ( vn ) sont adjacentes.
 lim(u − v ) = 0
 n n

Ces deux suites sont adjacentes donc elles convergent vers la même limite l
3) a) tn + 1 = 3un + 1 + 8vn + 1 = un + 2vn + 2(un + 3vn ) = 3un + 8vn = tn
Donc ( tn ) est une suite constante.
b) ( tn ) est constante donc ∀n ∈ ℕ , tn = 3un + 8vn = t0 = 3u0 + 8v0 = 44 .
44
Par passage à la limite on trouve 11l = 44 donc l = = 4.
11

Ce cours que j’ai conçu est destiné aux élèves des classes terminales section
mathématique conformément aux programmes officiels Tunisien.
Vos suggestions et vos remarques m’intéresse beaucoup et seront les bienvenus
sur mon email dhaouadi.nejib@gmail.com

Copyright © Dhaouadi Nejib 2009 – 2010


http://www.sigmaths.co.cc

Page : 17
Dhaouadi Nejib http://www.sigmaths.co.cc