Vous êtes sur la page 1sur 2

Ceci donne, si µ(A1 ∩ A2) < +∞, la formule

µ(A1 ∪ A2) = µ(A1) + µ(A2) − µ(A1 ∩ A2).

On obtient ´egalement, en supposant µ(A1 ∪ A2 ∪ A3) < +∞,

µ(A1 ∪ A2 ∪ A3)

= µ(A1) + µ(A2) + µ(A3) − µ(A1 ∩ A2) − µ(A1 ∩ A3) − µ(A2 ∩ A3) + µ(A1 ∩ A2 ∩ A3).

De mani`ere g´en´erale, on obtient par r´ecurrence sur n, en supposant µ(∪1≤j≤nAj ) < +∞,

(e2.7.1) µ(∪1≤j≤nAj ) =

1≤k≤n

(−1)k+1

1≤i1<i2<···<ik≤n

µ(Ai1 ∩ Ai2 ∩···∩ Aik ).

En effet, nous avons ´etabli la formule (e2.7.1) pour n = 2. Consid´erons un entier n ≥ 3 et

A1,...,An mesurables de mesures finies. Il vient

µ(∪1≤j≤nAj ) = µ(∪1≤j≤n−1Aj ∪ An)

= µ(∪1≤j≤n−1Aj ) + µ(An) − µ

∪1≤j≤n−1(Aj ∩ An)

1≤k≤n−1

(−1)k+1

1≤i1<i2<···<ik≤n−1

µ(Ai1 ∩ Ai2 ∩···∩ Aik )

+ µ(An)

1≤k≤n−1

(−1)k+1
1≤i1<i2<···<ik≤n−1

Ai1 ∩···∩ Aik ∩ An

1≤k≤n

(−1)k+1

1≤i1<i2<···<ik≤n

[ik≤n−1] ou bien [ik=n avec k≥2]

µ(Ai1 ∩ Ai2 ∩···∩ Aik ) + µ(An)

1≤k≤n

(−1)k+1

1≤i1<i2<···<ik≤n

µ(Ai1 ∩ Ai2 ∩···∩ Aik ), qed.

Commentaire. Dans l’avant-derni`ere somme, on consid`ere les k-uplets

1 ≤ i1 < ··· < ik ≤ n

tels que ik ≤ n − 1 ainsi que ceux pour lesquels ik = n et k ≥ 2; par suite il manque le

k-uplet pour lequel k = 1 et ik = n: c’est pr´ecis´ement le terme µ(An).

Exercice 2.8.

Soit X un ensemble et µ la mesure de comptage d´efinie sur P(X) par µ(A) = CardA si A

est fini, µ(A)=+∞ sinon. Montrer que (X,P(X), µ) est un espace mesur´e.