Vous êtes sur la page 1sur 125

Chapitre 3: Justification des

éléments soumis à la flexion


simple

Module Béton Armé - 2AGC - ENIT

1
Plan

I. Introduction et rappel
II. Calcul des sections d’aciers longitudinaux à l’ELU-STR
II.1. Calcul des sections rectangulaires sans aciers comprimés
II.2. Calcul des sections rectangulaires avec aciers comprimés
II.3. Calcul des section en T
III. Dimensionnement des poutres vis-à-vis des ELS
III.1. Calcul de la section d’acier longitudinal à l’ELS.
III.2. Limitation des contraintes normales
III.2. Limitation de l’ouverture des fissures
III.3 Limitation de la flèche

2
Essai de flexion sur une poutre

3
Rappel RDM: flexion ou flexion composée d’une poutre

les contraintes normales dues à l’effort normal N, et les


contraintes normales dues au moment fléchissant Mtz

4
Hypothèses de calcul à l’ELU: règle des pivots

diagramme des déformations relatives admissibles à l’ELU: pivot A

eb B

A.N
d
h C

As A

eud es 0 ec2 ecu2 e


(ec3) (ecu3)
5
Hypothèses de calcul à l’ELU: règle des pivots

diagramme des déformations relatives admissibles à l’ELU: pivot B

d A.N
h C

As A

eud es 0 ec2 ecu2 e


(ec3) (ecu3)
6
Diagrammes des déformations limites Règle des trois pivots

• Pivot A: Région 1
– Allongement de l’acier le plus tendu: es =  u d
– Pièces soumises à la traction simple ou à la flexion simple ou
composée
• Pivot B: Région 2
– Raccourcissement de la fibre de béton la plus comprimée:
ec =  cu 2 ou  cu 3
– Pièces soumises à la flexion simple ou composée
• Pivot C: Région 3
– Raccourcissement de la fibre de béton située à la distance
  c2    c3 
 1  h ou  1  h de la fibre la plus comprimée: ec =  c 2 ou  c3
  cu 2    cu 3 

– Pièces soumises à la flexion composée ou à la compression 7

simple
Diagrammes des déformations limites de la section

Zone Pivot A Diagramme à palier incliné (avec limitation de l’allongement)

 s   ud
 cu
Pivot A    AB 
 cu   ud

ci  cui
y  d
 ci,lim d ABd

hd
As
A
 ud 0
b 8
Diagrammes des déformations limites de la section

•Pivot B  b   cui

AB    1
 cu  cu
 AB  1 
 cu   ud  cu   yd

B  cui
ABd
y  d
1d
h d
As ?
 ud 0
 yd
b
•Valeurs :  c ,lim  AB  u ,lim pour f ck  50 MPa

3
Diagramme béton Classe A:  ud  22,5  103 Classe B:  ud  45  10

 c ,lim AB  c ,lim AB


Parabole - rectangle 0,0816 0,135 0,0425 0,0722

Triangle - rectangle 0,0722 0,135 0,0374 0,0722

3
Acier Classe A:  ud  22,5  103 Classe B:  ud  45  10

AB  u ,lim AB  u ,lim


f yk = 400 MPa 0,135 0,667 0,072 0,667

f yk = 500 MPa 0,135 0,617 0,072 0,617

10
Calcul à l’ELU d’une section rectangulaire sans aciers comprimés

y ye y fcd yf =f y
c cu cd
Fc
Xu .Xu
z e s F
A. s MEd
N.h d MEd MEd MEd
Zc
As,u ss Fs=As,u ss
es ss
bw
MEd : moment ultime agissant de calcul à l’ELU-STR
d est la hauteur utile de la section: c’est la distance entre la fibre du béton la plus comprimée
et le barycentre des aciers longitudinaux tendus.

On pose: Xu ud
cc 1 (valeur recommandée)
et on a: f ck
f cd   cc ; 1,5
c  
en général
c 1,2 en situations accidentelles
11
Calcul à l’ELU d’une section rectangulaire sans aciers comprimés

y ec fcd fcu =fcd


Fc
Xu .Xu
z e s F
.
A.N s
h d MEd
Zc
As,u ss Fs=As,u ss
es ss
bw


Xu ud Zc  d - Xu  d(1- u )
2
Fc  fcu Xu bw  fcu u dbw
f cu   f cd ;

12
Equations d’équilibre ultime (à la limite de la rupture) d’une section
rectangulaire en
Fc  Fs  A s,u s M Ed
 A s, u 
Z c s
M Ed  Fc Zc
 
M Ed  (f cu b w d 2 )[ u (1 -  u )]
MEd  (fcu u d bw )[d(1- u )]
2 2
MEd 
cu  2
 u (1- u ) ; Moment ultime réduit
fcu bw d 2

1 
u  (1- 1  2cu ) Zc  d(1 -  u )
 2
-Pour fck ≤ 50 MPa (B.O.),  = 0,8 et  =1

u  1,25 (1- 1  2cu ) Z c  d(1 - 0,4 u )

Remarque: En pratique, on peut commencer par supposer que: d=dcalcul= 0,9h


Règles de trois Pivots s  ?

On pose  AB  AB (1-  AB )
2

Calcul autour Pivot A MEd  MAB  αu  αAB  µcu  µ AB

0 B  cu 2 ou  cu 3

béton comprimé y AB   AB d  c2   c3 


2 1 h ou 1 h

 cu2   cu3 
d C
h 1
As
A 3
 ud
0  c 2 ou  c3
Calcul autour du Pivot A (Région 1): MEd  MAB

Calcul autour du Pivot B (Région 2): MAB MEd  MBC 14


Calcul autour de Pivot A
Cas où le diagramme de calcul de l’acier à l’ELU est à palier incliné

MEd  MAB  αu  αAB  µcu  µ AB

Diagramme de calcul du Aciers tendus de Aciers tendus de Aciers tendus


béton comprimé à l’ELU classe A: classe B: de classe C:
ud = 22,5‰ ud = 45‰ ud = 67,5‰

Pour les B.O. ( fck ≤ 50 MPa ) αAB µAB αAB µAB αAB µAB

Parabole – rectangle: 0,1346 0,1019 0,0722 0,0561 0,0493 0,0387


ecu2 =3,5‰
Triangle – rectangle: 0,1346 0,1019 0,0722 0,0561 0,0493 0,0387
ecu3 =3,5‰

15
Calcul autour de Pivot B
Cas où le diagramme de calcul de l’acier à l’ELU est à palier incliné

MEd > MAB  αu > αAB  µcu > µ AB

Remarque: Quand le pivot de calcul est B, la valeur de μcu est bornée à


la valeur μls pour laquelle l’allongement de l’acier tendu es =eyd =fyd/ Es,

μcu > μls es < eyd l’acier tendu travaille dans son

domaine élastique et serait donc mal utilisé à l’ELU.

µ AB < µ cu < µ ls
  cu
 ls   1 (1 -  1 ) avec :  1 
2  cu   yd 16
Valeurs du moment réduit µls
Diagramme de calcul du béton comprimé à l’ELU Aciers tendus S400 Aciers tendus S500
fyk= 400 MPa fyk= 500 MPa

Pour les B.O. ( fck ≤ 50 MPa ) α1 µls α1 µls

Parabole – rectangle: 0,6680 0,3916 0,6169 0.3717


ecu2 =3,5‰
Triangle – rectangle: 0,6680 0,3916 0,6169 0.3717
ecu3 =3,5‰

Remarque: La valeur du moment réduit ultime μcu doit être


alors bornée à la valeur minimale entre μlu et μls . Sinon, il
faudrait ajouter des armatures comprimées ou agrandir la
section du béton en augmentant sa hauteur et/ou sa largeur. 17
Critère d’ajout ou pas d’aciers comprimés: notion de moment réduit ultime
limite mlu

En service (ELS), si la contrainte de compression du béton, ne dépasse pas 0,6 fck,


on n’a pas besoin d’ajouter des aciers longitudinaux comprimés. Dans ce cas, si l’on
adopte en service la section d’acier tendu calculée à l’ELU, et si on limite la
contrainte de compression du béton en service à 0,6 fck, le moment réduit ultime
mcu sera borné à un moment réduit ultime limite noté mlu, de telle sorte que:

- Si mcu  mlu Pas besoin d’aciers comprimés (As’=0)


à la fois à l’ELU et à l’ELS

- Si mcu > mlu Besoin d’aciers comprimés (As’  0)


à la fois à l’ELU et à l’ELS

18
Valeurs du moment réduit ultime limite mlu

• La détermination de mlu ne résulte pas d’un calcul simple, sa valeur dépend de la classe de
résistance du béton, de la nuance de l’acier et de sa classe de ductilité, du rapport entre les
moments agissants ultime et de service (=MEd/Mser) et du rapport entre le module d’Young
de l’Acier et le module effectif de déformation longitudinale du béton (e =Es/Ec,eff).

• Il existe des tables donnant les valeurs précises de mlu , ou bien des formules analytiques
approchées (voir par exemple l’annexe A2 du livre Pratique de l’EC2 )

• On peut se contenter des valeurs de mlu pour les aciers de classe de ductilité
A puisque mlu(A) ≤ mlu(C) ≤ mlu(B) et pour un béton ordinaire de résistance fck ≤ 50 MPa :

lu e   K.lu 15 avec: 


K  A  Be  Ce .104
2

19
Valeurs du moment réduit ultime limite mlu

lu e   K.lu 15 avec: 


K  A  Be  Ce .10
2
 4

Les coefficients A, B et C sont données comme suit en fonction de


type de diagramme de calcul de l’acier à l’ELU:

- Pour un diagramme à palier incliné:

-Pour un diagramme à palier horizontal:


Evaluation du moment réduit ultime limite mlu
- Valeurs de μlu (15)x104pour un diagramme de calcul de l’acier à palier incliné et pour un
acier de nuance S500 et de classe de ductilité A

- Valeurs de μlu (15)x104 pour un diagramme de calcul de l’acier à palier horizontal


et pour un acier de nuance S500

21
Diagramme Contraintes – Déformations de calcul de l’acier à l’ELU
à palier incliné (avec limitation de l’allongement de l’acier)
s

ftk  kf yk
f yk
kf yd Diagramme de
f yk
f yd  calcul
s

Es

 yd  ud s
 uk
 E s  s pour  s   yd

s    
 k  1  s   yd   pour  yd   s   ud
 f yd  1 
    uk   yd 

- Classe de ductilité A: euk = 2,5% et k= (ftk/fyk) = 1,05


- Classe de ductilité B: euk = 5% et k=1,08 22
- Classe de ductilité C: euk = 7,5% et k= 1,35
Calcul autour de Pivot B:
Cas où le diagramme de calcul de l’acier à l’ELU est à palier horizontal
s

f yk
f yk
f yd 
s Diagramme de
calcul

Es

 yd  uk = s

Dans ce cas, l’allongement de l’acier est non limité à l’ELU. Ainsi,


le diagramme de déformation limite de la section passe par le Pivot
B à l’ELU et ss= fyd (puisque pour μcu ≤ μls , on a s  yd) et le calcul de s
est alors inutile.
23
Récapitulatif
Calcul d’une section rectangulaire sans aciers comprimés: cas où le diagramme
de calcul de l’acier à l’ELU est à palier incliné et fck ≤ 50 MPa (B.O.)

M ED NON Agrandir la section du béton ou ajouter


 cu    u lim  min(  lu ;  ls )
b w d 2 f cu des armatures comprimées
OUI

Pivot A OU cu  AB NO


Pivot B
I N

 s   ud
u 1,251 12cu 
1-u
 s  0,0035
Zc  d (1 0,4u ) u
( k  1)( ud   yd )
 s  f yd (1  )
( uk   yd )
(k 1)(s yd)
M ED s  fyd (1 )
A s ,u  (uk yd)
Z c s
24
Récapitulatif
Calcul d’une section rectangulaire sans aciers comprimés : cas où le diagramme
de calcul de l’acier à l’ELU est à palier horizontal et fck ≤ 50 MPa (B.O.)

M ED NON Agrandir la section du béton ou ajouter des


 cu    u lim  min(  lu ;  ls )
b w d 2 f cu armatures comprimées

OU
I Pivot B


u  1,25 1 1 2cu   s   yd

Zc  d(10,4u )  s  f yd
M ED
A s ,u 
Z c s
Exemple 1

1 1-1

54 cm

60 cm
1 35
cm

8m

26
Exemple 1
• Poutre uniformément chargée
– Charges permanentes y compris le poids propre de la
poutre: g=12,5 kN/m
– Charges d’exploitation de valeur caractéristique
qk = 17,2 kN/m
• Béton: C25/30
• Acier HA S500, classe de ductilité A, diagramme à palier
incliné
• Classe structurale S4, Classe d’exposition XC2
• On suppose que e =(Es/Ec,eff)=15
Calculer la section d’acier nécessaire à l’ELU-STR au niveau
de la section médiane de la poutre. 27
Exemple 1
• Mg = gl2/8 =100 kN.m
• Mqk = qkl2/8 =137,6 kN.m
• MEd = Mu,max = 1,35 Mg + 1,5 Mqk = 341,4 kN.m
• Mser = Ms,max = Mg + Mqk = 237,6 kN.m
• fcu = 1* (25)/1,5 = 16,66 MPa
• fyd = 500/1,15 = 434,78 MPa
• eyd = 434,78/200000= 2,17 ‰
• µcu = 0,3414/(0,35*(0,54)² *16,66) = 0,20
• =341,4/237,6 = 1,437 + Béton C25/30 + Acier S500
+ classe de ductilité A+ diagramme de l’acier à palier
incliné + αe=15 => µlu 0,235 > µcu = 0,20 28
Exemple 1
• Acier S500 + Béton C25/30=> µls= 0,3717 > µcu = 0,20
• µcu = 0,20 < µulim = min (0,235; 0,3717)= 0,235
=> Pas besoin d’armatures comprimées (A’s,u=0)
• Diagramme de l’acier à palier incliné + classe de
ductilité A + Béton C25/30 => mAB = 0,1019 < mcu =0,2
=> le Pivot de calcul est B
• u = 1,25*(1-(1-2*0,2)0,5) = 0,282
• es = 3,5‰ (1- 0,282)/ 0,282 = 8,9‰ > eyd = 2,17 ‰
• ss = 434,78*(1+(1,05-1)*(8,9-2,17)/(25-2,17)) =
441,2 MPa (classe de ductilité A => euk = 25 ‰ et k=1,05)
• Zc = 0,54*(1-0,4*0,282)=0,48m
• As,u = 0,3414 / (0,48* 441,2) *104= 16,15 cm2 29
Rappels Durabilité

La durabilité d’une structure en béton armé est assurée principalement par la


protection du ferraillage contre la corrosion. Cette protection dépend de la
compacité, de la qualité et de l’épaisseur de l’enrobage d’une part et de la
limitation de la fissuration du béton d’autre part. La compacité et la qualité
de l’enrobage par la maîtrise de la formulation du béton font l’objet de la
norme EN 206-1.
Ainsi, les critères de conception et de calcul visant à assurer la durabilité
sont la qualité du béton (classe de résistance), l’épaisseur de l’enrobage et la
limitation de l’ouverture des fissures. Ces éléments sont fixés en fonction de
la classe d’exposition de chaque élément en béton et en fonction de la durée
d’utilisation de l’ouvrage en béton.

30
Rappel :CLASSES D’EXPOSITION (selon la norme EN 206.1 et l’EC2)

La nouvelle norme Européenne régissant le béton de structure EN 206.1 définit


SIX CLASSES D’EXPOSITION, en fonction des ACTIONS dues à
l’ENVIRONNEMENT:

31
CLASSES D’EXPOSITION (selon la norme EN 206.1 et l’EC2)

CLASSE D'EXPOSITION Signification


Type d’attaque
environnementale Aucun risque de corrosion
X0
ou d'attaque
Corrosion induite par
XC (XC1, XC2, XC3, XC4)
carbonatation
Corrosion induite par les
chlorures ayant une origine
RISQUE DE CORROSION XD (XD1, XD2, XD3)
autre que marine (exemple:
DES ARMATURES
sel de déverglaçage)
Corrosion induite par les
XS (XS1, XS2, XS3)
chlorures présents dans
l'eau de mer
Attaques au gel/dégel avec
XF (XF1, XF2, XF3, XF4) ou sans agent de
ATTAQUES DU BETON déverglaçage
XA (XA1, XA2, XA3) Attaques chimiques
(exemple: sulfates)
32
Choix de la classe d’exposition en fonction des conditions d’environnement
(selon l’EN206-1 et l’EC2)

33
Choix de la classe d’exposition en fonction des conditions d’environnement
(selon l’EN206-1 et l’EC2)

34
Durabilité et classe de résistance minimale du
béton
Classes indicatives de résistance minimale à la compression du béton pour garantir une
bonne durabilité de l’ouvrage en béton (selon la norme EN 206.1)

35
Durabilité

Enrobage
Les enrobages nominaux (figurant sur les plans et
utilisés pour le calcul) doivent tenir compte de la
tolérance d’exécution, on adopte donc:
cnom = cmin + Dcdev

Dcdev:tolérance d’exécution 10 mm recommandée


cmin = max {cmin,b ; cmin,dur ; 10 mm}
cmin,b enrobage minimal vis à vis des conditions d’adhérence
cmin,dur enrobage minimal vis à vis des conditions d’environnement

36
Enrobage minimal de durabilité cmin,dur en fonction de la
classe structurale

Remarque: La nouvelle notion de « Classe Structurale » définie dans l’EC0 est liée à la durée
d’utilisation du projet ou de l’ouvrage, dite aussi durée de vie de l’ouvrage.
Par exemple, la classe structurale S4 correspond à une durée d’utilisation de 50 ans, c’est la
classe recommandée et généralement utilisée pour les bâtiments et les ouvrages de génie civil37
courants.
Détermination de cmin, dur : choix et modulation de la classe structurale du projet
par rapport à la classe S4

 

 
 

 

38
Enrobage minimal vis-à-vis de l’adhérence cmin,b

Exigences vis-à-vis de l’adhérence

Disposition des armatures Enrobage minimal c min, b (*)

Barre individuelle Diamètre de la barre 

Paquet de barres Diamètre équivalent: n  n 

n: le nombre de barres du paquet

(*): si la dimension nominale du plus gros granulat du béton est supérieur e à 32 mm, il convient de majorer cmin,b de 5 mm.
Principales dispositions
constructives en B.A. selon l’EC2

40
Définitions et Terminologie
Lit supérieur

Un cadre
Armatures
transversales ou Un étrier
Armatures
Armatures d’âme longitudinales
Une épingle

2eme lit Lits


Dans le sens des 1er lit inférieurs
flèches, les
diamètres des
barres ne doivent b=2f
pas augmenter 41
Un paquet de 2 barres juxtaposées
Espacements horizontal et vertical entre les barres longitudinales

L’espacement (horizontal et vertical) des armatures du béton armé


(barres longitudinales) doit permettre une mise en place facile et un
bon compactage du béton afin de garantir une bonne adhérence acier-
béton.
ah : Espacement horizontal entre les barres longitudinales placées sur un même lit

av : Espacement vertical entre les barres longitudinales de deux lits consécutifs et


non juxtaposés
k1.

Selon l’EC2: a h et a v  20mm f
d  k
 g 2 c av
k1 =1 et k2= 5mm ah
dg: diamètre du plus gros granulat du béton
(en général, dg ≤ 25 mm)
c 42
Enrobage minimal vis-à-vis de l’adhérence cmin,b

Exigences vis-à-vis de l’adhérence

Disposition des armatures Enrobage minimal c min, b (*)


Barre individuelle Diamètre de la barre 

Paquet de barres Diamètre équivalent: (  n )


n

n: le nombre de barres du paquet

(*): si la dimension nominale du plus gros granulat du béton est supérieur e à 32 mm, il convient de majorer cmin,b de 5 mm.
Exemple 1 (suite) choix et disposition des armatures
c=3,5 cm
lit supérieur de montage: 3 HA10

c=3,5 cm c=3,5 cm

1 cadre + 1 étrier HA8


60 cm
 Aréelle = 6*2,01+3*1,54=16,68
cm2 > As,u = 16,15 cm2

3ème lit: 3 HA14


av =3 cm ah=10cm ah=10cm 2ème lit: 3 HA16
1er lit: 3 HA16
44
c=3,5 cm
35 cm
Exemple 1
• 1er lit d1 = 60 – 3,5 - 0,8 – 0,8 = 54,9 cm
• 2eme lit d2 = 54,9 – 0,8 - 0,8 = 53,3 cm
• 3eme lit d3 = 53,3 - 0,8 – 3 – 0,7 = 48,8 cm
d réelle  A i, réelle   A i,réelled i, réelle

d réelle 
 A d
i, réelle i, réelle

A i, réelle
6,03 54,9  6,03 53,3  4,62 48,8
dréelle   52,6cm
16,68
dcalcul  54cm  dréelle  52,6cm
Asu, calcul * dcalcul=872 cm2 < Aréelle * dréelle= 878 cm3 OK
45
Exemple 1
Vérification des dispositions constructives
- Enrobage:
c min  max(cmin,b ; c min,dur ;10 mm)
Paquet de 2 barres (n  2)  c min,b  2 . max  2 .16  22,6mm
Classe structurale S4
  c min,dur  25mm
Classe d' exposition XC2
c min  max(22,6mm;25mm;10mm)  25mm
c  c nom  c min  Dcdev  c min  10mm  35mm OK
- Espacements horizontal et vertical:
k1.max  1.16  16mm

a h,min  a v,min  max20mm  30mm
d  k  25  5  30mm
 g 2
a v  a v,min  30mm OK
a h  (350 (2 * 35  4 *8  3*16)) / 2  100mm  a h,min  30mm OK 46
Calcul à l’ELU d’une section rectangulaire avec aciers comprimés

M Ed
Si  cu  2
 u lim  min( lu ; ls )
bw d f cu

cu  u lim  X u  X u lim   u lim d et A's,u  0

A’s,u ec fcu
d’ esc
ulimd
ssc
Xulim=ulimd 0,8ulimd
A.
d MEd
N. MEd
As,u es ss
bw
MEd  Mu1  Mu2  As,u  As,u1  As,u2
Calcul à l’ELU d’une section rectangulaire avec aciers comprimés

MEd  Mu1  Mu2  As,u  As,u1  As,u2

Fsc=A’s,ussc
Fc=0,8ulimdbwfcu
Mu2=MEd-Mu1
= Mu1=Mulim
Zc=d(1-0,4ulim) d-d’
Fs1=As,u1 ss Fs2=As,u2 ss

48

+
On peut supposer que dcalcul  0,9h et d’calcul  0,1 h
 Fc  As,u1σ s  Fsc  A' s,u σ sc  As,u 2 σ s
Equations d' équilibre ultime :  Et 
M u lim  Fc Z c M Ed  M u lim  Fsc(d-d')
2
M ulim   ulim bw d f cu avec : u lim  min( lu ; ls )
 ulim  1,25(1 - 1  2 ulim ) et Zc  d(1- 0,4 ulim );
M ulim M Ed  Mu lim s
A s,u1  As,u2  '
A  Au2
Z c s (d - d' ) s s,u
 sc
• Cas où le diagramme de l’acier à l’ELU est à palier incliné et fck ≤ 50 MPa
1  α u lim
u  u lim  min(lu ; ls )   AB  Pivot de calcul B  s   0 ,0035
α u lim
E
 s sc si   
 u lim d  d ' (k 1)(s yd) 
sc yd

 sc  0,0035  s  fyd (1 ) et sc   f (1 (k 1)(sc yd)


 u lim d (uk yd)  yd si sc   yd
 (uk yd )
• Cas où le diagramme de l’acier à l’ELU est à palier horizontal et fck ≤ 50 MPa
u  u lim  ls   s  f yd Essc si sc   yd

 u lim d  d '  
sc  (k 1)(sc  yd )
Pivot de calcul B =>  sc  0,0035  d   f yd (1 (  ) si sc   yd
u lim  uk yd 49
Exemple 2
• bw = 70cm
• h = 110cm
• d = 99cm
• d’ = 11cm
• Béton: C40/50
• Acier: HA S500, classe de ductilité B, diagramme à palier
incliné
• Classe structurale S4, classe d’exposition XC3
• MEd = 6,35 MN.m
• mulim  0,3
• Dimensionner l’acier longitudinal nécessaire pour
cette section à l’ELU-STR 50
Exemple 2
• fcu = 1*40/1,5 = 26,66MPa
• Moment réduit ultime : mcu = MEd/(bwd2fcu) = 0,347 > mulim =0,3=>
armatures comprimées nécessaires => A’s,u  0
• Mu1 = Mulim = mulim bw d2 fcu = 5,488 MN.m
• Mu2 = Mu – Mu1 = 0,861 MN.m
• ulim = 1,25*(1-(1-2*0,3)0,5) = 0,459 > AB = 0,0722 (acier de
classe de ductilité B et fck=40 MPa < 50 MPa)=> calcul autour du
pivot B => es = 3,5‰ (1-ulim)/ulim = 4,12‰
• Zc=1,01*(1-0,4*0,459)= 0,81m
• es > eyd = 500/(1,15*200000) = 2,17‰ =>
ss = 434,8*(1+(1,08-1)*(4,12-2,17)/(50-2,17)) = 436,2 MPa
(classe de ductilité B => euk = 50 ‰ et k=1,08)
• esc = 3,5‰ (ulimd-d’)/(ulimd) = 2,82‰ > eyd = 2,17‰ =>
51
ssc = 434,8*(1+(1,08-1)*(2,82-2,17)/(50-2,17)) = 435,2MPa
Exemple 2
Mulim 5,488 4 2
As,u1   .10  155,7 cm
Zc s 0,81* 436,2
Mu2 (6,350- 5,488) 4 2
As,u2  '
 .10  22,4 cm
(d - d ) s (0.99- 0,11)436,2

A s, u  A s,u1  A s,u2  178,1cm 2

' s 436,2 2
A  As,u2
s,u  22,4  22,5cm
 sc 435,2
52
Calcul à l’ELU d’une poutre en T en Flexion simple
Terminologie

Table de compression

h0

h
nervure

membrure

b0
b
53
Figure 4.3: Nervure et membrures
Poutre en T exemple: les nervures d’un plancher en corps creux

• Planchers nervurés traditionnels en béton armé (à corps creux): succession des nervures
portant dans un seul sens

1m dalle de répartition

nervure

33 cm
hourdis
33cm
Table de
compression 5cm

Ame
16 cm

54
(ou 19+6cm)
7cm
Poutre en T: Moment de référence M T ,u
-Diagramme de béton: Parabole rectangle ( f ck  50 MPa )

- Diagramme de l’acier: avec écrouissage (palier incliné)

M T ,u Moment équilibré par la table de compression

b  cu 2 f cd
 G 0 d
x  h  d
0 0
N c 0,Rd

d z0

As s N s 0,Rd

b0

Position de l’axe neutre correspondant à M T ,u 55


Hypothèse: la table de la section est comprimée

Si MEd ≤ MTu => Xu  h0/0,8

axe neutre tombe dans la Table

Calcul d’une section rectangulaire (b, h)

Si MEd > MTu => Xu > h0/0,8

axe neutre tombe dans la nervure

Calcul d’une section en T


Calcul d’une section en T: axe neutre tombe dans la nervure
M ED ,u  M T ,u  x  h0

Séparation « fictive »: (membrures – nervure)

b
 cu 2 f cd
Ac ? h0
N c , Rd
x  u d
d A.N.
M ED ,u
As N s , Rd
s

b0

Efforts résistants
Détermination du moment résistant MTu

MTu équilibré par la table de compression: 0,8Xu=h0 => Xu=h0/0,8

b fcu Fc  f cu bh 0
Xu=h0/0, h0
8 A.N. MTu
MTu

Zc = d-h0/2

As,u Fs=As,u ss

b0

h0
M Tu  (f cu bh 0 )[d - ]
2
58
Dimensionnement en section en T: Cas où MEd > MTu

b b0 b-b0
h0 h0 Mu2
X X
u
A.N u Mu1
. = Zc1
+ Zc2 = d-
h0/2
As,u As,u1 As,u2

b0
MEd = Mu1 + Mu2
As,u = As,u1 + As,u2 59
Dimensionnement en section en T
h0
Mu2  fcu (b - b0 )h0  [d - ] M u1  M Ed - M u2
2
M u2 M u1
A s,u2  A s,u1 
h0
(d - ) s Z c1 s
2
Z c1  d (1  0,4 u1 )
M u1
 u1  1,25(1  1  2 cu1 );  cu1 
b0 d 2 f cu
 s  f ( s )
 s ?  Pivot de calcul A ou B (diagramme de l' acier à palier incliné)
et Pivot B (diagramme de l' acier à palier horizontal) 60
Exemple 3

33cm
Données 5cm
• MEd=0,0062 MN.m
17cm
• Béton: C25/30
16cm
• Acier longitudinal: HA S400; As,u
Classe de ductilité A; diagramme
à palier incliné 7cm
• Classe structurale S4; Classe
d’exposition XC1
• mulim  0,27

Calculer As,u
61
Exemple 3
• fcu=1*25/1,5=16,66 MPa
• fyd=400/1,15=347,8 MPa et eyd =347,8/200000= 1,74‰
h0
M Tu  (f cu bh 0 )[d - ]  0,052 MN.m
2
• MEd = 0,0062 MN.m < MTu => Calcul en section
rectangulaire (b=0,33m; d= 0,17m)
• mcu = MEd/(bd2fcu) = 0,039 < mulim= 0,27 => Pas besoin
d’armatures comprimées (A’s,u=0)
• Acier: diagramme à palier incliné + classe de ductilité A
+ Béton C25/30 : mcu = 0,039 < mAB =0,1019 => Pivot de
calcul A => es = eud =22,5‰ =>
ss = 347,8*(1+(1,05-1)*(22,5 - 1,74)/(25 - 1,74)) = 363,3 MPa
• u = 0,05 => Zc = 0,17*(1-0,4*0,05)=0,167m
62
• As,u = MEd / (Zc ss) = 1,02 cm2 => Soit 1HA12 (Aréelle=1,13cm2)
Exemple 3
• Schéma de ferraillage de la nervure en B.A.
Armature de montage: 1HA10

Armatures d’âme : 1 étrier RL 6

Armature tendue : 1HA12


c=3 cm
c min  max(cmin,b ; c min,dur ;10 mm)  max(12mm;15mm;10mm)  15mm
c min,b    12mm
Classe structurale S4
  c min,dur  15mm
Classe d' exposition XC1
c  30mm  c nom  c min  Dcdev  c min  10mm  25mm O.K.
d réelle  ( 21  ( 3  0 , 6  0 , 6 ))  16 , 8 cm  d calcul  17 cm
3 3
mais A réelle * d réelle  19 cm  A s, u - calcul * d calcul  17 , 4 cm  O . K . 63
Exemple 4
1 0,7m
0,21m
1,2m

1,65m 1 0,4m

Coupe 1-1
l=4,8m

• Charges permanentes y compris poids propre de la poutre: g=8 T/m


• Charges d’exploitation: q = 5 T/m
• Charge concentrée en x=1,65m: Permanente: G=120 T et Exploitation: Q=50 T
• Béton: C30/37
• Acier HA: S500, classe de ductilité A, diagramme à palier incliné
• mulim  0,29
• Classe structurale S4; Classe d’exposition XC3;
Calculer As,u à l’ELU-STR au niveau de la section où s’applique la charge concentrée (en x=1,65m)

64
Exemple 4
(G, Q) ( g , q)

1.65m 3.15m
4.8m

(G, Q) ( g , q)

1.65m 3.15m 1.65m

4.8m 4.8m

65
Exemple 4
P p

a b
L
P = p

+
a b x
L L

M(a) =
Pab/L M(x) = pLx/2 –
66
px2/2
Exemple 4
• fcu = 1*30/1,5 = 20 MPa ; fyd = 500/1,15 = 434,8 MPa
• Mg= 8*4,8*1,65/2 – 8*1,652/2= 207,9 kN.m
• MG= 120*1,65*(4,8-1,65)/4,8 = 1299,3 kN.m
• Mq= 5*4,8*1,65/2 – 5*1,652/2=129,9 kN.m
• MQ= 50*1,65*(4,8-1,65)/4,8 = 541,4 kN.m
• MEd =Mu,max= 1,35*(207,9 + 1299,3) +1,5*(129,9 + 541,4)
= 3041,8 kN.m = 3,048MN.m
• MTu = 20*0,7*0,21*(0,9*1,2-0,21/2)= 2,866 MN.m <
MEd =3,042 MN.m => Calcul en section en T
• MEd= Mu1+ Mu2
• Mu2= 20*(0,7-0,4)*0,21*(0,9*1,2-0,21/2)= 1,229
MN.m => Mu1=3,042 – 1,229= 1,813MN.m 67
Exemple 4
• Moment réduit: mcu1 = 1,813/(0,4*(1,08)² * 20) = 0,194 < mulim =0,29
=> Pas besoin d’armatures comprimées A’su=0
• u1 = 1,25*(1-(1-2*0,194)0,5) = 0,273
• Acier: diagramme à palier incliné + classe de ductilité A
+ Béton C30/37 : mcu1 = 0,194 > mAB =0,1019 => Pivot de calcul B =>
ec = ecui =3,5‰ => es = 3,5‰ (1-0,273)/0,273
= 9,34‰ > eyd = 500/(1,15*200000) = 2,17‰ =>
ss = 434,8*(1+(1,05-1)*(9,34 - 2,17)/(25 -2,17)) = 441,6 MPa
• Zu1 = 1,08* (1-0,4* 0,273) = 0,962m
• As,u1 = 1,813*104/ (0,962*441,6) = 42,67cm2
• As,u2 = 1,229*104 / (( 1,08-0,21/2)*441,6) = 28,53 cm2
• As,u = 42,67 + 28,53 =71,20 cm2

68
Exemple 4

Aciers constructifs
Aciers de peau
Ferraillage
transversal:
1 cadre + 2 étriers
4ème lit: HA12
ème
34HA20 lit:
ème
2 lit:
4HA25
1er lit:
4HA25
4HA25
Aréelle=12*4,91+4*3,14=71,48cm2 > As,u-calcul= 71,20 cm²
69
Exemple 4
• 1er lit d1 = 120 – 5 – 1,2 – 1,25 = 112,55 cm
• 2ème lit d2 = 112,55 – 2,5 = 110,05 cm
• 3ème lit d3 = 110,05 – 1,25 – 3 – 1,25 = 104,55cm
• 4ème lit d3 = 104,55 – 1,25 – 1 = 102,3 cm
4 * 4,91* (112,55 110,05 104,55)  4 * 3,14*102,3
dréelle   107,86cm
71,48
dcalcul  0,9 *120  108 cm  d réelle  107,86 cm

Mais Asu, calcul * dcalcul=7690,3 cm2 < Aréelle * dréelle= 7710,1 cm3
OK
70
Exemple 4
Vérification des dispositions constructives
- Enrobage
c min  max(cmin,b ; c min,dur ;10 mm)
Paquet de 2 barres (n  2)  c min,b  2 . max  2 .25  35,35mm
Classe structurale S4
  c min,dur  25mm
Classe d' exposition XC3
c min  max(35,35mm;25mm;10mm)  35,35mm
c  c nom  c min  Dcdev  c min  10mm  45,35mm
Soit c  50mm
- Espacements horizontal et vertical des aciers longitudinaux
k1.max  1.25  25mm

a h,min  a v,min  max20mm  30mm
d  k  25  5  30mm
 g 2
a v  a v,min  30mm OK
a h  (400 (2 *50  6 *12  4 * 25)) / 3  42,66mm  a h,min  30mm OK 71
Flexion -Justifications aux ELS

EN 1992-1-1 Section 7
• Limitation des contraintes
• Maîtrise de la fissuration
• Limitation des flèches

72
Flexion -Justifications aux ELS

EN 1992-1-1 Section 7-2


Limitations des contraintes
Compression du béton :
0,60 fck sous les combinaisons caractéristiques (pour les classes XD, XF,
XS). Au-delà, peuvent se produire des fissures longitudinales affectant
la durabilité.
Traction des aciers :
ss  0,8 fyk

73
États Limites de Service
Contraintes normales limites
On désigne par:
s : Contrainte limite dans l’acier (traction ou compression)
 c : Contrainte limite de compression dans le béton
• Sous une combinaison caractéristique des charges
Classe
d’exposition
s c
XD, XF, XS k3 f yk  0,8 f yk k1 f ck  0,6 f ck
Autre k3 f yk  0,8 f yk f ck

• Sous une combinaison quasi-permanente des charges


- Pour garantir une déformation de fluage linéaire:  c  k2 f ck  0,45 f ck

74
Hypothèses de calcul vis-à-vis de la flexion aux ELS

• Le diagramme de déformation de la section en béton


est linéaire (hypothèse de Navier-Bernoulli).
• Adhérence parfaite entre l’acier et le béton adjacent
• Le Béton et l’acier se comportent de manière
élastique linéaire, avec e = Es/Ec,eff
Ec,eff: module différé de déformation longitudinale du béton prenant en compte
la déformation de fluage du béton
Remarque: à défaut d’un calcul précis de e, on peut supposer que e = 15
pour les bétons courants ou ordinaires.
• Le béton tendu n’est pas fissuré si le moment agissant
de service MED,ELS n’excède pas le moment critique de
fissuration Mcr . 75
Définition et calcul du moment critique de fissuration Mcr
M cr est le moment conduisant à l’apparition de la première
fissure dans le béton tendu. IL définit la limite entre la
section Non fissurée et la section fissurée:

M Ed ,ELS  M cr : Section Non fissurée , toute la section participe à


la résistance en service

M Ed ,ELS  M cr : Section fissurée: seul le béton comprimé participe à


la résistance en service
Calcul du moment critique de fissuration Mcr

M Ed, ELS  M cr  σ t  f ct,eff ;

 f ctm : fissuration après 28 jours


f ct ,eff  
 f ctm (t ) : fissuration avant 28 jours

y
c c
Ac d’  sc  sc
x e
A.N. z
h G
d
dG
As s
s
e
77
b σ t  f ct,eff
Calcul du moment critique de fissuration Mcr

- Caractéristiques géométriques de la section non fissurée : la section complète

(béton et aciers) participent à la résistance

• Aire de la section complète homogénéisée: A  bh   e As   e Ac

• Distance verticale entre le centre de gravité G de la section homogénéisée et la


fibre la plus tendue:

h2
b e Ac (h  d' ) e As (h  d)
dG  2 x  h-dG
A
78
Calcul du moment critique de fissuration Mcr

• Moment d’inertie de la section non fissurée % à l’axe Gz (axe neutre)

bh3 h
II   bh(  x) 2   e As (d  x) 2   e Ac ( x  d ') 2
12 2

M  M cr  σ t  f ct,eff ;

M II
 t  dG  M cr  f ct ,eff
II dG
79
Vérification des contraintes normales: Section non
fissurée (M Ed , ELS  M cr )
•Calcul des contraintes normales:
M Ed, ELS
- Fibre du béton la plus comprimée:  c  x
II
M Ed, ELS
- Armatures tendues:  s   e (d  x)
II
M Ed, ELS
- Armatures comprimées:  sc   e (x  d ')
II

•Vérification des contraintes:

 c   c et  s   s
80
Vérification des contraintes normales: Section fissurée
•Aire de la section complète homogénéisée (béton comprimé (b,x), A , A ):
s c
A  b.x   e . As   e . Ac
Position du centre de gravité G de la section fissurée et homogénéisée:

Moment statique de la section fissurée et homogénéisée % axe (Gz)=0

x2
b   e ( As  Ac ) x   e ( As d  Ac d ' )  0
2
Ax2  Bx  C  0 avec A  b/2; B   e ( As  Ac ) et C  - e ( As d  Ac d ' )
 B  B 2  4 AC
 x 
2A

-Moment d’inertie de la section fissurée et homogénéisée % à l’axe Gz


3 2 2
I II  bx / 3  e As (d-x)  e Ac ( x  d ' ) 81
Vérification des contraintes normales: Section fissurée
(M Ed, ELS  M cr )

•Calcul des contraintes normales:


M Ed , ELS
- Fibre du béton la plus comprimée: c  x
I II
M Ed , ELS
- Armatures tendues:  s   e (d  x)
I II
M Ed , ELS
- Armatures comprimées:  sc   e ( x  d ')
I II

•Vérification des contraintes:

 c   c et  s   s
82
Exemple 5
(suite de l’exemple 1)
1 1-1

54 cm

60 cm
1 35
cm

8m
• Poutre uniformément chargée: g=12,5 kN/m et qk = 17,2 kN/m; 2=0,6
• Béton: C25/30; Acier HA S500
• Classe structurale S4, Classe d’exposition XD2
• On suppose que e =(Es/Ec,eff)=15
Vérifier les contraintes normales à l’ELS au niveau de la section médiane de la
poutre, avec la section d’acier longitudinal dimensionnée et adoptée à l’ELU-STR
83
Exemple 4
c=3,5 cm
lit supérieur de montage: 3 HA10
 A’réelle =Ac = 2,37 cm2
d’=d’réelle= 4,8 cm
c=3,5 cm c=3,5 cm

1 cadre + 1 étrier HA8


60 cm

3ème lit: 3 HA14


av =3 cm ah=10cm ah=10cm 2ème lit: 3 HA16
1er lit: 3 HA16
 As = Aréelle = 16,68 cm2 84
c=3,5 cm
35 cm d=dréelle= 52,6 cm
Exemple 5
• Mg (x=l/2)= gl2/8 =100 kN.m
• Mqk (x=l/2)= qkl2/8 =137,6 kN.m
• MEd,ELS (x=l/2)= Ms-carac,max = Mg + Mqk = 0,237 MN.m
• MEd,ELS (x=l/2)= Ms-qp,max = Mg + 0,6 Mqk = 0,183 MN.m
• Calcul du moment critique Mcr (x=l/2):
• A= 35*60+15*(16,68+2,37)=2385,75
2
cm²
60
35* 15* (2,37* (60  4,8) 16,68* (60  52,6))
 dG  2  28cm
2385,75
• x= 60-28= 32 cm
• II= 770876 cm4
2/3
 fctm  0,3 f ck  0,3* 252 / 3  2,56MPa

 M cr  2,56* 0,007787/ 0,28  0,07MN.m  M Ed , ELS


=> Le béton tendu est fissuré sous Ms-carac,max et Ms-qp,max => calcul des 85
contraintes normales en service (ELS) en section fissurée
Exemple 5
• Position x de l’axe neutre de la section fissurée et
homogénéisée => résolution de l’équation : Ax² + Bx+C=0
A=(35/2)=17,5cm; B= 15*(16,68+2,37)=285,75 cm² ;
C= -15*(16,68*52,6+2,37*4,8)= -13331,1 cm3
= B² - 4*A*C=1014834 cm4 => x= 20,6 cm
III= 367067 cm4
• Vérification des contraintes normales en section fissurée
(Classe d’exposition XC2):
0,237
  ccarac 0,2  13,3MPa   c  fck  25MPa  O.K.
0,00367
0,183
  cqp  0,2  10,3MPa   c  0,45 fck  11,25MPa  O.K.
0,00367
0,237
  scarac 15 (0,526 0,2)  309,7MPa  s  0,8 f yk  400MPa  O.K.
0,00367
0,237
  sccarac 15 (0,2  0,048)  153,2MPa  s  0,8 f yk  400MPa  O.K.
0,00367 86
Vérification des contraintes normales à l’ELS:
Section en T
b
y

d’ Ac
h0 x

G z
d h
dG
As

b0

87
Section en T: calcul du moment critique de fissuration Mcr
- Caractéristiques géométriques de la section Non fissurée :

• Aire de la section complète homogénéisée: A  (b  b0 )h0  b0h e ( Ac  As )


• Distance verticale x entre le centre de gravité G de la section homogénéisée et
la fibre la plus comprimée :
Moment statique de la section homogénéisée non fissurée %
l’axe
h (b(Gz)=0:
 b )(x  h / 2)  b h(h / 2  x)   A ( x  d ' )   A (d  x)  0
0 0 0 0 e c e s
2
h0 h2
(b  b0 )  b0 e ( Acd'Asd)
x 2 2 dG  h  x
A
•Moment d’inertie de la section non fissurée % à l’axe Gz (axe neutre A.N.):
3
h0 h0 2 h3 h
I I  (b  b0 )  (b  b0 )h0 (x  )  b0  b0h(  x)2 e Ac (x  d' )2 e As (d  x)2
12 2 12 2
M II
M  M cr  σ t  f ct,eff ;  t  dG  M cr  f ct ,eff
II dG 88
Vérification des contraintes normales : Section en T non
fissurée (M Ed , ELS  M cr )
• Calcul des contraintes normales:
M Ed, ELS
- Fibre du béton la plus comprimée:  c  x
II
M Ed, ELS
- Armatures tendues:  s   e (d  x)
II
M Ed, ELS
- Armatures comprimées:  sc   e (x  d ')
II

• Vérification des contraintes normales:

 c   c et  s   s (et σ sc  σ s )
89
Vérification des contraintes normales: Section en T
fissurée (MEd,ELS  Mcr )

• Calcul de MTser tel que: x= h0 et  s   s :


h0
d
s 3 bh2
MTser  0 (e =Es/Ec,eff )
2e d  h 0
• Si Mser ≤ MTser => l’axe neutre appartient à la table de
compression: x h0
=> calcul des contraintes normales en section
rectangulaire (b,d)
• Si Mser > MTser => l’axe neutre appartient à l’âme: x >
h0 => calcul des contraintes normales en section en T
90
Vérification des contraintes normales à l’ELS:
calcul en section en T fissurée (MEd,ELS  Mcr et MEd,ELS  MTser )
• Position x de l’axe neutre:
Moment statique de la section homogénéisée et fissurée % l’axe
x2
(Gz)=0: h02
b0  x [(b - b0 )h0  e ( As  Ac )] - [(b - b0 )  e ( As d  Ac d ' )]  0
2 2
2
 h0 
Ax  Bx  C  0 avec A  b0 /2; B  (b  b0 )h0   e ( As  Ac ) et C  -(b - b0 )
2
  e ( As d  Ac d ' )
 2 
 B  B 2  4 AC
 x 
2A
• Moment d’inertie de la section homogénéisée et fissurée %
à l’axe Gz :
x3 ( x  h0 )3
I II  b  (b  b0 )   e As (d  x) 2   e Ac ( x  d ' ) 2
3 3
91
Vérification des contraintes normales : calcul en Section
en T fissurée (MEd,ELS  Mcr et MEd,ELS  MTser )
•Calcul des contraintes normales:
M Ed, ELS
- Fibre du béton la plus comprimée:  c  x
I II
M Ed, ELS
- Armatures tendues:  s   e (d  x)
I II
M Ed, ELS
- Armatures comprimées:  sc   e (x  d ')
I II

•Vérification des contraintes normales:

 c   c et  s   s (et σ sc  σ s )
92
Exemple 6 (suite de l’exemple 4)
1
0,7
m 0,21
1,2
m
1,65 m
1 0,4
m
m
4,8 Coupe 1-1
m
• Charges permanentes y compris poids propre de la poutre: g=8 T/m
• Charges d’exploitation: q = 5 T/m; ; 2=0,65
• Charge concentrée en x=1,65m: Permanente: G=120 T et
Exploitation: Q=50 T ; 2=0,65
• Béton: C30/37
• Acier HA: S500,
On suppose que classe de ductilité A
e =(Es/Ec,eff)=15
• Vérifier
Classe les
structurale S4; normales
contraintes Classe d’exposition
à l’ELS au XC3;
niveau de la section 93
(x=1,65m) de la
Exemple 6
lit supérieur: 4HA12

Ferraillage
transversal:
1 cadre + 2 étriers
HA12

4ème
ème
lit:
34HA20
ème
lit:
2 lit:
4HA25
1er lit:
4HA25
2
4HA25
As=71,48cm et d= 107,8 cm
94
Ac =4,52cm2 et d’= 6,8 cm
Exemple 6
• Mg (x=1,65m) =207,9 kN.m (voir exemple 4)
• MG (x=1,65m) = 1299,3 kN.m (voir exemple 4)
• Mq (x=1,65m) = 129,9 kN.m (voir exemple 4)
• MQ (x=1,65m) = 541,4 kN.m (voir exemple 4)
• MEd,ELS-carac (x=1,65m) = 207,9 + 1299,3 +129,9 + 541,4 =
2179 kN.m = 2,179MN.m
• MEd,ELS-qp (x=1,65m) = 207,9 + 1299,3 +0,65*(129,9 +
541,4) = 1944 kN.m = 1,944MN.m
• Calcul du moment critique Mcr (x=1,65m):
• A= (70-40)*21+40*120+15*(71,48+5,42)= 6570cm²
• x = 62,5 cm => dG= 120-62,5=57,5cm
• II =9927272 cm4 =0,09927m4 95
Exemple 6
2/3
 fctm  0,3 f ck  0,3* 302 / 3  2,9MPa
 M cr  2,9 * 0,09927/ 0,575  0,500MN.m  M Ed, ELS
=> Le béton tendu est fissuré sous MEd, ELS-carac et MEd,ELS-qp,=> calcul des
contraintes normales en service (ELS) en section fissurée
• Calcul de MTser
  s  0,8 f yk  0,8 *500  400MPa
• MTser = 0,478 MN.m < MEd, ELS ( MEd, ELS-carac et MEd, ELS-qp ) ,=>
l’axe neutre (A.N.) de la section appartient à l’âme => calcul des
contraintes normales en service (ELS) en section en T fissurée
• Position x de l’axe neutre de la section en T fissurée et homogénéisée
=> résolution de l’équation : Ax² + Bx+C=0
A=20cm; B= 1770 cm² ; C= -122659,2cm3
= B² - 4*A*C=12945636 cm4 => x= 45,7 cm > h0=21 cm (l’A.N.
appartient à l’âme)
96
• III= 63133772,7 cm4 =0,0631337 m4
Exemple 6
• Vérification des contraintes normales (Classe d’exposition XC3):
2,179
  ccarac  0,457  15,8MPa   c  fck  30MPa  O.K.
0,063138
1,944
  cqp  0,457  14,1MPa   c  0,45 fck  13,5MPa
0,063138
=> La contrainte limite de compression du béton est dépassée en
service sous MEd,ELS-qp => on peut augmenter fck à 32 MPa pour
vérifier cette condition.
2,179
  scarac 15 (1,078 0,457)  321,4MPa  s  0,8 f yk  400MPa  O.K.
0,063138
2,179
  sccarac 15 (0,457 0,068)  201,3MPa   s  0,8 f yk  400MPa  O.K.
0,063138

97
ELS de maîtrise de la fissuration du béton
• Considérations générales
- La fissuration doit être maîtrisée ou contrôlée de telle sorte qu’elle ne porte
pas préjudice au bon fonctionnement et à la durabilité de la structure en
béton armé ou encore qu’elle ne rende pas son aspect inacceptable (nuit à
son esthétique).
- La fissuration est normale dans les structures en béton armé soumises à
des sollicitations de flexion, d’effort tranchant, de torsion ou de traction,
résultant soit d’un chargement direct soit de déformations gênées ou
imposées.
- Les fissures peuvent également avoir d’autres causes telles que le retrait
plastique gêné ou des réactions chimiques expansives internes au béton
durci, comme la réaction sulfatique interne (RSI). L’ouverture de telles
fissures peut atteindre des valeurs inacceptables mais leur prévention et leur
98
maîtrise n’entrent pas dans le cadre de cette section.
Ouverture limite des fissures en service : wmax
-Les fissures peuvent être admises sans que l’on cherche à limiter
leur ouverture sous réserve qu’elles ne soient pas préjudiciables au
bon fonctionnement et à la durabilité de la structure en béton armé.
wmax
- Il convient de définir une valeur limite de l’ouverture calculée des
wmax
fissures , notée ( ) en tenant compte de la nature et du
fonctionnement envisagés de la structure
wmax ainsi que du coût de la
limitation de la fissuration. La valeur de à adopter dans un
pays donné peut être fournie par son Annexe Nationale.
- Les valeurs recommandées par l’EC2 pour , pour les
ouvrages courants en béton armé et pour les différentes classes
documents particuliers du marché

d’exposition sont données dans le tableau suivant: 99


• Section minimale d’armatures tendues (nécessaire pour la
maîtrise de la fissuration du béton)
- Si la maîtrise de la fissuration est requise, une section minimale d’armatures
adhérentes tendues est nécessaire pour maîtriser la fissuration dans les zones
où l’on prévoit l’existence des contraintes de traction. Cette section peut être
estimée à partir de l’équilibre entre l’effort de traction dans le béton juste
avant la fissuration et l’effort de traction dans les armatures tendues à leur
limite d’élasticité ou le cas échéant à une contrainte inférieure pour limiter
davantage l’ouverture des fissures.
- Dans le cas des sections profilées telles que les poutres en T et les poutres en
caisson, il convient de déterminer séparément le ferraillage minimal pour

chaque partie de la section (membrures et âmes).

100
Section minimale d’armatures tendues
k c k f ct , eff Act
A s, min 
avec: s
As ,min : la section minimale d’armatures tendues à placer dans la zone tendue de la
section en béton, et qui est nécessaire pour la maîtrise de la fissuration du béton.
Act : l’aire de la zone tendue de la section en béton. La zone de béton tendue est
la partie de la section dont le calcul montre qu’elle est tendue juste avant
la formation de la première fissure.
s : la contrainte maximale de traction (comptée positivement) admise dans
l’armature immédiatement après la formation de la première fissure. Elle
peut être prise égale à la limite d’élasticité, f yk , de l’acier. Une valeur
inférieure peut toutefois être adoptée afin de satisfaire les limites
d’ouverture de fissures en fonction du diamètre maximal ou de
l’espacement maximal des barres, comme expliqué ci-après. 101
Section minimale d’armatures tendues
f ct ,eff : la valeur moyenne de la résistance à la traction du béton au moment
où la première fissure est supposée apparaître:
f ct ,eff  f ctm , toutefois on peut adopter une valeur inférieure, f ctm (t ) ,
si l’on prévoit que la fissuration se produit avant 28 jours.
k : un coefficient qui tient compte de l’effet des contraintes non
uniformes auto-équilibrées conduisant à une réduction des efforts de
traction dus aux déformations gênées:
k = 1 pour les âmes de hauteur h  300 mm ou les membrures de
largeur b  300 mm
k = 0,65 pour les âmes de hauteur h  800 mm ou les membrures de
largeur b  800 mm.
- Des valeurs intermédiaires peuvent être obtenues par interpolation.
102
Section minimale d’armatures tendues
kc : Un coefficient qui tient compte de la répartition des contraintes dans
la section immédiatement avant la fissuration ainsi que la
modification du bras de levier.
- En traction simple : kc  1
- En flexion simple et composée:
- sections rectangulaires et âmes des caissons et des sections en T:
 
 c 
kc  0, 4 1  1
h
 k1 ( * ) f ct ,eff 
 h 
- membrures des caissons et des sections en T:
Fcr
kc  0,9  0,5
Act f ct ,eff
Fcr : La valeur absolue de l’effort de traction dans la membrure
103

juste avant la fissuration de son béton, sous l’action du


Section minimale d’armatures tendues
En flexion composée:
N ED : Effort normal agissant à l’état limite de service dans la section
considérée (positif en compression et négatif en traction). Il convient de
déterminer N ED sous la combinaison d’actions appropriée.
c : Contrainte moyenne dans le béton de l’âme due à l’effort normal
NEd
agissant N ED : c 
bwh
h*  h pour h  1,00 m
h* 1,00 m pour h 1,00 m
k1 : un coefficient qui prend en compte l’effet de l’effort

k1 =normal sur la répartition des contraintes normales dans


1,5 N si E D est un effort de
l’âme
2 h * de la section:
compression.
k1  si N E D est un effort de traction.
3h 104
• Maîtrise
de la fissuration du béton sans calcul direct
(Méthode Forfaitaire)
Selon l’EC2, on peut se passer d’un calcul direct des ouvertures des fissures du béton
tendu en service, sous réserve de respecter les dispositions constructives suivantes:
- Exemple: pour les dalles de bâtiments d’épaisseur inférieure ou égale à 20 cm,
sollicitées en flexion simple ou en flexion composée avec un effort normal de
traction non significatif, aucune mesure spéciale n’est à prendre pour la maîtrise de
la fissuration, autre que le respect des dispositions constructives suivantes.
- La limitation de l’ouverture des fissures à une valeur acceptable est réputée
obtenue si les dispositions constructives suivantes sont respectées:
1er cas: pour une fissuration du béton due principalement aux déformations gênées
(exemple: déformation thermique gênée), les diamètres des barres longitudinales
tendues ne doivent pas dépasser les diamètres maximaux indiqués dans le tableau 1
suivant.

105
• Maîtrise de la fissuration du béton sans calcul direct
(Méthode Forfaitaire)
2ème cas: pour une fissuration du béton due principalement aux charges
appliquées:
- soit les diamètres maximaux des barres longitudinales tendues sont
respectés (Tableau 1)
- soit les espacements horizontaux maximaux (Tableau 2) entre les
barres longitudinales tendues sont respectés.
Remarque 1: Dans le cas de fissuration due aux charges appliquées, la
maîtrise de la fissuration sans calcul direct est assuré si au moins l’une des
deux conditions ci-dessus est vérifiée (diamètre maximal et/ou espacement
horizontal maximal des barres tendues non dépassé).
Remarque 2: L’emploi des tableaux 1 et 2 est conditionné par la présence
d’au moins la section minimale d’aciers tendus nécessaire pour la maîtrise
106
de la fissuration du béton (As  As,min ).
• Maîtrise de la fissuration du béton sans calcul direct
(Méthode Forfaitaire)
*
Tableau 1: Diamètre maximal s des barres longitudinales tendues à ne pas
dépasser pour maîtriser la fissuration sans calcul direct de l’ouverture des fissures
Contrainte de l’acier Diamètre maximal des barres (mm)
 s (MPa) wk = 0,40 mm wk = 0,30 mm wk = 0,20 mm
160 40 32 25
200 32 25 16
240 20 16 12
280 16 12 8
320 12 10 6
360 10 8 5
400 8 6 4
450 6 5 -

Remarque:s est la contrainte de traction de l’acier après fissuration


du béton, évaluéewkgénéralement sous la combinaison d’actions 107
caractéristique, combinaison est la plus sévère
• Maîtrise de la fissuration du béton sans calcul direct
(Méthode Forfaitaire)
Diamètre maximal corrigé des barres longitudinales tendues: Φs
• Les valeurs du tableau 1 sont basées sur les hypothèses suivantes:
f ct ,eff hcr d1 kc
= 2,9 MPa, = 0,5, * = 0,9 h et = 0,4
• Le diamètre maximal des barres  s du tableau 1 est ensuite corrigé par les
formules suivantes:
- en flexion simple ou composée (avec une partie de la section qui est au moins
comprimée) : *
f ct ,eff
kc . hcr
s  s
2,9 2( h  d1 )
f
* ct ,eff hcr
- en traction simple:   
s s
2,9 8(h  d1 )
Avec h est la hauteur totale de la section,
hcr
-d est la hauteur de la zone tendue juste avant fissuration du
1
108
béton.
• Maîtrise de la fissuration du béton sans calcul direct
(Méthode Forfaitaire)
Tableau 2: Espacement horizontal maximal amax des barres
longitudinales tenduesEspacement
à ne pas horizontal
dépassermaximal
pour maîtriser la
Contrainte de l’acier des barres a (mm)
max
 s (MPa)sans calcul direct de l’ouverture des fissures
fissuration w = 0,40 mm w = 0,30 mm w
k k k = 0,20 mm

160 300 300 200

200 300 250 150

240 250 200 100

280 200 150 50

320 150 100 -

360 100 50 -

Remarque : Pour des valeurs des contraintes de traction dans


s*
l’acier situées entre deux valeurs des tableaux 1 et 2, les valeurs
109
de
• Maîtrise de la fissuration du béton sans calcul direct
(Méthode Forfaitaire)
L ,réel  aréel

t ,réel
cnom

t ,réel t ,réel
aréel aréel
cnom  L ,réel L ,réel cnom
L , réel
b
  L , réel   s

 et / ou avec A s , réel  A s , min
a
 réel  a max
110
Exemple 7
(suite des exemples 1 et 5)
1 1-1

54 cm

60 cm
1 35
cm

8m
• Poutre uniformément chargée: g=12,5 kN/m et qk = 17,2 kN/m; 2=0,6
• Béton: C25/30; Acier HA S500
• Classe structurale S4, Classe d’exposition XC2
• On suppose que e =(Es/Ec,eff)=15
Vérifier l’ELS de maîtrise de fissuration du béton tendu au niveau de la section
médiane de la poutre (sans calcul direct de l’ouverture des fissures)
111
Exemple 7
c=3,5 cm
lit supérieur de montage: 3 HA10
 A’réelle =Ac = 2,37 cm2
d’=d’réelle= 4,8 cm
c=3,5 cm c=3,5 cm

1 cadre + 1 étrier HA8


60 cm

3ème lit: 3 HA14


av =3 cm ah=10cm ah=10cm 2ème lit: 3 HA16
1er lit: 3 HA16
 As = Aréelle = 16,68 cm2 112
c=3,5 cm
35 cm d=dréelle= 52,6 cm
Exemple 7
- D’après l’exemple 5, Le béton tendu est fissuré en service (sous
MEd, ELS-carac et MEd,ELS-qp, ) => il faut limiter l’ouverture des fissures
du béton tendu en service.
- La classe d’exposition est XC2, en service et sous combinaison
quasi-permanente => selon l’EC2: wk,lim= 0,3mm

A s , réel  A s , min
k c k f ct , eff Act
A s, min 
s
A c, t  b * d G  0 ,35 * 0 , 28  0 , 098 m 2 (dG=0,28m d’après l’exemple 5)
- kc =0,4 (flexion simple + section rectangulaire)

 s  f yk  500 MPa
2/3
fct ,eff  fctm  0,3 f ck  0,3* 252 / 3  2,56MPa
As,min  1,59cm2  As,réelle  16,68cm2 O.K. 113
Exemple 7
- Vérification du diamètre maximal des barres longitudinales
 s   s  carac  309 , 7 MPa (voir exemple 5)
tendues
wk ,lim  0 ,3mm  * s  12 mm pour  s  280 MPa
- En service, sous MEd, ELS-carac , 10 mm pour  s  320 MPa
-A partir du tableau 1, pour :
 s  309 , 7 MPa et pour w k  0 ,3 mm :
* (12  10 )
Φ s  12  * ( 309 , 7  280 )  10 , 51 mm
( 320  280 )

- diamètre maximal corrigé des barres longitudinales


 tendues:
f ct,eff k c h cr s
*
Φs  Φ s  10 , 21 mm
2 ,9 2 (h  d 1 )
hcr  dG  0,28m; kc  0,4; fct,eff  2,56MPa et d1  (60  3,5  0,8  0,8)  54,9cm
 L,réelmin  14mm  s  10,21mm
 La première condition portant sur la limitation du diamètre maximal des barres longitudinales tendues n’est pas
vérifiée, donc on passe à la vérification de la deuxième condition portant sur la limitation de l’espacement horizontal
des barres tendues. 114
Exemple 7
- Vérification de l’espacement horizontal maximal des barres
tendues 150 mm pour  s  280 MPa
wk ,lim  0,3mm a max 
100 mm pour  s  320 MPa

A partir du tableau 2, pour :


 s  309 , 7 MPa et pour w k  0 ,3 mm :
(150  100 )
a max  150  * ( 309 , 7  280 )  112 ,9 mm
( 320  280 )
ah,réel  100mm  amax  112,9mm (voir exemple5)

 La deuxième condition portant sur la limitation de l’espacement horizontal des


barres longitudinales tendues est vérifiée.
 L’ELS d’ouverture des fissures est vérifié sans calcul direct d’ouverture des
fissures.

115
Calcul direct de l’ouverture des fissures
Expression de l’ouverture des fissures: wk
wk  sr ,max ( sm   cm )

Où:
- sr ,max est l’espacement horizontal maximal des fissures
-  sm est la déformation moyenne de l’armature tendue sous la
combinaison de charges considérée, incluant l’effet des déformations
imposées et en tenant compte de la participation du béton tendu.
-  cm est la déformation moyenne du béton entre les fissures

Remarque: La maîtrise de la fissuration en service se réalise sous la


combinaison caractéristique, car elle conduit aux sollicitations les plus
sévères.
116
( sm   cm ) peut être calculée au moyen de l’expression suivante:
 s  kt f ct ,eff (1   e  p,eff ) s
 sm   cm   0,6
Es Es
Où :  s est la contrainte des armatures tendues calculée en section fissurée
sous combinaison caractéristique
Es
e 
Ec ,eff
As
 p ,eff 
Ac ,eff
- Ac,eff est l’aire de la section effective de béton autour des armatures tendues,
c’est-à-dire l’aire de la section du béton autour des armatures de traction, de
hx h
hauteur hc,eff hc , eff  min( 2 ,5 ( h  d réel ); ; )
- kt est un facteur dépendant de la durée
3 2
d’application du chargement
- kt = 0,6 dans le cas d’un chargement de courte durée
- kt = 0,4 dans le cas d’un chargement de longue durée 117
Sections effectives du béton autour des armatures tendues
- Sections partiellement tendues
 0
x
 0
h d réel
x
hc ,ef h d réel
hc ,ef
b  0  0
(a ) Poutre (b) dalle
- Sections entièrement tendues
 0
hc ,ef
h d réel d
réel
hc ,ef  0
118
Calcul direct de l’ouverture des fissures

Calcul de l’espacement horizontal maximal entre les fissures sr ,max


Suivant la distance horizontale entre deux armatures longitudinales aréel  L ,réel ,
deux cas sont à considérer:
L
- 1er cas: Si aréel  L ,réel  5(c  ) :
2
L
sr ,max  k3c  k1k 2 k 4
 p ,eff
L  L ,réel est le diamètre (en mm) des barres tendues. Lorsque plusieurs
diamètres des barres sont utilisés dans une même section, il convient de retenir un
diamètre équivalent eq. Dans le cas d’une section comportant ni barres de
2
diamètre i , il convient d’adopter :  ni .i
eq 
 ni .i
119
c est l’enrobage (en mm) des armatures longitudinales tendues,
k1 est un coefficient qui tient compte des propriétés d’adhérence des
armatures adhérentes:
k1 = 0,8 pour les barres à haute adhérence
k1 = 1,6 pour les armatures ayant une surface effectivement lisse
k2 est un coefficient qui tient compte de la distribution des déformations
dans la section:
k2 = 0,5 en flexion simple ou composée
k2 = 1,0 en traction pure (ou simple)
Remarque: dans le cas d’une traction excentrée, il convient d’utiliser des
valeurs intermédiaires de k2 que l’on peut déterminer de la manière suivante:
k2  1 ( 1   2 ) / 2 où  1 est le plus grand et  2 est le plus petit
allongement relatif en fibres extrêmes de la section du béton fissurée.
120
- Le coefficient k3 vaut (selon l’annexe nationale française) :
- pour les enrobages inférieurs ou égaux à 25 mm,
2
k3 = 3,4; pour des
enrobages plus grands :  25  3
k3  3, 4   ( c en mm)
c 
- k4 = 0,425
 L 
- 2ème cas: Si aréel  réel  5  c   :
 2
sr ,max  1,3(h  x )
Remarque: L’annexe nationale française de l’EC2 impose que la valeur de

sr ,max 1,3( h  x) soit supérieure à celle obtenue avec l’espacement des


 L  er
barres  5 c  (1 cas) . Il faut donc que:
 2
L
sr , max  max(1,3(h  x ); k3c  k1k 2 k 4 ) 121
 p ,eff
Exemple 8
(suite des exemples 1, 5 et 7)
1 1-1

54 cm

60 cm
1 35
cm

8m
• Poutre uniformément chargée: g=12,5 kN/m et qk = 17,2 kN/m; 2=0,6
• Béton: C25/30; Acier HA S500
• Classe structurale S4, Classe d’exposition XC2
• On suppose que e =(Es/Ec,eff)=15
Vérifier l’ELS de maîtrise de fissuration du béton tendu au niveau de la section
médiane de la poutre avec un calcul direct de l’ouverture des fissures.
122
Exemple 8
c=3,5 cm
lit supérieur de montage: 3 HA10
 A’réelle =Ac = 2,37 cm2
d’=d’réelle= 4,8 cm
c=3,5 cm c=3,5 cm

1 cadre + 1 étrier HA8


60 cm

3ème lit: 3 HA14


av =3 cm ah=10cm ah=10cm 2ème lit: 3 HA16
1er lit: 3 HA16
 As = Aréelle = 16,68 cm2 123
c=3,5 cm
35 cm d=dréelle= 52,6 cm
Exemple 8
Calcul direct de l’ouverture des fissures: wk  sr ,max ( sm   cm )
 s  kt f ct ,eff (1   e  p,eff )
Calcul de : sm   cm 
Es
 s  309,7 MPa (voir exemple 5); Es  200000MPa;  e  15
2/ 3
fct,eff  fctm  0,3 fck  0,3* 252 / 3  2,56MPa
60  32 60
hc , eff  min( 2 ,5 ( 60  52 , 6 )  18 ,5 cm ;  9 ,33 cm ;  30 cm )  9 ,33 cm
3 2
x  32 cm (voir exemple 5)
Ac ,eff  b * hc ,eff  35 * 9,33  326,73cm 2
As 16,68
 p ,eff    0,051
Ac ,eff 326,73
kt = 0,4 (cas le plus défavorable)
309,7
 sm   cm  0,00154  0,6  0,00093O.K. 124
200000
Exemple 8
Calcul de l’espacement horizontal maximal des fissures: sr ,max
6 *16 2  3 *14 2
ΦL ,eq   15,39mm
6 *16  3 *14

aréel  ΦL ,eq  100  15,39  115,39mm  5 * (35  15,39 / 2)  213,48mm


 L ,eq
D’où: sr , max  k3c  k1k 2 k 4
 p ,eff
k1 = 0,8 (Barres HA); k2 = 0,5 (flexion simple); k4 = 0,425
25 2 / 3
 3,4( )  2,72
c= 35mm > 25mmk3=>
35
15,39
sr , max  2,72 * 35  0,8 * 0,5 * 0,425 *  146,3mm
0,051
wk  0,00154 *146,3  0,23mm  wk ,lim  0,3mm
Conclusion: L’ELS d’ouverture des fissures est vérifié avec un
calcul direct d’ouverture des fissures. 125

Vous aimerez peut-être aussi