Vous êtes sur la page 1sur 17

1

2
Sommaire
Introduction………………………………………………………………………………….4

1 : Présentation de l’entreprise SANOFI ………………………………………....................5

2 : présentation des médicaments……………………………………………........................8

-définition d’un médicament ……………………………………………….………..…....8

-composition d’un médicament………………………………………………....................8

-Principe actif…………………………………………………………………………..8

-Excipient……………………………………………………………………………....8

3. Travail effectué……………………………………………………………….....................9

A. Contrôle microbiologique industriel………………………………………………………9

-Contrôle de l’environnement……………………………………………………………..9

-Contrôle d’air et de surface……………………………………………………………..9

-Contrôle d’air……………………………………………………………………….…10

-Les normes de control d’air……………………………………………………….…...10

-Contrôle de surface………………………………………………………………….…11

-Les normes de contrôle de surface……………………………………………………..11

-Contrôle microbiologique…………………………………………………………………11

-Identification des germes………………………………………………………………11

1. Méthodes d’identification des germes………………………………………………


11

-Identification macroscopique……………………………………………………….12

Culture 2. et recherches de germes


spécifiques……………………………………….12

-Recherche des
Entérobactéries…………………………………………………….12

-Recherche des salmonelles…………………………………………………………


12

3
-Recherche des E.Coli……………………………………………………..
……….12

-Recherche des Staphylococcus


Aureus…………………………………………….12

-Recherche des Pseudomonas


Arg…………………………………………………..13

-Dénombrement des germes et


normes……………………………………………..13

-Contrôle de l’eau purifiée…………………………………………………………………13

1. Les points de prélèvements ………………………………………………………………..13

2. Prélèvements pour les contrôles microbiologiques…………………………………………


13

-Matériel utilisé……………………………………………………………………..13

-Protocol de prélèvement…………………………………………………………...13

- Prélèvement pour les contrôles microbiologiques de l’eau…………………...……


14

-Contrôle journalier de l’eau


purifiée………………………………………………..14

3. Prélèvement pour les contrôles physico-chimiques…………………………………………


15

-Consolidation des
acquis……………………………………………………………………..15

-Conclusion…………………………………………………………………………………...16

4
Introduction
Au cours du XXe siècle, l’humanité a témoigné des avancées médicales les plus
spectaculaires de son histoire. Grâce aux progrès de la science, il serait facile à identifier
l’origine de nombreuses maladies et à développer des traitements qui ont amélioré
remarquablement l’état de santé de la population. L’industrie pharmaceutique a joué un rôle
indéniable en investissant massivement dans la recherche et le développement de nouveaux
médicaments. C’est l’un des acteurs clés de la santé en même temps qu’un secteur d’activité
très important dans de nombreux pays.

La Tunisie est l’un des premiers pays du continent africain à s’être doté d’une
industrie pharmaceutique. Les mesures incitatives et la mise en place d’un cadre juridique et
réglementaire adéquat ont favorisé, dès le début des années 90, la privatisation du secteur et
son développement.
La couverture des besoins du marché en médicaments par la production locale est
ainsi passée de 14% en 1990 à 45% en 2010. En parallèle, le développement des
infrastructures sanitaires, conjugué à la compétitivité du site Tunisie, ont favorisé
l’implantation de plusieurs entreprises de fabrication de dispositifs médicaux.

Leader dans le marché de la fabrication locale, le site industriel de Sanofi en Tunisie


permet de fournir plus que 80% des médicaments Sanofi vendu en Tunisie.

5
Ce stage été une opportunité pour moi pour connaitre la stratégie de production et la
démarche qualité adaptée dés la réception de la matière première jusqu'à livraison des produits
finis.

L’élaboration de ce rapport a pour principale source les différents enseignements


tirés de la pratique journalière des tâches auxquelles j’étais affectée.

1 : Présentation de l’entreprise Sanofi :

Les sociétés qui sont à l’origine du Groupe cumulent plus d’un siècle d’expérience dans
l’industrie pharmaceutique, avec - à chaque fois - une préoccupation essentielle d’innovation
pour répondre à l’évolution de la société et aux besoins des patients.

L’histoire de Sanofi :

Sanofi est l’héritier d’une très longue histoire qui s’illustre avec les grands progrès
scientifiques des XIXème et XXème siècles et la notoriété des principaux laboratoires
industriels qui ont marqué l’évolution de la chimie, de la pharmacie et de la médecine :

En 1718, Les Laboratoires Midy sont créés par une famille de pharmaciens. En 1980, le
groupe Clin Midy est racheté par Sanofi.

Les Laboratoires Dausse sont fondés en 1834 et les Laboratoires Robert & Carrière en 1901.
Leur alliance donnera naissance en 1970 au Groupe Synthélabo.

6
En 1860 le pharmacien Etienne Poulenc crée la société Wittmann et Poulenc Jeune. En
1910, le laboratoire Rorer voit le jour. La fusion des deux sociétés donnera naissance en 1990
à Rhône-Poulenc Rorer.

En 1863, un groupe de chimistes, de commerçants  et d’ouvriers se lance dans la fabrication


de colorants dans une petite usine située à l'ouest de la ville de Höchst, en Allemagne. C’est
l’origine de la société Hoechst qui, par son alliance le laboratoire Roussel fondé en 1911,
donnera Hoechst Marion Roussel. 

En 1887, Marcel Mérieux, élève de Louis Pasteur, fonde l’Institut Biologique Mérieux qui
deviendra en 2004 Sanofi Pasteur, la division vaccin du groupe Sanofi.

  Et plus récemment

Les groupes Sanofi et Synthélabo fusionnent en mai 1999 pour constituer un acteur majeur de
la pharmacie. Il s’agit de deux groupes jeunes, fondés respectivement en 1973 pour Sanofi et
en 1970 pour Synthélabo.

En décembre 1999, les groupes Rhône-Poulenc et Hoechst Marion Roussel, officialisent par
leur fusion la création d’Aventis. Le groupe franco-allemand se situe dans les tous premiers
mondiaux.

En août 2004 Sanofi-Synthélabo prend le contrôle d’Aventis. La fusion-absorption, finalisée


le 31 décembre de la même année, donne naissance à sanofi-aventis.

Le 6 mai 2011, sanofi-aventis simplifie son nom en Sanofi.

7
Actuellement, Sanofi, est le leader Laboratoire Pharmaceutique en Tunisie. Chaque jour leurs
médicaments constituent un catalogue de près de 300 produits améliorent la santé et la qualité
de vie de dizaines de milliers de patients tunisiens. L’entreprise adopte le programme EHS
(Environnement, Health, Security) instauré en 1997 et dynamisé en 2000. Ce programme a
permis d’élever l’unité au niveau international dans le domaine pharmaceutique. De plus tout
le secteur procès et contrôle répond aux normes ISO9002.

C’est le 1er laboratoire pharmaceutique avec une part de marché de 14 % et un chiffre


d’affaires annuel qui s’élève à plus de 65 millions d’euros (2013), ce sont plus de 300
médicaments que Sanofi Tunisie met à la disposition des médecins dans des domaines
thérapeutiques majeurs de santé publique. La filiale détient deux unités de production,
implantées à Mégrine, de même qu’un site de distribution, employant au total et à ce jour 370
personnes.

2 : Présentation des médicaments :

 Définition :

8
Un médicament est toute substance ou composition présentée comme possédant des
propriétés curatives ou préventives à l'égard des maladies humaines ou animales. Par
extension, un médicament comprend toute substance ou composition pouvant être utilisée
chez l'homme ou l'animal ou pouvant leur être administrée, en vue d'établir un diagnostic
médical ou de restaurer, corriger ou modifier leurs fonctions physiologiques en exerçant une
action pharmacologique, immunologique ou métabolique.

 Composition :

Le produit pharmaceutique ou autrement dit le médicament tel qu’il est présenté au malade est
constitué par un ou plusieurs principes actifs, des substances auxiliaires ou excipients et des
articles de conditionnements.

Le principe actif :

Molécule entrant dans la composition d'un médicament et lui conférant ses propriétés
thérapeutiques. Un médicament contient un ou plusieurs principes actifs incorporés dans un
excipient. Il est présent en très faible quantité dans le médicament. Le principe actif peut être
composé :

 d'une substance chimique,


 d'un ensemble de substances chimiques,
 d'une substance naturelle :
o minérale
o animale
o à base de plantes.

Excipient :

Substance associée au principe actif d'un médicament et dont la fonction est de faciliter
l'administration, la conservation et le transport de ce principe actif jusqu'à son site
d'absorption.

3 : Travail effectué :


J’ai effectuée mon stage au sein de l’industrie pharmaceutique Sanofi au département
contrôle qualité microbiologiques.

9
A/Contrôle microbiologique industriel :
La fabrication de produits  pharmaceutiques nécessite des contrôles très sévères pour garantir
leur qualité microbiologique et leur composition. Ces tests de contrôle microbiologique sont
réalisés tout au long de la chaîne de production, de la matière première au produit fini et
permettent par exemple de vérifier :

 la stérilité : aucun micro-organisme ne doit être présent.

 l’absence de bactéries pathogènes.

 la non-prolifération d’une bactérie commensale (normalement présente chez


l’homme et banale en faible concentration) au-delà d’un certain seuil.

 contrôle de l’environnement :

L’environnement de production (air, eau, surfaces) est également contrôlé régulièrement par


des tests de diagnostic. Les réglementations imposent que certains produits, comme les
médicaments injectables, soient stériles lors de leur commercialisation. Cette garantie de
stérilité est apportée par des tests sur les matières premières, les produits en cours de
fabrication, l’environnement de production et les produits finis. La rigueur de ces contrôles est
un gage de qualité : elle garantit la sécurité du consommateur.

 Contrôle d’air et de surface :

Le contrôle environnemental de l'air, des surfaces et du personnel dans les zones critiques
pose un problème important en termes de risque et de coût en production pharmaceutique.
Des contaminations dans les salles propres et les isolateurs peuvent non seulement entraîner la
perte d'un lot entier de produits, mais également se traduire par du temps supplémentaire à
consacrer aux mesures correctives afin de résoudre le problème. Dans le pire des scénarios,
les produits doivent être rappelés, avec une réputation vraisemblablement ternie.

Contrôle d’air : Ce contrôle s’effectue par la mesure et la régulation des paramètres


suivants :

- Température
- Humidité
- Niveau de poussière
Ce contrôle concerne les laboratoires de production, de conditionnement, les laboratoires de
contrôle qualité et dans les bureaux.

On utilise un échantillonneur d’air pour effectuer ce contrôle c’est l’Aérobiocollecteur il


permet d’aspirer un volume d’air choisi et de récolter les micro-organismes présents sur des
milieux de culture gélosés. Les prélèvements effectués permettent alors d’exprimer un taux de

10
micro-organismes par m3 d’air et d’obtenir une cartographie microbiologique de l’air d’une
zone.

Figure 1 : Aérobiocollecteur

Les normes de contrôle d’air :

Classe D (hottes à flux laminaire process + salle de prélèvement + laboratoire de


microbiologie) :

Limite d’alerte UFC/ m3 : ≤ 100


Limite d’action UFC/m3 : ≤ 200
Zone 3 en cours de production :
Limite d’alerte UFC/ m3 : ≤ 300
Limite d’action UFC/m3 : ≤ 600
Zone 3 hors de production :
Limite d’alerte UFC/ m3 : ≤ 100
Limite d’action UFC/m3 : ≤ 300
Contrôle de la surface : Pour le contrôle de l’efficacité de procédure de nettoyage et de
stérilisation on utilise des boites de count-tact agar .On utilise des boites BioMérieux
(Réf.43501) ces boites contenant un milieux de culture gélosé permettent de collecter des
informations sur la contamination microbienne de l’environnement suite a un contact directe
de la surface de gélose avec la surface a analyser pendant quelques secondes .

Figure 2 : boite de count-tact agar

Les normes de contrôle de la surface :


Classe D (hottes à flux laminaire process + salle de prélèvement + laboratoire de
microbiologie) :

Limite d’alerte UFC/ m3 : UFC /boite ≤ 25 UFC/ m2  10 000

11
Limite d’action UFC/m3 : UFC /boite ≤ 50 UFC/ m2  20 000
Zone 3 :
Limite d’alerte UFC/ m3 : UFC /boite ≤ 50 UFC/ m2  20 000
Limite d’action UFC/m3 : UFC /boite ≤ 75 UFC/ m2  
30 000
 Contamination microbiologique:
La maîtrise de la biocontamination occupe une place prépondérante dans l’industrie
pharmaceutique, non seulement pour le médicament, mais également pour son
environnement. Les médicaments sont exposés aux risques de contaminations microbiennes
suite à la fixation des microorganismes sur les surfaces et dans des conditions favorables
(température, ph, humidité, recoures nutritives etc..) d’où la nécessité de métriser le contrôle
biologique de l’eau purifié, de la matière première et du produit fini.
 Identification des germes :
L’indentification des germes représente un élément clé pour la maitrise du contrôle
microbiologique des zones de production et des labos d’analyses. Les données obtenues
permettent de détecter d'éventuelles faiblesses au niveau du concept d'hygiène. Généralement,
il est ainsi possible de prévenir en amont le dépassement des valeurs limites ou même une
contamination du produit.
L’identification peut se faire par plusieurs méthodes :
1 : méthodes d’identification des germes :
 Aspect de colonies
 Etat frais
 Coloration GRAM (gram positive ou négative)
 Réaction d’orientation => réaction catalase qui se manifeste par la
décomposition du peroxyde d’hydrogène on utilisant une goutte du réactif ID
(Color catalase).
 Utilisation de la galerie API pour une identification plus précise d’un germe
2. Indentification macroscopique :
 Forme des colonies
 Couleurs
 Taille
 Aspect (filamenteux, collants….)
 Culture et recherches de germes spécifiques :
Au sein de Sanofi le contrôle microbiologique repose sur les recherches et l’indentification de
ces germes :

12
1. Entérobactéries
2. Salmonelles 
3. Escherichia coli 
4. Staphylococcus aureus

5. Pseudomonas Arg 

 Recherche des Entérobactéries :


A partir d’un Falcon contenant le médicament à analyser (100ml de tampon ou diluant +
10mg ou 10 ml d’échantillon) prélever 10ml de ce flacon et verser le volume prélevé dans
100ml de caso bouillon.
Réaliser une incubation du caso bouillon entre 2 heurs à 5 heurs dans une température de
20°C allant jusqu’a 25°C.
Inoculer 10ml du contenu dans le Mossel bouillon pendant 24h à 30°C-25°C puis prélever
1ml et ensemencer dans le VRBG (rouge) pendant 24h-48h à 30°C-35°C.
 Recherche des Salmonelles :
Incuber le caso bouillon + 10 ml d’échantillon dilué pendant 18h-24h à 30°C -35°C .Inoculer
10ml du contenu dans 100ml de RVS Bouillon et l’incuber pendant 18h-24h à30°C -35°C
Ensemencer 1ml du contenu dans le XLD AGAR pendant 24h- 48h à 30°C-35°C .
 Recherche d’E. Coli :
Incuber le caso bouillon + 10 ml d’échantillon dilué pendant 18h-24h à 30°C -35°C.Inoculer
10ml du contenu dans le Mac Conkey bouillon pendant 18h-24h à 42°c -44°C , Ensemencer
1ml dans le Mac Conkey AGAR (Rouge foncé) pendant 24h-248h à 30°C-35°C .
 Recherche de Staphylococcus aureus :
Incuber le caso bouillon +10ml d’échantillon dilué pendant 18h-24h à 30°C -35°C,
Ensemencer 1ml dans le mannitol Sel AGAR pendant 24h-48h à 30°C-35°C 

 Recherche de Pseudomonas Arg :


Incuber le caso bouillon +10ml d’échantillon dilué pendant 18h-24h à 30°C -35°C,
Ensemencer 1ml dans le cétrimide AGAR pendant 24h-48h à 30°C-35°C .
 Dénombrement des germes et normes :
Pour les germes aérobies viables totaux :
Bactéries : ≤1000/1g ou 1ml
Levures : ≤100/1g ou 1ml

13
E. coli : absence /1g

 Contrôle de l’eau purifié :


1 : les points de prélèvements :
La production et la distribution de l’eau purifiée s’effectue dans le bâtiment principal il existe
deux unités : une unité de production située dans le local technique et une unité de distribution
formée par des Boucles en INOX.
Le prélèvement s’effectue au nivaux des points de puisage ce qui reflète la qualité d’eau
utilisée et au niveau des points d’échantillonnage (local technique) ce qui reflète la qualité
d’eau circulant.
Il existe deux types de prélèvements :
- Prélèvement pour les contrôles microbiologiques
- Prélèvement pour les contrôles physico-chimiques
2 : prélèvement pour les contrôles microbiologiques :
 Matériel utilisé :
Des flacons stérilisés par l’autoclave, une pince stérile, des béchers de filtration stérile, rampe
de filtration, des membranes de filtration stériles 0,45µm (MILLIPORE), hotte à flux
laminaire, boites de gélose R2A.

 Protocol de prélèvement :
- Avant chaque prélèvement on doit s’assurer des conditions d’asepsie (gants, masques,
se désinfecter les mains avec l’éthanol 70%).
- Réaliser une décontamination des robinets des points de prélèvements avec de
l’Ethanol 70 %.
- Réaliser une purge au moins de 5 litres d’eau avant de prélever l’eau.
- Prélever 500 ml d’eau dans des flacons stériles.

 Contrôle microbiologiques de l’eau purifiée :


- Sous une hotte a flux laminaire, déposer la rampe de filtration ensuite fixer le bécher
de filtration sur l’un des postes de la rampe et déposer une membrane sur le support du
bécher.
- Verser 100ml d’eau purifié dans le bécher , le volume prélever va être aspirer grâce a
une pompe et la filtration se fait à travers une membrane stérile de porosité 0,45µm et

14
de diamètre 47 mm sur lequel seront retenues les bactéries dont la taille est supérieure
à 0,45µm.
- Apres filtration récupérer la membrane de filtration à l’aide d’une pince stérile et la
déposer sur une boite de gélose R2A.
- Réaliser une incubation dans une température 30°C-35°C pendant 5 jours.
- Observer et interpréter les résultats obtenus

Figure 3 : rampe de filtration

 Contrôle journalier de l’eau purifiée :


- On calibre le ph mètre par une solution de PH 4 PH 7.
- Mesure du PH de l’eau purifiée après calibrage du PH mètre.
- Mesure de la conductivité de l’eau purifiée.
3 : prélèvement pour les contrôles physico-chimiques :
Le prélèvement de l’eau purifiée pour les contrôles physico-chimiques s’effectue de la même
manière que le prélèvement des contrôles microbiologiques.
Les testes réalisés : aspect, PH, conductivité, TOC ou substance oxydables, nitrates, métaux
lourds.
Remarque :
La plupart du matériel du laboratoire microbiologique nécessite une stérilisation par chaleur
humide cette stérilisation est réalisée par l’autoclave, le matériel à stériliser est exposé à
l’action de la vapeur d’eau stérile et sous haute pression à des paramètres températures et
temps bien définis.

15
Consolidation des acquis :
Microbiologie générale et appliquée : préparation des milieux de cultures et méthode
d’analyse microbiologique, comptage des germes.
La maitrise du matériel du laboratoire microbiologique.

Conclusion :
- La qualité des médicaments est évidemment de la plus haute importance du point de
vue de la santé publique. Lorsqu’on crée un médicament nouveau, il faut commencer
par en établir la qualité (les études toxicologiques et cliniques n’auraient aucun sens si

16
le produit ne présentait pas une qualité adéquate et uniforme et si l’on n’avait pas la
garantie que celle-ci ne pourrait éventuellement varier que d’un lot à l’autre et dans le
temps mais dans des limites bien précises). Par ailleurs, le contrôle de la qualité d’un
médicament constitue le premier indicateur, relativement facile à établir, que les
caractéristiques du produit peuvent avoir évolué de manière à en avoir peut-être altéré
aussi l’innocuité et l’efficacité. Pour l’industrie pharmaceutique le contrôle qualité
depuis la matière première jusqu'au fini est donc indispensable pour
garder l’efficacité du produit ce contrôle qualité se subdivise en deux secteurs : le
contrôle microbiologique qui s’intéresse au contrôle de l’environnement (air surface)
et le contrôle de la matière première et du produit fini, le contrôle physico-chimique
qui s’intéresse aux propriétés des médicaments (taille , formes , désagrégation, PH ,
dosage de certains éléments , analyse par HPLC et CPG ETC..).
- Le stage que j’ai effectué dans l’industrie pharmaceutique Sanofi-Aventis a pour but
d’initier l’étudient stagiaire à la vie professionnelle active ce stage m’a appris la
maitrise des méthodes d’analyse de la contamination microbienne, la chaine du control
des médicaments à partir de la matière première jusqu’au produit fini, le contrôle
journalier et hebdomadaire de l’eau purifiée , l’analyse des résultats obtenus et la
vérification avec les normes de la pharmacie européenne et enfin la validation des
produits .

17