Vous êtes sur la page 1sur 98

Université Mohamed V - Rabat Ecole Normale Supérieure de

L'Enseignement Technique de
Rabat (ENSET)

Filière Génie Biomédicale


Module de biologie cellulaire

Dr. Latifa Doudach


Année universitaire: 2018-2019
Chapitre I : Généralités sur la biologie cellulaire
Plan du cours Chapitre II : Cytosol :
Composition chimique et principales structures.
Rôles et activités physiologiques.
Le Cytosquelette.
Les ribosomes.
Chapitre III : Système de conversion d’énergie :
1 - Structure des Mitochondries.
2 - Activités métaboliques au niveau de la mitochondrie.
3 - Structure et fonction du chloroplaste.
4 - Comparaison mitochondrie-chloroplaste.
Chapitre IV : Le système endomembranaire :
1 - Réticulum endoplasmique.
2 - Appareil de Golgi.
3 - Les systèmes vésiculaires.
Chapitre V : Le noyau
1 - Structure et composition du noyau interphasique.
2 - Expression de l’information génétique.
3 - Mitose et cycle cellulaire.
4 - Méiose.
Chapitre VI :Méthodes d’étude de la cellule
HISTORIQUE

• Les cellules ne peuvent pas être observées à l’œil nu en raison de leur très petite
taille. L’histoire de la biologie cellulaire est donc étroitement liée au
perfectionnement d’un appareil optique agrandissant: le microscope.
Les premiers microscopes composés ont été mis au point ce qui a activé les
recherches sur les objets microscopiques.
A partir de cette époque on peut résumer l’histoire de la biologie cellulaire comme suit:
• L’anglais Robert Hooke (1665) propose, pour la première fois, le terme cellule (petite
chambre) en observant des coupes de liège avec un microscope rudimentaire à une seule
lentille (en fait des cellules végétales mortes)

• Le hollandais Antony Van Leeuwenhoek (1674) décrit plusieurs micro vivants (protistes,
bactéries).
Les allemands Mathias Schleiden et Theodor Schwann (1838-1839), suite à
l’observation de multiples organismes animaux et végétaux, parviennent à la
formulation de la théorie cellulaire à travers deux principes:

• Principe 1:Tous les organismes sont constitués d’une ou de plusieurs cellules.

• Principe 2: La cellule est l’unité structurale de la vie.

Louis pasteur a par la suite réfuté la génération spontanée. La même année, l’allemand
Rudolph Virschow (1855) a énoncé le 3eprincipe:

• Principe 3: Les cellules ne peuvent provenir que de la division d’une cellule


préexistante. (omnis cellula ex cellula)

• Les progrès incessants dans les équipements microscopiques ont permis


l’identification des principales structures cellulaires:
Définition:
• La cellule est l’unité de base de point de vue structure et fonction des organismes
biologiques.
• Toute cellule dérive d’une cellule préexistante par division.
Différents types de cellules:
Il existe deux types fondamentaux de cellules:
• Les cellules procaryotes (pro = primitif; caryon = noyau)
• Les cellules eucaryotes (eu =vrai, caryon= noyau)
Les cellules procaryotes (pro = primitif; caryon = noyau): cellules sans vrai noyau c’est-
à-dire que le matériel génétique n’est pas enfermé dans une enveloppe nucléaire et
sans organites à part des replis de la membrane plasmique dits mesosomes.
Les cellules eucaryotes (eu =vrai, caryon= noyau): le noyau est délimité par une enveloppe
nucléaire. Des membranes internes délimitent des compartiments cytoplasmiques appelés
organites.
Les cellules animale et végétale sont entourées par une membrane plasmique et présentent,
en grande partie les mêmes organites. Mais, La cellule végétale est caractérisée par:
• La présence d’une paroi squelettique
• La présence des plastes.
• Une vacuole de grande taille pouvant occuper la plus grande partie du volume cellulaire.
Les cellules procaryotes correspondent essentiellement à des organismes unicellulaires. Il
s’agit essentiellement des bactéries.
Les cellules eucaryotes constituent la quasi totalité des organismes multicellulaires animaux
et végétaux.
Au sein de ces organismes, les cellules présentent une spécialisation structurale et
fonctionnelle: elles sont dites différenciées.

La Différenciation cellulaire est le processus par lequel une cellule peu ou pas différenciée
acquiert les caractéristiques d’un type cellulaire sur le plan morphologique et fonctionnel.

Les cellules différenciées :sont caractérisées par une structure cellulaire particulière (cellule
épithéliale, musculaire, neurone..), une production spécifique (hormone, enzymes;
hémoglobine) et une fonction cellulaire spécifique (contraction musculaire, transport de gaz,
communication nerveuse...).
• Les cellules d’un organisme donné sont caractérisées par des états de différenciation
différents mais possèdent les mêmes propriétés.
• le génome: c’est l’expression de gènes spécifiques qui explique la différence. Une
cellule capable de se différencier en:
• En tous les types cellulaires d’un organisme si elle est totipotente: (zygote et très
jeunes cellules embryonnaires)
• En plusieurs types de cellules: Cellules pluripotentes ou cellules souches
• Peut s’auto-renouveler
• Spécialisée : cellules souches hématopoïétiques, de l’épiderme...
LE CYTOPLASME

 Le cytoplasme est défini comme le matériel biologique contenu entre la membrane plasmique
(membrane cellulaire) et l’enveloppe nucléaire.

 Il s’agit d’une phase liquide qui comporte de nombreux organites et structures en suspension
dans le cytosol tels que :

- Ribosomes,
- Réticulums endoplasmiques,
- Appareil de Golgi,
- Vésicules, endosomes, lysosomes, phagosomes,…
- Mitochondries et plastes (plantes),
- Un cytosquelette qui maintient la forme de la cellule et qui sert d’ancrage aux organites.
LE CYTOPLASME

HYALOPLASME MORPHOPLASME

CYTOSOL CYTOSQUELETTE ORGANITES

- Solution aqueuse - Noyau


- Réseaux: Filaments
- pH = 7 - Réticulum endoplasmique
protéiques
- Homogène - Appareil de Golgi
- Molécules solubles - Peroxysomes
- Mitochondries - Vacuoles
- Chloroplastes

Voies
Métaboliques
Mitochondrie
Chloroplaste
Le cytosol :

 Le hyaloplasme (ou cytosol), est la phase liquide translucide où baignent les organites cellulaires,

 Fraction liquide du cytoplasme obtenu après centrifugation et élimination des organites (pH = 7),

 Il est limité par la membrane plasmique et l'enveloppe nucléaire et ne contient que des substances
solubles (ce qui inclut également les protéines, enzymes et l'ARN).

 Hautement structuré par un système de microtubules et de microfilaments, appelé cytosquelette,

 Le cytosquelette a une double fonction :

* il est responsable :
- de l’architecture cellulaire
- et des mouvements : Intracellulaires
(organites ou chromosomes lors de la division)
ou cellulaires (déplacement des cellules isolées)

* de l’endocytose et de l’exocytose.
2 - Composition chimique et principales structures.

 Phase liquide ou semi liquide:

- Gel colloïde: 4 fois plus visqueux que l’eau


- PH=7,0 (PH extracellulaire: 7,4)
- 85% d’eau liée aux macromolécules, eau libre: 30%

 Ions: Na+, K+, Cl-, Mg2+, Ca2+


2 - Composition chimique et principales structures.

 Gaz: O2, CO2

 Molécules: Glucides, lipides, acides aminés, nucléotides, autres métabolites

 Macromolécules: protéines, polysaccharides, glycoprotéines, acides nucléiques

 La concentration protéique du cytosol est très élevée: estimation 200mg/ml

 Les protéines représentent environ 20 à 30% du volume du cytosol

 Nombreuses protéines liées aux membranes plasmiques ou des organites

 Globules lipidiques et particules de glycogène


 Le cytosol représente la phase liquide où baignent les organites cytoplasmiques qui constituent
le morphoplasme :

* le noyau,
* le réticulum endoplasmique granuleux (REG),
* le réticulum endoplasmique lisse (REL),
* l'appareil de Golgi,
* les différentes vacuoles,
* les peroxysomes,
* les mitochondries et les chloroplastes (chez les plantes)….

Mitochondrie

Lysosome
Peroxysome

Cytosol

Appareil
Membrane de Golgi
nucléaire

Vésicule
Réticulum Membrane
endoplasmique plasmique
3 - Rôles et activités physiologiques du cytosol:

 Reserve de matériaux:

- Régulation des PH intra et extracellulaire grâce à la grande quantité d’eau et d’ions.

- Réserve énergétique grâce aux vacuoles lipidiques et glycogéniques.

- Réserve de matériaux nécessaires à la constriction des édifices macromoléculaires.

- Transit de molécules protéiques et macromolécules.

 Carrefour de voies métaboliques:

- Anabolisme et catabolisme des glucides, des acides aminés, des acides gras et des
nucléotides.

 Transduction du signal à partir de la membrane plasmique vers les organites et le noyau.


4 - Le Cytosquelette (microfilaments, microtubules, filaments intermédiaires).

 Le cytosquelette est constitué de polymères biologiques de protéines, qu'on qualifie


parfois de fibres étant donnée leur taille importante à l'échelle cellulaire.

 Le cytosquelette a diverses fonctions :

* forme de la cellule
* division de la cellule
* mouvements de la cellule et mouvements à l'intérieur de la cellule
* système de transport intracellulaire
4 - Le Cytosquelette (microfilaments, microtubules, filaments intermédiaires).

Il est constitué principalement de 3 types de protéines qui forment une sorte d'échaffaudage :
* les filaments d'actine ou microfilaments (ø : 7nm)
* les filaments dits intermédiaires (ø : 10 nm)
* les microtubules (ø : 25 nm)
Les microfilaments d’actine : constituent un réseau
principalement localisé sous la surface cellulaire.

- La forme G, forme de stockage


- La forme F, polymère d’actine G

Les microtubules : constituent un "réseau" dont le centre


est situé au niveau du centrosome.

- le centriole
- Axonèmes des cils et des flagelles
Les filaments intermédiaires: constituent un réseau qui occupe tout l'espace cytoplasmique. Sous la
membrane nucléaire interne ils constituent la lamina.

- les filaments à kératine

- la lamina nucléaire : Maintien de la position du noyau


dans la cellule et de l’intégrité de l’enveloppe nucléaire
5 - Les ribosomes.

 La machine de production des protéines.


 Chez les bactéries (2000 ribosomes/cellule), 20% de la masse de la cellule.
 Ribosome est constitué d’environ 2/3 d’ARN et 1/3 de protèines
 Constitué de 2 sous unités:
- La grande sous-unite
- La petite sous-unité
Bactérie: 30S et 50S
Eucaryotes: 40S et 60S

Next amino acid


to be added to
polypeptide

Growing
polypeptide

tRNA

mRNA

Codons
5 - Les ribosomes.

le ribosome possède 2 sites :

Site A aminoacyl où se fixe en 1er l’ARNt ou site de reconnaissance.

Site P peptidyl au niveau duquel sera transloqué la chaîne polypeptidique en formation

P site A site

P A
mRNA
binding
site
Fonctions des ribosomes.

 Synthèse protéique

 Lecture du code génétique sur les ARNm

 Synthèse de la chaine protéique à partir d’acide aminés chargés sur ARNt


Les polysomes.

 Un polysome ou polyribosome est un ensemble


de ribosomes reliés entre eux par un ARN messager.

 Cet ensemble a l'aspect d'un collier de perles en


forme de spirale.
Chapitre V : Système de conversion d’énergie :

1 - Structure des Mitochondries.

2 - Activités métaboliques au niveau de la mitochondrie


(cycle de Krebs et chaîne respiratoire).

3 - Structure et fonction du chloroplaste.

4 - Comparaison mitochondrie-chloroplaste.
1 - Les Mitochondries.

 Les mitochondries sont des organites présents chez tous les eucaryotes, mais pas chez
les procaryotes.

 L’ensemble des mitochondries d’une cellule forme le chondriome.

 Le chondriome est dynamique car les mitochondries peuvent :


– se déplacer (associées aux éléments du cytosquelette),
– se déformer,
– se diviser par scissiparité,
– fusionner entre elles.

 La cellule peut donc réguler le nombre de ses mitochondries en fonction de son activité
métabolique.

 Elles sont associées aux réserves énergétiques (glycogènes et triglycérides) et localisées à


proximité des lieux de consommation d’ATP.
 Produisent la majeure partie de l’énergie nécessaire
à la cellule en synthétisant de l’ATP (Adénosine Triphosphate).

 Les seuls organites participant à la respiration cellulaire.

 Participent au déclenchement et à la régulation de la mort cellulaire programmée: l’apoptose.

 Participent à certaines voies métaboliques en coopérant avec d’autres compartiments cellulaires


(cytosol, REL, AG, enveloppe nucléaire, peroxysomes):

– Synthèse de cholestérol, des hormones stéroïdes, de certains phospholipides


membranaires, et de la partie phospholipidique des lipoprotéines ;

– Contrôle de la concentration cytosolique en Ca2+ …


 Les mitochondries sont généralement ellipsoïdales (diamètre compris entre 0,5 et 1 μm), mais
peuvent aussi être sphériques, ou filamenteuses.

M. filamenteuse

M. sphériques

Microscope photonique
 Elles sont limitées par deux membranes concentriques : la membrane interne et la membrane
externe, séparées par l’espace intermembranaire.

 Ces deux membranes délimitent une cavité interne : la matrice.

Espace Crête
Membrane
intermembranaire
externe
Matrice Membrane
interne
ADN
Mit

Ribosome

Microscope électronique
 La membrane externe

 Elle est perméable et sa composition est proche de celle de la membrane plasmique (50 % lipides,
50 % protéines).

 Elle est riche en porines, perméases formant des canaux responsables de la perméabilité passive aux ions
et aux petites protéines (< 5 kDa).

 L’espace intermembranaire

 Sa composition est très proche de celle du cytosol.

Cet espace contient :

* Des molécules provenant du cytosol et traversant la membrane externe grâce aux porines ;

* Des protons (H+) provenant de la matrice et traversant la membrane interne grâce à certains
complexes de la chaîne respiratoire ;
La membrane interne

 Elle est imperméable et très riche en protéines (80 % protéines, 20 % lipides).

 Elle forme des replis : les crêtes mitochondriales.


Ces crêtes mitochondriales:
- Augmentent la surface de la membrane interne;
- Ont des morphologies variables selon l’activité et le type cellulaire ;
- Sont en nombre variable en fonction de la demande en ATP.

 Parmi les protéines de la membrane interne on trouve :


– Des perméases, qui servent aux échanges entre l’espace intermembranaire et la matrice,
– Des symports (ex : pyruvate/H+),
– Des antiports (ex : ATP/ADP) ;
– Les complexes de la chaîne respiratoire, qui sont des transporteurs d’électrons et de protons ;
– Les ATP synthases responsables de la synthèse d’ATP.
Les activités métaboliques à l'origine de la production d'ATP

 La glycolyse est le stage initial du métabolisme du glucose, il a lieu dans le cytosol n’implique pas l’O2

 La glycolyse produit une petite quantité d’ATP et le composé à trois carbones: pyruvate.

 Dans les cellules aérobies, le pyruvate est transporté dans les mitochondries, ou il est oxydé par l’O2
en CO2 et génère beaucoup d’ATP.

Le cycle de l’ATP

4 façons de produire de l’ATP Plusieurs façons de consommer de l’ATP

ATP
 Synthèse des macromolécules
 Phosphorylation oxidative (Mitochondries)
 Pompage ionique (pompe du Na+)
 Glycolyse (cytosol)
 Mobilité (amibes…)
 Photosynthèse (chloroplastes)
 Contraction (muscles)
 Cycle de Krebs
(Mitochondries - GTP)  Production de chaleur
 Endocytose, exocytose
ADP + Pi
Glycolyse, cycle de l'acide citrique et la chaine respiratoire

 Dans le cytosol: La glycolyse:


Série de réactions
le glucose 2 Pyruvates + 2ATP + 2 NADH, H+
métaboliques
 Dans la mitochondrie:
pyruvate déshydrogénase
Le pyruvate Acétyl-CoA

(Acides gras)

 Dans la mitochondrie: Cycle de l’acide citrique (Krebs)

Acétyl-CoA FADH2 + NADH, H+ + CO2

 La chaine respiratoire
2 ATP
Hexokinase
Glucose Glucose-6-Phosphate 2 NADH, H+
2 Pyruvates
Glycolyse

Pyruvate Acides gras Membrane


interne

Membrane
externe

˃
Cycle
de CO2
Krebs

O2

36 ATP
* cycle de Krebs

 Le cycle de krebs (ou de l’acide citrique) est la voie terminale d’oxydation du glucose
et d’autres molécules énergétiques (acides aminés, acides gras).

 L’acétyl-CoA est l’intermédiaire commun de dégradation de glucides, acides gras


et la molécule qui entre dans le cycle.

 Le cycle comporte 8 réactions enzymatiques nécessaire pour la complète oxydation


L’acétyl-CoA (C2) et la récupération de l’énergie sous forme de NADH, FADH2 et GTP.

 NADH, FADH2 sont des molécules réduites riches en énergie utilisées ensuite pour
la production d’ATP.

 1GTP = 1ATP
Les plastes:

Le plaste est un organite cellulaire possédant un ADN propre dit semi-autonome


- Possède une membrane interne et une membrane externe (forment l'enveloppe plastidiale)
- Présent dans les cellules eucaryotes de tous les végétaux chlorophylliens (algues et plantes)

Les différents types de plastes

 Proplastes: les plastes précurseurs

 Leucoplastes : sans pigment, servant au stockage de protéines,


de lipides ou d'amidon
Amyloplastes: Stockage de glucides
Elaioplastes : stockage de lipides
Proteinoplastes: stockage de protéines

 Chromoplastes: ils contiennent une grande quantité de


caroténoïdes

 Chloroplastes : lieu de la photosynthèse: ils contiennent


chlorophylles et caroténoïdes
Le chloroplaste (Végétaux et algues seulement)

 Organite ovale délimité par deux membranes séparées par un mince espace.

 Un réseau de membrane interne forme des sacs aplatis, les thylakoïdes.


 La chlorophylle contenue dans leur membrane capte la lumière rouge et bleue.

granum
Espace Membrane externe
intermembranaire Thylakoïdes
Membrane interne

Graines
d’amidon

Ribosome
stroma
ADN
lumen Gouttelettes
membrane lipidiques

MET d’un chloroplaste


Rôle du chloroplaste

 Chloroplaste : élément indispensable à la photosynthèse

 Absorbe l’énergie lumineuse pour la transformer en énergie chimique sous forme


d'adénosine triphosphate (ATP)

 Intervient dans la phase photochimique de la photosynthèse

 La chlorophylle se trouve dans la membrane des thylakoïdes

 Les différentes étapes de la photosynthèse qui convertissent la lumière en énergie


chimique se déroulent dans les thylakoïdes tandis que les étapes de conversion de
l'énergie en glucide se déroulent dans le stroma du chloroplaste

 Le chloroplaste joue aussi un rôle dans la biosynthèse des lipides


Rôle du chloroplaste

Membrane externe
Espace intermembranaire thylacoïde
Membrane interne
stroma

chlorophylle

ATPase
Chaîne
d’oxydoréduction
Phase photochimique de la photosynthèse dans le chloroplaste

Lumière

H+ H+ H+ H+
e-

H2O
Photolyse de l’eau e- e-
½ O2 + H+ ADP + Pi ATP
H+ H+ H+ H+
T+ TH + H+

Dégagement d’O2
Phase de synthèse de la photosynthèse dans le chloroplaste

C3 C6

Cycle
Calvin-Benson

C5
Lumière

H+ H+ H+ H+
e-

H2O
Photolyse de l’eau e- e-
½ O2 + H+ ADP + Pi ATP
H+ H+ H+ H+
T+ TH + H+
C3 C6

Cycle
Calvin-Benson

Dégagement d’O2
C5
4 – Comparaison: mitochondrie-chloroplaste.
Points communs:

 Organites intracellulaires constitués d’une


double membrane ;

 Formation de molécules d’ATP

 Siège d’échanges gazeux (O2,CO2) ;


Én. lumineuse
 Existence d’une chaîne d’oxydo-réduction et
d’ATP synthase membranaire chloroplaste

Photosynthèse

CO2 + H20 Moléc. organiques + O2

Respiration
cellulaire

mitochondrie

ATP

Én. thermique
4 – Comparaison: mitochondrie / chloroplaste : Les différences

Mitochondrie Chloroplaste

 Chaîne d’oxydoréduction et ATP synthase  Chaîne d’oxydoréduction et ATP synthase


dans la membrane interne ; dans la membrane des thylakoïdes ;

 Matière organique dégradée en CO2  L’eau est le donneur d’électron à l’origine


(déchet) ; du fonctionnement de la chaîne d’oxydo-
réduction et elle est transformée en O2 ;
 L’O2 est l’accepteur d’électron de la
chaîne d’oxydo-réduction et est  CO2 absorbé par le chloroplaste et
transformé en eau; incorporé à la matière organique
(réduction) ;
 Mitochondrie présente dans toutes
cellules eucaryotes (animal et végétale) ;  Chloroplaste: dans les cellules végétales
(tiges, feuilles, parties vertes) ;
 Absorption O2/rejet CO2  Absorption CO2/rejet O2;
Chapitre IV: Le système endomembranaire:

* Le réticulum endoplasmique (RE)


* L’enveloppe nucléaire
* L’appareil de Golgi (AG)
* Les endosomes
* Les lysosomes
Présentation du système endomembranaire:

 Le système endomembranaire est présent uniquement dans les cellules eucaryotes.

 C’est un système complexe fait de plusieurs cavités, de vésicules et de canalicules.

 Les cavités sont limitées par une membrane d’enveloppe et communiquent entre elles et
avec la membrane plasmique par l’intermédiaire des vésicules et des canalicules.

 Le système endomembranaire comprend :

– le réticulum endoplasmique;
– l’enveloppe nucléaire ;
– l’appareil de Golgi (AG) ;
– les endosomes ;
– les lysosomes ;
 Le système endomembranaire est quantitativement important dans la cellule.
Ex : Dans les hépatocytes, il occupe 17 % du volume et ses membranes représentent
58 % de la surface des membranes totales.
Le réticulum endoplasmique (RE)

 Le RE est un ensemble de canalicules et de vésicules qui constituent un réseau très


développé dans les cellules eucaryotes adultes.
Ex : Dans les hépatocytes, il occupe 13 % du volume et ses membranes représentent
50 % de la surface des membranes totales.

 La composition de la membrane d’enveloppe du RE est très proche de celle de la


membrane plasmique, sauf qu’elle contient peu de cholestérol par rapport à cette
dernière.

 Le réticulum endoplasmique :
– Est en continuité avec l’enveloppe nucléaire qui fait partie du RE.
– Porte ou non, sur sa face cytoplasmique, des ribosomes ce qui permet de distinguer
le RE granulaire ou rugueux (REG ou RER) du RE lisse (REL).
→ Ces deux aspects correspondent à des fonctions différentes :
Fonctions des deux types de réticulum endoplasmique:

Fonctions du RE rugueux:

– Synthèse et translocation de protéines sécrétées, membranaires et résidentes


des vésicules.
– N-glycosylation des protéines et élagage de leur arborisation sucrée.
– Conformation spatiale des protéines et contrôle qualité avant leur exportation
vers l’appareil de Golgi.

Fonctions du RE lisse:

– Synthèse des phospholipides membranaires et cytosoliques.


– Synthèse de cholestérol, d’hormones stéroïdiennes.
– Stockage et libération du calcium.
– Détoxification (détoxication des xénobiotiques par le cytochrome P450).
Fonctions des deux types de réticulum endoplasmique:

Rugueux Lisse
•Citernes •Sacs et tubules
Description •Ribosomes sur sa •Aucun ribosome
face externe
•Production des protéines •Synthèse des lipides (cholestérol,
phosphoglycérolipides, stéroïdes)
•Usine à membrane •Absorption, et transport des lipides
(protéines intégrées, (intestin)
phospholipides et •Détoxification (médicaments, drogues,
Fonctions cholestérol) alcool)
•Emmagasiner les ions calcium
(r.sarcoplasmique)
•Vésicule de transport •Vésicule de transport
L’appareil de Golgi (AG)

 L’appareil de Golgi est un organite cellulaire polymorphe constitué d’un ou


plusieurs dictyosomes

 Un dictyosome est un ensemble de vésicules et de saccules aplatis organisés


comme une « pile d’assiettes ».

 Chaque dictyosome est entouré de vésicules qui assurent la communication entre


ses différents saccules et aussi entre l’appareil de Golgi et le reste du système
endomembranaire ou la membrane plasmique :
 L’appareil de Golgi est localisé entre le RE et la membrane plasmique.

 C’est un organite polarisé et chaque dictyosome comporte deux faces :


• la face cis ou face d’entrée, tournée vers le RE et le noyau.

• la face trans ou face de sortie, tournée vers la membrane plasmique. Elle est en
continuité avec un réseau de canalicules constituant le réseau transgolgien

 Le compartiment médian est composé de plusieurs saccules situés entre les deux faces.
Fonctions de l’appareil de Golgi:

Très schématiquement:
→ l’AG reçoit les protéines en provenance du RE, les modifie (glycosylation, sulfatation, …),
→ les trie puis les exporte vers d’autres compartiments (membrane plasmique, endosomes,
lysosomes…) ou vers le milieu extracellulaire (sécrétion, par exocytose, constitutive et
régulée) :
L’appareil de Golgi est le point de passage obligatoire du trafic vésiculaire. Il régule le
nombre de vésicules allant à la membrane et participe ainsi au renouvellement
membranaire.

les modifications post-traductionnelles effectuées dans l’appareil de Golgi sont


essentielles à l’adressage correct des protéines dans la cellule.
Les endosomes:

Définition et origine des endosomes:

 L’endosome est un compartiment membranaire très hétérogène sur le plan


morphologique. Les endosomes ont plusieurs origines. Ils proviennent :

* Des vésicules d’endocytose issues de la membrane plasmique. transportent


des molécules prélevées dans le milieu extracellulaire ;

* Des vésicules de transport ayant bourgeonné de la face trans de Golgi.


 Elles leur apportent notamment des hydrolases acides et des pompes à protons
(ATPase H+). Grâce à cet apport, les endosomes se transforment
progressivement en lysosomes.

Le matériel membranaire et soluble des endosomes est transporté vers les


lysosomes avec lesquels il peut fusionner.
Classification des endosomes:

 On distingue deux classes d’endosomes en fonction de leur pH :

– Les endosomes précoces sont directement alimentés par l’endocytose. Ils


présentent un pH proche de celui du milieu extracellulaire.
– Les endosomes tardifs présentent un pH plus acide (6,5) intermédiaire entre le
pH des endosomes précoces et celui des lysosomes.

 La maturation qui transforme les endosomes précoces en endosomes tardifs se produit


par la formation de corps multivésiculaires (CMV) qui contiennent de grandes quantités
de membranes invaginées et de vésicules internes.

 Les CMV se transforment graduellement en endosomes tardifs, soit en fusionnant les uns
avec les autres, soit en fusionnant avec des endosomes tardifs préexistants.
Les lysosomes:

 Compartiment de morphologie très hétérogène, de pH acide (pH 5) et contenant de


nombreuses hydrolases acides (car actives uniquement à pH acide).

 Les hydrolases acides: enzymes capables d’hydrolyser l’ensemble des familles de


molécules biologiques.
On distingue ainsi : des nucléases (dégradent ADN, ARN) ; des protéases (dégradent
protéines) ; des glycosidases (dégradent les glucides), des phosphatases (coupent
les phosphates), des lipases (dégradent les lipides), des sulfatases (coupent les
groupements sulfates), …

 Le diamètre des lysosomes varie entre 0,2 et 0,5 μm.


 Les lysosomes sont présents dans toutes les cellules
eucaryotes à l’exception des hématies.
Origine des lysosomes:

 Les lysosomes résultent de la fusion d’une ou plusieurs vésicules de transport et


d’une vésicule (endosome tardif, phagosome) renfermant des matériaux à
dégrader.

 Les vésicules de transport bourgeonnent depuis l’appareil de Golgi et contiennent,


entre autres, les hydrolases acides et les ATPases à protons. Elles sont recouvertes
de clathrine lorsqu’elles bourgeonnent.
Caractéristiques des lysosomes:

La membrane lysosomale:

La membrane qui entoure les lysosomes a les caractéristiques suivantes :


 Elle maintient le système clos et empêche la fuite des enzymes lysosomales dans
le cytosol.

 Elle porte une ATPase à protons qui transporte des ions H+ du cytosol vers la
lumière lysosomale, ce qui conduit à son acidification.

 Elle porte des perméases qui permettent :


* l’entrée directe de matériaux à hydrolyser depuis le cytosol vers la lumière
lysosomale ;
* la sortie des produits de l’hydrolyse lysosomale depuis la lumière vers le
cytosol.

 Elle est protégée contre son autodigestion par un revêtement glycoprotéique .


Fonctions des lysosomes:

Les lysosomes ont pour fonction d’effectuer la digestion intracellulaire. Les molécules
à digérer dans les lysosomes y arrivent par quatre voies :

 L’endocytose : les vésicules d’endocytose apportent au compartiment endosomal


puis lysosomal les molécules prélevées dans le milieu extracellulaire.

 La phagocytose : le phagosome fusionne avec des vésicules provenant de l’appareil


de Golgi et se transforme progressivement en lysosome : formation du
phagolysosome.

 L’entrée directe depuis le cytosol : ce phénomène concerne les peptides et utilise


des perméases.

 L’autophagie : c’est un mécanisme qui permet aux cellules de dégrader leurs


propres organites et molécules afin d’assurer leur renouvellement.
Chapitre VII : Le noyau
1. Structure et composition du noyau interphasique (chromatine,
enveloppe nucléaire, structures associées, pores nucléaires).
2. Expression de l’information génétique (synthèse protéique chez les
procaryotes et eucaryotes).
3. Mitose et cycle cellulaire.
4. Méiose.
Le noyau

Le noyau renferme l’information génétique, il est visible quand la cellule ne se


divise pas (interphase).

L’enveloppe nucléaire délimite le nucléoplasme qui contient la chromatine et le


nucléole
* L’enveloppe nucléaire

 double membrane percée de pores qui contrôlent les échanges entre le nucléoplasme
et le cytoplasme

 la membrane externe est en continuité avec les REG et peut porter des ribosomes

 la membrane interne est en contact avec la chromatine

* Le nucléoplasme

Le nucléoplasme renferme :

– L’information génétique compactée sous forme de chromatine (chaque chromosome


y occupe une place définie).

– La matrice nucléaire qui comprend la lamina nucléaire : couche protéique de 0,2 μm


d’épaisseur située au contact de la membrane nucléaire interne. Les lamines
font partie de la famille des filaments intermédiaires.
* La chromatine

membrane nucléaire

euchromatine
hétérochromatine

• constituant principal du noyau

• existe sous deux formes


• hétérochromatine (sombre) région non active
• euchromatine (claire) région active

• composé d’ADN (acide désoxyribonucléique) enroulé autour de protéines : les


histones
Condensation de la chromatine
en chromosomes au cours de la
mitose
* Le nucléole

 Corps sphérique non limité par une membrane où sont synthétisés les ARNr

 C’est à ce niveau que sont assemblées les sous-unités ribosomales

 En général, il existe un nucléole par cellule

 Disparaît au début de la mitose et se reconstitue à la fin de cette dernière ;

Nucléole
Les échanges nucléo-cytoplasmiques

Les échanges se déroulent dans les deux sens :


• Du cytosol vers le nucléoplasme = Import.
• Du nucléoplasme vers le cytosol = Export.

Parmi les protéines karyophiles (ayant une affinité pour le noyau): les lamines, les histones,
les protéines impliquées dans la réplication et la transcription (polymérases).
Le noyau, lieu de la réplication de l’ADN:

 La réplication est le processus qui permet de transmettre l’information contenue dans


l’ADN de générations en générations.

 Phénomène qui permet de dupliquer l’ADN (doublement ADN) pour la division des
cellules.

 Cette synthèse se produit à la phase S (au milieu du cycle cellulaire) grâce à l’activité de
l’ADN-polymérase.
La réplication d’ADN: La fourche de réplication

Origine de réplication
Synthese discontinue

5

Protéine SSB 3 5 3 Brin tardif


3 5
5 Fragments d’Okazaki
3

ADN Primase
3
5
Amorce
Hélicase 5 Brin précoce

3
AND Polymerase III

Synthese continue
Le noyau, lieu de l’expression génétique

Le noyau étant le lieu de stockage du matériel génétique porté par l’ADN, il constitue
donc le point de départ de l’expression génétique.

 L’expression génétique conduit à la synthèse d’ARN (acide ribonucléique)

 Expression des gènes protéiques


L’expression génétique conduit à la synthèse d’ARN (acide ribonucléique)

 L’expression d’un gène est une suite de synthèses chimiques et de réactions


aboutissant à la synthèse d’un ARN à partir d’une séquence d’ADN appelée gène.

 Ce processus de synthèse, nommé transcription, a lieu dans le noyau et conduit à la


formation de différents types d’ARN dont les principaux sont :

• Les ARN messagers (ARNm), environ 2 % des ARN cellulaires. L’ARN messager porte
le message génétique conduisant à la synthèse d’une protéine.

• Les ARN de transfert (ARNt), environ 18 % des ARN cellulaires. Ils transfèrent les
acides aminés sur la protéine en cours de synthèse pendant la traduction.

• Les ARN ribosomaux (ARNr), environ 82 % des ARN. Ils entrent dans la composition
des ribosomes.
Expression des gènes protéiques

 Dans le cas d’un gène protéique (séquence d’ADN conduisant à la synthèse d’un ARNm),
l’expression génétique se fait en 2 étapes : transcription puis traduction.

 Dans les cellules eucaryotes qui sont compartimentées, les deux étapes se déroulent
dans des compartiments différents :

 La transcription se déroule dans le noyau et donne naissance à un ARN pré-messager


(ARNpm) qui subit des modifications (regroupées sous le terme de maturation) pour
devenir un ARNm mature. Cet ARNm emprunte ensuite les pores nucléaires pour passer
du noyau au cytosol ;

 La traduction de l’ARNm en protéine a lieu dans le cytosol et est en partie réalisée par
les ribosomes aidés des ARNt.

 Dans les cellules procaryotes où il n’y a pas de noyau, l’ARNm est traduit immédiatement
en protéine, sans maturation.
Eucaryotes

Transcription et traduction chez les


Eucaryotes et Procaryotes:

Procaryotes

Transcription

Traduction
Traduction

©1998 by Alberts, Bray, Johnson, Lewis, Raff, Roberts, Walter.


Published by Garland Publishing, a member of the Taylor & Francis Group.
Le cycle cellulaire:

 Le cycle cellulaire correspond au processus par lequel une cellule aboutit à:


la duplication de son matériel génétique,
puis à la génération de deux cellules filles, identiques à la cellule d’origine.

 Les différentes étapes de ce processus sont définies comme des phases.

 Durant ce cycle il y a deux étapes importantes: la réplication ou phase S (synthèse et


duplication de l’ADN) et la mitose (ségrégation des chromosomes et séparation
des cellules filles).
G0: hors du cycle cellulaire
Prophase
Métaphase
Mitose Anaphase
Début du cycle
Télophase

Croissance, préparation Croissance, préparation


de la mitose de la réplication

La cellule décide de
continuer ou non
Réplication de l’ADN

 Le cycle cellulaire est divisé en plusieurs phases :

La phase G1, première phase de croissance (la plus longue),


La phase S durant laquelle le matériel génétique est répliqué,
La phase G2, qui est la seconde phase de croissance cellulaire,
La phase M, celle de la mitose proprement dite.

Il existe une phase dite de quiescence qui correspond à la sortie du cycle, phase G0.
Les phases G1, S et G2 constituent l'interphase.
La mitose:

 La mitose est le processus de la division cellulaire.

 Il s’agit de la division de la cellule mère en deux cellules filles (cellules identiques à la


cellule d’origine).

 La mitose se produit dans les cellules somatiques.

 Caractéristiques : Division unique, asexuée.

 Rôle : Renouvellement des cellules mortes, croissance, cicatrisation,


(cancer).

centromère

Chromatides sœurs
Les phases de la mitose
La prophase:

 Condensation des fibres chromatiniennes dupliquées et disparition


du nucléole.

 Mise en place des kinétochores.

 Formation des microtubules mitotiques.

 Séparation des centrosomes.

Prométaphase et Métaphase

 c'est le rassemblement des chromosomes condensés à


l'équateur de la cellule, pour former la plaque
métaphasique (ou équatoriale) .

 Les tensions subies par chacun des kinétochores d'un


chromosome s'équilibrent progressivement et ceux-ci s'alignent
dans un plan situé à mi-chemin des deux pôles.
Anaphase

 Étape de la mitose pendant laquelle les centromères se divisent et les


chromatides sont attirées vers les pôles opposés de la cellule par des
fibres fusoriales.

Télophase et cytodiérèse

 Étape de la mitose dans laquelle les chromatides ont atteint les pôles de la cellule.

 Chacune des chromatides est maintenant un chromosome complet non-dupliqué

 décondensation des chromosomes

 formation de la membrane nucléaire

 séparation des cellules filles


La méiose

 Mode de la division cellulaire qui ne se produit que dans les organes reproducteurs (cellules
germinales) et qui donne naissance à des cellules appelées gamètes (Un ovule et un
spermatozoïde)

 Les gamètes contiennent qu’un seul exemplaire des chromosomes (haploïde: n) donnés par
un parent (diploïde: 2n)

 Caractéristiques : 2 divisions cellulaires successives:


* M1 : division réductionnelle
* M2 : division équationnelle
• Processus sexué.
 Rôle : Reproduction, diversité génétique.
Deux séries d’étapes.

Même processus que la mitose sauf:

 Répétée deux fois

 1ère division: chromosomes


Prophase I
homologues forment tétrades
Interphase Métaphase I  Chromosomes dupliqués de
chaque parent se rendent aux
Anaphase I
Télophase I pôles
Méiose de 1er division
Méiose de 2er division  2e division: chromosomes non-
Anaphase II
dupliqués se rendent aux pôles
Télophase I
 Formation de 4 cellules filles,
Métaphase II
Prophase II donc 4 gamètes
MITOSE
2n 2n

4n

2n

4n MEIOSE

Gamètes

n n n n

Vous aimerez peut-être aussi