Vous êtes sur la page 1sur 30

Rapport de Stage

Centre de production des


engrais

Réalisé par : CHIHAOUI Abdelhamid


Encadré par : Mr. BENBAADI
Effectué à : L’Office chérifien des phosphates
Période de stage : Du 02/07/2018 Au 27/07/2018
Département : T.I.M.Q
1
Remerciements
Je tiens à remercier vivement Monsieur BENBAADI, chef du
Département, pour m’avoir offert l’opportunité de passer ce Stage
au sein du Groupe OCP, ainsi que pour ses conseils si Précieux et
pour son chaleureux accueil.

Je remercie également toute l’équipe de salle de contrôle TSP,


pour toute l’aide qu’elle m’a Apportée et l’expérience qu’elle m’a
faite partager, ce qui m’a Beaucoup servi durant mon stage.

Je terminerai cette partie en remerciant tous mes Professeurs


à l’EST de SAFI pour leur encadrement, leur Disponibilité, et leur
aide et leur aide qu’ils n’ont jamais hésité à nous apporter.

2
Sommaire

INTRODUCTION ........................................................................................................................................................... 4
CHAPITRE 1 : Présentation du groupe OCP .................................................................................................................... 5
1-Présentation générale du groupe O.C.P ...................................................................................................................... 5
2-Historique ................................................................................................................................................................. 6
3-statut juridique .......................................................................................................................................................... 8
4-structure organisationnelle......................................................................................................................................... 8
5-Activités ................................................................................................................................................................... 9
A-L’extraction des phosphates :................................................................................................................................ 9
B-Le traitement ...................................................................................................................................................... 10
C-Transformation ................................................................................................................................................... 11
D-la vente............................................................................................................................................................... 11
6-Filiales et joint-ventures .......................................................................................................................................... 12
7-Division Maroc Chimie ........................................................................................................................................... 16
CHAPITRE 2 : Description du procédé de fabrication des engrais TSP........................................................................... 17
1-généralitées sur l’atelier de production, les engrais TSP et le procédé de fabrication ................................................ 17
2-la réaction ............................................................................................................................................................... 20
3-la granulation .......................................................................................................................................................... 21
4-le séchage ............................................................................................................................................................... 22
5-la classification ....................................................................................................................................................... 23
6-Le stockage ............................................................................................................................................................. 24
CHAPITRE 3 : L’unité de séchage ................................................................................................................................. 25
1-Généralités sur le séchage........................................................................................................................................ 25
2-procédé de séchage à co-courant .............................................................................................................................. 25
3-la chambre de combustion LN ................................................................................................................................. 26
CONCLUSION.............................................................................................................................................................. 28
LISTE DES FIGURE ........................................................................................................................................................... 29
ANNEXE ......................................................................................................................................................................... 30

3
INTRODUCTION
Le stage est le moment opportun pour confronter les connaissances théoriques à la réalité pratique,
c’est une porte ouverte pour l’apprentissage, le perfectionnement et l’amélioration des capacités
professionnelles.

Le secteur économique des engrais regroupe toutes les activités d’extraction des roches, de valorisation
et de commercialisation des engrais constitués des éléments importants et répondant aux besoins selon leur
destination. Les engrais phosphatés sont mondialement commercialisés et plus particulièrement le Triple Super
Phosphate (TSP).

La qualité du produit TSP est un facteur primordial d’où l’Office Chérifien des Phosphates améliore la
commercialisation de ce produit pour pouvoir se différencier par rapport à ses concurrents d’engrais. Mon stage
a été effectué au sein de l’Office Chérifien des Phosphates de Safi.

Mon rapport de stage sera devisé en 3 chapitres :

à Le premier chapitre consiste, pour faire une présentation du groupe OCP

à Le deuxième chapitre est pour une description du procédé de fabrication des engrais TSP.

à Le dernier chapitre, concerne la chambre de combustion LN et l´unité de séchage.

4
CHAPITRE 1 : Présentation du groupe OCP
1-Présentation générale du groupe O.C.P

Le Groupe Office Chérifien des Phosphates (OCP) est un opérateur international dans le domaine de
l’industrie des phosphates et des produits dérivés. Il occupe la position du premier exportateur à l’échelle
mondiale du phosphate sous toutes ses formes. Le sous-sol Marocain renferme les plus importants gisements de
la planète trois quarts des réserves mondiales du phosphate. Le groupe OCP est présent cinq zones géographiques
du Maroc, quatre zones d’exploitations minières et deux centres de transformation chimique.

Les besoins continus de l’agriculture mondiale en phosphate ont fait du groupe un organisme qui jusqu’à
nos jours n’a cessé de grandir, et pour se maintenir sur le plan de la concurrence par rapport aux autres pays
producteurs de phosphate et dérivés, il se modernise, se développe continuellement et s’affirme comme le
LEADER du marché mondial des phosphates.

L’OCP a été constitué sous la forme d’un organisme semi-publique sous contrôle de l’État. Il fonctionne
ainsi comme une société dont le seul actionnaire est l’État Marocain, appliquant les méthodes de gestion privée,
dynamique, souple et efficace vu le caractère de ses activités industrielles et commerciales.

5
2-Historique

Les phosphates marocains sont exploités dans le cadre d’un monopole d’État confié à un établissement
public créé en août 1920, l’Office Chérifien des Phosphates, devenu Groupe OCP en 1975. Mais c’est le 1er mars
1921 que l’activité d’extraction et de traitement démarre à Boujniba, dans la région de Khouribga.

Les phosphates marocains sont exploités dans le cadre d’un monopole d’État confié à un établissement
public créé en août 1920, l’Office Chérifien des Phosphates, devenu Groupe OCP en 1975. Mais c’est le 1er mars
1921 que l’activité d’extraction et de traitement démarre à Boujniba, dans la région de Khouribga.

Parallèlement, de nombreux partenariats sont développés avec des opérateurs industriels du secteur, au
Maroc et à l’étranger.

Le développement du Groupe OCP a été marqué par quelques grandes dates. Sur le plan géologique, on
distingue trois étapes :

1905-1921 : période des pionniers.

1921-1951 : période des études fondamentales, stratigraphiques et paléontologiques.

1960-1986 : période d’intensification des études sédiment logiques et géochimiques, ainsi que de l’étude des

gisements du Sahara marocain du crétacé.

D’un point de vue chronologique, voici les principales dates qui ont marquées l’histoire du groupe OCP :

1920 : Création, le 7 août, de l’Office Chérifien des Phosphates (OCP).

1921 : Début de l’exploitation en souterrain du phosphate dans la région d’Oued Zem sur le gisement des Oulad
Abdoun, le 1er mars. « Descente » du premier train de phosphate de Khouribga vers le port de Casablanca, le 30
juin. Premier départ des phosphates du Maroc (du port de Casablanca) le 23 juillet.

1931 : Début de l’extraction en souterrain à Youssoufia (ex-Louis Gentil).

1932 : Ouverture du centre minier de Youssoufia. Premières expéditions du phosphate de Youssoufia vers le port
de Casablanca.

1936 : Premier train de phosphate de Youssoufia vers le port de Safi.

6
1951 : Démarrage de l'extraction en « découverte » à Sidi-Daoui (Khouribga). Début du développement des
installations de séchage et de calcination à Khouribga

1959 : Création de la Société Marocaine d'Etudes Spécialisées et Industrielles (Smesi), en mai.

1961 : Mise en service de la première laverie à Khouribga.

1965 : Création de la société Maroc Chimie. Début de la valorisation avec le démarrage des installations de l'usine
de Maroc Chimie, à Safi. Extension de l'extraction à ciel ouvert à la mine de Merah El Aharch (Khouribga).

1969 : Entrée en exploitation de la première Recette de phosphate noir à Youssoufia.

1974 : Lancement des travaux pour la réalisation du centre minier de Benguérir, en mai. L'OCP prend le contrôle
de la Société Marocaine des Fertilisants (Fertima), créée en 1972. Naissance de l'Institut de Promotion Socio-
Éducative (IPSE), en août.

1975 : Création du Groupe OCP (décision de création en juillet 1974 et mise en place en janvier 1975). Intégration
des industries chimiques aux structures internes de l'OCP, en janvier. Création du Centre d'Études et de
Recherches des Phosphates Minéraux (Cerphos), en octobre.

1981 : démarrage du Maroc phosphore 2 l’OCP dans le capital de la société PRAYON.

1982 : Début des travaux de construction du complexe chimique Maroc Phosphore III-IV à Jorf Lasfar (mars).

1986 : Démarrage des différentes lignes d'acide sulfurique et d'acide phosphorique de Maroc Phosphore III- IV.

1996 : Création de la société Euro-Maroc Phosphore (Emaphos). Lancement des travaux déconstruction de l'usine
d'acide phosphorique purifié d’Emaphos, à Jorf Lasfar (janvier-février). Regroupement des activités des deux
sociétés Maroc Chimie et Maroc Phosphore au sein de Maroc Phosphore (janvier).

1997 : Accord d’association entre le groupe OCP et le groupe indien BILRA pour la réalisation d’une entité de
production d’acide phosphorique à JORF LASFAR.

1998 : démarrage de la production de l’acide phosphorique purifié.

2002 : prise de participation dans la société PPL (inde).

2008 : Le Groupe OCP devient OCP Société Anonyme.

2013 : Démarrage de l’unité MCP (Mono-calcique phosphate).

7
3-statut juridique

Le groupe OCP est une entreprise semi-publique sous contrôle de l’état, mais elle agit avec le même
dynamisme et la même souplesse qu’une grande entreprise privée servant à l’état marocain tous les droits de
recherche et d’exploitation des phosphates, gérée par un directeur est contrôlé par un conseil d’administration
présidé par le premier ministre. La gestion financière est séparée de celle de l’état. Le groupe OCP est inscrit au
registre de commerce et soumis sous le plan fiscal les mêmes obligations que n’importe qu’elle entreprise privée
(impôt sur les salaires, sur les Bénéfices, taxes sur l’exportation…), et chaque année, le groupe OCP participe au
budget de l’état par versement de ses dividendes.

4-structure organisationnelle

Le groupe OCP apporte régulièrement des changements à ses structures organisationnelles, tant dans les
domaines techniques que ceux du management.

Figure 1 : Organigramme de la structure du groupe OCP


8
5-Activités

Les activités du groupe consistent dans :

• L’extraction
• Le traitement
• La Transformation
• La vente

A-L’extraction des phosphates :

La production de phosphate brut est assurée dans quatre centres miniers : Khouribga, Benguerir,
Youssoufia et Boucraâ. L’extraction s’effectue soit à ciel ouvert ou en souterrain.

Figure 2 : Réserves des phosphates et sites exploités par l’OCP au Maroc

9
• L’extraction souterraine
A l’aide des puits construits à cette fin, on peut déterminer la position des couches phosphatique. Puis,
on construit une descenderie qui mène directement à la couche prête à exploiter. Ce type d’extraction est appliqué
au centre de Youssoufia.

• L’extraction à ciel ouvert


Cette méthode commence par le sautage du sol pour bien déterminer la couche phosphatique. L’opération
préalable est le forage des sols recouvrant les phosphates et leur élimination Une fois la couche phosphatée mise
à nu, son exploitation est assurée par des machines extrêmement puissantes appelées "Draglines". Ce type
d’exploitation est appliqué aux mines de Khouribga, Boucraâ et Benguerir.

Figure 3 : l´extraction á ciel ouvert


Enfin, le gisement peut faire l’objet d’une extraction à ciel ouvert ou souterrain en fonction du coût de
cette opération qui dépend d’un certain nombre de paramètres (profondeur, la nature de la terre...).

B-Le traitement

Pour être considéré comme marchand, le phosphate doit subir une série d’opération industrielle de
traitement. Dans ce domaine, l’OCP a créé plusieurs unités d’enrichissement afin d’adapter la qualité de ses
produits aux exigences de sa clientèle.

• Le lavage
Cette étape, dans le processus, permet d’éliminer les particules très fines, notamment de l’argile.

10
• Le séchage
Il est réalisé dans des fours à une température très élevée Pour réduire l’humidité du produit à moins de
2% avant sa Commercialisation.

• La calcination
Pour éliminer les matières organiques contenues dans le Minerai brut par un traitement thermique
(700°C).

Figure 4 : Station de calcination

C-Transformation

En gros, la moitié de la production est exportée comme matière première à destination d'une quarantaine
de pays à travers le monde, tandis que l'autre moitié est livrée aux usines locales de transformation. Celles-ci sont
dénommées Maroc Chimie I et II (Safi), Maroc Phosphore I & II (Safi) et Maroc Phosphore III – IV (Jorf Lasfar).
La transformation du phosphate se fait en acide phosphorique, acide sulfurique et en engrais.

D-la vente

Commercialisation du phosphate et de ses produits dérivés ce qui fait que la vente du phosphate
représente une importante source de revenus pour le Maroc.
11
6-Filiales et joint-ventures

• Filiales
Maroc Phosphore (100 % OCP):

Totalement intégrée dans l’organisation du Groupe OCP, cette entité est spécialisée dans la production
d’acide phosphorique et d’engrais à Safi et Jorf Lasfar.

Phosboucraâ (100 % OCP):

La société Phosboucraâ a été créée en 1962 pour exploiter le phosphate de Boucraâ dont les premières
traces ont été découvertes en 1947. Mais ce n’est qu’en 1972 que l’exploitation à proprement parler a démarré.
Jusqu’en décembre 2003, les Espagnols détenaient 35 % du capital de la société. Depuis cette date, l’OCP est
devenu le seul actionnaire. Le siège social est basé à Casablanca.

Smesi (100 % OCP) :

Née en 1959, la Société Marocaine d’Études Spéciales et Industrielles (Smesi) est une société
d’ingénierie, d’études et de réalisations industrielles. Depuis sa création, elle accompagne le développement du
Groupe OCP à travers la réalisation d’études de faisabilité, mais également le montage d’unités clés en main dans
le domaine du traitement des minerais, de la manutention et de l’industrie chimique. La Smesi adopte une
organisation basée sur le système de gestion évolutive, lequel est adapté à la nature de chaque projet et au cas par
cas. L’entreprise s’appuie sur sa capacité à mobiliser rapidement des ressources opérationnelles et des
compétences techniques, en signant le cas échéant des alliances avec des sociétés d’ingénierie étrangères. En plus
du Groupe OCP, d’autres opérateurs économiques et industriels du pays font également appel aux services de la
Smesi. Selon les besoins, la Smesi peut mobiliser plusieurs techniciens et ouvriers spécialisés pour des travaux
de montage ou de construction. Elle dispose de plusieurs services opérationnels au Maroc, notamment dans les
centres miniers et industriels du Groupe OCP.

Marphocéan (100 % Maroc Phosphore) :

Elle est spécialisée dans le transport maritime et les affrètements grâce à ses quatre chimiquiers. À cause
des pertes.

12
Centre d’Études et de Recherches des Phosphates minéraux 100 % OCP :

Créé en 1975, le CERPHOS mène des recherches sur les minerais, et en particulier les phosphates. Ses
activités portent aussi bien sur la connaissance, l’exploitation et la valorisation des gisements, que sur les produits
et procédés mis en œuvre dans l’industrie. Au fil des années, ces activités se sont élargies à des domaines liés à
la corrosion, à l’assistance en matière de qualité et à la préservation de l’environnement…

Sotreg (100 % OCP) :

La Société des Transports Régionaux (Sotreg) assure le transport du personnel du Groupe OCP.
Elle dispose pour cela d’une importante flotte de cars.

IPSE :

L’Institut de Promotion Socio-éducative (IPSE) a été créé en 1974 pour prendre le relais des écoles de
la Mission universitaire et culturelle française. Cette association à but non lucratif a pour vocation de promouvoir
les activités d’enseignement et d’éducation en faveur des enfants du personnel du Groupe.

• Joint-ventures
Prayon (50 % OCP, 50 % SRIW-Belgique) :
Le Groupe OCP a pris une participation dans la société Prayon qui dispose de 2 sites de production en
Belgique (Engis et Purs). Les activités de Prayon couvrent notamment la fabrication et la vente d’engrais, d’acide
phosphorique et autres produits chimiques, de pigments minéraux, ainsi que la mise au point et la vente des
produits techniques (acides phosphoriques, fluor, uranium, filtration, agitation…).

Emaphos (Euro-Maroc Phosphore) (1/3 OCP, 1/3 Prayon, 1/3 CFB) :


Ce projet a été mené en collaboration avec des partenaires belges (Prayon) et allemands (Chemische
Fabrik Budenheim). Il a débouché sur la mise en service, en 1998 à Jorf Lasfar, d’un complexe moderne capable
de produire plus 150.000 tonnes P2O5 d’acide phosphorique purifié par an.

13
Imacid (1/3 OCP, 1/3 Chambal Fertiliser-Inde, 1/3 Tata Chemicals Ltd-
Inde) :
Pour diversifier ses alliances stratégiques et sécuriser une partie de ses exportations, le Groupe OCP
s’est rapproché de la société indienne Chambal appartenant au Groupe privé Birla. En 1999, ce, partenariat a
permis le démarrage, au sein du complexe industriel de Lasfar, d’Imacid, une usine d’acide phosphorique dont la
capacité de production annuelle a été portée plus de 430.000 tonnes P2O5.

Pakistan Maroc Phosphore S.A. (50% OCP, 25% FFBL, 12,5% Fauji
Fondation, 12,5% FFCL) :

• Capital social : 800 millions de dirhams


• Capacité de production : 375.000 tonnes d’acide phosphorique
• Localisation géographique : Jorf Lasfar (Maroc)

BUNGE MAROC PHOSPHORE (BMP) :

BMP a été créée en avril 2008 à Jorf Lasfar et a démarré son activité en mars 2009. La société est détenue
à parts égales par OCP et le brésilien Bunge Brasil. BMP a pour activité la production et la commercialisation
d’acide phosphorique, d’engrais phosphatés et azotés et d’autres produits dérivés. L’entreprise a une capacité de
production de 375 000 tonnes P2O5 par an.

Zuari Maroc Phosphate (50 % OCP, 50 % Chambal FertiliserInde) (limité):

Fruit d’un partenariat entre le Groupe OCP et Chambal Fertiliser Ltd (Groupe indien Birla), cette société
d’investissement détient 74% du capital social de la société Paradeep Phosphate Ltd (PPL). Les 26% restants sont
détenus par l’État indien. L’unité est spécialisée dans la fabrication d’engrais phosphatés avec une capacité de 1
million de tonnes par an.

14
Figure 5 : Représentation des filiales et Joint-Ventures
15
7-Division Maroc Chimie

Mon stage a été effectué au sein de l’Office Chérifien des Phosphates de Safi, notamment à la division
Maroc Chimie (service Production Engrais).

Cette division a été créée en 1965 pour la fabrication des engrais et des produits chimiques de toutes
natures, notamment par la transformation des phosphates. Cette entité a connu son développement à partir des
années soixante-dix. Elle comporte 5 ateliers principaux :

• Atelier sulfurique pour la production de l’acide sulfurique.


• Atelier phosphorique pour la production de l’acide phosphorique (30%, 42% et 54%).
• Atelier d’énergies et fluides (la centrale thermique).
• Atelier TSP pour la production du Triple Super Phosphate destiné à la fertilisation des sols.
• Atelier MCP pour la production du Mono-Calcique Phosphate, un compliment alimentaire pour les
bétails.

Figure 6 : Organigramme de la division Maroc chimie

16
CHAPITRE 2 : Description du procédé de
fabrication des engrais TSP

1-généralitées sur l’atelier de production, les engrais TSP et le


procédé de fabrication

àAtelier de production du TSP


L’atelier TSP du Maroc Chimie a été installé en 1965. Il est composé de deux lignes de production (ligne
nord et ligne sud) ayant un fonctionnement identique et disposant d’une cadence de production de 1500 t/j. Cet
atelier est destiné principalement à la fabrication du Triple Super Phosphate par attaque du phosphate broyé par
l’acide phosphorique.

L’atelier de production dispose d’une salle de contrôle, ses agents de surveillance, disposant des
connaissances en automatique et en électricité, ont pour rôle de contrôler.

Surveiller et d’intervenir en cas de dysfonctionnement de l’un des équipements de la chaîne de


production du produit TSP.

La régulation s’avère actuellement un outil primordial, ses applications deviennent de plus en plus
nombreuses dans de divers domaines d’activités et particulièrement dans les industries chimiques.

Certains paramètres doivent être maintenus constants (débit, température, pression…) afin de garantir
une bonne marche de production.

àTriple Super Phosphate (TSP)


Comme le phosphate est très peu soluble dans le sol, les engrais phosphatés doivent être apportés avant
de cultiver et de les bien mélanger au sol, se sont donc les engrais de fond, ils contiennent des oligo-éléments tel
que le fluor, le magnésium, l’oxyde de fer … et ils sont caractérisés par leurs teneurs en P2O5, par leurs formes
ainsi que par leur type. Depuis 1965, le TSP a fourni environ 15 à 20 % des engrais phosphatés du monde, cette
proportion varie peu dans le temps. A mesure que la consommation d’engrais phosphatés augmentait, celle du
TSP augmentait à peu près au même rythme. Le Triple Super Phosphate (TSP) est donc un engrais granulé
simple qui ne contient que du P2O5, sa fabrication est basée sur l’attaque du phosphate broyé par l’acide

17
phosphorique, destiné à la fertilisation des sols. Il est très utilisé en agriculture grâce aux bienfaits qu’il apporte,
dont on peut citer :

Fourniture d’éléments nutritifs aux plantes.


Amélioration de la fertilisation et de la croissance des plantes.
Augmentation du rendement et de la qualité des cultures

Cet engrais phosphaté est caractérisé par :

• Sa formule NPK (N2-P2O5-K2O) : qui représente les pourcentages en poids de ces 3 éléments en
produit fini et qui sont respectivement égaux à 0-47-0.

• Sa solubilité : pourcentage P2O5 soluble dans l’eau et le citrate d’ammonium.

• Sa granulométrie : entre 2mm et 4mm de 80 à 90%.

• Son humidité : qui est égale à 5,5% environ à la sortie de la ligne de production.

àLe procédé de fabrication du TSP


La production de cet engrais phosphaté au sein de l’atelier TSP demande les matières premières
suivantes:

• Le phosphate broyé (80 à 160 µm)


• L’acide phosphorique H3PO4 (42% P2O5)

Le phosphate broyé (80 à 160 µm) provient du broyage de l’atelier phosphorique I pour alimenter deux
silos, l’un d’une capacité de 1500T et l’autre de 300T. Au-dessous de ceux-ci, se trouve un extracteur qui alimente
à son tour un élévateur à godets acheminant autre extracteur associé à une trémie fournissant le phosphate à un
dosimètre situé en haut de la cuve d’attaque.

L’acide phosphorique provenant de l’atelier phosphorique est stocké dans un bac d’acide associé à une
pompe afin de fournir l’acide nécessaire à la cuve d’attaque selon la cadence d’alimentation du phosphate broyé.
La production du TSP comprend 5 étapes successives et complémentaires dont nous allons détailler et qui sont :

ü La réaction
ü La granulation
ü Le séchage
ü La classification
ü Le stockage

18
Figure 7 : Schéma décrit le procédé de fabrication des engrais TSP

19
2-la réaction

Le phosphate broyé provenant du dosimètre et l’acide pompé du bac sont mélangés préalablement dans
un pré-mélangeur afin d’éviter toute perte importante du phosphate par le système d’assainissement d’une part et
de garantir une bonne homogénéisation du mélange d’autre part. Ce dernier s’écoule dans la cuve d’attaque où se
produit la réaction suite à l’attaque du phosphate (31% P2O5) par l’acide phosphorique (42% P2O5) et par ajout
de la vapeur d’eau moyenne pression (MP) de 5 à 7 bar à une température allant de 180°C jusqu’à 220°C pour
maintenir la température de la cuve d’attaque à 104°C environ, ceci permet de former une bouillie ayant une
humidité de 20% environ. L’objectif de cette attaque est de transformer le phosphate tricalcique en phosphate
mono-calcique et bi-calcique assimilable par les plantes. Les principales réactions qui se déroulent au sein de la
cuve d’attaque sont :

Ca3 (PO4)2 + 4H3PO4 + 3H2O à 3Ca (H2PO4)2.H2O

Ca3 (PO4)2 + H3PO4 + 6H2O à 3CaHPO4.2H2O

La réaction globale est :

2 Ca3 (PO4)2+ 5 H3PO4 + 9H2O à 3Ca(H2PO4)2.H2O + 3CaHPO4.2H2O

Avec :

• Ca3 (PO4)2 : phosphate tricalcique (soluble dans les acides).


• Ca(H2PO4)2.H2O : phosphate mono-calcique (soluble dans l’eau).
• CaHPO4.2H2O : phosphate bi-calcique (soluble dans le citrate d’ammonium).

Figure 8 : Schéma de la cuve d’attaque


20
3-la granulation

A un certain temps, la bouillie formée atteint le niveau de la goulotte bouillie depuis laquelle elle s’écoule
par débordement dans le granulateur à travers une conduite chauffée à la vapeur. Cette bouillie rencontre le produit
recyclé provenant de la bande de recyclage et alimentant une jetée de recyclage située au-dessus du granulateur
par le biais d’un élévateur de recyclage. C’est grâce à la rotation du granulateur (ω= 8tr/mn) et la perte d’humidité
de la bouillie qu’on obtient le produit TSP à 10% d’humidité. Le granulateur est un tube rotatif incliné de 2,2%,
disposé à l’intérieur des couteaux décrotteurs permettant de décrotter le produit des parois internes de celui-ci.

Figure 9 : Schéma du granulateur

21
4-le séchage

Le produit TSP ainsi formé est transporté vers le tube sécheur à travers la goulotte sortie granulateur afin
d’en diminuer l’humidité de 10% à 5% environ à la sortie. Celui-ci est un tube rotatif, disposant à l’entrée des
palettes hélicoïdales permettant l’entraînement du produit à l’intérieur et des palettes le long du tube sécheur
permettant de soulever le produit et l’entraîner au milieu comme un mouvement des cascades dû à la rotation
(ω=4 tr/mn) pour lui garantir une bonne exposition aux gaz chauds à co-courant et Un séchage modéré, il dispose
ainsi d’autres palettes à l’extrémité permettant de relever les blocs et les jeter dans un panier pour les évacuer à
l’extérieur afin de subir un concassage. La chaleur nécessaire pour le chauffage est fournie par la combustion du
fuel lourd dans une chambre de combustion à une température allant de 600°C à 700°C. Il est à noter que la
présence d’une porte décharge située entre la sortie de la chambre de combustion et l’entrée du sécheur, permet
d’évacuer l’excès du produit à l’extérieur du tube sécheur en cas de surcharge pour qu’il ne recule pas vers la
chambre et la détériorer. A la sortie du tube sécheur, une turbine aspire les gaz avec poussières vers une batterie
de 12 cyclones pour les séparer, les grains fins chutent en bas et se dirigent vers la bande de recyclage à travers
deux trémies alors que les gaz se dégagent à travers les cheminées après leur lavage.

Figure 10 : Schéma du tube sécheur

22
5-la classification

Le produit séché à 5% d’humidité environ est transporté à l’aide d’un élévateur à godets sortie sécheur
vers une série de 4 transporteurs vibrants afin de le classifier. Chaque transporteur vibrant alimente un crible et
après un broyeur. Le refus ayant une taille supérieure à 20mm est envoyé au concasseur et par la suite, à la bande
de recyclage. Alors que le passant alimente les 4 cribles vibrants dont chacun dispose de deux toiles superposées
respectivement de 4mm et de 2mm. Nous avons 3 catégories :

• Le refus (>4mm) est destiné au broyage à l’aide des broyeurs à cylindres puis au recyclage.
• Le produit désiré (2<d<4mm) est envoyé vers une série de bandes puis vers le stockage pour
mûrissement et expédition.
• Le passant (<2mm) est transporté directement à la bande de recyclage à travers une trémie (trémie
sous crible).

Figure 11 : Schéma du système de classification

23
6-Le stockage

Dans le hall de stockage la réaction se poursuit, le phosphate non converti va être attaqué par l’acide
phosphorique n’ayant pas réagi, pour atteindre l’étape finale de cette réaction et répondre à la fois aux
spécifications commerciales (Exigences d’AFCOME), un temps de stockage est nécessaire au produit, connu par
la Durée de mûrissement. Pour déterminer cette durée, on a effectué un suivi de l’évolution de la composition
chimique du produit fini TSP, à savoir P2O5 SE, P2O5 SE+SC, P2O5 total, %AL et l’humidité du produit.

Figure 12 : Suivi de l’évolution de la composition chimique sortie Ligne.

Figure 13 : Suivi granulométrique du TSP


D’après les résultats obtenus on peut dire que le temps nécessaire pour satisfaire les exigences AFCOME
est 21 jours. Et d’après les analyses physiques on constat que le cycle thermique dans le Hall de stockage n’influe
pas sur la qualité physique du TSP pour cette période de mûrissement.

24
CHAPITRE 3 : L’unité de séchage

1-Généralités sur le séchage

L’opération de séchage est une étape importante dans la chaine de la fabrication des engrais, elle permet
de réduire l’humidité du produit fini à la valeur imposé par les spécifications commercialisées.

Le séchage permet également de faciliter la manutention du produit, de réduire les couts liés au transport
et d’éviter la prise en masse du produit.

L’atelier des fertilisants de Jorf Lasfar, cette opération s’effectue dans un sécheur a Co-courant par
contact direct entre gaz chaud et le produit humide sortant du granulateur, le chauffage de l’air s’effectue par la
combustion du fuel.

2-procédé de séchage à co-courant

Les gaz chauds rencontrent le produit humide a son entrée dans le sécheur .la différence de température
permet une évaporation rapide à l’entrée du sécheur. La température des gaz diminue, ce type de séchage est
recommandé pour les produits :

ü Résistant au contact des gaz


ü Sensible à la température

25
3-la chambre de combustion LN

Une chambre de combustion : est one enceinte capable de résister à de brusques changements
de pression et de température, dans laquelle on déclenche volontairement une combustion entre des substances
chimiques déterminées.

Cette enceinte est conçue pour obtenir, à partir des gaz issus de la combustion, un travail ou une force,
Avant qu'ils ne soient évacués.

Les produits peuvent être séchés à l’aide de cette chambre :

ü Produits minéraux (pigments, engrais).


ü Produits organiques (colorants, polymères, produits pharmaceutiques).
ü Produits alimentaires.

Figure 14 : Chambre de combustion

Figure 15 : Le SADT descriptif d’une unité de séchage


26
• Fuel lourd
o Densité : 0,94 à 30°C. Et 0,88 à 100°C
o Chaleur spécifique Cp : 0.523 Kcal/Kg °C
o Température de fonctionnement 120°C
o Point d’écoulement : 36 °C
o Sa puissance utile est calculé par : Pf =F.Cp.dt

Avec F : débit du fuel

• Air de combustion
o Qac : débit de l'air à combustion Qac=19,533.F kg d'air/h
o Température 35°C
o Cp 0,24 Kcal/Kg°C

• Air de dilution primaire


o Le débit d’air de dilution primaire est : Qadp = 41680 Kg/h
o Température : 35 °C
o Humidité : 0,0125 Kg H2O/ Kg d’air sec
o Cp : 0,24 Kcal/ Kg°C

• Air de dilution secondaire


o Débit d’air de dilution secondaire : Qads = 24160 Kg/h.
o Température : 64 °C.
o Humidité : 0,0183 Kg d’eau/Kg d’air sec.
o Cp : 0,24 Kcal/Kg°C.

• Gaz chargés
On peut calculer l’énergie du gaz a la sortie de la chambre de combustion avec des relations en
thermodynamique. En tenant compte des pertes de chaleur au niveau de la chambre de combustion qui sont
estimées à 2%.

27
CONCLUSION
Mon stage d´initiation à l’Office Chérifien de Phosphate m’a permis d’acquérir de nouvelles
connaissances dans mon domaine d’étude.

Ce stage a été pour moi l’occasion de mettre en œuvre l’enseignement que j’ai acquis lors de ma
formation en Techniques instrumentales et management de qualité et fut pour moi une expérience très intéressante
et instructive qui me servira surement beaucoup dans le futur.

Ainsi, cette incursion dans la vie active fut pour moi une complète satisfaction et grâce à un encadrement
consciencieux, j’ai pu effectuer mon stage dans les meilleures conditions qui soient, j’en suis très reconnaissant.

Enfin le groupe OCP est un champ idéal pour l’exercice pratique, il englobe beaucoup des domaines
distincts, qu’il est facile pour un technicien de pratiquer sa théorie acquise pendant ces études à l’école.

28
LISTE DES FIGURE

Figure 1 : Organigramme de la structure du groupe OCP


Figure 2 : Réserves des phosphates et sites exploités par l’OCP au Maroc
Figure 3 : l´extraction á ciel ouvert
Figure 4 : Station de calcination
Figure 5 : Représentation des filiales et Joint-Ventures
Figure 6 : Organigramme de la division Maroc chimie
Figure 7 : Schéma décrit le procédé de fabrication des engrais TSP
Figure 8 : Schéma de la cuve d’attaque
Figure 9 : Schéma du granulateur
Figure 10 : Schéma du tube sécheur
Figure 11 : Schéma du système de classification
Figure 12 : Suivi de l’évolution de la composition chimique sortie Ligne.
Figure 13 : Suivi granulométrique du TSP
Figure 14 : Chambre de combustion
Figure 15 : Le SADT descriptif d’une unité de séchage

29
ANNEXE

https://www.google.co.ma
https://www.wikipedia.org
http://www.ocpgroup.ma/
Anciens rapports de stages.

30

Vous aimerez peut-être aussi