Vous êtes sur la page 1sur 171

Sommaire

• Introduction et objectif de la fonction métrologie: métrologie légale, métrologie industrielle

• Étalonnage et chaîne de raccordement des instruments de mesures

• Exemple et étude de cas: Balance de Précision

• Défauts métrologiques dimensionnels

• Exemple et étude de cas : Étalonnage d’un pied à coulisse, Étalonnage d’un comparateur

• Les défauts de formes: Exemple Planéité

• La Capabilité des instruments de mesure

• Activité et audits de la fonction métrologies NF X 07-010

• Accréditation de laboratoire ISO 17025

elfezazi said 1
ELFEZAZI SAID
INTRODUCTION ET OBJECTIFS DE LA FONCTION
METROLOGIE

elfezazi said 2
ELFEZAZI SAID
la métrologie

• La métrologie est la « science de la mesure


associée à l’évaluation de son incertitude »
• Les décideurs doivent donc s’intéresser à la
qualité des mesures
• Deux facteurs de qualité :
⇒ s'assurer du raccordement de la mesure à
des étalons de référence
⇒ calcul de l'incertitude

elfezazi said 3
ELFEZAZI SAID
La métrologie légale

• La métrologie légale est l’intervention de l’Etat


pour garantir la qualité des instruments de
mesure ou des opérations de mesurage
touchant l’intérêt public :
⇒ sécurité des personnes
⇒ protection de l’environnement et de la
santé
⇒ loyauté des transactions
elfezazi said 4
ELFEZAZI SAID
La métrologie légale

• Les services de la Métrologie du MI et ses


Délégations Régionales ont pour missions:
• ⇒ d’élaborer les différents textes
réglementaires qui régissent le contrôle des
instruments de mesure
• ⇒ d’approuver les nouveaux modèles
d’instruments de mesure réglementés
• ⇒ de coordonner les contrôles
métrologiques elfezazi said 5
ELFEZAZI SAID
La métrologie légale
• L’Organisation Internationale
de Métrologie Légale (OIML),
regroupant les organismes
analogues à la Sous Direction
de la Métrologie, est chargée
d’établir les recommandations
internationales sur les
instruments de mesure

elfezazi said 6
ELFEZAZI SAID
La garantie d’accréditation

• la traçabilité aux étalons nationaux est


démontrée à priori, sans autre preuve
nécessaire
• les étalonnages ont une valeur incontestée
• l’accréditation satisfait aux exigences
internationales du guide ISO / CEI n°25
• Par conséquent elle permet aux
laboratoires accrédités d’être en conformité
avec les exigences applicables de la norme
ISO 9001, lorsqu’ilselfezazi
ELFEZAZI SAID
said
interviennent comme 7

t t i d’ét l d é ifi ti
Organismes internationaux de
métrologie

• Bureau International des Poids et Mesures


(BIPM)
• Créé le 20 Mai 1875 sur un accord entre
plusieurs pays
• Les états représentés s’engagent à
utiliser et à diffuser le système métrique
en vue de concourir à l’uniformité des
mesures dans le monde

elfezazi said 8
ELFEZAZI SAID
Organismes internationaux de
métrologie

• Organisation Internationale de la Métrologie


Légale (OIML)
• Créée en 1955 - siège est situé à Paris
• Chargée d’harmoniser au niveau
international les règlements métrologiques,
les méthodes et les moyens de contrôle des
instruments
• Produit des recommandations
internationales quielfezazi
définissent
said
les 9
performances à atteindre par les instruments
ELFEZAZI SAID
Organismes internationaux de
métrologie

• Organismes de Métrologie
• DKD (Deutscher Kalibrierdienst) - Allemagne
• OBE (Organisation Belge d’Etalonnage) –
Belgique
• NAMAS (National Measurement Accreditation
Service) - Grande Bretagne
• SCS (Swiss Calibration Service) - Suisse
• MI division métrologie MAROC
elfezazi said 10
ELFEZAZI SAID
la métrologie industrielle

• impliquer les bureaux d’études qui spécifient


les caractéristiques des produits de façon à
définir les moyens de mesure nécessaires
pour les contrôler
• interroger la fabrication pour analyser les
moyens de mesures nécessaires à assurer la
maîtrise des fabrications
• former les personnels chargés de gérer le parc
des instruments de mesure
elfezazi said 11
ELFEZAZI SAID
la métrologie industrielle

• définir les méthodes d’étalonnage (internes ou


externes),
• étudier la façon d’assurer la traçabilité des
mesures
• mettre en place des techniques de
surveillance des procédés de mesure qui
permettront de s’assurer qu’il n’y a pas
d’anomalie
elfezazi said 12
ELFEZAZI SAID
la métrologie industrielle

• Tous les secteurs


d’activités sont
concernés :
• Mécanique
• Electronique
• Agroalimentaire
• Commerce
• Industries de la
confection
elfezazi said 13
ELFEZAZI SAID • Laboratoires d’analyse
Nécessité de normaliser

• Importance des essais et


des analyses dans les
échanges mondiaux
• Multiplication des méca-
nismes de reconnais-
sance réciproque
⇒ harmonisation des
pratiques
⇒ normalisation
elfezazi said 14
ELFEZAZI SAID
Quelques normes Française et marocaine
• NFX 07-001 : VIM (Vocabulaire International des
termes fondamentaux et généraux de la Métrologie
• NFX 07-010 : Métrologie – La fonction métrologique
dans l’entreprise
• NFX 07 011 : Constat de vérification des moyens de
mesure
• NFX 07 015 : Métrologie dans l’entreprise –
Raccordement des résultats de mesure aux étalons
• NFX 07 015 : Métrologie dans l’entreprise – Procédure
d’étalonnage et de vérification

elfezazi said 15
ELFEZAZI SAID
Code de la norme Désignation
Vocabulaire international des termes fondamentaux et généraux
NM 15.0.001
de métrologie
NM 15.0.002 Principes généraux concernant les grandeurs, les unités et les
symboles
NM 15.0.003 La fonction métrologique dans l’entreprise
NM 15.0.004 Constat de vérification des moyens de mesure
Métrologie dans l’entreprise : -raccordement des résultats de
NM 15.0.005
mesure aux étalons
(NM ISO 10012-1) Exigences d’assurance de la qualité des
NM 15.0.006 équipements de mesure

NM 15.0.007 Fiche de vie


NM 15.0.008 Modalités pratiques pour l’établissement des procédures
d’étalonnage et de vérification des moyens de mesure
NM 15.0.009 Détermination de l’incertitude associée au résultat final
NM 15.0.010 Application de la statistique - Traitement des résultats de
mesure - Utilisation de grandeurs de référence dans les
méthodes de mesure
NM 15.0.011 Vérification des elfezazi
tolérances
said des produits -Déclaration de 16
ELFEZAZI SAID
conformité
Gérer sa métrologie

Les questions à se poser:


• Les appareils de mesures utilisés par
l ‘entreprise sont-ils bien adaptés à ses
besoins ?
• Puisque ces appareils sont bien adaptés, ils
servent donc ils s’usent, se dérèglent, sont
parfois bricolés, etc.…Sont-ils donc toujours
fiables ?

elfezazi said 17
ELFEZAZI SAID
La traçabilité aux étalons nationaux

• Par ailleurs, l’accord de reconnaissance signé


dans le cadre de EA (European cooperation for
Accréditation) facilite la cohérence des étalons
nationaux et leur transfert vers les laboratoires
d’étalonnage accrédités.
• Pour raccorder un instrument de mesure, on
effectue un étalonnage qui consiste à le
comparer à des étalons connus afin de
déterminer l'écart par rapport à ces étalons
elfezazi said 18
ELFEZAZI SAID
• 1 - Analyser ses besoins métrologiques

• Besoins organisationnels relatifs à la gestion de la


métrologie :
• ⇒ sont-ils suffisamment importants pour nécessité
l’implantation d’une métrologie à part entière ?
• ⇒ faut-il des locaux, du personnel qualifié en
permanence ?
• ⇒ faut-il sous traiter ?
• ⇒ quels sont les sous-traitants les plus proches ?

elfezazi said 19
ELFEZAZI SAID
1 - Analyser ses besoins métrologiques

• Besoins matériels relatifs à la réalisation des


mesures :
• ⇒ que mesurer et avec quelle précision ?
• ⇒ quelles sont les méthodes de mesure
possibles ?
• ⇒ quel instrument utiliser ?
• ⇒ comment garantir la qualité des mesures ?

elfezazi said 20
ELFEZAZI SAID
1 - Analyser ses besoins métrologiques

• Le recensement de ces besoins permet de


bien tracer les objectifs
• Par exemple, le choix d’un équipement de
mesure résulte de :
⇒ la prise en considération des besoins
techniques (classe de précision, justesse,
fidélité, sensibilité)
⇒ et des conditions économiques et
commerciales (achat, location)
elfezazi said 21
ELFEZAZI SAID
2 – Recenser son parc d’instruments

1. Dresser la liste des équipements de mesure


disponibles dans l’entreprise
2. Ne pas oublier ceux qui ne servent jamais
⇒ se demander pour quelles raisons?
3. Ne pas ignorer ceux qui ne sont plus en état
⇒ se poser la question de savoir pourquoi on les
garde?

elfezazi said 22
ELFEZAZI SAID
Un bon recensement :

• permet de définir la politique métrologique à


mettre en œuvre en fonction de l’importance
et l’étendue du parc
• sert de base de données lorsqu’il faut choisir
un nouvel appareil
• peut éviter l’achat de nouveaux instruments
• est obligatoire pour les appareils permettant
d’assurer la qualité et la conformité des
produits

elfezazi said 23
ELFEZAZI SAID
3 – Choisir le matériel à suivre rigoureusement

• Faut-il appliquer la même rigueur de suivi à


tous les instruments de mesure ?
• La réponse est « non » pour des raisons
évidentes de coût

Les moyens de mesure devront être suivis


avec rigueur lorsque l’exactitude de la
mesure s’avèrera déterminante pour la
qualité, la sécurité et la sûreté du produit
elfezazi said 24
ELFEZAZI SAID
Déterminer la périodicité de suivi

• Les opérations de suivi d’un appareil de


mesure sont l’étalonnage et la vérification
• Ce sont des opérations indispensables qui
rendent significatives les indications
fournies par les équipements de mesure
• Ces opérations n’incluent aucune
intervention sur l’équipement de mesure
• Elles sont fondées sur la comparaison à un
étalon de référence de l’entreprise

elfezazi said 25
ELFEZAZI SAID
Externalisation des raccordements

• Pour effectuer des raccordements aux


étalons nationaux, on est conduit à faire
étalonner au moins une partie de ses
moyens de mesure auprès de laboratoires
externes
• Cependant, on peut, à partir de ses propres
étalons, assurer le raccordement de ses
instruments en interne, en réalisant soi-
même ses étalonnages
elfezazi said 26
ELFEZAZI SAID
Externalisation des raccordements

• Le bon équilibre entre raccordement externe et interne


dépend de la nature du parc, de l’offre de services
locale, des moyens d’étalonnage disponibles, des
coûts comparés des deux solutions, de la disponibilité
du personnel et du niveau d’incertitude de la mesure
autorisé.

• En pratique, mieux vaut maîtriser soi-même la


métrologie la plus proche de son métier et confier à
un prestataire de service les appareils difficiles à
étalonner en interne

elfezazi said 27
ELFEZAZI SAID
Étalonnage et chaîne de raccordement des
instruments de mesures

elfezazi said 28
ELFEZAZI SAID
ÉTALON

• Etalon primaire : étalon désigné ou largement


reconnu comme présentant les plus hautes
qualités métrologiques et dont la valeur est
établie sans se référer à d'autres étalons de la
même grandeur
• Etalon de référence : étalon de la plus haute
qualité métrologique disponible en un lieu
donné ou dans une organisation donnée, dont
dérivent les mesurages qui y sont faits
elfezazi said 29
ELFEZAZI SAID
ÉTALON

• Etalon de transfert : étalon utilisé comme


intermédiaire pour comparer entre eux des étalons. Le
terme dispositif de transfert doit être utilisé lorsque
l'intermédiaire n'est pas un étalon
• Etalon de travail : étalon utilisé couramment pour
étalonner ou contrôler des mesures matérialisées, des
appareils de mesure ou des matériaux de référence
• Un étalon de travail est habituellement étalonné par
rapport à un étalon de référence. Un étalon de travail
utilisé pour s'assurer que les mesures sont effectuées
correctement est appelé étalon de contrôle

elfezazi said 30
ELFEZAZI SAID
Rappels : norme NFX 07-001
Ne pas confondre étalonnage et
vérification
1 – Etalonnage :
• Il consiste à relever des valeurs sur un équipements de mesure
et à les comparer à des valeurs de référence

• On étalonne des masses par rapport à d’autres masses à


condition que la qualité métrologique des références soit
supérieure

• Le résultat d’un étalonnage permet soit d'attribuer aux


indications les valeurs correspondantes du mesurande, soit de
déterminer les corrections à appliquer aux indications

• Il est consigné dans un document appelé certificat d'étalonnage


ou rapport d'étalonnage
elfezazi said 31
ELFEZAZI SAID
Rappels : norme NFX 07-001
Ne pas confondre étalonnage et
vérification
2 –Vérification :
• Elle consiste à s’assurer que les écarts entre les
valeurs données par un instrument de mesure et des
grandeurs tolérées de référence sont inférieurs aux
limites définies
• La vérification se traduit alors par une décision de
remise en service, d’ajustage, de réparation voire de
déclassement

elfezazi said 32
ELFEZAZI SAID
Avec quelle périodicité doit-on étalonner ou vérifier ?

• Un compromis s’avère souvent nécessaire


• La périodicité d’étalonnage n’est pas forcément
constante
• Les intervalles de temps entre deux vérifications
pourront être raccourcis lorsque les résultats des
comparaisons précédentes ne permettent pas
d’assurer l’exactitude du moyen de mesure en
permanence
• Ils seront rallongés si ces mêmes comparaisons
indiquent que l’exactitude ne se dégrade pas

elfezazi said 33
ELFEZAZI SAID
L’étalonnage
• L’étalonnage est défini d’après la norme relative au
vocabulaire international des termes fondamentaux de la
métrologie (NM 15.0.001) comme étant:

« L’ensemble des opérations établissant dans des


conditions spécifiées, la relation entre les valeurs de
la grandeur indiquées par un appareil de mesure ou
un système de mesure ou les valeurs représentées
par une mesure matérialisée ou par un matériau de
référence et les valeurs correspondantes de la
grandeur réalisées par les étalons ».

elfezazi said 34
ELFEZAZI SAID
ÉTALONNAGE & VÉRIFICATION - DÉFINITIONS ET COMPARAISON

• Le résultat d'un étalonnage permet, soit d'attribuer


aux indications les valeurs correspondantes du
mesurande, soit de déterminer les corrections à
appliquer aux indications.

• . Un étalonnage peut aussi servir à déterminer


d'autres propriétés métrologiques telles que les effets
de grandeurs d'influence.

• . Le résultat d'un étalonnage peut être consigné


dans un document parfois appelé certificat
d'étalonnage ou rapport d'étalonnage.
elfezazi said 35
ELFEZAZI SAID
ÉTALONNAGE & VÉRIFICATION - DÉFINITIONS ET COMPARAISON

VÉRIFICATION
• Confirmation par un examen et apport de preuves
tangibles
• que les exigences spécifiées ont été satisfaites

s'assurer que les écarts entre les valeurs indiquées par un


appareil de mesure et les valeurs connues correspondantes
d'une grandeur mesurée sont tous inférieurs aux erreurs
maximales tolérées, définies par une norme, par une
réglementation ou une prescription propre au gestionnaire du
parc d'instruments de mesure
elfezazi said 36
ELFEZAZI SAID
ÉTALONNAGE & VÉRIFICATION - DÉFINITIONS ET COMPARAISON

Le résultat d'une vérification se traduit par


une décision:
• de remise en service,
•d'ajustage, de réparation,
•de déclassement ou de réforme.

Dans tous les cas une trace écrite de la vérification effectuée doit être
conservée dans le dossier individuel de l'appareil de mesure.

elfezazi said 37
ELFEZAZI SAID
ÉTALONNAGE VÉRIFICATION

Comparaison chiffrée des résultats de Examen de l’aptitude de l’appareil à


mesure de l’équipement par rapport à satisfaire aux performances attendues
Nature de l’étalon La vérification est l’extrémité d’une
l’opération chaîne d’étalonnage.
L’étalonnage est un des maillons de la Le constat de vérification et l’appareil
chaîne dans le domaine pour lequel il a vérifié ne peuvent pas être considérés
été prescrit comme un des maillons d’une chaîne
d’étalonnage. (sauf cas particuliers)
•Écart entre valeur annoncée et valeur Constat si les écarts entre les valeurs
de l’étalon indiquées par l’appareil de mesure et les
Résultat valeurs connues correspondantes d'une
•Un constat d’erreur, à une incertitude grandeur mesurée, sont tous inférieurs
près ou non, aux erreurs maximales tolérées,
• Du constat d’erreur, on déduit un • Juger si l’appareil est apte ;
facteur correctif pour : –. si oui décider de utiliser ainsi, car
–un ajustage ou réglage ou calibrage satisfaisant
de l’appareil –. si non, décider de son devenir :
Qu’en faire –ou une correction du résultat brut –. à réparer, régler, …
• De l’incertitude d’étalonnage, on –. à déclasser
–. à réformer
calcule des incertitudes composées
• Constat d’étalonnage Constat de vérification :
Documents • Mise à jour de la fiche de vie –Mise à jour de la fiche de vie
• Repérage de l’appareil (si possible) –Repérage de l’appareil (si possible)

elfezazi said 38
ELFEZAZI SAID
la chaîne d’étalonnage

• Selon les pays, la chaîne d’étalonnage est


un système à plusieurs niveaux,
généralement, elle est à trois niveaux
faisant appel à trois types de laboratoires :
– laboratoire primaire (niveau 1) ;
– laboratoire secondaire (niveau 2) ;
– laboratoire de métrologie d’entreprise(niveau 3).

elfezazi said 39
ELFEZAZI SAID
L’ORGANISATION NATIONALE DE LA CHAÎNE DE RACCORDEMENT
OBJECTIF : CONSERVER ET AMÉLIORER LES ÉTALONS

Bureau National de Métrologie


BNM
• Conservation et amélioration des étalons nationaux
• En collaboration avec le COFRAC :
• Étalonnage des références des Centres d'étalonnage agréés
(Chaîne nationale d'étalonnage BNM-COFRAC)

OBJECTIF : DIFFUSER LA MÉTROLOGIE

Centres d'Étalonnage Agréés


CETA
Laboratoire ou organisme public
délivrant des certificats officiels d'étalonnage :
• Raccordement des références
des utilisateurs aux étalons nationaux,
• Conseil, formation et assistance technique.

Services de Métrologie Habilités


SMH
Laboratoire d'une société ou d'un organisme
dont le potentiel technique est reconnu officiellement
par le COFRAC Section Etalonnage :
• Étalonnage des étalons de référence et
des instruments de mesure,
• Conseil, formation

elfezazi said 40
• Avec ou sans Service métrologique
Industrie, et sa chaîne d'étalonnage interne
ELFEZAZI SAID
Laboratoire
Système National de raccordement

Etalon BNM • conservation et améliorations des


étalons nationaux
national • étalonnage des références des
centres d'étalonnage agréés
•tutelle technique de la chaîne
d'étalonnage

Etalon de
transfert

elfezazi said 41
ELFEZAZI SAID
Système National de raccordement

Etalon de CETA Laboratoire ou organisme public


délivrant des certificats officiels
référence d'étalonnage :
• raccordement des références des
utilisateurs aux étalons nationaux
• conseil, formation et assistance
technique
Etalon de
transfert

CETA : Centre d’ETalonnage


elfezazi said Agréé 42
ELFEZAZI SAID
Système National de raccordement

Etalon de SMH Laboratoire d'une société ou d'un


organisme dont le potentiel technique
référence est reconnu officiellement par le
COFRAC :
• étalonnage des étalons de référence
et des instruments de mesure
• conseil, formation et assistance
technique
Etalon de
transfert

SMH : Service de Métrologie


elfezazi said Habilité 43
ELFEZAZI SAID
Système National de raccordement

Etalon de Entreprise • Chaîne d'étalonnage dans


l'entreprise ou le service
référence ou service • Si l'entreprise est elle même
SMH, la chaîne est simplifiée

Etalon de
travail

elfezazi said 44
ELFEZAZI SAID
ANALYSE DES BESOINS MÉTROLOGIQUES ET MISE EN PLACE D'ÉTALONS

L'examen de l'inventaire du parc d'équipements de mesure


fera apparaître quatre cas typiques.

1 Cas de l'appareil unique


confier l'étalonnage de cet équipement à un laboratoire
d'étalonnage

2 Cas des équipements dont l'usage est largement


répandu dans le laboratoire:
En tenant compte des gammes de mesure et des incertitudes, on définira les
étalons nécessaires à l'étalonnage et à la vérification de ces équipements de
mesure.

elfezazi said 45
ELFEZAZI SAID
ANALYSE DES BESOINS MÉTROLOGIQUES ET MISE EN PLACE D'ÉTALONS

L'examen de l'inventaire du parc d'équipements de mesure


fera apparaître quatre cas typiques.

3 • Cas des équipements de mesure et d'essais dont le


raccordement à des grandeurs physiques pose des
problèmes
. l’utilisation de matériaux de référence,
. la participation à une campagne d'essais interlaboratoires,
Le guide ISO/CEI n°25 précise : “ Lorsque la traçabilité des mesures à
des étalons nationaux ou internationaux n'est pas réalisable, le
laboratoire doit démontrer la corrélation des résultats d'essais, par
exemple, en participant à une campagne appropriée de comparaisons
inter laboratoires ou essais d'aptitude. « Analyse physico chimiques »

elfezazi said 46
ELFEZAZI SAID
ANALYSE DES BESOINS MÉTROLOGIQUES ET MISE EN PLACE D'ÉTALONS

L'examen de l'inventaire du parc d'équipements de mesure


fera apparaître quatre cas typiques.

4 Cas des équipements de mesure ne pouvant pas être raccordés à un


centre d'étalonnage agréé

Dans un premier temps, on recherchera par le biais de


comparaisons, de recoupements entre laboratoires, une
certaine crédibilité des mesures. Des contacts pourront
être pris avec le BNM et éventuellement on fera appel à
des laboratoires étrangers pour effectuer l'étalonnage.

elfezazi said 47
ELFEZAZI SAID
L’ORGANISATION DE LA CHAÎNE D’ÉTALONNAGE ET LES MODALITÉS
DE RACCORDEMENT AU BNM D’UN LABORATOIRE ACCRÉDITÉ

Les quatre types de modalités de raccordement aux étalons

Situation 1
Le laboratoire ne dispose pas lui-même d'un service
d'étalonnage. Il fait étalonner ses instruments de mesure
par un Centre d'Étalonnage Agréé BNM (CETA) ou par un
Service de Métrologie Habilité (SMH) appartenant à une
autre société.

Situation 2
Le laboratoire dispose d'un Service de Métrologie Habilité
(SMH) par le BNM qui réalise l'étalonnage de ses appareils
de mesure et d'essais
elfezazi said 48
ELFEZAZI SAID
L’ORGANISATION DE LA CHAÎNE D’ÉTALONNAGE ET LES MODALITÉS
DE RACCORDEMENT AU BNM D’UN LABORATOIRE ACCRÉDITÉ

Les quatre types de modalités de raccordement aux étalons

Situation 3
Le laboratoire ne dispose pas d'un Service de Métrologie
Habilité par le Bureau National de Métrologie (SMH), mais
fait étalonner ses étalons de référence par un Centre
d'Étalonnage Agréé ou par le SMH d'une autre Société.
Cependant, le laboratoire dispose d'une structure interne
responsable de la fonction Métrologie et veille à ce titre, au
raccordement interne de ses étalons de travail ainsi qu'à la
vérification de son parc d'appareils de mesure.

elfezazi said 49
ELFEZAZI SAID
L’ORGANISATION DE LA CHAÎNE D’ÉTALONNAGE ET LES MODALITÉS
DE RACCORDEMENT AU BNM D’UN LABORATOIRE ACCRÉDITÉ

Les quatre types de modalités de raccordement aux étalons

Situation 4
Le laboratoire ne dispose pas d'un service
d'étalonnage. Il fait contrôler ses appareils de mesure
et d'essai par l'intermédiaire d'un prestataire de service
non habilité par le BNM, mais disposant d'étalons ou
d'appareils de mesure ayant été raccordés dans un
Centre d'Étalonnage Agréé ou dans un Service de
Métrologie Habilité.

elfezazi said 50
ELFEZAZI SAID
Étalon BNM
primaire N°    Situation de raccordemen
Étalons de référence
CETA
Étalons de transfert

Société de SMH
Service,
non habilitée Entreprise,
Laboratoire, …

SANS (INTERVENTION DU) SERVICE MÉTROLOGIE SERVICE MÉTROLOGIE


Habilité Non habilité
4   1   1   2   3  
Étalon de
travail

  Instrument de said
elfezazi Mesure   51
ELFEZAZI SAID
Devenir des appareils non satisfaisants après vérification

Ajustage
Deux cheminements possibles

I - Aucune possibilité d'intervention sur le moyen


(exemples : calibre fixe mécanique, compteur horaire, appareil à
aiguille, etc.) :

Si l’on dispose du document d'étalonnage le matériel est utilisable par


exploitation :
. d'un tableau recensant les écarts constatés,
. d'une courbe de correction ;

Si le constat de non-conformité de l’appareil est issu d’une vérification il


n’y a que trois solutions :
. la réparation du moyen, son déclassement ou sa réforme
pure et simple.
elfezazi said 52
ELFEZAZI SAID
Devenir des appareils non satisfaisants après vérification

Ajustage
Deux cheminements possibles

II- Possibilité d'intervention sur le moyen

Le terme ajustage est réservé au cas où


l’intervention nécessite d’être faites par du
personnel appartenant à la fonction métrologique
(ou éventuellement extérieure).

Si l’opération ne nécessite pas “ d’ouvrir


l’appareil ”, et peut être faite par l’opérateur lui-
même, on parlera de réglage.
elfezazi said 53
ELFEZAZI SAID
Devenir des appareils non satisfaisants après vérification

Réparation

Les réparations des moyens de mesure


constituent des opérations de
maintenance généralement confiées à
des ateliers spécialisés, voire au
constructeur des moyens considérés.

Ces interventions qui doivent pouvoir entraîner la remise en service du


moyen de mesure sont suivies obligatoirement, d’un nouvel
étalonnage ou d’une nouvelle vérification

elfezazi said 54
ELFEZAZI SAID
Devenir des appareils non satisfaisants après vérification

Déclassement
Si le moyen de mesure ne satisfaisant plus à ses exigences
métrologiques d'origine (classe à laquelle il appartient), et qu’il ne peut
être ni ajusté, ni réparé,

une décision de déclassement doit être envisagée.


Il est alors confronté avec une nouvelle
prescription adaptée à sa nouvelle utilisation.
Lors de sa remise en service, le moyen de mesure
sera notamment repéré pour qu'il n'y ait aucune
confusion possible pour l'utilisateur avec son
ancienne destination d’usage.

elfezazi said 55
ELFEZAZI SAID
Devenir des appareils non satisfaisants après vérification

Réforme

À la suite d'une vérification et lorsqu'une


décision de déclassement ne peut plus être
envisagée, le moyen de mesure doit être
réformé, c’est-à-dire qui ne doit plus être
utilisé à cette fin pour quelque motif que ce
soit et donc être repéré en conséquence et
mieux, détruit par le laboratoire lui-même

elfezazi said 56
ELFEZAZI SAID
EXEMPLE ET ETUDE DE CAS
• Balance de précision

elfezazi said 57
ELFEZAZI SAID
ETALONNAGE: Balance de precision

elfezazi said 58
ELFEZAZI SAID
CAS INDUSTRIEL: La métrologie des balances de précision

Conformité à la commande

Identification du matériel
Marque de qualification

Réception du matériel

Fiche de vie Inventaire

Dossier technique

Sous‐traitance : 
– Centre d’études et de recherches des phosphates minéraux;
– Laboratoire publique d’études et d’essais.
elfezazi said 59
ELFEZAZI SAID
Appareil mesure
La métrologie des balances de précision étalon

Comparaison technique

Contrôle ponctuel

Résultat répond‐t‐il 
aux exigences
du processus
de mesure? 

Non conforme
Conforme

Déclaration de la
Non conformité

Examen de lʹanomalie

Matériel hors service

Réforme Déclassement Réparation


elfezazi said Ajustage 60
ELFEZAZI SAID
La métrologie des balances de précision: Performances techniques d’une 

balance 

Capacité de pesage ;
Échelon de vérification;
Échelon réel. 

Résolution et précision d’affichage;
ch arg e max imale
Résolution =
précisiond ' affichage
Répétabilité (précision de répétition);

Justesse et précision de répétition d’une mesure.

elfezazi said 61
ELFEZAZI SAID
Mode opératoire de vérification de la balance :
Opérations préalables en interne

1. S’assurer que la balance est sous tension depuis plus de 30 
minutes.
2. Un ne oyage minutieux est réalisé avec les outils appropriés 
(pinceau,éponge, chiffon...) 
3. Utiliser des masses certifiées qui correspondent à la plage 
d’utilisation de la balance 
4. S’assurer, pendant la durée de la vérification, que la balance 
est dans de bonnes conditions  d’environnement : 
5. Les masses doivent être manipulées avec précaution au 
moyen de gants « précision »
elfezazi said 62
ELFEZAZI SAID
Portée max : 220g
Portée min : 10 mg
e=1mg d=0.1mg

elfezazi said 63
ELFEZAZI SAID
Justesse; Fidélité

Une balance est dʹautant plus juste que la 
valeur moyenne est proche de la valeur vraie.
Un appareil précis est à la fois fidèle et juste
Excentration

Écart du retour à
elfezazi said
zéro et fluage.
64
ELFEZAZI SAID
Détermination de l’incertitude d’étalonnage

Incertitude composée :
Uc = Uq²+ Ur²+ Ut ² + Ue²

Incertitude élargie :
U = 2.Uc

elfezazi said 65
ELFEZAZI SAID
Défauts métrologiques
dimensionnels

elfezazi said 66
ELFEZAZI SAID
elfezazi said 67
ELFEZAZI SAID
ELFEZAZI SAID
elfezazi said 68
ELFEZAZI SAID
ELFEZAZI SAID
elfezazi said 69
ELFEZAZI SAID
ELFEZAZI SAID
elfezazi said 70
ELFEZAZI SAID
ELFEZAZI SAID
elfezazi said 71
ELFEZAZI SAID
elfezazi said 72
ELFEZAZI SAID
ELFEZAZI SAID
elfezazi said 73
ELFEZAZI SAID
ELFEZAZI SAID
elfezazi said 74
ELFEZAZI SAID
ELFEZAZI SAID
elfezazi said 75
ELFEZAZI SAID
elfezazi said 76
ELFEZAZI SAID
ELFEZAZI SAID
elfezazi said 77
ELFEZAZI SAID
ELFEZAZI SAID
elfezazi said 78
ELFEZAZI SAID ELFEZAZI SAID
elfezazi said 79
ELFEZAZI SAID
elfezazi said 80
ELFEZAZI SAID
elfezazi said 81
ELFEZAZI SAID
elfezazi said 82
ELFEZAZI SAID
ELFEZAZI SAID
elfezazi said 83
ELFEZAZI SAID
ELFEZAZI SAID
elfezazi said 84
ELFEZAZI SAID ELFEZAZI SAID
EXEMPLE ET ETUDE DE CAS
–Étalonnage d’un pied à coulisse
–Étalonnage d’un comparateur

elfezazi said 85
ELFEZAZI SAID
ETALONNAGE: pied à coulisse & comparateur

Pied à coulisse
Comparateurs

elfezazi said 86
ELFEZAZI SAID
ETALONNAGE D’UN PIED A COULISSE Norme NF E11-091

Objectif
Déterminer les écarts relevés de l’étendu de mesure afin de déterminer l’erreur
de justesse et l’erreur de fidélité.

Erreur de justesse :
L’erreur de justesse doit être contrôlé à l’aide de cales étalons de
longueurs choisies de façon à mettre en évidence les erreurs de
justesse du vernier (valeurs numériques non entières).
La mesure doit être répété 5 fois en chaque point, en effectuant un
déplacement du coulissant entre chaque mesure.
L’erreur de justesse Ej est définit par la formule :

Ej = V moy – Vc
- Vmoy : la moyenne des cinq mesures effectuées en un point.
- Vc : la valeur conventionnellement vraie des étalons utilisés.

elfezazi said 87
ELFEZAZI SAID
ETALONNAGE D’UN PIED A COULISSE Norme NF E11-091

Écarts constatés (µm)


Erreur de justesse

Mesure n° 45,75mm 70,3mm 110,5mm

1 45,760 70,320 110,560

2 45,800 70,280 110,460

3 45,780 70,280 110,480

4 45,800 70,300 110,500

5 45,780 70,280 110,480

Vmoy 45,784 70,292 110,469

Ej 0,034 0,008 0,004

Si on compare l’erreur de justesse expérimentale avec celles des


différentes classes, on peu classer notre pied à coulisse dans la
elfezazi said 88
classe II.
ELFEZAZI SAID
ETALONNAGE D’UN PIED A COULISSE Norme NF E11-091

Erreur de fidélité :
Au point de plus grande dispersion de l’erreur de
justesse, on effectue deux séries de 5 mesures
successivement en deux positions distinctes des cales
1ère position : coté règle.
2ème position : coté extrémité.
L’erreur de fidélité est définie par :
Ef = V max – V moy
- Vmoy : la valeur moyenne des écarts relevés.
- Vmax : l’écart maximal constaté par rapport à vmoy.

elfezazi said 89
ELFEZAZI SAID
ETALONNAGE D’UN PIED A COULISSE Norme NF E11-091

Écarts constatés (µm)

Mesure n ° 1ère position 2ème position

Erreur de fidélité
1 45,700 45.700
2 45,720 45.740
3 45,760 45.720
4 45,740 45.700
5 45,740 45.720
V moy 45,732 45.716
Ef 0,028 0,024

Si on compare l’erreur de fidélité expérimentale avec celles des


différentes classes, on elfezazi
peu classer
said notre pied à coulisse dans la classe
90
ELFEZAZI SAID II.
ETALONNAGE D’UN COMPARATEUR Norme NF E11-050

• Objet :
La présente norme NF E 11-050 fixe les
caractéristiques dimensionnelles et qualitatives les plus
importantes des comparateurs mécaniques à cadran à
tige rentrante radiale.
• Domaine d’application :
La présente norme s’applique aux comparateurs mécaniques
à cadrans dits :
à course normale (jusqu’à 10mm) de valeur de l’échelon
1/10,1/100et 1/1000
à grand course de valeur de l’échelon 1/10,1/100
à faible course de valeur de l’échelon<1/1000.
à course limitée de valeur de l’échelon1/100et 1/1000.
• Désignation :
Exemple d’un comparateur mécanique à cadran au
1/100 mm, de course utile 10mm : comparateur
elfezazi said 91
mécanique au 1/100 -10-NF E 11-050.
ELFEZAZI SAID
Classes de précision
Valeur de Course (mm) classes Justesse Justesse Fidélité
l’échelon totale locale

0,001 Jusqu’à 1 0 5 3 ±0,5

1 7 4 ±0,7

0,01 Jusqu’à 10 0 15 10 ±5

1 22 15 ±7

0,1 Jusqu’à 30 0 150 100 ±30

1 220 150 ±45

elfezazi said 92
ELFEZAZI SAID
Manipulation :

Soit à effectuer 5 mesurages en 11 points de l’étendu de mesure (0à10mm)


A l’aide d’un comparateur à cadran 1/100 à course normal de 10 :

Écarts
Cales Vi
relevé
étalons moy
s (µm)
1,2 30 30 30 29 29 29,6
2 16 16 16,1 16,8 17 16,38
2,7 15 15,5 15,2 15,2 16 15,38
3,8 15 15 15,7 15,8 16,1 15,52
4,3 15 15,1 15,1 15,9 16,1 15,44
5 14 14,1 14,9 14,9 14,1 13,8
6,9 15,9 15 15,8 16 16 15,74
7,7 27,9 27,1 26,2 25,9 25,9 26,6
8,5 17,5 18 18 18,2 18,6 18,06
9,4 12,4 12,4 12,3 12,4 12,3 12,35
elfezazi said 93
9,8 21,9 21,8 21,8 21,1 21,9 21,7
ELFEZAZI SAID
Manipulation :

courbe d’étalonnage

Vi moy
La courbe d'étalonnage
35
Erreur de justesse totale :
Elle est calculée en
30

25
20
effectuant la différence
15 algébrique des ordonnés
10 maximale et minimale de la
5
courbe d’étalonnage.
0
1,2 2 2,7 3,8 4,3 5 6,9 7,7 8,5 9,4 9,8
Donc en observant la courbe
Cales étalons d’étalonnage en remarque
Erreur de justesse locale : que :
C’est la plus grande différence Vmax = 29,6 µm
algébrique des ordonnés de 2 points successifs Vmin = 12,35 µm
de la courbe d’étalonnage ; donc en observant D’où
la courbe d’étalonnage on trouve que la plus Ej = Vmax – Vmin = 17,25
grande différence algébrique est celle des deux
points successifs 1,2 et 2, d’où
El= 29,6 - 16,38 = 13,22
elfezazi said 94
ELFEZAZI SAID
Manipulation :

Détermination de l’erreur de fidélité :


Après avoir déterminer l’erreur de justesse totale, on
effectue 10 mesures pour chaque points qui permettent
de déterminer cette erreur.
Donc d’après la courbe d’étalonnage, on remarque que :
La cale étalon
1,2 Ö Vmax = 29,6
9,4 Ö Vmin = 12,35

Cales étalons Ecarts relevés (µm) Vmo


y
1,2 15 15 15,1 16 15,9 15,4 15,1 15,2 16,9 16,8 15,64
9,4 19,2 19 17,5 16,5 16,2 16,1 16,1 16,2 16,1 15 16,79

Résultats
On a l’erreur de fidélité :
Ef = Vmax – Vmoy Justesse Justesse Fidélité
Donc pour la cale :
« 1,2 » ÖEf = 16,9 -15,64 = 1,26 totale locale
« 9,4 » ÖEf = 19,2 – 16,79 = 2,41
17,25 13,22 1,26/2,41
elfezazi said 95
ELFEZAZI SAID
LES DEFAUTS DE FORMES:
exemple planéité

elfezazi said 96
ELFEZAZI SAID
Défaut de Planéité :
• Quadrillage de la pièce
24 17 16 9 8 1
18 15 10 7
2
23
19 14 11 6 3
22

21 20 13 12 5 4

elfezazi said 97
ELFEZAZI SAID
p o in ts   X    Y    Z    X i2  Y i2  Z i* X i X i* Y i  Z i* Y i  E i 

1  0  0  0 .0 9   0  0  0  0  0  0 .0 9  
2  0  18  0 .0 5   0  324  0  0  0 .9   0 .0 3 3 9  
3  0  36  0 .0 2   0  1296  0  0  0 .7 2   0 .0 1  
4  0  54  0  0  2916  0  0  0  0 .0 2 0 7  
5  18  54  ‐ 0 .0 5   324  2916  ‐0 .9   972  ‐ 2 .7   ‐0 .0 5 4  
6  18  36  ‐ 0 .0 5   324  1296  ‐0 .9   648  ‐ 1 .8   ‐0 .0 4 7  
7  18  18  ‐ 0 .0 2 5   324  324  ‐0 .4 5   324  ‐ 0 .4 5   ‐0 .0 1 6  
8  18  0  0 .0 2   324  0  0 .3 6   0  0  0 .0 3 6  
9  36  0  ‐ 0 .0 2   1296  0  ‐0 .7 2   0  0  0 .0 1 2  
10  36  18  ‐ 0 .0 5 5   1296  324  ‐1 .9 8   648  ‐ 0 .9 9   ‐0 .0 2 9  
11  36  36  ‐ 0 .0 8   1296  1296  ‐2 .8 8   1296  ‐ 2 .8 8   ‐0 .0 6 2  
12  36  54  ‐ 0 .0 7   1296  2916  ‐2 .5 2   1944  3 .7 8   ‐0 .0 5 9  
13  54  54  ‐ 0 .0 7   2916  2916  ‐3 .7 8   2916  3 .7 8   ‐0 .0 4 3  
14  54  36  ‐ 0 .0 8   2916  1296  ‐4 .3 2   1944  ‐ 2 .8 8   ‐0 .0 4 5  
15  54  18  ‐ 0 .0 7   2916  324  ‐3 .7 8   972  ‐ 1 .2 6   ‐0 .0 2 8  
16  54  0  ‐ 0 .0 4   2916  0  ‐2 .1 6   0  0  0 .0 0 8 6  
17  72  0  ‐ 0 .0 2   5184  0  ‐1 .4 4   0  0  0 .0 4 4 8  
18  72  18  ‐ 0 .0 6   5184  324  ‐4 .3 2   1296  ‐ 1 .0 8   ‐0 .0 0 2 4  
19  72  36  ‐ 0 .0 7   5184  1296  ‐5 .0 4   2592  ‐ 2 .5 2   ‐0 .0 1 9 6  
20  72  54  ‐ 0 .0 6 5   5184  2916  ‐4 .6 8   3888  ‐ 3 .5 1   ‐0 .0 2 1  
21  90  54  ‐ 0 .0 4   8100  2916  ‐3 .6   4860  ‐ 2 .1 6   ‐0 .0 1 9  
22  90  36  ‐ 0 .0 5   8100  1296  ‐4 .5   3240  ‐ 1 .8   ‐0 .0 1 6 6  
23  90  18  ‐ 0 .0 4   8100  324  ‐3 .6   1620  ‐ 0 .7 2   ‐0 .0 3 3 8  
elfezazi said 98
24  90  0  ‐ 0 .0 1   8100  0  ‐0 .9   0  0  0 .0 7 1  
ELFEZAZI SAIDT o t a l   70920 27216  ‐5 2 .1 29160 ‐1 5 .5 7
Méthode de moindre carrée
• Xi, Yi, Zi sont les coordonnées des i points de
mesure de la surface dont on recherche l’écart de
planéité par rapport au référentiel de mesure.
• L’équation du plan est :

Z= a.x + b.y
Puisque les mesures des écarts se fait suivant z, donc on a :

(Σ (Yi)2. Σ Zi.Xi – Σ Xi.Yi . Σ Zi.Yi) 


a=
(Σ Xi2 . Σ Yi2 )– (Σ Xi. Yi)2)
Σ Xi2 .  Σ Zi. Yi ‐ Σ Xi.Yi . Σ ZiXi
b= Σ Xi2. Σ Yi2 – (Σ XiYi) 2  )
a = - 0.000892
elfezazi said 99
ELFEZAZI SAID b = 0.000384
Les écarts entre les points mesures et le plan des
moindres carrés sont calculés par :

ei = zi – ax ‐ by
L’écart de planéité est donc

ε = Ei+ max ‐ Ei‐ max


Ei+ max = 0.09 et Ei- max = -0.062

Donc : ε = 0.0152 mm soit ε = 15.2 µm


elfezazi said 100
ELFEZAZI SAID
La capabilité
des instruments de mesure

elfezazi said 101


ELFEZAZI SAID
La capabilité des instruments de mesure

Les éventuels défauts d’un processus
Résolution insuffisante.
Erreur de justesse.
Défaut de justesse.
Défaut de reproductibilité
La Capabilité des moyens de mesure permet de valider
l’instrument utilisé en vérifiant que les défauts de
l’instrument ne sont pas incompatibles avec la mesure à
réaliser.
elfezazi said 102
ELFEZAZI SAID
Définitions
• σrep la dispersion de l'instrument de
mesure, c’est à dire la dispersion de
répétabilité
• σRep la dispersion de reproductibilité
• σmes la dispersion du moyen de mesure
(R&R)
D’une manière formelle, la dispersion
globale du moyen de mesure est :
σmes
2 = σrep
2 + σ2
Rep
elfezazi said 103
ELFEZAZI SAID
Capabilité du processus de mesure

C’est le rapport entre l’intervalle de


tolérance et la dispersion globale du
moyen de mesure :

CPI = Intervalle de tolérance = IT


Dispersion globale 6σmes

• Pour déterminer σmes et donc la capabilité de


l'instrument de mesure, il existe plusieurs
méthodes
• On utilisera la méthode de Charbonneau

elfezazi said 104


ELFEZAZI SAID
B – Répétabilité
• Pour chaque opérateur, on peut calculer avec la
méthode des moyennes-étendues l’écart-type de la
répétabilité
• Si l’on suppose que les erreurs sont normalement
distribuées, un estimateur sans biais de l’écart-type
est donné par :
σrep = R
d2

• Le coefficient d2 est fonction de la valeur de r et est


donné par la table de Shewhart

r 2 3 4
d2 1,1280 1,6930 2,0590
elfezazi said 105
ELFEZAZI SAID
C – Reproductibilité
• La composante de reproductibilité est issue des
différences entre les opérateurs
• Ceux-ci mesurent les mêmes produits, donc la
variabilité de la moyenne des moyennes donnera
l’amplitude de la composante reproductibilité

RX
σRepro =
d2

D - Influence du CPI sur le CP


CP observé
On calcule facilement
CP réel =
C
1 − P observé
elfezazi said CPI106
ELFEZAZI SAID
Méthode de Charbonneau

• Cette méthode :
– permet d’avoir rapidement une idée de la
Capabilité d’un moyen de mesure.
– C’est une méthode applicable en production
comme outil de vérification rapide
– mais pas en réception d’un moyen de
contrôle
Le principe de la méthode consiste à demander à deux (ou
trois) opérateurs de mesurer 10 pièce (ou plus).

elfezazi said 107


ELFEZAZI SAID
Méthode de Charbonneau

un exemple de contrôle sur un diamètre dont les


tolérances sont de 10,025±0,02.
•Pour chaque pièce contrôlée, on calcule l’étendue
de mesure entre les deux opérateurs.
•La dispersion de mesure est calculée par:

D = k . σmesures.
k est généralement pris égal à 5,15 (± 2,575) ce qui
correspond à 99 % de la population dans une répartition
normale ou à 6 pour 99,73% de la population.

σmesures est calculé à partir de la moyenne des


R
étendues par la formule de la loi de l’étendue σ=
réduite : elfezazi said d2
108
ELFEZAZI SAID
Méthode de Charbonneau

On établit alors la Capabilité du moyen de contrôle par le


rapport entre l’intervalle de tolérance et la dispersion de
mesure.

Cms =
IT Le moyen est déclaré capable si
Dispersion Cmc > 4

Certains auteurs préfèrent définir un Indice de


Capabilité de l’instrument :

Le moyen est
Dispersion déclaré capable si
Ici % = x 100 Ici% est inférieur à
Intervalle de tolérance
elfezazi said 25% 109
ELFEZAZI SAID
Méthode de Charbonneau: Exemple d’application

Pièce Contrôleur Contrôleur Étendue R


1 2
1 10,023 10,022 1µ
2 10,020 10,020 0µ
3 10,026 10,028 2µ
4 10,025 10,027 2µ
5 10,029 10,028 1µ
6 10,022 10,021 1µ
7 10,027 10,028 1µ
8 10,025 10,025 0µ
9 10,025 elfezazi said 10,027 2µ 110
ELFEZAZI SAID
10 10 020 10 021 1
Méthode de Charbonneau: Exemple d’application

Intervalle de tolérance = 0,04

Étendue moyenne

(R ) = = 1,1
R
σ instrument =
R
=
1,1
= 0,975
10 d 2 1,128

Dispersion de l’instrument
D = 6 x σmesures
= 6 x 0,975 = 5,85 µ

IT 0,04
Cms = = = 6,83
Capabilité du moyen de mesure Dispersion 0,00585

Cmc > 4, Procédé capable


elfezazi said 111
ELFEZAZI SAID
Suivi par carte de contrôle

•La carte de contrôle des moyennes donne le pouvoir de


discrimination de l’instrument.
•La carte de contrôle des étendues illustre l’amplitude de l’erreur
de mesure
•Cela signifie que les opération n’ont pas de difficultés à obtenir un
mesurage homogène. Dans le cas contraire, il faudrait alors
identifier l’origine
elfezazi saiddu problème. 112
ELFEZAZI SAID
Méthode complète

méthode plus complète consiste à différentier les


dispersions de mesures dues à la répétabilité et à la
reproductibilité
Une mauvaise reproductibilité montre soit la nécessité d’un
entraînement à l’utilisation de l’instrument de mesure, soit un
problème de maintenance ou de choix de l’instrument de
contrôle.

L’essai consiste par exemple à faire mesurer par trois


opérateurs différents dix pièces différentes. Chaque pièce sera
mesurée deux fois par chaque opérateur

Le résultat de ce contrôle sur le même type de


pièces que précédemment se met sous forme de
tableau
elfezazi said 113
ELFEZAZI SAID
Méthode complète

Opérateur 1 Opérateur 2 Opérateur 3


N° 1e 2e X R 1e 2e X R 1e 2e X R
pièce Mes Mes Mes Mes Mes Mes
1 23 20 21,5 3 22 20 21,0 2 21 24 22,5 3
2 22 24 23,0 2 22 22 22,0 0 24 23 23,5 1
3 23 21 22,0 2 22 20 21,0 2 22 20 21,0 2
4 22 22 22,0 0 20 21 20,5 1 21 21 21,0 0
5 22 21 21,5 1 22 21 21,5 1 23 23 23,0 0
6 25 27 26,0 2 27 25 26,0 2 27 26 26,5 1
7 23 23 23,0 0 24 22 23,0 2 22 24 23,0 2
8 24 23 23,5 1 24 23 23,5 1 21 21 21,0 0
9 22 22 22,0 0 22 23 22,5 1 23 24 23,5 1
10 23 21 22,0 2 22 24 23,0 2 23 22 22,5 1
22,65 1,3 22,40 1,4 22,75 1,1
X1 R1 X2 R2 X3 R3
Moyen générale = 22,60 R =1,266
elfezazi said 114
ELFEZAZI SAID
Méthode complète
Validité des mesures
La validité des mesures est vérifiée si l’ensemble des étendues
est homogène. Pour vérifier cette validité, on peut tracer la
carte des étendues à partir de la moyenne générale des
étendues .
Plus simplement, on peut calculer la limite supérieure de
contrôle des étendues et vérifier que les étendues sont
inférieures à cette limite

LSC R = D 4 . R = 3,267 x 1,266 = 4,138 (D4 Choisit pour n =2)

•Toutes les étendues sont inférieures à cette limite, on peut


donc accepter la validité des mesures.
•Dans le cas où une étendue ne serait pas conforme, il faudrait
recommencer les mesures correspondantes.
elfezazi said 115
ELFEZAZI SAID
Méthode complète
Analyse de la répétabilité

d2 est pris n = 2 car les étendues sont calculées à partir de 2 mesures.

R 1,266
σ répétabilité = = = 1,12
d 2 1,128
Analyse de la reproductibilité
La reproductibilité représente l’écart de mesure Les coefficients d2
qui provient des opérateurs. On peut estimer et c4 sont pris pour
cette erreur de reproductibilité à partir de n = 3 car l’étendue
l’étendue sur les moyennes. est calculée à partir
de 3 moyennes.
R = X Max − X Min = 22,75 − 22,40 = 0,35 On peut également
X directement calculer
σrep en calculant le
R 0,35 σ n-1des trois
σ reproductibilité = X c4 = .0,886= 0,183 moyennes. On
d2 1,693 trouverait 0,180
elfezazi said 116
ELFEZAZI SAID
Méthode complète
Dispersion de l’instrument de mesure
En appliquant le théorème d’additivité des variances, on a :
σ Instrument
2
= 1,123 2 + 0 ,183 2 = 1, 295
σ Instrument
2
= σ Répétabili
2
té + σ 2
reproductibilité

σ Instrument = 1,295 = 1,138


On en déduit facilement la Capabilité de l’instrument de mesure :
IT Dispersion
Cms = Ici % = x100
Dispersion IT
IT 6 x1,138
= = x100 = 17 ,13 %
6. σ Instrument 40
40 Le moyen de mesure est donc
= = 5 , 86
6 x 1,138 acceptable.
L’étude séparée de la reproductibilité et de la répétabilité, nous montre
clairement que l’instrument àelfezazi
une bonne
said reproductibilité, mais une
117
ELFEZAZI SAID
répétabilité juste acceptable.
Méthode proposée par CNOMO

1
Répétabilité des mesurages de l’étalon sur le moyen de contrôle

2
Répétabilité des mesurages d’une pièce sur le moyen de contrôle

3
Mesure d’un échantillonnage représentatif de l’intervalle de tolérance
sur le moyen de contrôle

4
Mesure de l’échantillonnage représentatif de l’intervalle de tolérance
sur le moyen de contrôle en métrologie

5
Évaluation de la Capabilité du moyen de contrôle Cmc
elfezazi said 118
ELFEZAZI SAID
Méthode proposée par CNOMO

Répétabilité des mesurages de l’étalon sur le moyen de contrôle


•On utilise dans cette étape une pièce étalon dont la valeur
conventionnellement vraie est connue.
•Le moyen de contrôle est calibré conformément à son mode
d’emploi.
•L’étalon est mesuré 5 fois su le moyen de contrôle sans recalibrer.
Entre chaque mesure, l’étalon est enlevé, puis remis sur le moyen
de contrôle.
Répétabilité des mesurages = Ie = 2 Se
avec Se = écart type σn-1 des 5 mesures

Si Ie est supérieure à une valeur limite* le moyen n’est pas accepté.

elfezazi said 119


ELFEZAZI SAID Q, l’indice de qualité des tolérances fondamentales.
Méthode proposée par CNOMO

Répétabilité des mesurages d’une pièce sur le moyen de contrôle

•La pièce est mesurée 5 fois sur le moyen de contrôle sans


recalibrer.
•Entre chaque mesure, la pièce est enlevé, puis remis sur le moyen
de contrôle.
•On calcule alors la dispersion de répétabilité sur la pièce :

Répétabilité des mesurages = Ir = 2 Sr


avec Sr = écart type σn-1 des 5 mesures

Si Ir est supérieure à une valeur limite* le moyen n’est pas accepté.

elfezazi said 120


ELFEZAZI SAID Q, l’indice de qualité des tolérances fondamentales.
Méthode proposée par CNOMO

Mesure d’un échantillon représentatif de l’IT sur le moyen de contrôle

•On utilise pour cette étape au minimum 5 pièces, représentatives des


pièces de séries, ayant des caractéristiques réparties sur au moins 0,6
IT.
•On mesure alors les pièces sur le moyen de contrôle par permutation
circulaire jusqu’à ce que chaque pièce ait été mesurée 5 fois, sans
recalibrer et dans une courte période de temps.

Mesure d’un échantillon représentatif de l’IT en métrologie

•Les pièces utilisées pour la troisième étape sont mesurées en


métrologie pour obtenir la valeur conventionnellement vraie.
•il est conseillé dans la norme de répéter plusieurs fois les
mesures.
•On calcule alors :
—la moyenne des différences entre la valeur vraie et la
valeur donnée par le moyen de contrôle : J,
—l’écart type des différences Sg
elfezazi said 121
ELFEZAZI SAID
Méthode proposée par CNOMO

Calcul du Cmc – Capabilité du moyen de contrôle

L’incertitude de mesure est calculée à partir :


•de l’erreur de justesse : J,
•de l’erreur de répétabilité : Se,
•de l’écart type global de différences : Sg

•La Capabilité du moyen de contrôle est alors définie comme :


IT
Incertitude de mesure : I g = J + 2 I + S
2
e
2
g
Cms =
2.Ig
Le moyen de contrôle est accepté si Cmc est supérieur au
Cmc du cahier des charges.
En générale, on choisit Cmc tel que :

elfezazi said 122


ELFEZAZI SAID
Méthode proposée par CNOMO: Exemple de calcul

elfezazi said 123


ELFEZAZI SAID
Méthode proposée par CNOMO: Exemple de calcul

Mesure de 5 pièces en métrologie


Xi 10,010 10,018 10,027 10,033 10,0409
Différences entre la vraie valeur et le mesurage par le moyen
di1 =Yi1-Xi -0,002 -0,001 0,001 -0,001 -0,001
di2 =Yi2-Xi -0,001 0,000 -0,002 -0,001 -0,001
Di3 =Yi3-Xi -0,001 -0,002 -0,001 -0,002 -0,001
Di4 =Yi4-Xi -0,002 -0,001 -0,001 -0,002 -0,001
Di5 =Yi5-Xi 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000
Moyenne des différences : J = - 0,00096
Ecart type des différences : Sg = 0,00079

Calcul du Cmc

Incertitude de mesure : Ig = 0,00096 + 2 0,00112 + 0,000792 = 0,0036


IT 0,04
Cmc = = = 5,55 > 4
2.I g 2x0,0036
Moyen déclaré capable
elfezazi said 124
ELFEZAZI SAID
La capabilité des instruments de mesure
Comparaison des différentes méthodes

Méthode Avantages Inconvénients


Méthode rapide de Rapide et facile à mettre en Ne prend pas en compte l’erreur
charbonneau œuvre. de justesse.
Donne un ordre de grandeur de Ne dissocie pas la répétabilité et
la capabilité souvent suffisant. la reproductibilité
Méthode complète Dissocie la répétabilité et la Ne prend pas en compte la
de reproductibilité. justesse.
charbonneau Rapide à mettre en œuvre.
Méthode CNOMO Prend en compte la justesse et Ne prend pas en compte la
la répétabilité. reproductibilité.
Plus lourde à mettre en œuvre.

elfezazi said 125


ELFEZAZI SAID
Capabilité des moyens de contrôle pour le contrôle aux attributs

Dans le cas des contrôles par attribut, il est également


possible de définir une Capabilité des moyens de contrôle:
•Le but de cette Capabilité est de vérifier la constance et
l’uniformité des conclusions de plusieurs opérateurs sur un lot
test.
• Dans ce type de contrôle, on ne définit pas d’indice de
Capabilité, on définit simplement un indicateur d’homogénéité

EXEMPLE

Une entreprise de fabrique de skis souhaite mettre en place un


contrôle final sur le contrôle visuel des skis. Afin de contrôler la
Capabilité du moyen de contrôle, on retient 20 skis comportant
un certain nombre de non-conformités.
elfezazi said 126
ELFEZAZI SAID
Contrôleur 1 Contrôleur 2

N° Ski 1er contrôle 2ème contrôle 1er contrôle 2ème contrôle


1 C C C C
2 C C C C
3 NC C C C
4 C C C C
5 C C C C
6 C C C C
7 NC NC NC NC
8 C C C C
9 C C C C
10 C C C C
11 NC NC C C
12 C C C C
13 C NC C C
14 C C C C
15 C C C C
16 NC NC NC NC
17 C elfezazi
C said C C 127
18 SAID
ELFEZAZI C C C C
Capabilité des moyens de contrôle pour le contrôle aux attributs

Nb évaluations hom ogènes 17


Homogénéité% = = x100 = 85%
Nb évaluation 20

Cette homogénéité peut se décomposer en répétabilité et en


reproductibilité.

•La répétabilité est bonne si le même opérateur évalue


toujours le lot de la même manière. Dans l’exemple ci-dessus,
la répétabilité de l’opérateur 1 est de 90%, celle de l’opérateur
2 est de 100%.

•La reproductibilité est bonne si les deux opérateurs évaluent


toujours le lot de la même manière. Dans l’exemple précédent,
le ski n° 11 à été évalué de façon différente par les deux
contrôleurs. La reproductibilité est de 95%.
elfezazi said 128
ELFEZAZI SAID
Activité et audits de la fonction métrologies

elfezazi said 129


ELFEZAZI SAID
Personnel de la fonction métrologique

- connaître les limites de son champ de responsabilité,


- être formé,
- si le procédé de mesure le prévoit: être qualifié pour,
- comprendre la mesure et à quoi elle sert,
- disposer de la documentation nécessaire,
- effectuer des tâches d’autocontrôle,
- pouvoir proposer des améliorations,
- avoir droit à l’erreur,
- agir dans un environnement favorable,
- être au courant des améliorations, actions correctives.

elfezazi said 130


ELFEZAZI SAID
Constitution du parc des instruments de mesure

L’identification des besoins métrologiques nécessite une connaissance


identification des besoins

des concepts de base de la métrologie (définitions, vocabulaire, termes


utilisés en métrologie, ).

de définir rapidement les mots à employer, tout particulièrement: étalon,


étalonnage, vérification, incertitude, tolérance.

Ces besoins sont de deux ordres:


•ceux relatifs à la gestion de la métrologie (besoins organisationnels)
•ceux relatifs à la réalisation des mesures (besoins matériels).

elfezazi said 131


ELFEZAZI SAID
Activités de la fonction métrologique
besoins relatifs à la gestion de la métrologie

•Est ce que les activités de l’entreprise


nécessite l’implantation d’une
métrologie à part entière ou partielle?
•Faut - il des locaux, du personnel
qualifié?
•Souhaite-t-on faire soi-même ou sous
traiter tout ou partie de la gestion par
un organisme extérieur?
elfezazi said 132
ELFEZAZI SAID
Activités de la fonction métrologique
les besoins relatifs à la réalisation des mesures
1- Que dois-je mesurer et quelle précision dois-je
atteindre?
2- Quelles sont les méthodes de mesure possibles?
3- Quels seront la méthode et le principe utilisés?
4- Quel instrument vais-je utiliser?
5- Quel montage réaliser et selon quelle procédure?
6- Comment vais-je garantir la qualité de mes mesures?
L’analyse préalable des besoins va se traduire par un premier
cahier des charges. Il risque fort d’être un peu théorique et peu
sensible aux notions de rentabilité.

elfezazi said 133


ELFEZAZI SAID
Activités de la fonction métrologique
Choix de la méthode de mesure
Après avoir fixé les objectifs métrologiques, il est important
d’expliciter la méthodologie de la mesure:
- le principe de la mesure
- les caractéristiques mesurées.
Choix des équipements de mesure
caractéristiques des moyens de mesure :
•domaines d’utilisation
•cadences, mode de fabrication, mode de contrôle
utilisateurs des moyens de mesure:
•le niveau de connaissances pour les utilisateurs du matériel
•les personnes chargés de son entretien)
conditions d’environnement: Déterminer les grandeurs d’influence:
•température,
•pression, elfezazi said 134
ELFEZAZI SAID
Activités de la fonction métrologique
Choix du raccordement des mesures
Le raccordement est la base même de la métrologie.

•Il faut pouvoir démontrer que la mesure réalisée par


l’entreprise est bien raccordée à l’étalon national ou
international.

•Ce raccordement est une activité généralement sous-


traitée à des prestataires de service.

•le personnel en charge de la fonction métrologique a la


responsabilité de s’assurer elle-même que son sous-traitant
répond aux exigences requises.
elfezazi said 135
ELFEZAZI SAID
Gestion du parc d’appareils de mesure
Le concept de la gestion est composé des axes suivants

•documentation ;

•la réception, la mise en service et le suivi des


moyens de mesure ;

•choix du matériel à suivre périodiquement


programme d’étalonnage et / ou de vérification

•l’étalonnage ou la vérification des instruments de


mesure et des décisions qui en découlent.

•raccordement aux étalons nationaux ou


internationaux.
elfezazi said 136
ELFEZAZI SAID
Gestion du parc d’appareils de mesure
documentation
•procédure générale de gestion des appareils de
mesure

•l’instruction de travail : qui permet d’une part


d’identifier l’appareil de mesure et d’autre part à
définir l’étalonnage et la vérification de l’appareil de
mesure.
•documents d’enregistrements des résultats.
Parmi ceux-ci, le plus important est la fiche de vie
qui comporte toutes les informations relatives à la vie
de l’instrument concerné.

elfezazi said 137


ELFEZAZI SAID
Gestion du parc d’appareils de mesure
La réception, la mise en service et le suivi des moyens de mesure

conformité à la commande : spécifications du


constructeur ou des prescriptions particulières ainsi
que le contrôle des documents
techniques fournis.

Identification de l’équipement de mesure : Il est préférable


de regrouper les instruments de mesure par famille et par type
d’utilisation. Le numéro d’identification doit être apposé sur
l’équipement de telle sorte qu’il soit clairement lisible.

Inventaire :
- par lieu géographique (secteur d’activité)
- par grandeur physique
- selon l’affectation de ces moyens
- selon la qualification et la formation des utilisateurs ‘’ qui
fait quoi au niveau de ces moyens’’

elfezazi said 138


ELFEZAZI SAID
Gestion du parc d’appareils de mesure
La réception, la mise en service et le suivi des moyens de mesure

Dossier technique : Ouvrir un dossier dans lequel


seront classés tous les documents concernant cet
équipement (cahier des charges, commandes, PV
recettes, notices, certificats
d’étalonnage......).

Fiche de vie : Elle constitue en quelque sorte un carnet


de santé, placé très visiblement à proximité de
l’instrument, sur lequel sont indiqués :

- La nature et les résultats des différentes interventions


(étalonnage,vérifications, réparations,...) ;

- Tous renseignements jugés utiles pour les utilisateurs.

elfezazi said 139


ELFEZAZI SAID
Gestion du parc d’appareils de mesure
La réception, la mise en service et le suivi des moyens de mesure

-Étalonnage ou vérification initiale : cette opération


se réalise avant la première mise en service. Elle
permet de prononcer la qualification ou la non
qualification de l’instrument de mesure.

- Marque de qualification : L’apposition de cette


marque atteste la qualification de l’équipement et
initialise les opérations d’étalonnage ou de
vérification qui vont être effectuées périodiquement
sur l’instrument.

elfezazi said 140


ELFEZAZI SAID
Gestion du parc d’appareils de mesure

1- Procéder à la définition des besoins métrologiques;


Mettre en place une organisation de la fonction métrologique;Faire le
bon choix des moyens et méthodes à mettre en place.

2- Repérer les instruments de mesure;

Identifier de façon claire chaque instrument afin de permettre un suivi


personnalisé et une bonne gestion.

3- Instaurer des procédures d’étalonnage et / ou vérification;

-Il ne suffit pas de suivre rigoureusement une norme relative à un


instrument pour satisfaire aux besoins métrologiques ;
-La procédure doit, dans la mesure du possible, être compatible
avec les besoins réels des utilisateurs.

elfezazi said 141


ELFEZAZI SAID
Gestion du parc d’appareils de mesure
4- Notifier des procédures de surveillance;

Cela permet une surveillance avec des périodicités courtes afin de


prévenir un éventuel déréglage d’un instrument entre deux
étalonnages.

5- Contrôler le parc d’instruments de mesure;

Assurer par étalonnage périodique que les instruments restent tout au


long de leur vie dans les spécifications initialement prévues.
Garantir le raccordement aux étalons nationaux.

6- Interpréter les résultats de mesure;

Consiste après chaque étalonnage et / ou vérification à faire le lien


étroit entre le résultat de mesure et l’exigence spécifiée avant de
conclure à l’acceptation ou au refus d’un instrument.

elfezazi said 142


ELFEZAZI SAID
Gestion du parc d’appareils de mesure
• 7- Procéder à la gestion du parc

• Répertorier sur une fiche les éléments nécessaires à la


gestion efficace du parc ( périodicité, norme de
référence,Numéro d’identification).

• 8- Établir des règles de protection des instruments

- La qualité métrologique des instruments dépend


également de la manutention, du stockage, de la
protection pendant l’utilisation (environnement).

-De grandes précautions sont à prendre lors des


manipulations.
elfezazi said 143
ELFEZAZI SAID
Audits métrologiques
l’audit externe

permet d’évaluer les compétences des sous traitant

l’audit interne

permet d’évaluer son propre niveau de performance. Il


permet de voir si ce qui est dans les documents est
appliqué.

la détection d’écarts afin de prendre :


– des actions correctives pour remédier à l’écart, c’est
l’audit curatif déclenché à la suite d’une non-
conformité,

– des actions préventives pour supprimer la répétition


de l’écart,c’est l’audit préventif.
elfezazi said 144
ELFEZAZI SAID
Audits métrologiques : Les principales questions
1- Existe-t-il une liste de matériels de mesure?

2- L’équipement est-il identifié ?

3- Existe-t-il des fiches de vie ?

4- Les équipements de mesure sont-ils vérifiés


périodiquement ?

5- Examine-t-on les résultats de contrôle antérieurs


lorsqu’un instrument de mesure est déclaré mauvais à
l’issue d’une vérification ?

6- Existe-t-il des procédures d’étalonnage et / ou


vérification ?
elfezazi said 145
ELFEZAZI SAID
Audits métrologiques : Les principales questions

7- Lorsqu’elles existent, le mode opératoire détaille-t-il les


modalités de la comparaison technique ?

8- Où sont consignés les résultats d’étalonnage et / ou de


vérification lorsqu’ils sont conservés ?

9- Comment sont raccordés les mesures aux étalons


nationaux ou internationaux ?

10- Existe-t-il un planning de suivi des appareils de mesure


dans le temps ?

11- Existe-t-il une procédure de réception des matériels


neufs ?

elfezazi said 146


ELFEZAZI SAID
Audits métrologiques : Les principales questions

12- Respecte-t-on les conditions d’environnement pour :

- effectuer des étalonnages et / ou vérification


- utiliser les appareils de mesure

- 13- L’étalonnage tient-il compte des conditions d’emploi de


l’instrument?

14 – Existe–t–il une procédure concernant la gestion des


équipements de mesure utilisés tout au long du cycle
d’élaboration du produit ?

15 – Les étalons font–t–ils l’objet d’une gestion particulière ?

elfezazi said 147


ELFEZAZI SAID
Audits métrologiques : Les principales questions

16 –A–t–on définit les conditions de manutention, de protection,


de stockage des équipements de mesure ?

17 – Sont-elles compatibles avec les conditions d’emploi


spécifiées ?

18 - Existe–t–il une procédure de maintenance préventive des


équipements de mesure, ainsi qu’un enregistrement de cette
maintenance ?

19 – Comment sont définies puis révisées les périodicités de suivi


?

20 – La procédure de vérification des instruments de mesure


prévoit – elle les critères d’acceptation ?
elfezazi said 148
ELFEZAZI SAID
Audits métrologiques : Les principales questions

21 – Comment sont définies les responsabilités de chacun ?

22 – Qui est responsable de la gestion de la métrologie ?

23 – Le responsable est– il formé à l’utilisation et à la vérification


des moyens de mesure ?

24 –Comment sont définies les mesures à réaliser, ainsi que


l’exactitude requise ?

25 – Comment sélectionne –t– on les équipements de mesure?

elfezazi said 149


ELFEZAZI SAID
Audits métrologiques : Les principales questions

26 – Procède –t– on à des calculs d’incertitude ?

27 – Existe–t– il des appareils de mesure pour


lesquels il n’y a pas de procédure d’étalonnage ?
Dans ce cas, comment réalise –t–on l’étalonnage ?

28 - Comment sont définis les critères à prendre en


compte pour commander de nouveaux instruments
de mesure ?

29 – Procède –t– on à une qualification des supports


informatiques (surtout les logiciels ) ?
elfezazi said 150
ELFEZAZI SAID
elfezazi said 151
ELFEZAZI SAID
ACCREDITATION DE LABORATOIRE EXEMPLE
PMG/PT/PL
ISO 17025

elfezazi said 152


ELFEZAZI SAID
Activités de laboratoire contrôle qualité
(PMG/PT/PL)

Les employés de laboratoire à pour tache


de:

¬Faire la réception et la préparation des


échantillons;
¬ Effectuer Les analyses physico-chimiques;
¬Faire recueillir les données et les interpréter.

elfezazi said 153


ELFEZAZI SAID
Présentation de la norme ISO 17025

)Exigences organisationnelles

) Exigences techniques

elfezazi said 154


ELFEZAZI SAID
Exigences organisationnelles

) Organisation
) Système de management de la qualité
) Maîtrise des documents
) Revue de contrats
) Sous-traitance
) Achats
) Services au client
) Réclamation
) Maîtrise des non-conformités
) Actions correctives
) Actions préventives
) Maîtrise des enregistrements relatifs à la qualité
) Audits internes
) Revue de direction

elfezazi said 155


ELFEZAZI SAID
Exigences techniques
) Personnel
) Installation conditions ambiantes
) Méthodes d’essai et validation
) Equipements
) Réductibilité des mesurages
) Echantillonnage
) Manutention des objets d’essai et
d’étalonnage
) Assurer la qualité des résultats d’essais et
d’étalonnages
) Rapport sur les résultats
elfezazi said 156
ELFEZAZI SAID
Comparaison entre la certification et l’accréditation

La Certification L’accréditation
Tierce partie Organisme faisant autorité

Donne une assurance écrite Reconnaît formellement

Qu’un produit, un processus ou un Qu’un organisme ou un individu


service
Est Conforme Est compétent

Aux exigences spécifiées Pour effectuer des tâches


spécifiques
Spécifiées par quoi ? Définies par quoi ?

Par des référentiels Par des programmes d’accréditation

ISO 9001 version 2000 Et régis par les normes de la série


elfezazi said17025 157
ELFEZAZI SAID
Etude des procédures existées comparativement
aux procédures traitées par l’accréditation

Applicable Non applicable


Procédure de maîtrise de la non- Procédure d’estimation de
conformité l’incertitude de mesure
Procédure de maîtrise des Procédure compétence,
documents sensibilisation et formation
Procédure d'actions correctives Procédure contrôle en service des
équipements de mesure
Procédure d’audits qualité Procédure contrôle et vérification
d'entrée ou de sortie du matériel
Procédure de traitement des Procédure de la validation des
réclamations méthodes d’analyses
Procédure d’étalonnage Procédure de maintenance
préventive
Procédure d’échantillonnage elfezazi said
Procédure de calibrage 158
ELFEZAZI SAID
L’adéquation des équipements de l’organisme et les conditions
d’environnement;

La place du responsable métrologie;

La validation des méthodes d’analyses d’essais et d’étalonnage;

L’évaluation et le suivi de la qualification du personnel;

L’estimation d’incertitude de mesure;

La place du Responsable Qualité.

elfezazi said 159


ELFEZAZI SAID
Procédure de la validation des méthodes
d’analyses

^ Objet;
^ Domaine d’application;
^ Documents de référence;
^ Diffusion;
^ Personnel concerné;
^ Moyens nécessaires;
^ Définitions;
^ Abréviations;

elfezazi said 160


ELFEZAZI SAID
Procédure de la validation des méthodes
d’analyses

^ Enregistrements:

Identification

Durée de Responsable
Stockage Accessibilité
conservation de l’élimination
Titre Codification

Le RT

elfezazi said 161


ELFEZAZI SAID
Procédure de la validation des méthodes
d’analyses
Validation d’une méthode
d’analyse

Définition du domaine d’application et principe

Détermination pratique de :
Linéarité, sensibilité, seuil de détection, seuil de quantification,
justesse et fidélité.

*Test d'égalité
des variances

Critères de *Test de justesse


validation
*Test de Student

Méthode non Méthode validée


validée (doit être elfezazi said 162
modifiée)
ELFEZAZI SAID
Procédure de la validation des méthodes d’analyses

¾ Validation des résultats d’essais:


Etablissement cartes de contrôles

Utilisation des outils de contrôle

Vérification des résultats d’essais

elfezazi said 163


Validation
ELFEZAZI SAID
Fiche de la validation du document

Rédaction Vérification Approbation

Nom

Fonctio Chef du laboratoire


n Chef du laboratoire
adjoint
Responsable qualité
Visa

Date

elfezazi said 164


ELFEZAZI SAID
Entité

Code Date :

Page

Titre

elfezazi said 165


ELFEZAZI SAID
Procédure de la métrologie

Objet
Domaine d’application;
Documents de référence;
Diffusion;
Personnel concerné;
Définitions.

elfezazi said 166


ELFEZAZI SAID
Procédure de la métrologie

Gestion et traçabilité des


enregistrements relatifs aux
équipements:

Inventaire et identification des équipements ;


ª Fiche de vie;
ª Fiche d’utilisation ;
ª Dossier individuel de matériel;
ª Fiche de maintenance.
elfezazi said 167
ELFEZAZI SAID
Fiche de vie

ª Les fiches de vie doivent mentionner les


informations suivantes :

ª Nom de l’entreprise;
ª Nom de l’instrument;
ª Nom ou marque du fabricant;
ª Type de l’instrument;
ª Date d réception et /ou date de mise en
service;
ª Affectation de l’instrument;
elfezazi said 168
ª Périodicité de vérification
ELFEZAZI SAID
et/ou d’étalonnage;
Fiche de maintenance

ª Les fiches de maintenance doivent


mentionner les informations suivantes :

ª Nom de l’instrument;
ª Date de l’intervention;
ª Nature de l’intervention;
ª Résultats de l’intervention (observation,
visa de contrôle).
elfezazi said 169
ELFEZAZI SAID
Procédure de la métrologie
Logigrammes:
1- Maîtrise des équipements

Détermination des matériels à


controler

Sélection des matériels de contrôle, de mesure et d’essai capable d’apporter l’exactitude et la


précision nécessaire

Identification de tous les équipements de contrôle

Etalonnage et réglage de tous les équipements avant


utilisation

elfezazi said 170


ELFEZAZI SAID
Procédure de la métrologie
Étalonnage et vérification

Etalon ou matériau de Moyen de mesure Prescription


référence

Valeur x *Norme
connue *Spécification
Comparaison

Document Résultat de Confrontation à la


d'étalonnage mesure prescription

Non-conformité Conformité

Décisions Remise en service

Constat de
Réforme Déclassement Réparation
elfezazi said Ajustage vérification 171
ELFEZAZI SAID

Vous aimerez peut-être aussi