Vous êtes sur la page 1sur 16

‫وزارة التعـليـ ـ ـ ـ ـ ـ ـ ـ ـ ـ ـ ـ ــم الع ـ ـ ـ ـ ـال ــي والــبح ـ ــث العلـم ـ ـ ـ ـ ـ ـ ــي‬

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

UNIVERSITE FERHAT ABBAS – SETIF ‫جامعـــة فرحات عباس سطيــــف‬


FACULTE DE TECHNOLOGIE ‫كليـة التـكنــولــوجيــــا‬
DEPARTEMENT d’électrotechnique ‫ اإللـكتــروتقـنـيــة‬: ‫قسم‬

Projet de Fin Cycle


Licence en Electrotechnique
INTITULE

Nom et Prénom
HANOUZ NESSRINE

É M. KADRI MOUSSA

2019/2020
Sommaire
I. Introduction………………………………………………...……...……..…….... 1
II. Le vent………………………………………………………………………..…...2
III. Définition de l'énergie éolienne………………………………………………….. 2
IV. Les quatre types d’installations…..……………………………………………….3
1. Les loisirs à voile ……………………………………………………………3
2. Les moulins à vent ……………………………………………………….….3
3. Les éoliennes………………………………………………………………...3
4. Eolienne de pompage…………………………………………………..……4
V. Principe de l’aérogénérateur.…………………………………………..…........... 4
VI. Principe de fonctionnement d’une éolienne ……………………………………..5
VII. Les principales composantes d'une éolienne …………………………...……......7
VIII. Les différents types d’éoliennes…………………..…………………...………....8
1. Eoliennes a axe vertical ..………………………………………………… 8
2. Eoliennes a axe horizontal…………………………………........................8
IX. Avantages et inconvénients de l’énergie éolienne ………………………..…......9
1. Les avantages ...………………….……………………………………..…9
2. Les inconvénients …………………………………….……………...……9
X. Implantation des sources éoliennes dans les réseaux de distribution…………...10
XI. L’énergie éolienne dans le monde………………………………………….…...12
XII. L’énergie éolienne dans l’Algérie………………………………………………12
XIII. Conclusion…………………………………………………………………....…13
XIV. Références………………………………………………………………...…….14
I. Introduction :

Depuis des milliers d’années, la force du vent a


permis à l’Humanité de faire des choses
extraordinaires. Par exemple, il y a plus de
3’000 ans, elle a permis à des populations
parties du sud de l’Asie dans des pirogues à
voile d’aller peupler des îles éparpillées dans l’immensité de l’Océan Pacifique !

Au 5e siècle avant Jésus-Christ, les civilisations grecques et égyptiennes se servaient des


premières éoliennes des moulins à vent pour moudre du grain et pomper l’eau des puits.

Et c’est en 1866, avec l’invention de la dynamo (ou machine dynamoélectrique) - un


générateur qui permet de transformer l’énergie mécanique en
électricité - que naît la possibilité de produire de l’électricité
par la force du vent.

C’est ainsi qu’en 1888, un scientifique américain


- Charles F. Brush - réalise la première turbine éolienne capable
de produire de l’électricité. Avec son rotor de 17 mètres de
diamètre constitué de 144 pales en cèdre juché sur un mât de
18 mètres, elle développe 12 kW de puissance. C’est modeste
mais suffisant pour alimenter en électricité la maison.
Charles F. Brush

Et c’est en 1891, moins de pales, davantage d’énergie, Au Danemark, le météorologue


Poul La Cour découvre que les turbines à rotation rapide composées d’un nombre
restreint de pales génèrent davantage d’électricité que celles plus lentes constituées de
nombreuses pales.

Page | 1
II. LE VENT :

Le vent Au fait, d’où vient le vent ?

Le vent, c’est de l’air qui se déplace à cause des différences de température et de pression
dans l’atmosphère. En effet, l’air chaud est plus léger que l’air froid. C’est pourquoi, quand
le Soleil chauffe la mer ou le sol, l’air qui se trouve juste au-dessus se réchauffe, s’allège,
et monte, en poussant l’air froid qui est plus haut. L’air froid, plus lourd, descend et vient
remplacer l’air chaud, puis il se réchauffe à son tour, et ainsi de suite.
En plus, comme la Terre est ronde, le Soleil ne distribue pas la chaleur partout de façon
égale, et celle-ci n’est pas absorbée de la même manière par la mer ou par le sol. Toutes
ces différences font que les masses d’air se déplacent verticalement et horizontalement.
Il existe des sites plus ou moins venteux, selon leur emplacement et leur dégagement,
mais aussi selon leur incidence sur la pression de l’air. Par exemple, les crêtes de
montagne et le bord de mer connaissent des vents plutôt violents : dans ces endroits, il y a
en effet peu d’obstacles naturels ou de bâtiments pour retenir le vent.

III. Définition de l'énergie éolienne :

L'énergie éolienne est l'énergie du vent, dont


la force motrice (énergie cinétique) est
utilisée dans le déplacement de voiliers et
autres véhicules ou transformée au moyen
d'un dispositif aérogénérateur, comme une
éolienne ou un moulin à vent, en une énergie
diversement utilisable. L'énergie éolienne est
une énergie renouvelable.

Page | 2
IV. Les Quatre types d’installations : L'énergie
éolienne peut être utilisée de Quatre manières :
1. LES LOISIRS À VOILE :

Tendre un grand morceau de tissu et laisser le vent


s’engouffrer à l’intérieur : c’est le principe de la
navigation à la voile, mais aussi du parapente, du char à
voile, ou du kitesurf. Aujourd’hui, c’est surtout lors
d’activités de loisir que l’on utilise l’énergie éolienne
pour se déplacer.

2. LES MOULINS À VENT :

Lorsque le vent passe à travers une hélice, elle se met


à tourner. Ce mouvement mécanique entraîne la
rotation d’une ou plusieurs autres roues qui, elles-
mêmes, font bouger des outils. C’est ainsi qu’autrefois
les moulins écrasaient les céréales, ou qu’ils
actionnaient des pompes à eau.

3. LES ÉOLIENNES :

Les éoliennes fonctionnent sur le même principe que


les moulins. Le vent fait tourner les pales (les bras)
placées au sommet d’un mât. Ce mouvement entraîne
la rotation d’un axe central (le rotor) relié à un
générateur. L’énergie mécanique du vent est ainsi
transformée en électricité.

Les éoliennes sont généralement placées dans des


zones dégagées et venteuses. On appelle « parc éolien
» un site regroupant plusieurs éoliennes.

Page | 3
4. ÉOLIENNE DE POMPAGE :
Le mouvement rotatif des pales de l’éolienne est
transformé en mouvement vertical de la pompe dans le
puits, l’activation d’un piston permet l’aspiration de
l’eau. Le pompage peut être réalisé soit directement à la
verticale du puits soit jusqu’à 100m de distance
horizontale, L’eau commence à être pompée même avec
un vent de 3m/s soit environ 11km/h. Les performances
dépendront de la profondeur de l’eau pompée, et la
force du vent dans le secteur considéré.

V. Principe de l’Aérogénérateur :

L'aérogénérateur, plus communément appelé éolienne, est un dispositif qui transforme


une partie de l'énergie cinétique du vent en énergie mécanique disponible sur un arbre de

Transmission puis en énergie électrique par l'intermédiaire d'une génératrice.

Conversion de l'énergie cinétique du vent

Page | 4
VI. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D’UNE ÉOLIENNE :

Sous l’effet du vent, le rotor tourne. Dans la nacelle, l’arbre principal entraîne un
alternateur qui produit l’électricité. La vitesse de rotation du rotor (de 12 à 15 tr/min) doit
être augmentée par un multiplicateur de vitesse jusqu’à environ 1500 tours/minute,
vitesse Nécessaire au bon fonctionnement de l’alternateur. Des convertisseurs
électroniques de puissance ajustent la fréquence du courant produit par l’éolienne à celle
du réseau électrique auquel elle est raccordée (50 Hz en Europe), tout en permettant au
rotor de l’éolienne de tourner à vitesse variable en fonction du vent. La tension de
l’électricité produite par l’alternateur, de l’ordre de 600 à 1000 volts, est ensuite élevée à
travers un transformateur de puissance, situé dans la nacelle ou à l’intérieur du mât,
jusqu’à un niveau de 20 ou 30 KV. Ce niveau de tension permet de véhiculer l’électricité
produite par chacune des éoliennes d’une centrale éolienne jusqu’au point de
raccordement au réseau électrique public. La tension de l’électricité produite par la
centrale peut alors être de nouveau transformée, en fonction du niveau de tension de
raccordement de la centrale au réseau public. Pour les centrales éoliennes de 10 à 15 MW
de capacité, le niveau de tension de raccordement est généralement de 20 KV. Pour les
centrales de capacité plus importante, le niveau de tension de raccordement peut aller de
60 à 90 KV, voire même 225 KV. Pour pouvoir démarrer, une éolienne a besoin d’une
vitesse de vent minimale, de l’ordre de 10 à 15 km/h. Et au-delà de 90 km/h, les turbines
s’arrêtent de tourner. Tout d’abord, la fréquence d’occurrence des vents d’une vitesse
supérieure à 90 km/h est généralement faible (inférieure à 1 %), et si les éoliennes
fonctionnaient dans ces conditions, elles subiraient des efforts importants qui
entraîneraient une usure prématurée de leurs équipements. Compte tenu du faible gain
relatif sur la production que représente un fonctionnement par vent fort, les ingénieurs
préfèrent, dans ces conditions, stopper les machines et attendre le retour de vents plus
modérés et plus réguliers. Si les éoliennes ne fonctionnent pas au-delà d’une vitesse de
vent de 90 km/h, leurs fondations n’en sont pas moins conçues pour résister à des vents
beaucoup plus, les éoliennes de la nouvelle génération atteignent 2 à 5 MW.

Page | 5
VII. LES PRINCIPALES COMPOSANTES D'UNE EOLIENNE :

1-Les pales: ce sont les capteurs de l'énergie cinétique qui transmettent l'énergie au rotor.
2-Le moyeu: il est pourvu d'un système qui permet d'orienter les pales pour réguler la
vitesse de rotation.
3-L'arbre primaire: (ou arbre lent) : il relie les pales au multiplicateur.
4-Le multiplicateur: il permet de réduire le couple et d'augmenter la vitesse. C'est
l'intermédiaire entre l'arbre primaire et l'arbre secondaire.
5-L'arbre secondaire: il amène l'énergie mécanique à la génératrice. Il est équipé d'un
frein à disque mécanique qui limite la vitesse de l'arbre en cas de vents violents.
6-Le générateur électrique : il assure la production électrique. Sa puissance peut atteindre
jusqu'à 5 MW. Il peut-être une dynamo (produit du courant continu) ou un alternateur
(produit du courant alternatif). L'alternateur est le plus utilisé pour des raisons de coût et
de rendement.
Page | 6
7-Le mât: c'est un tube en acier, pilier de toute l'infrastructure. Sa hauteur est importante
: plus elle augmente, plus la vitesse du vent augmente mais en même temps le coût de la
structure augmente. En général, le mat a une taille légèrement supérieure au diamètre
des pales.
8-Le système d'orientation de la nacelle : c'est une couronne dentée équipée d'un moteur
qui permet d'orienter l'éolienne et de la verrouiller dans l'axe du vent grâce à un frein.
9-Le système de refroidissement : il est à air, à eau ou à huile et des tinéau multiplicateur
et à la génératrice.
10-Les outils de mesure du vent : girouette pour la direction et anémomètres pour la
vitesse. Les données sont transmises à l'informatique de commande.
11-Le système de contrôle électronique : il gère le fonctionnement général de l'éolienne
et de son mécanisme d'orientation.
12-Au pied du mât se trouve un transformateur.

Commentaire :

Elle est constituée d’un mât (7), supporte la nacelle et le moyeu de la turbine (2) sur

Lequel sont fixées les pales (1). Il est important qu’il soit haut du fait de l’augmentation de
la vitesse du vent avec la hauteur et aussi du diamètre des pales.

La nacelle partiellement accueille la génératrice (6) et son système de refroidissement

(9), le multiplicateur de vitesse (4) et différents équipements électroniques de contrôle


(11) qui permettent de commander les différents mécanismes d’orientation ainsi que le

Fonctionnement global de l’éolienne. Le multiplicateur de vitesse comporte un arbre lent


(3) muni d’un palier à billes, et un arbre à grande vitesse. Il est équipé d’un frein
mécanique à disque et un accouplement flexible avec le générateur (6). Le tout est
protégé par un capot en acier. Un anémomètre et une girouette (10) situés sur le toit de la
nacelle fournissent les données nécessaires au système de contrôle pour orienter
l’éolienne et la déclencher ou l’arrêter selon la vitesse du vent.

Page | 7
VIII. LES DIFFERENTS TYPES D’EOLIENNES :
Tableau présente une classification des turbines éoliennes
Echelle Diamètre de l’hélice Puissance délivrée
Petite Moins de 12 m Moins de 40 KW
Moyenne 12 m à 45 m De 40 KW à 1 MW
Grande 46 m et plus 1 MW et plus

Classification des turbines éoliennes


1. EOLIENNES A AXE VERTICAL :
Tout le dispositif de conversion de l'énergie est au pied de l'éolienne ce qui facilite les
opérations de maintenance. Il n'est pas nécessaire d'utiliser un dispositif d'orientation du
Rotor. Ce pendant les vents sont faibles à proximité du sol donc les rendements sont
moins bons. Aussi, le rotor de Darrieus doit être en traîné au démarrage et le mât subit de
fortes contraintes mécaniques. Ainsi, de nos jours, les constructeurs privilégient les
éoliennes à axe horizontal.
2. EOLIENNES A AXE HORIZONTAL :
Les éoliennes à axe horizontal sont basées sur la technologie ancestrale des moulins à
vent. Elles sont constituées de plusieurs pales profilées aérodynamique ment à la manière
des ailes d'avion. Dans ce cas, la portance n'est pas utilisée pour maintenir un avion en vol
mais pour générer un couple moteur entraînant la rotation. Le nombre de pales utilisé
pour la production d'électricité varie classiquement entre 1 et 3, le rotor tripale étant le
plus utilisé car il constitue un compromis entre le coefficient de puissance, le coût et la
vitesse de rotation du capteur éolien Ce type d'éolienne a pris le dessus sur celles à axe
vertical car elles représentent un coût moins important.
Il existe deux catégories :
1. Éolienne amont ou hélice au vent : le vent souffle sur le devant des pales en direction
de la nacelle. Les pales sont rigides et le rotor est orienté selon la direction du vent
2. Éolienne avale ou hélice sous le vent : le vent souffle sur l'arrière des pales en partant
de la nacelle. Le rotor est flexible, auto orientable.

Page | 8
IX. Avantages et inconvénients de l’énergie éolienne :

L’énergie éolienne a des avantages propres permettant sa croissance et son évolution


entre les autres sources d’énergie, ce qui va lui donner un rôle important dans l’avenir à
condition d’éviter l’impact créé par ses inconvénients cités ci-après

1. Les avantages :
• C'est une énergie " propre "
• C'est l'énergie la moins chère de toutes les énergies renouvelables
• Elle ne nécessite aucun carburant pour fonctionner
• Ne produit pas de déchets toxiques ou radioactifs
• Ne produit pas d’émissions nocives d’origine
• Elle est entièrement renouvelable, hautement fiable et très efficient
• L’exploitation des éoliennes ne crée pas de gaz à effet de serre
• Une éolienne est en grande partie recyclable (acier, béton). Après son temps de
fonctionnement (environ 20 ans), elle est entièrement et rapidement démontable.
Elle n’aura laissé aucun produit contaminant autour d’elle et pourra être facilement
remplacée
2. Les Inconvénients :
• L'électricité éolienne est une énergie intermittente
• L’énergie éolienne ne suffit pas en elle-même à définir une politique énergétique et
environnementale
• Des effets sur le paysage : problème de bruit
• L'énergie éolienne est dépendante de la météo et de l'environnement : Il n’y a pas
de vent tout le temps
• L’éolien a un faible rendement
• C’est dangereux pour les oiseaux : Une éolienne peut tuer des oiseaux.
• La nuisance visuelle qu’engendre l’implantation des éoliennes près des zones
d’habitations ou encore dans des sites présentant un grand intérêt touristique.

Page | 9
X. Implantation des sources éoliennes dans les réseaux de distribution :
L’installation électrique d’une éolienne peut être schématisée simplement. L’infographie
suivante représente les éléments importants permettant de passer d’un courant alternatif
« sale » à un courant électrique de fréquence et de tension stable utilisable par nos
appareils électriques.

Schéma d’une installation électrique éolienne

1- Production du courant :
La production du courant se fait via notre éolienne grâce au générateur. C’est un courant
alternatif mais celui-ci ne peut pas être utilisé tel quel. En effet, bien que nos appareils
électriques fonctionnent avec du courant alternatif, ceux-ci requièrent une fréquence et
une tension stables au risque d’être dégradés instantanément… Et le courant directement
produit par notre éolienne ne possède pas ces caractéristiques, on dit qu’il s’agit d’un
courant « sale » car sa fréquence et sa tension sont très variables au court du temps et en
plus n’est produit que de façon intermittente car dépendante du vent.
C’est pourquoi il faut passer par une série d’étapes permettant de rendre ce courant
propre et utilisable par nos appareils.

Page | 10
2- Redresser le courant :
La première étape consiste à redresser le courant. Pour cela on utilise un pont de diodes
qui va permettre de passer du courant alternatif au courant continu. Mais attention, ce
courant bien qu’appelé continu, ne possède pas une tension stable.
3- Réguler le courant :
Le régulateur ou contrôleur de charge a deux fonctions. D’une part il va lisser le signal du
courant, c’est à dire qu’il va permettre d’obtenir un courant continue de tension plus
stable, les pics de tensions venant compenser les creux. Et d’autre part il va dissiper le
courant superflu pour fournir un courant de sortie ne dépassant pas une tension voulue.
A partir de ce moment, nous obtenons un courant continu propre cependant, en cas de
ralentissement ou d’arrêt de l’éolienne, la tension chutera et nous n’aurons plus de
courant.
4- Stocker le courant :
Cette étape permet de pallier au problème cité juste au-dessus. Quand l’éolienne produit
du courant, le surplus est stocké dans des batteries d’accumulateurs et sera restitué
lorsque l’éolienne ne produira pas suffisamment pour alimenter l’installation
5- Onduleur :
L’onduleur est l’appareil qui permet de passer du courant continue au courant alternatif
tout en étant capable de changer la tension. Cette étape permet donc d’exploiter notre
courant par des appareils qui fonctionnent avec le courant d’EDF.
Pourtant, il est possible de se passer de l’onduleur si l’on souhaite uniquement utiliser le
courant continue. En effet, notre installation sans onduleur permet déjà d’exploiter notre
courant en utilisant des appareils adaptés à la tension comme des lampes, des chargeurs
par exemple de téléphones portables, etc…

Page | 11
XI. L’énergie éolienne dans le monde :

Ce graphique représente la capacité en énergie éolienne dans le monde en 2018, selon le


pays et en gigawatts. On peut ainsi constater que la capacité en énergie éolienne de la
Chine s'établissait à environ 184 gigawatts en 2018, plus que dans tout autre pays du
monde à ce temps-là. Les États-Unis obtenaient la deuxième place du classement,
disposant d'une capacité en énergie éolienne de près de 100 gigawatts en 2018.

Capacité éolienne mondiale par pays en 2018

XII. L’énergie éolienne dans l’Algérie :

Le Centre de développement des énergies renouvelables (CDER) a publié un nouvel atlas


éolien de l’Algérie qui donne des informations sur le potentiel éolien à travers plusieurs
régions du pays, apprend-on auprès de cet organisme. Le site d’In Salah affiche une vitesse
moyenne du vent de 6,4 mètres/seconde (m/s) à côté d’Adrar qui enregistre 6,3 m/s. La
wilaya d’Illizi, dotée d’une dizaine de stations, montre des vitesses dépassant les 5 m/s
tandis que le site de Hessi R’Mel affiche des vitesses moyennes assez importantes
atteignant 6,5 m/s.

Le gouvernement algérien a adopté fin février 2015 son programme de développement


des énergies renouvelables 2015-2030 Le nouveau programme précise les objectifs
d'installations d'ici à 2030 est 5010 MW d'éolien.

Page | 12
XIII. Conclusion :

Pour conclure nous pouvons dire que les éoliennes sont une perspective d’avenir. Elles
sont composées de beaucoup d’éléments mais en réalité leur fonctionnement est simple.
De plus elles sont très intéressantes par rapport aux autres sources d’énergie comme les
centrales nucléaires ou à charbon qui rejettent du CO2 ce qui est néfaste pour
l’environnement. D’autre part, bien que les procédures pour pouvoir les installer soit assez
longues, elles peuvent être implantées dans de nombreux endroits. Cependant il est vrai
que les gens les jugent assez mal : ils pensent qu’elles sont très bruyantes alors qu’en
réalité elles font moins de bruit qu’une salle de classe, qu’elles dénaturent le paysage alors
que ce n’est qu’une question de gout. Nous avons pu voir dans des reportages que les
personnes qui sont contre les éoliennes sont souvent ceux qui n’en tirent aucun bénéfice
.Malgré une forte progression de l'énergie éolienne, les conditions de production
d'énergie sont trop contraignantes pour permettre une substitution totale du pétrole, que
ce soit dans les années à venir ou dans un futur plus lointain , L’énergie éolienne
permettant d’éviter toute production d’énergie « sale » qui posera de nouveaux
problèmes dans quelques années.

Page | 13
RÉFÉRENCES
Systèmes de Conversion d’Energie Eolienne (mémoire de LATRECHE Mohammed 2012)
https://www.univ-setif.dz/MMAGISTER/images/facultes/TEC/2012/LATRECHE%20Mohammed%20Tahar.pdf

L’installation électrique éolienne infographie


http://www.fabriquer-eolienne.com/installation-electrique-eolienne-infographie/
Étude d'un aérogénérateur
http://eduscol.education.fr/sti/sites/eduscol.education.fr.sti/files/ressources/pedagogiques/5660/5660
-3-aerogenerateur-presentation.pdf

Energie éolienne historique


https://www.eolien-valais.ch/energie-eolienne/historique
Le vent utilisation et installations
https://www.explorateurs-energie.com/index.php/les-energies/eolienne
Aérogénérateur
https://eolienne.f4jr.org/aerogenerateur
Étude d’une chaîne de conversion d’énergie éolienne (mémoire de REDJEM Radia 2009)
https://bu.umc.edu.dz/theses/electrotec/RED5481.pdf
Energie renouvelable
https://ft.univ-setif.dz/externe/support-pedagogique/gc/Energies%20renouvelables-Cours.pdf
Energie éolienne en le monde
https://fr.statista.com/statistiques/753591/capacite-puissance-eolienne-selon-le-pays-monde/
Energie éolienne en l’Algérie
https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_en_Alg%C3%A9rie

Page | 14

Vous aimerez peut-être aussi