Vous êtes sur la page 1sur 169

Leçons d’acoustique

pour l’Ingénieur du son


suivi de

Quelques éléments théoriques sur la


directivité des microphones et sur les
couples stéréophoniques

Laurent Allard

INSAS
1er septembre 2007
Table des matières

Table des matières 2

Leçons d’acoustique pour l’ingénieur du son 5

1 Leçon n◦ 1 8
1.1 Pression acoustique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.2 « Addition » de deux sons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
1.3 Niveaux sonores résultants de sons non corrélés deux à deux . . . . . . . . . . . . . . . 11
1.4 Niveaux sonores résultants de sons corrélés deux à deux . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
1.5 Méthode d’addition rapide – sources non corrélées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
1.6 Méthode d’addition rapide – sources corrélées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12

2 Leçon n◦ 2 13
2.1 Introduction à la représentation des sons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
2.2 Les battements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
2.3 Le filtrage en peigne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
2.4 L’effet Doppler . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18

3 Leçon n◦ 3 19
3.1 Propagation d’un front d’onde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
3.2 Conservation de la masse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
3.3 Application du Principe Fondamental de la Dynamique . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
3.4 Célérité du son dans l’air . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
3.5 Puissance, Intensité et Pression acoustique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
3.6 Le dBSP L . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
3.7 Le dBu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

4 Leçon n◦ 4 24
4.1 Formule de Sabine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
4.1.1 Hypothèses préliminaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
4.1.2 Explication de la formule de Sabine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
4.2 Formule de Eyring . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
4.3 Le résonateur de Helmholtz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28

5 Leçon n◦ 5 31
5.1 Equation de D’Alembert en dimension 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
5.1.1 Application du Principe Fondamental de la Dynamique à la couche d’air . . . . 31
5.1.2 Relations thermodynamiques vérifiées par la couche d’air . . . . . . . . . . . . 32
5.1.3 Obtention de l’équation de D’Alembert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
5.2 Modes et fréquences propres d’un tube fermé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
5.3 Interprétations et généralisations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
5.3.1 Les deux autres types de tube . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
5.3.2 Modes et fréquences propres d’une salle parallélépipédique . . . . . . . . . . . . 37
5.4 Vibration de la corde pincée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
5.4.1 PFD appliqué à l’élément de corde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
5.4.2 Détermination des modes et fréquences propres . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
5.4.3 Obtention de la déformé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40

2
6 Leçon n◦ 6 41
6.1 Conservation de la masse d’air dans une chambre de compression . . . . . . . . . . . . 41
6.2 Rôle du pavillon acoustique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
6.3 Propagation acoustique dans un pavillon exponentiel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
6.3.1 Présentation générale, analogie avec le tube . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
6.3.2 Application du PFD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
6.3.3 Thermodynamique du pavillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
6.3.4 Equation de propagation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
6.3.5 Fréquence de coupure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45

7 Leçon n◦ 7 47
7.1 Propagation des ondes planes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
7.2 Propagation des ondes sphériques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
7.2.1 Forme générale de la fonction de pression . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
7.2.2 Définition du monopôle acoustique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
7.3 Rayonnement acoustique du piston plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
7.3.1 Pression acoustique dans l’axe d’un piston plan encastré . . . . . . . . . . . . . 51
7.3.2 Directivité du piston en champ lointain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53

8 Leçon n◦ 8 57
8.1 Généralités et préliminaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
8.2 Anatomie fonctionnelle de l’oreille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
8.3 La détection de l’intensité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
8.3.1 Seuil d’audition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
8.3.2 Effets de masque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
8.4 La détection fréquentielle et les bandes critiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
8.4.1 Seuils différentiels de fréquence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
8.4.2 Bandes critiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur


les couples stéréophoniques 82

1 Sur la directivité des microphones 83


1.1 Directivité d’un microphone en champ libre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
1.2 Les principales directivité rencontrées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
1.2.1 La Cardioïde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
1.2.2 L’ hypocardioïde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
1.2.3 L’ hypercardioïde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87
1.2.4 Tableau récapitulatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
1.2.5 Diagramme polaire en dB . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
1.3 Modification de la directivité due au champ diffus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
1.3.1 Relation liant l’intensité acoustique à la tension microphonique . . . . . . . . . 90
1.3.2 Puissance électrique fournie par un microphone sous 1 ohm . . . . . . . . . . . 90
1.3.3 Contribution de l’onde directe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
1.3.4 Contribution du champ diffus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
1.3.5 Diagrammes polaires des puissances microphoniques . . . . . . . . . . . . . . . 92
1.3.6 Indice de directivité et facteur de grossissement apparent . . . . . . . . . . . . 93
1.4 Conclusions sur la directivité des microphones . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
1.4.1 Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
1.4.2 Dans une salle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96

2 Sur les couples stéréophoniques 97


2.1 Localisation d’une impulsion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
2.1.1 Commentaires de la figure 2.3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
2.1.2 Commentaires de la figure 2.4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
2.2 Présentation générale de l’étude
d’un couple stéréophonique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
2.3 La stéréophonie de temps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
2.3.1 Établissement de la fonction ∆t(α) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
2.3.2 Établissement de la fonction ϕ = G(α) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
2.3.3 Ordre de grandeur, exemples et courbes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103

3
2.4 La stéréophonie d’intensité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
2.4.1 Etablissement de la fonction ∆W (α) des couples à capsules coïncidentes . . . . 105
2.4.2 Etablissement de la fonction ϕ = F (α) des couples à capsules coïncidentes . . . 106
2.4.3 Etude différenciée des couples XY . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
2.4.4 Les couples stéréosonics . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114
2.4.5 Etude du système MS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
2.5 Les stéréophonies AB, AMB et les têtes artificielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
2.5.1 les couples AB . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
2.5.2 les autres systèmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
2.6 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121

Annexes 123

A Complément mathématique sur la corrélation 124


A.1 Relations d’ordre et intégrales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
A.2 Résultat d’algèbre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
A.3 Inégalité de Cauchy Schwarz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
A.4 Application de l’inégalité de Cauchy Schwarz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126

B Rappels de trigonométrie 127


B.1 Les quatre formules de somme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
B.2 Les quatre formules de produit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128

C Prérequis de mécanique et de thermodynamique 129


C.1 Mécanique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
C.2 Thermodynamique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130

D Compléments de géométrie dans l’espace 131


D.1 Coordonnées sphériques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131
D.2 Elément de volume sphérique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131

E Introduction à l’analyse réelle


des fonctions de deux variables réelles 133
E.1 Rappels d’analyse des fonctions d’une variable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
E.2 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
E.2.1 fonction réelle de deux variables réelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 133
E.2.2 fonctions partielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134
E.2.3 les deux dérivées partielles premières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134
E.2.4 les dérivées partielles deuxièmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134
E.3 Invariance de l’ordre de dérivation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
E.4 Equation de D’Alembert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
E.4.1 Résolution d’une EDP simple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
E.4.2 Résolution de l’EDP de D’Alembert de dimension une . . . . . . . . . . . . . . 138

F Equations différentielles linéaires


à coefficients constants d’ordre 1 et 2
sans second membre 140
F.1 Deux théorèmes de résolution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141

G Introduction à l’étude des fonctions de Bessel 144


G.1 Compléments d’algèbre et analyse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144
G.2 Fonctions de Bessel réelles
de première espèce et d’ordre naturel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148
G.2.1 Définition et propriétés des dérivées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150
G.2.2 Forme intégrale de J0 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150

H Introduction à l’analyse de Fourier 152


H.1 Compléments d’algèbre et d’analyse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152
H.1.1 Introduction aux nombres complexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152
H.1.2 Fonctions réelles continues par morceaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
H.1.3 Introduction aux séries . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155
H.2 Série de Fourier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157

4
H.2.1 Deux théorèmes importants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
H.2.2 Coefficients de Fourier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
H.2.3 Série de Fourier et convergence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160

I Limites des fonctions réelles 163


I.1 Limites infinies en l’infini . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
I.1.1 Limite de f (x) égale plus l’infini lorsque x tend vers plus l’infini. . . . . . . . . 163
I.1.2 Limite de f (x) égale plus l’infini lorsque x tend vers moins l’infini. . . . . . . . 163
I.1.3 Limite de f (x) égale moins l’infini lorsque x tend vers plus l’infini. . . . . . . . 163
I.1.4 Limite de f (x) égale moins l’infini lorsque x tend vers moins l’infini. . . . . . . 163
I.2 Limites finies en l’infini . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
I.2.1 Limite de f (x) égale #+ lorsque x tend vers plus l’infini. . . . . . . . . . . . . . 163
I.2.2 Limite de f (x) égale #− lorsque x tend vers plus l’infini. . . . . . . . . . . . . . 163
I.2.3 Limite de f (x) égale #+ lorsque x tend vers moins l’infini. . . . . . . . . . . . . 164
I.2.4 Limite de f (x) égale #− lorsque x tend vers moins l’infini. . . . . . . . . . . . . 164
I.2.5 Limite de f (x) égale # lorsque x tend vers plus l’infini. . . . . . . . . . . . . . . 164
I.2.6 Limite de f (x) égale # lorsque x tend vers moins l’infini. . . . . . . . . . . . . . 164
I.3 Limites infinies en une grandeur finie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
I.3.1 Limite de f (x) égale plus l’infini lorsque x tend vers x− 0 . . . . . . . . . . . . . . 164
I.3.2 Limite de f (x) égale plus l’infini lorsque x tend vers x+ 0. . . . . . . . . . . . . . 164
I.3.3 Limite de f (x) égale moins l’infini lorsque x tend vers x− 0. . . . . . . . . . . . . 164
I.3.4 Limite de f (x) égale moins l’infini lorsque x tend vers x+ 0. . . . . . . . . . . . . 164
I.4 Limites finies en une grandeur finie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
I.4.1 Limite de f (x) égale #+ lorsque x tend vers x+ 0. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
I.4.2 Limite de f (x) égale #− lorsque x tend vers x+ 0. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
I.4.3 Limite de f (x) égale #+ lorsque x tend vers x− 0. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
I.4.4 Limite de f (x) égale #− lorsque x tend vers x− 0. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
I.4.5 Limite de f (x) égale # lorsque x tend vers x+ 0. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
I.4.6 Limite de f (x) égale # lorsque x tend vers x− 0. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165

Index alphabétique 166

Bibliographie 169

5
Leçons d’acoustique pour
l’ingénieur du son

L ’acoustique est une matière qu’il n’est pas facile de définir tant que l’on ne s’y est pas intéressé.
Contrairement aux mathématiques, aux langues vivantes, à l’histoire ou encore aux sciences natu-
relles et aux sciences physiques qui sont enseignées dès les « petites » classes, l’acoustique n’arrive au
programme que dans le cadre d’études dites supérieures. C’est la raison pour laquelle, n’y ayant pas été
habitué dès le plus jeune âge, la plupart des novices en la matière peinent à s’en donner une définition,
ne serait-ce qu’intuitive. Pour ce qui est des chercheurs en acoustique, des acousticiens, des professeurs
d’acoustique ou tout autre spécialiste de cette matière (ou de l’un de ses nombreux domaines), chacun
d’entre eux s’est forgé sa propre définition ; et les avis varient. « Pour faire simple » acceptons la défini-
tion suivante : l’acoustique est l’étude scientifique des phénomènes vibratoires, éventuellement sonores,
c’est-à-dire les phénomènes pontentiellement audibles par un être humain. Cette science regroupe des
domaines de recherche qui peuvent paraître très éloignés mais qui sont tous liés à une perturbation
mécanique qui se propage dans un milieu matériel. Citons pêle-mêle et à titre d’exemples : la psychoa-
coustique qui est l’étude de la perception sonore ; l’acoustique architecturale qui s’intéresse aux ondes
sonores dans les salles ; l’acoustique musicale qui traite exclusivement de la génèse, de la propagation et
de la perception des sons musicaux ; l’acoustique active qui consiste en l’étude de moyens permettant
d’atténuer des sons grâce à l’émission d’autres sons ; l’acoustique générale qui propose de modéliser
(souvent mathématiquement) la propagation des ondes mécaniques de la façon la plus générale qui
soit ; l’électroacoustique qui se focalise sur les transducteurs, à savoir les microphones (ou tout autre
capteur d’onde mécanique) et les haut-parleurs (ou tout autre émetteur d’onde mécanique).
On entend parfois dire que l’emploi du mot ingénieur dans la locution « ingénieur du son » en fait
une expression galvaudée ; comme s’il fallait exclure le mot ingénieur du monde des arts du spectacle,
pour on ne sait quelle raison. Ce monde ne serait peut-être pas assez scientifique. Aussi y a-t-il pléthore
d’autres appellations comme « technicien du son » ou « chef opérateur son » ou encore « mixeur »,
etc. qui évitent soigneusement l’emploi du mot ingénieur. Cependant, le respect des fondements de
l’enseignement dispensé à l’INSAS impose d’inclure au programme de la section son des matières
scientifiques de niveau supérieur à l’instar de celles figurant au programme des écoles d’ingénieur.
Les leçons suivantes s’inscrivent dans cette perspective pédagogique qui estime nécessaire de former à
l’acoustique des futurs ingénieurs du son.
Par définition, ce document n’est pas fini et ne le sera probablement jamais. C’est un support
de cours qui subit des modifications chaque année. Cela dit, chaque version est suffisamment aboutie
pour accompagner les étudiants durant tout leur cursus (les quatre années). En aucun cas sa lecture
dispense d’assister au cours. Au contraire, les leçons et leurs annexes sont rédigées de sorte qu’en
les étudiant l’on ait envie de venir prendre ses propres notes, poser ses questions et participer au
face-à-face pédagogique. Il serait même souhaitable d’étudier une leçon, ou tout au moins de la lire,
avant d’assister aux cours qui s’y réfèrent. Cette organisation qui est quasiment impossible en première
année puisque le polycopié n’est pas accessible avant le premier cours, devient tout à fait possible en
deuxième et en troisième année. L’expérience montre que le volume horaire de cent-cinquante heures
de cours réparties sur les trois années ne permet pas de voir toutes les leçons dans leur intégralité.
Il reste donc de quoi lire durant la quatrième année dont le programme ne compte pas de cours
d’acoustique. En ce qui concerne l’ordre des leçons, on observera qu’il respecte celui d’une progression
allant du plus simple au plus complexe, exception faite de la leçon n◦ 8 qui traite de l’audition et qui
ne saurait trouver une autre place qu’à la fin du cours. Les cinq premières leçons et les annexes A,
B, C, D, E et F formeront le programme de la première année. En deuxième année on abordera le
cours sur la stéréophonie et l’annexe H consacrée à l’analyse de Fourier. Enfin, en troisième année, on
verra les leçons n◦ 6, n◦ 7 et n◦ 8 ainsi que l’annexe G. Même si le plan d’étude qui précède peut être
légèrement modifié selon les promotions, l’enseignement de l’acoustique à l’INSAS commence toujours
par une première année assez scolaire et très axé sur les bases de la matière.
Enfin il est impératif de garder à l’esprit que ce document, résolument pédagogique, s’est nourri
des questions, des remarques, des suggestions et même parfois du travail des étudiants de l’INSAS.

6
J’espère qu’ils savent à quel point je les remercie. Pour ce qui est des élèves à venir, nul doute
qu’ils marcheront sur la trace de leurs aînés et qu’ils participeront, eux aussi, à l’amélioration de
l’enseignement de l’acoustique dans notre école.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 7


« Le niveau sonore résultant est différent selon que les
sources sont corrélées ou non. »

« Il existe deux méthodes d’addition rappide similaires


permettant de calculer le niveau sonore résultant de deux
sources ; l’une s’applique dans le cas où les sources sont

1
corrélées, l’autre s’applique dans le cas où les sources ne
sont pas corrélées. »

Leçon n◦1

C ette première leçon a pour objectif de donner les règles « d’addition » des sons. Lors d’une prise
de son, l’ingénieur est confronté, non pas à la captation d’une seule onde sonore, mais à celles
de plusieurs qui se superposent. Le niveau du champ acoustique résultant doit parfois être apprécié.
De plus il est important de comprendre que le phénomène physique d’interférence des ondes impose
de distinguer les cas où celles-ci sont corrélées des cas où elles ne le sont pas. C’est l’objet principal
de cette leçon qui s’achève par l’explication de deux méthodes « d’addition » rapides des sons. On
trouvera dans le manuel de cours d’Antonio Fischetti (ref. [3] de la bibliographie) des exercices relatifs
à ces méthodes d’addition.

1.1 Pression acoustique


De l’acoustique générale il ressort que l’on peut adopter la définition suivante : le son est une
petite perturbation mécanique se propageant au sein d’un milieu continu. Cette définition englobe
le cas particulier de la propagation de la pression acoustique dans l’air. Sans entrer dans le détail
de cette propagation, acceptons pour le moment que la réception (ou la captation) d’un son en un
point de l’espace revient à l’observation d’une variation de la pression en ce point. Par exemple, la
membrane d’un microphone placée dans un champ sonore est soumise à la pression atmosphérique
constante (≈ 1000 hP a) et à la pression acoustique variable que l’on modélise par une application
continue de « [t0 ; t1 ] » dans « [Pmin ; PMAX ] » et définie par « p(t) ». La variable « t » est bien entendu
le temps et l’image « p(t) » ne prend que des valeurs réelles et finies. Le plus souvent on choisit
« t0 = 0 » et on observe que les maxima de pressions acoustiques sont en valeur absolue de l’ordre
du Pascal. Il n’est pas nécessaire d’introduire plus précisément ce qu’est un son ; il est suffisant en
première approche de se représenter tout son comme une pression variable dans le temps. On appelle
son pur tout son dont la modélisation peut se ramener à une application sinusoïdale de « [t0 ; t1 ] » dans
« [−PM ; PM ] » et définie par « p(t) = PM sin(2πf t) ». Une telle application est « T-périodique » ; elle
se répète sur des intervalles de longueur T. Le paramètre « f » est la fréquence du son pur. Son unité
est le Hertz (symbole Hz). La fréquence donne le nombre de cycles que la pression acoustique effectue
en une seconde. Elle est généralement comprise entre 20 et 20000 Hz. Si la période T est exprimée en
seconde, on a la relation : T = 1/f .
A partir de ce paragraphe, « p(t) », « p1 (t) » et « p2 (t) » désignent des pressions acoustiques
définies sur un même intervalle de temps qui inclut « [a; b] » – ces trois sons durent donc au moins
« b − a » secondes.
On appelle valeur moyenne d’une pression acoustique sur « [a; b] » et on note :
!
1 b
« µ (p) = p(t)dt ».
[a;b] b−a a

Cette grandeur s’interprète comme toute autre moyenne. Certains appareils de mesure donnent une
valeur moyenne ou une mesure s’en déduisant.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 8


On appelle variance (1) d’une pression acoustique sur « [a; b] » et on note :
! b" #2
1
« V (p) = p(t) − µ (p) dt ».
[a;b] b−a a [a;b]

Cette grandeur donne une indication sur les variations de la pression par rapport à sa moyenne. Afin
de s’en faire une bonne représentation il est préférable de la calculer
$ dans le cas d’un% ensemble de
« N » nombres. Si on note « m » la moyenne de ces nombres et « n1 , n2 , ..., n(N −1) , nN » l’ensemble
de ces nombres, leur variance est alors donnée par :
& '
« V = N1 (n1 − m)2 + (n2 − m)2 + ... + (n(N −1) − m)2 + (nN − m)2 ».
Par exemple, la variance de « {1, 2, 18, 19} » vaut :
& '
« V = 14 (1 − 10)2 + (2 − 10)2 + (18 − 10)2 + (19 − 10)2 = 81+64+64+81
4 = 72, 5 ».
Autre exemple, la variance de « {10, 10, 10, 10} » vaut :
& '
« V = 14 (10 − 10)2 + (10 − 10)2 + (10 − 10)2 + (10 − 10)2 = 0 ».
Dans ces deux exemples, la moyenne vaut 10. Les deux ensembles de quatre nombres ne se distinguent
pas au regard de leur moyenne. Ils sont pourtant très différents. Le calcul des variances permet
non seulement de différencier les deux ensembles mais il permet de plus d’affirmer que l’ensemble
« {1, 2, 18, 19} » présente des variations beaucoup plus importantes que l’ensemble « {10, 10, 10, 10} » .
A travers ces deux exemples on entrevoit par extrapolation l’intérêt du calcul de variance pour des
pressions acoustiques. Deux sons peuvent posséder la même moyenne tout en étant très différents.
Le calcul de leur variance permet de les différencier en précisant celui qui présente les plus grandes
variations autour de leur moyenne commune.
On appelle covariance (2)des deux pressions acoustiques « p1 (t) » et « p2 (t) » sur « [a; b] » et on
note :
! b (" #" #)
1
« cov(p1 , p2 ) = p1 (t) − µ (p1 ) p2 (t) − µ (p2 ) dt ».
[a;b] b−a a [a;b] [a;b]

Cette grandeur donne une indication sur la synchronisation des variations des deux pressions autour
de leur moyenne. Si les deux pressions sont « plus souvent » supérieures et inférieures à leur moyenne
aux mêmes instants – c’est-à-dire synchronisées dans leurs alternances autour de leur moyenne – alors
leur covariance tendra à être positive. Si au contraire, « le plus souvent », lorsqu’une pression est
supérieure à sa moyenne l’autre est inférieure à la sienne, alors leur covariance tendra à être négative.
On observe que seul le signe d’une covariance peut s’interpréter facilement ; sa valeur absolue ne donne
pas beaucoup de renseignements sur les deux pressions.
Le coefficient de corrélation des deux pressions acoustiques « p1 (t) » et « p2 (t) » sur « [a; b] » est
donné par :
cov(p1 , p2 )
[a;b]
« r (p1 , p2 ) = * ».
[a;b]
V (p1 ) V (p2 )
[a;b] [a;b]

Le coefficient de corrélation complète la notion de covariance. Il est toujours compris dans l’intervalle
« [−1; 1] » (3) . Si les deux pressions sont parfaitement synchronisées, leur coefficient de corrélation vaut
1. Si elles sont parfaitement asynchrones, leur coefficient de corrélation vaut −1 ; on dit alors qu’elles
sont en opposition de phase. Et tous les cas de figure sont possibles entre ces deux extrêmes. La figure
1.1 montre trois exemples de couples de pressions ; à gauche les deux pressions sont corrélées, au centre
elles sont non corrélées et à droite elles sont en opposition de phase.

(1). Il est possible de démontrer (voir le cours de mathématiques) que la variance est égale à « la moyenne du carré
moins le carré de la moyenne » ; ce qui s’écrit : « V (p) = µ (p2 ) − µ (p)2 ».
[a;b] [a;b] [a;b]
(2). Il est possible de démontrer (voir le cours de mathématiques) que la covariance est égale à « la moyenne du
produit moins le produit des moyennes » ; ce qui s’écrit : « cov (p1 , p2 ) = µ (p1 p2 ) − µ (p1 ) µ (p2 ) ».
[a;b] [a;b] [a;b] [a;b]
(3). Voir en annexe A : Complément mathématique sur la corrélation.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 9


Figure 1.1 – Illustration des cas de corrélation

p(t) p(t) p(t)


" " "

! ! !
t t t

r≈1 r≈0 r ≈ −1

1.2 « Addition » de deux sons


Dans ce paragraphe, on ajoute aux notations précédentes celles des mesures des pressions « p1 (t) »
et « p2 (t) » sur « [a; b] » : « p̂1 » et « p̂2 » respectivement. Une mesure de pression « + p(t) » peut être, selon
! b
1 2
les appareils et les conditions de mesure, « max(|p|) », « µ (|p|) » ou « RMS(p) = [p(t)] dt »
[a;b] [a;b] [a;b] b−a a
(Root Mean Square). Une mesure est toujours un nombre positif. On ajoute également les intensités
p̂21 p̂22
acoustiques (1) « I1 = 400 » et « I2 = 400 » correspondant respectivement aux mesures « p̂1 » et « p̂2 ».
Si le coefficient de corrélation des deux pressions sur « [a; b] » est proche de zéro, alors le niveau
résultant en dBSP L (2) se calcule comme suit :
, , - .
, , I1 + I2
« ,, r (p1 , p2 ),, ≤ 0, 1 ⇒ LT OT = 10log ».
[a;b] 10−12
On dit dans ce cas que les pressions n’étant pas corrélées, les intensités s’ajoutent.
Si le coefficient de corrélation des deux pressions sur « [a; b] » est proche de un, alors le niveau
résultant en dBSP L se calcule comme suit :
- .
p̂1 + p̂2
« r (p1 , p2 ) ≥ 0, 8 ⇒ LT OT = 20log
#
».
[a;b] 2.10−5
On dit dans ce cas que les pressions étant corrélées, les pressions s’ajoutent. On parle aussi d’interfé-
rences constructives.
Si le coefficient de corrélation des deux pressions sur « [a; b] » est proche de moins un, alors le
niveau résultant en dBSP L se calcule comme suit :
- .
|p̂1 − p̂2 |
« r (p1 , p2 ) ≤ −0, 8 ⇒ L##T OT = 20log ».
[a;b] 2.10−5
On dit dans ce cas que les pressions étant en opposition de phase, les pressions se soustraient. On
parle aussi d’interférences destructives. Cette situation est rarement recherchée et n’est présentée ici
que par souci pédagogique. Dans tous les autres cas le calcul du niveau résultant ne peut être effectué
que pour des valeurs instantanées :
, , - .
, , |p1 (t) + p2 (t)|
« 0, 1 < , r (p1 , p2 ),, < 0, 8 ⇒ L###
, T OT = 20log ».
[a;b] 2.10−5
Afin d’alléger les notations, pressions et mesures de pression seront souvent confondues dans les
leçons suivantes. Il sera souvent question de pression « p » sans qu’il ne soit précisé s’il s’agit d’une
mesure ou d’une fonction du temps.
« Remarque importante : Comme on peut le remarquer, le calcul du niveau résultant s’effectue
toujours en considérant la pression acoustique sauf dans le cas où le coefficient de corrélation
est en valeur absolue proche de zéro. Cela dit, même dans ce cas, on pourrait calculer le niveau

(1). Voir la Leçon n◦ 3 pour une définition précise de l’intensité acoustique.


(2). Voir la Leçon n◦ 3 pour une définition précise du décibel Sound Pressure Level.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 10


résultant en utilisant
-√ les. mesures de pression. Il faudrait les élever au carré et on aurait alors
p̂2 + p̂ 2
LT OT = 20log 2.10 1
−5
2
. Ce calcul est équivalent à celui qui fait intervenir les intensités dès lors
2

que la relation I = 400 est juste, c’est-à-dire dans la plupart des situations. Il existe cependant un
cas où cette relation n’est pas valable. En effet, l’intensité réverbérée (que l’on peut définir dans une
salle) n’est pas égale à la pression réverbérée divisée par 400, mais à la pression réverbérée divisée
par 1600 = 4 × 400 (1) . Aussi, le niveau sonore mesuré en un point M d’une salle qui - √résulte de.la
p̂2 +p̂2
pression directe p̂dir et de la pression réverbérée p̂rev , est donné par L(M ) = 20log dir
2.10−5
rev
.
p̂2
Ce niveau peut être calculé en utilisant l’intensité directe Idir = dir
400
et l’intensité réverbérée
p̂2
/I 0
Irev = rev
4×400
. On a alors, L(M ) = 10log dir +4Irev
10−12 .»

1.3 Niveaux sonores résultants de sons non corrélés deux à


deux
Soient « n » sons non corrélés deux à deux. On note « L1 », « L2 »,..., « Li »,..., « L(n−1) »,
« Ln », les niveaux en dBSP L produits par chaque son en un point d’observation donné. Pour tout
Li
« i », l’intensité sonore correspondant au niveau « Li » est donnée par : « Ii = 10 10 −12 ». Les ondes
sonores produites étant non corrélées deux à deux, les intensités s’additionnent et le niveau résultant
est donné par :
 n   n   n 
4 4 Li 4 Li

 Ii   10 10 −12
  10
−12
10 10 
 i=1   i=1   
« LT OT = 10log    
 10−12  = 10log  10−12  = 10log 
 i=1 =

     10 −12

8 n
9
4 Li
10log 10 10 ».
i=1

1.4 Niveaux sonores résultants de sons corrélés deux à deux


Soient « n » sons corrélés deux à deux. On note « L1 », « L2 »,..., « Li »,..., « L(n−1) », « Ln »,
les niveaux en dBSP L produits par chaque son en un point d’observation donné. Pour tout « i », la
Li
pression sonore correspondant au niveau « Li » est donnée par : « pi = 2.10 20 −5 ». Les ondes sonores
produites étant corrélées deux à deux, les pressions s’additionnent et le niveau résultant est donné
par :
 n   n 
4 4 Li

 pi   2.10 20 −5
 8 n 9
 i=1   i=1  4 Li
« LT OT = 20log 
#   
= 20log  
−5   = 20log 10 20 ».
 2.10   2.10
−5
 i=1

« Remarque importante : Dans l’hypothèse où une comparaison est possible ; c’est-à-dire lorsque
les sons envisagés au § 1.3 et ceux envisagés au § 1.4 sont identiques, on remarque que les niveaux
« LT OT » et « L#T OT » résultants sont différents ! Cette différence provient de la corrélation des
sons. Au § 1.4 les pressions sont corrélées tandis qu’au § 1.3 elles ne le sont pas. »

1.5 Méthode d’addition rapide – sources non corrélées


Ce qui suit établit une méthode « d’addition rapide » permettant de déterminer le niveau en
dBSP L résultant de deux sons non corrélés dont on connaît le niveau en dBSP L .
Soient donc « L1 » et « L2 » deux niveaux en dBSP L produits par deux sources non corrélées. Supposons
que le premier niveau soit supérieur au second : « L1 − L2 = k ≥ 0 ». Soient « I1 » et « I2 » les deux
intensités correspondant respectivement à « L1 » et « L2 ». On a :

(1). Voir la Leçon n◦ 3 pour une démonstration de ce résultat, notamment le calcul qui montre la présence du facteur
4.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 11


I1
L1
10 10 −12 L1 −L2 k k
: k
;
« = L2 = 10 10 = 10 10 ⇒ I = I 10 10 ⇒ I + I = I
1 2 1 2 2 1 + 10 10 ».
I2 10 10 −12
Ainsi, le niveau résultant des deux sources s’écrit :
 : ;
- . 1 + 10
k
- ;.
I1 + I2 
I2 10
 I2 : k
« L = 10log = 10log = 10log 1 + 10 10 =
10−12 10−12 10−12
: k
;
L2 + 10log 1 + 10 10 ».
: k
;
Notons « f (k) = 10log 1 + 10 10 » et considérons le tableau 1.1 ci-après.

k 0 1 2 5 10 20
f (k) 3 3,5 4,1 6,2 10,4 20

Table 1.1 – Tableau de valeurs approchées à 0,1 près de la fonction f

Ce tableau donne le niveau en dBSP L qu’il faut ajouter au plus petit des deux niveaux (« L2 »)
pour obtenir le niveau résultant lorsque la différence de niveau entre « L1 » et « L2 » vaut : 0 ; 1 ;
2 ; 5 ; 10 ou 20 dBSP L . La méthode « d’addition rapide » consiste à utiliser les valeurs de ce tableau
(après les avoir mémorisées). Supposons par exemple que deux sources non corrélées, l’une produi-
sant un niveau « L2 = 65 dBSP L » et l’autre un niveau « L1 = 70 dBSP L » en un même point,
rayonnent simultanément. Le niveau résultant sera « L = L2 + f (5) = 65 + 6, 2 = 71, 2 dBSP L » .
La force de ce raisonnement tient au fait qu’il n’exploite que la différence de niveau. Aussi, pour
un même couple de valeurs mémorisé – par exemple en retenant qu’à « 5 dBSP L » de différence
correspond une augmentation de « 6, 2 dBSP L » – il est possible de déterminer une infinité de
niveaux résultants. En exploitant notre exemple, on peut ainsi calculer tout niveau résultant de
deux sons ayant « 5 dBSP L » d’écart : « 52 dBSP L » et « 57 dBSP L » donnent « 52 + 6, 2 =
58, 2 dBSP L » ; « 74 dBSP L » et « 79 dBSP L » donnent « 74 + 6, 2 = 80, 2 dBSP L » ; « 60 dBSP L » et
« 65 dBSP L » donnent « 60 + 6, 2 = 66, 2 dBSP L » ; etc.

1.6 Méthode d’addition rapide – sources corrélées


Il est bien entendu possible d’établir une méthode « d’addition rapide » permettant de déterminer
le niveau en dBSP L résultant de deux sons corrélés dont on connaît le niveau en dBSP L . Soient donc
« L1 » et « L2 » deux niveaux en dBSP L produits par deux sources corrélées. Supposons que le
premier niveau soit supérieur au second : « L1 − L2 = k ≥ 0 ». Soient « p1 » et « p2 » les deux
pressions correspondant respectivement à « L1 » et « L2 ». On a :

p1
L1
2.10 20 −5 L1 −L2 k k
: k
;
« = L2 = 10 20 = 10 20 ⇒ p = p 10 20 ⇒ p + p = p
1 2 1 2 2 1 + 10 20 ».
p2 2.10 20 −5
Ainsi, le niveau résultant des deux sources s’écrit :
 : ;
- . p 1 + 10
k
20 : p : ;;
p1 + p2 
2
 = 20log 2 k
« L# = 20log = 20log 1 + 10 20 =
2.10−5 2.10−5 2.10−5
: k
;
L2 + 20log 1 + 10 20 ».
: k
;
Notons « g(k) = 20log 1 + 10 20 » et considérons le tableau 1.2 ci-après.

k 0 1 2 5 10 20
g(k) 6 6,5 7,1 8,9 12,4 20,8

Table 1.2 – Tableau de valeurs approchées à 0,1 près de la fonction g

Ce tableau donne le niveau en dBSP L qu’il faut ajouter au plus petit des deux niveaux (« L2 »)
pour obtenir le niveau résultant lorsque la différence de niveau entre « L1 » et « L2 » vaut : 0 ; 1 ; 2 ;
5 ; 10 ou 20 dBSP L . Son utilisation est la même que celle du Tableau 1.1, vue précédemment.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 12


« Les battements, le filtrage en peigne et l’effet Doppler
sont les trois principaux phénomènes liés à la fréquence
des sons. »

« Le sonagramme est actuellement la représentation gra-

2
phique la plus fidèle des sons. C’est une représentation dite
temps / fréquence qui repère en abscisse le temps et en
ordonnée la fréquence du son considéré. Un code couleur
continu permet d’indiquer le niveau de chaque fréquence
et à chaque instant. »

Leçon n◦2

C ette deuxième leçon a pour objectif d’expliquer les principaux phénomènes physiques liés à l’as-
pect fréquentiel des sons. Après avoir introduit les différentes représentations graphiques des
ondes sonores de la plus élémentaire à la plus complète, la leçon porte sur les battements, le filtrage en
peigne et l’effet Doppler. Ces trois phénomènes sont souvent rencontrés par le preneur de son qui doit
en connaître les origines et les manifestations. Certains paragraphes du manuel de cours d’Antonio
Fischetti (ref. [3] de la bibliographie) offrent des compléments intéressants à cette leçon.

2.1 Introduction à la représentation des sons


La pression acoustique d’un son pur de fréquence « f » peut être modélisée par :
« p(t) = PM sin(2πf t) ou p<(t) = PM sin(2πf t + ϕ) ».
Ces deux modélisations mathématiques se déduisent l’une de l’autre par une simple translation de
ϕ
l’origine des temps. Par exemple, en considérant l’égalité « p<(t) = p(t + 2πf ) » on constate que la
ϕ
modélisation « p<(t) » prend les mêmes valeurs que « p(t) » avec un décalage temporel de « 2πf ». Les
sons purs ont été (et sont toujours) d’une grande importance en acoustique et en électroacoustique
car il est possible de décomposer la plupart des sons en une somme discrète ou continue de sons purs.
Grâce à l’analyse de Fourier (1), on définit les sons harmoniques (proches des sons musicaux) composés
d’une somme discrète de sons purs de fréquence « f », « 2f », « 3f », etc. On peut donc représenter
ces sons par un diagramme bâtons dont l’abscisse repère les fréquences et dont l’ordonnée repère le
niveau. La figure 2.1 donne un exemple de cette représentation des sons. Ce diagramme bâtons peut
être la représentation d’un son harmonique modélisé par :
« p(t) =
0, 036sin(2π × 500t) + 0, 02sin(2π × 1000t) + ... + 0, 00011sin(2π × 6500t) + 0, 000036sin(2π × 7000t) ».
On dit que les sons harmoniques possèdent une représentation spectrale discrète ou qu’ils possèdent
un spectre de raies. La généralisation de l’analyse de Fourier, l’emploi des distributions et de la
transformation de Fourier permet d’associer à tout son un spectre continu. Cette théorie est complexe
et son développement mathématique rigoureux dépasse le cadre de ces leçons. La figure 2.2 donne
un exemple de cette représentation des sons. Il existe des sons particuliers, dont la représentation
spectrale continue est caractéristique. On citera par exemple les bruits blancs dont le spectre est une
droite horizontale ; ces bruits possèdent donc toutes les fréquences au même niveau. Les bruits roses
possèdent également toutes les fréquences mais pas au même niveau ; leur représentation spectrale dans
un repère logarithmique (2) est une droite décroissante dont la pente est définie par -3 dBSP L /octave.
A titre d’exemple cela signifie que dans un bruit rose, le niveau de la fréquence 1000 Hz est 3 dBSP L

(1). Voir l’annexe G : Introduction à l’analyse de Fourier.


(2). Voir le cours de mathématiques pour une lecture précise de ce type de graphique.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 13


inférieur à celui de la fréquence 500 Hz. Les bruits (roses ou blancs) sont très utilisés pour effectuer
des mesures ou des tests. Il se conçoit facilement qu’en générant un bruit blanc à l’entrée d’un appareil
de traitement audio l’on puisse mesurer à sa sortie un signal dont le spectre caractérise cet appareil.
C’est ainsi que les électroacousticiens procèdent pour obtenir la réponse en fréquence des équipements
audio. Le sonagramme est actuellement la représentation graphique la plus fidèle des sons. C’est une
représentation dite temps / fréquence qui repère en abscisse le temps et en ordonnée la fréquence
du son considéré. Un code couleur continu du bleu au rouge permet d’indiquer le niveau de chaque
fréquence et à chaque instant. Par exemple, si le son représenté « contient » la fréquence 3000 Hz à
l’instant 1,6 s et au niveau 0 dBu (1) , le point de coordonnées (1, 6 ; 3000) repéré dans son sonagramme
est de couleur rouge. La figure 2.3 donne un exemple de sonagramme.

Figure 2.1 – Exemple de spectre de raies

"
70

60

50

40
dB

30

20

10

0 !
0 500 1000 1500 2000 2500 3000 3500 4000 4500 5000 5500 6000 6500 7000 7500

Hz

(1). Voir la Leçon n◦ 3 pour une définition précise du décibel électrique.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 14


Figure 2.2 – Exemple de spectre continu

"
70

60
A B
50

40
dB

30

20

10

0 !
0 1000 2000 "
3000 4000 5000 6000 7000 8000 9000 10000 11000 "
12000 13000 14000 15000

fA = 2800 Hz Hz fB = 12000 Hz

« Remarque importante : Lorsque l’on représente un son par un spectre continu, il est d’usage de
déterminer graphiquement sa bande passante à −x dB (le plus souvent à −3 dB). La méthode gra-
phique est illustrée par les traits en pointillés de la figure 2.2. On trace d’abord un trait horizontal
passant par le sommet du spectre. On trace ensuite une parallèle à −x dB au dessous de sorte que
l’on obtienne un gabarit. Si cette parallèle coupe le spectre en deux points A et B, alors la distance
entre les abscisses de ces deux points |fB − fA | est la bande passante à −x dB cherchée. Sur la
figure 2.2, la bande passante à −3 dB vaut : 12000 − 2800 = 9200 Hz. »

Figure 2.3 – Exemple de sonagramme tiré du CD Rom qui accompagne le manuel de cours d’Antonio
Fischetti (ref. [3] de la bibliographie)

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 15


Les mesures électroacoustiques permettant de caractériser les haut-parleurs, les microphones et
d’autres systèmes audio utilisent des sons purs dont la fréquence varie entre 20 et 20000 Hz. On dit
alors qu’il a été effectué un balayage spectral sur la bande de l’audible. Certains phénomènes sonores
bien connus s’expliquent grâce à des raisonnements faisant essentiellement intervenir la fréquence.
Les battements, le filtrage en peigne et l’effet Doppler sont les trois principaux phénomènes liés à la
fréquence. Leur explication nécessite donc une bonne connaissance de la notion de sons purs.

2.2 Les battements


Ce phénomène se produit de façon caricaturale lorsque deux sons purs de fréquences voisines et
de même niveau sont émis simultanément. Il se produit également dans d’autres circonstances mais
celles-ci sont « voisines » du cas théorique qui est détaillé ici. Soient deux sons purs de même niveau mo-
délisés par « p1 (t) = pM sin(2πf1 t) » et « p2 (t) = pM sin(2πf2 t) ». La trigonométrie permet d’écrire la
(1)
somme de ces deux pressions comme suit : « p1 (t) + p2 (t) = 2pM cos(2π f1 −f f1 +f2
2 t)sin(2π 2 t) »
2
.
Si les deux fréquences sont très voisines (« f1 ≈ f2 ≈ f »), alors leur demie somme est égale-
ment très voisine de ces deux fréquences (« f1 +f 2
2
≈ f ») et leur demie différence est proche de
f1 −f2
zéro (« 2 ≈ 0 »). Dans ce cas particulier la pression acoustique « p1 (t) + p2 (t) » est quasiment
un son pur de même fréquence que « p1 (t) » et « p2 (t) ». Son amplitude n’est pas constante ; elle
est périodique de période « |f1 −f 2
2|
». La figure 2.4 donne la représentation graphique des fonc-
 
- .
f1 − f2  f1 + f2 
tions « p(t) = 2cos 2π t sin  2π t » (avec f1 = 1025 Hz et f2 = 975 Hz) et
2 = 2 @ 
>?
= >? @
amplitude f réquence
« t (−→ 2cos(2π × 25t) » (en trait gras). Le terme « battement » est lié à la perception de la variation
d’amplitude dans le cas où les deux fréquences sont « très très voisines ». Supposons par exemple que
l’on superpose deux sons purs dont les fréquences ne diffèrent que de 1 Hz. La pression résultante
possède alors une amplitude nulle toutes les secondes. De même, son amplitude est maximale toutes
les secondes. Cette alternance entre les moments de faibles et de forts niveaux donne l’impression
auditive que le son bat. Les battements sont parfois recherchés par les musiciens lorsqu’ils accordent
un instrument à cordes par comparaison. La note correspondant à la corde libre et en cours de réglage
peut souvent être jouée de façon juste par une seconde corde ayant déjà été accordée. En pinçant
alternativement la corde à régler et la corde juste l’instrumentiste génère deux pressions acoustiques
de fréquences de plus en plus voisines puisque la tension de l’une fait l’objet de modifications ayant
pour objectif de rendre sa sonorité égale à celle de l’autre. Lorsque les deux notes sont presque à
l’unisson les battements apparaissent. Ils sont d’abord rapides, puis de plus en plus lents jusqu’à ce
que leur période devienne « infiniment » longue. Une période de battement infinie correspond à des
fréquences égales ; c’est-à-dire deux notes identiques.

2.3 Le filtrage en peigne


Ce phénomène se produit lorsque deux sons de même niveau mais décalés dans le temps – l’un
est en retard par rapport à l’autre – sont additionnés. Par exemple lorsque l’on mélange les signaux de
deux microphones distants de quelques centimètres qui captent une même source. Le filtrage en peigne
est audible et gênant ; c’est un phénomène rarement recherché et souvent combattu grâce à l’emploi
de lignes à retard (delay). Ce paragraphe en expose la théorie. Soient « p1 (t) » et « p2 (t) » deux sons
purs de même fréquence « f » et de même amplitude « PM ». Supposons que le second son soit en
retard par rapport au premier de « τ » secondes. On a : « p2 (t) = p1 (t − τ ) = PM sin(2πf t − 2πf τ ) ».
L’addition de « p1 (t) » et « p2 (t) » donne donc une pression résultante :

« p(t) = PM [sin(2πf t) + sin(2πf t − 2πf τ/)] = 2P


0 M cos(πf τ )sin(2πf t − πf τ ) =
2PM cos(πf τ )p1 t − τ2 » (2) .

Cette pression est donc un son pur de fréquence « f », en retard de « τ2 » secondes par rapport à
« p1 (t) » et dont $l’amplitude «%2PM cos(πf τ ) » dépend de sa fréquence « f ». Pour toutes les fréquences
de l’ensemble « 2τ 1
; 2τ
3
; 2τ
5
... » cette amplitude est nulle ; cela signifie que la pression résultante est

(1). Voir l’annexe B : Rappels de trigonométrie. On utilise ici la troisième formule de produit.
(2). Voir l’annexe B : Rappels de trigonométrie. On utilise ici la troisième formule de produit.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 16


Figure 2.4 – Illustration du phénomène des battements

"
2

1,5

0,5

!
Pa

0
0,01 0,02 0,03 0,04 0,05 0,06 0,07
-0,5

-1

-1,5

-2
s

$ %
nulle ou inaudible. A contrario, pour toutes les fréquences de l’ensemble « τ1 ; τ2 ; τ3 ... », la valeur
absolue de l’amplitude est maximale et vaut « 2PM ». La représentation graphique dans un repère
logarithmique ayant les fréquences en abscisse de la fonction « 20log(|2cos(πf τ )|) » ressemble à un
peigne. Chaque « dent » de ce peigne représente un minimum de pression acoustique résultante qui
correspond à une fréquence totalement atténuée. La figure 2.5 montre un exemple de filtre en peigne
pouvant apparaître suite à l’addition des signaux de deux microphones distants de 10 cm et alignés
avec la source qu’ils captent. En effet, dans ce cas le microphone le plus éloigné de la source reçoit
0,1
l’onde sonore avec un retard d’environ « 340 ≈ 0, 3 ms » (en prenant 340 m/s pour la célérité du son)
par rapport à celui placé le plus près de la source. L’addition des signaux de ces deux microphones
s’accompagne d’un filtrage en peigne qui annule les fréquences 1667 Hz, 5000 Hz, 8333 Hz, 11667 Hz,
etc. comme le montre le graphique de la figure 2.5.

Figure 2.5 – Exemple de filtre en peigne

"

10

0 !
1 10 100 1000 10000 100000
dB

-10

-20

-30

-40
Hz

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 17


2.4 L’effet Doppler
Une source sonore assimilée à un point se déplace à vitesse constante « v », très inférieure à
celle du son et en ligne droite devant un observateur ponctuel et immobile, placé au point « O ». Elle
émet un son pur de fréquence « f » suffisamment élevée pour que la distance « d » qu’elle parcourt
durant une période « T = f1 » reste toujours très inférieure à celle qui la sépare de l’observateur. On
note « α » l’angle formé par le segment joignant la source et l’observateur et la demi-droite issue de
la source qui définit sa future trajectoire. La célérité du son, supposée constante, est notée « C ».
La source se trouve au point « S » à l’instant « t » et au point « S # » (à droite de « S ») à l’instant
« t# = t + T ». Enfin, sur le segment [SO] se trouve le point « P » tel que le triangle « (S, P, S # ) » soit
rectangle en « P ». Le schéma de la figure 2.6 donne une représentation de ce qui vient d’être décrit
– et qui peut être relu avec l’aide de ce schéma...

Figure 2.6 – Source en mouvement rectiligne et uniforme par rapport à un observateur

S d = vT S#
α

D#
D

On note « D » la distance « SO » et « D# » la distance « S # O ». La période « T # » du son observé


en « O » est la différence entre l’instant auquel parvient en ce point l’onde sonore issue de « S # » (qui
"
n’est autre que « t# + DC ») et l’instant auquel parvient en ce point l’onde sonore issue de « S » (qui
D" D" −D
n’est autre que « t + D C »). Donc : « T = t + C − t − C = T +
# # D
C ».
Il est possible d’effectuer l’approximation « D# ≈ OP » car la distance « d » est très inférieure
aux distances « D » et « D# ». Ainsi, « D = OP + P S ≈ D# + : dcos(α) » ;et on a :
D" −D D" −D" −dcos(α) vT cos(α) vcos(α)
«T =T + C =T +
#
C =T− C = T 1− C ». Ensuite, en remplaçant
les deux périodes
: par l’inverse
; des deux fréquences correspondantes, il vient :
vcos(α) Cf
« f" = f 1 − C
1 1
⇔ f = C−vcos(α) ». Cette dernière relation entre fréquence reçue « f # » et
#

fréquence émise « f » permet d’expliquer l’effet Doppler qui se traduit par :


– le son émis par la source en mouvement est perçu par l’observateur immobile « plus aigu qu’il
ne l’est » lorsque la source se rapproche ;
– le son émis par la source en mouvement est perçu par l’observateur immobile « plus grave qu’il
ne l’est » lorsque la source s’éloigne.
L’effet Doppler peut être observé au quotidien en écoutant le passage d’un véhicule à moteur (avion,
voiture, vélomoteur, etc.). Lorsque la source se rapproche : « 0 < α ≤ π2 ⇒ cos(α) ≥ 0 ⇒ C−vcos(α) ≤
C ⇒ f # ≥ f ». Donc, la fréquence reçue est supérieure à celle émise. A l’inverse lorsque la source
s’éloigne : « π2 ≤ α < π ⇒ cos(α) ≤ 0 ⇒ C − vcos(α) ≥ C ⇒ f # ≤ f ». Donc, la fréquence reçue est
inférieure à celle émise.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 18


« L’intensité acoustique est, par définition, le rapport de
la puissance acoustique sur la surface de la couche de gaz
mise en mouvement par le passage de l’onde sonore. »

« Le décibel est aux scientifiques ce que le pourcentage

3
est aux économistes : la comparaison entre une valeur de
référence et une valeur mesurée. »

Leçon n◦3

C ette troisième leçon s’attache à expliquer quelques éléments de la physique de la propagation


des sons. Elle permet de comprendre l’intérêt de la définition de l’intensité acooustique et du
décibel Sound Pressure Level. Des relations importantes comme celle liant la pression acoustique à
l’intensité acoustique ou celle liant la température à la célérité du son sont expliquées. La leçon s’appuie
essentiellement sur l’étude mécanique et thermodynamique du passage d’un front d’onde au travers
d’une couche d’air. Cette étude peut être approfondie par la résolution de certains exercices du livre
d’Hubert Lumbroso (ref. [6] de la bibliographie).

3.1 Propagation d’un front d’onde


Un front d’onde sonore plane se propage de la gauche vers la droite dans un gaz parfait à une
vitesse supposée constante et notée « C ». A chaque instant « t », on suppose que le front d’onde peut
être assimilé à un plan vertical définissant la frontière entre deux parties du gaz :
– la partie située au voisinage gauche du front d’onde est en mouvement,
– la partie située à droite du front d’onde est immobile.
Entre les instants « t » et « t + ∆t », toute couche de gaz verticale de surface « S », d’épaisseur
« C∆t » est traversée par le front d’onde. On admettra que le passage du front d’onde a pour effet
de mettre en mouvement à une vitesse « v1 » (1) les molécules de gaz de la couche d’air tout en les
comprimant. Ainsi, après le passage du front d’onde la masse de gaz qui était contenue dans le volume
« SC∆t », occupe un volume légèrement plus petit : « S(C − v1 )∆t ». On admettra également que la
pression du gaz à la droite du front d’onde est « p0 », que celle en son voisinage gauche est « p1 » et
que la différence entre ces deux pressions n’est autre que la pression acoustique. On admettra enfin
que la masse volumique du gaz est faiblement modifiée par le passage du front d’onde : elle vaut
« ρ0 » à droite du front d’onde (avant son passage) et « ρ1 » au voisinage gauche du front d’onde
(après son passage) de sorte que « ρ0 ≈ ρ1 ». La figure 3.1 donne une vue schématique en coupe de
ce qui vient d’être décrit : les effets induits par le passage d’un front d’onde plane sur une couche de
gaz initialement au repos.

(1). Cette vitesse est appelée : vitesse vibratoire ou vitesse acoustique. Elle ne doit surtout pas être confondue avec
la célérité du son. Elle est d’ailleurs beaucoup plus petite. Par exemple, dans l’air et sous les conditions atmosphériques
normales, la vitesse de vibration excède rarement 5 mm/s. Il faut donc bien se garder de croire que les fréquences sonores
élevées (au delà de 10 kHz) s’accompagnent de mouvements rapides. Car les distances parcourues par les molécules
sont très faibles. Aussi, il ne faut pas être surpris que 10000 allers et retours en une seconde (soit une fréquence de 10
kHz) puissent s’effectuer à une vitesse de 1 mm/s : il suffit de savoir que la distance à parcourir lors d’un seul aller et
retour mesure un dix-millième de millimètre !

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 19


Figure 3.1 – Représentation schématique du passage d’un front d’onde

# C∆t !
"
A l’instant t,
avant le passage p0 ; ρ0 ; v0 = 0 S
du front d’onde.
$

front d’onde
v1 ∆t (C − v1 )∆t
# !# !
"
A l’instant t + ∆t,
après le passage p1 ; ρ1 ; v1 p0 ; ρ0 ; v0 = 0 S
du front d’onde.
$

front d’onde

3.2 Conservation de la masse


La masse de gaz contenue dans le volume « SC∆t » est égale à celle contenue dans le volume
« S(C − v1 )∆t ». On peut donc écrire l’équation : « ρ0 SC∆t = ρ1 S(C − v1 )∆t ». Après quelques
simplifications algébriques on obtient une formule donnant la célérité du son dans ce gaz :
ρ1 v1
«C = ». (3.1)
ρ1 − ρ0

3.3 Application du Principe Fondamental de la Dynamique (1)


Pendant l’intervalle de temps « ∆t », la masse de gaz initialement contenue dans le volume
« SC∆t » subit une accélération horizontale dirigée de la gauche vers la droite et dont la norme est
∆v v1 − v0 v1
donnée par le quotient : « = = ». En négligeant la pesanteur, seules deux forces
∆t ∆t ∆t
extérieures s’exercent sur la masse de gaz : une force de pression horizontale dirigée de la gauche vers
la droite de norme « Sp1 » et une force de pression horizontale dirigée de la droite vers la gauche de
v1
norme « Sp0 ». Le PFD permet donc d’écrire l’équation : « Sp1 − Sp0 = ρ0 SC∆t ». Après quelques
∆t
simplifications algébriques on obtient une seconde formule donnant la célérité du son dans ce gaz :
p1 − p0 (2)
«C = » . (3.2)
ρ0 v1

3.4 Célérité du son dans l’air


p 1 − p 0 ρ1
En multipliant membre à membre les formules 3.1 et 3.2, il est évident que : « C 2 = × ».
ρ1 − ρ0 ρ0
Comme les masses volumiques « ρ1 » et « ρ0 » sont très voisines, il est possible d’approximer leur
p1 − p0 ∆p
rapport à 1 et par suite on a : « C 2 = = ». Or l’équation thermodynamique caractérisant
ρ1 − ρ0 ∆ρ
∆p p0 p0
l’écoulement isentropique des gaz (3) permet d’écrire l’égalité : « =γ ». Donc « C 2 = γ » et
∆ρ ρ0 ρ0

(1). Voir l’annexe C : Prérequis de mécanique et de thermodynamique.


(2). En observant que la différence de pression apparaissant au numérateur du membre de droite de cette formule
n’est autre que la pression acoustique, on obtient une formule simple liant la pression acoustique « p », la vitesse
vibratoire « v », la célérité « C » et la masse volumique « ρ » du milieu de propagation : « p = ρCv ».
(3). Voir l’annexe C : Prérequis de mécanique et de thermodynamique.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 20


(1)
en utilisant l’équation d’état des gaz
* parfaits on obtient la formule donnant la célérité du son dans
γR
le gaz où il se propage : « C = T ». Dans le cas de l’air, l’application numérique (R ≈ 8, 3 ;
M
γ ≈ 1, 4 ; M ≈ 0, 03 kg/mol) conduit à la célèbre formule :

« C = 20 T ».

3.5 Puissance, Intensité et Pression acoustique


La puissance acoustique est obtenue, comme toute puissance mécanique, en effectuant un pro-
duit scalaire (2). Dans le cas de la propagation acoustique, la force motrice est une force de pression
s’exerçant sur la surface des couches de gaz mises en mouvement par le passage d’un front d’onde.
La vitesse induite est la vitesse de vibration du gaz (et non pas la célérité du son). Ainsi, en notant
« P » la puissance acoustique, « p » la pression acoustique (« p = p1 − p0 » en utilisant les notations
précédentes) et « v » la vitesse vibratoire (« v = v1 − v0 = v1 » en utilisant les notations précédentes)
d’une couche de gaz de surface « S », on a : « P = Spv ». Comme toute puissance, la puissance
acoustique s’exprime en Watt (symbole « W »).
L’intensité acoustique est notée « I ». Elle est obtenue en divisant la puissance acoustique par la
surface de la couche de gaz mise en mouvement et s’exprime donc en Watt par mètre carré (symbole
« W/m2 »). Si la surface est une sphère de rayon « r » et centrée sur la source acoustique assimilée à
un point ; alors, l’intensité acoustique est reliée à la puissance acoustique par la célèbre formule :
P
«I = ». (3.3)
4πr2
Cette formule est très employée en électroacoustique car elle crée un lien entre l’électricité et
l’acoustique. En effet, la puissance acoustique d’un haut-parleur peut être calculée en multipliant sa
puissance électrique, notée « Pe » par un coefficient de proportionnalité appelé : rendement du haut-
ηPe
parleur et noté « η ». On a donc, « P = ηPe » et par suite : « I = » dans le cas d’une propagation
4πr2
sphérique. On constate donc qu’au facteur de proportionnalité près, la formule 3.3 donne l’intensité
acoustique produite à une distance « r » par un haut-parleur de puissance électrique connue.
En revenant à la définition de l’intensité acoustique, il est évident que cette grandeur s’écrit :
« I = pv ». Comme la vitesse de vibration et la pression acoustique sont liées par « p = ρCv » (voir
p2
la la formule 3.2 et la note de bas de page qui s’y rapporte), il est aisé d’établir : « I = ». Dans
ρC
le cas de l’air, l’application numérique ( C ≈ 340 m/s ; ρ ≈ 1, 2 kg/m ) conduit à la célèbre formule :
3

p2
«I = ».
400
p2rev
La relation entre l’intensité réverbérée et la mesure de pression réverbérée « Irev = » n’est
4ρC
pas facile à démontrer. Elle provient de la définition de l’intensité réverbérée comme la moyenne
géométrique des intensités élémentaires, toutes dirigées dans un demi-espace choisi comme référence.
Pour comprendre le calcul qui suit, il est nécessaire de connaitre la notion d’angle solide. Il faut de
plus construire des figures afin de visualiser la géométrie du problème. Celles-ci trouverons leur place
dans une version future de cette leçon.
! 2π ! π2 2 ! π2
1 prev p2 p2
« Irev = cos(θ)sin(θ)dθdϕ = rev cos(θ)sin(θ)dθ = rev ».
4π ϕ=0 θ=0 ρC 2ρC θ=0 4ρC

Comme on le verra plus loin (leçon n◦ 4), à toute salle on peut attacher un paramètre important
appelé son coefficient moyen d’absorption et que l’on note généralement : « ᾱ ». Ce nombre sans unité
est toujours compris entre 0 et 1. Il dépend des matériaux qui recouvrent les surfaces de la salle et de
l’aire totale de ces surfaces, notée « S », qui n’est autre que la surface de la salle. Lorsqu’une puissance
sonore « P » est rayonnée continûment dans une salle, un équilibre s’établit entre cette puissance émise
et la puissance absorbée par la salle que l’on note Pabs ; en quelque sorte, « P » correspond à ce qui est
apporté en continu et « Pabs » correspond à ce qui est perdu telle une fuite constante. On a donc dans

(1). Voir l’annexe C : Prérequis de mécanique et de thermodynamique.


(2). Voir l’annexe C : Prérequis de mécanique et de thermodynamique.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 21


ce cas de figure un bilan des puissances qui s’écrit : « P = Pabs ». Par ailleurs la puissance absorbée
est égale à la puissance réverbérée « Prev » – puissance acoustique maintenue dans la salle – multipliée
par le coefficient d’absorption : « Pabs = ᾱPrev ». Or on peut définir l’intensité acoustique réverbérée
« Irev » par la relation : « Irev = Prev S ». Donc cette intensité est reliée à la puissance émise par :
Irev = ᾱS . On constate qu’une source sonore de puissance acoustique « P » crée dans une salle deux
P

grandeurs acoustiques importantes qui « se partagent les rôles » :


– l’intensité acoustique, dite directe « I(D) = 4πD P
2 », qui dépend de la distance « D » séparant

la source du point d’observation, et


– l’intensité acoustique, dite réverbérée « Irev = ᾱS
P
», qui est constante en tout point de la salle.
Nécessairement il existe pour chaque salle une distance appelée « distance critique », notée « Dc »,
telle que : « 4 × Irev = I(Dc ) = 4πD
P
2 ». A cette distance, la mesure de pression réverbérée « p̂rev » et
c
la mesure de pression directe « p̂dir » sont égales. Cette distance est très importante pour l’ingénieur
du son car elle sépare l’espace de captation microphonique en deux parties dont les caractéristiques
sonores sont totalement différentes : à l’intérieur de la sphère centrée sur la source et de rayon « Dc » la
pression directe est supérieure à la pression réverbérée, et à l’extérieur de cette sphère c’est le contraire,
la pression réverbérée est supérieure à la pression directe. On peut évaluer la distance critique d’une
salle grâce à la formule suivante : *
1 ᾱS
Dc = .
4 π
Enfin, il existe une autre distance critique : la distance telle qu’on ait l’égalité entre l’intensité
réverbérée et l’intensité directe. On a alors :
*
1 ᾱS
Dc = .
2 π
Même si numériquement ces deux distances sont très différentes (puisque l’une est égale au
double de l’autre), elles traduisent l’une comme l’autre le même phénomène acoustique. A proximité
d’une source sonore qui rayonne dans une salle, c’est l’énergie de l’onde directe produite par la source
qui prédomine sur l’énergie réverbérée. Plus on s’éloigne de la source, plus l’énergie de l’onde directe
diminue tandis que l’énergie réverbérée reste constante. Nécessairement, il existe une distance à la
source telle que l’énergie réverbérée devienne prédominante sur l’énergie de l’onde directe. C’est cette
distance que l’on appelle : distance critique.

3.6 Le dBSP L
Le Bel n’est pas une unité de mesure physique comme le Mètre, le Watt, le Joule, etc. Le décibel,
de symbole dB, représente le dixième du Bel. Ce n’est pas non plus une unité de mesure physique.
Le décibel est aux scientifiques ce que le pourcentage est aux économistes : la comparaison entre
une valeur de référence et une valeur mesurée. L’obtention d’un niveau en dB nécessite l’emploi de
la fonction logarithme décimal (log). Il existe deux formules générales permettant de déterminer le
niveau en dB d’une mesure « m » par rapport à une valeur de référence « mref » :
– si la mesure se rapporte à une grandeur quadratique (puissance électrique ou acoustique,
intensité acoustique,
- .grandeurs énergétiques), son niveau « L » en dB est donné par la formule
m
« L = 10log »;
mref
– si la mesure se rapporte à une grandeur non quadratique (tension électrique, pression acous-
tique, grandeurs
- non
. énergétiques), son niveau « L » en dB est donné par la formule
m
« L = 20log ».
mref
Le coefficient 20 provient d’une propriété des fonctions logarithmes et de l’obtention de toute grandeur
quadratique à partir du carré de grandeur non quadratique. On trouvera dans la suite de ce paragraphe
une illustration de cette différence entre les calculs de niveau de grandeurs quadratiques ou non
quadratiques.
SP L vient de l’anglais Sound Pressure Level qui signifie : niveau de pression sonore. Le dBSP L
exprime donc le niveau en décibel d’une mesure de pression acoustique, ou comme on le verra, le niveau
d’une intensité acoustique. Un son pur de 1000 Hz (1) est juste audible si la mesure de sa pression
acoustique vaut 2.10−5 Pa. Cette valeur est prise comme référence de sorte qu’elle corresponde au

(1). Voir les deux premières leçons.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 22


niveau seuil de 0 dBSP L . Ainsi le niveau « L » d’une mesure de pression acoustique « p̂ » est donné
par la célèbre formule :
- .

« L = 20log ».
2.10−5
L
Cette formule s’inverse aisément : « p̂ = 2.10 20 −5 ». Comme il l’a été établi précédemment pour toute
onde sonore se propageant dans l’air, l’intensité acoustique est liée à la pression acoustique par la for-
p̂2
mule : « I = ». Il est donc aisé d’écrire la pression acoustique en fonction de l’intensité acoustique :
√ 400
« p̂ = 20 I ». En remplaçant la pression acoustique8 √par 9 cette dernière
8* expression
9 dans la formule du
- .
20 I I I
niveau en dBSP L on obtient : « L = 20log = 20log = 10log ».
2.10−5 10−12 10−12
L’intensité
- acoustique
. étant une grandeur quadratique, la forme générale de cette dernière formule
I
(« 10log ») était attendue. On peut naturellement faire correspondre les deux valeurs de ré-
Iref
/ 02
2.10−5
férence (de pression 2.10 Pa, et d’intensité 10
−5 −12
W/m ) : «
2
= 10−12 ». Enfin, il est
400 L
possible de calculer l’intensité « I » correspondant à un niveau donné « L » : « I = 10 10 −12 ».

3.7 Le dBu
La tension électrique du signal audio fait l’objet de nombreuses conversions en décibel selon
les normes suivies par les constructeurs d’appareils électroacoustique. La principale norme retenue
par les- professionnels
. de l’audio préconise l’emploi du dBu . Celui-ci est défini par la formule « L =
U
20log » qui donne donc le niveau en dBu d’une mesure de tension électrique « U » – la mesure
0, 775
est généralement une valeur RMS. La valeur de référence 0,775 Volt est, de fait, une valeur maximale
(avant saturation). Aussi les niveaux en dBu sont ils le plus souvent négatifs car ils correspondent à
des tensions inférieures à 0,775 V. Les appareils électroacoustiques professionnels tolèrent souvent des
niveaux forts compris entre 0 dBu et +4 dBu . La différence entre le niveau le plus fort avant saturation
et le niveau le plus faible (i.e. le plus bas niveau correspondant à mesure significative) délivré par un
appareil s’appelle son rapport signal sur bruit. C’est une grandeur exprimée en - dBu qui
. peut se calculer
UMAX
de deux manières différentes et équivalentes : « LMAX − Lmin » ou « 20log ». L’expression
Umin
du second calcul permet de comprendre pourquoi l’on parle de « rapport » signal sur bruit. Il s’agit
du rapport de tensions : tension maximale avant la saturation sur tension minimale mesurable avant
le bruit de fond électronique des composants. L’équivalence de ces deux calculs est aisée à établir :
- . - . - . - .
UMAX Umin UMAX Umin UMAX
« LMax −Lmin = 20log −20log = 20log ÷ = 20log ».
0, 775 0, 775 0, 775 0, 775 Umin

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 23


« Les acousticiens utilisent principalement deux formules
pour prévoir la durée de réverbération d’une salle connais-
sant son volume V , sa surface S et son coefficient d’ab-
sorption moyen ᾱ – paramètre important qui dépend
de la fréquence – : la première est la formule de Sa-
V
bine Tr = 0, 16 ᾱS , la seconde est la formule de Eyring
V
Tr = −0, 16 ln(1− .»

4
ᾱ)S

« Le résonateur de Helmholtz permet d’absorber une fré-


quence particulière f0 qui dépend de son volume V , de la
longueur # et de la section SAde son ajutage et enfin de la
C S
célérité du son C : f0 = 2π #V

Leçon n◦4

C ette quatrième leçon explique les deux pricipales formules utilisées en acoustique architecturale
pour déterminer la durée de réverbération que l’on note RT ou plus simplement T . Il s’agit de
60 r
la célèbre formule de Sabine et de la formule de Eyring. La leçon se poursuit avec l’étude du résonateur
de Helmholtz : volume acoustique permettant l’absorption d’une fréquence sonore particulière.

4.1 Formule de Sabine


Lorsqu’une onde sonore rencontre un obstacle, celui-ci la modifie. Dans le plus simple des cas,
lorsqu’une onde sonore rencontre une paroi lisse on observe un phénomène de réflexion dite spéculaire
et un phénomène d’absorption. La réflexion spéculaire consiste en une modification de la trajectoire
du front d’onde dont le mouvement est supposé rectiligne. Si un front d’onde incident parvient à une
paroi en faisant un angle « γ » avec sa normale – appelé angle d’incidence –, alors le front d’onde
réfléchi suit une trajectoire symétrique à celle du front incident par rapport à la normale. La réflexion
spéculaire est caractérisée par le fait que l’angle de réflexion est égal à l’angle d’incidence « γ ».
L’absorption consiste en une diminution de l’énergie sonore suite à la réflexion. Cette perte
d’énergie est imputable aux propriétés du matériau qui recouvre la paroi. Dans tous les cas, on
admet qu’il existe un coefficient dit d’absorption et noté « α » défini par le rapport de l’énergie
sonore réfléchie sur l’énergie sonore incidente. De nombreuses mesures ont montré que le coefficient
d’absorption dépendait, non seulement des matériaux, mais aussi de la nature de l’onde sonore émise.
En particulier, le coefficient d’aborption dépend de la fréquence.
Une onde sonore se propageant dans une salle subit de nombreuses réflexions et voit son énergie
absorbée par les matériaux qui recouvrent les murs de la salle. Ainsi après l’arrêt des sources le son
met un certain temps avant de s’éteindre. La formule de Sabine permet de prévoir la durée d’extinction
du son dans une salle.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 24


4.1.1 Hypothèses préliminaires
1. Dans toute salle, à chaque instant, il existe une énergie sonore volumique fonction du temps
« E(t) » exprimée en joules par mètre cube (J/m3 ). Ainsi, tout volume « v » situé à l’intérieur
de la salle contient une énergie sonore égale à « vE(t) » J.
2. L’énergie sonore contenue dans tout volume « v » stitué à l’intérieur d’une salle est rayonnée
de manière homogène dans toutes les directions (i.e. l’énergie est uniformément répartie dans
toutes les directions de propagation).
3. Pour toute salle il est possible de déterminer un coefficient d’absorption moyen « ᾱ » (1) tel que
l’énergie sonore absorbée « Ea » par une portion de surface de la salle ayant reçue une énergie
sonore « Ei » soit égale à « ᾱEi ».

4.1.2 Explication de la formule de Sabine


Plaçons le point « O » au centre d’un élément de surface « dS » d’une salle de surface « S » et
de volume « V ». Repérons tout point « M» de  la salle par ses coordonnées sphériques (2) obtenues
r
à partir d’un repère de centre « O » : « M  θ  ». D’après la première hypothèse préliminaire, le
ϕ
volume sphérique élémentaire (3) « dV » contient à l’instant « t » l’ énergie sonore :
« dV E(t) = r2 sin(θ)drdθdϕE(t) ».
D’après la deuxième hypothèse préliminaire, cette énergie est rayonnée dans toutes les directions.
L’élément de volume « dV » est donc une source sonore dont une partie seulement de l’énergie atteindra
la surface « dS ». Cette partie est porportionnelle à la surface projetée de l’élément « dS » sur une
sphère centrée sur le centre de « dV ». Elle est aussi inversement proportionnelle à la surface de ladite
sphère qui vaut « 4πr2 ». La figure 4.1 donne une représentation en coupe de cette projection en
faisant deux approximations :
– la portion de sphère est quasiment plane et
– l’élément « dV » est suffisamment loin pour considérer que tous les rayons issus de son centre
et parvenant aux différents points de « dS » sont parallèles.

Figure 4.1 – Surface projetée de l’élément « dS » : « dScos(θ) ».

dV

≈θ # ≈ dScos(θ)
≈θ
dS

dScos(θ)dV E(t)
Il apparaît donc que de l’énergie sonore « dV E(t) », seule la fraction « » parvient
4πr2
à l’élément de surface « dS ». Et en remplaçant « dV » par son expression donnée en fonction des
coordonnées sphériques, on peut affirmer que l’élément de surface « dS » reçoit de l’élément de volume

(1). Pour calculer le coefficient d’absorption moyen les acousticiens utilisent des valeurs de coefficient d’aborption
données par les constructeurs de matériaux acoustiques ou mesurées en laboratoire pour ce qui est des matériaux
courants comme les bois, les verres, les plâtres, etc. Supposons qu’une portion de surface si de la salle dont on cherche
le coefficient d’absorption moyen soit recouverte d’un matériau de coefficient d’absorption αi . Supposons que l’on
4n
αi si
i=1
partitionne la surface totale S de la salle par n portions de surface. On a : ᾱ = . La quantité « ᾱS » s’appelle
S
l’absorption de la salle. Elle est souvent utilisée dans des raisonnements à caractère énergétique comme celui du § 3.5
de la leçon n◦ 3.
(2). Voir l’annexe D : Compléments de géométrie dans l’espace.
(3). Voir l’annexe D : Compléments de géométrie dans l’espace.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 25


1
« dV » une énergie sonore égale à « cos(θ)sin(θ)E(t)drdθdϕdS ». Cette énergie ayant été produite

r
à l’instant « t », elle arrive sur « dS » à l’instant « t + » (« C » est la célérité du son.).
C
Pendant un intervalle de temps « dt » l’élément de surface « dS » reçoit l’énergie émise par tous
les éléments de volume situés à l’intérieur d’une demi-sphère de centre « O » et de rayon « Cdt ». Natu-
rellement, toutes ces énergies s’additionnent de sorte que pendant intervalle de temps « dt » l’élément
de surface « dS » reçoit l’énergie :
! Cdt ! π2 ! 2π
1 E(t)CdtdS (1)
« cos(θ)sin(θ)E(t)drdθdϕdS = » .
r=0 θ=0 ϕ=0 4π 4
La surface totale de la salle « S » reçoit donc, pendant l’intervalle de temps « dt », une énergie égale
! S
E(t)Cdt E(t)SCdt
à« dS = ». Conformément à la troisième hypothèse préliminaire, la surface
0 4 4
E(t)SCdt
totale de la salle absorbe l’énergie « ᾱ » pendant l’intervalle de temps « dt ».
4
Or cette énergie absorbée par la surface totale de la salle peut être également calculée en la
considérant comme la variation – autant dire la perte – d’énergie sonore contenue dans le volume
totale « V » de la salle entre les instants « t » et « t + dt ». A l’instant « t », l’énergie sonore contenue
dans le volume « V » est donnée par : « V E(t) ». A l’instant « t+dt », l’énergie sonore contenue dans le
volume « V » est donnée par : « V E(t+dt) ». Pendant l’intervalle de temps « dt », la variation d’énergie
dans la salle est donnée par : « V E(t + dt) − V E(t) = V dE ». Cette variation « V dE » correspond à
une perte d’énergie ; elle est nécessairement négative et peut donc être rattachée à l’énergie absorbée
par la surface totale de la salle de la façon suivante :
ᾱE(t)SCdt
« V dE = − ».
4
Il vient d’être établi que l’énergie volumique sonore vérifie l’équation différentielle (2) :
dE ᾱSC
=−
« E(t) ».
dt 4V
En notant « E0 » l’énergie volumique sonore présente dans la salle à l’instant initial « t = 0 » la
solution de l’équation différentielle précédente donne l’évolution temporelle de « E(t) » :
ᾱSC
− t
« E(t) = E0 e 4V ».
Il faut bien noter que l’instant initial correspond au moment où l’on cesse d’émettre le son dans la
salle et que celui-ci coïncide avec le début de la décroissance de l’énergie sonore volumique. La courbe
représentative de cette évolution temporelle est donnée par le graphique de la figure 4.2.
La formule de Sabine s’obtient en considérant que la durée de réverbération de la salle est celle
qui sépare l’instant initial de l’instant d’extinction du son. Le son est supposé éteint lorsque le niveau
énergétique est 60 dBSP L plus faible que celui de l’instant initial. Ceci se traduit par la relation
- . ᾱSC
E(Tr ) − Tr
« 10log = −60 » équivalente à : « E(Tr ) = E0 10 ». Comme « E(Tr ) = E0 e 4V
−6
» on
E0
ᾱSC
− Tr
a : « e 4V = 10−6 ».
24ln(10) V
Finalement, il vient la formule : « Tr = » qui n’est autre que la formule de Sabine
C ᾱS
24ln(10)
puisque le coefficient « » vaut 0, 16 en prenant « C = 340 ». Il vient d’être expliqué que
C
la durée de réverbération « Tr » dans une salle de volume « V », de surface « S » et de coefficient
d’aborption moyen « ᾱ » est donnée par la célèbre formule :
V
« Tr = 0, 16 ».
ᾱS

(1). Voir le cours de mathématiques pour le calcul de ce type d’intégrale, appelée intégrale triple ou intégrale de
volume.
(2). Voir l’annexe F pour la résolution des équations différentielles. On remarquera la forme générale de cette équa-
tion différentielle qui est du type : y # = − τy , avec τ = ᾱSC
4V
. Les personnes habituées à ce type d’équation différentielle
(les éléctriciens par exemple) ne seront pas surprises que la quantité τ soit appelée « la constante de temps de la
salle »...

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 26


Figure 4.2 – Décroissance exponentielle de l’énergie volumique

"

E0
E(t)

E(Tr )
!
Tr
t

« Remarque : Lorsque W.C. Sabine établit cette relation, la démonstration que l’on vient de mener
n’existe pas ; il s’agit d’un résultat empirique. Comme on l’a vu cette formule s’explique aujourd’hui
rigoureusement de façon assez aisée. C’est en tous les cas ainsi que la formule de Sabine peut être
rattachée à un raisonnement scientifique s’appuyant sur trois hypothèses et utilisant un formalisme
mathématique moderne. »

4.2 Formule de Eyring


La durée de réverbération des salles absorbantes ne peut être calculée par la formule de Sabine.
Car si le coefficient « ᾱ » se rapproche de 1, la durée de réverbération « Tr » ne tend pas vers 0,
V
comme la réalité physique l’exige, mais la valeur « 0, 16 » qui ne correspond à aucun phénomène
S
acoustique.
La formule de Eyring qui repose sur une analyse fine des réflexions sonores, permet de prévoir
les durées de réverbération des salles aborbantes.
Soit « E0 » l’énergie volumique sonore présente dans la salle à l’instant initial. Et soit « E1 » l’éner-
gie volumique sonore présente dans la salle après la première réflexion de l’onde sonore, donc par
conséquent après la première absorption par les parois de la salle. Ces deux énergies volumiques sont
liées par : « E1 = E0 − ᾱE0 = E0 (1− ᾱ) ». Soit maintemant, « E2 » l’énergie volumique sonore présente
dans la salle après la deuxième réflexion de l’onde sonore, donc par conséquent après la deuxième ab-
sorption par les parois de la salle. Comme précédemment, on peut relier « E2 » à« E1 » par la relation :
« E2 = E1 (1 − ᾱ) ». Par suite, on a la relation : « E2 = E0 (1 − ᾱ)2 ». En poursuivant la récurence
qui vient d’être entammée, on trouve que l’énergie volumique sonore présente dans la salle après un
nombre « i » quelconque de réflexions est donnée par : « Ei = E0 (1 − ᾱ)i ».
Entre l’instant initial et celui correspondant à l’extinction du son (c’est-à-dire pendant la durée
de réverbération) il se produit « n » réflexions. Il vient alors : « En = E0 10−6 = E0 (1 − ᾱ)n » et donc :

« 10−6 = (1 − ᾱ)n ». (4.1)

Les réflexions successives que l’on a considérées ne se produisent pas périodiquement, à intervalle de
temps régulier. En revanche, il est possible de définir un intervalle de temps inter-réflexion moyen
« ∆t » par la relation : « ∆t = Tnr ». De la sorte, on considère qu’il s’écoule en moyenne entre deux
réflexions successives « i » et « i + 1 » une durée égale à « ∆t » secondes. La variation d’énergie
volumique entre la « ième » et la « (i + 1)ème » réflexion est donnée par : « ∆E = Ei+1 − Ei = −ᾱEi ».
D’après l’étude menée plus haut pour établir la formule de Sabine cette variation d’énergie volumique
se traduit par une perte d’énergie égale à « V ∆E », conséquence de l’absorption par la surface totale de
SC SC
la salle de la quantité d’énergie « ᾱEi ∆t ». On obtient donc la relation : « V ᾱEi = ᾱEi ∆t » et
4 4

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 27


4V (1)
par suite : « ∆t = » . En remplaçant le nombre « n » par son expression en fonction de « Tr »,
SC Tr SC
« S », « C » et « V » dans 4.1 on obtient : « 10−6 = (1− ᾱ) 4V ». On en tire après quelques opérations
algébriques la formule de Eyring :
V
« Tr = −0, 16 ».
Sln(1 − ᾱ)
Comme on le remarque de suite, lorsque « ᾱ » tend vers 1, « Tr » tend vers 0. Ce comportement est
cohérent avec la réalité physique des salles absorbantes qui possèdent des durées de réverbération très
faibles.
Remarque importante : Le coefficient d’absorption moyen dépend de la fréquence. Aussi la durée
de réverbération d’une salle dépend-elle de la fréquence des ondes qui s’y propagent. En particulier,
la durée de réverbération est toujours plus longue pour les basses fréquences que pour les hautes
fréquences. De plus dans toute salle il existe des phénomènes de résonance plus ou moins impor-
tants pour certaines fréquences. Ils sont généralement combattus par les acousticiens et sont dus
à la formation d’ondes stationnaires entre deux parois parallèles de la salle (2) . Il convient donc
d’étudier la réponse d’une salle en fonction des sons qui y sont émis. Certaines salles ont une
bonne acoustique si l’on y génère des voix parlés (théâtre, amphithéâtre, salle de conférence, etc.)
mais sont de mauvaises salles de concert. Enfin, il faut savoir qu’il existe des mesures acoustiques
permettant d’obtenir la réponse impulsionnelle d’une salle. Par transformation de Fourier cette
réponse impulsionnelle donne la réponse en fréquence de la salle sur tout le spectre de l’audible.
Cependant, les deux formules anciennes de Sabine et de Eyring continuent d’être utilisées car elles
sont simples et conduisent à de bonnes approximations lorsque la salle ne possède pas (ou peu) de
mode de résonance.

4.3 Le résonateur de Helmholtz


Le résonateur de Helmholtz est un système acoustique très employé dans le traitement acoustique
des salles – des panneaux ou des murs sont parfois constitués d’une multitude de résonateurs dans le
but d’absorber une ou plusieurs fréquences gênantes. Un résonateur est fait de deux parties :
– l’ajutage que l’on peut comparer à un goulot en forme de cylindre droit dont le diamètre de
la section doit être inférieur à la longueur ;
– la cavité qui est un volume débouchant à une extrémité de l’ajutage.
Lorsqu’un résonateur de Helmholtz est soumis à une onde sonore, il entre ou non en résonance selon
la fréquence de l’onde. La résonance à pour effet d’atténuer fortement l’énergie de l’onde sonore qui
se dissipe par frottement sous forme de chaleur. Bien entendu cette dissipation calorifique est très
faible ; elle n’est perceptible que par l’ouïe et non par une sensation quelconque de chaleur. L’intérêt
d’atténuer fortement une fréquence sonore est grand. Cela permet d’équilibrer la réponse d’une salle
qui, en l’absence de traitement acoustique, renforce de façon gênante cette fréquence. Comme on le
verra, une seule fréquence (qui dépend des dimensions du résonateur) peut être ainsi absorbée. L’étude
physique du résonateur repose sur l’hypothèse d’un mouvement solide de la masse d’air contenue
dans son ajutage. Cette hypothèse consiste à considérer la colonne d’air du goulot comme un piston
effectuant un mouvement vibratoire longitudinal sous l’action de la pression acoustique. La figure
4.3 montre une vue schématique en coupe du mouvement solide de l’air contenu dans l’ajutage d’un
résonateur de Helmholtz.
Le mouvement de la masse d’air contenue dans l’ajutage « ρ#S » (en notant « ρ » la masse
volumique de l’air) est provoqué par une force de pression induite par la présence de la pression
acoustique « p(t) ». Il est longitudinal et de vitesse « v(t) ». L’application du PFD (3) à la masse d’air
de l’ajutage conduit en négligeant la force de pesanteur à la relation :
dv
« p(t) = ρ# ». (4.2)
dt

(1). Cette relation est célèbre car elle permet de définir le libre parcours moyen de l’onde sonore. Il s’agit de la
distance moyenne parcourue par l’onde sonore entre deux réflexions successives. D’après ce qui précède le libre parcours
moyen d’une onde est donné par #m = C∆t = 4V S
.
(2). Voir la leçon n◦ 5 et l’étude du résonateur de Helmholtz qui suit pour une introduction aux phénomènes de
résonance liés aux modes de vibration.
(3). Voir l’annexe C : Prérequis de mécanique et de thermodynamique.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 28


Figure 4.3 – Résonateur de Helmholtz

Ajutage
de longueur #
# !
S" Volume V
$# ! # !
v(t)dt v(t)dt

Lors de l’étude de la couche d’air au milieu de la leçon n◦ 3 (§ 3.3), il a été établi la relation suivante :
dp
« C2 = » en supposant une faible variation de masse volumique. C’est encore le cas ici ; on

suppose que le piston constitué par la masse d’air de l’ajutage fait varier très faiblement le volume du
résonateur. Ainsi la masse volumique de l’air qu’il contient varie très peu également. La variation de
pression « dp » à l’intérieur de « V » n’est autre que la variation de la pression acoustique transmise
par la colonne d’air de l’ajutage. Par un simple calcul différentiel (1) il vient la relation suivante
entre le carré de la célérité du son « C 2 », la variation de pression acoustique « dp », la variation de
V dp
volume « dV », le volume « V » et la masse volumique de l’air « ρ » : « C 2 = − ». Comme la
ρ dV
variation de volume « dV » pendant l’intervalle de temps « dt » est provoquée par l’intrusion (resp.
extrusion) à l’intérieur (resp. vers l’extérieur) de « V » du piston sur une longueur « v(t)dt », on a :
« dV = Sv(t)dt ». En reportant cette expression de « dV » dans la relation donnant le carré de la
V dp
célérité, on obtient : « C 2 = − », et par suite :
ρ Sv(t)dt

V dp
« v(t) = − ». (4.3)
C 2 ρS dt
En dérivant par rapport au temps la vitesse de vibration du piston donnée par l’équation 4.3 puis
en reportant dans l’équation 4.2 issue de l’application du PFD il vient une équation différentielle du
second ordre (2) vérifiée par la pression acoustique :

d2 p SC 2
« + p(t) = 0 ». (4.4)
dt2 #V

m dp dp 1 dp V 2 dp
(1). Soit m la masse de l’air contenue dans un volume V . ρ = V
donc = m = 1
=− =
dρ d( V ) m − V 2 dV m dV
V dp
− .
ρ dV
(2). Voir l’annexe F pour la résolution des équations différentielles du second ordre à coefficient constant.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 29


Il faut interpréter cette équation de la façon suivante : pour que l’ajutage se comporte comme
un piston solide et entraîne des variations de volume de la cavité, il faut que la pression acoustique
vérifie 4.4. Par conséquent dans l’hypothèse inverse, c’est-à-dire si la pression acoustique ne vérifie pas
4.4, le volume de la cavité ne varie pas.
Or, en admettant qu’à l’instant initial la pression acoustique est nulle, on montre que
* l’équation
C S
4.4 possède une unique solution donnée par : « p(t) = PM sin(2πf0 t) », avec « f0 = ». Cela
2π #V
signifie que seule la pression sinusoïdale (donc le son pur) de fréquence « f0 » peut faire résonner
la cavité. Cette résonance s’accompagne d’une dissipation d’énergie autour du résonateur, énergie
provenant de l’onde sonore qui est donc absorbée.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 30


« Les fréquences propres d’un tube de longueur L, qu’il
soit fermé ou ouvert à ses deux extrémités, sont données
nC
par : fn = . Les fréquences propres d’un tube ouvert
2L
à l’une de ses extrémités et fermé à l’autre sont données
(2n + 1)C
par : fn = .»
4L

5
« Les fréquences propres d’une salle prallélépipédique de
longueur L, de largeur
* # et de hauteur H sont données
C : n ;2 : m ;2 : p ;2
par : fn,m,p = + + .»
2 L # H

Leçon n◦5

C ette cinquième leçon explique certains phénomènes vibratoires observés lors de l’apparition
d’ondes stationnaires au sein de structures simples commes les tubes ou les cordes. Son ob-
jectif est de montrer que ces structures, comme toutes les autres, possèdent des « façons » de vibrer
bien particulières que l’on appelle leurs modes propres de vibration. On établit qu’à chaque mode
vibratoire correspond une fréquence logiquement nommée fréquence propre. Par extrapolation, les
modes et fréquences propres des salles parallélépipédiques sont également abordés. L’étude de cette
leçon peut être complétée par la résolution d’exercices tirés du livre d’Hubert Lumbroso (ref. [6] de la
bibliographie).

5.1 Equation de D’Alembert en dimension 1


Une onde sonore se propage de la gauche vers la droite dans l’air contenu à l’intérieur d’un
tube cylindrique de section « S ». La pression atmosphérique dans le tube est « P0 ». Une couche d’air
comprise entre les abscisses « x » et « x+dx » est au repos. A l’instant « t », sous l’action des pressions
acoustiques « p(x, t) » et « p(x + dx, t) » (1) , cette couche d’air se déplace et se dilate de sorte qu’elle
remplit le volume compris entre les abscisses « x + s(x, t) » et « x + dx + s(x + dx, t) ». Le schéma de
la figure 5.1 donne une vue en coupe de ce qui vient d’être décrit. La grandeur « s(x, t) » représente
le déplacement de la section d’abscisse « x » provoqué par les forces de pression. La masse volumique
de l’air est supposée constante et notée « ρ ».

5.1.1 Application du Principe Fondamental de la Dynamique à la couche


d’air


1. La couche d’air est soumise à son poids « P » et à deux forces de pression : l’une résultant de la


pression régnant à sa gauche « S (P0 + p(x, t)) i » et l’autre résultant de la pression régnant à


sa droite « −S (P0 + p(x + dx, t)) i ». En projection sur l’axe des abscisses, la somme des forces
qui s’appliquent à la couche d’air s’écrit donc : « S (p(x, t) − p(x + dx, t)) ».
2. La masse de la couche d’air « m » s’obtient en multipliant le volume au repos de celle-ci par la
masse volumique de l’air : « m = ρSdx ». L’accélération de la couche d’air projetée sur l’axe des
∂2s
abscisses est la dérivée seconde par rapport au temps de son déplacement, soit : « 2 ».
∂t

(1). La fonction mathématique qui modélise la pression acoustique p(x, t) est une fonction de deux variables. L’an-
nexe E : Introduction à l’analyse réelle des fonctions de deux variables réelles, donne les principales définitions et
théorèmes utiles à la suite de cette leçon.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 31


3. L’application du principe fondamental de la dynamique à la couche d’air permet d’écrire l’équa-
∂2s
tion : « S (p(x, t) − p(x + dx, t)) = ρSdx 2 » qui n’est autre que :
∂t
p(x + dx, t) − p(x, t) ∂2s
« = −ρ 2 ». Aussi, en faisant tendre « dx » vers 0, on obtient :
dx ∂t
∂p ∂2s
« = −ρ 2 ». (5.1)
∂x ∂t

Figure 5.1 – Couche d’air dans un tube

#s(x, t)! # s(x + dx, t) !


"

P0 + p(x, t) P0 + p(x + dx, t) S


!


i

$
x x + dx

5.1.2 Relations thermodynamiques vérifiées par la couche d’air


1. En exploitant le schéma de la figure 5.1, il est aisé de constater que le volume de la couche
d’air passe de « V = Sdx » à « V # = S(s(x + dx, t) + dx − s(x, t)) » sous l’action de la pression
acoustique. On en déduit que la couche d’air subit une variation de volume « ∆V = V # − V =
S(s(x + dx, t) − s(x, t)) ». Après avoir divisé par « Sdx » les deux membres de cette dernière
∆V s(x + dx, t) − s(x, t) ∆V s(x + dx, t) − s(x, t)
équation il vient : « = », ou encore : « = ».
Sdx dx V dx
dV ∂s
En faisant tendre « dx » vers 0, on obtient : « = ».
V ∂x
2. Du point de vue thermodynamique, la variation de volume « ∆V » est produite par une variation
de pression. En effet, la couche d’air au repos est à la pression atmosphérique ; tandis qu’elle est
à la pression atmosphérique augmentée de la pression acoustique lorsqu’elle est en mouvement.
Il est donc possible d’interpréter la pression acoustique comme étant une petite variation de
pression : « ∆P = (P0 + p(x, t)) − P0 = p(x, t) ». Or à tous les gaz il est possible d’associer
dV
une grandeur constante « χs = − » appelée compressibilité isentropique. En utilisant le
V dP
dV
résultat précédemment obtenu concernant le rapport « » et la définition de la compressibilité
V
isentropique, il est évident que :
1 ∂s
« p(x, t) = − ». (5.2)
χs ∂x

5.1.3 Obtention de l’équation de D’Alembert


1. Après avoir dérivé une fois par rapport à la variable d’espace « x » les deux membres de l’équation
1 ∂ 2p ∂3s
5.1, on obtient : « − = ».
ρ ∂x2 ∂x∂t2
2. Après avoir dérivé deux fois par rapport à la variable temporelle « t » les deux membres de
∂2p ∂3s
l’équation 5.2, on obtient : « −χs 2 = 2 ».
∂t ∂t ∂x

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 32


∂ 3s ∂3s
3. Or l’ordre de dérivation de l’application « s(x, t) » n’importe pas (« = ») (1) , donc il
∂x∂t2 ∂t2 ∂x
1 ∂ 2p ∂2p
vient : « − 2
= −χs 2 ». Cette dernière équation n’est autre que l’équation de D’Alembert
ρ ∂x ∂t
en dimension 1 :
∂2p 1 ∂2p 1
« − = 0 » (en posant « ρχs = 2 » (2) »).
∂x2 C 2 ∂t2 C

5.2 Modes et fréquences propres d’un tube fermé


Supposons que le cylindre, lieu de la propagation acoustique, soit de longueur « L » et fermé à
ses deux extrémités en « x = 0 » et en « x = L ». L’obtention de la fonction « p(x, t) » qui donne la
pression acoustique que subit, à l’instant « t », la section du tube placée à l’abscisse « x » nécessite
d’employer la méthode de séparation des variables que l’on appelle aussi la méthode de Laplace.
Celle-ci consiste à chercher une solution de l’équation de D’Alembert sous forme d’un produit de deux
fonctions, l’une de la variable « x » et l’autre de la variable « t » ; soit donc : « p(x, t) = f (x)g(t) ».
On a :
1
« f ## (x)g(t) − f (x)g ## (t) = 0 » qui devient en divisant par « f (x)g(t) » :
C2
f ## (x) 1 g ## (t)
« − 2 = 0 » puis :
f (x) C g(t)
f ## (x) g ## (t)
« C2 = ».
f (x) g(t)
La méthode se poursuit en remarquant que l’équation s’interprète comme l’égalité de deux fonctions
f ## (x) g ## (t)
« F (x) = C 2 » et « G(t) = ». Les deux variables de ces fonctions étant différentes (« x ,=
f (x) g(t)
t »), ces fonctions ne peuvent être égales que sous la condition d’être constante. Notons donc « σ » cette
constante : « F (x) = σ = G(t) ».
Remarque importante : Il faut bien comprendre que pour chaque valeur de « σ » on a
une résolution différente, donc éventuellement, une solution différente. Cette constante
joue un rôle capital dans la détermination des solutions de l’équation de D’Alembert car
d’elle dépend directement chaque couple (mode propre, fréquence propre). Comme on le
verra dans la suite « σ » ne peut pas prendre n’importe quelle valeur. En particulier il
sera montré qu’elle doit être strictement négative et qu’elle doit dépendre des nombres
entiers naturels. On dit qu’il existe une infinité dénombrable de valeurs possibles pour
« σ » (On peut choisir « σ » parmi un ensemble de nombres qu’il est possible de compter (3) :
« σ ∈ {σ1 , σ2 , σ3 , ..., σn , ...} ».).
Si « σ » est nulle ; alors « f ## (x) = 0 », « g ## (t) = 0 » et on obtient comme solution « p(x, t) =
f (x)g(t) = (Ax + B)(at + b) » où « A », « B », « a » et « b » sont des constantes que seules les
Conditions aux Limites et la Condition Initiale (par la suite on notera en abrégé CLCI) permettent de
déterminer (4) . Cette forme de pression n’a pas de sens physique puisqu’elle prévoit une pression infinie
pour « t » tendant vers l’infini. Ce genre d’évolution est souvent appelé : comportement divergent. Il
existe des cas où la pression acoustique adopte un comportement divergent montré par des mesures
dont l’augmentation semble tendre vers l’infini. Ici il n’en est rien, la divergence ne se vérifie par aucune
mesure acoustique ; il faut donc écarter cette solution mathématiquement juste mais sans rapport avec
la réalité des phénomènes acoustiques.

(1). Voir l’annexe E : Introduction à l’analyse réelle des fonctions de deux variables réelles
(2). Le produit ρχs est bien égal au carré de la célérité du son comme le montre le calcul suivant qui utilise le
résultat du dernier paragraphe de l’annexe C : Prérequis de mécanique et de thermodynamique. Attention, on considère
ici la pression P que subit le gaz et non pas la pression acoustique.
RT
1
χs
= γP ⇒ ρχ 1
=γ = C2
s M
Ce résultat est de plus vérifié par de nombreuses mesures.
(3). Il existe des ensembles de nombres dont il est impossible de compter les éléments. Un intervalle quelconque
de réels, [0, 1] par exemple, contient une infinité indénombrable de nombres. Il existe des ouvrages de mathématiques
traitant la question d’être ou non dénombrable pour un ensemble donné ; avis aux curieux... On peut juste retenir ici
que l’ensemble des modes propres ou celui des fréquences propres du tube est dénombrable.
(4). Voir l’annexe F pour la résolution des équations différentielles linéaires à coefficients constants.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 33


Si « σ » est stictement positif ; alors il existe un réel « ω » tel que « σ = ω 2 » et tel que « f (x) =
ω ω
Ae +Be− C x », « g(t) = aeωt +be−ωt » où « A », « B », « a » et « b » sont des constantes à déterminer
C x

par les CLCI (1) . Il vient alors pour la pression la forme : « p(x, t) = (Ae C x + Be− C x )(aeωt + be−ωt ) ».
ω ω

Ici aussi le comportement divergent pour « t » tendant vers l’infini n’a pas de sens physique ; il faut
donc écarter cette solution également.
Si « σ » est stictement négatif ; alors il existe un réel « ω » tel que « σ = −ω 2 » et tel que
« f (x) = Acos( Cω
x) + Bsin( C ω
x) », « g(t) = acos(ωt) + bsin(ωt) » où « A », « B », « a » et « b » sont
des constantes à déterminer par les CLCI (2) . Il vient alors pour la pression la forme :
« p(x, t) = [Acos( C
ω
x) + Bsin( C
ω
x)][acos(ωt) + bsin(ωt)] ».
ω
Cette forme de pression est cohérente avec la réalité physique. On pose généralement « k = » que
C
l’on appelle le nombre d’onde. On va montrer que ce nombre, du fait de sa dépendance à « σ », doit être
choisi parmi un ensemble dénombrable de valeurs. Pour cela il faut exploiter les trois CLCI suivantes
et rejeter la solution d’une pression nulle en tout point et à chaque instant.
1. Puisque le tube est fermé en « x = 0 », la variation de pression selon « x » est nulle pour tout
∂p
« t » en « x = 0 ». On écrit donc « (0, t) = 0 ».
∂x
2. La pression acoustique est supposée nulle dans tout le tube à l’instant initial. On écrit donc :
« p(x, 0) = 0 ».
3. Puisque le tube est fermé en « x = L », la variation de pression selon « x » est nulle pour tout
∂p
« t » en « x = L ». On écrit donc « (L, t) = 0 ».
∂x
La première condition a pour conséquence que le paramètre « B » doit être nul. En effet :
∂p
« (0, t) = 0 ⇒ Bk[acos(ωt) + bsin(ωt)] = 0 ⇒ B = 0 »,
∂x
car le paramètre « k » n’est pas nul et la fonction « acos(ωt) + bsin(ωt) » n’est pas nulle pour tout t.
La forme de la pression acoustique est donc simplifiée et s’écrit :
« p(x, t) = Acos(kx)[acos(ωt) + bsin(ωt)] ».
La deuxième condition a pour conséquence que le paramètre « a » doit être nul. En effet :
« p(x, 0) = 0 ⇒ Acos(kx)a = 0 ⇒ a = 0 »,
car la fonction cos(kx) n’est pas nulle pour tout x et de plus, le paramètre A ne peut pas être nul.
En effet, si « A = 0 » ; alors la pression serait la fonction nulle. La forme de la pression acoustique est
donc encore simplifiée et s’écrit :
« p(x, t) = Kcos(kx)sin(ωt) » avec « K = Ab ».
La troisième condition est celle qui fait apparaître les modes et les fréquences propres.
∂p nπ
« (L, t) = 0 ⇒ −Kksin(kL) = 0 ⇒ k = kn = », où « n » est un nombre entier.
∂x L
Il vient d’être établi que le nombre d’onde « k » peut prendre autant de valeurs qu’il existe de nombres
entiers « n » strictement positifs ; les entiers négatifs doivent être écartés car ils engendreraient des
nombres d’onde négatifs et par suite des pulsations négatives, ce qui n’a pas de sens physique. Quant au
cas « n = 0 », il produit une solution de pression nulle. En résumé, pour chaque nombre de l’ensemble

« {1, 2, 3, ..., n, ...} » on trouve un certain « kn = » donc un certain « σn = −kn2 C 2 » et une certaine
L
pulsation « ωn = kn C » tels que la fonction :
« pn (x, t) = Kn cos(kn x)sin(ωn t) »
modélise une pression solution de l’équation de D’Alembert. Chacune de ces fonctions s’appelle le nème
nC
mode propre du tube. Au nème mode propre correspond une fréquence définie par : « fn = » et
2L
appelée nème
fréquence propre du tube. Or lorsque deux fonctions sont chacune solution de l’équation
de D’Alembert, la fonction définie par leur somme est encore solution de l’équation de D’Alembert (3) .

(1). Voir l’annexe F pour la résolution des équations différentielles linéaires à coefficients constants.
(2). Voir l’annexe F pour la résolution des équations différentielles linéaires à coefficients constants.
(3). Voir l’annexe E : Introduction à l’analyse réelle des fonctions de deux variables réelles.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 34


La pression acoustique dans le tube prend donc la forme générale :
+∞
4 : nπ ; : nπ ;
« p(x, t) = Kn cos x sin Ct ».
n=1
L L

Pour déterminer les coefficients « Kn » il faut se donner une répartition de pression initiale précise
fonction de « x » définie sur toute la longueur du tube. Si cette répartition est assez simple ; alors il
est possible d’en déduire les coefficients « Kn » en utilisant l’analyse de Fourier. Un exemple de cette
méthode sera donné plus après dans le cadre de l’étude de la vibration d’une corde pincée.
Dans la première leçon la pression acoustique est présentée comme une grandeur ne dépen-
dant que du temps. L’étude qui vient d’être réalisée montre que cela n’est vrai qu’à la condition de
placer l’observation (ou la mesure) en un endroit précis de l’espace. A contrario il est possible de
considérer la répartition spatiale de la pression à un instant donné. On peut faire l’analogie avec
la photographie et vouloir observer l’image de la pression qui se fixe sur la pellicule au moment
« t0 » d’une prise de vue. On a pour la nème fréquence propre, c’est-à-dire pour une propagtion de
son pur à cette fréquence,
: nπ ; une répartition
: nπ ; spatiale à l’image de la fonction de la variable « x » :
« p(x, t0 ) = Kn cos x sin Ct0 ». On constate que la valeur absolue de cette répartition pré-
L L
mL
sente des maxima lorsque « x » prend les valeurs « » avec « 0 ≤ m ≤ n ». Par exemple dans le
n
cas de la fréquence propre « f4 » ces maxima de pression peuvent être mesurés aux abscisses : « 0 »,
L L 3L
« », « », « » et « L ». Les sections du tube placées à ces endroits sont donc soumises à des
4 2 4
compressions ou dépressions (selon le signe de la fonction de pression) extrèmes. Ainsi pour chaque
fréquence propre il est possible de déterminer des sections appelées ventres de pression et qui se situent
C
en les abscisses présentant une valeur absolue maximale de pression. La grandeur « λn = » est
fn
appelée nème longueur d’onde propre du tube. C’est la distance parcourue par le son pur de fréquence
1
« fn » qui se propage dans le tube pendant une durée égale à la nème période propre : « Tn = ».
fn
mL
Puisque les ventres s’observent tous les « » un rapide calcul (1) montre qu’ils coïncident avec les
n
λn
multiples de la moitié de la nème longueur d’onde propre ; ils sont mesurables tous les « » mètre.
2
Pour reprendre l’exemple de la propagation à la fréquence « f4 » ; celle-ci génère des ventres aux
λ4 λ4
abscisses : « 0 », « », « λ4 », « 3 » et « 2λ4 ».
2 2
Par un raisonnement analogue on montre que pour chaque fréquence propre il existe des abscisses
en lesquelles la pression est nulle. Ces lieux de minima de compression ou dépression sont appelés des
(2m + 1)L
nœuds de pression. Ils sont situés aux abscisses « » avec « 0 ≤ m ≤ n − 1 » ou encore tous
2n
λn
les multiples impairs du quart de la nème longueur d’onde propre : soit aux abscisses « (2m + 1) ».
4
Toujours dans l’exemple de la propagation à la fréquence « f4 » ; les nœuds de pression se trouvent
λ4 λ4 λ4 λ4
aux abscisses : « », « 3 », « 5 » et « 7 ».
4 4 4 4

5.3 Interprétations et généralisations


L’étude précédente a nécessité deux étapes. La première a permis de montrer que la pression
acoustique se propageant dans le tube devait vérifier l’EDP de D’Alembert en dimension une. La
seconde a mis en évidence l’existence d’une infinité de solutions appelées modes propres dont la
somme infinie modélise toute pression acoustique se propageant dans le tube. On dit que la pression
se décompose en série sur la base des modes propres. Cette démarche en « deux temps » est classique
en acoustique. Une description mathématique d’un phénomène acoustique conduit à l’écriture d’une
EDP. Ensuite la résolution de l’équation en exploitant les CLCI fait apparaître l’expression de modes
et fréquences propres.

nC L C L C
(1). Il suffit de partir de la relation fn = équivalente à = , puis d’écrire les égalités : m = m =
2L n 2fn n 2fn
λn
m .
2

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 35


5.3.1 Les deux autres types de tube
Supposons que le tube soit ouvert à l’une de ses extrémités (en « x = L » par exemple) et
fermé à l’autre. La propagation de la pression vérifie toujours l’équation de D’Alembert mais les CLCI
changent. Plus précisément on a les conditions suivantes.
1. Puisque le tube est fermé en « x = 0 », la variation de pression selon « x » est nulle pour tout
∂p
« t » en « x = 0 ». On écrit donc « (0, t) = 0 ».
∂x
2. La pression acoustique est supposée nulle dans tout le tube à l’instant initial. On écrit donc :
« p(x, 0) = 0 ».
3. Puisque le tube est ouvert en « x = L », la pression en « x = L » est nulle pour tout « t ». On
écrit donc « p(L, t) = 0 ».
Comme les deux premières conditions ne changent pas par rapport à celles ayant permis la
résolution dans le cas du tube fermé, il est possible de prendre l’étude au stade de l’écriture de la
pression sous la forme :

« p(x, t) = Kcos(kx)sin(ωt) » avec « K = Ab ».

Il vient ensuite :
(2n + 1)π
« p(L, t) = 0 ⇒ cos(kL) = 0 ⇒ k = kn = ».
2L
Il est alors possible de donner l’expression de la pression solution sous la forme d’une série de modes
(2n + 1)C
propres correspondants aux fréquences propres « fn = »:
4L
+∞
4 - . - .
(2n + 1)π (2n + 1)π
« p(x, t) = Kn cos x sin Ct ».
n=0
2L 2L

Supposons que le tube soit ouvert aux deux extrémités. La propagation de la pression vérifie
toujours l’équation de D’Alembert et les CLCI sont les suivantes.
1. Puisque le tube est ouvert en « x = 0 », la pression en « x = 0 » est nulle pour tout « t ». On
écrit donc « p(0, t) = 0 ».
2. La pression acoustique est supposée nulle dans tout le tube à l’instant initial. On écrit donc :
« p(x, 0) = 0 ».
3. Puisque le tube est ouvert en « x = L », la pression en « x = L » est nulle pour tout « t ». On
écrit donc « p(L, t) = 0 ».
En reprenant la forme de pression obtenue suite à l’application de la méthode de Laplace on a :

« p(x, t) = [Acos(kx) + Bsin(kx)][acos(ωt) + bsin(ωt)] ».

La première condition entraîne la nullité de « A », de sorte que la pression puisse se simplifier en :

« p(x, t) = Bsin(kx)[acos(ωt) + bsin(ωt)] ».

La deuxième condition entraîne la nullité de « a », de sorte que la pression puisse se simplifier en :

« p(x, t) = Bsin(kx)bsin(ωt) ».

La troisième condition donne :



« p(L, t) = 0 ⇒ sin(kL) = 0 ⇒ k = kn = ».
L
Il est alors possible de donner l’expression de la pression solution sous la forme d’une série de modes
nC
propres correspondants aux fréquences propres « fn = »:
2L
+∞
4 : nπ ; : nπ ;
« p(x, t) = Kn sin x sin Ct ».
n=1
L L

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 36


5.3.2 Modes et fréquences propres d’une salle parallélépipédique
Soit une salle parallélépipédique de longueur « L », de largeur « # » et de hauteur « H ». IL
est possible de montrer (1) que la pression acoustique se propageant dans une direction quelconque de
l’espace vérifie l’équation de D’Alembert en dimension trois :
∂2p ∂2p ∂2p 1 ∂2p
« 2
+ 2 + 2 − 2 2 = 0 ».
∂x ∂y ∂z C ∂t
La résolution par la méthode de Laplace associée à une recherche de solutions dont la dépendance
temporelle est sinusoïdale impose de chercher des pressions du type :
« p(x, y, z, t) = f (x)g(y)h(z)[acos(ωt) + bsin(ωt)] ».
Il vient alors en remplaçant cette expression dans l’équation de D’Alembert et en effectuant la double
dérivation partielle par rapport au temps que le produit « f gh » doit être solution de la célèbre
équation de Helmholtz :
∂ 2 (f gh) ∂ 2 (f gh) ∂ 2 (f gh)
« + + + k 2 (f gh) = 0 » avec « k = ω
C ».
∂x2 ∂y 2 ∂z 2
Après avoir effectué toutes les dérivations et divisé par le produit « f gh » on obtient :
f ## g ## h##
« + + = −k 2 ».
f g h
Comme les trois fonctions « f », « g » et « h » ont des variables indépendantes, chaque quotient
doit être égal à une certaine constante et celle-ci doit être strictement négative afin d’éviter tout
f ## g ## h##
comportement divergent : « = −α2 », « = −β 2 » et « = −γ 2 ». Ainsi, par addition, on a
f g h
la relation très importante :
B
« k = α2 + β 2 + γ 2 ».
Chacune des trois fonctions « f », « g » et « h » est solution d’une équation différentielle linéaire à
coefficient constant et on obtient aisément :
« f (x) = Acos(αx) + Bsin(αx) »,
« g(y) = A# cos(βy) + B # sin(βy) » et
« h(z) = A## cos(γz) + B ## sin(γz) »
avec « A », « A », « A## », « B », « B # » et « B ## » des constantes d’intégration.
#

Les conditions aux limites, c’est-à-dire sur les murs de la salle que l’on supposent totalement réfléchis-
sants, sont modélisées par :
∂p ∂p ∂p
« (0, y, z, t) = 0 », « (x, 0, z, t) = 0 », « (x, y, 0, t) = 0 »,
∂x ∂y ∂z
∂p ∂p ∂p
« (L, y, z, t) = 0 », « (x, #, z, t) = 0 » et « (x, y, H, t) = 0 ».
∂x ∂y ∂z
De façon immédiate ces conditions se reportent sur les trois fonctions « f », « g » et « h ». Les trois
premières ont pour conséquence la nullité des constantes « B », « B # » et « B ## ». Les trois dernières
donnent les modes et fréquences propres de la salle. Plus précisément on a :

« f # (L) = 0 ⇒ sin(αL) = 0 ⇒ α = αn = »,
L

« g # (#) = 0 ⇒ sin(β#) = 0 ⇒ β = βm = » et
#

« h# (H) = 0 ⇒ sin(γH) = 0 ⇒ γ = γp = ».
H

(1). L’obtention de l’EDP de D’Alembert en dimension trois vérifiée par la pression nécessite des développements
mathématiques qui dépassent le cadre de ces leçons. Quoi qu’il en soit ce résultat n’est pas surprenant au vu de ce
qui vient d’être obtenu pour la dimension une. Il faut accepter ici cette extrapolation sans explication mais les curieux
trouveront dans la littérature scientifique de nombreux ouvrages d’acoustique traitant cette question...

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 37


Le nombre d’onde est donc paramétré par trois entiers, on le note :
*: ;
nπ 2 : mπ ;2 : pπ ;2
« kn,m,p = + + ».
L # H
La donnée d’un triplet « n », « m » et « p » permet de trouver le mode propre de pression solution de
l’équation de D’Alembert :
: nπ ; : mπ ; : pπ ;
« pn,m,p (x, y, z, t) = Kn,m,p cos x cos y cos z [acos(ωn,m,p t) + bsin(ωn,m,p t)] »
L # H
auquel correspond la pulsation propre « ωn,m,p = Ckn,m,p » et la fréquence propre :
*
C : n ;2 : m ;2 : p ;2
« fn,m,p = + + »
2 L # H
selon la célèbre formule. Il vient alors que toute pression se propageant librement dans une telle salle
se décompose sur la base des modes propres que l’on vient de déterminer et s’écrit :
+∞ 4
4 +∞ 4
+∞ : nπ ; : mπ ; : pπ ;
« p(x, y, z, t) = Kn,m,p cos x cos y cos z [acos(ωn,m,p t)+bsin(ωn,m,pt)] »,
n=0 m=0 m=0
L # H
avec « (n, m, p) ,= (0, 0, 0) ».
Il faut bien garder à l’esprit que cette étude concerne la propagation libre d’une onde de pression qui
possède une répartition spatiale donnée à l’instant initial. Il est tout à fait possible de générer un son
de fréquence différente des fréquences propres d’une salle et d’en observer la propagation ; mais il faut
dans ce cas l’entretenir. L’air que contient la salle subit alors des oscillations dites forcées. Et dès lors
que la source cesse d’émettre, l’extinction du son se décompose sur la base des modes propres.
Enfin on conçoit qu’il faut très peu d’énergie pour créer une onde sinusoïdale ayant l’une des
fréquences propres (selon la théorie, même une énergie nulle le permet). La salle se comporte donc
comme un filtre qui renforce l’énergie des fréquences qui coïncident avec ses fréquences propres. En
pratique on constate que seules les premières fréquences propres subissent un réel renforcement, c’est-
à-dire que la salle ne filtre que les plus basses fréquences ou en d’autres termes celles que l’on calcule en
donnant à « n », « m » et « p » les valeurs des premiers entiers naturels. Il n’est donc judicieux que de
s’intéresser à : « f1,0,0 », « f0,1,0 », « f0,0,1 », « f1,1,0 », « f1,0,1 », « f0,1,1 », « f2,0,0 », « f0,2,0 », « f0,0,2 »,
« f1,1,1 », « f3,0,0 », « f0,3,0 », « f0,0,3 », « f2,1,0 », « f2,0,1 », « f1,2,0 », « f0,2,1 », « f1,0,2 » et « f0,1,2 ».
On constate parfois une égalité entre deux ou trois de ces premières fréquences propres qui traduit
l’existence de deux ou trois modes propres partageant la même fréquence propre. Cette situation est
tout à fait dommageable puisqu’elle prévoit que la réponse en fréquence de la salle présente une forte
augmentation de l’énergie sonore à cette fréquence propre commune. Or seules les dimensions de la
salle interviennent dans la détermination des fréquences propres ; donc les acousticiens prennent soin
d’éviter certaines proportions entre longueur, largeur et hauteur de salle pour éviter ces situations.

5.4 Vibration de la corde pincée


Soit une corde de longueur « L » au repos et à l’équilibre, tendue par une tension « T » (en N),
possédant une masse linéïque « η » (en kg/m) et fixée en ses deux extrémités. On définit le repère
plan dont la partie positive de l’axe des abscisses coïncide avec la corde au repos et à l’équilibre et
dont l’origine est placé à l’une des extrémités de la corde. A l’instant initial la corde est pincée vers le
haut en son milieu sur une hauteur « h ». Cela se traduit par une déformé simple de la corde qui est
définie par deux fonctions affines :
– « 0 ≤ x ≤ L2 ⇒ y(x) = 2h L x » et
– « 2 ≤ x ≤ L ⇒ y(x) = − 2h
L
L x + 2h ».
On suppose que la surtension occasionnée par cet état initial est négligeable devant « T ». La corde est
ensuite lâchée sans vitesse initiale et on note « f (x, t) » l’ordonnée d’un point de la corde à l’instant
« t ». Le but de l’étude est de déterminer l’expression analytique de la fonction « f » en admettant
deux hypothèses :
– la norme de la force de tension qui s’applique en un point de la corde est constante et égale à
« T »;
– l’angle « θ(x, t) » formé par la tangente à la corde au point de coordonnées « (x, f (x, t)) » avec
l’horizontale est petit ; c’est l’hypothèse dite des petits mouvements qui permet en particulier
d’écrire « θ(x, t) = sin(θ(x, t)) = tg(θ(x, t)) ».
La figure 5.2 donne une représentation schématique du problème à l’instant initial et à un instant
quelconque.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 38


Figure 5.2 – Corde pincée en son milieu

déformé à l’instant initial déformé à l’instant t

"y(x) "f (x, t)

h ! !
0 L L 0 L
2

5.4.1 PFD appliqué à l’élément de corde


L’élément infinitésimal de corde se trouvant à l’instant « t » entre les points de coordonnées
« (x, f (x, t)) » et « (x + dx, f (x + dx, t)) » est soumis à deux forces de tension dont les ordonnées sont
« −T sin(θ(x, t)) » et « T sin(θ(x + dx, t)) ». La figure 5.3 fait apparaitre les grandeurs intervenant
dans le mouvement de l’élément de corde. La composante verticale de l’accélération de l’élément de
∂2f
corde est donnée par : « 2 ». Ainsi, l’application du PFD, permet d’écrire l’équation :
∂t
∂2f
« T [sin(θ(x + dx, t)) − sin(θ(x, t))] = ηdx ».
∂t2
En utilisant l’hypothèse des petits mouvements il est possible de remplacer les fonctions sinus par les
fonctions tangentes. Ensuite par passage à la limite lorsque « dx » tend vers zéro il vient :
∂(tg(θ(x, t)) η ∂2f
« = ».
∂x T ∂t2
f (x + dx, t) − f (x, t)
Or « tg(θ(x, t)) » est donnée par : « » ; donc par passage à la limite lorsque
dx
« dx » tend vers zéro, on montre que la fonction « f » vérifie l’EDP :
∂2f η ∂2f
« = »,
∂x2 T ∂t2
qui n’est autre que l’équation de D’Alembert en dimension une :
∂2f 1 ∂2f η 1
« 2
− 2 2
= 0 » si on pose « = 2 » (1) .
∂x C ∂t T C

η
(1). On vérifie rapidement que la fraction T
possède bien la dimension du carré de l’inverse d’une vitesse :
&η' kg/m
T
= kgms−2 = ( ms1−1 )2 .

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 39


Figure 5.3 – Elément de corde à l’instant « t »



& θ(x + dx, t)
T (x + dx, t)

f (x + dx, t) − f (x, t) "
$
•#
θ(x, t)
!

− dx
T (x, t)
%

5.4.2 Détermination des modes et fréquences propres


La résolution de l’équation de D’Alembert en dimension une a déja été effectuée lors de l’étude
du tube. Il est possible de reprendre ici la forme obtenue (avant considération des CLCI) :
« f (x, t) = [Acos(kx) + Bsin(kx)][acos(ωt) + bsin(ωt)] » avec « k = ω
C ».
Les conditions aux limites sont « f (0, t) = 0 » et « f (L, t) = 0 ». Et comme la corde est lâchée sans
∂f
vitesse initiale on a : « (x, 0) = 0 ». Ces CLCI conduisent à la solution :
∂t
+∞
4 nπ nπC
« fn (x, t) = Kn sin(kn x)cos(ωn t) » avec « kn = » et « ωn = ».
n=1
L L

nC
Les fréquences propres de la corde sont donc : « νn = ».
2L

5.4.3 Obtention de la déformé


Soit la fonction « y1 (x) » 2L − périodique, impaire et qui coïncide sur l’intervalle « [0, L] » avec
la déformée initiale « y(x) » de la corde. La décomposition en série de Fourier (1) de la fonction
« y1 » permet d’écrire :
+∞
4 : nπ ; ! : nπ ;
2 L
« y1 (x) = bn sin x » avec « bn = y(x)sin x dx » puisque « y1 » et
n=1
L L 0 L
« y » coïncident sur l’intervalle d’intégration.
+∞
4 : nπ ; +∞
4 : nπ ;
On a donc : « f (x, 0) = Kn sinx = bn sin x » qui permet de conclure que les
n=1
L n=1
L
coefficients « Kn » sont égaux aux coefficients « bn ». Leur calcul est obtenu après une intégration par
partie et finalement :
+∞ : nπ ; : nπ ; - .
8h 4 1 nπC
« f (x, t) = 2 sin sin x cos t ».
π n=1 n2 2 L L

Il y aurait beaucoup à dire afin d’interpréter ce dernier résultat de façon exhaustive. Deux remarques
aussi évidentes :
qu’importantes s’imposent : les harmoniques paires sont absentes (à cause de la nullité
nπ ;
du terme « sin » pour « n » pair) et l’amplitude des harmoniques impaires décroît rapidement
2
1
(à cause du facteur « 2 »). Cela montre que le son produit par une telle corde est assez pauvre.
n
Il n’est donc pas étonnant que les instruments à corde amplifient la vibration de leurs cordes par
une caisse de résonnance (et/ou une table d’harmonie) introduisant de plus ses modes et fréquences
propres. Les caisses de résonnance et les tables d’harmonie enrichissent en harmoniques et amplifient
le son émis par les cordes des instruments.

(1). Voir l’annexe G : Introduction à l’analyse de Fourier.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 40


« Le rôle d’une chambre de compression est d’augmenter
le niveau sonore généré par le piston en exploitant le prin-
cipe de conservation de la masse dans le mouvement des
fluides. »

6
« Le pavillon acoustique (encore appelé adaptateur d’inpé-
dance acoustique) permet de transmettre à l’air ambiant
les vibrations de la colonne d’air comprise dans la gorge
de la chambre de compression. Il n’est efficace que pour
les fréquences supérieures à sa fréquence de coupure. Dans
le cas d’un pavillon exponentiel de paramètre a, cette fré-
quence est donnée par : aC2π

Leçon n◦6

C ette sixième leçon propose d’étudier dans les grandes lignes l’acoustique des haut-parleurs à
chambre de compression et à pavillon. On explique tout d’abord l’intérêt de la chambre de
compression. Ensuite, l’étude acoustique de la propagation des ondes sonores dans un pavillon de
type exponentiel est menée. Le but de la leçon est de comprendre le principal avantage et le principal
inconvénient de ces systèmes si souvent utilisés en renforcement sonore par les ingénieurs du son. On
trouvera dans le manuel de cours d’Antonio Fischetti (ref. [3] de la bibliographie) et dans le livre
d’exercices d’Hubert Lumbroso (ref. [6] de la bibliographie) de précieux compléments à cette leçon.

6.1 Conservation de la masse d’air dans une chambre de com-


pression
Une chambre de compression acoustique fonctionne grâce au principe de conservation de la masse
de fluide en mouvement. Comme on peut le voir sur la figure 6.1, le piston rigide de la chambre de
compression de surface « S », met en mouvement un volume d’air « V » pendant un intervalle de temps
« dt ». En notant « ρ » la masse volumique de l’air, il est évident qu’une masse d’air « ρV » est ainsi
mis en mouvement. A l’autre extrémité de la chambre, dans sa partie rétrécie qui est appelée gorge,
la même masse d’air est également mise en mouvement ; on applique ici le principe de conservation de
la masse. Si l’on suppose que la masse volumique de l’air ne varie pas selon le volume considéré dans
la chambre, la masse d’air mise en mouvement dans la gorge est « ρVg » (en notant « Vg » le volume
d’air en mouvement dans la gorge » (1) ). Notons maintenant, « Sg » la surface de la gorge, « v1g » la
vitesse de l’air dans la gorge et « 1v » la vitesse de l’air mis en mouvement par le piston. La masse
d’air au voisinage du piston est donnée par : « ρSvdt ». Elle est égale à celle située dans la gorge :
« ρSg vg dt ». On a donc :
« ρSv = ρSg vg » et par suite
« vg = v SSg ».

Comme le rapport « SSg » est supérieur à un, il est alors établi que la vitesse vibratoire dans la gorge
est supérieure à celle du piston. Ainsi, puisque la vitesse vibratoire est liée à la pression acoustique par
« p = ρCv », on conclut que la chambre de compression permet d’augmenter la pression acoustique
générée par le piston. Le niveau sonore s’en trouve naturellement augmenté lui aussi.

6.2 Rôle du pavillon acoustique


La gorge d’une chambre de compression contient une colonne d’air qui vibre d’un mouvement
solide. Pour qu’une onde sonore se crée en aval de la chambre, il est nécessaire que le piston d’air

(1). Il n’est pas impératif que « Vg » soit le volume total de la gorge.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 41


contenu dans la gorge parvienne à comprimer les (premières) couches d’air situées à proximité de la
sortie de la gorge. Cela lui est impossible par manque de rigidité. Par contre si l’on place un pavillon
en sortie de la gorge ; alors le piston d’air peut parvenir à comprimer les couches d’air situées au début
du pavillon. Une onde de pression acoustique se propage alors dans le pavillon qui réagit comme un
guide d’onde à section variable. En choisissant la surface terminale du pavillon suffisamment grande
il est possible de produire un rayonnement acoustique. Les électroacousticiens – qui modélisent les
phénomènes acoustiques grâce à des shémas comparables à ceux des électriciens – qualifient le pavillon
« d’adaptateur d’impédance ». Quelles que soient les écoles (celle des électroacousticiens ou celle de
cette leçon plus proche des physiciens ou des mécaniciens), on montre que le pavillon possède une
limitation : il ne peut transmettre que des sons aigus. Plus précisément il existe une fréquence de
coupure en dessous de laquelle l’onde acoustique ne peut se propager dans le pavillon. La suite de
cette leçon a pour but de déterminer la fréquence de coupure d’un pavillon de type exponentiel (1) .

Figure 6.1 – Schéma en coupe d’une chambre de compression

"

V
S Vg v1g "
S
1v $g

6.3 Propagation acoustique dans un pavillon exponentiel


6.3.1 Présentation générale, analogie avec le tube
La surface d’un pavillon exponentiel s’obtient par rotation autour de l’axe des abscisses d’une
portion de la courbe représentative d’une fonction du type : « R(x) = R0 eax » (avec « a > 0 » et
« R0 > 0 » deux réels fixés). La portion est définie par la restriction : « x ∈ [0; L] » (avec « L > 0
un réel fixé). Ainsi, le rayon du cercle obtenu en coupant le pavillon par un plan vertical placé à
l’abscisse quelconque « x » est donné par la fonction « R(x) ». Et la surface du disque défini par ce
cercle s’obtient par la fonction « S(x) = πR(x)2 ». La surface de la gorge sur laquelle se raccorde
un tel pavillon est : « Sg = S(0) = πR02 ». La surface située à l’autre extrémité du pavillon (la plus
évasée) est : « S(L) = πR(L)2 = πR02 e2aL ». Comme on peut le constater en comparant les figures 6.2
et 6.3, la propagation acoustique dans un pavillon (exponentiel ou non) s’étudie de façon analogue à
celle dans un tube. La seule différence qui doit être prise en compte tient dans le fait que la section
transversale d’un pavillon n’est pas constante ; il s’agit dans notre cas de la fonction « S(x) ».

6.3.2 Application du PFD


L’onde sonore se propage de la gauche vers la droite dans l’air contenu à l’intérieur du pavillon.
La pression atmosphérique dans le pavillon est « P0 ». Une couche d’air comprise entre les abscisses
« x » et « x + dx » est au repos. A l’instant « t », sous l’action des pressions acoustiques « p(x, t) » et
« p(x + dx, t) », cette couche d’air se déplace et se dilate de sorte qu’elle remplit le volume compris
entre les abscisses « x + ξ(x, t) » et « x + dx + ξ(x + dx, t) ». Le schéma de la figure 6.2 donne une
vue en coupe de ce qui vient d’être décrit. La grandeur « ξ(x, t) » représente le déplacement de la

(1). Il existe de nombreux types de pavillons : on rencontre, selon les constructeurs, les pavillons paraboliques,
coniques ou hyperboliques (qui se divisent en deux familles : celle des exponentiels et celle des chainettes).

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 42


Figure 6.2 – Couche d’air dans un pavillon exponentiel

#ξ(x, t)! # ξ(x + dx, t) ! "

P0 + p(x, t) P0 + p(x + dx, t)


S(0) " ! S(L)
$


i

x x + dx
$

Figure 6.3 – Couche d’air dans un tube (rappel)

#ξ(x, t)! # ξ(x + dx, t) !


"

P0 + p(x, t) P0 + p(x + dx, t) S


!


i

$
x x + dx

section d’abscisse « x » provoqué par les forces de pression. La masse volumique de l’air est supposée
constante et notée « ρ ».


1. La couche d’air est soumise à son poids « P » et à deux forces de pression : l’une résultant


de la pression régnant à sa gauche « S(x) (P0 + p(x, t)) i » et l’autre résultant de la pression


régnant à sa droite « −S(x + dx) (P0 + p(x + dx, t)) i ». En projection sur l’axe des abscisses,
la somme des forces qui s’appliquent à la couche d’air s’écrit donc : « S(x) (P0 + p(x, t)) − S(x +
dx) (P0 + p(x + dx, t)) ». En effectuant une approximation judicieuse il est possible de simplifier
cette dernière différence. En effet, la dérivée de la fonction « S(x) », est définie comme la limite
S(x+dx)−S(x)
quand « dx » tend vers zéro du rapport « dS dx = dx ». L’égalité qui vient d’être écrite
est équivalente à « S(x + dx) = S(x) + dS ». Aussi il apparait judicieux de négliger le terme
« dS » (supposé très petit) afin de faire l’approximation « S(x + dx) = S(x) ». Fort de cela,
la différence entre les deux forces de pression s’exerçant sur la couche d’air se simplifie en :
« S(x) (p(x, t) − p(x + dx, t)) ».
2. La masse de la couche d’air s’obtient en multipliant le volume au repos de celle-ci par la masse
volumique de l’air ; soit donc « ρS(x)dx ». L’accélération de la couche d’air projetée sur l’axe

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 43


∂2ξ
des abscisses est la dérivée seconde par rapport au temps de son déplacement, soit : « ».
∂t2
3. L’application du principe fondamental de la dynamique à la couche d’air permet d’écrire l’équa-
∂2ξ
tion : « S(x) (p(x, t) − p(x + dx, t)) = ρS(x)dx 2 ». Celle-ci n’est autre que :
∂t
p(x + dx, t) − p(x, t) ∂ 2ξ
« = −ρ 2 ».
dx ∂t
Aussi, en faisant tendre « dx » vers zéro, on obtient :
∂p ∂ 2ξ
«= −ρ 2 ».
∂x ∂t
Et finalement, car c’est sous la forme suivante qu’elle sera explpoitée par la suite, l’équation
résultant de l’application du PFD est :

∂2ξ 1 ∂p
« =− ». (6.1)
∂t2 ρ ∂x

6.3.3 Thermodynamique du pavillon


L’analyse thermodynamique d’une couche d’air soumise au passage d’une onde acoustique repose
sur la variation de volume provoquée par la pression acoustique qui est considérée comme une petite
variation de la pression totale à laquelle la couche d’air est soumise. Cette analyse conduit généralement
dV
à l’écriture du coefficient de compressibilité isentropique : « χs = − » qui fait apparaître la
V dP
pression acoustique comme une variation de pression totale (« dP = p(x, t) »). Evaluer la variation
dV
relative de volume (« ») dans un pavillon nécessite une attention particulière car sa section n’est
V
pas constante. Aussi, il est d’usage de généraliser la méthode employée dans le cas du tube à section
constante. Pour rappel on observera facilement sur la figure 6.3 que, dans le cas du tube :

le volume au repos est donné par « V = Sdx » et


la variation de volume est donnée par
« dV = S(x + dx + ξ(x + dx, t) − (x + ξ(x, t))) − S(x + dx − x) = Sξ(x + dx, t) − Sξ(x, t) ».

La généralisation au cas du pavillon consiste à remplacer la valeur de section constante « S » par la


fonction « S(x) » de sorte que :

le volume au repos soit donné par « V = S(x)dx » et que


la variation de volume soit donnée par « dV = S(x + dx)ξ(x + dx, t) − S(x)ξ(x, t) ».

Ceci revient à considérer le volume local « V » comme la fonction obtenue en effectuant le produit
des deux fonctions « S : x (→ S(x) » et « ξ : (x, t) (→ ξ(x, t) ». La variation relative de volume dans
un pavillon est donc :
dV S(x + dx)ξ(x + dx, t) − S(x)ξ(x, t)
« = » ou encore par passage à la limite
V S(x)dx
dV ∂(Sξ) 1
« = ».
V ∂x S(x)
1 ∂(Sξ) 1
Il devient alors aisé d’écrire le coefficient de compressibilité : « χs = − ». On voit
p(x, t) ∂x S(x)
bien apparaître dans l’expression de ce coefficient la dérivée par rapport à « x » du volume local
« V = Sξ ». Or la dérivée d’un produit peut se décomposer en une somme de deux produits ; donc
∂(Sξ) ∂ξ ∂S
le terme « » est égal à « S(x) + ξ(x, t) » (la fonction « S(x) » ne dépendant que de la
∂x ∂x ∂x
∂S dS
variable « x », on a de plus : « = »). En reportant le développement de cette dérivation dans
∂x dx
l’expression de la compressibilité isentropique il vient :
C D
dS
1 ∂ξ
« χs = − + ξ(x, t) dx
».
p(x, t) ∂x S(x)
dS
Le quotient « dx
» étant égal à la dérivée de la fonction « ln [S(x)] », on obtient :
S(x)

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 44


" #
1 ∂ξ d (ln [S])
« χs = − + ξ(x, t) ».
p(x, t) ∂x dx
Finalement, l’étude thermodynamique de la couche d’air s’achève par l’écriture de cette dernière
équation sous la forme :
∂ξ d (ln [S])
« = −χs p(x, t) − ξ(x, t) ». (6.2)
∂x dx

6.3.4 Equation de propagation


En dérivant une fois par rapport à la variable « x » l’équation 6.1 issue de l’application du PFD
on obtient :
∂ 3ξ 1 ∂2p
« 2
=− ».
∂x∂t ρ ∂x2
En dérivant deux fois par rapport à la variable « t » l’équation 6.2 issue de l’étude thermodynamique
de la couche d’air on obtient :
∂3ξ ∂ 2 p ∂ 2 ξ d (ln [S])
« = −χs 2 − 2 ».
2
∂t ∂x ∂t ∂t dx
∂3ξ
Or l’ordre de dérivation ne modifie pas le calcul d’une dérivée (1) ; donc les deux dérivées « » et
∂x∂t2
∂3ξ
« » sont égales. Ceci entraîne l’écriture de l’équation :
∂t2 ∂x
1 ∂2p ∂ 2 p ∂ 2 ξ d (ln [S])
«− = −χs 2 − 2 ».
ρ ∂x2 ∂t ∂t dx
∂2ξ 1 ∂p
Il est alors possible de remplacer la dérivée partielle seconde « » par « − » en utilisant de
∂t2 ρ ∂x
nouveau l’équation 6.1 issue de l’application du PFD. On obtient donc (après multiplication par « ρ »)
l’équation de propagation d’une onde de pression dans un pavillon quelconque :
∂2p ∂ 2 p d (ln [S]) ∂p
« − ρχs 2 + = 0 ».
∂x2 ∂t dx ∂x
Cette équation est voisine de l’équation de D’Alembert ; elle contient un terme supplémentaire qui
provient du fait que la section du pavillon n’est pas constante :
∂2p 1 ∂2p d (ln [S]) ∂p
« − 2 2 + = 0 ».
= dx>? ∂x@
2
=∂x >?C ∂t @
Equation de D" Alembert T erme supplémentaire

Pour obtenir l’équation de propagation dans le cas du pavillon exponentiel il suffit d’exploiter
& l’expres-
'
sion analytique de la fonction « S(x) ». En particulier, on calcule facilement « ln [S(x)] = ln πR02 e2ax =
& ' d (ln [S])
ln πR02 + 2ax » et par suite sa dérivée « = 2a ». L’équation de propagation vérifiée par la
dx
pression acoustique dans le pavillon exponentiel de paramètre « a » est donc :
∂2p 1 ∂2p ∂p
« − + 2a = 0 ».
∂x2 C 2 ∂t2 ∂x

6.3.5 Fréquence de coupure


Obtenir la fonction de pression solution de l’équation de propagation du pavillon n’est pas l’objet
de ce paragraphe. Néanmoins il est indispensable de commencer la résolution afin de déterminer la
condition nécessaire à l’existence de solution. Il sera donc établi dans ce qui suit que cette condition
– qui va de pair avec la condition de propagation de l’onde de pression – est de choisir une fréquence
supérieure à la fréquence de coupure. Par analogie avec l’étude de la propagation dans un tube (et afin
de simplifier le raisonnement) on convient de chercher les événtuelles solutions sous la forme générale :
« p(x, t) = g(x) [Acos(ωt) + Bsin(ωt)] ».

(1). Voir le Théorème 3. de l’annexe E : Introduction à l’analyse réelle des fonctions de deux variables réelles.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 45


En remplaçant cette forme générale dans l’équation de propagation, il vient :
2
« g ## (x) [Acos(ωt) + Bsin(ωt)] + g(x) C
ω
2 [Acos(ωt) + Bsin(ωt)] + 2ag (x) [Acos(ωt) + Bsin(ωt)] = 0 ».
#

On peut alors factoriser le terme « [Acos(ωt) + Bsin(ωt)] » :


" #
ω2
« [Acos(ωt) + Bsin(ωt)] g ## (x) + g(x) 2 + 2ag # (x) = 0 ».
C
Ainsi, il est évident que la fonction « g(x) » doit vérifier l’équation différentielle linéaire du second
ordre à coefficients constants :
ω
« g ## + 2ag # + k 2 g = 0 » (avec « k = » le nombre d’onde).
C
Or seules les solutions modélisant une propagation amortie doivent être retenues ; donc il est nécessaire
que le discriminant de l’équation caractéristique soit strictement négatif (1) . Ceci se traduit par :
« 4a2 − 4k 2 < 0 ».
Comme les deux paramètres « a » et « k » sont strictement positifs, la condition se réduit à :
« a < k ».
Et finalement, en remplaçant le nombre d’onde « k = 2πf C » par son expression en fonction de la
fréquence, on obtient la condition de propagation et la fréquence de coupure du pavillon exponentiel
de paramètre « a » :
aC
« f > fc = » (On note « fc » la fréquence de coupure.).

Remarque importante : Tous les pavillons possèdent une fréquence de coupure mais elles ne se
caluculent pas toutes grâce à cette dernière formule. Il existe des pavillons dont on ne parvient pas
à déterminer la fréquence de coupure autrement que par des mesures. Les constructeurs s’appuient
d’ailleurs bien souvent sur des formules empiriques que l’on ne peut pas expliquer mais qui donnent
des valeurs de prévision plus justes que celles issues d’un raisonnement purement théorique comme
celui qui vient d’être mené. Enfin il faut savoir que la longueur du pavillon qui semble ici sans
importance ne doit pas, en réalité, être choisie de façon aléatoire. En effet, la propagation dans le
pavillon étant amortie (et ce de façon exponentielle), il faut éviter que ce dernier soit trop long afin
de se préserver d’un amortissement si important qu’il ferait perdre l’avantage de la compression.
En revanche, le pavillon doit être suffisamment évasé ; donc sa longueur ne peut être trop petite.

(1). Voir l’annexe F : Equations différentielles linéaires à coefficients constants d’ordre 1 et 2.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 46


« La pression d’une onde sonore sphérique progressive et
sinusoïdale peut être modélisée par :
A
p(r, t) = cos(ωt − kr). »
r

« La valeur absolue de l’amplitude de la pression rayon-

7
née dans l’axe du piston circulaire de rayon a encastré est
donnée par, :- B .,
2v0 ρω ,, k ,
2 + R2 − R) , ». En champ lointain
« sin ( a
k , 2 ,
v0 ρωa2
elle vaut : paxe,∞ (R) = .»
2R

« Si R est grand ; alors la pression rayonnée par un piston


circulaire de rayon a encastré est donnée par :
2J1 (kasin(θ))
p(R, θ, t) = paxe,∞ (R)
kasin(θ)
cos(ωt − kR). »
Leçon n◦7

C ette septième leçon explique comment l’on peut modéliser par des fonctions mathématiques la
propagation des ondes sonores en champ libre. Le cadre de cette leçon est celui de l’acoustique
linéaire. Le milieu de propagation est supposé posséder de nombreuses propriétés (gaz parfait en
écoulement isentropique ne subissant pas d’effet dû à la chaleur, vibrations harmoniques, etc.) de
sorte que des hypothèses simplificatrices permettent de rendre les calculs « abordables ». La leçon
commence par l’étude (rapide) de la propagation des ondes planes et se poursuit avec celle de la
propagation des ondes sphériques. Elle s’achève par la description de phénomènes acoustiques induits
par la propagation des ondes sphériques. En particulier, le rayonnement du piston plan est étudié dans
le détail. Cette leçon comporte plusieurs passages assez difficiles. Elle aborde des notions qui ne sont
généralement traités que dans des ouvrages scientifiques de référence comme le livre de Mario Rossi
(ref. [9] de la bibliographie) ou celui de Jacques Jouhaneau (ref. [5] de la bibliographie).

7.1 Propagation des ondes planes


Les ondes sonores planes sont obsrevées dans les guides d’onde comme les tubes ou lors de la
propagation des ondes sphériques loin de la source. On conçoit aisément qu’une portion de sphère
de rayon très grand puisse être approximée par une portion de plan. Comme on le verra plus loin la
modélisation des ondes sphériques tend vers celle des ondes planes lorsque la distance entre le point
de mesure de la pression et le centre acoustique de la source devient grande. Il a été établi au début
de la leçon n◦ 5 que la pression acoustique « p(x, t) » dans un tube vérifiait l’équation de D’Alembert
en dimension une. La leçon s’est ensuite poursuivie en considérant que le tube possédait une longueur
finie et que l’on pouvait définir en ses extrémités certaines conditions de pression.
Supposons maintenant que l’on ne considère plus la longueur du tube mais que l’on souhaite
toujours se donner une fonction « p » des deux variables « (x, t) » modélisant la pression acoustique.
La seule contrainte qu’impose la physique du problème est de choisir « p » telle qu’elle vérifie l’EDP
de D’Alembert. On a donc de façon très générale :
« p(x, t) = p1 (x + Ct) + p2 (x − Ct) » (1) .
Les grandeurs « u1 = x + Ct » et « u2 = x − Ct » sont appelées les variables spatio-temporelles
des deux ondes de pression « p1 » et « p2 ». L’onde modélisée par « p1 (u1 ) » est dite régressive car
sa propagation lorsque la variable de temps « t » augmente s’effectue vers les valeurs négatives de
la variable d’espace « x ». Naturellement, l’onde modélisée par « p2 (u2 ) » est dite progressive. Ceci
s’explique simplement.
Considérons deux instants différents « t » et « t# » tels que « t < t# » et deux points « M » et
« M ». Supposons que la distance entre « M » et « M # » se parcourt, à la vitesse « C », en une
#

durée égale à « t# − t ». Si l’on modélise le parcours de la distance entre « M » et « M # » comme

(1). Voir l’annexe E : Introduction à l’analyse réelle des fonctions de deux variables réelles.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 47


un mouvement vers les valeurs positives de « x » ; alors on place un repère de sorte que les abscisses
respectives « x » et « x# » des points « M » et « M # » vérifient : « x < x# ». On a alors :
x# − x
«C= » ; et donc « x − Ct = x# − Ct# ».
t# − t
Toute fonction « f2 » de la variable « u2 = x − Ct » évaluée en « (x, t) » et « (x# , t# ) » donne la même
image : « f2 (x, t) = f2 (x# , t# ) ». La variable spatio-temporelle « u2 » caractérise bien une progression
avec le temps (un mouvement vers les « x » positifs).
Si l’on modélise le parcours de la distance entre « M » et « M # » comme un mouvement vers
les valeurs négatives de « x » ; alors on place un repère de sorte que les abscisses respectives « x » et
« x# » des points « M » et « M # » vérifient : « x# < x ». On a alors :
x − x#
«C= » et donc : « x + Ct = x# + Ct# ».
t# − t
Toute fonction « f1 » de la variable « u1 = x + Ct » évaluée en « (x, t) » et « (x# , t# ) » donne la même
image : « f1 (x, t) = f1 (x# , t# ) ». La variable spatio-temporelle « u1 » caractérise bien une régression
avec le temps (mouvement vers les « x » négatifs).
Très souvent les pressions acoustiques, progressives ou régressives, sont modélisées par des fonc-
tions trigonométriques. On convient de choisir :
« p1 (x, t) = acos(ku1 ) + bsin(ku1 ) » pour l’onde régressive et
« p2 (x, t) = Acos(ku2 ) + Bsin(ku2 ) » pour l’onde progressive,
ω
avec « k = » le nombre d’onde ; « A », « B », « a » et « b » des réels quelconques.
C

7.2 Propagation des ondes sphériques


7.2.1 Forme générale de la fonction de pression
Le raisonnement qui sera mené dans le présent paragraphe s’inspire grandement de celui présenté
au début de la cinquième leçon et qui a permis d’expliquer pourquoi la pression acoustique dans un tube
devait vérifier l’équation de D’Alembert en dimension une. Ici l’application du principe fondamental
de la dynamique à l’élément de volume sphérique puis l’étude thermodynamique d’une couche d’air
située entre deux sphères montreront que la fonction « rp(r, t) » doit également vérifier l’équation de
D’Alembert en dimension une (la variable d’espace « r » étant la distance entre la source et le point
d’observation). La figure 7.1 doit être comparée à la figure 5.1 puisque toutes deux schématisent le
même phénomène : le double phénomène de déplacement et de variation de volume d’une couche d’air
initialement au repos et qui subit le passage d’une onde de pression sonore à un instant « t ». La
figure 7.1 est simplifiée au maximum mais fait apparaître nécessairement la source sonore « S ». La
définition de cette source (monopôle acoustique) sera donnée plus loin dans la leçon.
Tout élément de volume « dV = r2 sin(θ)drdθdϕ » subit deux forces de pression ; l’une dirigée
radialement dans le sens de la propagation s’exerce sur l’élément de surface « dS = r2 sin(θ)dθdϕ » et
l’autre dirigée radialement mais dans le sens opposé à la propagation s’exerce sur la surface « dS # =
(r + dr)2 sin(θ)dθdϕ ». Or lorsque « dr » tend vers zéro, « dS # » tend vers « dS ». Ainsi, on peut
considérer que les deux forces de pression s’exercent de part et d’autre du même élément de surface :
« dS ».
L’application du PFD en projection sur l’axe radial permet d’écrire :
∂2s
« r2 sin(θ)dθdϕ(p(r, t) − p(r + dr, t)) = ρr2 sin(θ)drdθdϕ », qui n’est autre que :
∂t2
p(r + dr, t) − p(r, t) ∂ 2s
« = −ρ 2 ». Puis par passage à la limite lorsque « dr » tend vers zéro on
dr ∂t
obtient :
∂p ∂ 2s
« = −ρ 2 ».
∂r ∂t
La masse d’air qui occupe à l’instant initial le volume « V0 » compris entre les sphères de rayon
« r » et « r + dr » occupe à l’instant « t » le volume « V1 » compris entre les sphères de rayon
« r + s(r, t) » et « r + dr + s(r + dr, t) ». La variation de volume « V1 − V0 » est provoquée par une
variation de pression égale à la pression acoustique. On a donc par définition de la compressibilité
isentropique :
" #
1 V1 − V0
« p(r, t) = − lim ».
χs dr→0 V0

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 48


Figure 7.1 – Couche d’air sphérique soumise au passage d’une onde sonore sphérique

sphère de rayon
sphère de rayon
r + dr + s(r + dr, t)
r
'

(
"
sphère de rayon
sphère de rayon
r + s(r, t)
r + dr


Le développement des expressions de « V1 = [(r + dr + s(r + dr, t))3 − (r + s(r, t))3 ] » et de
3

« V0 = [(r +dr)3 −r3 ] » en supprimant les termes négligeables du type « αs2 », « α# s3 », « βdr2 » et
3
« β # dr3 » (1) conduit à :
V1 − V0 s(r + dr, t) − s(r, t) 2
« = + s(r, t) ». Puis par passage à la limite :
V0 dr r- .
1 ∂s 2
« p(r, t) = − + s(r, t) ».
χs ∂r r
La dérivée partielle deuxième par rapport à la variable « r » de la fonction « rp(r, t) » donnée par
∂ 2 (rp) ∂p ∂2p
« » se développe en « 2 + r ». Elle peut être calculée en utilisant le résultat du PFD.
∂r2 ∂r ∂r2
La dérivée partielle deuxième par rapport à la variable « t » de la fonction « rp(r, t) » donnée par
∂ 2 (rp)
« » peut être calculée en utilisant le résultat issu de l’étude thermodynamique. On a donc :
∂t2 - 2 .
∂ 2 (rp) ∂ s ∂3s
– « = −ρ 2 2 + r » (en utilisant le PFD) et,
∂r2 -∂t 3 ∂r∂t 2 .
2

∂ (rp)
2
1 ∂ s ∂ s
– « 2
=− r 2
+ 2 2 » (en utilisant la thermodynamique).
∂t χs ∂r∂t ∂t
Ceci montre que la fonction « rp(r, t) » vérifie :
1 ∂ 2 (rp) ∂ 2 (rp)
«− = −χ s » qui n’est autre que l’équation de D’Alembert en dimension une :
ρ ∂r2 ∂t2
∂ (rp)
2
1 ∂ 2 (rp) 1
« 2
− 2 2
= 0 » avec « 2 = ρχs ».
∂r C ∂t C
Conformément à ce qui a été établi précédemment, la pression d’une onde sonore sphérique
progressive et sinusoïdale peut être modélisée par :
A B
« p(r, t) = cos(ωt − kr) − sin(ωt − kr) » avec « ω » la pulsation, et « k = ω
C » le nombre d’onde.
r r
Néanmoins deux conditions physiques permettent de simplifier quelque peu l’expression de cette pres-
sion. L’une porte sur le comportement à l’infini des ondes sonores et l’autre sur la physique des

(1). On dit que l’on néglige les termes en « s deux », en « s trois », en « dr deux » et en « dr trois ». On dit aussi
que l’on effectue un développement à l’ordre un. Ceci doit se comprendre en considérant le fait que tout nombre proche
de zéro est beaucoup plus grand (en valeur absolue) que son carré ; celui-ci étant lui même beaucoup plus grand que
le cube, etc. Par exemple, le nombre 0,01 est cent fois plus grand que son carré (c’est-à-dire le nombre 0,0001) et
dix-mille fois plus grand que son cube (c’est-à-dire le nombre 0,000001) !

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 49


phénomènes au voisinage de la source. Toutes deux induisent dans un premier temps un modèle
mathématique pour la vitesse acoustique, et par suite, une simplification de la fonction de pression.
La pression « p(r, t) » et la vitesse de vibration « v(r, t) » acoustiques sont liées par la relation
∂p ∂ 2s ∂v
« = −ρ 2 = −ρ » (que l’on déduit de l’application du PFD). La forme sinusïdale choisie pour
∂r ∂t ∂t
la pression impose donc une forme pour la vitesse.
Celle-ci s’obtient après avoir :
– dérivé « p(r, t) » une fois par rapport à « r »,
1
– multiplié la fonction obtenue par « − » et enfin
ρ
– intégré cette dernière fonction par rapport à « t ».
Il vient alors :
"- . - . #
1 A Bk Ak B
« v(r, t) = − sin(ωt − kr) + + 2 cos(ωt − kr) + f (r) » avec « f » une
ρω r2 r r r
fonction arbitraire.
Lorsque l’on observe les ondes sonores à grande distance de la source, celles-ci tendent à devenir planes.
Cela signifie que le front d’onde sphérique en champ lointain est comparable à celui qui a été étudié
au début de la troisième leçon. Or il a été établi qu’au passage d’un front d’onde plan la pression et la
vitesse acoustique pouvaient se déduire l’une de l’autre par la relation : « p = ρCv ». Il faut donc que
les deux fonctions « p(r, t) » et « v(r, t) », évaluées pour « r » tendant vers l’infini, entretiennent cette
α β
même relation. La fonction de vitesse acoustique fait apparaître deux sommes du type « + 2 ».
r r
β
Lorsque « r » tend vers l’infini le terme « 2 » (appelé terme en un sur r carré) devient négligeable
r
α
devant l’autre terme « » (appelé terme en un sur r). Ainsi la fonction de vitesse se comporte en
r
l’infini comme :
" #
1 Bk Ak
« v∞ (r, t) = − sin(ωt − kr) + cos(ωt − kr) + f∞ (r) »
ρω r r
avec « f∞ » la fonction vers laquelle « f » tend quand « r » tend vers l’infini.
De ce fait il suffit simplement de choisir la fonction nulle pour « f » (donc « f∞ (r) = 0 ») afin de
garantir la relation :
« p(r, t) = ρCv∞ (r, t) »
puisque la fonction de vitesse se comporte alors en champ lointain comme
" #
1 A B
« v∞ (r, t) = cos(ωt − kr) − sin(ωt − kr) ».
ρC r r
A l’instant initial la vitesse acoustique au voisinage de la source ne peut pas tendre vers l’infini ni
même, comme on peut l’observer pour la pression, prendre des valeurs qui augmentent très fortement.
Tout au contraire la vitesse vibratoire des couches d’air situées au voisinage d’une source acoustique
qui se met en mouvement est généralement de très faible valeur, voire quasiment nulle (1) . A l’instant
initial, la fonction de vitesse prend la forme générale :
"- . - . #
1 A Bk Ak B
« v(r, 0) = − sin(−kr) + + cos(−kr) ».
ρω r2 r r r2

Si l’on effectue un développement limité du premier ordre et au voisinage de zéro (2) des fonctions
sinus et cosinus on obtient que la vitesse acoustique tend vers :
"- . #
1 A Bk Ak B
« − (−kr) + + » ou encore
ρω "r2 r # r r2
1 B
« Bk 2 + 2 » au voisinage de la source.
ρω r

(1). Voir la première note de bas de page de la leçon n◦ 3.


(2). Voir l’annexe F : Introduction à l’étude des fonctions de Bessel. Cette annexe contient une justification de la
formule de Taylor qui permet le calcul des développements limités des fonctions usuelles.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 50


Or cette dernière fonction tend vers l’infini au voisinage de zéro à moins que le paramètre « B » soit
nul. Dans ce cas on montre facilement que la vitesse vibratoire tend vers zéro au voisinage de la source.
Cela correspond à la réalité physique observée ; la vitesse acoustique doit donc être modélisée par :
" #
A 1
« v(r, t) = sin(ωt − kr) + kcos(ωt − kr) » ;
rρω r
et la fonction de pression acoustique des ondes sphériques prend la forme générale simplifiée :
A
« p(r, t) = cos(ωt − kr) ».
r

7.2.2 Définition du monopôle acoustique


Le monopôle acoustique est une source sonore théorique ponctuelle dont le principal intérêt est
de permettre la modélisation des phénomènes sonores générés par des sources réelles (par exemple
le piston plan). Pour le définir il est nécessaire de considérer le débit acoustique. Cette grandeur
s’exprime en mètre cube par seconde (comme tout débit de fluide), se note généralement « q » et n’est
autre que le volume de gaz déplacé en une seconde par le passage d’une onde sonore. Dans le cas de
l’onde sphérique le débit acoustique est obtenu en multipliant l’aire de la sphère matérialisant le front
d’onde et la vitesse de vibration :
4πA
« q(r, t) = 4πr2 v(r, t) = [sin(ωt − kr) + krcos(ωt − kr)] ».
ρω
Il est évident qu’à chaque instant le débit acoustique au voisinage de la source (en « r = 0 ») est donné
par :
4πA
« q(0, t) = sin(ωt) ».
ρω
4πA
En notant « q0 = » on définit le monopôle acoustique comme la source ponctuelle pouvant
ρω
générer à l’instant « t » et à la distance « r », la pression acoustique sinusoïdale de fréquence,
ω kC
«f = = » modélisée par :
2π 2π
q0 ρω
« p(r, t) = cos(ωt − kr) ».
4πr
Le monopôle acoustique peut être imaginé comme une sphère de rayon infiniment petit qui pulserait
sinusoïdalement et de manière homogène dans toutes les directions un débit donné « q0 m3 /s ». Cette
sphère produirait donc une onde sonore sphérique dont la fonction de pression serait modélisable
comme précédemment. Il faut bien comprendre que l’emploi du conditionnel est ici impératif. Une
telle source sonore n’existe pas et il serait vain de tenter d’en réaliser une. En revanche, un piston
plan vibrant à une certaine vitesse sinusoïdale est un bon modèle du mouvement de la membrane
d’un haut-parleur. Or comme il le sera montré plus loin la pression acoustique dans l’axe du piston
ainsi que sa directivité en champ lointain sont décrits par des formules dont l’établissement repose sur
l’hypothèse du monopôle. Sa définition ne relève donc pas uniquement d’une volonté théorique mais
aussi de celle d’expliquer des phénomènes acoustiques mesurables.

7.3 Rayonnement acoustique du piston plan


7.3.1 Pression acoustique dans l’axe d’un piston plan encastré
Tout d’abord il faut définir le piston acoustique plan. Il s’agit d’un disque de rayon « a » situé
dans une paroi plane infinie que les anglosaxons appellent baffle. Cette surface est considérée comme
parfaitement réfléchissante pour les ondes sonores. L’axe du piston est la demie droite qui lui est
perpendiculaire en son centre. On étudie généralement le piston en supposant qu’il vibre de façon
sinusoïdale à la fréquence « f » dans la direction de son axe. Il est également supposé indéformable
de sorte que la vitesse de chacun de ses points soit égale à celle de son centre.
Chaque élément de surface « ds » du piston constitue un monopôle encastré qui génère une
pression acoustique dans un seul demi espace à cause de la présence du baffle. Cette pression est donc
le double de celle du monopôle qui, par définition, est supposé non encastré. En notant « q0 » le débit
de ce monopôle encastré et « v0 » la vitesse vibratoire qu’il produit, on a la relation : « q0 = v0 ds ».
Ainsi il est possible d’évaluer la pression acoustique élémentaire « pds (r, t) » générée par l’un des
monopôles encastrés du piston à la distance « r » et à l’instant « t » :

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 51


2v0 dsρω
« pds (r, t) = cos(ωt − kr) ».
4πr
- # .
r
L’élément de surface du disque en un point « M » est donné par « ds = r# dr# dϕ ». La pression
ϕ
acoustique élémentaire en un point « P » de l’axe du piston placé à une distance « R » de son centre
et générée par le monopôle encatré situé en « M » vaut donc :
√ 2v0 ρω B
« pds ( r#2 + R2 , t) = √ cos(ωt − k r#2 + R2 )r# dr# dϕ ».
4π r + R
#2 2

Figure 7.2 – Géométrie du problème de rayonnement axial du piston plan

ds

ϕ r
r#
R P

piston de rayon a

La figure 7.2 permet de visualiser la géométrie de ce problème et notamment √ le triangle rectangle


dans lequel on applique le théorème de Pythagore pour calculer la distance « r#2 + R2 ». La pression
acoustique dans l’axe du piston à la distance « R » de son centre « paxe (R, t) » n’est autre que l’intégrale
sur la surface du disque de rayon « a » de l’expression de la pression élémentaire établie précédemment.
On obtient finalement :
! a ! 2π B
2v0 ρω
« paxe (R, t) = √ cos(ωt − k r#2 + R2 )r# dr# dϕ =
ϕ=0 4π r . + R-
" =0 #2 2
- rB .
2v0 ρω k k B
sin ( a2 + R2 − R) cos ωt − ( a2 + R2 + R) » (1) .
k 2 2
Remarque importante : La pression « paxe,∞ (R) » rayonnée par le piston en un point de son
axe très éloigné de son centre est appellée pression dans l’axe en champ lointain. Elle s’obtient
en calculant la valeur absolue de l’amplitude de la fonction « paxe,∞ (R, t) » vers laquelle tend
« paxe (R, t) » lorsque « R » tend vers l’infini. La pression « paxe (R, t) » peut s’écrire (en factorisant
« R » dans le sinus) :

(1). Calculs détaillés de l’intégration par rapport !à la variable r # : après avoir intégré par rapport à la variable ϕ, le
a 1 B
calcul de paxe (R, t) nécessite celui de l’intégrale I = √ cos(ωt − k r #2 + R2 )r # dr # . Il suffit alors de remar-
#2
r +R 2
0
√ −kr # B
quer que la fonction dérivée de r # $→ sin(ωt − k r #2 + R2 ) n’est autre que r # $→ √ cos(ωt − k r #2 + R2 ) pour
#2
r +R 2
−1 E B Fa −1 E B F
obtenir l’égalité : I = sin(ωt − k r #2 + R2 ) . Il vient donc : I = sin(ωt − k a2 + R2 ) − sin(ωt − kR)
k 0 k
qui fait apparaître une différence du type « sin(p) − sin(q) », que- l’on peut donc factoriser. - en utilisant la formule .
de
: ; : ; −2 k B k B 2
p−q p+q
produit « 2sin 2
cos 2
». On obtient donc : I = sin (R − a + R ) cos ωt − ( a + R + R) .
2 2 2
- B . - k 2 . 2
2 k k B
Et finalement : I = sin ( a + R − R) cos ωt − ( a + R + R) , en utilisant la formule de trigonométrie
2 2 2 2
k 2 2
élémentaire « sin(−α) = −sin(α) ».

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 52


8 8* 99 - .
2v0 ρω Rk : a ;2 k B
« sin 1+ −1 cos ωt − ( a2 + R2 + R) ».
k 2 R 2

a
Or la fraction « » tend vers zéro quand « R » tend vers l’infini. Donc par un développement
R √ x
limité du premier ordre au voisinage de zéro de la fonction « 1 + x » (qui vaut « 1 + ») puis
2
un développement limité du premier ordre au voisinage de zéro de la fonction sinus (sin(x) ≈ x),
il vient :

v0 ρωa2
« paxe,∞ (R) = ».
2R
La valeur
, - absolue de l’amplitude
., de la pression rayonnée dans l’axe du piston est donnée par
2v0 ρω ,, k B 2 ,
,
√ 2mπ
« , sin ( a + R − R) , ». Cette fonction s’annule si « a2 + R2 − R =
2 » (où
k 2 k
a2 f mC
« m » est un entier nécessairement strictement positif (1) ) c’est-à-dire si « R = − ». Le
2mC 2f
a2 f mC
nombre « m » d’annulations n’est pas infini car le nombre « R > 0 » nécessite que « > » ce
2mC 2f
af a
qui signifie « m < » ou encore « m < ». Par un raisonnement analogue on montre que la fonction
, - B C ., λ
2v0 ρω ,, k ,
« ,sin ( a2 + R2 − R) ,, » prend des valeurs maximales pour :
k 2
a2 f (2n + 1)C
«R= − »
(2n + 1)C 4f
(où « n » est un entier positif ou nul).
af 1
Le nombre « n + 1 » de maxima est strictement inférieur à « + ».
C 2
Il vient d’être établi que la pression dans l’axe du piston s’annule et prend des valeurs (absolues)
maximales un certain nombre de fois ; ce nombre dépend d’ailleurs du rayon du piston et de la fréquence
de rayonnement (2). Au dela de la distance correspondant au dernier maximum la décroissance de la
pression converge vers celle de « paxe,∞ (R) », conformément à ce qui a été montré à la précédente
remarque. La figure 7.3 donne l’évolution de la pression dans l’axe d’un piston de 10 cm de rayon qui
génère un son pur de fréquence 10 kHz. Il va de soi que le rayonnement d’un tel piston est similaire à
celui d’un haut-parleur circulaire de même diamètre. La condition de décroissance en champ lointain
(en « un sur r ») est quasiment toujours vérifiée à plus d’un mètre des haut-parleurs. En revanche
il existe toujours en champ proche des fréquences auxquelles la pression présente une alternance de
valeurs maximales et nulles.

7.3.2 Directivité du piston en champ lointain


Avant de commencer l’étude de la directivité du piston acoustique encastré une remarque sur la
symétrie axiale de ce problème s’impose. En effet le piston étant circulaire il est évident que la courbe
polaire donnant sa directivité est invariante par rotation autour de son axe. Il suffit donc de chercher
cette courbe dans un plan quelconque perpendiculaire au piston et contenant son axe. Si l’on suppose
que le piston est vertical, positionné perpendiculairement au plan de représentation géométrique (la
page de ce document ou le tableau d’une salle de cours ou l’écran d’un ordinateur,...) dans lequel est
inclus son axe ; alors sa courbe de directivité en champ lointain est une fonction de l’angle « θ » que
fait son axe avec la demie droite issue de son centre et passant par un point « P » très éloigné. Il est
π π
clair que l’angle « θ » est compris entre « − » et « ».
2 2
On note « R » la distance entre le centre du piston et le point « P ». On note « r## » la distance
entre « P » et un élément de surface « ds » situé au voisinage d’un quelconque point « M » du piston.
Comme le point « P » est supposé très éloigné du piston, la distance « r## » est voisine de la distance qui


(1). Le nombre a2 + R2 − R représente une distance non nulle ; donc « m » ne peut être choisi ni négatif ni nul.
(2). On remarquera sur la figure 7.3 que les abscisses de pression nulle sont rangées en ordre inverse de celui du
a2 λ
paramètre entier « m » qui permet de les calculer. En particulier, l’abscisse 2λ
− 2
(qui est la plus grande) correspond
a2
à « m = 1 », tandis que l’abscisse 4λ
− λ (qui est la plus petite) correspond à « m = 2 ». Cette remarque vaut aussi
pour les abscisses des maxima de pression rangées en ordre inverse de celui du paramètre entier « n ».

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 53


Figure 7.3 – Pression dans l’axe d’un piston de 10 cm de rayon à 10 kHz
a2 3λ a2 λ
− ≈ 7, 3 cm − ≈ 29 cm
3λ 4 λ 4 ka2
1 " $ $ 4R

=1
2v0 ρω
k
pression normalisée : 2
3 ,
,
8
k A
9,
,
, ,
, sin ( a2 + R2 − R) ,
, 2 ,

1
3

!
a2 " 10 "
− λ ≈ 4 cm
20 30 40 50 60 70 80 90 100 110

4λ a2

λ
≈ 13 cm
R en cm
2λ 2

sépare le point « P » du point « K », projeté orthogonal de « M » sur le diamètre vertical du piston.


De même, cette distance est voisine de celle qui sépare le point « P » du point « L », projeté orthogonal
de « K » sur la droite joignant le point « P » et le centre du piston. La figure 7.4 donne la géométrie
du problème de directivité du piston en champ lointain. En exploitant cette double approximation de
« r## » il vient : « r## ≈ P L = R − r# cos(ϕ)sin(θ) ».
Ainsi la pression élémentaire générée par « ds » au point « P » et à l’instant « t » peut être
modélisée par :
v0 dsρω
« pds (r## , θ, t) = cos(ωt − k(R − r# cos(ϕ)sin(θ))) ».
2π(R − r# cos(ϕ)sin(θ))
La pression acoustique rayonnée par le piston au point « P » et à l’instant « t » est donc donnée par :
! a ! 2π
v0 ρω
« p(R, θ, t) = cos(ωt − k(R − r# cos(ϕ)sin(θ)))r# dr# dϕ ».
"
r =0 ϕ=0 2π(R − r # cos(ϕ)sin(θ))

Le calcul de cette intégrale double n’est pas immédiat et fait apparaître les fonctions de Bessel (1)
« J0 » et « J1 ». Le développement qui suit peut donc être sauté en première lecture pour n’en retenir
que le résultat :
2J1 (kasin(θ))
« p(R, θ, t) = paxe,∞ (R) cos(ωt − kR) ».
kasin(θ)
Développement :
! a ! 2π
v0 ρω
p(R, θ, t) ≈ cos(ωt − kR + kr# cos(ϕ)sin(θ))r# dr# dϕ car
r " =0 ϕ=0 2πR
R ≈ R − r cos(ϕ)sin(θ) ; #

! a ! 2π
v0 ρω
p(R, θ, t) ≈ cos(ωt − kR)cos(kr# cos(ϕ)sin(θ))r# dr# dϕ car
2πR r " =0 ϕ=0
! 2π ! π ! 2π ! π
sin(ζcos(ϕ))dϕ = sin(ζcos(ϕ))dϕ + sin(ζcos(ϕ))dϕ = sin(ζcos(ϕ))dϕ +
!0 π 0 !
π
π ! π 0

sin(ζcos(ϕ# + π))dϕ# = sin(ζcos(ϕ))dϕ − sin(ζcos(ϕ# ))dϕ# = 0 ;


0 0 0
! a
v0 ρω
p(R, θ, t) ≈ cos(ωt − kR) J0 (kr# sin(θ))r# dr# car
R r " =0

(1). Voir l’annexe F : Introduction à l’étude des fonctions de Bessel.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 54


! 2π
cos(kr# cos(ϕ)sin(θ))dϕ = 2πJ0 (kr# sin(θ)).
0

En effectuant le changement de variable x = kr# sin(θ) il vient :

v0 ρω aJ1 (kasin(θ))
p(R, θ, t) ≈ cos(ωt − kR)
R ksin(θ)
et enfin en multipliant le numérateur et le dénominateur par 2a on obtient :

v0 ρωa2 2J1 (kasin(θ)) 2J1 (kasin(θ))


p(R, θ, t) ≈ cos(ωt − kR) = paxe,∞ (R) cos(ωt − kR).
2R kasin(θ) kasin(θ)

Figure 7.4 – Géométrie du problème de directivité du piston plan en champ lointain

K P

ds r##

ϕ R
r# L
θ
"
r " cos(ϕ)sin(θ)

piston de rayon a

J1 (x)
Figure 7.5 – Représentation graphique de la fonction x (→
x

J1 (x)
"
x
1
2

1
4

0 !
0 3,8 7,1 10,1 13,3 16,5 19,6 x

2J1 (kasin(θ))
La fonction « g(θ) = » est appelée fonction de directivité du piston en champ
kasin(θ)
lointain à la fréquence « f ». C’est en effet la fonction qui modifie la valeur de la pression en champ

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 55


lointain selon la direction d’observation. Cette fonction vaut un pour « θ = 0 » car la fonction « x (→
J1 (x) 1
» vaut « » pour « x = 0 » (voir la figure 7.5 pour une représentation graphique de « x (→
x 2
J1 (x)
» ; y remarquer en particulier ses zéros). Elle s’annule pour certains angles créant ainsi des lobes
x
de directivité, comme le montre le diagramme polaire de la figure 7.6, caractéristiques du rayonnement
2πf a
du piston en champ lointain. Il est à noter que si le produit « ka = » est inférieur au premier zéro
C
de la fonction « J1 » (soit, « 3, 8 ») ; alors le piston encastré ne présente qu’un seul lobe de directivité.
C’est souvent là un critère de choix dans la détermination du diamètre d’un haut-parleur circulaire.

Figure 7.6 – Polaire d’un piston de 10 cm de rayon à 5400 Hz (ka ≈ 10)

10sin(θ2 ) ≈ 7, 1 10sin(θ1 ) ≈ 3, 8 , ,
, 2J1 (kasin(θ)) ,
|g(θ)| = ,, ,
kasin(θ) ,

θ
!
1 1
2

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 56


« La transduction mécano-électrique s’effectue, au sein de
l’oreille, dans l’organe de Corti grâce à la compression des
cellules cilliées internes régulièrement réparties le long de
la membrane basilaire, siège des ondes sonores. »

8
« L’ouïe traite les sons à l’instar d’un système de filtres
passe-bande dont la largeur des bandes est proportion-
nelle à la fréquence ; il faut ainsi subdiviser le spectre de
l’audible en 24 bandes critiques pour comprendre le fonc-
tionnement de l’audition. »

Leçon n◦8

C ette huitième leçon est une introduction à la psychoacoustique. Toutes les figures sont extraites
de l’ouvrage de référence « PSYCHOACOUSTIQUE L’oreille récepteur d’information » de E.
Zwicker et R. Feldtkeller (ref. [10] de la bibliographie) à l’exception des figures 8.2, 8.4, 8.6, 8.8, 8.9,
8.10, 8.11 et 8.12 qui proviennent du cours de 3ème cycle du réseau Audition dispensé par F. de
Ribaupierre en janvier 2000.

8.1 Généralités et préliminaires


La psychoacoustique est une science qui se trouve à l’intersection de l’acoustique et de la psycho-
physique. Elle étudie la perception auditive. Elle donne à des termes empruntés au langage courant
des définitions précises qu’il s’agit de connaître. Ainsi, le stimulus (stimuli au pluriel) sonore désigne
une onde acoustique qui parvient à une (ou aux deux) oreille(s) d’un individu. Une grandeur d’exci-
tation se définit comme l’un des paramètres physiques d’un stimulus. Par exemple, la fréquence d’un
son pur qui parvient à une oreille est une grandeur d’excitation. Lorsqu’un stimulus est audible, il
génère une sensation. Pour qu’un son soit perceptible, c’est-à-dire pour qu’il provoque une sensation,
il faut que ses grandeurs physiques (fréquences et niveau) prennent des valeurs dans des intervalles
bien déterminés. L’obtention de ces intervalles fut l’objet des premières études psychoacoustiques. La
notion de grandeur de sensation provient de la capacité que possède chaque individu à parler en terme
quantitatif d’une grandeur d’excitation. Par exemple, toute personne s’exprime facilement sur le fait
qu’un son lui semble fort ou faible ; elle donne ainsi sa propre « interprétation » du niveau de l’onde
sonore qu’elle a perçue. Grâce à un protocole expérimental il est possible de recueillir, pour un même
son, un grand nombre d’interprétations chiffrées de son niveau. Sans entrer dans le détail de la mise
en place d’une telle expérimentation il suffit d’imaginer que l’on demande à un panel de noter sur une
échelle chiffrée l’impression de « force » que leur inspire un son test. En s’appuyant sur l’hypothèse que
les appareils auditifs des êtres humains se ressemblent et sur celle de la reproductibilité des stimuli,
un traitement statistique permet de déterminer la moyenne significative des opinions recueillies. Ainsi,
il correspond au niveau physique du son test (objectivement mesurable par un sonomètre), un score
moyen d’opinion de la sensation qu’il provoque chez l’homme. La psychoacoustique définit de façon
théorique une grandeur de sensation appelée la sonie et qui caractérise la sensation de niveau sonore.
A l’instar des grandeurs excitatrices, les grandeurs de sensation prennent leurs valeurs sur une échelle
repérée par une unité. Par exemple, l’unité de la sonie est le sone.
Le système auditif ne répond pas de façon continue aux grandeurs excitatrices. En particulier,
lorsqu’un paramètre physique de l’onde sonore varie très faiblement de part et d’autre d’une valeur
donnée, la grandeur sensorielle qui lui est associée ne change pas de valeur. A titre d’exemple, admet-
tons que la sonie d’un son de niveau L dBSP L soit de N sone et supposons que le niveau de ce son
évolue dans le temps autour de L dBSP L avec une amplitude de ±∆L dBSP L ; et bien tant que ∆L
reste inférieure à une valeur seuil, la sonie reste de N sone. Cette valeur seuil qui correspond à la plus
petite variation du stimulus juste audible s’appelle seuil différentiel. Elle s’exprime dans l’unité de la
grandeur excitatrice à laquelle elle se rattache, et en règle générale, sa valeur en dépend. Par exemple,
le seuil différentiel de fréquence d’un son pur dépend de la fréquence de ce son pur.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 57


Toute étude psychoacoustique débute par une phase expérimentale qui consiste à obtenir des
réponses de la part d’un nombre d’individus statistiquement acceptable. Chaque personne qui se prête
à une telle expérience est stimulée par des sons et doit effectuer une tâche qui lui permet de s’exprimer
sur une sensation auditive. Le but de l’expérience est d’obtenir une correspondance entre une grandeur
sensorielle et une grandeur d’excitation. Dans le cadre des études psychoacoustiques le terme sujet
désigne un individu qui accepte de participer à l’expérience. Il va de soi qu’un grand nombre de
précautions sont requises pour garantir le bon déroulement de ce type d’expérience « sur » l’homme.
Aucune discussion sur les protocoles expérimentaux communément suivis ne sera menée dans cette
leçon mais ceux-ci seront parfois évoqués ou résumés. De même, les différents traitements statistiques
de données ne seront pas directement abordés dans ce qui suit bien qu’ils furent indispensables pour
assurer la validité de toutes les courbes qui seront analysées.

8.2 Anatomie fonctionnelle de l’oreille


Le pavillon est la partie visible de l’oreille externe. Il focalise les ondes sonores vers le conduit
auditif externe. Celui-ci se termine par une fine membrane inclinée à 45◦ , le tympan. Le tympan sépare
l’oreille externe de l’oreille moyenne qui est une cavité remplie d’air reliée au pharynx par la trompe
d’Eustache. Ce canal peut s’ouvrir lors de la déglutition ou lors du bâillement afin d’effectuer une
égalisation de la pression statique de part et d’autre du tympan, lui assurant toute liberté dans ses
mouvements vibratoires.
L’oreille moyenne reçoit les vibrations du tympan et les transmet à l’oreille interne via la chaîne
des osselets. Le premier os de cette chaîne est le marteau qui est fixé d’un côté au tympan et de l’autre
côté au deuxième os : l’enclume. L’enclume mobilise le troisième os : l’étrier. Ce dernier est accolé à
la fenêtre ovale qui est l’une des deux ouvertures de la cochlée. La figure 8.1 donne une représentation
des principaux organes de l’oreille ; la figure 8.3 en schématise le fonctionnement.
La cochlée est une structure osseuse faite d’une lame spirale en son centre et d’une lame des
contours à sa périphérie. Vue de l’extérieur elle montre un enroulement sur elle-même de deux tours
trois quart à l’image d’une coquille d’escargot. Pour cette raison elle est aussi appelée : limaçon. Elle
est formée de trois tubes cylindriques remplis de liquide lymphatique. Sur une section transversale, la
cochlée présente dans sa partie supérieure la rampe vestibulaire dont une extrémité est la fenêtre ovale.
La cavité inférieure s’appelle la rampe tympanique dont une extrémité est la fenêtre ronde (seconde
ouverture de la cochlée). La cavité intermédiaire est la rampe (ou canal) cochléaire, interrompu au
sommet de la cochlée par l’hélicotrema qui fait communiquer les rampes vestibulaire et tympanique.
Le canal cochléaire est séparé de la rampe vestibulaire par la membrane de Reissner ; il est séparé de la
rampe tympanique par la membrane basilaire. Cette dernière supporte l’organe de Corti qui assure la
transduction mécano-électrique et génère l’influx nerveux porteur du signal auditif vers le cerveau. La
figure 8.2 facilite la visualisation de ce qui vient d’être décrit. Les canaux semi-circulaires appartiennent
à l’organe de l’équilibre qui se trouve également dans l’oreille interne mais qui n’intervient en rien
dans la perception auditive. Contrairement à ce que l’on observe sur le schéma de la figure 8.1, on
compte en réalité trois canaux semi-circulaires : un pour chaque direction de l’espace.
La membrane basilaire entre en vibration sous l’action de l’étrier. Ses propriétés mécaniques
varient sur sa longueur de 3,2 cm environ pour deux raisons : premièrement parce que la largeur de sa
section transversale est cinq fois plus grande à son sommet (l’apex, situé à proximité de l’hélicotrema)
qu’à sa base (qui affleure les fenêtres ronde et ovale) et deuxièmement parce qu’elle est plus fine à l’apex
qu’à la base. Un son pur entraîne un mouvement sinusoïdal de l’étrier qui provoque des variations
de pression sur la fenêtre ovale. Les ondes de pression se propagent dans la rampe vestibulaire et la
rampe tympanique. Ces rampes forment du point de vue acoustique un seul guide d’onde puisqu’elles
communiquent à l’hélicotrema. Il s’instaure alors entre les deux fenêtres un système d’ondes station-
naires. Le canal cochléaire, pris en tenaille entre les deux rampes, entre en vibration au niveau de la
membrane basilaire car la membrane de Reissner est trop rigide. La membrane basilaire se déforme
transversalement ; elle monte et descend localement en fonction des cycles de vibration. Cependant,
la variation des propriétés mécaniques de cette membrane lui confère des modes de vibration : à une
fréquence correspond une zone de résonance. A cet emplacement les mouvements de la membrane
sont les plus amples. La membrane basilaire détecte ainsi les fréquences aiguës à sa base (près des
fenêtres) et les fréquences graves à son sommet (l’apex, près de l’hélicotrema). Cette propriété permet
de dresser une carte tonotopique très précise de la membrane basilaire. La détection des sons hamo-
niques, et par extention celle des bruits quelconques, repose sur le principe de superposition des ondes
et sur l’analyse de Fourier. En ce qui concerne la perception de l’intensité sonore : c’est l’amplitude
de l’enveloppe des vibrations de la membrane basilaire qui suit le niveau acoustique. La membrane
basilaire constitue donc un analyseur mécanique passif de fréquence. Les figures 8.6 et 8.7 illustrent la

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 58


Figure 8.1 – Schéma d’ensemble de l’anatomie de l’oreille

Figure 8.2 – Histologie de la cochlée en coupe, une section du limaçon et un agrandissement de


l’organe de Corti

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 59


Figure 8.3 – Schéma de principe général montrant le fonctionnement de l’oreille

déformation de la membrane basilaire en fonction des son purs. A la lecture de la courbe de la figure
8.7 on constate que le maximum de déformation transversale de la membrane basilaire est localisée à
20 mm de sa base pour la fréquence de 1 kHz.
Dans la cochlée, l’organe de Corti (dessiné dans l’encadré de la figure 8.2) est le site de la
transduction mécano-électrique. On se reportera à la figure 8.4 pour visualiser l’histologie de l’organe
de Corti et à la figure 8.5 pour en dégager les principaux éléments. Il comporte des cellules ciliées dont
les cils baignent dans l’endolymphe du canal cochléaire. Ces cellules sont implantées tout le long de
la membrane basilaire et alignées en rang : trois rangées de cellules ciliées externes et une rangée de
cellules internes. L’extrémité des cils touche la membrane tectoriale. Les soulèvements et abaissements
de la membrane basilaire provoquent des mouvements de cisaillements de l’organe de Corti contre la
membrane tectoriale (voir la figure 8.8). Ce cisaillement force l’inclinaison et le redressement des cils
des cellules ciliées.
Etant donné la carte tonotopique de la membrane basilaire, seules les cellules ciliées placées
au niveau de la zone de résonance sont sollicitées pour une excitation à une fréquence donnée. Par
exemple à 1 kHz, ce sont essentiellement les cellules ciliées disposées à 20 mm de la base de la
membrane basilaire qui effectuent la transduction. A cet égard on se reportera aux courbes de la
figure 8.6 qui dessinent les enveloppes des modes de vibration de la membrane basilaire pour sept
fréquences de stimulation. Quant à la figure 8.7, elle illustre le lien entre l’abscisse du maximum de
déformation de la membrane basilaire et la fréquence du stimulus.
Sans entrer dans le détail de la création de l’influx nerveux, notons juste que l’inclinaison des cils
dépolarise les cellules sensorielles. Le schéma de la figure 8.10 synthétise les étapes de la transduction
mécano-électrique d’une cellule ciliée interne. Les courbes d’accord tonales de la figure 8.11 montrent
que le niveau de pression acoustique nécessaire à la mesure d’un potentiel électrique fixé varie du tout
au rien selon la fréquence. Si la fréquence excitatrice est accordée sur celle de la résonance ; alors le
potentiel électrique souhaité est délivré par les cellules ciliées sollicitées dès que le niveau de pression
atteint quelques décibels.
Le seuil très bas des réponses électriques enregistrées dans le nerf cochléaire a longtemps fait
supposer l’existence d’un mécanisme local de renforcement de la sélectivité en fréquence des cellules
sensorielles de la cochlée. Le fonctionnement de ce dispositif repose sur l’activité d’amplification active
des cellules ciliées externes capables de se contracter au rythme de la fréquence d’excitation (trans-
duction électromécanique). Les vibrations mécaniques locales de la membrane basilaire sont donc
amplifiées localement. Les cellules ciliées internes sont reliées exclusivement au système afférent (de
la périphérie vers le cerveau) à raison d’une quinzaine de fibres nerveuses par cellule. L’innervation
afférente des cellules ciliées externes est beaucoup plus faible puisqu’on observe une fibre nerveuse
pour plusieurs cellules. Par contre ces cellules sont en contact avec la quasi totalité des fibres ner-
veuses du système efférent (du cerveau vers la périphérie). Cette répartition de l’innervation (90 % des
fibres afférentes pour les cellules ciliées internes) corrobore l’attribution de la transduction mécano-
électrique aux cellules ciliées internes tandis que les cellules externes n’interviennent que pour amplifier
la vibration de la membrane basilaire.
Les cellules ciliées internes comprennent à leur base un appareil présynaptique qui libère un
neurotransmetteur dont la nature est encore méconnue (probablement du glutamate). Le nombre de
quanta libérés est directement lié à la dépolarisation de la cellule neurosensorielle. L’innervation effé-
rente motrice des cellules ciliées externes s’accompagne d’une production d’un neurotransmetteur bien
connu : l’acétylcholine. Ces efférences ne sont pas responsables des contractions rapides d’amplifica-
tion de la membrane basilaire mais de contractions lentes dont le rôle est indéterminé actuellement.
L’hypothèse principale avance qu’il s’agirait d’un système de contrôle du gain et de la sélectivité

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 60


Figure 8.4 – Histologie de l’organe de Corti et agrandissement des cellules ciliées

Figure 8.5 – Schéma de principe de l’organe de Corti

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 61


Figure 8.6 – Mode de vibration de la membrane basilaire

Base Apex

Figure 8.7 – Maxima de déformation transversale de la membrane basilaire en fonction de la fréquence

Apex

Base

Figure 8.8 – Déflection de l’organe de Corti

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 62


Figure 8.9 – Rôle d’amplificateur des cellules ciliées externes dans la déformation de la membrane
basilaire

fréquentielle de l’amplificateur cochléaire.

Figure 8.10 – Schéma de la transduction mécano-électrique réalisée par une cellule ciliée

Deux muscles inhibiteurs situés dans l’oreille moyenne entrent en action lors de la perception
auditive. Il s’agit du stapedius qui s’insère à une extrémité de l’étrier et du tensor tympani qui s’insère
sur le manche du marteau. Lorsqu’ils se contractent, ils réduisent la capacité de la chaîne des osselets
à entrer en vibration. Il s’en suit une diminution de l’amplitude des vibrations mécaniques que subit
la fenêtre ovale et donc une atténuation de la sensibilité auditive. Ces muscles sont activés involontai-
rement avant chaque vocalisation car la source sonore (les organes de la voix) se trouve si proche du
récepteur (l’oreille moyenne) que son intensité atteint des niveaux trop élevés. Par ailleurs, ces muscles
répondent après la perception d’un son extérieur de haut nivau. Dans les deux cas ils jouent un rôle
important de protection du système auditif et contrôlent la dynamique de l’oreille.
Les axones du nerf cochléaire, même s’ils peuvent parfois présenter des activités spontanées, ont
pour fonction de transmettre le signal électrique généré par les cellules ciliées internes jusque dans
les noyaux cochléaires. Ensuite, les informations sonores sont véhiculées en direction du cortex auditif
par les axones de la huitième paire de nerfs crâniens qui partent des noyaux cochléaires. C’est donc

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 63


Figure 8.11 – Courbe d’accord des cellules ciliées internes localisées dans la zone de résonance de la
membrane basilaire qui correspond à la fréquence 18 kHz

Figure 8.12 – Illustration des actions inhibitrices des muscles tenseurs du tympan et de l’étrier

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 64


au niveau de ces noyaux que commence le traitement cognitif des sons. Les efférences des noyaux
cochléaires sont bilatérales et aboutissent dans les noyaux olivaires supérieurs. Cela signifie :
– que du noyau cochléaire gauche (qui ne reçoit ses signaux qu’en provenance de l’oreille gauche)
partent des axones vers le noyau olivaire supérieur gauche mais aussi vers le noyau olivaire
supérieur droit, et,
– que du noyau cochléaire droit (qui ne reçoit ses signaux qu’en provenance de l’oreille droite)
partent également des axones vers les deux noyaux olivaires supérieurs.
Corollaire : les noyaux olivaires supérieurs sont sollicités par des influx en provenance des deux cochlées.
Ceci étant, l’activité de leurs cellules ne dépend pas nécessairement de l’arrivée d’influx en provenance
des noyaux cochléaires. Cela ne se vérifie que pour certaines d’entre-elles, appelées cellules binaurales.
Parmi les cellules binaurales, il existe les cellules EE qui sont excitées lorsqu’elles reçoivent un influx
de l’un des deux noyaux cochléaires (peu importe lequel). On suppose que ces cellules EE sont à
l’origine de la capacité de localisation d’une source sonore d’après le délai existant entre les deux ondes
acoustiques qu’elle fait parvenir à chacunes des deux oreilles. D’autres cellules binaurales sont excitées
par un influx controlatéral et inhibées par un influx ipsilatéral. Ce sont les cellules EI auxquelles on
attribue la capacité de localisation d’une source d’après la différence d’intensité sonore perçue par
chaque oreille.
Entre les noyaux olivaires et le cortex auditif primaire (Le Gyrus de Helsch) il existe de nombreux
noyaux où se croisent les deux voies auditives. La dernière étape sous corticale s’effectue dans le corps
genouillé médian (noyau du thalamus). Une carte tonotopique du Gyrus de Helsch a pu être récemment
dessinée ; elle montre que les basses et les hautes fréquences y sont traitées en des zones distinctes.
On sait également que certaines aires de ce cortex contiennent des cellules de type EE et que d’autres
aires contiennent des cellules de types EI. Mais dans l’état actuel des connaissances, le fonctionnement
de ce système complexe demeure encore assez opaque.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 65


8.3 La détection de l’intensité
8.3.1 Seuil d’audition
Un sujet écoute brièvement, en guise de présentation, un son test sinusoïdal de fréquence fixée.
Il est ensuite contraint d’utiliser un audiomètre de « Békésy ». Ce dispositif expérimental lui impose
de faire varier constamment le niveau du son test qu’il perçoit ou non et enregistre ses actions. S’il ne
presse pas le bouton placé devant lui ; alors le niveau du son test augmente continûment. A l’inverse,
lorsqu’il maintient une pression sur le bouton, le niveau du son ne fait que diminuer. La tâche du sujet
consiste à appuyer sur le bouton dès qu’il perçoit le son et cela jusqu’à ce qu’il ne l’entende plus. Ensuite
il doit relâcher la pression tant que le son test est inaudible, puis appuyer jusqu’à perdre de nouveau
l’audition du son. L’expérience se poursuit ainsi de suite pendant une durée bien choisie : ni trop
longue (pour éviter l’ennui et la déconcentration du sujet) ni trop courte (pour que l’enregistrement
des alternances permette un traitement statistique correct). Il est donc possible d’obtenir un relevé
graphique en dent de scie qui montre le niveau sonore du son test en fonction du temps et dont la
valeur moyenne sur la durée de l’expérience correspond au seuil d’audition du sujet pour la fréquence
du son test. En répétant l’expérience pour un grand nombre de fréquences et chez un grand nombre
de sujets, hommes et femmes jeunes et en bonne santé, le seuil d’audition moyen peut être tracé. La
figure 8.13 en donne une représentation en trait plein tracé dans un gabarit fait de deux courbes en
traits tirets. Pour chaque fréquence on peut observer l’intervalle qui contient 80 % des seuils mesurés
et en dehors duquel se trouvent les seuils extrêmes : 10 % des sujets ont un seuil au dessus du point
de la courbe des 90 % et 10 % des sujets ont un seuil en dessous du point de la courbe des 10 %.
Comme ces intervalles varient de 10 à 25 dBSP L selon la fréquence choisie, il apparaît clairement que
le seuil d’audition possède une dispersion très variable. En particulier la figure 8.13 montre que le
seuil d’audition diffère beaucoup d’un individu à l’autre aux fréquences extrêmes. Le seuil d’audition
présente une forme en « U » : il décroît de l’infini jusqu’à son minimum qu’il atteint pour une fréquence
voisine de 3400 Hz, puis il croît de nouveau jusqu’à l’infini.
L’information principale de cette étude réside dans la mise en évidence de la zone fréquentielle
de sensibilité maximale de l’oreille qui se situe entre 2 et 5 kHz. Dans cette zone la dispersion est
assez faible (entre 10 et 15 dBSP L ).
Il y aurait encore beaucoup à dire concernant le seuil d’audition. Notamment, comme le montre
la figure 8.14, il se dégrade avec l’age dans les hautes fréquences. La perte de sensibilité à 10 kHz
est d’environ 25 dBSP L entre 20 ans et 60 ans. Par ailleurs les deux oreilles d’une même personne
ne présentent généralement pas le même seuil d’audition. Et des troubles auditifs peuvent survenir
suite à certaines expositions, affectant le seuil d’audition de l’une ou de l’autre oreille, pour certaines
bandes de fréquences seulement. En résumé, le seuil d’audition d’une personne varie tout au long de
sa vie. Ainsi il est recommandé aux professionnels des métiers du son de le surveiller régulièrement
surtout s’ils se soumettent fréquemment à des niveaux sonores élevés.

Figure 8.13 – Seuil d’audition

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 66


Figure 8.14 – Influence de l’âge sur le seuil d’audition des hautes fréquences

8.3.2 Effets de masque


Le protocole expérimental décrit au paragraphe précédent peut être légèrement modifié en ajou-
tant un bruit masquant (encore appelé bruit parasite) pendant la phase où le sujet effectue sa tâche.
Dans ce cas l’étude permet d’obtenir un seuil d’audition en présence d’un bruit masquant. Celui-ci
se trouve toujours au dessus du seuil d’audition vu précédemment et que l’on convient de renommer
« seuil d’audition absolu » pour éviter toute confusion. Le premier intérêt d’un seuil d’audition obtenu
en présence d’un bruit masquant est d’observer la réponse en fréquence de l’oreille humaine dans une
situation plus proche de la réalité que celle des tests audiométriques. Car il est évident que dans bien
des cas la perception des sons s’effectue dans un environnement bruyant.
La figure 8.15 montre un réseau de courbes paramétrées. Ce sont les seuils d’audition en présence
de bruits blancs masquants qui ne diffèrent
4 que par leurs niveaux. Ces bruits proviennent d’une somme
de pressions sinusoïdales du type : P̂ sin(2πfi t + ϕi ). Les fréquences sont choisies de sorte qu’elles
i
couvrent finement l’intervalle [20; 20000] et les phases sont prises aléatoirement entre 0 et 2π mais en
veillant à ce que leur répartition statistique soit uniforme. Les niveaux lW R sont - calculés
. à partir des
Pef f
mesures de pression efficace Pef f de chaque bruit par la formule : lW R = 20log −43. Il s’agit
2.10−5
de niveaux de densité spectrale (1) . L’effet de masque modifie grandement le seuil d’audition puisqu’il
perd sa forme en « U ». De plus la représentation graphique des seuils de détection en présence de
bruits de niveaux différents forme un réseau de courbes parallèles. Ceci montre que dans ces conditions
d’écoute l’allure de la réponse en fréquence de l’oreille ne dépend pas du niveau de bruit masquant : elle
est horizontale pour les fréquences inférieures à 500 Hz et croissante selon une pente de 10 dB/decade
pour les fréquences supérieures à 500 Hz.
Si l’on filtre le bruit blanc à l’aide d’un passe-bas qui atténue les fréquences supérieures à 500 Hz
selon une pente de 10 dB/decade (voir la figure 8.16) ; alors on génère un bruit uniformément masquant.

(1). Un bruit blanc peut être obtenu sur une bande de fréquences quelconque (pas nécessairement la bande 20 Hz
- 20 kHz). Puisque les amplitudes de chacunes de ses composantes sinusoïdales sont égales, son niveau dépend de sa
2
Pef
I f
largeur de bande ∆f = fmax − fmin . Il est possible de définir sa densité spectrale : R = = qui exprime son
∆f 400∆f
intensité par Hz. Un bruit blanc de référence a été défini. L’intensité de chacunes de ses composantes vaut 10−12 W/m2
10−12
et sa largeur de bande est 1 Hz ; sa densité spectrale vaut donc : R0 = W/(m2 Hz). Il vient alors la définition
1 - . - .
R I/∆f
du niveau de densité spectrale d’un bruit blanc de largeur de bande ∆f : lW R = 10log = 10log =
8 9 R0 10−12 /1
2 - .
Pef f Pef f
10log = 20log − 10log (∆f ). Le niveau de densité spectrale est donné en dBSP L ou en dB
4.10−10 ∆f 2.10−5
pour alléger l’écriture

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 67


Et les seuils d’audition deviennent horizontaux sur tout le spectre de l’audible comme le montre les
courbes de la figure 8.17. Ces premiers résultats seront complétés plus loin par la présentation de la
notion de bandes critiques. D’ores et déjà il apparaît clairement que la perception auditive change
grandement selon que l’écoute s’effectue dans un environnement bruyant ou non.

Figure 8.15 – Courbes d’effet de masque de bruits blancs

Figure 8.16 – Atténuation permettant l’obtention d’un bruit uniformément masquant

Les effets de masque dus à des bruits larges bandes se produisent sur tout le spectre de l’audible.
Si le bruit masquant est centré sur une fréquence particulière et qu’il possède une bande étroite ;
alors l’effet de masque est localisé autour de la fréquence centrale du bruit masquant (1) . La figure
8.18 montre les seuils d’audition obtenus en utilisant des bruits masquants à bande étroite (160 Hz
de largeur) centrée sur 1 kHz et ayant cinq niveaux de densité spectrale différents (20, 40, 60, 80
et 100 dBSP L ). Le seuil d’audition absolu est également tracé sur la figure. Tous les seuils ont la
même allure : ils sont confondus avec le seuil absolu dans les basses fréquences, présentent un pic
à 1 kHz (fréquence centrale du masque) dont le sommet est égal au niveau de densité du masque,
puis se fondent de nouveau avec le seuil absolu à partir d’une fréquence suffisamment élevée. On
constate que l’effet de masque est beaucoup plus important sur les hautes fréquences que sur les
basses fréquences. En effet, la pente du pic des courbes d’effet de masque est bien plus raide du côté
des fréquences inférieures à 1 kHz que du côté des fréquences supérieures à 1 kHz. L’effet de masque
sur les hautes fréquences dépasse largement la fréquence maximum du bruit masquant. Ce phénomène
s’accentue avec l’augmentation du niveau de densité du masque et survient pour n’importe quel bruit
masquant à bande étroite (pas nécessairement centré sur 1 kHz). Il suffit d’observer les courbes de
la figure 8.19 pour s’en convaincre. Par ailleurs, le décrochage des deux courbes correspondant aux
niveaux LG = 80 dBSP L et LG = 100 dBSP L de la figure 8.18 s’explique par la perception d’un
son différentiel. Lorsque la fréquence test est légèrement supérieure à la fréquence centrale du bruit

(1). Les premiers résultats concernant le masquage par un bruit de bande étroite ont été pubilés au JASA par Egan
et Hake en 1950.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 68


Figure 8.17 – Effet de masque sur le seuil d’audition produit par des bruits uniformément masquants

masquant et que son niveau s’approche du niveau de densité du masque, l’oreille détecte une autre
fréquence qualifiée de différentielle. Ainsi, pour prendre un exemple, le point de minimum local de la
courbe LG = 100 dBSP L (environ 1300 Hz, 79 dBSP L ) indique le seuil d’audition d’une fréquence
différentielle, autre que la fréquence diffusée (1300 Hz). Si les sujets reçoivent comme instruction de
se concentrer sur la détection de la fréquence test ; alors le décrochage de la courbe d’effet de masque
disparait et celle-ci se confond avec la portion tracée en traits tirets.

Figure 8.18 – Effet de masque sur le seuil d’audition produit par des bruits à bande étroite de
différents niveaux

Le dernier effet intéressant en ce qui concerne les bruits masquants est celui que produit les
bruits passe-haut et passe-bas. En balayant le spectre de l’audible du grave à l’aigu, on remarque que
le seuil d’audition en présence d’un bruit passe-haut se confond d’abord avec le seuil absolu puis qu’il
s’en détache selon une pente ascendante très raide (au voisinage de la fréquence inférieure du bruit
parasite) et qu’il suit finalement le seuil d’audition en présence d’un bruit blanc (+10 dB/decade).
Son flanc montant est celui du pic du seuil d’audition en présence d’un bruit à bande étroite ayant
la même fréquence inférieure que celle du passe-haut. En guise d’illustration, disons que l’on peut
superposer le début de la courbe d’effet de masque en traits tirets de la figure 8.20 avec le début de
celle qui correspond à LG = 60 dBSP L de la figure 8.18. Le seuil d’audition en présence d’un bruit
passe-bas respecte lui aussi cette règle de combinaison. Il suit d’abord celui obtenu en présence d’un
bruit blanc (dans sa partie basses fréquences). Il présente ensuite un flanc descendant identique à celui
du pic de la courbe d’effet de masque en présence d’un bruit à bande étroite ayant la même fréquence
supérieure que celle du passe-bas. Il rejoint enfin le seuil d’audition absolu. La courbe en trait plein
de la figure 8.20 est d’abord horizontale (effet de masque d’un bruit blanc dans les basses fréquences)

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 69


Figure 8.19 – Effet de masque sur le seuil d’audition produit par des bruits à bande étroite centrée
sur différentes fréquences ayant tous un niveau de densité spectral de 60 dBSP L

puis elle décroît exactement comme le fait le pic de la courbe correspondant à LG = 60 dBSP L de la
figure 8.18 avant de se confondre avec la courbe en trait gras (seuil d’audition absolu).

Figure 8.20 – Effet de masque sur le seuil d’audition produit par un bruit passe-bas (en trait plein)
et un bruit passe-haut (en traits tirets)

Après avoir montré l’influence de bruits de bande sur le seuil d’audition, observons comment la
détection peut être perturbée par un son pur (1) . L’expérience psychoacoustique utilise un audiomètre
de Békésy en diffusant un son pur de 1 kHz à 80 dBSP L en plus de la fréquence test. La figure 8.21
rassemble le seuil d’audition ainsi obtenu et le seuil d’audition absolu (pour rappel). Les deux courbes
sont confondues pour les fréquences inférieures à 500 Hz. Entre 500 Hz et une fréquence légèrement
inférieure à 1 kHz, l’effet de masque se traduit par la croissance forte du seuil d’audition en présence
du masque. Au voisinage de la fréquence masquante le sujet perçoit des battements qui rendent sa
tâche d’ajustement du niveau de la fréquence test impossible. Il en est de même au voisinage des
harmoniques du masque. Ceci explique les zones hachurées de la figure 8.21. Le phénomène le plus
intéressant apparaît lorsque la fréquence test se situe entre la fréquence masquante et sa première
harmonique (voir la partie entre 1 et 2 kHz de la figure 8.21). Il réside dans la détection d’un son
différentiel, de fréquence inférieure à celle du masque et dont le seuil se situe bien en dessous de celui
de la fréquence test. Prenons un exemple extrait de l’interprétation de la figure 8.21 ; considérons
une fréquence quelconque comprise entre 1000 et 2000 Hz, soit 1500 Hz. Lorsque le sujet ajuste le
niveau de la fréquence test de 1500 Hz en présence du son masquant de 1000 Hz, il n’entend pas
cette fréquence test de 1500 Hz mais une fréquence inférieure à 1000 Hz. De plus cette fréquence
différentielle est détectée par le sujet à partir d’un niveau « relativement faible ». Si tous les sujets
participant à l’expérience reçoivent comme instruction d’ajuster le niveau de sorte qu’ils perçoivent en
plus du son masquant, non pas le son différentiel, mais la fréquence test précisément ; alors on obtient
comme seuil d’audition la courbe en traits tirets de la figure 8.21.
La figure 8.22 permet de comprendre l’influence du niveau de la fréquence masquante sur la
courbe d’effet de masque. Plus le niveau d’une fréquence masquante est élevé, plus elle perturbe

(1). L’effet de masque par un son pur est étudié depuis les années 20. Les premiers résultats ont été obtenus par
Wegel et Lane aux laboratoires Bell en 1924.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 70


l’audition du côté des fréquences qui lui sont supérieures. On constate notamment qu’un son pur de
1 kHz de haut niveau (90 dBSP L ) modifie le seuil d’audition absolu sur une bande large de 9000 Hz
du côté des fréquences aigües tandis qu’il ne le modifie que sur une bande de 500 Hz du côté des
fréquences basses.

Figure 8.21 – Effet de masque sur le seuil d’audition produit par un son pur de 1 kHz à 80 dBSP L

Figure 8.22 – Effet de masque sur le seuil d’audition produit par des sons purs de 1 kHz de différents
niveaux

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 71


8.4 La détection fréquentielle et les bandes critiques
8.4.1 Seuils différentiels de fréquence
On appelle son pur de fréquence f1 modulé en fréquence à la fréquence de modulation fmod selon
une amplitude de modulation 2∆f0 , une pression acoustique dont la variation temporelle s’écrit :
p(t) = P̂ sin [2π(f1 + ∆f0 sin(2πfmod t))t]. Supposons que l’on fixe tous les paramètres d’un tel son
sauf ∆f0 et que l’on mette en place une expérience psychoacoustique dont le protocole permet de
déterminer la plus petite valeur de ∆f0 qui provoque une sensation chez le sujet. La moyenne de ces
plus petites valeurs de ∆f0 , calculée à partir des réponse du panel s’étant prêté à l’expérience, est
appelée « seuil différentiel de fréquence ». On la note : ∆f . La figure 8.23 montre un réseau de courbes
paramétrées par la fréquence modulée qui établissent un lien entre le seuil différentiel de fréquence
(∆f ) et la fréquence de modulation (fmod ). On y lit par exemple que si l’on module une fréquence de
1000 Hz (f1 = 1 kHz) à raison de 20 cycles par seconde (c’est-à-dire pour fmod = 20 Hz) il faut que
les variations de fréquence s’effectuent entre 995 et 1005 Hz (∆f = 5 Hz) pour que cette modulation
soit perceptible. On constate que toutes les courbes de cette figure présentent un minimum pour
fmod = 4 Hz. Cela signifie que le système auditif est particulièrement sensible à cette fréquence de
modulation lorsqu’il s’agit de détecter des modulations de fréquence. Ces courbes donnent également le
plus petit seuil différentiel de fréquence pour les six sons purs : 200, 400, 1000, 2000, 4000 et 8000 Hz.
A titre d’exemple, il faut faire varier la fréquence d’un son de 2 kHz dans un intervalle d’amplitude
au moins égale à 10 Hz (±5 Hz) pour que cette modulation de fréquence soit perçue.

Figure 8.23 – Influence de la fréquence de modulation sur les seuils différentiels de fréquence

Les courbes de la figure 8.24 qui résultent d’expériences où la fréquence de modulation vallait
4 Hz, montrent que chaque seuil différentiel de fréquence sépare la zone de l’audible en deux parties :
une partie où la modulation est perçue et une autre où elle ne l’est pas. Il est par exemple impossible
d’entendre la modulation de fréquence à ±3 Hz si le son pur possède une fréquence supérieure à
1 kHz ; et cela même pour un niveau très élevé. A l’inverse, une modulation de fréquence entre 997 et
1003 Hz peut être détectée si le niveau du son est suffisamment élevé (environ 80 dBSP L ). Cette figure
indique également qu’une variation de fréquence de ±2 Hz est audible à condition qu’elle affecte un
son de fréquence inférieure à 500 Hz et dont le niveau est supérieur à 40 dBSP L .
Comme on vient de l’évoquer le seuil différentiel n’est pas indépendant du niveau sonore de la
fréquence modulée. La courbe de la figure 8.25 montre que le seuil différentiel pour un son de 1000 Hz
modulé à 4 Hz n’est constant que pour des niveaux supérieurs à 30 dBSP L . A contrario, pour les faibles
niveaux ce seuil varie beaucoup. Cette allure se généralise aux seuils différentiels d’autres fréquences
qui décroissent fortement avec le niveau et qui se stabilisent à partir d’un niveau fixé.
Le résultat le plus important en ce qui concerne le seuil différentiel de fréquence consiste en la
courbe de la figure 8.26. Celle-ci montre qu’en dessous de 500 Hz le seuil différentiel de fréquence
ne varie pas et qu’au dessus de 500 Hz il augmente proportionnellement à la fréquence. Ceci suggère
d’émettre l’hypothèse que l’oreille traite les sons de manière différente selon que leur fréquence est
supérieure ou inférieure à 500 Hz. Les courbes d’effet de masque de bruits blancs (figure 8.15) étudiées
plus haut semblaient, elles aussi, indiquer que le traitement des sons distinguait ces deux zones du
spectre de l’audible. On a ici une piste importante concernant la compréhension de l’analyse fréquen-
tielle opérée par l’ouïe dans la partie du spectre située au delà de 500 Hz : il semble qu’elle traite les
sons à l’instar d’un système basé sur une relation de proportionnalité avec la fréquence. Comme on le
verra plus loin, il s’agit en fait d’un ensemble de 24 filtres à bande étroite (les bandes critiques) dont

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 72


Figure 8.24 – Valeurs limites des seuils différentiels de fréquence (fmod = 4 Hz)

Figure 8.25 – Seuil différentiel de fréquence à 1 kHz (fmod = 4 Hz)

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 73


la largeur est proportionnelle à la fréquence centrale.

Figure 8.26 – Seuil différentiel de fréquence en fonction de la fréquence modulée (à 4 Hz)

Supposons que l’on choisisse de moduler la fréquence de coupure d’un bruit passe-haut afin d’en
déterminer le seuil différentiel. On trace alors la courbe en trait plein de la figure 8.27 et on constate
sa ressemblance avec celle de la figure 8.26 (reprise en traits tirets sur la figure 8.27). Ici aussi, la
fréquence de 500 Hz fait office de frontière. Le seuil différentiel de fréquence de coupure suit une
allure désormais « classique » : il est constant si la fréquence de coupure se situe en deçà de 500 Hz
et il croît proportionnellement à la fréquence de coupure si celle-ci se situe au delà de 500 Hz.

Figure 8.27 – Seuil différentiel de fréquence de coupure pour un bruit passe-haut (en trait plein) et
seuil différentiel de fréquence (en traits tirets) à 70 dBSP L

8.4.2 Bandes critiques


Présentation et mise en évidence
La notion de bandes critiques est capitale pour comprendre l’analyse fréquentielle réalisée par
l’oreille lors de la perception des fréquences supérieures à 500 Hz. Comme on le verra plus loin, 24
bandes critiques peuvent être définies sur la base de résultats expérimentaux. L’objet de ce paragraphe
est de définir la notion de bande critique via l’exposé d’expériences qui permettent d’obtenir celle
centrée sur 1 kHz.
On a reporté sur la figure 8.28 le seuil d’audition absolu d’un individu. Cette courbe, accidentée
en bien des endroits, présente cependant une partie horizontale pour les fréquences voisines de 1000 Hz
dont le seuil commun se situe à 3 dBSP L . Ceci n’est pas une particularité. On observe souvent cette
zone d’invariance (et parfois d’autres) dans le seuil d’audition d’un sujet. Si l’on ajoute la fréquence
990 Hz à la fréquence 1000 Hz lors du test d’audition de ce sujet, l’exposant ainsi à un son ayant deux
composantes, on constate que le seuil de ce nouveau son test est inférieur à 3 dBSP L . Il vaut 0 dBSP L ,
comme l’indiquent les deux points noirs du diagramme bâtons de la figure 8.29, tous deux placés à

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 74


l’ordonnée 0 dBSP L . Si l’on ajoute encore une composante, le spectre du son test présentant alors
trois raies, à 1000, 990 et 980 Hz ; alors le seuil chute encore et passe à −2 dBSP L comme l’indiquent
les rectangles noirs du diagramme de la figure 8.29. Et ainsi de suite, plus on augmente le nombre de
composantes fréquentielles du son test, plus son seuil diminue. L’analyse de cette décroissance révèle
que la diminution du seuil est de 3 dBSP L à chaque fois que l’on double le nombre de fréquences (voir
la figure 8.29). Mais cette baisse n’est pas infinie. A partir d’un certain nombre de composantes, le
seuil n’évolue plus. La courbe brisée de la figure 8.30 traduit ce phénomène. Elle résulte d’un grand
nombre de tests audiométriques qui employaient des suites de composantes fréquentielles espacées de
10 Hz, en ordre décroissant, à partir de 1000 Hz. Le seuil d’audition dépend de la fréquence dans
un voisinage de 80 Hz à gauche de 1000 Hz. D’autres expériences similaires, utilisant notamment
des suites de composantes supérieures à 1000 Hz (1000 Hz ; 1010 Hz ; 1020 Hz ; etc.) ont permis
de valider l’hypothèse suivante : la chute de 3 dBSP L du seuil d’audition par doublement du nombre
de composantes au voisinage de 1000 Hz ne s’observe que dans la mesure où ces composantes ap-
partiennent à l’intervalle [920 Hz ; 1080 Hz], c’est-à-dire dans une bande de 160 Hz de largeur. Ce
résultat important définit la notion de bande critique centrée sur 1000 Hz. Comme l’obtention de
cette bande repose sur une méthode qui exploite une zone horizontale du seuil d’audition absolu, il
paraît vain de l’utiliser pour déterminer d’autres bandes critiques.

Figure 8.28 – Seuil d’audition absolu d’un individu et effets de masque sur ce seuil produit par un
bruit uniformément masquant

Figure 8.29 – Seuils d’audition de sons à spectre de raies au voisinage de 1000 Hz

Les bruits uniformément masquants « transforment » le seuil d’audition absolu qui a la forme
d’un U en un seuil d’audition horizontal sur une large bande de fréquences (voir les figures 8.17 et

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 75


Figure 8.30 – Seuil d’audition de sons à spectre de raies espacées de ∆f = 10 Hz au voisinage de
f1 = 1000 Hz en fonction du nombre de leurs composantes fréquentielles

8.28). Si l’on effectue des expériences comparables à celles décrites précédemment mais en utilisant
de surcroît, des bruits uniformément masquants, on détermine également la bande critique de 160 Hz
centrée sur 1000 Hz. Les courbes de la figure 8.31 montrent de plus que cette bande est indépendante
du niveau sonore. Les bruits uniformément masquants peuvent donc être utilisés pour déterminer les
bandes critiques autour d’autres fréquences que 1000 Hz.

Deux expériences pour déterminer les bandes critiques


Le protocole expérimental évoqué au paragraphe précédent utilise des bruits uniformément mas-
quants ainsi que des sons à spectre de raies régulièrement espacées pour déterminer une bande critique.
Il est similaire à celui qui a été suivi pour déterminer la bande critique [920 Hz ; 1080 Hz] au voisinage
de 1000 Hz. Dans ce qui suit nous allons présenter deux autres protocoles qui mettent en évidence le
traitement de l’ouïe autour de la fréquence 2 kHz, en d’autres termes, ces protocoles permettent de
déterminer la bande critique de l’oreille autour de 2 kHz. Ils définissent ce que l’on pourrait appeler
des méthodes d’obtention des bandes critiques par « trou de fréquence ».
Soit un masque composé de deux bruits de bande (blancs) de largeur 1/3 d’octave (1) séparés par
un intervalle de fréquence ∆f centré sur 2 kHz. Le niveau de densité spectrale des bruits de bande qui
forment le masque est fixé à 60 dB. L’intervalle ∆f définit un trou de fréquence. Envisageons à présent
des expériences qui conduisent à la détermination du seuil d’audition d’un son pur de 2 kHz (LT ),
situé au milieu du trou ∆f , en présence du masque. La figure 8.32 illustre ce qui vient d’être décrit et
donne l’évolution du seuil LT en fonction de ∆f . Il apparaît clairement sur cette figure que pour tout
intervalle ∆f inférieur à 300 Hz, le seuil d’audition de la fréquence test (2 kHz) est constant ; il est égal
à 50 dBSP L environ. Cela signifie que tous les masques présentant des composantes dans l’intervalle
[2000−150 Hz ; 2000+150 Hz] « jouent fortement leur rôle de masque », et surtout, masquent de
façon unique la fréquence test. Par contre on observe que pour les intervalles ∆f > 300 Hz, le seuil
d’audition de la fréquence test décroît rapidement. Cette expérience suggère donc que le traitement
fréquentiel de l’oreille autour de 2 kHz dépend fortement de l’intervalle [1850 Hz ; 2150 Hz].
Un troisième protocole expérimental consiste à générer un masque grâce à deux sons purs et à
déterminer le seuil d’audition d’un bruit à bande étroite centré sur la fréquence égale à la moyenne

(1). Une bande d’octave est définie comme un intervalle de fréquences tel que sa fréquence supérieure soit égale au
double de sa fréquence inférieure. L’échelle des fréquences a été subdivisée en bandes d’octave normalisées, en bandes
de 1/2 octave normalisées et en bandes de 1/3 d’octave normalisées de sorte que les fréquences frontières exprimées
en Hz soient : {16; 31, 5; 63; 125; 250; 500; 1k; 2k; 4k; 8k; 16k; 31, 5k},
{16; 22, 4; 31, 5; 45; 63; 90; 125; 180; 250; 355; 500; 710; 1k; 1, 4k; 2k; 2, 8k; 4k; 5, 6k; 8k; 11, 2k; 16k; 22, 4k; 31, 5k} et
{12, 5; 16; 20; 25; 31, 5; 40; 50; 63; 80; 100; 125; 160; 200; 250; 315; 400; 500; 630; 800; 1k; 1, 25k; 1, 6k; ...; 12, 5k; ...; 40k}
respectivement.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 76


Figure 8.31 – Seuils d’audition de sons à spectre de raies espacées de ∆f = 10 Hz au voisinage
de f1 = 1000 Hz, en présence d’un bruit uniformément masquant, en fonction du nombre de leurs
composantes fréquentielles

Figure 8.32 – Seuil d’audition d’un son pur de 2 kHz en présence d’un masque constitué de deux
bruits de bande (blancs) de largeur 1/3 d’octave séparés par un intervalle de fréquence ∆f centré sur
2 kHz

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 77


arithmétique des deux sons masquants. Soit par exemple deux fréquences masquantes séparées par un
intervalle ∆f centré sur 2 kHz ayant le même niveau fixé à 50 dBSP L . Ici aussi, ∆f définit un trou
de fréquence. Il est possible de déterminer le seuil d’audition d’un bruit de bande de largeur 50 Hz et
centré, lui aussi, sur 2 kHz. Notons LR ce seuil d’audition ; il s’agit d’un niveau de densité spectrale.
La courbe de la figure 8.33 représente l’évolution de LR en fonction de ∆f . On observe nettement
que cette courbe est constante pour ∆f ≤ 400 Hz et décroissante pour les intervalles supérieurs à
400 Hz. Cette expérience suggère donc que le traitement fréquentiel de l’oreille autour de 2 kHz
dépend fortement de l’intervalle [1800 Hz ; 2200 Hz]. Il faut bien garder à l’esprit le caractère discret
du bruit masquant qui n’est constitué que de deux fréquences. La forte pente de la courbe de la figure
8.33 évoque l’hypothèse de l’existence d’une loi du tout ou rien : la perception auditive autour de
2 kHz ne dépend que d’une bande de fréquences bien définie.

Figure 8.33 – seuil d’audition d’un bruit de bande de 50 Hz centré sur 2 kHz en présence d’un
masque constitué de deux sons purs séparés par un intervalle de fréquence ∆f centré sur 2 kHz
également

Les protocoles expérimentaux vus précédemment sont généralisables à (presque) toutes les fré-
quences audibles. Un point de la figure 8.34, noir ou blanc, fait correspondre une largeur de bande
critique (lue en ordonnée) avec sa fréquence centrale (lue en abscisse). L’ensemble des points noirs
résulte d’expériences utilisant des son tests à composantes discrètes. L’ensemble des points blancs est
issu d’expériences qui utilisent des bruits à bande étroite comme son test. Comme on peut le voir, ces
points ne forment en réalité qu’un seul nuage au milieu duquel on peut tracer une courbe. Fait remar-
quable, cette courbe est pratiquement une ligne brisée : horizontale pour les fréquences inférieures à
500 Hz puis croissante selon une pente d’environ 20 % pour les fréquences supérieures à 500 Hz. On
a donc la relation simple :

∆fG ≈ 100 Hz si fm ≤ 500 Hz,


∆fG ≈ 0, 2fm Hz si fm > 500 Hz.

nombre et normalisation des bandes critiques


Après avoir montré que l’oreille est capable de définir une bande critique autour de n’importe
quelle fréquence donnée, Zwicker et Feldtkeller ont mis en place des expériences dans le but de subdi-
viser le spectre de l’audible en bandes critiques. Comme on le verra ci-après ils ont proposé 24 bandes
normalisées et répertoriées dans les tableaux 8.2 et 8.3. Les deux lignes du tableau 8.1 donnent les
fréquences frontières de la subdivision.
Pour déterminer le nombre de bandes critiques on peut suivre une démarche faisant intervenir,
outre des expériences psychoacoustiques, un raisonnement probabiliste. Lorsque l’on stimule l’oreille
avec un bruit à bande étroite (centré sur une fréquence quelconque), uniformément masqué et présenté
par intermittence (une seconde de bruit, une seconde de silence, etc.), seul un certain pourcentage des
occurrences du bruit est détecté. Le graphique situé en haut de la figure 8.35 illustre une stimulation
auditive par un bruit intermittent à bande étroite uniformément masqué. Comme on le voit sur le
second graphique de cette figure, la probabilité de détection augmente à mesure que le niveau du bruit
de test augmente. L’ordonnée W1 = 0, 5 du point d’abscisse 40 s’interprête de la façon suivante : à
40 dB, 50 % des occurrences du son test sont détectées. Le nuage de points ainsi que la droite tracés

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 78


Figure 8.34 – Largeur de la bande critique ∆fG en fonction de sa fréquence centrale fm

sur cette figure proviennent d’une série d’expériences durant lesquelles le niveau du masque était de
60 dB.
Faisons maintenant un raisonnement probabiliste. Supposons que le son de test présenté par
intermittence, comporte trois bandes étroites et que la tâche des sujets soit simplement de compter le
nombre de fois où ils le détectent. Les sujets ne doivent pas faire de distinction entre une perception
partielle ou totale de la stimulation fréquentielle ; ils doivent simplement compter le nombre de fois
où ils entendent un autre bruit, en plus du masque. Cela signifie du point de vue probabiliste qu’une
détection provient (en fait) de celle d’au moins un des trois bruits à bande étroite. En notant W3 la
probabilité de cette détection il est évident que le nombre 1 − W3 représente la probabilité qu’aucun
des trois bruits n’a été détecté. Or cette probabilité n’est autre que (1 − W1 )3 puisque la probabilité
de non détection d’un bruit est 1 − W1 et que les événements probabilistes sont indépendants. Donc
on a la relation : W3 = 1 − (1 − W1 )3 qui permet de prévoir W3 connaissant W1 .
Par ailleurs, le niveau d’un son constitué de trois bruits ayant le même niveau L dB vaut :
L + 10log(3) dB. Une augmentation de 10log(3) dB ne peut se répercuter sur un seuil de détection
qu’à la condition de rendre la réponse en fréquence de l’oreille horizontale. Or les expériences qui ont
permis de tracer la droite de la figure 8.35 soumettaient les sujets à un bruit uniformément masquant ;
ceci garantissait l’allure horizontale de la reponse en fréquence de leur système auditif (cf. figure 8.17).
Donc le seuil d’audition d’un son constitué de trois bandes étroites et uniformément masqué est égal
au seuil d’une seule bande étroite augmenté de 10log(3) dB.
Fort de ce raisonnement il est possible de tracer (sur la figure 8.36) une courbe prédictive du
seuil d’audition d’un son constitué de trois bandes étroites à partir de la droite reliant W1 et L sur la
figure 8.35. De plus, il est possible de généraliser ce résultat à un son constitué de n bandes étroites.
Les quatre courbes de la figure 8.37 ont été tracées grâce à cette généralisation aux cas n = 3, n = 10,
n = 30 et n = 100.
Les points de la figure 8.37 résultent d’une expérience au cours de laquelle les sujets devaient
compter le nombre d’occurrences d’un bruit blanc présenté par intermittence en présence d’un bruit
uniformément masquant de 60 dB (1) . On constate que la courbe correspondant à n = 30 s’inscrit au
milieu du nuage de points. Cela signifie que l’oreille détecte le bruit blanc comme elle détecterait un son
formé de 30 bandes étroites « bien réparties » sur le spectre de l’audible. C’est la raison pour laquelle
la bande fréquentielle 20-20000 Hz doit être subdivisée en une trentaine de bandes. En pratique, les
auteurs (Zwicker et Feldtkeller) ont réduit ce nombre à 24 bandes critiques.

(1). Il est évident que les expériences utilisaient deux bruits dont la corrélation était voisine de zéro.

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 79


Figure 8.35 – Probabilité de détection d’un bruit à bande étroite en présence d’un bruit uniformément
masquant de 60 dB

Figure 8.36 – Probabilité de détection d’un son formé de trois bruits à bande étroite en présence
d’un bruit uniformément masquant de 60 dB

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 80


Figure 8.37 – Probabilité de détection d’un bruit blanc uniformément masqué vs. courbes probabi-
listes théoriques

Hz 20 100 200 300 400 510 630 770 920 1080 1270 1480 1720
Hz 1720 2000 2320 2700 3150 3700 4400 5300 6400 7700 9500 12000 15500

Table 8.1 – Subdivision du spectre de l’audible en 24 bandes critiques : les 12 premières fréquences
frontières sur la première ligne et les 12 dernières sur la seconde

fm en Hz 60 150 250 350 450 570 700 840 1000 1170 1370 1600
∆fG en Hz 80 100 100 100 110 120 140 150 160 190 210 240

Table 8.2 – Bandes critiques normalisées (début du spectre)

fm en Hz 1850 2150 2500 2900 3400 4000 4800 5800 7000 8500 10500 13500
∆fG en Hz 280 320 380 450 550 700 900 1100 1300 1800 2500 3500

Table 8.3 – Bandes critiques normalisées (fin du spectre)

Leçons d’acoustique pour l’Ingénieur du son 81


Quelques éléments théoriques sur la
directivité des microphones et sur les
couples stéréophoniques

D epuis les années soixante-dix, la stéréophonie s’est imposée comme le système de reproduction
sonore le plus utilisé. Les professionnels de l’industrie audiovisuelle et plus précisément de l’in-
dustrie du disque produisent essentiellement des bandes son stéréophoniques. Aussi, les assistants, les
techniciens ou encore les ingénieurs du son se doivent de maîtriser les techniques d’enregistrement de
mixage ou de diffusion stéréophoniques.
Ce document de cours permet d’acquérir des connaissances théoriques liées à la prise de son sté-
réophonique et à l’utilisation des microphones. Il s’inspire du cours de Carl Ceoen « La stéréophonie à
la RTB » (ref. [1] de la bibliographie) et s’adresse aux élèves des écoles d’audiovisuel en classes de prise
de son. Il suppose du lecteur une aisance concernant les raisonnements scientifiques et mathématiques
du niveau du lycée. Il progresse du plus simple au plus complexe en offrant autant que faire se peut
des illustrations ou des schémas facilitant la mémorisation de la matière. Le but de ce cours est
d’expliquer certains phénomènes physiques couramment rencontrés dans l’exercice de la prise de son ;
ceci afin d’armer des élèves pour affronter les difficultés de leur futur métier. Il peut également servir
de repère à des professionnels de grande expérience mais n’ayant suivi ni formation universitaire ni
études supérieures.
Les deux chapitres du cours sont liés et l’on ne saurait assimiler le second « Sur les couples
stéréophoniques » sans avoir (au moins) lu le premier « Sur la directivité des microphones ». La direc-
tivité d’un microphone est l’une de ses deux caractéristiques essentielles (l’autre étant sa réponse en
fréquence). Les principales directivités de microphone, leur évolution sous l’influence de l’acoustique
d’une salle, leur relation avec la distance séparant le microphone de la source à capter, forment le
corps du premier chapitre. Celui-ci pose donc des bases, introduit des notations et brosse rapidement
la théorie de la prise de son monophonique. Le chapitre suivant traite des couples stéréophoniques.
Après un premier paragraphe consacré à la perception, les trois types de stéréophonies dites « de
temps », « d’intensité » ou « AB » sont définies. Il est ensuite montré comment l’on peut générer, par
l’utilisation d’un couple de microphones, une stéréophonie de temps ou d’intensité. Le développement
de la stéréophonie de temps donne lieu à l’explication des phénomènes de tassement. Le chapitre se
poursuit par l’étude détaillée des couples XY, des couples stéréosonics et du système MS. Les phé-
nomènes de repli vers le centre ou d’inversion stéréophonique sont expliqués. Un dernier paragraphe,
plus pragmatique, aborde de façon succincte d’autres systèmes de captation et ouvre le cours sur des
aspects concrets de la prise de son. Enfin pour un approfondissement mathématique, les étudiants
pourront consulter les annexes.
Le préfixe « stéréo », qui signifie volume, instruit sur l’objet de la diffusion stéréophonique : la
reproduction des volumes sonores. En réalité la localisation d’une source sonore diffusée grâce à deux
haut-parleurs ne possède que deux dimensions : la dimension « gauche droite » et la dimension « devant
derrière ». Mais l’impression de fidélité ressentie lors de l’écoute d’un enregistrement stéréophonique
de qualité est saisissante. Et l’on est parfois surpris de constater que cet enregistrement n’a nécessité
l’emploi que d’un seul couple de microphones ! Les systèmes de diffusion employant trois, quatre voire
plus d’enceintes acoustiques permettent surtout la création d’effets ou d’ambiances sonores fictives
souvent renforcés par une stimulation visuelle (bande son de film). Concernant la musique ou tout
spectacle « purement » sonore, la stéréophonie, parce que bien maîtrisée, demeure la plus fidèle des
reproductions sonores.

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 82


couples stéréophoniques
Sur la directivité des microphones
1
1.1 Directivité d’un microphone en champ libre

U n microphone est un transducteur. Il fournit une tension électrique variable selon la pression
acoustique qui s’exerce sur sa membrane. La sensibilité, exprimée en V/Pa, permet de calculer
la tension aux bornes d’un microphone (en volt) connaissant la pression acoustique (en pascal) qui
s’exerce sur sa membrane. En notant « s » la sensibilité d’un microphone, « U » la tension électrique
délivrée par le microphone et « p » la pression acoustique s’exerçant sur la membrane du microphone,
on a la relation : U = s ∗ p. Cette relation est une égalité de fonctions. En effet, la pression acoustique
et la sensibilité d’un microphone sont fonction du temps « t » et de la position dans l’espace « x, y, z ».
Il faut donc lire : U (t, x, y, z) = s(t, x, y, z)p(t, x, y, z). Ceci étant, en plaçant le microphone au centre
d’un cercle sur lequel se déplace une source acoustique rayonnant une onde acoustique sinusoïdale
de fréquence « ν » , la relation précédente devient : U (ν, α) = s(ν, α)p(ν). L’angle « α » est défini
conformément à la figure 1.1. Enfin, en fixant la fréquence « ν » à une valeur (en Hz), il est possible
de mesurer la tension aux bornes du microphone en fonction de la seule variable « ν ». Le relevé des
mesures de la tension « U » en fonction de l’angle « α » permet de tracer le diagramme polaire du
microphone (1) . Celui-ci caractérise la directivité du microphone dans le plan du cercle de l’expérience
(cercle sur lequel se déplace le haut-parleur de la figure 1.1). Pour la plupart des microphones, le
diagramme polaire est invariant par rotation (dans l’espace) autour de l’axe des ordonnées de la figure
1.1.
Supposons que pour un certain microphone, le relevé des mesures de tension « U » en fonction
de l’angle « α » et à la fréquence « ν » donnée, ne présente qu’une seule et même valeur (en volt).
Cela signifie que ce microphone, à cette fréquence, n’est pas sensible à la variation angulaire : quelque
soit l’angle d’incidence de l’onde acoustique, ce microphone produit une seule et même tension sinu-
soïdale à la fréquence « ν » donnée. Un tel microphone est dit « omnidirectionnel » à la fréquence
« ν ». Son diagramme polaire est un cercle comme le montre la figure 1.1. On remarquera qu’il est
précisé, en marge du diagramme, à quelle fréquence la courbe correspond (1 kHz). Ce choix est bien
entendu arbitraire et ne signifie pas que seule cette fréquence permet d’obtenir une telle courbe. Les
documentations techniques de microphone proposent en général des diagrammes polaires comportant
plusieurs courbes (une courbe par fréquence). Les courbes sont alors repérées par couleur ou style de
trait (pointillés, trait plein, etc.) afin que l’on puisse les rattacher à leur fréquence.
Supposons que pour un certain microphone, le relevé des mesures de tension « U » en fonction
de l’angle « α » et à la fréquence « ν » donnée, soit proportionnel au cosinus de l’angle « α » :
U (α, ν) = V (ν)cos(α). Cela signifie que ce microphone ne capte pas les ondes acoustiques ayant
une incidence de 90◦ ou de 270◦ puisque le cosinus s’annule pour ces angles. D’autres propriétés
du cosinus entraînnent également qu’il délivre deux tensions de signes opposés pour deux incidences
acoustiques symétriques par rapport à l’axe des abscisses (voir la figure 1.1). Un tel microphone est

(1). Un tel relevé ne peut s’obtenir qu’en laboratoire car le microphone doit être placé dans une salle anéchoïque
(sans réverbération) pour garantir qu’il ne soit soumis qu’à une seule onde sonore.

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 83


couples stéréophoniques
dit « bidirectionnel » à la fréquence « ν ». On montre par un raisonnement géométrique que son
diagramme polaire se constitue de deux cercles tangents comme présentés sur la figure 1.1 (Cette
figure est couramment appelée figure-8). On convient d’associer le cercle du haut à la représentation
des tensions positives et le cercle du bas à celle des tensions négatives (d’où la présence symbolique
des signes « + » et « - » sur la figure 1.1).
Ce sont des microphones de type « omnidirectionnel » et « bidirectionnel » qui furent les premiers
mis au point par les grandes compagnies qui produisent les capsules microphoniques (Neumann, Brüel
& Kjær, etc.). Pour des raisons technologiques, ces microphones sont souvent de grande qualité.
De plus, comme on le verra ci-après, la combinaison d’un élément omnidirectionnel et d’un élément
bidirectionnel permet d’obtenir l’une quelconque des principales directivités rencontrées.

Figure 1.1 – Schéma du protocole expérimental permettant le relevé de la tension U en fonction de


l’angle α.

1.2 Les principales directivité rencontrées


Même si théoriquement il est possible d’envisager une courbe de directivité quelconque, l’in-
dustrie des microphones a surtout développé cinq types de directivité. Les deux premières ont été
mentionnées précédemment ; les trois autres sont : la cardioïde, l’hypocardioïde et l’hypercardioïde.
Ces cinq directivités ont un modèle théorique commun : U (α) = V1 + V2 cos(α) avec V1 et V2 deux
tensions constantes. On remarque que ce modèle est indépendant de la fréquence et qu’il permet bien
de retrouver l’omnidirectivité (si V2 = 0) et la bidirectivité (si V1 = 0). On remarque également qu’il
« suffit » d’additionner les tensions délivrées par un microphone omnidirectionnel et un microphone
bidirectionnel pour obtenir un microphone cardioïde, hypocardioïde ou hypercardioïde. C’est grâce à
cette propriété additive que certains microphones à directivité sélectionnable sont réalisés. Ils com-
portent deux capsules microphoniques et un système électronique de sommation (ou de soustraction).
Il existe également d’autres réalisations technologiques à une capsule proposant « directement » une
directivité cardioïde, hypocardioïde ou hypercardioïde (1). Quoi qu’il en soit la modélisation mathé-
matique « U (α) = V1 + V2 cos(α) » reste importante pour comprendre la notion de directivité des
microphones et comparer les diagrammes polaires mesurés aux correspondants théoriques.

(1). On trouvera dans le livre de Christian Hugonnet et Pierre Walder (ref. [4] de la bibliographie) une explication
concernant l’obtention des cinq directivités à partir de deux capsules cardioïdes. C’est ainsi que sont réalisés de nos
jours les microphones à directivité sélectionnable

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 84


couples stéréophoniques
Figure 1.2 – Diagramme polaire de la tension U d’un microphone omnidirectionnel à la fréquence 1
kHz.

+
+
+
+





Figure 1.3 – Illustration de la symétrie par rapport à l’axe des abscisses dans un diagramme polaire.

1.2.1 La Cardioïde
Elle est obtenue en posant dans le modèle : V1 = V2 = V . On obtient alors : U (α) = V (1+cos(α)).
Le tracé du diagramme polaire théorique de la cardioïde (c’est aussi l’appellation mathématique de la
courbe en raison de sa ressemblance avec un cœur) s’obtient par « sommation algébrique du cercle et
de la figure-8 ». Comme le montre la figure 1.5, « OA = OM + OP » et « OB = OM # − OP # ». D’une
manière générale, pour placer un point « C » de la cardioïde correspondant à un angle « α » : on trace
la demi-droite « [O, r) » issue du centre « O » du diagramme polaire et faisant l’angle « α » avec la
verticale ; on repère sur « [O, r) » les points « H » et « K » d’intersection avec le cercle et la figure-8 ;

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 85


couples stéréophoniques
+

Figure 1.4 – Diagramme polaire de la tension U d’un microphone bidirectionnel à la fréquence 1 kHz.

et on effectue « OH − OK » (si α ∈ [90◦ ; 270◦ ]) ou « OH + OK » (sinon).

M
P

B
P’
M’

Figure 1.5 – Tracé de la cardioïde à partir du cercle et de la figure-8.

Un microphone cardioïde ne capte pas l’onde acoustique ayant une incidence de 180◦. Les ondes
acoustiques ayant 90◦ et 270◦ d’angle d’incidence induisent une tension deux fois plus faible que l’onde
acoustique à l’incidence frontale (α = 0◦ ). Outre la forme particulière du diagramme de directivité de
ces microphones, ce sont là leurs principales caractéristiques.

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 86


couples stéréophoniques
1.2.2 L’ hypocardioïde
Elle est obtenue en posant dans le modèle : V1 = 3V2 = 3V . On obtient alors : U (α) =
V (3 + cos(α)). Le tracé du diagramme polaire théorique de l’hypocardioïde s’obtient par somma-
tion algébrique d’un cercle de rayon 3 et d’une figure-8 de longueur 2. La figure 1.6 donne le tracé de
l’hypocardioïde ainsi que le cercle et la figure-8 ayant servi à sa construction.

Figure 1.6 – Tracé de l’hypocardioïde à partir du cercle et de la figure-8.

Un microphone hypocardioïde délivre une tension deux fois plus grande (4V) lorsqu’il est soumis
à une onde en incidence frontale que lorsqu’il est soumis à une onde en incidence arrière (α = 180◦ ).
Il est muet pour aucune incidence et le rapport de la tension résultant de la captation d’une onde
à l’incidence frontale sur celle résultant de la captation d’une onde à l’incidence latérale vaut 4/3.
Ces caractéristiques sont plus proches de celles d’un microphone omnidirectionnel que de celles d’un
microphone cardioïde.

1.2.3 L’ hypercardioïde
Elle est obtenue en posant dans le modèle : 3V1 = V2 = 3V . On obtient alors : U (α) =
V (1 + 3cos(α)). Le tracé du diagramme polaire théorique de l’hypercardioïde s’obtient également par
sommation algébrique ; celle d’un cercle de rayon 1 et d’une figure-8 de longueur 6. La figure 1.7 donne
le tracé de l’hypercardioïde ainsi que le cercle et la figure-8 ayant servi à sa construction. Il faut remar-
quer que ce diagramme polaire présente un croisement en son centre (tout comme la figure-8). Cette
particularité peut être mise en relation avec un changement de signe de la tension pour α compris entre
90◦ et 270◦ . On remarquera juste à titre d’exemple que U (180◦) = V (1+3 cos(180◦ )) = V (1−3) = −2V
et que U (0◦ ) = V (1 + 3 cos(0◦ )) = V (1 + 3) = 4V sont bien de signe opposé.

« Note : Depuis le début du cours, les mesures d’angle sont en degré. Même s’il est plus commode
d’utiliser le radian dans les développements mathématiques, le choix d’exprimer les angles en degré
se justifie par la convention adoptée dans les documentations techniques des microphones. »

Un microphone hypercardioïde délivre une tension deux fois plus grande (et de signe opposé)
lorsqu’il est soumis à une onde en incidence frontale que lorsqu’il est soumis à une onde en incidence
arrière. Il ne capte pas les ondes provenant des deux incidences ± arccos(−1/3) soit environ 110◦ et
environ 250◦. Les ondes en incidence « latérale-arrières » – incidences comprises entre 90◦ et 130◦ ou
comprises entre 230◦ et 270◦ – génèrent des tensions très faibles (inférieures au quart de la tension
maximale 4V).

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 87


couples stéréophoniques
Figure 1.7 – Tracé de l’hypercardioïde à partir du cercle et de la figure-8.

1.2.4 Tableau récapitulatif


Le tableau 1.1 donne une présentation synthétique des résultats théoriques concernant la direc-
tivité des microphones en champ libre. On y retrouve les tensions V1 et V2 , les diagrammes polaires
et les caractéristiques techniques essentielles des microphones.

1.2.5 Diagramme polaire en dB


Le plus souvent les documentations"techniques # des microphones présentent des diagrammes po-
U (α)
laires gradués en décibel : NU = 20log . La tension de référence utilisée (UREF ) est alors
UREF
celle correspondant à l’incidence frontale. La graduation est donc le plus souvent décroissante ; de
« 0 dB » pour le cercle périphérique à « −m dB » pour le point central. On lit donc sur ce type de
diagramme l’atténuation en décibel de la tension induite par l’onde d’incidence « α » par rapport à
l’onde frontale. La valeur minimale « −m dB » est arbitraire, notamment dans le cas de la cardioïde
qui présente en théorie une atténuation infinie pour l’incidence arrière.
La figure 1.8 présente un diagramme polaire gradué en décibel qui regroupe les cinq principales
directivités rencontrées. La figure 1.9 présente les diagrammes polaires du microphone Neumann U 89i.
Ce microphone peut être omnidirectionnel, bidirectionnel, cardioïde, hypocardioïde ou hypercardioïde
selon ce que l’utilisateur désire. Il suffit de tourner un commutateur sur le corps du microphone pour
choisir sa directivité. On remarquera que sur chaque diagramme, seules des moitiés de courbe sont
tracées ; la symétrie par rapport à l’axe des ordonnées de chacune des courbes permet cette entorse
aux tracés complets. Chacune de ces demi-courbes correspond à une fréquence de test. On notera
également que la directivité théorique n’est assurée que pour certaines fréquences (dont la fréquence
1 kHz, souvent prise pour référence) : à 16 kHz, l’omnidirectionnel est en fait bidirectionnel et à 125
Hz, le cardioïde est en fait hypocardioïde.

1.3 Modification de la directivité due au champ diffus


L’étude qui précède respectait une hypothèse importante mais qui n’est (presque) jamais vérifiée
lors de l’utilisation des microphones de prise de son : l’hypothèse du champ libre. En effet, une source
sonore placée dans une salle crée en un point deux rayonnements acoustiques : le rayonnement direct
qui possède les mêmes caractéristiques que le rayonnement en champ libre ; et le rayonnement indirect
qui provient des réflexions sur les parois de la salle. Aussi, utiliser un microphone dans ces conditions

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 88


couples stéréophoniques
Type de directivité V1 V2 Diagramme Po- Caractéristiques Techniques
laire
OMNIDIRECTIONNELLE V 0 Tension indépendante de l’angle d’inci-
dence de l’onde acoustique

BIDIRECTIONNELLE 0 V Muet aux incidences latérales


Sensibilité égale dans les demi-espaces
frontal et arrière mais inversion de
polarité

CARDIOÏDE V V Muet à l’incidence arrière


Tension double pour l’incidence
frontale par rapport aux incidences
latérales

HYPOCARDIOÏDE 3V V Tension double pour l’incidence fron-


tale par rapport à l’incidence arrière
Aucune inversion de polarité

HYPERCARDIOÏDE V 3V Tension double pour l’incidence fron-


tale par rapport à l’incidence arrière
avec inversion de polarité
Tensions faibles voire nulle pour les
incidences latérale-arrières

Table 1.1 – Tableau récapitulatif des différentes directivités.

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 89


couples stéréophoniques
Figure 1.8 – Diagramme polaire gradué en décibel (valeur minimale - 25 dB) des cinq principales
directivités à une fréquence arbitraire.

revient à le soumettre à un champ acoustique complexe formé des rayonnements direct et indirect.
L’objet de ce qui suit est de montrer l’influence de cette situation sur la directivité des microphones.

1.3.1 Relation liant l’intensité acoustique à la tension microphonique


L’acoustique générale établit que la pression acoustique « p » et l’intensité acoustique « I » sont
liées par le produit « ρC » (masse volumique du milieu de propagation multipliée par la célérité du
p2
son) comme suit : I = ρC . Sachant que la tension microphonique « U » dépend de la pression acous-
tique (U
√ √= s × p), on en déduit la relation entre la tension microphonique et l’intensité acoustique :
U = s ρC I . Dans cette relation, seule la sensibilité « s » du microphone dépend de l’angle d’inci- √
dence de l’onde acoustique d’intensité « I ». Aussi, il vient la forme générale suivante : U (α) = f (α) I
où la fonction f permet de traduire la directivité du microphone. Pour un microphone
√ omnidirectionnel
délivrant une tension « V » sous une incidence frontale, on utilisera : U (α) = V I. Pour un microphone√
bidirectionnel délivrant une tension « u » sous une incidence frontale, on utilisera : U (α) = ucos(α)
√ I.
Enfin, pour un microphone de directivité quelconque, on utilisera : U (α) = [V + ucos(α)] I. Cette
dernière relation est importante puisqu’elle relie l’intensité acoustique d’une onde atteignant la mem-
brane d’un microphone de directivité quelconque avec la tension que celui-ci délivre.

1.3.2 Puissance électrique fournie par un microphone sous 1 ohm


Un microphone est un générateur électrique qui délivre une tension alternative aux bornes d’une
impédance (en règle générale l’étage d’entrée d’un pré-amplificateur). Comme il l’a été établi au
paragraphe précédent ; sous une incidence « α », une onde acoustique d’intensité « √ I » induit aux
bornes d’un microphone de directivité quelconque la tension : U (α) = [V + ucos(α)] I. Supposons
que l’impédance aux bornes de laquelle le microphone est branché soit égale à 1 ohm. La puissance
2
« W » fournie par le microphone est alors : W = U 2 = I [V + ucos(α)] . Fixer de la sorte l’impédance
à 1 ohm ne nuira pas à la généralité de l’étude qui suit puisqu’elle sera menée à fréquence constante
et que les résultats seront donnés en décibel.

1.3.3 Contribution de l’onde directe


Soit un microphone de directivité quelconque placé dans une salle en présence d’une source
acoustique rayonnant une onde sinusoïdale. La membrane de ce microphone est soumise à une onde
directe d’intensité « Id ». Cette intensité acoustique contribue à la puissance électrique fournie par

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 90


couples stéréophoniques
Figure 1.9 – Diagrammes polaires du microphone Neumann U 89i.

le microphone de sorte que l’on puisse définir la puissance électrique « Wd » due à l’onde directe :
2
Wd = Id [V + ucos(α)] .

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 91


couples stéréophoniques
1.3.4 Contribution du champ diffus
La membrane du microphone est également soumise au champ diffus dont on supposera qu’il
produit, pour chaque incidence, une unique intensité acoustique réverbérée « Ir » (voir les lois de
Sabine). La contribution du champ diffus résulte de la somme des contributions de chaque incidence
dans l’espace qui entoure la membrane du microphone. La membrane est placée au centre du repère
de l’espace. En coordonnées sphériques, les incidences acoustiques dépendent des deux angles « ϕ » et
« α » définis conformément à la figure 1.10. Considérant les variations élémentaires « dϕ » et « dα » des
angles « ϕ » et « α » , la surface élémentaire sur la sphère unité est « dϕ × sin(α)dα ». Ainsi, la
contribution « Wr » du champ diffus à la puissance électrique fournie par le microphone se calcule
comme suit :

! 2π "! π #
1
Wr = Ir [V + ucos(α)]2 sin(α)dα dϕ,
4π ϕ=0 α=0
!
Ir π
Wr = [V + ucos(α)]2 sin(α)dα,
2 0
- .
u2
Wr = Ir V +2
.
3

Figure 1.10 – Microphone placé au centre de la sphère unité ; définition des angles « α » et « ϕ ».

1.3.5 Diagrammes polaires des puissances microphoniques


La puissance électrique fournie par un microphone de directivité quelconque, sous une impédance
de 1 ohm, et soumis au rayonnement acoustique produit par une source E monochromatique
F (fréquence
2 u2
fixée) dans une salle s’écrit : W = Wd + Wr = Id [V + ucos(α)] + Ir V + 3 .
2

Rappel : Un résultat important de l’acoustique architecturale établit une relation simple entre les
intensités acoustiques directe et réverbérée produites en un point « M » de l’espace situé à la
distance « D » de la source acoustique. En effet, sachant que l’intensité réverbérée est identique
en tout point de la salle alors que l’intensité directe dépend de la distance « D », on définit la
distance critique « Dc » telle que les intensités directe et réverbérées y soit égales.

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 92


couples stéréophoniques
P P
Id (D) = ⇒ Id (Dc ) =
4πD2 4πDc2

P Id (D) P 4πDc2 Dc2


Id (Dc ) = Ir = ⇒ = × =
4πDc2 Ir 4πD2 P D2

- .2
D
Ainsi, Ir = Id (D) (1.1)
Dc
( : ;2 E F)
u2
On obtient, W = Id [V + ucos(α)]2 + DDc V2+ 3 en utilisant (1.1).
La puissance électrique « W » est donc fonction :
– de la directivité du microphone (V, u),
– de l’angle d’incidence de l’onde directe (α),
– de l’intensité directe produite par la source (Id ),
– du rapport de distances « DDc ».
Supposons que dans une salle caractérisée par sa distance critique, on place un microphone au centre
d’un cercle sur lequel se déplace un haut-parleur rayonnant une onde sinusoïdale. La formule obtenue
précédemment montre que le diagramme polaire du microphone dépend du rayon du cercle (distance
D) sur lequel est placé le haut-parleur. Ce résultat est très important. En champ diffus, la directivité
d’un microphone varie en fonction de la distance qui le sépare de la source sonore rayonnante. Quel
que soit le microphone il convient de considérer un ensemble de diagrammes polaires, selon la valeur
du rapport de distances « DDc ». Les figures 1.11, 1.12 et 1.13 donnent les diagrammes polaires des
microphones bidirectionnel, hypercardioïde et cardioïde selon que : DDc = 0 (champ libre) ; DDc = 10 1

(microphone placé très près de la source) ; Dc = 5 ; Dc = 3 ; Dc = 1 (microphone placé à la distance


D 1 D 1 D

critique) ou DDc = 2 (microphone placé au double de la distance critique). Ces figures ont pu être
réalisées grâce aux formules suivantes qui donnent la puissance « W » selon la directivité du microphone
considéré : ( : ;2 )
– microphone cardioïde W = Id V 2 [1 + cos(α)]2 + 43 DDc ,
( : ;2 )
– microphone bidirectionnel W = Id u2 cos2 (α) + 13 DDc ,
( : ;2 )
– microphone hypercardioïde W = Id V 2 [1 + 3cos(α)]2 + 4 DDc .
Il est judicieux de remarquer sur les figures 1.11, 1.12 et 1.13 que les diagrammes polaires évoluent
tous vers le cercle à mesure que le rapport de distances « ρ = DDc » augmente. Ceci signifie que dans
une salle, tout microphone est omnidirectionnel pour les sources dont il est très éloigné. Ce résultat
théorique est largement corroboré par la pratique. Il est un des plus important concernant la prise de
son monophonique.

1.3.6 Indice de directivité et facteur de grossissement apparent


On appelle facteur de grossissement apparent et on note « G# » le rapport de la puissance élec-
trique due à l’onde directe sur la puissance électrique due au champ diffus :

Wd Id [V + ucos(α)]2
G# = = & 2'
Wr Ir V 2 + u3

Selon que ce rapport est supérieur ou inférieur à 1, on considèrera que le microphone capte plutôt
l’onde directe ou plutôt le champ diffus. Il s’interprète donc en terme de qualité de prise de son. Si un
microphone est destiné à capter l’onde directe plutôt que le champ diffus, il faut que « son » facteur
« G# » soit supérieur à 1. À contrario, un microphone destiné à capter le champ diffus devra induire
un facteur « G# » inférieur à 1. √
Considérons un microphone omnidirectionnel délivrant la tension « (V +u) I ». En champ libre,
ce microphone délivre la même tension qu’un microphone de directivité quelconque soumis à une
incidence frontale. La puissance électrique qu’il fournit sous 1 ohm due à un champ diffus d’intensité
« Ir » est donnée par :
Wr0 = Ir (V + u)2

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 93


couples stéréophoniques
0 dB

−50 dB

Figure 1.11 – Evolution du diagramme polaire d’un microphone bidirectionnel en fonction de six
valeurs du paramètre ρ (0, 10 , 5 , 3 ,1 et 2).
1 1 1

0 dB

−50 dB

Figure 1.12 – Evolution du diagramme polaire d’un microphone hypercardioïde en fonction de six
valeurs du paramètre ρ (0, 10 , 5 , 3 ,1 et 2).
1 1 1

On appelle indice de directivité d’un microphone et on note « β » le rapport de « Wr0 » sur la


puissance électrique due au champ diffus que ce microphone fournit « Wr » :

Wr0 [V + u]2
β= =& 2 '.
Wr V 2 + u3

Cet indice caractérise la directivité d’un microphone. En effet, à chaque type de directivité
correspond un indice de directivité. À titre d’exemple, calculons l’indice de directivité d’un microphone

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 94


couples stéréophoniques
0 dB

−50 dB

Figure 1.13 – Evolution du diagramme polaire d’un microphone cardioïde en fonction de six valeurs
du paramètre ρ (0, 10 , 5 , 3 ,1 et 2).
1 1 1

cardioïde (u = V ) :
4V 2
βcardio = 2 = 3.
V 2 + V3
On calcule de même : βhypercardio = 4, βhypocardio = 12 7 et βbi = 3.
En utilisation courante, un microphone est orienté vers la source dont il doit capter l’onde directe.
Ainsi, le facteur de grossissement vaut :
- .2
Wd Id [V + u]2 Id Dc
G =
#
= & u2
' =β =β .
Wr Ir V + 3
2 Ir D
/ 02
La relation « G# = β DDc » est très importante.
Elle relie :
– la qualité de prise de son (G# ),
– le type de microphone utilisé (β),
– la salle où à lieu la prise de son (Dc ),
– la position du microphone (D).
En particulier, l’étude de « G# = 1 » est riche d’enseignements. Quel que soit le microphone utilisé
(caractérisé
√ par un certain « β » ) ; s’il est orienté vers la source rayonnante et placé à la distance
« βDc » de celle-ci, son signal électrique est caractérisé par « G# = 1 ». La puissance électrique due
à l’onde directe est donc égale à la puissance électrique due au champ diffus. Le microphone est donc
placé à une distance frontière au-delà de laquelle il capterait plutôt le champ diffus et en deçà de
laquelle il capterait plutôt l’onde directe. La figure 1.14 illustre le raisonnement précédent.

1.4 Conclusions sur la directivité des microphones


1.4.1 Généralités
Il existe cinq directivités microphoniques : l’omnidirectionnelle, la bidirectionnelle, la cardioïde,
l’hypocardioïde et l’hypercardioïde.
Il est possible de modéliser toute directivité à l’aide des deux premières (omnidirectionnelle et
bidirectionnelle) et la tension délivrée par un microphone soumis à une intensité acoustique « I » sous
l’incidence « α » s’écrit : √
U (α) = [V + u cos α] I.

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 95


couples stéréophoniques
Dans cet exemple, « β = 4 » et « Dc2 = 50 cm ».

Figure 1.14 – Courbe représentative du facteur de grossissement en fonction de la distance entre la


source et le microphone.

1.4.2 Dans une salle


La puissance fournie par un microphone soumis au rayonnement d’une source sinusoïdale sous 1
ohm possède deux contributions : celle issue de l’onde directe et celle issue du champ diffus (somme
des ondes réverbérées).
Toute directivité microphonique est altérée par la contribution du champ diffus. Toutes tendent
vers l’omnidirectionnelle lorsque la contribution du champ diffus augmente.
L’indice de directivité d’un microphone et la distance critique de la salle dans laquelle à lieu la
prise de son permettent de définir une distance frontière. Sous la condition de diriger le microphone
vers la source rayonnante : au-delà de cette distance frontière, le microphone capte essentiellement le
champ diffus ; en deçà de celle-ci le microphone capte essentiellement l’onde directe.

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 96


couples stéréophoniques
Sur les couples stéréophoniques
2
2.1 Localisation d’une impulsion

L ’objectif principal (ou initial) de la diffusion stéréophonique est de créer l’illusion de la présence
d’une source sonore située entre deux haut-parleurs. Cette illusion est réalisée grâce à la mise
en œuvre de certains procédés électroacoustiques. Ce paragraphe présente le résumé d’une étude
didactique portant sur la localisation d’un son bref émis par une paire de haut-parleurs. Les résultats
donnés (les courbes des figures 2.3 et 2.4) proviennent des expériences réalisées par H. Mertens dans
les années soixante et qui font référence en la matière.
Un auditeur est placé face à deux haut-parleurs identiques de sorte que le triangle formé par
le centre de sa tête et les centres des haut-parleurs soit équilatéral. Un générateur électrique délivre
une impulsion de Gauss au début d’une chaîne électroacoustique s’achevant par les haut-parleurs. Un
atténuateur et une ligne à retard sont placés dans la chaîne afin d’introduire un décalage temporel
« ∆t » ou une différence de niveau « ∆W » entre le signal d’alimentation du haut-parleur de droite et
celui du haut-parleur de gauche. Des précautions protocolaires sont prises afin que l’expérimentateur
puisse obtenir de l’auditeur une opinion la plus objective possible sur la direction d’où semble lui
parvenir le son qu’il perçoit. Deux séries de tests sont organisées grâce à la participation d’un large
panel d’auditeurs. Ces tests permettent, après traitement statistique des réponses des auditeurs, de
définir des modélisations mathématiques donnant l’angle de perception du son « ϕ » (−30˚≤ ϕ ≤ 30˚)
en fonction de la différence de niveau « ∆W » ou en fonction du décalage temporel « ∆t » (« ϕ =
f (∆W ) » ou « ϕ = g(∆t) »). Les figures 2.1, 2.2, 2.3 et 2.4 présentent le dispositif expérimental,
un exemple d’impulsion de Gauss ainsi que des modélisations mathématiques simples pour « ϕ =
f (∆W ) » et « ϕ = g(∆t) ».
Les résultats de ces tests (« ϕ = f (∆W ) » ou « ϕ = g(∆t) ») montrent que l’on peut définir
trois types de stéréophonie. La stéréophonie de temps consiste à introduire un décalage temporel
entre les signaux des voies de droite et de gauche. La stéréophonie d’intensité consiste à introduire
une différence d’énergie entre les signaux des voies de droite et de gauche. Enfin, la stéréophonie dite
« AB » (ou mixte) qui consiste à introduire un décalage temporel et une différence d’énergie entre les
signaux des voies de droite et de gauche. L’étude théorique de cette dernière stéréophonie dépasse le
cadre de ce cours. Elle sera définie et ses principales caractéristiques seront présentées sans justification
rigoureuse. Seules les stéréophonies de temps et d’intensité seront détaillées dans la suite du cours.

2.1.1 Commentaires de la figure 2.3


Cette figure montre comment il est possible de créer l’illusion de la provenance d’un son (ici
une impulsion de Gauss) par l’introduction d’une différence de niveau entre les deux haut-parleurs
produisant ce son. Supposons par exemple que le niveau du haut-parleur de droite soit de 10 dB
supérieur à celui du haut-parleur de gauche ; le son émis par la paire de haut-parleurs semblera
provenir d’un tiers haut-parleur fictif que l’on pouurait placer à 22˚ sur le schéma de la figure 2.1.
La fonction de modélisation f (∆W ) est naturellement impaire puisque l’on suppose que la percep-
tion est symétrique. Cette fonction n’a d’autre intérêt que de permettre certaines prévisions théoriques.

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 97


couples stéréophoniques
Figure 2.1 – Dispositif expérimental des tests psychoacoustiques

t en ms, ≈ 3200Hz sin(20t) 2


impulsion de Gauss : sin(20t)e−(t−2,5)
2
.... enveloppe : ±e−(t−2,5)

Figure 2.2 – Impulsion de Gauss

Elle est notamment utile lorsqu’il s’agit de donner l’angle de restitution d’un son (ϕ) en fonction de
l’angle d’incidence (α) de la source sonore ayant émis ce son lors de sa captation par un couple de
microphones (figure 2.5 ϕ = F (α)).

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 98


couples stéréophoniques
Figure 2.3 – Modélisation mathématique ϕ = f (∆W ) donnant l’angle de perception ϕ (en degré)
en fonction de la différence de niveau ∆W (en dB) entre le signal
E d’alimentation
F du haut-parleur de
droite WD et celui du haut-parleur de gauche WG . ∆W = 10log WD
WG et f (∆W ) = 30sgn(∆W )(1 −
e −0,13|∆W |
)

Figure 2.4 – Modélisation mathématique ϕ = g(∆t) donnant l’angle de perception ϕ (en degré)
en fonction du décalage temporel ∆t (en ms) entre le signal du haut-parleur de droite et celui du
4
haut-parleur de gauche. ∆t = tD − tG et g(∆t) = 30sgn(∆t)(1 − e−1,5(∆t) )

2.1.2 Commentaires de la figure 2.4


Cette figure est comparable à la figure 2.3. Elle montre comment il est également possible de
créer l’illusion de la provenance d’un son par l’introduction d’un décalage temporel entre les signaux

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 99


couples stéréophoniques
d’alimentation des deux haut-parleurs produisant ce son. On constate par exemple qu’il suffit d’intro-
duire un décalage de 1,2 ms entre ces signaux pour que le son semble ne provenir que d’un seul des
deux haut-parleurs (celui qui émet le son en avance).
Une autre fonction de modélisation impaire g(∆t) est déterminée. Elle servira à établir la relation
ϕ = G(α) dont il est question à la figure 2.5.

2.2 Présentation générale de l’étude


d’un couple stéréophonique
Un couple stéréophonique est défini par la donnée de deux microphones de même directivité (en
pratique on choisit deux microphones identiques : même marque, même modèle) et de leur disposition
l’un par rapport à l’autre. Par exemple, deux microphones omnidirectionnels dont les membranes sont
écartées de 30 cm forment un couple stéréophonique. Autre exemple, deux microphones cardioïdes
dont les membranes sont superposées et définissent un angle de 90˚forment un couple stéréophonique.
Un couple stéréophonique possède toujours un axe de symétrie.
Un couple stéréophonique est le premier élément de la chaîne électroacoustique de captation.
Lorsqu’un couple capte une source sonore, deux signaux électriques sont générés au début de la chaîne
de captation. Supposons que la source se situe dans le plan du couple défini par les axes d’incidence
frontale des deux microphones. La différence entre les signaux générés par les microphones dépend de
deux paramètres : l’angle de captation α (entre la droite joignant la source au centre du couple et
l’axe de symétrie du couple) et la distance R séparant la source du centre du couple (voir la figure
2.5).
Une autre chaîne électroacoustique, dite de diffusion, s’achève par deux haut-parleurs disposés
de sorte que le triangle qu’ils forment avec la tête de l’auditeur soit équilatéral. En généralisant l’étude
présentée plus haut à un signal électrique quelconque (pas nécessairement une impulsion de Gauss), on
conçoit que selon la différence de niveau et/ou le décalage temporel entre les signaux d’alimentation
des haut-parleurs le son diffusé semblera provenir d’un tiers haut-parleur fictif. La localisation de ce
haut-parleur fictif est définie par l’angle de perception ϕ.
L’étude d’un couple stéréophonique consiste essentiellement à établir une relation entre l’angle
de perception ϕ et l’angle de captation α : ϕ = F (α) dans le cas de la stéréophonie d’intensité ou
ϕ = G(α) dans le cas de la stéréophonie de temps. La figure 2.5 résume et illustre la démarche
générale qui sera suivie dans les prochains paragraphes consacrés à l’étude des principaux couples
stéréophoniques.

2.3 La stéréophonie de temps


Considérons un couple de microphones omnidirectionnels (u = 0) dont les membranes sont
séparées par une distance « e » très petite devant la distance « R » séparant la source à enregistrer du
centre du couple (e / R). Supposons qu’un tel couple soit soumis dans une salle de distance critique
« Dc » au rayonnement d’une source sonore de puissance « P » placée à l’incidence « α = −90˚» selon
la convention de la figure 2.5 ; soit « le plus à gauche possible du couple ». En généralisant le résultat
obtenu au paragraphe 1.3.5 du chapitre 1 à toute onde acoustique (i.e. pas forcément sinusoïdale), les
puissances :
G - . H G - . H
PV 2 R − 2e 2 PV 2 R + 2e 2
WG (−90) = / 02 1 + et WD (−90) = / 02 1 +
4π R − 2e Dc 4π R + 2e Dc

sont celles fournies par les microphones de gauche et de droite. Et la différence en dB entre ces
puissances est donnée par :
" #
WD (−90)
∆W (−90) = 10 log ,
WG (−90)
/ 02 : / 02 ; 
R − 2e 1 + D12 R + 2e
∆W (−90) = 10 log  / 0 :
C
/ 0 ; ,
e 2 e 2
R+ 2 1 + D2 R − 2
1
C
/ - .
02
: ;2 / 0 
e 2
 1 − 2R 1 + DC 1 + 2R
e R

∆W (−90) = 10 log  / - : ;2 / ..
e 2
0 0
e 2
1 + 2R 1 + DRC 1 − 2R

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 100
couples stéréophoniques
Captation de la source S d’incidence α˚ Diffusion de la source S perçue à ϕ˚

Stéréophonie d’intensité Stéréophonie de temps


Le couple est choisi de sorte que ∆t(α) = 0. Le couple est choisi de sorte que ∆W (α) = 0.
Après avoir établi ∆W (α), ϕ = F (α) est ob- Après avoir établi ∆t(α), ϕ = G(α) est obte-
tenue grâce à la modélisation ϕ = f (∆W ). nue grâce à la modélisation ϕ = g(∆t).

Méthode

Le couple étant défini, e, θ, u et V (para- Selon le choix du couple (définition des para-
mètres des microphones) sont fixés. La diffé- mètres e, θ, u et V ), il est possible de rendre
rence entre la puissance fournie par le micro- ∆t(α) ou ∆W (α) négligeable pour toutes les
phone de droite à l’instant « t + ∆t » et celle incidences « α » comprises entre −180˚et 180˚.
fournie par le microphone de gauche à l’ins- Les signaux des voies de droite et de gauche
tant « t » est une fonction de la position de de l’enregistrement d’une source d’incidence
la source ∆W (R, α). En fixant la distance R « α » effectué grâce à un couple caractérisé
entre la source et le centre du couple, la dif- par « ∆t(α) = 0 » ne se distinguent que par
férence de puissances fournies par les micro- leur différence de niveau ∆W (α). La diffusion
phones du couple n’est plus fonction que de stéréophonique de ces signaux produira l’illu-
l’angle « α » : ∆W (α). Dans ces mêmes condi- sion de la présence d’une source sonore située
tions, le décalage temporel entre le signal dé- entre les haut-parleurs. Connaissant la fonc-
livré par le microphone de droite et celui déli- tion ∆W (α), l’angle de perception « ϕ » peut
vré par le microphone de gauche est aussi une être relié à l’angle « α » : ϕ = f (∆W (α)) =
fonction de la seule variable « α » : ∆t(α). F (α). Un raisonnement analogue conduit à
ϕ = G(α) dans le cas d’un couple caractérisé
par « ∆W (α) = 0 ».

Figure 2.5 – Présentation générale de la méthode suivie afin d’étudier les couples stéréophoniques de
temps ou d’intensité

Puisque e / R, le rapport « Re » tend vers 0. La fraction contenue dans le logarithme tend donc
vers 1. Et de ce fait, la différence ∆W (−90) tend vers 0.
Supposons que la source soit placée à une incidence quelconque « −90˚≤ α ≤ 0˚». On conçoit
aisément que la valeur absolue de la différence de puissances |∆W (α)| soit inférieure à |∆W (−90)|. En
effet, |∆W (α)| est une fonction croissante de la différence ∆d(α) entre la distance source - microphone
de droite et la distance source - microphone de gauche (voir la configuration géométrique réelle de
la figure 2.6). Plus cette différence de distance est grande, plus |∆W (α)| est grande. Or, ∆d(α) est
maximale lorsque « α = −90˚» : « ∆d(−90) = e ». Donc, |∆W (α)| est inférieure à |∆W (−90)| qui
tend vers 0 lorsque le rapport « Re » tend vers 0. Ceci entraîne que ∆W (α) tend vers 0 lorsque le
rapport « Re » tend vers 0. En raison de la symétrie du couple, ce qui vient d’être montré concernant
les incidences −90˚≤ α ≤ 0˚est également valable pour les incidences 0˚≤ α ≤ 90˚, −180˚≤ α ≤ −90˚
et 90˚ ≤ α ≤ 180˚. Ceci montre qu’un tel couple de microphones omnidirectionnels séparés par une
petite distance peut produire une stéréophonie de temps (« ∆W (α) ≈ 0 » pour toutes les incidences).

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 101
couples stéréophoniques
Configuration géométrique réelle

e
Approximation géométrique « R =0 »
Figure 2.6 – Géométrie de la stéréophonie de temps produite par un couple de microphones omnidi-
rectionnels séparés par une petite distance

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 102
couples stéréophoniques
2.3.1 Établissement de la fonction ∆t(α)
Une onde acoustique générée par la source S à l’instant « t = 0 » parvient au microphone de
gauche à l’instant « tG = SM C
G
» et au microphone de droite à l’instant « tD = SM C
D
» (en notant
« C » la célérité du son). En supposant que la réaction des deux microphones lors de la transduc-
tion introduit un même décalage temporel ; la fonction ∆t(α) est donnée par : ∆t(α) = tG − tD =
SMD −SMG
= ∆d(α)
C . Si l’on considère la configuration géométrique réelle, il n’est pas possible de rendre
C A/ 0
e 2
∆d(α) indépendante de R. De plus, l’expression mathématique « ∆d(α) = 2 + R2 − eRsin(α) −
A/ 0
e 2
2 + R2 + eRsin(α) » obtenue n’est pas simple. Ces deux considérations justifient l’approxima-
tion géométrique représentée sur la figure 2.6. Il y apparaît trois droites parallèles ; la différence de
distance ∆d(α) s’obtient par projection orthogonale et prend la forme simple : ∆d(α) = esin(α). La
fonction ∆t(α) est donc donnée par :

esin(α)
∆t(α) = .
C

2.3.2 Établissement de la fonction ϕ = G(α)


En supposant que le décalage temporel ∆t(α) entre les signaux délivrés par les microphones
de droite et de gauche demeure l’unique décalage temporel présent entre les signaux d’alimentation
des haut-parleurs de droite et de gauche servant à la diffusion stéréophonique, la fonction ϕ = G(α)
s’obtient comme suit :
: 4
;
ϕ = g[∆t(α)] = 30sgn(∆t(α)) 1 − e−1,5(∆t(α)) ,
: esin(α) 4
;
ϕ = G(α) = 30sgn(α) 1 − e−1,5( C ) (1) .

2.3.3 Ordre de grandeur, exemples et courbes


Il va de soi que le paramètre « e » doit être choisi avec la plus grande attention car il définit le
couple. La représentation graphique de la modélisation « ϕ = g(∆t) » présentée à la figure 2.4 montre
que pour des décalages temporels compris entre 1,2 et 1,8 ms (−1, 8 ≤ ∆t ≤ −1, 2 ou 1, 2 ≤ ∆t ≤ 1, 8)
la source virtuelle est confondue avec l’un ou l’autre des deux haut-parleurs de diffusion. Il faut
donc choisir « e » de sorte que le décalage maximum « ∆t(90) » soit compris entre 1,2 et 1,8 ms
(1, 2 ≤ ∆t(90) ≤ 1, 8). En prenant « C = 340 ms−1 », on obtient donc : 40, 8 ≤ e ≤ 61, 2 cm.
L’encadrement théorique qui vient d’être établi n’est qu’un ordre de grandeur. En pratique, il
est parfois judicieux de choisir l’écartement « e » au-delà des limites de cet encadrement :
– car la célérité du son dans l’air varie ;
– car le couple de microphones peut produire une légère stéréophonie d’intensité ;
– car enfin, d’autres paramètres jugés négligeables ont été exclus de cette étude théorique. Aussi,
les écartements couramment employés sont compris entre 30 cm et 1 m.
Les trois courbes de la figure 2.7 correspondent aux trois écartements « e = 25 cm » (courbe en
pointillés), « e = 40 cm » (courbe en trait interrompu) et « e = 70 cm » (courbe en trait continu).
Chacune représente la fonction ϕ = G(α) correspondant à l’écartement choisi. La courbe en trait
continu et celle en pointillés mettent en évidence le phénomène appelé : tassement stéréophonique. Ce
phénomène est caractéristique d’une accumulation des sources virtuelles dans une zone particulière
de la rampe stéréophonique de diffusion ; l’angle de perception ϕ d’une source virtuelle semble alors
n’appartenir qu’à un sous-ensemble de l’intervalle [−30˚; 30˚]. Si l’écartement est trop faible (cas de la
courbe en pointillés), le tassement se produit au centre de la rampe. Comme le montre la courbe en
pointillés, l’angle de perception ϕ est « confiné » au centre, entre −10˚et 10˚. Si l’écartement est trop
grand (cas de la courbe en trait continu), le tassement se produit aux extrémités de la rampe. Comme
le montre la courbe en trait continu, dès que l’angle de captation α s’écarte de l’incidence frontale
0˚ ou arrière ±180˚, l’angle de perception ϕ est « confiné » à droite ou à gauche. Ces phénomènes
de tassement, bien qu’inhérents à la prise de son stéréophonique, peuvent être minimisés. Comme le

(1). Attention de ne pas confondre les deux lettres « e ». L’une désigne la fonction exponentielle et l’autre désigne
l’écartement entre les deux microphones.

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 103
couples stéréophoniques
montre la courbe en trait interrompu, lorsque l’écartement est « bien choisi », la rampe de diffusion
est entièrement remplie et le tassement aux extrémités est très réduit (1) .

e = 70 cm
e = 40 cm
e = 25 cm

Figure 2.7 – Trois représentations graphiques de la relation entre l’angle de perception ϕ et l’angle
de captation α (ϕ = G(α)) correspondant à trois couples de microphones omnidirectionnels écartés
de « e = 25 cm », « e = 40 cm » et « e = 70 cm »

2.4 La stéréophonie d’intensité


Considérons un couple de microphones dont les membranes sont tangentes et superposées :
placées dans deux plans verticaux définissant l’angle « θ », conformément à la vue générale de la
figure 2.8. Supposons qu’un tel couple soit soumis au rayonnement d’une source placée dans le plan
horizontal contenant le point de tangence des membranes. La distance séparant la source du centre de
la membrane de gauche est égale à celle séparant la source de la membrane de droite. L’onde acoustique
directe issue de cette source parvient donc aux deux membranes au même instant. Supposons que la
source soit placée dans un autre plan. Étant donnée la taille habituelle du diamètre de la membrane
d’un microphone (pas plus de trois centimètres ; 4 = 3 cm) le décalage temporel maximum entre les
signaux des microphones - observé dans le cas où la source se trouve à la verticale des membranes
- vaut : 4/C ≈ 0, 03/340 = 0, 09 ms. Cette durée est négligeable eu égard à son inaction sur la
localisation d’un son (voir figure 2.4). Ainsi, un tel couple peut produire une stéréophonie d’intensité
puisque le décalage temporel entre les signaux des microphones est nul ou négligeable.
On appelle parfois ce type de couple : couple à capsules coïncidentes. En réalité comme il vient de
l’être montré, les membranes ne coïncident pas. Mais elles sont si proches que l’on peut les considérer
comme tel. On remarque que l’angle formé par les deux axes d’incidence frontale des deux microphones
est égal à l’angle « θ ». Un couple à capsules coïncidentes peut être représenté schématiquement à
l’aide des diagrammes polaires des deux microphones ; l’axe d’incidence frontale du microphone de
gauche fait alors un angle « −θ/2 » avec la verticale et l’axe d’incidence frontale du microphone de
droite fait un angle « θ/2 » avec la verticale. Par exemple, sur la figure 2.9, c’est le schéma d’un couple
de cardioïdes qui est représenté.

(1). En toute généralité il serait possible d’obtenir une stéréophonie de temps en remplaçant les microphones om-
nidirectionnels par des microphones directifs orientés dans la même direction. Mais en pratique il serait trop difficile
de régler cette orientation commune et l’on obtiendrait de fait deux orientations différentes. Et comme on le verra plus
loin, deux microphones directifs séparés par une petite distance et dont les membranes forment un angle θ, produisent
une stéréophonie AB et non une stéréophonie de temps.

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 104
couples stéréophoniques
Il existe une infinité de combinaisons définissant de tels couples à capsules coïncidentes, selon le
type de directivité des microphones utilisés et la valeur de l’angle θ, a priori compris entre 0˚ et 180˚.
Une classification est donc nécessaire. On appellera couple « XY » tout couple à capsules coïncidentes
formé par deux microphones cardioïdes ou hypercardioïdes ou hypocardioïdes. On appellera couple
stéréosonic tout couple à capsules coïncidentes formé par deux microphones bidirectionnels. Les couples
« XY » feront l’objet d’une étude générale et certains seront examinés plus en détail. Les particularités
des couples stéréosonics seront montrées. Enfin, on étudiera le système très particulier « MS » (Mid-
Side). Celui-ci nécessite, entre autre, une capsule cardioïde et une capsule bidirectionnelle coïncidentes
dont les axes d’incidence frontale forment un angle droit.

Figure 2.8 – vue générale de la superposition des membranes d’un couple de microphones à capsules
coïncidentes

2.4.1 Etablissement de la fonction ∆W (α) des couples à capsules coïnci-


dentes
Soit un couple XY ({u ; V} = {V ; V} ou {u ; V} = {u ; 3u} ou {u ; V} = {3V ; V}) dont
les axes d’incidence frontale forment l’angle « θ ». Supposons qu’un tel couple soit soumis dans une
salle de distance critique « DC » au rayonnement d’une source sonore de puissance « P » placée à
la distance « D » du centre du couple et à l’incidence « α » conformément au schéma de la figure
2.9. En généralisant le résultat obtenu au paragraphe 1.3.5 du chapitre 1 à toute onde acoustique, les
puissances fournies par les microphones du couple XY sont données par :
G" - .#2 - .2 - .H
2
P θ D u
WG (α) = V + u cos α + + V2+
4πD2 2 Dc 3

et
G" - .#2 - .2 - .H
2
P θ D u
WD (α) = V + u cos α − + V2 + .
4πD2 2 Dc 3

Et la différence de niveau cherchée ∆W (α) s’obtient comme suit :

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 105
couples stéréophoniques
Figure 2.9 – Relations entre l’angle d’incidence α (−180˚ ≤ α ≤ 180˚) et l’angle θ (0˚ ≤ θ ≤ 180˚)
d’un couple de microphones à capsules coïncidentes

" #
WD (α)
∆W (α) = 10 log ;
WG (α)
& / 0' : ;2 : ;
θ 2 u2
 V + u cos α − 2 + D
DC V2+ 3 
∆W (α) = 10 log  & / 0'2 : D ;2 / 0 .
u2
V + u cos α + θ2 + DC V2+ 3

2.4.2 Etablissement de la fonction ϕ = F (α) des couples à capsules coïnci-


dentes
L’expression de la différence de niveau ∆W (α) entre les signaux délivrés par les microphones
d’un couple XY ne se manipule pas aisément. Aussi, introduire une telle expression comme variable
de la fonction de modélisation ϕ = f [∆W (α)] sans simplification donnerait une formule trop lourde.
L’objet de ce paragraphe est de montrer que l’on peut aboutir à une forme simple de la fonction
ϕ = F (α).
– Simplification de la fonction « sgn[∆W (α)] »

log (X) ≥ 0 ⇔ X ≥ 1
& / 0'2 : D ;2 : 2 u2 ;
V + u cos α − θ2 + DC V + 3
∆W (α) ≥ 0 ⇔ & / 0' : ; / ≥1
20
2 2
V + u cos α + θ2 + DDC V 2 + u3
" - .#2 " - .#2
θ θ
∆W (α) ≥ 0 ⇔ V + u cos α − ≥ V + u cos α +
2 2
" - - . - ..# " - - . - ..#
θ θ θ θ
∆W (α) ≥ 0 ⇔ 2V + u cos α − + cos α + × u cos α − − cos α + ≥0
2 2 2 2

En utilisant les résultats de trigonométrie,

« cos(a + b) = cos(a) cos(b) − sin(a) sin(b) »

et
« cos(a − b) = cos(a) cos(b) + sin(a) sin(b) »
il vient : - ." - .#
θ θ
∆W (α) ≥ 0 ⇔ 4u sin(α) sin V + u cos(α) cos ≥ 0.
2 2

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 106
couples stéréophoniques
Enfin, en utilisant les propriétés,

∀α ∈ [−180˚; 180˚] sin (α) ≥ 0 ⇔ α ≥ 0et


- .
θ
∀θ ∈ [0˚; 180˚] sin ,
2

on obtient : " - .#
θ
∆W (α) ≥ 0 ⇔ α V + u cos(α) cos ≥ 0.
2
Ainsi la fonction simplifiée recherchée s’écrit :
( " - .#)
θ
sgn[∆W (α)] = sgn α V + u cos(α) cos .
2

– Simplification de la fonction « e−0,13|∆W (α)| »

En utilisant les propriétés algébriques des fonctions logarithmes et exponentielle,

log(X) = log(e) ln(X) ⇒ e−0,13|10 log(X)| = e−1,3 log(e)| ln(X)| ,

exy = [ex ]y ⇒ e−1,3 log(e)| ln(X)| = [e−| ln(X)| ]1,3 log(e) = X −1,3 log(e)sgn[ln(X)] ,
: ; 2: 2
;
[V +u cos(α− θ2 )]2 + DDC V 2 + u3
puis en posant, X = 2
: ; 2 : ; et k = 1, 3 log(e),
[V +u cos(α+ θ2 )] + DDC V 2 + u3
2

on obtient :
e−0,13|∆W (α)| = X −ksgn[ln(X)] .
– Écriture sous forme simplifiée de la fonction « ϕ = F (α) »

Par un raisonnement
$ & analogue à celui/mené
0'% plus haut, on établit sans peine :
sgn[ln(X)] = sgn α V + u cos(α) cos θ2 . Donc la fonction cherchée s’écrit :
E F
ϕ = f [∆W (α)] = 30sgn[∆W (α)] 1 − e−0,13|∆W (α)| .

Et finalement,
 & : ;2 : ;  −ksgn
S E : ; FT 
/ 0' 2 α V +u cos(α) cos θ
( " - . #) 

 V + u cos α − θ
+ D
V2 + u2 2



θ  2 DC 3 
ϕ = F (α) = 30sgn α V + u cos(α) cos 1−& / 0' 2 : ;2 : ; .
2 
 u2 

 V + u cos α + θ
2 + D
DC V2+ 3 

2.4.3 Etude différenciée des couples XY


Trois paramètres interviennent dans l’expression de la fonction ϕ = F (α). Le premier paramètre
est le couple de valeurs {u; V } qui définit le type de microphone utilisé. Si les microphones sont
cardioïdes : u = V ; si les microphones sont hypocardioïdes : V = 3u ; et si les microphones sont
hypercardioïdes : u = 3V . D’une manière plus générale on pourrait distinguer les cas où u et V sont
tels que Vu = 1, les cas où Vu < 1 et enfin les cas où Vu > 1. Mais cette démarche générale n’est pas
nécessaire ; l’étude des trois principaux cas suffit à comprendre l’influence du type de microphone
employé dans un couple XY sur sa fonction caractéristique ϕ = F (α).
Le deuxième paramètre est l’angle θ formé par les axes d’incidence frontale des microphones du
couple. Bien que cet angle puisse être librement choisi parmi toutes les valeurs de l’intervalle [0˚: 180˚],
les représentations graphiques montrant l’influence de ce paramètre sur la fonction ϕ = F (α) se
limiteront aux cas θ = 30˚, θ = 60˚, θ = 90˚, θ = 120˚et θ = 150˚.
Le troisième paramètre est le rapport de distance DDC . L’influence de ce paramètre sur la fonction
ϕ = F (α) ne sera pas étudié et dans tous les cas on fixera DDC = 0. Imposer cette valeur qui correspond
à la condition de champ libre, trouve une justification empirique. En effet dans la pratique il est
constaté que la variation du paramètre DDC lors de l’enregistrement n’influence que la sensation de
profondeur lors de la diffusion. De plus il est recommandé d’employer les couples XY en champ
proche : donc pour des petites valeurs de DDC . Il est ainsi possible de fixer DDC à zéro, ce qui simplifie
les développements mathématiques.

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 107
couples stéréophoniques
Les couples XY cardioïdes
Fonction caractéristique en champ libre :
 C 
( " - .#)  / 0 D−2ksgn{α[1+cos(α) cos( θ2 )]} 
θ 1 + cos α − 2θ
ϕ = F (α) = 30sgn α 1 + cos(α) cos 1− / 0 .
2  1 + cos α + θ2 

La figure 2.10 (1) donne les représentations graphiques des courbes de la fonction ϕ = F (α)
selon les valeurs de l’angle θ, pour les couples XY cardioïdes utilisés en champ libre. Ces courbes
montrent un phénomène souvent constaté par les preneurs de son : l’ouverture de l’angle θ élargit
la rampe stéréophonique de diffusion. Considérons un enregistrement effectué en utilisant un couple
XY cardioïde à 150˚. Supposons que les sources se répartissent autour de l’axe d’incidence frontale
(α = 0˚) de sorte que la source la plus à gauche se situe à l’incidence −45˚(α = −45˚), et celle la plus
à droite, à l’incidence 45˚ (α = 45˚). La lecture de la courbe en trait mixte de la figure 2.10 permet
de prévoir que lors de la diffusion, la rampe stéréophonique de cet enregistrement sera d’environ 44˚
(|F (45) − F (−45)|). Si ce même enregistrement est effectué avec un couple XY cardioïde à 30˚, la
lecture de la courbe en trait continu de la figure 2.10 permet de prévoir une rampe stéréophonique
d’environ 12˚. La rampe stéréophonique de l’enregistrement effectué par le couple à 150˚ est bien
plus large que celle de l’enregistrement effectué par le couple à 30˚. Par un raisonnement graphique
analogue, on constate que les 60˚de la rampe stéréophonique maximale correspondent à un étalement
des sources lors de l’enregistrement d’autant plus petit que θ est grand. On notera par exemple que
le remplissage de la rampe stéréophonique avec un couple à 30˚ nécessite un déploiement des sources
à l’intérieur du secteur définit par −165˚< α < 165˚ (soit un angle de 330˚!). La figure 2.11 illustre
l’élargissement de la rampe stéréophonique par l’ouverture de l’angle θ et donne les secteurs angulaires
permettant le remplissage complet de la rampe stéréophonique selon les valeurs de l’angle θ.

30˚
60˚
90˚
120˚
150˚

Figure 2.10 – Courbes caractéristiques des couples XY cardioïdes

(1). Les courbes de cette figure (comme celles des figures 2.12, 2.14 et 2.16) sont différenciables grâce à cinq styles
de trait différents. Afin de pouvoir mentionner dans le texte l’une de ces courbes, on convient d’adopter la nomenclature
suivante : le trait continu (pour θ = 30˚), le trait interrompu (pour θ = 60˚), le trait en pointillés (pour θ = 90˚), le
trait en pointillés serrés (pour θ = 120˚) et le trait mixte (pour θ = 150˚).

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 108
couples stéréophoniques
ANGLE θ 30˚ 60˚ 90˚ 120˚ 150˚
Secteur angulaire de positionnement 330˚ 300˚ 270˚ 240˚ 210˚
des sources pour remplir la rampe

Figure 2.11 – Illustration de l’élargissement de la rampe stéréophonique par l’ouverture de l’angle θ


formé par les membranes d’un couple XY cardioïde

Les couples XY hypocardioïdes

Fonction caractéristique en champ libre :

 C / 0 D−2ksgn{α[3+cos(α) cos( θ2 )]} 


( " - .#)  
θ 3 + cos α − θ2
ϕ = F (α) = 30sgn α 3 + cos(α) cos 1− / 0 .
2  3 + cos α + θ2 

La figure 2.12 donne les représentations graphiques des courbes de la fonction ϕ = F (α) selon les
valeurs de l’angle θ, pour les couples XY hypocardioïdes utilisés en champ libre. Ces courbes montrent
que l’ouverture de l’angle θ entraîne un élargissement de la rampe stéréophonique de diffusion. Elles
montrent surtout qu’aucune des valeurs angulaires choisies pour θ ne permet le remplissage de la

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 109
couples stéréophoniques
(1)
rampe stéréophonique. L’étude détaillée de la fonction caractéristique des couples hypocardioïdes
" #
cos ( 2 )
θ
montre que l’angle pour lequel elle atteint son maximum est donné par : α0 (θ) = arccos − 3 .
Aussi, en choisissant θ = 180˚ puis en calculant 2F [α0 (180)], on détermine la largeur maximale de
la rampe stéréophonique de diffusion que l’on peut obtenir en utilisant un couple XY hypocardioïde.
Cet angle vaut environ 32, 5˚. La figure 2.13 présente le schéma de la rampe stéréophonique maximale
des couples XY hypocardioïdes. Ce paragraphe explique pourquoi de tels couples sont très rarement
utilisés : ils génèrent toujours un tassement au centre.

30˚
60˚
90˚
120˚
150˚

Figure 2.12 – Courbes caractéristiques des couples XY hypocardioïdes

Les couples XY hypercardioïdes


Fonction caractéristique en champ libre :
 C / 0 D−2ksgn{α[1+3 cos(α) cos( θ2 )]} 
( " - .#)  
θ 1 + 3 cos α − 2
θ
ϕ = F (α) = 30sgn α 1 + 3 cos(α) cos 1− / 0 .
2  1 + 3 cos α + 2
θ 

La figure 2.14 donne les représentations graphiques des courbes de la fonction ϕ = F (α) pour
les couples XY hypercardioïdes utilisés en champ libre, selon les valeurs de l’angle θ. Ces courbes
montrent que l’ouverture de l’angle θ entraîne un élargissement de la rampe stéréophonique de diffu-
sion. Elles expliquent une particularité redoutée lors d’une prise de son stéréophonique : l’inversion
de stéréophonie. Celle-ci s’observe lorsqu’une source placée à la droite (resp. à la gauche) du couple
lors de l’enregistrement se trouve perçue comme provenant de la partie gauche (resp. de la partie
droite) de la rampe stéréophonique lors de la diffusion. Plus rigoureusement, on parle d’inversion de
stéréophonie pour l’incidence α, si le signe de α est opposé à celui de F (α). Et Comme le montre la
figure 2.14, toutes les courbes sauf celle en trait mixte (pour θ = 150˚) passent dans la partie inférieure
droite et supérieure gauche du graphique. Chaque point de ces parties de courbe correspond à une
inversion de stéréophonie. Ainsi, le couple XY hypercardioïde à θ = 90˚(courbe en pointillés) inverse
la stéréophonie si les sources se situent aux incidences comprises entre 120˚et 180˚ou aux incidences
comprises entre −180˚ et −120˚. Pour un approfondissement mathématique montrant l’inversion de
stéréophonie, on pourra chercher à étudier de façon détaillée la fonction caractéristique des couples
XY hypercardioïdes (2).

(1). Cette étude de fonction sera reporter en annexe dans une prochaine version du cours. En attendant elle peut
être menée par les lecteurs courageux...
(2). Voici une autre étude de fonction qui figurera dans une prochaine version du cours.

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 110
couples stéréophoniques
Figure 2.13 – Rampe stéréophonique maximale des couples XY hypocardioïdes (pour θ = 180˚)

Outre l’inversion stéréophonique, toutes les courbes de la figure 2.14 sauf celle en trait continu
illustrent le phénomène appelé : repli vers le centre. Ce phénomène apparaît lorsque les positions
relatives de deux sources sont inversées lors de la diffusion. Par exemple lorsqu’une source Sg , située
à la gauche d’une source Sd lors de la captation, se trouve diffusée à sa droite. On dit alors que
l’enregistrement contient un repli vers le centre. La décroissance (resp. croissance) d’une fonction
ϕ = F (α) sur un intervalle contenu dans [0˚; 90˚] (resp. [−90˚; 0˚] ) montre que le couple dont elle
est caractéristique peut être à l’origine de repli vers le centre. En effet, supposons que lors d’un
enregistrement effectué par un couple XY hypercardioïde à 120˚ (courbe en pointillés serrés), une
source Sg soit située à l’incidence α = −90˚ et qu’une source Sd soit située à l’incidence α = −45˚.
La source Sg , est ainsi placée à la gauche de la source Sd . La courbe en pointillés serrés montre que
lors de la diffusion, la source Sg est perçue comme provenant de l’incidence ϕ = −20˚ tandis que la
source Sd est perçue comme provenant de l’incidence ϕ = −28˚. La source Sg subit donc un repli vers
le centre.
L’inversion stéréophonique et le repli vers le centre ne sont généralement pas désirés. L’emploi
d’un couple XY hypercardioïde nécessite donc la définition d’une zone d’enregistrement utile à l’in-
térieure de laquelle doivent se situer les sources à enregistrer. Cette zone est définie par un secteur
angulaire ; un intervalle auquel doit appartenir l’angle d’incidence α. Les zones d’enregistrement utiles
des couples XY hypercardioïdes à 30˚, 60˚, 90˚, 120˚et 150˚se déterminent facilement ; il suffit de re-
pérer, pour chaque courbe de la figure 2.14, l’intervalle de l’axe des abscisses centré sur 0 et sur lequel
la courbe est strictement croissante. Par exemple, la courbe en trait mixte est strictement croissante
sur l’intervalle [−30; 30] : c’est cet intervalle qui définit la zone d’enregistrement utile du couple XY
hypercardioïde à 150˚. La figure 2.15 présente le détail des zones d’enregistrement du couple XY hyper-
cardioïde à 90˚: zone utile (α ∈ [−66˚; 66˚]), zone de repli vers le centre (α ∈ [−120˚; −66˚] ∪ [66˚; 120˚])
et zone d’inversion stéréophonique (α ∈ [−180˚; −120˚] ∪ [120˚; 180˚]).

Conclusions concernant les couples XY


Comme il l’a été montré dans les paragraphes précédents, les couples XY ont des caractéristiques
très différentes selon qu’ils sont formés de microphones cardioïdes, hypocardioïdes ou hypercardioïdes.
Ceci étant il a été établi que pour tout couple XY, l’augmentation de l’angle θ a pour effet d’élargir
la rampe stéréophonique. De manière équivalente, plus l’angle θ est grand, moins il faut étaler les
sources autour de l’axe d’incidence frontale pour obtenir la rampe stéréophonique maximale.
Le couple XY cardioïde (souvent utilisé avec θ = 90˚ sans grande raison) permet toujours l’ob-
tention de la rampe stéréophonique maximale pour autant que les sources soient suffisamment étalées
de part et d’autre de l’axe d’incidence frontale.
Le couple XY hypocardioïde ne permet jamais l’obtention de la rampe stéréophonique maximale.

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 111
couples stéréophoniques
30˚
60˚
90˚
120˚
150˚

ANGLE θ 30˚ 60˚ 90˚ 120˚ 150˚


ZONE UTILE −94˚; 94˚ −80˚; 80˚ −66˚; 66˚ −50˚; 50˚ −36˚; 36˚

Figure 2.14 – Courbes caractéristiques des couples XY hypercardioïdes

Zones d’enregistrement du couple XY hypercardioïde à 90˚: les sources symbolisées par les carrés
et le rond se trouvent dans la zone utile ; les sources symbolisées par les triangles subissent un
repli vers le centre ; la source symbolisée par l’hexagone hachuré, placée à droite du couple lors
de l’enregistrement, semble provenir de la gauche lors de la diffusion.

Figure 2.15 – Inversions stéréophoniques et replis vers le centre

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 112
couples stéréophoniques
Il est possible d’utiliser ce couple avec θ = 180˚dans des cas très particuliers où l’on souhaite réduire
de moitié la largeur de la stéréophonie.
Le couple XY hypercardioïde peut générer des phénomènes curieux, indésirables, voire inaccep-
tables dans le cadre d’un enregistrement professionnel. Il apparaît donc important de prendre des
précautions lors de l’emploi de tels couples afin d’éviter toute inversion stéréophonique et tout repli
vers le centre. Le placement d’un couple XY hypercardioïde dépend de sa zone d’enregistrement utile.
Il est souvent impératif de s’assurer que toutes les sources captées par le couple se situent endéans
cette zone utile.
Enfin, on tâchera de garder en mémoire que toute cette théorie suppose un placement des couples
XY à proximité des sources car les études menées plus haut s’appuient sur l’hypothèse du champ libre.
Dans la pratique on constate d’ailleurs que les couples XY sont souvent employés en tant que système
d’appoint. Certains ingénieurs du son (voir la ref. [4] de la bibliographie) proposent de placer un couple
de microphones omnidirectionnels, dit couple principal, à grande distance des sources et d’ajouter un
couple XY, dit secondaire, à proximité des sources. Dans un tel cas, il est impératif de retarder les
signaux microphoniques du couple secondaire afin d’éviter tout filtrage en peigne.

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 113
couples stéréophoniques
2.4.4 Les couples stéréosonics
L’étude théorique des couples stéréosonics pourrait s’inscrire dans l’étude générale des couples
XY. Il est d’ailleurs possible de définir les couples stéréosonics comme des couples XY bidirectionnels.
Mais les propriétés de symétrie de la fonction caractéristique de ces couples les vouent à une utilisation
très précise et surtout très différente de celle des couples XY.
La fonction caractéristique des couples stéréosonics est obtenue en remplaçant V par 0 confor-
mément à la définition des microphones bidirectionnels, dans l’expression générale de la fonction
caractéristique des couples à capsules coïncidentes (voir plus haut).
Fonction caractéristique des couples stéréosonics en champ libre :
 C 
( - .)  / 0 D−2ksgn{α cos(α) cos( θ2 )} 
θ cos α − θ2
ϕ = F (α) = 30sgn α cos(α) cos 1− / 0 .
2  cos α + θ2 

Propriétés de symétrie Comme les autres fonctions caractéristiques, celle des couples stéréosonics
est définie sur l’intervalle [−180˚; 180˚]. Il est évident que cette fonction est impaire, ce qui confère
une première propriété de symétrie à sa courbe représentative. Nous allons établir que deux points
d’ordonnée nulle et placés aux abscisses −90˚ et 90˚ définissent deux symétries centrales : si α est
compris entre 0˚et 90˚, F (90˚− α) = −F (90˚+ α) ; et si α est compris entre −90˚et 0˚, F (−90˚− α) =
−F (−90˚+ α). Soit un angle α0 compris entre 0˚ et 90˚ :
C D 
(  cos(α + 90˚− θ ) 2k 
cos(α0 + 90˚) ≤ 0 0
α0 + 90˚∈ [90˚; 180˚] ⇒ ⇒ F (α0 + 90˚) = 30 2
− 1 ;
α0 + 90˚≥ 0  cos(α0 + 90˚+ θ2 ) 

C D 
(  cos(α − 90˚− θ ) 2k 
cos(α0 − 90˚) ≥ 0 0
α0 − 90˚∈ [−90˚; 0˚] ⇒ ⇒ F (α0 − 90˚) = 30 2
−1 .
α0 − 90˚≤ 0  cos(α0 − 90˚+ 2 )
θ 

Or − cos(x + 180˚) = cos(x), donc :

C D 
 − cos(α − 90˚+ 180˚− θ ) 2k 
0
F (α0 − 90˚) = 30 2
− 1 ;
 − cos(α0 − 90˚+ 180˚+ θ2 ) 
C D 
 cos(α + 90˚− θ ) 2k 
0
F (α0 − 90˚) = 30 2
− 1 ;
 cos(α0 + 90˚+ θ2 ) 

F (α0 − 90˚) = F (α0 + 90˚).

Par ailleurs, comme la fonction F est impaire, F (90˚− α0 ) = −F (α0 − 90˚). Ceci permet de
conclure :
F (90˚− α0 ) = −F (90˚+ α0 ).
En utilisant l’imparité de F , le résultat précédent et de nouveau l’imparité de F , on obtient pour
tout α0 compris entre −90˚et 0˚ :

F (−90˚− α0 ) = −F (90˚+ α0 ) = F (90˚− α0 ) = −F (−90˚+ α0 ).

Ces deux symétries centrales s’observent sur chacune des courbes de la figure 2.16, représentations
graphiques de la fonction caractéristique ϕ = F (α) des couples stéréosonics utilisés en champ libre,
selon les valeurs de l’angle θ. Elles permettent d’exploiter les inversions stéréophoniques et même
d’en tirer parti. En effet, considérons par exemple le couple stéréosonic à 90˚ : il possède à priori une
zone d’enregistrement utile définie par l’intervalle [−45˚; 45˚] et une zone d’inversion stéréophonique ;
la réunion des intervalles [135˚; 180˚] et [−180˚; −135˚] définit cette zone d’inversion. Or par le fait
des symétries de la fonction F , le remplissage de la rampe stéréophonique de diffusion s’obtient de
façon équivalente en disposant les sources dans la zone utile de −45˚à 45˚ou dans la zone d’inversion
stéréophonique de 135˚ à −135˚. Donc un placement judicieux du couple stéréosonic au centre d’un
groupe de paires de sources, permet de créer une large stéréophonie à partir d’un ensemble de sources
rassemblées sur une petite superficie. La figure 2.17 illustre l’intérêt de ce type particulier de captation

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 114
couples stéréophoniques
stéréophonique utilisant le couple stéréosonic. En pratique, la particularité du couple stéréosonic est de
trouver sa place au centre d’un cercle sur lequel les sources sont placées par paires et ce, diamétralement
opposées.
Enfin, on trouvera dans le manuel de cours d’Antonio Fischetti (ref. [3] de la bibliographie) un
exercice intéressant sur le couple stéréosonic à 45˚. L’exercice propose de montrer que la tension totale
délivrée par ce couple est constante quelque soit l’angle d’incidence de la source, pour autant que la
pression acoustique ne varie pas.

30˚
60˚
90˚
120˚
150˚

Figure 2.16 – Courbes caractéristiques des couples stéréosonics

Figure 2.17 – Utilisation d’un couple stéréosonic à 90˚ au milieu de paires de sources face à face.

2.4.5 Etude du système MS


Le système MS (Mid Side) se compose d’une capsule microphonique cardioïde, d’une capsule
microphonique bidirectionnelle et d’un équipement électronique permettant d’amplifier, d’additionner

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 115
couples stéréophoniques
et de soustraire les signaux électriques produit par les deux capsules du système. Historiquement, les
capsules d’un système MS devaient être « réellement » coïncidentes : il n’est possible de réaliser un
système MS à l’aide de deux microphones que depuis quelques années. Car l’exigence de proximité
des capsules est telle que celles-ci devaient se situer dans un seul et même boîtier. L’industrie des
microphones réalise donc des assemblages de grande précision ou propose des kits d’assemblage de
deux microphones permettant la réalisation de « couples MS ».
Les axes d’incidence frontale des capsules d’un système MS forment un angle droit. L’étude
théorique qui suit repose sur l’hypothèse de l’assemblage schématisé à la figure 2.18. Soient Uc et Ubi
les tensions théoriques permettant les définitions respectives des capsules cardioïde et bidirectionnelle
du système MS. En imposant aux capsules de délivrer une tension unitaire sous l’action d’une onde
acoustique frontale, il vient :

1
Uc [1 + cos(0˚)] = 1 ⇔ Uc = et Ubi cos(0˚) = 1 ⇔ Ubi = 1
2

L’orientation de la capsule bidirectionnelle adoptée selon le schéma de la figure 2.18 permet


d’écrire la tension Us (α) qu’elle délivre sous l’action d’une onde acoustique d’incidence α comme suit :

Us (α) = sin(α).

La tension Um (α) délivrée par la capsule cardioïde sous l’action d’une onde acoustique d’incidence
α est donnée par :
1
Um (α) = [1 + cos(α)].
2
L’équipement électronique du système MS amplifie d’un facteur Gs la tension Us (α) et d’un
facteur Gm la tension Um (α). Il effectue également la somme Gm Um (α) + Gs Us (α) et la différence
Gm Um (α) − Gs Us (α). Les facteurs Gs et Gm sont des gains que l’utilisateur du système peut varier.
L’utilisation du système MS consiste à alimenter les voies de droite et de gauche de la chaîne
électroacoustique de captation par les tensions respectives :

1
VD (α) = Gm Um (α) + Gs Us (α) = Gm [1 + cos(α)] + Gs sin(α)
2
et
1
VG (α) = Gm Um (α) − Gs Us (α) = Gm [1 + cos(α)] − Gs sin(α).
2

Figure 2.18 – Schéma de l’assemblage des capsules cardioïde et bidirectionnelle d’un système MS

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 116
couples stéréophoniques
Établissement de la fonction caractéristique ϕ = F (α) du système MS
Les puissances électriques fournies par le système MS aux voies de gauche et de droite de la
chaîne électroacoustique de captation sont données respectivement par :
G" #2 - .2 ! π " - . #2 H
1 1 D 1 + cos(α)
WG (α) = Id Gm [1 + cos(α)] − Gs sin(α) + Gm − Gs sin(α) sin(α)dα
2 2 Dc α=0 2

et
G" #2 - .2 ! π " - . #2 H
1 1 D 1 + cos(α)
WD (α) = Id Gm [1 + cos(α)] + Gs sin(α) + Gm + Gs sin(α) sin(α)dα .
2 2 Dc α=0 2

Les intégrales figurant dans les expressions précédentes sont finies. Il n’est pas nécessaire de les
calculer dans le cadre d’une étude du système en champ libre puisqu’elles sont alors multipliées par
zéro. Ainsi en champ libre, la différence de niveau ∆W (α) entre les puissances fournies par le système
MS aux voies de droite et de gauche de la chaîne de captation s’écrit :
- . G" #2 H
2 Gm [1 + cos(α)] + Gs sin(α)
1
WD (α)
∆W (α) = 10 log = 10 log .
WG (α) 2 Gm [1 + cos(α)] − Gs sin(α)
1

Le signe de ∆W (α) pour α ∈ [−180˚; 180˚] est déterminé par l’étude de l’inégalité :
"1 #2
2 Gm [1
+ cos(α)] + Gs sin(α)
(E) ⇔ ≥ 1.
2 Gm [1
+ cos(α)] − Gs sin(α)
1
" #2 " #2
1 1
(E) ⇔ Gm [1 + cos(α)] + Gs sin(α) − Gm [1 + cos(α)] − Gs sin(α) ≥ 0;
2 2
(E) ⇔ 2Gs Gm [1 + cos(α)] × [sin(α)] ≥ 0;
(E) ⇔ sin(α) ≥ 0;
(E) ⇔ α ≥ 0.

On obtient donc : sgn[∆W (α)] = sgn(α).


Et la fonction caractéristique ϕ = F (α) du système MS en champ libre est donnée par :
G "1 #−2ksgn(α) H
2 Gm [1 + cos(α)] + Gs sin(α)
ϕ = F (α) = 30sgn(α) 1 − 1 ;
2 Gm [1 + cos(α)] − Gs sin(α)
 C D−2ksgn(α) 
 1 + cos(α) + 2Gs
sin(α) 
Gm
ϕ = F (α) = 30sgn(α) 1− .
 1 + cos(α) − 2Gs
Gm sin(α) 

Cette fonction est paramétrée par le seul rapport des gains η = GGms .
La figure 2.19 donne les représentations graphiques des courbes de la fonction ϕ = F (α) selon
les valeurs du rapport des gains η. Ces courbes montrent que l’augmentation du rapport η entraîne un
élargissement de la rampe stéréophonique de diffusion. Elles montrent également que le système MS
n’engendre pas d’inversion stéréophonique mais qu’il existe une zone d’enregistrement utile dépendante
du rapport η. L’étude détaillée de la fonction caractéristique du système MS (1) montre que cette zone
utile est définie par l’encadrement : 2 arctan[2η] − 180˚≤ α ≤ 180˚− 2 arctan[2η].

Complément : relation entre le système MS et les couples XY (2)


Rappelons la fonction caractéristique générale des couples XY en champ libre :
 C / 0 D−2ksgn{α[V +u cos(α) cos ( θ2 )]} 
( " - .#)  
θ V + u cos α − θ2
ϕ = F (α) = 30sgn α V + u cos(α) cos 1− / 0 .
2  V + u cos α + θ2 

(1). Cette étude sera reportée en annexe d’une prochaine version du cours.
(2). Il faut voir ici un hommage à Carl Ceoen car ce complément dépasse quelque peu le cadre de ce cours. Mais
comment résister à l’envie de faire un clin d’œil à celui qui fut le premier à enseigner la stéréophonie à l’INSAS ? Et
c’est avec un profond respect que je rappelle encore une fois à quel point ce cours s’inspire du sien.

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 117
couples stéréophoniques
η = 0.2
η = 0.3
η = 0.5
η = 1

η = 2
η = 2

Figure 2.19 – Courbes caractéristiques du système MS

Factorisons V et supposons que le rapport Vu soit strictement supérieur à 1 (microphones de « type


/ 0
hypercardioïde »). Il est alors possible de choisir la valeur de l’angle θ de sorte que cos θ2 = Vu . Dans
ces conditions, la fonction caractéristique devient :
  / 0 −2ksgn(α) 

 1 + cos1 θ cos α − θ2 

(2)
ϕ = F (α) = 30sgn(α) 1 −  / 0 

 1 + cos1 θ cos α + θ2 

( ) 2

/ 0
Cette fonction caractéristique est celle d’un couple XY, d’angle θ = 2 arccos Vu , utilisant deux
microphones de « type hypercardioïde » (car Vu ≥ 1). Dans le cas où Vu = 3, on retrouve le couple XY
hypercardioïde d’angle limite/(1)0.
Posons maintenant tan θ2 = 2η dans l’expression de la fonction caractéristique du système MS.
Il vient :
  −2ksgn(α) 
 sin( θ ) 

 1 + cos(α) + cos 2θ sin(α) 

 (2) 
ϕ = F (α) = 30sgn(α) 1 −  
 sin( θ ) 

 1 + cos(α) − cos 2θ sin(α) 

(2)
 C / 0 / 0 / 0 D−2ksgn(α) 
 cos θ2 + cos θ2 cos(α) + sin θ2 sin(α) 
= 30sgn(α) 1 − /θ0 /θ0 /θ0
 cos 2 + cos 2 cos(α) − sin 2 sin(α) 
 C / 0 / 0 D−2ksgn(α) 
 cos θ2 + cos α − θ2 
= 30sgn(α) 1 − /θ0 / 0
 cos 2 + cos α + θ2 

et on obtient finalement,
  / 0 −2ksgn(α) 

 1+ 1
cos α − θ2 

cos( θ2 )
ϕ = F (α) = 30sgn(α) 1− / 0  .

 1+ 1
cos( θ2 )
cos α + θ2 

(1). C’est ce rapprochement entre les couples XY hypercardioïdes et le système MS que Carl Ceoen montre de façon
remarquable dans son cours sur la stéréophonie (ref. [1] de la bibliographie).

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 118
couples stéréophoniques
Ceci montre que le système MS,√pour un rapport de gains η fixé,√est équivalent à un couple XY « bien
choisi ». En particulier, si η = 2 (courbe correspondant à η = 2 sur la figure 2.19) :
- . - .
θ √ θ √ 1 u
tan = 2 2 ⇒ cos = cos(arctan(2 2)) = ⇒ =3
2 2 3 V

Le système MS dont le rapport de gain vaut 2 produit la même stéréophonie que le couple XY
hypercardioïde d’angle limite.

2.5 Les stéréophonies AB, AMB et les têtes artificielles


Ce dernier paragraphe présente des systèmes de captation stéréophonique sans les étudier rigou-
reusement. Certains de ces systèmes sont très employés et doivent être connus des preneurs de son ; en
particulier les couples AB dont la qualité est réputée. On trouvera également dans ce qui suit quelques
indications pratiques sur la prise de son stéréophonique.

2.5.1 les couples AB


Les couples AB produisent une stéréophonie de temps et d’intensité. Ils se composent de deux
microphones de même directivité (en général cardioïde) séparés par une petite distance et dont les
axes d’incidence frontale forment un angle non nul. Ils possèdent donc certaines caractéristiques des
couples XY (l’augmentation de leur angle élargit la rampe stéréophonique) tout en conservant l’aspect
souvent jugé comme « naturel » de la stéréophonie de temps. Certains couples AB « célèbres » portent
des noms. On distingue :
– le couple O.R.T.F. formé de deux capsules cardioïdes séparées d’une distance de 17 cm et dont
les axes d’incidence frontale définissent un angle de 110˚;
– le couple N.R.U. formé de deux capsules cardioïdes séparées d’une distance de 30 cm et dont
les axes d’incidence frontale définissent un angle droit.
Ceci étant il n’est pas nécessaire de se limiter à ces deux couples qui constituent surtout des « bonnes
bases ». Toute combinaison du trio « directivité, écartement et angle » peut être envisagée. En pratique
les preneurs de son débutent les réglages et la mise en place de leur implantation microphonique en
utilisant des couples classiques dont ils affinent les paramètres. On pourra consulter à ce sujet les
abaques de M. Williams publiées dans un article intitulé « Le couple variable » de la revue « L’actualité
de la scénographie » en 1991. Mais le réglage fin d’un couple s’effectue toujours à l’oreille. Aussi les
conditions d’écoute dont le preneur de son dispose lors de l’enregistrement doivent être de grande
qualité. En particulier, l’écoute au casque est a priori défendue (voir la figure 2.20) et l’on doit
veiller à disposer les enceintes de sorte que le triangle qu’elles forment avec la tête du technicien soit
équilatéral.

2.5.2 les autres systèmes


La stéréophonie AMB nécessite trois microphones : un couple AB plus un microphone directif
orienté face aux sources et dont l’axe d’incidence frontale coïncide avec l’axe de symétrie du couple. Le
signal de ce microphone subit une amplification réglable. Le signal résultant est ensuite additionné à
chacun des signaux gauche et droit du couple. Ce système offre un grand nombre de réglages et produit
une stéréophonie aussi large que précise. Il présente cependant les inconvénients de ses avantages à
savoir les difficultés de réglages tant les paramètres sont nombreux : paramètres du couple AB, position
(sur l’axe de symétrie du couple), directivité et gain du microphone M.
Les têtes artificielles, dont la plus connue est la tête A. Charlin, sont nées de la volonté de re-
produire le plus fidèlement possible l’écoute humaine. Des mannequins de tête (et parfois même de
buste entier) à échelle humaine sont réalisés dans des matériaux dont les caractéristiques d’absorp-
tion acoustique se rapprochent de celles du corps humain. Des microphones miniatures sont placés
à l’endroit des oreilles artificielles. La différence fondamentale entre une prise de son effectuée avec
ces systèmes et une prise de son « classique » provient de l’insertion d’un obstacle (le mannequin)
dans l’environnement proche des microphones. Il en résulte des perturbations du champ acoustique
(réflexions, diffusions et diffractions) modifiant de façon significative les signaux délivrés par les mi-
crophones. Pour profiter de la qualité de ces prises de son il est impératif d’écouter l’enregistrement au
casque. L’auditeur se trouve alors comme « transposé » à la place de la tête artificielle, c’est-à-dire à
l’endroit de la prise de son. Dans ces conditions, des expériences spectaculaires mettent en évidence la
possibilité de retransmettre fidèlement des sons provenant de derrière la tête artificielle. Par exemple,

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 119
couples stéréophoniques
dans une salle on place un auditeur casqué que l’on relie par une chaîne électroacoustique à une tête
artificielle placée dans une autre salle. Le son capté par la tête artificielle est directement perçu par
l’auditeur. Si l’expérimentateur gratte la nuque du mannequin, l’auditeur porte la main à la sienne
et se surprend à vouloir se gratter alors qu’il ne ressent aucune démangeaison. Bien évidemment, si
un son fort et bref est généré dans le dos du mannequin, l’auditeur sursaute et se retourne. Mais la
fidélité d’une prise de son effectuée par une tête artificielle n’est possible que par le biais de l’écoute
au casque (dite binaurale) (1) .

ÉCOUTE STÉRÉOPHONIQUE ÉCOUTE BINAURALE

Le son émis par le haut-parleur de gauche Le son émis par le haut-parleur de gauche
(resp. de droite) est perçu par les deux (resp. de droite) n’est perçu que par l’oreille
oreilles de l’auditeur. gauche (resp. droite) de l’auditeur.

Figure 2.20 – Différence entre l’écoute binaurale et l’écoute stéréophonique

(1). Le seul recourt du preneur de son face à cette différence d’écoute est son expérience. Certains techniciens
parviennent à « prévoir » la restitution stéréophonique du son qu’il perçoive dans leur casque. Ils peuvent alors ajuster
leur prise de son en se basant sur une écoute casque qu’ils savent biaisée mais qu’ils corrigent afin d’obtenir une
« stéréophonie future » la plus juste possible. Les preneurs de son utilisent leur écoute au casque à la manière des
maîtres de chais qui parviennent à entrevoir la qualité future d’un vin...

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 120
couples stéréophoniques
2.6 Conclusion
Toute production sonore non synthétique débute par un enregistrement, donc par l’emploi de
microphones. En studio, dans une salle de spectacle, sur un plateau de télévision ou de cinéma, en décor
naturel, le placement d’un microphone ou d’un couple de microphones requiert la plus grande attention.
Car ni les appareils périphériques (filtres, compresseurs, limiteurs, réverbérations artificielles, etc.) ni
les consoles de mixage ne permettent de récupérer une mauvaise prise de son.
En monophonie, un microphone placé « trop loin » des sources capte le champ diffus ; qu’il soit
très directif ou omnidirectionnel, le signal qu’il fournit sera « noyé » dans la réverbération du lieu de
la prise de son.
En stéréophonie, un couple « mal placé » génèrera des tassements, des replis vers le centre ou
pire, des inversions dans la rampe de diffusion. Et ces phénomènes doivent être évités dès la captation.
En accordant un soin minutieux au placement des microphones, en utilisant un système d’écoute de
qualité et en essayant plusieurs solutions, le preneur de son expérimenté produit une bande originale
de qualité, exploitable lors des traitements de post production.
Ce cours doit être compris comme un catalogue explicatif des techniques courantes de prise de
son. Il doit permettre de comprendre les phénomènes physiques inhérents à chaque type de prise de
son. Son caractère théorique n’est en aucun cas un gage de validité absolue. On admettra qu’il existe
des variables qu’aucune théorie, aussi générale soit elle, ne peut intégrer. Ceci étant l’intérêt d’une telle
présentation théorique réside dans la rigueur des démonstrations et donc dans la clarté du propos. Car
enfin, les phénomènes expliqués sont bien réels et la connaissance des conditions de leur apparition
constitue un garde-fou à l’égard de certaines erreurs professionnelles.

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 121
couples stéréophoniques
Table 2.1 – Tableau récapitulatif sur les couples stéréophoniques

DÉNOMINATION DESCRIPTION COURBES PHÉNOMÈNES SO-


CARACTÉRISTIQUES NORES
STÉRÉOPHONIE DE Deux microphones omnidi- Tassement stéréopho-
TEMPS rectionnels séparés par une nique : « e »trop petit
COUPLES petite distance « e » induit un tassement au
D’OMNIDIREC- centre « e »trop grand
TIONNELS induit un tassement aux
extrémités.

STÉRÉOPHONIE D’IN- Deux microphones car- L’augmentation de l’angle


TENSITÉ dioïdes à capsules coïnci- « ϕ »entraîne un élargisse-
COUPLES dentes formant un angle ment de la rampe stéréo-
XY «ϕ» phonique.
CARDIOÏDES

STÉRÉOPHONIE D’IN- Deux microphones hypo- Tassement au centre : pour


TENSITÉ cardioïdes à capsules coïn- « ϕ = 180˚»la rampe sté-
COUPLES cidentes formant un angle réophonique est remplie à
XY «ϕ» moitié.
HYPOCARDIOÏDES

STÉRÉOPHONIE D’IN- Deux microphones hyper- Inversion stéréophonique


TENSITÉ cardioïdes à capsules coïn- et repli vers le centre en-
COUPLES cidentes formant un angle traînent la définition d’une
XY «ϕ» zone d’enregistrement
HYPERCARDIOÏDES utile.

STÉRÉOPHONIE D’IN- Deux microphones bidirec- Inversion stéréophonique


TENSITÉ tionnels à capsules coïn- exploitable grâce aux
COUPLES cidentes formant un angle symétries.
STÉRÉOSONICS «ϕ»

STÉRÉOPHONIE D’IN- Un microphone bidirec- L’augmentation du rap-


TENSITÉ tionnel, un microphone port « ϕ »entraîne un élar-
SYSTÈME MS cardioïde orientés à angle gissement de la rampe sté-
droit et une console de réophonique. Ce système
mixage inversant la phase produit la même stéréo-
des microphones et intro- phonie que les couples XY
duisant un rapport de gain hypercardioïdes d’angle li-
«η= G GS
» mite.
M
STÉRÉOPHONIE Deux microphones directifs Combinaison des phéno-
MIXTE séparés par une petite dis- mènes sonores liés aux sté-
COUPLES AB tance « e »et formant un réophonies de temps et
angle « ϕ » d’intensité.
TRIPLETS Un couple AB plus un Le microphone M renforce
AMB microphone directif orienté la zone centrale de la
selon l’axe du couple rampe stéréophonique.

Quelques éléments théoriques sur la directivité des microphones et sur les 122
couples stéréophoniques
Annexes

L es notions reportées dans les annexes qui suivent ne doivent pas être considérées comme futiles.
Car dans bien des cas elles permettent de répondre à des questions difficiles qui peuvent émerger
lors de l’étude des leçons d’acoustique. De plus, l’annexe consacrée à l’analyse de Fourier (Annexe
H : Introduction à l’analyse de Fourier) constitue une partie importante de l’enseignement théorique
qui figure au programme de la deuxième année de la section son. On pourra remarquer qu’il existe
(à peu de chose près) une annexe par leçon. Cette organisation découle d’une volonté pédagogique :
reporter en annexe de la leçon ce qui éloignerait le lecteur du propos de cette leçon. Il n’est donc pas
étonnant d’y trouver des compléments, le plus souvent mathématiques, dont la connaissance pourrait
être supposée.
Dans de nombreux documents les annexes ne figurent qu’à titre consultatif. On y trouve par
exemple des tables, des abaques, des graphiques, ou encore de la documentation qui ne se lit pas d’un
seul tenant mais à laquelle il peut être utile de se référer. Ici ce n’est pas le cas. Aussi il est impératif
de lire ces annexes, voire de les étudier. Il n’est possible de les occulter que dans la mesure où l’on
connaît déja les notions qui y sont exposées. Dans le cas contraire on pourra s’aider de manuels de
cours comme celui de Jean-Marie Monier (ref. [7] de la bibliographie).

Annexes 123
« Le coefficient de corrélation est toujours compris entre
-1 et 1. »

Complément mathématique sur la corrélation


A
A.1 Relations d’ordre et intégrales
Théorème 1. Positivité de l’intégrale
Si une application f de la variable réelle est continue et positive sur l’intervalle [a; b] alors :

! b
f (x)dx ≥ 0.
a

Démonstration
! Comme f est positive et continue, toute primitive F de f sur [a; b] est croissante sur cet intervalle.
On a donc par définition d’une application croissante : a ≤ b ⇒ F (a) ≤ F (b). Ainsi, F (b) − F (a) ≥ 0
qui n’est autre que :
! b
f (x)dx ≥ 0. !
a

Théorème 2. Conservation de la relation d’ordre


Si deux applications f et g sont continues sur un intervalle [a; b] et telles que ∀ x ∈ [a; b] f (x) ≤ g(x)
alors :

! b ! b
f (x)dx ≤ g(x)dx.
a a

Démonstration
! Soit l’application h définie de l’intervalle [a; b] dans R par : h(x) = g(x) − f (x). Il est évident que
! b
h est continue et positive sur [a; b]. Ainsi, en vertu du théorème précédent, h(x)dx ≥ 0 et on a
! b a

donc : (g(x) − f (x)) dx ≥ 0. Et en utilisant les propriétés de linéarité de l’intégrale on obtient,


! b a ! b
g(x)dx − f (x)dx ≥ 0 et par suite :
a a

! b ! b
f (x)dx ≤ g(x)dx. !
a a

Annexes 124
A.2 Résultat d’algèbre
Théorème 3. A, B et C sont trois réels tels que : A > 0, B ,= 0 et C > 0.
Si ∀λ ∈ R, Aλ2 + Bλ + C ≥ 0 alors :

B 2 − 4AC ≤ 0.
Démonstration / B 02 / B0
! Choisissant λ = − 2A
B
, l’hypothèse permet d’écrire : A − 2A + B − 2A + C ≥ 0. Après quelques
2
développements et simplifications on obtient : C ≥ B4A . Comme A > 0, cette inégalité est équivalente
à:
B 2 − 4AC ≤ 0. !

A.3 Inégalité de Cauchy Schwarz


On se place ici dans le cadre des applications continues. L’inégalité de Cauchy Schwarz peut être
démontrée dans un cadre plus général mais il faut pour cela définir l’intégration en s’appuyant sur les
fonctions en escaliers. Ce cadre dépasse le niveau de ces leçons sans apporter d’autre intérêt que celui
de sa généralité (du moins en ce qui concerne les théorèmes de cette annexe) (1) .
Théorème 4. f et g sont deux applications continues sur R. ∀a ∈ R, ∀b ∈ R :
8! 92 8! 9 8! 9
b b b
2 2
f (x)g(x)dx ≤ [f (x)] dx [g(x)] dx .
a a a

Démonstration
! Si a = b alors les trois intégrales sont nulles et le résultat est évident. Supposons donc que a ,= b.
Si f ou g est nulle sur [a; b], alors les trois intégrales sont nulles et le résultat est évident. Supposons
donc de plus que ni f ni g soit nulle sur [a; b]. Ce raisonnement préliminaire permet de s’intéresser au
cas où les trois intégrales sont non nulles.
Pour tout réel λ, il est possible de définir une application hλ de [a; b] dans R, telle que :
hλ (x) = (λf (x) + g(x))2 . Il est évident que cette application est continue et positive ou nulle sur [a; b]
– attention, elle peut être nulle dans bien des cas notamment si, λ = −1 et si ∀x ∈ [a; b], f (x) = g(x).
! b
En vertu de la positivité de l’intégrale (Théorème 1 de cette annexe), hλ (x)dx ≥ 0 et on a donc
a
après quelques développements utilisant la linéarité de l’intégrale :
8! 9 8 ! 9 8! 9
b b b
2 2
λ2 [f (x)] dx + λ 2 f (x)g(x)dx + [g(x)] dx ≥ 0.
a a a

! b ! b ! b
2 2
En posant A = [f (x)] dx, B = 2 f (x)g(x)dx et C = [g(x)] dx, l’inégalité précédente vérifie
a a a
les hypothèses du résultat d’algèbre démontré au Théorème 3 de cette annexe. On a donc, B 2 ≤ 4AC
qui n’est autre (après avoir divisé les deux membres de l’inégalité par 4) que :
8! 92 8! 9 8! 9
b b b
2 2
f (x)g(x)dx ≤ [f (x)] dx [g(x)] dx . !
a a a

(1). Le Théorème 2 de l’annexe H : Introduction à l’analyse de Fourier, porte sur l’approximation des fonctions
par des fonctions en escaliers. Ce théorème n’est pas démontré mais une explication succinte en est donnée. Le lecteur
curieux trouvera facilement un ouvrage de mathématiques qui traite rigoureusement de l’analyse des fonctions continues
et qui propose certaines preuves reposant sur la définition des fonctions en escaliers.

Annexes 125
A.4 Application de l’inégalité de Cauchy Schwarz
Théorème 5. Tout coefficient de corrélation est compris entre −1 et 1.
Démonstration
! Les notations adoptées sont celles définies dans la Leçon n◦ 1. Par définition :
cov(p1 , p2 )
[a;b]
r (p1 , p2 ) = * .
[a;b]
V (p1 ) V (p2 )
[a;b] [a;b]

Et donc en élevant au carré puis en utilisant les définitions de la covariance et de la variance :

8! " #" # 92
: ;2 b
" #2
1
b−a p1 (t) − µ (p1 ) p2 (t) − µ (p2 ) dt
a [a;b] [a;b]
r (p1 , p2 ) = 8! #2 9 : 8 #2 9 .
[a;b] : ; b" ; ! b"
1
b−a p1 (t) − µ (p1 ) dt 1
b−a p2 (t) − µ (p2 ) dt
a [a;b] a [a;b]

- .2
1
Après avoir simplifié par , posé f (t) = p1 (t) − µ (p1 ) et g(t) = p2 (t) − µ (p2 ) il vient :
b−a [a;b] [a;b]

8! 92
b
" #2 f (t)g(t)dt
a
r (p1 , p2 ) = 8! 9 8! 9.
[a;b] b b
2 2
[f (t)] dt [g(t)] dt
a a

" #2
Par application de l’inégalité de Cauchy Schwarz, il est immédiat que r (p1 , p2 ) ≤ 1. Et par suite
[a;b]
on obtient :
−1 ≤ r (p1 , p2 ) ≤ 1. !
[a;b]

Annexes 126
« La troisième formule de produit permet de transformer
une somme de deux sinus en un produit de sinus et cosi-
nus. »

Rappels de trigonométrie
B
B.1 Les quatre formules de somme

Théorème 1. Quels que soient les deux angles a et b on a les formules suivantes :

cos(a + b) = cos(a)cos(b) − sin(a)sin(b),


cos(a − b) = cos(a)cos(b) + sin(a)sin(b),
sin(a + b) = sin(a)cos(b) + cos(a)sin(b),
sin(a − b) = sin(a)cos(b) − cos(a)sin(b).

Démonstration
! Soient deux angles a et b quelconques, ; supposons , a ≥ b. Dans le plan rapporté à un repère
, cos(a) , cos(b)
orthonormal, on considère les points A , sin(a) et B , sin(b) . Ces deux points se trouvent sur le cercle
−→ −−→ X−→X X−−→X
X X X X
trigonométrique ; les vecteurs OA et OB sont de norme unité : XOAX = XOB X = 1. Le produit scalaire
−→ −−→
OA · OB peut se calculer de deux façons différentes :
−→ −−→
– OA · OB = X X +Xsin(a)sin(b) ou
cos(a)cos(b)
−→ −−→ X−→X X X−−→X
– OA · OB = XOAX × XOB X cos(a − b).

En égalant ces deux résultats on obtient la seconde formule de somme :


cos(a − b) = cos(a)cos(b) + sin(a)sin(b).
Les trois autres formules s’en déduisent facilement en employant quelques résultats de trigonométrie
élémentaire.
On a : cos(a + b) = cos(a − (−b)) = cos(a)cos(−b) + sin(a)sin(−b) = cos(a)cos(b) − sin(a)sin(b).
On utilise ici les deux résultats élémentaires : cos(−b) = cos(b) et sin(−b) = −sin(b) afin d’obtenir la
première formule de somme.
En utilisant les deux autres résultats élémentaires cos(α − π2 ) = sin(α) et sin(α − π2 ) = −cos(α), on
a : cos(a + b − π2 ) = sin(a + b) = cos(a)cos(b − π2 ) − sin(a)sin(b − π2 ) = cos(a)sin(b) + sin(a)cos(b)
qui n’est autre (par commutation de l’addition) que la troisième formule de somme.
Enfin, on obtient la quatrième formule de somme comme suit :
sin(a − b) = sin(a + (−b)) = sin(a)cos(−b) + cos(a)sin(−b) = sin(a)cos(b) − cos(a)sin(b). !

Annexes 127
B.2 Les quatre formules de produit
Théorème 2. Quels que soient les deux angles p et q on a les formules suivantes :
- . - .
p+q p−q
cos(p) + cos(q) = 2cos cos ,
2 2
- . - .
p+q p−q
cos(p) − cos(q) = −2sin sin ,
2 2
- . - .
p+q p−q
sin(p) + sin(q) = 2sin cos ,
2 2
- . - .
p+q p−q
sin(p) − sin(q) = 2cos sin .
2 2

Démonstration
! Soient deux angles p et q quelconques. Posons a = p+q p−q
2 , b = 2 et utilisons les deux premières
formules de somme ; on a/ : 0 / 0 / 0 / 0 / 0
– cos(a + b) = cos p+q + p−q = cos(p) = cos p+q cos p−q − sin p+q sin p−q et
/ p+q p−q 0
2 2 / p+q 0
2 / p−q 0
2 / p+q 0
2 / p−q 0
2
– cos(a − b) = cos 2 − 2 = cos(q) = cos 2 cos 2 + sin 2 sin 2 .
Par addition des deux/ termes / p−q 0et cos(q)
0 cos(p) / p+qainsi
0 obtenus
/ p−q 0 on obtient
/ p+q 0 la première
/ p−q 0 formule
/ p+q 0de produit
/ p−q 0:
cos(p)+cos(q) = cos p+q cos −sin sin +cos cos +sin sin ,
/2 0 /2p−q 0 2 2 2 2 2 2
cos(p) + cos(q) = 2cos p+q 2 cos 2 .

De la même manière,
/ 0 mais par0 soustraction,
/ p−q / p+q 0 on/ p−q
obtient
0 la /deuxième
0 /formule
0 de/produit
0 : / p−q 0
cos(p)−cos(q) = cos p+q
2/ cos −sin sin −cos p+q
cos p−q
−sin p+q
sin 2 ,
0 2 / p−q 0 2 2 2 2 2
cos(p) − cos(q) = −2sin p+q
2 sin 2 .

L’utilisation des deux dernières formules de somme permet selon un raisonnement analogue
d’établir la troisième et la
/ quatrième 0 formule de produit.
/ p+q 0En effet
/ p−qon
0 a : / p+q 0 / p−q 0
– sin(a + b) = sin p+q + p−q
= sin(p) = sin cos 2 0 + cos / 2 0 sin / 2 0 et
/ p+q
2 2 0 / 2 0 /
– sin(a − b) = sin 2 − p−q = sin(q) = sin p+q cos p−q − cos p+q sin p−q .
2 2 2 2 /2 0 / 0
Par addition on obtient donc la troisième formule de produit sin(p)+sin(q) = 2sin p+q cos p−q
/ p+q 0 / p−q 0 2 2
et par soustraction, on obtient la quatrième : sin(p) − sin(q) = 2cos 2 sin 2 . !

Annexes 128
« Lorsqu’un gaz parfait est en mouvement isentropique,
le rapport de la variation infinitésimale de pression sur
la variation infinitésimale de masse volumique est propor-
tionnel au rapport de la pression sur la masse volumique :
∆p p0
=γ .»
∆ρ ρ0

Prérequis de mécanique et de thermodynamique


C
C.1 Mécanique
Le Principe Fondamental de la Dynamique s’énonce ainsi : La somme des forces extérieures
appliquées à un système mécanique est égale à la dérivée par rapport au temps de sa quantité de
4− −

→ dP −

mouvement. Ce principe peut être résumé par la formule « F ext = » dans laquelle « P » dé-
dt
signe la quantité de mouvement du système. Cette quantité est le produit de la masse « m » du
système et de la vitesse « − →
v » de son centre de gravité. On a donc par dérivation du produit :

→ →

4− → dP d (m v ) d−→
v dm
« F ext = = =m +−→v ». Si la masse du système est constante, alors sa déri-
dt dt dt dt
4− → d−→
v
vée par rapport au temps est nulle et on obtient la célèbre formule : « F ext = m = m−→a » dans

− dt
laquelle « a » désigne l’accélération du centre de gravité du système.


La puissance mécanique « P » d’une force « F » se calcule en effectuant le produit scalaire de

− →→

cette force par la vitesse « −

v » du centre de gravité du système qui subit « F ». On note : « P = F ·−
v ».
Toute surface plane d’aire « S », soumise à une pression « p » sur l’un de ses côtés subit une


force de pression donnée par : « F = Sp− →
n ». Le vecteur « −→n » est unitaire, normal à la surface et
orienté depuis le côté de la surface soumis à la pression vers l’autre (voir la figure C.1).

Figure C.1 – Illustration de la force de pression que subit une surface plane

S zone de pression p

%


n
%
Sp−

n

Annexes 129
C.2 Thermodynamique
Soit « V » un volume contenant « n » mol d’un gaz parfait de masse molaire « M » (unité
kg/mol) et de masse « m ». L’équation d’état des gaz parfaits permet de relier :
– la pression « p » à laquelle est soumise le volume de gaz,
– la température « T » du gaz exprimée en degré Kelvin, et
– le volume « V » du gaz.
On a la célèbre formule (équation d’état des gaz parfaits) « pV = nRT » dans laquelle « R » est une
m
constante environ égale à 8,3. En introduisant la masse volumique « ρ = » du gaz et en remarquant
V
m RT
que « n = », l’équation d’état des gaz parfaits devient : « p = ρ ».
M M
(1)
Si un gaz parfait est en mouvement isentropique , alors le produit « pV γ » est constant durant
le mouvement ; notons le « κ ». La puissance « γ » à laquelle est élevé le volume « V » est une constante
thermodynamique (tout comme « R ») ; elle est environ égale à 1,4. Si l’on remplace « V » par son
m
expression en fonction de la masse volumique du gaz « » on peut donc écrire l’égalité :
ρ
- .γ : κ ;
m
«p = κ » qui est équivalente à « p = ργ ».
ρ mγ
En supposant que la masse « m » du gaz est invariante au cours du mouvement, la pression du gaz
est ainsi écrite comme fonction de sa masse volumique : « p = Aργ ». La valeur « A » n’est autre que
κ
la constante « γ ». Par dérivation, on obtient :
m
dp dp 1 dp p
« = Aγργ−1 » qui est équivalente à « = Aγργ » et à « = γ ».
dρ dρ ρ dρ ρ
Cette dernière égalité montre que le rapport de la variation infinitésimale de pression sur la variation
infinitésimale de masse volumique est proportionnel au rapport de la pression sur la masse volumique
– lorsqu’un gaz parfait est en mouvement isentropique. Pour illustrer cette relation générale prenons
un exemple et considérons une masse « m » de gaz parfait en mouvement isentropique. Supposons
que le volume qu’occupe cette masse varie très légèrement (par faible dilatation ou compression du
gaz). La masse occupait un volume « V0 » ; elle occupe ensuite un volume « V1 ». Cette faible variation
de volume induit une faible variation de masse volumique qui passe d’une valeur « ρ0 » à une valeur
« ρ1 ». Enfin, cette variation de masse volumique entraîne une variation de pression qui passe de
« p0 » à « p1 ». La relation de proportionnalité permet d’écrire :
∆p p1 − p0 p0
« = =γ ».
∆ρ ρ1 − ρ0 ρ0
Il existe un paramètre caractérisant la faculté d’un gaz à se comprimer sous l’action d’une
pression. Il s’agit de sa compressibilité isentropique, notée « χs » et donnée par :
dV
« χs = − ».
V dp
Ce paramètre exprime la variation relative de volume par Pascal. Si un gaz possède un « χs » égal à
0,1 ; alors tout volume contenant ce gaz se réduira de dix poucents sous l’effet d’une augmentation de
pression d’un Pascal. Ce paramètre peut être relié de façon simple à la pression et à « γ » :

ρ dp ρ dp ρ dp
m 1 1
1 V dp dp
« =− =− m =− 1 =− 1 =ρ »
χs dV dρ dρ − ρ2 dρ dρ

En utilisant la relation établie au paragraphe précédent on obtient :


1
« = γp ».
χs

(1). La notion d’entropie qui permet de comprendre ce que signifie un écoulement isentropique (i.e. à entropie
constante) ne peut être abordée que dans un cours de thermodynamique. Il faut se contenter d’accepter ici sans autre
explication le terme « isentropique » comme un qualificatif nécessaire. Il existe de nombreux cours de thermodynamique
qui expliquent l’entropie ; les curieux y trouveront tout ce qu’ils attendent sur cette notion...

Annexes 130
« Dans le système de coordonnées sphériques, l’élément de
volume est donné par : dV = r 2 sin(θ)drdθdϕ. »

Compléments de géométrie dans l’espace


D
D.1 Coordonnées sphériques
Pour repérer un point M de l’espace il est fréquent d’utiliser les coordonnées cartésiennes définies
par un triplet de nombres. ces nombres s’appellent, dans l’ordre, l’abscisse, l’ordonnée et la côte
du point M . Ils sont obtenus par  projections
 orthogonales sur trois axes d’un repère, généralement
x
orthonormé. On écrit alors : M  y . Mais ce système de coordonnées n’est pas toujours adapté à la
z
géométrie du problème que l’on se pose. Il existe d’autres systèmes de repérage (deux principalement)
dont le système de coordonnées sphériques. Celui-ci est défini par un triplet de nombres : une longueur
r et deux angles θ et ϕ (respectivement appelés angle de site et angle d’azimut). La longueur r est
celle qui sépare le point M que l’on souhaite repéré d’un point O donné. On considère donc que le
point M se trouve sur une sphère de centre O et de rayon r. L’angle de site θ est formé par la demi-
droite [OM ) et la demi-droite verticale orientée vers le haut [O, z) ; la rotation se faisant dans le sens
horraire. Pour définir l’angle d’azimut ϕ, il est d’usage d’utiliser le point P , projeté orthogonal de M
sur le plan horizontal passant par O. Aussi, ϕ est formé par la demi-droite [OP ) et une demi-droite
[O, x), arbitrairement choisie dans le plan horizontal passant par O ; la rotation se faisant dansle sens

r
anti-horraire. La figure D.2 permet de visualiser ce qui vient d’être décrit. On écrit alors : M  θ .
ϕ
Pour repérer un quelconque point M de l’espace, il est nécessaire de choisir r dans l’intervalle [0; +∞[,
de choisir θ dans l’intervalle [0; π] et de choisir ϕ dans l’intervalle [0; 2π].

D.2 Elément de volume sphérique


A chaque système de coordonnées correspond un élément de volume. Il s’agit d’un volume,
« infiniment » petit, défini à proximité d’un point M . Il est généralement noté dV . L’élément de
volume associé aux coordonnées sphériques s’obtient en multipliant trois longueurs infinitésimales :
dr, rdθ et rsin(θ)dϕ. Chacune de ces longueurs est obtenue en considérant un accroissement de
chacune des trois coordonnées, à proximité du point M . En effet, si l’on augmente le rayon r d’une
quantité dr, alors le point M s’éloigne d’autant du point O sur la demi-droite [OM ). Si l’on augmente
l’angle de site θ d’une quantité dθ, alors le point M de déplace sur un arc de cercle de rayon r centré
en O ; et la longueur de ce déplacement mesure rdθ. L’effet dû à l’augmentation de l’angle d’azimut
ϕ est plus difficile à déterminer. Il nécessite de considérer le point P . Aussi, si l’on augmente l’angle
d’azimut ϕ d’une quantité dϕ, alors le point P se déplace sur un cercle de rayon R = OP centré en O ;
et la longueur de ce déplacement mesure Rdϕ. Le point M quant à lui se déplace sur un autre cercle
mais la longueur de son déplacement mesure également Rdϕ. Or le rayon R n’est autre que rsin(θ).
Donc le point M se déplace sur un arc de cercle dont la longueur mesure rsin(θ)dϕ. L’élément de
volume sphérique défini à proximité du point M est donc :

Annexes 131
dV = r2 sin(θ)drdθdϕ.
Comme le montre la figure D.2 cet objet géométrique n’est pas un parallélépipède mais son volume
est calculé en faisant l’hypothèse qu’il en est un.

Figure D.2 – Repère sphérique et élément de volume associé

Annexes 132
« Dans une succession de dérivations partielles, l’ordre de
dérivation n’a pas de conséquence sur la fonction obtenue ;
∂3 f ∂3f
on a par exemple : ∂x 2 ∂y = ∂x∂y∂x . »

« La solution générale de l’EDP de D’Alembert en dimen-

E
sion une est donnée par la forme très générale :
f (x, t) = f1 (x + Ct) + f2 (x − Ct). »

Introduction à l’analyse réelle


des fonctions de deux variables réelles

E.1 Rappels d’analyse des fonctions d’une variable


Théorème 1. Théorème de Rolle (simplifié)
Soient a et b deux réels distincts. Si f est une fonction dérivable sur ]a, b[ et continue sur [a, b] telle
que f (a) = f (b) = 0 ; alors il existe un réel c appartenant à l’intervalle ]a, b[ tel que f # (c) = 0.

Démonstration
! Puisque f est continue sur [a, b], elle y est bornée et elle y atteint ses bornes m et M telles que :
M = sup [f (x)] et m = inf [f (x)]. Si m = M = 0, le théorème est évident car la fonction f est
x∈[a,b] x∈[a,b]
alors la fonction nulle sur [a, b]. Si, au contraire, l’une ou l’autre de ces deux bornes est différente de
zéro (prenons M par exemple) ; alors il existe un réel c différent de a et différent de b tel que f (c) = M .
f (x) − f (c)
Pour tout x appartenant à ]a, c[, > 0 et par passage à la limite lorsque x tend vers c−
x−c
on obtient : fg# (c) ≥ 0. De même, on obtient aisément que fd# (c) ≤ 0. Or par hypothèse la fonction f
est dérivable en c ; donc fg# (c) = fd# (c) = f # (c). Il vient d’être montré que le nombre f # (c) est à la fois
positif et négatif. On a bien f # (c) = 0. !

Théorème 2. Théorème des accroissements finis


Soient a et b deux réels distincts. Si f est une fonction dérivable sur ]a, b[ et continue sur [a, b] ; alors
f (b) − f (a)
il existe un réel c appartenant à l’intervalle ]a, b[ tel que f # (c) = .
b−a

Démonstration
! Soit la fonction ϕ définie par ϕ(x) = f (x)(b − a) − x(f (b) − f (a)) + af (b) − bf (a). Il est évident que
cette fonction est dérivable sur ]a, b[ et continue sur [a, b]. De plus, après développement, on constate
que ϕ(a) = f (a)(b − a) − a(f (b) − f (a)) + af (b) − bf (a) vaut zéro ; tout comme ϕ(b). Cette fonction
vérifie donc les hypothèses du théorème précédent et il existe un réel c appartenant à ]a, b[ tel que :
f (b) − f (a)
ϕ# (c) = 0. Or ϕ# (c) = f # (c)(b − a) − (f (b) − f (a)) ; donc on obtient bien : f # (c) = .!
b−a

E.2 Définitions
E.2.1 fonction réelle de deux variables réelles
On appelle fonction réelle f de deux variables réelles x et y, toute relation qui, à tout couple de
réels (x, y) associe au plus un réel noté f (x, y).

Annexes 133
E.2.2 fonctions partielles
1. Soit a un réel tel que le nombre f (a, y) existe. La fonction d’une variable notée f (a, •) qui, à
tout réel y, associe au plus le réel f (a, y) est appelée fonction partielle de f (de la seconde place).
2. Soit b un réel tel que le nombre f (x, b) existe. La fonction d’une variable notée f (•, b) qui, à tout
réel x, associe au plus le réel f (x, b) est appelée fonction partielle de f (de la première place).

E.2.3 les deux dérivées partielles premières


1. Soit f une fonction réelle des deux variables réelles x et y. La fonction définie par la limite (en
supposant qu’elle existe) :
" #
1
lim (f (x + h, y) − f (x, y))
h→0 h

est appelée dérivée partielle première de f par rapport à la première place (ou par rapport à x).
∂f
Elle est notée (lire : « d rond f sur d rond x ») et elle associe au couple (x, y) le nombre
∂x
∂f
(x, y).
∂x
2. Soit f une fonction réelle des deux variables réelles x et y. La fonction définie par la limite (en
supposant qu’elle existe) :
" #
1
lim (f (x, y + h) − f (x, y))
h→0 h

est appelée dérivée partielle première de f par rapport à la seconde place (ou par rapport à y).
∂f
Elle est notée (lire : « d rond f sur d rond y ») et elle associe au couple (x, y) le nombre
∂y
∂f
(x, y).
∂y
∂f ∂f
On a les deux résultats immédiats : (x, y) = f (•, y)# (x) et (x, y) = f (x, •)# (y). Il suffit
∂x ∂y
de considérer « mentalement » que y est fixe pour obtenir la première égalité et que x est fixe pour
obtenir la seconde. En pratique c’est d’ailleurs ainsi que l’on procède pour calculer les expressions
algébriques définissant les dérivées partielles de f . Par exemple si on choisit f (x, y) = xsin(y) + x2 y 3 ,
∂f ∂f
on obtient : (x, y) = sin(y) + 2xy 3 et (x, y) = xcos(y) + 3x2 y 2 .
∂x ∂y

E.2.4 les dérivées partielles deuxièmes


: ;
∂f
∂ ∂x
1. Soit f une fonction réelle des deux variables réelles x et y. La fonction définie par est,
∂x
selon les définitions précédentes la dérivée partielle première par rapport à la première place
de « la dérivée partielle première par rapport à la première place de f ». Elle est obtenue en
dérivant f deux fois par rapport à x. C’est l’une des dérivées partielles deuxièmes de f . On la
∂2f
note (lire : « d deux f sur d x carré » ou « d deux f sur d x deux » ou encore, de façon plus
∂x2
∂2f
rare, « d rond f sur d rond x d rond x ») et elle associe à tout couple (x, y) le nombre (x, y).
∂x2
enfin, sa définition sous forme de limite est donnée par :
" #
1 ∂f ∂f
lim ( (x + h, y) − (x, y)) .
h→0 h ∂x ∂x
: ;
∂ ∂f∂y
2. Soit f une fonction réelle des deux variables réelles x et y. La fonction définie par est,
∂y
selon les définitions précédentes la dérivée partielle première par rapport à la seconde place de
« la dérivée partielle première par rapport à la seconde place de f ». Elle est obtenue en dérivant
∂2f
f deux fois par rapport à y. C’est l’une des dérivées partielles deuxièmes de f . On la note
∂y 2
(lire : « d deux f sur d y carré » ou « d deux f sur d y deux » ou encore, de façon plus rare, « d
∂2f
rond f sur d rond y d rond y ») et elle associe à tout couple (x, y) le nombre (x, y). enfin,
∂y 2
sa définition sous forme de limite est donnée par :

Annexes 134
" #
1 ∂f ∂f
lim ( (x, y + h) − (x, y)) .
h→0 h ∂y ∂y
: ;
∂f
∂ ∂x
3. Soit f une fonction réelle des deux variables réelles x et y. La fonction définie par est,
∂y
selon les définitions précédentes la dérivée partielle première par rapport à la seconde place de
« la dérivée partielle première par rapport à la première place de f ». Elle est obtenue en dérivant
f deux fois – une première fois par rapport à x et la seconde fois par rapport à y. C’est l’une
∂2f
des dérivées partielles deuxièmes de f . On la note (lire : « d deux f sur d y d x » ou « d
∂y∂x
∂2f
rond f sur d rond y d rond x ») et elle associe à tout couple (x, y) le nombre (x, y). enfin,
∂y∂x
sa définition sous forme de limite est donnée par :
" #
1 ∂f ∂f
lim ( (x, y + h) − (x, y)) .
h→0 h ∂x ∂x
: ;
∂ ∂f∂y
4. Soit f une fonction réelle des deux variables réelles x et y. La fonction définie par est,
∂x
selon les définitions précédentes la dérivée partielle première par rapport à la première place de
« la dérivée partielle première par rapport à la seconde place de f ». Elle est obtenue en dérivant
f deux fois – une première fois par rapport à y et la seconde fois par rapport à x. C’est l’une
∂2f
des dérivées partielles deuxièmes de f . On la note (lire : « d deux f sur d x d y » ou « d
∂x∂y
∂2f
rond f sur d rond x d rond y ») et elle associe à tout couple (x, y) le nombre (x, y). enfin,
∂x∂y
sa définition sous forme de limite est donnée par :
" #
1 ∂f ∂f
lim ( (x + h, y) − (x, y)) .
h→0 h ∂y ∂y

E.3 Invariance de l’ordre de dérivation


Selon les définitions précédentes on compte deux dérivées partielles premières et quatre déri-
vées partielles deuxièmes. Et on compterait en poursuivant ces définitions, huit dérivées partielles
troisièmes, seize dérivées partielles quatrièmes, etc. En réalité il existe des égalités qui résultent du
théorème ci-après et qui permettent réduire considérablement le nombre des dérivées partielles. Comme
∂2f ∂2f
on le verra, les fonctions et sont égales car l’ordre de dérivation ne change pas la fonction
∂y∂x ∂x∂y
dérivée obtenue. On compte donc seulement trois dérivées partielles deuxièmes (et non pas quatre),
quatre dérivées partielles troisièmes (et non pas huit), cinq dérivées partielles quatrièmes (et non pas
∂3f ∂3f
seize), etc. Ce résultat est capital puisqu’il permet par exemple d’égaler 2
et et conduire
∂y ∂x ∂x∂y 2
à l’écriture d’une équation aux dérivées partielles.

Annexes 135
Théorème 3. Théorème de Schwarz (simplifié)
Soit f une fonction réelle des deux variables réelles x et y telle que toutes les fonctions partielles
∂f ∂f ∂ 2 f ∂2f
définies à partir de , , et soient continues. On a l’égalité :
∂x ∂y ∂y∂x ∂x∂y
∂2f ∂2f
= .
∂y∂x ∂x∂y
Démonstration
! Par définition : " - . - .#
∂2f 1 1 1 1
(x, y) = lim lim (f (x + k, y + h) − f (x, y + h)) − lim (f (x + k, y) − f (x, y)) .
∂y∂x h→0 h k→0 k h k→0 k
Par simples opérations algébriques et en tenant compte du fait que les nombres h et k sont indépen-
dants, on a : " - .#
∂2f 1
(x, y) = lim lim (f (x + k, y + h) − f (x, y + h) − f (x + k, y) + f (x, y)) . (1)
∂y∂x h→0 k→0 hk
Considérons les fonctions α et ϕ d’une variable t définies respectivement par α(t) = y + ht et
ϕ(t) = ((f (x + k, •) − f (x, •)) ◦ α)(t).
Il faut bien comprendre que pour la fonction ϕ les réels x, y, k et h sont des paramètres.
Le réel t est bien son unique variable. Les deux fonctions f (x + k, •) et f (x, •) sont des
fonctions partielles de f obtenues en fixant x + k et x.
On a ϕ(t) = f (x + k, y + ht) − f (x, y + ht) et donc :
ϕ(1) − ϕ(0) = f (x + k, y + h) − f (x, y + h) − f (x + k, y) + f (x, y).
Cette expression n’est autre (à l’ordre près) que celle intervenant dans la double limite qui définit
∂2f
la dérivée partielle deuxième de f : évaluée pour le couple (x, y). La fonction ϕ vérifie les
∂y∂x
hypothèses du théorème des accroissements finis sur l’intervalle [0, 1]. Sa dérivée est donnée par :
∂f ∂f
ϕ# (t) = h( (x + k, y + ht) − (x, y + ht)). Aussi par application du théorème des accroissements
∂y ∂y
finis sur [0, 1] à la fonction ϕ il existe un réel τ appartenant à ]0, 1[ tel que :
ϕ(1) − ϕ(0)
ϕ# (τ ) = qui s’écrit aussi
1−0
∂f ∂f 1
(x + k, y + hτ ) − (x, y + hτ ) = (f (x + k, y + h) − f (x, y + h) − f (x + k, y) + f (x, y)) .
∂y ∂x h
∂2f
La double limite qui définit la dérivée partielle deuxième de f : évaluée pour le couple (x, y) est
∂y∂x
égale à la double limite suivante.
" - - ..#
1 ∂f ∂f
lim lim (x + k, y + hτ ) − (x, y + hτ )
h→0 k→0 k ∂y ∂y
Considérons maintenant les fonctions β et ψ d’une variable u définies respectivement par β(u) = x+ku
∂f ∂f
et ψ(u) = (( (•, y+hτ ))◦β)(u) = (x+ku, y+hτ ). La fonction ψ vérifie les hypothèses du théorème
∂y ∂y
∂2f
des accroissements finis sur l’intervalle [0, 1]. Sa dérivée est donnée par : ψ # (u) = k (x+ku, y+hτ ).
∂x∂y
Aussi par application du théorème des accroissements finis sur [0, 1] il existe un réel µ appartenant à
]0, 1[ tel que :
ψ(1) − ψ(0)
ψ # (µ) = qui s’écrit aussi
1-− 0 .
2
∂ f 1 ∂f ∂f
(x + kµ, y + hτ ) = (x + k, y + hτ ) − (x, y + hτ ) .
∂x∂y k ∂y ∂y

(1). Il faut bien se garder d’interchanger les deux limites à ce stade de la démonstration car,
" comme
- le montre
.# le
k h
contre exemple suivant, l’ordre dans le cadre des calculs de limite est important. En effet, limlim sin( ) vaut
h→0 k→0 h k
lim [0] = 0
h→0 C 8 9D
" - .#
k h sin( h
k
)
Tandis que lim lim sin( ) vaut lim lim h
= lim [1] = 1. Cette remarque justifie la suite de la
k→0 h→0 h k k→0 h→0 k→0
k
démonstration.

Annexes 136
∂2f
Ainsi, la double limite qui définit la dérivée partielle deuxième de f : évaluée pour le couple
∂y∂x
(x, y) est égale à la double limite suivante.
" - 2 .#
∂ f
lim lim (x + kµ, y + hτ )
h→0 k→0 ∂x∂y

Or le calcul de cette limite est immédiat et on obtient :


" - 2 .#
∂2f ∂ f ∂2f
(x, y) = lim lim (x + kµ, y + hτ ) = (x, y). ! (1)
∂y∂x h→0 k→0 ∂x∂y ∂x∂y

E.4 Equation de D’Alembert


L’équation de D’Alembert fait partie des équations dites « aux dérivées partielles ». Ces équations
ont pour inconnue une fonction de plusieurs variables f et font apparaitre certaines dérivées partielles
de f . Elles sont souvent appelées par l’abréviation EDP (Equation aux Dérivées Partielles). L’EDP
de D’Alembert « complète » ou plus précisément de dimension trois est donnée par :
∂2f ∂2f ∂2f 1 ∂2f
2
+ 2 + 2 − 2 2 = 0 (2) avec C > 0 une constante réelle.
∂x ∂y ∂z C ∂t
La fonction inconnue f est réelle et possède les quatre variables x, y, z et t. C’est l’équation que vérifient
les ondes ; qu’elles soient mécaniques, sonores, électromagnétiques ou de toute autre nature. Elle est
dite de dimension trois car les variables x, y et z sont les coordonnées cartésiennes qui repèrent dans
l’espace le point où l’onde, représentée par la fonction f , est considérée. Par exemple si f représente
une onde de pression acoustique ; alors f (0, 0, 1, 1) est la pression acoustique que subit le point de
coordonnées (0, 0, 1) à l’instant t = 1.
Certaines ondes qui se propagent dans des milieux dont la géométrie est bien représentée par une
surface (les plaques, par exemple) vérifient l’équation de D’Alembert de dimension deux. Enfin, les
ondes se propageant dans des milieux à une dimension (c’est le cas de l’onde de vibration d’une corde)
vérifient l’équation de D’Alembert de dimension une :
∂2f 1 ∂2f
2
− 2 2 = 0 avec C > 0 une constante réelle.
∂x C ∂t
La résolution générale de l’équation de D’Alembert qui suit utilise un « abus » d’écriture qui du
point de vue mathématique est un manque de rigueur mais qui simplifie grandement les calculs. Cet
« abus » consiste à prendre comme définition (3) de la différentielle d’une fonction f des deux variables
X et Y la quantité infinitésimale df donnée par :
∂f ∂f
dX +
df = dY .
∂X ∂Y
Dans cette définition les quantités dX et dY sont des variations infinitésimales de X et Y . Si ces deux
nombres sont, eux mêmes, obtenus comme les images de deux fonctions des variables x et t ; alors il est
possible d’appliquer cette relation à chacun des éléments différentiels dX et dY . L’intérêt principal de
la formule réside donc dans l’établissement de relations entre des dérivées partielles de f , considérée
∂f ∂f ∂ 2 f
comme fonction des variables X et Y ( , , , etc.), et des dérivées partielles de f considérée
∂X ∂Y ∂X 2
2
∂f ∂f ∂ f
comme fonction des variables x et t ( , , , etc.). On opère ainsi un changement de variables :
∂x ∂t ∂x2
le couple de variables (x, t) peut être changé en le couple de variables (X, Y ).

(1). Comme on s’en rend vite compte cette démonstration est généralisable au cas des fonctions réelles de plusieurs
(deux, trois, ..., n) variables réelles. Elle se généralise de façon aussi évidente aux dérivées partielles d’ordres supérieurs
∂5f ∂5f
de sorte que l’on puisse écrire par exemple : 2
(x, y, z, t) = (x, y, z, t). Cela en fait probablement
∂y ∂x∂z∂t ∂t∂x∂y∂z∂y
l’une des plus « jolies » démonstrations de l’analyse réelle. Ce théorème est en tout cas un outil très utilisé en physique
et souvent capital pour aboutir à une équation aux dérivées partielles.
(2). On trouve parfois cette équation écrite de façon plus synthétique grâce à l’emploi des opérateurs Laplacien ou
1 ∂2f
D’Alembertien. Elle s’écrit, en utilisant le Laplacien, ∆f − 2 2 = 0. Et elle devient, en utilisant le D’Alembertien,
C ∂t
!f = 0.
(3). L’explication de la raison pour laquelle il est impératif de qualifier d’abusive cette définition dépasse le cadre
de ce cours. Il existe de nombreux ouvrages de mathématiques qui traitent cette question ; les curieux sont priés de se
rapporter à l’un d’entre eux...

Annexes 137
E.4.1 Résolution d’une EDP simple
∂2f
Soit à résoudre l’équation : = 0. Il est évident que l’on a par intégration selon la variable
∂X∂Y
∂f
Y : = f0 (X). La fonction f0 est une fonction quelconque qui dépend de la seule variable X
∂X
(Il est évident qu’en la dérivant par rapport à Y , on trouve bien zéro.). Supposons que f0 admette
∂f
comme primitive la fonction f1 . L’équation = f0 (X) peut donc être intégrée par rapport à X
∂X
ce qui conduit à la solution : f (X, Y ) = f1 (X) + f2 (Y ). La fonction f2 , qui ne dépend que de Y
apparaît car pour la variable d’intégration X elle est constante. Réciproquement, pour toute fonction
∂2f
f (X, Y ) = f1 (X) + f2 (Y ) on a bien : = 0. On dit que la solution générale de l’EDP proposée
∂X∂Y
est déterminée et on écrit l’équivalence :
∂2f
= 0 ⇔ f (X, Y ) = f1 (X) + f2 (Y ).
∂X∂Y

E.4.2 Résolution de l’EDP de D’Alembert de dimension une


∂2f 1 ∂2f
Soit à résoudre l’équation : 2
− 2 2 = 0. Posons le système :
∂x C ∂t
G
X = x + Ct
(S)
Y = x − Ct

qui va conduire à un changement de variables dans l’EDP en utilisant la formule de différentielle. On


∂f ∂f
a dX = dx + Cdt et dY = dx − Cdt. Ainsi, la différentielle df qui donne l’égalité dx + dt =
∂x ∂t
∂f ∂f
dX + dY selon que l’on considère f comme fonction de (x, t) ou comme fonction de (X, Y )
∂X ∂Y
conduit à :
∂f ∂f ∂f ∂f
dx + dt = (dx + Cdt) + (dx − Cdt) puis à
∂x ∂t ∂X
- . ∂Y - .
∂f ∂f ∂f ∂f ∂f ∂f
dx + dt = + dx + C − dt
∂x ∂t ∂X ∂Y ∂X ∂Y
en utilisant simplement les relations dX = dx + Cdt et dY = dx − Cdt.
Par identification des coefficients de dx et dt on obtient le système donnant les règles de dérivation à
appliquer eu égard au changement de variables proposé :

 ∂f ∂f ∂f
 = +
(S ) ∂f
# ∂x ∂X- ∂Y .
 ∂f ∂f
 =C −
∂t ∂X ∂Y

et qui s’interprète de la façon suivante.


– Dériver une fonction f par rapport à la variable x est équivalent à effectuer la somme de ses
deux dérivées partielles par rapport à X et à Y .
– Dériver une fonction f par rapport à la variable t est équivalent à multiplier par C la différence
entre sa dérivée partielle par rapport à X et sa dérivée partielle par rapport à Y .
On a bien deux règles de dérivations que l’on peut appliquer à chaque fois que l’on doit dériver par
rapport à x ou par rapport à t. Or dans l’EDP de D’Alembert ce sont les dérivées partielles deuxièmes
∂f ∂f
par rapport à x et à t qui interviennent. Il faut donc appliquer les règles précédentes à et à
∂x ∂t
afin d’écrire une EDP équivalente que vérifie f considérée comme dépendant des variables X et Y .
On a :
- . - . - .
∂2f ∂ ∂f ∂ ∂f ∂f ∂ ∂f ∂f
= = + + + ,
∂x2 ∂x ∂x ∂X ∂X ∂Y ∂Y ∂X ∂Y
∂ 2f ∂2f ∂2f ∂2f
2
= 2
+2 + .
∂x ∂X ∂X∂Y ∂Y 2

Annexes 138
Et de la même manière on a :
- . - - . - ..
∂2f ∂ ∂f ∂ ∂f ∂f ∂ ∂f ∂f
= = C − C − − ,
∂t2 ∂t ∂t ∂X
- ∂X ∂Y ∂Y . ∂X ∂Y
∂2f ∂2f ∂2f ∂2f
= C 2
− 2 + .
∂t2 ∂X 2 ∂X∂Y ∂Y 2
L’équation de D’Alembert peut ainsi être écrite :
- 2 .
∂2f ∂2f ∂2f ∂ f ∂2f ∂2f
+ 2 + − − 2 + = 0.
∂X 2 ∂X∂Y ∂Y 2 ∂X 2 ∂X∂Y ∂Y 2
Or cette dernière équation se simplifie grandement puisqu’après quelques calculs on obtient :
∂2f
4 = 0.
∂X∂Y
La solution générale de l’équation de D’Alembert de dimension une est donnée par :
f (x, t) = f1 (x + Ct) + f2 (x − Ct)
où f1 et f2 sont deux fonctions quelconques. Il va de soi que ce résultat très général n’est quasiment
jamais utilisé en tant que tel pour modéliser le comportement spatio-temporel d’une onde. Bien souvent
les fonctions f1 etf2 sont choisies dans un ensemble de fonctions ayant une forme particulière – la forme
sinusoïdale Asin(ωu) ou Acos(ωu) par exemple. Un raisonnement physique rapide permet d’établir
que la fonction f2 modélise une onde dite progressive tandis que la fonction f1 modélise une onde dite
régressive ; ces qualificatifs sont liés au sens de propagation de l’onde qui se déplace à la célérité C
soit vers « les x positifs », soit vers « les x négatifs ».
Enfin, il convient de remarquer que si l’on se donne deux fonctions f et g chacune solution de
l’EPD de D’Alembert ; alors la fonction f + g est encore solution de l’EPD de D’Alembert. La preuve
est immédiate et découle de la linéarité de la dérivation :
∂ 2 (f + g) 1 ∂ 2 (f + g) ∂2f ∂2g 1 ∂2f 1 ∂2g ∂2f 1 ∂2f ∂2g 1 ∂2g
− = + − − = − + − =0
∂x2 C2 ∂t2 ∂x2 ∂x2 C 2 ∂t2 C 2 ∂t2 ∂x2 C 2 ∂t2 ∂x2 C 2 ∂t2

Annexes 139
« La solution générale de l’équa. diff. d’ordre 1
(E) : y # + ay = 0 est donnée par :
y(x) = αe−ax où α ∈ K est un nombre quelconque. »

« Les trois solutions générales de l’équa. diff. d’ordre 2

F
(E) : y ## + ay # + b = 0 sont données par :
y(x) = αer1 x + βer2 x (α ∈ K et β ∈ K) ou
a
y(x) = (αx +:β)e− 2:x √(α ∈ K ; et β ∈ K)
: √ou ;;
a −∆ −∆
y(x) = e− 2 x Acos 2
x + Bsin 2
x
(A ∈ R et B ∈ R) selon la résolution de son équation
caractéristique r 2 + ar + b = 0. »

Equations différentielles linéaires


à coefficients constants d’ordre 1 et 2
sans second membre

La résolution des équations différentielles est bien souvent une étape indispensable dans la mo-
délisation mathématique d’un problème scientifique. Il est ainsi impératif de savoir résoudre les plus
simples d’entre-elles afin de comprendre certains résultats rencontrés dans les raisonnements d’acous-
tique.
Les équations différentielles sont des équations dont l’inconnue est une fonction. On distingue
deux grandes catégories :
– celle des équations différentielles ordinaires (on ne mentionne pas toujours le terme « ordi-
naire ») lorsque la fonction inconnue ne dépend que d’une seule variable ;
– celle des équations aux dérivées partielles (ou EDP) lorsque la fonction inconnue dépend d’au
moins deux variables.
Une équation différentielle est dite « linéaire » lorsque la fonction inconnue et ses dérivées ne sont
élevées à aucune puissance et ne figurent pas comme variables de fonctions non affines (par exemple
les fonctions trigonométriques ou encore les fonctions logarithmiques, etc.). Les équations suivantes
ne sont donc pas linéaires à cause de la présence du cube de la dérivée seconde de la fonction inconnue
(f ##3 ) pour la première et à cause de la présence du sinus de la fonction inconnue (sin(f )) pour la
seconde :
2f − f # + f ##3 = 0,
f # − sin(f ) = 2f ## .
Une équation différentielle est dite « à coefficients constants » lorsque la (ou les variables) de la
fonction inconnue n’apparaît (ou n’apparaissent) pas de façon explicite. Les équations précédentes
sont à coefficients constants tandis que la suivante ne l’est pas à cause de la présence de la variable x
et de son carré x2 (on suppose naturellement ici que la fonction f dépend de x) :
f + x2 f # − f ##2 = x.
Une équation différentielle est d’ordre n si elle présente une dérivée (partielle ou non) d’ordre n de la
fonction inconnue et aucune autre dérivée d’ordre supérieur. Les trois équations précédentes données
en exemple sont d’ordre deux. La suivante est d’ordre trois :
∂2f ∂3f
− = 0.
∂y 2 ∂x2 ∂y
Une équation différentielle est dite « sans second membre » s’il est impossible d’isoler de façon explicite
une fonction g ayant au moins une variable en commun avec la fonction inconnue dans l’un des membres
de l’équation sans devoir diviser par la fonction inconnue ou l’une de ses dérivées. La troisième équation
donnée en exemple précédemment possède un second membre (la fonction g(x) = x) tandis que les
deux premiers exemples sont des équations différentielles sans second membre. Pour fixer les esprits par

Annexes 140
l’analyse de la nature de deux équations différentielles, on peut dire que l’équation de D’Alembert est
une équation aux dérivées partielles linéaire d’ordre deux à coefficients constants sans second membre
et que l’équation suivante d’inconnue f (x) est une équation différentielle ordinaire non linéaire d’ordre
trois à coefficients non constants et avec un second membre (la fonction g(x) = x3 ) :
ln(f # ) + xf − f ### = x3 .
De façon générale il est possible de noter toute équation différentielle ordinaire linéaire d’inconnue f
et d’ordre n comme suit (les termes ai et g étant des fonctions quelconques) :
n
4
ai f (i) = g,
i=0
où par convention f (0) = f et f (i) (avec i ,= 0) désigne la ième dérivée de f .
Si la fonction g est la fonction nulle ; alors l’équation est sans second membre. Si aucune des fonctions
ai ne dépendent de la variable de f ; alors l’équation est à coefficients constants. Cette annexe donne
la résolution générale des équations différentielles ordinaires linéaires à coefficients constants d’ordre
1 et 2 sans second membre. On convient de noter y la fonction inconnue de la variable réelle x, y #
sa dérivée première et y ## sa dérivée seconde. On remarque de suite que la fonction y peut tout à
fait être à valeurs complexes ; sa variable est réelle mais le nombre y(x) peut quant à lui appartenir à
l’ensemble C (1) . Aussi on notera de façon générale K pour R ou pour C en acceptant que la distinction
peut s’effectuer facilement selon les cas particuliers de résolution. Enfin on pose :
1. y # +ay = 0 où a ∈ K, l’équation (générale) différentielle linéaire d’ordre 1 à coefficients constants ;
2. y ## + ay # + by = 0 où a ∈ K et b ∈ K, l’équation (générale) différentielle linéaire d’ordre 2 à
coefficients constants.

F.1 Deux théorèmes de résolution


Théorème 1. Résolution de l’équa. diff. d’ordre 1 (E) : y # + ay = 0 où a ∈ K
La solution générale de (E) est donnée par : y(x) = αe−ax où α ∈ K est un nombre quelconque.
Démonstration
! Pour toute fonction y définie par y(x) on peut choisir la fonction z définie par z(x) = eax y(x). On
a donc : y(x) = z(x)e−ax et par suite :
{y est solution de (E)} ⇔ z # (x)e−ax − az(x)e−ax + az(x)e−ax = 0 ;
{y est solution de (E)} ⇔ z # (x)e−ax = 0 ;
{y est solution de (E)} ⇔ z # (x) = 0 (car e−ax ne peut être nulle pour tout x) ;
{y est solution de (E)} ⇔ z(x) = α où α ∈ K.
On conclut donc que la solution générale de (E) est donnée par :
y(x) = αe−ax où α ∈ K est un nombre quelconque. !
« Remarque importante : L’équation différentielle n’admet pas une unique solution mais plutôt un
ensemble (infini) de solutions puisqu’on compte une solution pour chaque valeur que l’on donne au
nombre α. Cette remarque est en fait générale. La résolution d’une équation différentielle conduit
souvent à déterminer un ensemble de solutions possibles. Pour choisir LA solution, il faut se
donner en plus de l’équation différentielle, des conditions supplémentaires que l’on appellent :
conditions aux limites ou conditions initiales. »

Théorème 2. Résolution de l’équa. diff. d’ordre 2 (E) : y ## + ay # + by = 0 où a ∈ K et b ∈ K


Soit l’équation d’inconnue r ∈ K, r2 + ar + b = 0 appelée « équation caractéristique de (E) ». Soit
∆ = a2 − 4b son discriminant.

1. Si l’équation caractéristique admet deux racines distinctes r1 et r2 dans K, c’est-à-dire si K = R


avec ∆ > 0 ou si K = C avec ∆ ,= 0 ; alors la solution générale de (E) est donnée par :
y(x) = αer1 x + βer2 x où α ∈ K et β ∈ K sont deux nombres quelconques.

(1). Il est recommandé de posséder les notions élémentaires de l’algèbre des nombres complexes pour bien com-
prendre les démonstrations de cette annexe. On pourra se reporter à l’introduction aux nombres complexes de l’annexe :
Introduction à l’analyse de Fourier.

Annexes 141
a
2. Si l’équation caractéristique admet la racine double −dans K, c’est-à-dire si ∆ = 0 ; alors la
2 a
solution générale de (E) est donnée par : y(x) = (αx + β)e− 2 x où α ∈ K et β ∈ K sont deux
nombres quelconques.
: √ si ;K = R avec
3. Si l’équation caractéristique n’admet pas de solution dans K, :c’est-à-dire : √ ∆ < ;;
0;
−a
alors la solution générale de (E) est donnée par : y(x) = e 2 x
Acos 2 x + Bsin
−∆ −∆
2 x
où A ∈ R et B ∈ R sont deux réels quelconques.
Démonstration
! Pour toute fonction y définie par y(x) on peut choisir la fonction z définie par z(x) = e−rx y(x) où
r ∈ K est un nombre quelconque. On a donc : y(x) = z(x)erx et par suite (après quelques lignes de
calculs et la mise en facteur du terme erx ) :
/ 0
{y est solution de (E)} ⇔ z ## + z # (a + 2r) + z r2 + ar + b = 0.
1. Si l’équation caractéristique admet deux racines distinctes r1 et r2 dans K, c’est-à-dire si K = R
avec ∆ > 0 ou si K = C avec ∆ ,= 0 ; alors ni r1 ni r2 ne sont égales à − a2 car cette valeur est
celle d’une éventuelle racine double de l’équation caractéristique. Donc les expressions 2a + r1
et 2a + r2 sont toutes deux non nulles tandis que les expressions r12 + ar1 + b et r22 + ar2 + b
sont nulles. Résoudre (E) revient ainsi à résoudre les deux équations : z ## + z # (a + 2r1 ) = 0
et z ## + z # (a + 2r2 ) = 0. Résolvons la première qui est une équation différentielle linéaire à
coefficients constants d’ordre 1 et dont l’inconnue est z # . D’après le Théorème 1 de cette annexe,
z # (x) = ke−(a+2r1 )x avec k ∈ K un nombre quelconque. Et comme 2a + r1 ,= 0, on a par
k
primitivation : z(x) = − e−(a+2r1 )x + α avec α ∈ K un nombre quelconque.
a + 2r1
Cette solution pour la fonction z implique la solution générale de (E) pour la fonction y :
k
y(x) = z(x)er1 x = − e−(a+r1 )x + αer1 x . Or on remarque que la quantité −(a + r1 ) n’est
a + 2r1
autre que r2 puisque la somme des racines de l’équation caractéristique r1 + r2 vaut a. Donc en
k
notant de plus β l’expression − , il apparaît que la solution générale de (E) s’écrit :
a + 2r1
y(x) = αe r1 x
+ βe r2 x
avec α ∈ K et β ∈ K deux nombres quelconques. Enfin il est évident que
si l’on avait résolu l’autre équation d’inconnue z # (z ## + z # (a + 2r2 ) = 0), on aurait obtenu cette
même solution générale à cause de la symétrie des rôles joués par les racines r1 et r2 .
a
2. Si l’équation caractéristique admet la racine double − dans K, c’est-à-dire si ∆ = 0 ; alors il
2
suffit de résoudre l’équation z ## (x) = 0. Il est donc évident que z(x) = αx + β et par suite la
a
solution générale de (E) est donnée par : y(x) = (αx + β)e− 2 x où α ∈ K et β ∈ K sont deux
nombres quelconques.
3. Si l’équation caractéristique n’admet pas de solution dans K, c’est-à-dire si K = R avec ∆ < 0 ;
alors la solution générale dans R peut être cherchée en considérant les solutions réelles parmi
celles trouvées dans le premier cas. Car l’équation caractéristique possède (toujours) deux sol-
tions complexes r1 et r2 . En d’autres termes, il faut chercher les conditions

qui rendent le √
nombre
y(x) = αer1 x + βer2 x réel en utilisant les racines complexes r1 = −a+i2 −∆ et r2 = −a−i2 −∆ de
l’équation caractéristique (1). Ecrivons les nombres complexes α et β en explicitant leur partie
réelle et leur partie imaginaire : α = X + iY et β = X # + iY # . Détaillons les exponentielles er1 x
et er2 x : √ √ E :√ ; :√ ;F
−a+i −∆ a −∆ a
e r1 x = e 2 x
= e− 2 x ei 2 x = e− 2 x cos −∆
2 x + isin −∆
2 x et

−a−i −∆ a

−∆ a
E :√ ; :√ ;F
e r2 x = e 2 x
= e− 2 x e−i 2 x = e− 2 x cos −∆
2 x − isin
−∆
2 x .

Et notons ϕ = − a2 x, θ = −∆2 x, afin d’alléger les écritures.
Les conditions cherchées sont donc résumées par l’équation :
(F ) : 3 {eϕ ((X + iY ) [cos (θ) + isin (θ)] + (X # + iY # ) [cos (θ) − isin (θ)])} = 0 dans laquelle
tous les nombres sont réels sauf i.
Après quelques développements algébriques faisant apparaître la partie imaginaire cherchée, il
vient :
(F ) ⇔ cos(θ)(Y + Y # ) + sin(θ)(X − X # ) = 0.

(1). Pour bien suivre la fin de cette démonstration il est nécessaire de posséder les notions élémentaires de l’algèbre
des nombres complexes. On pourra se reporter à l’introduction aux nombres complexes de l’annexe : Introduction à
l’analyse de Fourier.

Annexes 142
Comme il est toujours possible de trouver un nombre θ tel que ni son sinus ni son cosinus
ne soient nuls, l’équation n’est vérifiée que sous les deux conditions : Y + Y # = 0 (ou encore
Y # = −Y ) et X − X # = 0 (ou encore X # = X).
En résumé il vient d’être

établi que la fonction

y définie par :
−a+i −∆ −a−i −∆
y(x) = (X + iY )e 2 x
+ (X − iY )e 2 x
est réelle (y(x) ∈ R). Elle est ainsi la solution
générale de (E) dans ce troisième cas. Il ne reste plus qu’à l’écrire sous forme trigonométrique
en effectuant:le calcul suivant
√ : √ ;
a −∆ −∆
y(x) = e− 2 x (X + iY )ei 2 x + (X − iY )e−i 2 x ,
a
: : √−∆ √
−∆
; : √−∆ √
−∆
;;
y(x) = e− 2 x X ei 2 x + e−i 2 x + iY ei 2 x − e−i 2 x ,
8 8 √−∆ √
−∆
9 8 √−∆ √
−∆
99
−a ei 2 x + e−i 2 x ei 2 x − e−i 2 x
y(x) = e 2 x
2X + 2i Y
2
,
2 2i
a
: :√ ; :√ ;;
−∆ −∆
y(x) = e− 2 x 2Xcos 2 x − 2Y sin 2 x , (emploi des formules d’Euler)
: :√ ; :√ ;;
−a
y(x) = e 2 Acos
x
2 x + Bsin
−∆ −∆
2 x , (on pose A = 2X et B = −2Y ). !

Annexes 143
« Si f est infiniment dérivable au voisinage de X0 ; alors
on a le développement en série de Taylor :
+∞
4 (X − X0 )k
f (X) = f (k) (X0 ) où f (k) est la k ème dé-
k=0
k!
rivée de f . »

G
« La fonction de Bessel de première espèce et d’ordre zéro
: ; 2k
k x
4 (−1)
+∞
est définie par : J0 (x) = 2 .
k=0
(k!)2
! 2π
1
Elle s’écrit aussi : J0 (x) = cos[xsin(t)]dt. »
2π 0

Introduction à l’étude des fonctions de Bessel

G.1 Compléments d’algèbre et analyse


Théorème 1. Formule du binôme
Pour tout entier naturel n, pour tout réel a et pour tout réel b, on a les deux développements :
4n
1. (a + b)n = Cpn an−p bp et
p=0
n
4
2. (a − b)n = (−1)p Cpn an−p bp ,
p=0

n!
dans lesquels Cpn = est le nombre de sous-ensembles de p éléments choisis dans un ensemble
p!(n − p)!
contenant n éléments.

Démonstration
! (a + b)n = (a + b)(a + b)(a + b)...(a + b)(a + b)
= >? @
n f acteurs
Le développement de ce produit est une somme de termes du type aα bβ avec α et β deux entiers
naturels dont la somme vaut nécessairement n. Ainsi si l’on isole un terme dont la puissance de b est
fixée à p ; alors la puissance de a vaut n − p et le terme s’écrit an−p bp . Or choisir un tel terme revient
à choisir p fois le nombre b parmi ses n occurences dans les parenthèses du développement – on peut
choisir les p premières occurences ou les p dernières ou toute autre combinaison qui contienne p fois
le nombre b. Donc le développement fait apparaitre autant de terme du type an−p bp que l’on peut
choisir de sous-ensembles de p occurences parmi n : il y en a Cpn . Et puisque le développement consiste
à additionner tous les termes du type an−p bp , il vient :
n
4
(a + b)n = Cpn an−p bp .
p=0

n
4 n
4
(a − b)n = (a + ((−1)b))n = Cpn an−p ((−1)b)p = (−1)p Cpn an−p bp !
p=0 p=0

Théorème 2. Linéarisation des puissances de sinus et cosinus


Pour tout entier naturel non nul k et pour tout réel t, on a les deux développements :
C k
D
1 1 4 k−p
1. sin2k (t) = 2k−1 Ck + (−1)p C2k cos(2pt) et
2 2 2k p=1
C k
D
1 1 k 4 k−p
2. cos (t) = 2k−1
2k
C + C cos(2pt) .
2 2 2k p=1 2k

Annexes 144
Pour tout entier naturel k et pour tout réel t, on a les deux développements :
k
1 4
1. sin2k+1 (t) = 2k (−1)p Ck−p
2k+1 sin((2p + 1)t) et
2 p=0
k
1 4 k−p
2. cos2k+1 (t) = C cos((2p + 1)t).
22k p=0 2k+1

Démonstration
! L’algèbre des nombres complexes permet d’écrire le cosinus et le sinus d’un angle en utilisant les
formules d’Euler comme suit :
eit + e−it eit − e−it
cos(t) = et sin(t) =
2 2i
où i est le nombre complexe tel que i2 = −1.
On a donc :
- .2k+1
eit + e−it eit + e−it
cos(t) = ⇒ cos2k+1 (t) = .
2 2
En utilisant la formule du binôme il vient :
- it .2k+1 2k+1 p 2k+1 p
e + e−it 1 4 C2k+1 e(2k+1−p)it e−pit 1 4 C2k+1 e(2(k−p)+1)it
= 2k = 2k .
2 2 p=0 2 2 p=0 2

La somme contient 2k + 2 termes, c’est-à-dire un nombre pair de termes. Le pème terme est :
p 2k+1−p −(2(k−p)+1)it
C2k+1 e(2(k−p)+1)it C e
; le (2k + 1 − p)ème est : 2k+1 . En remarquant que pour tout
2 2
n, Cn = Cn , l’addition des deux précédents termes vaut :
p n−p

p e(2(k−p)+1)it + e−(2(k−p)+1)it
C2k+1 = Cp2k+1 cos((2(k − p) + 1)t).
2
Ainsi les termes de la somme peuvent être regroupés deux par deux (le terme de rang 0 avec celui de
rang 2k + 1, le terme de rang 1 avec celui de rang 2k, ..., le terme de rang k avec le terme de rang
k + 1) de sorte que celle-ci se réduise à :
k
4 p
C2k+1 cos((2(k − p) + 1)t).
p=0

Par un premier changement d’indice l = k − p il vient :


0
1 4 k−l
cos2k+1 (t) = C2k+1 cos((2l + 1)t).
22k
l=k

Par un second changement d’indice p = l et en commutant la somme on obtient :


k
1 4 k−p
cos2k+1 (t) = C cos((2p + 1)t) ;
22k p=0 2k+1

ce qui établit la dernière formule.


Par la même démarche il est possible d’obtenir l’autre formule de linéarisation des puissances de
cosinus (pour les puissances paires) :
- it .2k
eit + e−it e + e−it
cos(t) = ⇒ cos (t) =
2k
.
2 2
En utilisant la formule du binôme il vient :
- it .2k 2k 2k
1 4 C2k e(2k−p)it e−pit 1 4 C2k e2(k−p)it
p p
e + e−it
= 2k−1 = 2k−1 .
2 2 p=0
2 2 p=0
2

La somme contient 2k + 1 termes, c’est-à-dire un nombre impair de termes supérieur ou égal à trois
p 2k−p −2(k−p)it
C e2(k−p)it C e
si l’on suppose k > 0. Le pème terme est : 2k ; le (2k − p)ème est : 2k . En
2 2
remarquant que pour tout n, Cn = Cn , l’addition des deux précédents termes vaut :
p n−p

Annexes 145
p e2(k−p)it + e−2(k−p)it
C2k = Cp2k cos(2(k − p)t).
2
Ainsi les termes de la somme peuvent être regroupés deux par deux (le terme de rang 0 avec celui de
rang 2k, le terme de rang 1 avec celui de rang 2k − 1, ..., le terme de rang k − 1 avec le terme de rang
1
k + 1). Il faut bien remarquer que le terme central de rang k « reste seul » ; ce terme vaut : Ck2k . La
2
somme peut s’écrire :
k−1
4 p
1 k
C2k + C2k cos(2(k − p)t).
2 p=0

Par un premier changement d’indice l = k − p il vient :


8 1
9
1 1 k 4
cos (t) = 2k−1
2k
C +
k−l
C2k cos(2lt) .
2 2 2k
l=k

Par un second changement d’indice p = l et en commutant la somme on obtient :


8 k
9
1 1 k 4 k−p
cos (t) = 2k−1
2k
C + C cos(2pt) .
2 2 2k p=1 2k

Il serait possible d’obtenir la linéarisation des puissances de sinus par une démarche analogue
qui s’appuirait sur le développement par la formule du binôme : de la forme complexe du sinus. Ceci
π;
étant il est plus rapide de considérer l’égalité sin(t) = cos t − et d’utiliser la linéarisation des
2
puissances de cosinus :
k
1 4 k−p : π;
sin2k+1 (t) = C2k+1 cos (2p + 1)t − (2p + 1) ,
2 p=0
2k 2
k
1 4 k−p : π;
sin2k+1 (t) = C (−1)p
sin((2p + 1)t) car pour tout α, cos α − (2p + 1) = (−1)p sin(α) ;
22k p=0 2k+1
2
8 9
1 1 k 4k : π;
k−p
sin (t) = 2k−1
2k
C + C cos 2pt − 2p ,
2 2 2k p=1 2k 2
8 k
9
1 1 k 4 k−p
sin (t) = 2k−1
2k
C + C (−1) cos(2pt) car pour tout α, cos(α − pπ) = (−1)p cos(α). !
p
2 2 2k p=1 2k

Théorème 3. Formule de Taylor


Soit une fonction f de la vaiable réelle X infiniment dérivable au voisinage de X0 . La somme infinie
suivante existe et est appelée développement en série de Taylor de f au voisinage de X0 :
+∞
4 (X − X0 )k (k)
f (X) = f (X0 ).
k!
k=0

Le nombre f (k) (X0 ) est l’image de X0 par la k ème dérivée de f .

Justification
• Ce qui suit est une démonstration du théorème suivant :
Soit une fonction f de la vaiable réelle X que l’on suppose (n + 1) fois dérivable sur un
intervalle ouvert I de R qui contient X0 . Pour tout X différent de X0 et appartenant à I,
il existe un réel c strictement compris entre X0 et X tel que :
n
4 (X − X0 )k (k) (X − X0 )n+1 (n+1)
f (X) = f (X0 ) + f (c) où f (k) est la k ème dérivée de f .
k! (n + 1)!
k=0

La somme intervenant dans cet énoncé n’est pas infinie. De plus ce théorème porte sur l’existence
d’un réel c défini en utilisant une certaine dérivée de f qui n’est donc pas nécessairement infiniment
dérivable. Par ces deux remarques il apparait clairement que la démonstration qui suit n’est pas
celle de la formule de Taylor. On admettra que le développement en série de Taylor s’obtient par
une généralisation de ce théorème au cas où la fonction f est infiniment dérivable. On démontre ici
l’existence d’un développement appelé développement limité de f à l’ordre n et au voisinage de X0 .

Annexes 146
La généralisation de la notion de développement limité dans le but de démontrer la formule de Taylor
impose une étude de la convergence des séries. Par son caractère général cette étude dépasse le cadre
de cette annexe.
Supposons que X soit strictement inférieur à X0 ; ainsi on peut définir l’intervalle [X, X0 ] (qui
est inclus dans I). Pour tout X de I il est possible de définir la fonction auxiliaire Φ(X,0) de la variable
réelle t définie sur I par :
Φ(X,0) (t) = f (X) − f (t) − (X − t)A0 où A0 est solution de l’équation Φ(X,0) (X0 ) = 0.
f (X) − f (X0 )
Par une rapide résolution on a : Φ(X,0) (X0 ) = 0 ⇔ A0 = qui montre l’existence de A0 .
X − X0
Il est évident que par définition Φ(X,0) est dérivable sur [X, X0 ] et que Φ(X,0) (X) = 0. Cette fonction
vérifie donc les hypothèses du théorème de Rolle sur [X, X0 ] et par suite il existe un réel a de ]X, X0 [
tel que Φ#(X,0) (a) = 0. On a :

Φ#(X,0) (a) = 0 ⇔ −f # (a) + A0 = 0 ⇔ f # (a) = A0 .

Ceci montre que pour tout réel X il existe un réel a strictement compris entre X et X0 tel que f # (a)
soit solution de Φ(X,0) (X0 ) = 0 (comme l’est A0 ), c’est-à-dire tel que :
f (X) = f (X0 ) + (X − X0 )f # (a).
Il vient d’être montré une généralisation du théorème des accroissements finis à tout X de I strictement
inférieur à X0 .
Soit à présent la fonction auxiliaire Φ(X,1) de la variable réelle t définie sur I par :

(X − t)2
Φ(X,1) (t) = f (X) − f (t) − (X − t)f # (t) − A1 où A1 est solution de l’équation Φ(X,1) (X0 ) = 0.
2
Il n’est pas nécessaire de résoudre l’équation Φ(X,1) (X0 ) = 0 pour prouver que le nombre A1 existe
bien comme solution de :
(X − X0 )2
f (X) = f (X0 ) + (X − X0 )f # (X0 ) + A1 .
2
Il est évident que par définition Φ(X,1) est dérivable sur [X, X0 ] et que Φ(X,1) (X) = 0. Cette fonction
vérifie donc les hypothèses du théorème de Rolle sur [X, X0 ] et par suite il existe un réel b de ]X, X0 [
tel que Φ#(X,1) (b) = 0. On a :

Φ#(X,0) (b) = 0 ⇔ −f # (b) − (X − b)f ## (b) + f # (b) + (X − b)A1 = 0 ⇔ f ## (b) = A1 .

Ceci montre que pour tout réel X il existe un réel b strictement compris entre X et X0 tel que f ## (b)
soit solution de Φ(X,1) (X0 ) = 0 (comme l’est A1 ), c’est-à-dire tel que :

(X − X0 )2 ##
f (X) = f (X0 ) + (X − X0 )f # (X0 ) + f (b).
2
Les deux démonstrations préliminaires qui viennent d’être menées vont être généralisées afin d’obtenir
le résultat du développement limité attendu.
Soit donc pour finir la fonction auxiliaire Φ(X,n) de la variable réelle t définie sur I par :
4n
(X − t)k (k) (X − t)n+1
Φ(X,n) (t) = f (X) − f (t) − An où An est solution de l’équation
k! (n + 1)!
k=0
Φ(X,n) (X0 ) = 0. Il n’est pas nécessaire de résoudre l’équation Φ(X,n) (X0 ) = 0 pour prouver que le
nombre An existe bien comme solution de :
4 n
(X − X0 )k (k) (X − X0 )n+1
f (X) = f (X0 ) + An .
k! (n + 1)!
k=0

Il est évident que par définition Φ(X,n) est dérivable sur [X, X0 ] et que Φ(X,n) (X) = 0. Cette fonction
vérifie donc les hypothèses du théorème de Rolle sur [X, X0 ] et par suite il existe un réel c de ]X, X0 [
tel que Φ#(X,n) (c) = 0. On a :
n -
4 .
(X − c)k−1 (k) (X − c)k (k+1) (X − c)n
Φ#(X,n) (c) = 0 ⇔ −f # (c) − − f (c) + f (c) + An = 0.
(k − 1)! k! n!
k=1

(X − c)k (k+1)
Si on pose Fk = f (c) on remarque que l’équation précédente s’écrit :
k!

Annexes 147
n
4 (X − c)n
−f # (c) − (−Fk−1 + Fk ) + An = 0.
n!
k=1

Or la somme se simplifie grandement puisqu’elle est égale à −F0 + Fn ; donc il vient :

(X − c)n (n+1) (X − c)n


Φ#(X,n) (c) = 0 ⇔ −f # (c) + f # (c) − f (c) + An = 0 et par suite :
n! n!
Φ#(X,n) (c) = 0 ⇔ f (n+1) (c) = An .

Ceci montre que pour tout réel X il existe un réel c strictement compris entre X et X0 tel que f (n+1) (c)
soit solution de Φ(X,n) (X0 ) = 0 (comme l’est An ), c’est-à-dire tel que :
n
4 (X − X0 )k (k) (X − X0 )n+1 (n+1)
f (X) = f (t) + f (c).
k! (n + 1)!
k=0

L’hypothèse X < X0 du début de la démonstration n’a pas eu d’autre conséquence que la définition de
l’intervalle [X, X0 ]. Si au contraire on a la relation X > X0 ; alors il suffit de reprendre la démonstration
sur l’intervalle [X0 , X].•
Application aux fonctions sinus et cosinus
En appliquant la formule de Taylor aux fonctions sinus et cosinus évaluées au voisinage de zéro, il
vient les deux développements :
+∞
4 (−1)k
1. sin(X) = X 2k+1 et
(2k + 1)!
k=0
+∞
4 (−1)k
2. cos(X) = X 2k .
(2k)!
k=0

G.2 Fonctions de Bessel réelles


de première espèce et d’ordre naturel
Dans tout ce qui suit les questions de convergence des sommes infinies ne sont pas abordées par
souci de simplicité. Le lecteur trouvera de nombreux ouvrages de mathématiques traitant des limites
de sommes infinies qui donnent une justification aux calculs menés dans ce qui suit.
Soit l’équation différentielle linéaire du second ordre à coefficients non constants d’inconnue y :
(E) : x2 y ## + xy # + (x2 − n2 )y = 0
où n est un entier naturel.
Soit f une fonction au moins deux fois dérivable. Posons yn (x) = xn f (x) et cherchons les conditions
que doit vérifier f pour que yn soit une solution de (E). On a :
yn# (x) = nxn−1 f (x) + xn f # (x) et
yn## (x) = (n2 − n)xn−2 f (x) + 2nxn−1 f # (x) + xn f ## (x). Ainsi après quelques calculs il vient facilement :
x2 yn## (x) + xyn# (x) + (x2 − n2 )yn (x) = xn+1 [f # (x)(1 + 2n) + x(f ## (x) + f (x))].
Il apparait donc que si la fonction f vérifie l’équation (E # ) : f # (x)(1 + 2n) + x(f ## (x) + f (x)) = 0 ;
alors la fonction yn est solution de (E). Supposons que f soit infiniment dérivable au voisinage de 0 et
écrivons son développement en série de Taylor ; celui de sa dérivée première et de sa dérivée seconde :
+∞
4 +∞
4 +∞
4
xk xk−1 xk−2
f (x) = f (k) (0) , f # (x) = f (k) (0) et f ## (x) = f (k) (0) . Portons à présent
k! (k − 1)! (k − 2)!
k=0 k=1 k=2
f , f # et f ## sous leur forme développée dans l’équation (E # ). Il vient :
+∞
4 4 +∞ 4 +∞
xk−1 xk−1 xk+1
(1 + 2n)f (k) (0) + f (k) (0) + f (k) (0) = 0.
(k − 1)! (k − 2)! k!
k=1 k=2 k=0

Annexes 148
Si l’on isole le premier terme de la première des trois sommes infinies qui viennent d’être écrites
(ce terme vaut (1 + 2n)f (1) (0)) ; alors cette somme peut s’écrire :
+∞
4 f (p+1) (0)(1 + 2n)
xp
p=1
p!
en effectuant le changement d’indice p = k − 1. Par le même changement d’indice la deuxième des
trois sommes infinies de (E # ) peut s’écrire :
+∞
4 f (p+1) (0)
xp .
p=1
(p − 1)!
Et par le changement d’indice p = k + 1 la troisième somme infinie de (E # ) peut s’écrire :
+∞
4 f (p−1) (0)
xp . L’équation (E # ) devient donc :
p=1
(p − 1)!

+∞
4 - .
f (p+1) (0)(1 + 2n) f (p+1) (0) f (p−1) (0)
(1 + 2n)f (1) (0) + xp + + = 0.
p=1
p! (p − 1)! (p − 1)!

On reconnait alors un développement selon les puissances de la variable x qui peut être nul si chaque
coefficient de xk est nul. On obtient donc les deux conditions :
1. (1 + 2n)f (1) (0) = 0 et
" #
1 + 2n 1 f (p−1) (0)
2. f (p+1) (0) + + = 0.
p! (p − 1)! (p − 1)!
Posons ap = f (p) (0). La première condition est équivalente à a1 = 0. La seconde condition n’est autre
que la relation de récurrence entre ap+1 et ap−1 :
−p
ap+1 = ap−1 (il suffit de faire le calcul).
1 + 2n + p
En utilisant cette relation à partir de a1 = 0, il est évident que a3 = 0, a5 = 0 et ainsi de suite ; tous
les coefficients impairs sont nuls. Supposons que a0 ne soit pas nul. La relation de récurrence montre
que :
−1
a2 = a0 ;
2(n + 1)
(−1) × 3 (−1)2 × 3
a4 = a2 = 2 a0 ;
2(n + 2) 2 (n + 1)(n + 2)
(−1) × 5 (−1) × 3 × 5
3
a6 = a4 = 3 a0 ;
2(n + 3) 2 (n + 1)(n + 2)(n + 3)
... ;
(−1)k × 3 × 5 × ... × (2k − 1)
a2k = k a0 .
2 (n + 1)(n + 2)(n + 3)...(n + k)
Le développement en série de Taylor au voisinage de zéro de la fonction f est donc :
+∞
4 (−1)k × 3 × 5 × ... × (2k − 1) x2k
f (x) = a0 + a 0 . En remarquant que :
2k (n + 1)(n + 2)(n + 3)...(n + k) (2k)!
k=1
3 × 5 × 7... × (2k − 1) 1
= k et que
(2k)! 2 k!
1 n!
= il vient :
(n + 1)(n + 2)(n + 3)...(n + k) (n + k)!
: x ;2k
+∞ (−1)k
4 n!
f (x) = a0 + 2 a0 . Le terme général de cette dernière somme infinie vallant a0 si
k!(n + k)!
k=1
k = 0, il est possible d’opérer une simplification supplémentaire et d’écrire :
: ;2k : ;2k
k x k x
+∞
4 (−1) n! +∞
4 (−1) n!
f (x) = 2 a0 . On a alors la fonction yn (x) = xn 2 a0 qui est solution
k!(n + k)! k!(n + k)!
k=0 k=0
de l’équation (E). La détermination du coefficient a0 est arbitraire. On le choisit de sorte que pour tout
yn 1 1
n, la fonction n prenne la valeur n en x = 0. Cette condition donne a0 = n . En remplaçant
x 2 n! 2 n!
a0 par sa valeur dans l’expression de yn il vient :

Annexes 149
: x ;2k
+∞ (−1)k
: x ;n 4
yn (x) = 2 .
2 k!(n + k)!
k=0

Cette fonction est appelée fonction de Bessel de première espèce et d’ordre naturel n. Elle est souvent
notée Jn . Et comme on vient de le voir elle est l’une des solutions de l’équation (E) que l’on appelle
équation de Bessel d’ordre n.

G.2.1 Définition et propriétés des dérivées


On appelle fonction de Bessel de première espèce et d’ordre naturel n la fonction définie par :
: x ;2k
+∞ (−1)k
: x ;n 4
Jn (x) = 2 .
2 k!(n + k)!
k=0

Théorème 4. Pour tout entier naturel n, la fonction dérivée de xn Jn (x) est égale à xn Jn−1 (x). En
#
particulier, pour n = 1, on a : (xJ1 (x)) = xJ0 (x).
Démonstration
! Il suffit d’effectuer la dérivation en prenant garde de bien utiliser- les règles
. algébriques.
: x ;2k x2k−1
+∞ (−1) 2k
- . +∞ - 2n . 4 k
2nx2n−1 4 (−1) 2
k
# x 22k
(x Jn (x)) =
n
+
2n k!(n + k)! 2n k!(n + k)!
k=0 k=0
: x ;2k : x ;2k
- 2n−1 . 4 +∞ (−1)k - 2n−1 . 4
+∞ (−1)k k
nx 2 x 2
(xn Jn (x))# = +
2n−1 k!(n + k)! 2n−1 k!(n + k)!
k=0 k=0
: x ;2k
- 2n−1 . 4 +∞ (−1) k
# x 2
(xn Jn (x)) = (n + k)
2n−1 k!(n + k)!
k=0
: x ;2k
+∞ (−1)k
: x ;n−1 4
#
(xn Jn (x)) = xn 2
2 k!(n + k − 1)!
k=0
#
(xn Jn (x)) = xn Jn−1 (x) !

G.2.2 Forme intégrale de J0


! 2π ! 2π
1 1
Théorème 5. Pour tout x réel : J0 (x) = cos[xsin(t)]dt = cos[xcos(t)]dt.
2π 0 2π 0

Démonstration
! Par un développement en série de Taylor au voisinage de zéro de la fonction de X = xsin(t) définie
par cos(X) = cos[xsin(t)] il est possible d’écrire :
+∞
4 +∞
(−1)k 2k 4 (−1)k 2k
cos[xsin(t)] = X = x sin2k (t).
(2k)! (2k)!
k=0 k=0
! 2π
1
En notant I(x) = cos[xsin(t)]dt le nombre à évaluer il vient :
2π 0
+∞
4 ! 2π
(−1)k 2k 1
I(x) = x sin2k (t)dt.
(2k)! 2π 0
k=0
Or il est possible de linéariserCla puissance du sinus que l’on doit D intégrer, de sorte que :
! 2π ! 2π 4 k
1 1 k
sin2k (t)dt = 2k−1 2 C2k
+ (−1)p Ck−p
2k cos(2pt) dt
0 0 2 p=1
! 2π 4 k " ! 2π # ! 2π
1 p k−p 1 1
sin (t)dt =
2k
(−1) C2k cos(2pt)dt + Ck2k dt
0 p=1
2 2k−1
0 2 2 2k−1
0
! 2π ! 2π

sin (t)dt = 2k Ck2k (car pour tout p > 0 l’intégrale
2k
cos(2pt)dt est nulle).
0 2 0
: x ;2k
+∞
4 +∞ (−1)k
4
(−1)k 2k 1 2π k 2
Donc : I(x) = x C = Ck2k .
(2k)! 2π 22k 2k (2k)!
k=0 k=0

Annexes 150
(2k)!
Il reste à remplacer le terme Ck2k par son expression , puis à effectuer la simplification par (2k)!
(k!)2
pour faire apparaître la série qui définit J0 (x) :
: x ;2k
+∞ (−1)k
4
I(x) = 2 = J0 (x).
(k!)2
k=0
! 2π
1
Pour démontrer l’autre égalité (J0 (x) = cos[xcos(t)]dt) il suffit d’effectuer le changement
2π 0
π
de variable t = u + puis d’utiliser l’invariance par translation de l’intégrale sur un intervalle de
2
longueur T d’une fonction T − périodique (1) . On a donc :
! 2π ! 3π E : ! 2π
1 1 2 π ;F 1
cos[xsin(t)]dt = cos xsin u + du = cos[xcos(u)]du. !
2π 0 2π − π2 2 2π 0

(1). Petit rappel ; soit f une fonction T − périodique :


! a+T ! b ! b+T ! a+T ! b ! b+T ! a ! b
f (x)dx = f (x)dx+ f (x)dx+ f (x)dx = f (x)dx+ f (x)dx+ f (t−T )dt = f (x)dx+
! ab+T ! ab ! bb+T b+T a b b a

f (x)dx − f (t)dt = f (x)dx.


b a b

Annexes 151
« Soit une fonction f appartenant à C M T et de pulsation
ω. Pour tout n de N, on appelle coefficients de Fourier
trigonométriques de f et on note :
! T
2
an (f ) = f (t)cos(nωt)dt et
T !0
2 T

H
bn (f ) = f (t)sin(nωt)dt.
T 0

Les nombres an (f ) et bn (f ) sont réels et le nombre b0 (f )


est nul pour toute f . »

« Si f et f # appartiennent à C M T ; alors la série de Fourier


de f converge et pour tout t de R, SF (f )(t) = f˜(t). »

Introduction à l’analyse de Fourier

H.1 Compléments d’algèbre et d’analyse


H.1.1 Introduction aux nombres complexes
L’agèbre des nombres complexes repose sur la définition d’un nombre i (pour imaginaire) tel que
i2 = −1 et sur celle de l’ensemble C des nombres complexes z « construits » à partir des couples de réels
(x, y) : z = x + iy. Tout comme il est possible d’associer à un tout point de la droite un unique nombre
réel, il est possible d’associer à tout point du plan un unique nombre complexe. Le plan étant rapporté
à un repère orthonormé, le point M étant repéré par son abscisse x et son ordonnée y, on lui associe
l’unique nombre complexe z = x + iy. On dit que M possède z comme affixe. Si l’on définit un repère
polaire dans le plan ; alors le point M est repéré par ses coordonées (r, ϕ) et son affixe est donnée par
r(cos(ϕ) + isin(ϕ)). Le nombre r est appelé module de z (on note r = |z|) et le nombre ϕ est appelé
argument de z (on note ϕ = Arg(z)). Notons f la fonction définie par f (ϕ) = cos(ϕ) + isin(ϕ) (1)
et calculons le produit zz # = rf (ϕ)r# f (ϕ# ) (le lecteur est invité à effectuer le calcul). Après quelques
développements et l’utilisation des formules de trigonométrie on obtient zz # = rr# f (ϕ + ϕ# ) qui permet
d’écrire :
f (ϕ)f (ϕ# ) = f (ϕ + ϕ# ).
1 1 1
Calculons à présent = . On obtient (en multipliant le numérateur et le dénominateur de
z rf (ϕ) z
1 1
par f (−ϕ) = cos(ϕ)− isin(ϕ) appelé conjugué d’un complexe de module 1) = f (−ϕ). Ceci permet
z r
d’écrire :
1
= f (−ϕ).
f (ϕ)
L’utilisation des deux précédents résultats permet d’écrire :
f (ϕ)
= f (ϕ − ϕ# ).
f (ϕ# )

(1). La variable de la fonction f est réelle mais son image est un nombre complexe. On dit que f est une fonction
complexe de la variable réelle. L’étude générale des fonctions complexes dépasse le cadre de ces leçons mais les curieux
trouveront dans de nombreux cours de mathématiques les réponses aux questions que posent la définition de ces fonc-
tions. Et les plus curieux des curieux trouveront même des ouvrages portant sur l’étude des fonctions complexes de la
variable complexe z $→ f (z).

Annexes 152
Il existe donc une analogie entre les propriétés algébriques de la fonction f et celles des fonctions
du type ϕ (→ eαϕ où α reste à déterminer. Or si l’on dérive f ; alors on obtient :
f # (ϕ) = −sin(ϕ) + icos(ϕ) = icos(ϕ) + i2 sin(ϕ) = if (ϕ). Donc ceci permet de poser α = i, d’écrire
f (ϕ) = eiϕ et finalement :
z = x + iy = r(cos(ϕ) + isin(ϕ)) = reiϕ
qui sont les trois écritures possibles d’un nombre complexe (forme cartésienne, forme trigonométrique
et forme exponentielle). Il va de soi que pour tout entier k, les nombres rei(ϕ+2kπ) et reiϕ sont égaux
puisqu’ils correspondent au même point du plan.

Théorème 1. Formules d’Euler


eiϕ + e−iϕ eiϕ − e−iϕ
Pour tout réel ϕ, cos(ϕ) = et sin(ϕ) = .
2 2i
Démonstration
! Soient les nombres complexes de module un : z = cos(ϕ) + isin(ϕ) = eiϕ et z̄ = cos(ϕ) − isin(ϕ) =
1
e−iϕ . La demie somme (z + z̄) peut être calculée de deux façons :
2
1
1. en utilisant la forme trigonométrique (z + z̄) = cos(ϕ), ou
2
1 eiϕ + e−iϕ
2. en utilisant la forme exponentielle (z + z̄) = .
2 2
eiϕ + e−iϕ
On a donc : cos(ϕ) = .
2
1
De façon analogue les calculs de (z − z̄) sous forme exponentielle et trigonométrique permettent
2i
eiϕ − e−iϕ
d’écrire : sin(ϕ) = .!
2i

H.1.2 Fonctions réelles continues par morceaux


Une fonction f réelle de la variable réelle x est continue sur un intervalle I (1) de R si et seulement
si pour tout réel x0 de I, la limite de f quand x tend vers x0 vaut f (x0 ) :

{f est continue sur I } ⇔ {∀x0 ∈ I, lim [f (x)] = f (x0 )} ou encore,


x→x0
en choisissant h un réel strictement positif,
{f est continue sur I } ⇔ {∀x0 ∈ I, lim [f (x0 + h)] = lim [f (x0 − h)] = f (x0 )}.
h→0 h→0

Les deux limites lim [f (x0 + h)] et lim [f (x0 − h)] sont appelées limite de f en x0 à droite et en
h→0 h→0
x0 à gauche (respectivement). Celles-ci sont souvent notées lim [f (x)] et lim [f (x)] ; et lorsqu’elles
x→x+
0 x→x−
0

sont finies on les note simplement et 0)


f (x+ f (x−
0 ).
Dans le cas où les limites f (x+ −
0 ) et f (x0 ) sont
égales tandis que le nombre f (x0 ) n’existe pas ou qu’il existe en étant différent de ces limites, on dit
que f admet un prolongement par continuité en x0 . Ce prolongement est une fonction f˜, « très peu
différente » de f puisqu’elle prend les mêmes valeurs que f en tout x sauf en x0 où elle est définie
par f˜(x0 ) = f (x+ ˜
0 ) = f (x0 ). On dit que f régularise f en x0 . La courbe représentative d’une fonction

continue peut se tracer sans lever le crayon. A l’inverse si une fonction est discontinue en un réel x1
de I tandis que le nombre f (x1 ) existe ; alors le tracer de sa courbe représentative nécessite que le
crayon soit levé au moins une fois pour placer le point de coordonnées (x1 , f (x1 )). La figure H.1 donne
quelques exemples de discontinuités. On remarquera qu’il existe de nombreux cas de discontinuité. En
particulier il est évident qu’une fonction qui n’est pas définie en x1 est nécessairement discontinue en
x1 . Lorsqu’une fonction est définie en tout nombre d’un intervalle I on dit qu’elle est une application
sur I. On notera que ce n’est pas parce qu’une fonction est une application sur I qu’elle y est forcément
continue.

(1). Soient deux réels a et b tels que a < b. On dénombre neuf possibilités d’intervalle I : ]a; b[, [a; b[, ]a; b], [a; b],
[a; +∞[, ]a; +∞[, ] − ∞; b], ] − ∞; b[ et ] − ∞; +∞[= R.

Annexes 153
Figure H.1 – Exemples de discontinuités

" " "


f (x1 )
⊂ ⊃ ⊃⊂

f (x1 ) f (x1 )

! ! !
x1 x1 x1
" " "
f (x1 ) non définie f (x1 ) non définie

f (x1 )
⊃⊂ ⊃

! ! !
x1 x1 x1

Une fonction f réelle de la variable réelle x est continue par morceaux sur un segment [a, b] si et
seulement si :
1. f est une application sur ]a; b[,
2. lim [f (x)] et lim [f (x)] sont finies et
x→a+ x→b−
3. pour tout x0 appartenant à ]a; b[, lim [f (x)] et lim [f (x)] sont finies.
x→x+
0 x→x−
0

L’ensemble des fonctions réelles, T -périodiques et continues par morceaux sur [0; T ] est noté C M T .
Ces fonctions sont donc définies pour toute valeur réelle de leur variable et sont, de plus, bornées.
Pour toute fonction f appartenant à C M T il est possible de définir la fonction f˜, appelée régularisée
de f :
f (x− ) + f (x+ )
f˜(x) = .
2
La figure H.2 montre deux exemples de fonctions continues par morceaux sur [a; b] et deux exemples
de fonctions appartenant à C M T (la seconde étant la régularisée de la première). Les fonctions de
C M T sont très importantes dans le cadre de l’analyse de Fourier car comme il le sera montré plus
loin : la série de Fourier SF (f ) d’une fonction f de C M T dont la dérivée première f # appartient aussi
à C M T converge simplement vers sa régularisée f˜.
Enfin on définit
" la dérivée à droite
# (resp. à "gauche) de t de la# fonction f par la limite, quand
f (t + h) − f (t+ ) f (t− ) − f (t − h)
elle existe, lim (resp. lim ). Ces deux limites sont notées
h→0+ h h→0+ h
respectivement f # (t+ ) et f # (t− ).
Théorème 2. Approximation des fonctions continues par morceaux
Pour toute fonction f continue par morceaux sur un segment [a; b] il existe une suite de fonctions en
escalier qui converge uniformément vers f .
Explications
" Ce théorème est admis car sa démonstration dépasse le cadre de ces leçons. On mentionnera sim-
plement qu’elle nécessite le théorème de Heine et qu’elle repose sur la construction d’une subdivision
régulière du segment [a; b] de pas assez petit. Si ce théorème est difficile à démontrer, il n’est pas
en revanche difficile à comprendre. Car la convergence uniforme d’une suite de fonctions vers une
fonction donnée f peut s’interpréter graphiquement. Elle signifie que les courbes représentatives des
fonctions qui forment la suite « épousent » celle de la fonction limite avec une précision de plus en
plus grande. Lorsque l’on fait un parallèle entre l’intégrale sur [a; b] d’une fonction f et l’aire de la
portion de plan soustendue par sa courbe, on utilise souvent les sommes de Riemann. On approche
ainsi l’aire cherchée par la somme d’aires de rectangles bien choisis : ils sont verticaux, se jouxtent,
leur base se trouve sur l’axe des abscisses et ils ont pour hauteur la valeur absolue d’un nombre du

Annexes 154
Figure H.2 – Exemples de fonctions continues par morceaux

" "



⊃⊂ ⊂

! !

a ⊂
b a ⊃ ⊂ b

" ⊃ " ⊃

⊃ ⊃⊂ ⊂

⊂ ⊂ ! ⊂ ⊂ !
−T T −T T

type f (ti ) où ti ∈ [a; b]. Et bien la réunion des segments horizontaux de ces rectangles (chacun d’eux
étant placé à une ordonnée du type f (ti )) n’est autre que la courbe représentative d’une fonction, dite
« en escalier », et qui fait partie de la suite convergeant uniformément vers f . Car une fonction e est
dite en escalier sur un segment [a; b] si il existe une subdivision finie de [a; b] en intervalles du type
]ai ; ai+1 [ telle que e soit constante sur chaque ]ai ; ai+1 [.
Supposons qu’à tout entier naturel n on associe une fonction en escalier en définie sur [a; b]. La
convergence uniforme des fonctions en vers la fonction f s’énonce ainsi :

Pour tout 4 > 0 il existe N ∈ N tel que pour tout n ≥ N sup [|f (t) − en (t)|] ≤ 4. "
t∈[a;b]

L’énoncé ci-dessus sera utilisé dans la suite de cette annexe puisqu’il traduit le théorème d’approxi-
mation des fonctions continues par morceaux.

H.1.3 Introduction aux séries


La notion de série mathématique dépend de la notion de limite et de la notion de suite. Une
suite mathématique est un ensemble dénombrable de nombres (réels ou complexes).√Par exemples on
définit la suite des nombres pairs {0; 2; 4; 6; ...}, celle des nombres du type un = ( 2i)n avec n ∈ N
et n > 4, ou encore la suite notée (vn )n∈N , définie par la relation de récurrence vn+1 = (−1)n vn2 et le
premier terme v0 = π : G
vn+1 = (−1)n vn2
(vn )n∈N .
v0 = π
Les deux derniers exemples utilisent des formules pour définir les termes de la suite. Il est cependant
possible d’énumérer chaque terme de ces deux suites (en faisant « défiler » l’entier naturel n) :
√ √
1. {u5 = 4i 2; u6 = −8; u7 = −8i 2; ...} et
2. {v0 = π; v1 = −π 2 ; v2 = π 4 ; v3 = −π 8 ; ...}.
Etant donnée une suite (un )n∈N de premier terme u0 , il est possible de considérer les sommes
4n
Sn = uk qui définissent (pour chaque n) les termes d’une autre suite notée (Sn )n∈N . Sn est appe-
k=0 / 0
lée somme partielle de la série formée par le couple (un )n∈N , (Sn )n∈N . Une série s’obtient donc en
4
considérant deux suites. Par souci de clarté d’écriture la série est notée un .
n≥0

La notion de limite des fonctions réelles de la variable réelle est présentée dans l’annexe I. En
ce qui concerne les séries une seule limite est intéressante à calculer. Il s’agit de celle de la somme
partielle Sn quand n tend vers l’infini. Si cette limite est un nombre on dit que la série est convergente ;

Annexes 155
+∞
4
sinon on dit qu’elle est divergente. Lorsque la série converge vers un nombre # on note # = un . Par
n=0
définition on a :
+∞
4
lim [Sn ] = un = # ⇔ ∀ 4 > 0, ∃ N ∈ N / n ≥ N ⇒ |Sn − #| ≤ 4
n→+∞
n=0

où |Sn − #| désigne la valeur absolue de Sn − # ou bien son module, selon que cette différence est réelle
ou complexe.
Le nombre un est appelé terme général de la série et on montre facilement que si la série converge ;
alors lim [un ] = 0 (1) . Par contre-apposé si le terme général ne tend pas vers zéro ; alors la série
n→+∞
diverge. Il faut bien se garder de croire que le fait d’avoir son terme général qui tende vers zéro
implique quoi que ce soit concernant la convergence d’une série. Il existe des séries divergentes à terme
41
général tendant vers zéro. C’est le cas de la série , appelée série harmonique, dont la divergence
n
n≥0
4
est démontrée dans de nombreux cours de mathématiques. Au contraire, les séries du type qn ,
n≥0
appelées séries géométriques de raison q sont convergentes si le module de leur raison est strictement
inférieure à un (|q| < 1). La limite d’une série géométrique convergente de raison q est donnée par
+∞
4 1
qn = . On a donc dans ce cas un terme général q n qui tend vers zéro et la série correspondante
n=0
1 − q
4
qui converge. Mais il s’agit là d’un cas particulier car la relation lim [un ] = 0 ⇒ un converge
n→+∞
n≥0
est fausse.
Théorème 3. Somme partielle d’une série géométrique de raison q
Pour tout entier naturel n et pour tout nombre q différent de 1 :
n
4 1 − q n+1
qk = .
1−q
k=0

Démonstration
! Il suffit d’effectuer le calcul :
4n
(1 − q) q k = (1 − q)(1 + q + q 2 + q 3 + ... + q n−2 + q n−1 + q n ),
k=0
n
4
(1 − q) q k = (1 + q + q 2 + q 3 + ... + q n−2 + q n−1 + q n ) − (q + q 2 + q 3 + q 4 + ... + q n−1 + q n + q n+1 ) et
k=0
4n n
4 1 − q n+1
(1 − q) q k = 1 − q n+1 ⇒ qk = car q ,= 1. !
1−q
k=0 k=0

Théorème 4. Noyau de Dirichlet


Pour tout entier naturel n et pour tout complexe de module 1 et différent de 1 (eiϕ avec ϕ ,= 2mπ) :
"- . #
1
4n sin n + ϕ
2
eikϕ = :ϕ; .
k=−n sin
2
Lorsque ϕ = ωt, où ω est une pulsation et t une variable réelle, la somme partielle précédente est
appelée noyau de Dirichlet.
Démonstration
! Il suffit d’effectuer le calcul :
4n 4n 4n
eikϕ = eikϕ + e−ikϕ − 1,
k=−n k=0 k=0

(1). Il suffit de remarquer que un = Sn − Sn−1 et que si lim [Sn ] = # ; alors lim [Sn−1 ] = #. On a donc
n→+∞ n→+∞
lim [un ] = # − # = 0.
n→+∞

Annexes 156
n
4 1 − ei(n+1)ϕ 1 − e−i(n+1)ϕ
eikϕ = + − 1,
1−e iϕ 1 − e−iϕ
k=−n : (n+1) ; : (n+1) ;
(n+1) (n+1) (n+1) (n+1)
n
4 ei 2 ϕ e−i 2 ϕ − ei 2 ϕ e−i 2 ϕ ei 2 ϕ − e−i 2 ϕ
eikϕ = ϕ / ϕ ϕ0 + ϕ / ϕ ϕ0 − 1,
k=−n
ei 2 e−i 2 − ei 2 e−i 2 ei 2 − e−i 2
: ; : ;
n
4 sin (n+1)2 ϕ sin (n+1)
2 ϕ
in n
eikϕ =e 2 ϕ /ϕ0 +e −i 2 ϕ /ϕ0 − 1,
k=−n
sin 2 sin 2
: ;
n
4 sin (n+1)2 ϕ / inϕ n 0
eikϕ = /ϕ0 e 2 + e−i 2 ϕ − 1,
k=−n
sin 2
/ 0 : ;
n
4 2cos n2 ϕ sin (n+1) 2 ϕ
eikϕ = / 0 − 1,
k=−n
sin ϕ2
"- . #
1 / 0
n
4 sin n + ϕ + sin ϕ2
2
eikϕ = / 0 − 1 et
k=−n
sin ϕ2
"- . #
1
n
4 sin n + ϕ
2
eikϕ = :ϕ; .!
k=−n sin
2

H.2 Série de Fourier


H.2.1 Deux théorèmes importants
Théorème 5. Moyenne du noyau de Dirichlet
! 8 n 9
1 T 4 ikωt 2π
e dt = 1, dans laquelle ω = .
T 0 T
k=−n

Démonstration
! Il
! suffit
8 nd’effectuer
9 le calcul n: 8! 9
1 T 4 ikωt 1 4 T
e dt = e ikωt
dt ,
T 0 T 0
k=−n k=−n
! 8 n 9 8! ! T ! T ! T 9
1 T 4 ikωt 1 T
e dt = dt + 2 cos(ωt)dt + 2 cos(2ωt)dt + ... + 2 cos(nωt)dt ,
T 0 T 0 0 0 0
k=−n
! 8 n 9 8 " #T " #T " #T 9
1 T 4 ikωt 1 1 1 1
e dt = T +2 sin(ωt) + 2 sin(2ωt) + ... + 2 sin(nωt) et
T 0 T ω 0 2ω 0 nω 0
k=−n
! 8 n 9
1 T 4 ikωt
e dt = 1 car pour tout k ∈ Z, sin(2kπ) = 0. !
T 0
k=−n

Théorème 6. Lemme de Lebesgue (simplifié)


Pour toute fonction f de C M T :
C! D
T
lim f (t)sin(λt)dt = 0.
λ→+∞ 0

Démonstration
! Supposons d’abord que la fonction f soit définie par f (t) = 1. Il est évident qu’alors :
,! , ,! , ,
, T , , T , , 1 − cos(λT ) ,, ,, 2 ,,
, , , ,
, f (t)sin(λt)dt, = , sin(λt)dt, = ,, , ≤ , ,.
, ,λ,
, 0 , , 0 , λ
Par le théorème d’encadrement (ou théorème des gendarmes), on conclut que :
C! D
T
lim f (t)sin(λt)dt = 0 puisque
λ→+∞ 0
", ,#
,2,
lim ,, ,, = 0.
λ→+∞ λ

Annexes 157
Si la fonction f est en escalier sur [0; T ] ; alors il suffit d’appliquer la relation de Chasles à l’intégrale
! β
pour se ramener à une somme finie d’intégrales du type : ksin(λt)dt (où k est la valeur constante
α
que prend la fonction en escalier f sur l’intervalle ]α; β[) et conclure la démonstration. On a bien
! T
l’intégrale f (t)sin(λt)dt qui tend vers zéro lorsque λ tend vers l’infini si la fonction f est en
0
escalier.
Soit enfin f une fonction de C M T . Selon le théorème d’approximation des fonctions continues par
morceaux (admis au paragraphe H.1.2) il existe une fonction en escalier e telle que pour tout t de
[0; T ] et pour tout 4 > 0 :
4
|f (t) − e(t)| ≤ .
! T 2T ! T
4 4
Et comme |sin(λt)| ≤ 1, on a |(f (t) − e(t))sin(λt)| dt ≤ dt = .
0 0 2T 2
Par ailleurs, pour tout t de [0; T ], f (t)sin(λt) = (f (t) − e(t))sin(λt) + e(t)sin(λt). Ainsi :
,! , ,! ! T ,
, T , , T ,
, , , ,
, f (t)sin(λt)dt, = , (f (t) − e(t))sin(λt)dt + e(t)sin(λt)dt, et,
, 0 , , 0 ,
,! , ,! , ,0! ,
, T , , T , , T ,
, , , , , ,
, f (t)sin(λt)dt, ≤ , (f (t) − e(t))sin(λt)dt, + , e(t)sin(λt)dt,.
, 0 , , 0 , , 0 ,
= >? @ = >? @
I J

Il faut à présent montrer que I et J tendent tous deux vers zéro (quand λ tend vers l’infini).
,! , !
, T , T
4
, ,
I =, (f (t) − e(t))sin(λt)dt, ≤ |(f (t) − e(t))sin(λt)| dt donc : I ≤ .
, 0 , 0 2
! T
En vertu de ce qui a été montré plus haut, l’intégrale e(t)sin(λt)dt tend vers zéro quand λ tend
0
vers l’infini ; donc sa valeur absolue (le nombre J ) peut-être rendue inférieure à n’importe quel nombre
pour autant que λ soit choisi suffisamment grand. Ceci permet d’écrire qu’il existe λ0 ∈ R tel que :
,! ,
, T , 4
, ,
J =, e(t)sin(λ0 t)dt, ≤ .
, 0 , 2

Finalement on obtient que pour tout 4 > 0 il existe λ0 ∈ R tel que :


,! ,
, T , 4 4
, ,
, f (t)sin(λ0 t)dt, ≤ I + J ≤ + = 4.
, 0 , 2 2

Ceci n’est autre que la définition de :


C! D
T
lim f (t)sin(λt)dt = 0. !
λ→+∞ 0

H.2.2 Coefficients de Fourier



Soit une fonction f appartenant à C M T et de pulsation ω = . Pour tout n de Z, on appelle
T
nème coefficient de Fourier exponentiel de f et on note :
!
1 T
cn (f ) = f (t)e−inωt dt.
T 0
Les coefficients cn (f ) sont, a priori, des nombres complexes.
Pour tout n de N, on appelle coefficients de Fourier trigonométriques de f et on note :
! !
2 T 2 T
an (f ) = f (t)cos(nωt)dt et bn (f ) = f (t)sin(nωt)dt.
T 0 T 0

Annexes 158
Les coefficients an (f ) et bn (f ) sont réels (car f est supposée réelle) et on remarque que b0 (f ) est nul
pour toute f .
Les coefficients de Fourier sont des nombres qui dépendent de la fonction f mais pas de sa
variable t. Il existe des relations simples entre les coefficients de Fourier que l’on obtient en utilisant
les formules d’Euler (1) . En pratique le calcul des coefficients de Fourier peut s’avérer plus& simple'si
l’intégrale est calculée sur un autre intervalle de longueur T que [0; T ] (2) (par exemple sur − T2 ; T2 ).
Théorème 7. Coefficient de Fourier et parité
Si f est paire ; alors pour tout n de N, bn (f ) = 0. Si f est impaire ; alors pour tout n de N, an (f ) = 0.
Démonstration
! Supposons que f soit paire et calculons, pour tout n, le coefficient bn (f ) en intégrant sur l’intervalle
[− T2 ; T2 ]. Il vient :
! T2 8! ! T2 9
2 2 0
bn (f ) = f (t)sin(nωt)dt = f (t)sin(nωt)dt + f (t)sin(nωt)dt .
T − T2 T − T2 0

! T
2
! T
2
Or, puisque f est paire, f (t)sin(nωt)dt = f (−t)sin(nωt)dt. Donc en effectuant le changement
0 0
de variable u = −t dans l’intégrale du membre de droite de cette dernière égalité on obtient :
! T2 ! − T2
f (t)sin(nωt)dt = −f (u)sin(nω(−u))du, et par suite
0 0
! 2
T ! 0
f (t)sin(nωt)dt = −f (u)sin(nωu)du.
0 − T2

! T
2
! 0
Finalement en remplaçant dans l’expression de bn (f ) l’intégrale f (t)sin(nωt)dt par −f (u)sin(nωu)du
0 − T2
il vient :
8! ! 9
2 0 0
bn (f ) = f (t)sin(nωt)dt − f (u)sin(nωu)du = 0.
T − T2 − T2

Si l’on suppose que f est impaire on montre, pour tout n, la nullité du coefficient an (f ) en suivant
une démarche analogue. !
On calcule souvent (pour commencer) les coefficients de Fourier des deux fonctions appelées
« Créneau » (notée Cr) et « Dent de scie continue » (notée Dsc). Ces deux fonctions appartiennent à
C M 2π et sont définies respectivement par :
1. Cr est impaire, pour tout t ∈]0; π[ Cr(t) = 1, Cr(0) = Cr(π) = 0 et
2. Dsc est paire, pour tout t ∈ [0; π] Dsc(t) = t.
Il est vivement recommandé de calculer (en exercice) les coefficients de Fourier trigonométriques de
ces deux fonctions. On vérifiera ainsi que :
2(1−(−1)n )
1. pour tout n de N∗ , bn (Cr) = πn et
2((−1)n −1)
2. pour tout n de N∗ , an (Dsc) = πn2 ; a0 (Dsc) = π.

(1). Relations donnant an (f ) et bn (f ) en fonction de cn (f ) et c−n (f ) :


! T ! T
2 1
an (f ) = f (t)cos(nωt)dt = f (t)(einωt + e−inωt )dt = c−n (f ) + cn (f ) et
T 0 T 0
! T ! T
2 1 einωt − e−inωt c−n (f ) − cn (f )
bn (f ) = f (t)sin(nωt)dt = f (t) dt = = i(cn (f ) − c−n (f )).
T 0 T 0 i i
De ces relations on tire celles donnant cn (f ) et c−n (f ) en fonction de an (f ) et bn (f ) :
cn (f ) = an (f )−ib
2
n (f )
et c−n (f ) = an (f )+ib
2
n (f )
.
(2). Petit rappel (deuxième) ; soit f une fonction T − périodique :
! a+T ! b ! b+T ! a+T ! b ! b+T ! a ! b
f (x)dx = f (x)dx+ f (x)dx+ f (x)dx = f (x)dx+ f (x)dx+ f (t−T )dt = f (x)dx+
! ab+T ! ab ! bb+T b+T a b b a

f (x)dx − f (t)dt = f (x)dx.


b a b

Annexes 159
H.2.3 Série de Fourier et convergence
Les coefficients de Fourier (sous l’une ou l’autre de leur forme) permettent la définition d’une
suite de fonction. En effet : pour tout k ∈ N∗ , soit la fonction uk (f ) de la variable réelle t à valeurs, a
priori dans C (1) , définie par uk (f )(t) = ck (f )eikωt + c−k (f )e−ikωt ; et soit la fonction constante u0 (f )
définie par u0 (f )(t) = c0 (f ). On dit que l’ensemble {u0 (f ), u1 (f ), u2 (f ), ...} est une suite de fonctions.
Et pour chaque valeur de t on a la suite de nombres : (un (f )(t))n∈N ={u0(f )(t), u1 (f )(t), u2 (f )(t), ...}.
Il va de soi que de la définition d’une suite de fonctions on peut déduire celle d’une série de fonctions
en définissant une seconde suite de fonctions. Soit donc la suite de fonctions {S0 (f ), S1 (f ), S2 (f ), ...}
telle que chaque fonction Sn (f ) soit définie par :
n
4
Sn (f )(t) = uk (f )(t).
k=0
/ 0
Le couple de suites (un (f ))n∈N , (Sn (f ))n∈N est appelé série de Fourier de f et noté :
4
un (f ).
n≥0

Naturellement, la somme partielle de la série de Fourier de la fonction f est la fonction définie par :
n
4 n
4
Sn (f )(t) = uk (f )(t) = ck (f )eikωt .
k=0 k=−n

Comme on suppose ici que la fonction f est réelle, on montre rapidement que la somme partielle
précédente est également réelle (2) . En effet :
n
4 n
4 n
4
Sn (f )(t) = ck (f )eikωt = c0 (f ) + c−k (f )e−ikωt + ck (f )eiωt ,
k=−n k=1 k=1
n " #
a0 (f ) 4 1 1
Sn (f )(t) = + (ak (f ) + ibk (f ))e−ikωt + (ak (f ) − ibk (f ))eikωt ,
2 2 2
k=1
4 n " #
a0 (f ) e −ikωt
+e ikωt
i(e−ikωt − eikωt )
Sn (f )(t) = + ak (f ) + bk (f ) ,
2 2 2
k=1
n
a0 (f ) 4
Sn (f )(t) = + [ak (f )cos(kωt) + bk (f )sin(kωt)],
2
k=1
qui est réelle puisque les coefficients de Fourier trigonométriques de f le sont.
Il est d’usage de retenir les deux formes d’écriture de la somme partielle de la série de Fourier de f :
n
4 n
a0 (f ) 4
Sn (f )(t) = ck (f )eikωt = + [ak (f )cos(kωt) + bk (f )sin(kωt)].
2
k=−n k=1

Dans l’hypothèse où la série de Fourier d’une fonction f converge, on note SF (f ) la fonction qui
associe à t la limite de la somme partielle Sn (f )(t) :
+∞
4
SF (f )(t) = un (f )(t).
n=0

Théorème 8. Théorème de Dirichlet (simplifié)


Si f et f # (dérivée de f ) appartiennent à C M T ; alors la série de Fourier de f converge et pour tout
t de R, SF (f )(t) = f˜(t).
On dit que la série de Fourier de f converge ponctuellement (ou simplement) vers la régularisée de f .
Démonstration
! Pour tout t réel, la somme partielle Sn (f )(t) est donnée par :

(1). Il suffit de remplacer c−k (f ) et ck (f ) par leur expression en fonction de ak (f ) et bk (f ) pour montrer que, f
étant supposée réelle, uk (f ) est réelle aussi. Cette remarque, généralisée à tout entier naturel k, permet d’établir que
la somme partielle de la série de Fourier d’une fonction réelle est, elle aussi, réelle.
(2). Le calcul qui est mené ci-après applique ce qui est proposé dans la note précédente. C’est une sorte de travail
mâché pour faciliter la tâche des lecteurs les moins courageux...

Annexes 160
n
8 ! 9 ! n
4 1 T
1 T 4
Sn (f )(t) = f (u)e −ikωu
du e ikωt
= f (u) eikω(t−u) du.
T 0 T 0
k=−n k=−n

Celle-ci peut s’écrire de deux manières différentes selon que l’on effectue dans l’intégrale le changement
de variable u = t + x ou u = t − x :
! 4n ! 4n
1 T −t 1 T
1. Sn (f )(t) = f (t + x) e−ikωx dx = f (t + x) e−ikωx dx ou
T −t T 0
k=−n k=−n
! t−T 4n ! T 4n
1 1
2. Sn (f )(t) = −f (t − x) eikωx dx = f (t − x) eikωx dx.
T t T 0
k=−n k=−n
Or la somme formant le noyau de Dirichlet peut être commutée et on a l’égalité :
n
4 n
4
e−ikωx = eikωx .
k=−n k=−n
! T n
4 ! T n
4
1 1
On a donc : 2Sn (f )(t) = f (t + x) eikωx dx + f (t − x) eikωx dx et par suite :
T 0 T 0
k=−n k=−n
! n
1 T
f (t + x) + f (t − x) 4 ikωx
Sn (f )(t) = e dx.
T 0 2
k=−n

f (t+ ) + f (t− )
Comme la fonction f appartient à C M T ; pour tout réel t le nombre f˜(t) est égal à .
2
Comme la moyenne du noyau de Dirichlet vaut 1 ; pour tout réel t le nombre f˜(t) est encore égal
! n
1 T f (t+ ) + f (t− ) 4 ikωx
à e dx. On remarquera que l’on intègre ici par rapport à x et non par
T 0 2
k=−n
f (t+ ) + f (t− )
rapport à t, d’où la possibilité de faire figurer sous le signe somme. Ceci permet d’écrire
2
˜
la différence entre la somme partielle Sn (f )(t) et le nombre f (t) comme la moyenne sur [0; T ] suivante :
! - . n
˜ 1 T f (t + x) + f (t − x) f (t+ ) + f (t− ) 4 ikωx
Sn (f )(t) − f (t) = − e dx.
T 0 2 2
k=−n
"- . #
1
sin n + ωx
2
Le noyau de Dirichlet étant égal à : ωx ; , considérons pour finir la fonction de la variable
sin
2
x définie par :
f (t + x) − f (t+ ) + f (t − x) − f (t− )
g(x) = : ωx ; .
2sin
2
" " # #
T T
Il est évident que g est continue par morceaux sur − ; 0 et sur 0; . De plus le développement
2 2 : ωx ;
limité de la fonction sinus au voisinage de 0 assure que le dénominateur 2sin du nombre g(x)
2
f (t + x) − f (t+ )
tend vers ωx lorsque x tend vers 0. Comme f # appartient à C M T , les rapports
ωx
f (t − x) − f (t− ) f # (t+ ) f # (t− )
et tendent vers et − (resp.) lorsque x tend vers 0 , et les rapports
+
ωx ω ω
f (t + x) − f (t )

f (t − x) − f (t )
+
f (t )
# −
f # (t+ )
et tendent vers et − (resp.) lorsque x tend vers 0− .
ωx ωx ω ω
Ces calculs de limite permettent de déduire de l’hypothèse « f # appartient à C M"T » que#la fonction
T T
g ne diverge pas au voisinage de zéro. Elle est donc continue par morceaux sur − ; ou encore
2 2
sur [0; T ]. Or la différence entre Sn (f )(t) et f˜(t) n’est autre que :
! "- . #
1 T 1
g(x)sin n + ωx dx
T 0 2
qui tend vers zéro quand n tend vers l’infini selon le lemme de Lebesgue. !

Annexes 161
Figure H.3 – Approximations de la fonction Cr par deux sommes partielles de série Fourier

7
4 21
4
4 4
sin((2p + 1)t) sin((2p + 1)t)
p=0
(2p + 1)π p=0
(2p + 1)π

" "
1 1

−π ! −π !
π π

−1 −1

Figure H.4 – Approximations de la fonction Dsc par deux sommes partielles de série Fourier

7 20
π 4 4 π 4 4
− cos((2p + 1)t) − cos((2p + 1)t)
2 p=0 (2p + 1)2 π 2 p=0 (2p + 1)2 π

" "
π π

−π ! −π !
π π

Annexes 162
« En un certain sens on peut dire qu’il n’y a qu’une seule
définition de limite :

lim [f (x)] = L ⇔ ∀υ(L), ∃υ(g) / x ∈ υ(g) ⇒ f (x) ∈ υ(L)


x→g

où g et L sont des grandeurs quelconques (−∞, +∞, x− 0 ,


x+0 , #, #
+ ou #− ), υ(g) et υ(L) désignent respectivement

I
le voisinage de g et celui de L. »

Limites des fonctions réelles

Dans toutes les définitions suivantes, f est une application réelle de la variable réelle x. Et les
implications sont valables pour toute variable x d’un intervalle qui contient la grandeur vers laquelle
on la fait tendre.

I.1 Limites infinies en l’infini


I.1.1 Limite de f (x) égale plus l’infini lorsque x tend vers plus l’infini.

lim [f (x)] = +∞ ⇔ ∀ Y ∈ R, ∃ M ∈ R / x ≥ M ⇒ f (x) ≥ Y


x→+∞

I.1.2 Limite de f (x) égale plus l’infini lorsque x tend vers moins l’infini.

lim [f (x)] = +∞ ⇔ ∀ Y ∈ R, ∃ m ∈ R / x ≤ m ⇒ f (x) ≥ Y


x→−∞

I.1.3 Limite de f (x) égale moins l’infini lorsque x tend vers plus l’infini.

lim [f (x)] = −∞ ⇔ ∀ y ∈ R, ∃ M ∈ R / x ≥ M ⇒ f (x) ≤ y


x→+∞

I.1.4 Limite de f (x) égale moins l’infini lorsque x tend vers moins l’infini.

lim [f (x)] = −∞ ⇔ ∀ y ∈ R, ∃ m ∈ R / x ≤ m ⇒ f (x) ≤ y


x→−∞

I.2 Limites finies en l’infini


I.2.1 Limite de f (x) égale #+ lorsque x tend vers plus l’infini.

lim [f (x)] = #+ ⇔ ∀ 4 > 0, ∃ M ∈ R / x ≥ M ⇒ # < f (x) ≤ # + 4


x→+∞

I.2.2 Limite de f (x) égale #− lorsque x tend vers plus l’infini.

lim [f (x)] = #− ⇔ ∀ 4 > 0, ∃ M ∈ R / x ≥ M ⇒ # − 4 ≤ f (x) < #


x→+∞

Annexes 163
I.2.3 Limite de f (x) égale #+ lorsque x tend vers moins l’infini.

lim [f (x)] = #+ ⇔ ∀ 4 > 0, ∃ m ∈ R / x ≤ m ⇒ # <f (x) ≤ # + 4


x→−∞

I.2.4 Limite de f (x) égale #− lorsque x tend vers moins l’infini.

lim [f (x)] = #− ⇔ ∀ 4 > 0, ∃ m ∈ R / x ≤ m ⇒ # − 4 ≤ f (x) < #


x→−∞

Il faut compléter ces définitions par deux autres car dans certains cas, bien que sachant le nombre
f (x) tendre vers une limite #, l’on ne peut savoir si se rapprochement s’effectue par valeurs supérieures
ou inférieures. C’est par exemple le cas de la limite de f (x) = sin(x)
x lorsque x tend vers plus l’infini.
On montre que cette limite vaut zéro tout en sachant que les oscillations infinies de sin(x) interdisent
de déterminer s’il s’agit de « zéro plus » ou « zéro moins » .
On remarquera que ces deux définitions possèdent un sens plus large que les quatre précédentes
et qu’elles pourraient donc suffir à traiter tous les cas de limite finies en l’infini. Ceci étant, par souci
pédagogique, il est utile de détailler ainsi les définitions de limite.

I.2.5 Limite de f (x) égale # lorsque x tend vers plus l’infini.

lim [f (x)] = # ⇔ ∀ 4 > 0, ∃ M ∈ R / x ≥ M ⇒ # − 4 ≤ f (x) ≤ # + 4


x→+∞

I.2.6 Limite de f (x) égale # lorsque x tend vers moins l’infini.

lim [f (x)] = # ⇔ ∀ 4 > 0, ∃ m ∈ R / x ≤ m ⇒ # − 4 ≤ f (x) ≤ # + 4


x→−∞

I.3 Limites infinies en une grandeur finie


I.3.1 Limite de f (x) égale plus l’infini lorsque x tend vers x−
0.

lim [f (x)] = +∞ ⇔ ∀ Y ∈ R, ∃ δ > 0 / x0 − δ ≤ x < x0 ⇒ f (x) ≥ Y


x→x−
0

I.3.2 Limite de f (x) égale plus l’infini lorsque x tend vers x+


0.

lim [f (x)] = +∞ ⇔ ∀ Y ∈ R, ∃ δ > 0 / x0 < x ≤ x0 + δ ⇒ f (x) ≥ Y


x→x+
0

I.3.3 Limite de f (x) égale moins l’infini lorsque x tend vers x−


0.

lim [f (x)] = −∞ ⇔ ∀ y ∈ R, ∃ δ > 0 / x0 − δ ≤ x < x0 ⇒ f (x) ≤ y


x→x−
0

I.3.4 Limite de f (x) égale moins l’infini lorsque x tend vers x+


0.

lim [f (x)] = −∞ ⇔ ∀ y ∈ R, ∃ δ > 0 / x0 < x ≤ x0 + δ ⇒ f (x) ≤ y


x→x+
0

I.4 Limites finies en une grandeur finie


I.4.1 Limite de f (x) égale #+ lorsque x tend vers x+
0.

lim [f (x)] = #+ ⇔ ∀ 4 > 0, ∃ δ > 0 / x0 < x ≤ x0 + δ ⇒ # < f (x) ≤ # + 4


x→x+
0

Annexes 164
I.4.2 Limite de f (x) égale #− lorsque x tend vers x+
0.

lim [f (x)] = #− ⇔ ∀ 4 > 0, ∃ δ > 0 / x0 < x ≤ x0 + δ ⇒ # − 4 ≤ f (x) < #


x→x+
0

I.4.3 Limite de f (x) égale #+ lorsque x tend vers x−


0.

lim [f (x)] = #+ ⇔ ∀ 4 > 0, ∃ δ > 0 / x0 − δ ≤ x < x0 ⇒ # < f (x) ≤ # + 4


x→x−
0

I.4.4 Limite de f (x) égale #− lorsque x tend vers x−


0.

lim [f (x)] = #− ⇔ ∀ 4 > 0, ∃ δ > 0 / x0 − δ ≤ x < x0 ⇒ # − 4 ≤ f (x) < #


x→x−
0

Ici aussi deux définitions supplémentaires doivent être énoncées. Comme au paragraphe 2 il
existe des cas où l’on ne peut savoir si la limite connue # est approchée par valeurs supérieures ou

inférieures. A titre d’exemple, considérons la limite de f (x) = xsin( x1 ) en x+ 0 = 0 (ou en x0 = 0 ;
+ −

elles sont égales) qui vaut 0. Il n’est pas possible de savoir si 0 est approché par valeurs supérieures ou
inférieures à cause des oscillations infinies de sin(x). Le graphique de cette application n’est d’ailleurs
pas traçable au voisinage du centre du repère. Mais ce phénomène est un cas particulier des deux
défintions suivantes, considérées comme très générales.

I.4.5 Limite de f (x) égale # lorsque x tend vers x+


0.

lim [f (x)] = # ⇔ ∀ 4 > 0, ∃ δ > 0 / x0 < x ≤ x0 + δ ⇒ # − 4 ≤ f (x) ≤ # + 4


x→x+
0

I.4.6 Limite de f (x) égale # lorsque x tend vers x−


0.

lim [f (x)] = # ⇔ ∀ 4 > 0, ∃ δ > 0 / x0 − δ ≤ x < x0 ⇒ # − 4 ≤ f (x) ≤ # + 4


x→x−
0

Si l’on compte toutes ces définitions, on trouve qu’elles sont au nombre de vingt (ou seize si
l’on ne retient que les deux définitions générales des deuxième et quatrième paragraphe). Cela paraît
beaucoup à priori surtout dans l’optique d’un apprentissage par cœur. En réalité il ne faut surtout
pas apprendre ces définitions ; il faut savoir les écrire en utilisant un raisonnement général. Car elles
découlent toutes d’un même processus mental qui s’appuie sur la notion de voisinage d’une grandeur,
c’est-à-dire un intervalle ouvert qui contient cette grandeur. En un certain sens on peut dire qu’il n’y
a qu’une seule définition de limite : celle qui suit dans laquelle g et L sont des grandeurs quelconques
(−∞, +∞, x− +
0 , x0 , #, # ou # ), υ(g) et υ(L) désignant respectivement le voisinage de g et celui de
+ −

L.

lim [f (x)] = L ⇔ ∀ υ(L), ∃ υ(g) / x ∈ υ(g) ⇒ f (x) ∈ υ(L)


x→g

Annexes 165
Index alphabétique

A Corti (organe de) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59


AB (couple) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 covariance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
absorption . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .24 Créneau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160
accélération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
accroissements finis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 D
afférent (système) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 D’Alembert (équation de) . . . . . . . . . . . . 31, 37, 138
ajutage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 débit acoustique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
anatomie de l’oreille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 décibel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
apex. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .60 décibel (électrique) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
audiomètre de Békésy . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67 décroissance exponentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
axone . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 delay . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
dénombrable. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .33
B Dent de scie continue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160
bande passante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 dérivée à droite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .155
bandes critiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 dérivée à gauche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155
battement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 développement limité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148
Bel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 différentielle (équation) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141
Bessel (équation de) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149 différentielle (fréquence) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69, 71
Bessel (fonction de) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151 directivité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
bidirectionnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 Dirichlet (noyau de) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
binôme (formule du) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145 Dirichlet (théorème de) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
bruit blanc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 discontinuité (exemples de) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
bruit masquant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 dissipation calorifique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
bruit rose . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 distance critique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21, 94
bruit uniformément masquant . . . . . . . . . . . . . . . . 68 Doppler . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18

C E
caisse de résonnance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 écoute binaurale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
caractéristique (équation). . . . . . . . . . . . . . . . . . . .142 écoute stéréophonique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
cardioïde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 EDP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139
Cauchy Schwarz (inégalité de) . . . . . . . . . . . . . . 126 efférent (système) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
cavité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 effets de masque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
célérité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17, 18, 20, 21 élément de volume . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132
cellules ciliées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 encastré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
cellules EE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 enclume . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
cellules EI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 endolymphe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
chambre de compression . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 énergie sonore . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
champ diffus. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .91 entropie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131
champ lointain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51, 57 escalier (fonction en) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155
CLCI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 état (équation d’) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131
cochlée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 étrier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
coefficient (d’absorption) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Euler (formules d’) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146, 154
coefficients de Fourier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 excitation (grandeur d’) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
complexe (nombre) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153 Eyring (formule de) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
compressibilité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .32
conservation de la masse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20 F
continue par morceaux (fonction) . . . . . . . . . . . . 154 fenêtre ovale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
convergence uniforme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 fenêtre ronde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
coordonnées sphériques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132 filtrage en peigne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
corde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Fourier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13, 40, 153
corrélation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9, 127 fréquence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
cortex . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 fréquence propre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33, 37

Index alphabétique 166


front d’onde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 onde directe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
onde sphérique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
G ondes sphériques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .47
genouillé médian (corps) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 opposition de phase . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
grossissement (facteur de) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
Gyrus de Helsch . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 P
partielles (dérivées) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
H partielles (fonctions) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135
haut-parleur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52 pavillon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
hélicotrema . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 PFD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20, 130
Helmholtz (résonateur de) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 piston plan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47, 52
histologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 piston . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
hypercardioïde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 pression (force de) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
hypocardioïde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 pression acoustique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8, 19, 21
présynaptique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
I
progressive (onde) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
imaginaire (nombre) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 153
psychoacoustique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
impulsion (de gauss) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .98
puissance acoustique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21
indice de directivité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
intégrale (positivité de) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125 Q
intensité acoustique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10, 21 quadratique (grandeur) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
intensité directe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 quantité de mouvement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .130
intensité réverbérée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
interférences . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 R
inversion stéréophonique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 111 rampe cochléaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
isentropie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .131 rampe stéréophonique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
rampe tympanique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .59
L
rampe vestibulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
Laplace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
rapport signal sur bruit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
Lebesgue (Lemme de) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158
référence (niveau de) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
ligne à retard . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
référence (tension de) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
limites des fonctions réelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
réflexion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
linéarisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
régressive (onde). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .47
lobe (de directivité) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
repli (vers le centre) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
localisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
réponse en fréquence. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .14
longueur d’onde propre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
réponse impulsionnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
M représentation spectrale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
marteau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 résonance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
membrane basilaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 retard . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
membrane de Reissner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 réverbération (durée de) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
membrane tectoriale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Rolle (théorème de) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134
mesure de pression . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
S
méthode d’addition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11, 12
Sabine (formule de) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
mode de résonance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
Schwarz (théorème de) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
mode propre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33, 37
semi-circulaires (canaux) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
modulation de fréquence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
sensation (grandeur de) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
monopôle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
séparation des variables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
MS (système) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106, 116
série géométrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
N série harmonique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
N.R.U. (couple) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 série mathématique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .156
neurotransmetteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 seuil d’audition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
niveau acoustique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 seuil différentiel de fréquence . . . . . . . . . . . . . . . . 73
niveau résultant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10, 11 somme partielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156
nœud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 son harmonique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
noyaux cochléaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 son pur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8, 13
noyaux olivaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65 son . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
sonagramme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
O sonie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
O.R.T.F. (couple) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 spatio-temporelle (variable) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
omnidirectionnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .84 spectre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

Index alphabétique 167


SPL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
stapedius . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
stationnaires (ondes) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28, 31
stéréophonie AB . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
stéréophonie AMB . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120
stimulus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
stéréosonics (couples) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .115
suite mathématique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156

T
T-périodiques (fonctions) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155
table (d’harmonie). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .40
tassement stéréophonique . . . . . . . . . . . . . . 104, 111
Taylor (formule de) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .147
tensor tympani . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
tête artificielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120
thalamus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
thermodynamique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130
tonotopique (carte) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
transducteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .84
transduction mécano-électrique . . . . . . . . . . . . . . 61
trigonométrie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .128
trompe d’Eustache . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
tubes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

V
valeur moyenne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
variance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
ventre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
vitesse acoustique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51

X
XY (couples) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106, 108

Z
zone d’enregistrement utile . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112

Index alphabétique 168


Bibliographie

[1] Ceoen C. La stéréophonie à la RTB. Brochure Formation & Sélection de la RTBF, 1992.
[2] Collectif d’auteurs, dir. Mercier D. Le livre des techniques du son (Tomes I, II, III).
Eyrolles, 2007.
[3] Fischetti A. Initiation à l’acoustique. Belin - Collection Sup Sciences, 2001.
[4] Hugonnet C. et Walder P. Théorie et pratique de la prise de son stéréophonique. Eyrolles,
2003.
[5] Jouhaneau J. Notions élémentaires d’acoustique - Electroacoustique. TECHNIQUE &
DOCUMENTATION - COLLECTION CNAM - Collection Acoustique Appliquée, 2000.
[6] Lumbroso H. Ondes mécaniques et sonores. Dunod - Collection J’intègre, 1999.
[7] Monier J-M. Analyse MP. Dunod - Collection J’intègre, 2004.
[8] Pierce J. LE SON MUSICAL musique, acoustique et informatique. Belin - Collection
Bibliothèque scientifique, 2003.
[9] Rossi M. Electroacoustique (Vol. XXI du Traité d’électricité). Presses Polytechniques
Romandes, 1986.
[10] Zwicker E. et Feldtkeller R. PSYCHOACOUSTIQUE L’oreille récepteur d’information.
Masson - Collection Technique et Scientifique des Télécommunications, 2003.

Bibliographie 169

Vous aimerez peut-être aussi