Vous êtes sur la page 1sur 68

Rapport du Stage

Spécialité : Génie Civil bâ timents et travaux

Sujet :
Procédure de gestion et suivi des projets (BTP)

Période : Du 01 Juillet au 01 Aoû t 2019

 Réalisé par : - MOHAMED LEMRHABBAR


 Encadrant pédagogique : - Mr. BENSBAHOU
 Encadrant entreprise : - Mr. ELHARBILI REDOUANE

Année universitaire : 2019/2020


33
Le présent travail s’inscrit dans le cadre d’un projet, consacré à l’étude de la structure
d’un bâtiment à usage d’habitation. L’étude de ce projet porte dans un premier temps
sur la Gestion du chantier d’un bâtiment R+2 et afin d’effectuer une analyse modale,
puis un calcul manuel des éléments principaux et quelques éléments secondaires de la
structure

Abstract

The present work is part of a project, devoted to the study of the structure of a
residential building. The study of this project focuses on the management of the
building site. An R + 2 building, then a manual calculation of the main elements and
some secondary elements of the structure

33
Remerciement

Je tiens à remercier principalement Mr. BENSBAHOU mon encadrant pédagogique,


pour ses consignes et son suivi. Mes remerciements s’adressent aussi aux personnes
suivantes, pour cette expérience inoubliable et très enrichissante qu’elles m’ont fait
vivre au cours de ce stage au sein de la société AL OMRANE Rabat- Salé-Kenitra : Tout
d’abord, Mr. Enoua MOHAMED le directeur de l’Agence AL OMRANE Kenitra pour
m’avoir accueilli dans l’organisme et la confiance qu’il m’a accordée dès mon arrivée.

Mr. REDOUANE ELHARBILI, chef de projet, qui m’a bien accueillie et m’a fait part de
son travail, et pour le temps qu’il m’a consacré qui fut d’un très grand aide et support
au déroulement de mon stage, pour le fait de m’avoir rapidement intégré au sein de la
société, et pour le fait d’avoir toujours répondu présents à tous mes questionnements,
sans oublier son assistance et sa participation au cheminement du rapport suivant.

Ainsi que l’ensemble du personnel de l’Agence AL OMRANE Kenitra et particulièrement


l’unité de gestion de projet AL OMRANE Kenitra, pour leur accueil sympathique et leur
coopération professionnelle tout au long de ma période de stage.

33
Sommaire

Chapitre 1 : Gestion de Chantier 7


1. Préparation de Chantier 7
2 Planification des travaux 11
3 Installation de chantier………………………..………………………………………….12

Chapitre 2 : Présentation du projet ………………………………………………………13


1. Présentation de projet …………………………………………………….………..….13
2. Plan de situation : ............................................................................................................13
3. Conception architecturelle……………………………………………………...………14

4. Conception structurelle…………………………………………………………………18

5. Métrée du projet…………………………………………………………...………….20

6. Etude de prix……………………………………………………………….…29

Chapitre3: pré Dimensionnement des éléments structuraux ……… …………..……36


1. pré dimensionnement des dalles………………………………………………...……36

2. pré dimensionnement des poutres……………………………………….……………37

3. pré dimensionnement des poteau……………………………………………….….…38

4. pré dimensionnement des semelles…………………………………………………...40

5. pré dimensionnement de longrine….............................................................................42

Conclusion……………………………………………………………………..…………….

33
Table de figure :

33
Introduction:

La société est la mise en commun par deux ou plusieurs personnes de biens, capitaux,
droits ou services en vue de bâ tir un projet collectif et de tirer profit des retombées
économiques. La société est selon les cas civile ou commerciale. Les parties à la société
sont appelées associés.

Elle est créée dans un but marchand à savoir et produire des biens ou des services pour
le marché, qui peut être une source de profit ou d'autres gains financiers pour son ou
ses propriétaires ; elle est la propriété collective de ses actionnaires, qui ont le pouvoir
de désigner les administrateurs responsables de sa direction générale.

33
Chapitre 1 : Représentation globale sur la procédure des projets
du groupe AL OMRANE

I. Présentation de la société AL OMRANE :


Le groupe AL OMRANE est une société publique stratégique et un opérateur-aménageur
pour la mise en œuvre de la politique de l’État en matière d’habitat et de développement
urbain.

C’est un contributeur de premier ordre à l’effort national de production de logements et


principalement ceux destinés aux populations les plus démunies, et particulièrement dans les
zones et les segments en déficit. Il contribue ainsi à travers son positionnement social à
renforcer l’offre d’habitats pour les couches sociales à faible revenu et classe moyenne et à
améliorer leur cadre de vie.

C’est également un opérateur privilégié de l’Etat et des collectivités territoriales dans la


résorption de l’habitat insalubre et clandestin ainsi que dans la prévention de sa
reconstitution.

C’est aussi un aménageur de référence à l’échelle nationale qui accompagne la politique de


développement des villes nouvelles et des grands projets urbains intégrés.

Le Groupe assure ces différentes missions grâce à une présence sur l’ensemble du territoire
national à travers ses 62 représentations (14 filiales et 48 agences). Il dispose aussi d’une
représentation à Paris qui lui donne une présence et une visibilité à l’international.

L’atteinte de ces objectifs se base sur un partenariat renforcé avec l’ensemble des acteurs
centraux et locaux (élus et autorités locales), publics et privés, et sur un renforcement du
positionnement du Groupe en tant que société citoyenne, moderne et performante.

Premier opérateur public en charge de l’habitat et l’aménagement urbain, le groupe AL


OMRANE s’appuie sur les Orientations Royales et Gouvernementales.

Le Groupe AL OMRANE est né en 2007 de la fusion de plusieurs établissements publics


(ANHI (Agence Nationale de Lutte Contre L’Habitat Insalubre), SNEC (société nationale
33
d'équipement et de construction) et ATTACHAROUK (Société d'aménagement, de
construction et de promotion), les 7 Établissements Régionaux d'Aménagement et de
Construction (ERAC)).

A cette époque, il était de plus en plus clair que le Groupe AL OMRANE était appelé à
devenir l’instrument de l’Etat pour la mise en œuvre des politiques publiques dans un
domaine aussi déterminant pour le Maroc que celui de l’habitat.

Pour cela, le Groupe fonde son action sur une triple source de légitimité : la nouvelle
Constitution qui a inscrit le logement parmi les droits du citoyen, les Orientations Royales et
la vision développée par Sa Majesté Mohamed VI en termes d’habitat, ainsi que le
programme du Gouvernement.

AL OMRANE devait néanmoins faire sa mutation en opérant les ajustements institutionnels,


juridiques, règlementaires et administratifs qui s’imposaient. C’est ainsi que dans une
deuxième phase, il a fallu passer par d’importants réaménagements en termes de gestion et
d’amélioration de la gouvernance.

Et justement, parmi les orientations assignées à AL OMRANE en tant que Groupe avec une
mission de service public, figurait celle de consolider son positionnement comme société
publique moderne, performante et citoyenne.

Ainsi, la période 2004 – 2007 a été consacrée à la mise en place des réformes
institutionnelles qui ont donné naissance au Groupe AL OMRANE, avec une holding et ses
filiales.

La deuxième phase de 2008 à 2010, a vu quant à elle le regroupement des activités et des
ressources du Groupe afin de le positionner parmi les entreprises publiques les plus
importantes.

Enfin, depuis 2011, AL OMRANE s’est engagée dans de profondes réformes managériales
pour la modernisation de sa gestion ainsi le développement et la mutualisation de l’expertise
métier. Parallèlement, le Groupe a travaillé depuis la même date au renforcement de la
transparence et à la consolidation des principes de bonne gouvernance qui ont été d’ailleurs
érigés en priorités par le nouveau Gouvernement.

Un modèle d’organisation et de gouvernance, opérationnel depuis 5 ans, qui a permis de


placer l’action du Groupe dans le cadre du projet de régionalisation.
33
Dans le prolongement de cette mission territoriale, AL OMRANE se veut également un
Groupe qui demeure fidèlement attaché à sa mission sociale, en plaçant au centre de ses
préoccupations le devoir de solidarité interterritoriale, l’inclusion sociale et le
développement humain.

En ce sens, ce couronnement n’aurait pas été possible sans l’instauration par AL OMRANE
d’un partenariat rapproché avec les collectivités locales et d’un dialogue permanent avec les
parties prenantes locales. L’objectif étant de répondre aux mieux aux attentes des
populations concernées en termes d’habitat.

Durant les années s’étendant de 2007 à 2015, l’action d’AL OMRANE a été confortée par le
caractère exceptionnel du secteur du bâtiment en termes d’aménagement et de construction
de logements. Des années qui ont vu aussi le lancement de villes nouvelles, de ZUN et le
démarrage du programme du logement social et de programme.

Depuis 2016, le Groupe marque un tournant stratégique en lançant le Cap2020.

II. La procédure de gestion et suivi des projets du groupe AL


OMRANE:
Dans le cadre du programme de modernisation et d’amélioration de la gestion de
projet, la holding AL OMRANE a décidé de mettre en place une procédure de gestion
de projet uniforme et commune à l’ensemble du groupe.

Ce présent manuel représente ainsi une procédure unique de gestion de projet et a pour
vocation de :

• Fournir un cadre formel d’exécution des projets ;

• Harmoniser la gestion de projet pour l’ensemble des filiales et des projets ;

• Faciliter l’intégration des nouvelles recrues au poste de chef de projet ;

• Améliorer la performance opérationnelle ;

• Capitaliser sur l’expérience accumulée par l’ensemble des équipes en matière de


gestion de projet afin de permettre une optimisation des moyens humains, matériels et
financiers.

Au-delà de son caractère formel, ce manuel sera amené à connaitre une évolution
constante du fait de l’évolution du cadre légal marocain en matière de construction,
d’aménagement urbanistique et d’immobilier d’une part et des changements de
réglementation interne au sein de la holding d’autre part, tout en prenant en compte
également l’amélioration continue des pratique relatives à la gestion de projet.
33
Ainsi, il est important que chacun des utilisateurs de ce manuel puisse contribuer à son
amélioration et à sa constante évolution à travers une approche proactive visant à
atteindre l’excellence opérationnelle et ce pour l’ensemble des filiales et des projets du
groupe.

33
1. Macro-processus <<Montage et programmation/Prospection et
développement :
DOCUMENTS
OBJET DE DOMAINE REGLEMENTAIRES
PROCESSUS
PROCESSUS D'APPLICATION ET JURIDIQUES DE
REFERENCES
Ce processus la charte de
Indemnité les besoins de s'applique dans le cadre programmation et de
la population des projets conduits en montage
Etudes assurer une propre pour répondre les référentiels des
d'opportunité et veille/prospection aux orientations du autorités concernées
identification foncière et étudier les groupe mais également (documents d'urbanismes
foncière opportunités liées à dans le cas d'une documents juridiques de la
l'acquisition d'un terrain commande publique conservation foncière et du
Répondre à une pour laquelle le foncier cadastre) Toute
demande de l'Etat n'est pas identifié autre réglementation
Charte commercial/ Plans
Ce processus qualité Chartes
Etudier de la faisabilité s'applique pour les programmation et montage
d'un projet par rapport à projets menés en PGES/Cahier des charges
Etude de un foncier donné propre par AL des régis Schéma
faisabilité prendre la décision OMRANE et directeur des réseaux
quant à l'opportunité de notamment dans le cas Documents d'urbanisme
réalisation du projet et / d'une commande (PA, SDAU, etc.)
ou d'acquisition du publique Toutes autres
foncier réglementations
Charte du comité de
financement des
Cette procédure acquisitions foncières
Décrire les étapes s'applique dans le cas Procédures administratives
Gestion et
relatives à l'acquisition de projets menés en réglementaire déterminées
acquisition du
d'un foncier public et propre et qui Charte programmation et
foncier
privé nécessitent l'acquisition montage Doc (droits des
d'un nouveau foncier obligations et contrats
Toutes autres
réglementation

33
2. Macro-processus <<Montage et programmation/Etudes, adjudication et
BP>> :

DOCUMENTS
OBJET DE DOMAINE REGLEMENTAIRES
PROCESSUS
PROCESSUS D'APPLICATION ET JURIDIQUES DE
REFERENCES
Décrire les étapes de Règlement des marchés
lancement et suivi des Ce processus d'AL OMRANE 2015
études techniques et s'applique pour les Référentiel des prestataires
architecturales projets menés en Charte commerciale
Lancement des Préciser les étapes propres à la fois pour Charte de programme et de
études et suivi d'obtention des les projets de montage
des autorisations autorisations de construction de de PGES
construction/ lotissement lotissement et pour les Orientation du Groupe de
Valider le montage projets en MOD selon l'année Grille de
financier Préparer les conventions screening
dossiers d'appel d'offres CCAGT
Règlement des marchés
d'AL OMRANE 2015
Décrire les modalités de Ce processus CCAG T
lancement des s'applique dans le cas CCAG-EMO
Lancement des
consultations/appels des projets tableau de qualification et
appels d'offres et
d'offres Spécifier les Menés en propre pour de classification des
sélection des
modalités d'évaluation et la construction et le entreprises délivrées par le
entreprises
de sélection des lotissement MATNUHPV
entreprises En MOD Charte de programmation
et de montage
Black List des entreprises

33
3. Macro-processus Réalisation :
DOCUMENTS
OBJET DE DOMAINE REGLEMENTAIRES
PROCESSUS
PROCESSUS D'APPLICATION ET JURIDIQUES DE
REFERENCES
décrire les étapes Ce processus PBES
préalables au lancement s'applique dans le cas Marchés signés par les
Ouverture de des travaux Mettre en des projets menés en entreprises Règlements
chantier place une check liste propre ou MOD pour la des marchés des GAO
relative à l'ouverture construction et le 2015
d'un chantier lotissement CCAG-T/CCAG-EMO
Décrire les modalités de
suivi de l'avancée du PGES/Marchés des
Ce processus
chantier Préciser entreprises/prestataires
s'applique à l'ensemble
les étapes relatives à Causes administratives
Suivi des travaux des projets réalisés par
l'laboratoires et générales applicables aux
le groupe AL
validation des marchés de travaux
OMRANE
attachements et des Toutes autres
décomptes réglementations
Ce processus
Décrire des étapes s'applique aux projets Procédures administratives
relatives aux Opérations menés par AL de réception
Réception des
préalables à la réception OMRANE de Clauses administratives
travaux
provisoire construction et de générales applicables aux
Levée de réserves lotissement ainsi que marchés de travaux
Réception définitive mes projets en MOD
Ce processus
s'applique aux projets
Décrire le check liste
menés en propre pour PGES
Clôture chantier relative à la clôture du
les constructions et les Marchés entreprise
chantier
lotissements ainsi que
les projets en MOD
Ce processus
s'applique dans les cas
Décrire les étapes Textes réglementation
Eclatement des de projets de
relatives à l'éclatement Charte de la
titres construction et de
des titres commercialisation
lotissements par le
Groupe AL OMRANE

33
4. Macro-processus Livraison et SAV :

DOCUMENTS
OBJET DE DOMAINE REGLEMENTAIRES
PROCESSUS
PROCESSUS D'APPLICATION ET JURIDIQUES DE
REFERENCES
Ce processus
Manuel de
Décrire les étapes s'applique pour tous les
commercialisation
Livraison relatives à la livraison biens commercialisés
Charte de la
des biens par le Groupe AL
commercialisation
OMRANE
Décrire les étapes
Ce processus
relatives à la gestion de Manuel de
d'applique pour tous les
SAV et gestion tout type de réclamation commercialisation
biens commercialisés
des réclamations Réclamations d'ordres Charte de la
par le Groupe AL
commercial foncier et commercialisation
OMRANE
juridique technique

33
5. Macro-processus Support :

DOCUMENTS
OBJET DE DOMAINE REGLEMENTAIRES ET
PROCESSUS
PROCESSUS D'APPLICATION JURIDIQUES DE
REFERENCES
Décrire les modalités
d'élaboration du Ce processus
planning global du s'applique pour Marchés entreprises et prestataires
Planification et
projet l'ensemble des projets Règlement des marchés
suivi
Décrire les étapes de réalisés par AL d'AL OMRANE
suivi et d'actualisation OMRANE
du planning
Décrire les étapes
Ce processus
d'élaboration du budget
s'applique à l'ensemble Les ratios et coûts utilisés Etudes
d'un projet immobilier
Suivi Budgétaire des projets menés par des
Détailler les modalités
le Groupe AL prestataires indicateurs de suivi
des suivis et de mise à
OMRANE
jour du budget
Décrire les différentes
étapes des
commercialisation des
Ce processus
produits de la
s'applique pour
Commercialisatio réservation du bien à la Charte de la commercialisation
l'ensemble des biens
n vente finale dans les Manuel de commercialisation
commercialisés par AL
différents cas
OMRANE
Ventre sur offre de prix
Ventre libre
Vente conditionnée

Mettre en place le L'ensemble des REPORTINGS


processus d'évaluation Ce processus réalisés
d'un projet à mi-parcours s'applique à l'ensemble dans les
Evaluation et en fin de de parcours des projets menés par différentes phases du projet
afin de pouvoir le Groupe AL foncier,
entreprendre les OMRANE montage et programmation,
ajustements nécessaire et réalisation,
capitaliser sur les commercialisation, budget,
expériences réalisées planning

33
Chapitre 2 : Gestion et suivi d’un projet

I. La globalité d’un projet :

1. Définition d’un projet :


Un projet est toute activité réalisée une seule fois, doté d’un début et d'une fin déterminée et
qui vise à créer un produit ou un savoir unique. Il peut nécessiter la participation d’une seule
ou de milliers de personnes. Sa durée peut être de quelques jours ou de plusieurs années. Il
peut être entrepris par une seule organisation ou par un groupe d’organismes intéressés. Il
peut s’agir de quelque chose d’aussi simple que l’organisation d’un événement d'une journée
ou d’aussi complexe que la construction d’un barrage sur une rivière. Aussi, un projet est un
ensemble d’activités organisées en phases ou étapes et formant l’unité de gestion permettant
la réalisation d'un objectif défini et précis.

Projet = opération ponctuelle ayant un début et une fin, nécessitant la mise en œuvre de
ressources humaines et matérielles pour sa réalisation.

Un projet s’agit là d'un défi, constant qui demande une compréhension du contexte plus
général du projet et la capacité de concilier des exigences contradictoires telles que :

• Les ressources disponibles et les attentes.

• Les priorités différentes des parties prenantes.

• Les besoins définis et à la portée du projet.

• La qualité et la quantité.

2. Caractéristique d'un projet :


Un projet est caractérisé par :

• Une durée limitée = délai :


33
C’est-à-dire qu’un projet à un début et une fin ... et pourtant, il y a beaucoup de projet sans
fin !

• Des objectifs clairement définis :

C’est-à-dire que le projet répond à une demande spécifique, les objectifs à atteindre devant
être les plus clairs possibles.

• Des contraintes :

C’est-à-dire que les moyens financiers et humains attribués pour atteindre les objectifs sont
limités ; les délais de réalisation également.

Un projet répond à un besoin unique et singulier :

• Nécessité d'appropriation du projet par l'équipe.

• Un projet a un début et une fin.

• Un projet est novateur unique et besoin de créativité.

• Un projet est complexe, coopération et gestion d'un grand nombre d'intervenants.

3. Les facteurs de réussite d’un projet :


L’analyse des causes des problèmes rencontrés dans les chantiers de BTP au Maroc a permis
de constater qu’ils étaient dus, très souvent, à des problèmes d’organisation ou de gestion des
projets, plutôt qu’à des raisons techniques.

Pour certains chantiers, des dérapages importants ont été enregistrés tant aux niveaux des
délais et coûts des réalisations qu’aux niveaux de leur qualité. Les conséquences de ces
écarts sont multiples :

• Nécessite de réviser ou de modifier les projets en cours de réalisation ou même


inadaptation des ouvrages aux conditions de l’environnement au moment de leur mise en
service.

• Accroissement du cout global du projet.

• Perte de production économique représentant la manque à gagner du au report dans le


temps des avantages du projet.

Les facteurs d’un projet réussi sont :

- Des objectifs clairs et bien définis dès le départ. (Phase d’identification).

- Une stratégie et des outils de suivi bien conçus et adaptés à l’environnement de travail.
33
- Un plan et une stratégie de communication efficaces entre les différentes parties prenantes
du projet.

- Un comité de pilotage et équipe de travail motivés et complètement investis dans le projet.

- Un chef de projet ou coordonnateur compétent, dynamique, visionnaire, et communicant.

- Une bonne planification des tâches tenant compte des risques ou situations conflictuelles
pouvant survenir en cours de réalisation.

4. Cheminement ou trajectoire d’un projet :


• Conceptualisation :

- Constitution d’une cellule ressource à l’échelle locale pour la réflexion et l’identification de


projets: rassemblement des partenaires, BRAIN STORMING pour déboucher sur une étude
de définition.

- Définition et analyse des besoins dans un cadre participatif.

- Etude de faisabilité (stade préliminaire) en fixant les objectifs à atteindre aussi bien sur le
plan social que financier.

- Étude de marchés.

- Lancement des études proprement dites en se faisant épauler par des hommes et structures
ressources.

• Organisation :

- Il faut désigner en premier lieu un chef de projet ou coordonnateur.

- Constituer l’équipe de travail de façon homogène, pluridisciplinaire et avec des profils


correspondants aux besoins et spécificités du projet.

- Dans le cadre de l’approche participative, désigner les partenaires et interlocuteurs


intéressés par le projet : comité de pilotage élargi.

• Réalisation :

- Mise en place des différents chantiers et démarrage des travaux.

• Exploitation :

- Mise en service du projet. (C’est la phase de rentabilisation et de valorisation socio-


économique du projet).

• Post-évaluation :
33
C’est une phase extrêmement importante qui est menée après un certain temps d’exploitation
(quelques mois à quelques années). L’objectif c’est de Tirer les enseignements nécessaires
pour en tenir compte dans l’avenir lors de la programmation et planification d’un projet
similaire pour :

- Mesurer le taux de satisfaction des bénéficiaires.

- Se rendre compte des insuffisances et anomalies.

II. Gestion du projet :

1. Pourquoi la gestion du projet :


Pour éviter un certain nombre d’anomalies c’est-à-dire :

- Les surcoûts.

- Le dépassement de délais d’exécution.

- La mauvaise qualité et les malfaçons.

- La faible ou mauvaise rentabilité.

2. Définition de la gestion d’un projet :


La gestion d’un projet consiste à organiser et suivre chaque action du projet afin de tenir les
délais, coûts et qualité requise. Le responsable de la gestion de projet est donc le garant des
résultats attendus du projet souvent appelés « livrables ». Ils peuvent être des documents, des
applications informatiques, des processus... Aussi, la gestion d’un projet est une conduite par
des acteurs, en étapes, à l’aide d’outils et méthodes d’organisation spécifiques.

Elle a pour objectif essentiel d’apporter à la direction de l’opération (et au travers d’elle, à la
maitrise d’ouvrage, à la maitrise d’œuvre et à l’ingénierie) des éléments pour prendre en
temps voulu, toutes les décisions lui permettant de respecter les termes du contrat passé avec
le client en contenu, délai, coût, qualité .C’est donc une tache principalement prévisionnelle
(avec une vision de long terme) intégrant une compréhension technique, contractuelle et
commerciale du projet.

En second lieu, la gestion de projet doit accumuler des données statistiques fiables et
réutilisables pour améliorer la préparation et la réalisation des projets futurs.

33
Un contrôle de projet strict et précis est indispensable à la direction générale pour apprécier
la rentabilité des programmes et lui permettre de prendre les orientations stratégiques.

La gestion de projet recouvre des notions pluridisciplinaires et interdépendantes ou


interviennent des problèmes de technique, de coût, de délais, et elle ne peut, en aucun cas,
s’abstraire de la relation avec le client et les fournisseurs.

Elle s’étend sur toutes les activités permettant de s’assurer que le projet se déroule
conformément à l’ensemble des objectifs.

Un système de gestion de projet comprend :

• La définition du cadre organisationnel et des procédures,

• La maitrise des coûts,

• La maitrise des délais et la planification,

• La gestion des moyens par les procédures de projet,

• La préparation des tableaux de bord,

• L’audit et l’examen des résultats,

3. Les composantes de la gestion du projet :


La gestion de projet s'apparente à la gestion en général, mais intègre le caractère temporaire
et unique des projets. On distingue :

- La gouvernance de projet, qui assure le pilotage stratégique du projet et qui définit le


cadre dans lequel le projet s'inscrit, notamment les responsabilités, les mécanismes de prise
de décision, et le budget ;

- Les processus de gestion de projet, qui visent à gérer le projet et ses activités et qui ne
dépendent pas du domaine métier auquel la gestion de projets est appliquée;

- Les processus de réalisation de produits, qui définissent le « cycle de vie du projet », et


qui dépendent du domaine métier auquel la gestion de projets est appliqué (par exemple: le
cycle de vie pour un projet de construction ne sera pas le même que le cycle de vie d'un
projet informatique).

- Les méthodes de gestion de projet généralistes sont indépendantes des processus de


réalisation de produits. Il existe ainsi des normes et référentiels de gestion de projet
généralistes. Ils fournissent des lignes directrices et des bonnes pratiques, et préconisent une
33
adaptation des méthodes aux particularités de chaque projet. Les méthodes de gestion de
projet sectorielles peuvent intégrer les trois composantes en incluant également des bons
pratiques métiers.

Lorsque la gestion de projet porte sur un ensemble de projets concourant à un même objectif,
on parle de gestion de programme, de programme de projets, de direction de projet ou de
gestion de portefeuille de projets suivant les industries et l'ampleur du projet concerné. Un
programme est un regroupement de projets connexes ou apparentés dont la gestion est
coordonnée afin d'obtenir des avantages, des bénéfices et une maîtrise du suivi.

En pratique, « le projet est tourné vers l'objectif final, il doit être adaptable à des
modifications fréquentes, mais maîtrisé et planifié. Donc toute modification doit rester
planifiée. Et notamment, le projet doit rester dynamique et équilibrer continuellement les
contraintes techniques, de coût et de délai. ». C'est tout l'opérationnel et le tactique qui font
qu'un projet aboutit dans un triangle représentant l'équilibre qualité-coût-délai (QCD).

III. Les étapes de la procédure de gestion et suivi des projets

1. Les éléments d’accompagnements nécessaires depuis le début jusqu'à la


fin d’un projet :
Pour traiter ce dossier il faut tenir en compte le cycle de vie des bâtiments et de leurs
composantes depuis la phase où le projet était une idée, jusqu'à la phase de son exploitation
voir même les délais de garanti qui lui sont accordée par loi si vous intervenez dans le projet
à un stade bien indéterminé il faut prendre en compte les documents des phrase déjà passé
pour se prémunir des contraintes et aléas pouvant entraver l’achèvement dans le délai de sa
réalisation au futur.

Pour concevoir un projet sur des bases saines et plausibles, il faut lui réserves les éléments
d’accompagnements nécessaires depuis le début jusqu'à la fin à savoir :

a) Le choix du terrain support de l’opération :

Faire des investigations sur le terrain à acquérir :

En premier lieu au niveau, pour savoir si le terrain est déjà immatriculé son numéro de titre
foncier, puis demander le titre foncier correspondant sur lequel figure des informations
importantes qui sont :

Le nom du propriétaire ou des propriétaires avec la quat part de chacun


33
La superficie totale du terrain.

Les charge financières telle que les crédits bancaires ou autres, Les opposition des titres les
litiges et annotations diverses.

b) Cadastre services technique de la conservation foncière ;

Pour savoir la mappe cadastrale pour situer le terrain dans son environnement cadastral qui
définit le terrain est sa localisation ainsi que sa superficie et ses riverains ; sa contenance
telle qu’un puits ou traversé par une piste ou réseaux divers, ligne éclectique de haute ou
moyen tension. Il faut aussi demander la liste des coordonnées Lambert servant à importer
son dessin en exact sur un document technique par AUTOCAD ou autre logiciel.

c) Demander la fiche de renseignement du terrain auprès de l’agence urbaine :

Nous indique que le projet d’investissement prévu dans un zone suburbaines ou rurale en
suit il nous donne la zone urbanistique du lieu de projet avec les composantes qui lui sont
octroyer, voie d’accès ( ne pas être enclavée ) spécification urbanistique ou condition et
facilités accordée aux investisseur nombre d’étage autorisé nombre d’étages en sous –sol
autoriser à construire , et les renseignement qui indiquent que la zone est non aidé féconde
(zones dans lesquelles toutes construction est interdite ) ou réserve par la plan
d’management à un espace vert ou une administration ou équipement publique ( ferroviaires
ou aéronautique ). Avec les éléments déjà cités et les du marché actualisé dans la zone, on
peut négocie favorablement le prix d’acquisition du terrain.

d) Acquisition du terrain :

Acquisition du terrain par un notaire cette phase pourra être langue si on ne suit pas avec le
notaire de prés pour payer le prix global du terrain les frais de transfert de propriété et les
frais d’enregistrement ainsi que les frais notariaux.

En parallèle il faut déjà commencer les études préliminaires suivantes (les documents acquis
auprès du cadastre et de l’agence Urbaine sont toujours utiles) :

Il faut engager un topographe (le topographe est le premier intervenait dans la réalisation
d’un projet on le retrouve à la fin du projet pour clôture des événements) pour effectuer le
relevé de terrain pour établir le plan de situation du projet, le plan coté contenant toutes les
éléments surfaciques du terrain, les couardes de niveau (nivellement de chaque point,
nécessaires à la définition du cote de seuil par l’architecte).

Il faut engager un laboratoire pour faire des sondages (creuser des puits de prélèvement de
sol) pour nous indiquer la situation du bon sol avec la force portante du sol, ceci va nous
servir sur le type de fondation à adopter, la profondeur des fondations pour atteindre le bon
sol. En tenant compte des conditions antisismiques exigibles dans la région.
33
On peut fois le titre foncier porte note nom, nous sommes devenus propriétaire de terrain
doit être construit immédiatement, faute de quoi et en absence de critère entravant le
commencement des travaux ,il sera assujettie au paiement de la taxe annuelle TTNB (la
déclaration et d’acquittement de la taxe sur terrains non bâtis (TTNB)) doit se faire dans le
délai imparti afin d’éviter les pénalités correspondants) , comme le stipule la loi 47/06
relative à la fiscalité des collectivités (notamment les articles 39 à 49 ) nous tenons à rappeler
les échéanciers et pénalités pour rappeler aux gestionnaire du projet les élément à savoir pour
y pallier.

e) Echéances and pénalités :

L’assujetti doit déclarer et s’acquitter spontanément du montant du texte avant le première


avril de chaque année.

Dans le cas contraire :

Une pénalité de 10% et une majoration de 5 % pour le premier mois de retard et de 0.50%
par mois où fraction de mois supplémentaire est applicable au montant :

Le redevable doit en cas changement du propriétaire établir une déclaration de destination


ou de cession du terrain et ce dans un délai de 45 jours à compter de la date où a eu lieu l’un
des changements précités

f) Etudes du projet :

Le maitre d’œuvre est la personne ou l’entreprise (architectes ; bureau d’études ….) chargée
de la conception .il assure le suivi des travaux et la coordination des différent corps de métier
le maitre d’ouvrage est tout simplement le client.

Il faut lancer les études architecturales , l’ architectes (Maitre d’œuvre) doit avoir copie des
document déjà acquis certificat de propriété document cadastraux fiche de renseignement les
plans topographiques et les études la laboratoire établie afin d’établie les document
technique et administratif accompagnait la demande d’autorisation de construire il doit faire
un entretien avec le propriétaire ou son représentant dit maitre d’ouvrage délégué pour savoir
ses doléances et termes de projet son calendrier et le budget consacré à ce projet il lui
explique ce qu’il peut prévenir réaliser où faire conformément aux document d’urbanisme en
vigueur.

Un bureau d’étude et de suivi dénommé aussi maitre d’œuvre pourra entre en collaboration
étroite avec l’architecte pour mener à bien l’étude du projet faire un avant métré(cout du
projet basé sur les plans qui seront validés pour projet d’exécution établir le plan béton armé
pourra être réaliser avec les mêmes condition par l’entreprise à s charge le bureau de control
marquera sa responsabilité par certificat délivré à l’achèvement des travaux ce certificat
servira de base pour souscrire une garantie décennale des ouvrages et ainsi que la sécurité
des élément d’étanchéité sauf si la cause de ruine est due à une force majeure séisme guerre
33
le bureau de contrôle assurera le contrôle en permanent dans la pose des élément porteurs et
le coulage de béton les procédé et matériaux de construction à adapter et la planning de
réalisation graphique correspondant seront également arrêtés par le bureau d’étude ici un
réajustement du cout basé sur les ratios a été réalisé .

Le demande d’autorisation de construire sera déposé par l’Architecte auteur de projet au


niveau de la commune pour être instruire par une commission d’urbanisme composée des
représentants des services de la municipalité ou comme de la préfecture ou province de
l’agence urbaine des sapeurs-pompiers et des services d’hygiène et d’assainissement la liste
de cette commission n’est pas limitative toutefois elle pourra contenir d’autres membres
extérieurs dont l’utilité est jugée nécessaire

Le bureau d’études ayant préparé en parallèle le dossier du marché à passer contenant les
quantités et le descriptif des travaux et les modalités de leur réalisation les document
généraux et textes spéciaux qui sont la base de passation du marché et servant de références
en cas de problème ou litiges les modalité et les échéanciers (mensuel ) le paiement dans le
cas du marché au métrés sera basé sur les quantités des travaux réalisés contradictoirement
entre la maitrise d’œuvre représentant le propriétaire ou dans le cas de forfaits autrement dit
clé en main sur ( la base du pourcentage de l’avancement des travaux dument constaté en
commun accord avec la maitrise du chantier ).les service de la municipalité ou de la
commune effectuer des visites inopinées du chantier pour s’assurer de la bonne réalisation
des travaux . Ces visites n’affecteront en rien l’irresponsabilité des intervenants dans la
réalisation du chantier.

Le marché doit être lancé et passé conformément aux causses et lois des marchées s’il s’agit
d’un marché public ou conformément au droit des obligation et des contrats dans le cas des
tiers .l’esprit de concurrence règne entre les concurrent ce qui est bénéfique au propriétaire
en terme de délai, de prix et de qualité (rapport qualité/prix) le bénéficiaire du marché
recevra l’ordre de commencer les travaux et procédera à l’installation de son chantier ;
l’implantation du projet doit être faite par un topographie agréé afin d’éviter toutes
empiétement sur les riverains car toute décalage ou dépassement des limites sur d’autre
pourra être à l’origine de blocage du permis d’habiter et de la mise à jour du titre foncier du
projet Des réunions hebdomadaire seront tenues aux chantier par les intervenants dans la
réalisation du projet ses réunions seront sanctionnées par des procès-verbaux ,qui portent
sur l’avancement des travaux les observation à satisfaire par l’entrepreneur ou par le
propriétaire ou ce qui le représente .

L’Entrepreneur doit respecter les documents contractuels à savoir le marché ou contrat les
plans d’exécution et les recommandations des services de la gestion de la ville (Hygiène,
Eau, Electricité, Assainissement, Communication, Sécurité…….).

33
2. Les différentes phases d’études techniques d’un projet :

2.1. Phase avant-projet :


• Elaboration du programme des études en collaboration avec l’ensemble des intervenants.

• Synthèse du calendrier général de l’opération et suivi des relances dans le cadre de ce


programme.

• Organisation de réunion des études et établissement des procès-verbaux correspondants.

Cette phase n’apparait pas dans le contrat. Or, elle est d’une portée décisive, car :

1) Elle précise les raisons du choix architectural (plan de masse, fonctionnalité du bâtiment,
surfaces habitables, prestations second œuvre, etc…..)

2) Elle traite les problèmes d’adaptation au sol (choix des cotes seuils, optimisation des
terrassements du couple bâtiment / VRD, possibilités de branchements etc…..)

3) Elle précise les incidences des choix sur la structure et, éventuellement, attend un retour
du BET (variantes, incidences façades, gaines et réservations, etc…..)

4) Elle donne les bases d’une estimation financière correcte et d’une élaboration de planning
étude et travaux permettant d’atteindre les objectifs attendus.

La phase avant-projet se constituent de :

a) Phase avant-projet sommaire (APS) :


Le but de l'APS est notamment de déterminer les valeurs des paramètres de
dimension du projet, de façon à permettre l'estimation du coût du projet. L'APS
permet également de fournir aux décideurs une proposition technique quant à la
réponse apportée au problème posé, en termes de principes retenus et
d'architecture générale. L'APS est l'un des éléments constitutifs du dossier de
faisabilité.
b) Phase avant-projet détaillé (APD) :

2.2. Phase dossier de consultation des entreprises (DCE) :


33
A/ Proposition au Maitre de l’ouvrage concernant les modalités de la consultation des
entreprises. Le B.E.T assiste le Maitre de l’ouvrage dans la passation des marchés
(préparation des avis de publicité, établissement du dossier d’admission pour les corps d’état
les plus importants, diffusion des dossiers et renseignements aux entreprises, présence aux
adjudications et aux séances de jugement des offres etc……)

B/ Etablissement dans le cadre des directives du Maitre de l’Ouvrage, du dossier de


consultation des entrepreneurs. Ce dossier dont les pièces à caractère technique est des
extraits de l’APD ou des PEO comportent :

1. La première partie, qui contient les pièces qui serviront de base au marché :

a) Les cahiers des spécifications techniques générales et détaillées (STG et STD).

b) Le cadre du détail estimatif et de décomposition forfaitaire.

2. La deuxième parties, qui contient les pièces propres à faciliter aux candidats la
compréhension du dossier : Les plans, dessins, résultats de sondages ou autres pièces si elles
sont mentionnées au C.P.S y compris les indications sur la situation des câbles, canalisation,
ouvrages souterrains reconnus en phase préalables.

a) Appels d’offres et marchés :

• Assistance du maitre d’ouvrage sur le mode de consultation et le choix des entreprises.

• Etablissement du rapport de synthèse des désignations d’entreprises après que les offres
soient dépouillées par le B.E.T.

• Préparations matérielles des dossiers de consultation d’entreprises (DCE) et des marchés


ainsi que l’instruction des signatures.

Les plans et pièces écrites étant élaborés par l’architecte et le B.E.T.

Phase assistance marche de travaux (AMT) :

A) Réponses aux demandes d’informations complémentaires en provenance des


entreprises consultées et diffusion de ces réponses.

B) Etude comparative des offres remises par les entreprises concurrentes et proposition
de classement des offres susceptibles d’être retenues, examen et appréciations des variantes
éventuelles proposées par ces entreprises.

C) Mise au point de l’offre retenue et assistance au Maitre de l’Ouvrage pour attribution


du marché, y compris la mise au point matérielle des projets de documents contractuels.

2.3. Phase projet d’exécution :


33
Cette phase a été définie aussi par :

- Production des plans d’architecture nécessaires au chantier

- Les dossiers de détail devront être remis à la maitrise de l’ouvrage au moins avant la
date prévue pour l’exécution de l’ouvrage concerné.

Il est impossible dans ces conditions de savoir ce que va produire l’architecte à cette phase,
et quel est le degré d’avancement partiel en étude.

Les bases écrites et graphiques d’élaboration des dossiers de consultation d’entreprise ne


sont pas énumérées à savoir :

1. Spécifications techniques détaillées.

2. Plans coupes et élévations définissant les ouvrages à exécuter.

3. Elévations des façades.

4. Coupes transversales et longitudinales.

5. Plans de détail, repérage, calepinage de la menuiserie, revêtement, faux plafonds.

6. Plans et équipements spéciaux.

7. Notes et plans des aménagements extérieurs.

• Etablissement des cahiers des prescriptions et administratives (CPS) ainsi que le cahier des
prescriptions particulières (CPP).

• Elaboration des plannings directeurs des travaux. Ce document fera partie des documents
contractuels des marchés d’entreprises.

• Proposition du programme d’organisation et de gestion du chantier.

Dossier des ouvrages exécutés (DOE) :

- La collection en vue de l’exploitation des ouvrages, des notices de fonctionnement des


ouvrages ainsi que des plans d’ensemble et de détail conforment à l’exécution.

- Les pièces contractuelles et, dans la mesure où leur connaissance est utile à
l’exploitation et à l’entretien des ouvrages, les pièces établies par les entrepreneurs dans le
cadre des droits et obligations incombant contractuellement à chacun d’eux.

2.4. Phase suivi de travaux :


1. Mise au point de l’installation et de l’organisation de chantier avec les entreprises :

33
Une collaboration avec le BET, à notre avis, vu sa vocation technique de maitrise de
chantier, est nécessaire.

Le positionnement des grues, des centrales de béton, des aires de stockage etc…. font plus
appel à des connaissances d’ingénieurs qu’à des conceptions architecturales.

2. Rédaction et diffusion des comptes rendus. Cette mission est primordiale dans la
coordination et le pilotage des intervenants.

Elle suppose une connaissance précise de toutes les composantes du projet, du rôle de
chaque intervenant, des blocages éventuels (avancement, malfaçons, interférences des taches
etc. …..)

Chaque maitre de l’ouvrage et selon chaque projet, est souverain pour désigner l’entité qui
rédigera les comptes rendus de réunions de chantier, suivre les engagements pris, et d’une
manière générale la composante gestion de la coordination.

3. Contrôle de conformité de travaux :

En matière de qualité et de coût, les pièces contractuelles prescrivent des engagements,


donc des contrôles.

En particulier, l’architecte assure la responsabilité des lots architecturaux (fonctionnalités du


lot gros œuvre, revêtement, menuiserie, faux plafonds, appareils sanitaires, lustrerie etc.
……)

Cette responsabilité n’est pas exprimée explicitement dans le contrat.

4. Planification des travaux :

Cette mission relève essentiellement du rôle du BET.

Cependant, l’architecte étant la maitrise d’œuvre, fait partie prenante de l’objectif délai
(fourniture de plans d’exécution et de délai, approbation d’échantillons, prise de décision sur
les malfaçons…..)

5. Réceptions et décomptes de travaux :

En général, celui qui a établi les avant métrés et les bordereaux estimatifs est le mieux placé
pour en suivre l’avancement et la quantification au niveau du chantier.

Sinon, le rôle primordial de contrôle de qualité architecturale serait submergé par des taches
de métré d’exécution et d’attachements qui, de toute façon sont souvent sous-traitées par
l’architecte à des métreurs.

En réalité, l’architecte signe le décompte en tant que maitre d’œuvre architectural, et laisse le
soin aux autres de le vérifier.

33
6. Réception de travaux :

Le contrat réduit cette mission à la durée du délai de garantie d’une part. Et, dans cet
intervalle, des visites espacées au maximum de 3 mois, d’autre part.

Au fait, les réceptions s’inscrivent dans un processus tout au long des travaux, à des
cadences plus élevées.

Contrôle de qualité, réserves dans les comptes rendus de chantier, approbation de décomptes
partiels puis pré-réceptions, réceptions provisoires, et ce n’est qu’à ce moment que le délai
de garantie commence à courir pour s’acheminer vers sa fin, à savoir la réception définitive.

a) Préparation du chantier :

• Organisation générale :

- Etablissement de l’organigramme de tous les intervenants.

- Définition du circuit de la diffusion des informations et de la circulation des


documents.

- Examens de l’organisation de chantier : installations, alimentations, accès, circulation.

- Mise au point des relations inter-entreprises : Assistance pour l’établissement d’une


convention inter-entreprises (compte prorata).

• Ordonnancement :

- L’OPC doit maitriser à ce stade, les différentes taches élémentaires de travaux, leurs
séquences et leurs contraintes de succession.

• Planification et coordination des études d’exécution :

- Etablissement et suivi du planning des études d’exécution

- Préparation, organisation et animation des réunions de coordination << études >> et


Edition et diffusion des comptes rendus correspondants

- Tenue à jour de la nomenclature des plans << bon pour exécution >>.

- Tenue à jour de la liste des modifications.

- Tenue à jour de la liste des échantillons approuvés

- Compte-rendu mensuel d’avancement.

• Planification des travaux

- Dépouillement des descriptifs et élaboration de fiches de synthèse.

33
- Enquête des entreprises, étude des contraintes des enclenchements et des moyens.

- Elaboration, le cas échéant, d’un planning sommaire des premiers travaux de


démarrage.

- Examen des préfabrications des approvisionnements. Recherche d’informations sur les


commandes.

- Etablissement du planning général TCE à faire signer par les entreprises

- Etablissement des plannings détaillés séquentiels s’inscrivant dans le planning général.

• Assistance pour la gestion financière des travaux :

- Décomposition éventuelle du forfait de chaque marché en poste d’exécution ou taches


figurant sur les plannings d’exécution. Elaboration de la matrice de décomposition du forfait.

- A partir du planning général d’exécution et des listings financiers, traitement et édition


de l’échéancier des dépenses prévisionnelles.

2.5. Phase contrôle général des travaux (CGT)


a) Contrôle de la conformité de l’exécution des travaux aux prescriptions des pièces
contractuelles en matière de qualité.

Le B.E.T assure :

- Le suivi des travaux.

b) Le B.E.T met à la disposition du maitre de l’ouvrage et à sa demande les spécialistes


pour lui apporter ses conseils et lui donnera tous les avis techniques et renseignements
nécessaires.

2.6. Phase livraison-réception :


• Elaboration et suivi du programme d’achèvement des travaux de finitions.

• Planning des essais pré-réceptions et réceptions, en collaboration avec le B.E.T et


l’architecte.

• Assistance au maitre d’œuvre pour les pré-réceptions. Mise en forme des observations de
suivi.

• Présence aux réceptions et contrôle de la diffusion aux intéressés du P.V établi par le B.E.T
et l’architecte.

33
Chapitre 3 : Observation du chantier (assainissement et voirie)

I. Les travaux d’assainissement effectués :


Avant de passer directement aux travaux effectués dans ma période du stage par rapport
l’assainissement. Tout d’abord mon encadrant m’a donné des notions de base qui se
composent des définitions sur l’observation d’assainissement pour avoir une bonne
réalisation d’un réseau d’assainissement. Dans le but de savoir les outils premiers d’un projet
de lotissement.

1. Termes et définition :

a) Lotissement :

Un lotissement Constitue toute division d'une propriété foncière en plusieurs lots (des parties
privatives individualisées dans une copropriété, et quote-part des parties communes), en vue
de l'implantation de bâtiments; destinée à être bâties. C'est une opération d'urbanisme qui
permet à une collectivité locale (le plus souvent une commune) d'urbaniser un secteur de son
territoire. Aussi, Un lotissement est destiné à la construction d’immeuble à usage
d’habitation, industriel, commercial ou artisanal.

b) Assainissement :

L’assainissement est une démarche visant à améliorer la situation sanitaire globale de


l'environnement dans ses différents composants. Il comprend la collecte, le traitement et
l'évacuation des déchets liquides, des déchets solides et des excréments.

33
L'objectif principal est la prévention du contact humain avec des substances dangereuses,
spécialement les fèces en mettant en place des systèmes de traitement et d'évacuation des
déchets. Les dangers issus d'un mauvais assainissement sont multifactoriels, pouvant être à la
fois physique, microbiologique, biologique ou encore chimique. Les déchets, ce qui inclut
les excréta d'origine humaine et animale, les déchets résiduels ou encore les eaux usées,
peuvent causer des problèmes de santé majeurs. Des systèmes d'assainissement plus
hygiéniques peuvent s'appuyer sur des solutions technologiques telles que les égouts ou les
stations de traitement des eaux usées. Ces systèmes peuvent aussi suivre une approche plus
décentralisée et simple avec par exemple les toilettes sèches, les toilettes sèches à séparation
d'urine ou les fosses septiques. Enfin l'amélioration du niveau d'assainissement, en particulier
dans les pays en voie de développement, peut s'appuyer sur les stratégies de changement de
comportements en hygiène personnel en promouvant par exemple le lavage régulier des
mains. Fournir un assainissement respectant les standards de base requiert une approche
systémique à l'inverse de seulement se concentrer sur le toilette en lui-même ou à l'autre
extrémité l'usine de traitement des eaux usées.

c) Réseau d’assainissement :

Ensemble des ouvrages qui permettent de canaliser les eaux pluviales et les eaux usées à
l'intérieur d'une agglomération (canalisations souterraines reliées entre elles). C'est un des
éléments constitutif du système d'assainissement. Aussi, c’est l'ensemble des canalisations,
généralement enterrées, dans lequel circule des fluides (eaux usagées, pluviales) Il peut être
neuf et devra être testé pour certifié son étanchéité avant mise en service. Il peut être
vieillissant et aura besoin de réparations, de réhabilitation pour lui assurer une étanchéité
optimale. Ainsi, que le réseau d’assainissement se compose de trois systèmes : réseau
séparatif, réseau pseudo séparatif, réseau unitaire.

Données à recueillir :

- Les données naturelles du site (pente, lithologie, hydrogéologie...etc.).

- Les données relatives aux agglomérations existantes (population, taux de branchement...).

- Les données relatives au développement urbanistique (plan directeur d’aménagement


homologué).

- Les données relatives à la pluviométrie et en particulier l’intensité de pluie (coefficients de


Montana pour différentes périodes de retour).

- Les données relatives au choix de l’exutoire. (Emplacement, existence de terrains agricoles


etc……..).

Choix de la filière de traitement (lagunage, boues activées, infiltration-percolation).


33
2. Conception d’un plan de réseau d’assainissement <<Lotissement
JNANE>> :(AUTOCAD)

33
a) Boite de branchement:

Regard souvent en béton destiné au raccordement d’un branchement privé eaux usées ou
eaux pluviales au réseau d’assainissement public. Ces ouvrages doivent obéir à certaines
règles sanitaires, de ce fait doivent assurer les meilleures conditions d’hygiène pour
l’habitation.

33
33
Fig. : Boite de branchement simple

33
Fig. : Boite de branchement double

b) Regards borgnes :

C’est un dispositif de jonction entre la canalisation du branchement et le réseau existant. Les


dimensions dépendent du diamètre du dit réseau.

Fig. : Regard Borgne

c) Regards de visite :

Un ouvrage réalisé en béton armé, qui est implanté sur le collecteur, il permet d’intervenir
sur le collecteur, le regard de visite est installé à chaque changement de pente, de section, de
direction, à chaque tête de réseau et tous les 50m dans les parties rectilignes du tracé.

33
Photo

d) Bouches d’égout :

Les bouches d’égout (avaloir ou grille) assurent l’assainissement des voies revêtues. Elles
sont raccordées au collecteur par une buse en béton de diamètre 300 mm .En fonction des
contraintes liées à la nature du réseau récepteur les bouches d’égout sont dotées ou non des
équipements permettant de piéger les corps indésirables.

33
33
Fig. : Bouche d’égout à grille

33
Fig. : Bouche d’égout à avaloir

33
3. La réalisation d’un réseau d’assainissement <<Lotissement JNANE>> :
J’ai accompagné mon encadrant au chantier <<Lotissement JNANE>> à Kenitra, pour
assisté au terrassement et plus précisément au déblai de la terre à l’aide de l’engin
pelleteuse(ou excavatrice) qui sert à déplacer des matériaux et qu'on utilise pour des travaux
de terrassement. On a passé à la couche lit de pose qui est une face horizontale du moellon
en contact avec le mortier, intervalle rempli de liant qui sépare horizontalement deux
morceaux. Après, j’ai assisté aussi au pose des conduites, quand on a posé un dépôt d’une
conduite des eaux pluviales à l’aide de la machine mécanique hydraulique pelleteuse vu son
grand débit (grand diamètre), et un dépôt d’une conduite des eaux usées du petit débit (petit
diamètre). Et, on a passé au remblai (matériaux de terrassement mis en œuvre par
compactage et destiné à surélever le profil d'un terrain ou à combler une fouille) qui se
composent de remblai primaire qui est une couche de 30cm qu’on fait au-dessus et coté de la
conduite, d’après qu’on sature cette couche d’eau (compactage hydraulique) on passe au
compactage mécanique à l’aide de la machine dame sauteuse dont le but d’améliorer la
qualité des sols, et pour le remblai secondaire on a fait des couches jusqu’à ce que (remblai
primaire + remblai secondaire = 90 cm dans notre cas).

33
Fig. : Terrassement

33
Fig. : Lit de pose

33
Fig. : Pose de conduite

33
Fig. : Remblai

II. Les travaux de voirie effectués :


Avant de passer directement aux travaux effectués dans ma période du stage par rapport
l’assainissement. Tout d’abord mon encadrant m’a donné des notions de base qui se
composent des définitions sur l’observation de la voirie dans le but de savoir les outils
premiers d’un projet de lotissement.

1. Termes et définition :

33
a) Plan de masse :

Le plan de masse est un plan représentant l'emplacement du projet de construction par


rapport à son voisinage immédiat. Il indique les limites et l'orientation du terrain,
l'implantation et la hauteur de la construction, le tracé des voies de desserte et de
raccordements.

b) Plan coté :

Le plan coté est un document graphique qui présente la configuration du terrain, à l’aide
d’un ensemble des points dont les coordonnées X, Y et Z.

c) Plan d’occupation des sols (P.O.S.) :

C’est un plan qui détermine les zones d’affectation des sols selon l’usage principal qui doit
en être fait ou la nature des activités dominantes qui peuvent y être exercées (zones
résidentielles ou d’habitation, zones industrielles et zones rurales).

d) Plan de situation :

C’est un plan qui donne la situation géographique du terrain concerné dans le périmètre de la
commune dont il dépend.

e) Profil en long:

Le profil en long représente les montées et les descentes de la route ou d’un réseau, La pente
doit être limitée pour des raisons de sécurité (freinage en descente) et de confort (puissance
des véhicules en rampe). Le profil en long est défini pour limiter les volumes de déblai et de
remblai, afin de limiter l’impact sur l’environnement (sur l’écoulement des eaux en
particulier).

f) Profil en travers :

Le profil en travers est une coupe de la route ou d’un réseau suivant un plan perpendiculaire
à son axe. Le profil en travers de la route, définit notamment la largeur et le divers des
chaussées alors que le profil en travers du réseau définit l’emplacement de la conduite.

g) Bassin versant :

Un bassin hydrographique ou bassin versant est une zone géographique où toutes les eaux
s’écoulent vers le point le plus bas en suivant la pente naturelle et se rejoignent pour former
un cours d’eau, un lac ou une nappe souterraine.

2. Réalisation d’un profil en long d’une voirie :(AUTOCAD)

33
33
3. Réalisation d’un profil en travers d’une voirie :(AUTOCAD)

N* Piquet CTN (m) CLR (m) Dis.partiel e (m) Dis.cumulée (m) H (m) Hmoy (m) V.D (m3) V.R (m3) C.chaussée (m)
1 11,50 14,00 - - 2,50 - 0,40
2 12,00 14,50 20,00 20,00 2,50 2,50 950,00 0,40
3 12,20 15,00 20,00 40,00 2,80 2,65 1 010,00 0,40
4 13,00 15,50 20,00 60,00 2,50 2,65 1 010,00 0,40
5 13,00 15,00 20,00 80,00 2,00 2,25 850,00 0,40
6 11,00 14,00 20,00 100,00 3,00 2,50 950,00 0,40
7 10,50 13,50 10,00 110,00 3,00 3,00 575,00 0,40
8 10,00 13,00 10,00 120,00 3,00 3,00 575,00 0,40

33
4. Mise en place des enrobés :
Tout d’abord, l’enrobé c’est un mélange dosé de granulats et de filler enrobés de bitume ou
de goudron, utilisé pour les couches supérieures des chaussées et pour les revêtements
étanches de canaux ou de barrages, le prix de l’enrobé c’est 100 DH/m², l’application de
l’enrobé est effectuée sur des espaces de faible surface, peu accessibles à l’aide d’une
répondeuse et un finisseur, les couches d’enrobé se fait par un liant hydraulique (un liant qui
se forme et durcit par réaction chimique avec de l'eau et est aussi capable de le faire sous
l'eau). Pendant mon observation, avant de la mise en œuvre <<à chaud>> de la couche
d’enrobé par compactage à l’aide du compacteur cylindre, le compactage doit se faire dans
des bons conditions atmosphérique (éviter tout ce qui est froids et pluvieux), dans notre cas
d’application d’enrobé sur un espace circulaire, il est primordiale de noter qu’aucun temps de
séchage n’est à respecter, la température de l’enrobé doit être supérieur de 140°C. Et aussi,
avant la mise en œuvre <<à chaud>> de la couche d’enrobé, il faut s’assurer de la portance
de la structure, vérifier le profil en travers de la voirie (pente en travers de l’ordre de 2 à 3
%). Après, j’ai assisté au coulage d’un liant d’accrochage (assurance très peu coûteuse pour
s'assurer qu'une intégrité structurale existe entre les couches de revêtement), afin d'assurer la
liaison entre l’enrobé et le sol ce qu’on appelle une imprégnation.

PHOTO

33
III. La visite du laboratoire :

33
33
33
33
33
33
33
33
33
33
33
33
33
33
33
33
33

Vous aimerez peut-être aussi