Vous êtes sur la page 1sur 39

Université Claude Bernard Lyon 1

Pôle de Management
43, boulevard du 11 novembre 1918
69622 VILLEURBANNE CEDEX

Jean-François Paulin
Maître de conférences
jfpaulin@aol.com

INITIATION AU DROIT
Année 2006-2007
TABLE DES MATIERES

§1- QU’EST-CE QUE LE DROIT ?....................................................................................... 4


A) LA REGLE, ESSENCE DU DROIT ............................................................................................ 4
B) LES DIVISIONS DU DROIT, ORGANISATION DES REGLES JURIDIQUES .................................... 5
1- La division fondamentale, droit privé / droit public ...................................................... 6
a) Définitions.................................................................................................................. 6
b) Distinction.................................................................................................................. 6
2- Les divisions internes au droit public et au droit privé ................................................. 6
a) Du droit public ........................................................................................................... 6
b) Du droit privé............................................................................................................. 6
c) Les droits mixtes ........................................................................................................ 7
C) LA QUALIFICATION JURIDIQUE, MISE EN ŒUVRE DES REGLES DE DROIT .............................. 7
§2- L’ORGANISATION JUDICIAIRE FRANÇAISE......................................................... 8
A) LES PRINCIPES DIRECTEURS ................................................................................................ 8
1- La séparation des pouvoirs............................................................................................ 8
2- Le service public de la justice........................................................................................ 8
B) LE FONCTIONNEMENT DES JURIDICTIONS ............................................................................ 9
1- Traits généraux .............................................................................................................. 9
2- Distinctions .................................................................................................................... 9
3- La composition des juridictions ................................................................................... 10
4- La compétence des juridictions, principes généraux................................................... 10
C) LES JURIDICTIONS ............................................................................................................. 10
1- Les juridictions du fond du 1er degré ........................................................................... 10
a) Le Tribunal de Grande Instance, juridiction de droit commun................................ 10
b) Les juridictions spécialisées..................................................................................... 11
b-1) Le tribunal d’instance ....................................................................................... 11
b-2) Les juge de proximité ....................................................................................... 11
b-3) Le Conseil de Prud’hommes............................................................................. 11
b-4) Le Tribunal de commerce................................................................................. 11
2- La cour d’appel, juridiction du second degré.............................................................. 11
3- La Cour de cassation, juge du droit............................................................................. 12
§3- LE CHEMINEMENT D’UNE INSTANCE DEVANT LES JURIDICTIONS.......... 12
A) DEFINITIONS..................................................................................................................... 12
B) ACTEURS .......................................................................................................................... 13
C) LA DEMANDE INITIALE EN JUSTICE ................................................................................... 13
1- Le référé ................................................................................................................... 13
2- La demande au fond..................................................................................................... 14
D) LES VOIES DE RECOURS .................................................................................................... 15
1- L’appel ......................................................................................................................... 15
2- Le pourvoi en cassation ............................................................................................... 16
§4- LE DROIT DE LA PREUVE.......................................................................................... 17
A) LA CHARGE ET L’OBJET DE LA PREUVE ............................................................................. 17
1- La charge de la preuve ................................................................................................ 17
2- L’objet de la preuve ..................................................................................................... 18
B) LES MODES DE PREUVE ..................................................................................................... 18
1- Les différents moyens de preuve............................................................................... 18

2
a) Les preuves pré-constituées ..................................................................................... 18
a-1) L’acte authentique............................................................................................. 19
a-2) L’acte sous seing privé ..................................................................................... 19
b) Les preuves a posteriori ........................................................................................... 20
2- L’admissibilité des différents moyens de preuve ......................................................... 20
§5- LES SOURCES DU DROIT ........................................................................................... 21
A) TYPOLOGIE....................................................................................................................... 22
1- Les règles institutionnelles........................................................................................... 22
2- La coutume................................................................................................................... 24
3- La jurisprudence .......................................................................................................... 24
B) MISE EN APPLICATION DES NORMES, L’EXEMPLE DE LA LOI .............................................. 24
1- Élaboration de la loi .................................................................................................... 24
2- Application de la loi..................................................................................................... 26
3- Les conflits de loi ......................................................................................................... 26
a) La loi n’a pas d’effet rétroactif................................................................................. 26
b) La loi nouvelle régit seule l’avenir .......................................................................... 27
TABLE DES ANNEXES ....................................................................................................... 28
ANNEXE 1 : LES INFRACTIONS PENALES ................................................................................ 28
ANNEXE 2 : LES QUALIFICATIONS EN DROIT DU TRAVAIL, S. FROSSARD, LGDJ 2000,
EXTRAITS............................................................................................................................... 28
ANNEXE 3 : LES CHIFFRES CLES DE LA JUSTICE EN FRANCE .................................................. 28
ANNEXE 4 : L’ORGANISATION JUDICIAIRE FRANÇAISE .......................................................... 28
ANNEXE 5 : LES DIFFERENTES FORMATIONS DE JUGEMENT ................................................... 28
ANNEXE 6 : LA COMPETENCE DES JURIDICTIONS ................................................................... 28
ANNEXE 7 : LE CHEMINEMENT D’UN LITIGE DEVANT LES JURIDICTIONS................................ 28
ANNEXE 8 ET 9 : LA CONSTRUCTION EUROPEENNE (LE MONDE DU 10 DEC. 2002) ET ES
INSTITUTIONS DE L’UNION ÉCONOMIQUE ................................ ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.

3
§1- QU’EST-CE QUE LE DROIT ?

1. Le mot droit1 est très général. Spontanément, l’idée du droit renvoie à celle de Justice, à la
contrainte (je n’ai pas le droit) ou au contraire à la liberté (j’ai le droit). Mais, pour le juriste, le
droit est avant tout un corpus de règles qui font l’objet d’une organisation et d’une mise en œuvre
spécifique.
On ne se posera pas ici la question du « pourquoi » des règles de droit, c’est-à-dire du fondement
du droit. Cette recherche relève de la philosophie du droit. On partira du postulat selon lequel il
existe des règles de droit obligatoires dans les pays étant entendu que le concept de droit ne peut
être appréhendé comme un concept homogène.

A) La règle, essence du droit

2. Le droit s’intègre dans le cadre d’un système social et concourt à l’organisation de la


société. A cette fin, le droit pose des valeurs, définit des objectifs, fournit des moyens pour
parvenir à ces objectifs. Il assure ainsi la coordination entre les composantes de la société. De
fait, on peut dire qu’il s’établit une corrélation entre une « demande sociale » et le droit. Par
exemple, l’avancée des techniques, la connaissance en matière médicale, ont conduit à
l’adoption, en 1992, d’une loi dite « bioéthique ». De même, la prise en compte de l’exclusion
sociale a concouru au vote d’une loi contre l’exclusion en 1999.

3. En ce sens, le mot « droit » désigne un corps de règles qui ont pour objet d’organiser la
vie en société (« Là où il y a une société, il y a du droit », adage romain). Mais le mot droit
renvoie également, à titre individuel, à la prérogative que chaque individu peut puiser dans ce
corps de règles, s’il en réunit les conditions d’application2. Le mot droit est donc polysémique,
c’est-à-dire susceptible de plusieurs sens. Or cette polysémie ne se retrouve pas dans de
nombreux systèmes juridiques étrangers qui possèdent des mots différents pour désigner des
concepts différents (law / rights).

4. En organisant la société, le droit va réglementer les comportements en éliminant les


rapports de force entre les individus ou plutôt en les encadrant. On peut donc dire que le droit
est un ensemble de règles destinées à régir les rapports humains à l’intérieur d’un espace
géographique, temporel, déterminé. Bien évidemment, les règles juridiques ne sont jamais
sans cause3. En outre, elles s’agencent rationnellement autour d’institutions juridiques. Une
institution juridique est un ensemble de règles de droit régissant des relations sociales tendant
aux mêmes fins. Ainsi, il existe des obligations alimentaires4 constituant une institution juridique
qui, couplée avec les règles du mariage, forment une institution juridique plus vaste, celle de la
famille.

5. Le droit se manifeste dans la règle qui est l’expression du phénomène juridique. La règle
de droit est singulière, elle se distingue des autres règles. En effet, il existe bien d’autres
règles qui ne sont pas des règles juridiques alors qu’elles concourent à la régulation de la vie
sociale. Ce sont, par exemple, les règles de politesse, les règles morales. Ce qui les distingue

1
Étymologiquement, « droit » du latin directus, comp. avec le mot « justice », du latin jus, juris, droit !
2
On parle alors de droit subjectif, infra n°35.
3
Une règle exprime une valeur sociale.
4
Une obligation alimentaire est une obligation mise à la charge d’une personne par la loi en vue de fournir un
secours en argent à un parent qui se trouve dans le besoin. Par exemple, un fils est débiteur d’une obligation
alimentaire envers ses parents.

4
est le critère de la juridicité. La question qui se pose est alors de savoir quels sont les signes
de cette juridicité ? Tout d’abord, à la différence des autres règles, la règle de droit est
destinée à produire des effets de droit, c’est-à-dire que la règle juridique procède d’une
volonté particulière. Mais surtout, la juridicité révèle l’appartenance à l’ordre juridique
déterminé par l’État ce qui, d’une part, assure la recevabilité de la règle devant le juge, et
autorise, d’autre part, le recours à la contrainte. Ces deux éléments, appartenance et
contrainte, constituent des éléments de distinction décisifs de la règle de droit par rapport aux
autres règles. La règle de droit a donc des caractères propres.

6. Mais en France spécialement, la détermination des caractère de la règle de droit procède


d’une abstraction qui tend, trop souvent, à conférer à toute règle juridique les traits de la Loi
(légicentrisme). Ainsi, on expose qu’une règle de droit est une disposition abstraite1 c’est-à-
dire générale dans l’espace, s’appliquant à tous et permanente dans le temps. Surtout elle
émane de l’autorité publique2 ou est admise par elle et, parce qu’elle a force contraignante,
elle est sanctionnée. Si la règle juridique est impérative c’est parce qu’elle touche à l’essentiel
de notre organisation sociale. Or en réalité, les règles juridiques sont multiples et elles
constituent un ensemble hétérogène. Il y a, en effet, à côté de la Loi bien d’autres règles
juridiques qui n’en empruntent pas ses caractères. Tel est évidemment le cas d’un contrat qui
est pourtant source de droit. Mais la Loi comme les autres règles ont en commun d’appartenir
à un ordre juridique défini par l’État qui pose les conditions de leur validité pour être reçu en
tant que règle juridique. Ainsi, une Loi ou un contrat qui ne remplirait pas les conditions de
validité ne pourrait produire d’effet juridique et donc être regardé comme une règle de droit.

7. La sanction de la violation de la règle de droit est organisée par l’État qui institue un mode
de régulation des conflits. C’est ce qu l’on appelle la juridiction3, c’est-à-dire la fonction
étatique qui consiste à dire le droit pour un cas particulier. Cette mission de dire le droit est
confiée aux juges. Mais toute sanction n’est pas une répression comme c’est le cas en droit
pénal4. Ainsi la nullité5 d’un acte juridique est bien une sanction mais pas une sanction
répressive.

B) Les divisions du droit, organisation des règles juridiques

8. On ne peut pas envisager de la même manière les règles concernant les relations entre le
citoyen et l’État (administration, collectivités publiques) et les règles applicables aux relations
privées des particuliers. En outre, le droit privé et le droit public constituent des ensembles
trop vastes pour pouvoir être un corps de règles homogènes. Ils font eux-mêmes l’objet de
divisions. Toutefois, et pour être précis, cette opposition entre le droit privé et le droit public
n’est pas aussi tranchée que peut le laisser penser la présentation.

1
Une règle de droit, à laquelle on associe généralement la loi, n’est pas faite pour régir des cas particuliers. Par
exemple, le droit commercial s’applique à tous les commerçants et pas à un commerçant en particulier. Pourtant,
la loi a aussi tendance à devenir de plus en plus catégorielle. Les groupes sociaux, professionnels réclament des
législations particulières.
2
Qui a reçu délégation pour le faire, l’article 6 de la Déclaration des droits de l’homme dispose en effet que « la
loi est l’expression de la volonté générale ».
3
Voir infra n°35 et suiv.
4
Voir infra n°17.
5
La nullité est une sanction prononcée par le juge et consistant dans la disparition rétroactive de l’acte juridique
qui ne remplit pas les conditions requises pour sa formation.

5
1- La division fondamentale, droit privé / droit public
a) Définitions
9. LE DROIT PUBLIC est l’ensemble des règles de droit qui organise les pouvoirs publics et des
règles de droit qui sont applicables aux relations entre les pouvoirs publics et les personnes
privées.

10. LE DROIT PRIVE est l’ensemble des règles de droit qui est applicable dans les rapports des
particuliers entre eux, c’est-à-dire des personnes physiques et personnes morales.

b) Distinction
11. Le droit privé concerne des intérêts privés alors que le droit public gère l’intérêt général
qui doit primer sur l’intérêt particulier (critère du but). Le droit privé a pour fondement
l’égalité civile alors que le droit public est un droit du pouvoir, du commandement (critère de
l’égalité). Le droit privé repose sur le contrat (accord de volontés) alors que le droit public
repose sur l’acte unilatéral (autorité et commandement), critère de la forme. Ainsi, le droit
public est essentiellement un droit impératif alors qu’en droit privé les règles sont le plus
souvent supplétives de volonté1. Toutefois, certaines branches du droit privé, comme le droit
du travail, voient une intervention croissante de l’État, affaiblissant l’autonomie de la volonté
par l’instauration de règles dites d’ordre public social ou relatif2. Surtout, l’opposition entre
droit privé et droit public est marquée par l’incompétence des juges de l’ordre judiciaire pour
trancher les litiges dans lesquels l’administration est partie prenante. C’est un aspect de la
mise en œuvre du principe de la séparation des pouvoirs (loi du 16 et 24 août 1790)3.

2- Les divisions internes au droit public et au droit privé


a) Du droit public
12. LE DROIT CONSTITUTIONNEL est l’ensemble des règles qui préside à l’organisation
politique de l’État et à son fonctionnement. Il régit les institutions (Président de la république,
Gouvernement, Parlement), les rapports entre ces organes, les principes d’organisation
juridictionnelle et administrative. (voir : http://www.conseil-constitutionnel.fr/)

13. LE DROIT ADMINISTRATIF est l’ensemble des règles qui s’applique à l’Administration dans
sa gestion des services publics et dans ses rapports avec les particuliers et qui sont
normalement appliquées par les juridictions administratives. (voir : http://www.conseil-
etat.fr/)

b) Du droit privé
14. LE DROIT CIVIL est le droit commun. Il est l’ensemble des règles de droit privé
normalement applicable. Son objet est d’envisager l’individu, son intégration dans la société
dans ses rapports les plus fondamentaux (naissance, décès, famille, propriété, contrat,
responsabilité).

15. LE DROIT COMMERCIAL est l’ensemble des règles applicable aux commerçants dans
l’exercice de leur activité professionnelle et régissant l’activité commerciale.
1
Qu’une manifestation de volonté peut aménager.
2
En droit du travail, il peut être dérogé par contrat à une règle d’ordre public relatif à la condition que cette
dérogation soit plus favorable que l’application de la loi pour le salarié.
3
Voir infra n°20.

6
c) Les droits mixtes
C’est là, sans doute, l’une des illustrations de l’imbrication du droit privé et du droit public.
En effet, ces branches du droit se caractérisent par une forte intervention de l’État.

16. LE DROIT DU TRAVAIL1 est l’ensemble des règles applicable aux entreprises du secteur
privé régissant les rapports individuels et collectifs entre un employeur et un ou plusieurs
salariés. A titre d’exemple, des règles du droit électoral applicables pour des élections
politiques, qui relèvent du droit public, sont subsidiairement appliquées pour les élections
professionnelles dans l’entreprise.

17. LE DROIT PENAL a pour objet de définir les comportements constitutifs d’infraction et
d’organiser les sanctions (principe de la légalité : pas d’infraction sans texte de loi). On
relèvera, que le procès pénal oppose l’État, en raison du trouble à l’ordre public, au
délinquant. Une infraction est une action ou comportement interdit par la loi et passible de
sanctions pénales prévues par la loi : amende, peine d' emprisonnement, peines
complémentaires... On distingue trois catégories d' infraction, selon leur gravité et les peines
encourues : contravention, délit, crime. La victime d’une infraction, pour être partie au procès,
doit se constituer partie civile.
(Voir annexe 1 : tableau relatif aux infractions pénales)

C) La qualification juridique, mise en œuvre des règles de droit


(Voir annexe 2 : Les qualifications juridiques en droit du travail, S. Frossard, LGDJ 2000,
extraits)

18. Le droit a vocation à saisir le réel, pour ce faire il définit des concepts et des catégories
juridiques : c’est l’opération de qualification juridique. C’est le phénomène majeur du droit
dans lequel le droit a une entière liberté. Un CONCEPT est une représentation mentale, abstraite
d’un objet, il se définit par rapport à lui-même (ex. : la nuit2, les bonnes mœurs) ; une
CATEGORIE JURIDIQUE se définit par rapport à une autre catégorie juridique de laquelle elle se
distingue (ex. : faute légère, faute grave, faute lourde) et la qualification est la mise en œuvre
effective des concepts et des catégories juridiques. Qualifier c’est donc définir ; « la
qualification permet le passage du fait au droit et joue un rôle majeur dans l’application du
droit au fait ».

19. Ce pouvoir de qualification appartient tout d’abord au législateur (le Parlement3) qui crée
la règle. Le juge, quant à lui, ne définit pas, il met en œuvre des qualifications. Il effectue un
travail d’appréciation, de recherche, pour savoir si une situation concrète entre dans une
définition posée par une règle de droit. Dans ce cas le pouvoir de qualification du juge est
contraint par la qualification légale. La systématisation de cette opération encadrée de
qualification se concrétise dans le raisonnement syllogistique4 et prend la forme d’un

1
Le droit du travail est un droit essentiellement d’ordre public relatif. Son application dans les entreprises est
sous le contrôle d’un corps de fonctionnaires : l’inspection du travail.
2
Dans le cas de la nuit, la définition donnée par le législateur est une hypothèse (la nuit s’entend d’une période
comprise entre 22 heures et 6 heures, ce qui n’est pas la réalité naturelle !) dont la valeur intrinsèque est
pertinente par rapport au but poursuivi – tapage nocturne, interdiction du travail de nuit des enfants (article
L. 213-7 du Code du travail), visite domiciliaire des officiers de police judiciaire.
3
Voir infra n°77.
4
Crée par Aristote, le syllogisme est une figure rhétorique de raisonnement ; il induit une logique qui convient à
l’analyse juridique.

7
jugement1. Ce raisonnement repose sur l’énoncé de la définition légale - règle de droit - (la
majeure), sur le constat des faits (la mineure) ; la conclusion est l’application du droit au fait.
Ce raisonnement est un raisonnement déductif. Enfin, on relèvera que ce pouvoir de
qualification peut être délégué à des personnes privées, spécialement lors de la conclusion de
contrat. Mais ces opérations privées de qualification sont fermement encadrées car la
qualification est soumise aux normes préexistantes, par le caractère d’ordre public des règles
juridiques.

§2- L’ORGANISATION JUDICIAIRE FRANÇAISE


(voir : ministère de la justice, http://www.justice.gouv.fr/justicef)

A) Les principes directeurs


La justice est rendue dans le cadre de l’organisation judiciaire. La justice est garante des
libertés publiques, elle doit donc être indépendante.

1- La séparation des pouvoirs

20. En France, comme dans toute démocratie, trois pouvoirs sont constitués : le législatif,
l’exécutif et le judiciaire2. Chaque pouvoir doit être indépendant l’un de l’autre. Il en résulte,
premièrement, que le législateur ne peut pas interpréter la loi qu’il a faite. Deuxièmement, le
juge judiciaire ne peut pas apprécier la légalité de la loi ; ce rôle est dévolu à une juridiction,
le Conseil constitutionnel3. Le juge doit juger sinon il peut être sanctionné pour déni de justice
mais, par ses décisions, il ne saurait se lier pour l’avenir par un jugement de portée générale.
En effet, une décision de justice ne peut avoir qu’une autorité limitée, c’est-à-dire que ces
effets sont limités aux parties en cause lors d’une procès particulier. Troisièmement, les
magistrats doivent être indépendants, indépendance fondée sur une garantie essentielle :
l’inamovibilité4.

2- Le service public de la justice

21. L’organisation de la justice française repose sur trois principes. En premier lieu, la justice
est un monopole d’État. Cela signifie qu’une personne ne peut pas se faire justice elle-même,
mais le procès est toujours maîtrisé par les parties en litige (possibilité de désistement pendant
le procès, abandon de prétentions, arbitrage). Aussi, si le droit confère des prérogatives aux
individus, il lui incombe de poser des règles afin d’en assurer la mise en œuvre et la sanction.
Il en résulte, en deuxième lieu, que la justice est un service public. Un service public est une
activité destinée à satisfaire un besoin d’intérêt général et qui, en tant que telle, doit être
assurée ou contrôlée par l’administration. Cette administration organise des moyens matériels
et humains en vue de l’exécution de cette tâche. Ce service public est permanent et gratuit. La

1
Juger, pour le juge, est l’action de dire le droit. Il faut cependant souligner que le droit ne peut être cantonner à
son seul aspect contentieux. Selon une expression de Carbonnier, le droit est plus grand que le contentieux.
2
On observera cependant que jusqu’à une époque récente le « judiciaire » n’était pas envisagé comme un
pouvoir. Dans la Constitution il est d’ailleurs traité comme une « autorité ».
3
Voir supra n°12.
4
L’inamovibilité protège seulement les magistrats du siège contre toute mesure arbitraire de suspension,
rétrogradation déplacement et même avancement. Les magistrats du parquet ne bénéficient pas de cette
protection.

8
notion de permanence de la justice signifie simplement que le droit de grève n’est pas reconnu
aux juges. Enfin, il convient de souligner que l’accès à la justice est gratuit. Pour les
plaideurs, elle occasionne néanmoins de nombreux frais (notamment d’avocats). L’État, sous
certaines conditions, peut fournir une aide appelée aide juridictionnelle. En troisième lieu, la
justice répond au principe d’égalité de traitement des justiciables. Cela signifie que toute
personne a vocation à être jugée selon les mêmes règles et devant toutes les juridictions. Il
existe cependant des exceptions. Ainsi, le Président de la République pendant l’exercice de
ses fonctions ne relève pas de la justice de droit commun1.

B) Le fonctionnement des juridictions


(Voir en annexes 3 et 4 : les chiffres clés de la justice en France et l’organisation judiciaire)

1- Traits généraux
Ils concernent toutes les juridictions.

22. PRESIDENCE : toutes les juridictions sont présidées par un magistrat qui organise sa
juridiction et a aussi une fonction juridictionnelle importante ; il est juge des référés2. Le
Président de la juridiction est donc une juridiction à lui tout seul, une juridiction particulière,
distincte du tribunal lui-même car certaines situations exigent des mesures urgentes afin de
préserver des situations sous peine de laisser se commettre un préjudice irréparable.

23. MINISTERE PUBLIC : le procureur de la République et ses substituts exercent devant la


juridiction leurs attributions civiles : requérir l’application de la loi. Le parquet3 n’est pas
nécessairement présent aux audiences, mais il est tenu informé et donne son avis sur toutes les
actions relatives à l’état des personnes, par exemple, sur les mesures de protection prises à
l’égard d’un mineur ou d’un majeur (tutelles ou curatelles, devant le juge d’instance).

24. GREFFE : chaque juridiction comprend des fonctionnaires de l’État qui composent le
greffe, dirigé par le greffier en chef. Les greffiers accueillent, informent et orientent le public,
assurent le suivi des procédures et le secrétariat du tribunal. Lors de l’audience, le greffier
assiste le juge, prend des notes. Il signe le jugement et authentifie les décisions de justice.

2- Distinctions

25. Il s’agit d’évoquer, très brièvement, des classifications qui permettent d’éclairer le
fonctionnement de la justice en France. Ainsi, les juridictions peuvent être différenciées
selon :
LEUR ORDRE : ordre judiciaire et ordre administratif. En effet, le principe de la séparation des
pouvoirs conduit à écarter la compétence des tribunaux judiciaires pour connaître des actes de
l’administration4.
1
Article 68 de la Constitution de 1958 et décision du Conseil constitutionnel du 22 janvier 1999. Pendant la
durée de son mandat le président de la République ne peut être poursuivi que devant la Haute Cour de justice.
S’agissant d’actes commis dans l’exercice de ses fonctions, il ne peut être poursuivi que pour haute trahison. Il
en va de même pour les actes antérieurs à ses fonctions ou détachables de celle-ci ; le président ne peut donc pas
être mis en examen.
2
Voir infra n°41.
3
Parquet ne désigne pas le plancher mais initialement un petit parc au sein duquel se tenait les représentants du
Roi, les huissiers et avocats.
4
Voir supra n°9 et suiv.

9
LEUR DEGRE : les juridictions sont hiérarchisées. Les juridictions du premier degré et du
second degré sont des juridictions du fond ; la Cour de cassation est la plus haute juridiction
mais elle ne constitue pas un troisième degré de juridiction ; elle statue sur le droit.
LEUR NATURE : la détermination de la compétence matérielle permet d’opposer les juridictions
de droit commun (Tribunal de Grande Instance : T.G.I) et les juridictions spécialisées. Le
T.G.I est la juridiction de droit commun. Il faut enfin souligner qu’à l’intérieur de l’ordre
judiciaire une place à part est faite aux juridictions répressives qui sont chargées d’appliquer
le droit pénal1 à ceux qui ont commis des infractions.

3- La composition des juridictions


(Voir en annexe 5 : schéma relatif aux différentes formation de jugement)

26. En principe, les formations de jugement sont collégiales (au moins 3 juges) mais de plus
en plus de formations statuent à juge unique (seulement au 1er degré). En principe, les juges
sont des magistrats professionnels mais il existe des magistrats non-professionnels
occasionnels. Ils sont, le plus souvent, élus (tribunal de commerce, Conseil de Prud’hommes)
et ne siègent qu’au 1er degré.

4- La compétence des juridictions, principes généraux


(Voir en annexe 6 : tableau récapitulatif)

27. Pour une juridiction, la compétence est l’aptitude légale à instruire et juger un procès. Il
s’agit de répondre à la question de savoir parmi toutes les juridictions du fond du 1er degré
devant laquelle doit être déposée une demande afin de faire juger une prétention.
La compétence a deux aspects. Le critère matériel, COMPETENCE D’ATTRIBUTION, permet de
répartir les litiges entre les juridictions du fond du 1er degré en fonction de la nature de
l’affaire ou de son importance pécuniaire. Le critère du lieu, COMPETENCE TERRITORIALE,
permet de savoir parmi une catégorie de juridiction (par exemple T.G.I) où va se dérouler le
procès. En principe, la localisation est personnelle, c’est-à-dire que le procès aura lieu devant
le tribunal du lieu du domicile du défendeur. Mais il y a des exceptions, lorsque le litige porte
sur un immeuble, c’est le lieu du tribunal où est situé l’immeuble.

C) Les juridictions

1- Les juridictions du fond du 1er degré


Il existe deux degrés de juridictions dont le premier est hiérarchiquement subordonné au
second. La Cour de cassation occupe, dans cet ensemble, une position originale.

a) Le Tribunal de Grande Instance, juridiction de droit commun


28. Le domaine d’intervention du TGI est très varié2. Il tranche les litiges entre les personnes
qui ne sont pas spécialement attribués à une autre juridiction et dont l’enjeu est supérieur à
7 600 €, d’où son appellation de juridiction de droit commun. A cet égard, il partage sa
compétence en matière civile avec le tribunal d’instance. Il a une compétence exclusive pour
de nombreuses affaires quel que soit le montant en jeu : état des personnes (état civil, filiation,

1
Supra n°17.
2
Article R. 311-1 du Code de l’organisation judiciaire.

10
changement de nom, nationalité (revendication, contestation), famille (régimes matrimoniaux,
divorce, autorité parentale, adoption, pensions alimentaires, successions), droit immobilier
(propriété immobilière, saisies immobilières ; brevets d’invention et droit des marques).

b) Les juridictions spécialisées

b-1) Le tribunal d’instance


29. C’est la juridiction des petites affaires civiles c’est-à-dire dont le montant est inférieur à
7 600 €. Mais il a aussi d’autres attributions, il est notamment juge départiteur au Conseil de
Prud’hommes, juge des élections et juge des tutelles. C’est une juridiction à juge unique.

b-2) Les juge de proximité


30. Depuis la loi du 9 sept. 2002, le juge de proximité est une juridiction de première instance
dédiée aux litiges de la vie quotidienne des particuliers. En matière civile, le juge connaît
principalement des actions personnelles mobilières jusqu’à 1 500 € et dans la même limite des
procédures d’injonction de payer.

b-3) Le Conseil de Prud’hommes


31. Le conseil de prud’hommes est chargé de régler les litiges individuels qui surviennent
entre salariés ou apprentis et employeurs à l’occasion du contrat de travail ou d’apprentissage.

b-4) Le Tribunal de commerce


Le tribunal de commerce est compétent pour juger :
32. les litiges entre les entreprises, en toutes matières, y compris en droit boursier et financier,
en droit communautaire, et en droit national en matière de commerce et de concurrence.
les litiges relatifs aux actes de commerce entre toutes les personnes ;
les litiges relatifs à une lettre de change ;
les litiges opposant des particuliers à des commerçants ou à des sociétés commerciales dans
l’exercice de leur commerce ;
les contestations entre les associés d’une société commerciale ;
les défaillances d’entreprises commerciales et artisanales (prévention, redressement,
liquidation judiciaire).

2- La cour d’appel, juridiction du second degré

33. Aux termes de l’article 542 du Nouveau Code de Procédure civile, « l’appel tend à faire
réformer ou annuler par la cour d’appel un jugement rendu par une juridiction du 1er degré ».
Pratiquement, lorsqu’une des parties à un procès n’est pas satisfaite du jugement, elle peut
contester la décision, elle « peut faire appel » ; c’est la mise en œuvre du principe du double
degré de juridiction qui veut qu’un plaideur puisse faire juger deux fois son litige. Les
chambres civiles et pénales de la cour d’appel réexaminent complètement les affaires déjà
jugées par un tribunal de première instance mais les demandes nouvelles sont interdites. Il
faut noter que certaines affaires, dont le montant en jeu ne dépasse pas un certain seuil défini
par la loi, ne peuvent faire l’objet d’un appel. La juridiction du fond du 1er degré a alors rendu
un jugement en premier et dernier ressort.

11
3- La Cour de cassation, juge du droit
(voir : http://www.courdecassation.fr/_Accueil/francais/francais.htm)

34. Elle siège à Paris et exerce sa compétence sur l’ensemble du territoire français. Il n’y a
qu’une Cour de Cassation. La Cour de cassation est la plus haute des juridictions civiles et
pénales mais elle ne constitue pas un troisième degré de juridiction. Sa mission est de vérifier
que les décisions des juges sont conformes à la loi. Elle ne réexamine pas les faits mais fixe le
sens dans lequel doit être appliquée la règle de droit. Elle fait le procès du procès. Son rôle
essentiel est l’uniformisation de l’interprétation de la règle de droit. Elle est saisie sur recours,
le pourvoi, exercé par un particulier ou par le parquet (ministère public). Lorsque la décision
comporte une violation de la loi, l’affaire est renvoyée devant une juridiction pour y être
rejugée. Dans le cas contraire, le « pourvoi » est rejeté.

§3- LE CHEMINEMENT D’UNE INSTANCE DEVANT LES JURIDICTIONS

35. Dans une société de droit, personne ne peut se faire justice lui-même. La réalisation
contentieuse des droits passe la voie du procès1 au cours duquel le juge établira les droits des
plaignants. Non seulement le droit définit les prérogatives accordées aux individus mais il
pose aussi des règles juridiques distinctes qui ont spécialement pour objet de fournir aux
titulaires des droits subjectifs2 le moyen, au cas où ces droits seraient méconnus ou violés, de
les faire respecter, d’en assurer la mise en œuvre et la sanction.

A) Définitions

36. LA PROCEDURE est l’ensemble des règles de forme et les délais qui doivent être respectés
pour l’exercice d’une action en justice. L’ACTION EN JUSTICE est le droit, pour l’auteur d’une
prétention, d’être entendu sur le fond de celle-ci afin que le juge la dise bien ou mal fondée ;
Pour l’adversaire, l’action en justice est le droit de discuter du bien fondé de cette prétention.

37. Si l’action en justice est un droit celui-ci est néanmoins soumis à conditions. Il faut avoir
intérêt (pas d’intérêt, pas d’action) ; l’intérêt doit être légitime (il faut que la demande ait des
conséquences pratiques), né et actuel, direct et personnel. Il faut, en outre, avoir qualité. La
qualité est le titre qui permet au plaideur d’exiger d’un juge qu’il statue sur le fond d’un litige.
La qualité s’apprécie en fonction de la nature du litige. Par exemple, l’action en divorce est
seulement ouverte à ceux qui ont la qualité d’époux ; l’action en nullité relative n’est ouverte
qu’à celui que la loi protège. La qualité s’apprécie encore en fonction de l’intérêt invoqué par
le plaideur. Il en va, par exemple, de l’action du ministère public3 ou d’un syndicat4 ou d’une
association de consommateurs. Enfin, il faut avoir capacité. La capacité est l’aptitude, au
regard du droit, d’être titulaire de droits (capacité de jouissance) et de les exercer (capacité

1
Le procès est d’abord un rituel.
2
Les droits subjectifs sont des prérogatives que le droit objectif confère aux individus. Ces prérogatives sont
dites droits subjectifs parce qu’elles ont un sujet qui est leur titulaire.
3
Voir supra n°23.
4
L’article L. 411-1 du Code du travail dispose que « les syndicats professionnels ont exclusivement pour objet
l’étude et la défense des droits ainsi que des intérêts matériels et moraux, tant collectifs qu’individuels, des
personnes visées par leurs statuts » ; l’article L. 412-11 du Code du travail vise précisément le droit d’ester en
justice pour la défense des intérêts collectifs de la profession.

12
d’exercice). Certaines personnes ne disposent pas de la faculté d’exercer leurs droits ; ils sont
dits, au sens du droit, incapables (mineurs, majeurs sous tutelle). Dépourvu du droit d’agir
directement en justice, l’incapable sera représenté à l’action1.

Les actions en justice sont soit personnelles (droit de créance, état des personnes) soit réelles
(droit de propriété) et les droits prétendus réels ou personnels peuvent concerner soit un
meuble soit un immeuble (action mobilière ou action immobilière).

B) Acteurs

Le procès civil est la « chose » des plaideurs mais pour pouvoir être rendue, la Justice recoure
à des magistrats et à des auxiliaires de justice.

38. LES MAGISTRATS sont des professionnels qui ont, pour certains, des fonctions différentes.
Les magistrats du siège ont pour fonction de juger et sont donc indépendants (principe
d’inamovibilité) alors que les magistrats du ministère public ou parquet sont chargés de
représenter les intérêts de la Société et de l’État.

39. LES AUXILIAIRES DE JUSTICE sont des personnes qui concourent au fonctionnement de la
Justice sans être rémunérées par une autorité publique.
L’AVOCAT est celui qui, étant soumis à la discipline d’un barreau, conseille en matière
juridique, judiciaire et fiscale, représente ou assiste ses clients en justice. L’avocat est inscrit à
un barreau établi auprès de chaque tribunal de grande instance.
L’HUISSIER DE JUSTICE est un officier ministériel dont les tâches sont multiples. Par exemple,
il a pour mission de porter à la connaissance de l’adversaire les actes de procédure et les
décisions de justice, d’assurer l’exécution des décisions de justice (saisies, expulsions) ou
encore de constater certains faits ou situations (constats).

C) La demande initiale en justice

40. On a dit que le président2 de chaque juridiction constitue, à lui seul, une juridiction à part
entière, le juge des référés. Ce pouvoir particulier confié par la loi à ce juge permet d’aborder
ici la distinction entre une demande en justice au fond et une demande en référé. Mais dans
les deux situations l’instance se présente comme une série d’actes de procédure allant de la
demande jusqu’au jugement.

1- Le référé

41. Le président de chaque juridiction possède le pouvoir particulier de rendre des


ordonnances de référé. Le référé est une procédure rapide qui permet à une partie, en cas
d’urgence, d’obtenir :
- une mesure qui ne se heurte à aucune contestation sérieuse ou que justifie l’existence d’un
différent,

1
C’est la représentation ad agendum qui ne doit pas être confondue avec la représentation ad litem qui est le
mandat donné à autrui, en général un avocat, d’accomplir à sa place et en son nom des actes de procédure.
2
Voir supra n°22.

13
- une mesure conservatoire ou de remise en état qui s’impose pour prévenir un dommage
imminent ou faire cesser un trouble manifestement illicite
- une provision ou l’exécution en nature de l’obligation, si celle-ci n’est pas sérieusement
contestable1.

2- La demande au fond
(Voir annexe 7 : schéma du cheminement d’une instance)

42. Une demande contentieuse est, en principe, introduite par une ASSIGNATION A
COMPARAITRE. C’est un acte formaliste, c’est-à-dire qui comporte des mentions obligatoires
(nom du demandeur, domicile, objet de la demande, constitution d’avocat) à peine de nullité.
C’est un acte de procédure qui nécessite de faire appel à un huissier de justice. L’assignation
sera remise au défendeur 15 jours au moins avant la date prévue pour l’audience. L’huissier
de justice saisira le tribunal en remettant une copie de l’assignation au greffe. Toutefois, dans
certains cas (par ex. demande devant le tribunal d’instance pour un litige dont le montant est
inférieur à 3 800 euros), il est possible de saisir directement le tribunal d’instance par simple
déclaration écrite ou orale déposée au greffe du tribunal. Il en va de même devant le conseil
de prud’hommes sans condition.

43. Cette demande initiale a pour effet :


- à l’égard du juge : de l’obliger à rendre une décision de justice (déni), de répondre à tous les
chefs de demande (principe dispositif2), d’obliger le juge à se placer au jour de la demande
pour rendre sa décision (caractère déclaratif de la demande). Cela signifie que le jugement ne
créé pas une situation juridique, il n’attribue pas un droit au demandeur. Le juge ne fait que
reconnaître l’existence d’un droit (si les conditions en sont remplies) dont la valeur préexistait
à la saisine. Dans ces conditions, le juge pour juger doit se placer au jour où la demande est
introduite3.

- à l’égard des parties : la demande initiale forme le lien d’instance. Cela a notamment pour
effet d’interrompre la prescription (consolidation d’une situation juridique par l’écoulement
du temps), de faire courir les intérêts (somme d’argent destinée à réparer un préjudice le plus
souvent liée à l’inexécution d’une obligation).

44. Dès lors que la juridiction est saisie, l’affaire est mise au rôle et distribuée au rôle d’une
formation de jugement. Si les plaideurs ne font aucun acte de procédure dans un délai de 4
mois, le lien d’instance est déclaré caduc, c’est-à-dire éteint d’office. Toutefois, la procédure
pourra être recommencée si la prescription n’a pas œuvré.

45. Si les plaideurs sont actifs, une date d’audience sera alors fixée. Deux hypothèses peuvent
se présenter. Si le dossier n’est pas en l’état d’être jugé (souvent des mesures d’instruction
comme une expertise sont nécessaires) une nouvelle date d’audience sera fixée. Si le dossier
est en état, l’audience des plaidoiries peut avoir lieu. Les avocats vont plaider, le débat est

1
Par exemple, lorsqu’un employeur ne paie pas le salaire de son employé.
2
Principe en vertu duquel les plaideurs conservent la liberté d’entamer le procès, de lui donner le contenu qu’ils
désirent (chefs de demande) de le suspendre, de l’arrêter. Le juge est lié par le cadre du procès tel que les parties
l’ont défini. Il ne peut en modifier les demandes.
3
A l’exception des actions en responsabilité pour lesquelles les dommages-intérêts sont appréciés au jour où le
jugement est rendu afin que les intérêts de la victime ne soient pas lésés).

14
public. A la fin des plaidoiries, le débat est clos, le juge peut rendre sa décision mais, le plus
souvent, il fait fixer un jour pour le délibéré.

46. Plusieurs principes gouvernent le déroulement du procès. Ainsi, l’article 6 de la


convention européenne des droits de l’homme dispose que « toute personne a droit à ce que sa
cause soit entendue équitablement, publiquement et dans un délai raisonnable, par un tribunal
indépendant et impartial, établi par la loi, (…). Un autre principe essentiel est celui du
CONTRADICTOIRE défini par l’article du 15 Nouveau code de procédure civile qui dispose que
les parties doivent se faire connaître mutuellement en temps utile les moyens de fait sur
lesquels elles fondent leur prétentions, les éléments de preuve qu’elles produisent, et les
moyens de défense qu’elles invoquent, afin que chacune soit à même d’organiser sa
défense ».L’article 16 du même Code impose au juge de faire observer et d’observer lui-
même, en toutes circonstances ce principe. Il en résulte que le juge ne peut retenir, dans sa
décision, les moyens, les explications et les documents invoqués ou produits par les parties
que si elle celles-ci ont été à même d’en débattre contradictoirement.

47. Le jour de l’audience de délibéré, le juge va lire son jugement ; cela va épuiser son
pouvoir juridictionnel et sa décision, si elle a autorité de la chose jugée, n’a provisoirement
qu’une autorité simple. En effet, les plaideurs peuvent exercer dans les délais les voies de
recours. Ce ne serait qu’en l’absence de recours et passés les délais, que la décision
deviendrait irrévocable. On dit que la décision est « passée en force de chose jugée ».

48. Mais, en tout état de cause, la décision de justice rendue doit être exécutée ; le jugement
est d’ailleurs revêtu de la forme formule exécutoire -« Au nom du peuple français, en
conséquence la République française mande et ordonne à tous huissiers de justice, sur ce
requis, de mettre ledit arrêt (ou jugement) à exécution, aux procureurs (…) d’y tenir la main, à
tous commandants et officiers de la force publique de prêter main-forte lorsqu’ils en seront
légalement requis (…) »1-. Cependant, pour obtenir l’exécution de la décision (au premier
degré du jugement), il faut, en principe, attendre que les délais de recours soient passés.
Toutefois, l’exécution provisoire d’un jugement est possible avant que les délais de recours
soient écoulés à condition de l’avoir demandée au juge lors de l’audience. Le juge dira s’il
accorde ou non cette exécution provisoire.

D) Les voies de recours

1- L’appel

49. C’est la mise en œuvre du principe du double degré de juridiction. Toutes les décisions
des juges du premier degré sont en principe susceptibles d’appel à l’exception des décisions
rendues en premier et dernier ressort (par ex. : le juge d’instance statue en premier et dernier
ressort lorsque la somme en cause pendant le procès est inférieure à 3 800 euros mais alors le
pourvoi en cassation est possible). Ainsi, lorsque l’une des parties n’est pas satisfaite du
jugement, elle peut contester la décision, elle « peut faire appel » (on dit interjeter appel).

50. L’appel permet donc de faire réexaminer l’affaire, en fait et en droit, par une juridiction
supérieure : la cour d’appel. Le plaideur insatisfait par la décision a 1 mois suivant la
notification du jugement pour faire appel. Ce délai est très court mais il permet de stabiliser
les droits qui sont en cause. Si le délai est dépassé, le recours est alors irrecevable, le plaideur
1
Article premier du décret du 12 juin 1947.

15
est forclos et le jugement rendu par les premiers juges acquiert l’autorité de la chose jugée et
devient exécutoire.

51. Lorsque l’appel est fait dans les délais cela entraîne plusieurs conséquences. En premier
lieu, l’exécution du jugement attaqué est suspendue (effet suspensif de l’appel). En second
lieu, les juges de la cour d’appel ne pourront examiner que les questions sur lesquelles une
nouvelle décision est demandée. A défaut, c’est le jugement, dans son entier, qui sera
transporté dans tous ses aspects devant la cour d’appel (effet dévolutif).

52. Les juges de la cour d’appel peuvent au regard du jugement rendu soit confirmer la
décision des premiers juges (jugement confirmatif) et ce sont les juges de cette juridiction qui
seront chargés de l’exécution de celle-ci, soit réformer le jugement des premiers juges
(jugement infirmatif). Dans ce cas, il appartient à la cour d’appel de faire exécuter son arrêt
lequel n’a pas encore force de chose jugée puisqu’il existe une ultime voie de recours, le
pourvoi en cassation.

2- Le pourvoi en cassation

53. La Cour de cassation est la plus haute des juridictions civiles et pénales. Elle ne constitue
pas un troisième degré de juridiction. Sa mission est de vérifier que les décisions des juges
sont conformes à la loi. Elle ne réexamine pas les faits mais fixe le sens dans lequel doit être
appliquée la règle de droit. Le pourvoi en cassation n’est donc pas une voie de réformation
d’une décision de justice. Le pourvoi en cassation est donc une « voie de recours
extraordinaire ».

54. Le pourvoi est ouvert contre un arrêt de la cour d’appel ou contre une décision du tribunal
d’instance rendue en dernier ressort (litige d’un montant inférieur à 3 800 euros). A la
différence de l’appel, le pourvoi en cassation n’a pas d’effet suspensif. Tout au contraire
même, l’une des conditions du pourvoi en cassation est que celui qui a perdu son procès ait
commencé à exécuter la décision de justice le condamnant1. Le pourvoi en cassation doit être
exercé dans un délai de 2 mois à compter de la notification de la décision déferrée à la Cour
de cassation.

55. La décision de la Cour de cassation peut prendre deux formes, soit un arrêt de rejet soit un
arrêt de cassation.
a) Si la Cour de cassation estime qu’il y a eu violation de la règle de droit, elle casse la
décision qui lui a été soumise. Si elle le juge utile, elle renvoie l’affaire devant une juridiction
du même type que celle qui avait rendu la décision « cassée » pour qu’elle soit jugée à
nouveau.
b) Si la Cour de cassation estime que la juridiction a bien appliqué le droit, elle rejette le
pourvoi. La décision attaquée devient définitive et doit être exécutée. Le litige définitivement
tranché ne peut plus être remis en question.

1
En effet, le pourvoi n’a pas d’effet suspensif, il n’empêche donc pas l’exécution de la décision attaquée (article
579 du Nouveau Code de Procédure civile).

16
§4- LE DROIT DE LA PREUVE

A) La charge et l’objet de la preuve

56. « Le droit sans sa preuve n’est rien ». Cette formule doit néanmoins être expliquée. En
effet, il importe de distinguer les conditions d’existence d’un droit et la preuve de ce droit. Par
exemple, un contrat portant sur une somme d’argent supérieure à 800 € est valablement formé
par la seule rencontre de deux volontés. Toutefois, en cas de litige entre les parties à ce
contrat, le débiteur ne veut pas payer le prix, la loi impose au créancier de démontrer
l’existence de sa créance par un acte écrit. Il en résulte que lors du procès, si le titulaire d’un
droit n’est pas en mesure d’en faire la preuve, il est en danger de ne pouvoir exercer son droit.

En France, le droit de la preuve est réglé par la loi qui va fixer les moyens de preuve qui
peuvent être produits lors d’un procès. Mais c’est toujours à celui qui réclame un droit de le
prouver.

1- La charge de la preuve

57. La charge de la preuve revient, en principe, à celui (le demandeur) qui réclame quelque
chose en justice. Par exemple, concernant les obligations, l’article 1315 alinéa 1 du Code
civil, énonce que celui qui réclame l’exécution d’une obligation doit le prouver, afin qu’il soit
fait droit à sa demande. La charge de la preuve repose donc sur le demandeur. En effet, en
droit, on présume que personne ne doit rien à personne ; c’est donc à celui qui se prétend
créancier de prouver l’existence de l’obligation1.
Il y a alors deux solutions. Si le demandeur ne rapporte pas la preuve de sa prétention, il perd
le procès qu’il avait lui-même initié. En revanche, si le demandeur fournit sa preuve, le
défendeur pourra faire valoir contre le demandeur des moyens de défense, ce sera alors à lui
(le défendeur) d’établir le bien fondé de sa riposte, article 1315 al. 2 du Code civil
(réciproquement, celui qui se prétend libérer doit justifier le paiement ou le fait qui produit
l’extinction de son obligation). En somme il devient demandeur à son tour. La charge de la
preuve pèse donc alternativement sur chacun des adversaires au fur et à mesure qu’ils
allèguent de nouveaux faits.

58. Toutefois, ce système est assez théorique parce que dans la réalité le défendeur a tout
intérêt à combattre d’entrée de jeu les moyens invoqués contre lui en proposant ses propres
preuves. Autrement dit, les parties apportent sans distinction leur contribution à la recherche
de la vérité, alors même qu’elles n’y sont pas obligées. En outre, l’article 11 alinéa 1 du
NCPC dispose que chacun est tenu d’apporter son concours à la justice en vue de la
manifestation de la vérité. En outre, la loi opère un renversement de la charge de preuve. Dans
ce cas, le demandeur n’est plus tenu de prouver mais seulement d’alléguer un fait dont le
défendeur, en revanche, devra apporter la preuve contraire. C’est le cas notamment en matière
de discriminations ou encore lorsque la loi dispose que la bonne foi est toujours présumée, et
que c’est à celui qui allègue la mauvaise foi de la prouver (art. 2228 civ.).
Enfin, on observera que le juge n’est pas, de ce point de vue, un acteur passif du procès. Tout
au contraire, puisque le juge a la faculté d’ordonner à l’une des parties de présenter tout
élément de preuve et d’enjoindre à un tiers la production de documents qui sont en sa

1
Le régime légal du droit de la preuve n’est pas d’ordre public. Par exemple, par accord, il est possible de
modifier la charge de la preuve.

17
possession (art. 10 NCPC). Cette injonction peut être dressée sous astreinte et, en cas de refus,
le juge pourra en tirer toutes les conséquences utiles.

2- L’objet de la preuve

59. Selon l’article 9 du nouveau Code de procédure civile, il incombe à chaque partie de
prouver conformément à la loi les faits nécessaires au succès de sa prétention. Il en résulte
ainsi que l’élément de droit (c’est-à-dire la règle) ne nécessite pas de preuve alors que
l’élément de fait en est l’objet. Il en va cependant différemment pour la coutume comme pour
une règle de droit étrangère1. Ainsi, l’existence d’une coutume et sa teneur devront être
prouvées par celui qui s’en prévaut.

60. Quant aux faits, le fait à prouver est celui qui va déclencher l’application de la règle de
droit. Dans ce cas, la preuve des faits est indispensable pour que le juge puisse discerner la
vérité entre des affirmations le plus souvent contradictoires. En principe, le fait prouvé doit
être pertinent et concluant c’est-à-dire utile et avoir une incidence sur la solution. Toutefois,
dans certaines situations, un fait ne peut pas être directement prouvé parce que la
démonstration est impossible à faire. Par exemple, en matière d’assurance vie, il est très
difficile de prouver que la personne ne s’est pas suicidé mais il sera plus facile de démontrer
la cause accidentelle du dommage. C’est ce que l’on appelle une preuve par présomption.
Dans tous les cas, c’est le juge qui est souverain pour apprécier la pertinence des éléments de
preuve.

B) Les modes de preuve

Le Code civil organise le droit de la preuve en indiquant quels sont les moyens pour prouver
et en précisant leur recevabilité. Effectivement, tous les moyens de preuve ne sont pas bons
selon ce qui doit être prouvé.

1- Les différents moyens de preuve

Le Code civil reconnaît traditionnellement cinq moyens de preuve : la preuve littérale, la


preuve testimoniale, les présomptions, l’aveu et le serment. On distingue traditionnellement
les preuves pré-constituées des preuves a posteriori.

a) Les preuves pré-constituées


La preuve pré-constituée résulte d’un écrit. Elle a, par principe, une valeur objective. Il existe
deux types d’écrits.

1
En effet, un magistrat français peut avoir à appliquer une règle de droit étrangère dans un procès qu’il doit
trancher.

18
a-1) L’acte authentique
61. L’acte authentique est celui qui est reçu par un officier public ayant le droit d’instrumenter
suivant les formalités requises, art. 1317 du Code civil.
Pour être valable, cet acte doit être dressé par un officier public. Il doit également être rédigé
en français, timbré, enregistré et signé par l’officier et les parties à l’acte. C’est donc un acte
formaliste.
Il en résulte des conséquences importantes puisque la loi dispose que l’acte authentique fait
pleine foi de la convention qu’il renferme entre les parties contractantes et leurs héritiers ou
ayants cause. Il convient néanmoins de distinguer l’origine de l’acte qui vaut jusqu’à
inscription en faux et le contenu de l’acte selon ce que doit vérifier l’officier (mention sous
contrôle fait foi jusqu’à inscription de faux) et les simples énonciations qui font foi jusqu’à
preuve contraire.

a-2) L’acte sous seing privé


62. L’acte sous seing privé est simplement celui qui est signé par celui qui s’oblige. Cet acte
peut constater un engagement synallagmatique. Lorsque l’acte sous seing privé contient une
convention synallagmatique, il n’est valable que s’il a été fait en autant d’originaux qu’il y a
de parties ayant un intérêt distinct. A défaut, l’acte ne vaut que comme commencement de
preuve par écrit. Lorsque l’acte sous seing privé constate l’engagement d’une seule partie
s’engageant envers une autre à lui payer une somme d’argent ou à lui verser un bien fongible,
cet acte doit être constaté dans un écrit qui comporte la signature de celui qui souscrit cet
engagement ainsi que la mention, écrite de sa main, de la somme ou de la quantité en toutes
lettres et en chiffres. En cas de différence, l’acte sous seing privé vaut pour la somme écrite en
toutes lettres.
Les énonciations contenues dans l’acte sont présumées exactes ; elles valent jusqu’à preuve
du contraire. Mais pour prouver contre un écrit, il faut un écrit.
Enfin, on notera que la date de l’acte a ici une grande importance puisqu’elle crée une
situation juridique1. Or, comme la fraude est ici possible, à l’égard des tiers à l’acte la loi
prévoit que les actes sous seing privé n’ont de date contre les tiers que du jour où ils ont été
enregistrés, du jour de la mort de celui ou de l’un de ceux qui les ont souscrits, ou du jour où
leur substance est constatée dans les actes dressés par des officiers publics, tels que procès-
verbaux de scellé ou d’inventaire.

63. A côté de l’acte authentique ou de l’acte sous seing privé, il existe d’autres actes écrits.
Les lettres peuvent parfois être invoquées. Pour cela, elles doivent être en la possession
régulière2 de celui qui les invoque et le secret des correspondances doit être respecté. Si ces
conditions sont remplies, la lettre sera traitée comme un acte sous seing privé.
Les actes authentiques ou sous seing privés peuvent être copiés. La copie de l’acte
authentique s’appelle une minute. Cette copie de l’acte ne vaut que s’il est revêtu des
signatures originales. L’acte est appelé acte récognitif. Toutes les copies ont pour effet de
rendre admissible la preuve complémentaire par témoignage ou présomption.

1
Par exemple, une personne vendant un appartement pourrait antidater un contrat de bail pour obliger le
nouveau propriétaire.
2
Par exemple, la lettre ne doit pas avoir été volée.

19
b) Les preuves a posteriori

64. LE SERMENT est une déclaration solennelle faite devant un juge. Le serment est dit
décisoire lorsqu’une partie les défère à l’autre partie en lui demandant de jurer. Si le plaideur
jure, il gagne le procès ; s’il ne jure pas, il perd le perd. Mais dans certains cas, le juge peut
demander à un plaideur de jurer ; le serment est alors dit supplétoire et permet de compléter
un commencement de preuve par écrit. La portée pratique de ce mode de preuve est minime.
Toutefois, la pratique du serment est très présente lors de l’intégration d’une personne à un
corps professionnel. On pense bien sûr au serment d’Hippocrate mais le juge prête aussi
serment1.

65. L’AVEU JUDICIAIRE intervient au cours du procès ; c’est la reconnaissance par une
personne de l’exactitude d’un fait, par exemple reconnaître que l’on doit une somme d’argent
à quelqu’un.

66. LE TEMOIGNAGE est une déclaration faite par une personne sur des faits dont elle a eu
personnellement connaissance. Mais le témoignage indirect, appelé par commune renommée
ou par ouï-dire, est parfois admis.

67. LA PRESOMPTION DE FAIT est la conséquence que le juge peut tirer d’un fait connu ou
établir un fait inconnu à condition que ces faits soient précis, graves et concordants. Plus
qu’un mode de preuve, la présomption de fait est, en réalité, un mode de raisonnement du
juge. Par exemple, lors d’un accident de la route la vitesse de l’automobile sera déduite des
traces laissées par les pneus lors du freinage.

2- L’admissibilité des différents moyens de preuve

68. La règle ne peut pas être uniforme car ce qui est à prouver est soit un fait juridique soit un
acte juridique. Par nature, il n’est pas possible d’organiser, à l’avance, la preuve des faits
juridiques qui sont des évènements qui vont produire des effets de droit mis qui sont
involontaires ou imprévus. Il en va différemment des actes juridiques dont les effets sont
voulus.

69. Pour LES FAITS JURIDIQUES, le principe est celui de la liberté de la preuve. Mais en tout
état de cause le moyen de preuve doit être loyal. Ainsi, l’utilisation les photos,
enregistrements pour être recevables doivent, d’une part, respect la vie privée de l’individu et,
d’autre part, ne pas s’effectuer à l’insu de la personne. D’une manière générale, en droit civil
les exigences d’un procès équitables impliquent que les moyens de preuve soient soumis au
principe du contradictoire.2

70. Pour LES ACTES JURIDIQUES, le principe est celui de la preuve par écrit ; il est donc interdit
de prouver par témoins contre et outre le contenu d’un écrit. En effet, il doit être passé un écrit
(acte authentique ou sous seing privé) pour toutes les sommes excédant le seuil de 800 €. Il
faut donc comprendre qu’en dessous de 800 € le régime de la preuve des actes juridiques est
libre. Il existe cependant des exceptions à ce principe. Tout d’abord, il se peut qu’il existe un

1
Je jure de bien et fidèlement remplir mes fonctions, de garder religieusement (sic) le secret des délibérations et
de me conduire en comme un digne et loyal magistrat.
2
Il en va différemment en matière pénale.

20
commencement de preuve par écrit. On appelle ainsi tout acte par écrit qui émane de celui
contre lequel la demande est formée, ou de celui qui représente, et qui rend vraisemblable le
fait allégué. Le plaideur peut avoir alors recours à tout moyen licite de preuve. Il se peut,
ensuite, qu’il soit impossible de produire un écrit1. Dans ce cas encore, il peut être recouru à
tout moyen de preuve. Enfin, en droit commercial et entre commerçants, les actes peuvent se
prouver par tout moyens.

71. Du reste avec l’avancée des techniques permettant la dématérialisant des supports, la loi a
dû s’adapter. Ainsi, le texte n’est plus écrit sur du papier mais sur un écran. L’écrit est donc
rendu indépendant du support papier mais reste un écrit. Afin de garantir ces documents
électroniques, la loi a mis en place un système complexe d’authentification par la voie d’une
signature électronique. Selon, l’art. 1316-4 civ. la signature électronique est « un procédé
fiable d’identification garantissant son lien avec l’acte auquel il s’attache ». La fiabilité d’un
procédé de signature électronique est présumée jusqu’à preuve contraire lorsque ce procédé
met en oeuvre une signature électronique sécurisée, établie grâce à un dispositif sécurisé de
création de signature électronique et que la vérification de cette signature repose sur
l’utilisation d’un certificat qualifié.

§5- LES SOURCES DU DROIT

72. Il s’agit ici d’examiner les sources formelles du droit, c’est-à-dire les formes obligées et
prédéterminées qui doivent être, parmi toutes les règles, celles des règles de droit. La France
est un pays de droit écrit mais ce corps de règles n’est pas homogène. La réalité amène à
constater le pluralisme des règles de droit. Aussi, il importe de distinguer les règles
institutionnalisées (écrites) d’autres règles comme la coutume et la jurisprudence.

Mais auparavant, deux principes essentiels organisant l’ordonnancement des règles doivent
être rappelés :

1°) le principe de la séparation des pouvoirs (Montesquieu). Il gouverne la production du droit


en France.
Ces trois pouvoirs sont :
- le pouvoir législatif qui édicte les règles de droit,
- le pouvoir exécutif qui doit en assurer la mise en application et l’exécution
- le pouvoir judiciaire qui est chargé, en cas de violation des règles, d’en assurer la sanction.

2°) le principe de la hiérarchie des sources. Il en résulte que toute règle de niveau inférieur
doit impérativement être conforme à une règle de niveau supérieur.

1
Par exemple, il a été détruit à la suite d’un événement ou une personne ne peut demander à une autre personne
un écrit en raison d’un lien familial.

21
A) Typologie

1- Les règles institutionnelles


73. En droit français, la hiérarchie s’établit ainsi :
Constitution
Traités dont droit européen
Lois « ordinaires »
Règlements dont décrets et arrêtés
Circulaires

74. En effet, La hiérarchie des règles de droit traduit leur ordonnancement au sein d’un ordre
juridique. « L’ordre juridique n’est pas un système de normes juridiques placées toutes sur un
même rang, mais un édifice à plusieurs étages, une pyramide ou hiérarchie formée d’un
certain nombre d’étages ou de couches de normes juridiques », Hans Kelsen (1881-1973), in
Théorie pure du droit.

75. LA CONSTITUTION est la loi fondamentale à laquelle toutes les règles de droit doivent être
conformes. La Constitution est, en France, un ensemble de règles écrites qui détermine la
forme de l’État, la dévolution et l’exercice du pouvoir. Son mode d’adoption particulier lui
confère une force juridique qui la situe à la première place dans la hiérarchie des règles de
droit.

76. LES TRAITES occupent une place originale dans l’ordonnancement juridique français. Ils
doivent être conformes à la Constitution et, si cela est le cas, ils vont primer sur la loi. Les
traités sont des normes supra nationales par lesquelles l’État français s’engage avec un ou
plusieurs autres États. Mais, pour que ce traité s’applique, il faut que ce traité ait été ratifié,
qu’il soit conforme à la Constitution, ce qui nécessite parfois une révision de cette dernière
(ex. : traité de Maastricht) et que le traité soit également appliqué par l’autre État (condition
de réciprocité).
Dans ce domaine, le droit communautaire tient une place importante. Il est constitué du droit
originaire (les traités instituant la communauté européenne) et du droit dérivé c’est-à-dire des
règles de droit prises par les institutions nées de ce droit originaire. Techniquement, seul le
Conseil constitutionnel est compétent pour produire des normes, règlements et directives. Il
faut souligner que les juridictions françaises ont, par des décisions remarquables, confirmé la
place prépondérante des règles du droit européen. Ainsi, la Cour de cassation puis le Conseil
d’État ont décidé d’écarter l’application d’une loi française contraire au droit communautaire
en affirmant que « le traité [de Rome -1957-] en vertu de l’article 55 de la Constitution a une
autorité supérieure à celle des lois instituant un ordre juridique propre intégré à celui des États
membres ; qu’en raison de cette spécificité, l’ordre juridique créé est directement applicable
aux ressortissants de ces États membres et s’impose à leur juridiction ».

77. Ces différentes normes sont produites par des organes spécifiques qui relèvent du droit
interne de l’Union Économique et non de l’ordre international. Ce système comporte cinq
institutions :
Le Conseil européen. Réunissant les chefs d’États ou de gouvernement (tous les 6 mois), il
impulse la politique de l’Union en prenant les décisions les plus importantes sans pourtant
leur donner forme juridiquement faute d’être doté de la personnalité juridique. Ses
conclusions sont donc remises au conseil des ministres et au Parlement.

22
Le Parlement. Ces membres sont élus tous les 5 ans au suffrage universel direct. Ces
pouvoirs se sont accrus. Il a des prérogatives en matière budgétaire, il contrôle politiquement
la Commission qu’il peut démettre et dispose d’un pouvoir normatif partagé. Il n’a pas de
pouvoir d’édiction autonome de norme mais participe par voie de concertation et surtout
depuis 1999 par voie de codécision à l’élaboration des textes européens.
Le conseil des ministres européens. Il est composé des ministres des États membres selon la
nature des dossiers à traiter. Sa présidence est assurée à tour de rôle pour une période de 6
mois. C’est le siège du pouvoir exécutif. Les normes sont adoptées soit à la majorité (simple
ou qualifiée) soit à l’unanimité. Il agit en principe sur proposition de la Commission.
La commission. Elle est composée de commissaires désignés par les États pour une durée de
5 ans. Ses membres exercent leur mission en toute indépendance dans l’intérêt des
communautés. Elle est l’organe permanent de l’Union qui en fait l’organe de représentation
dans les relations internationales. Elle est en outre chargée d’impulser la politique européenne
et veille à l’exécution du droit communautaire.
La CJCE. Composée de 15 juges nommés pour 6 ans, elle a pour mission générale d’assurer
le respect du droit dans l’interprétation et l’application des traités. Le développement du
contentieux a conduit en 1988 à la création d’un tribunal de 1ère instance, notamment
compétent pour les connaître des recours directs formés par les personnes autres que les États
ou les institutions.
(Voir annexes 8 et 9 : les grandes dates de la construction européenne et tableau récapitulatif
sur les institutions).

78. LA LOI ORDINAIRE est votée par le Parlement (Assemblée et Sénat) et son champ
d’application est déterminée par l’article 34 de la Constitution. Le Parlement ne peut donc
édicter des règles (au sens formel, lois) que dans des domaines limités. Comme la
Constitution est la source suprême du droit, la loi doit lui être conforme. Ce contrôle de
conformité est assuré par le Conseil constitutionnel. Toutefois, il ne peut pas s’autosaisir pour
effectuer ce contrôle ni être saisi par les citoyens. Le contrôle de constitutionnalité est
déclenché à l’initiative du Président de la République, du Président de l’Assemblée nationale,
du Sénat ou de soixante députés ou sénateurs. Ce contrôle ne peut avoir lieu que lorsque la loi
n’a pas été encore promulguée. Si tel est le cas, la loi, même contraire à la Constitution, fera
partie intégrante du droit positif. Seul un texte de même nature, une loi donc, pourrait la
modifier ou l’abroger.

79. LES REGLEMENTS désignent, d’une façon générique, les règles édictées par le pouvoir
exécutif. Celui-ci intervient dans les domaines pour lesquels le Parlement n’est pas
compétent.
En principe, les actes du pouvoir exécutif sont pris en application d’une loi ; ce sont des
décrets d’application. Ce texte va préciser une loi édictée par le Parlement qui a disposé sur
les principes généraux. Par exemple, la loi établit que le Tribunal d’instance est compétent
pour « les petites affaires civiles », c’est-à-dire celles dont le montant est inférieur à une
certaine somme d’argent. Dans ce cas, il appartient au pouvoir exécutif, le Gouvernement, de
fixer cette somme (8 100 euros).
Le Gouvernement peut néanmoins intervenir dans des domaines où il a une entière liberté
parce que le Parlement, pour ce domaine, n’a pas de compétence. On parle alors de règlement
autonome. Par exemple, les règles qui organisent la procédure civile relèvent de règlements
autonomes.

80. LES CIRCULAIRES posent en droit français un problème particulier. La circulaire est une
instruction émanant d’une autorité administrative adressée à des agents subordonnés de cette

23
administration. La circulaire est donc en principe un document interne à l’administration qui a
pour objet de faire connaître la position de l’administration (parfois d’un ministre, on parle de
circulaire ministérielle) ; elle donne une interprétation de la loi. La circulaire est normalement
dépourvue de toute force juridique à l’encontre des administrés et, surtout, elle ne lie pas un
juge dans sa mission d’interprétation de la règle de droit.
Toutefois, à ce principe il existe des exceptions. Ainsi, en droit fiscal, pour des raisons de
sécurité juridique, une circulaire dérogeant à la loi fiscale de façon plus favorable, pourra être
opposée par un contribuable à cette administration. Ainsi, encore, une circulaire peut avoir
force juridique lorsque la circulaire prise par un ministre donne une instruction dans un
domaine où le pouvoir exécutif a le pouvoir d’édicter des règles.

2- La coutume

81. Bien que la France soit un pays de droit écrit, l’ordre juridique admet d’autres règles
issues notamment du corps social. C’est le cas de la coutume qui est bien une règle même si
elle n’est pas édictée par les pouvoirs publics. La coutume est issue d’un usage général
(souvent local), constant et de la croyance en l’existence d’une sanction à l’observation de cet
usage. Elle constituera une source de droit à condition de ne pas aller à l’encontre d’une loi.

3- La jurisprudence

82. Le juge a pour mission de dire le droit lorsqu’un litige lui est soumis. Mais, il résulte du
principe de la séparation des pouvoirs que le juge ne peut pas se substituer au législateur (le
Parlement). Aussi, l’article 5 du Code civil interdit aux juges de se prononcer par voie de
disposition générale et réglementaire. Cela signifie que le juge ne peut pas créer une règle de
droit. Surabondamment, l’article 1351 du même Code rappelle que l’autorité d’une décision
est relative, c’est-à-dire que la sentence judiciaire ne concerne que les plaideurs en litige.
Pourtant, le juge ne peut pas refuser de juger alors même qu’un texte de loi n’existerait pas ou
qu’il serait insuffisant, ce serait un déni de justice. Dans de telles hypothèses, il sera amené
sinon à créer, du moins, à interpréter une règle de droit.
Partant de là deux phénomènes vont conduire à faire de la décision des juges une source à part
entière du droit. En premier lieu, au niveau d’une même formation de jugement, il semble
évident qu’un juge ayant interprété une règle une première fois maintiendra son interprétation
dans des situations similaires. En second lieu, la Cour de cassation est le juge du droit. En
faisant le « procès du procès » et occupant dans la hiérarchie judiciaire la première place, il en
résulte que son interprétation de la règle sera suivie par les juridictions du fond. La Cour de
cassation par ses décisions, sa jurisprudence, unifie, le droit.

B) Mise en application des normes, l’exemple de la loi

1- Élaboration de la loi

83. Au sens formel, la loi est le texte pris par les autorités ayant le pouvoir législatif, c’est-à-
dire l’Assemblée Nationale et le Sénat qui composent le Parlement, portant sur l’une des
matières énumérées à l’article 34 de la Constitution. La loi est élaborée selon une procédure
particulière.

24
84. Le dépôt d’une loi nécessite une initiative ; elle est concurrente au Premier Ministre (on
parle alors de projet de loi) et au Parlement (on parle ici de proposition de loi). Dès lors qu’un
texte de loi doit être voté, il doit être initialement déposé et mis à l’ordre du jour de
l’Assemblée Nationale. Le texte est alors étudié en commission (selon son objet) où il sera lu
et amendé. A la fin de ce travail, une discussion générale est organisée afin que les députés se
prononcent par vote sur le texte. La loi est votée lorsque la majorité a exprimé un vote
positif ; toutefois, la loi ne peut pas, en l’état entrer en vigueur. Elle doit être examinée par le
Sénat. Le Sénat peut, à son tour, amender le texte qui lui est transmis ; c’est la navette
législative. Il se peut donc qu’à l’issue de cette première navette le texte ait été effectivement
amendé par le Sénat. Or pour pouvoir être définitivement adopté la Constitution précise que le
texte doit être voté dans des termes identiques par l’Assemblée Nationale et le Sénat. En cas
de désaccord persistant après deux lectures ou si Premier Ministre déclare l’urgence, une
commission mixte de députés et de sénateurs est réunie. Si aucun accord est trouvé, le
Premier Ministre peut, après une ultime lecture devant chaque assemblée, demander à
l’Assemblée Nationale de statuer définitivement. Autrement dit, c’est l’avis de l’Assemblée
Nationale qui va primer.

85. Ce n’est donc qu’à l’issue de ce dernier vote de l’Assemblée Nationale que la
promulgation et la publication de la loi peuvent avoir lieu. Cependant, en vertu du principe de
hiérarchie des sources du droit, on sait que la Constitution est la source suprême du droit et,
qu’en conséquence, les lois doivent lui être conformes. C’est pourquoi un contrôle de
constitutionnalité peut être déclenché.
Ainsi, si le Conseil constitutionnel est saisi au cours du délai de quinze jours de promulgation,
il pourra, le cas échéant, déclarer, en tout ou partie, le texte inconstitutionnel. Ces éléments ne
peuvent alors plus être promulgués.

25
2- Application de la loi

86. Après que le Conseil Constitutionnel se soit prononcé, il revient au Président de la


République de prendre un décret qui va constater l’existence d’une loi et en ordonner
l’exécution. Le décret est contresigné par le Premier Ministre et les Ministres responsables ;
« la présente loi sera exécutée comme loi de l’État ». La loi doit enfin être publiée. C’est à
partir de la date de publication que la loi entre vigueur, qu’elle sera opposable à tous (nul
n’est censé ignoré la loi). Cette publicité est assurée par la publication de la loi au Journal
Officiel. Ainsi, à Paris la loi sera applicable un jour franc après sa publication ; en province ce
sera un jour franc après l’arrivée du Journal Officiel au chef lieu d’arrondissement.

87. Une fois entrée en vigueur, la loi est applicable pour une durée indéterminée (la règle de
droit a un caractère permanent). La loi ne prend donc fin que si elle est abrogée. L’abrogation
est de la compétence de l’autorité qui a pouvoir de faire la loi. L’abrogation peut être
expresse, c’est-à-dire qu’une loi en déclare une autre caduque soit totalement soit
partiellement. Mais l’abrogation peut être tacite lorsqu’une loi nouvelle est incompatible avec
une loi ancienne. Pour résoudre cette contradiction, on suppose, en principe, que la loi
nouvelle est meilleure et qu’elle doit donc recevoir application. Dans le cas où une règle
générale et une règle spéciale sont en conflit, la loi spéciale doit l’emporter sur la loi générale
(les lois spéciales dérogent aux lois générales).

3- Les conflits de loi

88. Tout acte ou tout fait juridique s’inscrit dans le temps, qu’ils produisent leurs effets en un
seul instant ou que ces effets s’étalent dans le temps. Comment doit être résolu le problème
lorsque deux lois ayant le même objet entrent successivement en vigueur ; quelle loi doit-on
appliquer ? Il faut distinguer trois situations : les situations passées, les situations en cours et
les situations à venir. On comprend que la difficulté se situe au niveau des situations en cours.
Selon l’article 2 du Code civil « la loi ne dispose que pour l’avenir; elle n’a point d’effet
rétroactif ».

a) La loi n’a pas d’effet rétroactif


89. Une loi nouvelle ne peut s’appliquer à des actes ou des faits passés sous l’empire d’une loi
ancienne. Deux régimes juridiques, ayant le même objet, vont donc se succéder, celui issu de
la loi ancienne pour les situations nées du temps où elle était en vigueur et la loi nouvelle pour
les situations postérieures à son entrée en vigueur. Il existe cependant des exceptions à ce
principe.
LA LOI PEUT ETRE EXPRESSEMENT DECLAREE RETROACTIVE, cela signifie que la loi va régir la
validité et les effets passés des situations juridiques nées avant sa promulgation.
C’est aussi le cas des LOIS PENALES PLUS DOUCES qui prévoient des sanctions pénales
moindres qui vont s’appliquer à des faits antérieurs à l’entrée en vigueur de la loi dès lors
qu’une condamnation définitive n’est pas intervenue.
Plus exceptionnellement, le législateur peut voter une LOI dite INTERPRETATIVE qui viendra
préciser le sens d’une première loi obscure ce qui justifie sa rétroactivité.

26
b) La loi nouvelle régit seule l’avenir
90. Parce que la loi nouvelle est réputée meilleure que la loi ancienne elle doit être
d’application immédiate. Mais en vertu du principe de non-rétroactivité, la loi nouvelle ne
pourra régir que les situations qui apparaissent postérieurement à son entrée en vigueur.
Cependant cette solution de principe n’est pas sans poser des problèmes. Par exemple, on peut
se demander si une loi nouvelle doit s’appliquer à un contrat bien que certains de ses éléments
aient déjà été réalisés sous l’empire d’une loi ancienne. Ici, ce n’est pas un problème de
rétroactivité de la loi car il n’est pas question de revenir sur des effets réalisés, il s’agit de
savoir si la loi ancienne abrogée va continuer à produire des effets futurs pour des événements
prochains nés de ce contrat. L’application du droit impose de bien déterminer la nature de la
situation en cause. Lorsque cette situation procède d’un contrat en cours, la loi nouvelle ne
s’appliquera pas immédiatement. La loi ancienne va donc continuer à produire ses effets
malgré la loi nouvelle pour des raisons de sécurité juridique. Ainsi, les effets d’un contrat sont
régis en principe par la loi en vigueur au moment où il est passé. Toutefois, le législateur peut
prévoir qu’une loi nouvelle s’applique immédiatement au contrat en cours. Le juge peut
également en décider lorsque cette loi nouvelle est d’ordre public c’est-à-dire qu’elle exprime
un intérêt social impérieux.

27
TABLE DES ANNEXES

Annexe 1 : Les infractions pénales

Annexe 2 : Les qualifications en droit du travail, S. Frossard, LGDJ 2000, extraits

Annexe 3 : Les chiffres clés de la justice en France

Annexe 4 : L’organisation judiciaire française

Annexe 5 : Les différentes formations de jugement

Annexe 6 : La compétence des juridictions

Annexe 7 : Le cheminement d’un litige devant les juridictions

28
LES INFRACTIONS PENALES

Contravention Amende < 3 000 euros

{
Peine d’emprisonnement (2
Délit mois à 10 ans au plus)
INFRACTIONS ou d’amende > à 3 000 euros

Peine de réclusion à temps ou


Crime
à perpétuité

LA PRESCRIPTION DES ACTIONS

Contravention 1 an

INFRACTIONS
{ Délit

Crime
3 ans

10 ans

LES JURIDICTIONS PENALES

Contravention Tribunal de Police

JURIDICTIONS
PENALES
{ Délit

Crime
Tribunal correctionnel

Cour d’Assises

A) Code pénal : principes généraux


Article 111-1 : Les infractions pénales sont classées, suivant leur gravité, en crimes, délits et
contraventions.

Article 111-2 : La loi détermine les crimes et délits et fixe les peines applicables à leurs auteurs.
Le règlement détermine les contraventions et fixe, dans les limites et selon les distinctions établies
par la loi, les peines applicables aux contrevenants.

Article 111-3 : Nul ne peut être puni pour un crime ou pour un délit dont les éléments ne sont pas
définis par la loi, ou pour une contravention dont les éléments ne sont pas définis par le règlement.
Nul ne peut être puni d' une peine qui n' est pas prévue par la loi, si l'
infraction est un crime ou un
délit, ou par le règlement, si l'
infraction est une contravention.

Article 111-4 : La loi pénale est d'


interprétation stricte.

Article 111-5 : Les juridictions pénales sont compétentes pour interpréter les actes administratifs,
réglementaires ou individuels et pour en apprécier la légalité lorsque, de cet examen, dépend la
solution du procès pénal qui leur est soumis
LES QUALIFICATIONS JURIDIQUES EN DROIT DU TRAVAIL, SERGE FROSSARD, LGDJ, 2000.
1- La qualification est l' une des opérations intellectuelles les plus familières au juriste, qui
l'
utilise quotidiennement. De même que monsieur Jourdain parle en prose sans s' en douter,
qualifier est un exercice tellement courant que l' on n' a pas forcément conscience de sa
réalisation. La racine du terme qualification provient du verbe latin "qualificare" qui signifie
"dire lequel parmi plusieurs". Ce sens premier exprime l' idée d'un choix. La qualification
juridique repose aussi sur l' idée de choix. Celui-ci est raisonné, fondé sur une identification,
une reconnaissance. En droit, Henri Capitant a défini la qualification comme la
"détermination de la nature d' un rapport de droit à l' effet de le classer dans l' une des
catégories juridiques existantes"' . Cette définition, en soulignant le résultat de classement
dans une catégorie, exprime bien l' idée d'un choix raisonné. La définition proposée par
monsieur Gérard Cornu est encore plus éclairante : il s' agit d'une "opération intellectuelle
d'analyse juridique, outil essentiel de la pensée juridique consistant à prendre en
considération l' élément qu' il s'
agit de qualifier (fait brut, acte, etc...) et à le faire entrer dans
une catégorie juridique préexistante (d' où résulte, par rattachement, le régime juridique qui
lui est applicable) en reconnaissant en lui les caractéristiques de la catégorie de
rattachement"' . On rend ainsi compte du mécanisme de l' opération de qualification. Le
classement auquel aboutit la qualification d' un fait ou d' un acte est possible parce qu' au
préalable ont été identifiés parmi les éléments caractéristiques de l' objet de la qualification les
critères d'une catégorie ou d' un concept juridique. Lorsque la rupture d' un contrat de travail
est qualifiée de licenciement pour motif économique, cela signifie qu' on a reconnu dans les
éléments de la rupture en cause les critères de la catégorie "licenciement pour motif
économique".
2. - Analysée sous l' angle de la logique, l' opération de qualification se présente idéalement
comme un syllogisme. Le raisonnement peut alors se décomposer en trois temps. Le premier
temps est l'énoncé d' une proposition à caractère général appelée prémisse majeure. On énonce
ensuite une seconde proposition, la prémisse mineure, relative à une situation particulière. De
la mise en relation des deux prémisses, on déduit la conclusion. Appliqué à l' opération de
qualification, on pourrait présenter ce raisonnement de la manière suivante. La prémisse
majeure réside dans l' énoncé de la définition d' une catégorie juridique de référence. La
prémisse mineure présente les faits examinés dans leurs caractéristiques. La constatation de la
coïncidence entre les caractères des faits ou actes examinés et les critères de la catégorie de
référence permet de conclure : on qualifie les faits en reconnaissant leur appartenance à la
catégorie. L'article L. 122-40 du Code du travail définit la sanction disciplinaire comme "toute
mesure, autre que les observations verbales, prise par l' employeur à la suite d' un agissement
du salarié considéré par lui comme fautif, que cette mesure soit de nature à affecter
immédiatement ou non la présence du salarié dans l' entreprise, sa fonction, sa carrière ou sa
rémunération" (prémisse majeure). On constate que telle mesure décidée par l' employeur
réunit les éléments énoncés à l' article L. 122-40 (prémisse mineure). Donc cette mesure est
une sanction disciplinaire (conclusion).
3. - L'opération intellectuelle de qualification n' est pas gratuite. Au contraire, elle répond à
une finalité précise. Qualifier permet en effet de déterminer le régime juridique applicable à
l'
acte ou fait examiné. La catégorie en référence de laquelle s' effectue la qualification se
présente ainsi comme la clef déterminant la mise en oeuvre d' un corpus de règles afférentes à
cette notion. La qualification d' une somme d' argent versée par un employeur à un salarié
révèle, de la sorte, la nature juridique de cette somme et l' application des règles correspondant
à la catégorie retenue. Si la somme se voit qualifiée de salaire, l' ensemble des normes
relatives à cette catégorie juridique, concernant notamment le S.M.I.C., la saisie, la protection
de la créance salariale et les cotisations sociales peuvent s' appliquer.
Tout agent qui utilise le droit a recours à l' opération de qualification. Une personne qui agit
est sans cesse confrontée à la représentation du monde que le droit construit. Pour évaluer, sur
le plan juridique, l' action envisagée, elle est amenée à la qualifier. La qualification est un
aspect essentiel de l' application des règles de droit. Celles-ci se caractérisent, comme l' a fait
remarquer monsieur Antoine Jeammaud, par leur vocation à servir de références' .
L' application des règles de droit, consistant essentiellement à les utiliser comme modèles, peut
se manifester de diverses manières. On a constaté qu' à travers une démarche de type
syllogistique, l'opération de qualification utilise, également comme un modèle, les catégories
juridiques. Or ces dernières constituent des éléments de l' énoncé normatif de la règle de droit.
L' opération intellectuelle qui conduit à confronter une notion juridique, élément constitutif
d'une règle de droit, et des faits pour évaluer ces derniers, et finalement les qualifier, participe
fondamentalement de l' application des règles de droit. Par contre, il faut prendre garde de ne
pas confondre qualification et définition. Même si les deux opérations ne sont pas étrangères
l'une à l' autre, elles demeurent distinctes. La définition est préalable à l' opération de
qualification, qui apparaît alors comme la mise en oeuvre de la définition, son application à
des faits concrets'.
4. - Le terme de qualification, s' il ne peut être entendu comme désignant l' opération de
définition, a acquis au cours du temps un autre sens. Le mot "qualification" ne désigne plus
alors une opération intellectuelle mais uniquement la catégorie juridique qui sert de référence
à cette opération. Ainsi parle-t-on de la qualification "contrat de travail". Cette autre
signification n'est qu'un aspect de l' opération de qualification. Par une sorte de raccourci, elle
se concentre sur le point de départ du syllogisme. Monsieur Hervé Croze, distinguant
différents types de qualifications, désigne en réalité des types de catégories juridiques lorsqu' il
expose les caractères des "qualifications techniques", des "qualifications floues" et des
"qualifications évidentes"' . La qualification juridique est donc une notion riche et
polysémique. La représentation juridique d' une "qualification-catégorie" est fondamentale
pour les "qualifications-opérations". La détermination du contenu d' une qualification est
certes tributaire du travail du législateur. Mais les parlementaires ne sont pas les seuls à jouer
un rôle en la matière. Les silences ou les imprécisions des textes adoptés appellent les
magistrats à tenter de réduire l' incertitude qui pourrait en résulter. Ils interprètent à cette fin
les termes employés. Les parties à un contrat peuvent, de leur côté, édicter des "qualifications-
catégories" propres à régir leurs relations. Les sources des qualifications sont, de la sorte,
multiples : outre la source législative ou réglementaire, on remarque une source prétorienne et
une source conventionnelle.
5. - La qualification, malgré la richesse de son contenu et la variété de ses sources, ne fait pas
très fréquemment l' objet d' études générales' . A la base du raisonnement juridique, on la
sollicite sans s'arrêter à l'
examiner. On le comprend dans la mesure où la qualification n' est
qu' un "outil" de la pensée. En revanche, nombreux sont les travaux qui, à l' occasion d' un
problème déterminé, s' interrogent sur l'utilisation ou la mise en oeuvre des qualifications. Les
juristes se heurtent régulièrement à des problèmes de qualification mais les études se limitent
souvent à telle difficulté dans tel domaine particulier. Dans ce contexte, proposer d' étudier de
manière globale les qualifications en droit du travail peut apparaître singulier. Pareil sujet
d'études est à la fois restreint et vaste. Seul le droit du travail va ici être examiné, en tant que
branche du droit regroupant l' ensemble des normes ayant pour objet les rapports de travail' .

31
LES ARRETS DE LA CHAMBRE SOCIALE DE LA COUR DE CASSATION, PH. WAQUET, DR. SOC.
1998, 62 ET SUIV.

A -LA STRUCTURE DES ARRÊTS


S'il est constant que tout arrêt est motivé, il est certain que la motivation, depuis quelques
années, ne cor cassation.
La chambre sociale emploie, dans un certain nombre de cas, des formules générales. II est
nécessaire d' expliquer très complètement les raisons d' une telle méthode et les conditions
de son application.

1. Retenons d' abord que la totalité des arrêts rendus par la formation plénière et ta quasi-
totalité des arrêts rendus par les formations ordinaires sont rédigés selon le modèle
habituel.
Sans qu' il soit besoin, ici, de longs commentaires, on rappellera que l' arrêt de rejet
comporte normalement trois «attendus» (44), le premier exposant les faits essentiels, le
deuxième énonçant la critique proposée par le moyen(*) et le troisième. qui commence par
la formule «Mais attendu», étant la réfutation du grief du moyen (45).
Quant à l' arrêt de cassation, il commence toujours plusieurs textes légaux ou convention
collective. Soit par un visa soit d' un ou réglementaires, soit d' une d'un principe général.
Il est également, dans le cas ordinaire, construit en trois parties : faits; rappel de la décision
attaquée et de ses motifs; raison de la censure commençant par la formule «qu' en statuant
ainsi alors que... » ou «sans... ».
Les arrêts de cassation plus importants comprennent au surplus un chapeau. soit liminaire :
après le visa il énonce la règle abstraite que la chambre sociale va appliquer (46), soit intérieur
et commençant par la formule : «Attendu, cependant,... » ; il suit alors l' énoncé de la décision
attaquée (47).

(*) Le moyen est une question de droit posée à la Cour de cassation.


Pour aller plus loin : M. Cohen, Comment lire un arrêt de cassation, Droit ouvrier, avril 1978,
123 et suiv.

32
DEFINITIONS

ARRET : nom donné aux décisions de justice rendues par une juridiction portant le nom d’une
Cour (Cour d’appel, Cour de cassation). Comp. jugement.

ATTENDU : nom donné aux alinéas de la partie de la décision de justice contenant ses motifs.

BRANCHE (d’un moyen) : subdivision d’un moyen, dans un pourvoi en cassation,


correspondant à chacun des griefs formulés le requérant à l’encontre de la décision examinée.

CHAPEAU : nom donné à l’énoncé, de manière abstraite ou concise, de la règle de droit qui a
été méconnue (arrêt de cassation) ou respectée (arrêt de rejet) par la décision attaquée. Le
chapeau peut être placé en tête ou au sein de l’arrêt rendu par la Cour de cassation.

JUGEMENT : nom donné aux décisions des tribunaux du premier degré par opposition aux
arrêts.

MOYEN : raison invoquée au soutien d’un pourvoi.

POURVOI : recours contre une décision rendue en premier et dernier ressort par les juges du
fond porté devant la Cour de cassation.

VISA : indication, dans une décision de justice de la règle de droit à laquelle elle se réfère.

Structure d’un arrêt de cassation Structure d’un arrêt de rejet

La Cour ; - Vu(*) les articles… ; La Cour ; - ….

Attendu que (**)… ; Attendu que… ; Attendu que…. ; Mais attendu que… ;

Par ces motifs : casse et annule Par ces motifs : rejette le pourvoi formé
l’arrêt…. rendu le…par la Cour d’appel contre l’arrêt rendu le… par la Cour
de…, renvoie devant la Cour d’appel d’appel de…
de….

(*) L’arrêt de cassation comporte toujours un visa c’est la source de droit appliquée, texte
d’ordre législatif ou réglementaire, tout ou partie d’une convention internationale, principe
général du droit.
L’arrêt de rejet ne comporte jamais de visa.
(**) L’articulation des motifs de l’arrêt se fait par un attendu.

33
COUR DE CASSATION CHAMBRE SOCIALE AUDIENCE PUBLIQUE DU 12 JANVIER 1999
REJET. N° DE POURVOI : 96-45659N° DE POURVOI : 96-45760N° DE POURVOI : 96-
45709 PUBLIE AU BULLETIN
Président : M. Gélineau-Larrivet . Rapporteur : M. Waquet. Avocat général : M. Terrail.
Avocat : M. Odent.

Vu leur connexité, joint les pourvois n°s 96-45.659 et 96-45.709 à 96-45.760 ;


ATTENDU QUE les syndicats CGT et CFDT des cheminots de la région Languedoc-Roussillon
ont déposé, le 24 juin 1994, auprès du directeur régional de Montpellier de la SNCF, un
préavis de grève pour la période du 30 juin, 0 heure, au 9 juillet 1994, 8 heures ; que, d' autres
préavis de grève ont été ensuite déposés par les syndicats CGT, CFDT et FO, le 28 juin 1994
pour la journée du 4 juillet de 0 heure à 23 h 59, le 29 juin 1994 pour la journée du 5 juillet de
0 heure à 23 h 59, le 30 juin 1994 pour la journée du 6 juillet de 0 heure à 23 h 59, le 1er
juillet 1994 pour la période du 7 juillet à 0 heure au 9 juillet, 23 h 59, enfin le 4 juillet 1994
pour la période du 10 juillet 0 heure au 12 juillet 23 h 59 ; qu'en fait, un seul arrêt de travail
a été observé par 95 cheminots au cours de la journée du 8 juillet 1994 ; que, par lettres
du 11 juillet et du 13 juillet 1994, la SNCF a notifié à chacun de ces agents que cet arrêt de
travail ne constituait pas l' exercice normal du droit de grève et qu' en conséquence elle
procédait à une retenue de salaire calculée en fonction de la durée d' absence et non des
dispositions de l' article L. 521-6 du Code du travail ; que les intéressés ont saisi la juridiction
prud' homale pour obtenir que la retenue de salaire soit calculée conformément aux règles
régissant l'exercice du droit de grève dans les services publics ;
SUR LE PREMIER MOYEN :
ATTENDU QUE la SNCF fait grief aux arrêts confirmatifs attaqués (Montpellier, 23 octobre
1996) d' avoir fait droit à cette demande, alors que, selon le moyen, d' une part, les juges du
fond, qui se sont bornés à affirmer que le premier préavis n' était pas caduc et qu' il n'y avait
pas lieu d' examiner la régularité des préavis ultérieurs, sans rechercher si le chevauchement
des divers préavis était compatible avec la période de négociation qui doit se tenir durant le
délai de préavis, ont entaché leur décision de défaut de base légale au regard de l' article L.
521-3, dernier alinéa, du Code du travail ; alors, d' autre part, que les juges du fond, qui ont
constaté que certains préavis n' avaient pas été suivis d' effet ce qui avait créé une certaine
confusion auprès de la direction de la SNCF et des usagers auraient dû retenir qu' ils n' étaient
pas conformes à l' article L. 521-3 du Code du travail qui dispose que le préavis doit fixer le
lieu, la date et l'
heure du début, ainsi que la durée limitée ou non de la grève envisagée ; qu' en
déclarant régulier et non caduc le préavis du 24 juin, alors même qu' ils relevaient qu' il n'avait
pas été suivi d' effet à la date indiquée, les juges du fond n'ont pas tiré les conséquences
légales s'évinçant de leurs propres constatations et ont violé l'article L. 521-3 du Code
du travail ;
MAIS ATTENDU QUE SI, dans les services publics, la grève doit être précédée d'un préavis
donné par un syndicat représentatif et si ce préavis, pour être régulier, doit mentionner
l'heure du début et de la fin de l'arrêt de travail, les salariés, qui sont seuls titulaires du
droit de grève, ne sont pas tenus de cesser le travail pendant toute la durée indiquée par
le préavis ; que dès lors les juges du fond, qui ont constaté la régularité du préavis donné le
24 juin 1994, ont exactement décidé que l' arrêt de travail intervenu le 8 juillet 1994, c' est-à-
dire au cours de la période mentionnée par le préavis, constituait l' exercice normal du droit de
grève par les agents de la SNCF, sans avoir à se prononcer sur la validité des préavis
ultérieurs ; que le moyen n' est pas fondé ;
Sur le second moyen : (sans intérêt) ;
PAR CES MOTIFS : REJETTE les pourvois.

34
COUR DE CASSATION CHAMBRE SOCIALE AUDIENCE PUBLIQUE DU 26 JANVIER 2000
CASSATION PARTIELLE. N° DE POURVOI : 98-44177N° DE POURVOI : 98-44182
PUBLIE AU BULLETIN
Président : M. Gélineau-Larrivet . Rapporteur : M. Frouin. Avocat général : Mme Barrairon.
Avocat : la SCP Piwnica et Molinié.

Vu leur connexité, joint les pourvois n°s 98-44.177 à 98-44.182 ;


Attendu que M. Rubio et cinq autres salariés de la société Stade 1 ont saisi la juridiction
prud' homale de demandes en paiement de sommes à titre d' indemnité compensatrice de jours
de grève et à titre de rappel d'
heures supplémentaires ;
Mais sur le premier moyen :
Vu l'article L. 521-1 du Code du travail ;
ATTENDU QUE, pour accueillir la demande des salariés à titre d' indemnité compensatrice de
jours de grève, le conseil de prud' hommes a énoncé que la grève avait été déclenchée pour
obtenir le paiement des salaires des mois d' avril et mai 1997, qu' il est de jurisprudence
constante que l' employeur n' a pas respecté ses engagements et que de ce fait les salaires
doivent être payés ;
ATTENDU, CEPENDANT, que la grève ayant pour effet de suspendre l'exécution du contrat
de travail, l'employeur n'est pas tenu de payer le salaire pendant la période de cessation
du travail ; que ce n'est que dans le cas où les salariés se sont trouvés dans une situation
contraignante telle qu'ils ont été obligés de cesser le travail pour faire respecter leurs
droits essentiels, directement lésés par suite d'un manquement grave et délibéré de
l'employeur à ses obligations que celui-ci peut être condamné à payer aux grévistes une
indemnité correspondant à la perte de leur salaire ;
QU' EN STATUANT COMME IL L' A FAIT, alors qu'il résultait de ses énonciations que, si la grève
était motivée par le non-paiement des salaires des mois d' avril et mai 1997, l'entreprise avait
été préalablement placée sous le régime du redressement judiciaire en raison de ses difficultés
financières, ce dont il découlait que le manquement de l' employeur n' était pas délibéré, le
conseil de prud' hommes n' a pas tiré les conséquences légales de ses constatations et a violé le
texte susvisé ;
PAR CES MOTIFS : CASSE ET ANNULE, mais seulement en ce qui concerne l' indemnité
compensatrice de jours de grève et les dommages-intérêts pour résistance abusive alloués aux
salariés, les jugements rendus le 5 mai 1998, entre les parties, par le conseil de prud' hommes
de Montpellier ; remet, en conséquence, quant à ce, la cause et les parties dans l' état où elles
se trouvaient avant lesdits jugements et, pour être fait droit, les renvoie devant le conseil de
prud' hommes de Nîmes.

35
ORGANISATION JUDICIAIRE FRANCAISE
ORDRE JUDICIAIRE PRIVE
ORDRE JUDICIAIRE
ADMINISTRATIF
JURIDICTIONS CIVILES JURIDICTIONS PENALES

Tribunal de Grande Instance Tribunal correctionnel


Affaires civiles ne relevant pas des juridictions Délits (emprisonnement 10 ans au plus) Tribunal administratif
spécialisées

Tribunal d’instance Tribunal de police Autres juridictions administratives


Tutelle, loyer, affaires jusqu’à 7600 € Contraventions (amendes) < 1500 €

Juge de proximité Cour d’assises


Jusqu’à 4000 €
Crimes

Tribunal de commerce
Litiges entre commerçants ou relatifs à des actes de
commerce

Conseil de prud’hommes
Litiges relatifs au contrat de travail

Tribunal des affaires


de Sécurité sociale Cour d’assises d’appel
Litiges avec les organismes de Sécu. Sociale

Second degré de juridiction Second degré de juridiction


COURS D’APPEL COURS ADMINISTRATIVES D’APPEL
Réexamine une affaire déjà jugée par un tribunal sauf dernier ressort Réexamine une affaire déjà jugée par un tribunal

COUR DE CASSATION CONSEIL D’ETAT


(3 chambres civiles, 1 commerciale, 1 sociale et 1 chambre criminelle) Réexamine une affaire jugée par les autres juridictions
Ne juge pas l’affaire elle-même, mais contrôle la bonne application des règles de
JFP/EN3S/05 administratives et statue directement sur la légalité de8certains
droit par les juges du fond (tribunaux et cours d’appel) actes administratifs particuliers
L'
intégration européenne est fondée sur quatre traités fondateurs:

• Le traité instituant la Communauté européenne du charbon et de l' acier (CECA), signé à Paris
le 18 avril 1951, qui est entré en vigueur le 23 juillet 1952, a expiré le 23 juillet 2002;
• Le traité instituant la Communauté économique européenne (CEE);
• Le traité instituant la Communauté européenne de l' énergie atomique (Euratom), signé (en
même temps que le traité CEE) à Rome, le 25 mars 1957, et qui est entré en vigueur le 1er
janvier 1958. Ces traités sont souvent appelés les "traités de Rome". Le terme "traité de
Rome" désigne uniquement le traité CEE;
• Le traité sur l' Union européenne, signé à Maastricht le 7 février 1992 est entré en vigueur le
1er novembre 1993. Le traité de Maastricht a simplifié la dénomination de la Communauté
économique européenne, qui est devenue "la Communauté européenne". Il a aussi instauré
de nouvelles formes de coopération entre les gouvernements des États membres, en matière
de défense et de "justice et affaires intérieures", par exemple. En ajoutant cette forme de
coopération intergouvernementale au système "communautaire" existant, le traité de
Maastricht a créé une nouvelle structure de nature politique et économique, composée de
trois "piliers". Il s'
agit de l'
Union européenne (UE).

En outre, les traités constitutifs ont été modifiés à plusieurs reprises, notamment lors de l'
entrée de
nouveaux États membres en 1973 (le Danemark, l' Irlande, le Royaume-Uni), en 1981 (la Grèce), en
1986 (l'
Espagne, le Portugal) et en 1995 (l' Autriche, la Finlande et la Suède). D'autres réformes plus
profondes ont entraîné des changements institutionnels importants et ont attribué aux institutions
européennes de nouveaux domaines de compétences:

• Le traité de fusion, signé à Bruxelles, le 8 avril 1965 et qui est en vigueur depuis le 1er juillet
1967, a institué une Commission et un Conseil uniques pour les Communautés européennes,
alors au nombre de trois;
• L'Acte unique européen (AUE), signé à Luxembourg et à La Haye, est entré en vigueur le 1er
juillet 1987. Il a apporté les adaptations nécessaires à l'achèvement du marché intérieur.
• Le traité d'Amsterdam, signé le 2 octobre 1997, est entré en vigueur le 1er mai 1999. Il a
modifié les traités UE et CE et a numéroté les articles du traité UE (auparavant désignés par
des lettres).
• Le traité de Nice, signé le 26 février 2001, est entré en vigueur le 1er février 2003. Il a apporté
de nouvelles modifications aux traités UE et CE en modifiant le mode de fonctionnement des
institutions de l'UE et en faisant du vote à la majorité qualifiée (au lieu du vote à l'
unanimité) la
règle générale pour les décisions relatives à de nombreuses politiques communautaires.

De nouvelles modifications seront probablement apportées aux traités après la Convention


sur l'
avenir de l'
Europe et à la suite du traité relatif à l'
adhésion de 10 nouveaux États
membres, qui a été signé le 16 avril 2003 et entré en vigueur le 1er mai 2004

!
" # " $
% $

#
% $
&%
' ' '

Les institutions de l'UE

Le système décisionnel européen en général et la procédure de codécision en particulier associent les trois institutions
principales :

• Le Parlement européen, qui représente les citoyens européens et dont les membres sont élus
au suffrage direct;
• Le Conseil de l'Union européenne, qui représente les États membres; et
• La Commission européenne, qui a pour mission de défendre les intérêts de l'
Union dans son
ensemble.

Ce "triangle institutionnel" définit les politiques et arrête les actes législatifs (directives, règlements et décisions) qui
s'
appliquent dans toute l' UE. En principe, il appartient à la Commission de proposer de nouveaux actes législatifs
européens, mais au Parlement et au Conseil de les adopter.

Deux autres institutions jouent un rôle essentiel : la Cour de justice veille au respect du droit communautaire et la Cour
des comptes supervise le financement des activités de l' Union.

Ces institutions ont été créées par les traités, qui sont la base de tous les actes de l'
UE. Les traités sont adoptés par les
chefs d'
État et de gouvernements des États membres et ratifiés par leurs parlements. Ils définissent les règles et les
procédures que les institutions de l'UE doivent observer.

Outre ses institutions, l'


UE compte plusieurs autres organes dont le rôle est spécialisé :

Le médiateur européen

Le médiateur européen protège les citoyens et les entreprises de l'


UE contre les risques de mauvaise administration.

Le contrôleur européen de la protection des données

Le contrôleur européen de la protection des données veille à ce que les institutions et organes communautaires
respectent le droit à la vie privée des personnes physiques lorsqu'
ils traitent des données à caractère personnel qui les
concernent.

Organes financiers

• La Banque centrale européenne est responsable de la politique monétaire européenne;

38
• La Banque européenne d' investissement finance les projets d'investissement de l' UE;
o Le Fonds européen d' investissement fournit des garanties et une participation au
capital-risque pour aider les petites et moyennes entreprises (PME).

Organes consultatifs

• Le Comité économique et social européen représente la société civile et les partenaires


sociaux;
• Le Comité des régions représente les autorités régionales et locales.

Organes interinstitutionnels

• L'Office des publications officielles des Communautés européennes publie, imprime et


distribue des informations sur l'UE et ses activités;
• L'Office européen de sélection du personnel recrute le personnel des institutions et autres
organes de l'UE.

Organismes décentralisés

• 16 agences spécialisées ("agences communautaires") remplissent des tâches techniques,


scientifiques ou de gestion dans le "domaine communautaire" de l' UE (le "premier pilier" de
l'
Union européenne);
• L'Institut d'
études de sécurité de l'Union européenne et le Centre satellitaire de l'
Union
européenne effectuent des tâches spécifiques relatives à la politique étrangère et de sécurité
commune (le "deuxième pilier" de l' Union européenne);
• Europol et Eurojust contribuent à la coordination de la coopération policière et judiciaire en
matière pénale (le "troisième pilier" de l'
Union européenne).

39