Vous êtes sur la page 1sur 132

LA FISCALITE DE L’ENTREPRISE

Licence fondamentale Economie Gestion

S5_ 2019-2020

Pr. Ali AOUJIL


Introduction
• Qu’entend-on par la fiscalité ?
– La fiscalité est un arsenal de mesures juridiques ayant comme priorité
absolue le drainage de recettes au trésor public. Les recettes fiscales
doivent être améliorées à chaque fois que les dépenses publiques
augmentent.
• Qu’entend-on par l’impôt?
– L’impôt peut être défini comme un prélèvement pécuniaire obligatoire
opéré par l’Etat et les Collectivités Locales, suivant des règles légales à
titre définitif et sans contrepartie afin de subvenir à leurs charges
publiques.
Introduction
• Les classifications des impôts
a- Impôt sur le revenu

b- Impôt sur la dépense

c- Impôt sur le capital

• Les rôles de l’impôt


a- Le rôle financier
b. Le rôle social
c. Le rôle économique
Introduction
• Qu’est ce qu’un impôt direct ?
– Un impôt direct est supporté par le contribuable. Il constitue donc un
prélèvement ressenti par celui qui le supporte.
– l’impôt sur les sociétés (IS),
– l’impôt général sur le revenu (IR),
– La taxe professionnelle (TP),
– la taxe d’habitation et taxe des services communaux (TH/TSC).
• Qu’est ce qu’un impôt indirect ?
– C’est un impôt frappant l’emploi des revenus ou du capital généralement
assis sur des dépenses. En effet, les impôts et taxes indirects sont payés
par un redevable qui les récupère en aval sur ses clients.
– la taxe sur la valeur ajoutée (TVA),
– les droits d’enregistrement et de timbre (DE),
– la taxe intérieure de consommation (TIC) et la fiscalité douanière.,
Introduction
• Les fondamentaux du système fiscal marocain
– Régime déclaratif;
– Contrôle fiscal comme corollaire: général, ponctuel;
– Encadrement juridique de l’action de l’administration par le renforcement
des droits et garanties du contribuable;
– Simplification et clarification des textes (CGI), baisse progressive de la
charge fiscale ;
• La réforme a permis l’institution de trois principales impositions
– la TVA en Avril en 1986 par la loi n° 30-85
– l’impôt sur les sociétés en Janvier 1987par la loi n° 24-86
– l’impôt général sur le revenu en janvier 1990 par la loi n° 17-89.
– Quant au code de l’enregistrement, il a fait l’objet d’une refonte globale,
dans le cadre de la loi de finances pour l’année 2004.
Introduction
 Une amélioration progressive et un réaménagement en continu des
textes fiscaux dans le but de regrouper la documentation fiscale
disparate ayant permis d’aboutir en 2007 à l’édition du Code général des
Impôts (C.G.I.).

 Principales étapes :

 L’élaboration du Livre des Procédures fiscales en 2005 :.


 L’élaboration du Livre d’Assiette et de Recouvrement en 2006 : suite à la prise en
charge du recouvrement de la taxe sur la valeur ajoutée, de l’impôt sur les sociétés et
de l’impôt sur le revenu par la Direction Générale des Impôts.
 l’édition du Code général des Impôts (C.G.I.) en 2007 : L’ensemble des dispositions du
Livre d’Assiette et de Recouvrement (L.A.R.), et du Livre des Procédures Fiscales
(L.P.F.), telles qu’elles étaient en vigueur au 31 décembre 2006 a ainsi été regroupé et
codifié en un seul texte dénommé "Code Général des Impôts".
Introduction
• Que gère la direction des impôts ?
– les impôts directs (IS,IR,TP,TH/TSC)
– la TVA,
– les droits d’enregistrement.
• Qui assure le recouvrement des impôts?
– La Trésorerie Générale du Royaume
– Les RAF
Fiscalité locale et Fiscalité de l’Etat
Fiscalité locale : La loi n° 47-06 régissant la fiscalité des collectivités locales est promulguée par
le Dahir n° 1-07-195 du 19 kaada 1428 ( 30 novembre 2007).
1.Taxes instituées au profit des communes:
taxe professionnelle ;
taxe d’habitation ;
taxe de services communaux
taxe sur les terrains urbains non bâtis ;
taxe sur les opérations de construction ;
taxe sur les opérations de lotissement ;
taxe sur les débits de boissons ;
taxe de séjour ;
taxe sur les eaux minérales et de table ;
2.Taxes instituées au profit des préfectures et provinces :
 taxe sur les permis de conduire ;
 taxe sur les véhicules automobiles soumis à la visite technique;
 taxe sur la vente des produits forestiers.
3.Taxes instituées au profit des régions :
 taxe sur les permis de chasse ;
 taxe sur les exploitations minières ;
 taxe sur les services portuaires
Fiscalité locale et Fiscalité de l’Etat

Fiscalité de l’Etat(CGI)
L’impôt sur les sociétés (I.S).
l’impôt sur le revenu.
La taxe sur la valeur ajoutée (T.V.A)
les droits d’enregistrement.
Programme de formation:

L’impôt sur les sociétés (I.S).

 Champ d’application
 Base imposable
 Déficit reportable
 Les déclarations fiscales

 Liquidation de l’impôt
La taxe sur la valeur ajoutée (T.V.A)

 TERRITORIALITE
 CHAMP D’APPLICATION

 REGLES D’ASSIETTE
 REGIMES D’IMPOSITION
 OBLIGATIONS DE L ’ASSUJETTI
l’impôt sur le revenu
L’impôt sur le revenu est un impôt d’Etat;
• L’IR c’est un impôt annuel;
• C’est un impôt progressif ;
• Il est aussi dit personnel;
• Généralement, l’IR c’est un impôt général et global, c’est à dire qu’il concerne
tous les revenus quelle que soit leur nature et quelles que soient les activités qui
les procurent exclusion faite des revenus exonérés.
l’impôt sur le revenu

 CHAMP D’APPLICATION
 Définition et personnes imposables
 Revenus et profits imposables
 Territorialité de l’impôt sur le revenu
 Exonérations de l’impôt sur le revenu

 Base imposable

 Liquidation de l’impôt
L’impôt sur les sociétés (I.S).
 Champ d’application
 Base imposable
 Déficit reportable
 Retenue a la source
 Liquidation de l’impôt
L’impôt sur les sociétés (I.S).
1.Champ d’application
• Définition IS : Selon l’article 1 du CGI : l’impôt sur les
sociétés s’applique sur l’ensemble des produits, bénéfices et revenus,
prévus aux articles 4 et 8 du code général des impôts, réalisés par les
sociétés et autres personnes morales visées à l’article 2 du C.G.I .
L’impôt sur les sociétés (I.S).
1.Champ d’application
 Personnes obligatoirement passibles de
l’impôt sur les sociétés
 Personnes passibles de l’impôt sur les
sociétés, sur option irrévocable.
1.Champ d’application (I.S).
Personnes obligatoirement passibles de l’impôt sur les sociétés

 Les sociétés, quels que soient leur forme et leur objet, sous réserve de certaines exclusions;
 Les établissements publics et les autres personnes morales qui se livrent à une exploitation
ou à des opérations à caractère lucratif ;
 Les associations et les organismes légalement assimilés ;
 Les fonds crées par voie législative ou par convention ne jouissant pas de la personnalité
morale et dont la gestion est confiée à des organismes de droit public ou privé lorsque ces
fonds ne sont pas expressément exonérés par une disposition d’ordre législatif ;
 Les centres de coordination d’une société non résidente ou d’un groupement international
dont le siège est situé à l’étranger.
1.Champ d’application (I.S).
Les sociétés soumises de plein droit à l’IS

 les sociétés anonymes (S.A.) ;


 les sociétés en commandite par actions (S.C.A.) ;
 les sociétés à responsabilité limitée (S.A.R.L.) ;
 les sociétés en nom collectif (S.N.C.) et les sociétés en commandite simple (S.C.S.) lorsque
un ou plusieurs de leurs membres sont des personnes morales ;
 les sociétés civiles.
1.Champ d’application (I.S).
Personnes passibles de l’impôt sur les sociétés sur option irrévocable

 Les sociétés en nom collectif constituées au Maroc ne comportant que des


personnes physiques ;
 Les sociétés en commandite simple constituées au Maroc ne comportant
que des personnes physiques ;
 Les sociétés en participation.
 (Demande d’option)formation fiscalité\attestation\DECLARATION
D’EXISTENCE.pdfformation fiscalité\attestation\Demande d’option à l’impôt
sur les sociétés.pdf
1.Champ d’application (I.S).
Personnes exclues du champ d’application

 Les sociétés en nom collectif et les sociétés en commandite simple


constituées au Maroc et ne comprenant que des personnes physiques
constituées au Maroc ainsi que Les sociétés en participation sous
réserve de l’option ;
 Les sociétés de fait ne comprenant que des personnes physiques ;
 Les sociétés à objet immobilier quelle que soit leur forme dites Sociétés
immobilières transparentes;
 Les groupements d’intérêt économique
1.Champ d’application (I.S).
Territorialité de l’impôt

• Aux termes de l'article 5 du CGI, les sociétés, qu'elles aient ou non


leur siège au Maroc, sont passibles de l'IS au titre des produits,
bénéfices et revenus :
• Qui se rapportent aux biens qu'elles possèdent et aux activités
qu'elles réalisent au Maroc, même à titre occasionnel,
•Dont le droit d'imposition est attribué au Maroc en vertu des
conventions fiscales.
L'imposition des bénéfices des sociétés diffère selon qu'elles sont
résidentes ou non résidentes au Maroc.
1.Champ d’application (I.S).
Territorialité de l’impôt

• Les sociétés résidentes

Il s'agit des sociétés ayant leur siège social au Maroc. Celles-ci sont
imposables à l'IS sur la totalité de leurs bénéfices ou revenus réalisés au
Maroc.
• les sociétés non résidentes
• Les sociétés non résidentes sont imposables sur :
• Les revenus et les plus-values générés par les biens que ces sociétés
possèdent au Maroc (loyers, profits immobiliers, dividendes...)
• Les revenus provenant de l'exercice d'une activité au Maroc par
l'intermédiaire d'un établissement stable .
• les produits bruts qu'elles perçoivent en contrepartie des travaux et des
services qu'elles rendent pour le compte de leurs établissements au
Maroc.
1.Champ d’application (I.S).
Exonérations

 Exonérations et imposition au taux réduit permanentes


 Exonérations permanentes ;
 Exonérations suivies de l’imposition permanente au taux réduit ;
 Exonérations permanentes en matière d’impôt retenu à la source ;
 Imposition permanente au taux réduit.

 Exonérations et imposition au taux réduit temporaires

 Exonérations suivies de l’imposition temporaire au taux réduit ;


 Exonérations temporaires ;
 Imposition temporaire au taux réduit.
1.Champ d’application (I.S).
Exonérations permanentes :

1. les associations et les organismes légalement assimilés à but non lucratif ;


2. la Ligue nationale de lutte contre les maladies cardio-vasculaires ;
3. la Fondation Hassan II pour la lutte contre le cancer ;
4. les associations d'usagers des eaux agricoles ;
5. la Fondation Cheikh Zaïd Ibn Soltan ;
6. la Fondation Mohammed V pour la solidarité ;
7. la Fondation Mohammed VI de promotion des œuvres sociales de l'éducation formation ;
8. l'Office national des œuvres universitaires sociales et culturelles ;
9. les coopératives et leurs unions légalement constituées ;
10. les sociétés non résidentes au titre des plus-values réalisées sur les cessions de valeurs
mobilières cotées à la bourse des valeurs du Maroc à l’exclusion de celles résultant de la
cession des titres des sociétés à prépondérance immobilière .
11. la Banque Islamique de Développement ;
12. la Banque Africaine de Développement ;
13. la Société Financière Internationale ;
14. l’Agence Bayt Mal Al Quods Acharif ;
15. l'Agence de logements et d'équipements militaires ;
1.Champ d’application (I.S).
Exonérations permanentes :
16. les organismes de placement collectif en valeurs mobilières ;
17. les fonds de placements collectifs en titrisation ;
18. les organismes de placements en capital-risque ;
19. la société nationale d’aménagement collectif (S.O.N.A.D.A.C.) au titre des activités, opérations et bénéfices
résultant de la réalisation de logements sociaux afférents aux projets « Annassim », situés dans les
communes de "Dar Bouazza" et "Lyssasfa" et destinés au recasement des habitants de l’ancienne médina de
Casablanca ;
20. la société «Sala Al-Jadida» ;
21. l'Agence pour la promotion et le développement économique et social des préfectures et provinces du Nord
du Royaume ;
22. l’Agence pour la promotion et le développement économique et social des provinces du Sud du Royaume ;
23. l’Agence pour la promotion et le développement économique et social de la préfecture et des provinces de
la région Orientale du Royaume ;
24. l’Agence spéciale Tanger-Méditerrannée ;
25. l’Université Al Akhawayne d’Ifrane ;
26. les sociétés installées dans la Zone franche du port de Tanger ;
27. la fondation Cheikh Khalifa Ibn Zaïd.
28. Les exploitations agricoles réalisant un chiffre d’affaires annuel inférieur à cinq millions (5.000.000) de
dirhams, au titre de leurs revenus agricoles tels que définis à l’article 46. Toutefois, pour les exploitations
agricoles imposables (CA ≥ 5.000.000) et lorsque le chiffre d’affaires réalisé au cours d’un exercice donné est
inférieur à cinq millions (5.000.000) de dirhams, l’exonération précitée n’est accordée que lorsque ledit
chiffre d’affaires est resté inférieur à ce montant pendant trois (3) exercices consécutifs
Exonérations suivies de l’imposition permanente au taux réduit

 Les sociétés exportatrices de produits ou de services ;

 Les sociétés vendant à d’autres entreprises installées dans les plates-formes

d’exportation ;

 Les sociétés hôtelières ;

 Les sociétés de services ayant le statut « Casablanca Finance City«.


 Les sociétés exportatrices
 Les sociétés exportatrices de produits ou de services , autres que celles
exerçant dans le secteur minier, qui réalisent dans l'année un chiffre
d'affaires à l'exportation, bénéficient pour le montant dudit chiffre d'affaires :
 de l'exonération totale de l'impôt sur les sociétés pendant une période de cinq (5)
ans consécutifs qui court à compter de l'exercice au cours duquel la première
opération d'exportation a été réalisée ;
 et de l’imposition au taux réduit de 17,50% prévu à l’article 19-II-C du C.G.I., au-delà
de cette période.
 Les Sociétés vendant à d’autres entreprises installées dans
les plates-formes d’exportation
 les sociétés, autres que celles exerçant dans le secteur minier, qui vendent à d’autres
entreprises installées dans les plates-formes d’exportation des produits finis destinés à
l’export bénéficient, au titre de leur chiffre d’affaires réalisé avec lesdites plates-formes
des mêmes avantages prévus en faveur des exportateurs.
• Les sociétés hôtelières
 Les sociétés hôtelières bénéficient, au titre de leurs établissements hôteliers pour
la partie de la base imposable correspondant à leur chiffre d’affaires réalisé en
devises dûment rapatriées directement par elles ou pour leur compte par
l’intermédiaire d’agences de voyages :
 de l'exonération totale de l'impôt sur les sociétés pendant une période de cinq (5) ans
consécutifs qui court à compter de l'exercice au cours duquel la première opération
d’hébergement a été réalisée en devises.
 et de l’imposition au taux réduit de 17,50% prévu à l’article 19-II-C du C.G.I., au-delà de
cette période.

• Les sociétés de services ayant le statut


«Casablanca Finance City»
 Casablanca Finance City ouverte à des entreprises financières ou non financières exerçant
des activités sur le plan régional ou international.
• ces sociétés bénéficient au titre de leur chiffre d’affaires à l’exportation de :
 l’exonération totale de l’IS durant les cinq premiers exercices consécutifs à compter
du premier exercice d’octroi du statut précité ;
 l’imposition au taux réduit de 8,75% au delà de cette période.
L’imposition permanente au taux réduit

 Les sociétés minières :


 Les sociétés minières exportatrices bénéficient d'une imposition aux taux réduit de 17,50% prévu à
l’article 19-II-C du C.G.I. à compter de l'exercice au cours duquel la première opération d'exportation
a été réalisée.
 Bénéficient également de cette imposition réduite au taux de 17,50%, les sociétés minières qui
vendent leurs produits à des entreprises qui les exportent après leur valorisation.

 Sociétés installées dans la province de Tanger :


 Par province de Tanger, il y a lieu d’entendre le territoire de la préfecture de Tanger- Assilah et du
Cercle de Fahs tel que délimité par le décret n° 203-527 du 10 septembre 2003 relatif au découpage
administratif du Royaume, à l’exclusion du Cercle d’Anjra.
 Les entreprises ayant leur domicile fiscal ou leur siège social dans la province de Tanger et
exerçant une activité principale dans le ressort de ladite province, bénéficient au titre de cette
activité du taux de 17,50%.
 I. le taux de 17,50% visé ci-dessus sera majoré de deux points et demi (2,5) pour chaque exercice
ouvert durant la période allant du 1er janvier 2011 au 31 décembre 2015.
 NB. A compter du 1er janvier 2016, les dispositions des articles 6 (I-D-2°) et 7-VII du C.G.I. sont
abrogées et le taux de droit commun est appliqué.
Exonérations et imposition au taux
réduit temporaires
 Exonérations suivies de l’imposition temporaire au taux réduit ;
 Exonérations temporaires ;
 Impositions temporaires au taux réduit.
Exonérations suivies de l’imposition
temporaire au taux réduit

les sociétés installées dans les zones


franches d’exportation ;
l’Agence Spéciale Tanger Méditerranée.
Exonérations suivies de l’imposition temporaire au taux réduit
 Les sociétés installées dans les zones franches d’exportation
 les sociétés qui exercent leurs activités dans les zones franches d'exportation
bénéficient :
 de l'exonération totale de l’I.S. durant les cinq (5) premiers exercices consécutifs à
compter de la date du début de leur exploitation ;
 de l'imposition au taux de 8,75 % pour les vingt (20) exercices consécutifs suivants.
 Au delà de cette période, ces sociétés sont imposables à l’I.S. dans les conditions de
droit commun.
 l’Agence spéciale Tanger-Méditerrannée:
– l’Agence spéciale Tanger-Méditerrannée ainsi que les sociétés intervenant dans la
réalisation, l’aménagement, l’exploitation et l’entretien du projet de la zone spéciale de
développement Tanger- Méditerranée et qui s’installent dans les zones franches
d’exportation visées à l’article premier du décret-loi n° 2-02-644 portant création de
ladite Agence, bénéficient des avantages accordés aux entreprises installées dans les
zones franches d’exportation.
Exonérations temporaires

 les sociétés exploitant un centre de gestion de comptabilité agréé.


 les sociétés exploitant les centres de gestion de comptabilité agréés sont
exonérées totalement de l'impôt sur les sociétés au titre de leurs
opérations, pendant une période de quatre (4) ans suivant la date de
leur agrément.
Imposition temporaire au taux réduit

 les entreprises implantées dans certaines régions ;


 les entreprises artisanales ;
 les établissements privés d’enseignement ou de formation
professionnelle ;
 Les sociétés sportives ;
 les promoteurs personnes morales au titre des revenus provenant de
la location de cités, campus et résidences universitaires ;
 Les banques offshore ;
 Les sociétés holding offshore.
 Les exploitations agricoles.
Sociétés implantées dans certaines
préfectures et provinces
 Conformément aux dispositions de l’article 6 (II-C-1°-a) du C.G.I., bénéficient d'une
imposition au taux réduit de 17,50% prévu à l’article 19-II-C du C.G.I., pendant les cinq (5)
premiers exercices consécutifs courant à compter du début d’exploitation,

 Il s’agit des préfectures et provinces suivantes : Al Hoceima ; Berkane ; Boujdour ;


Chefchaouen ; Es-semara ; Guelmim ; Jerada ; Laâyoune ; Larache ; Nador ; Oued-Ed-
Dahab ; Oujda-Angad ; Tan-Tan ; Taounate ; Taourirt ; Tata ; Taza ; Tétouan.

 Par ailleurs, dans la perspective d’uniformiser les taux d’imposition sur le territoire
national, l’article 247-XIV du CGI a prévu que :
 le taux de 17,50% précité sera majoré de deux points et demi (2,5) pour chaque exercice ouvert
durant la période allant du 1er Janvier 2011 au 31 décembre 2015;
– NB.les dispositions des articles 6 (II-C-1°-a)) et 7-VII du C.G.I. sont abrogées à compter du 1er janvier
2016.
Les sociétés artisanales

• En vertu des dispositions de l’article 6 (II-C-1°-b)) du C.G.I., les


sociétés artisanales dont la production est le résultat d'un travail
essentiellement manuel bénéficient d'une imposition au taux
réduit de 17,50% prévu à l’article 19-II-C du C.G.I., pendant les cinq
(5) premiers exercices consécutifs suivant la date du début de leur
exploitation, et ce, quel que soit le lieu de leur implantation.
Les établissements privés d'enseignement ou de formation professionnelle

• En vertu des dispositions de l’article 6 (II-C-1°-c) du C.G.I., les


établissements privés d'enseignement ou de formation
professionnelle bénéficient d'une imposition au taux réduit de 17,50%
prévu à l’article 19-II-C du C.G.I., pendant les cinq (5) premiers
exercices consécutifs suivant le début de leur exploitation, quel que
soit le lieu de leur implantation.
Les sociétés sportives
• En vertu des dispositions de l’article 6 (II-C-1°-d) du C.G.I., les sociétés
sportives bénéficient d'une imposition au taux réduit de 17,50% prévu
à l’article 19-II-C du C.G.I., pendant les cinq (5) premiers exercices
consécutifs suivant le début de leur exploitation, quel que soit le lieu
de leur implantation.
Les exploitations agricoles
• Les sociétés agricoles qui deviennent imposables à l’I.S.
bénéficient de l’imposition au taux réduit de 17,5% pendant les
cinq (5) premiers exercices consécutifs, à compter du premier
exercice d’imposition.
Les produits soumis à la retenue à la source

 Sont soumis à l’impôt retenu à la source les produits suivants :

 les produits des actions, parts sociales et revenus assimilés ;


 les produits de placements à revenu fixe ;
 les produits bruts perçus par les personnes physiques ou morales non résidentes.
Base imposable : Résultat fiscal

Le résultat fiscal de chaque exercice comptable est déterminé :

 D’après l’excédent des produits courants et non courants provenant des


opérations de toutes natures effectuées par la société sur les charges
courantes et non courantes engagées ou supportées pour les besoins de
l’activité imposable.
 Résultat fiscal = Produits imposables - Charges déductibles
 Le résultat qui constitue l’assiette de l'IS est un résultat comptable corrigé par
application des dispositions fiscales relatives aux éléments de produits et de
charges.
 Résultat fiscal = Résultat comptable + charges non déductibles - produits
exonérés
Base imposable (cas des centres de coordination)

la base imposable des centres de coordination est


obtenue par application, à leurs dépenses de
fonctionnement, d'un taux de marge égal à 1O %
auquel est ajouté, le cas échéant, le résultat des
opérations non courantes.
• Suppression du régime fiscal spécifique aux centres
de coordination à partir de l’exercice 2019 en
soumettant ces derniers aux règles de droit
commun en matière d'IS.
Base imposable de l’impôt forfaitaire des sociétés non résidentes

• Les sociétés non résidentes adjudicataires de marchés de


travaux, de construction ou de montage peuvent opter, lors
du dépôt de la déclaration d’existence ou après la conclusion
de chaque marché, pour l’imposition forfaitaire sur le
montant total du marché, au taux de 8% du montant hors
taxe sur la valeur ajoutée des marchés.
Les produits imposables

• Les produits imposables peuvent être classés


en quatre catégories :
• Les produits d'exploitation,
•Les produits financiers,
• Les produits non courants,
•Les subventions et dons reçus
Produits d’exploitation
• Les produits d'exploitation sont constitués par la valeur
des marchandises et des produits (biens et services)
fournis par l'entreprise;
• Les produits d'exploitation
Ils comprennent :
•Le chiffre d'affaires,
• La variation des stocks de produits,
• Les immobilisations produites par l'entreprise pour elle-même,
• Les subventions d'exploitation,
• Les reprises d'exploitation et les transferts de charges.
•Autres produits d'exploitation(Jetons de présence, Redevances
pour brevets, marques, droits et valeurs similaires…. ;
Le chiffre d’affaires
• Le chiffre d’affaires comprenant les recettes et les créances
acquises se rapportant aux produits livrés, aux services rendus et
travaux immobiliers réalisés.
• une vente à crédit, constitue une créance acquise qui doit être
rattachée à l'exercice au cours duquel la livraison a été effectuée.
• Lorsqu'il s'agit d'une prestation de service, celle-ci est rattachée à
l'exercice au cours duquel la prestation a été achevée.
• Quant aux travaux immobiliers, ils sont rattachés à l'exercice qui
correspond à leur réalisation ;
Produits financiers

 Produits financiers constitués par :

 Produits de titres de participation et autres titres immobilisés;


 Intérêts courus et autres produits financiers ;
 Les autres revenus financiers: Gains de changes, Les écarts de
conversion-passif ,Reprises financières et transferts de charges, ;
Produits de titres de participation et autres titres immobilisés

• Ils concernent les revenus à caractère variable provenant des


participations, notamment :
• Les dividendes,
• Les réserves mises en distribution,
• Les bonis de liquidation

NB : Les dividendes et autres produits de participation, ainsi que ceux de


source étrangère, sont compris dans les produits financiers de la société
bénéficiaire en tenant compte de l’abattement de 100% prévu par les
dispositions de l’article 6 (I - C-1°) du C.G.I.
Les intérêts et les produits assimilés

• Ils s'entendent de tous les revenus de placement à caractère fixe,


tels que les intérêts des prêts accordés par la société, la
rémunération des comptes bancaires, les intérêts des obligations,
des bons de trésor, des bons de caisse….
• NB:Les intérêts et produits assimilés sont soumis à une retenue à
la source de 20% au titre de l'impôt sur les sociétés, opérée par
l’organisme distributeur. Cette retenue n'étant pas libératoire de
l'IS, les dits intérêts sont à déclarer pour leur montant global, et la
retenue à la source est imputée sur l'IS en tant que crédit d'impôt.
Produits non courants

• Produits non courants:


• les produits de cession d’immobilisations;
 les subventions d’équilibre ;
 les reprises sur subvention d’investissement ;
 Les autres produits non courants y compris
les dégrèvements d’impôts déductibles ;
Les autres produits non courants
• Les autres produits non courants : ils comprennent notamment :
• Les pénalités reçues sur marchés suite au non respect des clauses d'un contrat ou
à sa rupture.
• Les dégrèvements d'impôts, qui consistent en des réductions accordées par
l’administration fiscale. Ce sont des produits non courants imposables lorsqu'ils
portent sur des impôts déductibles.
• Les dons reçus.
• Les remises ou annulations de dettes qui constituent un profit exceptionnel
imposable chez la société bénéficiaire.
• Les indemnités d'assurance : elles figurent pour leur montant global dans les
produits non courants imposables lorsqu'elles sont versées par une compagnie
d'assurance suite à un sinistre (vol ou destruction d'un élément de l’actif).
• Un traitement fiscal particulier est réservé aux indemnités d'assurance-vie perçues
par la société suite au décès de l'un de ses dirigeants. Ces indemnités constituent
des produits imposables sous déduction de l'ensemble des primes versées.
Charges déductibles

 Les charges courantes ;

 Les charges d’exploitation ;


 Les charges financières ;

 Les charges non courantes


Conditions de déductibilité des charges

• Etre engagée dans l'intérêt de l’exploitation: se rattacher à la gestion de


la société, ou être exposées dans l'intérêt de l'exploitation ou pour les
besoins de l'activité ;

• correspondre à une dépense effective et être appuyées de pièces


justificatives régulières ;

• Se traduire par une diminution de l’actif net de la société.

• être constatées en comptabilité ;

• Avoir été engagée au cours de l'exercice


Conditions de déductibilité des
charges
 Ainsi, ne constituent pas des charges déductibles :

 les dépenses qui ont, en fait, pour résultat l'entrée d'un nouvel
élément dans l'actif (immobilisations, titres de participation,
valeurs mobilières de placement) ;

 les dépenses qui entraînent une augmentation de la valeur pour


laquelle un élément de l'actif immobilisé figure au bilan ;

 les dépenses qui ont pour effet de prolonger la durée probable


d'utilisation d'un élément de l'actif immobilisé
Charges non déductibles
 Les amendes, pénalités et majorations de toute nature mises à la charge des sociétés pour
infraction aux dispositions légales ou réglementaires.
 Les charges dont le règlement n’est pas justifié par chèque barré non endossable, effet de
commerce, moyen magnétique de paiement, virement bancaire ou procédé électronique, ne sont
admises en déduction du résultat fiscal que dans la limite de dix mille (10.000) dirhams TTC par
jour et par fournisseur et sans que le montant mensuel de ces charges dépasse cent mille
(100.000) dirhams TTC, par fournisseur.
 EX: Frais de réparation d'une machine (charge) s'élevant à 9000 Dh HT payés en espèces(tva
20%)?.
 NB: Réduction des seuils de paiement en espèce admis fiscalement, de 10 000 à 5.000 dirhams
par jour et par fournisseur et de 100 000 à 50 000 dirhams par mois et par fournisseur à partir de
l’exercice 2019 .
 Les dotations aux amortissements relatives aux immobilisations acquises et dont le
règlement n’est pas justifié par les moyens de paiement précités ne sont pas déductibles du
résultat fiscal.
 Le montant des achats, des travaux et des prestations de services non justifiés par une facture
régulière ou toute autre pièce probante ;
Charges d’exploitation

 Les charges d’exploitation constituées par :

 Les achats de marchandises revendus en l’état ;


 Les achats consommés de matières et fournitures ;
 Autres charges externes y compris les cadeaux publicitaires d’une valeur maximale de
100 dirhams et portant le nom ou le sigle de la société ;
 Les dons sous certaines conditions ;
 Les impôts et taxes à la charge de la société sous certaines exceptions,
 Les charges de personnel et de main-d’œuvre et les charges sociales, y compris l’aide
au logement, les indemnités de représentation et les autres avantages en argent ou en
nature accordés aux employés de la société ;
 Les autres charges d’exploitation ;
 Les dotations d’exploitation aux amortissements et aux provisions ;
Autres charges externes

 Il s’agit des charges se rapportant aux :


 locations et charges locatives ;
 redevances de crédit-bail ;
 entretiens et réparations ;
 primes d’assurances ;
 rémunérations du personnel extérieur à la société ;
 rémunérations d’intermédiaires et honoraires ;
 redevances pour concession de brevets et autres ;
 études, recherches et documentation ;
 frais de transport ;
 déplacements, missions et réceptions;
 frais de publicité ;
 frais postaux et frais de télécommunications ;
 cotisations et dons ;
 services bancaires ;
 rabais, ristournes et remises obtenus (R.R.R.O.).
Redevances de crédit-bail (leasing)

 Les redevances constituent des charges déductibles. Si le bien est acheté,


il doit être amorti et l'annuité d'amortissement est déductible en tant
que charge de l'exercice.
• La valeur résiduelle constituant le prix de rachat du matériel, objet du
contrat de leasing, constitue le prix d'acquisition servant de base au
calcul des amortissements en fonction de la durée d'utilisation résiduelle
de l'élément. Redevances crédit-bail: relatives aux immobilisations louées
sauf voitures de tourisme, elles sont déductibles. Concernant des voitures
de services, il faut contrôler les amortissements compris pour éviter le
dépassement du seuil acceptable limité à 300 000 dh TTC et un taux
d’amortissement de 20%.
• Exemple:
• Pour l’année 2019 , une entreprise a comptabilisé une redevance leasing de 60 540 dh de 9 mois,
relative à une voiture de tourisme d’une valeur TTC de 350 000 dh(TVA de 20%).
• Amortissements inclus dans la redevance ( en supposant que la société de leasing
choisit d’amortir sa voiture louée sur 5 ans:
• Amorts inclus dans la redevance: 350 000 x20%x (9/12) = 52 500 dh.
• Amortissement déductible: 300 000 x 20% x 9/12 = 45 500 dh
• Réintégration: 52 500 (-) 45 500 = 7 000 dh
Entretiens et réparations
• Les charges engagées ayant pour effet de maintenir (entretien) ou de remettre en état
normal d'utilisation (réparations) les immobilisations,( sans augmentation la valeur
d'une immobilisation ou le prolongement de sa durée de vie)constituent des charges
d'exploitation.
• Exemple: Achat d'une pièce de rechange pour un montant de 100.000 Dh
permettant d’augmenter la durée de vie de la machine réparée? .
Primes d'assurances

• Les primes des contrats d’assurances contractés par la société pour les besoins de son
exploitation sont déductibles.
• L'assurance-vie est contractée sur la tête d'un dirigeant au profit de la société elle-même
: dans ce cas les primes sont exclues des charges déductibles. Mais lorsque le décès du
dirigeant assuré survient, l'indemnité encaissée n'est imposable qu'après déduction de
l'ensemble des primes versées.
• L'assurance vie est contractée au profit du dirigeant ou d'un membre du personnel :
dans ce cas les primes versées sont considérées comme un complément de salaire ou un
avantage accordé au salarié. Elles constituent pour la société qui les verse une charge
déductible et pour le salarié une rémunération soumise à l'impôt sur le revenu.
• EX : Une prime annuelle d'assurance-vie de 8000dh est contractée sur la tête du
directeur général au profit de la société ?.
Déplacements, missions et réceptions

• Les frais de voyage et déplacement, les frais de


déménagement d’un établissement et les frais de
missions et réceptions sont déductibles sous
réserve d'être justifiés par la nature ou
l'importance de l'exploitation et doivent être
engagés dans l'intérêt de la société.
• EX: Frais de déplacement du responsable
commercial(justifiés ) comptabilisés HT; 20 000
dh?.
Cadeaux publicitaires :

• Cadeaux publicitaires :
sont déductibles, les cadeaux publicitaires d'une valeur unitaire
maximale de cent (100) TTC dirhams portant soit la raison
sociale, soit le nom ou le sigle de la société, soit la marque des
produits qu'elle fabrique ou dont elle fait le commerce.
• Exemple: Achat de cadeaux publicitaires(portant le sigle de
la société) distribués à la clientèle (100 articles avec un
montant total 9 000 TTC) ?
Les dons

 Les sociétés assujetties à l'I.S. peuvent déduire de leur résultat


fiscal sans limitation, les dons en argent ou en nature octroyés aux
habous publics, à l'entraide nationale, aux associations reconnues
d'utilité.
 Les sociétés peuvent également déduire de leur résultat fiscal,
dans la limite de deux pour mille (2°/oo) du chiffre d'affaires, hors
TVA, du donateur, les dons en argent et en nature octroyés aux
oeuvres sociales des entreprises publiques ou privées et aux
œuvres sociales des institutions qui sont autorisées par la loi qui
les institue à percevoir des dons.
 Exemple :Dons par chèque au profit des œuvres sociales
d’une administration publique de 1000 dh (Chiffre d’affaire
200 000 dh HT) ?
Impôts et taxes

 Les impôts et taxes admis en déduction sont ceux mis à la charge de la société, y compris
les cotisations supplémentaires émises au cours de l'exercice, à l'exception de l'impôt sur
les sociétés.
 en matière d'impôts directs : la TSC et la TP afférentes aux immeubles et au matériel
d'exploitation;
 en matière d'impôts indirects : les droits de douane, grevant les biens, matériels et
marchandises importés, les droits d'enregistrement relatifs aux biens immeubles
appartenant à la société, les droits de timbre, la taxe spéciale annuelle sur les
véhicules automobiles (T.S.A.V.A.) et la taxe à l’essieu, etc.

 Par contre, ne sont pas déductibles :


 l'impôt sur les sociétés ;
 l’impôt imputable sur l'I.S. et retenu à la source au titre des produits de placement à
revenu fixe.
Dotations d'exploitation

 Les dotations aux amortissements ;

 Les dotations aux provisions.


Les amortissements

• une constatation comptable d'un amoindrissement de la Valeur d'un élément de l'actif


résultant de l'usage, du temps, du changement de technique.
• L’amortissement se calcule sur la base de la valeur d’origine, telle qu’elle est inscrite à
l’actif immobilisé. C’est à dire la valeur d’entrée hors TVA déductible ou la valeur
d’entrée toute taxe comprise lorsque cette dernière n’est pas déductible;
Les dotations aux amortissements constituent des charges déductibles si certaines
conditions sont réunies :
 Les biens en question doivent être inscrits dans un compte de l'actif immobilisé.
 Leur amortissement doit être régulièrement constaté en comptabilité.
NB: Aucun amortissement ne peut être admis lorsque l’élément susceptible d’être
inscrit à l’actif du bilan n’appartient pas à l’entreprise (exemple matériel de
location).
Les amortissements

• les immobilisations en non valeurs doivent être amortis à taux constant, sur
cinq (5) ans à partir du premier exercice de leur constatation en
comptabilité;
• Les terrains (à l’exception des carrières) ne se dépréciant ni par le temps, ni
par l'usage, ne peuvent faire l’objet d’amortissement.
• Les constructions : L'amortissement des constructions doit porter
uniquement sur le coût de revient de la construction à l'exclusion de celui du
terrain.
Les amortissements

• le taux d'amortissement du coût d'acquisition des véhicules de


transport de personnes ne peut être inférieur à 20% par an et la
valeur totale fiscalement déductible, répartie sur cinq (5) ans à parts
égales, ne peut être supérieure à trois cent mille (300 000) dirhams
par véhicule, taxe sur la valeur ajoutée comprise.
• EX: Une société achète, en premier janvier 2019, une voiture destinée
à son directeur commercial pour ses déplacements professionnels.
Prix d'achat HT 420 000 dh.
LES PROVISIONS
• Les dotations aux provisions La provision est une constatation comptable :
•De la diminution de valeur d'un actif non amortissable,
• Ou d'une charge non encore réalisée mais que les événements en cours
rendent probable

On distingue trois catégories de provisions :


• Les provisions pour dépréciation,
• Les provisions pour risques et charges,
• Les provisions réglementées.

Sur le plan fiscal, la déductibilité des provisions est toujours liée à des
événements réels, survenus au cours de l'exercice et qui rendent la charge ou la
perte probable et d'un montant susceptible d'une évaluation approximative.
LES PROVISIONS

• Les conditions de fonds sont au nombre de trois :

 La provision doit être destinée à faire face soit, à une dépréciation d'un
élément d'actif (fonds de commerce, valeurs mobilières, créances etc),
soit à une perte ou à une charge déductible (frais de procès par exemple)
devrant se rattacher normalement audit exercice.
 Les pertes et charges doivent être nettement précisées quant à leur
nature et leur montant.
 effectivement constatées dans les écritures comptables de l’exercice
Conditions particulières

 Les provisions pour créances douteuses :


La déductibilité de la provision pour créances douteuses est conditionnée
par l’introduction d’un recours judiciaire dans un délai de douze (12)
mois suivant celui de sa constitution.
• Provision devenue sans objet : Une provision doit être considérée
comme devenue sans objet (et donc à réintégrer) lorsque la perte ou la
charge en vue de laquelle elle avait été constituée ne se réalise pas.
Les provisions non déductibles
• Les provisions non déductibles: sont exclues de la déduction fiscale pour la
détermination du résultat imposable les dotations aux provisions suivantes :
• Les provisions pour propre assureur,
• Les provisions pour garantie données aux clients,
• Les provisions pour pénalités et amendes pour infractions aux dispositions légales et
réglementaires,
• Les provisions pour investissement,
• Les provisions pour construction de logements,
• Les provisions pour reconstitution de gisement.
Charges financières

 Les charges d’intérêts ;

 Les pertes de change ;

 Les autres charges financières;

 Les dotations financières ;


Les intérêts sur les comptes d'associés

• Du point de vue fiscal, les intérêts sur les comptes d'associés ne sont
déductibles qu'à condition que le capital social soit entièrement
libéré et dans les limites prévues par le CGI :

• Le montant total des sommes portant intérêts déductibles ne peut


excéder le montant du capital social;
•Le taux des intérêts déductibles ne peut être supérieur à un taux fixé
annuellement par arrêté du ministre des finances;
Les intérêts sur les comptes d'associés

 EX: Capital social d’une société : 1 000 000 dh.


 Avances reçues des associés:
- 400 000 dh le 01-01- N.
- 800 000 dh le 01-07- N.
 Retrait de 300 000 dh le 01-10- N.
 Taux de rémunération des avances: 6%. Taux fiscal de l’année: 3,25%.
 1ère hypothèse: Capital n’est pas entièrement libéré?
 2ème hypothèse: Capital entièrement libéré?
Le déficit reportable :
 Le déficit reportable : le déficit d’un exercice peut être déduit des bénéfices des
exercices comptables suivants jusqu’au quatrième exercice qui suit l’exercice
déficitaire.
 Cette la limitation du délai de déduction n’est pas applicable au déficit ou à la
fraction du déficit correspondant à des amortissements régulièrement
comptabilisés et compris dans les charges déductibles de l’exercice.
Déficit reportable
EX: La société Alpha a réalisé au titre de l'exercice 2014, un déficit fiscal de 500000dh. Les amortissements de
l'exercice s'élèvent à 100 000 dh. Les résultats fiscaux des années suivantes sont donnés dans le tableau suivant:

Exercice comptable Résultat fiscal


2015 100 000
2016 -50000 (déficit lié à
l’amortissement 20000)
2017 200000
2018 50000
2019 70000
2020 80000
2021 300000
La liquidation de l'IS

• L'IS est calculé en appliquant le taux de


l'impôt au résultat déterminé selon les règles
fiscales relatives aux produits imposables et
aux charges déductibles.
Les taux de l'IS
• Taux normaux d’imposition
Le barème progressif permettant le calcul rapide de l’IS se présente comme suit :

2019 2018
Montant du Montant à
Taux Montant à
bénéfice net (DH) déduire Montant du bénéfice net (DH) Taux
déduire
≤300 000 10% 0
≤300 000 10% 0
De 300 001 à 1 000 000
17,5% 22500 De 300 001 à 1 000 000 20% 30 000
>1 000 000 31% 157 500 >1 000 000 31% 140 000

Un taux de 37% pour les établissements de crédit et organismes assimilés, Bank Al Maghrib, la Caisse de
Dépôt et de Gestion et le sociétés d’assurances et de réassurances.
Cotisation minimale
 Définition : le montant de l’impôt dû par les sociétés, autres
celles étrangères ayant opté pour l’imposition forfaitaire
ne peut être inférieur pour chaque exercice, quelque soit le résultat
fiscal de la société à une cotisation minimale .
 La Base de calcul de la CM :
Elle est représentée par les éléments suivants :
 Le chiffre d’affaires (HT) et autres produits d’exploitation;
 Les produits financiers à l’exception des produits de participation;
 Les subventions et dons.
• CM= Taux *(CA (HT) et autres produits d’exploitation + Produits financiers
imposables+ Subventions et dons reçus) .
Base de calcul de la cotisation minimale

 le chiffre d'affaires ;
 les autres produits d’exploitation ;
 Jetons de présence ;
 Revenus des immeubles non affectés à l’exploitation ;
 Redevances pour brevets, marques, droits et valeurs similaires
 Ventes et produits accessoires
 Les produits financiers ;
 Produits de titres de participation et autres titres immobilisés participation sauf dans le cas
où ces derniers sont exonérés (cas des dividendes reçus);
 Gains de changes ;
 Intérêts courus et autres produits financiers ;
 les subventions et dons reçus ;
 Subventions d’exploitation ;
 Subventions d’équilibre ;
 Les autres produits non courants y compris les dégrèvements d’impôts déductibles ;
Taux et minimum de Cotisation
 Taux
 Taux normal : Il est de 0,50 % Avant 2019.
 Taux réduit : Il est de 0,25 % pour les opérations effectuées par les entreprises commerciales au
titre des ventes portant sur les produits pétroliers, le gaz, le beurre, le sucre, l’huile, la farine, l’eau
et l’électricité;
 NB: A partir de l’exercice 2019 Révision des taux de la cotisation minimale par le relèvement du
taux de 0,50% à 0,75% et la réduction de ce taux à 0,25% pour les médicaments ;

 Minimum de cotisation : Il est de 3.000,00 dh.

 Exemption de la cotisation minimale


 La cotisation minimale n’est pas due par les sociétés pendant les 36 premiers mois suivant la date
du début de leur exploitation ;
 En l’absence d’activité, la loi a limité l’exonération de la cotisation minimale à une période qui ne
peut être supérieur à 60 mois à partir de la date de constitution de la société.
Cotisation minimale
• EX:
CA H.T : 50.200.000 DH constitué comme suit :
- Sucre.................................................................................. 1.500.000 DH
- Huile................................................................................... 6.000.000 DH
- Farine. .................................................................................2.500.000 DH
- Gasoil ............................................................................. 30.000.000 DH
- Autre produits alimentaires.............................................. 10.000.000 DH
- Autres produits d'exploitation ...............................................200.000 DH
Le paiement de l'impôt

Acomptes provisionnels
 Au titre de l’exercice comptable en cours, l’impôt est payé spontanément par le
versement électronique des acomptes provisionnels dont chacun est égal à 25 % du
montant dû au titre du dernier exercice clos appelé exercice de référence ;
 Les versements des acomptes provisionnels sont effectués spontanément avant
l’expiration de 3°, 6°, 9° et 12° mois suivant la date d’ouverture de l’exercice comptable
en cours ;
 La régularisation de l’impôt dû au titre d’un exercice doit avoir lieu avant l’expiration
du délai de déclaration du résultat fiscal en tenant compte des acomptes provisionnels
déjà versés :
Si l’impôt dû est supérieur au total des acomptes provisionnels versés, la société doit acquitter le
complément d’impôt dans le délai de la déclaration précitée;
Si le total des acomptes provisionnels versés est supérieur au montant de l’impôt effectivement
dû, l’excédent versé est imputé d’office sur les acomptes provisionnels dus au titre des exercices
suivants et éventuellement sur l’impôt dû au titre des dits exercices.
Exemple: Paiement de l’Impôt dû :2017,2018,2019,2020?.
Année IS CM

2016 40000 30000

2017 50000 60000

2018 30000 35000

2019 100000 20000


La taxe sur la valeur ajoutée
(T.V.A)

 CHAMP D’APPLICATION

 REGLES D’ASSIETTE
 REGIMES D’IMPOSITION
 OBLIGATIONS DE L ’ASSUJETTI
Introduction
• Avant l’instauration de la TVA, deux systèmes
d’imposition de la dépense se sont succédés au
Maroc:
• 1) La taxe sur les transactions 1948
• 2) La taxe sur les produits et la taxe sur les
services ( TPS ) 1962
Nouveau TVA
système 1986
fiscal
Introduction

La TVA est

Un impôt Un impôt réel


indirect
Introduction
La TVA est un impôt sur le chiffre d’affaires, qui met en
présence deux catégories de redevables.

V
E
N
TVA
CONSOMMATEURS D TRÉSOR
E
REDEVABLES
REELS U
Le redevable
R légal de la TVA
est appelé
« assujetti ».
PRIX HT
TVA
REDEVABLE LÉGAL
89
Introduction
Les deux principes fondamentaux régissant la T.V.A :

1)Le principe de l’impôt à paiements fractionnés


2)Le principe de la compensation aux frontières

90
Introduction
1) Le principe de l’impôt à paiements fractionnés
Ce principe veut que le redevable légal ne verse au trésor que la différence
entre la taxe collectée, auprès du redevable réel et celle payée sur ses achats
Exemple : un importateur d’articles de vêtements a fait entrer au MAROC pour
2.000.000 dh des articles sur lesquels il a payé à la douane 400.000 de TVA. Il
revend sa marchandise à un grossiste pour 3.600.000 dh dont 600.000 dh de TVA.
Ce lot est revendu aux consommateurs pour un montant global de 4.800.000 (y
compris 800.000 dh de TVA).

État Importateur Grossiste Consommateurs


2.000.000
400.000 400.000
3.000.000 3.000.000
600.000 600.000
200.000 (600.000 -400.00)
4.000.000 4.000.000
800.000 800.000
200.000 (800.000-600.000)
91
800.000 0 0 (800.000)
Introduction
2) Le principe de la compensation aux frontières
Ce principe veut que le produit exporté ne supporte que
la TVA du pays de destination.
Champs d’application
 La TVA s’applique aux opérations de nature :
• Industrielle
• Artisanale
• Commerciale
 Ou relevant de l’exercice d’une
• Profession libérale accomplies au Maroc ;
 et aux opérations d’importation

93
Champs d’application
Activité économique

Détaillants revendeurs
en l’état CA< 2 000 000 dh

Actes Activités
civils agricoles Importations

ACTIVITÉS HORS CHAMPS D’APPLICATION


CHAMP DE LA TVA DE LA TVA

Le champ d’application est l’ensemble des opérations concernées par la TVA


c’est-à-dire les opérations imposables et celles exonérées
94
Opérations Imposables

 En vertu des dispositions des articles 89 et 90 il y a lieu de


distinguer deux catégories d’opérations imposables:

Les opérations Les opérations imposables par


obligatoirement imposables option ( art 90 assujettissement
art 89. volontaire)
Champs d’application

I) Opérations obligatoirement imposables


Elles peuvent être, d’après leur nature, classées
en quatre grandes catégories :
1) Les opérations portant sur les biens meubles ;
2) Les opérations portant sur les immeubles ;
3) Les livraisons à soi-même ;
4) Les opérations de prestations de services.

96
Champs d’application

• I) Opérations sur biens meubles:


• 1°) les ventes et livraisons effectuées par les
entrepreneurs de manufacture.
• 2°) Les reventes en l’état effectuées par :Les
commerçants importateurs, Les commerçants
grossistes, Les commerçants revendeurs ayant réalisé
l’année précédente un chiffre d’affaires total égal ou
supérieur à 2 000 000 DH.
• 3°) Opérations d’échange
• 4°) Cession de stocks – Matériel d’occasion
Champs d’application

• II) Opérations portant sur les biens


immeubles:
• 1°)Les travaux immobiliers
• 2°)Opérations de lotissement
• 3°)Les opérations de promotion immobilière
Champs d’application

III) Les livraisons à soi-même ;


1) Livraison à soi même de biens meubles :
2) Livraison à soi même de biens immeubles :
2) Livraison à soi même de biens immeubles

Exclu du champ d’application les opérations portant sur les


livraisons a soi même de construction d’habitation
personnelle avec application d’une contribution pour la
solidarité nationale sur les livraisons a soi même de
construction d’habitation personnelle

Unité de logement sup couverte m2 TARIF EN DIRHAMS

De 0 a 300 exonéré
De 301 a 400 60
De 401 a 500 100
Au-delà de 500 150
Champs d’application

4) Les opérations de prestations de services.


• Les opérations d’hébergement
• Les locations portant sur les locaux meublés
• Les opérations de banque et de crédit change
• Les profession libérales
Champs d’application

II) Opérations imposables par option


 bien qu’effectuant des opérations exonérées ou situées
hors champ, certaines personnes sont autorisées à opter
pour l’assujettissement à la TVA :
Les commerçants exportateurs de biens et de services,
pour leurs C.A à l’exportation ;
les fabricants et prestataires de services qui réalisent un
chiffre d’affaires annuel inférieur à cinq cent mille
(500.000) dirhams ;
les revendeurs en l’état de produits autres que ceux de
première nécessité (e.g., le pain, le lait. le sucre brut).
Champs d’application — les exonérations
Toutes les opérations exonérées sont expressément énumérées par
des textes de loi. Il en existe 3 catégories :

1) Exonération simple (article 91)


Achats avec TVA Vente sans
(non récupérable (ESDAD)) TVA
2) Exonération avec droit à déduction (art. 92)
Achats avec TVA Vente sans
(récupérable par le biais de déduction TVA
ou de remboursement (EADAD))
3) Régime suspensif (art.94)
Achats sans TVA Vente sans
TVA
103
Champs d’application — les exonérations

Exonération sans droit à déduction (ESDAD)


 Signifie que l’entreprise vend des biens et des services sans TVA apparente,
mais elle n’a pas le droit de récupérer la TVA sur ses dépenses ;
 Les ventes, autrement qu’à consommer sur place, portant sur :
• le pain, le couscous, les semoules et les farines servant à l’alimentation
humaine
• le lait, les produits de la pêche, la viande
• l’huile d’olive fabriquée par les unités artisanales

104
Champs d’application — les exonérations

 Exonération sans droit à déduction (ESDAD) :


 les ventes et opérations portant sur :
• les journaux, les publications, les livres,
• les films documentaires ou éducatifs
 les prestations fournies par les associations à but non lucratif ;
 Les opérations réalisées par les coopératives et leurs unions
(SC) ;
Champs d’application — les exonérations

Exonération avec droit à déduction (EADAD) :


 les produits livrés et les prestations de services rendues à
l’exportation par les assujettis ;
 les biens d’investissement à inscrire dans un compte
d’immobilisation et ouvrant droit à la déduction acquis par
les entreprises assujetties à la TVA pendant une durée de
trente-six mois à compter du début d’activité.
 Les opérations de construction de logements sociaux

106
Champs d’application — les exonérations

Le régime suspensif


• Les entreprises exportatrices de produits et de services
peuvent sur leur demande et dans la limite du montant du
chiffre d’affaires réalisé au cours de l’année écoulée au
titre de leurs opérations d’exportation, être autorisées à
recevoir en suspension de la TVA à l’intérieur, les
marchandises, les matières premières, les emballages
irrécupérables et les services nécessaires aux dites
opérations.

107
Le régime suspensif
• Pour bénéficier de ce régime, les entreprises doivent :
o être en situation régulière vis-à-vis des déclarations et
des paiements des impôts, droits et taxes ;
o justifier du chiffre d’affaires réalisé à l’exportation au
cours de l’année n-1.

108
L’assiette de la TVA — le fait générateur

Le fait générateur d’un impôt est l’événement qui donne


naissance à la dette du redevable envers le Trésor.
Autrement dit, c’est le moment d’exigibilité de cet impôt.
DROIT COMMUN ENCAISSEMENT

OPTION DÉBIT

IMPORTATION DÉDOUANEMENT
Biens meubles
LIVRAISON
L.S.M { Biens immeubles ACHÈVEMENT DES
TRAVAUX

ÉCHANGE LIVRAISON

109
L’assiette de la TVA — le fait générateur

 Pour la TVA, en fonction du fait générateur, il existe un régime d’encaissement et un


régime des débits.
 Le régime de l’encaissement est le plus suivi au Maroc.
 On devient redevable après règlements et avances des clients.
 Le régime de facturation (ou de débit) est un régime optionnel entraînant l’exigibilité de
la TVA suite à la simple facturation (ou le simple débit du compte client).

110
L’assiette de la TVA

 La base de la TVA comprend le prix du bien, augmenté


de l’ensemble de frais facturés ainsi que les intérêts de
crédit s’il y a lieu, diminué des réductions accordées (les
rabais, les remises…) ainsi que des frais supportés
directement par le client.

111
L’assiette de la TVA
Exemple 1
Établir la facture d’un bien (TVA 20 %) ayant les caractéristiques
suivantes :
• Prix catalogue 17.500 dh
• Remise accordée 2%
• Forfait transport 1.250 dh
• Emballage 720 dh

• Intérêt pour paiement à terme 860 dh

112
Liquidation et paiement de la TVA — les taux

La TVA s’applique à des taux « ad valorem », cependant


certains produits sont soumis à des taux spécifiques
1) LES TAUX « AD VALOREM »
• Le taux réduit de 7 %:
• Denrées et produits de large consommation, (le sucre raffiné, les conserves de
sardines, le savon de ménage, le lait en poudre, les produits pharmaceutiques et les
fournitures scolaires ainsi que leurs composants) l’eau et la location de compteurs
d’eau et d’électricité et la voiture économique y compris produits et matières
entrant dans leur fabrication

113
Liquidation et paiement de la TVA — les taux
1) LES TAUX « AD VALOREM »
• Le taux réduit de 10 % (hébergement et consommation
sur place dans les hôtels, professions libérales liées à la
justice et les docteurs vétérinaires, les opérations de
banque et de crédit et les commissions de change, etc.)
• Le taux réduit de 14 % (les opérations de transport de
voyageurs et de marchandises à l’exclusion des
opérations de transport ferroviaire, énergie électrique,
etc.)
• Le taux normal de 20 % (pour les autres opérations
taxables)

114
Liquidation et paiement de la TVA — les taux

2) Les taux spécifiques :

• 100 DH par hectolitre (vins et boissons alcoolisées) ;


• 5 DH par gramme (or et platine) ;
• 0,10 DH par gramme (argent).

115
Liquidation et paiement de la TVA

Avant de procéder au paiement de la TVA, l’entreprise


déduit de la TVA qu’elle collecte auprès de ses clients
celle qui a grevé ses achats.
Le droit à déduction prend naissance à l’expiration du
mois de l’établissement des quittances de douane ou du
paiement partiel ou intégral des factures ou mémoires
établis au nom du bénéficiaire.

116
Liquidation et paiement de la TVA

Conditions d’exercice du droit à déduction


1.Paiement de la taxe
2. Mention de la taxe sur la facture
Modalités d’exercice du droit à déduction
1. Globalité de l’imputation
2. Au cas où le volume de la taxe due au titre d’une période ne
permet pas l’imputation totale de la taxe déductible, le reliquat
de taxe est reporté sur le mois ou le trimestre qui suit.
3. Le remboursement de la TVA n’est possible que dans les cas
énumérés à l’article 103 du CGI(sur les biens
d’investissement).

117
Liquidation et paiement de la TVA

Exclusion du droit à déduction :


• Les biens, produits et services non nécessaires à
l’exploitation.
• Les biens et services utilisés pour la réalisation
d’opérations exonérées (SDD) ou situées hors champ.
• Services afférents à des biens exclus du droit à
déduction.
• Les produits pétroliers utilisés comme carburants, sauf le
gasoil utilisé par les entreprises de transport ou par les
entreprises pour le transport de leurs marchandises.

118
Liquidation et paiement de la TVA
Exclusion du droit à déduction :
• Les véhicules de transport privé de personnes, à l’exclusion
de ceux acquis par les entreprises de location de voitures.
• Achats et prestations revêtant un caractère de libéralité.
• Les frais de mission et de réception et de représentation.
• Les achats de biens et de services non justifiés par des
factures conformes.
• Les achats dont le montant dépasse cinq mille (5.000)
dirhams par jour et par fournisseur, dans la limite de
cinquante mille (50.000) dirhams par mois et par
fournisseur faits en espèces.

119
Liquidation et paiement de la TVA
Si la déclaration est mensuelle :

TVA due (M) =


TVA facturée (M) –
TVA récupérable (M) –
crédit de la période précédente

Si la déclaration est trimestrielle :

TVA due au titre du 2ème trimestre (4, 5,6)


=
TVA facturée/ventes des mois 4, 5 et 6

TVA récupérable des mois 4, 5 et 6

Crédit de la période précédente

120
Liquidation et paiement de la TVA

Les entreprises peuvent opter pour la déclaration


mensuelle.
Cependant, celles réalisant un CA supérieur à
1.000.000 DH sont obligées de déclarer mensuellement
leur TVA.
Le dépôt et le paiement de la TVA d’une période doivent
être effectués avant le 20 du mois suivant et pour la
télédéclaration avant l’expiration du mois suivant cette
période.

121
Les assujettis partiels
Certains redevables ne sont soumis à la TVA
que pour une partie de leur CA.
On applique une déduction partielle de
la TVA appelée le prorata de déduction.
Le prorata ne concerne que les achats
communs, entrant en même temps dans
l’activité ESDAD et/ou hors champ et
l’activité taxable.

122
Les assujettis partiels
Prorata de déduction
=
CA imposable TTC+(CA exonéré et ouvrant droit à
déduction+TVA fictive)
Numérateur+CA hors champ+ CA exonéré sans droit
à déduction

Le prorata applicable en « N » est calculé sur


la base des opérations de « N-1 »
TVA fictive = CA EADAD x 20 %
123
Les assujettis partiels
Exemple 2
Pour calculer le prorata de déduction de N-1 de l’Ese Alpha,
vous disposez des éléments suivants en DHS :
Ventes au Maroc 9.563.000
Ventes à l’exportation 3.860.000
Redevances sur brevet au Maroc 260.000
Redevances sur brevets à l’étranger 780.000
Loyer d’usine équipée 82.000
Loyer d’immeubles nus 1.470.000

124
Les assujettis partiels
Exemple 3

En mars N, pour son siège, l’Ese Alpha a acquis un


ordinateur à 30.000dh HT et a acheté la fourniture de
bureau à 6.000dh HT.
Pour son activité taxable, elle a acquis une machine à
80.000 DH HT, et 16.000 DH HT de produits de nettoyage
pour l’activité hors champ.
Calculer la TVA récupérable ?

125
Les assujettis partiels

Pour les entreprises nouvelles, un prorata de


déduction provisoire applicable jusqu’à la fin de
l’année suivant celle de la création de l’entreprise
est déterminé par celle-ci d’après ses prévisions
d’exploitation.
La déclaration du prorata doit être déposée avant
le 1er mars sur ou d’après un imprimé modèle de
l’Administration.

126
Les régularisations de la TVA
La déduction de la TVA peut être révisée dans
les cas suivants :
• Changement du prorata dans le temps
• Facture d’avoir
• Disparition non justifiée de marchandise
• Cessation d’activité
• La non-conservation de biens immeuble pendant
une période de dix années suivant la date de leur
acquisition.
127
Les régularisations de la TVA
Changement du prorata dans le temps
Si, au cours de 5 ans après l’acquisition d’une
immobilisation, le prorata varie de plus de 5 points
la TVA déduite lors de l’acquisition doit être révisée.
Si la variation du prorata est une :
Augmentation déduction complémentaire
Diminution reversement de la TVA

128
Les régularisations de la TVA
Exemple 4
• Le prorata applicable en N. : 86,96 %
• Le prorata applicable en N+1 : 93,26 %
• Acquisition en octobre N. d’une machine
entrant dans l’activité globale de l’Ese à
57.600 dh HT.
• Déterminer la TVA déductible en N. et sa
régularisation en N+1.
129
Les régularisations de la TVA
Facture d’avoir
C’est la facture qu’établit le fournisseur en cas
de retour de marchandises.

Si la TVA est déjà déduite, le montant


rendu par le fournisseur contient une TVA qui
doit être reversée à l’État.

130
Les régularisations de la TVA
Disparition non justifiée de marchandise

Suite à une disparition non justifiée de


marchandises ou matières premières, si leur
TVA est déjà déduite, il faut la reverser à
l’État.

131
3— Les régularisations de la TVA
Le défaut de conservation des biens immeubles

Le défaut de conservation des biens immeubles inscrits


dans un compte d’immobilisations pendant le délai de dix
ans, donne lieu à une régularisation égale au montant de la
taxe initialement opérée ou ayant fait l’objet d’exonération
au titre desdits biens immeubles, diminuée d’un dixième
par année ou fraction d’année écoulée depuis la date
d’acquisition de ces biens.

132

Vous aimerez peut-être aussi