Vous êtes sur la page 1sur 6

1.

INTRODUCTION La solidité et la durabilité des ponts routiers sont deux éléments clés
pour maintenir un niveau élevé de capacité de transport de marchandises sur les routes
nationales [1-5]. Le composite de ciment technique superhydrophobe (SECC) est un
nouveau matériau avancé de béton renforcé de fibres haute performance (HPFRC) avec
des fibres d'alcool polyvinylique et des composés hydrophobes a été développé à UW-
Milwaukee avec le soutien de NSF, RGI et CFIRE (projets 04-09 / 05 -10) [6,7]. Les
travaux de recherche rapportés ont démontré que le SECC est un substitut avancé au
béton conventionnel qui peut fournir la résistance et la durabilité exigées dans les
régions clés des ponts routiers. Le béton conventionnel à base de ciment est cassant et
développe inévitablement des fissures, souvent dues au retrait de séchage pendant le
durcissement, qui sont encore prolongées après le chargement et le vieillissement. Les
projets CFIRE 04-09 / 05-10 ont fourni une solide expérience scientifique sur une
nouvelle génération de béton renforcé de fibres SECC, avec une durabilité accrue et une
très grande ductilité, fournissant un matériau durable avec une durée de vie allant
jusqu'à 120 ans requise pour les pièces critiques de les infrastructures en béton, en
particulier les composants des ponts routiers. L'approche d'hybridation
superhydrophobe [8-10] est une méthode très efficace pour améliorer la durabilité du
béton avec de grands volumes (jusqu'à 50%) d'additifs minéraux et de sous-produits
utilisés en remplacement du ciment. Cela atténue les lacunes des technologies
traditionnelles du béton et, en raison de la réduction du dosage du ciment Portland et
de l'amélioration de la durabilité du béton, le concept proposé offre un changement de
paradigme dans les technologies du ciment et du béton qui peut servir de colonne
vertébrale pour le développement durable de la chaussée en béton et industries de
pont. En effet, le SECC développé répond aux critères de durabilité les plus élevés et
peut être utilisé comme la prochaine plate-forme technologique pour une infrastructure
en béton durable avec des performances élevées et une durée de vie plus longue. La
conception du SECC repose sur trois principes [7,11]: 1. Conception micromécanique du
composite avec 1 à 4% (en volume) de fibres (PVA, polyéthylène haut module, alliages à
mémoire de forme) afin de réaliser la ductile performance d'écrouissage. 2. Application
de petites quantités (0,01 à 0,1% du poids du ciment) d'adjuvants hydrophobes à base
de siloxane (par exemple, à base de polyéthyl- / polyméthyl-hydrosiloxane, PEHSO)
modifiés par des matériaux ultra-fins submicrophobes ou nanométriques (tels que
nano-silice, additifs nano-argile ou poudres réactives riches en SiO2) et utilisation d'un
superplastifiant efficace pour former une structure à vide d'air contrôlée revêtue de
couches superhydrophobes. 3. Inclusion de certains matériaux cimentaires
supplémentaires (SCM) en combinaison avec des poudres réactives riches en SiO2
(fumée de silice, métakaolin, nano-silice) pour diminuer la teneur en ciment et
augmenter la durabilité des performances du matériau. La durée de vie moyenne des
infrastructures en béton dans le Wisconsin est de 40 à 50 ans, avec jusqu'à 10% des
tabliers de pont renforcés par des barres d'armature non revêtues devant être
remplacés après 30 ans [3, 12]. Les autoroutes, les ponts et autres éléments essentiels
de l'infrastructure de transport se détériorent en raison du chargement et de la
déformation, du vieillissement, du dégivrage et d'autres facteurs nuisibles en plus de la
corrosion des barres d'armature [1-5]. De plus, les coûts directs de l'amélioration des
routes augmentent parce que le prix des matériaux clés nécessaires à la construction
des routes et des ponts a augmenté 2 rapidement (~ 46% par rapport à 2004) [2,13]. Les
coûts indirects de la construction des ponts routiers, sous forme de dommages
environnementaux, sont en cours de réalisation en relation avec la production et le
recyclage des matériaux de base en béton. Le moment est venu pour un nouveau
paradigme de répondre au besoin urgent de matériaux hautement durables et durables
pour relever les défis que les départements des transports des États (DOT) et la route
fédéraleL'administration (FHWA) est confrontée récemment pour répondre aux besoins
futurs en matière de transport de marchandises. Le béton SECC développé est un
nouveau matériau de pointe requis pour les parties critiques des ponts routiers et
d'autres composants d'infrastructure en béton; qui peut transformer la manière dont les
DOT et les ingénieurs de l'État construisent et réparent les infrastructures routières. 2.
CONTEXTE La durabilité des ponts en béton est principalement limitée par la
performance des régions de connexion ou des joints entre les composants de pont, en
particulier dans les tabliers. Un récent projet CFIRE a étudié l'utilisation de dalles
d'approche de pont préfabriquées qui pourraient réduire la détresse précoce constatée
en service [14]. La connexion entre une dalle d'approche et le tablier du pont, ou les
joints dans le tablier du pont, ou la partie du tablier du pont pliée en courbure négative
au-dessus des piles de pont à mi-portée sont des emplacements de pont critiques
(figure 1) où des problèmes de durabilité sont apparents et une détérioration
prématurée se produit , entraînant ainsi des demandes d'entretien régulier ou un
remplacement précoce. Un matériau qui ne présente pas de retrait et de fissuration à
un âge précoce et qui peut résister aux demandes de déformation du chargement des
camions, tout en offrant une durabilité, pourrait être utilisé dans ces régions
particulièrement sensibles. La faisabilité du SECC a été prouvée avec les projets CFIRE
04-09 / 05-10 [6,7]. Ces projets ont développé un matériau de béton renforcé de fibres
superhydrophobe avancé basé sur le concept de composite cimentaire (ECC) [11] qui
aide à surmonter les déficiences du béton ordinaire utilisé dans les ponts et les
chaussées: la fragilité (nécessitant ainsi un renforcement pour permettre une
déformation sans défaillance) et une durabilité inadéquate (nécessitant ainsi des
réparations fréquentes). Figure 1: Conception de la modernisation de la dalle de maillon
de tablier de pont [15] 3. RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE DE PHASE I ET II Les matériaux ECC,
un nouveau type de HPFRC, peuvent présenter des performances très ductiles sous
tension comme l'acier [11, 15-19], Figure 2. La capacité de déformation de l'ECC peut
être augmentée d'un facteur de 3 200 (par rapport au béton ordinaire) lorsque des
fibres d'armature à haute résistance sont dispersées en trois dimensions dans le
mortier. Diverses fibres, y compris les polymères, l'acier et le carbone, ont été
examinées [11]. Les recherches les plus récentes ont été menées avec des fibres de
polyéthylène à module élevé (c'est-à-dire Spectra 900) ou d'alcool polyvinylique (PVA
Kuralon K-II). Afin de réaliser une fracture multi-fissuration et une réponse de
durcissement par déformation associée, l'ECC utilise une matrice cimentaire
relativement faible (éventuellement, avec une grande teneur en cendres volantes) [11].
Ce processus gêne l'application de l'ECC dans des conditions environnementales sévères
car une matrice plus faible conduit à des propriétés de durabilité réduites. En effet, en
plus d'une déformabilité et d'un contrôle des fissures améliorés, un matériau SECC /
HPFRC offrant une durabilité à long terme et des performances améliorées dans des
environnements sévères est fortement souhaité; Par conséquent, combiner une matrice
de ciment haute performance et un ECC pliable est une option intéressante. Les projets
CFIRE 04-09 / 05-10 ont démontré la faisabilité d'un nouveau matériau à base d'ECC
avec hybridation superhydrophobe (SECC). En raison de la réduction de l'utilisation du
ciment Portland et de l'amélioration de la durabilité du béton, le concept proposé offre
un changement de paradigme dans le ciment et le béton qui peut servir de colonne
vertébrale au développement durable des industries du béton. Jusqu'à présent, ce
concept n'a pas été appliqué aux matériaux HPFRC. Des recherches récentes ont
démontré que le HPFRC superhydrophobe contrôle efficacement la fissuration initiale
tout en fournissant une déformation extrême et une amélioration de la déformation,
surperformant les composites cimentaire conventionnels (ECC) comme illustré à la
figure 2 [6]. L'hybridation superhydrophobe du béton engage un travail interdisciplinaire
combinant biomimétique (effet lotus), chimie (polymères siloxane comme le polyéthyl /
polyméthyl-hydrosiloxane, PESHO / PMHS) et nanotechnologie (particules nano-SiO2 )
pour résoudre les problèmes fondamentaux du béton comme une durabilité insuffisante
et résistance à la corrosion [20]. L'action superhydrophobe est destinée à modifier le
volume, la taille et la distribution des vides d'air dans le béton, ainsi que la liaison avec
les fibres PVA pour réaliser le comportement d'arrachement contrôlé. En outre, la
structure de vide d'air contrôlée créée par l'ajout d'adjuvants PESHO se traduit par des
modes de fracture à écrouissage préférés en introduisant des défauts artificiels pour
initier un comportement de multi-fissuration, Figure 2.. 4 Figure 2: L'écrouissage et
l'amélioration des performances de ductilité des surfaces SECC Superhydrophobes
développées, ou des surfaces qui ont un angle de contact avec l'eau Θ supérieur à 150 °,
ont suscité beaucoup d'intérêt en raison de leur potentiel dans les applications
industrielles (principalement pour l'auto-nettoyage) , mais ils n'ont pas encore été
utilisés pour améliorer la durabilité du béton (Figure 3). En termes d'amélioration du
béton, cette approche inspirée de la nature peut améliorer les performances des
matériaux hydrophobes qui contrôlent la mouillabilité [9,10]. Pour fabriquer un mélange
superhydrophobe, l'adjuvant siloxane contenant de l'hydrogène (par exemple, PEHSO)
est combiné avec de petites quantités de particules sous-micro ou nanométriques
(figure 3). Ici, un adjuvant PEHSO modifié (utilisé à un dosage de 0,01 à 0,1% du poids du
ciment) libère de l'hydrogène et forme de petits (10 à 100 μm) vides d'air uniformes
uniformément répartis dans la pâte de ciment (Figure 3). Pour des performances
optimales, plus de 70% du PEHSO doit être dispersé à une taille inférieure à 1 μm [8]. En
conséquence, la surface des vides est recouverte par les particules hydrophobes,
produisant l'effet d'hybridation superhydrophobe. RÉFÉRENCE: Peu de vides d'air
aléatoires AE: Grands vides d'air PEHSO: Petits vides d'air uniformément répartis 5 O Si
ROH n R = CH3 ou C2H5 Structure chimique du PEHSO / PMHS Surface hyrdophile: Θ <30
° (béton normal) Surface hydrophobe : 90 ° <Θ <120 ° (béton avec PEHSO / PMHS)
Surface superhydrophobe: Θ> 150 ° (béton avec PEHSO / PMHS, micro et nano
particules) Surface surhydrophobe: 120 ° <Θ <150 ° (béton avec PEHSO / PMHS & micro
particules) Figure 3: Le concept d'hybridation superhydrophobe du béton Le volume, la
taille et la distribution des vides d'air dans la phase de ciment durci peuvent être
précisément adaptés en préparant l'émulsion PEHSO à base d'eau avec une certaine
taille de gouttelettes. Les particules de taille micro ou nanométrique fournissent la
micro-rugosité dans l'espace poreux, qui joue un rôle important dans la formation de
surfaces superhydrophobes dans la phase / pâte de ciment durcie, modifie la liaison
entre la matrice cimentaire et les fibres, et améliore l'auto-guérison potentiel du béton.
L'application de l'adjuvant PEHSO dans le HPFRC / SECC superhydrophobe aide à
contrôler la liaison des fibres et à réaliser un comportement d'arrachement contrôlé
plutôt qu'une rupture de fibre. En outre, la structure à vide d'air contrôlé est utilisée
pour concevoir les modes de fracture multi-fissuration préférés (figure 2). Les effets
synergiques de ces paramètres sur la durabilité du SECC ont été vérifiés par le récent
projet de recherche 05-10. 3.1 CFIRE 04-09 Les résultats de CFIRE 04-09 indiquent que
l'utilisation de fibres PVA dans les matériaux de structure ECC / SECC s'est avérée être
une solution innovante efficace, résultant en une ductilité et une durabilité
exceptionnelles, qui sont importantes pour maintenir des niveaux élevés de capacité de
transport de marchandises. sur les routes nationales. Des programmes expérimentaux
ont démontré avec succès que l'utilisation de 2,75% en volume de fibres PVA offre un
meilleur comportement de durcissement sous contrainte, par rapport à l'ECC avec
moins de fibres. Il a été déterminé qu'une émulsion à base de siloxane fabriquée avec
des quantités plus élevées d'émulsifiants tensioactifs d'alcool polyvinylique (PVAS) (4,4%
PVAS) mélangée à haute vitesse (10.000 tr / min) 6 lorsqu'elle est utilisée à une très
petite dose de 0,25 g / l (0,4 lb / yd 3) a fourni la meilleure hybridation hydrophobe du
béton, comme l'a démontré l'angle de contact avec les carreaux de mortier. De plus,
l'émulsion a fourni la meilleure amélioration du comportement en flexion lorsqu'elle est
ajoutée à l'ECC. Les émulsions superhydrophobes à base de métakaolin ont surpassé
celles avec de la fumée de silice ou du ciment Portland démontrant l'augmentation de
l'angle de contact et de la résistance à la pénétration de l'eau en plus d'une résistance à
la compression et d'un comportement en flexion impressionnants. Cependant, il a été
observé que l'utilisation de quantités excessives d'adjuvants hydrophobes /
superhydrophobes (jusqu'à 0,5 g / l ou 0,8 lb / yd 3) contribuait parfois à la génération
excessive de gaz et à l'expansion des échantillons non retenus pendant les étapes
initiales du durcissement. L'ajout de SCM sélectionnés à la matrice SECC se traduit
également par un comportement en flexion amélioré. Non seulement cela rend le
matériau ECC plus écologique, mais cela peut également améliorer la durabilité. Des
expériences ont déterminé que l'utilisation de métakaolin ou de fumée de silice peut
améliorer le comportement en flexion et la résistance à la compression du PVA-ECC. De
plus, lorsque des émulsions à base de siloxane sont ajoutées, les échantillons de
métakaolin et de fumée de silice affichent très peu de perte de résistance et de
comportement en flexion par rapport aux échantillons avec d'autres SCM. Des
recherches expérimentales ont démontré que l'utilisation d'émulsions
superhydrophobes peut être très bénéfique pour le comportement mécanique du SECC
et on s'attend à ce que ces matériaux apportent des améliorations drastiques de la
résistance au gel-dégel par rapport aux mortiers conventionnels. Les études de gel-dégel
effectuées sur certains PVA-ECC avec des émulsions à base de siloxane hydrophobe ont
démontré d'excellentes performances au cours de 700 cycles de gel-dégel avec des
températures comprises entre -50 ° C et 20 ° C. Il a été démontré avec succès que les
SECC obtenus sont caractérisés par des performances d'écrouissage et de multi-
fissuration. Le comportement de déflexion des faisceaux ECC plus grands est contrôlé
par la liaison interfaciale et l'arrachement des fibres et une performance très constante
a été notée pour les ECC fabriqués à faible W / C; cependant, une dispersion significative
des données expérimentales a été observée à des rapports eau / ciment plus élevés. 3.2
CFIRE 05-10 Les travaux menés au sein du CFIRE 5-10 ont démontré la capacité des
composites à base de ciment superhydrophobes (SECC) à créer un matériau ductile tout
en conservant des résistances élevées et une structure très dense. L'ajout d'adjuvants
hydrophobes / superhydrophobes a non seulement pour résultat un matériau moins
perméable avec une structure résistante à l'eau, mais crée également des défauts
artificiels qui conduisent à un comportement de fissuration multiple et à une capacité
de durcissement par déformation améliorée. En utilisant une matrice expérimentale
considérant des fibres de trois tailles différentes à des volumes variables (2,0, 2,25, 2,5,
2,75 et 3,0%), la performance optimale a été démontrée par des fibres PVA plus grandes
(RECS 15x12 mm) utilisées à un dosage de 2,75% en volume . L'ajout de matériaux
cimentaires supplémentaires (SCM) peut conduire à des composites respectueux de
l'environnement en réduisant la charge de la production de ciment. Cette recherche a
démontré que l'utilisation de 5% de fumée de silice et de 45% de laitier granulé de haut
fourneau crée un SECC avec une matrice extrêmement durable. Ces SCM peuvent donc
être utilisés dans le SECC prévu pour une durée de 120 ans ou plus. L'ajout d'une
émulsion hydrophobe (0,25 g / L, en une seule dose) aux mélanges SECC a entraîné un
comportement à la flexion amélioré avec seulement la moindre diminution de la
résistance à la compression due à la formation d'une structure de vide d'air bénéfique.
Cependant, la résistance à la compression de ce matériau 7 aurait chuté encore plus
radicalement si des adjuvants d'entraînement d'air conventionnels avaient été utilisés.
Le fait que ces émulsions hydrophobes soient capables de créer une structure de vide
d'air contrôlée avec des vides plus petits et mieux espacés contribue à un
comportement amélioré. L'ajout d'émulsions hydrophobes a démontré l'amélioration
du comportement en flexion dans tous les échantillons présentés dans cette recherche.
De plus, l'ajout de ces émulsions hydrophobes a démontré une meilleure résistance à la
congélation et à la décongélation. Lorsque des microparticules ont été ajoutées à
l'émulsion hydrophobe, les performances hydrophobes du matériau ont été
considérablement améliorées. Même si par définition les surfaces de béton traitées ne
peuvent pas atteindre le repère de superhydrophobicité (angle de contact supérieur à
150 °, figure 3), l'amélioration de l'angle de contact lors de l'ajout de micro et
nanoparticules à l'adjuvant a permis une bonne évolution vers la superhydrophobicité.
Même si les données montrent que l'ECC, en particulier basé sur des systèmes mélangés
avec SCM (5% de fumée de silice, SF et 45% de laitier de haut fourneau granulé broyé,
BFS), s'est extrêmement bien comporté grâce à des tests de durabilité sans air ajouté
intentionnellement, c'est une hypothèse sûre. qu'au cours de la durée de vie prévue
(120 ans ou plus), les échantillons SF-BFS qui incorporent les mélanges hydrophobes /
superhydrophobes auraient de meilleures performances. L'ajout de 5% de fumée de
silice et de 45% de laitier de haut fourneau granulé broyé a créé une matrice
extrêmement durable, ce qui est la raison de leur utilisation dans la recherche;
cependant, leur performance n'a été surveillée que sur 400 cycles accélérés de
congélation-décongélation (à -50 ° C dans 5% de NaCl). Le principal avantage des
émulsions hydrophobes qui a été observé pendant les cycles de congélation et de
décongélation était la résistance à l'entartrage de la surface. Même si cela n'a pas été
évalué numériquement dans le cadre de la recherche, il s'agit d'un aspect important de
la durabilité. Si ces échantillons devaient être testés plus longtemps, il est prudent de
dire que ceux montrant une mise à l'échelle de la surface commenceraient à afficher des
baisses de performances telles que le changement de section transversale et le module
d'élasticité dynamique. Cela est dû au fait que lorsque l'entartrage de la surface se
produit, l'eau peut plus facilement pénétrer dans l'échantillon et, lors de la congélation,
créer des contraintes internes conduisant à la détérioration du matériau. L'utilisation
d'un rapport w / cm inférieur a non seulement montré une meilleure résistance à la
compression et une meilleure rigidité avant la congélation et la décongélation, mais a
également fourni une meilleure résistance à la congélation et à la décongélation. Les
matériaux ECC / SECC avec un rapport w / cm inférieur ont également fourni une
matrice plus dense avec une perméabilité plus faible. L'ajout d'adjuvants
superhydrophobes à l'ECC crée un matériau durable en introduisant une structure de
vide d'air contrôlée qui permet une ductilité plus élevée et une meilleure résistance au
gel-dégel. Ce matériau peut fournir une durée de vie des éléments critiques des ponts
qui sera considérablement plus longue que les matériaux actuellement utilisés. De plus,
l'utilisation du SECC dans les infrastructures routières réduira considérablement les
réparations éventuellement nécessaires. Malgré un coût de production accru pour ce
matériau, le coût tout au long de sa durée de vie est considérablement réduit. Avec
l'augmentation du fret sur les autoroutes, le besoin d'un matériau plus durable est
évident et, en effet, les composites à base de ciment superhydrophobes peuvent fournir
cette durabilité et cette réponse mécanique requises pour les éléments critiques de
l'infrastructure de transport.

Vous aimerez peut-être aussi