Vous êtes sur la page 1sur 5

Elaborée par : Bejaoui Hana

Classe : L1_GE4

Encadré par : Mr.Mlaouh

Date : 10/06/2021

Année universitaire : 2020/2021


Définition :

La CAO électronique (pour Conception assistée par ordinateur électronique), nommée également en
anglais EDA (pour Electronic design automation), est la catégorie des outils servant à la conception et
la production des systèmes électroniques allant des circuits imprimés jusqu'aux circuits intégrés.

Terminologie :

Le terme CAO est aussi utilisé pour désigner la CAO mécanique, la conception assistée par ordinateur
et la fabrication assistée par ordinateur en électronique et en électrotechnique. L'usage de ce terme
est probablement dû au comité de conception à l'automatisation technique de l'IEEE.Dans le secteur
industriel, ce sont les concepteurs de circuits électroniques des entreprises de semi-conducteurs qui
utilisent la CAO. Les grands circuits sont trop complexes pour être conçus à la main et nécessitent des
outils informatiques adéquats.

Développement de la CAO :

La CAO a rapidement gagné en importance avec la miniaturisation continuelle de la technologie des


semi-conducteurs. Les ingénieurs des fonderies réalisent et testent des circuits sur ordinateur avant
de lancer la fabrication. Les compagnies service-concept utilisent aussi les logiciels de CAO pour
évaluer de nouveaux concepts et les préparer pour la fabrication. Les outils de CAO sont aussi utilisés
pour synthétiser et implémenter des fonctions dans les FPGA.

Étapes de production :

La CAO est divisée en plusieurs sous-étapes. Elles s'alignent la plupart du temps avec le processus de
fabrication du concept pour masquer la création. Ce qui suit s'applique à la création de
circuit/ASIC/FPGA mais cette méthodologie est similaire à celle appliquée pour les circuits
conventionnels

Concept et architecture :

le schéma du circuit est conçu et implémenté en Verilog, VHDL, SPICE ou d'autres formats parfois
propriétaires.

Floorplanning ou optimisation :

une étape de préparation qui consiste à créer une carte des emplacements des portes logiques sur la
puce, les sources et les mises à terre, les entrées/sorties, et les hard macros (composants complexes
comme des processeurs, DSP, mémoires, etc.). Cette étape est similaire à celle d'un urbaniste qui
mettrait en place les zones résidentielles, commerciales et industrielles dans une ville.

Synthèse logique :

traduction de la description du circuit, de sa description logique (RTL, register transfer logic) (souvent
spécifiée grâce à un langage dédié ou un HDL comme Verilog ou VHDL) vers un réseau composé de
portes logiques et d'éléments rudimentaires. L'emplacement des éléments n'est pas encore spécifié
à ce stade, on se contente d'établir une liste des éléments nécessaires pour réaliser les fonctions
désirées.
Synthèse du comportement :

synthèse de haut niveau ou synthèse algorithmique : le niveau d'abstraction est plus élevé qu'avec la
synthèse logique. Une description comportementale est convertie vers une description logique qui
pourra être synthétisée. On utilise des langages comme du VHDL (description comportementale),
SystemC ou C++. En sortie, on obtient une description en VHDL ou en Verilog.

IP-core :

description d'une unité logique complexe qui peut être réutilisée ou parfois modifiée par le client.

Les plus grandes entreprises de CAO électronique :

Entreprise Localisation Capitalisation (11/2012)1

Synopsys Mountain View (Californie) 4,85 millions de $

Cadence Design Systems San Jose (Californie) 3,64 millions de $

Mentor Graphics Wilsonville (Oregon) 1,72 million de $

SpringSoft Hsinchu (Taïwan) 11,69 millions de NT$

Zuken Inc. Yokohama (Japon) 11,79 millions de ¥

HISTORIQUE :

La CAO décolle dans les années 75-90, lorsque le coût de mise en place d’un poste se rapprocha du
coût annuel d’un dessinateur. La mise en place fut un peu pénible au début en raison d’une nécessité
de reprendre les plans existants. On s’aperçut à cette occasion que statistiquement près de 10 % des
cotations sur les plans existants étaient inexactes, que des références de plans existaient en double,
qu’une référence unique pouvait correspondre à plusieurs plans légèrement différents, etc. Au bout
du compte, le gain de fiabilité de l’information se révéla constituer un argument supplémentaire
important décidant à généraliser la CAO.

LE MATERIEL :

Après des années de seule présence de ces logiciels sur des stations de travail utilisant des systèmes
d'exploitation et des architectures matérielles propriétaires (Sun, IBM, Computervision, HP, Apollo,
SGI, anciennement Silicon Graphics...), il aura fallu le développement d’ordinateurs individuels
(Windows ou Mac) suffisamment puissants pour assurer des fonctions très lourdes en calcul
numérique :

– modélisation numérique ;

– simulation mécanique et calcul des matériaux ;


– représentation graphique ;

– dessin de plan ;

– manipulation d’objets 3D ;

– gestion de grands assemblages.

Cela a fait de la CAO une application importante de l’informatique.

Son importance stratégique conduit à lui faire utiliser des modèles permettant la communication des
informations entre machines, au moyen de standards comme IGES, afin de ne dépendre ni d’un seul
type de matériel, ni (trop) d’un seul logiciel. Nombre de projets de CAO font de surcroît intervenir
des sous-traitants dispersés et il importe que les représentations soient parfaitement compatibles
afin de permettre le travail en collaboration et à distance. C’est ce qui a été fait pour la modification
d’architecture du CNIT en 1987.

On prend vite conscience de l’importance de la CAO dans n’importe quel environnement urbain,
formé d’objets qui tous sans exception ont été dessinés avant d’être un jour fabriqués.

Vous aimerez peut-être aussi