Vous êtes sur la page 1sur 2

Introduction

Le behaviorisme est la première grande théorie de l’apprentissage a avoir fortement marqué les
domaines de l’éducation, de l’enseignement et de la formation. C’est un courant théorique qui a
dominé les recherches en psychologie durant la première moitié du 20 siècle, a était critiqué par des
chercheurs ce qui a participé a son affaiblissement et sa marginalisation.

 Le précurseur de ce mouvement est Pavlov (1849-1936), médecin et physiologiste russe. Il


menait des travaux sur le digestion et les réflexes. Le béhaviorisme est né aux Etats-Unis au
début de XXème siècle. Il est d’abord fondé par J.B Watson en 1913, c’est d’ailleurs lui qui
est l’auteur du manifeste béhavioriste << la psychologie telle qu’un béhavioriste la voit>> ses
travaux étaient centrés sur l’apprentissage et la psychologie de l’enfant.

Le deuxième fondateur du béhaviorisme est B.F Skinner, psychologue très influent et philosophe
américain il a aussi fait des travaux sur l’apprentissage et l’éducation.

Le concept central du béhaviorisme est le conditionnement, c’est-à-dire faire apprendre. C’est une


forme d’apprentissage qui se caractérise par une association entre un stimulus (quelque chose qui
stimule le sujet) et un comportement.

Pavlov a découvert ce phénomène par hasard en menant des recherches sur la salivation des chiens.

Il a remarqué qu’un chien commençait a saliver avant qu’on lui introduise de la nourriture dans sa
gueule. La simple odeur ou vue de la nourriture ou même de la personne qui lui donne
habituellement a manger suffisait a faire saliver le chien.

Pavlov appela ce phénomène le réflexe conditionnel (ou réponse conditionnelle) du fait que le
réflexe dépend des conditions du milieu, il considéra ce réflexe comme la base de tout apprentissage
chez les animaux mais également chez les êtres humains.

Il existe deux types de conditionnements : deux manières d’apprendre un comportement.

-Le conditionnement classique (ou conditionnement pavlovien).

Le conditionnement opérant.

Le conditionnement classique 

On produit un comportement répondant (involontaire) en réponse a un stimulus ce qui permet


d’agir avant le comportement.

Le conditionnement classique (aussi appelé conditionnement répondant) est un concept du


béhaviorisme proposé par Ivan Pavlov au début du 20 e siècle. Cette théorie s’intéresse aux résultats
d’un apprentissage du a l’association entre des stimuli de l’environnement et les réactions
automatique de l’organisme .cette notion de réaction non volontaire est le principal point qui la
différencie du conditionnement opérant.
Par exemple

Pavlov faisait ses études avec l'aide d'un appareil qui recueillait la salive des chiens.
Logiquement, les chiens commencent à saliver lorsqu'ils ont leur repas sous les yeux : il
s'agit d'un réflexe programmé chez les chiens qu'utilisait Pavlov dans ses expériences. La
simple vision de la nourriture suffit à les faire saliver, ce qui est détectable par les
appareils dont disposait Pavlov.
Mais, chose étonnante, plus l'expérience durait, plus les chiens commençaient à saliver
avant leur repas. On pourrait penser que ceux-ci étaient capables d'anticiper leur repas, et
que ce n'était pas quelque chose d'important. Mais Pavlov voulut en avoir le cœur net, et il
commença à faire quelques expériences. Le résultat s'est révélé étonnant : les chiens
étaient prévenus de leur repas en faisant sonner une petite cloche. Pavlov s’aperçut que
c'était le fait d'entendre le son de cette cloche qui faisait saliver les chiens. Si on leur
donnait leur repas sans faire sonner cette cloche les chiens ne salivaient pas. Le réflexe
de salivation, autrefois spécifique à la vue de la nourriture, s'était généralisé au son de la
cloche. Pavlov fit d'autres expériences sur ses chiens et en déduisit un mécanisme
d'apprentissage qui permet de généraliser certains réflexes ou comportements.

Le conditionnement classique 

Pour comprendre de manière claire ce qu’est le chien de pavlov, découvrez le dispositif


expérimental qui a permis sa découverte. 
Premièrement, Ivan Pavlov a placé un morceau de viande dans la gueule d’un chien.
Ceci a provoqué une réponse réflexe automatique du chien, à savoir la salivation de
l’animal. La viande agit alors comme un stimulus inconditionnel. 
Dans un second temps, le scientifique associe la présentation de la viande au son d’une
cloche. Ces deux stimuli associés provoquent également la salivation du chien. À ce
moment-là, lorsque Pavlov sonne la cloche seule, cela ne provoque aucune réaction.

Ivan Pavlov répète cette expérience plusieurs fois avec ce même chien. 


Quelque temps plus tard, il sonne la cloche sans présenter de viande dans la gueule du
toutou. Cette fois-ci, le son de la cloche seul provoque la salivation de l’animal. C’est
le résultat d’un apprentissage par conditionnement.

Vous aimerez peut-être aussi