Vous êtes sur la page 1sur 3

Synthèse sur la croissance économique

L’évolution du niveau de vie des personnes et la garantie du bien être social sont les objectifs
ultimes des pouvoirs publics. Quelles que soient les politiques adoptées, ces objectifs ne
peuvent être atteints sans une croissance économique soutenue et durable. Appréhender la
croissance, ses mécanismes, ses révélateurs et ses sources a toujours été un souci majeur
des décideurs et des concepteurs des politiques économiques. Il est indiscutable que la
croissance économique n’est pas un remède aux problèmes du pays, mais elle facilite
l’implémentation des politiques publiques qui complètent les insuffisances de la croissance.
Mais comment mesure-t-on la croissance économique d’un pays ? Qu’ils sont les
déterminants de la croissance ? Et comment peut-on décortiquer la croissance économique
selon différents courants ?

*La croissance économique : indicateurs de mesure et taux de croissance

En macroéconomie, la notion de la croissance économique désigne une augmentation


continue et durable de la production des biens et services crées par une économie nationale
pour une période donnée généralement une année. La croissance économique est toujours
associée au produit interne brut (PIB),qui représente l’indicateur principal de mesure de la
croissance économique, et qui mesure la somme des valeurs ajoutées générées des
différents agents économiques.
A ce niveau, il faut différencier entre le PIB nominal et le PIB réel.
Le PIB nominal se base sur la valeur du PIB mesurée aux prix de l’année courante, cette
mesure gonfle la richesse puisqu’il inclut les effets de l’inflation et de déflation, cependant le
PIB réel fait appel a la valeur du PIB d’une année de référence (a prix constants).
Le PIB nominal et le PIB réel sont donnes par les relations suivantes :

PIBt nominal= ΣPt.Qt

PIBt réel= ΣPb.Qt avec Pb : les prix de l’année de base et Pt : les prix de l’année courante

Le taux de croissance économique est donne par la relation suivante :


TDEt/t-1=(PIBt-PIBt-1)/(PIBt-1)x 100 lorsque T<0 on parle de récession mais lorsque T>0
c’est le cas de croissance.

Il existe d’autres indicateurs de la croissance économique comme le taux du chômage le


produit national brut (PNB) qui évalue la valeur des productions nationales réalisées aussi
bien sur le territoire d’un pays qu’a l’étranger.

Une croissance économique forte aura un impact positif dans de nombreux domaines tels
que l’augmentation du pouvoir d’achat, l’amélioration du niveau de vie de la population, la
génération des emplois, la baisse du taux de chômage et la stabilisation politique.

*La relation entre la croissance économique et les autres variables macro-


économiques :

-le chômage et la croissance économique :C’est une corrélation négative, c’est la loi


d’Ohm qui stipule que lorsque le chômage augmente, la croissance économique diminue

.L’emploi et la croissance économique :la relation entre l’emploi et la croissance


économique est une relation positive car si le taux d’emploi augmente la production
augmentera par la suite on aura une augmentation au niveau du PIB et donc l’augmentation
du taux de croissance économique.
*Les déterminants de la croissance selon différentes pensées économiques :
La théorie classique de la croissance économique était un amalgame de travaux
économiques effectuées par Adam Smith, David Ricardo et Robert Malthus aux dix-huitième
et dix-neuvième siécle . La théorie avance que chaque économie possède un PIB stable et
que toute déviation de cette stabilisation est temporaire et finira par revenir. Ceci est basé
sur le concept que quand il y a une augmentation du PIB, la population va augmenter. La
croissance démographique a donc un effet négatif sur le PIB en raison de la demande accrue
de ressources limitées provenant d’une population plus importante. Le PIB finira par revenir
à l’état stable. Lorsque le PIB demeure en dessous de l’état stable, la population va diminuer
et ainsi régresser la demande sur les ressources. À son tour, le PIB reviendra à son état
stable.

La théorienéo-classique de la croissance économiqueregroupe les travaux de Trevor


Winchester Swan et Robert Solow, connu sous le modèle de croissance Solow-Swan. La
théorie se concentre sur trois facteurs qui influent sur la croissance économique: le travail, le
capital et la le progrès technologique.

La production par travailleur (croissance par unité de travail) augmente avec la production
par habitant (croissance par unité de capital) mais le taux de croissance diminue. On les
appelle les rendements marginaux décroissants. Par conséquent, il deviendra un point ou le
travail et le capital peuvent être fixés pour atteindre l’équilibre.

Et comme un pays peut théoriquement déterminer la quantité de travail et de capital


nécessaire pour rester à cet état stable, ce sont les progrès technologiques qui ont vraiment
une influence sur la croissance économique et donc une fois il y aurait une avance le travail
et le capital devraient être ajustés en conséquence. Cela suggère aussi que si toutes les
nations ont accès à la même technologie, le niveau de vie deviendra égal.

La théorie keynésienne de la croissance économiqueavance que l’intervention active de


l’état dans l’économie et la politique monétaire sont les meilleurs moyens d’assurer la
croissance économique.

Selon cette pensée, Keynes incombe au gouvernement d’atténuer les irrégularités des cycles
économiques. Une intervention de l’état se manifeste par des programmes d’investissement
massif et un allègement de la fiscalité dans le but de stimuler la demande quand l’économie
ralentit.Inversement, quand l’économie va bien, l’état minimise ses dépenses et augmente
les impôts en vue de controler l’inflation.

Pour conclure, la croissance est la quête perpétuelle des politiques économiques. Cette
croissance économique est nécessaire pour faire face aux problèmes économiques et
sociaux et cette croissance ne peut être réaliser qu’avec l’adoption des bonnes décisions et
l’encouragement des investissements et surtout la promotion du capital humain qui est a
l’origine de tout développement.